TAILLE DES DOMAINES VITAUX SAISONNIERS ET PHILOPATRIE DE DEUX POPULATIONS NORDIQUES DE CERFS DE VIRGINIE (Odocoileus virginianus)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TAILLE DES DOMAINES VITAUX SAISONNIERS ET PHILOPATRIE DE DEUX POPULATIONS NORDIQUES DE CERFS DE VIRGINIE (Odocoileus virginianus)"

Transcription

1 Direction de la recherche sur la faune Société de la faune et des parcs du Québec et Département de biologie, Université Laval Centre d'études nordiques Corporation de gestion de la Forêt de l'aigle Département de biologie, Université du Québec à Rimouski TAILLE DES DOMAINES VITAUX SAISONNIERS ET PHILOPATRIE DE DEUX POPULATIONS NORDIQUES DE CERFS DE VIRGINIE (Odocoileus virginianus) par Louis Lesage Département de biologie, Université Laval et Centre d'études nordiques Michel Crête Direction de la recherche sur la faune Société de la faune et des parcs du Québec Jean Huot Département de biologie, Université Laval et Centre d'études nordiques André Dumont Corporation de gestion de la Forêt de l'aigle et Jean-Pierre Ouellet Département de biologie, Université du Québec à Rimouski traduit de l'anglais par Christine Lefebvre pour Société de la faune et des parcs du Québec Québec, août 2001

2 ii Référence à citer: Lesage, L. et al Taille des domaines vitaux saisonniers et philopatrie de deux populations nordiques de cerfs de Virginie (Odocoileus virginianus). Société de la faune et des parcs du Québec, Direction de la recherche sur la faune, Québec. 30 p. Dépôt légal - Bibliothèque nationale du Québec, 2002 ISBN :

3 iii RÉSUMÉ Entre 1994 et 1997, nous avons comparé l utilisation de l espace chez deux populations de cerfs de Virginie (Odocoileus virginianus) qui hivernent dans deux ravages voisins du sudest du Québec, caractérisés par des conditions de neige abondante. Une population était à faible densité (10 cerfs/km 2 ) et avait accès à une nourriture hivernale abondante ( ramilles/ha), alors que la deuxième population, à plus forte densité (20 cerfs/km 2 ), disposait d une quantité de nourriture réduite ( ramilles/ha). À cause de la compétition intraspécifique pour les ressources, nous avions anticipé que la population à haute densité serait caractérisée par des domaines vitaux plus petits, démontrerait une plus grande philopatrie et devrait connaître plus de dispersions. Les cerfs des deux populations occupaient des domaines vitaux d été de taille similaire, mais ceux-ci étaient beaucoup plus grands (mâles adultes = 1182 ha; femelles adultes = 1102 ha; mâles d'un an = 6033 ha; femelles d un an = 2528 ha) que d autres domaines vitaux mesurés ailleurs en Amérique du Nord. En hiver, la population à haute densité était plus philopatrique que celle à basse densité, une situation inexistante en été. La plupart des cerfs sont demeurés migrateurs durant l étude (n = 93) mais quatre des cinq cerfs qui se sont dispersés, provenaient de la population à haute densité. Nous discutons des avantages adaptatifs d utiliser de grands domaines vitaux estivaux pour les populations de cerfs de Virginie qui font face à des conditions hivernales difficiles. Nos résultats apportent des pistes d explication sujet de l apparition et de l agrandissement des ravages de cerfs.

4 v TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ...iii TABLE DES MATIÈRES...v LISTE DES TABLEAUX...vii LISTE DES FIGURES...ix 1. INTRODUCTION Aire d'étude MATÉRIEL ET MÉTHODES Télémétrie Estimation des domaines vitaux Philopatrie Analyses statistiques RÉSULTATS DISCUSSION Taille des domaines vitaux La philopatrie versus la densité de la population Formation et dynamisme des ravages...16 REMERCIEMENTS...19 LISTE DES RÉFÉRENCES...20

5 vii LISTE DES TABLEAUX Page Tableau 1. Tableau 2. Tableau 3. Taille (ha) moyenne (E.S.; n) des domaines vitaux hivernaux et estivaux estimée à l'aide de la méthode du polygone convexe (95 %) pour deux populations de cerfs de Virginie (ravage de Pohénégamook (RPK; population de haute densité) et ravage du Lac Témiscouata (RLT; population de basse densité)) du sud-est du Québec. Les densités hivernales étaient de : RLT = 10 cerfs/km 2 et RPK = 20 cerfs/km Pourcentage moyen (E.S.; n) de la réutilisation des domaines vitaux saisonniers lors d'années consécutives ou non consécutives pour deux populations de cerfs de Virginie. Les densités hivernales étaient de: RLT = 10 cerfs/km 2 et RPK = 20 cerfs/km Taille (ha) moyenne des domaines vitaux hivernaux et estivaux de populations de cerfs de Virginie en Amérique du Nord

6 ix LISTE DES FIGURES Page Figure 1. Figure 2. Figure 3 a). Répartition de domaines vitaux estivaux de cerfs de Virginie des ravages du Lac Pohénégamook (haute densité) et du Lac Témiscouata (basse densité), dans le sud-est du Québec entre 1994 et Exemple de domaine vital estival discontinu utilisé par un cerf de Virginie dans le sud-est du Québec. L'aire grise correspond au domaine vital saisonnier, incluant toutes les localisations, basé sur la méthode du polygone convexe à 95 %; les aires noircies représentent les aires utilisées consécutivement durant le même été, ce que nous avons considéré comme étant le domaine vital réel Évolution spatiale du ravage de cerfs de Virginie de Phénégammook (haute densité) entre 1977 et Figure 3 b). Évolution spatiale du ravage de cerfs de Virginie du Lac Témiscouata (densité basse) entre 1979 et

7 1 1. INTRODUCTION La théorie de l'optimisation (Cohen 1967) et le concept des stratégies évolutives stables (Parker et Stuart 1976) peuvent expliquer la raison pour laquelle la migration a évolué chez les vertébrés. En effet, chez les mammifères terrestres, la migration peut permettre d'avoir accès à une alimentation de haute qualité (Skogland 1984; Albon et Langvatn 1992), d'éviter les prédateurs (Bergerud et Page 1987; Seip 1992) et de réduire l'impact de conditions climatiques difficiles (Messier et Barrette 1985; Nicholson et al. 1997; Undertmark 1998). Les cervidés des régions tempérées et nordiques démontrent des patrons variables d'utilisation de l'espace et la plupart des espèces peuvent migrer ou demeurer sédentaires selon les conditions climatiques locales (Craighead et al. 1972; Thomas et Toweill 1982; Eberhardt et al. 1984; Garrott et al. 1987; Bradshaw et al. 1995; Undertmark 1998). Les populations de cerfs de Virginie (Odocoileus virginianus) qui résident dans les régions où il y a peu de neige, semblent être plus sédentaires (Larson et al. 1978; Lincoln 1992; Loudon et Brinklow 1992) que les populations nordiques qui migrent entre des domaines vitaux estivaux et hivernaux (Messier et Barrettte 1985; Nelson 1995; Van Deelen et al. 1998). Les domaines vitaux hivernaux de cerfs de Virginie, que nous appelons ravages, sont caractérisés par des peuplements inéquiens mélangés et conifériens. Les îlots de conifères interceptent et maintiennent la neige (Huot 1974; Crawford 1984), ce qui réduit la dépense énergétique des cerfs pour leurs déplacements (Parker et al. 1984). De plus, les conifères réduisent la vitesse du vent et ainsi, diminuent les dépenses d'énergie nécessaires à la thermorégulation (Verme 1968; Crawford 1984). Les arbustes et les jeunes arbres, dont les ramilles représentent la principale source de nourriture hivernale (Skinner et Telfer 1974; Dumont et al. 1998), croissent généralement dans les trouées. Les ravages sont constitués de réseaux de sentiers qui permettent d'avoir accès à de la nourriture et d'éviter les prédateurs (Telfer et Kelsal 1984; Messier et Barrette 1985). Dépendamment des conditions d'enneigement, les cerfs vont demeurer ou non dans le réseau de pistes. Un séjour prolongé dans les ravages cause une baisse graduelle du brout disponible et crée ainsi, une augmentation de l'énergie consacrée à la recherche de nourriture, ce qui résulte en

8 2 une utilisation plus rapide des réserves corporelles qui souvent, mène à l'inanition (Potvin et al. 1981). Les cerfs ont l'habitude de migrer entre leurs domaines vitaux hivernal et estival (Aycrigg et Porter 1997; Van Deelen et al. 1998). Les jeunes apprennent ces routes de migration en suivant les adultes (Tierson et al. 1985). Les jeunes femelles tendent à demeurer plus près de leur mère après avoir atteint l'âge adulte que leurs frères (Nelson et Mech 1984). Porter et al. (1991) utilisent l'analogie de «pétale de rose» pour décrire les arrangements spatiaux des domaines vitaux des unités familiales de cerfs de Virginie. Ces groupes matriarcaux peuvent demeurer stables au fil du temps car la présence de femelles expérimentées et apparentées dans leur entourage est avantageuse (Aycrigg et Porter 1997). Les cerfs se rappellent de leurs patrons de migration comme l'ont démontré les animaux marqués qui ont continué à migrer dans la même direction et sur la même distance malgré qu'ils aient été déplacés dans de nouvelles aires (Nelson 1994). Cependant, les comportements de migration ne sont pas observés chez tous les cerfs de Virginie. En effet, quelques individus abandonnent leur patron traditionnel de migration ou demeurent au même endroit toute l'année (Nelson et Mech 1984; Aycrigg et Porter 1997; Nelson 1998). Les comportements de dispersion sont observés plus fréquemment chez les jeunes mâles (Nelson et Mech 1984) peut-être parce que les autres mâles les exluent à cause des possibilités d'accouplement (Shields 1987). De plus, l'augmentation des densités de population favorise la dispersion des mâles (Nelson et Mech 1984) mais non des femelles (Clutton-Brock et al. 1982; Nixon et al. 1991; Nelson et Mech 1992). Les hypothèses proposées pour expliquer la dispersion sont : l'augmentation du succès de reproduction chez ceux qui se dispersent (Shields 1987), le nombre élevé d'accouplements (Bengtsson 1978; Shields 1987) et une plus grande accessibilité aux ressources alimentaires de qualité (Nicholson et al. 1997). Au Québec, les cerfs de Virginie sont au nord-est de leur aire de répartition. Au cours du siècle dernier, cette espèce a étendu son aire de distribution du sud du Québec à l'extrémité de la péninsule gaspésienne, sur la rive sud du fleuve St-Laurent (Martin 1980) en tirant avantage de l'agriculture et des coupes forestières, qui procurent la nourriture et l'abri

9 3 nécessaires aux cerfs (Huot et al. 1984). De plus, les populations de cerfs ont également bénéficié de l'extermination des loups gris (Canis lupus, Martin 1980). Dans le sud-est du Québec, les densités de populations restent basses (< 0,3 cerf/km 2 ) et fluctuent avec les hivers occasionnellement longs et rigoureux, ce qui provoque un taux élevé de mortalité (Potvin et al. 1981; Lamontagne et Potvin 1994). Dans certaines circonstances, les populations locales de cerfs de Virginie peuvent même s'éteindre. Nous avons comparé l'utilisation des habitats d'été et d'hiver de deux populations de cerfs utilisant des ravages voisins du sud-est du Québec. Dans le premier ravage, riche en nourriture, la densité de population était basse. La densité du second ravage était stable mais deux fois plus grande que dans le premier quoique la disponibilité de la nourriture y était moindre (Dumont et al. 2000). Pendant l'étude, le nombre de cerfs de Virginie de la population de haute densité était régularisé par la compétition pour la nourriture dans le ravage (Dumont et al. 2000). Nous avons émis l'hypothèse que l'augmentation de la densité multipliait les contacts entre les congénères et les conflits sociaux pour l'accès à la nourriture. Nous avons assumé que l'augmentation des interactions sociales amenait la concentration des activités des cerfs au centre de leur domaine vital où ils pouvaient mieux compétitionner pour les ressources alimentaires à cause de leur connaissance de l'habitat. Étant donné l'organisation sociale matriarcale et les patrons de migration traditionnels de cette espèce, nous avons également présumé que les densités de populations hivernale et estivale seraient proportionnelles quoique beaucoup plus basses en été. Finalement, nous avons spéculé que la dispersion des cerfs adultes pouvait se produire lorsqu'un individu ne pouvait pas trouver suffisamment de ressources alimentaires au centre de son domaine vital pour s'assurer des chances moyennes de survie et de reproduction. Dans le cas des cerfs de Virginie, selon ce raisonnement, la dispersion peut se produire dans les ravages. Les données des ruminants, des carnivores et des rongeurs procurent quelques appuis pour l hypothèse de la diminution de la taille des domaines vitaux avec l'augmentation de la densité (Courtois et al. 1998; Mazurkiewicz et Rajska-Jurgiel 1998; Okarma et al. 1998; Philips et al. 1998). Pour les deux populations de cerfs à l'étude, nous avons prédit que 1) les cerfs de la population de haute densité devraient avoir de plus petits domaines vitaux

10 4 que la population de basse densité; 2) la philopatrie (fidélité à un domaine vital saisonnier) devrait être plus importante en hiver qu'en été pour les deux ravages et devrait être encore plus marquée pour la population de haute densité; 3) la dispersion des cerfs devrait s'effectuer plus souvent dans la population de haute densité. 1.1 Aire d'étude L'aire d'étude était localisée à environ 200 km à l'est de la ville de Québec dans les collines appalachiennes et couvrait km 2. Le territoire était constitué d'une mosaïque de terres agricoles (moins de 20 % de la surface totale) et d'un mélange de forêts conifériennes et décidues. L'aire d'étude se situait dans une zone de transition entre la forêt feuillue et la forêt boréale (Rowe 1972). Le sapin baumier (Abies balsamea), le bouleau blanc (Betula papyrifera), le peuplier faux-tremble (Populus tremuloides), l'érable à sucre (Acer saccharum), le bouleau jaune (Betula alleghaniensis), le thuja occidental (Thuja occidentalis), le hêtre à grandes feuilles (Fagus grandifolia), l'érable rouge (Acer rubrum) et l'épinette blanche (Picea glauca) étaient les espèces prédominantes d'arbres (Rowe 1972). Les espèces arbustives les plus communes étaient l'érable à épis (Acer spicatum), le noisetier à long bec (Corylus cornuta) et l'érable de Pennsylvanie (Acer pensylvanicum). Les forêts étaient gérées intensivement pour l'exploitation commerciale. Les précipitations annuelles étaient en moyenne de mm, dont 33 % tombaient en neige. Le couvert de neige était présent du début décembre à la fin d'avril (Environnement Canada 1993). L'indice de pénétration dans la neige, mesuré à l'aide d'un pénétromètre imitant l'enfoncement d'un cerf dans la neige (Verme 1968), était de jours-cm-enfoncement ( ) dans les deux aires d'étude, une variable positivement corrélée avec la taux de mortalité des cerfs au Québec (Potvin et Breton 1992). La densité des cerfs était de 0,3 cerf/km 2 en 1993 dans la zone de chasse qui inclut la zone d'étude (Lamoureux 1994). Cette aire fut sous un moratoire de chasse de 1993 à 1996 (Daigle 1998). Les coyotes (0,1/km 2 : Richer 2000) et les ours noirs (0,1/km 2 : Lamoureux 1997) étaient des prédateurs potentiels

11 5 des cerfs. La région du Bas Saint-Laurent n'est pas tellement populeuse avec quelques villes et villages dispersés. Nous avons étudié les populations des ravages du lac Témiscouata (RLT; population de basse densité) et de Pohénégamook (RPK; population de haute densité) (figure 1) entre 1994 et Les RLT et RPK couvraient 217 km 2 et 25 km 2 respectivement pendant la période d'étude. La taille du RPK est demeurée relativement stable depuis sa première délimitation en 1976 mais le ravage s'est progressivement déplacé vers le village. Le RLT est passé de 10 km 2 en 1968 à 228 km 2 en 1998 (A. Dumont et al.2000). Le RLT est situé complètement en milieu forestier, sans habitation permanente, et compte seulement quelques chalets, tandis que le RPK est partiellement entouré par le village où se situe 20 % des cerfs qui fréquentent des sites d'alimentation artificiels (Grenier et al. 1999). Les inventaires aériens et de broutement démontrent que ces deux ravages sont très différents : pour le RLT, la densité de cerfs se situait autour de 10 cerfs/km 2 avec ramilles de feuillus/ha, comparé à 20 cerfs/km 2 et ramilles/ha pour le RPK (Dumont et al. 2000). Dans le RPK, la population a atteint sa capacité de support (K) pendant l'étude et est restée relativement stable tandis que la population du RLT était en expansion (Dumont et al. 2000).

12 2. MATÉRIEL ET MÉTHODES Télémétrie Les cerfs ont été capturés en janvier à l'aide de trappes Stephenson (Rongstad et McCabe 1984) placées le long de sentiers et appâtées avec des ramilles de thuja et de la moulée commerciale. Tous les cerfs étaient immobilisés dans un filet, sexés et munis d une étiquette à l'oreille ainsi que d'un collier émetteur. Les manipulations duraient environ 5 minutes par cerf et furent approuvées par le Comité de protection des animaux de l'université Laval. Les cerfs étaient identifiés comme immatures (8 à 9 mois) ou adultes (> 1,5 an), en tenant compte de leur taille et de l'apparition et du remplacement des dents (Severinghaus 1949). Nous avons capturé 38 jeunes (16 mâles et 22 femelles) et 41 adultes (18 mâles et 23 femelles) dans le RPK entre 1994 et Douze jeunes (quatre mâles et huit femelles) et neuf adultes (deux mâles et sept femelles) ont été capturés dans le RLT 1994 et Nous avons exclu de notre analyse les localisations estimées pendant les migrations printanières et automnales et durant la saison de reproduction à cause des changements dans les comportements et les déplacements (Nelson et Mech 1981; Labinski et Fritzen 1998). Les cerfs restaient par ailleurs relativement sédentaires en hiver (15 décembre au 21 avril) et pendant l'été (10 mai au 25 septembre). Les cerfs étaient localisés au sol par triangulation et par voie aérienne en utilisant une antenne fixée à l'aile d'un avion. En 1994, 1995 et 1996, les cerfs étaient localisés hebdomadairement par avion. En 1997, les inventaires aériens avaient lieu toutes les semaines en hiver et à l'automne et deux fois par semaine pendant l'été. Nous avons également utilisé la triangulation pour localiser les cerfs en été durant les deux dernières années de l'étude. Les localisations terrestres couvraient toutes les heures du jour tandis que les localisations aériennes étaient effectuées seulement le jour. Nous avons considéré deux

13 7 localisations successives indépendantes si elles étaient séparées d'au moins huit heures (White et Garrott 1990). Les localisations terrestres étaient effectuées avec deux systèmes mobiles de télémétrie. Le premier était constitué d'une antenne yagi de neufs éléments montée sur le toit d'un camion (Amlaner et Macdonald 1979; Lovallo et al. 1994). Les azimuts étaient mesurés à l'aide d'une boussole électronique (Azimuth 1000 Digital Compass, KVH Industries, Inc., RI; Lovallo et al. 1994). Le deuxième système était constitué d'une antenne yagi de sept éléments montée sur un véhicule tout-terrain et dans ce cas, les azimuts étaient pris à l'aide d'une boussole conventionnelle. Des stations fixes localisées au GPS ont été utilisées pour la triangulation. Le logiciel LOCATE II (Pacer, Truro, Nova Scotia, Canada; Nams 1990) a été utilisé pour estimer les positions des cerfs à partir des données de télémétrie et l ellipse de confiance (Lenth 1981). Nous avons mesuré la précision des localisations aériennes et terrestres au cours de 24 tests à l'aveugle utilisant des colliers émetteurs cachés dont la localisation précise avait été determinée à l'aide d un topofil et de cartes écoforestières 1 : Estimation des domaines vitaux Nous avons utilisé le polygone convexe minimal (PCM, intervalle de confiance de 95 %) pour estimer les domaines vitaux hivernal et estival de chaque cerf (logiciel CALHOME : Kie et al. 1994). Nous avons déterminé le nombre de localisations nécessaires pour estimer les domaines vitaux saisonniers à l'aide d'un échantillon de 20 cerfs pour lesquels nous avons mesuré les domaines vitaux saisonniers avec un échantillon croissant de localisations. Le nombre moyen de localisations nécessaires pour obtenir une asymptote était de 25 (E.S. = 2). Nous avons tracé et comparé le polygone convexe minimal 95 % des domaines vitaux d'été et d'hiver à condition de rencontrer ce seuil (Kenward 1987; Harris et al. 1990).

14 8 Nous avons estimé la taille des domaines vitaux des cerfs immatures séparément pour le premier hiver et le deuxième été parce qu'ils sont probablement moins philopatriques au moment de la séparation de leur mère. Pour les individus suivis pendant plus d'un an, nous avons calculé une taille moyenne des domaines vitaux saisonniers et un pourcentage de superperposition des domaines vitaux. Pour les cerfs qui ont été marqués lorsqu'ils étaient faons, nous avons estimé leurs domaines vitaux de jeunes et d'adultes. Nous avons cartographié les domaines vitaux calculés à l'aide du logiciel CALHOME en utilisant le logiciel LAMBERT (Thériault 1993) avant d'utiliser MapInfo (MapInfo 1997) pour déterminer les distances de migration et le degré de superposition des domaines vitaux pour les années successives Philopatrie Pour quantifier la philopatrie, nous avons calculé le pourcentage de superposition des domaines vitaux saisonniers pendant plusieurs années consécutives. Nous avons exprimé la superposition comme un pourcentage du domaine vital pour une année donnée en comparaison avec l'année suivante. Pour les individus suivis pendant plus de deux ans, nous avons aussi calculé la superposition pour différentes saisons séparées de deux ou trois ans. 2.4 Analyses statistiques Nous avons vérifié si la taille des domaines vitaux saisonniers et le pourcentage de superposition variaient selon l'âge, le sexe et la densité du ravage, en utilisant une ANOVA factorielle qui incluait toutes les variables (SAS 1993); aucune interaction était assez forte pour être significative (P > 0,05). Nous avons analysé les domaines vitaux estivaux et hivernaux séparément à cause de leur importante diminution pendant l'hiver. Nous nous sommes assurés que les résidus étaient homogènes (observation visuelle de la courbe) et

15 9 normalement distribués (test de Shapiro-Wilk). Nous avons apporté une transformation logarithmique à la taille des domaines vitaux afin d'atteindre ces conditions.

16 3. RÉSULTATS 10 Nous avons localisé les 100 cerfs fois par avion et fois par camion de janvier 1994 à septembre Les localisations terrestres furent effectuées toute la journée (00h20-23h52 heure local) tandis que les localisations aériennes furent effectuées seulement le jour (7h16-18h23 heure locale). Les tests de précision avec les 24 colliers de localisations connues ont donné une erreur moyenne de 170 ± 36 (E.S.) m et 392 ± 77 m pour les localisations terrestres et aériennes respectivement. Nous n'avons trouvé aucune relation entre les erreurs terrestres et aériennes pour les mêmes colliers cachés (r 2 = 0,004; F = 0,20; P = 0,90; n = 24). En regroupant les positions aériennes et terrestres, nous avons localisé en moyenne 29 ± 4 fois chaque cerf par saison. L'ellipse de confiance de 95 % calculée par LOCATE II pour les localisations terrestres était en moyenne de 64,7 ± 11,5 ha (n = 805, données de 1996 seulement). La taille de l'ellipse de confiance n'était pas liée à l'erreur de localisation dans nos tests de précision (R 2 = 0,02; F = 1,02; P = 0,81; n = 21) et nous n'avons rejeté aucune localisation en se basant sur ce critère (Zimmerman et Powell 1995). Les domaines vitaux d'été couvraient une surface continue où les cerfs erraient. Cependant, des 106 domaines vitaux délimités entre 1994 et 1997, 12 avaient un patron différent constitué de deux aires ou plus séparées et utilisées consécutivement durant l'été (figure 2). Une distance plus grande ou égale au diamètre de la plus grande aire séparait deux zones d utilisation intense. Ces domaines vitaux auraient couvert de trop grandes étendues si nous avions utilisé la méthode du polygone convexe minimal, dans certains cas plus de ha. Huit femelles (cinq adultes et trois jeunes) et un jeune mâle ont utilisé ce type de domaine vital d'été discontinu; huit de ces neuf cerfs étaient dans la population de basse densité du RLT. Les trois cerfs qui avaient des domaines vitaux estivaux discontinus et qui ont été suivis pendant 2 ans, ont utilisé ce type d'habitat pendant seulement une année. Pour les cerfs suivis pendant 3 ans, un des cerfs a utilisé un domaine vital discontinu pendant seulement un an, un autre pendant 2 ans et le troisième pendant 3 ans. Finalement, deux cerfs suivis pendant 4 ans ont utilisé des domaines vitaux discontinus pendant seulement un an. Tous les cerfs qui avaient des domaines vitaux estivaux dicontinus avaient des

17 11 domaines vitaux continus pendant l'hiver. De plus, trois adultes et deux jeunes femelles de la population de basse densité du RLT sont retournés prématurément au ravage en 1995 (entre le 16 juillet et le 26 septembre). Pour les cerfs marqués lorsqu'ils étaient faons, nous n'avons trouvé aucune corrélation entre la taille du domaine vital et le pourcentage de superposition à l âge immature et l âge adulte. Conséquemment, nous avons considéré comme indépendantes, les mesures prises sur le même individu pour les deux catégories d'âge. La taille des domaines vitaux hivernaux ne différait pas selon les populations (P = 0,54) ni selon la catégorie d'âge (P = 0,27) ou le sexe (P = 0,85), mais ils étaient plus petits que les domaines vitaux d'été (tableau 1). En été, la taille des domaines vitaux ne différait pas entre les populations (P = 0,91) mais la catégorie d'âge (P = 0,04) et le sexe (P = 0,03) influençaient l'utilisation de l'habitat. Les jeunes avaient des domaines vitaux plus grands que les adultes et les mâles avaient des domaines vitaux plus grands que ceux des femelles. Les patrons de migration sont demeurés relativement constants entre 1994 et 1997 pour les deux populations (figure 1). Chaque année, les cerfs du RPK migraient au nord-ouest du ravage tandis que les cerfs du RLT migraient dans des directions variables. Les distances moyennes de migration, entre les domaines vitaux estivaux et hivernaux, étaient de 26,4 km (± 1,7; n = 15) et 9,7 km (± 1,2; n = 18) pour les RPK (population de haute densité) et RLT (population de basse densité) respectivement. Les distances de migration ne variaient pas significativement selon le sexe (P = 0,64) ni selon la catégorie d'âge (P = 0,51) mais variaient selon les ravages (P = 0,04). Pendant deux années consécutives, la superposition des domaines vitaux était plus grande en été qu'en hiver (P = 0,04). En hiver, le pourcentage moyen de superposition des domaines vitaux des cerfs de la population de haute densité excédait celui des cerfs de la population de basse densité (P = 0,04) mais était indépendant de la classe d'âge (P = 0,29) et du sexe (P = 0,41; tableau 2). Pendant l'été, le degré de superposition n'était pas

18 12 significativement différent entre les populations (P = 0,86), ni entre les classes d'âge (P = 0,88) ou le sexe (P = 0,97). La superposition diminuait à 43 % ( ± 10; n = 36) entre deux étés non consécutifs, indépendamment des ravages. Quatre cerfs ont migré dans un ravage différent de celui dans lequel ils avaient été marqués dont trois provenant de la population de haute densité. Un mâle de la population de haute densité est demeuré dans son habitat d'été où il est mort. Un autre a été blessé dans un accident de voiture en décembre et a migré à proximité du RPK mais ne s'est pas rendu jusque dans le ravage et est mort en janvier.

19 4. DISCUSSION 13 Étant donné les différences de densité de population et de disponibilité de nourriture entre les deux ravages, nous avions prédit que la compétition pour les ressources allait influencer l utilisation de l espace différemment selon la densité de population du ravage. Comme prévu, les cerfs de la population de haute densité étaient plus philopatriques que ceux de la population de faible densité pendant l hiver. De plus, généralement, un plus grand nombre d émigrants provinrent de la population de haute densité. Cependant, contrairement à nos prédictions, la philopatrie était plus élevée en été qu en hiver et les deux populations avaient des domaines vitaux semblables. 4.1 Taille des domaines vitaux Les cerfs provenant des deux populations occupaient des domaines vitaux de taille similaire mais leurs domaines vitaux estivaux étaient plus vastes que ceux d ailleurs en Amérique du Nord (tableau 3). Notre méthode de calcul de la taille des domaines vitaux dissimule probablement une tendance pour les cerfs du ravage de basse densité à se déplacer dans des aires plus vastes que ceux des cerfs du ravage de haute densité, si nous considérons que huit des 19 cerfs de la population de basse densité utilisaient des domaines vitaux discontinus par comparaison à un sur 54 cerfs dans la population de haute densité. L aire totale utilisée par les cerfs en été que nous avons mesurée, peut représenter un maximum pour les cerfs de Virginie et les domaines vitaux pourraient devenir discontinus au-dessus de ce seuil. Ce genre de domaine vital estival très vaste suggère que la compétition intraspécifique restreinte et les faibles coûts de locomotion (Parker et al. 1999) favorisent l'expansion du domaine vital. On pourrait avancer que la rareté du brout ait causé un tel agrandissement du domaine vital (Mysterud 1999) mais le brout estival était abondant dans notre aire d'étude (Rouleau 2001). De plus, les cerfs de Virginie du territoire à l'étude avaient les tailles corporelles et les réserves adipeuses automnales les plus importantes de tout le Québec (Lesage et al. 2001; S. Boucher, non publié). L'utilisation

20 14 d'un grand domaine vital estival, par les cerfs nordiques vivant à basse densité, peut augmenter leurs opportunités de reproduction, la détection et l'utilisation d'habitats inutilisés et l'établissement de ravages adéquats (Larson et al. 1978; Labiski et Fritzen 1998). Au contraire, les cerfs des populations de haute densité estivale semblent réduire la taille de leur domaine vital et éviter la compétition avec les voisins, voire changer leurs patrons de migration (Courtois et al. 1998; Larson et al. 1978; Okarma et al. 1998; Philips et al. 1998). Selon notre étude, pendant l'hiver, la compétition pour les ressources ne semble pas influencer la taille du domaine vital quoique les cerfs vivant dans la population de basse densité aient brouté environ le double de nourriture que ceux de la population de haute densité (Dumont et al. 2000). Cette similarité entre la taille des domaines vitaux pourrait résulter de la précision relativement basse de nos localisations hivernales qui ont été utilisées pour estimer la taille des domaines vitaux. Cependant, les cerfs des deux populations avaient des domaines vitaux hivernaux de taille semblable à ceux des autres populations de l'amérique du Nord (tableau 3). Étant donné le budget énergétique négatif de la plupart des cerfs pendant l'hiver (Mautz 1978; Parker et al. 1999), les cerfs semblent diminuer la taille de leur domaine vital à un minimum, afin d éviter les prédateurs potentiels (Parker et al. 1999) indifféremment de la disponibilité du brout. La finesse des pattes des cerfs de Virginie augmente l enfoncement dans la neige et les coûts de locomotion (Parker et al. 1984; Telfer et Kelsall 1984). Pour pallier à cette caractéristique, les cerfs de Virginie maintiennent des réseaux de sentiers pendant leur séjour dans le ravage (Telfer et Kelsall 1984) qui a duré plus de 120 jours lors de notre étude (Dumont et al. 1998). Les cerfs des deux populations ont maintenu des réseaux de pistes de taille semblable mais les cerfs de la population de haute densité avaient seulement la moitié du brout disponible de ceux de la population de basse densité (Dumont et al. 2000).

Le système de suivi de populations de cerfs de Virginie au Québec en 2006

Le système de suivi de populations de cerfs de Virginie au Québec en 2006 SYSTÈME DE SUIVI L Le système de suivi de populations de cerfs de Virginie au Québec en 2006 8187-07-07 Direction du développement de la faune Le système de suivi de populations de cerfs de Virginie au

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

LISTE des ARBRES INDIGÈNES

LISTE des ARBRES INDIGÈNES LISTE des ARBRES INDIGÈNES FEUILLUS Aubépine ponctuée (Crataegus punctata) Hauteur : 7 à 10 m Largeur : 7 à 10 m Sol : tous, sauf trop humide Photo : Flore Laurentienne Wikipédia Photo: Bill Moses Aubépine

Plus en détail

Impact de la récupération sur la diversité des oiseaux en forêt d épinettes noires

Impact de la récupération sur la diversité des oiseaux en forêt d épinettes noires 7 Impact de la récupération sur la diversité des oiseaux en forêt d épinettes noires Jacques Ibarzabal Université du Québec Chicoutimi Ermias T. Azeria Ressources naturelles Canada Service canadien des

Plus en détail

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Françoise Burel, CNRS Jacques Baudry, INRA CAREN, Rennes www.caren.univ-rennes1.fr/pleine-fougeres Les paysages sont hétérogènes

Plus en détail

Analyse des sites d abattage de l orignal (Alces alces) au parc éolien de Carleton

Analyse des sites d abattage de l orignal (Alces alces) au parc éolien de Carleton Analyse des sites d abattage de l orignal (Alces alces) au parc éolien de Carleton Par Claudel Pelletier et Martin Dorais Direction de l expertise Énergie Faune Forêts Mines Territoire de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Plus en détail

VERS LE RÉTABLISSEMENT DU CARIBOU FORESTIER!

VERS LE RÉTABLISSEMENT DU CARIBOU FORESTIER! MÉMOIRE DÉPOSÉ À ENVIRONNEMENT CANADA DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION SUR LE PROGRAMME DE RÉTABLISSEMENT DE LA POPULATION BORÉALE DU CARIBOU DES BOIS (RANGIFER TARANDUS CARIBOU) AU CANADA VERS LE RÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière

Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière Analyse de la structure verticale : une nouvelle approche pour évaluer l impact des cervidés sur la régénération forestière Patricia Heuzé et François Klein Contexte de l étude Depuis une cinquantaine

Plus en détail

Une nouvelle méthode pour le suivi du chevreuil à grande échelle : l IK voiture

Une nouvelle méthode pour le suivi du chevreuil à grande échelle : l IK voiture Technique Une nouvelle méthode pour le suivi du chevreuil à grande échelle : l IK voiture B. Hamann Le suivi des variations de l abondance est un élément clé pour la gestion des populations de chevreuils

Plus en détail

Compétition & agression. Compétition pour l accès aux ressources. Compétition par exploitation. Distribution des ressources

Compétition & agression. Compétition pour l accès aux ressources. Compétition par exploitation. Distribution des ressources Compétition & agression Compétition pour l accès aux ressources BIO76 - Université d Ottawa Prof. Gabriel Blouin-Demers Labo d Herpétologie Herpetology Lab Écologie comportementale & physiologique Behavioural

Plus en détail

Le comportement territorial

Le comportement territorial Leçon d option B Le comportement territorial Jean-Olivier Irisson irisson@normalesup.org http://jo.irisson.com/ Table des matières 1 Les traits comportementaux associés à la territorialité 2 1.1 Marquer

Plus en détail

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent Ateliers Sur la conservation des milieux naturels / 16 et 17 mars 2007, Montréal Par Catherine

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland 171, rue Léger ~ Sherbrooke (Québec) CANADA J1L 1M2 Tél. : 819 340-6124 ~ Fax : 819 562-7888 ~ www.genivar.com Référence à

Plus en détail

Diabrotica virgifera : procédure pour la lutte officielle

Diabrotica virgifera : procédure pour la lutte officielle PM 9/4 (1) European and Mediterranean Plant Protection Organization Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes Systèmes de lutte nationaux réglementaires Diabrotica virgifera

Plus en détail

Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe

Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe Académie vétérinaire de France 21 février 2013 Jean-Luc Flot Département de la santé des forêts Plan de l'exposé

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

RÉSUMÉS DES CONFÉRENCES

RÉSUMÉS DES CONFÉRENCES RÉSUMÉS DES CONFÉRENCES Chaire de recherche industrielle CRSNG-Produits forestiers Anticosti 3e colloque annuel 19 avril 2004 Université Laval, Québec La Chaire de recherche industrielle CRSNG-Produits

Plus en détail

Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie)

Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie) Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie) Aicha LARDJANE-HAMITI 1, Fatiha METNA 1, Samira MERABET 1, Karima RAKEM 2, Mohamed BOUKHEMZA

Plus en détail

Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002

Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002 Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002 Bois de La Prairie (La Commune) No du plan RCI : CS-05 Municipalité :

Plus en détail

Programmes spéciaux d'assistance financière pour les propriétaires de boisés endommagés par la tempête de verglas de janvier 1998 (programmes Verglas)

Programmes spéciaux d'assistance financière pour les propriétaires de boisés endommagés par la tempête de verglas de janvier 1998 (programmes Verglas) Programmes spéciaux d'assistance financière pour les propriétaires de boisés endommagés par la tempête de verglas de janvier 1998 (programmes Verglas) Nelson Fréchette, ing.f., biol., Responsable du volet

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N o 10

FICHE TECHNIQUE N o 10 Comité Zone d Intervention Prioritaire Date d'ouverture du dossier : 01/04/2003 FICHE TECHNIQUE N o 10 Thématique : Projet : Localisation : Protection et restauration écologique des milieux naturels Aménagement

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour francour@unice.fr Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

Trompez-le par l estomac

Trompez-le par l estomac Rodrigue Beauchemin Trompez-le par l estomac Par Michel Breton Comprendre une carte écoforestière et savoir comment l employer sont deux choses totalement différentes. Pour maximiser l utilisation d un

Plus en détail

ENTENTE POUR UN ÉVÈNEMENT CARBONE ZÉRO

ENTENTE POUR UN ÉVÈNEMENT CARBONE ZÉRO ENTENTE POUR UN ÉVÈNEMENT CARBONE ZÉRO www.asf-estrie.org Dans ce document, vous retrouverez les détails concernant les démarches pour effectuer un évènement à zéro carbone par la plantation compensatoire.

Plus en détail

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes»

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» La pollinisation: un service écosystémique basé sur des réseaux d interactions complexes Isabelle

Plus en détail

Soins parentaux. Soins parentaux. Plusieurs groupes donnent des soins. Variation dans les soins parentaux fournis

Soins parentaux. Soins parentaux. Plusieurs groupes donnent des soins. Variation dans les soins parentaux fournis BIO3576 - Université d Ottawa Prof. Gabriel Blouin-Demers Labo d Herpétologie Herpetology Lab Écologie comportementale & physiologique Behavioural & physiological ecology 1 Tout comportement qui augmente

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

PROTOCOLE DE SUIVI DES TENDANCES D EVOLUTION DES EFFECTIFS DES CERVIDES (CERF ET CHEVREUIL) A L ECHELLE DES UNITES DE GESTION

PROTOCOLE DE SUIVI DES TENDANCES D EVOLUTION DES EFFECTIFS DES CERVIDES (CERF ET CHEVREUIL) A L ECHELLE DES UNITES DE GESTION PROTOCOLE DE SUIVI DES TENDANCES D EVOLUTION DES EFFECTIFS DES CERVIDES (CERF ET CHEVREUIL) A L ECHELLE DES UNITES DE GESTION Objectifs visés Suivre la tendance d évolution des effectifs des populations

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Protocole d inventaire de la ressource

Protocole d inventaire de la ressource Protocole d inventaire de la ressource L inventaire L inventaire se réalise en trois étapes qui consistent en : 1. L analyse cartographique du territoire à inventorier et la première visite sur le terrain

Plus en détail

1. CHOIX DE LA MÉTHODE D'EXPERTISE

1. CHOIX DE LA MÉTHODE D'EXPERTISE Page 1 Les normes concernant l échantillonnage se retrouvent à la procédure générale d assurance récolte à la section 10,32. Cependant, les normes particulières au programme «Céréales, maïs-grain et protéagineuses»

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188 CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres Page 188 CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES Sauf lorsque spécifiquement stipulé, tout

Plus en détail

Marteloscope Gounamitz 2

Marteloscope Gounamitz 2 Marteloscope Gounamitz 2 Description du dispositif Michel Soucy et André Cyr Faculté de foresterie, Université de Moncton, Campus d Edmundston Jean-Martin Lussier Centre canadien sur la fibre de bois,

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

L amélioration du boisé lors des coupes

L amélioration du boisé lors des coupes L amélioration du boisé lors des coupes Feuillet technique 1 Les propriétaires de boisés présents sur le territoire de l Agence de mise en valeur des Appalaches sont très actifs dans leurs boisés comme

Plus en détail

Legend. Provincial Park

Legend. Provincial Park Les Parcs sauvages sont des zones importantes où les forces de la nature peuvent agir librement et où les visiteurs qui se promènent principalement par des moyens non motorisés peuvent avoir une expérience

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

MISE À JOUR DE L'ÉTAT DU STOCK DE HOMARD DE 2015 (HOMARUS AMERICANUS) DANS LA BAIE DE FUNDY (ZONES DE PÊCHE DU HOMARD 35 À 38)

MISE À JOUR DE L'ÉTAT DU STOCK DE HOMARD DE 2015 (HOMARUS AMERICANUS) DANS LA BAIE DE FUNDY (ZONES DE PÊCHE DU HOMARD 35 À 38) Secrétariat canadien de consultation scientifique Région des Maritimes Réponse des Sciences 2015/030 MISE À JOUR DE L'ÉTAT DU STOCK DE HOMARD DE 2015 (HOMARUS AMERICANUS) DANS LA BAIE DE FUNDY (ZONES DE

Plus en détail

L occupation du sol. Le Long des grands Lacs et du saint-laurent. Problématique

L occupation du sol. Le Long des grands Lacs et du saint-laurent. Problématique EAU SÉDIMENTS RIVES RESSOURCES BIOLOGIQUES USAGES L occupation du sol Le Long des grands Lacs et du saint-laurent Problématique L Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO)

Plus en détail

ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES

ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES présenté au Ministère de l Environnement et de la Faune Direction des politiques des

Plus en détail

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE 1. OBJECTIFS DE L'ETUDE STATISTIQUE Le traitement statistique des données a été effectué par le Professeur A. ALBERT du Centre Interdisciplinaire de Statistique

Plus en détail

TARIF DE CUBAGE GÉNÉRAL Volume marchand brut. Jean-Yves Perron, ing.f.

TARIF DE CUBAGE GÉNÉRAL Volume marchand brut. Jean-Yves Perron, ing.f. TARIF DE CUBAGE GÉNÉRAL Volume marchand brut Jean-Yves Perron, ing.f. Ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs Forêt Québec Direction des inventaires forestiers 1 re édition - février

Plus en détail

Exemple concret de suivi des baleines à bosse.

Exemple concret de suivi des baleines à bosse. Suivre des baleines à bosse PAGES 1à 6 : Le suivi des baleines à bosse de l Océan Indien PAGE 7 : Compléments pour le suivi de baleines à bosse en classe PAGE 8: fiche élève : Utilisation du site Argonautica

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES CRÉDITS DE PRIORITÉ RÉGIONALE

DIRECTIVES POUR LES CRÉDITS DE PRIORITÉ RÉGIONALE DIRECTIVES POUR LES CRÉDITS DE PRIORITÉ RÉGIONALE Pour la certification LEED Canada pour bâtiments existants : exploitation et entretien 10 août 2009 1. BUT DES CRÉDITS DE PRIORITÉ RÉGIONALE Afin de reconnaître

Plus en détail

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche l Décembre 25 e point en recherche Série technique 5-119 Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction La recherche permet de commencer à comprendre

Plus en détail

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Problèmes environnementaux auxquels l empreinte apporte des solutions : Les chauvessouris sont essentielles pour l écosystème puisqu elles se

Plus en détail

ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec. DEMANDE D INFORMATION No. 47

ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec. DEMANDE D INFORMATION No. 47 Mars 2015 ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec DEMANDE D INFORMATION NO.1 DEMANDE D INFORMATION No. 47 Le document d analyse des données de surveillance des

Plus en détail

Chapitre 1. L algorithme génétique

Chapitre 1. L algorithme génétique Chapitre 1 L algorithme génétique L algorithme génétique (AG) est un algorithme de recherche basé sur les mécanismes de la sélection naturelle et de la génétique. Il combine une stratégie de survie des

Plus en détail

DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX

DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX DANS LA RESERVE PRIVEE D AMBODIRIANA (MANOMPANA SOANIERANA IVONGO) PHASE II RAPPORT PRELIMINAIRE Jeanneney Rabearivony

Plus en détail

Deuxième Partie La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique

Deuxième Partie La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique Rapport préliminaire sur les cartes de risque de grippe aviaire Deuxième Partie: La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique 2 Deuxième Partie La répartition

Plus en détail

Après avoir légèrement diminuées en

Après avoir légèrement diminuées en INDUSTRIE CANADA Le marché des maisons préfabriquées Volume 5 / 2e Édition Été 1999 Les diminuent Les aux États-Unis continuent sur leur lancée Les au Japon et vers l Asie-Pacifique baissent de plus en

Plus en détail

TENDANCES DANS LES RELEVÉS PAR NAVIRE SCIENTIFIQUE DANS LA RÉGION DES MARITIMES BANC GEORGES

TENDANCES DANS LES RELEVÉS PAR NAVIRE SCIENTIFIQUE DANS LA RÉGION DES MARITIMES BANC GEORGES Secrétariat canadien de consultation scientifique Région des Maritimes Réponse des Sciences 2014/018 TENDANCES DANS LES RELEVÉS PAR NAVIRE SCIENTIFIQUE DANS LA RÉGION DES MARITIMES BANC GEORGES Figure

Plus en détail

PLAN DE GESTION DES ESPÈCES FOCALES POUR LES RÉSERVES FAUNIQUES MASTIGOUCHE (RFM) ET DU SAINT-MAURICE (RFSTM)

PLAN DE GESTION DES ESPÈCES FOCALES POUR LES RÉSERVES FAUNIQUES MASTIGOUCHE (RFM) ET DU SAINT-MAURICE (RFSTM) RAPPORT PRÉSENTÉ À LA FONDATION DE LA FAUNE DU QUÉBEC DANS LE CADRE DU PROJET MISE EN ŒUVRE DU PROJET PILOTE D AIRE PROTÉGÉE POLYVALENTE DANS LA MAURICIE : UNE VOIE POUR BONIFIER LA PROTECTION DES TERRITOIRES

Plus en détail

Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas

Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas Science de la biodiversité: ce que nous savons sur la biodiversité et une idée de ce que nous ne savons pas Andrew Gonzalez Québec Centre for Biodiversity Science http://qcbs.ca Un message inquiétant Ces

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Sélection et développement d un réseau de refuges forestiers au Bas Saint-Laurent.

Sélection et développement d un réseau de refuges forestiers au Bas Saint-Laurent. Sélection et développement d un réseau de refuges forestiers au Bas Saint-Laurent. Par Amélie Gilbert Candidate à la maîtrise Gestion de la faune et se ses habitats Sous la direction conjointe de Luc Sirois

Plus en détail

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution PRATIQUES relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution CADRE NORMATIF DESTINÉ AUX CLIENTS ET PROMOTEURS QUI RÉALISERONT LES TRAVAUX TABLE DES MATIÈRES 5

Plus en détail

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2010/054 ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Contexte Figure

Plus en détail

EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II. Autres propositions

EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II. Autres propositions Prop. 11.33 EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II Autres propositions A. Proposition Transférer Eunymphicus cornutus cornutus de l'annexe II à l'annexe I. La perruche de la chaîne a

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

Objectifs présentés. Discussion générale

Objectifs présentés. Discussion générale Risque de feux et productivité forestière, de part et d autre de la limite nordique d attribution des forêts dans un contexte de changements climatiques Sylvie Gauthier Collaborateur : Yves Bergeron, Martin

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

TABLE EXPLORATION PROGRAM CLASS CRITERIA

TABLE EXPLORATION PROGRAM CLASS CRITERIA TABLE EXPLORATION PROGRAM CLASS CRITERIA (Exploration Program Class Criteria Table replaced by O.I.C. 2005/190) Column 1 Column 2 Column 3 Column 4 Item Class 1 Class 2 Class 3 Activity Criteria Criteria

Plus en détail

INCIDENCE DU COMMERCE EXTÉRIEUR SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR : NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L» NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L»

INCIDENCE DU COMMERCE EXTÉRIEUR SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR : NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L» NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L» INCIDENCE DU COMMERCE EXTÉRIEUR SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR : NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L» INCIDENCE DU COMMERCE EXTÉRIEUR SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR : NOUVELLE ANALYSE DE LA COURBE EN «L» ARTICLE

Plus en détail

Data issues in species monitoring: where are the traps?

Data issues in species monitoring: where are the traps? Data issues in species monitoring: where are the traps? French breeding bird monitoring : Animations locales : - dealing with heterogenous data - working with multi-species multi-sites monitoring schemes

Plus en détail

Une vision énergétiquement soutenable pour le Danemark Abandon progressif des énergies fossiles d ici 2030

Une vision énergétiquement soutenable pour le Danemark Abandon progressif des énergies fossiles d ici 2030 Une vision énergétiquement soutenable pour le Danemark Abandon progressif des énergies fossiles d ici 2030 Gunnar Boye Olesen, International Network for Sustainable Energy - Europe 1 (Réseau International

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Master 2 Recherche Biodiversité, Ecologie et Evolution 2007. Marie Bosquet

Master 2 Recherche Biodiversité, Ecologie et Evolution 2007. Marie Bosquet UNIVERSITÉ PAUL SABATIER Master 2 Recherche Biodiversité, Ecologie et Evolution 2007 Marie Bosquet Stabilité inter-annuelle du domaine vital chez le chevreuil (Capreolus capreolus) Stage de recherche effectué

Plus en détail

Évolution temporelle de l occupation des habitats linéaires par les pics en forêt boréale aménagée : le cas de l activité reproductrice du Pic maculé

Évolution temporelle de l occupation des habitats linéaires par les pics en forêt boréale aménagée : le cas de l activité reproductrice du Pic maculé Évolution temporelle de l occupation des habitats linéaires par les pics en forêt boréale aménagée : le cas de l activité reproductrice du Pic maculé Antoine Plouffe Leboeuf (1) Pierre Drapeau (1) (1)

Plus en détail

F-7a-v3 1 / 5. 7. Bourses de mobilité / Mobility Fellowships Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form

F-7a-v3 1 / 5. 7. Bourses de mobilité / Mobility Fellowships Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form F-7a-v3 1 / 5 7. Bourses de mobilité / Mobility Fellowships Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form Nom de famille du candidat Langue de correspondance Français Family name of participant

Plus en détail

Sources des données et méthodes pour l'indicateur de la qualité des zones de croissance des mollusques

Sources des données et méthodes pour l'indicateur de la qualité des zones de croissance des mollusques Sources des données et méthodes pour l'indicateur de la qualité des zones de croissance des mollusques décembre 2011 Cat.# : En4-144/31-2011F-PDF ISBN : 978-1-100-98402-5 1 Introduction L indicateur de

Plus en détail

Le Busard Saint-Martin Circus cyaneus en Bresse bourguignonne Programme de marquage alaire - Premiers résultats

Le Busard Saint-Martin Circus cyaneus en Bresse bourguignonne Programme de marquage alaire - Premiers résultats LES RAPACES Le Busard Saint-Martin Circus cyaneus en Bresse bourguignonne Programme de marquage alaire - Premiers résultats Brigitte GRAND* Résumé Dans le cadre d un programme personnel de suivi par marquage

Plus en détail

CONFÉRENCE Michel Morin, agr., agroéconomiste

CONFÉRENCE Michel Morin, agr., agroéconomiste CONFÉRENCE Michel Morin, agr., agroéconomiste Centre de développement du porc du Québec inc. Impact de la longévité des truies sur la rentabilité EXPO-CONGRÈS DU PORC DU QUÉBEC 2005 46 IMPACT DE LA LONGÉVITÉ

Plus en détail

LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT

LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT SOMMAIRE LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT... 1 SÉCURITÉ, FIABILITÉ ET EFFICACITÉ... 2 PRINCIPALES MARCHANDISES TRANSPORTÉES SUR LES GRANDS LACS ET LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT... 3 LE COEUR DE L

Plus en détail

Le monitoring de la qualité

Le monitoring de la qualité SÉDIMENTS RIVES RESSOURCES BIOLOGIQUES 3 e édition Le monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers Cap Piailleur, Îles-de-la-Madeleine Photo : Martin Rodrigue, Environnement

Plus en détail

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles CHAPITRE 2 Population, ménages et familles Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Distribution spatiale, structure par âge et par sexe de la population Le taux d urbanisation de

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

Évaluation des tendances touristiques des Canadiens et des Américains en 2006. Sommaire du projet

Évaluation des tendances touristiques des Canadiens et des Américains en 2006. Sommaire du projet Évaluation des tendances touristiques des Canadiens et des Américains en 2006 Sommaire du projet Table des matières Renseignements généraux...1 Méthodologie de recherche...2 Conclusions de la recherche...3

Plus en détail

Caractéristiques générales

Caractéristiques générales Caractéristiques générales Densité de Bois par Unités paysagères (Surface occupée en %) Loire urbaine 30,1 Gatine Tourangelle 23,1 Grande Sologne 69,1 Confins Beauce et Loir 37,3 Vallee de la Loire et

Plus en détail

Parc national du Canada Wapusk. Journée des sciences et de la technologie Colline du Parlement le 19 octobre 2009

Parc national du Canada Wapusk. Journée des sciences et de la technologie Colline du Parlement le 19 octobre 2009 Parc national du Canada Wapusk Journée des sciences et de la technologie Colline du Parlement le 19 octobre 2009 Parc national du Canada Wapusk Créé le 24 avril 1996. Pour protéger une zone représentative

Plus en détail

PRIMAIRE : SCIENCE ET TECHNOLOGIE LA PRESSION ET LA FORCE DES RAQUETTES

PRIMAIRE : SCIENCE ET TECHNOLOGIE LA PRESSION ET LA FORCE DES RAQUETTES ACTIVITÉ POUR LE PRIMAIRE PRIMAIRE : SCIENCE ET TECHNOLOGIE LA PRESSION ET LA FORCE DES RAQUETTES Objectif : Les élèves examineront comment les modèles traditionnels de raquettes fabriqués par les Métis,

Plus en détail

PROCESSUS RELIÉ À LA GESTION DES ACTIFS. Rapport d'évaluation Plan d action de l agence. avril 2002

PROCESSUS RELIÉ À LA GESTION DES ACTIFS. Rapport d'évaluation Plan d action de l agence. avril 2002 PROCESSUS RELIÉ À LA GESTION DES ACTIFS Rapport d'évaluation Plan d action de l agence avril 2002 Document préparé par Andersen pour le compte de Développement économique Canada pour les régions du Québec

Plus en détail

Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma mansoni) et de ses hôtes (mammifères et. dulçaquicole de Guadeloupe

Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma mansoni) et de ses hôtes (mammifères et. dulçaquicole de Guadeloupe Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma mansoni) et de ses hôtes (mammifères et mollusques) dans la mangrove dulçaquicole de Guadeloupe Échelles spatiale, fonctionnelle et coévolutive.

Plus en détail

Laval Profil statistique. au Québec

Laval Profil statistique. au Québec Laval Profil statistique au Québec L habitation au Québec Profil statistique de l habitation Laval Réalisé par la Société d habitation du Québec Les contenus de cette publication ont été mis au point et

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Gestion des changements climatiques àla Ville de Montréal État de la situation

Gestion des changements climatiques àla Ville de Montréal État de la situation Gestion des changements climatiques àla Ville de Montréal État de la situation Yvan Rheault, ing. Direction de l environnement et du développement durable Conférence Réseau action climat Canada, Montréal

Plus en détail

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie)

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Hubert Verreault, Agence métropolitaine de transport Daniel Bergeron,

Plus en détail

Quebec. La conservation des chicots AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E

Quebec. La conservation des chicots AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E GUIDES TECHNIQUES AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E 6 La conservation des chicots INTRODUCTION En nature, on retrouve une grande diversité de milieux

Plus en détail

Une question de RESPONSABILITÉ

Une question de RESPONSABILITÉ Une question de RESPONSABILITÉ Je partage mon TERRITOIRE Je suis l un des quelque 800 000 ours noirs qui habitent les forêts de l Amérique du Nord. Je vis plus particulièrement au Québec, territoire que

Plus en détail

TITRE IV ZONAGE CHAPITRE 16 DISPOSITIONS CONCERNANT LES BÂTIMENTS

TITRE IV ZONAGE CHAPITRE 16 DISPOSITIONS CONCERNANT LES BÂTIMENTS TITRE IV ZONAGE CHAPITRE 16 DISPOSITIONS CONCERNANT LES BÂTIMENTS 16-1 TABLE DES MATIÈRES ZONAGE CHAPITRE 16 DISPOSITIONS CONCERNANT LES BÂTIMENTS 16.1 BÂTIMENT PRINCIPAL 16.1.1 Superficie minimale 16.1.2

Plus en détail

Facilitate outside movements for all: Visual impairment-based universal accessibility criteria

Facilitate outside movements for all: Visual impairment-based universal accessibility criteria Facilitate outside movements for all: Visual impairment-based universal accessibility criteria Carole Zabihaylo, Institut Nazareth et Louis-Braille, Longueuil, Canada (presenter); Sophie Lanctôt, company

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail