5. LA LOMBALGIE CHRONIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "5. LA LOMBALGIE CHRONIQUE"

Transcription

1 5. LA LOMBALGIE CHRONIQUE Introduction générale 5 1 Aspects socio-professionnels 5 2 Facteurs psychologiques 5 3 Le point de vue du clinicien LA LOMBALGIE CHRONIQUE 65

2 Introduction générale LA LOMBALGIE CHRONIQUE La lombalgie chronique ne doit plus être considérée comme la simple résultante de phénomènes dégénératifs et/ou de leurs conséquences lésionnelles, mais bien comme une pathologie d origine multifactorielle, faisant intervenir à des degrés divers des éléments physiques et fonctionnels, socioprofessionnels et psychologiques. Penser que l on peut s affranchir d un interrogatoire et d un examen chez un patient souffrant de lombalgie chronique est un leurre. L interrogatoire pour apprécier la composante organique, psychologique, le retentissement socioprofessionnel est d une importance capitale. L interrogatoire est le premier pas, l examen, la deuxième étape, mesurer la mobilité rachidienne, l extension du rachis lombaire, l inégalité de longueur des membres inférieurs, la recherche des points douleurs, continuer par l examen des hanches et des sacro-iliaques est l ultime démarche à effectuer avant la demande des examens complémentaires ; ce qui n empêche jamais de procéder au remplissage de différents auto-questionnaires d évaluation qui peuvent être complétés par le patient afin d aboutir à une évaluation convenable et utile pour la démarche thérapeutique. Ainsi, nous aborderons successivement les aspects socioprofessionnels, les facteurs psychologiques et le point de vue du clinicien. 66

3 5.1 LA LOMBALGIE CHRONIQUE : ASPECTS SOCIO-PROFESSIONNELS Jean-Baptiste Fassier Le rôle de certaines expositions professionnelles dans la survenue des lombalgies est bien documenté dans la littérature : le port de charges lourdes au travail est un facteur de risque de lombalgie et de lombo-radiculalgie. La quantification de la relation dose-effet nécessite encore d'être précisée. La durée d'exposition aux manutentions manuelles est liée à la dégénérescence discale. Les manutentions de charge sont la première cause d accident de travail en France en 2011 et entraînent surtout des lésions lombaires. Les facteurs de risque d incapacité liés au milieu du travail recouvrent plusieurs domaines dans le champ psychologique, social et professionnel. Ils peuvent être évalués et intégrés dans une évaluation structurée, au moyen de questionnaires ou pendant l'entretien. Étant donné leur impact considérable sur le pronostic, l évaluation des dimensions sociales et professionnelles des lombalgies doit devenir beaucoup plus familière aux professionnels de santé. RÔLE DU TRAVAIL DANS LA SURVENUE DES LOMBALGIES Données de la littérature scientifique Une revue de la littérature scientifique a été effectuée par la Société française de médecine du travail pour fonder les recommandations de bonne pratique s agissant de la «Surveillance médico-professionnelle du risque lombaire pour les travailleurs exposés à des manipulations de charges» (25). Les principaux risques pour la santé des travailleurs 67

4 exposés à des manipulations de charges sont synthétisés de la façon suivante : Le port de charges au travail est un facteur de risque de lombalgie et de lombo-radiculalgie, sans qu il soit possible de faire la part des différentes sous-tâches de manutention (se pencher, pivoter, soulever, pousser, ou tirer fréquemment), avec le travail répétitif, le maintien de postures, le travail physique lourd et les facteurs de risque psychosociaux (GRADE A). La quantification de la relation dose-effet entre l intensité et la fréquence de la manutention de charges et le risque de lombalgie reste imprécise (GRADE B). Il existe une relation entre l exposition professionnelle aux manutentions manuelles de charges et la dégénérescence discale visualisée par l imagerie (GRADE B). La majorité des hernies discales apparaît sans événement déclenchant spécifique (par exemple un accident de travail). Un antécédent d événement déclenchant n est pas associé à une présentation plus sévère (GRADE C). Données de sinistralité (accidents du travail et maladies professionnelles) Les manutentions de charges étaient la première cause d accident du travail (AT) en France en 2011 entraînant des lésions essentiellement au niveau du rachis lombaire (2). Les affections chroniques du rachis lombaire associées à une irradiation vers les membres inférieurs (lombo-sciatiques et lombo-cruralgies) provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes peuvent être reconnues au titre de maladie professionnelle depuis février 1999 : tableau 98 du régime général de la Sécurité sociale (ou tableau 57 bis du régime agricole). La durée moyenne des arrêts de travail pour lombalgie après un accident du travail est passée de 25 jours en 1970 à 55 jours en En maladie professionnelle, cette durée est de 340 jours. Près de 9 millions de journées d arrêt de travail par an sont prises en charge par la branche AT-MP : 8 millions en accidents du travail et un million en maladies professionnelles. On estime approximativement que 30 millions de journées de travail seraient perdues chaque année par arrêt maladie pour lombalgie. Les dépenses imputables au titre 68

5 du tableau 98 s élevaient en 2011 à 130 millions d euros (7,8 % du montant total) (2). FACTEURS DE RISQUE D INCAPACITÉ LIÉS AU MILIEU DE TRAVAIL Catégories de facteurs de risques Les facteurs de risques dits «psychosociaux» de passage à chronicité et de risque d incapacité ont été initialement décrits sous le terme de «yellow flags» (drapeaux jaunes) pour attirer l attention sur les éléments autres que biomédicaux dans l évolution des lombalgies (8). Malgré son apport dans l évaluation des lombalgies, cette catégorie de facteurs de risque a été critiquée par son caractère trop large qui couvrait huit grands domaines : attitudes et croyances envers le mal de dos, comportements, problèmes d indemnisation, problèmes de diagnostic et de traitement, émotions, enjeux familiaux et enjeux professionnels (21). Les facteurs de risque de chronicité liés au travail ont fait depuis l objet d une attention spécifique : il a été proposé de les catégoriser sous le vocable de «blue flags» (drapeaux bleus) et de «black flags» (drapeaux noirs) (26). Les drapeaux bleus sont définis comme les perceptions d un individu sur son travail qui peuvent entraîner une incapacité, que ces perceptions soient justes ou inappropriées. Ce sont les perceptions d un travailleur que son environnement de travail soit stressant, fortement exigeant, peu soutenant et peu épanouissant. Les drapeaux noirs incluent à la fois des caractéristiques de l employeur et du système d assurance (catégorie I) ainsi que les mesures objectives des exigences physiques et des caractéristiques du travail (catégorie II) (26). Le tableau 1 ci-après récapitule les différents facteurs de risque d incapacité liés au travail et catégorisés selon la méthode des drapeaux. Questionnaire Orebro Musculoskeletal Pain Questionnaire (12) (OMPQ) : Le groupe de travail sur les facteurs professionnels de risques d incapacité après une lombalgie (26) a recensé l ensemble de ces facteurs à partir de cinq revues systématiques de la littérature (13,29). Les conclusions de ces revues varient selon la méthodologie adoptée, mais il 69

6 Tableau 1 : Résumé des facteurs professionnels dans la méthode d identification des drapeaux pour identifier les patients lombalgiques à risque d évoluer vers l incapacité au travail (traduit de [5]) Item Modalité d évaluation Type de drapeaux Description 1 Entretien Blue flag Histoire professionnelle, incluant des changements fréquents de travail, l expérience de stress au travail, d insatisfaction au travail, de mauvaises relations avec les collègues ou un superviseur, l absence de consigne de réadaptation 2 Entretien Blue flag Croyance que le travail est nocif ; qu il peut provoquer une blessure ou peut être dangereux 3 Questionnaire OMPQ 4 Questionnaire OMPQ 5 Questionnaire OMPQ 6 Questionnaire OMPQ 7 Entretien Blue flag Blue flag Blue flag Blue flag Blue flag Peur de se blesser à nouveau («je ne devrais pas faire mon travail habituel avec la douleur actuelle») Prévisions et attentes de retour au travail («selon vous, quelles sont les chances que vous ayez repris le travail dans six mois?») Satisfaction au travail («si vous prenez en considération vos tâches habituelles de travail, votre encadrement, votre salaire, les possibilités de promotion et vos collègues de travail, quel est votre satisfaction envers votre travail?») Exigences physiques de travail («votre travail est-il lourd ou monotone?») Environnement actuel de travail peu aidant 70

7 Item Modalité d évaluation Type de drapeaux Description 8 Entretien Drapeau noir cat. I Faible niveau de qualification, faible statut socio-économique 9 Entretien Drapeau noir cat. I Faibles possibilités de tâches allégées et de retour au travail graduel, avec une implantation insatisfaisante de ces mesures 10 Entretien Drapeau noir cat. I Expériences négatives de la gestion des lombalgies au travail (par exemple, absence de système d information, entraves à la déclaration, réponses punitives de l encadrement) 11 Entretien Drapeau noir cat. I Absence d intérêt de l employeur 12 Entretien 13 Entretien 14 Entretien Drapeau noir cat. II Drapeau noir cat. II Drapeau noir cat. II Notion de travail manuel, particulièrement dans les groupes professionnels suivants : pêcheurs, bûcherons, agriculteurs ; secteur du bâtiment ; infirmières ; chauffeurs de camion Travail comportant des exigences biomécaniques significatives, tels que des efforts de manutention, la manutention manuelle de charges lourdes, la position assise prolongée, la position debout prolongée, la conduite, les vibrations, le maintien de posture contrainte, des horaires de travail rigides empêchant d effectuer des pauses nécessaires Travail comportant des horaires postés ou des horaires de travail asociaux 71

8 est possible de catégoriser les facteurs dans quatre grands domaines : les exigences physiques du travail ; les exigences psychologiques du travail ; les facteurs sociaux/managériaux ; les perceptions envers le travail. Ces catégories comprennent différents items qui sont étayés (ou non) selon les différentes études considérées. Méthodes d évaluation des facteurs de risque Il existe sept grandes méthodes d évaluation des facteurs professionnels de risque d incapacité : les questionnaires, l entrevue semistructurée, une réunion sur le lieu de travail, les impressions du clinicien, les méthodes de mesure objective et les données administratives. Chacune de ces méthodes présente des avantages et des inconvénients s agissant des critères de fiabilité, de validité prédictive et de faisabilité (26). Les questionnaires visant à identifier les facteurs professionnels de risque d incapacité ont des propriétés métrologiques globalement peu documentées, à l exception du questionnaire OMPQ (12) qui a été traduit et validé en français (22). Ces questionnaires sont les suivants : Orebro Musculoskeletal Pain Questionnaire (OMPQ) (12) ; Psychosocial Risk for Occupational Disability Instrument (PRODI) (24) ; Back Disability Risk Questionnaire (BDRQ) (27) ; Guide to assessing psychosocial yellow flags (8) ; Obstacles to RTW Questionnaire (ORQ) (20) ; Work Disability Diagnosis Interview (4). Au-delà du choix de la méthode et de l instrument, la question du moment opportun de l identification des facteurs professionnels de risque d incapacité reste débattue. Un groupe de travail a proposé une approche graduelle en trois étapes (26). La première étape comporterait la passation d un bref questionnaire d identification, à l ensemble des patients lombalgiques au stade aigu qui se sentent incapables d effectuer ou de reprendre leur travail habituel. L étape suivante serait une entrevue pour tous les patients ayant une douleur persistante au-delà de deux semaines et exprimant des préoccupations significatives envers leur travail. La troisième et dernière étape serait une visite sur le lieu de travail pour les patients lombalgiques ayant une douleur persistante et une incapacité à reprendre le travail après 3 ou 4 semaines. À chacune de ces étapes, des interventions visant le travail pourraient être définies également de façon graduelle (26). 72

9 Prise en charge et modification des facteurs professionnels de risque d incapacité Les cliniciens se sentent souvent dépourvus quand ils peuvent identifier des facteurs de risque d incapacité spécifiquement liés au milieu de travail, et sur lesquels ils ont peu de possibilités d agir. Il existe pourtant différentes possibilités d action, dans lesquelles le rôle du médecin du travail en France est déterminant (voir la section suivante). Le groupe de travail sur les facteurs professionnels de risques d incapacité a proposé de façon pragmatique d identifier ces facteurs dans sept grands domaines avec une question par domaine, pouvant être intégrée dans un entretien. Une liste des actions possibles en regard de chaque domaine identifié est destinée aux cliniciens afin d intervenir sur ces facteurs de risque modifiables. Ces notions sont récapitulées dans le tableau 2 ci-dessous. Tableau 2 : Identifier et intervenir sur les facteurs professionnels d incapacité au travail (traduit de (26) ) Catégorie de facteurs de risques professionnels Question à poser pendant l entretien Liste des actions possibles Exigences physiques fortes Êtes-vous préoccupé par le fait que les exigences physiques de votre travail puissent retarder votre retour au travail? Dresser une liste des tâches de travail problématiques Faire une évaluation des tâches de travail dans l entreprise Identifier les sources de soutien temporaire Impossibilité de modifier le travail Pensez-vous que votre travail puisse être modifié temporairement pour que vous puissiez reprendre le travail plus tôt? Travail modifié ou tâches alternatives Brainstormings avec le travailleur blessé Évaluer la flexibilité du travail 73

10 Exigences stressantes du travail Y a-t-il des sources de stress dans votre travail qui pourraient être difficiles à l occasion de votre premier retour au travail? Modifier la vitesse ou la pression temporelle du travail Reconnaître les éléments sources de stress Évaluer les stratégies habituelles d ajustement (coping) Manque de soutien social au travail Quels types de réponses attendez-vous de la part de vos collègues et de votre encadrement à votre retour? Établir plus de contacts avec les collègues Encourager la communication avec l employeur Impliquer des collègues de confiance Insatisfaction au travail Est-ce que c est un travail que vous recommanderiez à un ami? Évaluer si les objectifs de carrière ont changé Clarifier les options du travailleur et ses responsabilités Entretien motivationnel Faibles attentes / perspectives de guérison et de reprise du travail Êtes-vous préoccupé par le fait que reprendre le travail peut être difficile dans les circonstances actuelles? Clarifier la nature des préoccupations Les messages adressés par les différents médecins sont-ils réalistes? Réassurance et encouragements de la part de l employeur Peur de se blesser à nouveau Craignez-vous de nouveaux épisodes de douleurs une fois que vous aurez repris le travail? Développer un plan d action en cas de récurrence des symptômes Planifier un retour au travail plus progressif Modifier la croyance que l activité est dangereuse 74

11 LE RÔLE DU MÉDECIN DU TRAVAIL L évaluation et la prise en charge des dimensions socioprofessionnelles de la lombalgie nécessitent régulièrement d établir une collaboration avec le médecin du travail de la personne concernée. Conformément à la déontologie et à la législation, le partage du secret médical entre les différents médecins doit respecter les conditions suivantes : être nécessaire à la qualité de la prise en charge dans l intérêt du patient ; être limité aux seules informations nécessaires à la prise en charge ; être consenti explicitement par le patient après information des bénéfices et des risques éventuellement encourus. Les visites médicales Le médecin du travail peut être informé de la situation de la personne lombalgique durant les différentes visites médicales : visite d embauche, visites périodiques, visite de reprise après un arrêt de travail, visite à la demande (du salarié, de l employeur ou du médecin du travail). Chaque visite peut être l occasion de faire le point sur l histoire de la lombalgie et le retentissement sur la situation de travail. Le partage d informations entre le médecin du travail et le médecin traitant (ou un autre spécialiste) permet souvent d ajuster les situations de travail et/ou la prise en charge en médecine de soins. Lorsque la personne lombalgique est encore au travail, elle peut à tout moment demander à voir son médecin du travail (visite à la demande du salarié, prévue par le code du travail). Cette possibilité existe aussi quand la personne est en arrêt de travail. Il s agit alors de la visite de pré-reprise, qui a été modifiée par le décret du 30 janvier 2012 (applicable au 1 er juillet 2012) : elle devient obligatoire après un arrêt de travail de plus de trois mois mais reste à l initiative du médecin traitant, du médecin-conseil ou du salarié. Elle n est pas à l initiative de l employeur ni du médecin du travail, qui doit cependant organiser cette visite lorsqu on la lui demande (il n a pas l obligation ni la possibilité d aller chercher l information de la durée des arrêts des salariés pour les convoquer). L action en milieu de travail La notion de poste de travail est plus complexe qu il n y paraît. L expérience montre qu il existe toujours un décalage entre les 75

12 spécifications théoriques (le travail «prescrit») et le travail «réel» qui est effectivement accompli. Ce dernier est beaucoup plus complexe et plus exigeant que ne le prévoit la simple «fiche de poste» établie dans une optique de gestion des ressources humaines (1). En pratique, l analyse du poste de travail et de l activité peut être effectuée par une personne spécifiquement formée telle qu un médecin de santé au travail, un ergonome ou un psychologue du travail. C est une erreur de limiter l analyse du poste de travail aux seules contraintes biomécaniques (quantification de la manutention manuelle, analyse des cycles de travail, mesures de posture, etc.). Il est nécessaire d intégrer dans l analyse de l activité les modalités de coordination avec les autres intervenants, la régulation des relations au sein du collectif de travail, les relations avec la hiérarchie, le public ou les «donneurs d ordres», etc. En d autres termes, il n existe pas de poste de travail qui puisse être analysé ni adapté indépendamment de l environnement dans lequel il se situe. On peut distinguer schématiquement trois niveaux de complexité croissante d adaptation du poste de travail. Un premier niveau porte sur l aménagement des horaires et des tâches de travail (reprise à temps partiel thérapeutique, par exemple). Cette possibilité permet d effectuer une reprise progressive dans une logique de réadaptation fonctionnelle, avec la possibilité d augmenter progressivement le temps passé au travail et réduire le temps passé en arrêt. Les aménagements des tâches de travail peuvent consister en une dispense temporaire des tâches les plus exigeantes physiquement. Cette possibilité est ouverte par les restrictions médicales qui peuvent être prononcées par le médecin de santé au travail quand il évalue l aptitude médicale au travail. Ces restrictions sont censées s imposer à l employeur mais l effectivité de cette obligation varie selon les possibilités d organisation du travail et la qualité des relations les collègues et l encadrement. Les moyens financiers nécessaires sont modérés dès lors qu un aménagement des horaires et des tâches de travail peut suffire à l adaptation du poste. Un second niveau d adaptation est illustré par les interventions d ergonomie participative développées notamment au Québec (23). Il s agit d une approche participative associant le travailleur lombalgique avec ses collègues autour d une personne compétente en ergonomie qui intervient en mode «facilitateur» plutôt qu en mode «expert». La démarche est circonscrite dans le temps (quelques heures à quelques jours), dans son périmètre et dans les solutions proposées (faisables 76

13 rapidement, et à moindre coût). Cette approche est peu développée en France, bien qu elle ait démontré son efficacité pour faciliter le retour au travail des lombalgiques en arrêt au-delà de six semaines (14), et plus récemment chez les lombalgiques en arrêt de travail de longue durée (10). Cette modalité mérite d être adaptée et testée dans le contexte français compte tenu de son caractère efficace et coût-efficace (9, 15). Les ressources nécessaires concernent la personne compétente en ergonomie, la libération du temps de travail pour l encadrement participant au groupe de travail, et la mise en œuvre des modifications ergonomiques suggérées par le groupe. Les évaluations médico-économiques de ces interventions d ergonomie participative ont mis en évidence un rapport coûts/bénéfices favorable, dans la perspective de l assurancemaladie (15) ou dans une perspective sociétale (9). Un troisième niveau comprend l adaptation du poste de travail avec des équipements ergonomiques visant à diminuer les contraintes physiologiques. Ces équipements peuvent prendre la forme d aides techniques à la manutention (par exemple des lève-malades dans les hôpitaux). Il peut s agir de la mécanisation partielle de certaines tâches (par exemple le lavage des sols au moyen d auto laveuses). Le troisième niveau d adaptation impliquant l acquisition et la mise en œuvre d aides techniques est celui qui nécessite le plus d investissements financiers. Les coûts pour l employeur peuvent être diminués en mobilisant les prestations prévues par les dispositifs de maintien dans l emploi des travailleurs handicapés, que ce soit dans le secteur privé (AGEFIPH : association de gestion du fonds pour l insertion des personnes handicapées) ou la fonction publique (FIPHFP : fonds pour l insertion des personnes handicapées dans la fonction publique). En outre, la RQTH peut être un argument convainquant un employeur de conserver dans ses effectifs un salarié en difficultés de santé afin de satisfaire à l obligation d emploi de 6 % de salariés handicapés s imposant aux entreprises de plus de vingt salariés. Bien que l adaptation du poste de travail du lombalgique soit souhaitable de principe, il existe des situations où cet objectif n'est pas réaliste : un reclassement professionnel doit alors être privilégié. Il ne s agit plus d aménager le poste de travail mais d accompagner la personne lombalgique vers une mobilité professionnelle, à l intérieur de son entreprise ou bien à l extérieur. L objectif est ici de faire évoluer la personne lombalgique pour sa seconde partie de carrière vers des postes de travail moins exigeants physiquement. L étude des possibilités de reclassement profes- 77

14 sionnel nécessite l accompagnement par une personne spécifiquement formée (chargé de maintien en emploi). CONDITIONS NÉCESSAIRES AU SUCCÈS DE LA PRISE EN CHARGE Impliquer la personne lombalgique La motivation de la personne lombalgique est un élément essentiel à considérer. L adaptation du poste de travail nécessite souvent des qualités de persévérance (16,17). Étant donné l influence pronostique sur l évolution de la lombalgie de la faible satisfaction au travail ou de la faible attente de retourner au travail (5,11), la question de la motivation pour continuer son travail (ou le reprendre) sur un poste adapté nécessite d être abordée explicitement. En l absence d adhésion personnelle du lombalgique au projet d adaptation de son poste de travail, la faisabilité de cette adaptation est sujette à caution. Il est généralement contre-productif d adopter un jugement moral sur la faible motivation d une personne lombalgique à reprendre et/ou continuer son travail. Il est en revanche très efficient d en explorer avec elle les raisons et les enjeux dans une discussion aussi ouverte que possible. Cette approche est en effet de nature à identifier des barrières psychologiques (dépression, perte d estime de soi, sentiment d injustice) ou dans le milieu de travail (conflits interpersonnels, problème au poste de travail) susceptibles de conduire à des solutions plus appropriées qu une médicalisation du problème. Impliquer l entreprise La qualité des relations sociales dans l entreprise et dans le collectif de travail est un élément important dans l adaptation du poste (17, 30,31) qui est un processus social autant que technique. L adaptation du poste induit souvent une remise en question de l organisation collective du travail ; elle génère parfois des sentiments d injustice voire des réactions d animosité chez des collègues ou l encadrement de proximité qui peuvent subir une augmentation de leur charge de travail (18,31). Enfin, l attitude de l employeur est déterminante s agissant de sa motivation à conserver dans ses effectifs une personne qui n est pas à 100 % de ses capacités et nécessitant d investir du temps et 78

15 parfois de l argent pour adapter son poste de travail. Concrètement, la façon dont la personne lombalgique est perçue par ses collègues, son encadrement et son employeur est un facteur qui détermine amplement la possibilité d aménagement durable de son poste de travail. Impliquer les professionnels de santé Il arrive régulièrement que l absence de collaboration entre les différents médecins (médecins cliniciens, médecins du travail, médecins-conseils) retarde ou entrave l élaboration d un projet cohérent pour la personne lombalgique. Les informations parcellaires ou contradictoires données par les professionnels de santé sont également de nature à augmenter l anxiété, la défiance et l attentisme des personnes lombalgiques. La mise en cohérence des discours et des professionnels de santé nécessite de partager les informations médicales dans l intérêt et avec l accord du patient, ce qui nécessite du temps et de la confiance qui font parfois défaut. Collaborer et (se) coordonner Enfin, la capacité de collaboration des différents acteurs concernés nécessite une attention particulière (19,28). Cela est particulièrement vrai pour les interventions d ergonomie participative, la mise en œuvre d aides techniques et la démarche de reclassement professionnel lorsqu un aménagement n est pas possible. L ampleur de cette collaboration et le nombre d intervenants dépendent du projet considéré. Une cohérence doit être obtenue autour du projet entre la personne lombalgique, son médecin traitant, son médecin du travail et son employeur (6). Lorsque des aides techniques ou un projet de reclassement sont nécessaires, la coordination implique également le médecin-conseil de la sécurité sociale (dans le secteur privé) ou le médecin agréé (dans la fonction publique) et les intervenants sociaux en charge du maintien en emploi. Faute d obtenir cette cohérence, il est fréquent de constater que les intervenants poursuivent des objectifs divergents compromettant ainsi le succès du projet (16, 18). CONCLUSION L évaluation des dimensions sociales et professionnelles des lombalgies est peu familière aux professionnels de santé. Elle est pourtant nécessaire à la qualité de la prise en charge au stade subaigu et chro- 79

16 nique de la lombalgie. Il existe des outils pouvant être intégrés dans une démarche structurée (questionnaire ; questions simples associées à l entretien ). La prise en charge des facteurs socioprofessionnels nécessite souvent la collaboration et de partage d informations entre les professionnels de santé, et avec les acteurs de l entreprise. Cette prise en charge nécessite du temps, des compétences techniques en dehors du champ médical (droit du travail, droit social) et des compétences relationnelles (coordination, négociation). Le maintien dans l emploi d une personne lombalgique devrait être un objectif à part entière de sa prise en charge, au même titre que le contrôle de la douleur et le maintien des capacités fonctionnelles. Les objectifs professionnels devraient être abordés explicitement avec la personne lombalgique dès le début de sa prise en charge. Bibliographie 1. Clot Y (2008) Travail et pouvoir d agir. Le travail humain. PUF. 2. CNAMTS (2012) Statistiques des accidents du travail et des maladies professionnelles. Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés (Direction des risques professionnels). 3. Crook J et al. (2002) Determinants of occupational disability following a low back injury: a critical review of the literature. Journal of Occupational Rehabilitation; 12(4): p Durand M.J et al. (2002) Helping clinicians in work disability prevention: the work disability diagnosis interview. Journal of Occupational Rehabilitation; 12(3): p Fayad F et al. (2004) Chronicité, récidive et reprise du travail dans la lombalgie : facteurs communs de pronostic. Annales de Réadaptation et de Médecine Physique ; 47(4): p Franche R.L. et al. (2005) Workplace-Based Return-to-Work Interventions: Optimizing the Role of Stakeholders in Implementation and Research. Journal of Occupational Rehabilitation; 15(4): p Hartvigsen J et al. (2004) Psychosocial factors at work in relation to low back pain and consequences of low back pain; a systematic, critical review of prospective cohort studies. Occup Environ Med.; 61(1): p. e2. 8. Kendall N.A.S, Linton S.J, Main C (Oct, 2004 edition) Guide to assessing psychosocial yellow flags in acute low-back pain: Risk factors for long-term disability and work loss. 1997, Accident Compensation Corporation and the New Zealand Guidelines Group: Wellington, New Zealand. 80

17 9. Lambeek L.C et al. (2010) Effect of integrated care for sick listed patients with chronic low back pain: economic evaluation alongside a randomised controlled trial. British Medical Journal. 341:c Lambeek L.C et al. (2010) Randomised controlled trial of integrated care to reduce disability from chronic low back pain in working and private life. Bristish Medical Journal; 340: p. c Lefevre-Colau M-M et al. (2009) Frequency and Interrelations of Risk Factors for Chronic Low Back Pain in a Primary Care Setting. PLoS ONE; 4(3): p. e Linton S.J, Hallden K (1998) Can we screen for problematic back pain? A screening questionnaire for predicting outcome in acute and subacute back pain. Clin J Pain; 14(3): p Linton S.J (2001) Occupational psychological factors increase the risk for back pain: a systematic review. Journal of Occupational Rehabilitation; 11(1): p Loisel P et al. (1997) A population-based, randomized clinical trial on back pain management. Spine, 22(24): p Loisel P et al. (2002) Cost-benefit and cost-effectiveness analysis of a disability prevention model for back pain management: a six year follow up study. Occupational & Environmental Medicine; 59(12): p MacEachen E, Kosny A, Ferrier S (2007) Unexpected barriers in return to work: lessons learned from injured worker peer support groups. Work; 29(2): p MacEachen E et al. (2006) Systematic review of the qualitative literature on return to work after injury. Scandinavian Journal of Work & Environmental Health; 32(4): p MacEachen E et al. (2010) The Toxic Dose of System Problems: Why Some Injured Workers Don t Return to Work as Expected. Journal of Occupational Rehabilitation; 20(3): p Maiwald K et al. (2011) Evaluation of a workplace disability prevention intervention in Canada: examining differing perceptions of stakeholders. Journal of Occupational Rehabilitation; 21(2): p Marhold C, Linton S.J., Melin L. (2002) Identification of Obstacles for Chronic Pain Patients to Return to Work: Evaluation of a Questionnaire. Journal of Occupational Rehabilitation; 12(2): p Nicholas M.K et al. (2011) Early Identification and Management of Psychological Risk Factors («Yellow Flags») in Patients With Low Back Pain: A Reappraisal. Physical Therapy,. 91: p Nonclercq O, Berquin A (2012) Predicting chronicity in acute back pain: validation of a French translation of the Orebro Musculoskeletal Pain Screening Questionnaire. Annals of Physical & Rehabilitation Medicine; 55(4): p

18 23. Saint Vincent M, Toulouse G, Bellemare M (2000) Démarches d ergonomie participative pour réduire les risques de troubles musculo-squelettiques : bilan et réflexions. Piste, 2(1): p Schultz I.Z et al. (2005) Predicting return to work after low back injury using the Psychosocial Risk for Occupational Disability Instrument: a validation study. Journal of Occupational Rehabilitation; 15(3): p SFMT (2013) Recommandations de bonnes pratiques: Surveillance médicoprofessionnelle du risque lombaire pour les travailleurs exposés à des manipulations de charges (argumentaire scientifique). Société française de médecine du travail / Haute Autorité de Santé. 26. Shaw W.S et al. (2009) Early patient screening and intervention to address individual-level occupational factors («blue flags») in back disability. Journal of Occupational Rehabilitation,. 19(1): p Shaw W.S.P et al. (March, 2005) Early Disability Risk Factors for Low Back Pain Assessed at Outpatient Occupational Health Clinics. Spine; 30(5): p Stahl C et al. (2011) From cooperation to conflict? Swedish rehabilitation professionals experiences of interorganizational cooperation. Journal of Occupational Rehabilitation, 21(3): p Steenstra I.A et al. (2005) Prognostic factors for duration of sick leave in patients sick listed with acute low back pain: a systematic review of the literature. Occupational & Environmental Medicine,. 62(12): p Tjulin A, MacEachen E., Ekberg K. (2010) Exploring Workplace Actors Experiences of the Social Organization of Return-to-Work. Journal of Occupational Rehabilitation; 20(3): p Tjulin A et al. (2011) The social interaction of return to work explored from co-workers experiences. Disability & Rehabilitation,. 33(21-22): p Waddell G, Burton A.K, Main C.J (2003) Screening to Identify People at Risk of Long-term Incapacity for Work: A Conceptual and Scientific Review., The Royal Society of Medecine Press: London. 82

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Hôpital Cochin Samedi 1 er avril 2006 Forum Saint Jacques La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Dr Jean-Baptiste Fassier 1,2 Centre d Etude et

Plus en détail

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Journées Santé au Travail dans le BTP -Limoges 27, 28 et 29 mai 2015 Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Dr Audrey

Plus en détail

La gestion de l incapacité au travail Principes fondamentaux

La gestion de l incapacité au travail Principes fondamentaux La gestion de l incapacité au travail Principes fondamentaux TRAVAUX EN COURS Une présentation de : Angela Dunham Directrice adjointe de la Région du Sud-ouest par intérim Travail sécuritaire NB SUJETS

Plus en détail

Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation

Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation E Coudeyre 1,2 Cours national DES/DIU de MPR, Rouen 2009 1 Service de Médecine Physique et Réadaptation, CHU Clermont-Ferrand, Université d

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

Prise de décision du médecin traitant en lien avec l arrêt de travail dû à un trouble de santé mentale

Prise de décision du médecin traitant en lien avec l arrêt de travail dû à un trouble de santé mentale Prise de décision du médecin traitant en lien avec l arrêt de travail dû à un trouble de santé mentale Par Chantal Sylvain, erg., Ph.D. Journée de la Chaire de recherche en réadaptation 12 novembre 2015

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Les activités de manutention manuelle peuvent provoquer de nombreux accidents de travail, plus ou moins graves:

Les activités de manutention manuelle peuvent provoquer de nombreux accidents de travail, plus ou moins graves: 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4541-1 à R. 4541-11 et R. 4612-7 (décret du 3 septembre 1992 fixant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à la manutention manuelle

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Comprendre, Repérer, Evaluer les Risques Psychosociaux Atelier Séminaire MSA DAL www.msa-idf.fr Déroulement de l intervention Buts de l intervention

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Note de la CSL Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Luxembourg, le 25.05.2016 1/6 Situation actuelle et constats : Les pays européens assistent depuis une quinzaine d années à une

Plus en détail

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE Principe Cadre légal et Aspects jurisprudentiels Docteur Christophe ROSE Février 2005 SOMMAIRE NOTIONS D APTITUDE ET D INAPTITUDE INAPTITUDE TEMPORAIRE A QUELLE OCCASION

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Workplace Health, Safety and Compensation Commission of New Brunswick WHSCC CSSIAT Commission de la santé, de la sécurité et de l indemnisation

Plus en détail

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE CLARIFIER SA CONTRIBUTION À SON ORGANISATION. SITUER SON RÔLE DANS SON ORGANISATION ET INVENTORIER SES RESPONSABILITÉS DE GESTION.

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

FORMATION DES MANAGERS A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

FORMATION DES MANAGERS A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX FORMATION DES MANAGERS A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Approche Globale des Risques Psychosociaux L implantation et la conduite d une démarche efficace de prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Éducation thérapeutique du lombalgique chronique

Éducation thérapeutique du lombalgique chronique Éducation thérapeutique du lombalgique chronique B. Mazières Centre de Rhumatologie CHU Toulouse 7 e journée du CLUD Hôpitaux de Toulouse 14 novembre 2012 Prévalence lombalgies 80 % sur vie entière 7 %

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

MAINTENIR DANS L EMPLOI

MAINTENIR DANS L EMPLOI Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 MAINTENIR DANS L EMPLOI un collaborateur handicapé l Les bonnes questions à se poser l Quelles démarches? l Les aides de l Agefiph dont vous pouvez

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

La gestion des fins de carrière des travailleurs agés

La gestion des fins de carrière des travailleurs agés Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail Rapport de recherche, vol. 2 (4), 2013 La gestion des fins de carrière des travailleurs agés Rapport théorique Janvier 2013 LEONARD, E.,

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

Faisabilité du modèle de Sherbrooke en France: Quels rôles pour quels acteurs?

Faisabilité du modèle de Sherbrooke en France: Quels rôles pour quels acteurs? Faisabilité du modèle de Sherbrooke en France: Quels rôles pour quels acteurs? Dr. Jean-Baptiste Fassier Hospices Civils de Lyon Service de médecine et santé au travail Université Claude Bernard Lyon 1

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail santé - sécurité au travail Enseignement agricole Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail Du danger à la prévention des risques professionnels Le secteur agricole est un secteur «à risques». Mais

Plus en détail

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company LA FORMATION Moteur d une démarche de prévention a DEKRA company LE CONTEXTE De nos jours, les actions de formation sont nombreuses et diverses. Les thématiques peuvent varier de sujets réglementaires

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE

ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE PREAMBULE : La mise en œuvre de changements d organisation au sein du groupe sanofi-aventis, par nécessité d anticipation ou

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Guide santé sécurité sur. l orientation. nouveaux travailleurs. des. Première édition

Guide santé sécurité sur. l orientation. nouveaux travailleurs. des. Première édition Guide santé sécurité sur l orientation des nouveaux travailleurs Première édition Orientation des nouveaux travailleurs Objectif Portée Ce guide présente aux nouveaux travailleurs un survol des sujets

Plus en détail

Prévention des Risques Professionnels dans les EHPAD

Prévention des Risques Professionnels dans les EHPAD Conférencières : Prévention des Risques Professionnels dans les EHPAD Séverine TOMASELLI Ingénieur Prévention Delphine MEHDI Ingénieur Prévention Entre 2000 et 2040, le nombre de personnes âgées dépendantes

Plus en détail

Ergonomie et risques psychosociaux

Ergonomie et risques psychosociaux Ergonomie et risques psychosociaux L ensemble des prestations couvertes par le pôle Ergonomie & psychosocial est assuré par Nathalie Feugeas, Technicienne en Ergonomie et Michelle Roche, Ergonome et Psychologue

Plus en détail

PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES!

PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES! PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES! Par: Patrick Ménard B. Sc. Kinésiologie M. Sc. Kinanthropologie (Biomécanique ergonomique) PLAN 1) ISO-SANTÉ, c est quoi? 2) Quelques

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Questions fréquemment posées à l attention des employeurs

Questions fréquemment posées à l attention des employeurs Questions fréquemment posées à l attention des employeurs Contenu Prestations de l office AI... 2 - Pourquoi l office AI est-il supposé pouvoir m aider en tant qu employeur?...2 - Quel genre de soutien

Plus en détail

Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec. Marie-José Durand, PhD

Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec. Marie-José Durand, PhD Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec Marie-José Durand, PhD Quebec task force (Spitzer & al., 1987) Modèle de Sherbrooke 1991-1995 Appliquer les recommendations du Quebec

Plus en détail

Séminaire du 5 novembre 2014 Maintien dans l emploi et handicap

Séminaire du 5 novembre 2014 Maintien dans l emploi et handicap Le contexte La Prévention de la Désinsertion Professionnelle s inscrit dans le cadre : de l accompagnement des victimes de maladie ou d accident pour les aider à conserver leur emploi ou un emploi compatible

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS SOMMAIRE 03 ÉCLAIRER. RÉVÉLER. INSPIRER. 05 SERVICES AUX PARTICULIERS 07 GESTION DE CARRIÈRE 08 STRATÉGIE DE RECHERCHE

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Facteurs pronostics du retour au travail

Facteurs pronostics du retour au travail Facteurs pronostics du retour au travail LES FACTEURS PERSONNELS Facteurs personnels 1. Âge Facteur favorable : la personne à moins de 36 ans en déficience visuelle 4 ; Facteur défavorable : la personne

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Les acteurs du handicap Fiche 11 Le Comité d entreprise (CE) et le Comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le Comité d entreprise LeCEestconsultésurlesmesuresprisesenvuedefaciliterlamiseoularemiseautravaildesaccidentésdutravail

Plus en détail

De la réparation à la prévention de la

De la réparation à la prévention de la De la réparation à la prévention de la Par Simon Delisle et Julie Dubé 15 novembre 2012 Plan de la présentation 1- Les constats 2- Changement de culture à la CSST 3- Pourquoi prévenir la chronicité 4-

Plus en détail

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Fiche 1 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic

Plus en détail

Evaluation Prévention. Sanctions

Evaluation Prévention. Sanctions Evaluation Prévention Traitement Sanctions Introduction Définitions Prévention des risques psychosociaux -> identification et évaluation -> les acteurs -> les outils Sanctions des atteintes psychosociales

Plus en détail

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX 8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX DE QUOI PARLE T ON? (source : guide DGAFP) La définition de référence des risques psychosociaux (RPS) retenue ici est celle du rapport du collège d experts présidé par Michel Gollac

Plus en détail

Introduction. L allocation pour adultes handicapés (AAH) a été revalorisée de 25 % entre 2009 et 2012.

Introduction. L allocation pour adultes handicapés (AAH) a été revalorisée de 25 % entre 2009 et 2012. Introduction La loi n 2005-102 du 11 février 2005, sur l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, a marqué un tournant dans la prise en charge de

Plus en détail

ROLE DU MEDECIN DE SANTE AU TRAVAIL. CIST Thionville Dr Annick FOURRIER-ASTRANSKAS 01 juillet 2014

ROLE DU MEDECIN DE SANTE AU TRAVAIL. CIST Thionville Dr Annick FOURRIER-ASTRANSKAS 01 juillet 2014 ROLE DU MEDECIN DE SANTE AU TRAVAIL CIST Thionville Dr Annick FOURRIER-ASTRANSKAS 01 juillet 2014 ROLE DU MEDECIN «Eviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail» Le Médecin

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION FORMATION EN MANAGEMENT DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS MANAGÉRIALES STRUCTURE DE LA FORMATION Programme de formation : 7 jours Siège social : 3B, Rue Taylor, CS 20004 75481 PARIS Cedex

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Programme stratégique de prévention en santé psychologique au travail pour un développement durable des employés

Programme stratégique de prévention en santé psychologique au travail pour un développement durable des employés Programme stratégique de prévention en santé psychologique au travail pour un développement durable des employés JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR TITULAIRE DE LA CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

Brochure d information. Santé psychologique. Chacun son rôle pour un retour au travail réussi

Brochure d information. Santé psychologique. Chacun son rôle pour un retour au travail réussi Brochure d information Santé psychologique Chacun son rôle pour un retour au travail réussi CHACUN SON RÔLE POUR UN RETOUR AU TRAVAIL RÉUSSI LE RÔLE DU COMITÉ Le comité de santé et de sécurité peut organiser

Plus en détail

Etude d impact environnemental

Etude d impact environnemental Etude d impact environnemental Réunion du réseau : Janvier 2014 Problématique L Etude d Impact Environnemental (EIE) est un outil de référence depuis plusieurs années, reconnu internationalement et approuvé

Plus en détail

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Françoise LAROCHE Centre Evaluation et Traitement de la Douleur Hôpital Saint-Antoine Paris 43 Rationnel dans la douleur chronique nécessité

Plus en détail

COACHING. Marc Thiébaud

COACHING. Marc Thiébaud COACHING Marc Thiébaud Le terme de coaching est issu avant tout du sport et renvoie à la notion d aide à l entraînement d'un sportif ou d'une équipe. Il a été repris dans différents domaines avec l'idée

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

1 en ce qui concerne l ergonomie, la formation multidisciplinaire de base complétée par le module de spécialisation en ergonomie;

1 en ce qui concerne l ergonomie, la formation multidisciplinaire de base complétée par le module de spécialisation en ergonomie; Arrêté royal du 5 décembre 2003 relatif aux spécialisations des conseillers en prévention des services externes pour la prévention et la protection au travail (M.B. 22.12.2003) Modifié par: (1) arrêté

Plus en détail

Fiche informative sur l'action

Fiche informative sur l'action Fiche informative sur l'action Titre de l'action : Construire un projet personnel et professionnel d orientation au collège : livret d accompagnement à l orientation des classes de Quatrième et Troisième

Plus en détail

PENIBILITÉ AU TRAVAIL

PENIBILITÉ AU TRAVAIL PENIBILITÉ AU TRAVAIL La Loi La négociation collective La retraite anticipée Mise à jour 10.2012 Service de santé au travail de Cambrai Dr Patrice THOREZ 1 PENIBILITÉ AU TRAVAIL La loi Mise à jour 10.2012

Plus en détail

Le travail 2.0 et l enregistrement du temps 1 + 1 = 3. Livre blanc

Le travail 2.0 et l enregistrement du temps 1 + 1 = 3. Livre blanc Le travail 2.0 et l enregistrement du temps 1 + 1 = 3 Livre blanc GET Table des matières I. Situation 3 A. Le travail 2.0 (ou travail collaboratif) : Un concept déjà ancien sous de nouveaux atours? 3 B.

Plus en détail

Rôle des représentants du personnel. dans l emploi des travailleurs handicapés

Rôle des représentants du personnel. dans l emploi des travailleurs handicapés Rôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés Qu est-ce que OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche 2011-2015 relatif à l Obligation

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS Adapter le 2 février, 2015 Préambule Dans l esprit de l article 10 de la Chartre des droits et libertés de la personne

Plus en détail

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION SECTEUR : FILIERE : NIVEAU : TERTIAIRE TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES TECHNICIEN 1 Document élaboré par : Nom et Prénom Etablissement : Mohamed BACHAR :

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

Items 108 et 109 : Accidents du travail et maladies professionnelles

Items 108 et 109 : Accidents du travail et maladies professionnelles Items 108 et 109 : Accidents du travail et maladies professionnelles Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Accidents du travail et maladies professionnelles : définitions...1 1. 1

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

Chiropratique en Entreprise. Situation actuelle des entreprises

Chiropratique en Entreprise. Situation actuelle des entreprises Chiropratique en Entreprise Exemple du CCM MASKA, St-Jean-sur-Richelieu Premier mandat en 1994 jusqu en 2002. Passé de 125 à 32 évènements en 3 ans de 70% des coûts de CSST et de 62% des cotisations en

Plus en détail

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S Travail de fin d études en didactique universitaire Magali Muller Bastien Walliser Septembre 2009 CHOIX D UNE PROBLEMATIQUE L étape choix d une problématique comprend les documents

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

Votre lien direct à la santé et au mieux-être

Votre lien direct à la santé et au mieux-être Votre lien direct à la santé et au mieux-être Une aide immédiate et confidentielle, quelle que soit la difficulté PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS Vous ou un membre de la famille êtes aux prises avec un problème

Plus en détail

Plateforme d échanges «Prévention en logistique» du 15/10/13. Christophe Ferré Carsat RA

Plateforme d échanges «Prévention en logistique» du 15/10/13. Christophe Ferré Carsat RA Plateforme d échanges «Prévention en logistique» du 15/10/13 Christophe Ferré Carsat RA Programme de la journée 8h45 12h : Prévention de la pénibilité en logistique Enjeux, démarche, outils, retours d

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE

EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE EVALUATION DU RISQUE TMS DANS LE DOCUMENT UNIQUE : LIMITES ET ATOUTS POUR UNE PREVENTION GLOBALE CAROLY SANDRINE (1) (1) PACTE-CRISTO- Université Pierre Mendès France- BP 47-38 040 Grenoble cedex 09 Résumé

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

NORME PROFESSIONNELLE AMAFI RELATIVE AUX SONDAGES DE MARCHE ET AUX TESTS INVESTISSEUR

NORME PROFESSIONNELLE AMAFI RELATIVE AUX SONDAGES DE MARCHE ET AUX TESTS INVESTISSEUR NORME PROFESSIONNELLE AMAFI RELATIVE AUX SONDAGES DE MARCHE ET AUX TESTS INVESTISSEUR Norme établie pour l application de l article 216-1 du règlement général de l Autorité des marchés financiers AMAFI

Plus en détail

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016.

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. La prévention de la santé en entreprise comprend différentes facettes. Découvrez neuf de nos prestations actuelles. Bienvenue! La santé en entreprise

Plus en détail

Prévention de la Désinsertion Professionnelle pour les agents relevant du régime général

Prévention de la Désinsertion Professionnelle pour les agents relevant du régime général Prévention de la Désinsertion Professionnelle pour les agents relevant du régime général Demi-journée régionale RH - ARS de Haute-Normandie Jeudi 26 juin 2014 Sommaire Définitions et enjeux Les principaux

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests génétiques et risques professionnels : impact sur la prévention

Plus en détail

PREVENTION DE LA PENIBILITE A PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

PREVENTION DE LA PENIBILITE A PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 La Lettre du Cabinet BREST LE 05 MARS 2015 PREVENTION DE LA PENIBILITE A PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Mesdames, Messieurs, Nous revenons vers vous au sujet de la pénibilité au travail. Nous tenons à vous

Plus en détail

Flash Info N 1. Les Risques psychosociaux (RPS)

Flash Info N 1. Les Risques psychosociaux (RPS) Page1 Flash Info N 1 Mars 2016 Service Hygiène & Sécurité Pôle Santé et Sécurité au Travail Les Risques psychosociaux (RPS) Introduction Prévenir les RPS, c'est conjuguer au bénéfice commun des agents

Plus en détail

DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire

DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire Citation: Thompson JM, MacLean MB. Données probantes concernant les pratiques exemplaires en matière

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail