UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE PARIS 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE PARIS 3"

Transcription

1 UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE PARIS 3 Mémoire de Master 2 Mention : Didactique de l image : Production d outils, Art de la transmission Master Professionnel Une légitimation de la valeur pédagogique du making of AUTEUR : Marianne BERTRAND Mémoire dirigé par Mme Perrine BOUTIN Soutenu à la session de Septembre

2 2

3 Sommaire Introduction... 4 Partie 1 : L approche de l objet making of... 6 La légitimation de l objet making of Le making of : un genre cinématographique Une fonction ambiguë et plurielle Utiliser le making of dans un cadre pédagogique Le mémoire préparatoire La fonction du travail préparatoire La transition avec le projet final Partie II : La réalisation de l outil L outil : un DVD et un livret Les phases de l élaboration Le choix de la forme Un outil de transmission La partie DVD Le corpus La structure La partie livret : la justification du modèle pédagogique La présentation des thèmes Les pistes pédagogiques L ATELIER 2 : une autre approche La boite à outils Conclusion Bibliographie Filmographie

4 Introduction Les enseignements sur le cinéma sont aujourd hui divers en France. Les cursus en université, les options en lycées, classes préparatoires, les dispositifs et plateformes Ecole et cinéma, Lycéens et apprentis au cinéma ou Ciné Lycée ainsi que les ateliers divers proposés dans le cadre de certains établissements scolaires, d associations, d institutions, etc. offrent une diversité de connaissances théoriques et pratiques, des activités tout aussi variées analyse filmique, réalisation, montage, animation, cours d histoire du cinéma ; en bref, ils nous permettent de parler de cinéma, de faire du cinéma, d enrichir notre culture du cinéma. Toutes ces manifestations sont le fait de décisions politiques visant à faire reconnaitre le cinéma comme objet d étude légitime. Cette politique culturelle a trouvé un écho dans un mouvement de la part des nouvelles générations qui semblent s intéresser et s interroger de plus en plus à propos du cinéma. Pour la réalisation de mon projet, je me suis intéressée aux outils que l on employait dans ces interventions : les films eux-mêmes évidemment, le matériel de tournage, de montage, des instruments du pré-cinéma, etc., donc essentiellement des objets fournis par le cinéma luimême. Celui que j ai choisi pour le projet n a pourtant quasiment jamais été exploité, il s agit du making of de film. Malgré le fait qu il soit un outil du cinéma, une production cinématographique, le making of n est pas considéré comme une option dans une situation de transmission. Pourquoi? On le considère pourtant comme une forme de documentaire spécialisé, donc censé délivrer des connaissances, une expérience d un univers auquel le public n est pas familier. De plus, le making of est un objet populaire, bénéficiant d une audience régulière, de spectateurs fidèles. Il allie ainsi deux principes efficaces dans des démarches pédagogiques : il possède une dimension didactique indéniable et fait partie d une culture cinématographique de fond des spectateurs, une base de connaissances que les spectateurs peuvent acquérir eux-mêmes. Ce projet vise en partie à transformer ce savoir rudimentaire en une culture générale du cinéma plus approfondie. Cependant, le making of souffre de son autre trait de caractère : essentiellement à cause de son statut de produit promotionnel (que l on ne peut nier), une situation que lui a conférée sa présence sur les DVD au début des années 2000, une méfiance quant à sa valeur pédagogique s est développée. Pourtant, c est bien à cette époque que les making of se sont diversifiés et ont, selon moi, développé leur intérêt pédagogique. Pour mon projet, le making of correspondait parfaitement à mes attentes : son objectif la transmission recoupe mon projet d initiation au cinéma et son sujet est adapté au mien : l acte, plutôt le processus, de création et la découverte de l envers du décor. La problématique de l an passé reste inchangée dans la mesure où ce mémoire est la continuité du mémoire préparatoire : Le making of peut-il être envisagé comme un outil de transmission du savoir cinématographique? Cette interrogation a guidé ma réflexion et mon travail au cours de ces deux années. Je me suis rendue compte qu il me serait impossible de produire un outil pédagogique alors que la légitimité de mon objet d étude n était pas certaine et reconnue de tous. Il est vrai, toutefois, que certains making of sont à remettre en question du point de vue de leur dimension pédagogique. Cela dépend de la façon dont ils sont réalisés : en général, le sujet conserve sa 4

5 qualité, en revanche, la structure peut ne pas être très travaillée. Dans de tels cas, les making of trop longs peuvent rapidement susciter l ennui. C est pourquoi j ai favorisé les extraits de making of et non pas seulement l étude d un seul. Pour ce faire, le choix du DVD s est avéré la meilleure méthode. En effet, tout comme le making of, le DVD est un outil familier de la plupart des spectateurs de films. Le mémoire qui va suivre est une tentative de légitimation du making of et d exposition de ma démarche. La première partie est une partie plutôt théorique visant à justifier le choix de mon outil, son intérêt, les questions qu il soulève. La deuxième partie est une légitimation de ma démarche dans la conception de l outil pédagogique, censée prouver la possibilité d employer le making of dans des situations pédagogiques. 5

6 Partie 1 : L approche de l objet making of Le making of demeure un objet peu exploitée dans des situations pédagogiques. Pourtant, il s agit probablement selon moi de l un des outils les plus pertinents fournis de surcroit par le cinéma lui-même à utiliser lors de démarches d initiation. Cette partie vise à argumenter le choix de cet outil spécifique pour la réalisation de mon travail. La légitimation de l objet making of 1- Le making of : un genre cinématographique. Lorsque j ai adopté le making of, tout d abord, comme sujet d étude puis comme support de mon projet pédagogique, je l ai choisi en tant que forme cinématographique. A l époque, je ne m étais pas encore posée la question du genre. Concevoir le making of comme un genre à part entière lui confère une légitimité certaine. Dans le cadre d études cinématographiques, on utilise fréquemment des extraits de films afin d illustrer une leçon : par exemple, dans le cas d un travail sur le décor, le médiateur accompagnera peut-être son discours d extraits de films noirs 1 ; pour un travail sur les poursuites de cinéma, on montrera éventuellement des films d action, etc. En choisissant le making of comme objet référent, j ai opté pour la même démarche. Néanmoins, ce statut fait encore débat : il est revendiqué par les réalisateurs de making of et a fait l objet de plusieurs études. Dans son travail sur la légitimation du making of en tant que genre, Claire Gressier cite la théorie des genres de Rick Altman 2 et dégage les critères qui les définissent: - Les films doivent utiliser une même forme grammaticale et rhétorique, développer des similitudes d énonciation. - Le groupe de films donnés doit avoir du succès, entrainant la production de films analogues. - L adjectif/le verbe désignant le groupe doit se substantiver. Elle définit l origine de l appellation : 1 Le film noir est un genre très codifié : le décor urbain fait partie de ces nombreuses conventions. 2 GRESSIER Claire, Le making of à l ère du DVD : Genrification et légitimation (2011), page 5, Paris, Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, mémoire de Master 2, soutenu en juin

7 «Au sens strict, et traduit littéralement, la nominalisation du verbe "make" (base verbale + ing), suivie de la préposition "of" signifie la "fabrication de", "la formation de", "la construction de" ou encore "la réalisation".» 3 D autre part, tous les making of présentent des caractéristiques communes : les images bien que variées sont souvent de même nature d un making of à un autre (images d interview, photographies et films pris sur le tournage, story-board, etc.), les situations sont toujours liées au processus de création (séances de répétitions, moment de tournage, de montage, etc.), en outre, il s agit à chaque fois du même univers professionnel (les membres de l équipe : le réalisateur, les maquilleurs, les décorateurs, les cadreurs, etc.). De surcroit, les making of possèdent tous, à l exception des moins intéressants, le même double objectif de pédagogie et de promotion. Lorsque le DVD est paru, les éditeurs ont immédiatement compris l enjeu lucratif du making of et en ont fait un nouvel outil de promotion. Cette période constitue l époque faste des making of (années 1990, début 2000) : beaucoup de documentaires ont alors été réalisés afin d accompagner les films édités sur DVD. On retrouve dans ces documentaires plusieurs similitudes de formes telles que l utilisation récurrente de la voix off caractérisée par un ton péremptoire, une énonciation plus incertaine que dans les making of qui ont suivi et une durée standardisée (50 à 60 minutes en moyenne). Prenons les exemples des making of de Ben Hur, Star Wars et La mort aux trousses, tout trois réalisés dans le courant des années A ce phénomène d uniformisation a succédé une période de diversification des making of (dans les années 2000). Tout en gardant un cœur commun, les formes se sont diversifiées. Par exemple, les making of réalisés par Charles de Lauzirika Gladiator et Blade Runner sont généralement bien plus longs et comportent une structure très rigoureuse (en fonction des étapes de la création). D autre part, les making of de Forrest Gump et History of violence présentent leurs thèmes sous la forme d un menu. On peut alors imaginer une nouvelle étape du processus de légitimation en tant que genre : l épanouissement du modèle et l intégration de nouveaux principes. Cette diversification est aussi due à l apparition de techniciens et d artistes spécialistes de la réalisation des making of. Aujourd hui, il s agit d un secteur d activité de l industrie du film quasiment indépendant. Certains réalisateurs se spécialisent sur des œuvres spécifiques : Laurent Bouzereau pour les films d Alfred Hitchcock, Martin Scorsese, Brian de Palma etc. ; Julien Lecat pour ceux de Jean-Pierre Jeunet et Matthieu Kassovitz, Charles de Lauzirika ceux de Ridley Scott Concernant la question du succès, le DVD a aussi été décisif. Non seulement le making of a acquis une valeur commerciale, mais sa place sur les DVD a permis de fidéliser un public. Désormais, ce dernier pouvait choisir d acheter la version simple du film ou la version «collector» au prix certes plus élevé mais incluant le making of. La vague de popularité que le making of a connue au début des années 2000 s est aussi manifestée par les tentatives de festivals. En 2003 a été créé le FIMO le Festival International de Making Of dont les rares éditions ont eu lieu lors du festival de Cannes. En parallèle, un festival du making of a été monté à Romorantin Lanthenay. Il a tenu 8 années consécutives avant de s interrompre. Le fait de 3 Idem 7

8 présenter des making of en festival, de les projeter sur grand écran, de leur consacrer des heures de conversations et surtout d avoir (ou d avoir eu) un public est la preuve d une dynamique en marche et d un attachement de sa part pour ces documentaires. De même, cela dénote une volonté de légitimer le statut de réalisateur de making of. Cette condition de genre, bien qu incertaine, bien que controversée, justifie et autorise, en grande partie, mon projet d atelier d initiation. Mon choix a aussi été motivé par son statut ambigu. 2- Une fonction ambiguë et plurielle. L ambiguïté du making of réside dans l acceptation d un double rôle. Il s agit d un objet en perpétuelle évolution, mais ayant la capacité de transmettre des connaissances pérennes. Il évolue pour les raisons exposées ci-dessus, mais aussi à cause de sa fonction commerciale : pour plaire, pour attirer, il se doit d évoluer. En revanche, sa valeur pédagogique permet de le mettre en scène dans des projets d initiation et donc de l utiliser comme source d un savoir. La disponibilité de ces documentaires sur DVD est précieuse pour toute sorte de démarches pédagogiques. Pourtant, à l origine, cette stratégie était, avant tout, commerciale. Effectivement, avant l étape du DVD, les making of passaient à la télévision comme tout autre documentaire. Son statut a changé : il est devenu un objet commercial. Désormais, pour voir un making of, il faut l acquérir. Lost in la Mancha, le célèbre making of relatant les deux semaines chaotiques de tournage du film inachevé de Terry Gilliam (L homme qui tua Don Quichotte), est un excellent exemple de l ambivalence qui caractérise le making of. En effet, après cet échec cuisant, la production est parvenue à se relever en organisant une sortie en salle du documentaire qui exposait, quasiment jour après jour le délitement du projet. La démarche est ambiguë : à la fois audacieuse on décide de montrer l échec du cinéaste et de son équipe témoignant ainsi, dans une tentative pédagogique, de la difficulté de monter un projet de film et de le mener à bout et commode on tente de rentabiliser l échec. En effet, on décide de passer sur grand écran un film qui n avait jamais été prévu pour cela, impliquant notamment une qualité très médiocre de l image. Le making of apparait ici sous les deux angles : il possède certes une qualité pédagogique, mais l usage que l on en fait est censé, avant tout, rattraper l énorme bévue financière. Après sa sortie en salle et depuis lors, ce making of est en vente en DVD et demeure l un des plus fameux. Afin de servir ces deux fonctions de manière équilibrée, des stratégies ont été développées. Elles sont fondées sur des principes récurrents servant à la fois la matière pédagogique et l objectif de vente : pour les deux concepts, il s agit de soigner l énonciation. La clarté des informations, le dynamisme, l aspect ludique mêlé à l informatif servent à la fois les deux fonctions et, de surcroit, les rendent interdépendantes. Dans mon travail de conception de l outil, ces points m ont réellement facilité la tâche : les making of sont destinés à un public de non-initiés, ainsi je n ai pas eu à fournir un supplément d informations. L exposition limpide des explications se fonde particulièrement sur le travail de 8

9 montage : par exemple, lorsque l une des personnes interviewées parle d un membre de l équipe ou d une étape de la création, l information est aussitôt fournie visuellement (photographie d un membre de l équipe, film de tournage où l on voit des assistants installer les décors, etc.). D autre part, le dynamisme et la dimension ludique facilite souvent l adhésion des spectateurs. Dans une situation pédagogique, les apprenants éprouvent toujours un soulagement lorsqu ils peuvent appréhender une partie de ce qu on leur présente. Je pense que l assimilation des nouvelles informations est alors plus aisée. La pluralité des fonctions du making of entraine, par ailleurs, une multiplicité de formes : aujourd hui, il existe des quantités de making of différents autant dans le fond (ce dont le documentaire traite : les acteurs, le réalisateur, les personnages, les prouesses technologiques etc.) que dans la forme (sa structure : chronologique, thématique, etc.). Excepté quelques cas, il n existe pas de méthode spécifique pour réaliser un making of. L évoquer au singulier, comme s il s agissait d un objet unique, est aussi inexact que d imaginer que le terme «documentaire» ne couvre qu une seule sorte de films. Cette diversité en fait un objet difficile à appréhender, mais, par conséquent, très intéressant à étudier. En effet, la diversité de thèmes offerte dans un making of se révèle pratique dans une situation pédagogique comme celle développée dans ce projet. Ainsi, j ai pu imaginer des activités diverses traitant de multiples sujets. De même, le travail en amont de préparation de l outil a été facilité par la structure souvent très élaborée de ces documentaires (j en parlerai dans la deuxième partie). Cela constituera un avantage pour le médiateur dans le cas où celui-ci tiendrait à développer ses séances à l aide d autres extraits de making of. 3- Utiliser le making of dans un cadre pédagogique. La fonction commerciale du making of, sa qualité relative en fonction des films, des moyens budgétaires et humains mis en œuvre pour sa réalisation n encouragent pas vraiment à l exploiter dans un cadre pédagogique. De surcroit, j ai pu remarquer, au début de mon travail de recherche, que nombreux sont ceux qui ignorent l existence des making of ou les confondent avec d autres types de suppléments (bêtisiers, scènes coupées au montage, etc.). Par conséquent, ils ne se sont jamais interrogés sur leur dimension pédagogique. Par ailleurs, d autres ne s intéressent tout simplement pas à la fabrication des films. La raison pour laquelle j ai choisi le making of est multiple. Premièrement, je désirais travailler sur le processus de création depuis le début de mon projet. En effet, lors de mes années d études cinématographiques, je n ai jamais suivi de cours sur le travail de création. C est pourtant un sujet qui m intéressait et qu il me tenait à cœur de partager. De même, travailler sur le processus de création peut engendrer un questionnement plus large, notamment lié à l histoire du cinéma les cinéastes travaillent souvent dans le souvenir de films qui les ont marqués mais aussi à une culture générale des films. Ainsi, dans mon outil, j insiste afin que le médiateur montre des films aux apprenants. 9

10 Pour choisir le support qui me permettrait de travailler sur le processus de création, j ai tout d abord pensé aux photographies de tournage, aux scénarii annotés, aux feuilles de scripte, etc. Le making of s est finalement imposé. Mon ignorance à son sujet et sa complexité naturelle ont attiré ma curiosité. Il m a paru aussi être l objet le plus complet et le plus pertinent pour mon projet : en effet, n est-il pas une combinaison des éléments cités ci-dessus? Le making of rassemblait pour moi un large choix de documents à exploiter et à discuter. De même, la forme filmique du making of assure une attention de la part des apprenants, en général plus disposés à visionner un extrait qu à lire un texte ou commenter une photo (dans le cadre d un cours, du moins). La pertinence du making of réside dans son caractère vivant et authentique : en effet, il présente des professionnels du cinéma en train d expliquer leur métier, leur rôle au sein de l équipe et dans le travail de création, mais aussi en train d exercer, de mettre leur savoir-faire à disposition. Il m a semblé que cette spontanéité ne pouvait être que bénéfique pour un public de novices. La confrontation directe avec le monde de la création m a paru la meilleure méthode pour les plonger dans un univers qu ils ne connaissent pas. Le making of aborde des sujets phares de la création comme la mise en scène, le rôle primordial du cinéaste, l écriture et la composition des personnages mais aussi des notions plus mystérieuses comme la conception des effets spéciaux. Enfin, il permet de transmettre sans bloquer l apport de nouvelles connaissances. Effectivement, il me semblait être un excellent outil permettant d introduire des sujets sur lesquels rebondir afin d établir des connaissances collatérales comme des notions d histoire ou d analyse. Deuxièmement, l idée d utiliser un outil familier des acheteurs de DVD (certains en tout cas) me paraissait séduisante. Les apprenants ne se braqueraient pas devant un objet qu ils connaissent et se sentiraient peut-être plus concernés. Le rapport des apprenants à l objet de référence, en l occurrence le making of, est fondamental. Je l ai remarqué lors de mon stage de Master 1. Bien que dans une situation différente (une tentative d initiation à l analyse filmique), la question du rapport à l objet étudié a émergé (c est ce qui a déterminé tous mes choix de présentation de séances, d extraits, de vocabulaire nouveau, etc.) : pour chaque séance de deux heures, je préparais l étude de deux passages, l un issus d un film que les élèves étaient susceptibles de connaitre et un autre, souvent extrait d un film plus ancien (dans ce cas-là, il y avait Le Guépard de Luchino Visconti ou Il était une fois dans l ouest de Sergio Leone) et qu ils ne connaissaient pas forcément. Lorsque je proposais aux élèves un film qui leur était inconnu, je notais une réticence particulière. En revanche, l analyse d un film qu il connaissait (Shutter Island de Martin Scorsese, notamment) ou dont il connaissait l acteur les motivait davantage. Replacée dans le contexte du making of, cette question s est à nouveau posée : mon projet étant une initiation au processus de création, quel va être ma base d étude de référence? Le making of constituait à la fois une source certaine d informations et un objet que je supposais couramment visionné par un public s intéressant à la question du travail de création cinématographique. Enfin, la dernière raison de ce choix est davantage d ordre militant. Le making of fait débat et c est là son intérêt majeur. Souvent dénigré et largement sous-évalué, il est communément considéré comme un outil de vente, une occasion pour les éditeurs DVD de faire davantage de bénéfices et pour les acteurs et réalisateurs de jouir d une plus large publicité. Après le visionnage d une cinquantaine de making of, je peux, effectivement, affirmer que certains 10

11 d entre eux ont uniquement pour objectif la promotion du film. En revanche, on ne peut faire de cet objectif une généralité. Ce projet vise, d une part, à tenter une expérience inédite, d autre part, à réhabiliter le making of en prouvant sa qualité didactique. Il est, effectivement, important de comprendre que sa valeur pédagogique ne peut être mise en lumière que par des démarches similaires à celle-ci. Le dénigrement dont il est l objet est le résultat du mauvais usage que l on en fait. L objet implique, évidemment, des avantages et des contraintes, autant pour le créateur de l activité que pour le médiateur et les apprenants. Notons que presque chaque atout est aussi une contrainte. Nous avons déjà cité quelques-uns des avantages dans les deux parties précédentes. On peut ajouter que les making of, jusqu à un certain point, sont assez faciles d accès ; du moins ceux des films largement médiatisés. Le contrepoint à cet avantage est, qu aujourd hui, les making of de moindre envergure mais non moins intéressants sont souvent assez mal indiqués sur les jaquettes de DVD. La période de gloire du DVD étant passée, de nombreuses maisons d édition négligent la présentation des suppléments. Citons à titre d exemple les DVD des films suivants : Le Fils d Elias de Daniel Burman, Les Climats de Nuri Bilge Ceylan, L impasse de Brian de Palma. D autre part, le fait que tout le monde ait accès au making of a constitué une contrainte lors de la conception de l outil. Pourquoi voudrait-on suivre une initiation au cinéma à partir de making of, alors que l on peut très bien les visionner chez soi? Je devais donc trouver une formule originale qui permettrait d exploiter le making of d une nouvelle manière : en engageant les spectateurs passifs à devenir des apprenants actifs. Pour ce faire, le médiateur est absolument nécessaire. En effet, il devra s approprier l outil pour l utiliser à sa manière. Il pourra à sa guise décider de travailler une thématique plutôt qu une autre ou tenter de réaliser l ensemble de l atelier en faisant des choix. Enfin, une dernière difficulté posée par l utilisation du making of est l inégalité des sujets abordés. Effectivement, si certains making of s avèrent très complets, beaucoup négligent certains aspects primordiaux du travail de création ; en particulier l étape du scénario qui est souvent peu étudiée. De même, les étapes «post tournage» sont aussi souvent passées en revue rapidement. En plus de cet inconvénient touchant la question des thématiques traitées, ajoutons un problème récurrent de forme : à cause du maigre budget alloué aux making of, la réalisation de certains manque de soin. On peut envisager la difficulté de capter de belles images sur un tournage, la part d improvisation est grande. En revanche, le travail de montage n est pas toujours très pensé. Cela peut parfois nuire à la qualité pédagogique de l outil. Le mémoire préparatoire 1- La fonction du travail préparatoire La valeur du travail accompli lors de la première année du Master me parait davantage perceptible aujourd hui que l an passé. Lorsque j ai opté pour le making of comme objet de recherche, je le connaissais très peu et espérais, en effet, qu il possède quelques qualités pédagogiques. La seule problématique que j envisageais se fondait sur l interrogation de ses 11

12 deux fonctions : sa valeur pédagogique et sa visée promotionnelle. Cette première approche a constitué un travail d appréhension et de définition du making of primordial pour la réalisation de l outil pédagogique. La difficulté principale étant la pénurie d ouvrages traitant du sujet, j ai créé ma propre définition et réalisé ma propre analyse du making of. Le premier travail était celui de la définition et consistait essentiellement à s interroger sur les points suivants: - la question du public : il s agissait d envisager le public des making of. Quel type de public? Pour quelle raison est-il spectateur de making of? - la question de la forme et de la matière : quels sont les enjeux favorisant la dimension pédagogique et quels sont ceux encourageant la fonction promotionnelle? Pour cela, je procédais à l analyse formelle de making of. - cela a entrainé une interrogation sur la place du making of dans le genre du documentaire. La conclusion menait à l hypothèse du making of comme un genre nouveau, comme nous l avons vu dans la première partie. Enfin, la seconde partie du travail était une réflexion sur le rôle des making of, interrogeant la fonction réelle du tournage d un tournage. Cette approche m a permis d appréhender cet objet très peu étudié et de me l approprier. Afin de réaliser ce travail préparatoire, j ai établi un corpus de making of, choisis en fonction de leur intérêt, de leur construction et de leur variété. Mon but étant alors d étudier la dialectique entre les deux principes de pédagogie et de promotion, j avais pris le soin de sélectionner des documentaires différents, de qualités et de formes variées. Par la suite, j ai établi diverses typologies, et finalement une arborescence qui a constitué mon fond de travail pendant toute la rédaction du mémoire préparatoire. L arborescence avait pour fonction de classer les making of en fonction de leur structure afin de voir s il existait une forme spécifique déterminant un objectif plutôt pédagogique ou plutôt commercial. Le résultat n a pas été concluant. Effectivement, un making of ne vise jamais seulement l un ou l autre. Il peut être plus ou moins intéressant, mais possède toujours à la fois une valeur pédagogique et une valeur commerciale. C est l une des raisons qui m a poussée à modifier partiellement mon angle d attaque pour la conception de l outil. 2- La transition avec le projet final Jusqu au mois de mars, j ai gardé à l idée la création d un atelier consacré à l étude du making of en tant que genre à part entière, renfermant des principes ambigus voire paradoxaux. Cependant, lorsque je me suis posée la question de l outil DVD de manière plus concrète, je me suis retrouvée face à un problème. Je ne m étais, jusque-là, concentrée que sur la partie du mémoire en envisageant de reprendre mon étude préparatoire et de travailler de manière plus 12

13 approfondie la problématique initiale 4. J avais alors commencé à constituer une bibliographie afin de développer mes connaissances dans le domaine du marketing cinématographique. Mais lorsque la question de la concrétisation de l outil s est imposée, je me suis rendue compte de ma difficulté à définir le travail que je devais accomplir. Effectivement, mon projet initial de créer un outil visant à une initiation au cinéma à travers l étude du processus de création exigeait que j utilise le making of comme support de travail (en relevant des extraits de making of, des moments de création) et non pas comme objet d étude. Cette dernière idée rejoignait davantage mon travail accompli pendant la première année de Master. Là il s agissait plutôt d étudier le making of pour lui-même, d en comprendre sa grammaire, sa rhétorique, sa valeur pédagogique et sa valeur commerciale Ainsi, j ai opté pour un revirement dans la conception de l outil en favorisant l utilisation du making of comme outil et non pas comme objet de l initiation. Néanmoins, l approche étudiée dans le mémoire préparatoire demeure intéressante, c est pourquoi j ai songé à une construction un peu particulière de l outil. Sur le modèle des activités majeure et mineure, le livret se compose d un atelier principal (l ATELIER MAJEUR) consacré à l étude des différentes étapes du processus de création, et d un atelier beaucoup moins important (l ATELIER MINEUR), constitué de quatre pistes destinées à amener le médiateur à s interroger sur le statut de genre et largement inspirées du mémoire préparatoire. 4 «La dimension didactique et la dimension commerciale qui nourrissent le concept de «making of» en font un outil ambivalent. La résolution de cette ambiguïté ne réside-t-elle pas dans l acceptation du caractère indissociable de ces deux dynamiques?» in Le making of de film : un outil pour la connaissance cinématographique? (mémoire préparatoire année ) 13

14 Partie 2 La réalisation de l outil La réalisation de l outil a impliqué de nombreuses prises de décisions, de choix de clarté et de cohérence. Dans un premier temps j expliquerai le choix de la forme DVD+livret, avant de développer chacune des parties de l outil. J argumenterai mes décisions concernant la forme et le contenu du DVD et j expliciterai chaque éléments du livret afin de justifier le modèle pédagogique développé. L outil : un DVD et un livret 1- Les phases de l élaboration Depuis le début du projet, mon intention est la réalisation d un outil pédagogique sous forme de DVD accompagné d un livret. La première étape a été la constitution de thématiques à étudier. Pour ce faire, j ai repris la filmographie de making of établie pour mon mémoire préparatoire. A l aide des notes prises l an passé sur chacun d eux, j ai établi une liste des thèmes les plus fréquents traités dans les making of. Malgré l irrégularité des sujets exposés ceux concernant les acteurs et les effets spéciaux sont les plus courants j ai pu constituer quatre grandes parties représentatives du processus de création. Cette irrégularité m a aussi valu des difficultés pour certaines parties : le montage et les effets sonores sont des étapes assez rarement traitées. La sélection des extraits a posé quelques problèmes pour cette même raison. Une fois le corpus de films déterminé et classé, j ai commencé la rédaction du livret. Elle s est révélée longue et complexe. Au départ, trouver la forme adéquate a été difficile. J ai notamment éprouvé quelques peines pour équilibrer les informations, particulièrement entre les suggestions d exercices (en italique) et les réponses éventuelles. Je n arrivais pas à déterminer si je devais aider le médiateur en lui livrant des réponses précises ou si je devais le laisser trouver par lui-même. Dans certains, cas, j ai opté pour une troisième solution : afin de ne pas bloquer sa capacité de réflexion, j ai proposé des films (cf. «Filmographie sélective») afin qu il juge par luimême des réponses à donner. Exemple : «( ) on discutera aussi du rôle du décor et de la lumière dans le récit. En effet, l art de faire la lumière, l art de la combiner aux décors, sert aussi la fonction narrative du film. Filmographie sélective : 1- Alien de Ridley Scott : dans ce film de science-fiction, les décors sont conçus de telle manière que la créature s y confonde. Le travail s effectue au niveau de la forme et de la texture des objets. Des jeux d ombres et de lumières s ajoutent à ce décor, entravant encore plus la 14

15 visibilité des spectateurs. Ainsi, on ne peut jamais voir clairement la créature, ce qui crée un sentiment d attente et d appréhension. 5» En revanche, l élaboration des pistes pédagogiques en elle-même m a posé moins de problèmes que je ne le craignais. En effet, mes quelques expériences en classe 6 m ont donné plus d assurance pour concevoir des activités et formuler des consignes. Le livret est réservé au médiateur, mais la plupart des pistes ont été rédigées de telle sorte qu il puisse les réemployer avec les élèves. Exemple : «A partir d une situation simple (une discussion entre deux amis par exemple) ou à partir de quelques traits de caractères (coléreux, heureux, inquiet, courageux ), on pourra demander aux apprenants de rédiger un petit bout de scénario dans lequel ils seront capables de retrouver ces traits de personnalité. Attention : un scénario comprend certes des dialogues, mais ce n est pas une nécessité ; il est aussi constitué de brèves indications scéniques et dramatiques.» 7 Le médiateur peut reprendre une formulation similaire : «imaginez une discussion entre deux amis et écrivez leur dialogue sous forme de scénario afin que transparaissent des traits de leur personnalité. Attention : un scénario comprend certes des dialogues, mais ce n est pas une nécessité ; il est aussi constitué de brèves indications scéniques et dramatiques.» Au fil de sa rédaction, le livret est devenu un instrument plus complet et complexe que je ne l avais imaginé au préalable. En effet, j ai du sélectionner entre des informations qui me semblaient très importantes et d autres simplement importantes. Mais je me suis accordée quelques exceptions dans les paragraphes «A connaitre aussi un peu d histoire» car ils ne sont pas directement liés logiquement au making of et au processus de création, mais sont toujours des connaissances d ordre général à assimiler dans un travail d initiation au cinéma. Le médiateur pourra les exploiter comme bon lui semble. De même, avant de commencer la rédaction, je n avais pas imaginé la quantité d informations que je pourrais fournir en matière de pistes pédagogiques, ni, par conséquent, la manière de les exposer, de les présenter. J ai fait plusieurs tentatives de présentations et ai choisi celle qui me paraissait la plus claire et la plus pertinente dans une démarche pédagogique. Mais au vu du nombre de détails, cela n a pas été une tâche aisée. Le schéma type de présentation pour les pistes est le suivant : - Une rapide introduction sur l objet traité dans la rubrique donnée ; - L ouverture d une sous-partie (exemple : «définir le personnage», «être un autre» 8 ) ; - Une présentation de la sous-partie ; - Une proposition d exercices ou de discussions à lancer avec les apprenants ; - Des éléments pour aider le médiateur à répondre (propositions de films, questionnement, citation de l un des making of ) ; - Autre proposition ou début d une autre sous-partie 5 Livret «Décors et lumières», page 28 6 Stage de Master 1 : une initiation à l analyse filmique dans une classe de 1 ère + atelier au cours de l année de master 2 : une étude sur le décor du film Lola Montès de Max Ophuls dans le cadre de l IRI. 7 Livret «Concevoir les personnages», page 17 8 Livret «Concevoir les personnages», page 17, 18 15

16 Après le livret, je me suis lancée dans la conception du DVD qui a été une tâche tout à fait différente, puisque fondamentalement technique. Etant donné mon manque de savoir-faire dans ce domaine (la conception du menu DVD), j ai fait appel aux services d un spécialiste. Après avoir demandé autour de moi ce qu il était mieux de faire, j ai opté pour cette option qui m a fait gagner un temps considérable. En effet, mon menu possède une forme inédite, il n existait donc pas de modèle préalable, il fallait le concevoir entièrement. J ai donc laissé cette tâche à quelqu un de plus expérimenté. Néanmoins, j ai pris le temps de préparer le plan détaillé du menu 9 avec les différentes catégories et les extraits à placer à l intérieur, et surtout j ai préparé chaque fragment. Le problème a été de les extraire des DVD en évitant la division en une multitude de fichier «vidéo» et de fichiers «son». Après quelques recherches, j ai découvert le logiciel Format Factory, disponible sur internet, et destiné aux enseignants désirant extraire des séquences de films de DVD. Ce logiciel a ainsi permis l extraction de la plupart des making of, à l exception d un DVD qui n a pas fonctionné. Plus stable que l enregistrement sur le lecteur VLC, Format Factory ne prend malheureusement pas automatiquement en charge les sous-titres. Lorsque c est le cas, il est possible de sélectionner la langue désirée, mais il arrive que cela ne fonctionne pas. Ainsi j ai du refaire la plupart des sous-titrages de mes extraits de making of. C est ce qui m a pris le plus de temps et j ai trouvé la tâche fastidieuse 10. La nature des choix des extraits sera discutée dans les parties suivantes. 2- Le choix de la forme Mon premier choix s est porté sur la création d un atelier d initiation : la conception, séance après séance, d une situation pédagogique. Puis, lorsque je me suis intéressée en particulier au making of, cet objet m a paru indissociable de la forme DVD. Pour un atelier, il serait nécessaire d amener les making of sur lesquels on souhaitait travailler jusqu à la salle ; afin d éviter l encombrement occasionné par les DVD ou, d un autre côté, l utilisation de la clé USB beaucoup moins intéressante d un point de vue pédagogique, j ai imaginé un DVD sur lequel on trouverait tous les extraits de making of nécessaires à l étude. Il serait accompagné d un livret auquel le médiateur pourrait se référer. Je souhaitais disposer d un outil concret, que l on puisse tenir dans la main et le DVD m a paru le support idéal. Il me semble que le caractère physique, palpable de l outil est important dans des démarches pédagogiques. Il est primordial que le médiateur ou même les apprenants puissent se reporter à un objet spécifique, matériel, surtout dans le cadre d une initiation. La dimension double du DVD, à savoir un caractère ludique et une qualité de structuration de l information, est aussi un facteur de poids : le DVD est lié à la distraction, au plaisir on met un DVD lorsque l on veut regarder un film mais, d un autre côté, il implique une dynamique propre : sur un DVD, on peut choisir de regarder un film, des suppléments, le film commenté par 9 En copie, p J ai trouvé une faute de frappe dans le making of de History of violence : «sang» est tapé «sag». Je n ai remarqué que celle-ci, malheureusement trop tard pour la corriger : la personne qui devait réaliser le menu avait déjà les extraits en sa possession. Peut-être y en a-t-il d autres malgré ma relecture. 16

17 le cinéaste (sur certains DVD seulement), etc. ; ainsi, c est l usage qu en fait le spectateur, son libre-arbitre, qui détermine la fonction de l outil. J ai tenté d utiliser cette fonctionnalité pour mon projet : le médiateur peut choisir le thème à étudier et la manière dont il le traitera. Ainsi, la forme DVD me semblait souligner et renforcer la valeur pédagogique du making of : grâce à ce support, on peut en sélectionner les meilleurs extraits. Le DVD remplit, d une certaine manière, une fonction complémentaire à la qualité pédagogique de son sujet, le making of. D autre part, le DVD est, aujourd hui, un instrument technologique familier, bien intégré dans les mœurs. Sa popularité s accompagne d une aisance d utilisation pour le grand public, désormais habitué à s en servir régulièrement. J ai tenté dans le livret de susciter une interactivité entre l outil, le médiateur et les apprenants, une qualité que le DVD sous-entend naturellement. En effet, la construction en chapitres caractéristique du DVD offre une cohérence et permet de naviguer à sa guise dans les différentes thématiques. Ainsi le médiateur n aura pas de problèmes pour passer d un extrait à l autre, faire jouer leur complémentarité ou établir des comparaisons entre, par exemple, les différentes méthodes mises en œuvre pour concevoir une scène (cf. «Introduction : Moteur action»). Enfin, le DVD est un outil relativement peu onéreux. Le choix de la forme de ce DVD spécifique a été influencé par les outils de l Eden Cinéma que je connaissais pour les avoir utilisés en cours, pendant mes premières années d études. Les autres outils pédagogiques sous la forme DVD/livret que j ai consultés depuis ne traitent pas nécessairement de cinéma, mais sont tout de même une source d inspiration importante. J ai notamment été influencée par des guides pédagogiques et des manuels scolaires, concernant surtout le mode de présentation du livret. Pour le DVD, j ai estimé que la présentation du menu était essentielle : elle devait offrir en soi une véritable qualité pédagogique : j ai donc joué sur la clarté des thématiques, de leurs titres, etc. De même, je tenais à ce que les extraits soient intacts, sans commentaires, sans remontage. Pour ce dernier point, je regrette d avoir du couper certains extraits trop longs ou digressifs : l extrait du making of de Gladiator dans «Décors et Lumières» et celui de Blade Runner dans «Composer, truquer, rythmer», rubrique «Monter». Malheureusement, et en dépit de leur profond intérêt pédagogique, le désir d exhaustivité qui caractérise ces très longs making of s accompagne d une tendance à l explication détournée. La plupart du temps, les commentaires longs conservent leur intérêt. En revanche, cela rend difficile la sélection de l extrait. Les extraits mis à disposition ne sont pas une analyse des making of. Il s agit d une sélection pouvant servir d illustration ou fournir le point de départ d une thématique. L absence de commentaires dans le DVD rend le livret indispensable. 3- Un outil de transmission Cet outil propose une approche d initiation au cinéma via le travail et le processus de création. Son objectif est de fournir à un médiateur un instrument reflétant une démarche pédagogique, efficace et riche, qui lui permettra d aborder différentes thématiques liées à cet acte de création cinématographique. D autre part, les pistes finales présentées dans l ATELIER 2 offrent une autre manière d appréhender les extraits proposés dans le DVD. Celles-ci visent à donner à ce même médiateur le moyen de faire du making of son objet d étude. Ces pistes ne 17

18 sont pas directement destinées à prouver le statut de genre du making of mais, seulement à susciter un questionnement quand à sa complexité. L ATELIER 1 de l outil a été imaginé pour un cadre scolaire ou extrascolaire. Pour le premier cas, j ai commencé sa conception en songeant à des classes de lycée. Aujourd hui, en revanche, après la réalisation de l outil, je pense qu il peut aussi convenir pour des classes de collège. Effectivement, certains exercices de création comme l écriture de scénario (cité précédemment) ou l expérience des trucages «à la Méliès» (cf. «Trucages et effets spéciaux» page 26) peuvent être tentés avec des apprenants plus jeunes. En revanche, avec un tel public, il sera nécessaire d adapter les pistes. Notamment, on pourrait s attarder davantage sur la reprise méthodique des extraits. Certains s avèreront certainement trop complexes (cf. l extrait sur Blade Runner dans «Trucages et effets spéciaux»). Néanmoins, des exercices communs aux deux niveaux de scolarité collège et lycée demeurent envisageables : par exemple, il serait intéressant, après l étude des making of, de réutiliser le savoir acquis en travaillant sur les extraits de film suggérés dans les pistes pédagogiques. J estime que certains extraits sont accessibles même pour des apprenants plus jeunes (La Belle et la Bête de Jean Cocteau pour le travail des acteurs avec les accessoires ; Les vacances de Mr Hulot de Jacques Tati pour le travail sur le son, etc.). D autre part, l ATELIER 2 est évidemment plus complexe puisque volontairement moins détaillé, plus spécialisé et, donc, conçu pour des apprenants plus expérimentés. Certains lycéens pourraient être intéressés, a fortiori s ils font partie d une option ou d une activité cinéma. Plus généralement, l outil peut être utilisé dans le cadre d un cours de français, ou même de langue. En effet, la plupart des making of étant en anglais, on peut imaginer un enseignant de langue se servant de cet outil afin d illustrer un cours consacré au cinéma. Les apports seraient notamment d ordre lexical : les activités possibles sont réduites du fait de la présence des soustitres ; néanmoins, on peut imaginer des exercices de repérage de mots, par exemple. Dans un cas plus classique, un enseignant de français pourrait vouloir procurer un savoir de base en la matière. A titre d exemple : dans l attente de l agrément pour l option de cinéma officielle, le tuteur de mon stage de Master 1, un professeur de français, avait créé avec des volontaires un atelier d initiation au cinéma et de pratique. Je pense que l outil que j ai imaginé aurait tout à fait sa place dans une telle situation. Les ATELIERS n ont pas été exclusivement conçus pour un cadre scolaire, nécessitant la présence d un enseignant. Il est tout à fait envisageable de le monter dans un cadre extrascolaire. On peut imaginer un stage d initiation animé par une maison des jeunes ou une médiathèque d agglomération. En revanche, l outil implique un investissement complet du médiateur qui devrait acquérir certaines connaissances générales du cinéma ou montrer une curiosité particulière pour le sujet. En effet, l outil propose parfois des pistes exigeant un minimum de savoir général, en histoire ou en analyse : malgré la brève méthode d analyse proposée, le médiateur devra être familiarisé avec l image de cinéma et posséder un regard déjà formé. Un stage de vacances pourrait alors être une formule adéquate pour réaliser l ATELIER 1 : chaque jour traiterait une thématique spécifique, au terme de laquelle on pourrait imaginer un petit exercice de pratique en relation avec ce qui a été étudié dans la journée, puis conclure la 18

19 semaine par un exercice plus important : tourner une courte scène et en réaliser le montage, par exemple. Evidemment, un tel atelier est une entreprise lourde, nécessitant un certain matériel et une organisation préalable assez longue. Mais c est une démarche qui pourrait s avérer intéressante. Par ailleurs, j ai conçu l outil comme une première approche d étude du cinéma. Ainsi, les apprenants potentiels n auraient pas à exécuter un travail en amont des activités qu il propose. De leur point de vue, les extraits de making of proposés dans le DVD doivent être la source du travail, le point de départ de leur réflexion. La relation entre l outil, le médiateur et les apprenants n est pas unidirectionnelle : médiateur/outil/médiateur/apprenants ; je souhaitais en développant les pistes que les apprenants soient aussi en lien direct avec l outil DVD. Exemple : «On leur proposera aussi de réfléchir à un film qu ils connaissent, qu ils pourront présenter aux autres, et dans lequel le décor est traité de manière similaire, à savoir un décor ni particulièrement spectaculaire ou remarquable, mais qui joue un rôle métaphorique et allégorique. Un tel exercice apportera la confirmation que les apprenants ont bien saisi les propos tenus dans l extrait du DVD et donnera aussi l occasion d animer une discussion sur les possibles emplois du décor». 11 Dans cet exercice, les apprenants sont aussi médiateurs. Non seulement, ils montrent que les connaissances sur le décor, en l occurrence, ont été intégrées, mais ils prennent aussi la place de celui qui transmet le savoir en reprenant le vocabulaire appris, etc. Les séances doivent absolument se fonder sur l échange entre le médiateur et les apprenants mais aussi entre les apprenants eux-mêmes. Effectivement, certaines consignes engagent à la discussion, voire au débat. Exemple : «On pourra commenter cette conception de la musique et débattre sur son caractère (potentiellement?) artificiel». 12 Le débat est intéressant parce qu il fait avancer la réflexion sur le sujet. Il le serait encore davantage si les apprenants s appuyaient sur des extraits de films précis. Le médiateur, dans une telle situation, tiendrait le rôle d «agent provocateur», posant des questions plus pointues ou prenant soin de ne pas laisser retomber l échange. Lui-même pourrait avoir sélectionné une série d extraits de films sur lesquels s appuyer. 11 Livret «Décors et lumières», page Livret «Créer des sons, faire la musique», page 38 19

20 La partie DVD 1- Le corpus. Le choix des films constituant le corpus est une étape primordiale. En effet, il représente la base de tout le travail. C est à partir de ces extraits que j ai développé les pistes pédagogiques et les informations nécessaires au médiateur pour faire l initiation : c est à partir des mêmes extraits qu il organisera ses séances et enfin, ce sont aussi ces extraits qui serviront de référence première aux apprenants. Ce fut une étape assez longue : lors d une présélection, j avais retenu une trentaine de documentaires. J ai divisé ce nombre de moitié car je ne voulais pas accabler le médiateur face à trop d extraits issus de trop nombreux making of. Ce corpus de quinze films m a semblé être un bon compromis puisque je pouvais utiliser plusieurs fois un même making of tout en restant dans un corpus restreint et cohérent. Comme je l ai expliqué au départ, j avais décidé depuis longtemps de me baser seulement sur des extraits et non pas sur deux ou trois making of. Les extraits apportent une plus grande variété et donc des approches différentes. Mes critères de sélection ont parfois été gênés par des problèmes d ordre matériel. Par exemple, je n ai pas pu utiliser le making of de Au travers des oliviers d Abbas Kiarostami à cause d un problème de copie. Malgré quelques inconvénients de la sorte, j ai tenté de développer un corpus varié en fonction du thème traité de quoi parle-t-on dans cet extrait? Qu est-ce que les apprenants pourront apprendre via ce making of? et de leur intérêt pédagogique comment est présenté le sujet? L énonciation est-elle claire? Que pourra-t-on en retirer dans une situation pédagogique? De même, mon objectif était aussi de présenter des extraits offrant des situations différentes au sein d une même étape. Citons, à titre d exemple, les making of proposés pour la rubrique «Trucages et effets spéciaux» : Blade Runner, History of violence, Rétribution, Terminator 2. Ces quatre extraits traitent tous de la même question, mais chaque cas présente un usage différent des effets spéciaux : - L extrait sur Blade Runner expose la conception d une ville de science-fiction. - Celui sur History of violence explique l utilisation d une prothèse faciale pendant une scène de violence. - Le passage issu du making of de Rétribution est consacré à l exposition d un ajout d images de synthèse pour renforcer une impression de réalisme. - Enfin, le dernier extrait montre la conception d un personnage constitué de métal liquide. Ainsi, il sera aisé d établir un panorama des différentes utilisations des effets spéciaux. De même cette variété d exemples permet d aborder la question des types d effets spéciaux, du trucage à l effet numérique, en passant par les effets optiques. Par ailleurs, j ai choisi des extraits plus ou moins complexes, ainsi je ne favorise pas un niveau de compréhension particulier, j essaie d étendre à un public plus hétérogène. Ce sera l une des tâches du médiateur de sélectionner les extraits appropriés au niveau de ses apprenants. La difficulté variable des extraits avait aussi pour but de diversifier les approches possibles. On pourra les utiliser de multiples façons, pas forcément selon un schéma rigide : présenter le thème (les personnages, le décor, la musique ), montrer un extrait approprié et le commenter en appliquant les exercices proposés, comme la 20

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Directeur de production activité 1 APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Le directeur de production assume les responsabilités de la préparation, de la gestion budgétaire et du bon déroulement

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

CYCLE 3D. Certification RNCP "Lead Infographiste 2D/3D" Niveau II - Bac +3

CYCLE 3D. Certification RNCP Lead Infographiste 2D/3D Niveau II - Bac +3 CYCLE 3D Certification RNCP "Lead Infographiste 2D/3D" Niveau II - Bac +3 Objectif : Acquérir des compétences et se former aux métiers créatifs et dans le domaine de l'infographie 3D avec une nouvelle

Plus en détail

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches.

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches. Oui, mais c'est l œuvre de quelqu'un d'autre 1 «On parle souvent des cinéastes qui, à Hollywood, déforment l œuvre originale. Mon intention est de ne jamais faire cela»¹ «la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Commerce International. à référentiel commun européen

Commerce International. à référentiel commun européen Brevet de technicien supérieur Commerce International à référentiel commun européen Référentiel de formation SEPTEMBRE 2011 RÉFÉRENTIEL DE FORMATION Unités de formation UF1 Culture Générale et Expression

Plus en détail

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Introduction de Claire Hédin-Vignaud, responsable de la Médiathèque Markoff : Rappel des motivations qui ont amené

Plus en détail

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Thème Éducation aux médias, journalisme Public Étudiants en journalisme, diplomatie, histoire, sciences politiques ou en relations internationales, écoles

Plus en détail

Enseigner la lecture analytique en 3ème avec une tablette numérique

Enseigner la lecture analytique en 3ème avec une tablette numérique Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Enseigner la lecture

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Manuel d utilisation pour les formateurs

Manuel d utilisation pour les formateurs Manuel d utilisation pour les formateurs Bienvenue! Vous êtes formateur/trice d enseignants ou de formateurs, ce manuel est fait pour vous! Il a pour objectif de vous guider dans l utilisation des deux

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers

Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers Nick Duffill, Harport Consulting traduction Martine Jésus Qu est-ce exactement qu une map tableau de bord? Qu est-ce qu une map tableau de bord? N

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Mastère Spécialisé. Marketing, Design et Création. www.audencia.com

Mastère Spécialisé. Marketing, Design et Création. www.audencia.com Mastère Spécialisé Marketing, Design et Création www.audencia.com Une année pour faire la différence sur le plan professionnel, tel est l enjeu d un mastère spécialisé. Vous êtes actuellement en cycle

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

TARIFS FORFAITAIRES 2015 VIDÉO - PHOTO - ÉVÉNEMENT

TARIFS FORFAITAIRES 2015 VIDÉO - PHOTO - ÉVÉNEMENT TARIFS FORFAITAIRES 2015 VIDÉO - PHOTO - ÉVÉNEMENT QUI SOMMES-NOUS? Nous sommes une équipe : CRÉATIVE, PROFESSIONNELLE ET FORT SYMPATHIQUE :) QUE FESONS-NOUS? De la vidéo et de la photo. Nous produisons,

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Culture Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Thomas Sorin

Plus en détail

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation Cours Informatique de base INF-B101-2 Alphabétisation Présentation du cours Informatique de base «La curiosité mène à tout : parfois à écouter aux portes, parfois à découvrir l'amérique.» José Maria Eça

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada Les enfants sont exposés aux livres illustrés tôt

Plus en détail

Pour connaître mes collègues journalistes. Références

Pour connaître mes collègues journalistes. Références Bonjour! Je m appelle Jasmine Journeault. Je suis reporter pigiste. Le journalisme, c est mon gagne-pain. Je reçois des informations et je les fais circuler en les faisant parvenir au(x) média(s) de mon

Plus en détail

utiliser un Macintosh dans la classe

utiliser un Macintosh dans la classe utiliser un Macintosh dans la classe Philippe DESSUS Pascal MARQUET Le Macintosh Les dessins Les textes Les nombres Préparer et gérer sa classe Évaluer des logiciels SOMMAIRE AVANT-PROPOS...5 Les grandes

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Utilisation du TNI en classe d anglais. PROJET INNOVANT présenté par la SECTION D ANGLAIS du Lycée Jean-Paul de Rocca Serra, 20137 Porto-Vecchio

Utilisation du TNI en classe d anglais. PROJET INNOVANT présenté par la SECTION D ANGLAIS du Lycée Jean-Paul de Rocca Serra, 20137 Porto-Vecchio Touch N Invent! Utilisation du TNI en classe d anglais PROJET INNOVANT présenté par la SECTION D ANGLAIS du Lycée Jean-Paul de Rocca Serra, 20137 Porto-Vecchio Sylvie Chiariglione, Brigitte Collomb, Régine

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION 588 Communication Le domaine fonctionnel Communication regroupe les emplois permettant de présenter et de promouvoir l image et l action des services de l État et des politiques publiques en direction

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

ENSEIGNER À DISTANCE DANS UN MASTER MEEF 1

ENSEIGNER À DISTANCE DANS UN MASTER MEEF 1 Recherches n 60, Outils, 2014-1 ENSEIGNER À DISTANCE DANS UN MASTER MEEF 1 Nathalie Denizot Université de Cergy-Pontoise, ÉMA (ÉA 4507) À la rentrée 2010, l ex-iufm (désormais Espé 2 ) de l Université

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Guide d animation Caravane citoyenne

Guide d animation Caravane citoyenne Guide d animation Caravane citoyenne Nicolas Zorn Chargé de projet Mai 2013 Introduction Les inégalités tuent. Elles rendent malade, méfiant et malheureux. Elles frappent toute la population d une société

Plus en détail

Guide du Travail de Maturité Session 2015

Guide du Travail de Maturité Session 2015 Guide du Travail de Maturité Session 2015 2 Table des matières A. CADRE GENERAL 1. Définitions et conditions cadres 4 2. Objectifs 4 B. LE TRAVAIL DE MATURITE AU LYCEE JEAN-PIAGET 1. Concrétisation 5 2.

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Lot 2 - Anglais professionnel, niveau 2 Blended (présentiel/classe virtuelle)

Lot 2 - Anglais professionnel, niveau 2 Blended (présentiel/classe virtuelle) ORGANISME FORMMAN FRANCE 11, rue de Malte 75011 PARIS Tél : 01 47 39 02 02 Contact : Manouchka SEBASTIEN m.sebastien@formmanfrance.com PUBLICS CONCERNÉS Tout salarié de la Branche PRÉ-REQUIS Niveau intermédiaire

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON -

PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON - PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON - ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- - 1

Plus en détail

Tout ton profil pro. [e-portfolio] Crée ton e-portfolio! sur ton. > Compétences > Projets > Réseau social > Blog professionnel.

Tout ton profil pro. [e-portfolio] Crée ton e-portfolio! sur ton. > Compétences > Projets > Réseau social > Blog professionnel. Crée ton e-portfolio! Guide utilisateur Blog, professionnel Réseau social Photos, vidéos Compétences professionnelles Connaissances, expériences Promotion personnelle Centres d intérêt CV Lettre de motivation

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Règlement du Concours "Filme nous la Comté"

Règlement du Concours Filme nous la Comté Règlement du Concours "Filme nous la Comté" La première édition du concours se tiendra en 2015. Ce dernier est organisé par l'association Club Ciné d'yronde et Buron, loi 1901. Le concours "Filme nous

Plus en détail

B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER

B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER ESPAGNOL Propositions pour la mise en œuvre Le tableau suivant est l adaptation et le développement des pistes proposées par ailleurs sur le site de l Académie de Grenoble

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS)

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des ressources DR Personnel DFAE Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) L ensemble des données figurant dans ce questionnaire sont soumises

Plus en détail

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES?

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? Animateur Isabelle MUSNIK INFLUENCIA Intervenants Maryelle ALLEMAND CARLIN INTERNATIONAL Sauveur FERNANDEZ SAUVEUR

Plus en détail

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne POUR VOUS ÉCLAIRER DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL Les bonnes pratiques du recrutement en ligne Avant-propos Au Québec, le commerce de détail compte près de 24 000 établissements et 300 000 employés. Les jeunes

Plus en détail

L écoute ritualisée au cycle 3

L écoute ritualisée au cycle 3 L écoute ritualisée au cycle 3 Documents d application des programmes La sensibilité, l imagination, la création Éducation artistique école élémentaire Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE

ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE DU M2 STATISTIQUE & ECONOMÉTRIE Yves Aragon & Thibault Laurent & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, Université des Sciences Sociales 21 Allée de Brienne 31000

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

LA CONCEPTION DIGITAL LEARNING

LA CONCEPTION DIGITAL LEARNING LA CONCEPTION DIGITAL LEARNING Définir et valider un projet de formation en e-learning ou mix-learning : Objectifs : Savoir évaluer l opportunité et la faisabilité de nouveaux dispositifs de formation

Plus en détail

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité AIDE AU CHOIX Opération Chèque 1 er degré Ressources Etat des lieux Numériques : Analyser l existant Avant d arrêter un choix définitif et afin d influencer de manière critique l intégration des ressources

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique?

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique? Tiré de Adult Literacy Education, un article de blogue écrit par David J. Rosen, D.Ed. http://davidjrosen.wordpress.com/2013/01 TEACH Magazine, disponible en version imprimée et numérique, est la plus

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique D UN SYNTAXE MOT OU D UN GROUPE SYNTAXIQUE 1 Problèmes fréquents Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique Les erreurs d ordre syntaxique contenues dans cet exercice sont multiples

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) *

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * André ANTIBI Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * * extrait du livre «LES NOTES : LA FIN DU CAUCHEMAR» ou «Comment supprimer la constante macabre» 1 Nous proposons un système d évaluation

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

PROJET LIGNES DE TEMPS. Pratique de la production multimédia Caroline Archat. L Aurore F.W. Murnau

PROJET LIGNES DE TEMPS. Pratique de la production multimédia Caroline Archat. L Aurore F.W. Murnau 03-05-2011 BERTRAND Marianne Master Professionnel PROJET LIGNES DE TEMPS Pratique de la production multimédia Caroline Archat L Aurore F.W. Murnau Le projet que mon groupe a mis en place est une idée d

Plus en détail