LES CONDITIONS DU TRAVAIL D ÉQUIPE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES CONDITIONS DU TRAVAIL D ÉQUIPE"

Transcription

1 LES CONDITIONS DU TRAVAIL D ÉQUIPE Pierre Tavernier, fondateur de AT Conseil Note Pierre Tavernier est Ingénieur de formation, conseiller en management en voie d agrément comme expert sociocratique. Pierre est également le président du Centre français de sociocratie.

2 Le management est un art délicat. Dans un ouvrage récent 1, Jean-Pierre Le Goff dénonce à juste titre une tendance actuelle à considérer le management comme une simple affaire de techniques ou d outils dans le domaine des relations humaines. S il est vrai que la qualité des relations est importante elle ne constitue que l un des trois besoins fondamentaux d une entreprise collective qui doivent être identifiés et pris en compte pour qu elle fonctionne dans de bonnes conditions. La clarté des intentions, et l adéquation des moyens organisationnels 2 sont à prendre en compte au même titre et l on constate que toute insuffisance dans la prise en compte de ces deux besoins se répercute immanquablement sur la qualité des relations. Pour prendre en compte tous les besoins d une entreprise, il faut bien voir que : Une entreprise collective n est rien sans les personnes qui la font vivre. Une entreprise collective est plus que l addition des personnes qui la font vivre. Une entreprise collective et ses membres interagissent sans cesse. L entreprise collective est en bonne santé lorsque le bien commun de l organisme et les biens particuliers des membres sont tout à la fois distingués et librement associés dans l interdépendance. Dans une entreprise collective, les personnes sont a priori bien intentionnées mais la communication est un art dans lequel la bonne volonté est toujours nécessaire mais (presque) jamais suffisante. La finalité de l organisation ce sont les buts à atteindre et les valeurs qui soustendent son action. Ce sont eux qui donnent le sens (signification et direction) dans lequel doivent s articuler et s orienter les contributions des membres. Le manager doit donc apprendre à repérer les besoins de la structure qu il dirige ainsi que les besoins des personnes qui la composent. 1 2 annexe. Les Illusions du management Pour le retour du bon sens. JP Le Goff La Découverte avril 2009 Voir par exemple notre note «Vision, missions, buts, les fondamentaux du travail en équipe» en 2

3 Les conditions d un bon travail en équipe : Des intentions claires et partagées Des relations interpersonnelles de qualité Une organisation adéquate Des intentions claires et partagées : Pour être une équipe au travail il faut être animé d un but commun. Ultimement, qu est-ce qui nous réunit? Quelle est la raison d être de notre équipe, de notre organisation? Quelles sont les valeurs qui nous animent? Quelle vision du monde voulons-nous promouvoir? Quelle entreprise voulons-nous être ensemble? C est dans ce but commun la vision - que nous puisons notre énergie pour construire ensemble, pour être ensemble. C est pourquoi la clarté de ce but est un élément déterminant de la qualité de notre travail en commun et il n est jamais inutile de se rappeler périodiquement quel est notre but commun. Ce but commun, cette vision, nous pousse à agir pour contribuer à faire advenir un monde qui lui ressemble. Ces services que nous voulons rendre au monde tel qu il est, constituent la mission de notre équipe, de notre entreprise collective. Elle établit le cadre à l intérieur duquel nous allons penser les formes possibles de nos actions. La clarté de l expression de la mission fertilise notre créativité en même temps qu elle l encadre pour éviter le risque de l éparpillement. Mais si la mission de l entreprise encadre les formes possibles de son action, elle n établit aucune limite concrète à son développement. Ce sont les buts que l entreprise veut atteindre qui vont poser ces limites et expliciter quand l on pourra dire que la mission est remplie dans le contexte actuel et prévisible de l entreprise. Les buts explicitent, qualitativement et quantitativement si possible, les objectifs prioritaires de l entreprise : ce qu elle veut donner à son environnement, ce qu elle veut recevoir en retour, ce qu elle veut améliorer dans son fonctionnement... C est la clarté des buts qui va permettre de définir les objectifs stratégiques (les moyens à prendre à court et moyen terme) pour les atteindre et de vérifier que ces moyens sont réalistes et en accord avec les valeurs de l entreprise.. Ces 3 fondamentaux, vision, mission et buts, puis la formulation de la stratégie et sa déclinaison en plan d actions éclairent les intentions de l entreprise dans le temps, du plus lointain au plus proche. Pour que tous les membres de l entreprise concurrent pleinement à la réalisation des objectifs de la structure, il est nécessaire que tous ces point soient clairement explicités et qu ils aient obtenus l adhésion des membres, chacun à son niveau et pour ce qui le concerne. 3

4 La qualité des relations : Dans un travail d équipe, je partage avec d autres une aventure, une communauté de destin pour faire œuvre commune, une interdépendance choisie et acceptée. Je ne suis pas là seulement pour «faire quelque chose» mais pour «être quelqu un avec d autres» et pour expérimenter que «nous sommes ensemble». Chacun aspire, consciemment ou non, à ce que cette création commune s opère harmonieusement, c'est-à-dire que dans ce travail, il puisse satisfaire trois grands types de besoins : sécurité, appartenance, influence. Du point de vue des relations, ces besoins peuvent s exprimer ainsi : besoin de sécurité : je peux être moi-même dans le groupe sans craindre de prendre des coups inutiles. besoin d affiliation : je suis accepté tel que je suis dans le groupe comme un membre à part entière et chacun a le souci de mon bien-être et de ma croissance. besoin d influence : je suis un membre utile au groupe, ma contribution a de la valeur pour les autres et mes propositions comme mes objections sont prises en compte.. La qualité des relations doit être un objectif majeur d une équipe et doit être désirée en tant que telle. Pour favoriser cette qualité de relations, un certain nombre de conditions doivent être recherchées dans le travail en équipe. En voici quelques unes, la liste n est pas exhaustive : - Je fais confiance à la bonne volonté des membres de l équipe même dans les situations qui me déplaisent ou me paraissent difficiles. Dans ces situations, j évite de juger le groupe ou certains de ses membres mais je m autorise à décrire au groupe la difficulté dans laquelle je suis. (Le processus de la CNV 3 est ici très utile). - Je m exerce à une écoute profonde, respectueuse et empathique de moi-même et des autres membres de l équipe. Je cherche à comprendre (prendre en moi) l intention de celui qui s exprime et je ne m arrête pas à sa première expression (souvent maladroite). - Je n ai pas peur de demander une clarification si je ne suis pas certain d avoir bien compris. Je peux également formuler ce que j ai compris pour vérifier que j ai bien compris. - Je cherche également à saisir ce que vivent les membres de mon équipe et pas seulement ce qu ils pensent ou ce qu ils disent. L expression n est pas seulement verbale. Un sourire, une moue, un geste, une attitude «parlent» autant et parfois plus authentiquement que les mots. - Je m exerce à écouter le groupe que nous formons. Je suis attentif à l impact de mes interventions et de celles des autres sur le «NOUS» que nous formons. - Je suis conscient que j exprime mes «points de vue» et que je ne détiens pas tout seul une claire vision de la réalité toute entière, de tous les aspects du problème que nous travaillons. - Je ne cherche donc pas à convaincre mais à contribuer. - Je reçois les objections ou les points de vue différents du mien comme des enrichissements pour moi-même et pour le groupe. Je crois que la pluralité des points 3 Processus de communication formalisé par Marshall D. Rosenberg. 4

5 de vue améliore la qualité de notre vision de la réalité, du problème que nous sommes en train de travailler. Je suis disponible pour que ma perception des choses évolue avec les apports des autres membres du groupe. - Je vis dans l instant présent du groupe. Quand j écoute quelqu un parler, je ne pense pas à ce que je vais dire quand la parole me sera donnée ni à la dispute que nous avons eu hier avec tel ou tel membre du groupe ou d ailleurs. - Je sais que je ne suis pas parfait et que les autres non plus et je l accepte. J ai confiance que les autres peuvent m aider à m améliorer mais qu ils m accueillent comme je suis. - Dans une relation je suis responsable de ce que je propose et de la façon dont je reçois ce qui m est proposé. Je ne suis pas responsable de la façon dont l autre reçoit ce que je propose et l autre n est pas responsable de la façon dont je reçois ce qu il me propose. Mais nous restons solidairement responsables de la qualité de notre relation. - Mes difficultés comme mes joies, d où qu elles viennent, influencent ma façon d être dans le groupe. Les partager sobrement avec les membres de mon équipe peut m aider à les vivre paisiblement pour me rendre disponible à l instant présent du groupe. - etc. Une organisation adéquate : Organiser c est créer (ou reconnaître) des liens et trancher (ou constater l irréalité) d autres liens en vue d optimiser les échanges nécessaires à la mise en œuvre des objectifs communs. L organisation, ce sont toutes les règles, méthodes et outils que l entreprise se donne pour réaliser ses missions et atteindre ses objectifs. Ces règles, méthodes et outils vont notamment porter sur : l architecture et les moyens de la prise de décision : qui décide de quoi, où, quand, comment, pourquoi, avec qui? l architecture et les moyens de la mise en œuvre des décisions : qui est responsable de faire quoi, où, quand, comment, pourquoi, avec qui? l architecture et les moyens de la mesure des actions : qui est responsable de contrôler quoi, où, quand, comment, pourquoi, avec qui? Ces architectures, visibles ou invisibles, officielles ou officieuses, impactent fortement la capacité d une entreprise à développer une intelligence collective. Inadéquates, elles favorisent les luttes de pouvoir et constituent un frein à la bonne marche de l entreprise collective. Adéquates, elles répondent aux 3 grands types de besoin des membres de l entreprise collective, donnent à chacun un juste pouvoir et les moyens de l exercer pour réaliser sa mission dans l œuvre commune. 5

6 Besoin de sécurité : il existe une définition claire du projet et des mandats (missions, fonctions) pour chaque membre de l équipe il existe des moyens adaptés pour mettre en œuvre les mandats (processus, moyens matériels et organisationnels, savoir-faire, savoir-être, plan de formation ) il existe des outils et méthodes de contrôle appropriés pour valider le travail fait ou palier rapidement à un dysfonctionnement. il existe un chef d équipe qui assure les fonctions (direction, régulation, médiation, coordination, conseil ) nécessaires à la bonne exécution des décisions et à la résolution des problèmes. Besoin d appartenance : il existe un esprit d équipe motivé par la mise en œuvre d un projet commun il existe le sentiment qu on peut demander et obtenir de l aide au sein de l équipe il existe le sentiment que les talents des membres de l équipe sont reconnus et cultivés par l équipe et par le chef. Besoin d influence : il existe des moyens, des temps et des lieux qui permettent aux membres de proposer des améliorations au fonctionnement de l équipe ou à la réalisation de la mission il existe des moyens, des temps et des lieux qui permettent aux membres de signaler des dysfonctionnements éventuels il existe la possibilité pour les membres de l équipe de formuler des objections à une décision qui ne leur paraîtrait pas adaptée à la mission ou pas respectueuse de leurs limites. 6

7 Un exemple : la réunion d équipe Lorsqu on a le souci de la qualité des relations dans l équipe, reste à clarifier les intentions immédiates, autrement dit, quels sont les objectifs de notre réunion d équipe aujourd hui. Ces objectifs doivent être clairs pour que tous les participants s attellent à la même tâche et tirent la charrette dans le même sens. Si les intentions qui nous réunissent sont claires pour tous, reste à l équipe à se donner les moyens de mettre en œuvre ces intentions tout en favorisant la qualité des relations. C est le rôle de l organisation du travail qui va fixer les règles du jeu, les procédures et les processus 4 qui vont l aider à travailler efficacement et harmonieusement On peut distinguer au moins 3 types d objectifs pour une réunion d équipe : - partager de l information (ou coordonner un travail) - élaborer une proposition pour résoudre un problème, améliorer un fonctionnement, préparer une décision nouvelle - prendre une décision. Si l on veut optimiser l efficacité du groupe, il faut adapter la composition du groupe, la forme de conduite et d animation de la réunion et l organisation du travail aux objectifs de la réunion. Préparer la réunion d équipe : établir l ordre du jour qui fixe les questions à traiter et le temps qui leur sera consacré. En fonction du type de questions à traiter : - choisir des outils et concevoir des supports pour le partage d information, - rassembler des éléments pour l élaboration d une proposition - élaborer des propositions pour la prise de décision, Pendant la réunion : - Prévoir un temps de connexion des participants à l ouverture de la réunion pour permettre aux participants d entrer en réunion. - Valider ensemble l ordre du jour. - Dans toute la mesure du possible, chaque question à travailler est préparée par au moins un membre de l équipe qui est chargé : de préparer l information à partager ou d étudier la question à débattre et d élaborer une proposition (seul ou dans le cadre d une commission, groupe de travail, groupe d amélioration ) de présenter à l équipe l information à partager ou la question à débattre ou la proposition qui sert de base au travail de l équipe. 4 Procédure : la procédure est la «manière spécifiée d accomplir une activité ou un processus». Il ne faut pas confondre : procédure et processus : la procédure décrit le processus. Processus : le processus est un ensemble d actions à réaliser pour atteindre un objectif donné. 7

8 - Choisir un mode d animation adapté à la question traitée (présentation, questions réponses, tour de table, tempête de cerveaux et autres remue-méninges ) - Établir les règles du jeu qui fixent les modalités de la prise de parole (J offre ma contribution à l équipe en parlant de mon expérience, je ne réagis pas aux contributions des autres membres de l équipe mais j essaie de les comprendre et de sentir ce qu elles produisent en moi et dans le groupe, je n entre pas dans un débat interpersonnel, je limite mon intervention au temps convenu, j accepte les temps de silence et je demande un temps de silence si besoin, je ne m empare pas de la parole et je suis libre de n avoir rien à dire quand la parole m est donnée ) - Choisir un animateur garant du respect des règles du jeu et facilitateur de leur mise en œuvre. Il sera chargé de : introduire les questions à traiter en donnant la parole à la personne qui a préparé la question et en rappelant le temps prévu pour cette question. proposer les modalités d animation adaptée à la question traitée distribuer la parole aux participants pendant la réflexion et les échanges sur la question à traiter de façon à ce que tout le monde puisse participer au travail. veiller à ce qu on ne sorte pas de la question en cours de traitement conclure les débats sur la question au temps fixé en reformulant la décision prise et en s assurant par un tour de table qu il n y a pas d objection majeure à cette décision. Nommer un secrétaire chargé de la mémoire du travail de l équipe qui établira le compte-rendu et qui seconde l animateur dans sa tâche.. Il est notamment chargé de veiller au temps qui passe et de permettre à l animateur d exprimer également son avis sur la question traitée. - S en tenir au temps imparti à chaque question par l ordre du jour sauf consentement 5 de tout le groupe à modifier l ordre du jour. Le plus souvent, si une question n aboutit pas dans le temps imparti, c est que la réflexion n est pas mûre ou que la question nécessite un travail de préparation complémentaire. Dans ce cas, il est contre-productif de s acharner à vouloir aboutir à tout prix. Il est préférable de confier à une personne ou à un petit groupe la charge d approfondir la question et de formuler une nouvelle proposition. - Le cas échéant, établir le programme et fixer la date de la réunion suivante. - Au terme de la réunion, dresser le bilan de la réunion et de la satisfaction des participants et célébrer le travail accompli. Après la réunion, le secrétaire établit le compte-rendu du travail accompli et le fait valider par l animateur avant de l adresser aux autres membres de l équipe. Ce compte-rendu sera validé par toute l équipe au début de la réunion suivante. 5 En mode de gouvernance sociocratique, Le consentement des membres est le mode de prise de décisions pour adopter les politiques et les orientations qui régissent la vie d'une équipe de travail. Aucune décision importante pour la vie de l équipe ne peut être prise si un des membres y oppose une objection raisonnablement fondée. Centre français de sociocratie Le consentement (pas d objection) se distingue du consensus (tout le monde est d accord). L usage trop fréquent du vote «à la majorité» sur des questions importantes à l échelle d un petit groupe de responsables, peut facilement générer des insatisfactions, frustrations, voire des conflits larvés et de la rancœur car il fait notamment l impasse sur les limites de tolérance des personnes. 8

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014 Communication non-violente et médiation Étienne Godinot 04.06.2014 La communication non-violente et la médiation Sommaire 1 - La communication non-violente Qu est ce que la CNV? Définition, rôle Une démarche

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

La représentation des usagers d ESAT par leurs pairs

La représentation des usagers d ESAT par leurs pairs La représentation des usagers d ESAT par leurs pairs Généralités Horaires Temps de pause Repas Questions et informations diverses 2 A l attention des apprenants: Qu attendez vous de cette formation? 3

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme Réussir son approche commerciale avec un prospect 61 Réussir son approche commerciale avec un prospect Organisation de l atelier Durée Thème Pédagogie 20 Réussir un premier RDV avec un prospect (les 2

Plus en détail

Management participatif

Management participatif Management participatif Mots clés: Management participatif, management partagé, collaboratif, motivation Partenaires de référence: Hélène Salaün, helene.salaun@businessharmonist.com Hélène de Saint Front,

Plus en détail

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire Sommaire Introduction :... 2 I- Déroulement... 2 II- Qu est-ce qui détermine la qualité d écoute?... 3 III- La reformulation... 3 Conclusion... 4 Bibliographie... 5 1 RECit considère «l écoute» comme une

Plus en détail

Le comportement humain

Le comportement humain Le comportement humain " Qu'est-ce que le comportement? C'est une action visible ou invisible et qui se passe à un moment donné. Le comportement est la résultante de 3 éléments : - les besoins, - les caractéristiques

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Construire un référentiel de communication avec les élèves

Construire un référentiel de communication avec les élèves Construire un référentiel de communication avec les élèves Oser entrer en communication : Ø Communiquer avec les adultes et avec les autres enfants par le langage, en se faisant comprendre Ø S exprimer

Plus en détail

Guide pratique de l agent évalué

Guide pratique de l agent évalué ENTRETIEN PROFESSIONNEL Guide pratique de l agent évalué CENTRE DE GESTION DU BAS-RHIN Sommaire Pourquoi ce guide? PAGE 3 Les objectifs de l entretien professionnel PAGES 4-5 Les acteurs de l entretien

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Communication NonViolente

Communication NonViolente FORMATION aux BASES de la Communication NonViolente Un art de vivre avec soi et avec les autres 6 JOURS EN 3 MODULES Kristin Lowagie Puget, formatrice certifiée par le CNVC A QUI S ADRESSE CETTE FORMATION?

Plus en détail

Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac

Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac Préambule Dans ce texte, nous entendons par Attac ou association Attac l association dont le siège social se situe au 6 rue

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

M2S. Formation Communication orale. formation. Accueil physique et téléphonique Métier d assistante techniques de communication

M2S. Formation Communication orale. formation. Accueil physique et téléphonique Métier d assistante techniques de communication Formation Communication orale M2S formation Accueil physique et téléphonique Métier d assistante techniques de communication Accueil téléphonique Etre professionnel au téléphone Développer sa capacité

Plus en détail

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international Seul le prononcé fait foi Mesdames et messieurs les négociateurs, chers amis, Je tenais à être avec vous

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

CONSEIL MONDIAL : TERMES DE RÉFÉRENCE

CONSEIL MONDIAL : TERMES DE RÉFÉRENCE Extrait du manuel de gouvernance http://www.publishwhatyoupay.org/wpcontent/uploads/2015/06/manuel_de_gouvernance_20151.pdf Objectif CONSEIL MONDIAL : TERMES DE RÉFÉRENCE Le Conseil mondial conseille le

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10 CHARTE 1 Dans Eis Schoul l idée de l inclusion, de la solidarité entre enfants et adultes provenant de contextes sociaux et ethniques différents et aux talents et compétences distincts est fondamentale.

Plus en détail

LA Stratégie en 4 étapes pour des chances optimales. Etape n 1 : Guide 2. Tirez le meilleur de notre aide

LA Stratégie en 4 étapes pour des chances optimales. Etape n 1 : Guide 2. Tirez le meilleur de notre aide Association 4BFS LA Stratégie en 4 étapes pour des chances optimales de grossesse Etape n 1 : Guide 2 Aide à la conception 2 INTRODUCTION Nombre de jours pour réaliser ce guide : 1 jour >> Cliquez ICI

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

Coacher avec l analyse transactionnelle

Coacher avec l analyse transactionnelle Daniel Chernet Coacher avec l analyse transactionnelle Sous la direction de François Delivré, 2009 ISBN : 978-2-212-54267-7 Chapitre 1 L analyse transactionnelle, un modèle de compréhension et d intervention

Plus en détail

D.E. natation course 2015-2016. Séminaire 2 Support 2. La performance

D.E. natation course 2015-2016. Séminaire 2 Support 2. La performance D.E. natation course 2015-2016 Séminaire 2 Support 2 La performance Le pratiquant en situation de compétition Ethique du pratiquant - Ethique de la performance Pour certains sportifs, musiciens, peintres,

Plus en détail

le scepticisme, 1 Philosophie de la connaissance séance 6

le scepticisme, 1 Philosophie de la connaissance séance 6 le scepticisme, 1 Philosophie de la connaissance séance 6 M. Cozic 1. le scepticisme et les arguments sceptiques 1.1. les formes du scepticisme le scepticisme scepticisme = conception selon laquelle nous

Plus en détail

Ast & Fischer SA, Wabern

Ast & Fischer SA, Wabern Ast & Fischer SA, Wabern Daniel Troxler, employeur L automne passé, j ai reçu un appel téléphonique lors duquel on m a demandé si j étais intéressé à en savoir plus sur le programme d intégration «Job

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite

Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite Les stratégies de lecture à travailler de façon explicite AVANT LA LECTURE 1- SURVOLER LA PAGE COUVERTURE Lire le titre, puis amener l enfant à observer la page couverture tout en l invitant à faire des

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique

RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique Vous êtes présentement dans le processus de reconnaissance pour devenir responsable d un service de garde

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

Atelier Gestion de projets européens Pour les ADL

Atelier Gestion de projets européens Pour les ADL Atelier Gestion de projets européens Pour les ADL Comment suivre et évaluer le bon déroulement d un projet européen? Natacha Kossiakin pour Progress Consulting Méthodologie et principes de formation Objectif

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR : L ARTICLE 21 DE LA LOI N 95-125 DU 8 FEVRIER 1995 DEFINISSANT LA NOTION DE MEDIATION.

QUELQUES REFLEXIONS SUR : L ARTICLE 21 DE LA LOI N 95-125 DU 8 FEVRIER 1995 DEFINISSANT LA NOTION DE MEDIATION. Avocat au Barreau de Paris, Médiateur Président de l IUMA Co-Directeur du D.U. Médiation (Nice) Chargé d enseignements à la Faculté de Droit et Science politique (U.N.S.) L article 21 de la loi n 95-125

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47 47. Nous sommes conscients de l importance de la communication, par les entreprises, d informations sur l impact environnemental de leurs activités et les encourageons, en particulier s agissant des entreprises

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

LES MODULES DE FORMATION ET LES SÉMINAIRES

LES MODULES DE FORMATION ET LES SÉMINAIRES Développer son leadership jours Le séminaire «développer son leadership» a pour objectifs de : Clarifier le concept de leadership : notions théoriques et empiriques. Apporter des notions sur les techniques

Plus en détail

Fonctionnement des ceintures

Fonctionnement des ceintures Fonctionnement des ceintures Dans la classe tous les enfants portent une ceinture de comportement. Cette ceinture est fictive et matérialisée à la fois par une gommette autocollante apposée sur les étiquettes

Plus en détail

Compagnonnage en milieu de travail

Compagnonnage en milieu de travail Programme d apprentissage en milieu de travail Compagnonnage en milieu de travail Outil de référence pour compagne et compagnon Technicien et technicienne de véhicules récréatifs Note Dans le but d alléger

Plus en détail

IDENTIFIER LES PIÈGES DU TEMPS

IDENTIFIER LES PIÈGES DU TEMPS Management texte en tête Organisation taille 16 Organiser les services IDENTIFIER LES PIÈGES DU TEMPS Dans la recherche de la maîtrise du temps, l une des priorités est de déjouer les pièges du temps Autrement

Plus en détail

Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture

Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture de la 7 ème Assemblée générale Mardi 12 mai 2015 Au mois de juillet dernier, lors

Plus en détail

PRATIQUE ET CONDUITE DE REUNIONS

PRATIQUE ET CONDUITE DE REUNIONS PRATIQUE ET CONDUITE DE REUNIONS Fabrice ROSINA 01 46 09 13 02 06 73 38 95 67 f.rosina@lautrescene.fr CPPM MARSEILLE Le programme de formation les présentations à quoi servent les réunions? Les techniques

Plus en détail

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009 Le handicap au quotidien. J émettrai d abord une question : qu est-ce que le handicap? Pour moi, c est seulement une façon différente de penser, d être, d exister et de fonctionner. Je revendique mon statut

Plus en détail

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE Niveau 1 2 2.2 L enseignement du ski est une question de relations humaines. Pour les clients, une expérience mémorable à la montagne repose d abord sur la relation qu ils établiront avec leur moniteur,

Plus en détail

Totems (5ème HarmoS) :

Totems (5ème HarmoS) : Totems (5ème HarmoS) : Une activité mathématique pour apprendre à développer des stratégies de recherche Lucie Passaplan Etudiante à l Université de Genève Introduction La résolution de problèmes au sens

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille»

Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille» Enquête Centre Europa : «tous au travail pour penser la famille» La famille évolue et les rapports dans le couple et parents enfants changent aussi. Pour penser et mieux vivre ensemble ces changements,

Plus en détail

Réunions et entretiens

Réunions et entretiens Réunions et entretiens Quelques conseils! Introduction Notre métier de consultant s inscrit essentiellement dans une dynamique relationnelle entre les divers acteurs de l entreprise concernés par les Systèmes

Plus en détail

Transfert de Chypre de la Région de la Méditerranée orientale à la Région européenne

Transfert de Chypre de la Région de la Méditerranée orientale à la Région européenne ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-SIXIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A56/37 Point 17.2 de l ordre du jour provisoire 10 mars 2003 Transfert de Chypre de la Région de la Méditerranée orientale

Plus en détail

Le confl it dans la participation

Le confl it dans la participation > Atelier 3 Le confl it dans la participation En quelques tweets #osezparticiper Sans le confl it n existe plus de démocratie ; l enjeu est donc saisir sa «négativité dynamique». #osezparticiper Le problème

Plus en détail

INFO FLASH Conseils d établissement

INFO FLASH Conseils d établissement INFO FLASH Conseils d établissement Numéro 1 Novembre 2011 Les conditions gagnantes d un conseil d établissement Les conseils d établissement tel que nous les connaissons aujourd hui existent depuis 1998,

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

Présentation de PHOTOS

Présentation de PHOTOS Mesures de Contraintes Pour me présenter, je suis Alban LANGLOIS, je suis infirmier, je viens des soins somatiques (et ceci a son importance, à mes yeux, pour l expression de mon ressenti) et je suis membre

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

L Europe contre la gauche

L Europe contre la gauche GEORGES SARRE Référendum L Europe contre la gauche, 2005 ISBN : 2-7081-3322-5 Introduction DIRE LA VÉRITÉ! Disons-le clairement : la nation française est menacée en tant que projet politique. Les considérations

Plus en détail

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions :

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions : Outil Mes besoins et mes objectifs L outil Mes besoins et mes objectifs est un guide de réflexion qui contient une série de pistes et de questions à aborder en vue de préparer le transfert de votre entreprise.

Plus en détail

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme?

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme? Dix questions clé pour la gouvernance des fondations Une fondation dispose de deux atouts précieux parce qu ils sont rares : l indépendance et la capacité à agir dans la durée. La gouvernance d une fondation

Plus en détail

BIEN COMMUNIQUER AU TÉLÉPHONE

BIEN COMMUNIQUER AU TÉLÉPHONE BIEN COMMUNIQUER AU TÉLÉPHONE (confirmés) 3 jours (débutants) Améliorer sa prospection téléphonique. Améliorer son accueil client au téléphone. Améliorer sa relation client/prospect au téléphone. Savoir

Plus en détail

La délégation d élèves

La délégation d élèves Centre des Méthodes d Enseignement La délégation d élèves Nom :... Prénom :... Classe :... Établissement :... Table des matières 1. Coordonnées des délégué-e-s... 2 2. Rôles du-de la- délégué-e dans le

Plus en détail

Qu est ce qu un tuteur et qu est ce qu un administrateur ad hoc?

Qu est ce qu un tuteur et qu est ce qu un administrateur ad hoc? Pourquoi cette brochure? Quand les parents ne sont plus en mesure d exercer l autorité parentale, l enfant est placé sous la protection d un tuteur ou d un administrateur ad hoc. Le tuteur exerce alors

Plus en détail

Les techniques de communication de groupe : l écoute active

Les techniques de communication de groupe : l écoute active FICHE 18 Les techniques de communication de groupe : l écoute active Les techniques de communication de groupe contribuent à améliorer la communication. Quelles sont les techniques de communication de

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités Une gouvernance efficace : guide à l intention des conseils scolaires, de leurs membres, des directions de l éducation et des communautés CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités 70 (Sauf indication

Plus en détail

Développer mon Réseau avec Frédéric M

Développer mon Réseau avec Frédéric M Réseau Frédéric M France Développer mon Réseau avec Frédéric M Missions et Qualités d un Distributeur qui veut réussir dans le Marketing de Réseaux Ce que je dois Savoir Ce que je dois Etre Ce que je dois

Plus en détail

Reconnaître et écouter

Reconnaître et écouter Pour aider son jeune à s orienter Reconnaître et écouter L E R Ô L E D E S P A R E N T S D A N S L O R I E N T A T I O N D E L E U R S J E U N E S! Une conférence offerte par: Diane Fortin, conseillère

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Larissa Redaelli Noujaim SAV IR- VENDRE. Spécial Hôtellerie Volume 1, Vente

Larissa Redaelli Noujaim SAV IR- VENDRE. Spécial Hôtellerie Volume 1, Vente Larissa Redaelli Noujaim LE SAV IR- VENDRE Spécial Hôtellerie Volume 1, Vente Au lecteur, Ce livre, je l ai lancé sur le marché comme on jette une bouteille à la mer. Le voilà entre tes mains, ami lecteur

Plus en détail

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC Préambule L intention de ce contrat est de favoriser une compréhension mutuelle sur les différentes possibilités d interactions entre le Centre pour la Communication

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation

À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation STAGE FILÉ À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation A partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation et évaluation

Plus en détail

1 - Résumez en 2 ou 3 phrases ou quelques adjectifs comment vous décrivez-vous dans un environnement professionnel. En fait, qui êtes-vous?

1 - Résumez en 2 ou 3 phrases ou quelques adjectifs comment vous décrivez-vous dans un environnement professionnel. En fait, qui êtes-vous? Avez-vous envie de progresser dans votre carrière? Posez-vous les 10 seules questions qui vous permettront d y répondre. 1 - Résumez en 2 ou 3 phrases ou quelques adjectifs comment vous décrivez-vous dans

Plus en détail

POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE

POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE FNEEQ 22 e congrès juin 1993 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1 RE PARTIE : POLITIQUE GÉNÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE... 5 LES RECOMMANDATIONS...

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre DOCUMENT OFFICIEL (version du 29 juin 2012) Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre Date de la rencontre initiale : Date de la rencontre de mi-année : Date de la rencontre d'évaluation

Plus en détail

Méthodes et astuces pour Mieux négocier

Méthodes et astuces pour Mieux négocier Richard Bourrelly Méthodes et astuces pour Mieux négocier, 2007 ISBN : 978-2-212-53907-3 Chapitre 3 Négocier pour gagner ou pour éviter de perdre? Dans ce chapitre vous apprendrez à : identifier les enjeux

Plus en détail

FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND

FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND 53 FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND Depuis 2004 Confore accompagne les entreprises à l aide d actions de Conseil et de Formations visant à développer les compétences, accroître le savoir-faire et poursuivre

Plus en détail

CODE DE CONDUITE. Enquête interne à la suite d une plainte. pour harcèlement au travail

CODE DE CONDUITE. Enquête interne à la suite d une plainte. pour harcèlement au travail CODE DE CONDUITE Enquête interne à la suite d une plainte pour harcèlement au travail Pour encadrer la tenue d une enquête à la suite d une plainte pour harcèlement Il est maintenant reconnu que la meilleure

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

Synthèse de l apéro forme du 19 octobre 2012

Synthèse de l apéro forme du 19 octobre 2012 Synthèse de l apéro forme du 19 octobre 2012 quelques «restes» à partager 45 personnes étaient présentes pour croiser leurs regards avec deux experts européens : - Caroline Coulombe, maître de conférence

Plus en détail

LES ATELIERS DU PARLER VRAI

LES ATELIERS DU PARLER VRAI LES ATELIERS DU PARLER VRAI COMMUNICATION POUR ADULTES PROGRAMME SAISON 2012/2013 JEAN LUC COHEN 3 2 s é a n c e s d e 2 h e u r e s 1 9 s é q u e n c e s 5 m o d u l e s 1 b i l a n d e s a c q u i s

Plus en détail

Apprendre Twitter à l école maternelle.

Apprendre Twitter à l école maternelle. Apprendre Twitter à l école maternelle. Source : http://fragmentsdeclasse.blogspot.fr/2011/12/apprendre-twitter-lecole-maternelle.html Apprendre les réseaux sociaux à l école maternelle. Ces derniers mois

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Carl Rogers et la Relation d Aide 1

Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Il ne paraît guère possible quand il est fait référence à la «juste distance» de ne pas évoquer la «relation d aide», cadre dans lequel cette question s est posée et

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail