Quid de la compatibilité de la contribution additionnelle à l IS de 3% sur les dividendes avec les engagements internationaux de la France?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quid de la compatibilité de la contribution additionnelle à l IS de 3% sur les dividendes avec les engagements internationaux de la France?"

Transcription

1 Analyse Quid de la compatibilité de la contribution additionnelle à l IS de 3% sur les dividendes avec les engagements internationaux de la France? La deuxième loi de finances rectificative pour 2012, codifiée à l article 235 ter ZCA du CGI, a introduit une contribution additionnelle à l impôt sur les sociétés égale à 3 % du montant brut des dividendes distribués par des entités françaises ou étrangères passibles de l impôt sur les sociétés en France. Le champ d application matériel de cette contribution couvre l ensemble des revenus réputés distribués au sens de la législation fiscale (article 109 à 117 du CGI), et non pas uniquement les dividendes au sens strict. Les bénéfices réalisés en France par des sociétés étrangères via un établissement stable sont donc en principe visés, dès lors qu ils «cessent d être à la disposition de l exploitation française». De surcroît, la contribution s applique indépendamment de l origine des profits distribués et de leur régime fiscal entre les mains de la société distributrice. Les dividendes distribués par une société mère à partir de profits provenant de dividendes perçus de sous-filiales d un même groupe sont également visés, provoquant ainsi une imposition en cascade très défavorable pour les groupes de sociétés. Le champ d application personnel de la contribution est également très large puisqu il recouvre l ensemble des sociétés ou organismes français ou étrangers relevant de plein droit ou sur option de l impôt sur les sociétés (SA, SAS, SCA, SARL, SNC, etc.). Par Eric Robert Collaborateur chez Taj dans le département Corporate Tax depuis 2012 et chargé d enseignements à l Université Paris II en droit fiscal communautaire, Eric Robert est titulaire d un doctorat auprès de l Université Paris II. Il est également titulaire d un DEA en «Finances Publiques et Fiscalité».

2 Le texte législatif prévoit toutefois un certain nombre d exonérations, parmi lesquelles figurent les distributions réalisées par les organismes de placements collectifs visés à l article L 214-1, I du Code Monétaire et Financier, les distributions effectuées par les petites et moyennes entreprises (PME) au sens du Règlement (CE) n 800/2008, puis surtout les distributions effectuées entre sociétés d un même groupe intégré au sens de l article 223 A du CGI. Le législateur entend ainsi limiter l imposition en cascade qui résulterait de l application de cette contribution aux distributions effectuées entre une société filiale et sa société mère, sans pour autant l éliminer complètement puisque les distributions intra-groupe effectuées entres sociétés qui ne sont pas (ou ne peuvent pas être) membre d un même groupe intégré au sens de l article 223 A du CGI continuent de supporter cette contribution. Formellement, le redevable légal de cette contribution (ledit «contribuable») est la société distributrice. La qualité du bénéficiaire de la distribution est donc indifférente. Qu il s agisse d un résident ou d un non-résident, d une personne physique ou d une personne morale, d une fondation ou d un organisme public, la contribution s applique sans distinction. Les droits et protections dont le bénéficiaire effectif du dividende serait éventuellement titulaire en application d une convention fiscale ou d une directive communautaire ne sont donc pas opposables à cette contribution. 2 En substance, toutefois, cette contribution présente des caractéristiques qui ressemblent plus à celles d une retenue à la source sur les dividendes qu à celles d une contribution additionnelle à l impôt sur les sociétés. Pour commencer, la définition légale du contribuable, qui s apparente à celle de l impôt sur les sociétés, paraît quelque peu artificielle au vue de l incidence réelle de cette contribution. La contribution prélevée l année (n) provoque en effet une minoration du bénéfice distribuable l année (n+1) qui aura nécessairement, à l instar d une retenue à la source, un effet différé sur la rémunération des actionnaires. Par ailleurs, l assiette de cette contribution est bien étrangère à celle de l impôt sur les sociétés définie à l article 209 I du CGI. Assise sur les dividendes mis en paiement (ou profits réputés distribués) par une société indépendamment de l origine des sommes distribuées, cette contribution pèse ainsi sur les dividendes prélevés sur des bénéfices provenant de filiales étrangères ou entreprises exploitées hors de France alors même que ces bénéfices ne rentrent pas dans le champ d application territorial de l impôt sur les sociétés. De surcroît, le fait générateur de cet impôt n a pas grand-chose en commun avec celui de l impôt sur les sociétés. Pour ce dernier, il s agit de la clôture d un exercice (critère temporel) au cours duquel un bénéfice a été réalisé (critère matériel). Alors que la contribution de 3% est dû à raison de la «mise en paiement» du dividende, indépendamment de la réalisation d un bénéfice imposable au cours de l exercice écoulé. Enfin, dans l esprit du législateur, il ne fait aucun doute que l introduction de cette contribution a eu pour objet principal de compenser la perte de recettes liée à la suppression de la retenue à la source sur les sommes distribuées à des OPCVM étrangers en application de l article 119 bis 2 du CGI 1, suite à la décision préjudicielle rendue par la Cour de Justice de l Union Européenne (CJUE) dans l affaire Santander 2. En somme, excepté le fait que cette contribution s applique de 1 Voir en ce sens Texte initiale du Projet de loi de finances rectificative, Article 5, exposé des motifs, p CJUE, 10 mai 2012, C-338/11 à C-347/11, Santander Asset Management SGIIC SA.

3 façon indifférente aux distributions versées à des résidents et à des non-résidents 3, les éléments constitutifs de cet impôt (son squelette en quelque sorte) ressemblent étrangement à ceux d une retenue à la source sur les dividendes. Le caractère artificiel de l adjectif «additionnelle» accolé à cette contribution semble d ailleurs être confirmé par l imperméabilité complète du régime juridique de cet impôt vis-à-vis de l impôt sur les sociétés : non seulement la contribution additionnelle n est pas déductible du résultat imposable à l impôt sur les sociétés, mais l ensemble des crédits d impôts dont une société est titulaire à raison de ce dernier impôt ne peuvent venir réduire son obligation fiscale au titre du premier. Cette contribution n est donc «additionnelle» qu en apparence. En substance, le législateur a veillé à ce qu elle conserve un caractère «juridiquement distinct» 4 par rapport à l impôt sur les sociétés. Au vu de ces éléments, il ne passe pas un jour sans que la légitimité et, dans son prolongement, la légalité de cette contribution soit remise en cause. Le législateur nous aurait-il trompé sur la marchandise? Sans entrer dans cette polémique, une mise au point sur la régularité de cette contribution dite «additionnelle» vis-à-vis des engagements internationaux de la France semble nécessaire. Il est vrai qu en dehors du vote démocratique, rien dans la constitution de 1958 ne permet au juge de l impôt de sanctionner un législateur qui, de mauvaise foi, outrepasserait ses droits par l intermédiaire d un montage juridique sophistiqué (i.e. une violation non pas du texte, mais de l esprit du droit en vigueur). Pour autant, avec l intégration croissante de la France dans la mondialisation, il est permis de douter de la liberté du législateur français de s affranchir abusivement des contraintes du droit lorsque celles-ci puisent leur source dans une norme supérieure à la loi votée par le Parlement : le droit international. Surtout qu en l espèce, la substance juridique de cette contribution additionnelle ne vient pas seulement violer l esprit des conventions fiscales signées par la France (1.), mais semble rentrer en conflit direct avec le droit communautaire (2.) LA COMPATIBILITE DISCUTABLE AVEC LE DROIT CONVENTIONNEL D un point de vue juridique, cette contribution ne rentre pas en contrariété avec les conventions fiscales signées par la France dès lors que l analyse se limite à la forme de cet impôt et, plus particulièrement, à son redevable légal. Dès lors que ce dernier est bien une société distributrice qui a sa résidence fiscale en France, l opération d imposition qui découle de cette contribution n est pas régie par le droit conventionnel : il s agit d un résident fiscal français soumis à un impôt français (i.e. situation purement domestique). Dans l hypothèse toutefois où la société distributrice passible de la contribution n aurait pas sa résidence fiscale en France, il y a bien un élément d extranéité qui est régie par le droit conventionnel : une société étrangère est soumise à un impôt dans l Etat de la source à raison des revenus réalisés par son établissement stable dans cet Etat. Seulement les conventions fiscales signées par la France, dans la mesure où elles sont conformes à l article 7 du modèle OCDE sur les «bénéfices d entreprise», ne limitent pas l exercice du pouvoir d imposition de l Etat de la source sur les revenus qui sont attribués à un établissement stable dans cet Etat. Autrement dit, la France est libre d imposer les revenus réalisés par un établissement stable français par l intermédiaire d une contribution additionnelle à l impôt sur les sociétés aussi longtemps que c est bien l établissement stable français qui reste seul redevable légal de l impôt. 3 Encore que ce point soit aussi discutable, puisqu en pratique les distributions intra-groupes effectuées entre sociétés françaises vont pouvoir échapper à cette contribution additionnelle, à la différence des distributions intra-groupes effectuées entre une société française et une société étrangère (voir infra ). 4 FR 35/12, Contribution additionnelle à l IS sur les revenus distribués.

4 En revanche, dès lors que l analyse est approfondie pour prendre en compte la substance de cet impôt (cf. introduction), la question de la conformité de ce dernier avec les conventions fiscales signées par la France devient discutable en particulier l article 10 du modèle OCDE qui interdit généralement à l Etat de la source d exercer son droit d imposition sur les dividendes intra-groupe versés à des non-résidents. L article 26 de la Convention de Vienne sur le droit des traités, sous l intitulé «Pacta sunt servanda», dispose en effet que «Tout traité en vigueur lie les parties et doit être exécuté par elles de bonne foi». Or, de l avis d une partie non négligeable de la doctrine fiscale internationale 5, l obligation qui est faite ainsi à l Etat d appliquer de bonne foi les traités lui interdit de modifier de façon abusive les catégories juridiques de son droit interne pour corriger artificiellement (et à son avantage) la répartition des droits d imposition qui découle des conventions fiscales existantes. L idée sous-jacente est que «le principe de bonne foi pose une limite au renvoi au droit interne autorisé par l article 3 2 du modèle OCDE pour les besoins de l interprétation et de l application d une convention fiscale, dans la mesure où il interdit à un Etat contractant d altérer ou de contourner ses obligations en application d une convention par le truchement d une modification de son droit interne aboutissant à modifier le sens ou la portée de termes ou notions qui ne sont pas définies dans la convention» 6. C est la logique de la fraude à la loi qui s applique en France aux particuliers (i.e. une application du texte de la loi en contrariété avec les intentions de son auteur), transposée cette fois-ci aux Etats vis-à-vis du droit international (ledit «treaty dodging»). Dans le paysage fiscal mondial, certains juges nationaux n ont d ailleurs pas hésité à annuler des opérations d imposition au motif que le législateur national avait abusivement étendu l exercice de son pouvoir d imposition en contrariété avec les règles distributives posées par une convention fiscale. Ce fut le cas de la Cour Suprême des Pays-Bas qui, dans plusieurs décisions rendue le 5 Septembre 2003, a affirmé solennellement qu un Etat contractant ne pouvait modifier sciemment son droit interne en vue de modifier a posteriori la répartition des droits d imposition négociée et acceptée au moment de la conclusion d une convention fiscale avec un autre Etat, sous peine de violer le principe de bonne foi posé par l article 26 de la convention de Vienne sur le droit des traités 7. Une des affaires en cause concernait une nouvelle loi néerlandaise permettant d imposer les salaires notionnels (i.e. une fiction juridique) réputés versés par une SARL située aux Pays-Bas à un dirigeant résident Belge. Selon cette loi, tout dirigeant de SARL qui ne percevait pas de rémunération à raison des fonctions exercées dans cette société était réputé titulaire d un point de vue fiscal d un salaire notionnel déterminé par référence aux salaires de dirigeants de sociétés comparables. Or, la convention fiscale entre la Belgique et les Pays-Bas, ratifiée bien avant ladite modification du droit interne néerlandais, si elle permettait à l Etat de la source d imposer les revenus correspondant à des «salaires et rémunérations similaires» (article 15) ou à des «jetons de présence» (article 16), elle interdisait à cet Etat d exercer tout pouvoir d imposition sur les «autres revenus» (article 22). Sur le terrain de la mauvaise foi, la Cour suprême a ignoré la qualification interne choisie par le législateur néerlandais qui aurait abouti à classer ce salaire notionnel dans la catégorie des «salaires et rémunérations similaires», pour conclure à la classification de ce revenu dans la catégorie conventionnelle des «autres revenus» pour lesquels les Pays-Bas avaient renoncés à tout droit d imposition. 4 5 F. Engelen, Interpretation of Tax Treaties under International Law, Amsterdam, IBFD, 2004, p. 482; K. Vogel, M. Engelschalk, M. Görl, Klaus Vogel on double taxation conventions: a commentary to the OECD, UN and US model conventions for the avoidance of double taxation on income and capital: with particular reference to German treaty practice, London, Kluwer Law International, 1997, p F. Engelen, Ibidem, p. 502 (traduction de l auteur). 7 Hoge Raad, 5 septembre 2003, n , et , V-N2003/46.7.

5 Au cas présent, il serait difficile de ne pas voir dans l introduction de la contribution additionnelle une manœuvre abusive visant à modifier la portée des conventions fiscales signées par la France dans lesquelles celle-ci consent généralement à limiter significativement sa faculté d imposer les dividendes de source française versés à des non-résidents (lesdits «dividendes sortants»). Pour autant, à supposer cette mauvaise foi du législateur caractérisée, il ne faudrait pas conclure trop vite à la possibilité pour le juge de l impôt français d accorder des dégrèvements d impôts sur ce fondement. Il est vrai que la France, bien qu elle n ait pas ratifié la Convention de Vienne, respecte les stipulations de celle-ci qui se limitent, à l instar de l article 26 visé ci-dessus, à codifier la coutume internationale ou des principes généraux du droit international. Pour autant, l exercice par le juge de l impôt d un contrôle de la bonne foi du législateur reviendrait à modifier substantiellement la répartition des compétences (et donc la séparation des pouvoirs) assurées par la Constitution française de En application de l article 64 de la Constitution, il faut rappeler que le juge de l impôt n est qu une «autorité» chargé d appliquer les lois votées par le législateur, et non pas un «pouvoir» chargé de contrôler la bonne foi du législateur dans l exercice des compétences qui lui sont dévolues par l article 34 de cette même Constitution. Autrement dit, il n est peut-être pas souhaitable pour l équilibre des pouvoirs que le juge de l impôt s octroie unilatéralement une telle compétence de contrôle sur le législateur sans une modification préalable (et réfléchie) de la répartition des compétences au sein de la Constitution. Il n est d ailleurs pas non plus probable qu une institution comme le Conseil d Etat, respectueuse et garante d une certaine orthodoxie juridique, s aventure à développer une jurisprudence sur la base d un concept de «treaty dodging» qui manque encore d une assise solide et suffisante en droit fiscal français LA CONTRARIETE MANIFESTE AVEC LE DROIT COMMUNAUTAIRE Deux fondements distincts semblent susceptibles en droit communautaire de remettre en cause la validité de cette contribution additionnelle devant le juge de l impôt : la liberté d établissement d une part (2.1.), et la directive mère-fille n 90/435/CEE de l autre (ci-après la «Directive») (2.2.) La contrariété avec la liberté d établissement Deux conséquences majeures imputables à cette contribution sont susceptibles d être à l origine d une contrariété avec la liberté d établissement reconnue à l article 49 du Traité sur le fonctionnement de l Union Européenne (ci-après «TFUE») : la discrimination entre deux sociétés françaises à raison de la résidence fiscale de leur société mère (2.1.1.) et la potentielle discrimination entre un établissement stable français et une filiale française d une société étrangère (2.1.2.) La discrimination entre deux sociétés françaises à raison de la résidence fiscale de leur société mère La contribution de 3% s applique à tous les dividendes versés entre sociétés mères et filiales, à l exception de ceux versés entre sociétés faisant partie d un même groupe fiscalement intégré au sens de l article 223A du CGI. Dès lors, si une société française détenue à 95% a la faculté d échapper à l application de cet impôt pour les distributions effectuées au profit de sa société mère française, cette faculté n existe plus pour les distributions effectuées au profit de sa société mère établie dans un autre Etat membre de l Union Européenne. Dans le premier cas, la société mère française peut exercer une option en faveur du régime de l intégration fiscale et ainsi faire bénéficier sa filiale française d une exonération de la contribution de 3%. Dans le second cas, la société mère étrangère ne peut exercer d option en faveur du régime de l intégration fiscale et n a pas la faculté de faire bénéficier sa filiale française d une exonération de la contribution de 3%. En somme, le bénéfice de l exonération de cet impôt est réservé aux seules situations purement interne.

6 En application d une jurisprudence constante de la CJUE 8, une telle différence de traitement entre deux sociétés françaises à raison de la résidence de leur société mère est constitutive d une «restriction» à la liberté d établissement interdite par le TFUE. Toutefois, en raison du renvoi direct opéré par le texte de l article 235 ter ZCA, I-1 du CGI à l article 223A du CGI, il est possible de considérer que la «restriction» imputable à la contribution de 3% n est que le prolongement de la «restriction» introduite par le régime français de l intégration fiscale. Ce dernier est en effet à l origine d une différence de traitement entre une société mère française ou étrangère passible de l impôt sur les sociétés français et une société mère étrangère dépourvue d établissement stable en France : alors que la première catégorie de sociétés peut former un périmètre d intégration avec leurs filiales françaises, la seconde catégorie de sociétés est privée de cette faculté. Toutefois, la CJUE a précisé dans son arrêt X Holding du 25 février qu une «restriction» à la liberté d établissement imputable à un régime national de consolidation fiscale peut être justifiée par une raison impérieuse d intérêt général, à savoir le besoin de «préserver la répartition du pouvoir d imposition entre les Etats membres». Dans ces conditions, il ne peut être exclu que le juge de l impôt français considère que la discrimination introduite par cette contribution entre deux sociétés françaises à raison de la résidence fiscale de leur société mère est justifiée par le besoin de préserver une répartition équilibrée du pouvoir d imposition entre les Etats membres et, par voie de conséquence, compatible avec la liberté d établissement La discrimination entre un établissement stable français et une filiale française d une société étrangère 6 La contribution de 3% s applique à l ensemble des revenus distribués au sens de la législation fiscale, notamment les bénéfices réalisés par une société étrangère via un établissement stable français qui sont «réputés distribués en application du 1 de l article 115 quinquies». Le 1 de l article 115 quinquies du CGI, qui a pour objet d introduire une présomption de distribution des bénéfices réalisés en France par les sociétés étrangères (i.e. ladite «Branch tax»), n est toutefois pas applicable aux sociétés étrangères visées au 3 du même article, c est-à-dire les sociétés qui ont leur «siège de direction effective dans un Etat membre de la Communauté européenne». Autrement dit, le renvoi direct opéré par le texte de l article 235 ter ZCA, I dernier alinéa du CGI à l article 115 quinquies I du même code sans autre précision conduit logiquement à exclure du champ d application de cette contribution les établissements stables de sociétés étrangères établies à l intérieur de l Union Européenne. Cette interprétation littérale du texte de l article 235 ter ZCA combiné à l article 115 quinquies I et III du même code, outre qu elle épouse parfaitement les règles d interprétation retenues par le Conseil d Etat 10, a été confirmée à l occasion d une conférence tenue le 16 octobre 2012 par Mathias de Sainte Lorette (chef du Bureau B2 de la Direction de la Législation fiscale) 11. Dans ces conditions, il ne fait guère de doute que la mise en œuvre concrète de la contribution de 3% se traduira par une différence de traitement entre un établissement stable français d une société étrangère établie dans l Union Européenne, lequel pourra échapper à la contribution, et une filiale française d une société étrangère établie dans l Union Européenne, laquelle sera toujours soumise à cette contribution. En application d une jurisprudence 8 Voir notamment CJCE, 14 décembre 2006, C-170/05, Denkavit Internationaal BV. 9 CJUE, 25 février 2010, C-337/08, X Holding BV. 10 Dès lors qu une loi est claire, le juge de l impôt ne peut se livrer à aucune fantaisie interprétative mais doit l appliquer strictement, sans tenir compte des travaux préparatoires ou de l objectif du législateur (voir notamment CE, 3 juillet 1959, Feldzer, Rec. p. 419 ; CE, 8 novembre 1961, Société Olympia Press, Rec. p. 624 ; CE, 27 octobre 1999, Commune de Houdan, Rec. p. 326). 11 Colloque ACE du 16 octobre 2012 Les entretiens de la fiscalité.

7 constante de la CJUE 12 et du juge de l impôt français 13, une telle discrimination dans l Etat d accueil entre les différentes formes d exercice de la liberté d établissement (i.e. filiale ou succursale) est constitutive d une «restriction» contraire au droit communautaire. Le risque que le juge de l impôt français en arrive à la conclusion que cette contribution est incompatible avec le droit communautaire est donc très élevé La contrariété avec la Directive La contribution additionnelle est susceptible de rentrer en contrariété avec deux obligations distinctes découlant de la Directive : l exonération de retenue à la source assurée par l article 5 de la Directive, ainsi que l obligation d éliminer la double imposition économique prévue par l article 4 de la Directive L interdiction de toute retenue à la source L article 5 de la Directive interdit toute retenue à la source sur les dividendes versés dans l Etat de résidence de la société distributrice. Au vu de la jurisprudence de la CJUE, trois conditions doivent être réunies pour qu un prélèvement tombe sous la qualification de retenue à la source au sens de la Directive. Celle-ci vise «toute imposition sur les revenus perçus dans l Etat dans lequel les dividendes sont distribués et dont le fait générateur est le versement de dividendes ou de tout autre rendement des titres, lorsque l assiette de cet impôt est le rendement desdits titres et que l assujetti est le détenteur des mêmes titres»14. Parmi ces trois critères, seul le dernier n est pas rempli par la contribution additionnelle de 3% : le redevable légal n est pas l actionnaire ou l associé qui détient les titres dans la société distributrice. Or, cette condition relative à l identité du contribuable a été confirmée récemment par la CJUE dans une affaire Burda15, au sujet d un impôt allemand dont les taux variaient selon que les profits étaient distribués ou réinvestis dans l entreprise. Il n en demeure pas moins que la jurisprudence à cet égard n est pas encore clairement fixée, puisque la CJUE a déjà écarté par le passé la pertinence de ce troisième critère au sujet d un prélèvement grec conçu comme un supplément d impôt dû par la société distributrice à raison des dividendes versés à sa société mère16. Dans les conclusions rendues sous cet arrêt, l Avocat général soutenait qu il serait inapproprié de toujours «conférer une importance déterminante au fait que la charge fiscale pèse sur la société filiale [comprendre la société distributrice]. 7 L effet économique d une imposition de la société filiale correspond à une imposition de la société mère, étant donné que l impôt ce qui est le principe même des retenues à la source est retenu par la société distribuant les bénéfices et directement versé aux services fiscaux» 17. Pour toutes ces raisons, la compatibilité de la contribution additionnelle à l impôt sur les sociétés avec l article 5 de la Directive ne va pas de soi et, en l état actuel de la jurisprudence, nul ne peut présager de la position du juge de l impôt français et de la CJUE sur cette question. 12 CJCE, 28 janvier 1986, C-270/83, Commission des Communautés Européennes c/ République Française ; CJCE, 21 septembre 1999, C-307/97, Cie de Saint Gobain ZN. 13 TA Besançon, 20 janvier 2000, n , SA Solvay. 14 CJCE, 8 Juin 2000, C-375/98, Epson Europe, 23 ; CJCE, 4 Octobre 2001, C-294/99, Athineïki Zythopoiia AE, CJCE, 26 Juin 2008, C-284/06, Finanzamt Hamburg-Am Tierpark c/ Burda GmbH. 16 CJCE, 4 octobre 2001, aff. 294/99, Athinaïki Zythopoïïa, Concl. de l Avocat général M. Mengozzi, sous l aff. 294/99, 32.

8 L élimination de la double imposition économique L imposition en cascade provoquée par cette contribution semble également difficilement conciliable avec cette Directive, ou plus précisément avec son objectif majeur : l élimination de la double imposition économique résultant de l impôt sur les sociétés payé en amont par la société distributrice dans son Etat de résidence. Pour parvenir à cet objectif, l article 4 de la Directive impose à l Etat membre de résidence de la société mère de choisir parmi l une de ces deux alternatives : soit l exonération des dividendes reçus (avec la possibilité de réintégrer une quote-part de frais et charge de 5%), soit la mise à disposition d un crédit d impôt équivalent à l impôt sur les sociétés acquitté en amont par la filiale distributrice. Or la contribution de 3% s applique à l ensemble des revenus distribués au sens de la législation fiscale, y compris les distributions prélevées sur des bénéfices exonérés en application de la Directive (i.e. produits de participation dans des filiales établies dans l Union Européennes relevant du régime mère-fille en application de l article 216 du CGI). Les obligations découlant de la Directive étant inconditionnelles, il est possible de considérer que ce texte s oppose à une législation nationale qui, à l instar de la contribution de 3%, subordonne l exonération des dividendes reçus de filiales étrangères à leur conservation par la société mère. C est l avis de Philippe Derouin, qui affirme que «la double imposition économique des dividendes prohibée par la directive concerne l imposition des sociétés mères à raison des dividendes reçus de filiales, sans distinguer suivant que l imposition de la société mère a pour fait générateur la réception des dividendes ou leur redistribution» 18. Dans le même temps, il est important de préciser que l application de l article 4 de la Directive à la contribution de 3% reste discutable, dans la mesure où cet impôt est «juridiquement distinct» 19 de l impôt sur les sociétés. En l absence d une jurisprudence claire de la CJUE sur la délimitation des impôts qui rentrent dans le champ d application de la Directive, la compatibilité de la contribution de 3% avec celle-ci est donc également discutable P. Derouin, «La contribution de 3% sur les montants distribués et le régime des sociétés mères et filiales : de Charybde en Scylla?», DF 40/2012, p FR 35/12, Contribution additionnelle à l IS sur les revenus distribués.

9 Le Pôle Prospective Fiscale et Stratégie d Entreprise S adapter rapidement aux évolutions fiscales et, surtout, les anticiper constitue un avantage compétitif important pour les entreprises. C est à partir de ce constat que Taj, société d avocats, a initié ce Pôle de Prospective Fiscale et de Stratégie d Entreprise placé sous la direction de Michel Aujean, Ancien Directeur des Analyses et Politiques Fiscales à la Commission Européenne. Destiné à ses activités de recherche et de réflexion, à la manière d un think tank associant acteurs publics et privés, l objectif du pôle est double : Allier les expertises des avocats à celles d économistes pour mener une réflexion stratégique renouvelée et opérationnelle sur les politiques fiscales, Partager les analyses stratégiques approfondies des évolutions de notre environnement fiscal et servir d'interlocuteur auprès des institutions et régulateurs compétents. Contact : Jérémy Seeman, Vae Solis Corporate / A propos de Taj Taj est l un des premiers cabinets d avocats français, spécialisé en stratégies fiscales et juridiques internationales. Il compte aujourd hui 430 professionnels parmi lesquels 49 associés, basés à Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Perpignan, Tours. Ses expertises les plus réputées couvrent la fiscalité internationale et les prix de transfert, les fusions acquisitions, la fiscalité indirecte, le contrôle fiscal et contentieux, la fiscalité de la mobilité internationale, le droit social, le droit des affaires et des entreprises en difficulté. Taj est membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et s appuie sur l expertise de fiscalistes de Deloitte situés dans 140 pays. Pour en savoir plus, ou A propos de Deloitte dans le monde Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais («private company limited by guarantee»), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter

Débats et Prospectives

Débats et Prospectives Débats et Prospectives CONSOLIDATION DE LA TVA : UNE PREMIERE ETAPE VERS LE «GROUPE TVA» Très tôt dans le droit communautaire de la TVA est apparue la notion de «groupe», consistant à considérer comme

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97 Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt 1. Par ordonnance du 27 octobre 1997, parvenue à la Cour le 17 novembre suivant, le Finanzgericht

Plus en détail

1 ) la décharge des retenues à la source prélevées au titre des années 2004 et 2005 ;

1 ) la décharge des retenues à la source prélevées au titre des années 2004 et 2005 ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0709782 SOCIETE SANTANDER ASSET MANAGEMENT SGIIC SA au nom du FIM Santander Top 25 Euro Fi M. Le Goff Président-rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

Les Nouveaux cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-70 QPC 26 novembre 2010. M. Pierre-Yves M.

Les Nouveaux cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-70 QPC 26 novembre 2010. M. Pierre-Yves M. Les Nouveaux cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-70 QPC 26 novembre 2010 M. Pierre-Yves M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 24 septembre 2010 par le Conseil d État d

Plus en détail

Libertés fondamentales, flux de capitaux et fonds européens : une équation en voie de résolution?

Libertés fondamentales, flux de capitaux et fonds européens : une équation en voie de résolution? Analyse Libertés fondamentales, flux de capitaux et fonds européens : une équation en voie de résolution? La question de l imposition des flux de capitaux, en particulier dividendes et intérêts, versés

Plus en détail

Newsletter Droit Fiscal 3 ème trimestre 2015

Newsletter Droit Fiscal 3 ème trimestre 2015 LIBERTE DE CHOIX Rappel de la liberté de choix fiscal par le Conseil d Etat... 3 Le Conseil d Etat rappelle que le contribuable est en droit de choisir, parmi plusieurs schémas économiquement identiques,

Plus en détail

Réduction de l impôt sur la fortune - 8a VStG. 2. Dotation de la réserve quinquennale alinéa 2. 3. Non-respect de la période quinquennale alinéa 3

Réduction de l impôt sur la fortune - 8a VStG. 2. Dotation de la réserve quinquennale alinéa 2. 3. Non-respect de la période quinquennale alinéa 3 Circulaire du directeur des contributions I. Fort. n 47 du 14 novembre 2013 I. Fort. n 47 Objet: Réduction de l impôt sur la fortune - 8a VStG Sommaire: 0. Introduction 1. Modalités et conditions alinéa

Plus en détail

La société de participations fi nancières "SOPARFI"

La société de participations fi nancières SOPARFI La société de participations fi nancières "SOPARFI" 3 Sommaire Introduction 4 Caractéristiques juridiques 5 A. Généralités B. Les formes de sociétés les plus utilisées pour la création de SOPARFI Caractéristiques

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

UE Un acte de gestion anormale entre sociétés non résidentes est il autorisé grâce à la liberté d établissement?

UE Un acte de gestion anormale entre sociétés non résidentes est il autorisé grâce à la liberté d établissement? UE Un acte de gestion anormale entre sociétés non résidentes est il autorisé grâce à la liberté d établissement? Une réglementation telle que celle de l article 26 du CIR 92 qui interdit un avantage anormal

Plus en détail

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales Lettre mensuelle Mai 2005 SOCIETES 1. UE FRANCE - Intégration fiscale Déduction des pertes subies par des filiales situées dans d autres Etats Membre de l UE 2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de

Plus en détail

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 2 Cette pièce jointe résume l exposé de

Plus en détail

Rapport présenté par Mr. Christian Eckert (AN) Projet de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Article 16

Rapport présenté par Mr. Christian Eckert (AN) Projet de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Article 16 Rapport présenté par Mr. Christian Eckert (AN) Projet de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Article 16 Précisions des modalités d imposition en cas de transfert de siège ou d établissement

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Impôt sur le revenu Législation visant à éviter les doubles impositions Imposition des revenus immobiliers perçus dans un État

Plus en détail

et fixant une période transitoire jusqu au 31 décembre 2010 pour le maintien temporaire de ces régimes.

et fixant une période transitoire jusqu au 31 décembre 2010 pour le maintien temporaire de ces régimes. Projet de loi abrogeant: - la loi modifiée du 31 juillet 1929 sur le régime fiscal des sociétés de participations financières (Holding companies), - l arrêté grand-ducal modifié du 17 décembre 1938 concernant

Plus en détail

Séance du 27 septembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 3/2012).

Séance du 27 septembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 3/2012). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

RETENUE À LA SOURCE SUR REDEVANCES OU ASSIMILÉES

RETENUE À LA SOURCE SUR REDEVANCES OU ASSIMILÉES RETENUE À LA SOURCE SUR REDEVANCES OU ASSIMILÉES FISCALITE INTERNATIONALE INTERNE... 2 Principe d imposition... 2 Recouvrement... 3 Imputation de la retenue... 3 La situation de la personne interposée

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5 Eres a créé cette fiche pour vous aider à mettre en place dans les meilleures conditions un accord d intéressement au sein d une entreprise. En effet, l accord d intéressement nécessite un certain formalisme,

Plus en détail

1. Cabinet Rabompierre : champ d application. Cabinet Rabompierre SARL Lacau Objet : option d une SARL pour les régimes de sociétés de personnes

1. Cabinet Rabompierre : champ d application. Cabinet Rabompierre SARL Lacau Objet : option d une SARL pour les régimes de sociétés de personnes 1 L IMPOSITION DES ENTREPRISES À L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS 1. Cabinet Rabompierre : champ d application Cabinet Rabompierre SARL Lacau Objet : option d une SARL pour les régimes de sociétés de personnes

Plus en détail

CONVENTION ADDITIONNELLE

CONVENTION ADDITIONNELLE CONVENTION ADDITIONNELLE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRATIVE DU BRÉSIL EN VUE D ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET DE RÉGLER CERTAINES AUTRES QUESTIONS EN MATIÈRE

Plus en détail

Objet : Réduction de l impôt sur la fortune 8a VStG. 2. Dotation de la réserve quinquennale alinéa 2

Objet : Réduction de l impôt sur la fortune 8a VStG. 2. Dotation de la réserve quinquennale alinéa 2 Circulaire du directeur des contributions I. Fort. n 47bis du 19 novembre 2015 1 I. Fort. n 47bis Objet : Réduction de l impôt sur la fortune 8a VStG Sommaire : 0. Introduction 1. Modalités et conditions

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

Fiducie sur titres, les nouvelles perspectives

Fiducie sur titres, les nouvelles perspectives Colloque de l Association Française des Fiduciaires Fiducie sur titres, les nouvelles perspectives La Fiducie, le traitement fiscal est-il réellement neutre? Michel Collet Avocat Associé Membre du Comité

Plus en détail

QUESTIONS FISCALES DIVERSES

QUESTIONS FISCALES DIVERSES N 41 - FISCAL N 5 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 26 mars 2004 QUESTIONS FISCALES DIVERSES Parmi les informations fiscales récentes relevées dans la jurisprudence, les bulletins officiels

Plus en détail

Introduction. Une exonération consacrée par la jurisprudence. L arrêt «La Costa» : exonération fiscale des revenus d immeubles situés en France

Introduction. Une exonération consacrée par la jurisprudence. L arrêt «La Costa» : exonération fiscale des revenus d immeubles situés en France L arrêt «La Costa» : exonération fiscale des revenus d immeubles situés en France Stéphan LE GOUEFF 1 et Eric JUNGBLUT 2 Luxembourg Introduction Le 23 avril 2002, la Cour administrative Luxembourgeoise

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET A PREVENIR

Plus en détail

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015 Avocat spécialiste en Droit Fiscal ed@donorio.com - www.donorio.com Membre ANACOFI-CIF N E001954 La législation française relative à l assujettissement

Plus en détail

#95. News FISCALITÉ. Loi de finances rectificative 2014. TVA à l importation : mise en place d un système d auto-liquidation

#95. News FISCALITÉ. Loi de finances rectificative 2014. TVA à l importation : mise en place d un système d auto-liquidation News #95 FISCALITÉ FEVRIER 2015 Après les mesures votées en matière d impôts locaux et de fiscalité immobilière, nous vous présentons dans ce numéro les principales dispositions des LFR 2014 et LF 2015

Plus en détail

Séance du 22 novembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2012).

Séance du 22 novembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2012). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

A la recherche du couple Stratégie d investissement Mode de financement le plus efficient

A la recherche du couple Stratégie d investissement Mode de financement le plus efficient A la recherche du couple Stratégie d investissement Mode de financement le plus efficient Présentation du 17 juin 2008 Page 1 Sommaire 1. Véhicule d investissement / Logique d investissement 2. Dispositions

Plus en détail

Comité Fiscal 19 juillet 2012

Comité Fiscal 19 juillet 2012 Comité Fiscal 19 juillet 2012 Le nouveau président François Hollande s est fait élire sur des promesses de «justice fiscale», qui prennent forme aujourd hui et donnent lieu à d âpres débats dans le cadre

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 2 Sommaire I. Présentation de l Acte Uniforme révisé

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

CONCLUSIONS. Melle C. VEROT, Commissaire du Gouvernement

CONCLUSIONS. Melle C. VEROT, Commissaire du Gouvernement N 281033 SA GUERLAIN 10 ème et 9 ème sous-sections réunies Séance du 7 mars 2008 Lecture du 11 avril 2008 CONCLUSIONS Melle C. VEROT, Commissaire du Gouvernement Pour assurer son développement en Asie,

Plus en détail

Séance du 6 décembre 2013 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 11/2013).

Séance du 6 décembre 2013 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 11/2013). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE?

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? Prof. Dr. Isabelle Richelle Co-Présidente Tax Institute de l Université de Liège Isabelle.Richelle@Ulg.ac.be Collège Belgique Bruxelles, 5 décembre 2013 SOUVERAINETE

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

Les nouvelles pratiques en matière d optimisation fiscale face aux nouvelles réformes

Les nouvelles pratiques en matière d optimisation fiscale face aux nouvelles réformes Les nouvelles pratiques en matière d optimisation fiscale face aux nouvelles réformes Master 2 OFIS 20 mars 2014 Table des matières 1. Qu est ce que l optimisation fiscale? 2. Intensification de la lutte

Plus en détail

Débats et Prospective

Débats et Prospective POLE DE PROSPECTIVE FISCALE TAJ-STRATEGIE.FR Débats et Prospective Prix de transfert : un changement radical s impose Par Grégoire de Vogüé Les «prix de transfert» sont les prix qui sont pratiqués au titre

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Avril 2011 SOMMAIRE Projets de Loi et de Réforme p. 3 Réforme de la fiscalité du patrimoine Jurisprudence et Réponses ministérielles p. 4 Assurance-vie donnée en garantie et ISF

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

Fiscalité nationale et libertés s de circulation communautaires (propos provocateurs du modérateur)

Fiscalité nationale et libertés s de circulation communautaires (propos provocateurs du modérateur) Fiscalité nationale et libertés s de (propos provocateurs du modérateur) Dominique BERLIN Professeur à l Université Panthéon Sorbonne (Paris I) Une jurisprudence audacieuse et tardive Une jurisprudence

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 11 jours (27,3j) 169 159-10. Transfert de Propriété 29 jours (57,2j) 133 127-6

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 11 jours (27,3j) 169 159-10. Transfert de Propriété 29 jours (57,2j) 133 127-6 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

Analyse de l annexe fiscale 2003. Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003. Première partie Impôts sur le revenu

Analyse de l annexe fiscale 2003. Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003. Première partie Impôts sur le revenu Analyse de l annexe fiscale 2003 Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003 Première partie Impôts sur le revenu INSTITUTION DE RETENUES AU TITRE DE L IMPOT SUR LES BENEFICES

Plus en détail

Fiches de Droit Fiscal international 2 e édition Mises à jour Roland Walter et Sophie Borenstein éditions Ellipses

Fiches de Droit Fiscal international 2 e édition Mises à jour Roland Walter et Sophie Borenstein éditions Ellipses Fiches de Droit Fiscal international 2 e édition Mises à jour Roland Walter et Sophie Borenstein éditions Ellipses Fiche n 7. Évasion fiscale internationale Le transfert indirect de bénéfices vers l étranger,

Plus en détail

NOTE POUR LE PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION SPECIALE TAXE

NOTE POUR LE PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION SPECIALE TAXE NOTE POUR LE PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION SPECIALE TAXE Objet : Demande d information de la commission spéciale du Parlement européen créée afin d'examiner «les rescrits fiscaux et les autres mesures

Plus en détail

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable.

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. DROIT FISCAL Section 1 Intro : Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. Les entreprises en France payent la majorité de leur impôt à l étrange.

Plus en détail

http://curia.europa.eu/juris/document/document_print.jsf?doclang=fr...

http://curia.europa.eu/juris/document/document_print.jsf?doclang=fr... 1 van 7 7-11-2013 23:21 CURIA - Documents Lexalert vous informe gratuitement et par e-mail de l'actu juridique. Inscrivez-vous gratuitement sur www.lexalert.net/inscription ARRÊT DE LA COUR (huitième chambre)

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 N 0010/MEF/DGI-DLCD NOTE DE

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

LA SOCIETE DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL UN EXCELLENT OUTIL DE PLANIFICATION PATRIMONIALE ET FISCALE

LA SOCIETE DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL UN EXCELLENT OUTIL DE PLANIFICATION PATRIMONIALE ET FISCALE LA SOCIETE DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL UN EXCELLENT OUTIL DE PLANIFICATION PATRIMONIALE ET FISCALE Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

La Gestion Fiscale 1

La Gestion Fiscale 1 Fiscale La Gestion 1 Le PLAN Introduction 1. Gestion fiscale de l entreprise Marocaine (1)Principe de la liberté de gestion (2)Principe de non-immixtion (3)Fraude et évasion fiscale (4)Erreur comptable

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004 Loi de finances pour 2004 et loi de finances rectificative de 2003 : principales dispositions fiscales Bernard PLAGNET Professeur à l Université des Sciences Sociales de Toulouse Malgré un contexte budgétaire

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, 28 juillet 2006 Taxud E1, RP

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-9-06 N 167 du 16 OCTOBRE 2006 IMPOT SUR LE REVENU. ELARGISSEMENT DU CHAMP D APPLICATION DE L OPTION POUR LE PRELEVEMENT FORFAITAIRE LIBERATOIRE.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 H-3-07 N 39 du 19 MARS 2007 IMPOT SUR LES SOCIETES. DISPOSITIONS PARTICULIERES. ASSIETTE (DETERMINATION DU BENEFICE IMPOSABLE). REGIME FISCAL

Plus en détail

CHAPITRE 2 Quelques principes de fiscalité luxembourgeoise... 37

CHAPITRE 2 Quelques principes de fiscalité luxembourgeoise... 37 Table des matières Liste des abréviations... 5 Bibliographie... 7 CHAPITRE 1 Les enjeux de la fiscalité internationale... 11 1. Remarques introductives... 12 2. Les sources de la fiscalité internationale...

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 6 mai 2014 N de pourvoi: 13-11420 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00428 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc, Duhamel et

Plus en détail

Approche de solutions pour limiter la taxe sur les salaires dans les sociétés holdings

Approche de solutions pour limiter la taxe sur les salaires dans les sociétés holdings Approche de solutions pour limiter la taxe sur les salaires dans les sociétés holdings Lors d acquisition de sociétés, il est usuel de constituer une société holding qui se portera acquéreur des titres

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 63 DU 26 JUIN 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 L-8-09 INSTRUCTION DU 11 JUIN 2009 EXTENSION DU CONTROLE SUR DEMANDE EN MATIERE DE CREDIT D IMPOT RECHERCHE

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 Six nouveaux retraitements extra-comptables MC 816, 817, 939-1, 1880, 1918-4, 2153-1, 2220-2, 2857 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN, Associée,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 73 DU 27 JUILLET 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 H-3-09 INSTRUCTION DU 24 JUILLET 2009 IMPOT SUR LES SOCIETES. DISPOSITIONS PARTICULIERES. REGIME FISCAL

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

Art. L122-4 Code de la propriété intellectuelle. www.aprz.eu

Art. L122-4 Code de la propriété intellectuelle. www.aprz.eu Sommaire 1. Avantages fiscaux et sociaux de la France 2. Obligations comptables en France Sociaux Embauches de courte durée Contrats de travail aidés à couts réduits Durée effective du travail Procédures

Plus en détail

Pour aller plus loin. Sujets non présentés. À votre disposition pour toute question. Actualité Fiscale 2013. 1 ère Partie. Fiscalité des entreprises

Pour aller plus loin. Sujets non présentés. À votre disposition pour toute question. Actualité Fiscale 2013. 1 ère Partie. Fiscalité des entreprises Pour aller plus loin Sujets non présentés À votre disposition pour toute question Actualité Fiscale 2013 1 ère Partie Fiscalité des entreprises 2 1 Actualité Fiscale 2013 Impôt sur les Sociétés Coup d

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Groupement Professionnel des Banques du Maroc Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Guide pratique de place 0 Préambule I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT SUR LE REVENU. CONSEQUENCES DE L ABROGATION DU COMPTE EPARGNE CODEVELOPPEMENT. COMMENTAIRES

Plus en détail

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Conférence du 21 octobre 2008 Intervenants: Dominique GAVEAU Avocat fiscaliste, diplômé Expert-Comptable,

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM [Traduction] 1. J ai voté en faveur des points 1 à 3 et du point 5 du dispositif de l arrêt, mais contre le point 4 dudit dispositif. Je considère la caution de 8 millions

Plus en détail

Présentation. Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015

Présentation. Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015 Présentation Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015 SAGASSER Avocats à la Cour Rechtsanwälte, Steuerberater 79 avenue Marceau 75116 Paris Principales mesures fiscales des lois

Plus en détail

L arrêt «Bouanich», rendu par la Cour

L arrêt «Bouanich», rendu par la Cour L exhumation du bouclier fiscal ou la résurrection des principes de droit européen L absence de prise en compte, ou la prise en compte partielle, d impositions acquittées hors de France au titre du bouclier

Plus en détail

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial Le 3 mars 2014 Les contribuables canadiens, y compris les multinationales établies au Canada, qui participent à des mécanismes de prêt sans lien de dépendance pourraient, contre toute attente, être touchés

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 La holding belge, utilisation par les résidents et les non-résidents 15 Jacques Malherbe et Daphné de Laveleye

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax

Latham & Watkins Département Tax Numéro 361 16 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax Loi de finances pour 2004 et loi de finances rectificative pour 2003. Les lois de finances pour 2004 et rectificative pour 2003

Plus en détail