L arrêt «Bouanich», rendu par la Cour

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L arrêt «Bouanich», rendu par la Cour"

Transcription

1 L exhumation du bouclier fiscal ou la résurrection des principes de droit européen L absence de prise en compte, ou la prise en compte partielle, d impositions acquittées hors de France au titre du bouclier fiscal vient d être jugée contraire au droit européen par la Cour de justice de l Union européenne. L arrêt amène à s interroger d une manière plus générale sur le sort réservé en droit français aux impositions prélevées hors de France. Par Christoph SESEKE, Avocat Associé WTS, Rechtsanwalt, Fachanwalt für Steuerrecht et Céline BOISSELIER, Avocat collaborateur, WTS CJUE, 13 mars 2014, aff. C-375/12, Bouanich c/ Directeur des services fiscaux de la Drôme. POUR EN SAVOIR PLUS : CJCE, 14 nov. 2006, aff. C-513/04, Kerckhaert et Morres. Repère : Lamy fiscal 2014, 4400, 7922 et s. L arrêt «Bouanich», rendu par la Cour de justice de l Union européenne (CJUE) le 13 mars 2014 (1), ramène à nos bons souvenirs le régime de feu le bouclier fiscal (2). En l occurrence, Margaretha Bouanich, résidente fiscale française, avait perçu des dividendes de la société suédoise Ratos AB au titre des années 2006, 2007 et Ces revenus avaient subi une retenue à la source de 15 % en Suède en application de l article 10 de la convention franco-suédoise (3). Ils avaient ensuite été taxés en France à l impôt sur le revenu et un crédit d impôt égal à l impôt suédois avait été accordé à la contribuable par la France conformément à l article 23,1-a-ii de cette Convention. La contribuable s était ensuite prévalue du mécanisme français du bouclier fiscal pour réclamer la restitution de la différence entre le total des impôts dont elle s était acquittée et un pourcentage de ses revenus, à savoir 60 % des revenus perçus en 2005 et 50 % des revenus perçus en 2006 et Contrairement aux dispositions de l article A du CGI (dans sa rédaction applicable), cette dernière avait fait figurer le montant correspondant à la retenue à la source prélevée en Suède sur ses dividendes parmi les impôts retenus pour le calcul de son droit à restitution. L administration fiscale n avait pas fait droit à sa demande, au motif que la retenue à la source suédoise ne consistait pas en une imposition payée en France, condition sine qua non posée par l article A du CGI. La contribuable avait alors saisi le Tribunal administratif de Grenoble afin d obtenir l ajout parmi les impôts pris en compte pour le bouclier fiscal des retenues à la source des 3 années en cause en arguant de la contrariété de la réglementation française aux libertés européennes. Le Tribunal administratif de Grenoble a décidé de surseoir à statuer et a saisi la CJUE en substance des questions préjudicielles suivantes : les articles 49, 63 et 65 du Traité sur le fonctionnement de l Union Européenne (TFUE) s opposent-ils à la législation française en ce qu elle ne prend pas en compte, ou ne prend que partiellement en compte, l impôt payé dans l autre État? Dans l affirmative, une telle restriction peut-elle être justifiée? En réponse à ces questions, la juridiction européenne conclut que le dispositif du bouclier fiscal est, relativement à l aspect critiqué, contraire aux libertés de circulation des capitaux et d établissement. Après s être traditionnellement attardée sur la qualification des libertés européennes en cause, la Cour n a pu que constater que la restriction à ces libertés ne reposait pas sur une justification valable pour écarter le motif de contrariété au droit européen. L attrait de la résurrection du bouclier fiscal dans l arrêt commenté résulte de sa portée. L identification préliminaire de la liberté européenne transgressée Lorsqu est mise en cause la conformité au droit européen d une législation relative au traitement fiscal des dividendes, deux libertés euro- (1) CGI, art A abrogé ; CJUE, 13 mars 2014, aff. C-375/12, Bouanich c/ Directeur des services fiscaux de la Drôme. Cet arrêt a été rendu sans conclusions. (2) Supprimé à partir de (3) Convention franco-suédoise du 27 novembre LES NOUVELLES FISCALES - N ER JUILLET 2014

2 péennes sont susceptibles d être concernées : la liberté de circulation des capitaux et la liberté d établissement. En l espèce, le Tribunal administratif de Grenoble, plutôt que de se risquer à sélectionner l une de ces deux libertés à l appui de sa demande, a invoqué les deux en se prévalant à la fois de l article 49 du TFUE qui protège la liberté d établissement et de son article 63 relatif à la libre circulation des capitaux. La contribuable vérifiée et le Gouvernement français s appuyaient pour leur part sur la seule libre circulation des capitaux. On comprend que le tribunal n ait pas voulu limiter son recours préjudiciel au visa d une seule de ces libertés dont la qualification est délicate. D ailleurs, la Cour, saisie d une question préjudicielle, doit se prononcer de manière à apporter une réponse utile à la juridiction requérante sur la solution du litige au principal (4), de telle sorte qu elle n hésite pas, comme on a pu le constater dans un arrêt récent (5), à procéder à une «substitution» de liberté pour apporter une réponse adéquate à la question posée. En l occurence, la liberté d établissement avait été exclusivement invoquée, mais la Cour a toutefois examiné la situation d espèce au regard de la liberté de circulation des capitaux. Au cas présent, la Cour applique la méthodologie classique dégagée par la jurisprudence européenne et désormais bien établie dans des considérants de principe didactiques (6). Le choix entre les deux libertés se fait au regard de l objet de la législation en cause. Ainsi, lorsque la législation nationale a vocation à s appliquer aux seules participations permettant d exercer une influence certaine sur les décisions d une société, son examen relève de la liberté d établissement. En revanche, s agissant de la détention de simples placements financiers, sans intention d influer sur la gestion et le contrôle de l entreprise, la libre circulation des capitaux est seule en cause. Or, le bouclier fiscal s applique aussi bien s agissant des titres de participation que des titres de placement. Une approche par l objet de la législation était donc inopérante. Lorsqu elle se trouve confrontée à cette impasse, la jurisprudence privilégie une approche factuelle. En l absence d indications fournies à cet égard (il n avait vraisemblablement pas été précisé quelle était la quotité de la participation détenue par la contribuable dans la société Ratos), la Cour a choisi d examiner la situation au regard des deux libertés comme l y invitait le tribunal. Une restriction inhérente à la législation française du bouclier fiscal La contribuable estimait que la retenue à la source prélevée à l étranger n était pas prise en compte au titre du bouclier fiscal, ou ne l était que de façon partielle, ce qui constituait une restriction portant sur les «dividendes entrants», c est-à-dire les dividendes d une société étrangère perçus par un résident de France. Le Gouvernement français considérait que cette situation n était pas condamnable dans la mesure où elle relève de l exercice parallèle de compétences fiscales par le Royaume de Suède, d une part, et par la République française, d autre part. Cet argument s appuyait sur la jurisprudence «Kerckhaert et Morres» du 14 novembre 2006 (7). Cet arrêt était pourtant inopérant au cas d espèce. La Cour l a d ailleurs d emblée souligné (8). Les motivations du Gouvernement français méritent toutefois d être explicitées. L EXERCICE PARALLÈLE DE COMPÉTENCES FISCALES N EST PAS EN CAUSE Les faits de l arrêt «Kerckhaert et Morres» sont les suivants : un contribuable belge avait perçu des dividendes de source française qui avaient subi en France une retenue à la source à un taux de 15 %. Ce contribuable se plaignait du fait que ses dividendes étaient taxés en Belgique au taux de 25 % sans que la retenue à la source prélevée en France ne soit imputée sur son impôt belge. À cet égard, il y a lieu de préciser que la Convention fiscale franco-belge prévoyait à l époque des faits (9) (1995 et 1996) que «lorsque des dividendes sont payés par une société résidente de la France à un résident de la Belgique et que ces dividendes ont effectivement supporté en France la retenue à la source, l impôt dû en Belgique sur leur montant, net de retenue française, [est] diminué, [ ] de la quotité forfaitaire d impôt étranger déductible dans les conditions fixées par la législation belge, sans que cette quotité puisse être inférieure à 15 % dudit montant net». Or, en l occurrence, la législation belge ne prévoyait pas la déduction de la retenue à la source. (4) Recomm. n 2012/C-338/01, JOUE 6 nov. 2012, n 8. (5) CJUE, 23 janv. 2014, aff. C-164/12, DMC Beteiligungsgesellschaft mbh : voir C. Seseke et C. Boisselier, Transfert de siège et apport partiel d actif transfrontalier : la portée de l arrêt «DMC», Les Nouvelles fiscales n 1133, p. 4 à 8. (6) Cf. points 26 à 30. (7) CJCE, 14 nov. 2006, aff. C-513/04, Kerckhaert et Morres. (8) Cf. point 37. (9) Art. 19, A, 1. LES NOUVELLES FISCALES - N ER JUILLET

3 On se trouve, là encore, dans une affaire relative à des dividendes entrants et devant le refus du Gouvernement (belge en l occurrence) d imputer une imposition prélevée à l étranger. Néanmoins, la législation belge n a pas été jugée contraire au droit européen. Pour parvenir à cette solution, la Cour a relevé que le taux de 25 % appliqué aux dividendes de source française est un taux uniforme appliqué à la fois aux dividendes de source nationale et de source étrangère (10). Cet arrêt conduit à rappeler que «le droit communautaire, dans son état actuel [ ], ne prescrit pas de critères généraux pour la répartition des compétences entre les États membres s agissant de l élimination de la double imposition à l intérieur de la Communauté» (11). En effet, aucun texte européen ne prohibe, de manière générale, les doubles impositions (12). Le Gouvernement français pensait ainsi être exempt de toutes critiques sur la base de cette jurisprudence qui semble légaliser une double imposition juridique du chef de l État de résidence. Cependant, au cas particulier, le mécanisme examiné est celui du bouclier fiscal, c est-à-dire un plafonnement des impôts en fonction d un certain pourcentage de revenus et non l application d une convention fiscale de double imposition relative, pour sa part, à l exercice concurrent par deux États de leur droit d imposer. Si la Cour relève que l octroi d un crédit d impôt à raison de retenues à la source opérées en Suède résulte de la convention fiscale franco-suédoise et s inscrit dans le cadre de l imposition parallèle de la Suède et de la France, l application du bouclier fiscal est, en revanche, sans relation avec l exercice parallèle de compétences fiscales en ce qu il concerne la seule compétence fiscale de la France. Il s agit donc de deux avantages fiscaux distincts (13). Au demeurant, il convient de noter qu un très récent arrêt du Conseil d État constituant le pendant de l arrêt «Kerckhaert et Morres» du côté de l État de la source vient d être rendu. Dans cet arrêt du 7 mai 2014 (14), le Conseil d État rappelle d abord qu aucun principe de l Union Européenne n impose l élimination de la double imposition juridique. Il juge ensuite que «la circonstance que la législation de l État de résidence combinée avec les stipulations conventionnelles ne permette pas la correction de la discrimination résultant de la législation de l État dans lequel est établie la société distributrice est sans incidence sur l imputation de cette discrimination à ce second État». Par la combinaison de cette dernière décision avec l arrêt «Kerckhaert et Morres», une double imposition juridique peut être in fine condamnée au niveau européen, mais uniquement sur la base de la protection des libertés de circulation, et non sur une base autonome. Et si l imposition à la source se révèle discriminatoire, elle doit être éliminée par l État de la source (la France dans le cas d espèce traité par le Conseil d État), État qui doit, dans le cas où celui de résidence ne permet pas l imputation de la retenue à la source, renoncer à la prélever. Dans ces jurisprudences sont donc en cause l élimination de la double imposition et son effectivité au regard des principes de l Union européenne. Tel n est aucunement l objet de l affaire «Bouanich» qui conduit seulement à examiner la conformité aux libertés européennes de l absence de prise en compte des retenues à la source étrangères en droit interne français. UNE RESTRICTION CONSTITUÉE PAR L ABSENCE DE PRISE EN COMPTE DE L IMPÔT ÉTRANGER Il convient de rappeler que le bouclier fiscal a été instauré par la loi de finances pour 2006 (15), puis renforcé par la loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, dite «TEPA» (16) du 21 août 2007, pour ôter à la fiscalité française le caractère confiscatoire qu elle pouvait présenter pour certains contribuables. Ce dispositif est supprimé depuis le 1 er janvier Ainsi, aux termes de l alinéa 1 de l article 1 er du CGI issu de ces deux lois, «les impôts directs payés par un contribuable ne peuvent être supérieurs à 60 % de ses revenus [au titre des revenus 2005, 50 % ensuite]». L article A du CGI définissait, pour les contribuables domiciliés fiscalement en France, un droit à restitution de la fraction des impositions excédant le seuil de 60 % ou 50 % précité. Le mécanisme du bouclier fiscal procédait donc d une comparaison entre 60% ou 50% des revenus perçus par le contribuable au titre d une année et les impôts directs y afférents. En l occurrence, la contribuable avait inclus la retenue à la source payée en Suède parmi les impôts faisant l objet du second terme de cette comparaison. Or, il résultait de l article A du CGI que seules les impositions payées en France devaient être prises en compte, à l exclusion donc des (10) Arrêt précité, point 24. (11) Arrêt précité, point 22. (12) Cf. I. Riu, Sociétés et Établissements stables en droit fiscal international et de l UE, n 419. Seule la directive du 23 juillet 1990 relative au régime mère-fille l exige. (13) Cf. point 40. (14) CE, 7 mai 2014, n (15) L. fin. 2006, n , 30 déc. 2005, JO 31 déc., art. 74. (16) L. n , 21 août 2007, JO 22 août. 26 LES NOUVELLES FISCALES - N ER JUILLET 2014

4 vernement français a invoqué la préservation de la cohérence de son régime fiscal pour justifier sa position. On sait, en effet, qu une restriction peut être admise si elle est justifiée par une raison impérieuse d intérêt général. La préservation de la cohérence fiscale (21) constitue l une de ces justifications. Pour que cette justification soit retenue, il convient que soit établie «l existence d un lien direct entre l avantage fiscal concerné et la compensation de cet avantage par un prélèvement fiscal déterminé» (22). En l occurrence, l existence d un tel lien direct devait être apprécié au regard de l objectif de la législation en cause, à savoir le bouclier fiscal. Le Gouvernement français a entendu justifier ce lien par celui qui existerait entre la restitution d une fraction des impôts acquittés en France et la compensation de cet avantage par les impôts payés en France par le contribuable. A contrario, il a affirmé, dans un argument superfétatoire et qui se révéla jouer en sa défaveur, qu il n existait aucun lien entre l impôt payé à l étranger et la restitution en France de cet impôt. Or, l objectif du bouclier fiscal était de réduire le niveau d imposition global des revenus afin d éviter que l impôt ne se révèle confiscatoire pour le contribuable. La Cour en déduit que l avantage fiscal procuré (la restitution d impôt) n était pas compensé par un prélèvement déterminé (23). L absence de lien direct conduit donc au rejet de la justification liée à la préservation de la cohérence fiscale. La dernière justification invoquée était celle de la nécessité de sauvegarder une répartition équilibrée du pouvoir d imposition. La Cour balaie cet argument en relevant que les conditions relatives au bouclier fiscal étaient déconnectées de la question de la répartition du pouvoir d imposition (24). La contrariété aux règles européennes du régime du bouclier en l absence de prise en compte des retenues à la source étrangères relevée par la Cour n est donc pas surprenante. La portée qui peut être attachée à cette décision relaretenues à la source pratiquées à l étranger. C est ainsi qu au titre du bouclier 2007, relatif aux revenus 2005, l administration fiscale avait exclu du calcul du droit à restitution la totalité de la retenue à la source suédoise, alors même que les revenus bruts correspondant à ces dividendes avaient été intégrés dans la base d imposition. Il en résultait une discordance gênante que le législateur a cherché à corriger. On lit dans l exposé des motifs de la loi de modernisation de l économie du 4 août 2008 (17) que «la règle du plafonnement est donc asymétrique puisque si tous les revenus sont pris en compte, quel que soit leur lieu de réalisation et d imposition, les impôts acquittés hors de France ne sont pas intégrés au numérateur» (18). L article A du CGI avait en conséquence été partiellement modifié par la loi du 4août 2008 applicable aux boucliers 2008 et 2009 sur les revenus 2006 et Le nouveau texte prévoyait que la retenue à la source pouvait être déduite des revenus pris en compte pour le calcul du droit à restitution. Concrètement, la retenue à la source était exclue des impôts, mais les dividendes étaient retenus pour leur montant net de retenue à la source, ce qui revenait à prendre en compte partiellement la retenue à la source puisque les revenus étaient affectés d un coefficient de 50 % ou 60 % dans le cadre de ce mécanisme. L «asymétrie» n étant que partiellement corrigée, la CJUE constate logiquement, au titre du bouclier 2007 comme au titre des boucliers 2008 et 2009, que les contribuables résidents fiscaux français subissaient un traitement fiscal désavantageux au titre des dividendes de source étrangère perçus. Cette différence de traitement conduit, toujours selon la Cour, à une restriction à la libre circulation des capitaux constituée par le fait que, d une part, les contribuables étaient dissuadés d investir dans les sociétés établies hors de France et, d autre part, ces sociétés étaient confrontées à un obstacle en vue de la collecte de capitaux en France (19). Qui plus est, elle reconnaît également une restriction à la liberté d établissement caractérisée par le fait que cette différence de traitement rendait moins attrayant pour un résident fiscal français l établissement dans un autre État membre (20). DES JUSTIFICATIONS INVOQUÉES INOPÉRANTES Après avoir échoué à démontrer l absence de restriction aux libertés de circulation, le Gou- (17) L. n , 4 août 2008, JO 5 août. (18) Extrait du rapport général du Sénat, n 413, travaux préparatoires à la loi de modernisation de l économie du 4 août (19) Cf. point 55. (20) Cf. point 59. (21) Ce critère a été posé par les arrêts CJCE, 28 janv. 1992, aff. C-204/90, Bachmann et CJCE, 28 janv. 1992, aff. C-300/90, Comm. c/ Belgique. Il a par exemple été employé dans l arrêt «Papillon» concernant le régime de l intégration fiscale (CJCE, 27 nov. 2008, aff. C-418/07, Papillon) ou «Manninen» (CJCE, 7 sept. 2004, aff. C-319/02, Manninen) relatif à l imposition des dividendes dans le régime finlandais. (22) Cf. arrêt «Manninen» précité, point 42 repris à l arrêt commenté, point 69. (23) Cf. points 72 et 73. (24) Cf. point 86. LES NOUVELLES FISCALES - N ER JUILLET

5 tive à un régime fiscal pourtant abrogé, l est plus. Un arrêt à portée limitée Il y a lieu de se réjouir de cette décision qui fait la part belle à l orthodoxie des principes européens. Toutefois, sa portée doit être précisée. La question de sa transposition au regard du plafonnement de l impôt de solidarité sur la fortune (ISF) doit être examinée avant d aborder l éventuelle survivance d une action au titre du bouclier fiscal. UNE TRANSPOSITION DE LA DÉCISION AU PLAFONNEMENT DE L ISF? Malgré la suppression du bouclier, un régime de plafonnement perdure. Il concerne l ISF. Après une disparition temporaire, il a été réintroduit par la loi de finances pour 2013 (25). Ce système, très similaire à celui du bouclier, a pour but d éviter que le total formé par l ISF et l impôt sur le revenu excède 75 % des revenus du contribuable de l année précédente. Dans le cadre de ce dispositif, l article 885 V bis du CGI dispose que les impôts français et étrangers sont à retenir, «calculés avant imputation des seuls crédits d impôt représentatifs d une imposition acquittée à l étranger». La doctrine administrative ajoute à la loi en prévoyant qu «il est fait abstraction des cotisations d impôt sur le revenu exigibles à l étranger qui constituent un crédit d impôt imputable sur la cotisation due en France ainsi que des retenues non libératoires» (26). La critique mise à jour par l affaire «Bouanich» consistait en l absence de prise en compte, totale ou partielle, de la retenue à la source acquittée à l étranger parmi les impôts. Aux termes de l article 885 V bis du CGI, l impôt étranger devrait, pour les besoins du plafonnement de l ISF, être pris en compte. Toutefois, ce même texte prévoit de retenir un impôt français brut de crédit d impôt. Ceci s explique dans la mesure où le crédit d impôt constitue une modalité de paiement de l impôt et n impacte pas sur son montant en tant que tel. La doctrine précitée permet de rétablir un équilibre, puisque si l impôt français est retenu brut de crédit d impôt, il est donc majoré à hauteur de l impôt étranger. Inclure la retenue à la source étrangère dans le calcul du plafonnement en sus de l impôt français brut reviendrait donc à la comptabiliser deux fois. Par conséquent, la même critique que celle qui était adressée au bouclier ne peut l être à l encontre du plafonnement, puisque la combinaison de l article 885 V bis du CGI et la doctrine administrative permet la prise en compte totale de l impôt étranger dans la détermination du droit à restitution. UNE ÉVENTUELLE CORRECTION DE LA CRÉANCE DE BOUCLIER Le dispositif du bouclier fiscal a été supprimé à compter du 1 er janvier 2013, en application de la loi de finances rectificative pour 2011 (27). Il s est donc appliqué pour la dernière fois en 2012 relativement aux revenus 2010 et n a pu être utilisé que du 1 er janvier au 31 décembre 2012 (28). Du fait de cette réforme, il a été décidé que les redevables de l ISF au titre de l année 2012 devraient obligatoirement utiliser la procédure d autoliquidation par imputation exclusive de leur droit à restitution sur leur cotisation d ISF La part du droit à restitution non imputée sur l ISF dû au titre de 2012 constitue une créance sur l État imputable exclusivement sur les cotisations d ISF dues au titre des années suivantes (29). Stricto sensu, il n est donc désormais plus possible de faire valoir un droit à restitution qui n aurait pas été exercé durant cette période, quand bien même l arrêt «Bouanich» aurait permis à certains contribuables qui n entraient pas dans le champ du bouclier fiscal d en bénéficier en retenant les retenues à la source étrangères. Jusqu à très récemment, l article L. 190 du LPF aurait ouvert une voie toute tracée aux contribuables se trouvant dans cette situation. Il ouvrait en effet un nouveau délai de réclamation aux contribuables lorsque l incompatibilité d un texte avec une norme supérieure avait été révélée par une décision juridictionnelle, tel qu un arrêt de la CJUE. Cependant, l article R* du LPF a été modifié par un décret du 18 juillet 2013 (30), qui a expressément exclu les décisions juridictionnelles des événements entraînant l ouverture d un nouveau délai de réclamation. Cette voie n est donc désormais plus qu une impasse pour les contri- (25) L. fin. 2013, n , 29 déc. 2012, JO 30 déc., art. 13. (26) BOI-PAT-ISF-40-60, n 60. (27) L. fin. rect. 2011, n , 29 juill. 2011, JO 30 juill., art. 30. (28) BOI-CTX-BF-30-10, n 1. (29) Cf. formulaire 2041-DRBF. (30) D. n , 18 juill. 2013, JO 20 juill., art. 1 er pris en application de la loi de finances rectificative pour 2012 (L. fin. rect. 2012, n , 29 déc. 2012, JO 30 déc.). 28 LES NOUVELLES FISCALES - N ER JUILLET 2014

6 buables, sauf à pouvoir considérer que les articles L. 190 et R* du LPF dans leur nouvelle rédaction seraient contraires aux principes du droit européen (31) Cela étant, le sort des contribuables qui ont exercé leur droit à restitution en 2012 pourrait être plus prospère. À la création du bouclier fiscal, le droit à restitution devait être exercé sous la forme d une demande de restitution qui constituait une réclamation contentieuse. La loi de finances pour 2009 (32) a mis en place une nouvelle modalité d exercice de ce droit à restitution avec la possibilité d autoliquider la créance qui en est issue, dite procédure «d autoliquidation du plafonnement». Cette procédure seule doit être utilisée pour imputer la créance issue du droit à restitution né pour la dernière fois en Pour cela, il convient de déposer un formulaire 2041-DRBF auprès du service compétent. Or, en application de l article A, 9, alinéa 6 du CGI, les documents déposés à l appui des imputations pratiquées constituent des déclarations soumises aux mêmes règles de contrôle et de prescription que celles prévues en matière d impôt sur le revenu, même lorsque les revenus pris en compte pour la déter- mination du plafonnement sont issus d une période prescrite (33). La doctrine administrative précise encore que le délai de reprise s exerce jusqu au 31 décembre de la troisième année qui suit celle au titre de laquelle le droit a été acquis. Pour sa part, le délai de réclamation expire le 31 décembre de la deuxième année suivant le même point de départ, c est-à-dire au 31 décembre Par conséquent, les contribuables qui disposent ou disposaient d une créance de bouclier afférente à 2012 peuvent la majorer des retenues à la source étrangères qui en étaient exclues jusqu à présent (34). En conclusion, le dispositif moribond du bouclier fiscal déterré par l affaire «Bouanich» pourrait s avérer plus vivace qu escompté. (31) Ce sujet avait été examiné par la CJUE sous l empire de l ancienne rédaction de l article L. 190 du LPF qui avait été validée, cf. CJCE, 28 nov. 2000, aff. C-88/99, Roquette Frères. Pour autant, il n est pas certain que cette analyse demeurerait identique au vu des modifications opérées par la loi de finances rectificative pour 2012 (L. fin. rect. 2012, n , 29 déc. 2012, JO 30 déc.) et la loi relative à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière (L. n , 6 déc. 2013, JO 7 déc.). (32) L. fin. 2009, n , 27 déc. 2008, JO 28 déc., art. 38. (33) BOI-CTX-BF , n 80. (34) Cf. également en ce sens D. Gutmann, Les Échos, 21 mars LES NOUVELLES FISCALES - N ER JUILLET

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 373858 ECLI:FR:CESSR:2015:373858.20150605 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 9ème / 10ème SSR M. Julien Anfruns, rapporteur Mme Emilie Bokdam-Tognetti, rapporteur public SCP ORTSCHEIDT,

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS DIRECTES EN FONCTION DU REVENU («BOUCLIER FISCAL»). ABROGATION DU DROIT A RESTITUTION.

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015 Avocat spécialiste en Droit Fiscal ed@donorio.com - www.donorio.com Membre ANACOFI-CIF N E001954 La législation française relative à l assujettissement

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 56 DU 4 JUIN 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-3-09 INSTRUCTION DU 2 JUIN 2009 PLAFONNEMENT DES IMPOSITIONS DIRECTES EN FONCTION DU REVENU. AUTOLIQUIDATION

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés?

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Les salariés, de plus en plus nombreux, accomplissant des carrières internationales et ayant bénéficiés

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 8 novembre 2006 -

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 8 novembre 2006 - Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 8 novembre 2006 - Rôle n 1997/FR/345 - Exercices d'imposition 1993 et 1994 Arrêt Avocats: Maître André Bailleux - pour les requérants Maître Olivier Slusny - pour l

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT SUR LE REVENU. CONSEQUENCES DE L ABROGATION DU COMPTE EPARGNE CODEVELOPPEMENT. COMMENTAIRES

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00628 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président M. Patrick Minne, rapporteur M. Marjanovic, rapporteur public SELARL ALAIN SARRAZIN,

Plus en détail

INTRODUCTION Nouvelle Loi

INTRODUCTION Nouvelle Loi INTRODUCTION Suite à une série de contentieux au sujet de la légalité de la cotisation annuelle à la Chambre de Commerce, le gouvernement luxembourgeois avait proposé un nouveau cadre législatif relatif,

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-1-06 N 4 du 12 JANVIER 2006 MESURES DE TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE 2003/48/CE DU CONSEIL DU 3 JUIN 2003 EN MATIERE DE FISCALITE DES REVENUS

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

La liberté de circulation vue par le traite de l union européenne

La liberté de circulation vue par le traite de l union européenne Revirement de jurisprudence??? La taxation forfaitaire de l article 164C CGI est contraire à la liberté de circulation des capitaux L arrêt Kramer du 26 décembre 2013 Les faits M. et Mme B...A..., de nationalité

Plus en détail

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale 1 ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Le présent accord précise les modalités d application du 2 du

Plus en détail

Numéro du rôle : 5721. Arrêt n 182/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5721. Arrêt n 182/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5721 Arrêt n 182/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à la loi du 12 avril 1985 «chargeant le Fonds d indemnisation des travailleurs licenciés

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS PATRIMOINE L ASSURANCE DECES EN GARANTIE D EMPRUNTS PROFESSIONNELS OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS Il faut constater aujourd hui, qu il est pratiquement

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992 Affaire C-204/90 Hanns-Martin Bachmann contre État belge 1. Par arrêt du 28 juin 1990, parvenu à la Cour le 5 juillet suivant, la Cour de cassation de Belgique a

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 29395/09 SOCIÉTÉ CRT FRANCE INTERNATIONAL contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 3 mars 2015 en une chambre composée

Plus en détail

2. Dans quel délai le déficit indiciaire doit-il être imposé?

2. Dans quel délai le déficit indiciaire doit-il être imposé? 2. Dans quel délai le déficit indiciaire doit-il être imposé? Lorsque l administration décide de procéder à un contrôle fiscal, elle doit respecter les règles prévues par le Code des impôts sur les revenus

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

1. Calculer la déduction absence pour l employeur

1. Calculer la déduction absence pour l employeur 1. Calculer la déduction absence pour l employeur Lorsque le salarié est en maladie, et comme pour toute suspension du contrat de travail, vous aurez d abord pour tâche de «déduire» l absence en question

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Rapport présenté par Mr. Christian Eckert (AN) Projet de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Article 16

Rapport présenté par Mr. Christian Eckert (AN) Projet de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Article 16 Rapport présenté par Mr. Christian Eckert (AN) Projet de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Article 16 Précisions des modalités d imposition en cas de transfert de siège ou d établissement

Plus en détail

COM (2015) 148 final

COM (2015) 148 final COM (2015) 148 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 avril 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-4-08 N 56 du 27 MAI 2008 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE ASSIETTE DE L IMPOT PRESTATION COMPENSATOIRE EN CAS DE DIVORCE VERSEE

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97 Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt 1. Par ordonnance du 27 octobre 1997, parvenue à la Cour le 17 novembre suivant, le Finanzgericht

Plus en détail

Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt?

Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt? Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt? La Loi de Finances pour 2013 a introduit de nombreuses modifications concernant l ISF : le barème d imposition a été entièrement repensé,

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Texte n DGI 2010/24 Note commune N 17 / 2010 RESUME

Texte n DGI 2010/24 Note commune N 17 / 2010 RESUME BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2010/24 Note commune N 17 / 2010 Objet : Commentaire des dispositions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 C-3-07 N 69 du 14 MAI 2007 IMPOT SUR LE REVENU. ABROGATION DU DISPOSITIF DE DEDUCTION DU REVENU NET GLOBAL DES PERTES SUR TITRES DE SOCIETES

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 SOCIETE CREDIT LYONNAIS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ)

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) Q1 Qu est ce que la cotisation supplémentaire sur des revenus mobiliers? Q2 Qui est soumis à la cotisation supplémentaire sur des revenus mobiliers? Q3 Comment est perçue la cotisation

Plus en détail

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES QUATRIEME CHAMBRE PREMIERE SECTION ----- Arrêt n 50244 COMMUNE DE STAINS (SEINE-SAINT-DENIS) Appel d un jugement de la chambre régionale des comptes d Île-de-France Rapport n 2007-721-0

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/08/2014 Cour administrative d appel de Bordeaux N 12BX03223 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre (formation à 3) Mme MARRACO, président M. Jean-Pierre VALEINS, rapporteur M. KATZ, rapporteur public

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET A PREVENIR

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DECLARATION n 2041-GL

NOTICE POUR REMPLIR LA DECLARATION n 2041-GL N 2041-GL-NOT (2012) N 50565#12 NOTICE POUR REMPLIR LA DECLARATION n 2041-GL Transfert du domicile fiscal hors de France avant le 1 er janvier 2005 : Plus-values mobilières - Expiration du sursis de paiement

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 Timing de la réunion 1. Tour de table 2. Présentation 3. Questions 4. Une clôture conviviale 2 Sommaire 1. Quels avantages

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur Lettre d'information - Janvier 2008 ENTREPRISES 1. LUXEMBOURG - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole 2. UE - FRANCE - Procédure en manquement - Taxation de l'électricité et de l'énergie

Plus en détail

Dans cette affaire, la société

Dans cette affaire, la société Transfert de siège et apport partiel d actif transfrontalier : la portée de l arrêt «DMC» Dans un arrêt «DMC Beteiligungsgesellschaft mbh» du 23 janvier 2014, mettant en cause la règlementation allemande,

Plus en détail

1 ) la décharge des retenues à la source prélevées au titre des années 2004 et 2005 ;

1 ) la décharge des retenues à la source prélevées au titre des années 2004 et 2005 ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0709782 SOCIETE SANTANDER ASSET MANAGEMENT SGIIC SA au nom du FIM Santander Top 25 Euro Fi M. Le Goff Président-rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale

Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale 2. FRANCE - Contentieux - Association sans but lucratif 3. UNION EUROPEENNE - Liberté d établissement

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 259385 Publié au recueil Lebon 1ère et 6ème sous-sections réunies Mme Hagelsteen, président Mlle Anne Courrèges, rapporteur M. Devys, commissaire du gouvernement SCP WAQUET, FARGE, HAZAN,

Plus en détail

L'IMPOSITION DES PLUS VALUES LATENTES SUR LES VALEURS MOBILIERES L'EXIT TAX

L'IMPOSITION DES PLUS VALUES LATENTES SUR LES VALEURS MOBILIERES L'EXIT TAX RevueMaster2OFIS Décembre2012 L'IMPOSITIONDESPLUS VALUESLATENTESSURLES VALEURSMOBILIERES L'EXITTAX Lecontextedecrisefinancièreetéconomiqueaincitébeaucoupdefrançaisàs expatrier ces dernières années et la

Plus en détail

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges Décision de la Chambre de Résolution des Litiges ayant siégé le 30 mai 2006, à Zurich, Suisse dans la composition suivante: Slim Aloulou (Tunisie), Président Gerardo Movilla (Espagne), membre John Didulica

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

COMMENTARY. Résumé JONES DAY

COMMENTARY. Résumé JONES DAY Mars 2008 JONES DAY COMMENTARY La Réforme du Régime de la Taxe de 3% Conformément aux articles 990 D à 990 H du code général des impôts ( CGI ), toutes les entités, françaises ou étrangères qui, directement

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Impôt sur le revenu Législation visant à éviter les doubles impositions Imposition des revenus immobiliers perçus dans un État

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, FINANCEMENT MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale _ Sous-direction

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-INT-CVB-USA-10-20-40-20120912 DGFIP INT - Convention fiscale entre la France

Plus en détail

ELECTRICITE DE STRASBOURG ASSEMBLEE GENERALE MIXTE AVIS DE REUNION

ELECTRICITE DE STRASBOURG ASSEMBLEE GENERALE MIXTE AVIS DE REUNION ELECTRICITE DE STRASBOURG Société Anonyme au capital de 71 090 040 Siège social : 26, Boulevard du Président Wilson 67000 STRASBOURG 558 501 912 R.C.S STRASBOURG ASSEMBLEE GENERALE MIXTE AVIS DE REUNION

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 Lettre d Information Juridique et Fiscale 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 1. DROIT DES SOCIETES/ DROIT BOURSIER Sort de la clause de garantie de passif en cas de fusion absorption : Toute convention

Plus en détail