«Le plafonnement de l ISF»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Le plafonnement de l ISF»"

Transcription

1 «Le plafonnement de l ISF» IACF - Paris, le 17 décembre 2014 Philippe Baillot Professeur-Associé à Paris 2 - Adhérent IACF Philippe Rochmann Avocat conseil fiscal, Adhérent IACF 1

2 I. Un impôt très politique, assorti de plusieurs dispositifs successifs de «plafonnement» II. III. IV. Principe et mécanisme du plafonnement actuel Examen approfondi des éléments à retenir pour le calcul du plafonnement, problématiques rencontrées Stratégie d optimisation de l ISF permises par le dispositif de plafonnement 2

3 Un impôt très politique 3

4 I. Un impôt très politique, assorti de plusieurs dispositifs successifs de «plafonnement» 1. Un impôt très politique : l IGF 2. Un impôt renaissant de ses cendres: l ISF 3. Un plafonnement à géométrie (très) variable 4. Un enjeu très concentré 4

5 1. Un impôt très politique: l IGF Un impôt sur le capital: la 34 e des 110 propositions de François Mitterand Dans la logique des Physiocrates : Contraindre à l optimisation du capital comme bien rare Un taux initial de 1,5 % «cohérent» avec le rendement de l épargne (OAT 10 ans : 17,2%, en 1981) 5

6 Le barème de 1982 Loi de finances pour 1982 n du 30 décembre 1981 FRACTION DE LA VALEUR NETTE TAXABLE DU PATRIMOINE TAUX APPLICABLE N excédant pas F 0 % Comprise entre 3 et F 0,5 % Comprise entre 5 et F 1 % Supérieure à F 1,5 % Pour mémoire: F (1982) => (2014) 6

7 Une baisse continue des taux ISF / OAT Un taux initial (1982) cohérent : 1,5% contre 17,2% de rendement pour l OAT à 10 ans Un taux (2014) «confiscatoire» : 1,5% contre 1% de rendement pour l OAT à 10 ans 7

8 Une prime à l expatriation au bénéfice des deux libertés européennes : mouvements des capitaux et des personnes Des pistes de «solution» L introduction d un plafonnement L adoption d un taux cohérent (0,25 à 0,50%), avec le rendement actuel d un capital (dit) sans risque, et non plus exclusivement symbolique 8

9 Un taux ISF trop élevé Un cercle vicieux L ISF est l illustration des maux de la fiscalité française Conduit à l adoption d une contrainte constitutionnelle : le plafonnement La technique de la capitalisation permet de supprimer toute progressivité de l impôt 9

10 Problématique de l équité et de l acceptabilité de l impôt Recours réitérés de l Administration Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?! La doctrine administrative est sanctionné par 4 fois par : - le Conseil d Etat; - le Conseil Constitutionnel 10

11 I. Un impôt très politique, assorti de plusieurs dispositifs successifs de «plafonnement» 1. Un impôt très politique : l IGF 2. Un impôt renaissant de ses cendres: l ISF 3. Un plafonnement à géométrie (très) variable 4. Un enjeu très concentré 11

12 2. Un impôt renaissant de ses cendres Une suppression de l IGF de 1986 à 1988 Une réintroduction au lendemain de la réélection de François Mitterand Conformément aux termes de la «Lettre à tous les français» Assorti d un plafonnement dit «Rocard» (1) à 70% de l ensemble du revenu porté à 85% par la loi de finances pour 1991 (2) (plafonnement dit «Bérégovoy») (1) Article 26 de la loi de finances pour 1989 (Loi n du 23 décembre 1988) (2) Loi du 29 décembre

13 Un plafonnement du plafonnement (1/2) La loi de finances pour 1996* introduit un mécanisme limitant la réduction d ISF résultant du plafonnement «Bérégovoy» à 50% du montant de la cotisation d ISF à acquitter pour les patrimoines dépassant la troisième tranche du barème, soient alors 14,9 millions de francs (ou en 2013) * Article 6 de la loi n du 30 décembre

14 Un plafonnement du plafonnement (2/2) L objectif annoncé était (déjà) de contrecarrer la pratique de contribuables investissant exclusivement en produits de capitalisation. Une erreur avouée par son auteur! Le rendement annoncé s élevait à 370 millions (soit 0,002% du budget) l imposition pouvait dépasser 100% du revenu disponible «La tentation de Bruxelles» 14

15 Un plafonnement du plafonnement autorisé (1/2) Le Conseil constitutionnel a jugé, dans sa décision n DC du 16 août 2007, que «l exigence résultant de l article 13 de la Déclaration de 1789 ne serait pas respectée si l impôt revêtait un caractère confiscatoire ou faisait peser sur une catégorie de contribuables une charge excessive au regard de leurs facultés contributives»15. Le caractère confiscatoire d une imposition est à rechercher au regard des caractéristiques de cette dernière. L ISF n étant pas un impôt sur le revenu, il convient de prendre en considération, au premier chef, le patrimoine de l assujetti pour examiner si l imposition en question présente un caractère confiscatoire. Le plafonnement de l ISF pouvait conduire certains contribuables à aménager leur situation en privilégiant des placements qui ne procurent aucun revenu imposable. Le législateur a donc souhaité limiter l avantage que ces derniers pouvaient tirer du plafonnement de l ISF. cf Décision n QPC du 11 février

16 Le Conseil constitutionnel a considéré qu il était loisible au législateur de prévoir une limitation de ce plafonnement. Il a donc rejeté le grief tiré de la méconnaissance de l article 13 de la Déclaration de 1789 Enfin le Conseil constitutionnel a jugé que les dispositions contestées ne portaient pas davantage atteinte au droit de propriété. 16

17 I. Un impôt très politique, assorti de plusieurs dispositifs successifs de «plafonnement» 1. Un impôt très politique : l IGF 2. Un impôt renaissant de ses cendres: l ISF 3. Un plafonnement à géométrie (très) variable 4. Un enjeu très concentré 17

18 Un plafonnement à géométrie très variable (1/3) Un «bouclier fiscal» (très temporaire de 2007 à 2011!)* IR + ISF + CS + IL RP RP 50 % des Revenus Une démonstration caricaturale du «vibrionnisme» du législateur fiscal Un principe, coulé dans le marbre de l article 1 er du CGI, adopté et supprimé en moins de 5 ans par une majorité «constante». * A 60 puis 50 %, avec puis sans la CSG 18

19 Un plafonnement à géométrie très variable (2/3) Une année 2012 exceptionnellement riche T1 Un ISF minoré < 0,25% < 0,50% T2 Une contribution exceptionnelle «libérée» de tout plafonnement Une opportunité constitutionnelle T3 Un ISF «restauré» dès le 1 er janvier

20 Un plafonnement à géométrie très variable (3/3) Décision du Conseil constitutionnel du 9 août 2012 Une contribution exceptionnelle peut ne pas être plafonnée ( a contrario ): «Considérant, toutefois, que la loi de finances rectificative contestée met en œuvre, en cours d année, de nouvelles orientations fiscales qui incluent, de manière non renouvelable, la création d une contribution exceptionnelle sur la fortune exigible au titre de la seule année 2012 ; que cette contribution est établie après déduction de l impôt de solidarité sur la fortune dû au titre de l année 2012 ; qu est déduit le montant brut de cet impôt sans remettre en cause les réductions imputées par le contribuable sur l impôt de solidarité sur la fortune: qu en outre, le droit à restitution acquis en application des articles 1 er et A du code général des impôts au titre des impositions afférentes aux revenus réalisés en 2010, en s imputant sur l impôt de solidarité sur la fortune dû au titre de l année 2012 pour les contribuables redevables de cet impôt, produit ses effets sur la cotisation d impôt de solidarité sur la fortune due en 2012; que, dans ces conditions, la rupture de l égalité devant les charges publiques qui découle de l absence de dispositif de plafonnement ou produisant des effets équivalents ne doit pas conduire à juger cette contribution exceptionnelle contraire à la Constitution.» N DC du 9 août 2012 L affirmation de la valeur constitutionnelle du plafonnement 20

21 I. Un impôt très politique, assorti de plusieurs dispositifs successifs de «plafonnement» 1. Un impôt très politique : l IGF 2. Un impôt renaissant de ses cendres: l ISF 3. Un plafonnement à géométrie (très) variable 4. Un enjeu très concentré 21

22 Un enjeu très concentré 7630 contribuables ont pu plafonner leur ISF (soit environ 2% des assujettis) coût budgétaire du plafonnement : 730 millions d euros (pour un rendement de l ISF de 5,3 milliards) 2/3 des bénéficiaires disposent d un patrimoine supérieur à 5 millions Un tiers déclare des actifs supérieurs à 10 millions 22

23 23

24 I. Un impôt très politique, assorti de plusieurs dispositifs successifs de «plafonnement» II. III. IV. Principe et mécanisme du plafonnement actuel Examen approfondi des éléments à retenir pour le calcul du plafonnement, problématiques rencontrées Stratégie d optimisation de l ISF permises par le dispositif de plafonnement 24

25 Principe (1/2) A moins que la suppression de l ISF, annoncée par plusieurs candidats à la présidentielle de 2017, ne se concrétise, le dispositif de plafonnement nous semble devoir être pérenne. 25

26 Principe (2/2) Il appartient au redevable de calculer lui-même le montant du plafonnement et de le reporter sur sa déclaration, y compris lorsqu il n a pas à souscrire de déclaration d ISF et reporte simplement le montant de son patrimoine sur sa déclaration de revenus complémentaire. 26

27 Mécanisme : Revenus servant au calcul du plafonnement (1/3) Revenus mondiaux (plus-values incluses), nets de frais professionnels, de l année précédente, après déduction des seuls déficits catégoriels dont l imputation est autorisée pour l impôt sur le revenu ; Produits soumis à un prélèvement libératoire de l impôt sur le revenu réalisés, en France ou hors de France, au cours de l année précédant l année d imposition à l ISF. + Revenus exonérés d impôt sur le revenu réalisés en France ou hors de France au cours de l année précédant l année de l imposition à l ISF 27

28 Mécanisme : Revenus servant au calcul du plafonnement (2/3) Les revenus réalisés, imposables ou exonérés, s entendent de ceux pour lesquels un fait générateur d imposition est intervenu au cours de l année précédente (cession pour les plus-values, encaissement pour les revenus ou, pour les produits financiers, inscription en compte, retrait, rachat, dénouement, ou clôture d un contrat, d un compte ou d un plan). Sont pris en compte les revenus et produits des membres du foyer fiscal qui sont soumis à une imposition commune au titre de l ISF, et non pas de l IR. 28

29 Mécanisme : Revenus servant au calcul du plafonnement (3/3) Les plus-values ainsi que tous les revenus sont déterminés sans considération des exonérations, des seuils, réductions et abattements prévus par le CGI (à l exception de ceux représentatifs de frais professionnels) Les plus-values placées en report ou en sursis sont prises en compte l année d expiration du report ou du sursis. 29

30 Exemple : revenus fonciers Année n : Déficit foncier Déficit foncier imputable sur le revenu global Déficit foncier reportable => montant retenu dans le plafonnement en année n : Année (n+1) : Bénéfice foncier Report imputable...<9.300> Bénéfice foncier imposable => Montant à retenir dans le plafonnement en année (n+1) :

31 Exemple : plus et moins-values mobilières Année n : Moins-value => montant retenu dans le plafonnement en année n : 0 Année (n+1) : Plus-value Abattement de 65%...< > Plus-value après abattement Moins-value reportable..300 Somme imposable aux contributions sociales => Montant à retenir dans le plafonnement en année (n+1) : [ ] =

32 Mécanisme : impôts à ajouter à l ISF (1/3) Il s agit des impôts dus en France et à l étranger au titre des revenus et produits de l année précédant celle de l exigibilité de l ISF, calculés avant imputation des seuls crédits d impôt représentatifs d une imposition acquittée à l étranger et des retenues non libératoires. 32

33 Mécanisme : impôts à ajouter à l ISF (2/3) Sont pris en compte les impôts dus à raison de l ensemble des revenus des membres du foyer fiscal qui sont soumis à une imposition commune au titre de l ISF. En revanche, dans la mesure où ne sont pas pris en compte les revenus des personnes dont les biens n entrent pas dans les bases de l ISF du contribuable (enfant majeur rattaché, conjoint décédé au cours de l année précédant celle de l exigibilité de l ISF), l impôt sur le revenu du contribuable est réduit suivant le pourcentage que représente le revenu de ces personnes par rapport au revenu total. 33

34 Exemple Monsieur et Madame X ont perçu en 2014 un salaire de 46 chacun. Ils choisissent de rattacher leur fils, majeur, qui a perçu 8 au titre d indemnités de stage. Le foyer ne dispose pas d autres revenus et l impôt correspondant au revenu de 100 s élève à 20. ISF 2015 avant plafonnement IR à retenir pour le calcul du plafonnement 20 x (100-8) % = 18,4 Revenus à retenir pour le calcul du plafonnement % des revenus..75% x 92 = 69 Plafonnement..179,4 ISF dû après plafonnement...50,6 34

35 Mécanisme : impôts à ajouter à l ISF (3/3) Ainsi, il y a lieu d ajouter à l ISF : l impôt sur le revenu, calculé non seulement d après le barème mais aussi à un taux proportionnel; les prélèvements et contributions additionnels à l impôt sur le revenu (prélèvements sociaux, contribution exceptionnelle sur les hauts revenus ); les prélèvements libératoire de l IR; mais aussi : la taxe sur les métaux précieux, bijoux, objets d arts, de collection ou d antiquité; la taxe sur certaines plus-values immobilières élevées; les taxes sur les cessions de terrains devenus constructibles; la taxe «Grenelle II» (taxe sur le produit de la valorisation des terrains nus et des immeubles bâtis). 35

36 36

37 I. Un impôt très politique, assorti de plusieurs dispositifs successifs de «plafonnement» II. Principe et mécanisme du plafonnement actuel III. Examen approfondi des éléments à retenir pour le calcul du plafonnement, problématiques rencontrées IV. Stratégie d optimisation de l ISF permises par le dispositif de plafonnement 37

38 Précisions relatives aux abattements Les traitements et salaires et les rémunérations de gérants majoritaires de SARL sont à retenir après l abattement de 10% (ou les frais professionnels réels) Les pensions et rentes viagères à titre gratuit sont retenues avant déduction de l abattement de 10% et les dividendes avant application de l abattement de 40% L appréciation du revenu global s effectue avant déduction, le cas échéant, des charges du revenu global de l abattement en faveur des personnes âgées ou invalides et de l abattement pour enfants mariés ou chargés de famille 38

39 Comment les déficits sont-ils pris en compte? Les déficits pris en compte sont ceux constatés au cours de l année précédente dans une catégorie de revenus et dont l imputation est autorisée sur le revenu global. Les déficits non déduits au titre de l année de leur réalisation sont retenus pour le plafonnement au titre de l année de leur imputation pour le calcul de l impôt sur le revenu du redevable. 39

40 Prise en compte des revenus non disponibles soumis à PS? L administration estime que doivent être pris en compte les intérêts et primes d épargne des plans d épargne logement pour leur montant soumis aux prélèvements sociaux (en pratique, PEL ouverts à compter du 1 er mars 2011). opportunité de réclamation contentieuse? Elle considérait en effet également que devait être retenu, pour leur montant soumis aux prélèvements sociaux, les revenus des bons ou contrats de capitalisation et placement de même nature, notamment les contrats d assurance-vie. mais cette doctrine a été annulée par le Conseil d Etat (CE 20/12/2013 n 37157, , ) ; l article 13 de la loi du 29 décembre 2013 qui reprenait les termes de ladite doctrine ayant quant à lui été censuré par le Conseil Constitutionnel (décision DC du 29/12/2013), qui considérait qu elle méconnaissait «l exigence de prise en compte des facultés contributives» du contribuable. 40

41 Non prise en compte des impôts locaux Il est uniquement tenu compte dans le calcul du plafonnement des impôts réglés «au titre des revenus et produits» Ne sont ainsi pas prises en compte, notamment, les taxes foncière et d habitation. Position validée par la décision du Conseil Constitutionnel du 29 décembre On observera toutefois que ces taxes sont pourtant assises sur la valeur locative des biens 41

42 Prise en compte des impôts acquittés à l étranger Non prise en compte des cotisations d IR exigibles à l étranger qui constituent un crédit d impôt imputable sur l impôt français, ni des retenues non libératoires. Dans sa réponse à une question sur la compatibilité avec le droit de l UE du dispositif de bouclier fiscal, la CJUE avait estimé que le fait de ne pas prendre en compte pour le calcul du bouclier l impôt payé en Suède à raison de dividendes de source suédoise perçus par un résident français et alors que la convention fiscale franco-suédoise ouvrait droit, pour le calcul de l impôt dû en France, au bénéfice d un crédit d impôt égal au montant de l impôt acquitté en Suède, constituait une restriction à la libre circulation des capitaux et à la liberté d établissement qui ne saurait être justifiée ni par la nécessité d assurer la cohérence du système fiscal national, ni par la nécessité de sauvegarder la répartition du pouvoir d imposition entre les Etats membres. Même raisonnement applicable dans le cadre du dispositif du plafonnement? 42

43 Prise en compte des impôts acquittés à l étranger Exemple Revenus (n-1) Salaires : 200 Dividendes étrangers : 100 RAS acquittées à l étranger : 30 Crédit d impôt en France sur les dividendes étrangers : 17,7 IR payé en France 90 Revenus à prendre en compte pour le plafonnement : = 300 Impôts à prendre en compte pour les besoins du plafonnement : =

44 Impositions acquittées par une personne n appartenant pas au foyer fiscal du contribuable Dans l arrêt Morel du 19 février 2013, la Cour administrative d appel de Versailles a jugé que le droit à restitution au titre du «bouclier fiscal» doit être calculé en tenant compte de l ensemble des impositions dont le paiement est bien intervenu, y compris celles qui ont été payées par une personne n appartenant pas au foyer fiscal du contribuable (au cas d espèce, sa mère); Cette solution nous apparaît transposable au plafonnement de l ISF. 44

45 Prise en compte des revenus versés par l Union Européenne à ses fonctionnaires et agents? Dans un arrêt du 19 janvier 2010, la Cour de Cassation, après avoir rappelé le principe de primauté du droit communautaire sur le droit interne, a estimé que déterminer le montant plafonné de la cotisation d ISF en tenant compte des revenus versés par l UE grevait indirectement ces revenus, en contradiction avec le droit de l UE. Cette position nous apparaît rester tout à fait applicable dans le cadre du dispositif actuel de plafonnement. 45

46 Réductions d impôt inutiles en cas de plafonnement : un exemple ISF 284 réduction d ISF..<0> IR / CS 57 total..341 ISF 284 réduction d ISF.<24> IR / CS 57 total..317 revenus % des revenus 90 revenus % des revenus 90 Plafonnement Plafonnement ISF dû..33 ISF dû..33 Inutilité des réductions d impôt (ISF PME notamment) 46

47 Le cas des redressements Redressement des revenus 2012 payé en 2014 l administration peut redresser le plafonnement de l ISF 2013 L impôt payé en 2014 peut-il être utilisé pour plafonner l ISF 2015 ou celui de 2013? Art 885 V bis : «impôts dus [ ] au titre des revenus de l année précédente»

48 I. Un impôt très politique, assorti de plusieurs dispositifs successifs de «plafonnement» II. III. Principe et mécanisme du plafonnement actuel Examen approfondi des éléments à retenir pour le calcul du plafonnement, problématiques rencontrées IV. Stratégie d optimisation de l ISF permises par le dispositif de plafonnement 48

49 I. Stratégie d optimisation de l ISF permises par le dispositif de plafonnement 1. Assurance vie et contrats de capitalisation 2. Société civile à l impôt sur les sociétés 49

50 Stratégie d optimisation de l ISF permises par le dispositif de plafonnement A. Assurance vie et contrats de capitalisation 1. La fiscalité de la détention 2. L optimisation du plafonnement 50

51 Assurance vie et contrat de capitalisation 1. La fiscalité de la détention i. Des arbitrages en suspension d imposition pour les multi supports ii Des fonds en euros assujettis 51

52 Une traditionnelle adaptabilité en suspension d imposition La capitalisation en suspension des prélèvements fiscaux (voire (!) sociaux) UNE ADAPTABILITE CONSTANTE en suspension de tout prélèvement fiscal ou social UN OUTIL PRIVILEGIE pour bénéficier du plafonnement de l ISF* Par suite, de la propriété des actifs par la compagnie d assurance * Loi n du 29 décembre 2012 et Décision constitutionnelle n DC du 29 décembre

53 Une traditionnelle adaptabilité en suspension d imposition Une enveloppe d épargne longue, incomparable, pour tous les épargnants conscients de la nécessité d optimiser la gestion de leur épargne au regard : de leurs évolutions personnelles Changement de leurs horizons de placement Évolution de leur aversion au risque de changements de phases économiques À l image d aujourd hui, de l évolution de la courbe des taux longs. 53

54 Assurance vie et contrats de capitalisation 1. La fiscalité de la détention i. Des arbitrages en suspension d imposition pour les multi supports ii i Des seuls fonds en euros assujettis 54

55 Assurance vie et contrat de capitalisation Pour les monosupports en euros Une capitalisation en suspension d impôt (contra CSG) Une intégration des produits annuels dans les revenus à prendre en compte pour le «bouclier fiscal» (article 74 de la loi de finances pour 2006 : art O A 6 du CGI Décision, non significative, n DC du 29 décembre 2005) 4 ans 8 ans Produits : assujettis à la CSG assimilés à un revenu au sens du «bouclier fiscal» 35 % 15 % 7,5 % 55

56 Assurance vie et contrats de capitalisation Conformément aux termes de la loi 1, l instruction fiscale 2 pose, pour les contrats en euros : «Les revenus des bons ou contrats de capitalisation et d assurance vie, AUTRES QUE CEUX EN UNITÉS DE COMPTES, sont considérés, pour la détermination du droit à restitution, comme réalisés à la date de leur inscription en compte». 1 6 de l'article 1649-O A du CGI susvisé. 2 Instruction du 26 août 2008 n 33 (BOI 13 A-1-08) 56

57 Assurance vie et contrat de capitalisation Première pulsion de l administration fiscale L instruction 13 A-I-08 BOI n 83 du 26 août 2008 visant à assimiler à des contrats mono support en euro des contrats multi supports Recours pour excès de pouvoir. 57

58 Assurance vie et contrat de capitalisation Une nouvelle pulsion de l administration fiscale Arrêt du Conseil d Etat 8 ème et 3 ème ss-sect. sect. Réunies, 13 janv n «Considérant que, pour l application des dispositions du 6 de l article A du code général des impôts, si le revenu retiré d un contrat mono-support, définitivement acquis au titulaire du contrat à la date de son inscription en compte chaque année, est réalisé à cette date, les revenus correspondant aux produits générés par le fonds en euros d un contrat multi-supports ne peuvent être regardés comme ayant ce caractère dès lors que le titulaire du contrat dispose de la faculté, inexistante dans le cadre d un contrat mono- support, de procéder à un arbitrage entre les diverses unités de compte ou entre les unités de compte et le fonds en euros de son contrat et que, par suite, ces produits ne sont pas définitivement acquis, alors même qu ils sont inscrits en compte, dans la mesure où ils sont susceptibles d être réinvestis par le souscripteur vers des supports en unités de compte et en subir les fluctuations ( )». des contrats multi-supports «privilégiés» 58

59 1 er er exemple Un «revenu» non acquis incertain pour les produits des fonds euros des contrats multisupports Mais : Un arbitrage décidé par le contribuable/souscripteur-assuré assuré 59

60 2 ème ème exemple Une souscription 50 % en Fonds en uros 50 % en Unités de Compte En l absence de toute action du contribuable 60

61 Assurance vie et contrats de capitalisation A. Assurance vie et contrat de capitalisation 1. La fiscalité de la détention 2. L optimisation du plafonnement 61

62 Assurance vie et contrats de capitalisation 2. L optimisation du plafonnement i. L exemple d «Un paradis sur Seine» ii Une grande sécurité juridique 62

63 Assurance vie et contrats de capitalisation Un patrimoine de 100 millions d euros 20 millions d immobilier d usage 10 millions un hôtel particulier à Paris 5 millions un mas dans les Alpilles 5 millions un chalet à Val d Isère 80 millions en assurance vie Dépenses annuelles à financer 1 million d euros 63

64 L assurance vie est souscrite en 80 contrats (en UC, exempts de tout fonds en uros) C 1 C 2 Actions US Grandes Capitalisations Actions US Technologies C 10 C 20 C 40 Actions Européennes Grandes Capitalisations Actions Coréennes Obligations en euros C 80 Actions (petites capitalisations) 64

65 Chaque année, le train de vie est financé par le rachat d UN des 80 contrats : soit, en perte; soit, ayant dégagé des «produits» symboliques. Revenu = 0 uro ISF + IL RP + PS = 0 uro RP Dans le même temps, globalement, le patrimoine a «dû» s accroître Certains contrats peuvent être investis en uros (< 80 %) Le Luxembourg sur Seine... 65

66 Assurance vie et contrats de capitalisation 2. L optimisation du plafonnement i. L exemple d «Un paradis sur Seine» ii i Une grande sécurité juridique Le principe d un plafonnement Deux vagues d assaut à l encontre de l assurance- vie brisées par le Conseil d Etat et le Conseil Constitutionnel 66

67 Une optimisation du plafonnement de 75 % Des attaques à répétition de l Administration fiscale Visant à assurer l équité entre les contribuables (indépendamment de leur capacité à gérer la perception de leurs revenus) Sanctionnées à 4 reprises par : le Conseil d État, et le Conseil Constitutionnel. 67

68 La validité du principe d un plafonnement Loi de Finances pour 2013 Le Conseil Constitutionnel* a posé la nécessité d un mécanisme de plafonnement** lors de sa saisine sur la contribution exceptionnelle sur la fortune. * N DC du 9 août 2012 ** Cf. O. Fouquet «Le Conseil Constitutionnel et l ISF» FR 39/12 p

69 Une optimisation du plafonnement de 75 % Décision du Conseil Constitutionnel du 9 août 2012* «Considérant, en troisième lieu, que, pour ne pas entraîner de rupture caractérisée de l'égalité devant les charges publiques, le législateur a, depuis la création de l'impôt de solidarité sur la fortune par la loi du 23 décembre 1988 susvisée, inclus dans le régime de celui-ci des règles de plafonnement qui ne procèdent pas d'un calcul impôt par impôt et qui limitent la somme de l'impôt de solidarité sur la fortune et des impôts dus au titre des revenus et produits de l'année précédente à une fraction totale des revenus nets de l'année précédente ; que, si, dans la loi du 29 juillet 2011 susvisée, le législateur a pu abroger, à compter de l'année 2012, l article 885 V bis du code général des impôts relatif au plafonnement de l'impôt de solidarité sur la fortune sans méconnaître la Constitution, c'est en raison de la forte baisse concomitante des taux de cet impôt ; que le législateur ne saurait établir un barème de l'impôt de solidarité sur la fortune tel que celui qui était en vigueur avant l'année 2012 sans l'assortir d'un dispositif de plafonnement ou produisant des effets équivalents destiné à éviter une rupture caractérisée de l'égalité devant les charges publiques.» * n DC du 9 août

70 Une optimisation du plafonnement de 75 % Décision du Conseil Constitutionnel du 9 août 2012* «la contribution exceptionnelle peut ne pas être plafonnée» : «Considérant, toutefois, que la loi de finances rectificative contestée met en œuvre, en cours d année, de nouvelles orientations fiscales qui incluent, de manière non renouvelable, la création d une contribution exceptionnelle sur la fortune exigible au titre de la seule année 2012 ; que cette contribution est établie après déduction de l impôt de solidarité sur la fortune dû au titre de l année 2012 ; qu est déduit le montant brut de cet impôt sans remettre en cause les réductions imputées par le contribuable sur l impôt de solidarité sur la fortune: qu en outre, le droit à restitution acquis en application des articles 1 er et A du code général des impôts au titre des impositions afférentes aux revenus réalisés en 2010, en s imputant sur l impôt de solidarité sur la fortune dû au titre de l année 2012 pour les contribuables redevables de cet impôt, produit ses effets sur la cotisation d impôt de solidarité sur la fortune due en 2012; que, dans ces conditions, la rupture de l égalité devant les charges publiques qui découle de l absence de dispositif de plafonnement ou produisant des effets équivalents ne doit pas conduire à juger cette contribution exceptionnelle contraire à la Constitution.» * n DC du 9 août

71 Une première vague d assaut en 2012 contre l assurance-vie Une nouvelle pulsion législative censurée 71

72 Une optimisation du plafonnement de 75 % Le nouvel article 885 V bis (modifié par la loi n du 29 décembre 2012 Art.13) Le projet prévoyait la prise en compte des revenus latents dans la définition des «revenus» du redevable : A l image : des intérêts des PEL; de la variation nette, constatée l année précédente, de la valeur de rachat des bons ou contrats de capitalisation et placements de même nature (assurance-vie); des produits capitalisés dans un Trust; des bénéfices distribuables des derniers exercices clos d une société soumise à l IS ET «patrimoniale» 72

73 Une optimisation du plafonnement de 75 % Mais décision du Conseil Constitutionnel du 29 décembre 2012*: «Considérant, toutefois, qu'en intégrant ainsi, dans le revenu du contribuable pour le calcul du plafonnement de l'impôt de solidarité sur la fortune et de la totalité des impôts dus au titre des revenus, des sommes qui ne correspondent pas à des bénéfices ou revenus que le contribuable a réalisés ou dont il a disposé au cours de la même année, LE LÉGISLATEUR A FONDÉ SON APPRÉCIATION SUR DES CRITÈRES QUI MÉCONNAISSENT L'EXIGENCE DE PRISE EN COMPTE DES FACULTÉS CONTRIBUTIVES ; que, par suite, les troisième à seizième alinéas du F du paragraphe I de l'article 13 doivent être déclarés contraires à la Constitution ; qu'il en va de même, au dix-septième alinéa de ce F, des mots : «, y compris celles mentionnées au 5 du II,» Les charmes préservés de l assurance vie * n DC du 29 décembre

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS DIRECTES EN FONCTION DU REVENU («BOUCLIER FISCAL»). ABROGATION DU DROIT A RESTITUTION.

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-483 QPC du 17 septembre 2015. M. Jean-Claude C.

Commentaire. Décision n 2015-483 QPC du 17 septembre 2015. M. Jean-Claude C. Commentaire Décision n 2015-483 QPC du 17 septembre 2015 M. Jean-Claude C. (Règles d assujettissement aux prélèvements sociaux des produits des contrats d assurance-vie «multi-supports») Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 L actualité fiscale de l assurance-vie par M. Leroy Assurance vie - fiscalité L actualité fiscale de l assurance

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012 Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 25 octobre 2012 Actualité fiscale post-électorale 1 LA FISCALITÉ DU PATRIMOINE - ISF ISF 2012 CE ISF

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013

SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 Les principales mesures de la loi de finances adoptée pour 2013 modifient la fiscalité personnelle et patrimoniale des personnes

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 Timing de la réunion 1. Tour de table 2. Présentation 3. Questions 4. Une clôture conviviale 2 Sommaire 1. Quels avantages

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013. Loi de finances rectificative pour 2013. Loi de finances pour 2014

Commentaire. Décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013. Loi de finances rectificative pour 2013. Loi de finances pour 2014 Commentaire Décision n 2013-684 DC du 29 décembre 2013 Loi de finances rectificative pour 2013 et Décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013 Loi de finances pour 2014 * Le projet de loi de finances rectificative

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012

Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012 Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012 La loi de finances pour 2013 et la loi de finances rectificative pour 2012 ont été définitivement

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision)

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Commentaire Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 6 novembre 2013 par le

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

EN BREF. Libressur Sélection Vie

EN BREF. Libressur Sélection Vie Libressur Sélection Vie Cherchez à faire fructifier votre capital en investissant à votre rythme tout en bénéficiant du cadre fiscal(1) avantageux de l assurance vie. EN BREF Libressur-Sélection Vie est

Plus en détail

Fructi-Sélection Vie EN BREF

Fructi-Sélection Vie EN BREF Fructi-Sélection Vie Constituez ou cherchez à valoriser un capital en investissant à votre rythme tout en bénéficiant du cadre fiscal spécifique(1) de l assurance vie. EN BREF Fructi-Sélection Vie est

Plus en détail

Les principes fondamentaux de l'assurance-vie

Les principes fondamentaux de l'assurance-vie Les principes fondamentaux de l'assurance-vie L assurance-vie est un contrat aux termes duquel l assureur s oblige envers le souscripteur moyennant une ou plusieurs prime(s), à verser au souscripteur lui-même

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

LE BOUCLIER FISCAL RAPPELS SUR L ISF

LE BOUCLIER FISCAL RAPPELS SUR L ISF LE BOUCLIER FISCAL RAPPELS SUR L ISF L impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est le dernier impôt à avoir été créé, lors de la loi de finances pour 1989 ; il succède alors à l Impôt sur les Grandes

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Cette lettre fiscale porte sur des mesures votées dans la 3 ème Loi de Finances Rectificative pour 2012 applicables à compter du 1er janvier 2014 prochain. Elle porte sur les nouvelles

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT SUR LE REVENU. CONSEQUENCES DE L ABROGATION DU COMPTE EPARGNE CODEVELOPPEMENT. COMMENTAIRES

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 321416 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 8ème et 3ème sous-sections réunies M. Vigouroux, président M. Nicolas Agnoux, rapporteur Mme Escaut Nathalie, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

La constitutionnalité du prélèvement exceptionnel sur la fortune

La constitutionnalité du prélèvement exceptionnel sur la fortune La constitutionnalité du prélèvement exceptionnel sur la fortune Décision n 2012-654 DC du 9 août 2012 CLIQUER L'article 4 de loi du 16 aout 2012 L article 4 : la contribution exceptionnelle sur la fortune

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Aperçu de la fiscalité française

Aperçu de la fiscalité française Aperçu de la fiscalité française AGENDA 1) Notion de domicile fiscal et de «résident» de France, 2) Principaux impôts français pour les «résidents» 3) Régime fiscal des retraités ONU et «institutions spécialisées»

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-1-08 N 83 du 26 AOÛT 2008 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS EN FONCTION DU REVENU. ABAISSEMENT DU SEUIL DE PLAFONNEMENT A 50

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Intervention de Pascal LABET Comité Directeur Confédéral 14 septembre 2011 Un effort de consolidation budgétaire qui passe par

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte NEWSLETTER 13 164 du 4 janvier 2014 Après nos commentaires consacrés à la loi de finances pour 2014, voici ceux qui

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Cas pratique de synthèse BOND

Cas pratique de synthèse BOND Cas pratique de synthèse BOND I. L impôt sur le revenu M. BOND Jean est chef d entreprise. Il détient 60% d une SA assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Marié, M. BOND

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 1 LOI DE FINANCES POUR 2012 & LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT L'ASSURANCE VIE PLACEMENT Une note de R i v i e r a F a m i l y O f f i c e Mise à jour : septembre 2004 Malgré les réformes de septembre 1997 et d octobre 1998, le cadre fiscal de l assurance vie demeure

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Les Webinaires Cortal Consors

Les Webinaires Cortal Consors Les Webinaires Cortal Consors Comprendre pour mieux décider des rendez-vous pédagogiques des échanges avec des experts des conférences en ligne LE REGIME JURIDIQUE Qu est ce que le contrat de capitalisation?

Plus en détail