ETUDE DU SECTEUR BANCAIRE EN TUNISIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE DU SECTEUR BANCAIRE EN TUNISIE"

Transcription

1 j MAC SA Intermédiaire en Bourse Green Center, Bloc C, 2 éme étage Rue du lac Constance 1053 Les Berges du Lac - Tunisie Tel: (216) / Fax: (216) / Mise à jour Août 2009 ETUDE DU SECTEUR BANCAIRE EN TUNISIE Analyste financier chargé de l étude: Salma Zammit Août

2 FLASH SUR L ECONOMIE TUNISIENNE Les efforts consentis par la Tunisie pour entrer dans plusieurs accords commerciaux reflètent bien son approche de libéralisation de l économie. Cette ouverture économique a permis à la Tunisie d être un partenaire privilégié de l Union Européenne en étant le premier pays de la rive sud de la Méditerranée à avoir signé en 1995, l accord d association et de libre-échange avec l Union Européenne. La coopération est étroite tant sur le plan économique que sur les plans culturel, social De plus, la Tunisie est liée par des accords préférentiels avec les pays maghrébins et arabes via des accords régionaux. Aussi, les accords bilatéraux instituant une zone de libre-échange avec la Turquie, l Égypte, le Maroc, la Jordanie, l'irak et la Libye régissent les échanges avec ces pays. D autres accords de libre échange sont en cours de négociation avec d autres pays de la région. Pour accompagner cette ouverture, plusieurs réformes ont été engagées dans le domaine des investissements étrangers. En effet, l investissement est libre pour les nationaux et les étrangers dans la majorité des secteurs d activité. Tout investisseur étranger peut détenir jusqu à 100 % du capital du projet sans autorisation dans la majeure partie des secteurs. Les investisseurs étrangers sont aussi libres de rapatrier les bénéfices et le produit de cession du capital investi en devises. Toutes ces réformes ainsi que la stabilité notamment économique du pays et l amélioration progressive de l environnement des affaires ont fait de la Tunisie un pays attractif pour l investissement étranger. Ces dernières années, les IDE (hors investissements de portefeuille) ont été multipliés par 4 en cinq ans : de 796 MTND en 2004 à 3127,9 MTND en 2008 et l Etat vise un objectif pour le quinquennat ( ) de MTND contre MTND durant , soit un flux annuel d IDE de MTND. Selon le dernier rapport sur la compétitivité globale élaboré par le Forum Economique Mondial de Davos et l'université américaine Harvard, la Tunisie est le pays le plus compétitif de la région Afrique du Nord, au second rang en Afrique et 4éme rang au niveau arabe en matière de libre circulation des marchandises. Ce rapport classe la Tunisie au 16éme rang sur 118 au plan de la bonne sécurité de l environnement des affaires. De plus, les agences de notation et les institutions financières ont attribué des notes et appréciations respectables à la Tunisie. Cette marque de confiance est due notamment à sa classification en troisième catégorie de risque d après l OCDE, à l attribution de «Investment Grade», à la bonne gestion de sa dette et également à la stabilité politique dont elle jouit. Ceci a été aussi affirmé par l agence de notation financière japonaise 'Rating and Investment Information, Inc (R&I)' qui a annoncé, en Mars 2008, sa décision d'améliorer la notation du risque souverain de la Tunisie, la relevant de 'BBB+' à 'A-' avec perspective stable. Récemment, en Juillet 2009, l agence a encore confirmé cette notation. La vague de privatisation que connaît le pays va de pair avec l intention de rendre la Tunisie une destination attractive pour les investissements. Plusieurs institutions publiques ont été privatisées et d autres sont en voie de privatisation. Le secteur des services a été en tête des privatisations en termes des recettes (80,6%) et en terme de nombre d entreprises (52,2%). Août

3 Un PIB dans une tendance haussière Le PIB à prix courants de la Tunisie s est accru de 11,8% en 2008 à MDT selon la Banque Centrale de Tunisie. A prix constant, le PIB a gagné 5,1% à MDT. Ainsi, entre 2003 et 2008, le taux moyen de croissance a été de 5,4 % par an à prix constants permettant une augmentation annuelle moyenne du revenu par tête d habitant de plus de 6,9% sur la même période. Les industries manufacturières et les services marchands sont les secteurs qui contribuent le plus à la croissance en progressant respectivement de 2,2% et 8,8% par an durant la période Le secteur des services et notamment le transport et la communication (11%) et le commerce (9%) ont été les principaux contributeurs à la formation du PIB en Tab 1: Evolution du PIB En MDT P PIB à prix courant Croissance (%) 7,9% 4,1% 7,6% 8,8% 7,3% 9,6% 10,04% 11,8% 7,2% PIB à prix constant Croissance (%) 4,9% 1,7% 5,6% 6,2% 4,0% 5,4% 6,30% 5,1% 5,0% Source : Banque Centrale de Tunisie et Ministère du Développement et de la Coopération Internationale L aspect le plus positif concernant la croissance en Tunisie est la diversification de la structure de son économie et l importante contribution des exportations dans cette croissance qui ont augmenté selon une moyenne annuelle de 15% (au prix du marché) de 2004 à Les produits manufacturés et le tourisme évoluent à un rythme rapide et contribuent actuellement à près de 66 % de ces exportations. De plus, les exportations tunisiennes ne dépendent plus directement des produits de base (phosphates, pétrole). Graph 1 : Structure du PIB en 2008 Autres 10,6% Industries manufacturières 20,2% Services 41,5% Agriculture et pêche 10,5% Industries non manufacturières 17,2% Source: Foreign Investmant Promotion Agency "FIPA"- Tunisie Les opérations de privatisation, l accroissement des IDE notamment dans le secteur de l énergie (suite à la découverte de nouveaux gisements) et la dynamique immobilière et d infrastructure dans laquelle la Tunisie s est engagée seront les principaux facteurs de la croissance de l économie tunisienne à moyen terme. Août

4 LE SECTEUR BANCAIRE EN TUNISIE Le secteur bancaire en Tunisie est en train d afficher un changement considérable. D un secteur protégé et fermé à un acteur ouvert, développé et dynamique dans l économie tunisienne. Ceci s inscrit dans un contexte de mondialisation des services financiers imprégné de plus en plus par la concurrence et la modernisation accrue des établissements financiers internationaux. Cette libéralisation des services financiers est perçue par les autorités économiques et monétaires nationales comme un choix stratégique dicté par le souci d intensifier l investissement et de diversifier encore l économie. Selon Mr BACCAR, le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, «Cette libéralisation interpelle la banque tunisienne à définir son champ d'activité et à repenser sa dimension en vue de satisfaire aux exigences de l'efficience économique de la banque». Les principaux facteurs derrière ces évolutions sont, entre autres, les nouvelles réglementations de la BCT concernant le renforcement de la sécurité des relations financières, l ouverture économique du pays qui a nécessité une restructuration du système financier, ainsi que la vague de privatisation qu a connue le secteur bancaire. Modernisation du secteur: Promulgation de la loi bancaire relative aux établissements de crédit Depuis 1997, la BCT avait lancé un vaste programme destiné à mettre à niveau les institutions financières en général et l'ensemble du secteur bancaire en particulier : développement de la monétique, télé compensation et systèmes de paiement, sécurisation des transferts de fonds, centrale d'information (ex-centrale des risques) et des impayés, création de sociétés de recouvrement des créances, possibilité de procéder à des opérations de titrisation. En juillet 2001, une loi bancaire relative aux établissements de crédit a été promulguée. Elle a permis de mettre en place un environnement plus libéral pour l'exercice des métiers bancaires et a, ainsi, supprimé le cloisonnement juridique entre les banques de développement et les banques de dépôts. Désormais, chaque établissement est agréé en tant que banque universelle, pouvant se spécialiser en fonction de ses choix stratégiques. Les répercussions se sont faites ressentir sur la rentabilité (amélioration des résultats nets des banques) et sur l'exploitation bancaire. En 2006, un nouveau projet de loi amendant et complétant la loi de 1958 relative à la création et à l'organisation de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) est venu renforcer le paysage bancaire. Cette législation dote la BCT de nouvelles prérogatives dans les domaines du conseil, du suivi, de la transparence, du contrôle et de la publication d'informations financières et économiques. Concrètement, cette loi permet à la BCT d'élaborer des statistiques et de mener des enquêtes sur les tendances et évolutions de la conjoncture monétaire et financière, afin de mettre à la disposition du grand public des indicateurs objectifs. De plus, et en vertu du nouvel amendement, la BCT va cesser d'accorder au Trésor des facilités de crédit sous forme de découverts de compte courant. L'autre objectif poursuivi par cette nouvelle loi consiste en la maîtrise du système de paiement. La BCT est habilitée, dorénavant, à tenir un registre sur les risques et aléas de paiement par chèque, par carte bancaire ou par autres modes de paiements futurs. Août

5 Quant à la sécurité des transactions, une réforme relative aux virements des gros montants de plus de 50 mille dinars a aussi été instaurée. Elle vise la sécurisation des règlements dans le cadre du traitement automatique et automatisé des opérations de paiement. Dans le domaine du contrôle, la BCT est habilitée à contrôler les établissements de crédits et à veiller à la stabilité du système financier et à sa sécurité. A cet effet, elle est autorisée à conclure des conventions avec les institutions de contrôle telles que le Conseil du Marché Financier (CMF), les établissements de crédit et les assureurs. Ces accords favoriseront la formation, l'échange d'informations, d'expertises et la conduite en commun d'opérations de contrôle après autorisation des autorités de tutelle. Le volet de la transparence a été aussi abordé par cette réforme. En effet, la BCT est tenue, aux termes de cette nouvelle législation, de soumettre ses comptes à un audit international. L'autre nouveauté de la loi concerne la création au sein de la BCT d'un «observatoire des services bancaires» chargé du suivi de la qualité des services bancaires fournis par les établissements de crédit. En outre, et pour un meilleur financement de l'économie et afin de renforcer l'action de la supervision bancaire, la transparence en matière d'octroi des crédits a été instituée. Dans cette perspective, les banques sont dans l'obligation de transmettre à la BCT en même temps que la déclaration de la situation mensuelle comptable, la liste des clients bénéficiaires de crédits débloqués au cours du mois objet de la déclaration, y compris les actions de renouvellement des crédits, ainsi que leurs états financiers respectifs relatifs aux deux derniers exercices. C est dans le cadre de l amélioration de la qualité de l information que la loi portant création et organisation de la Banque Centrale a été modifiée par une nouvelle loi relative à l initiative économique et plus particulièrement à son financement. En effet, dans le cadre de l amélioration de la qualité de l information recensée par la centrale des risques et le fichier des crédits aux particuliers, il a été permis à la BCT de demander aux sociétés de recouvrement de créances de lui fournir toutes les statistiques et les informations qu elle juge utiles pour connaître l évolution du crédit et de la conjoncture économique et ce, au même titre que les établissements de crédits. La BCT fixe aussi les données techniques devant être respectées par tous les organismes lors de la communication des informations au fichier des crédits non professionnels et lors de sa consultation. Par ailleurs, la BCT permet aux bénéficiaires des crédits professionnels et non professionnels, des facilités de paiements et de consulter les données qui les concernent. Structure du système bancaire en Tunisie Le système bancaire en Tunisie comprend actuellement 20 banques de dépôt. En 2005, sa structure a connu un changement considérable suite à la création d une nouvelle banque dénommée «Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises», la privatisation de la Banque du Sud désormais dénommée Attijari Bank et le changement de statut des banques de développement, STUSID, BTL, TQB et BTK en banques universelles. En Janvier 2008, et dans le cadre du programme de restructuration du secteur bancaire il y a eu la privatisation de la Banque Tuniso-Koweitienne par la cession de 60% de son capital au profit de la société financière «OCEOR» filiale du groupe français «Caisse d Epargne». Août

6 En Tunisie, le secteur bancaire est majoritairement composé de banques privées et à capital mixte (70%) mais les banques publiques y jouent un rôle prépondérant dans le financement de l économie. Sur les 20 banques que dénombre le système bancaire tunisien, 11 banques sont cotées à la Bourse de Tunis. Tab 2: Présentation des banques Banque Dénomination Capital Social en DT AB Amen Bank ABC Arab Banking Corporation ( Branche onshore) ATB Arab Tunisian Bank ATTIJARI Banque Attijari de Tunisie BIAT Banque Internationale Arabe de Tunisie BFPME Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises BFT Banque Franco-Tunisienne BH Banque de l'habitat BNA Banque Nationale Agricole BT Banque de Tunisie BTE Banque de Tunisie et des Emirats BTK Banque tuniso-kuweitienne BTL Banque Tuniso Lybienne BTS Banque Tunisienne de Solidarité Citibank CitiBank ( branche onshore) STB Société Tunisienne des Banques STUSID Bank Société Tuniso Séoudienne dinvestissement et de Développement TQB Tunisian Qatari Bank UBCI Union Bancaire du Commerce et de l'industrie UIB Union Internationale des Banques Source : BCT et Association profesionnelle Tunisienne des banques et des établissements financiers La Tunisie s enorgueillit aussi de grandes banques privées à la lumière de la Banque Internationale Arabe de Tunisie (BIAT) détenue par des hommes d affaires tunisiens et des institutions financières internationales, Amen Bank détenue par la famille Ben Yedder, l Union Internationale des Banques, l Union Bancaire du commerce et de l industrie (UBCI) et Attijari Bank détenues par des banques internationales respectivement Société Générale, BNP Paribas, et le consortium Attijariwafa Bank ( Maroc) et Banco Stander Central Hispano ( Espagne). Les actifs consolidés du secteur bancaire se sont accrus de 10,4% à MTND à la fin de 2007 grâce à la hausse de 9,77% à MTND des crédits à l économie. Ceci dit, l année 2007 a été marquée par une progression plus prononcée des ressources propres des banques (+13,7%) que celle des emplois (+9,77%). En effet, plusieurs banques de la place se sont penchées sur l augmentation du capital et le renforcement de l assise financière. Aussi, la structure du système bancaire tend de plus en plus à emprunter le modèle de banque universelle en matière de taille. Cette dynamique constitue une réponse rationnelle au programme de libéralisation du secteur financier afin de s aligner aux standards internationaux d une part et d autre part constituer un centre bancaire disposant d assise financière solide permettant l exploitation des économies d envergure et d échelle face à l effritement des marges d intermédiation. Août

7 Performance financière du secteur bancaire Les réformes entreprises, depuis 1997, dans le secteur bancaire en Tunisie ont positivement impacté les rentabilités des banques en terme d actifs, de passifs et des ratios de performance. En effet, l accélération de l économie tunisienne, accompagnée par le programme de réforme du secteur bancaire, ont stimulé les investissements dans les différents secteurs conduisant ainsi à une augmentation de l offre de monnaie sur le marché. Cette augmentation a été traduite par la hausse des actifs et passifs consolidés du système bancaire. Le rythme d évolution de la masse monétaire au sens strict (M2) s est nettement ralenti en 2008 comparé au années précédentes, soit 3,5% en 2008 contre 13,5% en 2007 et 12,2% en L agrégat M1, correspondant aux billets, pièces et dépôts à vue, a augmenté de seulement 3,5% (contre 12,3% en 2007) pour atteindre MDT et la quasi monnaie (mesuré par les dépôts à termes inférieurs ou égaux à 2 ans et les dépôts assortis d'un préavis de remboursement inférieur ou égal à 3 mois) a varié de 3,6% à MDT. Cette baisse de la liquidité pourrait être expliquée par le relèvement des taux des réserves obligatoires par la Banque centrale à la fin de 2007 et au début de 2008 afin de limiter l inflation nationale. Au terme de l année 2008, les taux de la réserve obligatoire ont été révisés à la baisse afin de favoriser l octroi des crédits pour faire face aux effets directs et indirect de la crise mondiale sur l économie tunisienne. Graph 2: Evolution de la liquidité;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; En Million de DTN juin-09 M1 Quasi-monnaie Source: Banque Centrale de Tunisie, MAC sa La hausse de l offre de monnaie dans le système bancaire a été reflétée dans les chiffres consolidés des bilans des banques. La base du financement, représentant le moteur principal des bonnes performances des banques, s est améliorée en 2008 de 12,9% (contre 13,5% en 2007) atteignant les MDTN. Août

8 Tab 3 : Bilan consolidé des banques en Tunisie En Million de DTN févr.-09 Encaisse Dépôts à la BCT Avoirs Extérieurs Créances sur l'etat Credits à l'économie Portefeuille Titres Autres postes de l'actif Total Actif En Million de DTN févr.-09 Dépôts monétaires Dépôts quasi-monétaires Engagements extérieurs Avances de la BCT Ressources spéciales Fonds propres Autres postes de passif Total Passif Source : Banque Centrale de Tunisie En matière de crédits octroyés par le système bancaire tunisien, la part des prêts en pourcentage du PIB s est accrue de manière régulière pour atteindre 57,3% en Graph 3: Pénétration bancaire en Tunisie hk hhhhhhhhhhhhhhhhhhhh 60% 57,2% 56,8% 56,1% 57,3% 55% 50% 45% 56,5% 56,3% 46,6% 46,1% 46,2% 45,9% 57,1% 55,9% 50,1% 48,5% 47,6% 51,6% 40% Crédits/PIB Dépôts /PIB Source: Banque Centrale de Tunisie, MAC sa Ce ratio est dans la fourchette moyenne de la région MENA (58%) et demeure nettement au dessus du niveau moyen de certains pays d Europe Centrale (autour de 30%), mais s inscrit en net retrait par rapport au niveau moyen de la zone euro (109,6%). En terme de dépôts, le taux de pénétration reste aussi relativement bas à 51,6% à la fin de 2008 comparativement au Maroc (79,1%), le Kuwait ( 64,1%) et le Qatar ( 68,3%). Le taux de bancarisation de la population, en dépit de sa progression, demeure encore faible en Tunisie (50% de la population totale en 2007 contre 98% pour la France, 1 guichet pour 9,6 milles habitants contre 1 pour 7,3 milles au Maroc et 1 pour 2,4 mille habitants en France). Les banques tunisiennes sont essentiellement des banques de réseau et la totalité Août

9 du Produit Net Bancaire provient du réseau des agences. L importance et la dispersion du réseau constituent un levier pour la banque. Ils permettent d une part la diversification régionale et la diversification sectorielle et d autre part, c est un moyen d attraction à la clientèle potentielle. Ceci atteste des possibilités de développement notables dont dispose le secteur bancaire tunisien pour accroître ses opportunités d affaires. A ceci s ajoute le développement de la banque à distance favorisé par le développement technologique. Les ressources Une croissance par la mobilisation des dépôts Les ressources du secteur bancaire tunisien ont affiché un taux de croissance moyen de 10,6% pour la période Sur la base d une année pleine, les ressources ont évolué de 13% en 2008 contre 13,5% en 2007 et 7,4% en De même, les dépôts ont progressé et ce parallèlement aux emplois et leurs contributions dans le total des emplois sont restées quasiment inchangées entre 2007 et 2008 à 56,3%. En 2008, les dépôts ont évolué de 15,2% par rapport à 2007 contre une hausse de 13,5% une année auparavant. Graph 4 : Répartition des dépôts. 100,0% 11,0% 10,7% 14,1% 10,8% 80,0% 60,0% 40,0% 33,8% 33,0% 27,0% 29,8% 29,1% 29,4% 31,5% 32,8% 20,0% 26,1% 26,8% 27,4% 26,6% 0,0% Dépôts à vue Dépôts à terme Comptes d'épargne Autres Source : Banque centrale de Tunisie, MAC SA La répartition des dépôts a été quasiment la même sauf pour les comptes d épargne qui sont revenus à près de 30% des dépôts en augmentant de 2,8 points de pourcentage en La hausse de ces dépôts provenait principalement des autres comptes d épargne (+37,8%) et des comptes spéciaux d épargne (10,16%) et l épargne logement (4,14%). Graph 5 : Répartition des ressources des banques en Autres postes de passif 17% Dépôts monétaires 15% Fonds propres 13% Ressources spéciales 2% Engagements extérieurs 11% Dépôts quasimonétaires 42% Source : Banque centrale de Tunisie Août

10 Les Emplois Une croissance des crédits En 2008, l encours des crédits servis par le système financier à l économie s est élevé à plus de 31,5 Milliards de dinars en progression de 13,7% par rapport à 2007 taux supérieur à celui enregistré une année auparavant de 3,9 points de pourcentage. Le système bancaire a contribué à hauteur de 92,6% dans ces concours et reste incontestablement la première source de financement de l économie tunisienne. Ceci étant, la part des crédits servis aux professionnels dans l encours total des crédits a baissé à 75% suite notamment à la progression continue des crédits aux particuliers et plus particulièrement aux crédits logements et à la consommation. En terme d échéance, et malgré un certain affaiblissement dans la part des crédits octroyés, les crédits à court terme représentent 52,9% (contre 53,7% en 2006) au profit des crédits à moyen et long terme qui représentent désormais 47,1% (contre 46,3% en 2006). Crédits aux professionnels Quoiqu en progression de 14,8% à 21,9 Milliards de dinars en 2008 contre une évolution de 6,5% une année auparavant, les crédits aux professionnels ont représenté 75% de l ensemble des crédits à l économie octroyés par les banques quasiment inchangé par rapport à Graph 6 : Evolution de la part des crédits par secteur d'activité ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; Services Industrie Agriculture et pêche 8,1% 8,0% 7,7% 6,4% 5,2% 5,2% 33,7% 33,7% 32,7% 37,7% 37,4% 36,8% 58,2% 58,3% 59,6% 55,9% 57,4% 58,0% Source : Statistiques financières de la Banque Centrale de Tunisie, Mars 2009 En termes sectoriels, ce sont les sociétés de services qui ont le plus bénéficié des crédits accordés aux institutionnels (+ 317 MDT) et notamment le commerce (+ 160 MDT à MDT). Crédits aux particuliers Les crédits aux particuliers, qui restent la cible privilégiée des grandes banques tunisiennes, ont évolué de 14,5% pour s élever à 7,3 Milliards de dinars contre une évolution de 20% l année d avant. Cette évolution est due à l accélération de l encours des crédits à moyen et long terme en augmentation de 37,7% contre 25,6% l année précédente. Les crédits octroyés ont servi principalement à financer l acquisition de logements et l aménagement d anciens logements (68% des encours des crédits aux particuliers). Il y a lieu aussi de noter la forte progression en 2007 des crédits à l habitat soit Août

11 +39,5% par rapport à Pour ce qui est du court terme, l encours des crédits a baissé de 20% contre une progression de 12,6% l année précédente. Courant les cinq dernières années, l évolution moyenne des prêts aux clients de détail a été de 18,9% mais avec la tension inflationniste ressentie sur le plan national, l expansion des prêts aux particuliers pourrait être limitée par la BCT dans les années à venir. Graph 7 : Evolution des encours des crédits aux particuliers (Milliards de Dinars) Source : Statistiques financières de la Banque Centrale de Tunisie, Mars 2009 Cependant nous constatons que le taux de transformation (ou d intermédiation) des dépôts en crédits (Ratio crédits /dépôts) a baissé de 0,5 points par rapport à 2007 pour se situer à 111,1%. Ce ratio a été en baisse continue durant les dernières années mais reste au-dessus des 100%. Cette sur-utilisation des dépôts au profit des crédits emmènerait les banques à financer une part de leurs crédits en faisant appel à d autres ressources en particulier les emprunts et les opérations de trésorerie. La qualité de l actif Selon le dernier rapport du FMI, le secteur financier tunisien n a pas ressenti les effets directs de la crise mondiale. Les autorités ont poursuivi leur stratégie de long terme d assainissement du secteur bancaire qui a conduit à une baisse du taux de créances classées en pourcentage des créances totales de 17,6 % en 2007 à 15,5 % en 2008 et une augmentation du taux de provisionnement de 53,2 % en 2007 à 56,8 % en Ceci étant, et quoiqu en amélioration, la qualité des actifs des banques tunisiennes reste encore problématique. Ces prêts douteux proviennent en partie du financement des projets d infrastructure publics à caractère industriel et commercial par le système bancaire mais aussi d une mauvaise gestion prudentielle. Août

12 Graph 8 : Qualité de l'actif ;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; 22% 17% 12% 24,0% 23,7% 56,8% 20,9% 20,9% 53,2% 46,8% 19,3% 49,0% 17,6% 15,5% 45,8% 43,9% 43,1% Taux des créances classées Taux de couverture 58% 56% 54% 52% 50% 48% 46% 44% 42% 40% Source : Rapport d'activité de la BCT 2007, Estimations FMI Ce ratio des créances douteuses reste élevé mais le secteur est en passe de prendre les mesures nécessaires pour améliorer la viabilité des prêts octroyés. En effet, sur les trois dernières années, les banques tunisiennes se sont focalisées sur l amélioration de la qualité de leurs portefeuilles d actifs. Le taux des créances non performantes (ou créances classées) dans le total des engagements s est affiché en baisse continue passant de 24% en 2003 à 17,6% en 2007 (Selon le rapport d activité 2007 de la BCT) grâce à un traitement dynamique de ces créances. Ainsi le secteur progresse vers la concrétisation des objectifs de réduction du taux des créances classées au niveau de 15% en 2009 et 12% en Malgré cette amélioration, le taux des créances douteuses reste assez élevé par rapport à une moyenne de 5% pour les autres pays de la méditerranée. Par ailleurs, les banques ont renforcé leurs efforts en matière de provisionnement et de réservation d agios permettant ainsi d améliorer le taux de couverture des crédits non performants qui a atteint 56,8% en 2008 contre 53,2% en % en 2006 et 47,4% en Malgré cette amélioration, le taux de provisionnement reste en deçà du niveau des 70 % escompté par la BCT. Selon le FMI, atteindre rapidement ces objectifs, et même aller au-delà, renforcerait davantage la capacité du système bancaire à absorber les chocs potentiels pouvant affecter l économie, compte tenu de l ouverture progressive du compte de capital. Août

13 ETUDE COMPARATIVE L étude comparative que nous élaborerons concernera dix banques cotées à savoir, Amen Bank, Arab Tunisian Bank, Attijari Bank, Banque de l Habitat, Banque Internationale Arabe de Tunisie, Banque de Tunisie, Banque nationale Agricole, Société Tunisienne des Banques, Union Bancaire du Commerce et de l Industrie et l Union Internationale des banques. Ces banques représentent ensemble plus de 82% du total des actifs des banques commerciales en 2007 et 88% des crédits distribués à l économie. La taille des banques étudiées a augmenté de Million de DT en 2001 à Millions de DT en 2007, soit une croissance annuelle moyenne de 8,1% sur les sept dernières années. Entre 2007 et 2008, leur taille est passée de Millions de DT en 2007 à Millions de DT soit une évolution de 14,3%. La part des quatre premières banques, notamment la STB, la BNA, la BIAT et la BH a, quant à elle, connu un léger repli de 1% pour passer de 58,9% en 2007 à 57,9% en La part de ces banques est restée quasiment la même depuis Tab 4 : Présentation des banques En MDTN Amen Bank Arab Tunisian Bank Banque Attijari de Tunisie Banque Internationale Arabe de Tunisie Banque de l'habitat Banque Nationale Agricole Banque de Tunisie Société Union Bancaire Tunisienne du Commerce des et de l'industrie Banques Union Internationale des Banques Total actifs 3 246, , , , , , , , , ,7 Créances sur la clientèle 2 344, , , , , , , , , ,6 Dépôts de la clientèle 2 440, , , , , , , , , ,9 Capital social 85,0 80,0 150,0 170,0 90,0 100,0 75,0 124,3 50,0 196,0 Fonds propres 304,4 273,8 136,9 445,5 367,4 411,2 401,1 483,7 175,6 72,9 Résultat net 40,1 37,5 40,8 33,7 62,8 31,8 62,8 36,0 24,1 0,9 Source : Etats financiers des banques, MAC sa Les dépôts Les dépôts se sont accrus à un taux moyen de 12,5% par an pour passer de Millions de DT en 2003 à Millions de DT en Afin de soutenir la forte croissance des crédits dans le secteur bancaire, la mobilisation des ressources reste la principale issue. Beaucoup de banques se sont orientées vers les dépôts à moyen terme afin de renforcer leur base de financement. Les quatre premières banques en termes d actifs comptent 56,2% du total des dépôts, chapeautées par la BIAT avec une part de 17,3%. Ceci étant, la BH et la STB ont perdu chacune 0,6% de leur parts respectives soit 9,5% et 14,4 % alors que la BNA a maintenu sa part de marché à 15%. En 2008, les dépôts de l ensemble des banques ont enregistré une augmentation de 15,4% pour passer de Millions de dinars en 2007 à Millions de dinars en La majorité des banques a affiché une évolution à deux chiffres à l exception de la BH et l UIB. Attijari Bank, UBCI et BT ont été les plus agressives en terme de collecte de dépôts avec des progressions respectives de 24,1%, 22,9% et 21,3%. Août

14 Graph 9 : Croissance des dépôts (en MDT);;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; % % 14% % 11% % % Dépôts % de croissance Source : Rapports d'activités des banques 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% Les banques ont aussi renforcé leurs réseaux d agences à travers le pays. L élargissement du réseau des agences bancaires reflète une nette évolution de l activité du secteur bancaire et l orientation plus prononcée des banques vers la banque de détail nécessitant une proximité des agences bancaires par rapport à la localisation géographique de la clientèle. Graph 10 : Dépôts de la clientèle ;;;;;.. 6,2% 4,7% 17,3% BIAT 6,4% BNA STB BH 8,7% AB 15,0% ATB ATTIJARI 9,1% UIB BT UBCI 8,8% 14,4% 9,5% Source : Les états financiers 2008 respectifs des banques Les crédits Sur la période , les crédits se sont accrus à un rythme moins rapide que celui des dépôts soit 8,9% en moyenne par an. Les encours de crédits sont passés de Millions de DT en 2003 à Millions de DT en Ceci est en partie dû à l accroissement des crédits aux particuliers et précisément ceux relatifs au financement des logements avec l ouverture de l ensemble des banques de dépôt sur les crédits immobiliers réservés auparavant qu à la BH. Août

15 En 2008, les encours de crédits ont connu une évolution semblable à celle des dépôts soit 15,4% pour passer de Millions de dinars en 2007 à millions de dinars. Nous pensons que les banques continueront à faire face à une demande de crédit assez importante dans les années à venir. Cette demande émanera principalement du secteur des services et celui de l immobilier en particulier. Les efforts gouvernementaux pour diversifier l économie et améliorer le climat des affaires en Tunisie ainsi que l attrait des IDE à travers des mesures réglementaires et structurelles dans divers secteurs seront des catalyseurs pour le développement du secteur bancaire en Tunisie. Les quatre premières banques de la place ont contribué à hauteur de 59,6% dans le total des encours des crédits en 2008 en repli de 0,6 points de pourcentage par rapport à La part de ces banques s est accrue légèrement durant la période en passant de 58,4% à 60,2% pour descendre sous la barre des 60% en La part importante des encours de crédits des banques publiques (17,5% pour la BNA, 17,2% pour la STB et 13,3% pour la BH) remonte à la période où les banques publiques étaient les principaux pourvoyeurs de crédits à l économie. Cette part tend à être réduite dans les années à venir suite au dynamisme des banques privées. Cette tendance a été confirmée lors des trois derniers exercices. En effet, les trois banques publiques ont cumulé, en 2006, 64,2% des nouveaux crédits octroyés à la clientèle. Cette part est passée à 52% en 2007 et 48,5% en En 2007, ATTIJARI, BIAT et AB ont été les plus dynamiques en terme d octroi de crédits. En 2008, UIB, ATB et AB ont affiché le meilleur dynamisme commercial parmi les banques privées ce qui a permis d augmenter le niveau des crédits octroyés à la clientèle par l ensemble des banques privées. Ces banques affichent des taux de croissance des crédits plus élevés que la moyenne du secteur bancaire dans sa globalité. Cette tendance s est prolongée en 2009, puisque sur le premier semestre 2009, l encours global des crédits à la clientèle a augmenté de près de MDTN. AB, BIAT, UIB et Attijari Bank ont réalisé les meilleures progressions en valeur réalisant ainsi près de 85% des nouveaux encours de crédits. Tab 5 : Part de Marché des banques pour les crédits Variation en point de % STB 17,3% 17,0% 17,2% 0,20 BNA 16,5% 17,3% 17,5% 1,00 BH 13,4% 13,7% 13,3% 0,40 BIAT 11,1% 12,2% 11,5% 0,10 AB 9,5% 8,8% 9,0% 0,40 ATTIJARI 7,8% 7,6% 7,6% 0,20 UIB 7,6% 7,4% 6,7% 0,40 BT 7,1% 5,8% 6,5% 1,20 UBCI 5,7% 5,4% 5,8% 1,90 ATB 3,9% 4,8% 4,8% 0,90 Source : Etats financiers des banques, MAC sa Août

16 Le taux d intermédiation (le ratio crédits / dépôts) Par ailleurs, depuis 2002 le taux de transformation (ou d intermédiation) des dépôts en crédits, pour les banques cotées et hors BTE, a été en baisse continue en passant de 112,6% en 2002 à 93% en 2007 et D ailleurs, ce n est qu en 2006 que ce taux est passé au dessous du seuil de 100%. Cette insuffisance structurelle en ressources est comblée par le recours aux ressources spéciales et le refinancement sur le marché monétaire. La sur-utilisation des dépôts au profit des crédits est de nature à peser sur la rentabilité des banques. Graph 11 : Crédits Vs Dépôts ( secteur étudié) ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ,6% 115,0% ,5% 110,0% ,9% 105,0% ,4% 100,0% ,9% 93,0% 95,0% 93,0% 90,0% ,0% Dépôts Crédits % crédits en termes de dépôts 80,0% Source : Etats financiers 2008 respectifs des banques, MAC sa En terme de taux d intermédiation, les banques cotées se divisent en trois catégories : Les banques ayant des taux d intermédiation largement supérieur à 1 (BH, STB, BNA, BH, BT), Les banques ayant des taux d intermédiation largement au dessous de 1 (ATTIJAARI, BIAT, UIB et ATB) Août

17 Les banques qui ont un taux d intermédiation autour de 1 (AB et UBCI). Graph 12: Taux d'intermédiation des banques ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; 129,8% 111,1% 108,4% 100,6% 96,1% 94,6% 94,5% 93,0% 81,4% 62,2% 59,9% BH STB BNA BT AB UBCI UIB moyenne ATTIJARI BIAT ATB Source : Etats financiers 2008 respectifs des banques, MAC sa La qualité de l actif Pour les banques cotées, la qualité de l actif reste dans une tendance mitigée. Le risque de crédit le plus élevé étant celui de l UIB avec un taux des créances classées de 34% et un taux de couverture des créances par les provisions de seulement 45,6%. Ceci étant, le nouveau plan de reconstitution des fonds propres de la banque lui permettra de se couvrir de manière optimale contre les risques de ses crédits non performants comme il s inscrit dans une démarche d assainissement des créances et de la maîtrise des risques et des coûts. Graph 13 : Qualité de l'actif en 2008 des banques cotées;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;. 40% 34,0% 30% 20% 10% Objectif stratégique de 10% à l'horizon de ,8% 8,3% 9,4% 10,8% 11,9% 9,1% 17,6% 14,7% 23,1% 0% BT BH ATB UBCI BIAT BNA Attijari AB STB UIB Bank Taux des créances classées Source : Rapport d'activité des banques, 2008 Août

18 Dans le secteur public, la STB dispose encore d une mauvaise qualité d actifs eux même sous provisionnés. Malgré les cessions massives des créances non performantes à sa filiale de recouvrement, la STB souffre encore de sa contribution active dans le financement du tourisme, secteur considéré «prioritaire» par les autorités publiques. De l autre côté du spectre, la BT reste le fleuron des banques tunisiennes en terme de qualité des actifs avec un taux de créances classées au dessous de la norme des 10% soit 6,8% et une couverture par les provisions à hauteur de 82%. Dans le secteur public la BH aussi reste une référence en terme de respect des normes prudentielles et ce avec un taux de créances classées de 8,3% et un taux de couverture de 74,3%. Graph 14 : Qualité de l'actif en 2008 des banques cotées;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;. 90% 80% 70% 82,0% 74,3% 71,0% 69,4% Objectif stratégique de 70% à l'horizon de % 66,7% 65,2% 63,5% 50% 40% BT BH ATB UBCI BIAT BNA Attijari Bank Taux de couverture 57,7% 49,0% 45,6% AB STB UIB Source : Rapport d'activité des banques, 2008 En 2007, les banques ont constitué des provisions à hauteur de 548,8 MDT contre 509,6 MDT en 2006, soit une progression de 8% contre une hausse de 73% en La hausse importante en 2006 des provisions a été due aux importantes dotations aux provisions constatées par Attijari Bank, soit 163 MDT et ce afin d assainir la quasi intégralité de son portefeuille. En 2007, c est l UIB qui a constaté des dotations aux provisions de 153,2 MDT alors que Attijari Bank n a constaté que 51 MDT. Les autres banques ont suivi un rythme de croissance «normal» de leurs dotations. En 2008, les provisions constituées par les banques ont baissé de 28,48% pour passer à 392,4 MDT. Ceci est imputable au repli des provisions nettes constatées par UIB qui sont passées de 173,3 MDT à 17,7 MDT soit un repli de presque de 90% mais aussi pour Attijari Bank qui a encore baissé ses provisions nettes pour les porter à 23,6MDT. Août

19 Graph 15: Effort moyen de provisionnement ( en Million de DT );;;;;;;;;;;; % % 190% % % 160% % % % % Dotations aux provisioons Résultat brut d'exploitation Effort de provisionnement moyen Source : Etats financiers des banques, MAC sa Ainsi, en 2008, l effort moyen de provisionnement a été en légère progression soit 212% en 2008 contre 120% en 2007 c'est-à-dire que le résultat brut d exploitation permet de reconstituer les provisions à hauteur de 212% en 2008 et de 120% en Cette progression positive est due à la hausse plus proportionnelle du résultat brut d exploitation que celle des provisions. Sur la période , l effort de provisionnement moyen a été en baisse suite à des politiques de provisionnement intensives avec un taux de croissance annuel moyen de 19% contre 18% pour le résultat brut d exploitation. La marge d intérêt Entre 2001 et 2004, et corrélativement à la baisse du TMM, le taux de la marge d intérêt (en pourcentage du PNB) des banques s est affiché en repli passant de 62% en 2001 à 57% en A partir de 2005, et comparativement à la reprise du TMM, le taux de la marge d intérêt s est consolidé pour passer à 59,2% à fin En 2008, et suite à une nouvelle révision à la baisse du TMM à la fin de l année, le taux de la marge d intérêt s est affiché en léger repli passant de 59,6% en 2007 à 59% en Graph 16 : Marge d'intérêt 65% Taux de la marge d'intérêt TMM 6,2% 6,0% 60% 5,8% 5,6% 5,4% 55% 5,2% 5,0% 50% ,8% Source : BCT, Etats financiers 2008 respectifs des banques, MAC sa. Août

20 En 2008, la marge d intérêt moyenne des banques étudiées a progressé de 14,8% en absolu et de 0,5 points en terme de pourcentage du PNB pour passer de 58,5% en 2007 à 59%. En général, ceci est dû à la hausse de 13,8% des intérêts et revenus assimilés et notamment les revenus sur les opérations de crédit en liaison avec l évolution de l encours moyen des crédits. Cette progression a été favorisée par une plus grande maîtrise des risques qui s est traduite par une amélioration du rendement des crédits. Par ailleurs, les intérêts encourus et charges assimilées ont évolué de 13,1% suite notamment à l accroissement des intérêts servis sur les comptes à termes et certificats de dépôts qui ont tout de même été atténués par la diminution des charges de trésorerie suite à la baisse de l endettement moyen des banques sur le marché monétaire. Graph 17 : Evolution de la marge d'intérêt des banques..;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; 80,0% 60,0% 40,0% 20,0% AB ATB BIAT BNA Attijari BH STB UBCI UIB Moy ,3% 49,7% 59,4% 61,5% 67,9% 68,4% 47,2% 68,3% 49,5% 59,5% ,8% 33,7% 53,1% 63,5% 65,0% 69,1% 46,1% 64,6% 45,3% 56,5% ,9% 24,0% 53,5% 61,8% 58,0% 67,0% 56,9% 61,8% 56,2% 56,9% ,6% 20,3% 55,4% 60,5% 57,1% 65,5% 65,8% 61,9% 52,1% 57,4% ,1% 27,0% 56,6% 59,2% 46,9% 69,0% 71,7% 56,9% 50,5% 58,5% ,5% 31% 56,5% 61,4% 50% 72% 70% 58% 56% 59,0% Source : Etats financiers 2008 respectifs des banques, MAC sa La diversification des revenus Les autres revenus hors intérêts qui concernent principalement les commissions sur les opérations bancaires et les revenus nets sur portefeuille titres des banques et les revenus de l activité de change sont en train de devenir les principaux contributeurs à la croissance des revenus des banques. Entre 2002 et 2007, les revenus hors intérêts des banques de notre échantillon se sont accrus en moyenne de 9,4% contre une évolution moyenne annuelle de 8,7% pour le PNB courant la même période. Tab 6: Décomposition du Produit Net Bancaire Marge d'intérêt % croissance -2,3% 1,5% 10,7% 16,9% 13,8% 14,7% Marge sur commissions % croissance -0,9% 9,3% 9,4% 14,6% 9,2% 9,7% Autres revenus % croissance -0,3% 20,8% 9,0% 14,6% 8,3% 15,6% PNB % croissance -1,6% 6,7% 10,1% 15,9% 11,7% 13,8% Source : Etats Financiers respectifs des banques, MAC sa Août

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

La Banque Attijari de Tunisie. Une banque en plein essor. Mai 2009 www.macsa.com.tn - 1 Mai 2009

La Banque Attijari de Tunisie. Une banque en plein essor. Mai 2009 www.macsa.com.tn - 1 Mai 2009 MAC SA Intermédiaire en Bourse Green Center Bloc C, 2éme étage, 1053 Les Berges du Lac- Tunis Tunisie Tél.: + 216 71 964 102 / + 216 71 962 472 Fax: + 216 71 960 903 Email: macsa@gnet.tn www.macsa.com.tn

Plus en détail

Le Secteur Bancaire Tunisien Evolution, Perspectives et Défis. AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail:

Le Secteur Bancaire Tunisien Evolution, Perspectives et Défis. AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: Le Secteur Bancaire Tunisien Evolution, Perspectives et Défis AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com.tn Février 2014 SOMMAIRE Evolution de l activité

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Département Recherches Etude du secteur des assurances Analyse Sectorielle Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Les sociétés opérant dans le marché des assurances en Tunisie s élèvent à 22

Plus en détail

REVUE BANCAIRE. L environnement macroéconomique. Panorama du secteur bancaire tunisien. Etude des banques cotées en 2009 : évolution et état des lieux

REVUE BANCAIRE. L environnement macroéconomique. Panorama du secteur bancaire tunisien. Etude des banques cotées en 2009 : évolution et état des lieux Novembre 2010 REVUE BANCAIRE LE SECTEUR BANCAIRE TUNISIEN L environnement macroéconomique Panorama du secteur bancaire tunisien Etude des banques cotées en 2009 : évolution et état des lieux Evaluation

Plus en détail

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie 4 ème Forum International de la Finance 4 th Finance International Forum Alger 13 14 mai 2008 Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie Mehrez BEN SLAMA et Dhafer SAIDANE.

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

En 2014, la croissance a été

En 2014, la croissance a été 05 Mai DÉPARTEMENT RECHERCHES 2015 ACHETER Cours actuel 14,3 DT Prix Cible 27,6 DT Potentiel de hausse +93 % Actionnaires Etat tunisien 32,62% Entreprises publiques 16,57% Horchani Finance 9,92% Med Habib

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT)

LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT) BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME TUNIS - TUNISIE LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT) LIBELLES PREMIER TRIMESTRE 2009 PREMIER TRIMESTRE

Plus en détail

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS La BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE publie ci dessous ses indicateurs d activité relatifs

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Le Secteur Bancaire Tunisien face à la nouvelle conjoncture. Analysts: Karim BLANCO Head of Research. Haifa BELGHITH Senior Analyst

Le Secteur Bancaire Tunisien face à la nouvelle conjoncture. Analysts: Karim BLANCO Head of Research. Haifa BELGHITH Senior Analyst Analysts: Karim BLANCO Head of Research Haifa BELGHITH Senior Analyst Le Secteur Bancaire Tunisien face à la nouvelle conjoncture Zahra BEN BRAHAM Senior Analyst Ines KHOUAJA Financial Analyst Hawazen

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie République Tunisienne Ministère des Finances Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie Zouari Maher Directeur de

Plus en détail

CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION

CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION Le cadre légal de l'activité bancaire, conforté par l'ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au crédit, a permis l'émergence progressive

Plus en détail

Matinée sur «Banques et cadre d investissement en Tunisie» Maison du Barreau, Paris 24 Janvier 2014

Matinée sur «Banques et cadre d investissement en Tunisie» Maison du Barreau, Paris 24 Janvier 2014 Pa ge 1 Matinée sur «Banques et cadre d investissement en Tunisie» Maison du Barreau, Paris 24 Janvier 2014 PRÉSENTATION DU SECTEUR BANCAIRE TUNISIEN Chiheb Mahjoub Antoine Day (FSI 2010/2012) Page 1 Kurt

Plus en détail

APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS RAPPORT ANNUEL

APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS RAPPORT ANNUEL الجمعية المهني ة التونسي ة للبنوك والمو سس ات المالي ة APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS التقرير السنوي 2010 RAPPORT ANNUEL 2011 1 LES MEMBRES ADHERENTS

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

«Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue»

«Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue» PRÉSENTATION DES RÉSULTATS AU 30 JUIN 2010 «Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue» Attijariwafa bank - Résultats au 30 juin 2010 1 Sommaire Conjoncture macro-économique et financière

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt subordonné «Tunisie Leasing 2011-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération

Plus en détail

Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie

Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie Mai 2009 Rencontre avec les Intermédiaires en Bourse Plan de la rencontre Composition du groupe Banque de Tunisie Faits marquants de l année 2008

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Casablanca du 2 au 5 décembre 2003. PRÉSENTATION DE MONSIEUR

Plus en détail

Banque Centrale de Tunisie PERIODIQUE DE JUILLET 2015 N 108

Banque Centrale de Tunisie PERIODIQUE DE JUILLET 2015 N 108 Banque Centrale de Tunisie PERIODIQUE DE CONJONCTURE JUILLET 2015 N 108 ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Révision à la baisse, par la Banque mondiale et le FMI, du taux de croissance de l économie mondiale

Plus en détail

Emprunt Obligataire «Tunisie Leasing 2013-1»

Emprunt Obligataire «Tunisie Leasing 2013-1» EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE VISA du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES XIIème Conférence sur la Transition Economique Les services financiers et bancaires au cœur de la transition économique Bruxelles, les 21 et 22 février 2008 Système

Plus en détail

A PTBEF Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers. Rapport annuel

A PTBEF Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers. Rapport annuel الجمعية المهني ة التونسي ة للبنوك والمو سس ات المالي ة A PTBEF Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers Rapport annuel 2011 1 LES MEMBRES ADHÉRENTS ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Le crédit à la consommation en pleine mutat i o n Mars 2008 http://www.finances.gov.ma/depf/depf.htm Boulevard Mohamed V. Quartier Administratif,

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n.

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Présentation de Tunisie Leasing Nos métiers: 1/ Crédit Bail : Tunisie : Tunisie Leasing (TL) (1984) Algérie

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Architecture du système bancaire marocain

Architecture du système bancaire marocain Architecture du système bancaire marocain 2009-2010 SOMMAIRE RAPPEL HISTORIQUE LE PAYSAGE BANCAIRE MAROCAIN L'ACTIVITE DES BANQUES RAPPEL HISTORIQUE - 2 éme moitié du 19 ème siècle: apparition des premiers

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Mr Nabil ABDELLATIF. Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME.

Mr Nabil ABDELLATIF. Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME. Ordre des Experts Comptables de Tunisie Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME Mr Nabil ABDELLATIF Président Ordre des Experts Comptables de Tunisie I- DEFINITIONS ET CONTEXTE

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010334037 Dénomination : ATOUT HORIZON DUO Forme juridique : Fonds commun de placement (FCP) de droit français Société de gestion :

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Qui sommes-nous? Nos atouts

Qui sommes-nous? Nos atouts Présentation de la société Qui sommes-nous? BFI est spécialisée depuis 1994 dans l édition et l intégration de solutions destinées aux banques et institutions financières. Bien implantée sur le marché

Plus en détail

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème "Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration"

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration 1 SOMMAIRE 1. Crise bancaire : contexte sociopolitique 2. Résolution des crises 3. Situation du système bancaire 4. Vulnérabilités 2 I. CRISES BANCAIRES : CONTEXTE SOCIOPOLITIQUES A l accession de la Guinée

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie Janvier 2010

Le secteur des assurances en Tunisie Janvier 2010 MAC SA - Intermédiaire en Bourse Green Center Bloc C, 2éme étage, 1053 Les Berges du Lac- Tunis Tunisie Tél.: + 216 71 964 102 / + 216 71 962 472 Fax: + 216 71 960 903 Email: macsa@gnet.tn www.macsa.com.tn

Plus en détail

«S'il fallait révéler le secret pour bien investir en seulement trois mots, nous irions pour : Marge de sécurité.» Warren Buffett.

«S'il fallait révéler le secret pour bien investir en seulement trois mots, nous irions pour : Marge de sécurité.» Warren Buffett. LA BANQUE NATIONALE AGRICOLE «UNE VALEUR FORTEMENT SOUS-EVALUEE» «S'il fallait révéler le secret pour bien investir en seulement trois mots, nous irions pour : Marge de sécurité.» Warren Buffett. 1 Investement

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc Mr. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Amman, Jordanie 4 septembre 2007 Direction des Investissements,

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Générale Rue Abou Hamed El Ghazeli Résidence Omar Bloc A-1073 Montplaisir Tunis Tél : (216) 71 95 17 03 (L.G) Fax : (216) 71 95 13 69 www.gtiinfo.com.tn Une SSII Innovante au Service de la Finance Créée

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS QUESTIONS / REPONSES 1. Pourquoi faire cette augmentation de capital maintenant alors que les marchés financiers sont en crise et le cours de Natixis au plus bas? A quoi

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2011 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques.

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE L ordonnance n 10-04 du 26 août 2010, modifiant et complétant l ordonnance n 03-11 relative à la monnaie et au crédit, stipule que la Banque d Algérie est

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail