Matinée sur «Banques et cadre d investissement en Tunisie» Maison du Barreau, Paris 24 Janvier 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Matinée sur «Banques et cadre d investissement en Tunisie» Maison du Barreau, Paris 24 Janvier 2014"

Transcription

1 Pa ge 1 Matinée sur «Banques et cadre d investissement en Tunisie» Maison du Barreau, Paris 24 Janvier 2014 PRÉSENTATION DU SECTEUR BANCAIRE TUNISIEN Chiheb Mahjoub Antoine Day (FSI 2010/2012) Page 1

2 Kurt Salmon est l un des leaders mondiaux du conseil en stratégie et transformation d entreprise Nos recommandations fondées sur notre vision globale du métier de nos clients s appuient sur un réseau de plus de 1400 consultants dans le monde Europe / Afrique Amérique du Nord Atlanta Irvine Los Angeles Minneapolis New York San Francisco Alger Bruxelles Casablanca Düsseldorf Genève Luxembourg Londres Lyon Manchester Marseille Nantes Paris Rome Tunis Asie-Pacifique Hong Kong Shanghai Singapour Sydney Tokyo Depuis le 1 er Janvier 2011, Ineum Consulting et Kurt Salmon Associates (KSA) ont fusionné pour devenir Kurt Salmon. Kurt Salmon est une entité de Management Consulting Group (MCG Plc) Page 2

3 Pourquoi Kurt Salmon? Depuis 2004, de nombreux projets menés dans le secteur bancaire en Tunisie et au Maghreb Assistance à l intégration des nouveaux projets dans le Système d information existant Amélioration de l efficacité commerciale des middle et back-office en agence via l utilisation de la méthodologie Lean 6 - sigma Refonte du système de pilotage Acteur Bancaire Confidentiel Assistance au développement de la clientèle professionnelle Assistance à la réorganisation globale de la BEA Nouvelle organisation agences et régions Élaboration et suivi du Business Plan de BNPP MedIT, plateforme offshore informatique du Groupe Création d un centre de services partagés pour les DSI du Maghreb Optimisation Front et Back Office de 5 banques publiques algériennes Page 3

4 Cette matinée est l occasion d apprécier les changements qui sont survenus dans le secteur bancaire quasiment 3 ans après le départ de la «révolution du Jasmin» 10 décembre 2010 Sheraton de Tunis Petit déjeuner sur «la modernisation du secteur bancaire tunisien»? 24 janvier 2014 Maison du Barreau, Paris Matinée sur «Banques et cadre d investissement» en Tunisie Page 4

5 Afin de comprendre la dynamique du secteur bancaire et d envisager son avenir, nous vous proposons de faire un bref rappel de sa construction et d apprécier la situation à date 1958 / 2014 Structuration du secteur bancaire tunisien en 60 ans autours de 4 types d acteurs Janvier 2014 Situation à date des principaux acteurs du secteur bancaire Quel avenir? Page 5

6 Construction du secteur bancaire Au lendemain de l indépendance, la création des 3 grandes banques publiques va permettre de financer les secteurs clés de l économie tunisienne Banques publiques La BNA, la STB et plus tard la BH constituent les 3 grandes banques publiques Totalement dépendent de l état pour leurs recrutements, leurs choix d investissements et la gestion de leurs politiques crédit Page 6

7 Construction du secteur bancaire En parallèle, les premières banques privées apparaissent en Tunisie. Elles seront bridées dans leurs actions jusqu à la loi de finance de Banques publiques Banques Privées (100% à capital tunisien) Ce n est qu à partir du début des années 90 que les Banques privées ont pu jouer leur rôle en contribuant aux financements des entreprises et des ménages Page 7

8 Construction du secteur bancaire Création dans les années 1980 des banques d investissement qui deviendront par la suite des banques généralistes suite à la loi de finance de Banques publiques Banques Privées (100% à capital tunisien) Banques d investissement Banques universelles Ces banques d investissement permettent l arrivée et la gestion de capitaux étrangers sur le marché tunisien en provenance principalement des émirats (Qatar, Koweït, ), elles ont changé de statut afin de pouvoir collecter des dépôts Page 8

9 Construction du secteur bancaire Puis, dans le début des années 2000, arrivée sur le marché tunisien des grands acteurs internationaux(bnp, SG et Attijariwafa Bank) Banques publiques Banques Privées (100% à capital tunisien) À capitaux tunisiens À capitaux étrangers Banques d investissement Banques universelles Le développement de l UIB par le Groupe SG s est heurté à l ancien régime. En revanche, le consortium mené par AttijariWafa Bank a transformé la Banque du Sud moribonde en un acteur de premier plan et a dynamisé le marché bancaire Page 9

10 Construction du secteur bancaire Enfin émergence de la banque islamique avec la création de la Banque Zitounaen Banques publiques Banques Privées (100% à capital tunisien) À capitaux tunisiens À capitaux étrangers Banques d investissement Banques universelles Banque Zitouna Première Banque islamique du Maghreb, la Banque Zitouna a suscité beaucoup d enthousiasme lors de son lancement. Aujourd hui, c est la «BIP» (à confirmer) qui envisage d en prendre le contrôle Page 10

11 Construction du secteur bancaire En parallèle, mise en place de structures dédiées aux entreprises et la création de la CDC Tunisie en 2011 et l ouverture d un bureau de la BERD en Banques publiques Banques Privées (100% à capital tunisien) À capitaux tunisiens À capitaux étrangers Banques d investissement Banques universelles Zitouna Bank / BFPME Avec la création de la BFPME en 2005, volonté de s inspirer du modèle français OSEO pour faciliter le financement des entreprises en création et la mise en place de caution de l état auprès des banques. Dispositif complété en 2011 par la création de la Caisse des Dépôts et Consignation et ouverture d un bureau de la BERD en 2012 Page 11

12 Situation actuelle Le marché bancaire Tunisien est jeunecar il a moins de 60 ans. Ces 20 dernières années ont été riches en évolutions. Ce marché est aujourd hui très atomisé. Structure du système bancaire et organismes spécialisés Le système financier tunisien se présente comme suit : Banque Centrale de Tunisie 44 Etablissements de crédit Banques spécialisées ou statut particulier 8 Bureaux de représentation 21 Banques 15 Etablissements financiers 10 Etablissements de Leasing 3 Sociétés de Factoring 2 Banques d affaires Source : Ministère des Finances Il comprend également le Conseil du Marché Financier, la Bourse des Valeurs Mobilières de Tunis, la Société Tunisienne Interprofessionnelle pour la Compensation et le Dépôt des Valeurs Mobilières, les sociétés d investissement et les Organismes de Placement Collectif. Contrairement au marché Tunisien, le marché Marocain a déjà connu une période de concentration : 8 banques Le paysage marocain compte 54 établissements de crédit, dont 34 sociétés de financement et 19 banques. Parmi ces 19 banques, huit peuvent être considérées comme étant à vocation universelle : AWB, BP/CPM, BMCE, SGMB, BMCI, CAM, CDM et CIH. Page 12

13 Situation actuelle Les indicateurs du secteur bancaire sont à la hausse, malgré un fléchissement du taux de progression des crédits. Evolution des dépôts et des crédits Ressources / Emplois Crédit à la clientèle (en MDT) Dépôts de la clientèle (en MDT) Indicateurs de bancarisation Réseau d agences bancaires Habitants / agence (en milliers) 7,9 7,7 7, Ressources L année 2012 a été marquée par une progression importante de l encours de dépôts de MDT, ou 11,3% contre 5,1% en 2011 et 12,3% en L activité des établissements de crédit a connu en 2012 une accélération au niveau de son rythme de progression comparativement à l année 2011, comme en témoigne la progression du total actif de 11,2% contre 7,9% en Taux de progression des crédits 19,8% 13,7% 8,6% Taux de progression des dépôts 12,3% 5,1% 11,3% Taux de couverture des crédits par les dépôts 94,6% 87,4% 89,6% La progression des dépôts à un rythme plus accéléré que celui des crédits s est traduite par une amélioration du taux de couverture des crédits par les dépôts et s est répercuté positivement sur l endettement des banques sur le marché monétaire Ressources d emprunts Dépôts de la clientèle Emplois Crédit à la clientèle Portefeuille-titres Les emplois des banques ont enregistré une décélération au niveau de leur rythme de progression qui est revenu de 13,8% en 2011 à 8,3% en Source : Banque Centrale de Tunisie Source : Banque Centrale de Tunisie Page 13

14 Situation actuelle et le PNB s est renforcé sur cette période bien que restant fortement corrélé aux taux d intérêt Tunisie Revenus portefeuille investissement Gains sur portefeuilles titres commercial Commissions Marge d'intérêts Source : Banque Centrale de Tunisie 100% 80% 60% 40% 20% 0% 5,2% 5,9% 4,5% 15,0% 15,0% 14,5% 21,2% 21,9% 23,0% 58,6% 57,2% 58,0% Revenus portefeuille investissement Gains sur portefeuilles titres commercial Commissions Marge d'intérêts Une santé à confirmer Toutes les banques ont elles appliqué les bonnes règles prudentielles? Toutes les créances douteuses ont-elles été passées en perte? La performance des PNB des banques tunisiennes est fortement corrélée aux taux d intérêt La structure du PNB est maintenue presque inchangée par rapport à 2011 avec un légère augmentation de la part des commissions et de la marge d intérêts de 1,1 et 0,8 points de pourcentage, respectivement Page 14

15 La situation actuelle Le secteur bancaire a développé ces dernières années un réseau d agences important mais il n a pas encore initié de mouvements de concentration Le système bancaire Tunisien est parvenu à mettre en place un réseau important de représentations et d agences. On compte actuellement plus de 1450 agences bancaires, soit approximativement une agence pour 7400 habitants Banques tunisiennes cotées (11) Société Tunisienne de Banques Banque Nationale Agricole Banque de Tunisie et des Emirats Banque Internationale Arabe de Tunisie Arab Tunisian Bank Union Internationale de Banques Banques tunisiennes non cotées (10) Banque Tuniso-Koweïtienne Banque Tuniso-Libyenne Banque de Financement des PME Banque Franco-Tunisienne Le secteur bancaire marocain a connu plusieurs mouvements de concentrations, d'alliances, d'ouverture du capital et de croissance externe et interne. C'est ainsi que le nombre de banques est arrivé aujourd'hui à un total de 19 banques disposant de l agrément de Bank Al-Maghrib, dont 6 sont cotées. Page 15

16 Situation actuelle il est principalement contrôlé par les 11 banques cotées à la bourse de Tunis 3 Banques publiques tunisiennes 4 Banque à capitaux privés tunisiens 4 Banques contrôlées par des institutions étrangères La Banque de l Habitat, La Banque Nationale Agricole La Société Tunisienne de Banque La Banque Internationale Arabe de Tunisie La Banque de Tunisie Amen Bank Banque de Tunisie et des Emirats L Arab Tunisian Bank Attijari Bank L Union Internationale de Banque L Union Bancaire pour le Commerce et l Industrie Le marché bancaire tunisien est relativement fragmenté et marqué par une forte présence des banques publiques Répartition des Parts de marché de crédits (2009) Répartition des Parts de marché de dépôts (2009) UBCI, 4% UIB, 7% BH, 13% UBCI, 5% UIB, 6% BH, 10% Attijari, 8% ATB, 6% 25% 47% BNA, 15% Attijari, 9% 30% 38% BNA, 14% ATB, 10% AB, 10% BT, 8% 30% BIAT, 12% STB, 17% AB, 9% BT, 6% 32% BIAT, 17% STB, 14% Banques Publiques Banques à capitaux privés Banques contrôlées par des institutions étrangères Les huit premières banques représentaient en 2011 : 80% des encours de crédit et 82,6% des dépôts Page 16

17 Situation actuelle et ces banques ont fait preuve d un réel dynamisme entre 2011/2012 et confirment une bonne santé financière En 2012, le PNB des 10 principales banques a progressé de 11,5% en moyenne par rapport à 2011 (évolution positive pour l ensemble des 10 banques). Attijari Bank a enregistré la plus forte progression, avec une croissance de son PNB de presque 20% entre 2011 et % Comparaison des principales banques tunisiennes en fonction de leur PNB (Taille des bulles relatives à celle du réseau d agences) Croissance PNB 2011/ % 15% 10% 5% UBCI UIB ATB BT Attijari Bank Amen Bank STB BH BNA BIAT 0% PNB 2012 (en M TND) Page 17

18 Situation actuelle Principaux indicateurs d activité des banques cotées par banque en 2011 en MDT Dépôts de la clientèle 3 712, , , , , , ,5 212, , , ,1 Créances nettes sur la clientèle 4 285, , , , , , ,4 484, , , ,ç Fonds propres 428,3 410,0 342,1 434,1 485,2 560,1 471,4 143,6 528,0 202,1 121,8 PNB 171,0 145,8 181,4 188,2 339,1 259,1 153,1 23,0 221,4 121,4 140,3 Résultat Net 64,5 33,2 43,6 18,9 48,2 36,0 57,7 3,0-105,9 20,7 23,3 en % Taux de transformation 115,4 72,1 92,8 127,8 83,7 119,1 119,1 228,1 106,1 106,4 111,2 Coefficient d exploitation 41,5 52,9 57,4 52,2 58,6 53,9 30,1 56,5 54,7 69,1 59,2 ROE 17,1 8,4 13,8 4,4 10,2 6,7 13,1 2,1-20,5 10,8 23,7 ROA 1,2 0,8 1,0 0,3 0,7 0,5 1,7 0,5-1,5 0,8 0,8 TCC 9,0 9,4 9,2 13,1 7,5 13,2 5,1 11,8 23,0 6,5 15,8 TCCC 73,3 61,8 64,2 65,2 72,7 69,3 88,9 56,4 48,0 83,4 46,2 Ratio de liquidité 68,9 143,3 91,0 78,8 88,3 83,6 116,6 89,5 92,0 66,1 Source : AFC (intermédiaire en bourse) Taux de transformation : Créances nettes sur la clientèle / dépôts de la clientèle Coefficient d exploitation : charges opératoires / PNB TCC : Taux de créances classées TCCC : Taux de couverture de créances classées Ratio de liquidité : actif réalisable / passif exigible Page 18

19 Situation actuelle Cette bonne santé financière des banques ne doit pas faire oublier les problèmes économiques de la Tunisie qui risquent de les impacter à terme Croissance en hausse relative Forte incidence de la croissance des services non marchands d administration publique Recrutement de fonctionnaires Augmentations substantielles des traitements et salaires Contribution de la politique de la relance de la consommation privée et publiques Inflation qui se maintient à 6% Facteurs conjoncturels : hausses du cours des matières premières et de l énergie importée Facteurs structurels : accroissement des prix des produits alimentaires Déficit commercial qui s envole Dépréciation du taux de change Croissance rapide des importations depuis 2012 Alors que l on observe une contribution négative de la demande extérieure -15,4% contre +13% en 2010 En particulier la parité Euro / TND qui a franchi la barre symbolique des 2 Cela va renchérir le coût des importations Page 19

20 Situation actuelle Il apparaît urgent d apprécier les risques des banques sur des indicateurs macroéconomiques et pas seulement sur des indicateurs micro économiques Les indicateurs existants privilégient une approche micro économique des banques afin de prendre en compte les risques systémiques nécessité d intégrer les indicateurs macro économiques Existence d un risque systémique Le suivi individuel des établissements de crédit par les autorités de supervision s effectue à partir d agrégats microéconomiques (approche micro prudentielle) sur La qualité des actifs La profitabilité La solvabilité La sensibilité aux risques de marché Prise en compte du risque de contagion et d exposition commune du système bancaire à des chocs macro économiques (approche macro prudentielle) affectant en particulier La croissance économique La volatilité de l inflation Les taux d intérêt Les taux de change La dégradation de ces indicateurs peut impacter le résultat, le capital et le niveau des créances classées des banques Page 20

21 Analyse des acteurs en présence Les banques publiques doivent initier une transformation en profondeur pour poursuivre leur rôle de financement des grands secteurs de l économie tunisienne Forces Historique dans le financement des secteurs économiques clés de la Tunisie Présence géographique Faiblesses Besoin urgent de recapitalisation Dépendance historique du Ministère des finances Sureffectif et compétences inégales SI obsolète Besoin de modernisation de leur organisation Opportunités Possibilité de transformer ces banques en structures modernes Possibilité d envisager des scénarii de mutualisation ou de fusion Menaces Incompréhension de la rue sur le coût de cette recapitalisation 3 questions clés La modernisation des banques publiques doit elle donner lieu à des recherches d économie (Tunisie Holding) et/ou donner lieu à des fusions? La modernisation des banques publiques pose la question du rôle de l état : maintien de banques publiques ou privatisation? Cela pose également à l avenir la question sur la manière dont sera soutenu ou subventionné tel ou tel secteur économique Page 21

22 Analyse des Forces faiblesses Les banques privées à capitaux tunisiens présentent une bonne santé et ont initié leur modernisation, elles doivent désormais réfléchir à leur développement à l international Forces Opportunités Bonne santé financière Intégration dans l économie Tunisienne Lancement de programmes de transformation ambitieux qui commencent à produire des résultats Faiblesses Capitaux propres limités Forte dépendance de la santé financière de quelques grands groupes Pas de possibilité de bénéficier de moyens et de synergies de type «groupe international bancaire» Absence de réseau à l étranger Se positionner sur des opérations de croissance externe (avec l aide de partenaires) Se rapprocher d autres acteurs présents ou pas sur le marché Menaces Subir la concurrence notamment des banques à capitaux étrangers Incapacité à accompagner leurs grands clients à l international 3 Questions clés Capacité à se développer au delà de leur noyau de clientèle historique afin de prendre une autre dimension sur le marché local? Capacité à maitriser leurs coûts d exploitation? Quelles sont leurs ambitions à l international? Et comment envisage-t-elle de le financer? Page 22

23 Analyse des Forces faiblesses Les banques privées à capitaux étrangers peuvent fortement contribuer à moderniser le secteur bancaire tunisien notamment si elles se positionnent sur des opérations de rachat ou de privatisation Forces Dispose d un réseau international Dispose de Moyens / d expertises facilitant les synergies groupe Faiblesses Contraintes groupes (normes, risques,..) qui peut impacter leur compétitivité Opportunités Capacité de ces groupes à envisager des opérations de croissance externe Capacité à développer des activités internationales pour leurs clients Menaces Prise en compte des risques systémiques liés à la Tunisie et donc gelée tout ou partie de leurs activités Investissements limités aux enjeux offerts par la Tunisie (compétitivité du pays) 3 Questions clés Quelle est la place de la Tunisie dans la stratégie régionale des grands acteurs étrangers? Existe-t-il un enjeu pour un acteur majeur de prendre des participations en cas de privatisation d une banque publique? Comment ces grands groupes étrangers peuvent ils favoriser voir encourager l arrivée d investisseurs étrangers? Page 23

24 Analyse des Forces faiblesses Les ex banques d investissementdoivent réussir leur transformation en banques universelles tout en garantissant aux actionnaires une rentabilité et une pérennité Forces Opportunités Leur petite taille leur permet d être agile Relations très étroites avec leurs clients Faiblesses Problème de positionnement par rapport aux grandes banques Problèmes de rentabilité dus aux investissements nécessaires Positionnement de niche pour financer certains secteurs Menaces Risque que l une ou plusieurs de ces banques fassent faillite Risque d impacter à la baisse la rentabilité du secteur selon leurs pratiques commerciales 3 questions clé Capacité à se doter d un Système d information et d une organisation performante Comment financer les activités inhérentes à une banque universelle? Financement en propre ou recherche de mutualisation? Quel positionnement pour se différencier des grands acteurs en place? Page 24

25 Les défis du secteur bancaire Le secteur bancaire va donc devoir relever 4 défis majeurs dans les prochaines années Défi de gouvernance Redéfinir le mode de fonctionnement entre l état et la banque centrale Se donner d outils modernes pour mieux contrôler le secteur Le statuquo n est plus tenable longtemps Défi Structurel Défi Systémique Imaginer les mouvements de concentration Créer des centres de back-office pour mutualiser des activités Concevoir des Systèmes d information communs Prendre en compte les indicateurs macro économiques (prise en compte de la situation économique du pays) Défi du Digital Intégrer les enjeux du Digital Définir le nouveau modèle de banque numérique Se préparer à une nouvelle concurrence Page 25

26 Les défis du secteur bancaire Le véritable «challenge» du secteur bancaire est de relever ces défis sans impacter ses fondamentaux. Le secteur bancaire est un agent économique important Le secteur emploie directement collaborateurs Le secteur bancaire contribue à hauteur de 8,4 % dans le PIB du pays La modernisation du secteur ne doit pas impacter ni l emploi, ni la contribution à la richesse du pays Page 26

27 Les défis du secteur bancaire tout en développant de nouvelles approches de financement et en renforçant sa technicité avec le recours à de nouveaux outils Le secteur bancaire a un rôle clé dans le financement de l économie Financement des administrations et des collectivités locales Financement des entreprises Financement des ménages La mise en place d une approche «prudentielle» ne doit pas impacter le développement du pays Développer la microfinance, le Private Equity et la Banque privée Renforcer sa technicité notamment au travers des financements structurés Page 27

28 Les défis du secteur bancaire et en devenant un acteur industriel source de services à valeur ajoutée pour le pays Créer des centres de back-office mutualisés entre les banques Enjeu pour le secteur bancaire de devenir un acteur industriel Développer à partir de ces centres des activités d off-shoring à destination des banques Européennes et Africaines Développer une plate forme bancaire afin de valoriser l expertise des ingénieurs tunisiens / L enjeu est d utiliser la modernisation du secteur bancaire pour créer de nouvelles activités à valeur ajoutée et permettre d améliorer l activité des banques Page 28

29 Les défis du secteur bancaire Cette modernisation du secteur bancaire Tunisien doit intégrer la «révolution digitale» afin de ne pas faire les mauvais choix et répondre aux nouvelles attentes des clients Le secteur bancaire est clé dans la révolution numérique L économie mondiale se numérise Les transactions numériques deviennent la norme Le développement du réseau d agences et des DAB doit intégrer cette évolution pour ne pas être obsolète demain Les banques tunisiennes doivent faire évoluer leur modèle économique pour s aligner sur les modèles numériques (restant à imaginer) Pour répondre aux attentes des jeunes générations Page 29

30 Les défis du secteur bancaire Pour réussir sa modernisation, le secteur bancaire Tunisien doit s en donner les moyens 1. Partir des priorités que la Tunisie se donne en terme de secteurs d activité à développer. Apprécier le rôle que le secteur bancaire doit jouer dans le financement de ces activités 2. Elaborer le livre blanc de la modernisation du secteur bancaire Tunisien pour réussir le financement des activités clés du pays : définir la contribution attendue de chacune des banques 3. Définir une cible et des jalons à 3/5 ans 4. Elaborer une feuille de route permettant de réussir cette transformation 5. Mettre en place une instance en charge du suivi de la mise en œuvre de cette feuille de route Cette modernisation du secteur bancaire nécessite que les acteurs clés se réunissent pour clarifier leurs ambitions et définir ensemble comment ils souhaitent contribuer au développement économique de la Tunisie Page 30

Le Secteur Bancaire Tunisien Evolution, Perspectives et Défis. AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail:

Le Secteur Bancaire Tunisien Evolution, Perspectives et Défis. AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: Le Secteur Bancaire Tunisien Evolution, Perspectives et Défis AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com.tn Février 2014 SOMMAIRE Evolution de l activité

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

La Banque Attijari de Tunisie. Une banque en plein essor. Mai 2009 www.macsa.com.tn - 1 Mai 2009

La Banque Attijari de Tunisie. Une banque en plein essor. Mai 2009 www.macsa.com.tn - 1 Mai 2009 MAC SA Intermédiaire en Bourse Green Center Bloc C, 2éme étage, 1053 Les Berges du Lac- Tunis Tunisie Tél.: + 216 71 964 102 / + 216 71 962 472 Fax: + 216 71 960 903 Email: macsa@gnet.tn www.macsa.com.tn

Plus en détail

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie 4 ème Forum International de la Finance 4 th Finance International Forum Alger 13 14 mai 2008 Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie Mehrez BEN SLAMA et Dhafer SAIDANE.

Plus en détail

ETUDE DU SECTEUR BANCAIRE EN TUNISIE

ETUDE DU SECTEUR BANCAIRE EN TUNISIE j MAC SA Intermédiaire en Bourse Green Center, Bloc C, 2 éme étage Rue du lac Constance 1053 Les Berges du Lac - Tunisie Tel: (216) 71 964 102 / 962 472 Fax: (216) 71 960 903/ 962 363 E-mail: macsa@gnet.tn

Plus en détail

Qui sommes-nous? Nos atouts

Qui sommes-nous? Nos atouts Présentation de la société Qui sommes-nous? BFI est spécialisée depuis 1994 dans l édition et l intégration de solutions destinées aux banques et institutions financières. Bien implantée sur le marché

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

Le Secteur Bancaire Tunisien face à la nouvelle conjoncture. Analysts: Karim BLANCO Head of Research. Haifa BELGHITH Senior Analyst

Le Secteur Bancaire Tunisien face à la nouvelle conjoncture. Analysts: Karim BLANCO Head of Research. Haifa BELGHITH Senior Analyst Analysts: Karim BLANCO Head of Research Haifa BELGHITH Senior Analyst Le Secteur Bancaire Tunisien face à la nouvelle conjoncture Zahra BEN BRAHAM Senior Analyst Ines KHOUAJA Financial Analyst Hawazen

Plus en détail

REVUE BANCAIRE. L environnement macroéconomique. Panorama du secteur bancaire tunisien. Etude des banques cotées en 2009 : évolution et état des lieux

REVUE BANCAIRE. L environnement macroéconomique. Panorama du secteur bancaire tunisien. Etude des banques cotées en 2009 : évolution et état des lieux Novembre 2010 REVUE BANCAIRE LE SECTEUR BANCAIRE TUNISIEN L environnement macroéconomique Panorama du secteur bancaire tunisien Etude des banques cotées en 2009 : évolution et état des lieux Evaluation

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

«Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue»

«Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue» PRÉSENTATION DES RÉSULTATS AU 30 JUIN 2010 «Croissance organique et externe soutenue, Rentabilité accrue» Attijariwafa bank - Résultats au 30 juin 2010 1 Sommaire Conjoncture macro-économique et financière

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n.

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Présentation de Tunisie Leasing Nos métiers: 1/ Crédit Bail : Tunisie : Tunisie Leasing (TL) (1984) Algérie

Plus en détail

Architecture du système bancaire marocain

Architecture du système bancaire marocain Architecture du système bancaire marocain 2009-2010 SOMMAIRE RAPPEL HISTORIQUE LE PAYSAGE BANCAIRE MAROCAIN L'ACTIVITE DES BANQUES RAPPEL HISTORIQUE - 2 éme moitié du 19 ème siècle: apparition des premiers

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

Lean Media : première étape vers le Digital Media

Lean Media : première étape vers le Digital Media Lean Media : première étape vers le Digital Media Les marges de manœuvre des groupes medias s amenuisent. Cette fragilité est d abord liée à l affaiblissement du média traditionnel, soumis à de fortes

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MediCapital Bank Acteur de Référence en Afrique Dans un contexte économique pourtant difficile, Medi- Capital Bank (MCB) a démontré sa capacité à générer du chiffre

Plus en détail

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable Paris, le 17 mars 2011 Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable * Crédit Agricole S.A : premier groupe bancaire français à publier un plan stratégique en environnement

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

A PTBEF Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers. Rapport annuel

A PTBEF Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers. Rapport annuel الجمعية المهني ة التونسي ة للبنوك والمو سس ات المالي ة A PTBEF Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers Rapport annuel 2011 1 LES MEMBRES ADHÉRENTS ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie République Tunisienne Ministère des Finances Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie Zouari Maher Directeur de

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Générale Rue Abou Hamed El Ghazeli Résidence Omar Bloc A-1073 Montplaisir Tunis Tél : (216) 71 95 17 03 (L.G) Fax : (216) 71 95 13 69 www.gtiinfo.com.tn Une SSII Innovante au Service de la Finance Créée

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

SOMMAIRE. Assurances Salim

SOMMAIRE. Assurances Salim SOMMAIRE 1- Le secteur des assurances en Tunisie 2- Présentation de la socièté «ASSURANCES SALIM» 3- Stratégie de développement et perspectives d avenir 4- Evaluation 5 -Caractéristiques de l offre Assurances

Plus en détail

APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS RAPPORT ANNUEL

APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS RAPPORT ANNUEL الجمعية المهني ة التونسي ة للبنوك والمو سس ات المالي ة APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS التقرير السنوي 2010 RAPPORT ANNUEL 2011 1 LES MEMBRES ADHERENTS

Plus en détail

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS La BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE publie ci dessous ses indicateurs d activité relatifs

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises NOVEMBRE 2013 Dossier de presse Société Générale, COMMUNIQUÉ DE PRESSE Casablanca, le 21 novembre 2013 Présent dans 16 pays africains, le groupe Société Générale présente un positionnement unique, qui

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS GARDER LE RYTHME DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS 5 500 CLIENTS PROFESSIONNELS 1 400 ENTREPRISES

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

L industrie 4.0 : la 4ème révolution industrielle sauvera-telle l industrie française?

L industrie 4.0 : la 4ème révolution industrielle sauvera-telle l industrie française? L industrie 4.0 : la 4ème révolution industrielle sauvera-telle l industrie française? La situation de l industrie française est préoccupante : nous accusons un retard d investissement de l ordre de 40

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

N 338. Votre Revue de Presse Du 17 / 02 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 338. Votre Revue de Presse Du 17 / 02 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 338 By Votre Revue de Presse Du 17 / 02 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 La CIEP (CONECT Innovation & Entrepreneurship Platform) source des entrepreneurs

Plus en détail

Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs de Casablanca)

Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs de Casablanca) Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT)

LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT) BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME TUNIS - TUNISIE LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT) LIBELLES PREMIER TRIMESTRE 2009 PREMIER TRIMESTRE

Plus en détail

Le factoring dans le monde. Challenges and opportunities to enhancing access to finance for SMEs through factoring

Le factoring dans le monde. Challenges and opportunities to enhancing access to finance for SMEs through factoring Seminar on Finance and Business development Services for Entrepreneurship Development Le factoring dans le monde Challenges and opportunities to enhancing access to finance for SMEs through factoring Abdeljabar

Plus en détail

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Semaine du 20/04/2015 au 24/04/2015 Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Sur le plan international - Etats-Unis : Croissance de 2,7% attendue Sur le plan national -

Plus en détail

Ambition SG 2015 : Une croissance à moindre risque. Achever l'optimisation du portefeuille d'activités du Groupe

Ambition SG 2015 : Une croissance à moindre risque. Achever l'optimisation du portefeuille d'activités du Groupe Communiqué de Presse 15 juin 2010 Ambition SG 2015 : Une croissance à moindre risque Ambition SG 2015 Renforcer un modèle de banque universelle orienté client et recentré sur 3 piliers à fort potentiel

Plus en détail

Introduction en Bourse de la Société. Réunion d analystes

Introduction en Bourse de la Société. Réunion d analystes Introduction en Bourse de la Société «Assurances SALIM» Réunion d analystes 22 Février 2010 & Membre d Sommaire I. Le secteur des assurances en Tunisie i II. Présentation de la société «Assurances SALIM»

Plus en détail

Attijariwafa bank - Wafasalaf

Attijariwafa bank - Wafasalaf L événement Wafasalaf : 20 ans au service du consommateur 3 Historique L accompagnement du développement 5 de la société de consommation Attijariwafa bank - Wafasalaf L appartenance au premier groupe bancaire

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITE DU SYSTEME BANCAIRE ALGERIEN 2009-2011

RAPPORT SUR LA STABILITE DU SYSTEME BANCAIRE ALGERIEN 2009-2011 RAPPORT SUR LA STABILITE DU SYSTEME BANCAIRE ALGERIEN 2009-2011 Juin 2013 1 2 SYNTHESE La crise financière internationale qui a débuté aux Etats-Unis, puis s est étendue au monde entier, a affecté l économie

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie

Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie Mai 2009 Rencontre avec les Intermédiaires en Bourse Plan de la rencontre Composition du groupe Banque de Tunisie Faits marquants de l année 2008

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2013 PRESENTATION SFAF

RESULTATS ANNUELS 2013 PRESENTATION SFAF RESULTATS ANNUELS 2013 PRESENTATION SFAF JEUDI 27 FEVRIER 2014 SOMMAIRE 01 - FAITS MARQUANTS 2013 02 RÉSULTATS ANNUELS 2013 03 PERSPECTIVES 1 LE GROUPE LINEDATA UN GROUPE MONDIAL 3 nouveaux bureaux en

Plus en détail

Une banque engagée et responsable

Une banque engagée et responsable Une banque engagée et responsable Chiffres clés juin 2014 www.bmci.ma C hiffres clés au 30 juin 2014 Un résultat avant impôt du premier semestre 2014 en progression par rapport au second semestre 2013

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership WAFASALAF L innovation, la clé du leadership Conférence de presse Mardi 1 er avril 2008 Sommaire L événement Wafasalaf, un leadership confirmé sur tous ses marchés Une croissance pérenne L innovation au

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE

REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE Principaux axes De développement et modernisation Du Marché Financier en Algérie présenté par Monsieur ismail Noureddine, président de la COSOB PRINCIPALES REALISATIONS

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES XIIème Conférence sur la Transition Economique Les services financiers et bancaires au cœur de la transition économique Bruxelles, les 21 et 22 février 2008 Système

Plus en détail

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Département Recherches Etude du secteur des assurances Analyse Sectorielle Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Les sociétés opérant dans le marché des assurances en Tunisie s élèvent à 22

Plus en détail

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Plus en détail

«S'il fallait révéler le secret pour bien investir en seulement trois mots, nous irions pour : Marge de sécurité.» Warren Buffett.

«S'il fallait révéler le secret pour bien investir en seulement trois mots, nous irions pour : Marge de sécurité.» Warren Buffett. LA BANQUE NATIONALE AGRICOLE «UNE VALEUR FORTEMENT SOUS-EVALUEE» «S'il fallait révéler le secret pour bien investir en seulement trois mots, nous irions pour : Marge de sécurité.» Warren Buffett. 1 Investement

Plus en détail

En 2014, la croissance a été

En 2014, la croissance a été 05 Mai DÉPARTEMENT RECHERCHES 2015 ACHETER Cours actuel 14,3 DT Prix Cible 27,6 DT Potentiel de hausse +93 % Actionnaires Etat tunisien 32,62% Entreprises publiques 16,57% Horchani Finance 9,92% Med Habib

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe Rapport Annuel 2010 2 Sommaire Rapport Annuel 2010 Présentation du Groupe CMNE 5 Éditorial 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe Rapport

Plus en détail

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS INTERMEDIAIRES AU 30 JUIN 2011 Mesdames, messieurs les Actionnaires de La Banque Internationale Arabe de Tunisie BIAT Introduction Nous avons effectué l

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE 2013 BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Rapport sur la Supervision Bancaire Juillet 2015 2013 BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Rapport sur la Supervision Bancaire Juillet 2015 RAPPORT SUR LA SUPERVISION BANCAIRE 2013

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

INTERVENTION D UNIFACTOR Jeudi 20 Novembre 2008. Présentée par Abdessatar BEN HAMZA Directeur Commercial UNION DE FACTORING

INTERVENTION D UNIFACTOR Jeudi 20 Novembre 2008. Présentée par Abdessatar BEN HAMZA Directeur Commercial UNION DE FACTORING INTERVENTION D UNIFACTOR Jeudi 20 Novembre 2008 Présentée par Abdessatar BEN HAMZA Directeur Commercial UNION DE FACTORING Sommaire : Présentation d UNIFACTOR L affacturage domestique L affacturage international

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème "Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration"

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration 1 SOMMAIRE 1. Crise bancaire : contexte sociopolitique 2. Résolution des crises 3. Situation du système bancaire 4. Vulnérabilités 2 I. CRISES BANCAIRES : CONTEXTE SOCIOPOLITIQUES A l accession de la Guinée

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne LES MATINALES DE Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne Yazid Taalba Hôtel Hilton - ALGER 3 Juin 2014 SOMMAIRE 1- Qu est ce qu est le capital investissement? 2- Qui intervient dans ce métier?

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 LE SYSTÈME BANCAIRE ET FINANCIER DANS LES COM DU PACIFIQUE Trois catégories d établissements de crédit 1 sont implantées dans les collectivités d outremer du Pacifique : les banques

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 Chiffre d affaires ajusté en hausse de +5,1 % à 2 813,3 millions d euros, croissance organique du chiffre d affaires ajusté de +3,8 % Marge opérationnelle ajustée de 630,0 millions

Plus en détail

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Casablanca du 2 au 5 décembre 2003. PRÉSENTATION DE MONSIEUR

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail