INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux"

Transcription

1 INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux LCG/CCM/IMSI/UdeS

2 OBJECTIFS Comprendre les principes de fonctionnement des différentes méthodes d analyse thermique ainsi que leur utilité Connaître leurs avantages et inconvénients Découvrir l appareil utilisé au laboratoire Voir quelques exemples

3 PLAN 1. Principes de l analyse thermique (A.T.) 2. Différentes techniques d A.T. TGA, DTA, DSCet TMA 3. L appareillage : SETSYS Exemples d A.T.

4 PLAN 1. Principes de l analyse l thermique (A.T.)

5 PRINCIPES DE L A.T. Quand les matériaux subissent une chauffe, ils subissent un certain nombre de changements : Cristal 1 cristal 2 Solide liquide Solide vapeur Amorphe cristal Fragile ductile Composition 1 composition 2

6 PRINCIPES DE L A.T. Un ensemble de méthodes a été développé pour permettre de mesurer ces changements : DTA Analyse Thermique Différentielle DSC Analyse Enthalpique Différentielle TGA Analyse Thermogravimétrique TMA Analyse ThermoMécanique

7 PLAN 2. Différentes techniques d A.T. TGA, DTA, DSCet TMA

8 TGA La thermogravimétrie est une technique mesurant la variation de masse d un échantillon lorsqu il est soumis à une programmation de température, sous atmosphère contrôlée. Cette variation peut être une perte de masse (émission de vapeur) ou un gain de masse (fixation de gaz, oxydation )

9 TGA 1. L échantillon est pesé et la ligne de base est établie 2. L échantillon est soumis à la montée en température 3. À différentes températures, des réactions chimiques peuvent libérer des espèces gazeuses ou former des oxydes entraînant une variation de masse de l échantillon 4. Ce changement de masse est enregistré en fonction de la température

10 DTA et DSC Un grand nombre de transitions (fusion, cristallisation, transition vitreuse ) ne s accompagnent pas d une variation de masse. Ces transitions qui ne sont pas détectée par l analyse thermogravimétrique le sont par les analyses thermique et enthalpique différentielles.

11 DTA L analyse thermique différentielle est une technique mesurant la différence de température entre un échantillon et une référence (matériau inerte thermiquement) en fonction du temps ou de la température, lorsqu ils sont soumis à une programmation de température, sous atmosphère contrôlée. Avec la méthode DTA, toute transformation est détectable pour toutes les catégories de matériaux.

12 DTA 1. L échantillon et la référence sont soumis à la montée en température 2. Quand l échantillon subit un changement de phase, sa réponse en température va varier par rapport à la référence 3. Le thermocouple va mesurer cette variation. Celle-ci va être enregistrée DT=T S - T R =f(t ou t) 4. Le type de réaction (exo ou endothermique) va produire un pic

13 DSC L analyse enthalpique différentielle est une technique déterminant la variation de flux thermique émis ou reçu par un échantillon lorsqu il est soumis à une programmation de température, sous atm. contrôlée. Lors d une chauffe ou d un refroidissement, toute transformation intervenant dans un matériau est accompagnée d un échange de chaleur : la DSC permet de déterminer la température de cette transformation et dans quantifier la chaleur.

14 DSC La technique est la même que pour la DTA si ce n est que les températures sont mesurées à partir de plateaux de grande surface sur lesquels reposent le creuset de référence (vide) et le creuset contenant l échantillon. C est la DSC par flux de chaleur. Cette technique permet, par exemple, de mesurer la chaleur spécifique

15 TMA L analyse thermomécanique est une technique mesurant la déformation d un échantillon sous contrainte non oscillatoire lorsqu il est soumis à une programmation de température, sous atm. contrôlée. La contrainte peut correspondre à une compression, une traction ou une flexion

16 PROPRIÉTÉS MESURÉES DTA (T) DSC (T, H) TGA (Δm) TMA (Δl) Propriétés physiques Transition vitreuse Fusion a Pureté Évaporation a Sublimation a Changement de phase a Cristallisation b Pyrolyse b Point de Curie T : mesure la température H : mesure l enthalpie Δm : mesure la variation de masse Δl : mesure la variation de longueur - : cette technique permet de mesurer cette propriété : technique la mieux adaptée pour mesurer cette propriété a : endothermique b : exo

17 PROPRIÉTÉS MESURÉES DTA (T) DSC (T, H) TGA (Δm) TMA (Δl) Thermodynamique Chaleur spécifique Cp Coeff. de dilatation Enthalpie de réaction T : mesure la température H : mesure l enthalpie Δm : mesure la variation de masse Δl : mesure la variation de longueur - : cette technique permet de mesurer cette propriété : technique la mieux adaptée pour mesurer cette propriété

18 PROPRIÉTÉS MESURÉES DTA (T) DSC (T, H) TGA (Δm) TMA (Δl) Propriétés chimiques Corrosion Adsorption b /désorption a Réaction catalytique b (Dés)hydratation a Oxydation b /réduction a Décomposition a/b Combustion b polymérisation b T : mesure la température H : mesure l enthalpie Δm : mesure la variation de masse Δl : mesure la variation de longueur - : cette technique permet de mesurer cette propriété : technique la mieux adaptée pour mesurer cette propriété

19 PROPRIÉTÉS MESURÉES DTA (T) DSC (T, H) TGA (Δm) TMA (Δl) Propriétés chimiques Cinétique Humidité frittage T : mesure la température H : mesure l enthalpie Δm : mesure la variation de masse Δl : mesure la variation de longueur - : cette technique permet de mesurer cette propriété : technique la mieux adaptée pour mesurer cette propriété

20 PLAN 3. L appareillage : SETSYS 24

21 SETSYS 24 Gamme de température : Ambiante à 2400 C Gamme de débit de gaz porteur : 0.24 à 12 l/h Les différents modules de mesure (DTA, DSC, TGA et TMA) s adaptent de façon interchangeable sur la même structure

22 SETSYS 24 la mesure TGA jusqu à 2400 C Une balance de très haute sensibilité et fidélité Fléau articulé sur un ruban de torsion

23 SETSYS 24 la mesure DTA jusqu à 2400 C Capteur tricouple DTA Analyse qualitative 150 C à 1750 C Atm. neutre, oxydante ou réductrice

24 SETSYS 24 la mesure DTA jusqu à 2400 C Capteur plateau DTA Analyse qualitative Ambiante à 2400 C Atm. neutre Ensemble en W

25 SETSYS 24 la mesure DTA jusqu à 2400 C Capteur protégé DTA Analyse qualitative 150 C à 1750 C Atm. neutre, oxydante ou réductrice

26 SETSYS 24 la mesure DSC jusqu à 1600 C Capteur DSC plateau Analyse quantitative 150 C à 1600 C Atm. neutre, oxydante ou réductrice 2 cannes de mesures 1. Atm. à 800 C (neutre) ou 400 C (oxydante) C à 1600 C

27 SETSYS 24 TGA-DTA/DSC La méthode thermogravimétrique ne fournit que la variation de masse de l échantillon. En couplant la DTA à la TGA, l effet thermique correspondant est associé et mesuré simultanément. De la même façon, il est possible de coupler une canne DSC à la balance. On obtient ainsi simultanément la mesure du signal TGA et celle du signal DSC, qui renseignera quantitativement sur les échanges thermiques

28 SETSYS 24 TGA-DTA/DSC-MS En couplant un analyseur de gaz au thermoanalyseur, l identification des vapeurs émises est rendue plus aisée et la compréhension des mécanismes de la transformation en est facilité. Nous avons le couplage spectrométrie de masse qui est un dispositif de prélèvement optimisé ainsi qu un capillaire chauffé pour les produits noncondensables, pour des masses allant jusqu à 300 uma.

29 SETSYS 24 TGA-DTA/DSC-MS

30 SETSYS 24 TMA Dilatométrie et TMA à vitesse contrôlée (mesure de frittage par ex.) Gamme de température Ambiante jusqu à 2400 C Types de palpeur Silice, alumine et graphite

31 SETSYS 24 TMA

32 SETSYS 24 TMA 1. Le palpeur compression à extrémité plate ou sphérique pour les études de compression. Utilisé sans force sur l échantillon, il sert aux mesures de coefficient de dilatation 2. Le palpeur pénétration à extrémité de faible section. Avec ce palpeur, des pressions élevées sont obtenues sur l échantillon 3. Le palpeur flexion 3 points composé d une embase à 2 couteaux et d une tige à section en forme de couteau 4. Le palpeur traction composé d une pince inférieure fixée au tube de mesure et d une pince supérieure solidaire du palpeur, pour l étude des fibres et des films sous traction 5. Le palpeur dilatation volumique composé d un creuset et d un palpeur à fond plat, pour l étude de la dilatation des poudres ainsi que le frittage

33 SETSYS 24 TMA Cette technique est surtout utilisée pour des matériaux polymères et composites (ramollissement, transition vitreuse, dégradation, réticulation) sous contrainte variée, pour l étude des films et des fibres, pour le frittage des céramiques, pour l étude du comportement mécanique des alliages métalliques, et d une façon générale pour la mesure des coefficients de dilatation.

34 SETSYS 24 programmation Vitesse de montée en température linéaire Vitesse de variation de masse contrôlée Cinétique (ordre de la réaction, constante de vitesse et énergie d activation) (DTG) Chaleur spécifique (DSC) Dilatométrie (TMA) TMA à vitesse contrôlée DLTMA

35 PLAN 4. Exemples d A.T. d

36 EXEMPLE 1 : TGA TG (%) Temperature ( C) DTG (%/min) < N > < N2O > DTG 0 Décomposition d un d pneu dm : -66,44 % T -2-4 Conditions expérimentales : Creuset d alumine N 2 puis O 2 Chauffage (10 C/min) de 20 C à 600 C sous N 2 Isotherme pendant 1 heure (changement de gaz) Chauffage (10 C/min) de 600 C à 1000 C sous O 2-80 dm : -26,46 % Résultats : Élastomère : 66.4 % Carbone : 26.2 % Résidus : 7.4 % TG C Time (min)

37 EXEMPLE 2 : TGA-DTA TG / (%) DTG / (%/min) Heat Flow / (µv) Exo Analyse de la kaolinite Conditions expérimentales : Creuset de platine Chauffage (10 C/min) de 25 C à 1600 C sous air Résultats : Présence de 2 pertes de masse Entre l ambiante et 250 C, évaporation de l eau (perte de 4.8 %) > endothermique Entre 250 C et 940 C, déshydroxylation de la kaolinite (perte de masse de 12.2 %) > endothermique La kaolinite devient du métakaolin Exotherme à 993 C due à la transformation du métakaolin en mullite Exotherme à 1263 c due à la transformation de la mullite en mullite secondaire puis cristobalite -25 Temperature / ( C)

38 EXEMPLE 3 : TGA-DSC TG / % 0 DTG DTG / %/min 0 HF / mw Exo TG HF Décomposition de l oxalate l de calcium Conditions expérimentales : Creuset d alumine Chauffage (10 C/min) de 20 C à 1000 C sous He Résultat : 3 pertes de masse observées CaC 2 O 4, H 2 O > CaC 2 O 4 H 2 O CaC 2 O 4 > CaCO 3 CO CaCO 3 > CaO CO Temperature 800 / C

39 EXEMPLE 4 : TMA-DSC Corrélation entre les données des TMA et DSC pour le PET (polyéthyl thylène téréphtalate) Conditions expérimentales : Palpeur à compression plat en silice Résultats : Entre 80 C et 100 C : contraction de 2 % Entre 100 C et 230 C : Contraction de 24.6 % En s aidant de la courbe DSC, la première contraction est due à la transition vitreuse. Quant à la seconde, elle correspond au ramollissement du PET. La contraction s arrête dès que l échantillon cristallise (exotherme à C). Nous avons une légère expansion jusqu à la fusion (260.9 C).

40 EXEMPLE 5 : DLTMA DLTMA sur le PET (polyéthyl thylène téréphtalate) Conditions expérimentales : Palpeur à compression sphérique en silice Oscillation entre 10 g et 150 g À une fréquence de 0.05 Hz Sous hélium Résultats : Par rapport aux résultats précédents, on remarque la transition vitreuse vers 78 C. puis le début de la cristallisation vers 140 C

41 TYPES D ÉCHANTILLONS Polymères (thermoplastiques, élastomères ) Co-polymères, blends et additifs (plastifiants, stabilisants, fillers, pigments ) Matériaux organiques Matériaux inorganiques (métaux, céramiques, verres, alliages ) Médicaments Bétons, argiles, minéraux Nourriture, tabac Bitumes, peintures

Théorie et utilisation pratique des calorimètres et analyseurs thermiques

Théorie et utilisation pratique des calorimètres et analyseurs thermiques Théorie et utilisation pratique des calorimètres et analyseurs thermiques Public concerné Stages de formation standard inscrite au planning : - Toute personne responsable ou utilisatrice d équipements

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE 1 Pr. J. Lecomte-Beckers Chapitre 4 : Température de transition des polymères 4.1 La transition vitreuse Les polymères peuvent montrer deux comportements. PMMA Polystyrène

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

SOLIDIFICATION GENERALITES

SOLIDIFICATION GENERALITES Cours Matériaux 2005 SOLIDIFICATION GENERALITES Jean-Marc HAUDIN CEMEF PLAN 1. INTRODUCTION 2. LES MATERIAUX DE DEPART 3. DESCRIPTION DE PROCEDES TYPES 4. PROBLEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES Pr Khalil EL GUERMAÏ PROGRAMME COURS 1- Rappel sur l Analyse l Thermique

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

ELTRA Des solutions précises pour l analyse élémentaire

ELTRA Des solutions précises pour l analyse élémentaire VERDER SCIENTIFIC Magazine client Numéro 40 ELTRA Des solutions précises pour l analyse élémentaire Précis, Fiable, Flexible EDITORIAL Charbon Acier Terre Cher(e)s lecteurs, clients et partenaires, Dans

Plus en détail

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie TSC II Analyse par Courants Thermostimulés L excellence en analyse thermique et en calorimétrie 2 TSC1I applications... Introduction Cette méthode particulière d Analyse Thermique utilise la MOBILITE MOLECULAIRE

Plus en détail

Calorimétrie & Analyse Thermique Différentielle pour l étude des verres. Sophie PAPIN

Calorimétrie & Analyse Thermique Différentielle pour l étude des verres. Sophie PAPIN Calorimétrie & Analyse Thermique Différentielle pour l étude des verres Sophie PAPIN Ecole thématique du CNRS Nucléation et cristallisation des matériaux vitreux Oléron, Mai 2013 Au programme Analyse Thermique

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

PROSSIS. PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier. Lingai LUO. LOCIE-CNRS-Université de Savoie. ANR-07-Stock-E-08

PROSSIS. PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier. Lingai LUO. LOCIE-CNRS-Université de Savoie. ANR-07-Stock-E-08 PROSSIS PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier ANR-07-Stock-E-08 Lingai LUO LOCIE-CNRS-Université de Savoie Le projet PROSSIS Titre : PROcédé pour le Stockage Solaire Inter Saison Partenaires : -

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

Mots clés : Bâtiment, Matériaux à changement de phase, Stockage d énergie, Inertie thermique, Simulation numérique.

Mots clés : Bâtiment, Matériaux à changement de phase, Stockage d énergie, Inertie thermique, Simulation numérique. Propriétés thermophysiques et comportement thermique d'un composite polymère - matériau à changement de phase. Application aux parois de l'enveloppe légère des bâtiments. Laurent ROYON 1, André BONTEMPS

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

Equilibres binaires. Exercices d entraînement. Thermodynamique 2 : 1. Tracé d un diagramme binaire LV. 2. Alliages or-argent

Equilibres binaires. Exercices d entraînement. Thermodynamique 2 : 1. Tracé d un diagramme binaire LV. 2. Alliages or-argent Thermodynamique 2 : Equilibres binaires Exercices d entraînement 1. Tracé d un diagramme binaire LV On considère un mélange de deux constituants A et B (A plus volatil que B). On précise que A et B sont

Plus en détail

2nd Congrès du Réseau Français d Ingénierie du Sport 23 et 24 juin 2005

2nd Congrès du Réseau Français d Ingénierie du Sport 23 et 24 juin 2005 2nd Congrès du Réseau Français d Ingénierie du Sport 23 et 24 juin 2005 Les propriétés des polymères et des composites Sommaire : 1) Structure des polymères 2) Leur composition 3) Les éléments composants

Plus en détail

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit :

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit : Mesure de température Définitions : L élévation de la température dans une matière est l agitation des électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit

Plus en détail

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations :

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : PATHOLOGIE DU BETON Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : Physiques : - retrait - actions thermiques - actions mécaniques Chimiques - internes - externes Electrochimiques

Plus en détail

1. Description sommaire d un chromatographe en phase gazeuse.

1. Description sommaire d un chromatographe en phase gazeuse. Page 1 sur 6 1. Description sommaire d un chromatographe en phase gazeuse. 2. Four. C est un four à bain d air, pourvu de résistances chauffantes et d un système de ventilation et de brassage pour l homogénéisation

Plus en détail

Générateurs d ozone Séries CMG, CMGL et CMGK-F

Générateurs d ozone Séries CMG, CMGL et CMGK-F Générateurs d ozone Séries CMG, CMGL et CMGK-F Informations produit et caractéristiques techniques 03/2012 Sous réserve de modifications! INNOVATEC // Gerätetechnik GmbH von-liebig-str. 6 D-53 359 Rheinbach

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Utilisation des Matériaux à Changement de Phase (MCP) en climatisation passive et chauffage d intersaison

Utilisation des Matériaux à Changement de Phase (MCP) en climatisation passive et chauffage d intersaison Utilisation des Matériaux à Changement de Phase (MCP) en climatisation passive et chauffage d intersaison Contrat ADEME - PUCA N 04 04 C 0073 Notifié le 28/12/2004 D. QUENARD H. SALLEE K. JOHANNES A. HUSAUNNDEE

Plus en détail

1/2000. Informations pour les utilisateurs des systèmes d'analyse thermique METTLER TOLEDO. Sommaire

1/2000. Informations pour les utilisateurs des systèmes d'analyse thermique METTLER TOLEDO. Sommaire 1/2000 Informations pour les utilisateurs des systèmes d'analyse thermique METTLER TOLEDO Chers clients L'année 2000 sera pour METTLER TOLEDO extrêmement intéressante dans le domaine de l'analyse thermique.

Plus en détail

Lignes de transfert d Energie Electrique

Lignes de transfert d Energie Electrique Plan général du cours Introduction Les sources d énergie Les vecteurs d énergie Les consommateurs Les systèmes de tension 1 transmission réserve Source : Microsoft 2 1 Source Vecteur d énergie Consommateur

Plus en détail

CHAUFFAGE. Cours : 14 séances (A.Trombe, L.Adolphe, C.Oms) TD : 8 séances (S. Ginestet, M.Moisson, C.Oms) Tests : 1 QCM (30%) + 1 Contrôle final (70%)

CHAUFFAGE. Cours : 14 séances (A.Trombe, L.Adolphe, C.Oms) TD : 8 séances (S. Ginestet, M.Moisson, C.Oms) Tests : 1 QCM (30%) + 1 Contrôle final (70%) 2010/2011 CHAUFFAGE 4 - GC Cours : 14 séances (A.Trombe, L.Adolphe, C.Oms) TD : 8 séances (S. Ginestet, M.Moisson, C.Oms) Tests : 1 QCM (30%) + 1 Contrôle final (70%) 4 séances 2 séances 2 séances 4 séances

Plus en détail

Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat

Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat Nathalie MAZET Benoît MICHEL Gabriel BOULNOIS Pierre NEVEU Sylvain MAURAN Driss STITOU CNRS

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Mark F. Green Queen s University at Kingston Auteurs: John Gales Tom Parker Hamze Hajiloo Martin Noël Duncan Cree Luke Bisby

Plus en détail

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E Introduction : utilisation de l énergie thermique dans l hôtellerie et la restauration : Appareils producteurs de chaleur : Grill, Fours, Brûleurs, Radiateur, Chauffe-eau

Plus en détail

Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène

Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène Objectifs pédagogiques Après l étude de ce chapitre, vous pourrez : Différencier les effets des polarités CCDP, CCPI et c.a. sur le nettoyage

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

Thermal Analysis Excellence

Thermal Analysis Excellence Thermal Analysis Excellence DMA/SDTA861 e Système STAR e Technologie innovante Modularité infinie Qualité suisse Analyse mécanique dynamique extrêmement performante DMA/SDTA861 e Technique de mesure précise

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Guide du monteur Thermostats

Guide du monteur Thermostats Refrigeration and Air Conditioning Controls Guide du monteur R E F R I G E R A T I O N A N D A I R C O N D I T I O N I N G Contenu Page Montage... 3 Thermostat KP avec sonde d ambiance... 4 Thermostat

Plus en détail

DEVOIR DE THERMOCHIMIE

DEVOIR DE THERMOCHIMIE DEVOIR DE THERMOCHIMIE Données fournies Constante des gaz parfaits: R= 8,31 kpa.l.k-1.mol -1 Nombre d'avogadro: N A = 6,02 x 10 23 mol -1. Capacité thermique massique de l'eau solide: 2,14 J/g. C. Capacité

Plus en détail

UE BI 504 Thermodynamique des systèmes biologiques TP de Thermochimie

UE BI 504 Thermodynamique des systèmes biologiques TP de Thermochimie UE BI 504 Thermodynamique des systèmes biologiques TP de Thermochimie Emmanuel Beaudoin Sébastien Béasse 1 TP1 Dosage calorimétrique : détermination d une enthalpie de réaction Introduction La digestion

Plus en détail

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I L École nationale des pompiers du Québec Dans le cadre de son programme de formation Pompier I QUATRIÈME ÉDITION MANUEL DE LUTTE CONTRE L INCENDIE EXPOSÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES POMPIER 1 SUJET 4 Énergie

Plus en détail

LE CONFORT D UN SOL ISOLE

LE CONFORT D UN SOL ISOLE l isolation de sol la plus mince pour chaque niveau d isolation un format pratique de 1200 x 2500 mm une haute résistance mécanique une pose rapide et efficace LE CONFORT D UN SOL ISOLE Des sols au-dessus

Plus en détail

2. Propriétés thermiques

2. Propriétés thermiques 2. Propriétés thermiques Elles permettent d interpréter les réactions d un matériau aux variations de la température 1. Capacité thermique 2. Dilatation thermique 3. Conductivité thermique Energie de liaison

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

EXCLUSIVITÉ DE EN COLLABORATION AVEC

EXCLUSIVITÉ DE EN COLLABORATION AVEC EXCLUSIVITÉ DE EN COLLABORATION AVEC L innovation technologique qui accompagne l avènement d une nouvelle matière représente un facteur fondamental pour concevoir et produire une nouvelle génération de

Plus en détail

TURBOPLASMA : Destruction de goudrons assistée par plasma thermique Bio-E 2009. C o l l o q u e B i o é n e r g i e s 9 e t 1 0 o c t o b r e 2 0 1 2

TURBOPLASMA : Destruction de goudrons assistée par plasma thermique Bio-E 2009. C o l l o q u e B i o é n e r g i e s 9 e t 1 0 o c t o b r e 2 0 1 2 TURBOPLASMA : Destruction de goudrons assistée par plasma thermique Bio-E 2009 Contexte Biomasse, déchets Gazéification Gaz de synthèse Goudrons, poussières Turboplasma Pouvoir énergétique de la torche

Plus en détail

13 Notions sur la combustion

13 Notions sur la combustion 1 er avril 2003 Les combustibles 344 13 Dans la plupart des cycles moteurs étudiés au chapitre 9, les quantités de chaleur nécessaires au fonctionnement du cycle sont obtenues par combustion d hydrocarbures,

Plus en détail

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403 ANNEXE : RISQUES ASSOCIES AUX GAZ COMPRIMES GAZ COMBUSTIBLES DIHYDROGÈNE : H 2 H220 - extrêmement inflammable. SGH02 Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Aucune Masse molaire 2 g.mol -1 Masse

Plus en détail

WDS ISOL ANT MICROPOREUX

WDS ISOL ANT MICROPOREUX WDS 950 GLASS Page 1/4 Caractéristiques : Wacker WDS 950 Glass est un isolant thermique microporeux présentant un excellent pouvoir isolant, donc un coefficient de conductivité thermique très faible. Wacker

Plus en détail

Technologie des fabrications mécaniques 2

Technologie des fabrications mécaniques 2 Faculté Polytechnique de Mons Service de Génie Mécanique Cours 0707-04 Technologie des fabrications mécaniques 2 Prof. Enrico Filippi Table des matières 1. MATERIAUX 6 1.1. Introduction 6 1.2. Méthodologie

Plus en détail

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Fiche technique Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Table des matières Page Introduction... 3 Caractéristiques techniques... 3 AVTA pour fluides neutres...

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Les radiants IR KRELUS á faible inertie. ondes moyennes. efficaces. réactifs. modulaires. sur mesure. économiques. respectueux de l environnement

Les radiants IR KRELUS á faible inertie. ondes moyennes. efficaces. réactifs. modulaires. sur mesure. économiques. respectueux de l environnement Les radiants IR KRELUS á faible inertie ondes moyennes efficaces réactifs modulaires sur mesure économiques respectueux de l environnement KRELUS AG Im Wechsel 23 CH-5042 Hirschthal Tel. +41 (0)62 739

Plus en détail

Mini-fondeuse sous vide & surpression MC50

Mini-fondeuse sous vide & surpression MC50 Mini-fondeuse sous vide & surpression MC50 Cette petite fondeuse destinée à la fabrication de bijoux et aux fontes de précision pour tout domaine d activité, rassemble toutes les conditions pour obtenir

Plus en détail

Séminaire mi parcours Stock-e 2010 STAID Stockage Inter Saisonnier de l Énergie Thermique dans les Bâtiments

Séminaire mi parcours Stock-e 2010 STAID Stockage Inter Saisonnier de l Énergie Thermique dans les Bâtiments Séminaire mi parcours Stock-e 2010 Stockage Inter Saisonnier de l Énergie Thermique dans les Bâtiments Kévyn JOHANNES, Laboratoire CETHIL, Kevyn.johannes@insa-lyon.fr Coordinateur : CETHIL Organismes de

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Résistances tissées Notice produit

Résistances tissées Notice produit Document 1101014 - Édition juin 2009 Table des matières 1 Caractéristiques générales...3 2 Exemples de réalisations 2.1 Résistance chauffante... 4 2.2 Résistance pour essais...4 2.3 Résistance pour banc

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

Contraintes d intégration liées à. consommation de carburant en

Contraintes d intégration liées à. consommation de carburant en Contraintes d intégration liées à la réduction d émissions et de consommation de carburant en traction autonome Samuel Hibon Mai 2009 TRANSPORT Sommaire 1st topic Les normes Page 3 2nd topic Evolutions

Plus en détail

ÉLÉMENTS CHAUFFANTS SOUPLES

ÉLÉMENTS CHAUFFANTS SOUPLES ÉLÉMENTS CHAUFFANTS SOUPLES Les éléments chauffants silicone sont constitués d un élément chauffant isolé entre deux feuilles silicone renforcées par de la fibre de verre. Souples et de faible épaisseur,

Plus en détail

Descriptif du chantier test :

Descriptif du chantier test : Descriptif du chantier test : Réfection du réseau d ECS en cuivre dans un pavillon individuel de 1982, le réseau cuivre a été refait avec des tubes multicouches préisolés avec 10mm de silice morphe 2inToob.

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote.

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. K4. Point triple de l azote I. BUT DE LA MANIPULATION Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. II. BASES THEORIQUES Etats de la matière La matière est constituée

Plus en détail

Clemenceau. Du gaz parfait monoatomique aux fluides réels et aux phases condensées. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.

Clemenceau. Du gaz parfait monoatomique aux fluides réels et aux phases condensées. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O. Lycée Clemenceau CSI (O.Granier) Du gaz parfait monoatomique aux fluides réels et aux phases condensées La thermodynamique? La thermodynamique? La thermodynamique est fondamentalement la science des transformations

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Mardi 18 juin 2013 Limoges

Mardi 18 juin 2013 Limoges Construire en terre : passé, présent futur! Pascal MAILLARD - Responsable Projets R&D Mardi 18 juin 2013 Limoges 1 Sommaire Historique et techniques de construction Construire en terre aujourd hui Caractérisation

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

par micro-ondes SCP SCIENCE

par micro-ondes SCP SCIENCE SCP SCIENCE 47 Systèmes de digestion par micro-ondes SCP SCIENCE offre 3 types de systèmes de digestion par micro-ondes. NovaWAVE SA: un instrument qui peut effectuer jusqu à 12 digestions simultanément

Plus en détail

ROXUL RHT Board Flex Wrap. Isolant pour équipements mécaniques et industriels haute température

ROXUL RHT Board Flex Wrap. Isolant pour équipements mécaniques et industriels haute température ISOLANT POUR ÉQUIPEMENTS MÉCANIQUES ET INDUSTRIELS HAUTE TEMPÉRATURE ROXUL RHT Board Flex Wrap Isolant pour équipements mécaniques et industriels haute température ROXUL RHT Protection de l environnement

Plus en détail

1. Conductivité thermique effective

1. Conductivité thermique effective La mesure de conductivité thermique (à travers l exemple des super-isolants de type aérogels) Arnaud RIGACCI Ecole des Mines de Paris Centre Energétique et Procédés (CEP) Equipe «Energétique, Matériaux

Plus en détail

Terres cuites et Maçonneries

Terres cuites et Maçonneries Terres cuites et Maçonneries Plan 1. Historique 2. Produits en terre cuite 3. Matière première 4. Fabrication 4.1 Extraction et préparation de la terre 4.2 Façonnage 4.3 Séchage 4.4 Cuisson 5. Propriétés

Plus en détail

وزارة التعليم العالي و البحث العلمي

وزارة التعليم العالي و البحث العلمي BADJI MOKHTAR ANNABA UNIVERSITY UNIVERSITE BADJI MOKHTAR ANNABA جامعة باجي مختار عنابة وزارة التعليم العالي و البحث العلمي FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR Année 2011 DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

cussons Bancs d essai de moteurs pour techniciens automobiles Bancs d essai de moteurs monocylindres

cussons Bancs d essai de moteurs pour techniciens automobiles Bancs d essai de moteurs monocylindres LABORATOIRE DE MECANIQUE AUTOMOBILE RECOMMANDATIONS DE CUSSONS Pendant plus de 60 ans, Cussons Technology a été associée avec Ricardo Consulting Engineers, entreprise mondialement reconnue de conseils

Plus en détail

Informations sur la conception

Informations sur la conception Delrin PAR DUPONT Module III résine acétal Informations sur la conception Marque déposée de E.I. du Pont de Nemours and Companie The miracles of science est une marque de E.I. du Pont de Nemours and Companie

Plus en détail

Section 2.2 Le comportement des gaz

Section 2.2 Le comportement des gaz 6. Dans un gaz, les particules sont très espacées et se déplacent librement dans toutes les directions, ce qui fait que le désordre dans cette phase est extrêmement élevé. ar contre dans un liquide ou

Plus en détail

Notes de cours de : L ADSORPTION INDUSTRIELLE M. HEMATI

Notes de cours de : L ADSORPTION INDUSTRIELLE M. HEMATI Notes de cours de : L ADSORPTION INDUSTRIELLE M. HEMATI Chapitre INTRODUCTION A L ADSORPTION INDUSTRIELLE - DEFINITION L adsorption peut être définie comme l opération fondamentale de Génie Chimique qui

Plus en détail

Optionen: Précision classe A Référence : OT9030P2 Précision 1/5 de classe B Référence OT9030P5

Optionen: Précision classe A Référence : OT9030P2 Précision 1/5 de classe B Référence OT9030P5 Capteur Pt100 à petite poignée type PK 06 Référence FPA2061 jusqu'à 300 C max. Référence OT9030P5 15 s Poignée : 110 mm Capteur Pt100 à petite poignée type PK 07-1 Référence FPA2071 jusqu'à 200 C max.

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

LE SCELLEMENT DES FIBRES OPTIQUES SANS METALLISATION: quelques conseils. Raymond L. Dietz* Diemat, Inc., 19 Central St., Byfield, MA 01922

LE SCELLEMENT DES FIBRES OPTIQUES SANS METALLISATION: quelques conseils. Raymond L. Dietz* Diemat, Inc., 19 Central St., Byfield, MA 01922 LE SCELLEMENT DES FIBRES OPTIQUES SANS METALLISATION: quelques conseils Raymond L. Dietz* Diemat, Inc., 19 Central St., Byfield, MA 01922 Adaptation française par Jean Lepagnol, ingénieur IEG, C.D.S. s.a.

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

CCP Chimie MP 2011 Énoncé 1/5 6(66,21 03&+ (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

CCP Chimie MP 2011 Énoncé 1/5 6(66,21 03&+ (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz CCP Chimie MP 20 Énoncé /5 6(66,2 03&+ C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S (35(89(63(&,),48(),/,(5(03 zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz &+,0,( 'XUpHKHXUHV zzzzzzzzzzzzzzzzzzzz %/HFDQGLGDWDWWDFKHUDODSOXVJUDQGHLPSRUWDQFHjODFODUWpjODSUpFLVLRQHWjODFRQFLVLRQGH

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail

CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION 3 À 114 KW

CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION 3 À 114 KW CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION 3 À 114 KW Rendement énergétique maximal et très faibles émissions grâce à une technologie de pointe à condenseur et à modulation ANS 2 CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION:

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

Stockage inter saisonnier de l'énergie solaire par procédé thermochimique

Stockage inter saisonnier de l'énergie solaire par procédé thermochimique Stockage inter saisonnier de l'énergie solaire par procédé thermochimique Lingai LUO Directeur de recherche CNRS LTN-UMR CNRS 6607, Nantes Nolwenn Le Pierres LOCIE-Université de Savoie Stockage de l'énergie

Plus en détail

DOCUMENT DE SYNTHESE

DOCUMENT DE SYNTHESE DOCUMENT DE SYNTHESE ETUDE DE LA STABILITE DU E-LIQUIDE ILIXIR TESTES PAR ANALYSES THERMIQUES (ATG/ATD) Philippe Ayrault (1), François Jérôme (1), Antoine Piccirilli (2), Vincent Bonnarme (2) (1) IC2MP

Plus en détail

Binaires. M (g/mol) 78,114 154,211

Binaires. M (g/mol) 78,114 154,211 1 ) Le benzène (B) et le diphényle (D) forment des solutions idéales à l état liquide, par contre les solides ne sont pas miscibles. a) Déterminer la température de fusion du mélange en fonction de la

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT Les gaz butane et propane sont des énergies propres, respectueuses de l environnement. Leur combustion est d excellente

Plus en détail