INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux"

Transcription

1 INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux LCG/CCM/IMSI/UdeS

2 OBJECTIFS Comprendre les principes de fonctionnement des différentes méthodes d analyse thermique ainsi que leur utilité Connaître leurs avantages et inconvénients Découvrir l appareil utilisé au laboratoire Voir quelques exemples

3 PLAN 1. Principes de l analyse thermique (A.T.) 2. Différentes techniques d A.T. TGA, DTA, DSCet TMA 3. L appareillage : SETSYS Exemples d A.T.

4 PLAN 1. Principes de l analyse l thermique (A.T.)

5 PRINCIPES DE L A.T. Quand les matériaux subissent une chauffe, ils subissent un certain nombre de changements : Cristal 1 cristal 2 Solide liquide Solide vapeur Amorphe cristal Fragile ductile Composition 1 composition 2

6 PRINCIPES DE L A.T. Un ensemble de méthodes a été développé pour permettre de mesurer ces changements : DTA Analyse Thermique Différentielle DSC Analyse Enthalpique Différentielle TGA Analyse Thermogravimétrique TMA Analyse ThermoMécanique

7 PLAN 2. Différentes techniques d A.T. TGA, DTA, DSCet TMA

8 TGA La thermogravimétrie est une technique mesurant la variation de masse d un échantillon lorsqu il est soumis à une programmation de température, sous atmosphère contrôlée. Cette variation peut être une perte de masse (émission de vapeur) ou un gain de masse (fixation de gaz, oxydation )

9 TGA 1. L échantillon est pesé et la ligne de base est établie 2. L échantillon est soumis à la montée en température 3. À différentes températures, des réactions chimiques peuvent libérer des espèces gazeuses ou former des oxydes entraînant une variation de masse de l échantillon 4. Ce changement de masse est enregistré en fonction de la température

10 DTA et DSC Un grand nombre de transitions (fusion, cristallisation, transition vitreuse ) ne s accompagnent pas d une variation de masse. Ces transitions qui ne sont pas détectée par l analyse thermogravimétrique le sont par les analyses thermique et enthalpique différentielles.

11 DTA L analyse thermique différentielle est une technique mesurant la différence de température entre un échantillon et une référence (matériau inerte thermiquement) en fonction du temps ou de la température, lorsqu ils sont soumis à une programmation de température, sous atmosphère contrôlée. Avec la méthode DTA, toute transformation est détectable pour toutes les catégories de matériaux.

12 DTA 1. L échantillon et la référence sont soumis à la montée en température 2. Quand l échantillon subit un changement de phase, sa réponse en température va varier par rapport à la référence 3. Le thermocouple va mesurer cette variation. Celle-ci va être enregistrée DT=T S - T R =f(t ou t) 4. Le type de réaction (exo ou endothermique) va produire un pic

13 DSC L analyse enthalpique différentielle est une technique déterminant la variation de flux thermique émis ou reçu par un échantillon lorsqu il est soumis à une programmation de température, sous atm. contrôlée. Lors d une chauffe ou d un refroidissement, toute transformation intervenant dans un matériau est accompagnée d un échange de chaleur : la DSC permet de déterminer la température de cette transformation et dans quantifier la chaleur.

14 DSC La technique est la même que pour la DTA si ce n est que les températures sont mesurées à partir de plateaux de grande surface sur lesquels reposent le creuset de référence (vide) et le creuset contenant l échantillon. C est la DSC par flux de chaleur. Cette technique permet, par exemple, de mesurer la chaleur spécifique

15 TMA L analyse thermomécanique est une technique mesurant la déformation d un échantillon sous contrainte non oscillatoire lorsqu il est soumis à une programmation de température, sous atm. contrôlée. La contrainte peut correspondre à une compression, une traction ou une flexion

16 PROPRIÉTÉS MESURÉES DTA (T) DSC (T, H) TGA (Δm) TMA (Δl) Propriétés physiques Transition vitreuse Fusion a Pureté Évaporation a Sublimation a Changement de phase a Cristallisation b Pyrolyse b Point de Curie T : mesure la température H : mesure l enthalpie Δm : mesure la variation de masse Δl : mesure la variation de longueur - : cette technique permet de mesurer cette propriété : technique la mieux adaptée pour mesurer cette propriété a : endothermique b : exo

17 PROPRIÉTÉS MESURÉES DTA (T) DSC (T, H) TGA (Δm) TMA (Δl) Thermodynamique Chaleur spécifique Cp Coeff. de dilatation Enthalpie de réaction T : mesure la température H : mesure l enthalpie Δm : mesure la variation de masse Δl : mesure la variation de longueur - : cette technique permet de mesurer cette propriété : technique la mieux adaptée pour mesurer cette propriété

18 PROPRIÉTÉS MESURÉES DTA (T) DSC (T, H) TGA (Δm) TMA (Δl) Propriétés chimiques Corrosion Adsorption b /désorption a Réaction catalytique b (Dés)hydratation a Oxydation b /réduction a Décomposition a/b Combustion b polymérisation b T : mesure la température H : mesure l enthalpie Δm : mesure la variation de masse Δl : mesure la variation de longueur - : cette technique permet de mesurer cette propriété : technique la mieux adaptée pour mesurer cette propriété

19 PROPRIÉTÉS MESURÉES DTA (T) DSC (T, H) TGA (Δm) TMA (Δl) Propriétés chimiques Cinétique Humidité frittage T : mesure la température H : mesure l enthalpie Δm : mesure la variation de masse Δl : mesure la variation de longueur - : cette technique permet de mesurer cette propriété : technique la mieux adaptée pour mesurer cette propriété

20 PLAN 3. L appareillage : SETSYS 24

21 SETSYS 24 Gamme de température : Ambiante à 2400 C Gamme de débit de gaz porteur : 0.24 à 12 l/h Les différents modules de mesure (DTA, DSC, TGA et TMA) s adaptent de façon interchangeable sur la même structure

22 SETSYS 24 la mesure TGA jusqu à 2400 C Une balance de très haute sensibilité et fidélité Fléau articulé sur un ruban de torsion

23 SETSYS 24 la mesure DTA jusqu à 2400 C Capteur tricouple DTA Analyse qualitative 150 C à 1750 C Atm. neutre, oxydante ou réductrice

24 SETSYS 24 la mesure DTA jusqu à 2400 C Capteur plateau DTA Analyse qualitative Ambiante à 2400 C Atm. neutre Ensemble en W

25 SETSYS 24 la mesure DTA jusqu à 2400 C Capteur protégé DTA Analyse qualitative 150 C à 1750 C Atm. neutre, oxydante ou réductrice

26 SETSYS 24 la mesure DSC jusqu à 1600 C Capteur DSC plateau Analyse quantitative 150 C à 1600 C Atm. neutre, oxydante ou réductrice 2 cannes de mesures 1. Atm. à 800 C (neutre) ou 400 C (oxydante) C à 1600 C

27 SETSYS 24 TGA-DTA/DSC La méthode thermogravimétrique ne fournit que la variation de masse de l échantillon. En couplant la DTA à la TGA, l effet thermique correspondant est associé et mesuré simultanément. De la même façon, il est possible de coupler une canne DSC à la balance. On obtient ainsi simultanément la mesure du signal TGA et celle du signal DSC, qui renseignera quantitativement sur les échanges thermiques

28 SETSYS 24 TGA-DTA/DSC-MS En couplant un analyseur de gaz au thermoanalyseur, l identification des vapeurs émises est rendue plus aisée et la compréhension des mécanismes de la transformation en est facilité. Nous avons le couplage spectrométrie de masse qui est un dispositif de prélèvement optimisé ainsi qu un capillaire chauffé pour les produits noncondensables, pour des masses allant jusqu à 300 uma.

29 SETSYS 24 TGA-DTA/DSC-MS

30 SETSYS 24 TMA Dilatométrie et TMA à vitesse contrôlée (mesure de frittage par ex.) Gamme de température Ambiante jusqu à 2400 C Types de palpeur Silice, alumine et graphite

31 SETSYS 24 TMA

32 SETSYS 24 TMA 1. Le palpeur compression à extrémité plate ou sphérique pour les études de compression. Utilisé sans force sur l échantillon, il sert aux mesures de coefficient de dilatation 2. Le palpeur pénétration à extrémité de faible section. Avec ce palpeur, des pressions élevées sont obtenues sur l échantillon 3. Le palpeur flexion 3 points composé d une embase à 2 couteaux et d une tige à section en forme de couteau 4. Le palpeur traction composé d une pince inférieure fixée au tube de mesure et d une pince supérieure solidaire du palpeur, pour l étude des fibres et des films sous traction 5. Le palpeur dilatation volumique composé d un creuset et d un palpeur à fond plat, pour l étude de la dilatation des poudres ainsi que le frittage

33 SETSYS 24 TMA Cette technique est surtout utilisée pour des matériaux polymères et composites (ramollissement, transition vitreuse, dégradation, réticulation) sous contrainte variée, pour l étude des films et des fibres, pour le frittage des céramiques, pour l étude du comportement mécanique des alliages métalliques, et d une façon générale pour la mesure des coefficients de dilatation.

34 SETSYS 24 programmation Vitesse de montée en température linéaire Vitesse de variation de masse contrôlée Cinétique (ordre de la réaction, constante de vitesse et énergie d activation) (DTG) Chaleur spécifique (DSC) Dilatométrie (TMA) TMA à vitesse contrôlée DLTMA

35 PLAN 4. Exemples d A.T. d

36 EXEMPLE 1 : TGA TG (%) Temperature ( C) DTG (%/min) < N > < N2O > DTG 0 Décomposition d un d pneu dm : -66,44 % T -2-4 Conditions expérimentales : Creuset d alumine N 2 puis O 2 Chauffage (10 C/min) de 20 C à 600 C sous N 2 Isotherme pendant 1 heure (changement de gaz) Chauffage (10 C/min) de 600 C à 1000 C sous O 2-80 dm : -26,46 % Résultats : Élastomère : 66.4 % Carbone : 26.2 % Résidus : 7.4 % TG C Time (min)

37 EXEMPLE 2 : TGA-DTA TG / (%) DTG / (%/min) Heat Flow / (µv) Exo Analyse de la kaolinite Conditions expérimentales : Creuset de platine Chauffage (10 C/min) de 25 C à 1600 C sous air Résultats : Présence de 2 pertes de masse Entre l ambiante et 250 C, évaporation de l eau (perte de 4.8 %) > endothermique Entre 250 C et 940 C, déshydroxylation de la kaolinite (perte de masse de 12.2 %) > endothermique La kaolinite devient du métakaolin Exotherme à 993 C due à la transformation du métakaolin en mullite Exotherme à 1263 c due à la transformation de la mullite en mullite secondaire puis cristobalite -25 Temperature / ( C)

38 EXEMPLE 3 : TGA-DSC TG / % 0 DTG DTG / %/min 0 HF / mw Exo TG HF Décomposition de l oxalate l de calcium Conditions expérimentales : Creuset d alumine Chauffage (10 C/min) de 20 C à 1000 C sous He Résultat : 3 pertes de masse observées CaC 2 O 4, H 2 O > CaC 2 O 4 H 2 O CaC 2 O 4 > CaCO 3 CO CaCO 3 > CaO CO Temperature 800 / C

39 EXEMPLE 4 : TMA-DSC Corrélation entre les données des TMA et DSC pour le PET (polyéthyl thylène téréphtalate) Conditions expérimentales : Palpeur à compression plat en silice Résultats : Entre 80 C et 100 C : contraction de 2 % Entre 100 C et 230 C : Contraction de 24.6 % En s aidant de la courbe DSC, la première contraction est due à la transition vitreuse. Quant à la seconde, elle correspond au ramollissement du PET. La contraction s arrête dès que l échantillon cristallise (exotherme à C). Nous avons une légère expansion jusqu à la fusion (260.9 C).

40 EXEMPLE 5 : DLTMA DLTMA sur le PET (polyéthyl thylène téréphtalate) Conditions expérimentales : Palpeur à compression sphérique en silice Oscillation entre 10 g et 150 g À une fréquence de 0.05 Hz Sous hélium Résultats : Par rapport aux résultats précédents, on remarque la transition vitreuse vers 78 C. puis le début de la cristallisation vers 140 C

41 TYPES D ÉCHANTILLONS Polymères (thermoplastiques, élastomères ) Co-polymères, blends et additifs (plastifiants, stabilisants, fillers, pigments ) Matériaux organiques Matériaux inorganiques (métaux, céramiques, verres, alliages ) Médicaments Bétons, argiles, minéraux Nourriture, tabac Bitumes, peintures

Les différentes techniques d analyse thermique et de calorimétrie au service de l expertise chimique. Pierre LE PARLOUËR leparlouer@orange.

Les différentes techniques d analyse thermique et de calorimétrie au service de l expertise chimique. Pierre LE PARLOUËR leparlouer@orange. Les différentes techniques d analyse thermique et de calorimétrie au service de l expertise chimique Pierre LE PARLOUËR leparlouer@orange.fr ANALYSE THERMIQUE Un groupe de techniques pour lesquelles une

Plus en détail

Méthodes thermiques d analyse

Méthodes thermiques d analyse UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Méthodes thermiques d analyse Pr Khalil EL GUERMAÏ Méthodes Thermiques d Analyse 1)- Introduction 2)- Analyse

Plus en détail

Théorie et utilisation pratique des calorimètres et analyseurs thermiques

Théorie et utilisation pratique des calorimètres et analyseurs thermiques Théorie et utilisation pratique des calorimètres et analyseurs thermiques Public concerné Stages de formation standard inscrite au planning : - Toute personne responsable ou utilisatrice d équipements

Plus en détail

CALORI METRI E - I NTRODUCTI ON AUX METHODES D ANALYSE THERMI QUE

CALORI METRI E - I NTRODUCTI ON AUX METHODES D ANALYSE THERMI QUE CALORI METRI E - I NTRODUCTI ON AUX METHODES D ANALYSE THERMI QUE Plan: - 1. La calorimét rie «st andard» (rappel?) - 2. Principe Général des mét hodes d analyse t hermique - 3. Analyse Calorimét rique

Plus en détail

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température CEFRACOR 24 Octobre 2013 Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température Omar Al haj ; Véronique Peres ; Eric Serris ; Michel Cournil

Plus en détail

Thermal Analysis Excellence

Thermal Analysis Excellence Thermal Analysis Excellence STAR e Excellence Software Système STAR e Technologie innovante Modularité illimitée Qualité suisse Logiciel d analyse thermique pour une flexibilité illimitée STAR e Excellence

Plus en détail

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Page 1 sur 6 Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Introduction Un véhicule en mouvement possède une énergie cinétique, fonction de la masse et de la vitesse, soit E = 1/2 m v 2. Le

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc.

Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc. Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc. Abdulrhaman EL LABBAN 1, Pierre MOUSSEAU *1, Jean Luc BAILLEUL 2, Rémi DETERRE 1 1 GEPEA ERT OPERP, UMR CNRS 6144, IUT de Nantes, 2 av du Prof.

Plus en détail

Récupération d énergie

Récupération d énergie Récupération d énergie Le sujet propose d étudier deux dispositifs de récupération d énergie soit thermique (problème 1) soit mécanique (problème 2) afin de produire une énergie électrique. Chaque problème

Plus en détail

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques I - Traitements volumiques 1 Trempe C est un traitement thermique de durcissement consistant à chauffer la pièce à une température supérieure à la ligne de transformation fer α fer γ (austénisation), puis

Plus en détail

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux Assemblage des métaux La fonction principale d un assemblage est de transmettre correctement des efforts qui peuvent être très importants et qui sont le plus généralement statiques ou quasi-statiques (actions

Plus en détail

113 Adoptée : 12 mai 1981

113 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 (- Essai de stockage accéléré [Essai CIPAC] - Méthodes d'analyse thermique, comprenant l'analyse thermique différentielle

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

Partie V: Propriétés mécaniques des matériaux

Partie V: Propriétés mécaniques des matériaux Partie V: Propriétés mécaniques des matériaux Chapitre 14 Propriétés mécaniques Pour beaucoup de matériaux, les propriétés mécaniques déterminent leurs applications potentielles. Ce chapitre fournit une

Plus en détail

Thermochimie - TD 2 Corrigé

Thermochimie - TD 2 Corrigé Thermochimie - TD Corrigé Licence 1 «Groupes Concours & Polytech» - 007 / 008 Exercice 1 : combustion La combustion dans une bombe calorimétrique (volume constant) d une pastille de 3,76 g d acide benzoïque

Plus en détail

INSPIRING IMAGINATION FOR MATERIAL SCIENCE

INSPIRING IMAGINATION FOR MATERIAL SCIENCE INSPIRING IMAGINATION FOR MATERIAL SCIENCE L analyse thermique associée à l analyse des gaz émis: techniques et applications Rémi ANDRE*, Aurélien ELIAS*, Gaëlle DEFOSSE*, Christine MAYOUX*, Fabrizio PAVANELLO**

Plus en détail

Utilisation des courbes Pvt THERMODYNAMIQUE :CHANGEMENTS D ETAT

Utilisation des courbes Pvt THERMODYNAMIQUE :CHANGEMENTS D ETAT THERMODYNAMIQUE :CHANGEMENTS D ETAT page:1 Les changements d état que subissent les polymères lors de leur transformation sont régis par les lois de la thermodynamique Exemple : Action ou procédé thermodynamique

Plus en détail

&omme nous l avons déjà signalé, la présence d azote lors de la combustion conduit

&omme nous l avons déjà signalé, la présence d azote lors de la combustion conduit CHAPITRE 4 RESULTATS EXPERIMENTAUX ET DISCUSSIONS &omme nous l avons déjà signalé, la présence d azote lors de la combustion conduit à la formation de différents oxydes d azote, dont 95% existent sous

Plus en détail

La gestion efficiente des chaudières à condensation : pour une performance accrue

La gestion efficiente des chaudières à condensation : pour une performance accrue La gestion efficiente des chaudières à condensation : pour une performance accrue Présenté par : Simon Mandeville Directeur technique, division chauffage ENVIROAIR Industries Lundi 11 novembre 2013 Agenda

Plus en détail

Panneaux sandwich à tolérance planéité serrée Chambres Tracking bras dimuon ALICE LHC

Panneaux sandwich à tolérance planéité serrée Chambres Tracking bras dimuon ALICE LHC Chambres Tracking bras dimuon ALICE LHC Chambres Tracking bras dimuon ALICE LHC Particularités des chambres tracking Chambres à fils, à lecture cathodique, dont les cathodes sont également les fenêtres,

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

SOLIDIFICATION MISE EN FORME DES POLYMERES

SOLIDIFICATION MISE EN FORME DES POLYMERES Cours Matériaux 2005 SOLIDIFICATION MISE EN FORME DES POLYMERES Jean-Marc HAUDIN CEMEF PLAN 1. Introduction 2. Caractéristiques de la mise en œuvre des polymères thermoplastiques 3. Grands procédés de

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse III PRODUCION DE FROID, POMPE A CHALEUR Un cycle frigorifique est un système thermodynamique qui permet de transférer de la chaleur d un milieu vers un autre à température plus élevée. D après le second

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

GT 330-430 - 530 / DTG 230-330

GT 330-430 - 530 / DTG 230-330 GT 330-430 - 530 / DTG 230-330 C H A U D I È R E S A U S O L B A S S E T E M P É R A T U R E GT 330 - GT 430 - GT 530 CHAUDIÈRE FIOUL / GAZ EN FONTE DE 55 À 1450 KW DTG 230 - DTG 330 CHAUDIÈRE GAZ EN FONTE

Plus en détail

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE 6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE OBJECTIFS Connaître les particularités de la chromatographie en fluide supercritique et des chromatographies sur couche mince ou sur papier Comprendre les avantages et

Plus en détail

SOLIDIFICATION GENERALITES

SOLIDIFICATION GENERALITES Cours Matériaux 2005 SOLIDIFICATION GENERALITES Jean-Marc HAUDIN CEMEF PLAN 1. INTRODUCTION 2. LES MATERIAUX DE DEPART 3. DESCRIPTION DE PROCEDES TYPES 4. PROBLEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1. INTRODUCTION

Plus en détail

SCIENCES DES MATÉRIAUX 1/7

SCIENCES DES MATÉRIAUX 1/7 SCIENCES DES ATÉRIAUX / EENTO SCIENCES DES ATÉRIAUX SCIENCES DES ATÉRIAUX / Grandeur STRUCTURES CRISTALLOGRAPHIQUES ET PROPRIETES PHYSIQUES asse volumique r (g.cm - ) Température de fusion ( C) Coeficient

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2010

CONCOURS D ADMISSION 2010 A 2010 Chimie PSI ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP)

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE 1 Pr. J. Lecomte-Beckers Chapitre 4 : Température de transition des polymères 4.1 La transition vitreuse Les polymères peuvent montrer deux comportements. PMMA Polystyrène

Plus en détail

Tarifs de nos prestations 2015

Tarifs de nos prestations 2015 Tarifs de nos prestations 2015 Les mesures sont réalisées en fonction de la demande du client. Ces mesures peuvent être réalisées d après les normes nationales, internationales et standards (Pharmacopées,

Plus en détail

Stocker de la chaleur avec les Matériaux à Changement de Phase

Stocker de la chaleur avec les Matériaux à Changement de Phase Stocker de la chaleur avec les Matériaux à Changement de Phase M. Larnicol Avec le soutien financier de la Région wallonne 1 Plan Qu est ce que les Matériaux à Changement de Phase (PCM)? Principe de fonctionnement

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

L anodisation. en milieu sulfurique

L anodisation. en milieu sulfurique Les traitements de surface de l aluminium et de ses alliages L anodisation en milieu sulfurique A.Steyer AVANT-PROPOS. L ensemble des opérations devant concourir à l accomplissement de l anodisation en

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

Texte cahier des charges HEATMASTER 25 C

Texte cahier des charges HEATMASTER 25 C Pagina 1 van 6 Texte cahier des charges HEATMASTER 25 C PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le HeatMaster C est une chaudière gaz à condensation, posée au sol, qui produit de l eau chaude sanitaire, avec un rendement

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT.

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. TD 1 1: On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. 1) Etablir l'expression du travail reçu par le gaz, au cours d'une compression isotherme réversible

Plus en détail

La chromatographie aspects généraux

La chromatographie aspects généraux La chromatographie aspects généraux Méthode de séparation et de quantification de composés présents dans une phase homogène liquide ou gazeuse. Le principe est basé sur les équilibres successifs des composés

Plus en détail

PAPYEX GRAPHITE SOUPLE GUIDE TECHNIQUE

PAPYEX GRAPHITE SOUPLE GUIDE TECHNIQUE PAPYEX GRAPHITE SOUPLE GUIDE TECHNIQUE Applications d étanchéité Marchés Mersen est l un des plus anciens fabricants de graphite souple au monde. La qualité Papyex est exigée, au travers de s techniques,

Plus en détail

Chauffage IR des composites - application au procédé d'infusion de résine

Chauffage IR des composites - application au procédé d'infusion de résine Matériaux et structures composites : Caractérisation thermique et transferts dans les procédés de mise en forme et d assemblage. Vendredi 25 septembre 2009 Chauffage IR des composites - application au

Plus en détail

SUPRA 50 - SP 510. ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi

SUPRA 50 - SP 510. ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi SUPRA 50 - SP 510 ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi I. INTRODUCTION La gamme des alliages magnétiques vers 50% de Nickel d Imphy Alloys se compose des nuances suivantes : - SUPRA 50 / SUPRA 50 SP - SUPRA

Plus en détail

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010 ACIER Dr. Adamah MESSAN École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) Les aciers 1. Propriétés 2. Traitement des aciers 3. Produits et utilisations LES ACIERS 1. Propriétés 1.1 Propriétés physique *Massevolumique:

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

CHAPITRE 3. Les capteurs de température

CHAPITRE 3. Les capteurs de température CHAPITRE 3 Les capteurs de température PLAN INTRODUCTION CAPTEURS DE TEMPERATURE DE CONTACT PYROMETRES OPTIQUES CONCLUSION INTRODUCTION (1) La température : - Ce n'est pas une variable d'état - C'est une

Plus en détail

PERMEABILITE DES POLYMERES

PERMEABILITE DES POLYMERES ANVAR PERMEABILITE DES POLYMERES I. NOTIONS SUR LE TRANSPORT GAZEUX DANS LES POLYMERES Il est généralement admis que les gaz traversent les films polymères denses par un processus de "dissolution-diffusion".

Plus en détail

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques S3 PMCP 2015/2016 D de thermodynamique n 5 Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques 1 Cycle avec une seule source de chaleur. Soit un système pouvant, pendant un

Plus en détail

Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques

Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques SéminaireBIOENERGIESUD Capteurs gaz pour la mesure et le contrôle des procédés Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques Ghislaine VOLLE CIRAD Unité

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Au cours de cette expérience, vous allez obtenir de façon simple du dioxyde de carbone, caractériser quelques unes de ses propriétés et effectuer quelques réactions

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Manuel de moulage. TRD 30 1 re partie. résine acétal. DuPont Delrin

Manuel de moulage. TRD 30 1 re partie. résine acétal. DuPont Delrin TM DuPont Delrin résine acétal TRD 3 1 re partie Manuel de moulage Marques déposées de E.I. du Pont de Nemours and Company. The miracles of science est une marque de E.I. du Pont de Nemours and Company.

Plus en détail

Interprétation des courbes DSC; partie 2: mesures isothermes J. Widmann

Interprétation des courbes DSC; partie 2: mesures isothermes J. Widmann 2/2000 Informations pour les utilisateurs des systèmes d'analyse thermique METTLER TOLEDO Chers clients C est avec plaisir que nous remarquons l intérêt croissant pour l UserCom. Après avoir modifié la

Plus en détail

Démonstrations de physique, Enseignement secondaire Table des matières

Démonstrations de physique, Enseignement secondaire Table des matières Démonstrations de physique, Enseignement secondaire Table des matières D1 Mécanique D1.1 Caractéristiques communes des corps D1.3 Mouvements linéaires D1.1.1 D1.1.1.1 D1.1.1.2 D1.1.1.3 D1.1.1.4 D1.1.1.5

Plus en détail

Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides

Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008 135 144 Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides H. Derbal 1*, M. Belhamel 1, A. Benzaoui 2

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

DETECTION DE FUITES TUBES DE REFROIDISSEMENT POUR ECRANS DE FAISCEAU

DETECTION DE FUITES TUBES DE REFROIDISSEMENT POUR ECRANS DE FAISCEAU EUROPEAN LABORATORY FOR PARTICLE PHYSICS CERN - LHC DIVISION LHC-VAC/CB Vacuum Technical Note 01-14 Octobre 2001 DETECTION DE FUITES TUBES DE REFROIDISSEMENT POUR ECRANS DE FAISCEAU C. Boullard, P. Thirion

Plus en détail

Stockage solaire et efficacité énergétique

Stockage solaire et efficacité énergétique Stockage solaire et efficacité énergétique Gilles Fraisse Laboratoire Optimisation de la Conception et Ingénierie de l Environnement CNRS-FRE 3220 Paris, le 21 octobre 2009 Journée : «Stockage de l énergie

Plus en détail

Développement et caractérisation de matériaux destinés à la protection incendie

Développement et caractérisation de matériaux destinés à la protection incendie Développement et caractérisation de matériaux destinés à la protection incendie Jérôme Féjean Laboratoire GRGC, équipe matériaux, Insa de Rennes, 2 avenue des Buttes de Coësmes, 3543 Rennes Cedex, France.

Plus en détail

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Nancy 22 mars 2013 Institut Jean Lamour UMR 7198 Historique : Utilisation de matériaux métalliques pour l élaboration

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 2016 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E3 SCIENCES PHYSIQUES U31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température.

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température. COURS DE THERMODYNAMIQUE de Mme F. Lemmini, Professeur STU-SVI CHAPITRE I : TEMPERATURE ET CHALEUR I.1 Température I.1.1 Notion de température La température est liée à la sensation physiologique du chaud

Plus en détail

Rhéologie des Poudres. Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR

Rhéologie des Poudres. Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR Rhéologie des Poudres Mesure de l écoulement des poudres avec les rhéomètres MCR Les poudres sont partout et représentent un défi Travailler avec de la poudre peut s avérer difficile, particulièrement

Plus en détail

ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE

ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE 1. ALIMENTATION EN EAU Lorsque le circuit de chauffage est alimenté par le réseau d eau potable, l alimentation en eau doit comporter un réservoir de coupure,

Plus en détail

Minéralisation assistée par micro-ondes. Joël Poupon

Minéralisation assistée par micro-ondes. Joël Poupon Minéralisation assistée par micro-ondes Joël Poupon CSA, 14 novembre 2006 Importance de la mise en solution dans le processus analytique Doc. Anton Paar Conditions d une bonne minéralisation Pas de contamination

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 004 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PYSIQUE Durée : 4 heures Les calculatrices sont autorisées. N : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de

Plus en détail

Technologie du béton GCI 340

Technologie du béton GCI 340 Ammar Yahia, ing., Ph.D. Génie civil. Automne 2011 Les granulats à béton - Généralités variables influençant la qualité du béton - Caractéristiques des granulats - Propriétés des granulats à béton - Essais

Plus en détail

Physique Chimie. Constantes physico-chimiques. Ingénierie innovante et durable. Management industriel. Conception et Production

Physique Chimie. Constantes physico-chimiques. Ingénierie innovante et durable. Management industriel. Conception et Production Physique Chimie Recherche et innovation en physique-chimie Optique physique Structure de la matière États de la matière Mécanique physique Modélisation mécanique Fondamentaux en chimie Chimie organique

Plus en détail

La technologie PIM. Exemples de pièces obtenues par le procédé PIM

La technologie PIM. Exemples de pièces obtenues par le procédé PIM La technologie PIM Le procédé PIM combine injection plastique et métallurgie des poudres. Il permet la mise en forme de pièce métallique et/ou céramique comme celle de pièce plastique. Exemples de pièces

Plus en détail

maison naturellement chaude

maison naturellement chaude ISO 9001 ISO 14001 CHAUDIÈRES BOIS offre commerciale maison naturellement chaude Orlan UNION FOR ENTERPRISING PEOPLE C O M P E T I T I V E N E S S P R O G R A M M E Satisfaire l utilisateur dans son choix

Plus en détail

Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton

Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton C. Lanos, C. Baux, Y. Mélinge LGCGM EA 3913 Equipe MT-Rhéo Rennes, France. Christophe.lanos@univ-rennes1.fr

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 2 LES MATERIAUX EN PRESENCE Section 2.2 Le béton 2.2.1 Les constituants du béton 2.2.2 Les types de béton 2.2.3 La résistance à la compression 2.2.4 La résistance

Plus en détail

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques Le ciment 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques 1. Fabrication du ciment Le ciment est obtenu à partir du calcaire (CaCO 3 ) et de l argile

Plus en détail

ANEXE 1 Essais de DMA et modélisation par éléments finis

ANEXE 1 Essais de DMA et modélisation par éléments finis ANEXE 1 Essais de DMA et modélisation par éléments finis ANEXE 1...188 ESSAIS DE DMA ET MODELISATION PAR ELEMENTS FINIS...188 1.1 ANALYSE EXPERIMENTALE...189 1.2 MODELISATION DES ESSAIS DE DMA PAR ELEMENTS

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Calorimétrie & Analyse Thermique Différentielle pour l étude des verres. Sophie PAPIN

Calorimétrie & Analyse Thermique Différentielle pour l étude des verres. Sophie PAPIN Calorimétrie & Analyse Thermique Différentielle pour l étude des verres Sophie PAPIN Ecole thématique du CNRS Nucléation et cristallisation des matériaux vitreux Oléron, Mai 2013 Au programme Analyse Thermique

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE

LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE Parmi les 12 critères de base définissant la "chimie verte" (green chemistry), énoncés en 1998 par deux chimistes, Paul Anastas et John C. Warner,

Plus en détail

Chromatographie liquide haute performance (CHLP)

Chromatographie liquide haute performance (CHLP) Chromatographie liquide haute performance (CHLP) La chromatographie liquide haute performance (CHLP en français, HPLC en anglais) est une technique analytique très générale d emploi. Elle correspond à

Plus en détail

Les mécanismes m primaires de pyrolyse de la biomasse

Les mécanismes m primaires de pyrolyse de la biomasse LCME Les mécanismes m primaires de pyrolyse de la biomasse G. Finqueneisel, J.V. Weber LCME, Université Paul Verlaine de Metz, rue Victor Demange, 57500 Saint Avold gisele.finqueneisel@univ-metz.fr Séminaire

Plus en détail

Matériaux thermoplastiques issus de ressources renouvelables Charlyse POUTEAU Pôle Européen de Plasturgie

Matériaux thermoplastiques issus de ressources renouvelables Charlyse POUTEAU Pôle Européen de Plasturgie Matériaux thermoplastiques issus de ressources renouvelables Charlyse POUTEAU Pôle Européen de Plasturgie Forum International de Plasturgie Oyonnax, le 14 Juin 2006 Introduction Objectif Étude exhaustive

Plus en détail

CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification LIQUIDES INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification

CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification LIQUIDES INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES Un gaz inflammable est un gaz ou un mélange de gaz ayant un domaine d inflammabilité en mélange avec l air à 20 C et à une pression normale de 101,3 kpa Catégorie 1

Plus en détail

COURBE DE RFROIDISSEMENT DU PLOMB : CHANGEMENT D ETAT

COURBE DE RFROIDISSEMENT DU PLOMB : CHANGEMENT D ETAT TP THERMODYNAMIQUE R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI COURBE DE RFROIDISSEMENT DU PLOMB : CHANGEMENT D ETAT OBJECTIFS Mettre en œuvre de façon modeste une chaine d acquisition d une grandeur physique. Utiliser

Plus en détail

Lyon : 685 rue Juliette Récamier Paris : 35 rue Claude Tillier 69 970 Chaponnay 75 012 Paris 12 04 37 23 03 40 01 43 48 06 01 Site internet :

Lyon : 685 rue Juliette Récamier Paris : 35 rue Claude Tillier 69 970 Chaponnay 75 012 Paris 12 04 37 23 03 40 01 43 48 06 01 Site internet : Lyon : 685 rue Juliette Récamier Paris : 35 rue Claude Tillier 69 970 Chaponnay 75 012 Paris 12 04 37 23 03 40 01 43 48 06 01 Site internet : www.becsa.fr La consommation électrique Le cycle frigorifique

Plus en détail

TP n 8 : CONTRÔLE DES MATERIAUX

TP n 8 : CONTRÔLE DES MATERIAUX INTRODUCTION Dans le d'un produit (matière première plus ou moins transformé / objet manufacturé), il y a 2 aspects : - un aspect dimensionnel - un aspect matériau (constitution chimique, caractéristiques

Plus en détail

3. Généralités. 3.1 Qu est ce que le béton cellulaire?

3. Généralités. 3.1 Qu est ce que le béton cellulaire? 3. Généralités 3.1 Qu est ce que le béton cellulaire? L air pétrifié Sable, chaux et ciment constituent les matières premières de base. Celles-ci sont intimement mélangées dans des proportions bien déterminées,

Plus en détail

Discovery Learning Labs (DLL)

Discovery Learning Labs (DLL) Module 1. Thermodynamique d'une pompe à chaleur Cet équipement se compose d'un compresseur hermétique relié à un condenseur et un évaporateur conçu pour fonctionner comme une pompe à chaleur. Avec cet

Plus en détail

GRAPHITES DE SPÉCIALITÉS POUR LA COULÉE CONTINUE DES MÉTAUX

GRAPHITES DE SPÉCIALITÉS POUR LA COULÉE CONTINUE DES MÉTAUX GRAPHITES DE SPÉCIALITÉS POUR LA COULÉE CONTINUE DES MÉTAUX INSTALLATION DE COULÉE CONTINUE HORIZONTALE Système de refroidissement Filière en graphite Front de solidification La coulée continue est un

Plus en détail

Matériels de détection gaz et liquide

Matériels de détection gaz et liquide Matériels de détection gaz et liquide Détection : n.f. ; Action de déceler l existence de ce qui est caché. (5) Analyse : n.f ; Etude faite en vue de discerner les différentes parties d un tout. (5) Matériel

Plus en détail

Sédiments et nouveaux matériaux pour le Bâtiment Durable

Sédiments et nouveaux matériaux pour le Bâtiment Durable Sédiments et nouveaux matériaux pour le Bâtiment Durable Pr. M.Quéneudec-t Kint, Dr.HDR. R.M.Dheilly Ingénierie des Matériaux et Procédés - Unité de recherche EPROAD EA 4669 - SFR Condorcet CNRS 3417-7,

Plus en détail

Les Procédés de valorisation énergétique par Pyrolyse & Gazéification

Les Procédés de valorisation énergétique par Pyrolyse & Gazéification Les Procédés de valorisation énergétique par Pyrolyse & Gazéification par Gérard ANTONINI, Professeur des Universités (UTC) Congrès Européen ECO-TECHNOLOGIES pour le futur, Lille, Grand Palais, le 9 juin

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Critères de sélection des matériaux

Critères de sélection des matériaux Critères de sélection des matériaux Quels outils pour faire le meilleur coix? Jean Colombani 04 7 44 85 70 jean.colombani@univ-lyon1.fr Laurent Joly 04 7 43 6 11 laurent.joly@univ-lyon1.fr Vittoria Piscedda

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Chapitre 2 - Méthodes expérimentales

Chapitre 2 - Méthodes expérimentales Chapitre 2 - Méthodes expérimentales 2.1 - Procédés d élaboration des matériaux vitreux et monocristallins... 16 2.1.1 - Elaboration des verres de silice par sustentation sur film de gaz... 16 2.1.2 -

Plus en détail

2. Principe de fonctionnement du moteur Stirling sauteur

2. Principe de fonctionnement du moteur Stirling sauteur Le moteur Stirling sauteur gilles.charles@univ-orleans.fr Résumé : Cet article présente la réalisation d'un petit moteur Stirling assez simple à fabriquer, et fonctionnant selon le principe d'un oscillateur

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO GAZ

ALFÉA HYBRID DUO GAZ DUO GAZ POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT GAZ CONDENSATION INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail