FOCUS PARKINGS CB RICHARD ELLIS I FRANCE JANVIER 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FOCUS PARKINGS CB RICHARD ELLIS I FRANCE JANVIER 2010"

Transcription

1 FOCUS PARKINGS CB RICHARD ELLIS I FRANCE JANVIER 2010

2 La Problématique du stationnement La France est un grand pays de l automobile Si personne ne sait quelle sera la place de l automobile dans le futur du fait des logiques environnementales en cours, qu on le veuille ou non, la voiture occupe une place majeure en France : elle est de très loin le moyen de transport le plus utilisé des français, représentant 84 % du transport intérieur de voyageurs ; avec près de 600 automobiles et véhicules utilitaires pour habitants, la France est un des pays ayant la plus forte densité automobile au monde. Début 2009, notre pays compte 37,2 millions de véhicules, dont près de 31 millions de voitures particulières. Malgré un parc automobile encore en progression, le trafic annuel n augmente plus. Dans son rapport annuel, le Comité des Constructeurs Français d'automobiles (CCFA) indique que «l utilisation quotidienne de la voiture a fléchi ces dernières années : la part des véhicules du parc utilisés quotidiennement ou presque s établit à 73 % en 2008, contre 79 % en 2000». 2 raisons sont souvent évoquées : l évolution des prix des carburants ces dernières années a conduit les particuliers à optimiser l utilisation de leur véhicule ; les pouvoirs publics affichent une volonté de restreindre le trafic automobile en développant les transports en commun, notamment en centre-ville. Chiffres clés des métiers du stationnement personnes employées Un chiffre d affaires de plus d 1,3 milliard d euros 3 millions de places réparties dans 700 villes Plus de 80 sociétés privées exploitantes Les principaux leaders en nombre de places gérées en France, début 2009 : 1 Vinci Park : Q-Park : Effia: LyonParcAuto:44180 Sources : FNMS, opérateurs P Vers une rationalisation La Loi sur l Air de 1996 a rendu obligatoire l instauration de Plans de Déplacements Urbains (PDU) dans les agglomérations de plus de habitants. Ces PDU ont pour objectif de favoriser la circulation des transports en commun et autres transports «propres» et de maîtriser l utilisation de la voiture en ville. Cela se traduit par le développement des couloirs de bus, des pistes cyclables et l extension des zones piétonnes. Ainsi, immanquablement le nombre de places de stationnement sur voirie se réduit. Ce phénomène permet aux parcs de stationnement de limiter l incidence de la baisse de l utilisation de la voiture. Le stationnement est un enjeu majeur pour préserver l attractivité de nos villes et de nos quartiers d affaires. Le manque de places de stationnement est en effet la 2 ème critique adressée de la part des français à leur quartier. C est dans cette perspective que les entreprises sont toujours soucieuses d offrir à leurs clients et salariés des conditions d accessibilité optimales, notamment par le biais de parkings adéquats. Cette publication vise à apporter un éclairage sur certaines problématiques du stationnement en tant que produit immobilier à part entière et en tant que levier de performance globale de l entreprise, dans un contexte pourtant peu propice. 2

3 Évolution du nombre d automobiles et du trafic annuel de voitures Source : CCFA Transport intérieur de voyageurs* en France en 2007, selon le mode de transport utilisé (en voyageurs - km) Voitures particulières 84 % * Le transport de voyageurs comprend tout mouvement de voyageurs à bord d'un mode de transport quel qu'il soit : ferroviaire, routier, maritime, aérien... Il se mesure en voyageurskilomètres (unité de mesure qui équivaut au transport d'un voyageur sur une distance d'un kilomètre) ou, sur un trajet donné en nombre de voyageurs. Source : INSEE Parc automobile en France (en milliers) Variation annuelle du trafic (voitures particulières) ,0 % 3,6 % 2,2 % 0,8 % -0,6% -2,0% Autobus, autocars 5% Transports en commun ferroviaires 10 % Surface par place de parking Moyenne Bureaux 62 m² SUBL Activités 60 à 110 m² SHON Grande logistique 167 à 400 m² SHON Centres commerciaux 15 à 20 m² GLA Coûts de construction (ouvrage souterrain) HT / place de stationnement Construction simple à20000 Construction complexe à30000 Transports aériens 1% Principaux indicateurs immobiliers des places de stationnement Sources : CB Richard Ellis et base CNCC Services et innovations, leviers de la performance des parkings Dans un contexte juridique très strict à l égard des nouvelles constructions, les opérateurs essaient de maximiser le remplissage des parkings existants. Ils développent donc leur offre de services dans les parcs de stationnement pour attirer/fidéliser plus de clients, augmenter le ticket moyen et maximiser le taux d occupation des parkings de jour comme de nuit. Tout l enjeu de cette démarche marketing consiste en quelque sorte à pouvoir accompagner l automobiliste depuis son arrivée jusqu à son départ du parking à travers une gamme complète de services. Dans cette perspective, ils associent de plus en plus l offre de stationnement à d autres services de transports (location de vélo, covoiturage, accès aux transports en commun, etc.). Ils développent également les services couplés aux nouvelles technologies. Ainsi, la Fédération Nationale des Métiers du Stationnement a créé un système permettant à l utilisateur d être informé en temps réel de la disponibilité de places dans tel ou tel parking à proximité du lieu où il se trouve. D autres opérateurs avertissent l automobiliste des conditions de trafic. Citons également le comptage des places libres avec affichage aux entrées de ville et le repérage des places libres dans les parkings à l aide de voyants lumineux. D autres services peuvent être les prêts de parapluies, poussettes ou cabas, les services d un voiturier ou encore la possibilité de faire garder dans le parking ses affaires personnelles. Enfin, les innovations tarifaires et la réservation d une place sur internet permettent aux opérateurs d optimiser l occupation des parkings le jour, la nuit et pendant les week-ends (abonnements nuit pour les résidents et jour pour les travailleurs). Le plan national pour développer les véhicules «propres» rendra obligatoire la présence de prises de recharge dans les parkings associés aux constructions d immeubles neufs (bureaux et habitations) dès

4 Les règles d urbanisme Le Code de l Urbanisme définit le cadre général de la réglementation en matière de stationnement, notamment par le biais des articles ci-dessous. Les règles locales imposées aux constructeurs en matière d aires de stationnement figurent dans les Plans Locaux d Urbanisme (PLU). Ceux-ci peuvent fixer des normes spécifiques à chaque type de construction (en termes de taille minimum ou maximum, de hauteur, de types de véhicules, etc.). Ces conditions peuvent éventuellement êtres plus restrictives en cas d existence d un Plan de Déplacements Urbains (PDU). R123-9 Le règlement (PLU) peut comprendre tout ou partie des règles suivantes : 12º Les obligations imposées aux constructeurs en matière de réalisation d'aires de stationnement ; R123-9 (suite) Lorsque le Plan de Déplacements Urbains a délimité ( ) des périmètres à l'intérieur desquels les conditions de desserte par les transports publics réguliers permettent de réduire ou de supprimer les obligations imposées en matière de réalisation d'aires de stationnement, notamment lors de la construction d'immeubles de bureaux, le Plan Local d'urbanisme respecte ces limitations et, le cas échéant, fixe un nombre maximum d'aires de stationnement à réaliser lors de la construction de bâtiments à un usage autre que d'habitation. L La participation pour non-réalisation d'aires de stationnement prévue par l'article L est fixée par le conseil municipal. Son montant ne peut excéder euros par place de stationnement. L Lorsque le Plan Local d'urbanisme impose la réalisation d'aires de stationnement, celles-ci peuvent être réalisées sur le terrain d'assiette ou dans son environnement immédiat. R111-6 Le permis ou la décision prise sur la déclaration préalable peut imposer : La réalisation d'installations propres à assurer le stationnement hors des voies publiques des véhicules correspondant aux caractéristiques du projet. Source : Code de l Urbanisme Les différents modes de gestion Les parcs de stationnement publics peuvent être gérés directement par les collectivités locales mais font le plus souvent l objet de contrats de gestion indirecte, dont les principaux sont indiqués dans le tableau ci-dessous. Affermage Contrat de gestion déléguée d un service public par lequel les ouvrages nécessaires à l'exploitation du service ne sont pas construits par l'exploitant (le fermier), mais confiés par la collectivité qui, en règle générale, en a assuré le financement. Le fermier ne se voit donc confier que la seule exploitation du service à ses risques et périls. Concession Contrat de gestion déléguée d un service public par lequel la collectivité publique charge une entreprise de réaliser à ses frais les investissements nécessaires à la création du service (réseau et installations) et de faire fonctionner celui-ci à ses risques et périls, l'entreprise se rémunérant au moyen d'une redevance ou d'un prix payé par les usagers. Régie intéressée Forme d'exploitation mixte par laquelle un professionnel est contractuellement chargé de faire fonctionner un service public. Le régisseur intéressé est rémunéré par la collectivité au moyen d'une rétribution qui comprend un intéressement au résultat de l'exploitation. Cependant, la collectivité assume le risque principal du déficit et finance l'établissement du service. Elle demeure chargée de la direction du service mais peut conférer une certaine autonomie de gestion au régisseur. Prestation de service Fondé sur les mêmes bases que le contrat de régie intéressée, la prestation de service (gérance) s'en distingue par le fait que la collectivité verse au gérant une rémunération forfaitaire et décide seule de la fixation des tarifs. Le gérant n'assume par conséquent aucun risque dans l'exploitation du service. Source : juriconsulte.net Amodier : Transférer, contre paiement, le droit exclusif d une concession jusqu à l expiration de celle-ci, et quelquefois au-delà, pour une petite partie de l ouvrage (par exemple, une place de stationnement). Source : Sareco Les parcs de stationnement privés peuvent quant à eux être exploités en pleine propriété ou dans le cadre d un bail civil ou commercial, ou sous mandat de gestion de prestation de service. 4

5 La construction en chiffres Les mises en chantier de parkings ont nettement ralentis, conséquence de la Loi sur l Air de Ainsi, de 1980 à 1996, près de m² de parkings étaient mis en chantier chaque année en France, contre seulement m² de 1996 à De 1996 à 2007, la région Rhône-Alpes a capté à elle seule 19 % des 3,9 millions de m² de parkings mis en chantier en France métropolitaine, devançant nettement l Ile-de-France (10 %), l Alsace (9 %) et l Aquitaine (7 %). Le faible poids de la région capitale dans la construction peut s expliquer par la difficulté croissante de faire aboutir des projets de parcs de stationnement en milieu urbain dense. Mises en chantier annuelles de parking en France m m m 2 Loi sur L'Air m m Source : SOeS / Sitadel Le coût pour une construction simple en ouvrage souterrain (terrassement sans difficultés techniques particulières) se situe généralement entre et HT / place. Dans le cadre d une construction complexe (technicité spécifique due à la présence de nappe phréatique, à la solidité du terrain, à une zone inondable, etc.), il faut compter entre et HT / place*. Ces fourchettes s entendent hors coût de dépollution des sols, hors risques spécifiques (fouilles, réseaux enterrés, etc.) et hors honoraires et taxes. Le coût de construction par place des parkings en infrastructure peut être supérieur au prix de vente dans les situations liées à des surcoûts techniques. Le promoteur en tiendra compte dans la conception et dans la commercialisation (le prix du parking est alors inclus dans le prix global de l immeuble). En centre-ville, le surcoût de construction d un parking est souvent compensé par la rareté de l offre. * Une place de parking est égale en moyenne à 25 m² hors œuvre (stationnement + circulations + allées). 5

6 Règles et normes de construction : le cas des parkings privés Dans la construction d'immeubles neufs ou dans les restructurations soumises à permis de construire, les règles d urbanisme imposent le nombre minimum de places à construire. De manière générale, les documents d'urbanisme sont plus ou moins restrictifs selon la proximité des transports en commun. Lorsqu il n est pas possible ou trop onéreux de réaliser toutes les places, il est parfois possible de s acquitter d une valeur forfaitaire pour réalisation de places par la ville. A Paris, la valeur est fixée à (du 1 er novembre 2009 au 31 octobre 2010). A Paris, dans la zone UG (Urbaine Générale), le PLU quantifie seulement le nombre de places pour l habitation (une place minimum pour 100 m² SHON). Pour les bureaux, la construction de parkings n est plus imposée dans la zone UG, la capacité doit être fixée selon la proximité des transports en commun et des caractéristiques de la voirie environnante. En banlieue, les ratios sont différents selon les communes. Par exemple, au sud de Paris, la surface allouée au stationnement pour les équipements, bureaux, activités, commerces d'une surface supérieure à 250 m² SHON en construction ou rénovation, est : de 15 % à 25 % de la SHON en secteur 1 (Gentilly, Arcueil, Cachan) ; de25%à30%delashonensecteur2(lekremlinbicêtre, Villejuif). Le PLU n'est pas le seul élément à prendre en compte, en effet, d'autres règlements comme ceux d'une Zone d Aménagement Concerté peuvent s appliquer. Sauf règlement plus contraignant, la construction de parkings privés, doit respecter la norme NF P qui définit les emplacements de classe A, dits «normaux» et les emplacements de classe B, dits «réduits». Leur nombre ne doit pas dépasser 10 % de la capacité totale du parc de stationnement. Il est possible d amoindrir ce ratio dans les contrats privés et d exiger 0 % de classe B. La norme définit, pour la classe A, toutes les dimensions selon la disposition des places : perpendiculaires, en épi, en long, la présence d un ou plusieurs poteaux, de murs, etc. Il faut retenir qu une place rangée à 90, dégagée de toute structure doit faire au minimum 5 mètres par 2,3 mètres. La hauteur libre de tout le parking ne doit pas être inférieure à : 2,20 m sous plafond ; 2,00 m sous obstacles (poutres, signalisations, tuyaux, etc.). A défaut de répondre à ces dimensions, les places sont en classe B. La norme définit aussi les caractéristiques des circulations et des rampes. Les parkings publics sont quant à eux soumis à la norme NF P Les principales différences avec la norme NF P sont relatives à la prise en compte de l apport de l accoutumance aux lieux dans le comportement des usagers. Ainsi, les voies sont généralement plus larges et les courbes plus réglementées en parcs publics. Seule la norme NF P qui définit des règles d accessibilité visà-vis des personnes handicapées possède un caractère réglementaire. Elle s applique tant aux parkings privés que publics. L évaluation immobilière des parkings L'évaluation en valeur vénale de parkings est différente selon leurs modes de détention et d'utilisation. Il est possible de les différencier en trois types d utilisations distinctes : Parkings occupés en accessoire aux locaux principaux (bureaux, commerces, entrepôts, etc.). Leur valorisation est inclue dans le bien principal et suit donc la méthodologie usuelle : capitalisation, comparaison ; Parkings à l'unité : il s'agit d'une approche exclusive par comparaison directe ; Parkings appartenant à des investisseurs et donnés en location gérance à un opérateur spécifique (Vinci, Q Park...) : nous procédons à une approche par capitalisation du revenu et à la détermination de la valeur locative de marché au regard d'un pourcentage admissible sur un chiffre d'affaires reconstitué et des coûts inhérents à la gestion et aux charges non récupérables. Concernant le mode de détention, nous différencierons la détention en pleine propriété et celle en concession. L'expert peut, pour cette dernière, réaliser un DCF (discounted cash flow) sur la durée de la concession : actualisations des revenus nets futurs n'incluant pas de valeur résiduelle. 6

7 Le parking des immeubles de bureau En France, nombre d immeubles de bureaux de grande taille ne sont pas dotés de parkings privatifs. Ainsi, à La Défense, un exemple frappant est celui du parking du centre commercial Les 4 Temps (6 500 places). Outre les 30 millions de visiteurs annuels du centre, ce parc de stationnement est partagé par une dizaine de tours du 1 er quartier d affaires européen. Par ailleurs, le parking Coupole Regnault est également utilisé par plus de 10 tours de bureaux (source : Vinci Park). Pour une entreprise, disposer d un parking privatif est rare et est une opportunité qui peut peser dans le choix d une implantation. Celui-ci offre en effet un confort aux employés, clients et fournisseurs de l entreprise. Face au ralentissement de la construction, l importance du parking pour l entreprise reste forte. Il est toutefois à noter que pour des raisons de coûts, d engagements environnementaux et d adhésion des salariés, un nombre croissant d employeurs tente d encourager l utilisation des transports en commun par les salariés. Cette politique peut se traduire en interne par la mise en place d un Plan de Déplacement Entreprise (PDE). Une aide financière à sa mise en place est proposée par l Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie (ADEME). Outre l utilisateur, le parking est également une préoccupation pour l investisseur, dans la mesure où il apporte généralement une sécurité supplémentaire vis-à-vis des délais de commercialisation de l immeuble (parking privatif). La moitié des loyers des transactions de parkings de bureaux que nous observons en Ile-de-France en 2009 se situe entre et / place / an. Le budget parking peut donc facilement atteindre quelques centaines de milliers d euros par an pour une grosse PME localisée dans la région. Naturellement, la localisation et le type de parking (intérieur ou extérieur) possède une importance considérable sur le montant du loyer. Si une place dans un parking couvert dans le quartier central des affaires parisien peut éventuellement dépasser par an, elle n excède jamais par an en 2 ème Couronne et très rarement par an dans le reste des quartiers d affaires de l Ile-de-France. Nous observons une grande stabilité des valeurs locatives de marché depuis 3 ans. 7

8 Nous avons dressé ci-dessous une synthèse des valeurs locatives observées pour des places de parking de bureaux en Ile-de-France. Répartition des transactions parkings intérieurs des immeubles de bureaux en 2009 par tranche de loyers (HT HC / place / an) Répartition des transactions parkings extérieurs des immeubles de bureaux en par tranche de loyers (HT HC / place / an) 100 % 100 % 80 % 80 % 60 % 60 % 40 % 40 % 20 % 20 % Paris Centre Ouest < Source : CB Richard Ellis Reste Paris La Défense > Croissant Ouest 1 ères Couronne 2 ème Couronne Paris Centre Ouest < Source : CB Richard Ellis Reste Paris La Défense > Croissant Ouest 1 ères Couronne 2 ème Couronne Caractéristiques des échantillons : 1 er graphique : 290 références observées en 2009 pour un total d environ places de parkings intérieurs. 2 ème graphique : 146 références observées sur la période pour un total d environ places de parkings extérieurs. Les ratios de l Arseg (Association des directeurs et responsables de services généraux) font état d une moyenne de 0,6 place et d une médiane à 0,2 place de stationnement par poste de travail. Nous proposons une analyse complémentaire de la consommation de places de parkings intérieurs de bureau en Ile-de-France via un échantillon exhaustif de transactions locatives de bureaux. Cette étude fait ressortir que sur un panel de 629 références, une société preneuse de locaux en Ile-de-France en 2008 et 2009 a en moyenne utilisé 62 m² SUBL de bureaux par place de stationnement. En appliquant le ratio IPD de 23 m² SUBL par poste de travail, il en ressort une moyenne de 0,37 place de parking par poste de travail en Ile-de-France. La densité en parking diminue toutefois et en toute logique à La Défense et dans Paris intra-muros. Ces deux zones sont en effet fortement peuplées (donc moins disposées à accueillir des parcs de stationnement) et par ailleurs dotées d une excellente desserte en transports en commun. En moyenne, notre échantillon de transactions locatives recense près de 100 m² SUBL par place de stationnement pour les immeubles de bureaux dans la capitale. Ce chiffre situe Paris à un niveau nettement supérieur à la moyenne des transactions que nous observons dans la région Ile-de-France. Les 1 ères,2 ème Couronnes et le Croissant Ouest sont des secteurs géographiques propices à accueillir davantage de places de stationnement par m². Par ailleurs, sur ce même échantillon, nous avons identifié quels sont les secteurs d activités les plus consommateurs de places de stationnement en Ile-de-France. Cet exercice fait ressortir que les Industries et le Transport, Logistique et Distribution sont les plus importants preneurs de place de parkings au m² de bureau. A contrario, l activité Finance / Assurance est la moins utilisatrice de places de stationnement. 8

9 En tout état de causes, tous ces chiffres ne sont qu une indication et les besoins spécifiques à chaque entreprise en termes de nombre de places de stationnement doivent être étudiés avec soin au cas par cas. Surface de bureaux louée (SUBL) en Ile-de-France en 2008 et 2009 par place de parking, selon localisation géographique* Surface de bureaux louée (SUBL) en Ile-de-France en 2008 et 2009 par place de parking, selon l activité du preneur* 120 m m 2 80 m 2 60 m 2 40 m 2 20 m 2 Transports / Logisitique / Distribution Industries Technologies de L'Information et de La Communication Services Immobiliers Juridiques / Conseil Secteur Public Communication / Création Autres Finance /Assurance La Défense Paris Croissant Ouest 1 ères Couronne 2 ème Couronne 0m 2 20 m 2 40 m 2 60 m 2 80 m m 2 Source : CB Richard Ellis Source : CB Richard Ellis * Sur la base d un échantillon de 629 références locatives totalisant m² de bureaux pour places de parkings intérieurs. Les places de stationnement en locaux d activités et en grande logistique Concernant les parcs d activités, les ratios se situent le plus souvent dans une fourchette large d une place pour 60 m² à une place pour 110 m² SHON. L activité de l utilisateur a une réelle incidence sur la consommation de place de parking dans les parcs d activités. En grande logistique (> m²), la fourchette observée est étendue et dépend avant tout de la stratégie de l'investisseur et de la destination du bâtiment lié à son marché. Elle se situe entre 25 et 60 places par tranche de m² SHON construits. 9

10 L incidence du stationnement sur la performance des commerces Les centres commerciaux font probablement partie des plus gros consommateurs de places de stationnement au m² en France. La moyenne du parc existant se situe autour d une place pour 15 m² GLA. Naturellement, les ratios varient considérablement en fonction de la localisation géographique de l équipement commercial. La tendance actuelle pour les nouveaux équipements commerciaux est à une légère diminution du nombre de places, avec un ratio moyen d environ une place de stationnement pour 20 m² GLA. Ce chiffre est quasi identique pour les projets de retail parks. Dans tout projet d immobilier de commerce, le stationnement et l accessibilité sont des problématiques examinées avec soin. En effet, une offre de stationnement inadaptée est indéniablement un obstacle à la fréquentation des centres commerciaux. Les sites les plus facilement accessibles sont souvent les plus performants en termes de chiffre d'affaires par m², même les plus vétustes d entre eux. A contrario, certains centres commerciaux de dernière génération, mais moins accessibles peinent à décoller. De manière concrète, un centre commercial régional (> m²) propose traditionnellement plusieurs milliers de places de stationnement. D'autre part, une tarification adéquate, voire la gratuité du parking (totale ou temporaire), sont des paramètres importants à prendre en considération. En effet, face au contexte économique actuel et à la vigueur des prix du carburant, les ménages sont très vigilants vis-à-vis de leur budget transport. Certains ménages n hésitent pas à mettre les sites commerciaux en concurrence en fonction du coût du stationnement. Concernant les commerces de pieds d immeubles, la réduction des places sur voirie et les difficultés de circulations en centreville sont considérées comme ayant un impact négatif sur les ventes. La construction de parkings en ville est de plus en plus limitée, ainsi de nombreuses associations de commerçants plaident en faveur de mesures entraînant une meilleure rotation des véhicules stationnés en centre-ville. Se garer à Paris La capitale propose plus de places de stationnement, dont environ sont localisées dans des immeubles privés. Environ 75 % des parisiens considèrent que leur quartier manque de places de stationnement, contre 57 % des habitants de la banlieue et 51 % des habitants des villes de plus de habitants en France. 10,5 millions de déplacements en voiture sont en moyenne enregistrés dans Paris quotidiennement. Pour autant, une tendance récemment observée est la progression de la vacance dans les parkings parisiens en raison de l essor des transports en commun. Parc de places de stationnement dans Paris par affectation Voirie 22 % Parcs publics 9% Garages commerciaux 11 % Immeubles privés 58 % Source : Direction de la voirie et des déplacements, Agence de la mobilité, service des déplacements 10

11 Xavier Heulin, Directeur Général de Parcs GFR Parcs GFR est une filiale de Foncière des Régions et réalise un chiffre d affaires de 21 millions d euros. A travers l enseigne UrbisPark, elle exploite places de stationnement en France, réparties à Paris, Lyon, Bordeaux, Metz. Comment se conçoit la création d un parking? Historiquement le parking était positionné de telle sorte que l utilisateur n avait finalement pas vraiment d autre alternative que de s y rendre. Nous ne sommes plus du tout dans cette configuration aujourd hui. Un parking ne se conçoit plus tout seul mais dans son environnement. Avant de construire un parking, il faut donc absolument tenir compte du Plan de Déplacements Urbains et de la notion d intermodalité, car c est elle qui dicte la vision stratégique d une bonne opération. En effet, les grandes villes développent les transports en commun en site propre (TCSP) et cela vient bouleverser les schémas de déplacement existants et les habitudes des automobilistes. La voiture et le parking associé doivent être considérés aujourd hui comme une alternative de transport parmi d autres même s il n est pas sérieux de penser qu on puisse empêcher une population de se rendre en voiture dans une agglomération. Le parking est donc un élément à part entière de la multimodalité. Le parking peut-il être mis au service du développement durable? Si seule une action en amont sur le véhicule apportera de véritables réponses en matière de développement durable, le parking peut optimiser l utilisation des véhicules. Ainsi, les techniques de guidage dynamique vers les places de stationnement libres favorisent la circulation et la rotation des véhicules et donc réduisent les émissions de CO 2 des automobiles dans le parking. La dématérialisation des moyens de paiement (systèmes de reconnaissance automatique des plaques et autres types de paiement sans contact), dans la mesure où elle favorise la rapidité d accès et de sortie du parking va également dans ce sens. Concernant la performance environnementale de l ouvrage de stationnement, les exploitants de parking peuvent agir sur la consommation électrique grâce à l utilisation de luminaires basse consommation, voire la modulation de l éclairage en fonction de la présence de véhicules. Enfin, dans le cas des parkings en superstructure situés dans des zones géographiques régulièrement ensoleillées, l installation de panneaux photovoltaïques en toiture permet de proposer des parkings à énergie positive. Quels sont les relais de croissance possibles en matière de parking? Les services (voiturier, système de miles, etc.) contribuent indéniablement à l attractivité d un parking, mais le chiffre d affaires qu ils génèrent indirectement n est pas quantifiable. Plus récemment, les évolutions tarifaires ont permis aux opérateurs de maintenir leur chiffre d affaires dans un contexte économique délicat. Pour un investisseur, il y a une prime à la rénovation des parkings anciens. Nous considérons qu un parking doit en théorie être modernisé tous les 10 à 15 ans. Quelles tendances peut-on attendre vis-à-vis de la construction? Les évolutions architecturales et techniques sont faibles et le produit parking nous semble abouti sur ces deux aspects. La tendance générale va vers un juste calibrage des besoins en termes de nombre de places de stationnement, ce qui va conduire, à notre sens, à la baisse du nombre de places dans les parkings. C est d ailleurs la première action de développement durable qu il convient désormais de mettre en place : le juste calibrage d un ouvrage dans son environnement urbain en pleine mutation. Son dimensionnement doit s inscrire dans le schéma global de la collectivité locale et dans la notion d intermodalité. ÉTUDES ET RECHERCHE Aurélie Lemoine Tél Edouard de Laboulaye Tél Damien Delourme Tél Sonia Menand Tél GLOBAL CORPORATE SERVICES VALUATION ARTÉQUATION Giles Bateman Tél Denis François Tél Emmanuel Sauvage Tél Odile Meillerais (Building Consultancy) Tél Christian Robinet Tél Hughes Legrand Tél QUELQUES SOURCES : Fédération Nationale des Métiers du Stationnement : news.observatoire-stationnement.com European Parking Association : CB Richard Ellis, janvier 2010 Bien que puisées aux meilleures sources, les informations que nous publions ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de CB Richard Ellis ou du groupe CB Richard Ellis. La reproduction de tout ou partie du présent document est autorisée sous l'expresse réserve d'en mentionner la source. CB Richard Ellis Ressources - Groupement d'intérêt Economique - Siège social : , rue de Courcelles PARIS - Siren : RCS Paris 11

12 ÉTUDES ET RECHERCHE AMENAGEMENT D ESPACE CAPITAL MARKETS COMMERCIALISATION HOTELS MARKETING RETAIL PROPERTY MANAGEMENT VALUATION CONSEIL EN IMPLANTATION VENTE A UTILISATEURS GLOBAL CORPORATE SERVICES ASSISTANCE A MAITRISE D'OUVRAGE BUILDING CONSULTANCY RESIDENTIEL PORTFOLIO MANAGEMENT CONSULTING rue de Courcelles BP Paris Cedex17 33 (0)

FOCUS PERFORMANCE IMMOBILIER TERTIAIRE CB RICHARD ELLIS I FRANCE JANVIER 2009

FOCUS PERFORMANCE IMMOBILIER TERTIAIRE CB RICHARD ELLIS I FRANCE JANVIER 2009 FOCUS PERFORMANCE IMMOBILIER TERTIAIRE CB RICHARD ELLIS I FRANCE JANVIER 2009 De la recherche d économies... Le contexte économique et la fragilisation de la situation financière des entreprises conduisent

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010

Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010 Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010 On ne peut parler parking sans parler de Déplacement. Le besoin de places n est que la résultante du mode de transports

Plus en détail

LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS

LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS Principaux résultats de l enquête ménages déplacements de la Communauté urbaine d Arras - 2014 Introduction Cette enquête a été réalisée de janvier à février

Plus en détail

STATIONNEMENT MÉTHODOLOGIE CONSTAT 2002

STATIONNEMENT MÉTHODOLOGIE CONSTAT 2002 1 STATIONNEMENT MÉTHODOLOGIE Le stationnement constitue l un des leviers les plus importants pour le choix modal, il occupe donc une place privilégiée dans la politique des déplacements. Seul le stationnement

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements PLU Grenelle : Fiches pratiques 5. Déplacements Novembre 2014 1 Déplacements Fiche n 1 : Diminuer les obligations de déplacements Fiche n 2 : Développer les transports collectifs Fiche n 3 : Développer

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVEAU PARKING DE L HÔPITAL NORD 3 OCTOBRE 2011-HÔPITAL NORD

DOSSIER DE PRESSE NOUVEAU PARKING DE L HÔPITAL NORD 3 OCTOBRE 2011-HÔPITAL NORD DOSSIER DE PRESSE NOUVEAU PARKING DE L HÔPITAL NORD 3 OCTOBRE 2011-HÔPITAL NORD Contact : Service communication APHM -Tél : 04 91 38 29 72 courriel : communication@ap-hm.fr Page 1 Hôpital Nord : un nouveau

Plus en détail

PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014

PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014 Pôle Services Urbains CCSPL RM / VILLE du 01/12/2015 N 1 PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014 PREAMBULE Les délégations de service public des parcs en ouvrage s inscrivent dans

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

Le coût de la mobilité

Le coût de la mobilité Le coût de la mobilité Les informations concernant les déplacements sont présentes partout dans l entreprise et relèvent le plus souvent de différents services. Il est par conséquent très difficile d appréhender

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

Dossier de presse. Création d un. à Haguenau INNOVATION. par induction en lieu public. 1 ère mondiale de recharge

Dossier de presse. Création d un. à Haguenau INNOVATION. par induction en lieu public. 1 ère mondiale de recharge Dossier de presse Création d un INNOVATION 1 ère mondiale de recharge par induction en lieu public La recharge par induction en lieu public, une 1ère mondiale Ville de Haguenau & SEW Usocome La mobilité

Plus en détail

Repères chiffrés et tendances

Repères chiffrés et tendances Repères chiffrés et tendances Quelques chiffres clés nationaux sur la mobilité 56 mn, le temps moyen passé chaque jour par personne dans les transports en France : les 2/3 en voiture (source Insee - novembre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. «Les choix immobiliers sont-ils rationnels?»

DOSSIER DE PRESSE. «Les choix immobiliers sont-ils rationnels?» DOSSIER DE PRESSE «Les choix immobiliers sont-ils rationnels?» 33 ème Forum CB Richard Ellis Mardi 19 février 2008 Palais des Congrès de Paris Porte Maillot Relations presse : Agence wellcom CB Richard

Plus en détail

PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles

PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles I- LE PARC DES EXPOSITIONS AUJOURD HUI Bien positionné sur les classements internationaux, Paris est une destination phare du tourisme d affaires au niveau

Plus en détail

Nouveau départ pour la gare de Saint-Chamond

Nouveau départ pour la gare de Saint-Chamond Nouveau départ pour la gare de Saint-Chamond Depuis une dizaine d années, le pôle d échanges de Saint-Chamond connaît une fréquentation en hausse, avec en 2012, environ 3300 voyages par jour. C est la

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

commerciaux : comment s y

commerciaux : comment s y J o u r n é e d e s b a u x c o m m e r c i a u x 1 4 n o v e m b r e 2012 o r g a n i s é e p a r l e b u r e a u d e s d i p l ô m é s d u M a s t e r d e M a n a g e m e n t I m m o b i l i e r d e

Plus en détail

Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement. International Parking Institute

Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement. International Parking Institute Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement International Parking Institute Résumé En tant que grand frère du secteur du parking,

Plus en détail

Construction durable et bilan carbone L outil PDE Plan de Déplacements d Entreprise Ludovic Bu

Construction durable et bilan carbone L outil PDE Plan de Déplacements d Entreprise Ludovic Bu Construction durable et bilan carbone L outil PDE Plan de Déplacements d Entreprise Ludovic Bu Consultant Associé de Mobility+ Enseignant à Sciences Po Lille Pour éviter ça Pour éviter un effet contreproductif

Plus en détail

Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78)

Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78) Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78) Dossier de presse 1 er décembre 2009 Jacques BLANCHARD, MRM Président Directeur Général Olivier LEMAISTRE, CB Richard Ellis Investors Responsable du portefeuille

Plus en détail

Parlons vrai, créons ensemble. www.groupe-sodec.com

Parlons vrai, créons ensemble. www.groupe-sodec.com www.groupe-sodec.com Accompagner les projets des villes et des territoires Nos projets de centres commerciaux sont aussi les vôtres. La confiance et l écoute réciproques sont les meilleurs garants de leur

Plus en détail

Education au Développement Durable. Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable

Education au Développement Durable. Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable Lyon, 23/11/11 Education au Développement Durable Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable Pierre SOULARD Responsable du service mobilité urbaine

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE Jusqu à la fin des années 90, le parc locatif privé Sisteronnais était essentiellement situé dans les quartiers anciens de la ville, dans des immeubles vétustes.

Plus en détail

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Atelier Bureaux OIB Les chiffres du 1e semestre 2010-1 Objet de l'atelier et sources Depuis plus de 15 ans, l'oie et l'a-urba réalisent une

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

Etablir un compte transport fiche1

Etablir un compte transport fiche1 Mémento de la mobilité Etablir un compte transport fiche1 Méthode Le compte transport regroupe toutes les recettes et dépenses inscrites dans le budget annuel de l entreprise, au démarrage du PDE, et imputables

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Faire du stationnement un levier de la politique des déplacements : le cas de la Métropole Européenne de Lille

Faire du stationnement un levier de la politique des déplacements : le cas de la Métropole Européenne de Lille POLE DÉPLACEMENTS ET ACCESSIBILITÉ Faire du stationnement un levier de la politique des déplacements : le cas de la Métropole Européenne de Lille Atelier Cohérence urbanisme et transports AdCF-IFSTTAR,

Plus en détail

Les déplacements une préoccupation collective

Les déplacements une préoccupation collective Les déplacements une préoccupation collective En constante augmentation sur notre territoire, les déplacements ont un impact environnemental, économique et social grandissant et de plus en plus préoccupant.

Plus en détail

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH).

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). Réhabiliter et préserver le patrimoine architectural français. Les dépenses

Plus en détail

Plan de Déplacements Urbains (PDU) du GrandAngoulême

Plan de Déplacements Urbains (PDU) du GrandAngoulême Plan de Déplacements Urbains (PDU) du GrandAngoulême QU EST-CE QU UN PDU? q Un document obligatoire pour toutes les agglomérations de plus de 100 000 habitants q Une volonté d organiser les modes de déplacements

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

Fiche Signalétique Générale Décembre 2010 contact : franchise.multifood@gmail.com

Fiche Signalétique Générale Décembre 2010 contact : franchise.multifood@gmail.com 1 PRESENTATION DE NOTRE PROJET DE DEVELOPPEMENT 2 NOTRE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT : Lancement de la Franchise MultiFood 2-1 CARACTERISTIQUES Nous développons à la fois des implantations de restaurants

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008

UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008 22 & 23 janvier 2008, Skhirat, Maroc UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008 Marc le Tourneur, Directeur Général SOMMAIRE 1. L ORGANISATION DES DEPLACEMENTS

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. Les aires de stationnement

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. Les aires de stationnement Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

L innovation au service du développement durable : les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et de la Pointe-D Estimauville

L innovation au service du développement durable : les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et de la Pointe-D Estimauville L innovation au service du développement durable : les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et de la Pointe-D Estimauville Charles Marceau Coordonnateur aux grands projets économiques Des écoquartiers,

Plus en détail

La logistique à Paris : une charte en faveur de la logistique urbaine durable

La logistique à Paris : une charte en faveur de la logistique urbaine durable La logistique à Paris : une charte en faveur de la logistique urbaine durable François PROCHASSON, Chef du pôle mobilité durable, Agence de la mobilité, ville de Paris Le contexte Paris, une forte densité

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

FACTURATION DU STATIONNEMENT A LA MINUTE Les Sénateurs ne doivent pas manquer le créneau de la loi Conso

FACTURATION DU STATIONNEMENT A LA MINUTE Les Sénateurs ne doivent pas manquer le créneau de la loi Conso FACTURATION DU STATIONNEMENT A LA MINUTE Les Sénateurs ne doivent pas manquer le créneau de la loi Conso zuchero - Fotolia.com UFC-Que Choisir - Département des études 2 Résumé Alors que le stationnement

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

Définition du Plan de Déplacements d Entreprise (PDE) :

Définition du Plan de Déplacements d Entreprise (PDE) : Définition du Plan de Déplacements d Entreprise (PDE) : «Démarche volontaire d une Entreprise visant à rationaliser les déplacements des usagers de ses sites, notamment de ses salariés, en les encourageant

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

3 avril 2015 Préfecture49/Secrétariat de la Commission départementale d'aménagement Commercial

3 avril 2015 Préfecture49/Secrétariat de la Commission départementale d'aménagement Commercial Composition du dossier de demande d'autorisation d'exploitation commerciale dans le cadre du permis de construire valant autorisation d'exploitation commerciale (Article R752-6 du Code de Commerce) 1 -

Plus en détail

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 LOCATION DE VOITURES SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION DE VOITURES... 4 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

COMMERCE AUTOMOBILE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

COMMERCE AUTOMOBILE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 COMMERCE AUTOMOBILE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE AUTOMOBILE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE AUTOMOBILE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE AUTOMOBILE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE AUTOMOBILE...

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Secteur des Bayonnes Programme d aménagement d ensemble

Secteur des Bayonnes Programme d aménagement d ensemble Secteur des Bayonnes Programme d aménagement d ensemble 2. Programme et coût des équipements publics CONSEIL MUNICIPAL du 12 mai 2011 Ville d Herblay Services Techniques Subdivision Aménagement et Développement

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS ce Direction de l'urbanisme Sous-Direction de l Action Foncière 2015 DU 141 Déclassement de l assiette de la Tour Triangle et signature d une promesse de bail et d un bail à construction relatif à la réalisation

Plus en détail

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTRE MÉTIER CEGEREM est une société de conseil et de gestion qui : met à disposition de l investisseur des locaux d entreprise neufs et polyvalents

Plus en détail

FOCUS * LES INDICES CB RICHARD ELLIS I FRANCE DÉCEMBRE 2008. * Une nouvelle publication du département Études & Recherche

FOCUS * LES INDICES CB RICHARD ELLIS I FRANCE DÉCEMBRE 2008. * Une nouvelle publication du département Études & Recherche FOCUS * LES INDICES CB RICHARD ELLIS I FRANCE DÉCEMBRE 2008 * Une nouvelle publication du département Études & Recherche Les différents indices immobiliers Quels locaux? Le fonctionnement de l indexation

Plus en détail

www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris

www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris 1 2 Avec des solutions françaises et une expertise mondiale dans le domaine du transport, Thales se positionne comme un acteur clé

Plus en détail

Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12

Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12 1 >> L ÉCRITURE DE L ARTICLE 12 DU RÈGLEMENT DES PLU Yves Pittard, avocat honoraire Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12 Au nombre des préoccupations que les PLU doivent prendre en

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

Dossier de presse. Plan vélo. l engagement vélo de Nantes Métropole. Nantes, le 10 décembre 2010. Contact presse

Dossier de presse. Plan vélo. l engagement vélo de Nantes Métropole. Nantes, le 10 décembre 2010. Contact presse Nantes, le 10 décembre 2010 de Nantes Métropole Contact presse Nacéra Arnauld des Lions Tél. : 02 40 99 48 44 Port. : 06 75 25 04 17 Nantes Métropole Direction de la communication 44 923 Nantes CEDEX 9

Plus en détail

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTRE MÉTIER CEGEREM est une société de conseil et de gestion qui : met à disposition de l investisseur des locaux d entreprise neufs et polyvalents

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année en chiffres Nantes Métropole AURAN Édito 5 ans déjà! En 2009, le CINA décidait d organiser la collecte des transactions du marché

Plus en détail

L expérience d une SEM de transport française: «Transports de l Agglomération de Montpellier» (TaM) 1978-2007

L expérience d une SEM de transport française: «Transports de l Agglomération de Montpellier» (TaM) 1978-2007 L expérience d une SEM de transport française: «Transports de l Agglomération de Montpellier» (TaM) 1978-2007 RABAT JOURNEE D ETUDE DU 27 NOVEMBRE 2007 Marc le Tourneur Directeur Général de TaM SOMMAIRE

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

REGLEMENT. Dossier de modification Pièce n 2

REGLEMENT. Dossier de modification Pièce n 2 MODIFICATION DU PLAN LOCAL D URBANISME GENTILLY [DÉPARTEMENT DU VAL DE MARNE] REGLEMENT Dossier de modification Pièce n 2 Pour approbation par délibération du Conseil Municipal TITRE I DISPOSITIONS GENERALES

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE LA DEFENSE / SEINE ARCHE Le périmètre d intervention de l EPAD créé en 1958, est devenu périmètre d Opération d Intérêt National en 1983. Celui-ci a été scindé en deux le 19 décembre 2000 entre d une part

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

Une nouvelle ambition pour notre territoire

Une nouvelle ambition pour notre territoire Une nouvelle ambition pour notre territoire Réseaux saturés Il est temps d agir! Chacun l a constaté, le réseau routier est de plus en plus saturé. Ce constat préoccupant est renforcé par un déficit de

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

A VENDRE A LOUER. VAL de REUIL. Programme neuf Parc Tertiaire sur le site de la gare SNCF

A VENDRE A LOUER. VAL de REUIL. Programme neuf Parc Tertiaire sur le site de la gare SNCF Programme neuf Parc Tertiaire sur le site la gare SNCF A LOUER A VENDRE Votre contact : Nadia THOREL 06 38 61 10 81 EMail : nadiathorel@arthur-loyd.com 27 SITUATION GEOGRAPHIQUE CARTE 13.099 m2 INDICATEURS

Plus en détail

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO PERIAL Asset Management, une filiale du groupe PERIAL 9 rue Jadin - 75017 Paris Tél : 01 56 43 11 00 - Fax : 01 42 25 55 00 www.perial.com

Plus en détail

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ;

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ; Contribution de la Caisse des Dépôts à la consultation publique de l ARCEP sur le modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses

Plus en détail

Organisation de l intermodalité et du Stationnement - gare de Voiron

Organisation de l intermodalité et du Stationnement - gare de Voiron Organisation de l intermodalité et du Stationnement - gare de Voiron Olivier Finet VP déplacement - Pays Voironnais Jérôme Marcuccini Adjoint en charge des Déplacements, Stationnement, qualité de l air

Plus en détail

Etude des déplacements générés par les principales zones d activités de l aire du SCOT de l Artois Plan de déplacements sur la zone du SIZIAF

Etude des déplacements générés par les principales zones d activités de l aire du SCOT de l Artois Plan de déplacements sur la zone du SIZIAF Etude des déplacements générés par les principales zones d activités de l aire du SCOT de l Artois Plan de déplacements sur la zone du SIZIAF Réunion de présentation de la démarche 19/12/2005 p1 Objectifs

Plus en détail

LES AVANTAGES EN NATURE

LES AVANTAGES EN NATURE LES AVANTAGES EN NATURE QU EST CE QUE L AVANTAGE EN NATURE? QUE SONT LES AVANTAGES EN NATURE? Lorsque les dirigeants ou les collaborateurs d une entreprise disposent d une «voiture de fonction» il est

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable

Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable Réglement du PLAN Local d Urbanisme Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable ORGANISER UNE ÉVOLUTION DE CROL, DANS UNE LOGIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE, QUI GARANTISSE

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

N 25 juin 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/6

N 25 juin 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/6 N 25 juin 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/6 ACTUALITES 10 conseils pour simplifier l achat public...... 3 D E F I N I T I O N Qu est-ce que le PNAAPD?...3 R E G L E M E N T A T I O N Sur qui porte l obligation

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

SCPI Gemmeo Commerce

SCPI Gemmeo Commerce SCPI Gemmeo Commerce L immobilier de commerce français en portefeuille Durée d investissement recommandée de 8 ans Comporte des risques en perte de capital 2 Avertissement Facteurs de risques Lorsque vous

Plus en détail

Les livraisons de marchandises au centre-ville de Montpellier

Les livraisons de marchandises au centre-ville de Montpellier Livraisons de marchandises en ville Les livraisons de marchandises au centre-ville de Montpellier Direction Aménagement Programmation V.Meyer Livraisons de marchandises en ville Montpellier en quelques

Plus en détail

4, rue Jean Allemane 95100 Argenteuil

4, rue Jean Allemane 95100 Argenteuil 4, rue Jean Allemane 95100 Argenteuil DOSSIER DE COMMERCIALISATION Vivre et investir ensemble Coloc & Vie RCS Nanterre 807 853 841 52, rue de Bezons 92400 Courbevoie À propos de Coloc & Vie Officiellement

Plus en détail

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique.

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. Direction de la Voirie et des Déplacements 2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. PROJET au 16 / 07 / 08 Version

Plus en détail

RAPPEL D INFORMATION SUR LA TAXE D'AMENAGEMENT

RAPPEL D INFORMATION SUR LA TAXE D'AMENAGEMENT RAPPEL D INFORMATION SUR LA TAXE D'AMENAGEMENT Définition de la taxe d'aménagement : La taxe d'aménagement comporte une part communale et une part départementale qui sont institués par délibérations respectives

Plus en détail

Forum THNS 2011 Shanghai

Forum THNS 2011 Shanghai Forum THNS 2011 Shanghai Transport et émissions de gaz carbonique en Australie : réponses actuelles et dilemme Dr Matthew Burke, chercheur, université de Griffith (Australie) Le contexte australien L Australie

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Commune de Plan -les-ouates EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Crédit d engagement pour l aménagement d abris pour le stationnement des deux roues Fr. 784'000.-

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

SECTEUR CENTRE-VILLE OBJECTIFS

SECTEUR CENTRE-VILLE OBJECTIFS SECTEUR CENTRE-VILLE Privilégier l offre à disposition de la clientèle des commerces et services du centre-ville (vitalité économique à préserver). Maintenir une offre adéquate pour les habitants du centre-ville.

Plus en détail

PREMIUM. En plein coeur du centre historique de Nantes. NANTES Carré Vert. Photos non-contractuelles

PREMIUM. En plein coeur du centre historique de Nantes. NANTES Carré Vert. Photos non-contractuelles G A M M E PREMIUM En plein coeur du centre historique de Nantes NANTES Carré Vert Photos non-contractuelles DÉFICIT FONCIER Déduire le montant des travaux réalisés sur l ensemble des revenus fonciers positifs,

Plus en détail

Etude sur le transport et la livraison de marchandises en ville Cas de l agglomération de Poitiers. Note de synthèse

Etude sur le transport et la livraison de marchandises en ville Cas de l agglomération de Poitiers. Note de synthèse Etude sur le transport et la livraison de marchandises en ville Cas de l agglomération de Poitiers Note de synthèse I/ Objectif de l étude L ORT Poitou Charentes a pris l initiative d engager une réflexion

Plus en détail