3BSECURITE CATALOGUE FORMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3BSECURITE CATALOGUE FORMATION"

Transcription

1 3BSECURITE CATALOGUE FORMATION 2015 SECURITE OPERATIONNELLE SANTE SECURITE AU TRAVAIL SURETE ET MULTISERVICES 1 1

2 Madame, Monsieur Ce catalogue vous présente les programmes HSE les plus souvent demandés en Exploitation Production et dans divers secteurs d activité au Maroc. Il est structuré en 3 familles SECURITE OPERATIONNELLE SANTE SECURITE AU TRAVAIL SURETE ET MULTISERVICES Il est toujours d adapter les contenus à vos objectifs, et à vos contraintes d organisation. Notre démarche consiste à : Vous aidez à affiner les objectifs indiqués sur les fiches : rendre capable de.. Vous proposez un suivi de l application des acquis de la formation et une évaluation différée quelques mois plus tard Il nous est possible d animer la plupart de ces programmes en français ou en arabe Un tarif dégressif est mis en place Enfin, mais c est peut-être le plus important, nos formateurs ont une solide expérience du terrain ils sauront vous écouter et vous proposer les meilleures solutions. 2 2

3 SOMMAIRE RAPPEL DE LA LEGISLATION EN MATIERE DE SECURITE METHODES PEDAGOGIQUES SECURITE OPERATIONNELLE A. SECURITE INCENDIE Formation des équipiers de première intervention (EPI)...12 Formation : Equipiers de Seconde Intervention (ESI)...14 Formation : Evacuation des occupants...16 (Exigences réglementaires et applications pratiques)...16 Formation du Personnel sur l utilisation des extincteurs...19 B. SECURITE CHANTIER Formation qualifiante sur les travaux en hauteur...22 Formation : Sécurité sur les chantiers...27 Formation : Travaux de Creusement,...29 d Excavation et de Tranchée...29 Formation : Intervenir en espace confiné...31 Programme de formation : Travail en espace clos...33 Programme de formation :...36 Travaux d accès difficiles...36 Formation : Réception et Vérification des échafaudages fixes, roulants et tours d étaiement...38 Formation : Montage et Démontage Echafaudage...40 Elingage courant et gestes de commandement...42 Formation : Utilisation, entretien et contrôle des...44 Harnais et leurs accessoires...44 Formation Appareil Respiratoire Isolant...46 C. SECURITE USINE PROCEDES DE SOUDAGE...49 L'oxycoupage à main...51 Outillage à main...53 Formation : Sécurité industrielle...55 Formation : Gestes et postures...58 FORMATION : MANUTENTION MANUELLE...60 Formation : Plan d Opération interne...61 Formation sur les travaux par point chaud...63 D. SECURITE CHIMIQUE La Gestion des déchets...66 Transport des matières dangereuses...69 Manipulation et stockage des produits chimiques...71 Risques chimiques au laboratoire...73 Les risques liés à l utilisation du chlore Sécurité et réglementation concernant le chlore gazeux...75 Sécurité Chimique (Milieu ATEX)...77 La maitrise du risque légionnelle et prévention de prolifération

4 E. SECURITE ELECTRIQUE Formation : Sécurité Electrique...82 Formation : Consignation et déconsignation...85 d une installation électrique...85 Préparation à l habilitation électrique (HC, H2V)...88 Préparation à l habilitation électrique (B2V, B0V)...91 Préparation à l habilitation pour le Personnel non Electricien...94 Formation : Les Batteries d accumulateurs, Prévention des risques d explosion...96 F. SECURITE BATIMENT Détection incendie Formation : Eclairage de sécurité Réglementation ERP - IGH G. SECURITE MACHINE Formation Et Examen pour l Habilitation CARISTE Formation sur le pont roulant Inspection et contrôle des accessoires de levage en manutention FORMATION PLATE-FORME ELEVATRICE MOBILE DE PERSONNES (NACELLE) Formation «GRUTIERS A TOURS» Formation «CONDUCTEURS GRUES A TREILLIS SUR CHENILLES» Programme de Formation BOBCAT catégorie H. SECURITE ROUTIERE Formation : Transport des Marchandises Dangereuses Sécurité routière et Code de la route «La conduite préventive» SANTE SECURITE AU TRAVAIL A. ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES ( AT-MP) Formation : Les Accidents du travail (AT) et les Maladies Professionnelles (MP) Analyse des Accidents du Travail par la Méthode de l'arbre des Causes Sensibilisation au port des EPI Formation hygiène au travail Santé, Sécurité au Travail : Obligation Intervention en présence d amiante Personnel encadrant technique, de chantier et opérateur B. AMBIANCE PHYSIQUES AU TRAVAIL Evaluation des nuisances sonores Formation sur l Evaluation des poussières: ETUDE ACOUSTIQUE ET EXPOSITION AU BRUIT DES SALARIES C. SECOURISME FORMATION SECOURISME Formation Sauveteur Secouriste du travail (SST) : Recyclage Formation des Moniteurs en Secourisme D. SECURITE RELATIONNELLE Gestion des conflits Le Coaching Mental au Service de l atteinte des objectifs LA DIRECTION DE PROJETS ou PMO Project Management Office Management des équipes

5 E. MEDECINE DE TRAVAIL(MT) Rôle du Médecin du Travail dans l Entreprise F. SECURITE ALIMENTAIRE HACCP Formation HACCP base Niveau Formation HACCP base - Niveau G. MANAGEMENT SECURITE Législation et Réglementation dans le domaine HSE Formation : Audit interne de sécurité Formation : Le comité d hygiène et de sécurité (CHS et CHSCT) Formation Les 5S Formation des Animateurs HSE Formation sur L OHSAS Analyse des Risques Professionnel SURETE ET MULTISERVICES Technologie de sûreté

6 BIENVENUE DANS LE CATALOGUE FORMATION CONTINUE 3BSECURITE Rappel de la Législation en matière de sécurité CODE DU TRAVAIL : ART. R Obligation de former un personnel pour donner les premiers secours en cas d'urgence, dans chaque atelier où sont effectués des travaux dangereux, dans chaque chantier occupant vingt personnes au moins... CIRCULAIRE 289 DU 1ER JUIN 2002 Il est souhaitable de doter chaque établissement d'un secouriste pour dix personnes CODE TRAVAIL : ARTICLE L «Tout chef d établissement est tenu d organiser une formation pratique et appropriée en matière de sécurité, au bénéfice de ses travailleurs...» ARTICLE R «Les chefs d établissements doivent prendre les mesures nécessaires pour que tout commencement d incendie puisse être rapidement combattu dans l intérêt de sauvegarde du personnel.» 6 6

7 CODE PENAL : SECTION II ART , , Atteintes involontaires à l intégrité de la personne ou à la vie. «Pour une personne physique ou morale le fait de causer à autrui, par maladresse, imprudence, négligence, manquement de façon délibérée à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, une incapacité ou la mort, entraîne des conséquences pénales (amendes, emprisonnement)». La formation habilitation électrique est définie par une recommandation C.N.A.M.(INRS. ED 1456), et débouche sur une capacité à exécuter des travaux sur des installations électriques ou à proximité de conducteurs nus. Elle prévoit une formation initiale sanctionnée par un titre d habilitation et un recyclage triennal. L employeur doit en outre remettre à son personnel, contre un reçu, un recueil des prescriptions de sécurité. CODE DU TRAVAIL : ART. L Le chef d'établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs de l'établissement, y compris les travailleurs temporaires. Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels, d'information et de formation ainsi que la mise en place d'une organisation et de moyens adaptés. (...) DECRET DU 03/09/92 N CODE DU TRAVAIL R-66 A R R L employeur doit faire bénéficier les travailleurs d une formation à caractère pratique sur les gestes et postures à adopter pour réaliser en sécurité les manutentions manuelles. BULLETIN OFFICIEL N 5210 DU JEUDI 6 MAI 2004 DAHIR N DU 14 REJEB 1424 (11 SEPTEMBRE 2003) PORTANT PROMULGATION DE LA LOI N RELATIVE AU CODE DU TRAVAIL. CHAPITRE V : COMITES DE SECURITE ET D HYGIENE ARTICLE 336 :Les comités de sécurité et d'hygiène doivent être créés dans les entreprises industrielles, commerciales et d'artisanat, et dans les exploitations agricoles et forestières et leurs dépendances qui occupent au moins 50 salariés LES DIFFERENTS TYPES DE FORMATION : 3BSECURITE met à la disposition de ses clients 3 types de formations : Formation inter-entreprise. Formation intra-entreprise. 7 7

8 Formation intra-délocalisée. Formation inter-entreprise : Réunis sous un thème d intérêt commun choisi par le cabinet, la formation dont la logistique est entièrement prise en charge par 3BSECURITE, se déroule loin du travail (dans un hôtel), elle permet d acquérir des connaissances se rapportant au thème et un échange fructueux d idées et d expérience entre les membres. Ce type de formation permet de déconnecter le participant de son cadre de travail pour ne pas être constamment sollicité. Formation intra-entreprise : Elle se déroule sur le site de l entreprise, les participants font partie du personnel de celle-ci. La logistique est entièrement à la charge du client qui doit fournir le matériel nécessaire aux exercices pratiques. Formation intra-délocalisée : Les participants font partie de la même entreprise, la formation se déroule loin de celle-ci pour éviter leur dérangement. L action est réalisée soit dans un hôtel soit dans les locaux du cabinet si l effectif est réduit. Elle peut également avoir lieu dans une salle de location. Selon l entente entre le client et le cabinet les charges logistiques seront supportées soit par l un soit par l autre. ORGANISATION: HORAIRE : De 9H00 à 17H00 avec deux pauses de 10mn chacune, l une le matin, l autre l après midi. Une pause déjeuner de 1H30 à 2H00 est également à prévoir entre 12H00 et 14H00. TRAVAUX PRATIQUES : La logistique nécessaire aux TP : Extincteurs ; RIA ; Bac ; Foyer ; Stock de bois ; Essence ; Gasoil ; Torche ; Etc.. Sont à la charge du client. L exercice doit se dérouler dans un endroit loin des risques. Méthodes pédagogiques Déroulement : 8 8

9 9 9

10 Sécurité Opérationnelle 10 10

11 A. Sécurité Incendie Pourquoi une formation sur la lutte contre l'incendie et évacuation? Les incendies qu ils soient industriels, commerciaux ou domestiques ont des conséquences directes et indirectes, sur l homme, les entreprises, les biens et l environnement. Ils peuvent être provoqués par : Un accident (électrique, climatique..). Une imprudence (cigarettes...). Une défaillance d installations. Une malveillance. Avec nos équipes de formateurs Spécialisé, vous aurez l assurance d une formation incendie de qualité et grande efficacité. Pour qui? Ces formations sont établies pour assurer la sécurité de toutes les personnes au sein d une entreprise : employés, intervenants... Comment? Ces formations formulent les règles de prévention et de protection pour éviter l incendie, agir en cas d incendie et évacuer en cas de nécessité

12 Formation des équipiers de première intervention (EPI) Objectifs : Maîtriser les connaissances relatives à la lutte contre l incendie. Utiliser de façon appropriée les moyens existants lorsque celui-ci se déclenche sur le lieu de travail et limiter son impact. Réagir de façon efficace en attendant l arrivée des secours publics. Durée : 2 jours Nombre de participants par groupe: 12 à 15 personnes Contenu indicatif: 1 er jour : Cadre réglementaire, droit et devoirs des occupants. Causes et conséquences d un incendie. Théorie du feu (Triangle de feu, différents types de combustibles, classes de feu, potentiel et pouvoir calorifique, résistance et réaction au feu). Agents extincteurs. Extincteurs (Fonctionnement, différents types, différentes capacités, affectation, utilisation, entretien). Projection du film : Back draft & flashover (2 45 ) Robinets d incendie armés (RIA). Colonnes sèches et humides. Réseau d eau incendie et réserves d eau. Bouches et poteaux d incendie. Services de secours publics. 2ème jour: 12 12

13 Permis de feu. Projection du film : Agents extincteurs (6mn). Prévention (facteur d éclosion d un incendie, comportements à éviter, sensibilisation du personnel). Exercices d extinction sur 2 types de feux (Classe A et classe B). Moyens d extinction : Extincteurs et RIA. Déblai et surveillance. Remise en état du lieu de l exercice. Organisation : Déroulement : de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 16h30 avec des pauses cafés de 10mn le matin et l après midi. Dates prévisionnelles : la formation se déroulera selon la disponibilité des participants. Lieu de la formation : en entreprise (la salle, le data show et toute la logistique sont à la charge du client). Les moyens nécessaires à l exercice qui se déroulera dans un terrain dégagé loin des risques, seront mis à la disposition du groupe par l entreprise : 3 extincteurs de 9kg à poudre par groupe. 3 extincteurs à eau pulvérisée de 9l 2 extincteurs CO2 de 5Kg. Un bac. Une torche. 5litres d essence. 5litres de gasoil. 10kg de bois. Un RIA

14 Objectif : Formation : Equipiers de Seconde Intervention (ESI) Permettre à une équipe constituée d agents de l entreprise bien formés et aptes physiquement d intervenir efficacement sur un incendie et de prendre le relais des E.P.I. Etre capable de mettre en œuvre et d utiliser efficacement le matériel dont dispose l établissement en attendant l arrivée des secours publics. Prérequis : Personnes aptes physiquement, en bonne santé, volontaires et disposées à assurer des opérations de secours en cas d incendie ou d accident. Nombre de participants par groupe: 8 à 10 personnes Durée: 2 jours Contenu indicatif: 1ère journée Visite du site avec le formateur. Sensibilisation à la Sécurité Incendie. Réglementation. Origine des sinistres et locaux à risques dans l entreprise. Modalités de l alarme, de l alerte et de l intervention. Incendie : causes, propagation. Moyens de secours: extincteurs, R.I.A., PI, BI, CS, CH, Réseau d eau incendie et réserves d eau. EPI, ESI et secours publics. Reconnaissance et commandement d une équipe en intervention. 2ème journée Théorie Établissement de tuyaux, travail en binôme Appareil Respiratoire Isolant (A.R.I.) Procédure opérationnelle Préparation d une séance de formation 14 14

15 Pratique Port de l A.R.I., mise en situation dans les locaux enfumés Exercices d extinction: mise en œuvre des matériels (tuyaux, lances, R.I.A., Extincteurs, motopompe, poteaux incendie et bouches d incendie). Exposé / Débat Organisation : Déroulement : de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 16h30 avec des pauses cafés de 10mn le matin et l après midi. Dates prévisionnelles : la formation se déroulera selon la disponibilité des participants. Lieu de la formation : en entreprise (la salle, le data show et toute la logistique sont à la charge du client). Les moyens nécessaires à l exercice qui se déroulera dans un terrain dégagé loin des risques, et dans des locaux peu ou pas fréquentés seront mis à la disposition du groupe par l entreprise : 3 extincteurs de 9kg à poudre par groupe. 3 extincteurs à eau pulvérisée de 9l 2 extincteurs CO2 de 5Kg. Un bac. Une torche. 5litres d essence. 5litres de gasoil. 10kg de bois. Un RIA. Tuyaux, lances, Clés, pompe. Bouche et poteaux d incendie. ARI Couverture anti feu. Etc

16 Formation : Evacuation des occupants (Exigences réglementaires et applications pratiques) Objectifs : Amener les participants à réagir de façon efficace et sécuritaire, en respectant les procédures et les délais lors des évacuations d urgence. Initier les occupants à appliquer la réglementation dans le domaine, à surmonter l effet de panique et à mettre en sécurité le personnel et les biens de l entreprise pendant les évacuations réelles et lors des exercices d entraînement. Inciter les responsables de l opération à améliorer les performances et les résultats par des exercices fréquents pour une meilleure préparation à une évacuation réelle. Durée : 2 jours Programme : I/ Pourquoi l évacuation? Evacuation : définition et objectifs Textes réglementant l évacuation Synoptique de déclenchement de l évacuation II/ Moyens techniques : Circulations horizontales communes. Issues de secours et portes coupe feu. Eclairage de sécurité et source d énergie de secours Signalétique. Zone d évacuation. Point de rassemblement. Système de sécurité incendie (SSI) Equipements d alarme. Système de désenfumage

17 Equipement divers nécessaires à l exercice (Gilets, brassards, badges, sifflets, lampes torches, etc. ). III/ Moyens humains : Service de Sécurité. Equipe locale de sécurité (ELS). Equipe de première intervention (EPI). Equipe d évacuation (EEv). Equipe de sauvetage (secouristes). Equipe de seconde intervention (ESI). Comité de sécurité et d hygiène (CSH). Services de secours publics. Autorités. IV/ Moyens organisationnels : Formation des EPI. Planification des exercices. Plan d évacuation. Consignes d urgence. Fiche réflexe de chaque acteur. Chronométrage de l exercice. Briefing après l opération. Performances de l évacuation. Exploitation des données de l exercice. Traçabilité. V/ Cas pratiques : Evacuation d un ERP (Grande surface). Evacuation d une usine (ERT : industrie alimentaire). Evacuation d un IGH W1 (Immeuble de Grande Hauteur à usage bureau, hauteur > 28m)

18 Exercice pratique : si le client peut mettre à la disposition du groupe (selon les disponibilités et sans perturber la marche normale de l entreprise) une zone de son site, un exercice réel peut contribuer à mettre en pratique les connaissances acquises par les participants et les familiariser avec l évacuation. DEMARCHE PEDAGOGIQUE L apport de connaissances est accompagné de présentations audiovisuelles et d exercices concrets. La formation est centrée sur l échange et la discussion avec le groupe

19 Objectif : Formation du Personnel sur l utilisation des extincteurs - Savoir réagir face à un début d incendie - Savoir utiliser les différents types d extincteurs Durée : jour Contenu indicatif DE 08H30 A 13H00 1- Bases de la sécurité incendie. Définitions et terminologie : Feu, incendie, combustible comburant, énergie d activation pouvoir calorifique, potentiel calorifique. 2- Effets de l incendie. Triangle de feu, propagation, fumée, gaz toxiques, effet de la diminution d oxygène, mode d extinction, résistance au feu, degré coupe-feu, stable au feu, par-flamme 3-Moyens de lutte contre l incendie. Agents extincteurs, classes de feu, extincteurs (fonctionnement, utilisation, affectation, contrôles), Bacs à sable, RIA, Colonne sèche, colonne humide, bouches, poteaux d incendie, réseau d eau incendie, réserve d eau, installation d extinction automatique à eau et à gaz. 4 Moyens humains. EPI, ESI (choix, effectif, formation, manœuvres et exercices d entrainement). Services de sécurité, secours publiques (compositions, rôle,missions, moyens d alarme et d alerte, message. 5 Moyens organisationnels. Réglementations, Evacuation (fréquence des exercices, éclairage de écurité, désenfumage, Voies de circulation, plan d évacuation, déclencheurs manuels, signalétique, synoptique de déclenchement), système d alarme, SSI, consignes de sécurité. Registre de sécurité, Formation, sensibilisation, Contrôles périodiques

20 DE 14H00 A 16H30 6 Exercices pratiques. Extinction d un feu au moyen des extincteurs : - A eau. - A poudre - A CO 2. Déblai et surveillance des lieux Remise en état des lieux

21 3 B. Sécurité Chantier 21 21

22 Formation qualifiante sur les travaux en hauteur I Montage, démontage et réception des échafaudages. 1 - Programme prévisionnel Connaissances générales Adéquation de l ouvrage Limites de charges Dispositifs liés au site Conformité des niveaux de travail Conformité des accès et des protections collectives Conformité des appuis Résistance aux efforts verticaux Résistance aux efforts horizontaux Affichage et consignes Rapport de vérification. Démontage de l échafaudage. Entretiens Stockage des échafaudages. 2 - Travaux pratiques : Montage et démontage d un échafaudage de pied (fixe, classe1)

23 Montage et démontage d un échafaudage roulant (Classe 2) Rapport de réception (Modèle, saisie des informations et signature). EPI à mettre à la disposition des utilisateurs. EPI spécifique (Harnais, ligne de vie, corde, mousqueton, stoppeurs, etc..). Balisage de la zone de travail. Documents de travail (Registre de sécurité, notice de fabriquant, plan de montage, note de calcul, etc. ). - Moyens matériels à mettre à la disposition du groupe : Echafaudage de pied. Echafaudage roulant. EPI (Harnais, casques, chaussures, gilets, tenues de travail). Documents de travail. NB : En l absence de moyens matériels, le cabinet se contentera de projection de films qui remplaceront les démonstrations pratiques. Pour les harnais, le cabinet mettra à la disposition des participants un modèle à anneau dorsal. 4 durée de la formation : Selon les moyens matériels mis à la disposition du groupe, la durée prévisionnelle de la formation est de 2 jours pour un groupe de 10 à 12 participants. II Utilisation, entretien et contrôle des échelles. 1 Programme provisionnel : Obligations générales : Introduction. Définition de la hauteur Principes généraux de prévention

24 Risques environnementaux. Conditions physiques (malaises, vertiges, etc..). Moyens d intervention : Escabeaux Plates-formes ; Echelles simple; Echelles à 2 plans Escabeaux; Echelles fixes (à crinoline). Règles d utilisation des échelles. Réglementation des échelles Matériaux de fabrication. Utilisation Entretien et vérification 2 - Moyens matériels à mettre à la disposition du groupe : Echelle simple Echelle double Echelle fixe Escabeau. Plate-forme 24 24

25 NB en l absence de moyens matériels, le cabinet se contentera de projection de films qui remplaceront les démonstrations pratiques. 3 durée de la formation : Selon les moyens matériels mis à la disposition du groupe, la durée prévisionnelle de la formation est de 1 jour pour un groupe de 10 à 12 participants. III Sauvetage en hauteur. 1 Programme provisionnel : Normes relatives au sauvetage en hauteur Techniques d intervention Règles de sécurité Communications Équipements de protection individuelle Cordes et sangles Quincaillerie : équipements métalliques Nœuds Ancrages Rappel Système de palans Descente d une victime à l aide de civière Remontée sur corde fixe Ascension sur structure Sauvetage en rappel Descente d une victime à l aide de harnais d évacuation Tyrolienne- Moyens matériels à mettre à la disposition du groupe : 25 25

26 Cordes Sangles Equipements métalliques. Civières. NB : en l absence de moyens matériels, le cabinet se contentera de projection de films qui remplaceront les démonstrations pratiques. 3 durée de la formation : Selon les moyens matériels mis à la disposition du groupe, la durée prévisionnelle de la formation est de 2 jours pour un groupe de 10 à 12 participants

27 Objectif : Formation : Sécurité sur les chantiers Acquisition des éléments pour la sécurisation des chantiers. Règles à respecter par les intervenants à l ouverture, pendant et à la fermeture du chantier. Prendre conscience des différentes réglementations régissant le chantier. Comment organiser les opérations de secours et la prévention sur un chantier. Durée : 2 jours Population cible: Chefs de chantiers et intervenants dans les travaux de chantiers. Contenu indicatif : Politique de santé, sécurité, environnement. Généralités. Organisation de la sécurité. Circulation dans le site. Secours en cas d incident, d accident ou d incendie. Protections collectives et individuelles. Plan de prévention. Réglementions relative à la sécurité dans le chantier. Travaux à risques particuliers (Chantiers de génie civil et de bâtiment). Protocole de sécurité : Opérations de chargement et de déchargement. Organisation des travaux. Essais. Visites de chantier

28 Cotation de sécurité des entreprises. Non observations des consignes de sécurité par les entreprises extérieures. Accusé de réception des consignes générales de sécurité pour les chantiers

29 OBJECTIFS : Formation : Travaux de Creusement, d Excavation et de Tranchée Maitriser les éléments de base pour l accomplissement des travaux en respectant les règles de sécurité. Utiliser les moyens matériels nécessaires pour la sécurité du personnel et du matériel. Acquérir les techniques de base pour la conduite sûre des travaux de creusement, d excavation et de tranchée. Population ciblée : Chefs de chantiers, conducteurs d engins de chantier, techniciens et agents de maitrise en charge des travaux et de gestion des opérations. Durée : 2 jours Contenu indicatif : INTRODUCTION. 1. PLANIFICATION DES TRAVAUX. 2. CANALISATIONS SOUTERRAINES. 3. PAROIS DES TRANCHÉES ET DES EXCAVATIONS. 3.1 Résistance du sol et angle de repos

30 3.2 Causes des effondrements. 3.3 Pentes des parois. 3.4 Étançonnement des parois. 4. DÉPÔT DE MATÉRIAUX ET PRÉSENCE DE VÉHICULES. 5. ASSÈCHEMENT DES TRANCHÉES ET DES EXCAVATIONS. 6. SURVEILLANCE DES TRAVAUX. 7. MOYENS D'ACCÈS. 8. BARRICADES ET SIGNALISATION. 9. UTILISATION D'ENGINS DE CHANTIER. 9.1 Conducteurs d'engins de chantier. 9.2 Engins de chantier. 9.3 Inspection et manœuvre des engins. 9.4 Travailleurs au sol. 9.5 Signaleur. 9.6 Travaux à proximité de lignes électriques. 10. RISQUES D'EXPOSITION À DES GAZ. DEMARCHE PEDAGOGIQUE L apport de connaissances est accompagné de présentations audiovisuelles et d exercices concrets. La formation est centrée sur l échange et la discussion avec le groupe

31 Formation : Intervenir en espace confiné OBJECTIFS : Connaître les dangers et les risques associés aux interventions en espace confiné. Pouvoir évaluer les risques lors des interventions. Intégrer dans son travail un «comportement sécurité» adapté Etre capable et bien réagir en cas d accident. Mettre en œuvre les moyens de secours en cas d accident. Population ciblée : Opérateurs de site industriel, technicien de maintenance, chef d atelier, intervenant dans un espace confiné. Durée : 2 jours Contenu indicatif : Définition d un espace Clos (EC). Responsabilité de l employeur. Responsabilité de l intervenant. Rappels sur les principes de la sécurité chimique : Modes de pénétration des produits chimiques dans l organisme : Le risque d inflammation et d explosion : Le risque d intoxication : 31 31

32 Le risque d asphyxie : Autres règles de prévention incontournables : Autres dangers liés aux différents types de produits chimiques : Les étapes d'implantation d'un programme d intervention en espace confiné. Désigner, informer et former. Identifier les EC et évaluer les dangers. Elaborer des procédures écrites (permis, fiches d évaluation, consignes, instructions, etc. ). Acquérir et organiser les moyens matériels et les équipements (EPI, EPC, etc. ). Etablir et vérifier la procédure de sauvetage. Informer et former les personnes concernées. Faire le suivi et contrôler le mises à jour

33 Programme de formation : Travail en espace clos Descriptif Formation pour travail en espace clos, ces lieux totalement ou partiellement fermés impropres à l'occupation d'individus. Ces espaces sont difficiles d'accès et en ressortir pose des difficultés. Il y a donc des risques pour la sécurité du personnel Objectifs Utiliser de façon sécuritaire les équipements adaptés pour le travail et la surveillance en espace clos Connaître les responsabilités spécifiques de chaque personne impliquée dans la réalisation ou la gestion du travail en espace clos Appliquer les procédures de travail et les exigences réglementaires Connaître les sources d'informations et les personnes de référence à consulter lors d'un travail en espace clos Durée : 2 jours Public cible Tous les employés et les sous-traitants d'un établissement qui ont à effectuer des travaux dans un espace clos

34 Contenu indicatif : Travaux théoriques 1. Définition d espace clos, espace confiné 2. Risques associés aux espaces clos 2.1 Risques liés à l atmosphère 2.2 Risques physiques 2.3 Risques biologiques 3. Réglementation 4. Programme d intervention dans les espaces clos 4.1 Différents types d espaces clos 4.2 Détermination des caractéristiques de l espace clos et évaluation des risques spécifiques 4.3 Élaboration de procédures de travail sécuritaires 4.4 Moyens de contrôle de l environnement de travail 4.5 Contrôle de la mise en application de la procédure de travail 5. Application du programme d intervention en espace clos au cours des opérations de pompage à vide et de nettoyage au jet d eau sous haute pression. 5.1 Programme d intervention 5.2 Planification de l intervention 6. Responsabilités 6.1 Responsable de travaux, chargé de projets ou toute autre personne qualifiée représentant l employeur et désignée par lui 6.2 Client 6.3 Travailleur 34 34

35 Travaux pratiques Le cours théorique sera complété par des travaux pratiques, ils traiteront : - Identification des risques présents dans l espace clos : Détermination des entrants. Le verrouillage. Les difficultés existantes. Les caractéristiques spécifiques (Circulation, mouvements, accès, sortie, atmosphère..). 2 Vérification de l atmosphère : Mise en place du système de ventilation. Purgeage et inertage. Mesurage de l atmosphère (calibrage de l appareil, mesures multiples en plusieurs points). 3- Etablissement des différents permis et autorisations (selon modèle). Permis de travail. Autorisation d accès. Permis spécifiques. 4 - Surveillance Mise en place de la surveillance nécessaire. Mise en place d une procédure de sauvetage d urgence. 5 Equipement pour le travail en espaces clos. Mise en place du système de levage. Balisage de la zone d accès. Préparation des ARI pour l intervention. Préparation des appareils respiratoires à adduction d air. Préparation de deux harnais (au moins) avec leurs accessoires. Equipement de tous les intervenants en EPI 35 35

36 OBJECTIF Programme de formation : Travaux d accès difficiles Etre capable d intervenir sur des ouvrages en bordure de mer Etre capable d utiliser les EPI spécifiques à ce type d opération Maitriser l aspect réglementaire de base relatif à ces travaux Etre conscient de ses obligations et des risques encourus. DUREE 2 JOURS POPULATION Les agents appelés à effectuer des travaux en bordure de mer CONTENU INDICATIF Introduction : définition des travaux d accès difficile activités concernées moyens utilisés pour ce type de travaux Aspect réglementaire Responsabilité de l employeur Responsabilité du salarié RISQUES ET MESURES DE PREVENTION!!!! Signalisation et Balisage de la zone du travail Les conditions physiques des intervenants Les conditions atmosphériques Les protections collectives 36 36

37 ORDRE ET PROPETÉ Les EPI communs Les EPI spécifiques (Harnais de sécurité et ses accessoires, gilet de sauvetage) Attention!!! pour nous l EPI obligatoire à utiliser est le gilet sauvetage, faire attention à comment porter le gilet avec l harnais!!!! Projection de Vidéos Travaux pratiques (Exercice sur le lieu du travail) Effectuer une évaluation préalable pour déterminer les moyens matériels adaptés à l opération. choisir le matériel conforme à la réglementation Pose du balisage et de la signalisation Utilisation du gilet de sauvetage utilisation du harnais et ses accessoires opérations à réaliser sur l ouvrage 37 37

38 Formation : Réception et Vérification des échafaudages fixes, roulants et tours d étaiement OBJECTIF : Acquérir les connaissances et le savoir-faire pour de contrôler et réceptionner les échafaudages et tours d étaiement. Réaliser un procès-verbal de réception conformément à la réglementation. DUREE : 2 jours PERSONNEL CONCERNE : Personnel désigné par l entreprise. Toute personne amenée à réceptionner et contrôler un échafaudage roulant, fixe ou une tour d étaiement. Contenu indicatif: Analyse des risques et accidents du travail La réglementation La responsabilité en matière d accident du travail Structure d un échafaudage Particularités des échafaudages fixes et roulants Les mesures générales de prévention Etude du sol et implantation de l échafaudage Stabilité verticale de la structure 38 38

39 Les protections collectives Les protections individuelles La notice de montage La réception/vérification de l échafaudage Le procès-verbal de réception contrôle des connaissances (QCM) EXERCICES PRATIQUES : LIEU : au chantier. Réception et vérification d un échafaudage fixe, roulant et tour d étaiement déjà montés. Les agents présents doivent être munis d'une tenue de travail, de chaussures de sécurité, d'un casque avec jugulaire, de gants de manutention, d'un harnais et d un dispositif d'arrêt de chute

40 OBJECTIF : Formation : Montage et Démontage Echafaudage Le décret de septembre 2004 ainsi que la recommandation 408 de la CNAM régissent les obligations dans le domaine de l échafaudage Cela se traduit par une formation obligatoire pour les échafaudages roulants et une obligation de formation pour les échafaudages fixe ou de pied pour les phases de montage /démontage réception et conception Acquérir les connaissances théoriques et pratiques pour le montage et le démontage des échafaudages en toute sécurité. PERSONNEL CONCERNE : Responsables de chantiers utilisateurs d'échafaudages Programme théorique : Sensibilisation aux chutes de hauteur Textes réglementaires Droits et devoirs des employeurs et employés Règles de construction de bâtiment Normes pour les échafaudages de toiture Règles de sécurité du montage et démontage Règles de sécurité d'utilisation Protection individuelle (normes et obligations) Test d'évaluation théorique de connaissances (en fonction du niveau) Application pratique : Réception et vérification de conformité des échafaudages Le balisage et la signalisation Ancrages et fixation Installation de consoles Effondrement en construction 40 40

41 Montage d'un échafaudage en sécurité (techniques et régles de sécurité) Mise en place du harnais de sécurité Utilisation de systèmes antichute Démontage d'un échafaudage en sécurité Vérification Mise en situation des stagiaires Analyse et action correctives Bilan et évaluation individualisée 41 41

42 Objectif : Elingage courant et gestes de commandement A l issue de cette formation, les participants seront en mesure : De faire le bon choix des élingues et des accessoires de levage en fonctions des pièces à déplacer, de l environnement du travail et des moyens dont ils disposent. D inspecter et de juger de l état des élingues et des accessoires de levage. De mettre en place les accessoires pour toute intervention d élingage courant et spécifique. D être en mesure d accompagner la charge durant les opérations de levage et de déplacement (prise transport et dépose). De commander par gestes un conducteur d engin de levage. Population concernée : Le personnel appelé à utiliser, à préparer ou à choisir les élingues et les accessoires de levage pour les opérations d élingage. Pré requis : Les participants doivent présenter préalablement les aptitudes médicales et Durée : 2 jours. psychotechniques requises

43 Contenu indicatif: Théorie : Rôle et responsabilité de l élingueur et de l agent des gestes de commandement. Les types d élingues, avantage, inconvénients et accessoires de levage. Les règles d élingage (angles, tables, facteurs de modes, appréciation des charges, choix et mise en place des élingues,..). La manutention : levage, déplacement et dépose. La sécurité et les gestes de commandement. Le suivi : entretien, stockage et contrôle des élingues. Pratique : Description des élingues et des accessoires. Exercices d élingage des pièces. Transport et dépose. Commandement du grutier. Elingages particulier Contrôle des élingues

44 Formation : Utilisation, entretien et contrôle des Harnais et leurs accessoires Objectif : A l issue de cette formation, les participants seront en mesure : D utiliser le harnais de façon sécuritaire. De choisir le type et les accessoires qui conviennent à chaque situation de travail. D assurer les entretiens et les contrôles nécessaires. D intervenir de façon efficace en cas d accident ou d incident lors d une chute. Population concernée : Personnel appelé à travailler sur les structures en hauteur ou dans des endroits spécifiques (Espaces clos, espaces enfumés, etc..). Durée : 1 jour (1/2 journée théorique et ½ journée pratique) Contenu prévisionnel : Matin (Théorie) Systèmes antichute. Ancrages caractéristiques. Harnais : différents types et leurs utilisations. Accessoires : Sangles, longes, shunts, mousquetons, etc.. Lignes de vie horizontales et verticales

45 Cordes. Activités nécessitant le port du harnais. Réglementation. Comportement à adopter face à un incident ou un accident. Entretien du harnais et ses accessoires. Opérations de contrôle. A. Midi (Pratique) Choix du harnais. Choix des accessoires. Contrôles avant utilisation. Etapes à suivre pour le port sécuritaire du Harnais. Réglages et vérifications après. Accessoires à utiliser pour chaque situation de travail. Comportement en cas d incident ou d accident. Entretien. Contrôle réglementaire

46 Formation Appareil Respiratoire Isolant Objectifs Connaître et savoir utiliser un Appareil Respiratoire Isolant. Respecter les procédures d intervention et les consignes. Connaître les conduites à tenir en cas d incidents graves et d accidents. Découvrir et/ou approfondir les règles de sécurité en vigueur. Savoir dégager une personne inanimée avec l ARI, effectuer un dégagement d urgence. Public cible Toute personne pouvant intervenir en atmosphère irrespirable et étant reconnue apte médicalement avant la formation. Un certificat médical d'aptitude doit être présenté, à l'inscription avec mention "Apte au port de l'a.r.i.". Durée : 2 jours 46 46

47 Contenu indicatif : Pourquoi l ARI o Les atmosphères non respirables o Définitions o Les fumées d incendie o Les épandages & Les atmosphères toxiques Fonctionnement et description de l ARI o L A.R.I.C.O. o Le masque o Le microrégulateur o Le détendeur HP o Le harnais o Les bouteilles o La balise sonore Les contraintes physiologiques Les méthodes de reconnaissance Le matériel Les techniques Matériel mis à la disposition des participants Harnais, Cordes, ARI, masques

48 C. Sécurité usine 48 48

49 Durée : PROCEDES DE SOUDAGE La durée de 2 jours concerne uniquement la partie théorique. Pour la partie pratique, il y a lieu de doubler la durée. Pour maitriser parfaitement un procédé spécifique, la durée est à majorer encore de 2 jours Objectif : Acquérir les connaissances techniques relatives aux différents procédés de soudage. Populations cible : Techniciens et ouvriers spécialisés en soudure Contenu indicatif: Procédé de soudage oxyacétylénique Procédé de soudage à l arc électrique avec électrodes enrobées Procédés de soudage : TIG Procédé de soudage semi-automatique : MIG MAG I - Caractéristiques et classification des procédés de soudage oxyacétylénique Principe Installation du SOA Différents types de chalumeaux soudeurs Réglage d un chalumeau soudeur Différentes flammes OA Quelques paramètres de soudage à la flamme II - Soudage à l arc électrique avec électrodes enrobées 49 49

50 Définition et principe Définition de l électrode enrobée Classification des enrobages Etuvage des électrodes Paramètres de réglage Polarité de l électrode enrobée Différents types de générateurs de soudage Installation de SAE avec EE Quelques préparations des joints III - Soudage TIG Définition et principe Domaine d application Avantages du procédé Installation du soudage TIG Paramètres de soudage Gaz de soudage IV - Soudage MIG/MAG Définition et principe Différents modes de transfert Domaine d application Installation du soudage MIG/MAG Rôle du gaz d utilisation

51 Objectifs : L'oxycoupage à main Mettre en œuvre le procédé Maîtriser les paramètres qui contribuent à la réalisation d une bonne coupe Connaître les défauts liés aux coupes Réaliser des coupes sur différents produits. Appliquer les règles de sécurité. Durée : 2 jours Contenu prévisionnel 1/ présentation du procédé 2/ Quels métaux peut-on utiliser en oxycoupage 3/ Poste d'oxycoupage les bouteilles d'oxygènes et d'acétylènes les manodétendeurs les tuyaux les anti-retours ou para flamme sécurité les raccords rapides le chalumeau coupeur les buses de coupe ou tête de coupe 4/ La mise en route du poste et réglage de la flamme de coupe 5/ Amorçages des coupes 51 51

52 6/ conseils pour prévenir les déformations des tôles découpées. 7/ Règles de sécurité électriques à observer. 8/ Règles pour la prévention des risques incendie. 9 / Moyens de protection individuelle et collective. TP d'oxycoupage à main mise en route du poste oxyacéthylénique L'amorçage La vitesse de découpage L'épaisseur d'une tôle à oxycouper 52 52

53 Outillage à main Objectifs : Disposer des notions de base pour une utilisation rationnelle des outils à main. Choisir l outil approprié pour les taches à exécuter. Maitriser les caractéristiques techniques pour l achat de ce type de matériel. Pouvoir prendre des décisions justifiées sur le plan technique et sécuritaire pour la mise en rebut du matériel défectueux. Durée : 2 jours Contenu prévisionnel : I - Notion mécanique 1 - Action mécanique Définition Principe des actions mutuelles ré ou réciproques. 2 - Forces Définition Caractéristiques. 3 - Moment d'une Force a/ Notion de moment b/ Moment d'une Force /à un point c/ moment d'une force /à un axe 53 53

54 d/ exemples II - tillage 1/ clés plates à fourche 2/ clés à fourche plate à frapper 3/ clés mixtes courtes droites 4/ clés mixtes courtes coudées 5/ clés polygonales droites 6/ clés polygonales doubles contre coudées 7/ clés à roulette 8/ clés à laine ou 6 pans mâle 9/ douilles et accessoire (les cliquets, les carrés de manœuvres, les rallonges) 10/ clés à tube coudée 11/ clés pipes 8 pans 12/ pinces : pinces universelles pinces à bec long pinces à bec rond princes coupantes pinces à circlips pinces à dénuder pinces multiprises universelles ou à gaz 13/tenailles 14/pinces-étaux universelles 15/tournevis à différentes empreinte 16/marteaux 17/burins 18/bédanes 19/chasse-goupilles 54 54

55 Formation : Sécurité industrielle Objectif : Dans le domaine industriel, l accidentologie est liée essentiellement à l ignorance du risque, à sa négligence ou à l incompétence. Cette formation vise à apporter un éclairage sur les situations à risque dans le milieu industriel et les moyens à mettre en place qui permettent de les supprimer ou au moins de réduire leur impact. Population ciblée : Cadres et agents de maîtrise de l entreprise Durée : 2 jours Contenu indicatif: I Définitions Danger Risque Gravité Fréquence Moyen de maitrise Le groupe de travail II Evaluation des risques Recensement des risques dans l entreprise Calculer la fréquence et la gravité Mesurer les moyens de détection Evaluation des risques 55 55

56 moyen de maitrise III Risques liés aux travaux de maintenance : Travail mécanique : Procédures de travail ; Consignes de travail ; Equipements de travail ; Travail électrique : Procédure de travail Habilitation électrique Procédure de Consignation et déconsignation Moyen de protection collective et individuelle IV Risques liés aux travaux en hauteur (TH) : Les risques engendrés par les TH ; Les moyens utilisés lors des TH ; Les moyens de protection (individuels et collectifs) ; V Risques en rapport avec la manutention : La manutention ; Les moyens de la manutention ; Les appareils de levage ; Les accessoires et la préhension de la charge ; Les mesures de prévention et de protection : La réglementation et le contrôle. VI Risques divers : Incendie, Explosion ; Emanation de gaz; 56 56

57 Fuite de produit toxiques Rayonnement ; Projection de films VII Nuisances : Ambiance lumineuse Ambiance sonore Ambiance thermique Les vibrations Milieux poussiéreux Le stress Moyens de contrôle et mesures réglementaires. Projection de films

58 Formation : Gestes et postures Objectif : A l issue de cette formation, les participants seront en mesure : D appréhender les risques dorso- lombaires et la prévention (directive du Conseil 90/269/CEE et code du travail Art. R et suivants) D être capable de mobiliser des charges en utilisant des méthodes et des moyens adaptés et sécurisants pour une prise en charge de qualité optimale. D assurer une manutention efficace D être capable de protéger son rachis lombaire et favoriser une bonne hygiène de vie personnelle d'une manière plus générale. D entraîner une dynamique de changement au sein de l'équipe en utilisant les bonnes pratiques de manutention. Population concernée : Personnel appelé à faire de la manutention manuelle Durée : 1 jour. Contenu indicatif: CHAPITRE I APPRECIATION DU POSTE DE TRAVAIL : Analyse du poste de travail. Evaluation des situations. Ecoute des remarques des opérateurs. 58

59 Prise de conscience de la position de travail. CHAPITRE II PRISE EN CONSCIENCE DU SCHEMA CORPOREL : Notions d'anatomie. Physiologie et biomécanique du rachis. Apprentissage du verrouillage lombaire. Apprentissage des postures invariantes. Exercices de détente et d'entretien du rachis. CHAPITRE III PRINCIPES GENERAUX DE MANUTENTION : Démonstration du geste type en manutention de charge. Principes d'économie d'effort. principes de sécurité physique. CHAPITRE IV APPLICATION AU POSTE DE TRAVAIL : Démonstration et réalisation de manutention sur site. Modification des habitudes. Propositions d'aménagements et de conseils. Gymnastique de poste personnalisé. Les gestes à éviter. Déroulement : La partie théorique se déroulera en salle et les exercices pratiques seront réalisés sur le chantier du client. La logistique sera mise à la disposition du groupe par ce dernier. 59

60 FORMATION : MANUTENTION MANUELLE OBJECTIF : savoir appréhender la charge savoir manipuler d une façon sécuritaire les charges utilisation approprié des équipements de protection individuel analyse de l environnement de travail PERSONNEL CONCERNE : Toute personne appelée à déplacer manuellement les charges. DUREE: 1 JOUR Contenu indicatif : Introduction à la sécurité ; Introduction à la manutention ; Les objectifs d une manutention correcte ; Les différents types de manutention ; Préparation d une manœuvre ; Manutention manuelle : - Les principes de base - La manutention collective Limite de port de charge Moyens de protection individuelle : 60

61 Formation : Plan d Opération interne Objectifs Connaître les enjeux, la structure et le contenu du POI. Identifier la démarche de rédaction, de mise à jour et de mise en œuvre du POI. Connaître la composition, le rôle et les missions de la cellule de crise. Appréhender les réflexes à acquérir en cas de sinistre. Connaître les éléments incontournables de la communication en cas de crise. Public concerné Techniciens et responsables sécurité et environnement appelés à élaborer, à mettre à jour ou à mettre en œuvre un POI. Durée : 4jours 61

62 Contenu indicatif - CADRE REGLEMENTAIRE CHAPITRE 1 a) Introduction b) Evolution du cadre réglementaire applicable c) Quand l industriel doit-il réaliser un POI d) Quand un PPI doit-il être établi e) Conclusion - ETUDE DES DANGERS CHAPITRE 2 a) Définition b) Elaboration de l étude des dangers c) Etude de dangers et POI d) Les familles d événements considérés comme références e) Analyse des risques d accidents - MISE EN ŒUVRE DU POI CHAPITRE 3 a) Introduction b) Logique de réalisation d un POI c) Les fonctions décrites dans le POI d) Communication et interface e) L organisation des secours - TRAVAIL EN GROUPE CHAPITRE 4 a) Constitution de sous-groupes b) Situations à risque et zones à risque c) Recensement des moyens d) Etablissement des fiches réflexes. e) Descriptions de l intervention. f) Orientation et assistances des secours 62

63 Objectifs de la formation Formation sur les travaux par point chaud Connaître les risques des opérations de travaux par points chauds Prendre conscience des modes de propagation possibles Savoir prendre les mesures de prévention adéquates, avant, pendant, après le travail pour les entreprises extérieures et les services intégrés. Savoir quand, pourquoi, comment remplir une autorisation de travail par points chauds (le Permis de feu n'est pas qu'une contrainte administrative). Durée : 2 jours Population cible : Les responsables en charge de la sécurité, et les soudeurs. Contenu indicatif Travaux par points chauds : Statistiques incendie, origine (soudage, meulage, oxycoupage, collage à chaud, etc.). Mécanisme de naissance et de développement. Facteurs aggravants liés à ces opérations (entreprises extérieures, méconnaissances de lieux et des règles de sécurité, etc.) Principaux outils produits et méthodes utilisés. Mesures générales de prévention avant les travaux (précautions à prendre, informations à donner). Mesures de protection pendant les travaux. Mesures de surveillance après : ronde, Thermographie Infrarouge. Autorisation de travail par points chauds (permis de feu). 63

64 Les informations qui figurent sur un permis de feu et les signataires. Obligations (point de vue de l'assureur, réduction d'indemnisation en cas de défaut, liens avec le Plan de Prévention, etc.). Qui doit le rédiger? Responsabilité en cas de sinistre? Travaux en atelier : 1 er groupe : Elaborer un permis de feu de votre entreprise. 2ème groupe : lister toutes les mesures de sécurité à prendre avant, pendant et après. 3ème groupe : Validité d un permis de feu : envisager tous les cas de figure (durée, lieu, opérateurs, activité, etc ). 4ème groupe : Etablir un état qui permet de décider quant est ce que il faut établir un permis de feu et quant est ce que cela n est pas nécessaire. Situations où le permis est obligatoire Situations où le permis n est pas nécessaire

65 D. Sécurité chimique 65

66 Objectifs: La Gestion des déchets Identifier les étapes à suivre pour mettre en place une politique de gestion des déchets. Réaliser son diagnostic déchets Distinguer les différentes filières de traitement et les moyens à mettre en œuvre en interne Identifier les différents acteurs de la filière. Communiquer en interne et en externe Population ciblée : Responsables en charge de la gestion des déchets et les intervenants dans le domaine de l environnement Durée : 2 jours Contenu indicatif : Eléments de base Définition d'un déchet dangereux Comparaison avec les autres déchets industriels Les grandes familles de déchets dangereux Les risques associés à la manipulation, au stockage et au transport La classification des déchets dangereux Le décret du 18 Avril 2002 La compatibilité avec la nomenclature européenne 66

67 Exercices : recherche de codes issus de la nomenclature Les contraintes de transport La réglementation ADR (arrêté ADR du 1er juin 2001, modifié) champ d'application exigences administratives et logistiques Le transfert transfrontalier : Convention de Bâle et textes européens La traçabilité des déchets (bordereaux de suivi et registres) Exercices : recherche de classifications pour le transport Les régimes de responsabilité Les incriminations de la loi de 1975 Les procédures et sanctions Les règles applicables aux traitements La procédure d acceptation Les installations de transit, de regroupement et de prétraitement Les installations de traitement (les conditions, les techniques) : - l incinération et la co-incinération - le stockage - les traitements physico-chimiques - la valorisation matière Exercices (résolution de problèmes-type déchets-filières) La méthodologie d'un audit déchets détermination des flux qualitatifs et quantitatifs identification des facteurs influant sur le coût regroupement par famille analyse des traitements existants et coûts 67

68 Les solutions : réduction en amont traitements envisagés : par famille de déchets, choix de la filière la mieux adaptée réglementairement et techniquement stockage sur site et logistique 68

69 Objectif : Transport des matières dangereuses Acquérir les notions de bases relatives au transport des matières dangereuses. Maitriser les règles de sécurité concernant l opération. Prévenir les risques auxquels sont exposées l environnement. les personnes, les biens et Durée : 2 jours Personnes concernées : Personnel en charge des produits chimiques et leur transport. -Notions de base des agents chimiques -Transports des matières dangereuses -Introduction -Notions de sécurité -Protection de l environnement -Les déchets -Matières dangereuses -Différents modes de transport 69

70 -Signalisation des produits chimiques (SGH) -L étiquetage des produits chimiques -Les produits chimiques -Les FDS -Comment les avoir -Conséquences du risque chimique -Les réactions dangereuses -Les maladies professionnelles -Mesures de protection générales -Les équipements de protection collective -Les équipements de protection individuelle -Formation et sensibilisation du personnel 70

71 Objectif : Manipulation et stockage des produits chimiques Acquérir les règles de base de manipulation et de stockage des ACD. Comment réagir face à une situation de risque. Quelles sont les règles de sécurité à observer lors de la manipulation et le stockage. Durée : 2 jours Nombre de participants : entre 8 et 10 Personnes concernées : Personnel en charge de manipulation et stockage - Prévention des risques chimiques. - Toxicité - nocivité. - Comptabilité des produits chimiques. - Evaluation des risques chimiques. - Plan d action. - Modes de stockage : * un seul niveau * plusieurs niveaux - Moyens de protection collective. - Moyens de protection individuelle. - Intervention en cas d incendie. 71

72 - Intervention en cas d explosion. - Intervention en cas d épandaison. - Intervention en cas d inhalation. - Intervention en cas de projection. - Mise en place de la rétention - Caractéristiques de la rétention 72

73 Risques chimiques Niveau 3 Risques chimiques au laboratoire Objectif : - Connaitre les différents risques auxquels sont exposés les intervenants dans un laboratoire. Maitriser les informations relatives à la sécurité des ACD. Comment réagir face à une situation à risque. Durée : 2 jours Personnes concernées : Personnel du laboratoire Contenu indicatif - L étiquetage des produits chimiques - Les FDS - Source d information - Effets toxicologiques - Effets corrosifs - Effets irritant - Effet cancérogène 73

74 - Effet Mutagène - Effet Reprotoxique - Sensibilisant - Principes - Prévention du risque CMR - Comment se protéger : -Bonnes pratiques au travail -Ventilation -EPI - Stockage des produits chimiques - Comptabilité - Consignes de stockage - Règles pratiques - Elimination des déchets - Incidents et accidents - Consignes de sécurité - Conduite à tenir en cas d accident - Conclusion 74

75 Les risques liés à l utilisation du chlore Sécurité et réglementation concernant le chlore gazeux Buts professionnels (Situation projetée) Améliorer la conviction de chacun vis à vis des risques liés au stockage, à la manipulation et l utilisation du chlore ; Développer le comportement du personnel en matières de prévention et de protection ; Amener les gens à réagir d une façon adaptée et responsable. Objectifs pédagogiques Au terme de cette action de formation, le participant devra être capable : D identifier et d appréhender les risques encourus ; De Choisir les mesures de prévention adaptées ; D utiliser efficacement les EPI appropriés et les moyens d intervention mis à sa disposition ; De savoir les consignes et les procédures de sécurité relatives à l utilisation du chlore ; De savoir comment se comporter efficacement en cas d accident ou d incident. Durée : 02 Jours Pré-requis : Connaissances de base sur le risque chimique. Public concerné Les Personnes chargées de la conduite et de l entretien des installations de chlore ; Les personnes travaillant au voisinage d une installation utilisant du chlore gazeux. Contenu indicatif: 75

76 Généralités sur les risques professionnels : Définitions : Risque, Danger, Situation à risque, Elément déclencheur, Dommage Prévention, Protection. Le risque chimique : Substances et Produits Dangereux, Réglementation, Etiquetage, Pictogrammes, Phrases de sécurité et de risque. Sécurité et réglementation concernant le chlore gazeux : Rappel sur le chlore et ses principes de mise en œuvre dans les installations de traitement de l eau. Les dangers du chlore ; L exposition du personnel ; Les protections collectives et individuelles ; Recommandations diverses sur le transport, le stockage et l utilisation de chlore ; Définitions et causes du panache ; Conduite à tenir en cas d incident ; Effets du chlore sur la santé ; Maîtrise des risques, prévention et protection contre le chlore ; Présentation et règles d utilisation des EPI ; Organisation des secours et de l intervention ; Visite des installations du site ; Utilisation pratique des EPI et moyens d intervention ; Organisation des secours et de l intervention ; Evaluation Démarche pédagogique : Exposés théoriques sur supports pédagogiques et échanges d expérience. Mise en situation par des : Séances pratiques de port des EPI (Masques, ARI, Tenues.) Visites techniques des installations de chloration. La formation est centrée sur l échange et la discussion avec le groupe. 76

77 Sécurité Chimique (Milieu ATEX) OBJECTIFS DE LA FORMATION Pouvoir mieux connaître et évaluer les risques liés à la manipulation des produits chimiques classés dangereux et les ATEX Intégrer dans son travail un «comportement sécurité» adapté face à ces risques Donner aux techniciens et à l encadrement les connaissances nécessaires pour un bon management de leur équipe en ce qui concerne ces types de risques Avoir les connaissances permettant de mettre en place des consignes en hygiène et sécurité. Public Personnel permanent ou temporaire, concerné par le stockage, le chargement / déchargement, la manipulation de ces produits explosibles. Durée : 3 jours Programme Statistiques accidents, effets de l'explosion sur l'homme L'incendie Triangle du feu Point éclair Température d'auto inflammation Densité de vapeur L'hexagone de l'explosion : LIE, LSE, l'explosimètre Les paramètres de la Fiche de Données de Sécurité Les poussières 77

78 L'électricité statique La mise à la terre Vêtements de protection Produits chimiques Dangers liés aux différents types de produits Mode de pénétration dans l organisme Intégration de la sécurité chimique dans les activités Identification des dangers Maitrise des risques liés à la manipulation et au stockage Réglementation des produits chimiques Prévention des explosions Les poussières La ventilation L'inertage Les permis de travail, les consignations L'ATEX Atmosphère explosive. Réglementation des ATEX Sources d inflammation. Formation des mélanges. Prévention des ATEX Principe de zonage. Principe de marquage du matériel. 78

79 La maitrise du risque légionnelle et prévention de prolifération Durée : 2 jours Objectifs : Donner une synthèse claire de l ensemble des informations disponibles autour de la bactérie Légionelle et la maladie associée, les facteurs de contamination et les mesures de sécurité à prendre sur le terrain. Connaitre les risques sanitaires liés à la prolifération de la Légionelle, incluant nouvelles réglementations et responsabilités encourues. Acquérir les notions de bases sur la gestion du risque et les stratégies de lutte contre la Légionella Donner les bases nécessaires pour comprendre les outils analytiques disponibles. Fournir les bases pratiques pour effectuer les prélèvements des échantillons d eau et les analyses sur le terrain Contenu prévisionnel : Introduction La légionnelle et les risques pour la santé La bactérie Conditions de prolifération Colonisation des installations Mode de contamination Les risques pour la santé humaine : la légionellose Symptômes et pathologies Surveillance sanitaire Contrôles en laboratoire, détection Réglementation, obligations réglementaires 79

80 Textes réglementaires Protection des travailleurs TAR, Le risque légionnelle sur les installations tours aéroréfrigérantes Définition Les différents types de tours aéroréfrigérantes Conditions de contamination et de prolifération Les réseaux d'eau chaude sanitaire Les différents réseaux Les équipements Points à risques La prévention du risque légionelle T.A.R. Principes généraux de prévention Identification des risques Maîtrise de l alimentation en eau Analyses et contrôles Gestion des interventions Protections individuelles Formation du personnel Maintenance des installations - nettoyage et désinfection Les réseaux d'eau chaude sanitaire Diagnostic initial Analyse des points critiques du réseau Actions préventives et curatives Maintenance et traitement des circuits -Nettoyage et désinfection 80

81 E. Sécurité Electrique 81

82 Formation : Sécurité Electrique Objectif : Permettre au personnel intervenant d acquérir les éléments de base de la sécurité électrique. Utiliser de façon sécuritaire et professionnelle les installations et le matériel afin d éviter les accidents. Initier le personnel à la réglementation et aux normes appliquées dans le domaine des interventions sur des ouvrages électriques. Durée : 2 jours Public concerné : Personnel électricien intervenant sur des ouvrages électriques. Contenu indicatif: Introduction : Electricité Origine et générateurs Différents types de courants électriques. Installations électriques Domaines de tension. Architecture d une distribution électrique 82

83 Signalisation et repérage des ouvrages. Canalisations. Schémas des liaisons à la terre (SLT). Appareillage électrique basse tension. Production de l énergie électrique. Transport et distribution Réglementation, normalisation, recommandations, bonnes pratiques Matériel électrique Définitions Classes de matériel Degrés de protection (normes NF EN et NF EN 50102) Influences externes (chapitre 32 de la norme NF C ) Lampes baladeuses (NF EN ) Enrouleurs de câbles (NF C ) Chantiers extérieurs Enceintes conductrices exiguës Soudage manuel à l'arc (permis de feu) Fiches, prises, adaptateurs, prolongateurs. Protection du personnel et du matériel. Pouvoir de coupure. Protection par relais thermiques. Protection par relais magnétiques. Protection mixte. Rôle des appareils de protection (Fusible, sectionneur, interrupteur, disjoncteur). La prise de terre : rôle, conception, contrôle et entretien. Régime du neutre : différents branchements, effets sur l homme et sur le matériel. 83

84 Différents type de protection (ampérmètriques, voltmétriques, différentielles, etc..). Matériel de protection Matériel de protection individuel. Matériel de protection collective. Détection et protection incendie Accidents d'origine électrique Statistiques Accidents sur plate-forme Conclusion Conséquences des accidents sur le corps humain Statistiques des accidents du travail Mécanismes d'électrisation Le court-circuit L'induction. Cas particuliers des PCB et du SF6. Habilitation Qualification et habilitation Obligations de l'employeur Symboles d'habilitation Comment habiliter une personne préalablement formée? Cas particulier du surveillant de sécurité électrique Titres d'habilitation 84

85 Formation : Consignation et déconsignation Objectif : d une installation électrique Acquérir les bases réglementaires régissant les opérations. Maitriser les règles de sécurité lors d une intervention sur une installation MT/BT. Permettre au personnel électricien d intervenir sur une installation électrique Mt et BT en toute sécurité. Population ciblée : Personnel électricien. Durée : 2 jours Contenu indicatif : GENERALITES SUR LA SECURITE. CAUSES DU RISQUE ELECTRIQUE. EFFES DU COURANT ELECTRIQUE SUR LE CORPS HUMAIN. PREVENTIONS DES RISQUES ELECTRIQUES. Protection contre les contacts directs et indirects. Protection contre les brûlures. DOMAINES D APPLICATION DE LA NORME NF C Travaux. Interventions. Manœuvres. Mesures. Essais. 85

86 Vérifications. OPERATIONS DANS L ENVIRONNEMENT. Différentes zones d environnement. Travaux aux voisinages des installations électriques. PERSONNES INTERVENANTES. Rôle du chargé de consignation. Rôle du chargé de travaux. Rôle de l exécutant. DOCUMENTS. Attestation de consignation. Autorisation de travail. HABILITATION. Domaine d utilisation. Conditions d habilitation. Symboles d habilitation. Titre d habilitation. Maintien ou renouvellement d une habilitation. TRAVAUX HORS TENSION. Procédure de consignation. Séparation. Condamnation. Identification. Vérification d absence de tension. Mise à la terre et en court-circuit. INTERVENTION SUR UN EQUIPEMENT ELECTRIQUE. MATERIEL DE PROTECTION. Groupes de travail : 86

87 1er Groupe : Consignation et déconsignation pour travaux mécaniques (Difficultés vécues par le groupe dans le travail). 2 ème Groupe : Consignation d une installation électrique (Exemple réel d installation du client). 3 ème Groupe : Moyens de sécurité 4 ème Groupe : Aspect réglementaire Moyens pédagogiques à mettre en place : Salle de formation. Data show pour projection du cours. Tableau. Fascicules. Moyens techniques : Installation électrique. Outillage Matériel Documents de travail (permis de travail, autorisation de consignation) 87

88 Préparation à l habilitation électrique (HC, H2V) Objectifs : Appréhender les dangers de l électricité et les mécanismes d électrisation ; Maitriser les mesures de prévention contre les risques électriques ; Connaitre les règles et les procédures à appliquer pour exécuter en sécurité des procédures de consignation ou des travaux hors tensions sur les installations électriques HT, dans la prescription de la publication UTE C Durée :2 jours. Population concernée :Personnel électricien Pré requis :Connaissances de base en électricité et pratique professionnelle, aptitude physique. Contenu indicatif : Réglementation : Dispositions réglementaires & normatives. Dangers de l électricité 88

89 Principaux risques. Effets sur le corps humain. Mécanismes d électrisation ; Risque de contact direct et mesures de protection ; Risque de contact indirect et mesures de protection ; Mesures de protection contre le risque de contact indirect ; Risques de court-circuit. Tension limite conventionnelle Choix et mise en œuvre des matériels en fonction des influences externes Classe de matériel, pour la protection contre les chocs électriques Schémas électriques Notions sur les schémas des réseaux de distribution publique HTA Régime de neutre des réseaux HTA. Prise de Terre. Lecture d un schéma type de poste de livraison HTA/BT Notions sur les verrouillages en HTA Types de verrouillages Principe d un verrouillage Prescriptions de l UTE C Objectifs de la publication UTE C Les définitions _Domaines de tension ; _ Locaux d accès réservés aux électriciens _ Différents types de manœuvres _ Différents types d opérations 89

90 _ Habilitations et attributions ; _ Rôles des intervenants ; _ Environnement et voisinage ; Dispositions pratiques travaux hors tension _Principe fondamentale de la consignation ; _ Principe générale de la consignation électrique ; _ Procédure de consignation pour travaux d ordre électrique ; _ Attestation de consignation pour travaux d ordre électrique ; _ Attestation de consignation de 1ére étape pour travaux d ordre électrique. _ Procédure pour travaux d ordre non électriques ; _ Autorisation de travail pour travaux d ordre non électrique ; _ Application types. Applications en salle de consignations sur schémas électriques. Application sur site d une consignation électrique pour travaux. Procédures essais ; _ Essais à partir du réseau. _ Essai à partir d une source autonome. Risques liés aux phénomènes d inductions _Risques d induction électrostatique. _ Risques d induction électromagnétique. _ Règles sécurité pour se prémunir des risques d inductions. Equipements de protections _E.P.I / E.C.S / E.I.S Conduite à tenir en cas d accident ou d incident d origine électrique Nombre de participants par Groupe :10 à 15 personnes 90

91 Préparation à l habilitation électrique (B2V, B0V) Objectifs : Appréhender les dangers de l électricité et les mécanismes d électrisation ; Situer les mesures de prévention contre les risques électriques ; Connaitre les règles et les procédures à appliquer pour exécuter en sécurité des procédures de consignation ou des travaux hors tensions sur les installations électriques HT, dans la prescription de la publication UTE C Durée : 2jours. Population concernée :Personnel intervenant sur les installations BT et au voisinage de ces installations. Contenu indicatif : Réglementation : Dispositions réglementaires & normatives. Dangers de l électricité Risques principaux. Effets sur le corps humain. Régimes du neutre TT, TN, IT. 91

92 Mécanismes d électrisation ; Contacts directs et indirects Mesures de protection contre les risques de contact ; Mesures de protection contre le risque de contact direct ; Mesures de protection contre le risque de contact indirect ; Risques de court-circuit. Tension limite conventionnelle Choix et mise en œuvre des matériels en fonction des influences externes Classe de matériel, pour la protection contre les chocs électriques Schémas électrique HTA Notions sur les schémas des réseaux de distribution publique ; Lecture d un schéma type de poste de livraison HTA ; Prescriptions de l UTE C Objectifs de la publication UTE C Les définitions _Domaines de tension ; _ Locaux d accès réservés aux électriciens _ Différents types de manœuvres _ Différents types d opérations _ Habilitations et attributions ; _ Rôles des intervenants ; _ Environnement et voisinage ; Dispositions pratiques travaux hors tension _Principe de la consignation électrique; _ Procédure de consignation pour travaux d ordre électrique ; 92

93 _ Attestation pour travaux d ordre électrique ; _ Procédure pour travaux d ordre non électriques ; _ Autorisation de travail pour travaux d ordre non électrique ; _ Procédure Essais ;. Dispositions particulières Interventions du domaine basse tension ; Opérations particulières à certains ouvrages. Outils électriques portatifs à main : Mesures de sécurité à appliquer lors de l emploi d un outil électrique portatif à main. Sécurité lors des opérations de mesurages : Sécurité machines : Dangers des sources d énergie ; Dangers des opérations d activité & processus de fabrication ; Principaux risques liés aux unités de production ; Protection contre les principaux risques liés aux unités de production. Consignation d une machine ou d un équipement industriel : Consignation totale. Consignation partielle. Schéma type d une installation électrique de chantier Armoires et coffrets électriques pour installations de chantier en basse tension ; Rôles des armoires et coffrets électriques ; Mise en œuvre des armoires sur le chantier ; Vérification et entretien. Application sur site d une consignation électrique pour travaux : 93

94 Nombre de participants par Groupe :10 à 15 personnes Préparation à l habilitation pour le Personnel non Electricien Objectifs : - Connaître le risque électrique, - Savoir s en protéger, - Accomplir en sécurité les taches fixées, - Etre capable de porter secours en cas d accident électrique. Durée : 2 jours Programme : Cadre réglementaire : - Définitions risques et danger, - Obligations de l employeur et de l employé et responsabilités de chacun, - Manquement délibéré, - Textes réglementaires et normes électriques? Rappel des Notions d électricité : Généralité de l électricité et électricité statique, différence de potentiel avec mise à la terre, intensité, domaine de tension. Risque électrique : Différents types de risque : électrisation, électrocution, brûlure, incendie, explosion, Sensibilisation au risque électrique sous forme de vidéos. 94

95 Moyens de prévention, secours : Normalisation : publication UTE C18 530, Moyens de protections collectives et individuelles, Prescriptions au personnel : consignes et procédures. Validation de la formation : Contrôle individuel des connaissances à l issue de la formation. Une attestation de formation avec un avis d habilitation sont adressés à l employeur afin qu il puisse délivrer un titre d habilitation. Nombre de participants par Groupe : 10 à 15 personnes 95

96 Formation : Les Batteries d accumulateurs, Prévention des risques d explosion Objectifs: Spécifier les prescriptions générales de sécurité, de santé, d'hygiène pour les installations de batteries d'accumulateurs électriques Durée: 1jour Contenu indicatif: I. Constitution des batteries d accumulateurs : Les électrodes (positive et négative) ; Les grilles ; Les séparateurs ; L électrolyte ; II. Principe de fonctionnement : Les données caractéristiques d un accumulateur ; III. Instruction d installation et d exploitation : Sécurité ; Mise en service ; Température ; 96

97 Chargement ; Entretien ; IV. Réglementation : Local où sont installées des batteries d accumulateurs ; Ventilation ; Installations électriques ; Chauffage ; Voies et issues de secours ; Exploitation ; V. Maintenance et diagnostic : Maintenance ; Diagnostic et recharge d une batterie ; Préventions des risques liés ; Défauts et avaries ; VI. Instructions d utilisation : Identification des risques potentiels ; Manutention et stockage ; Instruction de transport ; Environnements ; Mesure première urgence ; Mesure contre le feu ; VII. Prévention des risques d explosion : Recommandations ; Opérations de charge ; Local de charge ; Local de stockage ; Travaux sur les batteries ; 97

98 Formation d atmosphère explosive ; Hydrogène dégagé par la charge d une batterie ; VIII. Premiers secours : Pourquoi y-t-il risque d explosion? Pourquoi peut-on subir une brûlure d acide? Mesures de lute contre l incendie ; Protection individuelle ; IX. Visite d un local de batterie Public : Toute personne appelée à travailler dans un local de batterie 98

99 F. Sécurité Batiment 99

100 Objectif : Détection incendie - Etudier et installer un système de détection incendie dans un site en vue de de prévenir le risque incendie. - Entretenir et gérer les installations de détection de votre entreprise. Durée : 2jours Programme Présentation des SSI Les différentes zones d'un bâtiment Les équipements d'alarme : - Différents types - Fonctionnement - Branchement - Répartition Les détecteurs : - Fonctionnement - Différents types et fonction - Choix des détecteurs Technologie conventionnelle Technologie adressable Technologie interactive Règle R7 100

101 Détection incendie et équipements d'alarme - En habitation - En ERT - En ERP - En Magasin et lieu de dépôts - En parking Réalisation d'installation (hôtel, magasin, salle polyvalente) Maintenance d une installation de détection 101

102 Formation : Eclairage de sécurité Objectifs Acquérir la connaissance réglementaires de base en sécurité incendie sécurité incendie permettant : Public ciblé L étude et la réalisation d une installation d éclairage de sécurité conforme à la réglementation spécifique de chaque établissement. L entretien de l installation en question. Ingénieurs et techniciens en bureaux d études, entreprises ou services techniques. Durée : 2 jours Programme - Notions générales sur les règles de sécurité dans les ERP - Exigences réglementaires en matière d éclairage. - Matériel électrique : résistance au feu - Alerte, alarme, évacuation des personnes. - Les articles EL et EC relatifs aux ERP - L éclairage de sécurité dans les ERT et la réglementation applicable - Différents types d éclairage et valeurs normalisées de l éclairement pour tous types de locaux - Réglementation s appliquant aux installations de sécurité dans les ERT. - Maintenance d une installation d éclairage. - Les sources électriques normales et de secours - Le contrôle des installations électriques de sécurité (Prise de terre, Paratonnerre, etc ). - Mesures Périodiques de l éclairement. Prérequis Connaissances de base en électricité du bâtiment. 102

103 103

104 Réglementation ERP - IGH Objectifs pédagogiques : Connaître les réglementations applicables aux ERP et IGH. Identifier clairement les risques auxquels sont exposés les responsables et gestionnaires de ces types d'établissement. Se placer dans les conditions d'exploitation sécurisées. Nombre de Sessions : 1 session Durée : 2jours Profil de la population : Chef de site et chefs d'équipe opérant au niveau de l'entité Sécurité, avec une expérience de 4 à 5 ans dans la banque. Contenu indicatif : Différents types de réglementions applicables aux établissements Réglementation Marocaine Réglementation Française ERP Définition Classement des ERP (par type et par catégorie) IGH Définition Différents types d IGH Calcul des effectifs Exemples (cas des sous-sols et des étages) Exercices Méthodes de détermination des effectifs 104

105 Exemple (Type W et Type M) Calcul des dégagements et leur largeur Enchainement de la réglementation (Processus CLICDVCREM) Le désenfumage Les locaux à risques L éclairage Les moyens de secours Moyens humains (Différents intervenants, Effectifs, formation recyclage) Moyens techniques de limitation (Extincteurs, RIA, bouches d incendies, poteaux d incendie, détection, sprinklers, réseaux d eau incendie..) Moyens techniques de prévention (Plan d évacuation, Signalétique, cosignes d urgence, déclencheurs manuels ) Moyens organisationnels (Evacuation, Contrôles réglementaires des équipements, Alarmes, alertes, éclairage de sécurité, SSI, Centrale d alarme, registre de sécurité, rondes de contrôle). Les moyens de secours spécifique au type W Exercices Films pédagogiques. UNE FORMATION POUR L OBTENTION DU SSIAP EST REALISEE SUITE A LA DEMANDE 105

106 CATEGORI E 1 A CATEGORIE 1 B CATEGORIE 2A CATEGORIE 2 B CATEGORIE 3 A CATEGORIE 3 B G. Sécurité Machine 106

107 Objectif : Formation Et Examen pour l Habilitation CARISTE Former le personnel à la conduite de chariots élévateurs. Obtenir le Certificat d Aptitude à la Conduite En Sécurité Durée : 4 jours Public et Effectif Conducteur débutant de chariots élévateurs. 8 personnes au maximum Programme de la formation FORMATION THEORIQUE (7 heures) - accueil et présentation du stage - présentation du contexte général de la formation - informations sur la réalité des accidents - présentation des différentes causes d accidents La réglementation - les acteurs de la réglementation - présentation des textes réglementaires - les obligations de l employeur - les responsabilités pénales - les responsabilités de l employeur 107

108 La technologie des chariots - les éléments principaux constitutifs d un chariot - les organes de service - les dispositifs de sécurité - les différentes sources d énergie - les différentes transmissions - les différentes catégories et leur utilisation courante - le circuit hydraulique - les batteries de traction Les règles de conduite - les principaux facteurs d accidents - les risques d accidents rencontrés dans l environnement du travail - les consignes de conduite et de circulation - les contrôles à la prise de poste - les contrôles réglementaires - le chargement d un véhicule par le quai - les réactions à adopter en cas d anomalies sur les chariots La signalisation - l étiquetage des produits dangereux - les symboles de transports normalisés - les panneaux de dangers, d obligation, d interdiction et les ADR - la circulation sur la voie publique Les plaques de charge - le centre de gravité - les conditions d équilibre 108

109 - le polygone de sustentation - étude de la plaque de charge NF - étude d un diagramme de charge - étude d un tableau de charge - exercices sur les plaques de charge FORMATION PRATIQUE présentation du matériel utilisé étude des plaques de charge la prise de poste et les essais de fonctionnement présentation et démonstration par le formateur des différents exercices : le gerbage en pile (CAT 3, CAT 4 et CAT 5*) le gerbage en palletiers (CAT 3 et CAT 5*) le gerbage latéral sur remorque (CAT 3 et CAT 4*) le transport de charges longues (CAT 3 et CAT 4*) le chargement de véhicule par le quai (CAT 1*) circulation et évolution du circuit pour la CAT 2* fin de poste TEST CACES test pratique Vérification de l aptitude à la conduite en sécurité en fonction des différentes catégories et suivant le cahier des charges de la certification CACES. test théorique Vérification des connaissances (QCM) Méthode DOCUMENTATION ET SUPPORT PEDAGOGIQUE 109

110 Formation sur le pont roulant objectif Afin que les participants puissant travailler de manière sûre, efficace et rentable avec un pont roulant avec commande en cabine, commande à poire ou télécommande. Cela implique que: les conducteurs puissent assumer une fonction de sécurité et deviennent des manutentionnaires efficaces et des personnes capables de signaler préventivement les pannes et dérèglements; respect du matériel ; prévenir les accidents et blessures, prévenir les dommages aux environnements, réduire les dommages résultant du transport; obtenir un équilibre entre conduite sûre et productivité. Durée 2 jours, Population cible Personnes qui ont d expérience et dont la tâche principale consiste à travailler avec un pont roulant avec commande en cabine, commande à poire ou télécommande. Attestation Les participants qui réussissent l examen théorique et pratique reçoivent une attestation mentionnant les différentes commandes. Contenu indicatif théorie connaître le contenu d un poste de sécurité; savoir ce qu est un permis de travail, pouvoir l interpréter et le respecter; connaissance de la législation de base en matière de pont roulant; 110

111 connaissances des accessoires de levage et matériel d élinguage; déterminer, analyser et contrôle les risques propres aux appareils ainsi que l'espace disponible; connaissance des consignes de sécurité; connaître les notions importantes de la construction et du fonctions d un pont roulant; savoir qu il existe différents types de pont roulants; connaitre les points d attention pour une manipulation des charges en toute sécurité; connaître les matériels à élinguer et leurs accessoires d élinguage; savoir comment stocker le matériel correctement; savoir qu il existe des matériaux d élinguage interchangeables: de différentes formes, avec différentes forces; savoir qu il existe différentes méthodes d élinguage et savoir quand les appliquer; connaitre les éléments pour lesquels un contrôle visuel existe; savoir ce qu est un bon levage/élinguage; connaître l utilisation de moyens de protection; savoir quels sont les gestes conventionnels de communication et comment communiquer via la radio; connaître le plan d évacuation et de sécurité en cas de problème; savoir comment communiquer en travaillant à deux personnes. Pratique appliquer les consignes de sécurité et pouvoir travailler minutieusement; pouvoir atteindre en toute sécurité l échelle d accès/la zone de la cabine; pouvoir se servir de l'interrupteur principal, des moyens de commande et des moyens de signalisation; pourvoir effectuer le contrôle quotidien du pont roulant et en faire rapport; pourvoir respecter la hauteur de travail; pouvoir réduire le mouvement de balancement et le faire disparaître; pouvoir appliquer les signes conventionnels de communication et la télécommunication; pourvoir faire un parcours sans faute (vertical, horizontal en combinant les mouvements); pouvoir manœuvrer avec diverses charges; faire disparaître les contres-charges (transversales-diagonales); pouvoir estimer les distances (horizontales et verticales); pouvoir parquer le chariot du pont de manière correcte; pouvoir quitter la cabine en toute sécurité

112 Inspection et contrôle des accessoires de levage en manutention Objectif : A l issue de cette formation, les participants seront en mesure : De faire le bon choix des élingues et des accessoires de levage en fonctions des pièces à déplacer, de l environnement du travail et des moyens dont ils disposent. D inspecter et de juger de l état des élingues et des accessoires de levage. De mettre en place les accessoires pour toute intervention d élingage courant et spécifique. D être en mesure d accompagner la charge durant les opérations de levage et de déplacement (prise transport et dépose). Population concernée : Le personnel appelé à utiliser, à préparer ou à choisir les élingues et les accessoires de levage pour les opérations d élingage. Pré requis : Les participants doivent présenter préalablement les aptitudes médicales et psychotechniques requises. Durée : 2 jours. Contenu indicatif: Inspection et contrôle des accessoires de levage en manutention Utilisation et restriction d'emploi selon les normes: NF E et E , les règlements des services de sécurités officiels et les recommandations du fabricant. Les accessoires d'assemblage : Les anneaux : (ronds, ovales, poires, à embase, sans embase) 112

113 Note : coefficient d'utilisation 1/6, CMU = CR * 1/6 Les apparaux de levage : les élingues simples sur un ou plusieurs brins. les élingues en cordage en : Filaments synthétiques. Fibres naturelles. (Avantage et inconvénients) protection des élingues contre les angles vifs. Coefficient d'utilisation. les élingues en câble d'aciers : évaluation et critères de dépose selon la norme prés cités, et suivant les points critiques suivants : Fils rompus. Usure. Corrosion interne et externe. Distorsion significative (déformation). Détérioration sur les terminaisons (accessoires). Détérioration due à la chaleur. les élingues plats : Coefficient d'utilisation : 1/8 1/10 pour les bandes tissées. 1/6 pour les terminaisons aciers. Note : ce type d'élingue ne doit pas être utilisé sur des arêtes vives et sur des pièces à température extérieures supérieure à 60 C. les élingues en chaînes (avec ou sans protection) : 113

114 Domaine d'application. Caractéristiques. Mode d'élingage. Les pinces : De ripage : pince à talon ou barre à mine De préhension: Pour tôles. Pour fûts. Pour rails. Pour ronds. Note : - Coefficient d'utilisation. épreuve à la double charge nominale par le service de sécurité agrée. matériel fourni avec attestation de conformité selon norme NFX Les palonniers : Equilibrage rapide des charges. Réduire la longueur des élingues. Eviter les angles en élingage. Coefficient d'utilisation 1/6. Interdiction de fabriquer soit même ces palonniers. Les appareils de levage : Les palans à chaîne. Les tire-forts. Les pull-lifts. 114

115 Note : (Contrôle et essai avant utilisation, par mesure de sécurité il est strictement interdit de maintenir soi- même ces appareils, ils doivent être orientés vers un service spécialisé) 115

116 CATEGORI E 1 A CATEGORIE 1 B CATEGORIE 2A CATEGORIE 2 B CATEGORIE 3 A CATEGORIE 3 B Objectifs: FORMATION PLATE-FORME ELEVATRICE MOBILE DE PERSONNES (NACELLE) Connaître et maîtriser les règles de conduite et de sécurité relative aux plates-formes élévatrices mobiles de personnes (PEMP), pouvoir apprécier et rendre compte des anomalies et incidents relevés lors des travaux Durée : 2 jours Public : Toute personne amenée à conduire ou à surveiller une nacelle élévatrice mobile. Le chef de chantier - Le représentant du client - Le conducteur de la PEMP - Le surveillant de manœuvre 116

117 Contenu indicatif: Théorie Les rôles et responsabilités de l encadrement du chantier Les catégories de machine Les différents organes d un engin Les risques Les règles de conduite et de stationnement Distance avec les câbles électriques Les règles de mise en œuvre Les organes de sécurités et vérifications à effectuer Pratique Prise en poste sur l appareil Vérification des sécurités Manœuvre en mode translation Prise de charge Gerbage en hauteur Fin de poste Opération de maintenance de son ressort 117

118 Formation «GRUTIERS A TOURS» Objectif : Acquérir les connaissances théoriques et pratiques nécessaires à la conduite des grues à tour Etre capable d utiliser la Grue de chargement dans des conditions normales d utilisation, en respectant les règles de sécurité. Population concernée : Conducteurs permanents ou occasionnels d engins de chantier Pré requis : Il appartient à l employeur de s assurer de l aptitude médicale «travaux en hauteur» et à la «conduite» Durée : 2 jours. Contenu Indicatif : Les Domaines De Responsabilité Du Grutier Les Qualités Du Grutier Le Chef d Entreprise, Le Chef De Chantier, Le Chef D équipe Les Opérateurs : Chef De Manœuvre, Grutier, Élingueur Le Conducteur De Travaux 118

119 Consignes Générales De Sécurité Plan De Circulation Notice D utilisation De La Grue Zone De Survol, Zone Interdite, Zone D interférence NOTIONS ELEMENTAIRES DE PHYSIQUE TECHNOLOGIE DES GRUES A TOUR Les Différents Types De Grues A Tour Les Domaines d Utilisation des GMA Les Domaines d Utilisation des GME Les Principaux Éléments Constitutifs Des Grues Terminologie Des Mouvements Les Principales Caractéristiques Les Commandes Les Pictogrammes STABILITE DES GRUES A TOUR Moment Stabilisant et Moment De Renversement Les Effets Du Poids de la Grue INSTALLATION DES GRUES A TOUR Les Différents Types D Implantation De Grues A Tour Les Effets Du Sol Les Distances De Sécurité LES RISQUES LIES A L UTILISATION DES GRUES A TOUR, LES MOYENS DE S EN PROTEGER Synthèse Des Risques Et Des Moyens De Protection Les Contrôles Les EPI ELINGAGE LES GESTES DE COMMANDEMENT PRISE DE POSTE, CONDUITE, FIN DE POSTE ET OPERATIONS DE MAINTENANCE 119

120 Formation «CONDUCTEURS GRUES A TREILLIS SUR CHENILLES» Objectif : Acquérir les connaissances théoriques et pratiques nécessaires à la conduite des grues à tour Etre capable d utiliser la Grue de chargement dans des conditions normales d utilisation, en respectant les règles de sécurité. Population concernée : Conducteurs permanents ou occasionnels d engins de chantier Pré requis : Il appartient à l employeur de s assurer de l aptitude médicale «travaux en hauteur» et à la «conduite» Durée : 2 jours. Contenu Indicatif : A/ FORMATION DES GRUTIERS «GRUES A TREILLIS SUR CHENILLES» B/ POURQUOI UNE FORMATION? C/ LES CAUSES D ACCIDENTS : D/ STATISTIQUES INRS 2010 E/ QUI PEUT UTILISER UN ENGIN OU UNE MACHINE? F/ LES ACTEURS CONCERNES PAR LA SECURITE G/ LES QUALITES DU GRUTIER H/ LES RESPONSABILITES DU GRUTIER I/ GRUES A TREILLIS SUR CHENILLES 120

121 J/ REGLEMENTATION MAROCAINE SUR LES APPAREILS DE LEVAGE «EXTRAIT DE L ARRETE VIZIRIEL DU 9SETEMBRE 1953» K/ GRUE TREILLIS EQUIPEMENT DE BASE L/ LES RISQUES M/ FORMATION AUX TRAVAUX SPECIAUX TRAVAUX MARITIMES OU FLUVIAUX TRAVAUX FERROVIAIRES N/ CERTIFICAT DE CONFORMITE O/ NOTICE D UTILISATION LES INTERDITS P/ CONSIGNES GENERALES DE SECURITE FORMULE DU MOMENT STABILISANT FORMULE DU MOMENT RENVERSEMENT DÉPLACEMENT DE LA CHARGE HAUTEUR D ÉVOLUTION R/ EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE S/ LES GESTES DE COMMANDEMENT T/ LES VERIFICATIONS DE PRISE ET DE FIN DE POSTE & ENTRETIEN GRUE TREILLIS UNE FORMATION POUR L OBTENTION DU CACESS EST REALISEE SUITE A LA DEMANDE 121

122 Programme de Formation BOBCAT catégorie 1 Catégorie 1 : Tracteurs petits engins de chantier puissance <50 cv (tracteur agricole, mini pelle, mini chargeuse jusqu à 4.5 tonnes, moto basculeur jusqu à 4.5 tonnes, petit compacteur, bobcat, machine à peindre les lignes sur les chassées.) Durée de formation La durée de formation varie selon l expérience du stagiaire, à savoir : 1-Sont considérés comme non expérimentés, les agents, n ayant jamais conduit l engin de travaux publics ou conduit occasionnellement. 2-Sont considérés comme expérimentés, les agents ayant un CACES dont la date de validité est expirée ou étant en possession d une autorisation de conduite. Objectifs Acquérir des connaissances théoriques et pratiques pour la conduite des engins de chantier conformément au référentiel de la recommandation CNAMTS R 372m ou autorisation conduite de l employeur Public et pré-requis personnes non expérimentée Tout public Agé de 18 ans Savoir lire et écrire Etre apte à la visite médicale Effectif de formation de 3 à 8 personnes Formation théorique 122

123 REGLEMENTATION ET TEXTES DE LA SECURITE Connaître les bases de la réglementation applicable aux engins Connaître les documents à présenter lors de contrôles Connaître les rôles des différents organismes IT. CRAM. OPPBTP Connaître les rôles et responsabilités du chef d équipe Connaître les rôles et responsabilités du chef de chantier Connaître les rôles et responsabilités du conducteur de travaux CLASSIFICATION ET TECHNOLOGIE Connaître les principaux types d engins Connaître les caractéristiques principales des principaux composants Connaître les caractéristiques principales des différents mécanismes Connaître le fonctionnement des organes de service Connaître le fonctionnement des dispositifs de sécurité SECURITE Connaître les principaux risques : renversements, heurts, environnement (réseaux aériens ), énergie mise en œuvre Connaître les règles de conduite, de circulation, de stationnement, y compris la gestuelle de commandement de manœuvre Connaître les dispositions générales de sécurité Connaître les distances de sécurité avec les conducteurs électriques. Evaluation théoriques et pratiques La formation est sanctionnée par une évaluation théorique en salle de cours. Evaluation pratique sur le terrain par conduite et manipulation diverses (zones balisées) 123

124 H. Sécurité Routière 124

125 Formation : Transport des Marchandises Dangereuses Objectif pédagogique: Acquérir les connaissances nécessaires pour transporter des marchandises dangereuses (TMD) conformément aux prescriptions de l'adr. Durée : 3 jours Contenu indicatif : Classification des matières dangereuses 13 classes de danger Moyens d'identification des matières dangereuses Etiquettes réglementaires Etiquettes de danger Etiquettes santé travail Différents risques présentés par les matières Propriétés physiques des matières, états, température pression et notion de masse volumique/densité Identification des risques pour l'homme, les installations et l'environnement Dangers de corrosivité, inflammabilité, activation d'incendie, toxicité, risques infectieux Equipements de protection 125

126 Emballages Divers modèles d'emballages Etiquetage et marquage des colis Responsabilités et obligations des acteurs Véhicules Signalisation et étiquetage Apposition de la signalisation et de l'étiquetage sur le véhicule Cas particulier des conteneurs Equipement et nettoyage des véhicules Chargement et déchargement Obligations des différents intervenants Restrictions de chargement et de déchargement Manutention. Règlements et dispenses à la réglementation ONU et ADR Dispenses totales Dispenses partielles. Documents obligatoires Protocole de sécurité Consignes écrites de sécurité Cas particulier des déchets Document de marchandises dangereuses Certificats de formation des conducteurs. Circulation des véhicules 126

127 Accès interdits Restrictions de circulation Stationnement et surveillance des véhicules- Franchissement des tunnels. Conduite Règles de conduite Temps de conduite et de repos. Facteurs dangereux Hygiène de vie Alcool, drogue et médicaments Effets sur le comportement des conducteurs. Feu, risque spécifique Théorie de la combustion Dangers associés au feu Nature et comportement des feux Classes de feux -Agents extincteurs -Utilisation des extincteurs. Infractions, sanctions et responsabilités Délits et sanctions Contraventions et sanctions. Accidents et incidents Statistiques et causes d'accidents Consignes générales en cas d'accident Interventions possibles en cas de sinistre 127

128 Plan de sûreté Matières à hauts risques Conseilles. Test de contrôle des connaissances 128

129 Sécurité routière et Code de la route «La conduite préventive» L'Objectif de la formation Faire prendre conscience des dangers de la route, en particulier lors de conditions météorologiques défavorables, et leur faire adopter un comportement sécuritaire au volant. Les Objectifs pédagogiques o Faire appréhender le risque routier dans son aspect global et multifactoriel ; o o Démontrer la nécessiter d adapter sa conduite à l environnement et aux conditions de route ; Permettre de tirer le meilleur parti de leur véhicule et des aides à la conduite en termes de sécurité routière. Durée : 2 journées. Population concernée. Toutes personnes ayant un permis de conduire. Contenu indicatif : Introduction Cadre réglementaire Conduite préventive La conduite de nuit La vitesse et la distance d arrêt La vitesse et le champ de vision 129

130 La distance de sécurité Les angles morts Les Points de vérification du véhicule (projection de vidéo) état mécanique Le freinage La pneumatique La suspension L éclairage L ergonomie du poste de conduite Prévention des risques routiers Analyse de cas d accident Analyse des compétences d un conducteur (projection de vidéo) (10 mn) Evaluation Conclusion 130

131 Santé Sécurité au Travail 131

132 A. Accidents du travail et maladies professionnelles ( AT-MP) 132

133 Objectifs : Formation : Les Accidents du travail (AT) et les Maladies Professionnelles (MP) Maîtriser les facteurs influents des accidents de travail (AT) et des maladies professionnelles (MP). Savoir exploiter les événements accidentels et disposer des outils nécessaires pour une meilleure gestion des AT-MP. Etre capable d analyser des situations à risques et mettre en place des solutions d amélioration de l aspect sécurité. Elaborer les tableaux de bords pour leur suivi et la mise en place d une politique d amélioration de santé sécurité au travail (SST) Durée: 2 jours Contenu indicatif : 1-Définitions : Accident Presqu accident Accident de travail Accident de trajet 2-Conditions de travail : Locaux de travail Hygiène dans le lieu de travail Ordre et propreté Horaire de travail 133

134 Poste de travail Equipements de protection individuelle (EPI) Nuisances Précarité 3- Indicateurs de suivi: Nombre d accidents sur les lieux de travail avec arrêt et sans arrêt de travail. Nombre d accidents de trajet. Taux de fréquence (TF). Taux de gravité (TG). Durée moyenne d incapacité temporaire de travail. Indice de gravité. Indice de fréquence. Statistiques. Activités accidentogènes Interprétations. Exercices. 4-Intervenants dans les processus AT - MP : Le chef d entreprise. Les salariés. Le médecin du travail (mission, activités) L inspecteur de travail (mission, interventions) Le CSH (compostions, réunions fonctionnement, mission). 5-l accident : Survenance sur les lieux de travail Survenance en dehors des lieux de travail. Conditions de reconnaissance et prise en charge. 134

135 Analyse des causes. Mesures préventives. Réparation. 6-Etude de l accident : Arbre de cause ( les causes des accidents). Statistiques( les faits dominants) Conclusions (activités à risques, lieux à risques, produits à risques, matériel à risque, etc..) Défaillances Mesures correctives Recommandations Mise en place des recommandations et contrôle. Tableaux de bord. Tarification.. 7- Gestion Administrative des Maladies Professionnelles Définition Conditions de reconnaissance et de prise en charge des Maladies. Tarification 8- Bases juridiques et réglementaires : Le code du travail Arrêté ministériel du 12 mai Arrêté du 22 novembre 2010 Le document unique La cartographie des risques. Tableaux des maladies professionnelles Pré-requis : règles de base de la santé sécurité au travail 135

136 Population concernée: Managers et Intervenants en charge de la sécurité. Acteurs de l entreprise souhaitant disposer d informations pour meilleure gestion de la problématique. 136

137 OBJECTIF PÉDAGOGIQUE Analyse des Accidents du Travail par la Méthode de l'arbre des Causes Maîtriser les facteurs influents des accidents de travail. Savoir exploiter les événements accidentels et disposer des outils nécessaires pour une gestion efficace des AT. Etre capable d analyser des situations à risques et proposer des solutions. Elaborer les tableaux de bords pour leur suivi et la mise en place d une politique d amélioration de santé sécurité au travail (SST) Durée : 2 jours. Contenu indicatif I - Définir les mécanismes de l'accident Notions de sécurité : Accident, incident, presqu accident, danger, dommage, risque, etc.. Pyramide de BIRD : la relation entre les incidents et les accidents, l intérêt d accorder l importance aux incidents. Les accidents occasionnés par le travail : Accident du travail, accident du trajet, accident du travail grave, accident du travail bénin. II Conséquences de l accident Son impacte : Salarié, entreprise, milieu familial, Société civile. Iceberg des couts. Statistiques des AT Classement des activités en fonction des risques accidents. Responsabilité : Chef d entreprise (faute inexcusable), Hiérarchie, salarié. Déclaration de l AT aux autorités et aux assurances, les exigences du code du travail. arche 137

138 Les indicateurs de sécurité : ITT, IPP, TG, TG1, TG2, TF, IR, DMIT Analyse de l AT : Distinguer fait / opinion / jugement, éviter de chercher un coupable Les conditions du recueil des faits : l'observation de la situation de travail, les personnes à rencontrer, le recueil des témoignages relatifs à l'accident, les difficultés particulières à contourner Identifier les éléments composant la situation de La formalisation des faits Mise en situation : entraînement à la formulation et au recueil des faits afin de mieux en identifier les pièges et bonnes pratiques IV - Analyser les faits par l'application de la méthode de l'arbre des causes Constituer un groupe de travail : intérêt, composition Construire l'arbre des causes La méthode : les liens logiques, les questionnements, la vérification de l'articulation des faits Étude de cas : Exemple1, exemple2, exemple3 V - Exploiter les résultats de l'analyse : choisir les actions de prévention appropriées Les principes généraux de prévention Choisir les mesures de prévention Classer les solutions réalisables et objectives en fonction de leur capacité à supprimer le risque. Mettre en place des solutions proposées : solutions immédiates, différées, définitives Suivre et évaluer les mesures prises Exercice d'application : à partir de l'analyse d'accident réalisée précédemment, définition des actions de prévention appropriées. Mettre en place un tableau de bord pour le suivi des AT. VI - Formaliser les résultats : l'établissement du dossier d'accident Structurer un compte rendu Rédiger le formulaire : faits, analyse, mesures de prévention Étude de cas Exercice d application : Réalisation d un arbre des causes et définition de mesures de prévention à partir d un cas vidéo Intégrer les notions juridiques et financières de base sur les accidents du travail 138

139 Le circuit de la déclaration administrative d'un accident du travail (délais, obligations) Les conditions de reconnaissance d'un accident du travail La différence entre accident du travail et accident de trajet Les conditions de reconnaissance d'une maladie professionnelle Les impacts financiers. Progression chronologique 1 er jour : Définir les mécanismes de l'accident Conséquences de l accident Maîtriser la démarche d'analyse des accidents Analyser les faits par l'application de la méthode de l'arbre des causes. 2 ème jour : Exploiter les résultats de l'analyse : choisir les actions de prévention appropriées Formaliser les résultats : l'établissement du dossier d'accident Exercice d'application Intégrer les notions juridiques et financières de base sur les accidents du travail Démarche pédagogique : L apport de connaissances est accompagné de présentations audiovisuelles et d exercices concrets. La formation est centrée sur l échange et la discussion avec le groupe. Exposés didactiques avec supports audiovisuels Etude de cas Aide mémoire remis aux participants Pré-requis : Avoir des connaissances des indicateurs et des statistiques de sécurité Population concernée: Animateurs HSE, Médecins du travail, 139

140 Membres du CSH, Responsables RH Responsables QSE et HSE Responsables de production et de maintenance 140

141 Sensibilisation au port des EPI Objectif : Amener le personnel à porter les EPI recommandés dans leur poste de travail et durant leur activité. Lui faire prendre conscience du risque et que sa vie risque de basculer dans la tragédie, car l accident n arrive pas qu autres. Responsabiliser l ensemble du personnel et développer au sein de l entreprise une culture de sécurité. En tant que locomotive de cette culture l encadrement doit multiplier les initiatives, s engager et donner l exemple. Durée : 2 jours Population cible : Tout le personnel Contenu indicatif : L Opérateur et son exposition aux risques. Culture de sécurité et culture du danger. Démarche préventive. Qu est ce qu un EPI. Qu est ce qu un EPC. Choix des EPI (acteurs à associer, respect des normes, qualité, entretien ). Freins Physiologiques et psychologiques qui favorisent l abandon des EPI. Conséquences financières, humaines et sociales de l accident. Les images chocs de l accident. L adhésion de l encadrement. La sécurité intégrée. 141

142 Affichage des EPI à porter à l entrée des ateliers et locaux. Dotation continue et respect des délais et quantité. Rupture des stocks, l une des causes de découragement. La Formation et l information comme remède d incitation (Associer le personnel à toutes les étapes depuis la commande jusqu à l affectation). Faut-il sévir si la sensibilisation n a pas eu d effet. Travaux de réflexion en atelier : 1 er atelier : Les facteurs décourageant du port des EPI dans votre service. 2ème atelier : Les facteurs qui peuvent encourager le port des EPI dans votre service. 3 ème atelier : Sur quoi doit-on se baser pour doter le personnel en EPI. 4 ème atelier : quelles sont les solutions à votre avis à adopter pour éviter de retrouver les EPI entre les mains des revendeurs. 142

143 Avantages : Formation hygiène au travail A l issue de cette formation, les collaborateurs/collaboratrices sont conscients des risques qui peuvent être liés aux activités de nettoyage. Rappel des dangers - éventuellement déjà connus - liés aux produits chimiques utilisés. Les risques sont présentés de manière compréhensible pour tous. Objectif : Faire prendre conscience aux collaborateurs/collaboratrices des risques auxquels ils sont susceptibles d'être confrontés sur leur lieu de travail. Leur communiquer les règles de conduite nécessaires pour réagir correctement face à ceux-ci. Contenu de la formation : Chaque formation peut être adaptée aux conditions réelles de travail. Les cours sont dispensés à des groupes de maximum 15 personnes. Durée : 2 heures. Contenu : o Contrainte d origine biologique Bactéries, virus, insectes et vermine o Contrainte d origine chimique Etiquetage des produits dangereux Solvants, détergents, acides et bases, décolorants o Contrainte d origine physique et ergonomique Bruit, vibrations et climat Position de travail o Mesures de prévention pour chaque type de contrainte o Mesures relatives aux premiers soins 143

144 Objectifs de la formation Santé, Sécurité au Travail : Obligation Appréhender les obligations réglementaires et les enjeux de la Sécurité Faire de la sécurité un outil quotidien de la performance Se concentrer sur les aspects humains pour acquérir l'adhésion des équipes Manager ses équipes et coordonner les référents Sécurité Durée du module 2 JOURS CONTENU INDICATIF 1-Clarifier les enjeux de la Santé Sécurité- Identifier le cadre réglementaire : directives, réglementations, normes, bonnes pratiques, principes généraux de prévention, responsabilités civiles et pénales Acquérir les fondamentaux de la sinistralité : définitions, gestion du risque, tarification et réparation, coûts directs et indirects, statistiques Maîtriser les missions du Directeur Santé Sécurité et celles des acteurs de la prévention : inspection du travail, CSH, médecin du travail Appréhender la délégation de pouvoir 2. Maitriser les outils du management de la Santé Sécurité au Travail Cerner le climat organisationnel et sécurité : politique, leadership et culture de la Santé-Sécurité au Travail Évaluer les risques professionnels et le management de la Santé-Sécurité au Travail : bonnes pratiques, valeurs essentielles, principe de la démarche 144

145 Répertorier les systèmes de Management de la Sécurité : OHSAS 18001, ILO / OHS 2001, Définir les objectifs et indicateurs de performance en Santé-Sécurité au Travail : préparation, mise en place, animation Renforcer le processus participatif d'amélioration du lieu de travail : comportement, conséquences positives et négatives 3. Manager vos équipes Sécurité Tirer profit des théories du management : motivation, théorie des besoins, facteurs de satisfaction, management situationnel Renforcer ses pratiques managériales : organisation, sens de l'action, communication, gestion des ressources Différencier les styles de management : Type d'expression, forme à adopter Clarifier le processus décisionnel : pouvoir et conflit d'intérêt Savoir contrer les objections : obstacles aux comportements conformes, suppression des freins, encouragement Appréhender la modification de l'engagement : approche psychologique, théorie comportementale Les pré-requis Il est recommandé que les participants soient sensibilisés aux questions sur la santé/sécurité et aux pratiques en entreprise La population concernée Directeur et responsable HSE, Manager Sécurité Chef d'établissement Chef de Service, Directeur technique, production DRH Animateurs Sécurité Santé au travail chargés de mettre en œuvre la sécurité et la prévention dans l'entreprise. Personnes participant au système de management de la santé et de la sécurité de son entreprise. 145

146 Intervention en présence d amiante Personnel encadrant technique, de chantier et opérateur Objectifs Connaître les opérations spécifiques pouvant entraîner la libération de fibres d amiante et les niveaux d exposition induits. Connaître les principes de réduction de production et d émission de poussière d amiante. Sur la base de l évaluation des risques, établir, faire appliquer ou appliquer un mode opératoire s intégrant dans un plan de prévention ou un PPSPS. Cette formation s adresse : Personnels ayant fonction d encadrement technique, et/ou de chantier et/ou d opérateur. Niveau requis : Attestation d aptitude médicale au poste de travail prenant en compte le port des équipements de protection respiratoire. Méthode : Alternance d exposé et d études de cas. Mises en situation sur des plates-formes pédagogiques dans les différents fonctions. Itinéraire pédagogique : -?L amiante Caractéristiques et propriétés de l amiante et ses effets sur la santé L amiante et les maladies professionnelles : modalités de réparation - Les exigences de la réglementation Notions de responsabilités pénale et civile appliquées au risque amiante Obligations des propriétaires (Code de la Santé Publique) Obligations des employeurs (Code du travail) Obligation des détenteurs de déchets amiantés (Code de l Environnement). - Amiante et analyse des risques Principe de l analyse de risque / identification des risques : recherche documentaire (DTA ; rapport de repérage) Évaluation du risque amiante : appropriation d une grille d analyse et plan d action de prévention. 146

147 - Les procédures et méthodes d intervention Procédures pour la protection des tiers et de l environnement Methodes pour limiter la production et l émission de fibres d amiante dans l air (confinement abattage de poussière) Protection individuelle des opérateurs : présentation des matériels et modalités d utilisation Procédures de décontamination du personnel Procédures de gestion des déchets. - Procédures avant interventions sur matériaux contenant de l amiante Rédaction de la notice de poste Élaboration validation et transmission du mode opératoire Le mode opératoire et les autres documents de la prévention des risques : (DU, PPSPS, Plan de prévention). - Procédures à réaliser pendant l intervention Modalités de suivi des interventions Gestion des situations d urgence. - Procédures à réaliser après intervention Gestion administrative et technique des déchets Suivi de l exposition des opérateurs : obligations et modalités pratiques. Type de stage : Inter/Intra entreprise Durée : 5 jours (3 + 2 jours) 147

148 B. Ambiance Physiques au travail 148

149 Evaluation des nuisances sonores ITINERAIRE PEDAGOGIQUE DUREE SEQUENCES OBJECTIFS (pour les participants) 1 e r j o u r 9h00mn 9h30 Présentation et définition - Repérer le cadre du cadre de Travail du travail. - S intégrer dans le groupe. 9h30-10h00 Prétest Tester quelques notions d acoustique 10h00-11h15 Généralités sur le bruit Connaître les aspects théoriques du bruit qui vont êtres utiles pour la lutte contre les nuisances sonores 11h15-11h45 Evaluation des nuisances sonores - Connaître pourquoi et comment se fait l évaluation des nuisances sonores. OUTILS PEDAGOGIQUES COMMENT DOC REF. POUR L ANMATEUR DOCUMENT A DISTRIBUER - Tour de table Présentation de l animateur La boite Participants Objectif du stage -Test sur papier A travers des QCM TEST - Support projeté ; -présentation de l acoustique Exercices -Exercices pratiques. physique : pratiques *les paramètres ; *liaison avec l ouie ; *l addition des niveaux sonores ; -liaison avec l industrie. Support projeté - Présentation des étapes : Directive 2003/10/CE * réglementation et norme *Evaluation 149

150 DUREE SEQUENCES OBJECTIFS (pour les OUTILS COMMENT participants) PEDAGOGIQUES 11h45-12h00 Pause 12h 12h45 12h45-13h30 13h30 14h00 Evaluation des nuisances sonores et effets de bruit *Action sur la propagation du bruit - Connaître pourquoi et comment se fait l évaluation des nuisances sonores. Connaître les techniques de lutte contre le bruit en agissant sur la propagation. * Support projeté * Support projeté - Présentation des étapes : * réglementation et norme *Evaluation *effets de bruit *action moyennant l éloignement ; *le traitement acoustique du local ; *le cloisonnement des machines ; * les écrans acoustiques. Synthèse 2 è m e j o u r DOC REF. POUR L ANMATEUR DOCUMENT A DISTRIBUER Directive 2003/10/CE 9h00 10h00 - Retour sur la journée 1 Reprendre les notions de lutte contre le bruit Tour de table et support projeté *action sur la propagation du bruit. 10h-11h45 -réduction de bruit à la Etre capable de - Exposé. Discussions en plénière sur les *Support projeté ; source ; choisir des mesures -Exercice. différentes mesures de *Exercice -les différents matériaux de prévention à la prévention à la source ; de traitement source, connaître et Discussions sur le choix des acoustiques ; choisir les EPICB EPICB -choix des EPICB 11h45-12h00 Pause 150

151 DUREE SEQUENCES OBJECTIFS (pour les OUTILS COMMENT DOC REF. POUR DOCUMENT A participants) PEDAGOGIQUES L ANMATEUR DISTRIBUER 12h-12h30 Evaluation pratique des Visite pratique sur Evaluation pratique des Visite pratique sur terrain pour Evaluation Visite pratique sur nuisances sonores dans terrain pour évaluer nuisances sonores dans évaluer les nuisances sonores pratique des terrain pour évaluer une carrière les nuisances une carrière nuisances sonores les nuisances sonores dans une sonores cimenterie 12h30-13h30 Rédaction d un rapport *exploitation des Rédaction d un rapport *exploitation des mesures Rédaction d un *exploitation des technique d étude de mesures technique d étude de *exploitation des remarques rapport technique mesures bruit *exploitation des bruit prises sur terrain d étude de bruit : *exploitation des Technique d élaboration remarques prises *les mesures de prévention cartographie de remarques prises d une cartographie de sur terrain techniques et individuelles bruit sur terrain bruit *les mesures de *récapitulation de la session *les mesures de prévention **exploitation des mesures prévention techniques et *utilisation d un logiciel techniques et individuelles individuelles *récapitulation de *récapitulation de la session la session 13H30-14h00 Synthèse 151

152 Formation sur l Evaluation des poussières: DUREE SEQUENCES OBJECTIFS (pour les 1 e r 8h30mn j o u r Présentation et définition du cadre de Travail participants) - Repérer le cadre du travail. - S intégrer dans le groupe. 8h45-9h Prétest Tester quelques 9h00-10h45 Rappel des notions de base sur les aérosols Matières en suspension dans l air et aérosols : types d aérosols Caractérisation des aérosols Comportement des aérosols Comportement et effets des aérosols Effets sur l homme Effets sur l environnement et les écosystèmes Effets sur l homme du fait de l environnement Méthodes de prélèvement et de mesure Stratégie de mesure Normes notions d acoustique Connaître les aspects théoriques des aérosols - Connaître pourquoi et comment se fait l évaluation des poussières OUTILS PEDAGOGIQUES COMMENT DOC REF. POUR L ANMATEUR DOCUMENT A DISTRIBUER - Tour de table Présentation de l animateur La boite Participants Objectif du stage -Test sur papier A travers des QCM TEST - Support projeté ; Exercices -Exercices pratiques. *les paramètres ; pratiques *liaison avec la santé ; Support projeté - Présentation des étapes : * réglementation et norme *Evaluation 152

153 DUREE SEQUENCES OBJECTIFS (pour les OUTILS COMMENT DOC REF. POUR DOCUMENT A participants) PEDAGOGIQUES L ANMATEUR DISTRIBUER 10h45-11h00 Pause café 11h 13h30 Evaluation des risques - Connaître * Support projeté - Présentation des étapes : santé environnement pourquoi et * réglementation et norme Identification des comment se fait *Evaluation sources l évaluation des Évaluation de la poussières. *la prévention technique dispersion Connaître les * Support projeté Évaluation de techniques de lutte l exposition (homme contre les environnement) poussières de Adaptation des ciment. méthodes de prélèvement et d analyse Évaluation des risques - Conclusions: application aux cimenteries 13h30 Déjeuner 153

154 2 è m e j o u r 8h30 9h00 - Retour sur la journée 1 Reprendre les notions de lutte contre la poussière Tour de table et support projeté 9h-10h45 Visite pratique sur terrain pour évaluer des postes d exposition Etre capable de choisir des mesures l exposition aux poussières (qualitativement et quantitativement) DUREE SEQUENCES OBJECTIFS (pour les participants) 10h45-11h Pause café 11h-12h30 Exploitation des données mesurées Etre capable d interpréter les résultats 12h30-13h30 Rédaction d un rapport *exploitation des technique d évaluation mesures de la poussière *exploitation des remarques prises sur terrain *les mesures de prévention techniques et individuelles *récapitulation de la session 13H30 Déjeuner - Exposé. -Exercice. Discussions en plénière sur les différentes mesures de prévention à la source ; Discussions sur le choix des EPI OUTILS COMMENT DOC REF. POUR PEDAGOGIQUES L ANMATEUR Discutions Discussions en plénière Evaluation pratique de l exposition aux poussières. Rédaction d un rapport technique d étude de poussière *exploitation des mesures *exploitation des remarques prises sur terrain *les mesures de prévention techniques et individuelles *récapitulation de la session **exploitation des mesures Rédaction d un rapport technique DOCUMENT A DISTRIBUER *exploitation des mesures *exploitation des remarques prises sur terrain *les mesures de prévention techniques et individuelles *récapitulation de la session 154

155 ETUDE ACOUSTIQUE ET EXPOSITION AU BRUIT DES SALARIES 155

156 Etude acoustique incluant : Mesures de bruit Analyse de l exposition au bruit des salariés Remise du rapport La méthodologie sera basée sur le respect de la norme NF EN ISO 9612 «Méthode de mesurage des niveaux d'exposition au bruit en milieu de travail". En deux phases Phase de réalisation de la cartographie du bruit La première phase et de réaliser de nombreuses mesures de bruit de courte durée à l intérieur de l usine afin de produire la carte du bruit. Le nombre de mesures sera adapté pour couvrir toute la superficie de l usine. La réalisation des mesures doit se faire suivant une durée minimale variant de 30s à 5min. Cette durée sera ajustée en fonction de la nature des sources à proximité du point de mesure. Elle pourra donc être plus longue en cas de fluctuation importante des niveaux de bruit. Les mesures doivent être réalisé à l aide d un sonomètre de classe 1 permettant de stocker les niveaux sonores pondérés. Phase d analyse des risques liés a l exposition des salaries A partir des cartes de bruit réalisées, nous identifions les zones les plus bruyantes dépassant les seuils réglementaires et présentant un risque pour la santé des salariés évoluant sur le site. En complément des cartes de bruit, plusieurs mesures de dosimétrie doivent être effectuées en équipant des salariés exposés à des niveaux représentatifs de l ambiance sonore. Ces mesures permettront de déterminer l exposition quotidienne au bruit LEX,8h ainsi que l exposition aux niveaux de pression crêtes (LCpk). Selon les zones et les risques identifiés, le type de protections auditives à porter (casque, bouchons d oreilles et performances nécessaires) sera déterminer. 156

157 Comment évaluer l exposition au bruit? L évaluation doit être faite selon la norme NF EN ISO 9612 : 2009 qui spécifie une méthode d'expertise permettant de mesurer l'exposition au bruit des travailleurs dans un environnement de travail et de calculer le niveau d'exposition au bruit. La norme NFENISO9612 :2009 supportée par une calculette informatique pour le calcul d incertitudes précise bien les paramètres à déterminer et aussi bien les stratégies d évaluation. Contenu du rapport à fournir Une évaluation précise de tous les travailleurs exposés (Lex,d et dose) rapportée sur la durée effective d exposition ; Les recommandations d ordres techniques et organisationnelles relatives à l exposition des travailleurs ; Un choix technique des PICB (protecteur individuel contre le bruit) Les critères techniques de choix des nouveaux équipements industriels ; la dosimétrie, un logiciel qui transforme les mesures prises par le sonomètre en dose. 157

158 Matériel de mesure Les mesures sont effectuées à l aide d un sonomètre intégrateur d acquisition numérique type KIMO DB 200 de classe II. Le sonomètre est étalonné avant chaque série de mesures moyennant une source étalon émettant un signal de référence de 94dB à 1 KHz. Le sonomètre et le dosimètre sont vérifié auprès du fournisseur annuellement. 158

159 159

160 Choix des moyens de protection Objectif : individuelle (PICB) - Maitriser les facteurs qui permettent un choix judicieux des PICB. - Mettre en place toutes les actions qui motivent le personnel à porter les PICB Durée : 1jour Programme : - Bruit : Causes, conséquences et moyens de limitation - Appareil auditif - Les six critères de choix des PICB - Entretien des protecteurs - Apport et gène - Comment porter les PICB - Les acteurs qui interviennent dans le choix des protecteurs - La signalisation d information et d obligation - Disponibilités des PICB, affectation et renouvellement. 160

161 - Formation, information et sensibilisation. - Suivi médical - Exemple pratique 161

162 C. SECOURISME 162

163 FORMATION SECOURISME Objectifs : Rôle du SST dans l entreprise : Le but de la formation est de disposer dans les entreprises du plus grand nombre d hommes et de femmes, le SST doit être : capable d intervenir immédiatement et efficacement en cas d accident. capables de reconnaître les risques professionnels et d articuler son action avec les autres acteurs de la prévention de l entreprise. Cette formation est essentiellement pratique, les explications sont données pendant et à l'occasion de l'apprentissage des gestes. Durée : 2 jours. Population concernée : Tout le personnel de l entreprise. Nombre de participants par Groupe : 10 à 12 personnes Contenu indicatif : Conduite à tenir en cas d accident : PROTEGER, EXAMINER, FAIRE ALERTER, SECOURIR 163

164 PROTEGER à PREVENIR Connaître les principes de bases de la prévention Identifier sans s exposer soi-même des dangers persistants éventuels qui menacent la victime de l accident : Risque mécanique, de chute Risque électrique Risque d incendie explosion Risque d asphyxie Définir les actions de prévention ou de protection pour la suppression des risques. EXAMINER RAPIDEMENT LA VICTIME POUR FAIRE L'ALERTE Est-ce que la victime : Saigne abondamment? S étouffe? Répond aux questions et se plaint? Respire? D ALERTER à INFORMER Organisation des secours dans l entreprise Organisation des secours publics Cas particulier : la sirène d alerte à la population en cas de risques industriels majeurs. Rendre compte sur les dangers identifiés et sur les actions mises en œuvre à son responsable hiérarchique et/ou aux personnes chargées de prévention dans l entreprise. SECOURIR Face à une situation d accident, le sauveteur-secouriste du travail doit être capable d effectuer l action appropriée à l état de la victime. 164

165 a) La victime saigne abondamment : compression manuelle directe, pose d un tampon relais pose d un pansement compressif, b) La victime s étouffe : claques dans le dos (adulte, enfant et nourrisson) compressions abdominales (méthode de Heimlich) chez adulte et l enfant. compression thoracique (chez le nourrisson). c) La victime répond, elle se plaint de sensations pénibles et/ou présente des signes anormaux : mettre au repos reconnaître, apprécier et transmettre au médecin régulateur du SAMU les signes d un malaise. d) La victime présente des brûlures provoquées par : le feu ou la chaleur : arroser pour éteindre et refroidir, des substances chimiques : arroser abondamment pour diluer et refroidir. e) La victime parle mais ne peut effectuer certains mouvements : Quels que soient les signes, agir comme s'il y avait fracture, éviter de déplacer et respecter les déformations éventuelles. f) La victime répond, présente des plaies : plaie grave de l abdomen : position d attente couchée jambes demi-relevées. plaie grave du thorax : position demi-assise. section de membre : conditionner le segment de membre plaie à l œil : position d attente à plat dos, tête calée plaie simple : nettoyer la plaie. 165

166 g) La victime ne répond pas, elle respire : libération des voies aériennes, mise sur le côté, tête basse (position latérale de sécurité) assurer une surveillance : conscience, respiration, jusqu'à l'arrivée des secours médicalisés. h) La victime ne répond pas, elle ne respire pas : - réanimation cardio-pulmonaire (adulte, enfant, nourrisson) - utilisation du défibrillateur automatique externe (DAE). RISQUES SPECIFIQUES Tout risque qui nécessite de la part du SST une conduite à tenir complémentaire ou différente de celle qui est enseignée dans sa formation de base, l avis et la participation du médecin du travail dans ce domaine est particulièrement important. 166

167 Formation Sauveteur Secouriste du travail (SST) : Recyclage OBJECTIFS Maintenir sa capacité d intervention en cas de situation d urgence Actualiser ses connaissances par rapport aux risques et prendre en compte les évolutions METHODES PEDAGOGIQUES Alternance d'exercices pratiques et d'explication théorique en salle Etude de cas Exercices de simulation Durée : 1 jour Contenu indicatif Révision du programme initial Rôle du SST Le phénomène accident Les risques persistants : les identifier et s en protéger Prévenir les risques professionnels Conduite à tenir en cas d accident : protéger, examiner, alerter, informer, intervenir Évolutions de la législation et des pratiques Revue des évolutions réglementaires : - concernant le sauveteur secouriste du travail - concernant les risques professionnels Échange sur les pratiques du personnel dans l entreprise Mises en situation Cas pratiques sur des scénarios d accidents 167

168 Formation des Moniteurs en Secourisme Objectifs : Prendre conscience de l importance des premiers soins. Acquérir les techniques de mise en œuvre du plan d intervention. Connaître les mesures nécessaires en cas d accident. Etre en mesure d animer des actions de sensibilisation en secourisme. A la fin de l action les participants doivent être en mesure : Appréhender les notions techniques «théorique et pratique» en secourisme Démultiplier les acquis auprès des agents sur le lieu de travail. Durée : 5 jours. Contenu indicatif : Premier module : introduction à la sécurité Etude du plan d intervention Les hémorragies les étouffements, les asphyxies, l état de choc, Etudes de cas 2. Deuxième module Fiche de préparation d une séquence de formation Aspects de l animation 168

169 Transfert de connaissances Moyens et méthodes pédagogiques Approche pédagogique : Méthode expositive pour les apports théoriques et simulations d accidents. Méthode participative pour les études des cas. Supports pédagogiques Data show, tableau à papier, mannequin, attelles, brancard, coulier cervical, trousse de soins. 169

170 D. Sécurité relationnelle 170

171 Gestion des conflits Objectifs : Identifier et traiter les signaux avant-coureurs des conflits latents? Comment analyser les différents conflits au niveau individuel, collectif et organisationnel? Comment définir son périmètre d'action et de pouvoir pour optimiser la gestion conflit? Quelles ressources internes mobiliser pour négocier et gérer une situation conflictuelle? Quel mode d'intervention et de comportement adopter pour résoudre les conflits? Durée : 2 jours Contenu prévisionnel : 1 Différencier problème, tension, crise et conflit Savoir autoévaluer son état corporel, mental et émotionnel et libérer ses tensions. Les fondamentaux de la communication. Qu'est-ce qu'un conflit? Faut-il toujours éviter les conflits? Comment et pourquoi? Connaître les principales causes et éléments déclencheurs des conflits. Comprendre la dynamique conflictuelle. L agression. 171

172 2 Adopter des comportements efficaces pour sortir des conflits Comprendre les stratégies des acteurs, la notion de contrainte et de pouvoir. Identifier et utiliser sa marge de manœuvre. Appréhender et utiliser le langage pour intervenir efficacement. S ouvrir pour rétablir la confiance. Comprendre les jeux psychologiques pour les éviter et ne pas les reproduire. 3 Sortir des conflits par la négociation, la médiation ou l'arbitrage Mettre en place une médiation : conditions de succès et protocole. Négocier et traiter les transgressions. Utiliser l arbitrage au bon moment. Mettre en place de nouvelles règles du jeu. Décider en groupe sans générer de conflit Les ateliers de travail : Médiation Négociation Arbitrage 172

173 Durée : 2jours Le Coaching Mental au Service de l atteinte des objectifs I-Présentation : Les changements que connaissent les organisations vont se poursuivre sous l effet des réformes et des nouveaux acteurs en charge du pilotage, de l organisation et de l évaluation des politiques d entreprises. Déjà, au sein des établissements et entités, les hommes et les femmes vivent mal les effets du changement et des nouvelles exigences. Manque de préparation, de communication ou d accompagnement sont des vrais problématiques touchant à l humain, ses émotions et ses ressentis. La mise en place de projets et de démarches continuent, encore aujourd hui, à offrir des voies d amélioration. Cependant et plus que jamais, les progrès majeurs à venir résident dans une prise en compte plus forte de la dimension humaine au sein des organisations. Le coaching mental intervient pour redonner à la dimension humaine toute sa valeur au sein de l entreprise. En effet les femmes et hommes qui constituent le potentiel de l entreprise ne peuvent être gérés comme de simples «Moyens» dont dispose le manager, ce ne sont pas des automates programmables à volonté, ils ne sont pas «identiques», ils n ont pas la même réponse aux mêmes sollicitations externes car ils ne sont pas le produit d un moule uniforme, mais bien l accumulations de longues années d expériences estudiantines, professionnelles et d acquis culturels façonnés par la société dont ils sont l émanation. Se pose alors aux organisations la problématique de comment fédérer toutes ses potentialités pour concourir à l atteinte des objectifs tracées par l entreprise? Le coaching mental apporte une réponse efficace à cette problématique, il fournira par le biais d outils expérimentés, l accompagnement nécessaire pour l atteinte des objectifs de l entreprise. II-Objectifs de la formation : A l issu du séminaire de coaching mental, le participant pourra : Mieux se connaitre : notamment en dégageant les points forts et faibles de sa personnalité. Exploiter au maximum ses points forts et remédier à ses faiblesses 173

174 Accepter les objectifs fixés par l entreprise et de les confondre avec ses propres objectifs. Gérer au mieux son temps et les ressources humaines dont il dispose. Maitriser les techniques de «Séduction», de négociations et de gestion de conflits. Il est à signaler que ce séminaire n a pas pour objectif l évaluation du profil psychologique des participants par l animateur, tous les résultats des testes proposés seront connus uniquement de la personne concernée et ceci par l utilisation d outils d autoévaluation, le but final étant que chacun puisse d abord se connaitre et ensuite déterminer si il a besoin d être accompagné dans son évolution par un coaching personnalisé. III- Population ciblée : Cette formation est destinée à tout cadre dirigeant et en général à tout responsable en charge d objectifs. IV-Programme de formation : J1- Matinée : Définition du coaching L objectif d un programme de coaching Les niveaux d intervention du coach Le paradoxe du coaching et la déontologie Le coaching d affaires Le coaching dans le contexte socio-économique Marocain 174

175 J1-Apres Midi : * Exécutive coaching (coaching de dirigeants et managers) * Le management de soi, la gestion de son temps * Le management de son équipe : la mobilisation J2-Matinée : Perception des objectifs et confiance en soi Approche stratégique des objectifs et allocation des moyens Suivi des indicateurs et tableaux de bord La veille concurrentielle La gestion des crises et conflits J2-Apres Midi : Exercice pratique de coaching Questionnaires-test pour la détermination du profil psychologique des participants Méthodes de séduction de l interlocuteur : posture, présentation, locution etc. Maitrise d une négociation : connaissances réglementaires et légales, environnement du client, besoins exprimés et non exprimés etc. Test du niveau de culture générale personnelle Recommandations pour mettre en valeur ses atouts et correction des faiblesses. 175

176 LA DIRECTION DE PROJETS ou PMO Project Management Office Durée : 2jours I-Présentation : Pourquoi 90 % des projets n atteignent pas leurs objectifs coûts/qualité/délais? De nombreuses raisons peuvent occasionner de telles défaillances. D'après une étude de KPMG sur 252 organisations, la technologie n est pas le facteur le plus important pour réussir un projet mais une mise en œuvre inadéquate de la gestion de projet est à l origine de 32 % des échecs, le manque de communication intervient pour 20 % et la méconnaissance du périmètre et la complexité pour 17 %. De la même façon, 69 % des échecs projets sont dus à un manque ou une mauvaise application des méthodes de gestion de projet. Le Project management office est un concept anglo-saxon repris en France le plus souvent sous les lettres PMO, plutôt que par sa traduction «Bureau de gestion de projets» ou son nom anglais. Le PMO est l entité ou le groupe dans une entreprise qui définit et maintient le référentiel des processus liés à la gestion de projets. Le PMO a pour objectif de standardiser et d industrialiser les projets. Le PMO a en charge de la documentation, le tutorat et l'évaluation de la gestion des projets, ainsi que le suivi de la mise en œuvre. II-Objectifs de la formation : Le présent séminaire à pour ambition de rapprocher les participants des pratiques de direction des projets. A l issu du séminaire, le participant pourra : 176

177 -Evaluer le dispositif de gestion de projets mis en place dans son entreprise -Maitriser les méthodes et les règles du PMO. -Connaitre les règles de base de la communication projet -Créer des outils de suivi et de synthèse performants III-Programme de formation : J1- Matinée : LES CONCEPTS GENERAUX Qu est-ce qu un projet? Le cycle de vie et les phases du projet : études, estimations, exécution, livraison et clôture. Définition du PMO L EQUIPE PROJET Profil du chef de projet Choix de l équipe LE COMITE DE PILOTAGE Rôle et composition Réunions de suivi Réunion de décision et/ou de validation DEFINIR LE CAHIER DES CHARGES Clarifier ses objectifs Identifier les contraintes Validation du cahier des charges J1-Apres Midi : ORGANISER LE PROJET Définir et comprendre les objectifs Composer et manager l équipe projet Distribuer les rôles et les responsabilités Formaliser les objectifs du projet Impliquer toutes les parties prenantes du projet Décrire les phases et les étapes structurantes du projet Structurer le projet en organigramme des tâches Organiser le reporting et la Documentation 177

178 COMMUNICATION PROJET Pourquoi communiquer? Communiquer les objectifs du projet Organiser les supports de communication : intra et extra projet Communication de crise Réunions de communication et de validation J2-Matinée : PLANIFIER LE PROJET les enjeux du planning Interpréter et placer les objectifs sur planning Planifier le projet (Réseau PERT et diagramme de GANTT) Définir les marges, le chemin critique et les alarmes. Validation du Planning Gérer les modifications et piloter le projet ANALYSER LES RISQUES ET LES INTEGRER AUX PROJETS Identifier les risques et aléas Analyser les risques Créer un cadre d acceptabilité Informer les acteurs LA GESTION DES RESSOURCES Typologie des ressources (humaines, matérielles et autres) Construire une matrice des ressources et compétences Plan de charges LES COUTS Définir les coûts : plan de dépenses, fixe et variable Estimer les coûts d un projet J2-Apres Midi : PILOTER LE PROJET EN PHASE EXECUTION Démarrage de la production : Validation de toutes les étapes précédentes. Suivre et contrôler : écarts et mesure des performances Analyser et corriger : mettre en place des actions correctives La coordination entre les intervenants et la Gestion des conflits Communiquer : situations normale, critique et de crise. Reporter : les tableaux de suivi et le reporting 178

179 Réceptions, Facturation et règlements. IV- Population ciblée : Ce séminaire est destiné aux directeurs, aux chefs de projet et ingénieurs d études, ainsi qu aux responsables opérationnels, organisateurs et maîtres d ouvrage en charge du lancement et du pilotage de projets. V-Animateur : La formation sera pilotée et animée par M. Amine CHBIHI MOUKIT, ex-drh de la régie d eau et d électricité de Tétouan et ex-responsable du recrutement et de la gestion des carrières au sein de la régie d eau et d électricité de Marrakech. Doté de deux Diplômes des universités Françaises (Bac+5), technique et managérial, il a dirigé plusieurs projets pilotes, à l échelle nationale, qui mettait en œuvre une très forte composante de changements organisationnel et procédural, et ou la dimension humaine était le facteur primordial de la réussite des projets. M. Chbihi a accumulé une grande expérience dans les domaines du marketing et de la communication au sein de la RADEEMA de Marrakech, il a aussi dirigé le centre de formation de la RDE de Tétouan. Les domaines de compétences de M. CHBIHI sont les suivants : 1-Le management des Ressources Humaines, la conduite du changement, La gestion des conflits sociaux et des contentieux. 2-MERISE : Méthode d'analyse, de conception et de réalisation de systèmes d'informations : Réalisation du schéma directeur de l information de la régie de Tétouan. 3-Le marketing, le commercial et la Direction de projets : * mise en place d un ERP commercial pour gérer clients à Marrakech en collaboration avec la société des eaux de Marseille. Actuellement ce produit est utilisé par les distributeurs d Eau et d Electricité de Rabat, Fès, Meknès, Tanger et Tétouan. *Mise en place de la lecture des compteurs sur ordinateurs portable (1 er à l échelle de l Afrique) 4- La communication dans tous ses aspects : institutionnelle, de crise, interne etc. 179

180 Objectifs: Management des équipes Pour la réussite de la fonction de manager en général et le manager de proximité en particulier l acquisition des compétences nécessaires est incontournable pour la réussite de sa mission, il doit particulièrement maitriser les points suivants, savoir : Orienter l'action de l'équipe ; Animer et responsabiliser ses collaborateurs ; Communiquer efficacement ; Durée : 2jours Manager la diversité Population ciblée : Encadrement, responsable de groupe de travail et membre hiérarchique. Contenu indicatif: 1 - Position du manager de proximité - Son rôle - Ses comportements - Atteintes des résultats fixés - Consolider les acquis 180

181 2 Animation et responsabilisation des équipes - Mobilisation des énergies individuelles - Responsabilisation des membres - Développer la cohésion pour avoir une équipe soudée 3 Développement des compétences de communication - Flexibilité des modes de communication - Relation efficace avec la hiérarchie - Dynamisation de sa communication de groupe 4 - Management des différences - Différences : un mal nécessaire ou diversité source de progrès - Management de la spécificité des collaborateurs - Management des équipes hétérogènes Travaux en groupe : - Mise en situation à travers des exemples concrets de management des équipes - Projection de films permettra d asseoir les connaissances acquises 181

182 E. Médecine de travail(mt) 182

183 Rôle du Médecin du Travail dans l Entreprise OBJECTIFS Connaitre le rôle et la mission du médecin du travail. S informer sur ses obligations, ses droits, ses relations hiérarchiques et fonctionnelles. Que doivent attendre les salariés d un médecin du travail Public concerné Médecin de travail Responsables de la Santé- Sécurité au Travail. Responsables QSE HSE. Membres des CHS. Délégué à l Hygiène et à la Sécurité (DHS). Durée : 2jours Contenu indicatif Analyse des FDS pour l établissement des fiches d entreprise et leur mise à jour 183

184 1. Définition : Formation-Qualification. Obligations- morales. 2. Activité : Lieux de l activité. Description de l activité. 3. Moyens matériels. 4. Public et relations sociales. 5. Exigences particulières. 6. Relations fonctionnelles et hiérarchiques. 7. Le service de la médecine du travail : Moyens humains. Moyens matériels. Moyens organisationnels. 8. Obligations réglementaires : Le Tiers Temps de travail. Nombre de médecin et effectif. Médecine de soins et médecine du travail. Relations du médecin du travail avec le comité d hygiène et de sécurité. 9. Le médecin du travail et les accidents du travail. 10. Le rapport de la médecine du travail et les destinataires. 11. Les maladies professionnelles. Liste des maladies reconnues. Les maladies physiologiques les plus connues. Les maladies psychiques les plus fréquentes. Les droits des salariés. Les obligations du chef d entreprises. 12. Autres activités du médecin du travail: Les tournées de contrôle. Les visites annuelles. Les visites d embauches. Les visites à la reprise après AT. L adaptation des postes. La vaccination. Le suivi des femmes enceintes, les handicapés, des travailleurs de moins de 18 ans. Le suivi des maladies chroniques. Formation, sensibilisation (Lutte anti-tabac, hygiène..). La réunion du comité d hygiène et de sécurité. 184

185 F. Sécurité Alimentaire HACCP 185

186 P Formation HACCP base Niveau 1 Population cible : Opérateurs Durée : 2 jours Objectif : Pour prévenir et gérer les risques, chaque établissement a l'obligation de mettre en place l'analyse des dangers, dite Méthode HACCP, pour maîtriser la sécurité sanitaire et alimentaire. Ce dispositif, qui doit être évolutif, doit être évalué régulièrement pour être amélioré de façon constante. Cette formation permettra aux différents intervenants de faire vivre l'analyse des dangers dans leur structure. Le programme indicatif de la formation : HACCP Historique. Définition Rappels sur les Dangers. Les 7 principes et les 14 étapes. Qualité et sureté alimentaire de la fourche à la fourchette. Formation du personnel Communication. Traçabilité. Avantage de la méthode HACCP. Méthode Pédagogique 186

187 L exposé se déroulera en Arabe Des vidéos seront projetées pour placer le participant au plein cœur du problème afin de l impliquer davantage. Les vidéos porteront sur : L hygiène corporelle. Les équipements de travail. Les vestiaires et les douches. Le travail de cuisine 187

188 Formation HACCP base - Niveau 2 Objectifs Acquérir les méthodes d évaluation et d analyses des dangers Apprendre à utiliser les outils de la méthode HACCP (tableaux CCP) Mesurer le niveau du risque et déterminer les seuils critiques Elaborer et mettre place des procédures de contrôle et de surveillance afin de maitriser les points critiques. Durée : 2 jours Population Cible : Responsable des ateliers Contenu indicatif du programme : Historique et définition Vocabulaire Définir l hygiène alimentaire et la notion de risque. Constituer l équipe HACCP Décrire le produit Déterminer son utilisation prévue Etablir le diagramme de fabrication Vérifier le diagramme sur place Identifier les dangers et les mesures maîtrise Déterminer les Points Critiques pour la maîtrise Etablir les critères opérationnels (cibles, tolérances) Etablir un système de surveillance Etablir des actions correctives Vérifier que le système fonctionne Etablir un système documentaire Formation du personnel 188

189 G. Management Sécurité 189

190 Législation et Réglementation dans le domaine HSE OBJECTIF : Connaître les points clés de la réglementation Environnement, Hygiène et Sécurité, Obligations d information des salariés. Le chef d entreprise et les salariés face à leurs obligations PUBLIC CONCERNE: Responsables HSE Animateurs HSE Managers en charge de la question HSE Durée : 2 jours CONTENU INDICATIF : La gestion environnementale et les enjeux de la réglementation Cadre législatif et réglementaire : Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement, les procédures installations classées La réglementation sur les déchets, l'eau, le bruit et l'air La charte nationale de l»environnement La réglementation sur les risques Industriels Les principes généraux de prévention Matières dangereuses (Gestion et prévention) (SGH, REACH, CLP, ) Stockage des produits, rétention, FDS ; Etiquetage, Transport, Traçabilité La gestion de l hygiène & de la sécurité et les enjeux de la réglementation Cadre législatif et réglementaire : le code du travail, arrêté du 12 mai (CHSCT. Aménagement des locaux, locaux sanitaires, hygiène des locaux, médecine du travail, Eclairage, Bruit, Dégagements et leurs largeurs, Evacuation des occupants, Circulation et signalisation, sauvetage secourisme au travail, Sécurité alimentaire, Travaux en hauteur, travaux par point chaud, Équipements de travail, Installations électriques, Risque Incendie, Travail temporaire, Entreprises extérieures. Les différents risques sur les lieux du travail 190

191 Cadre législatif et réglementaire : le code du travail (Suite), Accidents du travail, EPI, Ergonomie,, Médecine du travail, Vérifications périodiques, Délégation de pouvoirs, Responsabilité de l employeur, Formations à l embauche Formations obligatoires Habilitations Droits et devoirs des salariés Obligations du chef d entreprise (Faute inexcusable). 191

192 Formation : Audit interne de sécurité Objectifs : Connaître les phases de l'audit. Connaître les techniques de l'audit. Etre capable de mener un audit interne selon les Référentiels connus. Durée : 2 jours Contenu indicatif : 1er jour : L'audit: un outil de progrès. Le comportement de l'auditeur. Les types d'audits. Le questionnaire de l audit. Les référentiels d'audit. Le planning d'audit. Les phases de l'audit. La relation auditeur / audité 2ème jour: Comment mener l interview des responsables concernés (savoir prendre des notes, écouter, laisser les concernés s exprimer et obtenir des réponses claires, reformuler la question autrement pour vérifier l exactitude de la réponse). Etudier les faits, recueillir les preuves, éviter de chercher le coupable. Comparer les éléments recueillis par rapport aux référentiels 192

193 Etablir le rapport provisoire, raisonner toujours conformité, points forts et points faibles. les livrables Rapport définitif. Prévoir des phases de contrôle pour la mise en place des solutions. Contrôler les réalisations à la fin de chaque phase. Evaluer l apport de la solution et son impact.. 193

194 Formation : Le comité d hygiène et de sécurité (CHS et CHSCT) Objectifs : Permettre aux membres d un CHS de maitriser les outils et les de fonctionnement. mécanismes Informer les responsables sur les obligations et la philosophie de mettre en place un CHS, ses activités et les objectifs attendus. Durée : 2jours Contenu indicatif: 1er jour : Historique Code du travail Marocain Comparaison avec le code du travail Français Mise en place et composition Mission Attributions Réunions Documents de travail Analyse des accidents du travail et indicateurs de sécurité Outils d analyse des accidents du travail. 194

195 2ème jour: Arbre de causes Enquêtes Accident du travail et de trajet Déclaration des accidents Mesures correctives et préventives CHSCT, évolution historique Composition Formation Crédit d heures Droits et devoirs 195

196 Formation Les 5S Au terme de la formation, les participants seront capables de : Comprendre l intérêt d une organisation du poste de travail, Appliquer la méthode des «5 S», Participer aux étapes d un chantier «5 S», Que chacun comprenne l intérêt d appliquer au quotidien RANGEMENT ORDRE NETTOYAGE - PROPRETE RIGUEUR pour améliorer la qualité de vie et aller vers le poste de travail idéal, Améliorer l organisation de la fonction maintenance. Durée : 2 jours Le programme de la formation Les éléments clés de la méthode 5S Identifier les objectifs et les enjeux des 5S : rendre le personnel acteur du changement ; améliorer les conditions de travail par la réduction des pertes de temps, des risques d'erreur, des accidents. Connaître les éléments de chaque "S" : SEIRI : rangement, débarras ; SEITON : ordre et méthode ; SEISO : nettoyage, propreté ; SEIKETSU : standardiser ; SHITSUKE : état d'esprit, rigueur. Application des 5S par une mise en situation. Pérenniser l opération 5S : les étapes clés Connaître les risques d'échecs et les clés du succès. 196

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1)

Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1) Logo de l organisme de Formation Intitulé Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1) Public Tout public Pré-requis - aptitude physique à suivre la

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

Règles Générales de Sécurité et Santé

Règles Générales de Sécurité et Santé R.G.S.S. destinées aux entreprises extérieures devant intervenir sur les bâtiments et installations de la Banque Internationale à Luxembourg S.A. Les Règles Générales de Sécurité et Sûreté (R.G.S.S.) ont

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail»

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Titre II du décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié par le décret 2012-170 du 3 février 2012 (articles 6 à 9) Article

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

Formations à la sécurité Obligations de l employeur

Formations à la sécurité Obligations de l employeur Formations à la sécurité Obligations de l employeur 1 2Sommaire Introduction 3 Obligation liée à la formation à la sécurité incendie 4 Mise en oeuvre des extincteurs 5 Equipier de 1 ère intervention 6

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com

Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com F.S. Concept Concepteur de vos formations Catalogue janv 2012 Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

FORMATIONS. IDC PRO FORMATION 2012 Page 1 CENTRE DE FORMATION BÂTIMENT

FORMATIONS. IDC PRO FORMATION 2012 Page 1 CENTRE DE FORMATION BÂTIMENT 2012 FORMATIONS CENTRE DE FORMATION BÂTIMENT Z.A du Libraire 24100 BERGERAC Tél. : 05 53 73 32 57 / Fax : 05 53 22 77 89 www.idcpro.fr Numéro RCS : 453 989 626 - SARL A CAPITAL DE 8000 EUROS - N TVA intracommunautaire

Plus en détail

FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015

FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015 FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015 CES STAGES D INITIATION À L HYGIÈNE ET À LA SÉCURITÉ vous sont proposés par les Services Hygiène et Sécurité de l Université Pierre et Marie Curie et du CNRS

Plus en détail

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES 1 I. Les textes applicables Décret du 8 janvier 1965 modifié qui concerne les mesures de protection applicables aux établissements dont le personnel

Plus en détail

APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION

APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION HSSE Hygiène et sécurité www.rmdconsultants.com APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION RMD Consultants Immeuble Lyon Ouest 100, rue des Fougères 69009 Lyon Tel: +33 (0)482 531 703 Prévention

Plus en détail

Formation Durée TP Référence Ville Juil. Sept. Oct. Nov. Déc. + TP 0,5 jour optionnel. + TP 0,5 jour optionnel 2 BA/X035 3 BA/X050

Formation Durée TP Référence Ville Juil. Sept. Oct. Nov. Déc. + TP 0,5 jour optionnel. + TP 0,5 jour optionnel 2 BA/X035 3 BA/X050 ATEX Habilitation ATEX niveau 1 - Agent d exécution technique intervenant dans les zones à risques d explosion Habilitation ATEX niveau 2 2 Bâtiment 1 + TP 0,5 jour optionnel + TP 0,5 jour optionnel AT/B001

Plus en détail

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc MODELE DE FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE : AGENT POLYVALENT DES SERVICES TECHNIQUES OBJECTIF PRINCIPAL DU POSTE : Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

EDITIONS TISSOT. Plan général de l ouvrage

EDITIONS TISSOT. Plan général de l ouvrage DOSSIER PRATIQUE BTP Evaluation des risques professionnels EDITIONS TISSOT Textes à jour au 1 er septembre 2006 Plan général de l ouvrage 1 re partie : A propos d évaluation des risques... 101 2 e partie

Plus en détail

Donnez du souffle à la prévention!

Donnez du souffle à la prévention! 41 ans d expérience Une équipe de : docteurs, ingénieurs, techniciens expérimentés et spécialisés en sécurité et en ergonomie AUDIT FORMATION CONSEIL Donnez du souffle à la prévention! CORBAS 3, rue de

Plus en détail

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION :

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION : 1. REGLEMENTATION : Décret n 65-48 du 8 janvier 1965 modifié portant règlement d'administration publique pour l'exécution des dispositions de la partie IV du Code du travail en ce qui concerne les mesures

Plus en détail

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie?

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Réseaux de veille et de prévention des risques professionnels en PACA Information prévention agir pour votre santé au travail Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Protégez-vous des risques

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 PUBLIC CONCERNE Responsables, cadres technico-commerciaux, chefs de chantier «preneurs de permis» et chefs d équipe des entreprises ayant à intervenir dans

Plus en détail

Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au Travail CATALOGUE DVD & USB 2015

Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au Travail CATALOGUE DVD & USB 2015 Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au Travail CATALOGUE DVD & USB 2015 www. CATALOGUE DVD & USB Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION N.. INFORMATIONS GENERALES

PLAN DE PREVENTION N.. INFORMATIONS GENERALES PLAN DE PREVENTION N.. Travaux effectués dans un établissement de l ONEE-BE Entreprise Utilisatrice par une Entreprise Extérieure INFORMATIONS GENERALES Entité Utilisatrice (EU) Entreprise Extérieure1

Plus en détail

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 Table des matières 1. Généralités Introduction Table des matières Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 2. Politique de sécurité Accueil et formation des nouveaux engagés

Plus en détail

«CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS CEMLOC SERVICES Version 2 Page 1 sur 10

«CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS CEMLOC SERVICES Version 2 Page 1 sur 10 CEMLOC Services 4 Avenue des Roses Zac des petits Carreaux 94380 - Bonneuil sur Marne Téléphone : 09 67 46 51 09 - Fax : 01 43 99 51 09 www.cemloc-services.fr «CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS

Plus en détail

Sommaire. Incendie et Explosion. Audit, Conseil et Assistance. Organisation de l Evacuation du Site

Sommaire. Incendie et Explosion. Audit, Conseil et Assistance. Organisation de l Evacuation du Site Sommaire Audit, Conseil et Assistance Incendie et Explosion Rédaction du Document Unique d Evaluation des Risques et des fiches de pénibilité 4 Organisation de l Evacuation du Site Se préparer à une Evacuation

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance?

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? En matière d'incendie, les moyens de prévention réelle et de protection

Plus en détail

«Développez et dynamisez vos compétences. Travaillez en sécurité avec AEC»

«Développez et dynamisez vos compétences. Travaillez en sécurité avec AEC» «Développez et dynamisez vos compétences. Travaillez en sécurité avec AEC» Retrouvez-nous sur www.aec-formation.com Le Centre AEC FORMATION, le partenaire national pour toutes vos formations dans les domaines

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Prévention et Gestion des Risques Professionnels Sécurité Sociale Caisse régionale d assurance maladie Alsace-Moselle L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Note Technique

Plus en détail

NOS FORMATIONS & PRESTATIONS

NOS FORMATIONS & PRESTATIONS NOS FORMATIONS & PRESTATIONS 1 Sommaire 1.1. FORMATION AUX PREMIERS SECOURS 3 1.1.1. Formation tout public 3 1.1.2. Formation des sauveteurs secouristes du travail 4 1.1.3. Formation des sauveteurs secouristes

Plus en détail

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d ou d explosiond Caroline Pirotte Ergonome Présentation de l entreprise l et des postes de travail Hôtel situé à Bruxelles Ville +/- 90 travailleurs +/-

Plus en détail

Essais de résistance au feu

Essais de résistance au feu Essais de résistance au feu Cloisons 98-48 avec plaques de plâtre EI60 (coupe feu 1heure) DTU 25-41 Livret technique 4 - Octobre 2009 Le Service Recherche & Développement SOMMAIRE Préambule page 3 Construire

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Formation Durée TP Référence Ville Juil. Aôut Sept. Oct. Nov. Déc. + TP 0,5 jour optionnel AT/B001. + TP 0,5 jour optionnel AT/B002 3 AT/X017

Formation Durée TP Référence Ville Juil. Aôut Sept. Oct. Nov. Déc. + TP 0,5 jour optionnel AT/B001. + TP 0,5 jour optionnel AT/B002 3 AT/X017 ATEX Habilitation ATEX niveau 1 - Agent d exécution technique intervenant dans les zones à risques d explosion 1 + TP 0,5 jour optionnel AT/B001 02 Habilitation ATEX niveau 2 2 + TP 0,5 jour optionnel

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS

CATALOGUE DE FORMATIONS CATALOGUE DE FORMATIONS Notre équipe de formateurs spécialisés (Sapeurs pompiers, kinésithérapeutes, Ostéopathes, électriciens...) vous propose de nombreuses formations sur mesure afin de former le personnel

Plus en détail

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Objectif Être capable : - d'appliquer la réglementation relative au transport des marchandises dangereuses et au stockage. - de rechercher

Plus en détail

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX Remarques Cette notice descriptive de sécurité, élaborée à l attention des maîtres d ouvrage et maîtres

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif CODE DU TRAVAIL Art. R. 232-12.- Les dispositions de la présente section s'appliquent à tous les établissements mentionnés à l'article L. 231-1 à l'exception de ceux qui constituent des immeubles de grande

Plus en détail

LES RÈGLES D OR DE TOTAL

LES RÈGLES D OR DE TOTAL rendez-vous sur www.total.com Direction de la Sécurité Industrielle TOTAL S.A. Siège social : 2, place Jean Millier La Défense 6 92078 Paris-La Défense Cedex France Tel. +33 (0)1 47 44 45 46 Capital social

Plus en détail

www.sofis.fr catalogue 2015 formations de formateurs

www.sofis.fr catalogue 2015 formations de formateurs www.sofis.fr catalogue 2015 formations de formateurs Version 5.6 Sofis 2015 www.sofis.fr N Azur 0 811 09 27 37 Sommaire Thèmes de formation 3 Secourisme 3 Incendie 7 Ergonomie 9 Management santé et sécurité

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

S informer sur les formations obligatoires ou recommandées

S informer sur les formations obligatoires ou recommandées GUIDE S informer sur les formations obligatoires ou recommandées FEV 2012 Le Code du travail ou les instances de prévention des risques professionnels imposent ou recommandent expressément le suivi de

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS Santé et Sécurité du Travail

CATALOGUE FORMATIONS Santé et Sécurité du Travail Prévention et Sécurité Incendie Jean-Baptiste PLAISANCE email : azur.secourisme@yahoo.fr AUDIT ASSISTANCE CONSEILS et FORMATIONS Tél : 06 99 97 18 18 www.formations-secourisme.fr Des formations interactives

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN " PRECIA " Société Anonyme à Directoire et à Conseil de Surveillance Au capital de 2 200 000 Siège social à VEYRAS - 07000 PRIVAS R.C.S. AUBENAS B. 386.620.165 (1966 B 16) RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL

Plus en détail

Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1

Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1 CONSERVEZ CE DOCUMENT Fait à Bouchain, le : / / Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1 SOMMAIRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR PLAN DU SITE PAGE 3 CONSIGNES GÉNÉRALES PAGE 4 ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION

Plus en détail

Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques

Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques Système Général Harmonisé de Classification et d étiquetage des produits chimiques Dr Jean Grondin Lætitia Davezat Stéphane Castex Septembre 2009 - R2 Sommaire Contexte règlementaire Le SGH REACH Les changements

Plus en détail

Préambule.... 2 Chapitre 1 : Rappel des quelques obligations législatives et réglementaires... 2

Préambule.... 2 Chapitre 1 : Rappel des quelques obligations législatives et réglementaires... 2 Charte professionnelle visant à organiser et assurer l hygiène et la sécurité des salariés en situation de coactivité pendant les opérations de montage et de démontage des manifestations commerciales Préambule....

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiène alimentaire

Bonnes pratiques d hygiène alimentaire Bonnes pratiques d hygiène alimentaire En restauration collective Ce stage répond à l obligation de formation en matière d hygiène alimentaire (règlement CE 852/2004) En restauration commerciale Ce stage

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Pose, maintenance et dépose des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en sécurité Guillaume J.Plisson - pour l'inrs Des préconisations

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

BREVET PROFESSIONNEL AGENT TECHNIQUE DE PREVENTION ET DE SECURITE

BREVET PROFESSIONNEL AGENT TECHNIQUE DE PREVENTION ET DE SECURITE BREVET PROFESSIONNEL AGENT TECHNIQUE DE PREVENTION ET DE SECURITE GRILLES D EVALUATION DES EPREUVES PONCTUELLES (à transmettre aux membres des commissions d évaluation en vue d une harmonisation préalable

Plus en détail

FORMATIONS PROFESSIONNELLES CONTINUES GÉNÉRALES ET MÉTIERS. 4 rue de l'église - 67204 Achenheim. Tel: 03 90 64 85 40 Fax: 03 90 64 85 41

FORMATIONS PROFESSIONNELLES CONTINUES GÉNÉRALES ET MÉTIERS. 4 rue de l'église - 67204 Achenheim. Tel: 03 90 64 85 40 Fax: 03 90 64 85 41 FORMATIONS PROFESSIONNELLES CONTINUES GÉNÉRALES ET MÉTIERS 4 rue de l'église - 67204 Achenheim Tel: 03 90 64 85 40 Fax: 03 90 64 85 41 Messagerie: info@agecor-conseil.fr 2014-2015 Table des matières Formations

Plus en détail

Règles Générales de Sécurité et Sûreté. R.G.S.S. A l usage des entreprises extérieures (*) devant intervenir sur le campus du kirchberg

Règles Générales de Sécurité et Sûreté. R.G.S.S. A l usage des entreprises extérieures (*) devant intervenir sur le campus du kirchberg Règles Générales de Sécurité et Sûreté R.G.S.S. A l usage des entreprises extérieures (*) devant intervenir sur le campus du kirchberg R.G.S.S. A l usage des entreprises extérieures (*) devant intervenir

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques

Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques Auteurs Christophe BALLUE (CRAMIF) Gérard LAVERGNE (CRAMIF) Guy VERNOIS (INRS) Ont collaboré à cette fiche La Fédération nationale

Plus en détail

Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail.

Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail. Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail. (incluant les nouvelles réformes) * Formations - 2015 * Formations et services spécialisés en gestion des ressources

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3 Nr. Article- Produit : 48785 Page: Page 1 En cas d urgence appeler le Centre Suisse d information toxicologique, Freiestr. 16, 8032 Zürich; Tél. des Urgences: ( jour et nuit) 145 ou +41 (0)44 251 51 51.

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation : 210 heures Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

Annexes 9 Bibliographie 14

Annexes 9 Bibliographie 14 reco DU COMITé TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DE LA MéTALLURGIE DU COMITé TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BâTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU COMITé TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BOIS, DE

Plus en détail

Habilitation électrique

Habilitation électrique Habilitation électrique Structure et organisation Notre Partenaire adopte un concept de transfert adapté s appuyant sur le principe de construction dans la culture d entreprise. Ces programmes pédagogiques

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail