Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence"

Transcription

1 Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence Conseil consultatif de réglementation des professions de la santé

2 Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence

3 Table des matières Objectif...3 Méthodologie de recherche...3 Résumé des conclusions...3 Annexe A : Description des bases de données Annexe B : Résultats de la recherche initiale Annexe C : Résultats de la dernière recherche Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 2

4 Objectif Le présent examen de la jurisprudence porte sur les causes judiciaires relatives à la profession de technologue en échographie diagnostique, dont les conclusions permettront d'offrir des conseils au ministre de la Santé et des Soins de longue durée à l'égard de la réglementation de la profession de technologue en échographie diagnostique en vertu de la Loi de 1991 sur les professions de la santé réglementées. Le présent examen a été effectué du 13 juin au 10 août Il a été mis à jour du 20 mars au 11 avril Le terme technologue en échographie diagnostique désigne un professionnel de la santé qui a fait des études, reçu une formation et acquis des compétences spécialisées qui lui permettent d'utiliser des ondes sonores à haute fréquence (ultrasons) pour produire et analyser des images visuelles des organes, des tissus ou du flux sanguin. Au Canada, plusieurs termes différents sont utilisés pour décrire la profession de technologue en échographie diagnostique; la présente recherche a porté uniquement sur les professionnels répondant à la définition donnée précédemment. L'examen vise principalement à cerner les risques juridiques liés à la profession de technologue en échographie diagnostique, ainsi que le risque de préjudice pour le public. Le présent examen ne contient aucun renseignement sur le cadre réglementaire de la profession de technologue en échographie diagnostique dans chacune des provinces canadiennes, puisque nous avons cru comprendre que le CCRPS effectue, de son côté, un examen des questions de compétences. La recherche initiale et sa mise à jour ont été effectuées, toutefois, avec l'idée qu'aucune des provinces canadiennes ne réglemente actuellement la profession de technologue en échographie diagnostique. Méthodologie de recherche La Direction des services juridiques du ministère de la Santé et des Soins de longue durée a effectué des recherches dans la base de données juridiques LexisNexis Quicklaw en utilisant divers termes de recherche (se reporter aux annexes B et C). Veuillez consulter l'annexe A pour obtenir une description de la base de données Quicklaw. Aucune recherche n'a été effectuée dans les bases de données juridiques WestLaw Canada et CanLii puisque, selon le bibliothécaire de référence du ministère du Procureur général, les données de ces bases se retrouvent presque toutes dans Quicklaw. De plus, puisque les recherches effectuées dans la base de données Quicklaw ont permis de trouver certaines décisions pertinentes, il n'y avait pas de raisons de poursuivre la recherche dans une autre base de données. Les recherches se sont limitées à la jurisprudence canadienne. Les annexes B et C décrivent la méthodologie et les résultats de recherche de manière plus détaillée. Résumé des conclusions Tous les résultats de recherche ont été examinés pour déterminer les causes pertinentes. Après avoir consulté le CCRPS, nous avons décidé de ne pas inclure les décisions des tribunaux québécois dans le présent examen de la jurisprudence et, par conséquent, nous n'en avons pas évalué la pertinence. Les recherches initiales ont permis de trouver 4 causes pertinentes. Les sujets relatifs au risque de préjudice et à la réglementation comprennent : le risque de préjudice pour le patient (voir T. W. c. Seo et R c. Roos); les allégations de faute professionnelle contre les technologues en échographie diagnostique (voir Mickle c. Salvation Army Grace Hospital Windsor Ontario); l'obligation de diligence des technologues en échographie diagnostique envers la mère et le fœtus (voir McDonald-Wright (Litigation Guardian of) c. O'Herlihy). Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 3

5 La recherche effectuée au cours de la mise à jour n'a pas permis de trouver d'autres pertinentes. Même si certaines causes ont fait l'objet de décisions par plus d'une instance judiciaire, le présent examen ne présente que la décision de l'instance la plus élevée ayant décidé des questions de fond. Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 4

6 Titre McDonald-Wright (Litigation Guardian of) c. O'Herlihy Tribunal Cour supérieure de justice de l Ontario Référence 2005, 75 OR (3d) 261, 138 ACWS (3d) 1126 (Ont Sup Ct J) Remarque Renvois 3 Source Quicklaw Termes de Technologue en échographie recherche Dernière date de 19 juillet 2011 consultation Allégation de faute professionnelle contre un technologue en échographie par la mère et Pertinence l'enfant Résumé La demanderesse a intenté une poursuite pour faute professionnelle contre un radiologue et un technologue en échographie pour ne pas avoir détecté les malformations du tube neural du fœtus à 22 semaines de gestation. La demanderesse a également intenté une poursuite au nom de son fils qui est né avec une malformation du tube neural. Le jury a conclu au procès que les défendeurs n'avaient fait preuve d'aucune négligence ayant causé l'incapacité de la demanderesse de mettre fin à sa grossesse ou y ayant contribué. La Cour supérieure devait déterminer si, durant le procès devant jury, toutes les questions avaient été traitées de façon appropriée. La partie pertinente de cette décision est celle où le tribunal a abordé l'obligation de diligence qu'ont les technologues en échographie et les radiologues envers la mère et le fœtus. Le tribunal a expliqué que, pour qu'une allégation de négligence soit accueillie, le demandeur doit établir : 1) que le défendeur a une obligation de diligence envers le demandeur; 2) que le défendeur ne s'est pas acquitté de cette obligation de diligence; 3) que ce manquement a causé une perte ou des dommages au demandeur ou y a contribué. Le tribunal a jugé que le technologue en échographie a une obligation de diligence envers la mère et le fœtus. Le tribunal a également souligné que cette obligation est identique dans les deux scénarios. Dans le contexte de cette affaire, les questions de négligence exigeaient que le jury détermine si le technologue en échographie et le radiologue avaient fait preuve de négligence ayant causé l'incapacité de la mère de mettre fin à la grossesse ou y ayant contribué. Remarque : La décision a fait l'objet d'un appel devant la Cour d'appel de l'ontario qui a confirmé la décision du tribunal inférieur. Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 5

7 Titre Mickle c. Salvation Army Grace Hospital Windsor Ontario Tribunal Cour de justice de l'ontario (Division générale) Référence 1998, 166 DLR (4 th ) 743, 81 OTC 23 (Ont Gen Div) Remarque Renvois 4 Source Quicklaw Termes de recherche Technologue en échographie Dernière date de 20 juillet 2011 consultation Pertinence Poursuite intentée contre une technologue en échographie diagnostique pour une échographie soi-disant négligente Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 6

8 Résumé La demanderesse alléguait qu'une technologue en échographie et un radiologue avaient fait preuve de négligence puisqu'ils n'avaient pas détecté les anomalies prénatales de son bébé et ne l'en avaient pas informée. Sans ces renseignements, la demanderesse prétendait qu'elle n'avait pas pu se prévaloir de son droit à l'avortement. Son enfant est né avec le syndrome CHILD (acronyme de congenital hemihypoplasia ichthyosis erythroderma and limb deficiences). En ce qui concerne l'obligation qu'avait la technologue en échographie, le tribunal a affirmé qu'elle devait posséder et utiliser les connaissances et les compétences raisonnables que possède habituellement un technologue en échographie dans des collectivités et des cas semblables. Le tribunal a souligné qu'étant donné que la technologie de l'échographie a évolué rapidement, l'obligation devait être liée aux connaissances et aux compétences raisonnables que possédaient les technologues en échographie en 1991 (l'année durant laquelle l'échographie a été effectuée). Le médecin de la demanderesse l'a envoyée à l'hôpital Grace pour passer une échographie de routine ou de niveau 1. Le tribunal a affirmé qu'en 1991, il n'existait aucune ligne directrice canadienne quant à la portée d'une échographie de routine; la pratique en vigueur en Ontario était donc de suivre les lignes directrices de deux organismes américains, l'american Institute of Ultrasound Medicine (AIUM) et l'american College of Radiology (ACR). La technologue en échographie a témoigné qu'elle n'avait pas visualisé les quatre membres. Le fémur n'a été mesuré que du côté gauche. La demanderesse a fait valoir que la technologue avait effectué une échographie non confirme aux normes et que, parce qu'elle n'avait pas mesuré les quatre membres du fœtus, les malformations du côté droit n'avaient pas été détectées. Le tribunal était d'avis que, dans ce type de cas, le témoignage d'experts était nécessaire. La demanderesse et les défendeurs ont chacun appelé à témoigner trois radiologues spécialisés en échographie et les défendeurs ont également invité à témoigner un formateur en technologie de l'échographie. Les opinions des témoins experts étaient complètement opposées : les témoins de la partie demanderesse étaient d'avis que l'échographie réalisée dans cette affaire n'était pas conforme aux normes raisonnables, alors que ceux de la partie défenderesse affirmaient qu'elle avait été effectuée conformément à la norme raisonnable. En fin de compte, le tribunal a décidé d'accepter la preuve présentée par les experts de la partie défenderesse. Le tribunal a indiqué dans ses motifs que les experts de la demanderesse avaient tenté d'imposer la norme requise pour une échographie de niveau 2 à une échographie de routine ou de niveau 1. La preuve a clairement démontré que l'examen réalisé était une échographie de niveau 1 et, à l'époque, les lignes directrices de l'aium et de l'acr n'exigeaient pas que tous les membres soient examinés dans ce type d'échographie. La demanderesse a également fait valoir que les films de l'échographie n'étaient pas d'une qualité adéquate et ne donnaient pas suffisamment de renseignements au médecin pour qu'il puisse poser le bon diagnostic. Le tribunal a rejeté cette allégation en affirmant non seulement qu'un expert avait témoigné de la qualité moyenne des films, mais aussi que le médecin pouvait se fier au rapport préparé par la technologue en échographie sur les observations qu'elle avait faites au cours de l'échographie en temps réel. Pour conclure, le tribunal a rejeté la poursuite, jugeant que la technologue en échographie avait fait preuve du degré raisonnable de compétences et de connaissances qu'exigeait sa profession. Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 7

9 Titre Tribunal Référence Remarque Source Termes de recherche Dernière date de consultation Pertinence Résumé R c. Roos Cour de justice de l'ontario (Division générale) (26 November 1991) Walkerton C (Ont Ct J (Gen Div)) Cour de justice de l'ontario (Division générale) Technicien en échographie 19 juillet 2011 Risque de préjudice pour le patient agression sexuelle Harold Richard Roos travaillait comme technicien en échographie à l'hôpital de Kincardine et du district. Il a été accusé d'avoir commis une agression sexuelle contre une de ses patientes. La demanderesse a témoigné qu'elle s'était présentée à l'hôpital pour passer une échographie. Pendant que l'accusé était dans la salle d'examen avec elle, il lui a demandé de se déshabiller et de ne garder que ses bas. Il a ensuite essayé de l'embrasser et de lui faire des attouchements avant qu'elle ne se rhabille et qu'elle quitte rapidement l'hôpital. La demanderesse a témoigné au cours du procès qu'elle avait suivi les directrices du technicien parce qu'elle lui faisait confiance et qu'il «était comme un médecin». Le juge de première instance a déclaré l'accusé coupable d'agression sexuelle à l'égard de la demanderesse. Remarque : En Cour d'appel, le juge a jugé qu'il y avait eu un certain nombre d'erreurs dans le déroulement du procès et, par conséquent, a annulé la condamnation et ordonné la tenue d'un nouveau procès. Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 8

10 Titre T.W. c. Seo Tribunal Cour supérieure de justice de l Ontario Référence [2003] OTC 940, 126 ACWS (3d) 271 (Ont Sup Ct J) Remarque Renvois 3, citation 1. Source Quicklaw Termes de Technicien en échographie recherche Dernière date de 19 juillet 2011 consultation Pertinence Risque de préjudice pour le patient inconduite sexuelle et atteint à la vie privée Résumé La demanderesse a poursuivi un technicien en échographie et la clinique indépendante où il travaillait pour des dommages découlant des agissements du technicien. Le technicien en échographie a admis avoir filmé la demanderesse dans la salle d'habillage, avoir réalisé des échographies non autorisées et avoir touché la demanderesse sans autorisation. Au procès, le jury a déclaré le technicien en échographie responsable de batterie délictuelle et la clinique responsable de négligence. La Cour supérieure a entendu une argumentation relativement à la question de responsabilité du fait d'autrui de la clinique. Dans ses motifs pour décider si la clinique devait être tenue responsable des actes du technicien en échographie, la Cour supérieure a abordé la question des risques inhérents aux échographies : 63 Premièrement, de par sa nature, une échographie nécessite potentiellement qu'un employé touche à des parties intimes du corps d'un client. Ainsi, il est nécessaire de minimiser ou d'exclure le risque d'incidents d'attouchement non autorisés au moyen d'une certaine combinaison de formation, de programmes de sensibilisation continue et de supervisions ou de vérifications ponctuelles. En d'autres mots, dans ce cas en particulier, les activités mêmes de la clinique entraînaient un risque de préjudice à la demanderesse. Je ne suis pas d'avis, toutefois, que cet argument puisse à lui seul déterminer la question de la responsabilité du fait d'autrui comme le laisse entendre la demanderesse. 64 Deuxièmement, même sans les rénovations, la manière dont l'employeur offrait effectivement ses services le soir augmentait le risque que courait la demanderesse. La preuve a démontré clairement que la clinique n'avait pas de procédure en place qui, par mesure de précaution, aurait permis à une patiente de demander la présence d'un autre employé pendant une partie de l'examen. De plus, il n'y avait aucune possibilité qu'un autre employé supervise l'examen compte tenu de l'aménagement des locaux de la clinique et il n'y avait aucune procédure en place prévoyant la vérification ponctuelle des activités des employés. 65 Troisièmement, la nature de la relation entre le technicien et la patiente sous-entend un certain degré de pouvoir, qui accroît le risque que court la patiente. Les faits dans la présente affaire démontrent amplement dans quelle mesure le risque était présent dans les activités de la clinique. Une patiente se fie implicitement à la compétence professionnelle et à la formation du technicien pour s'assurer que les examens pertinents sont réalisés habilement. Dans l'exercice de ses activités, la clinique a en outre accru ce risque en permettant à M. Seo de s'habiller d'une manière qui laissait supposer aux clients qu'il était médecin. Dans le présent cas, la demanderesse a consenti volontiers à subir une échographie pelvienne lorsque M. Seo lui a signalé la possibilité de kystes sur ses ovaires parce qu'elle a présumé qu'il était médecin. De plus, elle a permis à M. Seo de recommencer cette échographie à plusieurs reprises et lui a permis de la toucher pendant ces examens parce qu'elle croyait que M. Seo était médecin et qu'elle se fiait à son jugement. 66 Quatrièmement, s'ajoute à la question du pouvoir la vulnérabilité de nombreux clients de la clinique. Comme de nombreux clients s'inquiètent des problèmes de santé possibles qui ont nécessité une échographie, ils se présentent à la clinique dans un état de vulnérabilité. Dans ces circonstances, le pouvoir que possède un technicien s'en trouve accru, particulièrement si le client croit que le technicien est médecin. Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 9

11 Il en résulte un risque accru qu'un technicien touche des patients d'une manière non autorisée, croyant que le patient ne mettra pas ses actions en doute. Par ailleurs, comme dans la présente affaire, il y a également un risque accru que le patient accepte ces gestes parce qu'il les croit nécessaires à la réalisation de l'examen ou qu'il consentira à d'autres examens en croyant que le technicien vérifie la présence de problèmes médicaux réels.» [traduction] Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 10

12 Annexe A : Description des bases de données LexisNexis Quicklaw 1 LexisNexis Quicklaw donne accès à une série de bases de données, dont la jurisprudence de tous les territoires de compétence canadiens, aux décisions des tribunaux administratifs, aux lois et à la doctrine sous forme d'articles, de journaux, de bulletins et d'index. En plus des documents canadiens, LexisNexis Quicklaw comprend la jurisprudence et la législation américaines et certaines décisions judiciaires du Royaume-Uni et du Commonwealth. Les décisions sont présentées sous forme de résumé ou dans le texte intégral. Il peut s'agir soit d'une version électronique des rapports imprimés (p. ex., Ontario Reports), soit des jugements non publiés courants 2 reçus directement des tribunaux Les textes intégraux des jugements non publiés des tribunaux canadiens peuvent être consultés dans la source regroupée «All Canadian Court Cases». (Source d'information Quicklaw) 3 Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 11

13 Annexe B : Résultats de la recherche initiale Résultats de recherche dans Quicklaw La recherche dans Quicklaw a été effectuée avec la fonction «All Canadian Court and Tribunal Case Law» qui contient tous les textes intégraux disponibles des jugements publiés et non publiés des tribunaux canadiens, ainsi que les résumés jurisprudentiels de LexisNexis. Le tableau suivant résume les termes recherchés et le nombre de résultats obtenus pour chaque terme : Tableau 1 : Résultats de recherche dans Quicklaw pour les territoires de compétence canadiens Date de la plus récente recherche (JJ/MM/AAAA) Expression recherchée Total des occurrences Total des occurrences pertinentes 13/06/2011 «diagnostic sonograph!» (échographie diagnostique) /06/2011 «ultrasound technician» (technicien en échographie) /06/2011 «ultrasound technologist» (technologue en /06/2011 échographie) «diagnostic medical sonograph!» (échographie 17 0 diagnostique médicale) 13/06/2011 «diagnostic imaging technologist» (technologue en imagerie diagnostique) 13/06/2011 «diagnostic imaging technician» (technicien en imagerie diagnostique) /06/2011 «ultrasonograph!» (ultrasonographe) /06/2011 «sonograph!» (échographe) /06/2011 «diagnostic ultrasound» (échographie diagnostique) /06/2011 «3-D ultrasound» (écho 3D) /06/2011 «transvaginal and ultrasound» (transvaginal et 5 0 échographie) 13/06/2011 «transrectal and ultrasound» (transrectal et échographie) /06/2011 «Intracavitary ultrasound» (échographie intracavitaire) /06/2011 «failure /8 ultrasound» (défaut /8 échographie) /06/2011 «ultrasound /s harm» (échographie /s préjudice) /06/2011 «ultrasound /s harm» (échographie /s risque) 36 0 Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 12

14 Annexe C : Résultats de la dernière recherche dans Quicklaw La recherche dans Quicklaw a été effectuée avec la fonction «All Canadian Court and Tribunal Case Law» qui contient tous les textes intégraux disponibles des jugements publiés et non publiés des tribunaux canadiens, ainsi que les résumés jurisprudentiels de LexisNexis du 10 août 2011 à la date de la plus récente recherche. Le tableau suivant résume les termes recherchés et le nombre de résultats obtenus pour chaque terme : Tableau 2 : Résultats de recherche dans Quicklaw pour les territoires de compétence canadiens Date de la plus récente recherche (JJ/MM/AAAA) Expression recherchée «diagnostic sonograph!» (échographie diagnostique) «ultrasound technician» (technicien en échographie) «ultrasound technologist» not «ultrasound technician» (technologue en échographie et non pas technicien en échographie) «diagnostic medical sonograph!» (échographie diagnostique médicale) «diagnostic imaging technologist» (technologue en imagerie diagnostique) «diagnostic imaging technician» (technicien en imagerie diagnostique) «ultrasonograph!» (ultrasonographe) «sonograph!» (échographe) «diagnostic ultrasound» (échographie diagnostique) «3-D ultrasound» (écho 3D) «transvaginal and ultrasound» (transvaginal et échographie) «transvaginal and ultrasound» (transrectal et échographie) «Intracavitary ultrasound» (échographie intracavitaire) «failure /8 ultrasound» (défaut /8 échographie) «ultrasound /s harm» (échographie /s préjudice) «ultrasound /s risk» (échographie /s risque) Total des occurrences Total des occurrences pertinentes Technologues en échographie diagnostique : Examen de la jurisprudence 13

15 Conseil consultatif de réglementation des professions de la santé 56, rue Wellesley Ouest 12e étage Toronto, Ontario, Canada M5S 2S3 Téléphone: Interurbains sans frais: Télécopieur: Site web: Twitter: Corriel: ISBN (Imprimé) ISBN (PDF) Imprimeur de la Reine pour l Ontario, /13

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès 1 Glossaire NDA = nom de l accusé NDD = nom du déclarant NDP = nom du plaignant NDT = nom du témoin ND1/3 = nom du tiers NDAT = nom de l accusé

Plus en détail

RAISONNABLE EN 1998; DÉRAISONNABLE EN 2002

RAISONNABLE EN 1998; DÉRAISONNABLE EN 2002 Un tribunal de l'ontario juge que le gouvernement exerce de la discrimination fondée sur l'âge et la déficience en refusant des programmes aux élèves atteints d'autisme Dans l'affaire Wynberg c. Ontario,

Plus en détail

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif Le 30 mars 2010 Le 15 mars 2010, le juge Cullity de la Cour supérieur de justice de l

Plus en détail

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007 EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec 05 23 09 DATE : 8 janvier 2007 EN PRÉSENCE DE : Christiane Constant, Commissaire X. Demandeur c. Hôpital du Sacré-Coeur de

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important Formulaire de demande pour investisseur admissible

Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important Formulaire de demande pour investisseur admissible 393, avenue University, bureau 1701, 17 e étage, Toronto (Ontario) M5G 1E6 Fonds ontarien de développement des technologies émergentes Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Aon Risk Solutions/Conseillers en gestion des risques Groupe de services financiers Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Janvier 2015 Introduction Les statistiques

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU. Affaire N ICTR-96-4-T

LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU. Affaire N ICTR-96-4-T OR: ANG Devant : Greffe : Juge Laïty Karna, Président Juge Lennart Aspegren Juge Navanethem Pillay M. Lars Plum M. John M. Kiyeyeu Décision du : 17 février 1998 LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU Affaire

Plus en détail

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Communiqué de Presse (Publié par le Greffe)

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Communiqué de Presse (Publié par le Greffe) INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Communiqué de Presse (Publié par le Greffe) LE TRIBUNAL EST SAISI DU FOND DANS L'AFFAIRE "D'AVITAILLEMENT" DE NAVIRES

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Marionnet c. Ani-Puce 2014 QCCQ 2683 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL LOCALITÉ DE LAVAL «Chambre civile» N : 540-32-025647-122 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 8 avril

Plus en détail

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC. - et - - et - - et - - et - RAPPORT DU COMITÉ D'ENQUÊTE

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC. - et - - et - - et - - et - RAPPORT DU COMITÉ D'ENQUÊTE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CM-8-89-35 CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC MADAME DIANE LEMIEUX, MADAME LE JUGE ANDRÉE BERGERON, LE BARREAU DE LONGUEUIL, Plaignants MONSIEUR LE

Plus en détail

NOTE DE PRATIQUE TRIBUNAL CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE

NOTE DE PRATIQUE TRIBUNAL CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE NOTE DE PRATIQUE N O 3 Le 16 juin 2009 Objet : Gestion des instances NOTE DE PRATIQUE TRIBUNAL CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE En vertu du paragraphe 48.9 (1) de la Loi canadienne sur les droits de

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010 Page 1 Document 1 de 202 Cour d'appel Amiens Chambre sociale 5, cabinet B 28 Septembre 2011 N 10/04970 Monsieur Philippe BOOSCHAERT Représenté par M. VIOT Gilbert, délégué syndical ouvrier LYCEE DE LA

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE?

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? Cat. 2.120-2.8 TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? M e Michel Coutu, conseiller juridique Direction de la recherche

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal

Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal Gestion des causes de niveau intermédiaire : Critères d'admissibilité Les affaires en droit criminel peuvent être dirigées

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS 5ème chambre 2ème section N RG: 09/15353 N MINUTE : Assignation du : 05 Octobre 2009 JUGEMENT rendu le 07 Avril 2011 DEMANDERESSE Mademoiselle Valérie SIMONNET 20 rue

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Vivre à deux

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Vivre à deux Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Vivre à deux Introduction À l Île-du-Prince-Édouard, la définition d un conjoint comprend les conjoints de même sexe, les conjoints

Plus en détail

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE Les premières versions de la loi Bioéthique ne plaçaient pas l'échographie obstétricale et fœtale parmi les examens de diagnostic prénatal. De ce fait, la réalisation de ces examens n'était pas soumise

Plus en détail

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ...

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ... CHRONIQUE TPS/TVQ 207 JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 209 1. TVQ... 209 2. TPS...

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières Traduction française non officielle Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et Industrielle

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.08.0126.F COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE, agissant à la diligence et l'intervention du ministre, membre du collège de la Commission communautaire française,

Plus en détail

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D.

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Réservé à l usage del organisme de réglementation Approuvé N o du permis Date de délivrance Date d expiration 1. Renseignements personnels

Plus en détail

N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre.

N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre. N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six mars deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président de la Cour,

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel

Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel Directive en matière de politique du surintendant no 8 Approbation des programmes de technologie en ultrasonographie médicale ou échographie

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 39 Appel n o : GE-13-2312 ENTRE : R. M. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Politique concernant le permis de conduire comme condition emploi

Politique concernant le permis de conduire comme condition emploi Politique concernant le permis de conduire comme condition emploi ISBN 0-7778-5900-9 Approuvée par la CODP : le 19 juin 1996 (Veuillez prendre note que des révisions mineures ont été apportées en décembre

Plus en détail

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Août 2014 Bulletin vie privée Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Le contrat d'assurance collective implique

Plus en détail

CONTENU DES PRINCIPALES BANQUES DE JURISPRUDENCE DES TRIBUNAUX DU QUÉBEC SUR INTERNET

CONTENU DES PRINCIPALES BANQUES DE JURISPRUDENCE DES TRIBUNAUX DU QUÉBEC SUR INTERNET CONTENU DES PRINCIPALES BANQUES DE JURISPRUDENCE DES TRIBUNAUX DU QUÉBEC SUR INTERNET Me Marco Rivard Montréal, le 8 mars 2004 LISTE DES ANNEXES ANNEXE I - Soquij - Décisions des tribunaux du Québec ANNEXE

Plus en détail

Arrêts faisant autorité

Arrêts faisant autorité Peine Obligatoire Minimale Pour Meurtre: R. c. Latimer 1 Arrêts faisant autorité PEINE OBLIGATOIRE MINIMALE POUR MEURTRE R. c. LATIMER Préparé pour le Réseau ontarien d'éducation juridique par une étudiante

Plus en détail

Prénom Second prénom Nom de famille. 2. COORDONNÉES PERSONNELLES 3. COORDONNÉES PROFESSIONNELLES Adresse :

Prénom Second prénom Nom de famille. 2. COORDONNÉES PERSONNELLES 3. COORDONNÉES PROFESSIONNELLES Adresse : NE PAS TÉLÉCOPIER BARREAU DU HAUT-CANADA DEMANDE DE PERMIS DE CONSEILLER JURIDIQUE ÉTRANGER (en vertu du Règlement administratif n o 14) PARTIE A RENSEIGNEMENTS SUR LE DEMANDEUR RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

Plus en détail

Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke site Fleurimont c. P.B. COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE LÉO DAIGLE, J.C.S.

Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke site Fleurimont c. P.B. COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE LÉO DAIGLE, J.C.S. Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke site Fleurimont c. P.B. 2012 QCCS 3679 Canada PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE SAINT-FRANÇOIS N : 450-17-004521-127 COUR SUPÉRIEURE DATE : 10 juillet 2012.

Plus en détail

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières L obligation de déposer un rapport Guide à l intention des employeurs, exploitants et infirmières Table des matières Introduction.... 3 Pourquoi faut-il déposer un rapport?... 3 Que fait l Ordre lorsqu

Plus en détail

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site.

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Avis juridique Veuillez lire les présentes modalités

Plus en détail

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ MAGASINS À RAYONS PEOPLES INC. (SYNDIC DE) C. WISE LIENS DU CURRICULUM: Le droit canadien et international, 12e année, cours préuniversitaire (CLN4U) Comprendre le droit canadien, 11e année, cours préuniversitaire/

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze. N 30 / 11. du 5.5.2011. Numéro 2854 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente de

Plus en détail

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à :

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Demande de transfert Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Le demandeur a-t-il une dette envers son AGA/AGD actuel? Dans l'affirmative, veuillez

Plus en détail

Ce que les parents devraient savoir

Ce que les parents devraient savoir Renvoi : Ce que les parents devraient savoir Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves. Un climat positif

Plus en détail

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers)

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers) CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES DEST. : BANQUE ROYALE DU CANADA DÉFINITIONS (Prêts aux particuliers) Les mots dont les définitions apparaissent ci-dessous sont utilisés tout au long de ce document.

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2007-82

Décision de télécom CRTC 2007-82 Décision de télécom CRTC 2007-82 Ottawa, le 7 septembre 2007 Demande d'abstention de la réglementation du service Gestion de téléphonie IP de Bell Canada et de Bell Aliant Communications régionales, société

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ

AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ Markson c. Banque MBNA Canada À: Tous les détenteurs, passés et actuels, de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada et de CUETS Financial VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CET AVIS,

Plus en détail

Cour d appel fédérale, juges Décary, Sexton et Evans, J.C.A. Toronto, 21 mars; Ottawa, 5 avril 2007.

Cour d appel fédérale, juges Décary, Sexton et Evans, J.C.A. Toronto, 21 mars; Ottawa, 5 avril 2007. A-313-06 2007 CAF 141 Le Ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile (Canada) (appelant) c. Thanh Thi Nhu Pham (intimée) RÉPERTORIÉ : PHAM c. M.R.N. (C.A.F.) Cour d appel fédérale, juges

Plus en détail

COMMENT TROUVER UNE LOI OU UN

COMMENT TROUVER UNE LOI OU UN GUIDE D INITIATION À LA RECHERCHE JURIDIQUE COMMENT TROUVER UNE LOI OU UN RÈGLEMENT FÉDÉRAL préparé par Dave Landry sous la direction de Michèle LeBlanc BIBLIOTHÈQUE DE DROIT MICHEL-BASTARACHE Septembre

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : N. P. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 11 Appel n o : GE-13-726 ENTRE : N. P. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Table des matières Contexte 1 Modifications proposées à l assurance responsabilité exigée des SRL 1 Modifications complémentaires

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 5 ENTRE : A. D. N o d appel : GE-13-1152 Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président Juge Salihu Modibo Alfa BELGORE Vice-président Juge Anne L. MACTAVISH Membre Juge Benjamin Joses

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires

La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires Présenté par Marco Royer Assurance automobile en Alberta : les réformes de 2004 Bill 53 Introduction d une limitation

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5653-4530 No du rôle : 28.d-C-15 Date : 28 août 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur STÉPHANIE AIRAUD ET BERNHARD AINETTER REQUÉRANTS

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

POLITIQUE N o : DPS-015 POLITIQUE SUR LE CAVIARDAGE

POLITIQUE N o : DPS-015 POLITIQUE SUR LE CAVIARDAGE 1. INTRODUCTION La loi exige que l identité des personnes ne soit pas révélée dans diverses matières (famille, protection de la jeunesse, adoption, etc.) et parfois, les décideurs ordonnent la non-publication

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Webinaire de QSSO : Qualité des services d'imagerie diagnostique

Webinaire de QSSO : Qualité des services d'imagerie diagnostique Webinaire de QSSO : Qualité des services d'imagerie diagnostique Ordre du jour Comité d'expert pour l'assurance de la qualité des services d'imagerie diagnostique Contexte; la tâche Examen par les pairs

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : F. D. A. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 1 Appel n o : GE-13-192 ENTRE : F. D. A. et Appelant Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis Présentation de Charles Kazaz à l AQVE 15 novembre 2012 Survol 1. Pourquoi imposer la responsabilité

Plus en détail

Lignes directrices concernant les demandes de remboursement des dépenses pour les ministres, les chefs d'un parti d'opposition et leur personnel

Lignes directrices concernant les demandes de remboursement des dépenses pour les ministres, les chefs d'un parti d'opposition et leur personnel Lignes directrices concernant les demandes de remboursement des dépenses pour les ministres, les chefs d'un parti d'opposition et leur personnel Le Bureau du commissaire à l'intégrité examine les frais

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire 1 LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire I. INTRODUCTION Le jugement sommaire est conçu pour que soient

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels :

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : 1. L'article 29, 3, alinéa 4, de la loi du 5 août 2003 relative aux violations graves du droit international humanitaire rend votre Cour compétente pour

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ. Janvier 2012

BULLETIN DE FISCALITÉ. Janvier 2012 BULLETIN DE FISCALITÉ Janvier 2012 INDEXATION DES MONTANTS DE 2012 DIVIDENDES DÉTERMINÉS : MODIFICATIONS EN 2012 AVANTAGES AUX EMPLOYÉS ET AUX ACTIONNAIRES : MODIFICATIONS DES RÈGLES PRÊTS AUX ACTIONNAIRES

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON

Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON COUR DES COMPTES ----------- CHAMBRES REUNIES ----------- Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON Arrêt en appel d'un jugement de la chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes, après cassation

Plus en détail

CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) («demandeur») («Intimée») («Intervenant») MOTIFS DE LA DÉCISION

CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) («demandeur») («Intimée») («Intervenant») MOTIFS DE LA DÉCISION CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) No : SDRCC 07-0060 ENTRE : DARYL VELTMAN («demandeur») ET : ASSOCIATION CANADIENNE DE CROSSE (ACC) («Intimée») ET : WESTERN LACROSSE ASSOCIATION

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES R.G.N 46.578 le feuillet. Rep.N. dnl~(~d. COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 5 DECEMBRE 2006. 4 ème chambr Contrat d'emploi Contradictoire Définitif En cause de: Maurice, Appelant,

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 COUR SUPÉRIEURE JUGE: L'honorable Paul-Marcel Bellavance, J.C.S. Le 8 juin 1993 WAHlTEL BOISVERT WUNICIP~ILITÉ DU CANTON DE GRANBY J

Plus en détail

Qu est-ce que je dois faire lorsque je reçois une assignation à comparaître?

Qu est-ce que je dois faire lorsque je reçois une assignation à comparaître? Être un témoin Qu est-ce qu un témoin? Le témoin est celui à qui il est demandé de se présenter devant le tribunal pour répondre à des questions sur une affaire. Les réponses données par un témoin devant

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Office des poursuites Direction générale 01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur Modifications, contrôles, approbation Version Date Description,

Plus en détail