Entre sucres et édulcorants Comment faut-il sucrer les aliments? tol) dont le pouvoir sucrant est proche de celui du saccharose.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entre sucres et édulcorants Comment faut-il sucrer les aliments? tol) dont le pouvoir sucrant est proche de celui du saccharose."

Transcription

1 Entre sucres et édulcorants Comment faut-il sucrer les aliments? Martine Champ* Introduction Si tous les ingrédients disponibles sur le marché sont supposés ne pas présenter de danger pour le consommateur, le sucre et autres sucres et l aspartame sont régulièrement montrés du doigt Quels sont les avantages et inconvénients respectifs de ces composés? Sontils susceptibles de nuire à la santé des consommateurs lorsqu ils sont consommés raisonnablement ou en excès? Francesco Dibartolo - 123rf.com *CRNH, UMR PhAN INRA-Université, Nantes tol) dont le pouvoir sucrant est proche de celui du saccharose. La perception du goût sucré Le goût sucré semble être apprécié par tous les nouveaunés alors que l attirance pour d autres goûts ne vient que plus tardivement. Ils préfèrent généralement les solutions qui sont plus sucrées que le lait maternel qui contient du lactose comme principal glucide (1, 2). Beaucoup d entre nous conservent une préférence pour les goûts sucrés tandis que d autres seront plus attirés par les goûts salés et/ou amers. La perception du goût sucré réside dans les bourgeons du goût, présents sur la langue. Ce n est qu en 2001 que les mécanismes biomoléculaires de la perception du goût Stricto sensu, un édulcorant est une «substance qui donne une saveur douce». Le saccharose (notre sucre de table) (Fig. 1), les sirops de glucose ou de fructose, le miel, l aspartame (Fig. 1), la saccharine ou le xylitol sont donc quelques-uns des ingrédients disponibles pour les consommateurs et les industriels pour édulcorer les aliments. Le mot édulcorant est cependant le plus souvent utilisé pour désigner des ingrédients destinés à conférer un goût sucré à un aliment ou un médicament sans apporter de calories. Nous réserverons donc ce terme aux édulcorants intenses (i.e. aspartame, acésulfame K ou stévia) et aux édulcorants de charge (principalement les polyols dont le xylitol ou le maltisucré ont été élucidés. Les protéines réceptrices responsables de la génération des signaux qui sont au final interprétés comme goût sucré sont membres de la famille des T1R. La protéine TlR3 constitue un complexe avec la protéine TlR2 pour former un récepteur couplé à la protéine-g qui est le récepteur du goût sucré chez les mammifères (3). Les sucres et autres édulcorants de nature glucidique Le glucose Le glucose est le principal représentant des oses. Il est synonyme de dextrose lorsqu il s agit du D-glucose. Il est directement assimilable par l organisme dont c est un carburant essentiel, notamment pour le cerveau. Son Diabète & Obésité Juin 2011 vol. 6 numéro

2 pouvoir sucrant est inférieur à celui du saccharose (Tab. 1). Il est utilisé dans les industries agroalimentaires en tant qu agent de charge (sous forme cristalline monohydratée ou de sirop concentré). Le fructose Le fructose est un ose du groupe des cétoses que l on trouve en abondance dans les fruits ou le miel. Son pouvoir sucrant est supérieur à celui du saccharose (Tab. 1). Il a été beaucoup préconisé dans les régimes des diabétiques. Le saccharose Le saccharose est le sucre de référence ; c est le sucre de table. C est un diholoside formé de fructose et de glucose liés en b(2 1)a. Il est naturellement présent dans la betterave sucrière ou la canne à sucre mais également dans les fruits et des légumes. Le sucre inverti Le sucre inverti est un mélange équimolaire de glucose et de fructose obtenu par hydrolyse du saccharose par l invertase ou en milieu acide (i.e. acide citrique ou phosphorique). Il est utilisé par les cuisiniers professionnels pour son pouvoir édulcorant élevé, parce qu il ne dessèche pas et permet de réduire le temps de cuisson. En outre, il stabilise glaces et sorbets. Les sirops de fructose Les sirops de fructose (ou HFCS en Anglais, pour high-fructose corn syrup) ou isoglucoses sont de plus en plus utilisés par les industries agro-alimentaires. Il s agit d un ingrédient liquide et stable en milieu acide (contrairement au saccharose) composé de fructose et de glucose. Il est dérivé de l amidon de maïs par hydrolyse puis Figure 1 - Formule chimique du saccharose (en haut) et de l aspartame (en bas). Y a-t-il des addictions au sucre et/ou au goût sucré? L addiction au sucre est l objet d un débat entre spécialistes. Selon M. Fantino (4), il n y a pas de preuve de dépendance physique au sucre ou au goût sucré. En revanche, il reconnaît que, dans certains cas, «un attrait excessif pour des produits sucrés puisse se rapprocher d une dépendance, mais dépendance de nature psychique, à la rigueur sociale» (4). Il a été montré de façon répétitive par des approches neurophysiologiques que la consommation de solutions sucrées active fortement une voie nerveuse spécifique du méso-diencéphale, la voie dopaminergique mésolimbique, dont l implication dans les processus de renforcement sensoriel est bien établie, de même que l activation de ce circuit en cas d addiction aux substances stupéfiantes classiques. Cependant cette possibilité d induire une addiction au sucre chez l animal a été contestée par d autres chercheurs qui n ont pu confirmer la mise en jeu obligatoire du circuit dopaminergique central dans les processus de renforcement sensoriel et d addiction (4). Jusqu à ce jour, aucune étude chez l homme n a permis de mettre en évidence de tels mécanismes chez l homme. En conséquence, il n y a à ce jour, aucune preuve tangible d une addiction au goût sucré chez l Homme. biffspandex - istockphoto 238 Diabète & Obésité Juin 2011 vol. 6 numéro 50

3 Entre sucres et édulcorants isomérisations enzymatiques. Le HFCS-42 et le HFCS-55 contiennent respectivement 42 et 55 % de fructose et donc le complément à 100 de glucose. Ces sirops sont particulièrement utilisés dans les boissons sucrées (i.e. type cola) mais aussi les crèmes et desserts glacés, confitures ou pâtisseries. Les sirops de glucose Les sirops de glucose sont également issus de l hydrolyse de l amidon. Ils possèdent un dextrose-équivalent* supérieur à 20. Comme les sirops de fructose, ils sont de plus en plus utilisés par les industries agro-alimentaires. Leurs applications sont dans les domaines de la confiserie (à caractère élastique en particulier) mais aussi toutes celles citées pour les sirops de fructose. Le miel Le miel contient 49 % de fructose, 43 % de glucose, de l eau (environ 18 %) et de nombreux autres composés. Le pouvoir sucrant de ces sucres et sources de sucres est indiqué dans le tableau 1. Les édulcorants intenses Les édulcorants intenses ont des compositions très variables puisque certains sont des sucres (sucralose) tandis que d autres sont des dipeptides (aspartame) ou des protéines (thaumatine). L aspartame L aspartame (E 951) est un dipeptide (ester méthylique de l aspartyl-phénylalanine) dont le pouvoir sucrant est d environ 200 fois celui du saccharose (Tab. 2). Il est utilisé pour édulcorer Tableau 1 - Liste des sucres, édulcorants intenses, de charge autorisés en Europe (directive européenne 94/35/CE) et leur pouvoir sucrant (par rapport au saccharose (=1)). Nom code Pouvoir sucrant* DJA (mg.kg -1 ) Doses max d emploi Sucres et sources de sucres (excluant les sucres alcools) Glucose 0,6-0,8** Fructose 1,2-1,8** Saccharose 1 Lactose 0,16 Maltose 0,3-0,5 Sirop de fructose (HFCS-55) 1 Sirop de glucose 0,75, environ Sucre inverti 1,15, environ Miel 1-1,35 Edulcorants de charge Sorbitol (et sirop de) E 420 0,6 Quantum satis*** Mannitol E 421 0,5 Quantum satis*** Maltitol (et sirop de) E 965 0,9 Quantum satis*** Lactitol E 966 0,4 Quantum satis*** Xylitol E 967 1,0 Quantum satis*** Edulcorants intenses Acésulfame K E mg.kg -1 Aspartame E mg.kg -1 Cyclamate E mg.kg -1 Isomalt E 953 Quantum satis*** Saccharine E mg.kg -1 Sucralose E Alitame E Thaumatine E mg.kg -1 Néohespéridine DC E mg.kg -1 Néotame E Sel d aspartame-acésulfame E Extraits de quillaia E 999 Rébaudioside (Reb A) (Stévia) *Exprimé par rapport au pouvoir sucrant du saccharose ou sucre de table (=1) ; **le pouvoir sucrant relatif au saccharose diffère en fonction de la présentation (sous forme de sirop ou cristallisée) ; *** aucune quantité maximale n est spécifiée ; les substances doivent être employées en ne dépassant pas la quantité nécessaire pour obtenir l effet désiré ; cf directive 94/35/CE pour plus de détails ; : voir lexique en fin d article. Diabète & Obésité Juin 2011 vol. 6 numéro

4 des boissons, des aliments et des médicaments. Il fait régulièrement l objet de polémiques mais son autorisation est maintenue aux Etats-Unis comme en Europe (dont la France). Il est moins stable que beaucoup d autres édulcorants. Il se décompose rapidement aux ph s éloignant de ph 4,3 (ph de stabilité maximale) et à haute température. En Europe, l aspartame est autorisé dans les boissons alco olisées et non alcoolisées, les desserts et produits similaires, les confiseries à des doses variant de 0,5 à 1 g.kg -1 ou l -1. L étiquetage de l aspartame doit comporter la mention suivante : «contient une source de phénylal a nine». L acésulfame K L acésulfame K (E 950) a un pouvoir sucrant 100 à 200 fois plus élevé que le saccharose. Il est très souvent associé à l aspartame. Il possède une légère amertume en arrière-goût. Il est stable à la chaleur en milieu acide et basique modéré. Il est utilisé dans les sodas (type cola), dans des aliments industriels cuits mais aussi dans des dentifrices et produits pharmaceutiques. Comme celle de l aspartame, son innocuité est fréquemment remise en cause (5). En 2003, la directive 2003/115/CE a autorisé un nouvel édulcorant intense dérivé de l aspartame et de l acésulfame : le sel d aspartame-acésulfame. La saccharine La saccharine (E 954) ou sulfinide benzoïque est le plus ancien des édulcorants intenses à avoir été utilisé en Europe. Son pouvoir sucrant est 300 à 400 fois plus élevé que celui du saccharose mais il a un arrièregoût métallique ou amer déplaisant, spécialement à haute concentration. Sa valeur calorique est nulle et il est stable à la chaleur. Il est disponible sous forme de sels (Na, Ca ou K) car la saccharine est peu hydrosoluble. La saccharine fait régulièrement l objet d inquiétude concernant son innocuité. Cependant, la nature et le résultat des études disponibles ont conduit les instances réglementaires (FDA, 2001) à maintenir l autorisation de la saccharine. La thaumatine La thaumatine (E 957) désigne une famille de protéines (22 kda soit 207 acides aminés pour les thaumatines I et II) au goût sucré présente dans le fruit du katemfe (Thaumatococcus danielli (Benth)), arbre originaire de la forêt tropicale africaine. C est l édulcorant naturel qui possède le pouvoir sucrant le plus élevé (Tab. 2). La molécule est très stable à la chaleur en milieu acide mais ne l est pas en milieu alcalin. La thaumatine est utilisée comme exhausteur de goût dans les chewing-gums (max Tableau 2 - Quelques exemples de présentation des édulcorants intenses. Présentation Poids (g) Valeur pouvoir sucrant Composition marque calorique (kcal) d une dose Comprimés 0,05 0,16 Morceau sucre Lactose Casino (5 g) Aspartame (14 %) Acésulfame K (14 %) CMC L-Leucine Sticks 1 3,6 2 pc sucre Dextrose (0,9 g) Casino (6 g) Aspartame (1,74 %) Acésulfame K (1,16 %) Edulcorant 0,5 0,3 1 pc sucre Maltodextrines Casino de table - (1 càc) (4 g) Aspartame (1,3 %) en poudre Acésulfame K (1,36 %) Sticks pc sucre Erythritol Stévia (4 g) Rébaudioside A (1,35 %) Cellulose Edulcorant 0,5 1,88 1 pc sucre Maltodextrines (97 %) Stévia de table - (4 g) Rébaudioside A (1,35 %) Morceaux 2,6 10,4 1 m. sucre Saccharose Béghin-Say (5,2 g) Aspartame Acésulfame K m : morceau ; pc : petite cuillère ; càc : cuillère à café 240 Diabète & Obésité Juin 2011 vol. 6 numéro 50

5 Entre sucres et édulcorants 10 mg/kg) et dans les desserts laitiers et non laitiers (max 10 mg/kg) et comme édulcorant dans les boissons aromatisées sans alcool à base d eau (max 0,5 mg/l). Le sucralose Le sucralose (E 955) est un diholoside synthétisé par chloration sélective (3 groupements chlore par molécule) du saccharose. Il a un pouvoir sucrant 500 à 600 fois plus élevé que le saccharose. Il est stable à la chaleur et dans une large gamme de ph et sa valeur énergétique est considérée comme nulle. Il a fait l objet de nombreuses études sur des modèles animaux (> 100) avant d être autorisé en 1998 par la FDA. L EFSA a récemment proposé des allégations concernant les bénéfices du sucralose pour la santé des dents (EFSA, 2011). Cependant la démonstration d une absorption de près d un quart du sucralose par l organisme et donc la présence de chlore lié de manière covalente avec des carbones de la molécule contribue au fait que cet édulcorant a des détracteurs qui mettent encore en doute la totale innocuité du produit. La stévia rebaudiana La Stevia rebaudiana appartient à la famille des astéracées (Asteracae). Elle est une des espèces de stévia les moins amères. Ses feuilles, appelées Ka a He e ( herbe sucrée ) en Guarani, langue indigène du Paraguay et de certaines régions du Brésil, sont utilisées comme édulcorant depuis des centaines d années dans ces pays. Le rébaudioside (Reb A) est extrait de la plante stévia. Il est mélangé à d autres ingrédients pour lui donner un aspect proche de L affaire aspartame Le dossier «Aspartame» a fait l objet d une importante médiatisation suite à sa réévaluation récente par l ANSES et l EFSA. En effet, si l édulcorant a été autorisé par l AFSSA et l EFSA en 2002, les publications de Soffritti et al. et Halldorsson et al. (6, 7) en 2010 ont conduit à une nouvelle expertise. L EFSA et l ANSES ont récemment publié un avis (EFSA, 2011 ; ANSES, 2011) (8, 9). Les conclusions de l EFSA (2011) ont été les suivantes : 1. sur la base de l information disponible dans la publication de Soffritti et al. (6), les résultats ne peuvent être interprétés (problème de design de l étude et d exploitation statistique) et le modèle animal (souris Swiss avec tumeurs induites par des composés non génotoxiques) est considéré comme non approprié ; 2. l étude de Halldorsson et al. (7) qui a exploré le lien entre des naissances prématurées et la consommation d édulcorants artificiels ne permet pas de conclure sur une relation causale entre les 2 paramètres. D autres études sont nécessaires pour confirmer ou infirmer la relation de cause à effet. En conséquence, l EFSA estime qu il n y a pas de données suffisantes pour remettre en cause les conclusions de l avis précédent qui autorisait l aspartame et d autres édulcorants dans l Union Européenne. celui du sucre et est commercialisé sous le nom de PureVia. Il s agit en fait d un diholoside, le rébaudioside A extrait de feuilles du Stevia rebaudiana Bertoni, plante originaire du Paraguay et du Brésil. Le rebaudioside A possède un pouvoir sucrant 300 fois plus fort que celui du saccharose. Il lui est parfois reproché d avoir un goût de réglisse. On retrouve cet édulcorant dans des préparations vendues sur Internet avec des allégations mensongères (et interdites ) «action minceur» en mélange avec de l inuline et des fructooligosaccharides (des fibres alimentaires prébiotiques). Le néotame Le néotame est un dipeptide de structure chimique similaire à l aspartame. Il possède un groupe (3,3-diméthylebutyle) supplémentaire sur la fonction amine primaire de l acide aspartique qui le rend plus stable que l aspartame. Il est cependant toujours sensible à la chaleur et s hydrolyse (lentement) en milieux aqueux. Il est 30 à 60 fois plus sucrant que l aspartame (Tab. 2). Il est utilisé comme édulcorant et exhausteur de goût dans une large gamme d aliments. sécurité alimentaire Les édulcorants intenses disponibles sur le marché français ont fait l objet d une évaluation par l AFSSA (aujourd hui ANSES) et généralement l EFSA. Ces édulcorants ont fait l objet de tests toxicologiques et une dose journalière admissible (DJA) a été calculée sur la base des essais sur animaux. Cependant régulièrement de nouveaux travaux scientifiques conduisent les autorités réglementaires à réévaluer les dossiers pour tenir compte des nouvelles don- Diabète & Obésité Juin 2011 vol. 6 numéro

6 nées, lorsque celles-ci mettent en évidence un risque pour les consommateurs (Encadré). Tableau 3 - Comparaison des propriétés des sucres et des polyols. Ingrédient ig* kcal/g Glucose 100 (85-111) 4 Fructose 19 (12-25) 3 Saccharose 68 (58-65) 4 Lactose 46 4 Miel 55 (32-87) 2,8 Sirop de maltitol 52 3 Hydrolysat d amidon hydrogéné 39 2,8 Maltitol 36 2,7 Xylitol 13 2,5 Isomalt 9 2,1 Sorbitol 9 2,5 Lactitol 6 2 Mannitol 0 1,5 Erythritol 0 0,2 *IG : Index glycémique Les édulcorants de charge Les édulcorants de charge les plus utilisés sont les polyols qui sont généralement dérivés de sucres (sorbitol, xylitol, maltitol ). Ils sont, pour la plupart, présents en petite quantité dans les végétaux. C est, par exemple le cas du sorbitol, présent dans les pruneaux ou les cerises, ou du mannitol, présent dans les champignons. Pour cette raison, ils sont considérés comme sûrs et ne présentent pas de DJA. Leur pouvoir sucrant est généralement (à l exception du xylitol ; PS = 1) moins élevé que celui du saccharose (Tab. 2) mais leur contenu calorique est inférieur à celui du sucre de table (à l exception du glycérol : 4,4 kcal/g). L étiquetage d édulcorants de table contenant des polyols doit comporter la mention «une consommation excessive peut avoir des effets laxatifs». Le principal intérêt des polyols pour l industrie agro-alimentaire réside en leur utilisation en tant qu édulcorant de charge à faible valeur énergétique. Certains d entre eux (xylitol) possèdent une chaleur de dissolution négative, produisant une sensation de froid recherchée dans certaines applications, comme en confiseries. La plupart des polyols sont peu absorbés dans l intestin grêle et influencent donc peu la glycémie post-prandiale. Plusieurs des polyols (i.e. xylitol et isomaltulose) sont peu ou pas cariogènes pouvant contribuer à améliorer l hygiène buccodentaire chez une partie de la population. Ils sont utilisés notamment dans des confiseries et chewing-gums. Des glucides pour servir d excipient aux édulcorants intenses Les édulcorants intenses vendus comme substituts du saccharose le sont sous plusieurs formes : comprimés, morceaux, sticks ou édulcorants de table vendus en bocaux (Tab. 2). Les édulcorants intenses sont ainsi plus ou moins dilués avec des excipients de nature glucidique. En conséquence, leur apport énergétique n est pas nul mais généralement inférieur à 10 % de celui de la quantité de saccharose apportant le même pouvoir sucrant. Il faut cependant souligner que ces produits peuvent être consommés en grande quantité par les patients diabétiques. En effet, ils pensent généralement ne consommer que des édulcorants intenses mais ingèrent également des excipients plus hyperglycémiants et hyperinsulinémiants que le saccharose (i.e. dextrose (qui n est autre que le D-glucose) ou maltodextrines). Réponses glycémique et insulinique aux édulcorants et valeurs énergétiques Les édulcorants intenses ne participent pas à la réponse glycémique car ils ne sont pas de nature glucidique ou pas absorbés dans l intestin grêle. Les polyols ont un index glycémique (IG) variant entre 0 et 52 (contre 100 pour le glucose) (Tab. 3). Enfin, les principaux sucres ont un IG variant de 19, pour le fructose, à 100 en passant par 68 pour le saccharose (Tab. 3). Cet IG est directement lié à la réponse insulinique qui évolue, généralement, de façon similaire à la réponse glycémique. Ainsi le saccharose mais surtout le fructose n élèvent que modestement l insulinémie post-prandiale par rapport à beaucoup d aliments amylacés tels que le pain, la plupart des biscuits ou des plats de pomme de terre. L apport énergétique des différents sucres est compris entre 3 et 4 kcal/g tandis que celui des polyols est, pour la plupart, compris entre 2 et 3 kcal/g. Seul l érythritol a une valeur calorique 242 Diabète & Obésité Juin 2011 vol. 6 numéro 50

7 Entre sucres et édulcorants presque nulle (Tab. 2). Enfin les édulcorants intenses ont une valeur énergétique nulle mais l excipient qui leur est associé a une valeur non nulle qui peut aller jusqu à 4 kcal/g (cas des maltodextrines) ; leur pouvoir édulcorant étant très supérieur à celui du saccharose, ils sont cependant généralement consommés en beaucoup plus faibles quantités. prise alimentaire ne réagit pas du tout à l aspartame ni à une solution de maltodextrines (qui n est pas sucrée mais qui induit une sécrétion d insuline proche de celle du glucose) alors qu il réagit au sucre. Effet positif sur le poids? Une méta-analyse publiée en 2006 (11) dans une revue confidentielle, malheureusement, préconisé pour les diabétiques est maintenant déconseillé aux diabétiques de type 2 surtout quand ils ont déjà une hypertriglycéridémie car celle-ci est accentuée par cet ose. Les hommes semblent plus sensibles à des consommations importantes de fructose que les femmes pré-ménopausées. En effet, ces dernières semblent être protégées de cette hypertriglycéridémie induite par le fructose en Avantages et inconvénients des édulcorants glucidiques et des édulcorants intenses Les édulcorants intenses ont une valeur énergétique nulle mais l excipient qui leur est associé a une valeur non nulle qui peut aller jusqu à 4 kcal/g. sécurité alimentaire Les édulcorants intenses disponibles sur le marché français ont fait l objet d une évaluation par l AFSSA (puis l ANSES) et généralement l EFSA. Pour être autorisés par les instances réglementaires, ces édulcorants ont fait l objet de tests toxicologiques ; une DJA a ainsi été calculée sur la base des essais sur animaux. Cependant régulièrement de nouveaux travaux scientifiques conduisent les autorités réglementaires à réévaluer les dossiers pour tenir compte des nouvelles données, lorsque celles-ci mettent en évidence un risque pour les consommateurs. Aucun des édulcorants intenses mis sur le marché depuis l existence de l AFSSA et de l EFSA n a été, à ce jour, retiré du marché à la suite des nouvelles données publiées (cf. paragraphe sur les édulcorants intenses, pages 241 et 242). Réaction cérébrale L étude de Smeets et al. (10) sur 5 volontaires sains a confirmé que l hypothalamus, zone du cerveau impliqué dans le contrôle de la conclut à un effet positif de la consommation d édulcorants intenses sur l évolution pondérale avec une perte de poids d environ 200 g par semaine et une réduction des apports caloriques quotidiens de l ordre de 10 % (par rapport aux consommateurs de saccharose). saccharose et fructose Le débat sur les recommandations concernant le saccharose chez la population générale et les patients diabétiques ou obèses ce n est probablement pas terminés car des travaux apparemment contradictoires ne cessent d être publiés. Ainsi, il était admis que les sujets de poids normal réduisent leur apport énergétique lorsqu on leur donne du saccharose (12). En revanche, le fait que la compensation existe également chez les sujets en surpoids est à l encontre des idées reçues (13). Enfin des études récentes confortent l hypothèse d une non-association de la consommation de sucres ou de saccharose et le statut pondéral de populations diverses (14). Le fructose, longtemps raison d une plus faible stimulation de la lipogenèse de novo et d une plus faible diminution de l oxydation des lipides induites par le fructose (15). Quels édulcorants pour les diabétiques et pour les sujets en surpoids ou obèses? Supprimer le sucre? Les médecins prenant en charge les patients diabétiques et/ou obèses leur recommandent généralement de modérer voire de supprimer de leur alimentation le sucre et tous les aliments contenant des sucres ajoutés. Certains d entre eux décommandent également les fruits frais car ils contiennent aussi des sucres. Quels sucres? Les sucres ont une valeur énergétique voisine de 4 kcal/g mais ils sont plus ou moins hyperglycémiants et hyperinsulinémiants malgré le fait qu ils soient tous rapidement absorbés. Le Diabète & Obésité Juin 2011 vol. 6 numéro

8 fructose est peu hyperinsulinémiant et donc souvent recommandé aux diabétiques mais il a tendance à augmenter la triglycéridémie chez des patients souvent déjà hyperlipémiques. Le saccharose est logiquement intermédiaire entre le glucose et le fructose et est donc moins hyperinsulinémiant que beaucoup d aliments amylacés. Quelle place pour les édulcorants? Les édulcorants intenses offrent la possibilité de sucrer les aliments avec un apport modeste (mais rarement nul) en énergie. Leur sécurité alimentaire est jusqu à présent garantie par les autorités sanitaires mais les nombreuses alertes concernant certains d entre eux inciteraient à un comportement de prudence et ainsi à ne pas abuser de ces composés, varier le type d édulcorants intenses voire à alterner avec de petites quantités de saccharose, occasionnellement. La plus sage des attitudes serait très probablement de prendre l habitude de ne pas sucrer son café ou son yaourt et de limiter la consommation de tous les aliments sucrés qu ils soient édulcorés avec des édulcorants intenses ou avec des édulcorants glucidiques du type saccharose ou sirops de glucose. Conclusion Si les édulcorants intenses sont moins caloriques que les sucres, ils comportent toujours un excipient qui est glucidique et calorique. Cependant les quantités qui sont consommées sont, en théorie, très inférieures à celles de sucres. De même certains de ces édulcorants intenses, toujours à cause de l excipient, peuvent contribuer, s ils sont consommés en grande quantité, à la glycémie et à générer une sécrétion d insuline. Les sucres ont une valeur énergétique proche de 4 kcal/g ; ils sont rapidement absorbés mais plus ou moins hyperinsulinémiants ; ainsi le fructose contribue peu à la glycémie post-prandiale et le saccharose est intermédiaire entre le glucose et le fructose. Si le fructose représentait en apparence un sucre intéressant pour les patients diabétiques, son effet hypertriglycéridémiant amène à le déconseiller pour l ensemble des patients atteints de diabète de type 2 ainsi qu aux sujets en surpoids ou obèses déjà à risque pour les maladies cardiovasculaires. Le débat sur la sécurité alimentaire des édulcorants intenses n est peut-être pas encore clos. Le principe de précaution conduirait donc à préférer les édulcorants intenses aux sucres sans exclure totalement ces derniers (quand on ne peut se passer de sucré ) mais à diversifier les apports et surtout à ne pas les consommer en excès. n Mots-clés : Sucre, Glucose, Fructose, Edulcorant Lexique : Dose journalière admissible (DJA) : Elle représente la quantité d une substance qu un individu adulte (60 kg) peut théoriquement ingérer quotidiennement, sans risque pour la santé. Elle est habituellement exprimée en mg de substance par kg de poids corporel. Le calcul de la DJA pour l homme est basé sur le seuil maximum de consommation au-delà duquel les premiers effets toxiques sont observables. Ce seuil est aussi appelé dose sans effet (DSE) (ou NOAEL en anglais). La DSE est déterminée par les expérimentations animales ou bien humaines. On obtient alors la DJA en divisant par un facteur 100 à 1000 la DSE afin de prendre en compte les variations quand on extrapole de l animal à l homme. Ce coefficient de sécurité varie suivant la classification de la substance active, par exemple il est de 100 pour les composés non cancérigènes. Dextrose-équivalent (DE) : le DE reflète le degré d hydrolyse d un polymère de glucose (dextrose). Celui-ci est le résultat d une hydrolyse totale de l amidon. Plus le DE est élevé, plus l hydrolyse est poussée, et donc plus la proportion en sucres simples (à chaîne courte) composant le sirop de glucose (ou la maltodextrine) est élevée. Un DE de zéro représenterait l amidon lui-même, un DE de 100 représenterait du dextrose pur, soit un amidon totalement transformé. Index glycémique (IG) : aire sous la courbe de réponse glycémique à l aliment (quantité apportant 50 g d équivalents glucose) X 100/aire sous la courbe de réponse glycémique à 50 g de glucose. Bibliographie 1. Maller O, Turner RE. Taste in acceptance of sugars by human infants. J 9. ANSES Avis du 14 mars Comp Physiol Psychol 1973 ; 84 : AAAT2011sa0015.pdf. 2. Schiffman SS. Taste and smell in disease (second of two parts). N Engl J 10. Smeets PA, de Graaf C, Stafleu A et al. Functional magnetic resonance Med 1983 ; 308 : imaging of human hypothalamic responses to sweet taste and calories. 3. Li X, Staszewski L, Xu H et al. Human receptors for sweet and umami Am J Clin Nutr 2005 ; 82 : taste. Proc Natl Acad Sci USA 2002 ; 99 : Delahunty A, Gibson S, Ashwell M. A review of the effectiveness of aspartame 4. Fantino F. Existe-t-il des addictions au sucre? in helping with weigh control. Br Nutr Found Nutr Buss 2006 ; org/gros/05rencontres.php. 31 : Karstadt ML. Testing needed for acesulfame potassium, an artificial 12. Reid M, Hammersley R, Hill AJ, Skidmore P. Long-term dietary compensation sweetener. Environ Health Persect 2006 ; 114 : A516. for added sugar: effects of supplementary sucrose drinks over a 6. Soffritti M, Belpoggi F, Manservigi M et al. Aspartame administered in 4-week period. Br J Nutr 2007 ; 97 : feed, beginning prenatally through life span, induces cancers of the liver 13. Reid M, Hammersley R, Duffy M. Effects of sucrose drinks on macronutrient and lung in male Swiss mice. Am J Ind Med 2010 ; 53 : intake, body weight, and mood state in overweight women over 4 7. Halldorsson TI, Strøm M, Petersen SB, Olsen SF. Intake of artificially sweetened weeks. Appetite 2010 ; 55 : soft drinks and risk of preterm delivery: a prospective cohort study 14. Parnell W, Wilson N, Alexander D et al. Exploring the relationship in 59,334 Danish pregnant women. Am J Clin Nutr 2010 ; 92 : between sugars and obesity. Public Health Nutr 2008 ; 11 : European Food Safety Authority. Statement of EFSA on the scientific 15. Tran C, Jacot-Descombes D, Lecoultre V et al. Sex differences in lipid 244 evaluation of two studies related to the safety of artificial sweeteners. and glucose kinetics after Diabète ingestion & Obésité of an acute Juin 2011 oral fructose vol. 6 load. numéro Br J 50 EFSA Journal 2011 ; 9 : Nutr 2010 ; 104 :

Sucre et «faux sucre» leur place dans l alimentation du diabétique

Sucre et «faux sucre» leur place dans l alimentation du diabétique Sucre et «faux sucre» leur place dans l alimentation du diabétique Jean-Louis Schlienger Professeur émérite Fac Médecine Strasbourg Fondateur et secrétaire général de l AFD Alsace (1980-1995) Insulib 16

Plus en détail

PROPRIETES DES SUCRES DANS LES ALIMENTS

PROPRIETES DES SUCRES DANS LES ALIMENTS PROPRIETES DES SUCRES DANS LES ALIMENTS Nouvelles tendances & Objectifs nutritionnels Mathieu Delample (Responsable Unité de Recherche), Martine Crépin (Responsable Pôle Produit), Emmanuel Corfias (Ingénieur

Plus en détail

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés Objectif : Sensibiliser les élèves à ce qui se trouve dans leur nourriture et les aider à se méfi er des sucres cachés. Matériel Feuille à imprimer : Chaîne

Plus en détail

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils?

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Les glucides sont des éléments nutritifs indispensables au bon fonctionnement de l organisme. Ils sont présents dans les aliments aux côtés des protéines (viande,

Plus en détail

Aspartame ou stévia: le duel

Aspartame ou stévia: le duel Nutri sciences Aspartame ou stévia: le duel L aspartame fait peur, le stévia rassure. L un sort des laboratoires et a une connotation artificielle, l autre est issu des champs de Stevia et cultive une

Plus en détail

Edulcorants : entre mythe

Edulcorants : entre mythe pratique Edulcorants : entre mythe et réalité Rev Med Suisse 2009 ; 5 : 682-6 M. Clarisse V. Di Vetta V. Giusti Muriel Clarisse et Véronique Di Vetta Dr Vittorio Giusti Service d endocrinologie, diabétologie

Plus en détail

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 30 juin 1994 concernant les édulcorants destinés à être

Plus en détail

Tout sur le sucre Octobre 2012

Tout sur le sucre Octobre 2012 1 2 Tout sur le sucre Par Jérémy Anso Extrait 3 Disclaimer A lire 4 Vous êtes en train de lire un extrait du futur guide «Tout sur le sucre» qui sera disponible sur le site à partir du 31 octobre. Ce petit

Plus en détail

Afssa Saisine n 2006-SA-0140 AVIS

Afssa Saisine n 2006-SA-0140 AVIS Maisons-Alfort, le le 10 septembre 2007 AVIS LA DIRECTRICE GENERALE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur les types de constituants glucidiques à introduire dans le dispositif de

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

Comment bien s hydrater pendant l été?

Comment bien s hydrater pendant l été? Comment bien s hydrater pendant l été? C est bien connu, il faut boire davantage en été pour ne pas se déshydrater, notamment en cas de forte chaleur. Il faut en effet être vigilant dès que la température

Plus en détail

SE SUCRER LE BEC. Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012

SE SUCRER LE BEC. Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012 SE SUCRER LE BEC Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012 Organisée par Réussir en santé Objectif principal: Promouvoir l adoption et la consolidation de saines habitudes de vie, principalement

Plus en détail

CRALIM 11 juillet 2014 QUALINUT PROD ETUDE DES TENEURS EN SUCRES DES DENREES ALIMENTAIRES FABRIQUEES EN MARTINIQUE CONSEIL TECHNOLOGIQUE

CRALIM 11 juillet 2014 QUALINUT PROD ETUDE DES TENEURS EN SUCRES DES DENREES ALIMENTAIRES FABRIQUEES EN MARTINIQUE CONSEIL TECHNOLOGIQUE CRALIM 11 juillet 2014 QUALINUT PROD ETUDE DES TENEURS EN SUCRES DES DENREES ALIMENTAIRES FABRIQUEES EN MARTINIQUE CONSEIL TECHNOLOGIQUE 13 mars 2012 PLAN Contexte et objectifs de l étude Déroulement de

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao du 23 novembre 2005 Le Département fédéral de l intérieur (DFI), vu les art. 4, al. 2, 26, al. 2 et 5,

Plus en détail

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments»

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» 1 «Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» Magali Marchand, Chef de service Diététique RHMS Diététicienne agréée ABD 12.01.2012 - Maison du

Plus en détail

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES Par Marie-Christine Parent, stagiaire en diététique AU MENU Retour sur le sondage Vision de la saine alimentation Qu est-ce que l étiquetage nutritionnel?

Plus en détail

bio dej BEFORE Pot de 540 g Müesli-pomme Fruits rouges 23/09/10 Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort

bio dej BEFORE Pot de 540 g Müesli-pomme Fruits rouges 23/09/10 Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort BEFORE bio dej Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort Texture crémeuse, très digeste Ingrédients (arôme müesli-pomme) : Maltodextrine*, dextrose*, poudre de lait*,

Plus en détail

CHAPITRE 17 SUCRES ET SUCRERIES

CHAPITRE 17 SUCRES ET SUCRERIES C17/1 CHAPITRE 17 SUCRES ET SUCRERIES Note : 1. Le présent chapitre ne comprend pas : a) les sucreries contenant du cacao (n 18.06) ; b) les sucres chimiquement purs [autres que le saccharose, le lactose,

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 CODEX STAN 212-1999 Page 1 de 5 NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 1. CHAMP D'APPLICATION ET DESCRIPTION La présente norme vise les sucres énumérés ci-après destinés à la consommation humaine

Plus en détail

La consommation d édulcorants. Effets sur la santé des enfants et des adolescents

La consommation d édulcorants. Effets sur la santé des enfants et des adolescents Promotion Santé Suisse Document de travail 22 La consommation d édulcorants. Effets sur la santé des enfants et des adolescents Aperçu de la littérature et recommandations Mai 2014 Promotion Santé Suisse

Plus en détail

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION Mardi 24 janvier 2012 au Centre de Formation Multimétiers de REIGNAC L objectif de cet atelier sur la santé est de guider chacun vers une alimentation plus

Plus en détail

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail

Questions. d'actualité. 1 Du sucre ou des sucres?

Questions. d'actualité. 1 Du sucre ou des sucres? Questions d'actualité 1 Du sucre ou des sucres? Extrait de la canne ou de la betterave, le sucre* ou saccharose* nous est familier car il est présent dans un grand nombre d aliments, non seulement pour

Plus en détail

CARACTÉRISATION DE L OFFRE ALIMENTAIRE, PAR SECTEUR ET SEGMENT DE MARCHÉ

CARACTÉRISATION DE L OFFRE ALIMENTAIRE, PAR SECTEUR ET SEGMENT DE MARCHÉ CARACTÉRISATION DE L OFFRE ALIMENTAIRE, PAR SECTEUR ET SEGMENT DE MARCHÉ Etude des produits transformés disponibles sur le marché français entre 2008 et 2011 ÉDITION 2015 2015 Etude du secteur des glaces

Plus en détail

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE 1/8 COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 36-2006 Concerne : Contrôle de la composition des denrées alimentaires (dossier Sci Com 2005/25) Le Comité scientifique

Plus en détail

Chamtor. La gamme CHAMTOR

Chamtor. La gamme CHAMTOR Chamtor La gamme CHAMTOR GLUCOR, H-MALTOR et FRUCTOR Les sirops de glucose sont obtenus par hydrolyse de l'amidon, polymère de D-glucose (ou dextrose) qui constitue la molécule de réserve des végétaux

Plus en détail

Plats préparés. Plats préparés

Plats préparés. Plats préparés Plats préparés Plats préparés Les plats préparés ou prêts à consommer trouvent de plus en plus leur place dans notre alimentation quotidienne. Nous n avons pas toujours la possibilité de préparer chaque

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao Modification du... Le Département fédéral de l intérieur arrête: I L ordonnance du DFI du 23 novembre

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

aliste ingrédients ales informations nutritionnelles

aliste ingrédients ales informations nutritionnelles aliste ingrédients ales informations Ballotin 250g Pralines assorties en chocolat au lait, noir et blanc Ingrédients : sucre, pâte de cacao, lait entier en poudre, beurre de cacao, noisettes, matières

Plus en détail

170111 9 0 0 --- autres : 170111 9 0 0 0 8 Autres sucres de canne, bruts, sans addition d'aromatisants ou de colorants,à l'état solide*...

170111 9 0 0 --- autres : 170111 9 0 0 0 8 Autres sucres de canne, bruts, sans addition d'aromatisants ou de colorants,à l'état solide*... C17/3 17.01 Sucres de canne ou de betterave et saccharose chimiquement pur,à l'état solide : - Sucres bruts sans addition d'aromatisants ou de colorants: 170111 -- De canne : 170111 1 0 0 --- destinés

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

Notre but est de vous aider à comprendre comment optimiser le

Notre but est de vous aider à comprendre comment optimiser le Que dois-je faire avec mon alimentation? Martine Desrosiers, Dt. P. avec la collaboration de Cynthia Lévesque, Dt. P. et Chantal Martineau, Dt. P. Notre but est de vous aider à comprendre comment optimiser

Plus en détail

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC 04.03 Babeurre, lait et crème caillés, yoghourt, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés, même concentrés ou additionnés de sucre ou d'autres édulcorants ou

Plus en détail

Whole30 Glossaire des aliments & ingrédients

Whole30 Glossaire des aliments & ingrédients Whole30 Glossaire des aliments & ingrédients Proposé par My Home Bootcamp A Abricot Acésulfame de potassium Acésulfame K Acide citrique Agave Ail Alcool Amande Amandes (Lait) Amandes (poudre) Amarante

Plus en détail

FONC N T C IONN N E N L E S

FONC N T C IONN N E N L E S BONBONS FONCTIONNELS SOLPIDIS est une entreprise espagnole située en Valence. Elle née avec l objectif d offrir a ses clients des produits innovants et fonctionnels. On est constamment en mouvement pour

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

Apport hydrique et boissons

Apport hydrique et boissons Besoin hydrique de l organisme L eau représente chez l homme adulte 60% de la masse corporelle, 50% chez la femme adulte et jusqu à 80% chez le nouveau-né. Par exemple un homme qui pèse 80 kilos est constitué

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF Organisation Tunisienne pour L Éducation et de la Famille Elaboré par Diabète infantile Boughanmi Hajer Encadré par : Licence appliquée en Biotechnologie JAOUA Noureddine Membre du bureau exécutif de l

Plus en détail

ANNEXE : Excipients et informations de la notice

ANNEXE : Excipients et informations de la notice ANNEXE : Excipients et informations de la notice Dénomination Voie d'administration Seuil Informations de la notice Commentaires Aprotinine Topique Peut provoquer une hypersensibilité ou des réactions

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

Charte nutritionnelle

Charte nutritionnelle Charte nutritionnelle NOTRE MISSION : CONSTRUIRE ET PRESERVER LE CAPITAL SANTE L équilibre alimentaire est un enjeu majeur de santé publique. De ce contexte, Nutrisens s engage à maintenir et à renforcer

Plus en détail

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè.

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. Photo : M.Seelow / Cedus Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. LES CONFITURES TABLE DES MATIERES DYNAMIQUE INTRODUCTION I. DEFINITION DES CONFITURES

Plus en détail

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004)

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004) Résumé d'avis Avis du comité d experts «produits diététiques, nutrition et allergies» sur une saisine de la Commission relative à l évaluation des aliments allergéniques à des fins d étiquetage (Requête

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Composition du groupe de travail

Composition du groupe de travail - Membres du Comité d'experts spécialisé Nutrition Humaine Composition du groupe de travail Mme Martine CHAMP (INRA, CRNH, Nantes) M. Christian DEMIGNÉ (INRA, Saint Genes Champanelle) M. Marc FANTINO (CHU,

Plus en détail

ELABORATION D UNE TABLE DE COMPOSITION NUTRITIONNELLE DES ALIMENTS VECTEURS DE GLUCIDE SIMPLES

ELABORATION D UNE TABLE DE COMPOSITION NUTRITIONNELLE DES ALIMENTS VECTEURS DE GLUCIDE SIMPLES Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie ELABORATION D UNE TABLE DE COMPOSITION NUTRITIONNELLE DES ALIMENTS VECTEURS DE GLUCIDE SIMPLES Agathe COUVREUR Catherine SIMONET

Plus en détail

L équilibre alimentaire.

L équilibre alimentaire. L équilibre alimentaire. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter

Plus en détail

Les Petites Toques PLAT CHAUD. STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne).

Les Petites Toques PLAT CHAUD. STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne). Les Petites Toques PLAT CHAUD STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne). PEPITES DE PLET PANE Poids net pour une part : 115 g Ingrédients

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

I. ASPECT NUTRITIONNEL ET TECHNOLOGIQUE DES PRODUITS ISSUS DE LA PANIFICATION

I. ASPECT NUTRITIONNEL ET TECHNOLOGIQUE DES PRODUITS ISSUS DE LA PANIFICATION I. ASPECT NUTRITIONNEL ET TECHNOLOGIQUE DES PRODUITS ISSUS DE LA PANIFICATION 1.1 Donner la définition réglementaire du pain et indiquer l intérêt des matières premières utilisées pour sa fabrication.

Plus en détail

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive.

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive. 13 aliments pour une bonne santé Valeurs nutritives Grande compétence A Rechercher et utiliser de l information Groupe de tâches A2 : Interpréter des documents Grande compétence C Comprendre et utiliser

Plus en détail

Ingrédients contenant du gluten

Ingrédients contenant du gluten Ingrédients contenant du gluten A B Ale Agents anti agglomérant Acides aminés végétaux All bran Amidon Amidon modifié ou transformé si source inconnue Amidon de blé Anchois Amarante (contamination possible)

Plus en détail

Portrait du Groupe Roquette

Portrait du Groupe Roquette Portrait du Groupe Roquette «Servir les femmes et les hommes en offrant le meilleur de la nature» Vision Devenir, sur des marchés identifiés, un acteur leader à l échelle mondiale en solutions et produits

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur un projet d arrêté relatif à l emploi de la taurine et de D-glucurono-gamma-lactone

Plus en détail

Dextro Energy gel Liquid Apple

Dextro Energy gel Liquid Apple Dextro Energy gel Liquid Apple Un concentré glucidique pour les sportifs d endurance. Au parfum pomme. Eau, dextrose, sirop de sucre inverti, acidifiant (acide citrique), arôme, colorant (E 150c). 809

Plus en détail

La Sarl MODABEL Trading à le plaisir de mettre à votre disposition la nouvelle gamme des produits 2013

La Sarl MODABEL Trading à le plaisir de mettre à votre disposition la nouvelle gamme des produits 2013 PRODUITS 2013 Lotissement Mohamed Ben Mohamed N A04 -Doueira-Alger -Algérie FAX 021 3557 76 TEL MOBILE 0661 51 49 80 Tel 0666993616-0558 34 70 46 -51% de sucres par rapport à la moyenne des principaux

Plus en détail

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME Vendredi 9 Décembre 2011 Pontaumur La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Emilie CHANSEAUME Lucile AUMOINE Céline

Plus en détail

TARIF DES DOUANES - ANNEXE IV - 1

TARIF DES DOUANES - ANNEXE IV - 1 TARIF DES DOUANES - ANNEXE IV - 1 Section IV PRODUITS DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES; BOISSONS, LIQUIDES ALCOOLIQUES ET VINAIGRES; TABACS ET SUCCÉDANÉS DE TABAC FABRIQUÉS Note. 1. Dans la présente Section,

Plus en détail

L autogestion de l insulinothérapie basale plus 1

L autogestion de l insulinothérapie basale plus 1 L autogestion de l insulinothérapie basale plus 1 Le traitement combiné insuline basale et hypoglycémiants oraux est un traitement éprouvé et efficace pour amorcer en douceur l insulinothérapie. Il est

Plus en détail

NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES

NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES 1 L Étiquetage des Denrées Alimentaires Préemballées (CODEX STAN 1-1985) NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES CODEX STAN 1-1985 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme

Plus en détail

Régime hypotoxique : aliments autorisé et/ou recommandés ainsi que ceux à éviter

Régime hypotoxique : aliments autorisé et/ou recommandés ainsi que ceux à éviter Régime hypotoxique : aliments autorisé et/ou recommandés ainsi que ceux à éviter N.B.: Ne pas tenir compte des avertissements concernant des traces de noix, etc, à moins d être allergique précisément à

Plus en détail

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior À chacun sa portion Nous changeons nos besoins aussi! Des portions adaptées à vos besoins,, adulte ou senior, nos besoins alimentaires évoluent au fil de nos vies. Ils diffèrent également entre les femmes

Plus en détail

Solutions - Concentrations

Solutions - Concentrations Solutions - Concentrations Table des matières I - Solutions et concentrations 3 1. Exercice : Dilution... 3 2. Exercice : Dilution... 3 3. Exercice : Dilutions multiples... 3 4. Exercice : Dose journalière

Plus en détail

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011 Teneur en glucides 15 décembre 2011 Objectif Avoir des éléments de comparaison de l offre sur : - les produits laitiers frais (PLF) - les boissons rafraichissantes sans alcool (BRSA) entre la Réunion et

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

NORME POUR LE CHOCOLAT ET LES PRODUITS À BASE DE CHOCOLAT (CODEX STAN 87-1981, Rév. 1-2003)

NORME POUR LE CHOCOLAT ET LES PRODUITS À BASE DE CHOCOLAT (CODEX STAN 87-1981, Rév. 1-2003) CODEX STAN 87 Page 1 de 12 NORME POUR LE CHOCOLAT ET LES PRODUITS À BASE DE CHOCOLAT (CODEX STAN 87-1981, Rév. 1-2003) 1 CHAMP D'APPLICATION La présente norme s'applique au chocolat et aux produits de

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le yogourt?

Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Description du produit: Le yogourt est un produit laitier acidulé de consistance plus ou moins épaisse. Le yogourt est fabriqué grâce à la fermentation du lait par les

Plus en détail

Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage

Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage Roos De Brabandere VITASANA 2009 Contenu Compléments alimentaires - quelle législation est-elle d application? - exigences légales

Plus en détail

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T Comment concilier goût et nutrition? Bilan des travaux des groupes de travail PNNS sur les lipides et sur le goût Sébastien REMY DGAL/SA/SDQA/BNVQA Éléments de contexte : Le PNNS prévoit la signature de

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

NOTE AUX OPERATEURS n 23 / 2012

NOTE AUX OPERATEURS n 23 / 2012 Unité Restitutions / Produits transformés / Certificats 12 rue Henri Rol Tanguy TSA 20002 93555 MONTREUIL SOUS Bois Cedex Montreuil, le 05 octobre 2012 Dossier suivi par : Virginie BOUVARD / Mariana MORAIS

Plus en détail

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin?

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin? Protéines Pour des Canadiens actifs De quelle quantité avez-vous besoin? 1 Protéines 101 Les protéines sont les principaux éléments fonctionnels et structuraux de toutes les cellules du corps. Chaque protéine

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

TABLEAU DES INGRÉDIENTS ET DES ALLERGÈNES CONTENUS DANS NOS PRODUITS

TABLEAU DES INGRÉDIENTS ET DES ALLERGÈNES CONTENUS DANS NOS PRODUITS TABLEAU DES INGRÉDIENTS ET DES ALLERGÈNES CONTENUS DANS NOS PRODUITS PHOTO RÉFÉRENCE + DLUO* minimum A001 A002 Juillet 2011 DÉSIGNATION POIDS COMPOSITION INGRÉDIENTS ALLERGÈNES CERTIFICATIONS Collection

Plus en détail

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT!

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! SANTÉ stop cholesterol diabete hypertension E-BOOK équilibre Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! un peu d histoire... Il y a 200 ans, un Français faisait en moyenne entre

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

= noix, noix de cajou, noisettes, noix de Macadamia ou noix du Queensland, amandes, noix du Brésil, noix de pécan, pistaches

= noix, noix de cajou, noisettes, noix de Macadamia ou noix du Queensland, amandes, noix du Brésil, noix de pécan, pistaches farine de blé, eau, sucre, graines de sésame, levure, huile de colza, sel de cuisine iodé, huile végétale, eau, vinaigre, concombres, sirop de glucose-fructose, jaune d'oeuf, sucre, amidon de maïs modifié,

Plus en détail

Rubrique Alimentation

Rubrique Alimentation La BIO Focus produits allégés Janvier 2010 Nouvelle année = Nouvelle rubrique : Nouveau produit! Manger RUsé a testé pour vous : Qu est-ce que c est? [N.A!] c est le nouveau produit que vous trouvez à

Plus en détail

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché IP/03/1022 Bruxelles, le 16 juillet 2003 Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché Aujourd'hui la

Plus en détail

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles Pierre COMBRIS INRA, ALISS (Alimentation et Sciences Sociales) Sommaire 1. Evolution et niveau de la consommation des fruits et légumes

Plus en détail

À L'INTENTION DE NOS CLIENTS ACHETANT DE LA CRÈME GLACÉE EN VRAC :

À L'INTENTION DE NOS CLIENTS ACHETANT DE LA CRÈME GLACÉE EN VRAC : À L'INTENTION DE NOS CLIENTS ACHETANT DE LA CRÈME GLACÉE EN VRAC : Les réglementations gouvernementales exigent que les fabricants de crème glacée fournissent, au point de vente, les renseignements concernant

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES CHAMPIGNONS EN COUCHE EN CONSERVE CODEX STAN 55-1981. La dénomination "champignons de couche en conserve" désigne le produit:

NORME CODEX POUR LES CHAMPIGNONS EN COUCHE EN CONSERVE CODEX STAN 55-1981. La dénomination champignons de couche en conserve désigne le produit: CODEX STAN 55-1981 Page 1 de 7 NORME CODEX POUR LES CHAMPIGNONS EN COUCHE EN CONSERVE 1. DESCRIPTION 1.1 Définition du produit CODEX STAN 55-1981 La dénomination "champignons de couche en conserve" désigne

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

Chocolat au lait 34% de cacao minimum

Chocolat au lait 34% de cacao minimum N001 Collection dégustation 580g Cliquez sur le bonbon de votre choix pour voir sa composition détaillée : MADRILÈNE CŒUR LAIT PÉRIGORD FLORETTE FLANDRES LAIT PALET MAYA TORINÈSE ORANGETTE Sucre, pâte

Plus en détail