RAPPORT ANNUEL 2007 POLITIQUE EN MATIERE DE SURVEILLANCE DU MARCHE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT ANNUEL 2007 POLITIQUE EN MATIERE DE SURVEILLANCE DU MARCHE"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL 2007 POLITIQUE EN MATIERE DE SURVEILLANCE DU MARCHE

2

3 RAPPORT ANNUEL 2007 Politique en matière de surveillance du marché

4 2 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès, 50 B BRUXELLES N d entreprise : tél Pour les appels en provenance de l étranger : tél Editeur responsable : Marc Van Hende Directeur général Direction générale du Contrôle et de la Médiation Boulevard Simon Bolivar, 30 B-1210 BRUXELLES Dépôt légal : D/2008/2295/19 S /

5 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» TABLE DES MATIERES LISTE DES ABREVIATIONS...7 Avant-propos Introduction LA MISSION DU SPF ECONOMIE LES DIRECTIONS GENERALES ORGANIGRAMME CONTROLER ET SURVEILLER LE MARCHE Veiller à une approche transversale au niveau du SPF Economie Veiller à une surveillance intégrée efficiente et à un contrôle efficace Lutter efficacement contre toutes les pratiques relatives à la fraude économique LA DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ET DE LA MEDIATION AU SEIN DU SPF ECONOMIE La Direction générale du Contrôle et de la Médiation DE L INSPECTION ECONOMIQUE A LA DG DU CONTROLE ET DE LA MEDIATION MISSION ET OBJECTIFS DE LA DGCM La mission de la DGCM Les objectifs stratégiques de la DGCM LA DGCM : L AUTORITE DE SURVEILLANCE DU RESPECT DE LA LEGISLATION ECONOMIQUE LA DGCM : ACTIVE DANS LA RESOLUTION ALTERNATIVE DE LITIGES EN MATIERE ECONOMIQUE LA DGCM : UNE STRUCTURE AU SERVICE DES ACTEURS ECONOMIQUES...30 Services régionaux MOYENS EN BUDGET ET EN RESSOURCES HUMAINES POUR L ANNEE

6 4 3. Activités 2007 de la DG du Contrôle et de la Médiation LA MEDIATION : RESOLUTION ALTERNATIVE DE LITIGES Répondre aux plaintes et demandes d informations individuelles Coordination de la 2 ème enquête générale «Garantie» Médiations sectorielles Développement de nouveaux instruments pour encourager le règlement alternatif des litiges LA PROTECTION ET LA SECURITE DES CONSOMMATEURS La protection du consommateur La santé et la sécurité physique du consommateur POUR UNE CONCURRENCE HONNETE ET LOYALE Banque-Carrefour des Entreprises et le guichets d entreprise Accès à la profession Activités exercées par des étrangers Commerce ambulant Professions intellectuelles prestataires de services Repos hebdomadaire - Heures d ouverture et de fermeture Travail frauduleux à caractère artisanal Urbanisme et implantations commerciales Les périodes de pré-soldes LA DGCM ET LA LUTTE CONTRE LES ARNAQUES Fraude par téléphone SPAM Lettres nigérianes Vente pyramidale...91

7 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Fausses loteries Vente d accessoires de tables - porcelaine de Limoges, objets en cristal, couverts, articles textiles Annuaires professionnels DROITS INTELLECTUELS Droits d auteur et droits voisins Lutte contre la contrefaçon et la piraterie des droits de propriété intellectuelle CONTROLES CONCERNANT L ORGANISATION DU MARCHE UE ET LES DENREES ALIMENTAIRES Coordination de la lutte contre la fraude économique Contrôles de la réglementation économique concernant le secteur de l alimentation Contrôles des organisations du marché UE Enquêtes spécialisées de produits dans le cadre de l aide de l UE LA DGCM ET LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE Règlement (CEE) 4045/89, subsides FEOGA Compensations industrielles Aéronautique Agence spatiale européenne Assistance à l OLAF en application du règlement (Euratom, CE) 2185/ LA DGCM ET L INTERNATIONAL Collaboration multilatérale dans l Union européenne Collaboration bilatérale Collaboration au sein du Réseau international de contrôle et de protection des consommateurs (RICPC)

8 Collaboration au sein de l organisation de coopération et de développement économique (ocde) Statistiques LA DGCM ET L INTERNET Commerce et publicité sur internet Téléphonie fixe Téléphonie mobile Spam E-cops : un guichet unique pour les plaintes internet et spam Législations dont la surveillance est confiée à la DG du Contrôle et de la Médiation

9 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» LISTE DES ABREVIATIONS AR BCE B2B B to C CBFA CEI CICF CPI DG DGCM DGQS FAQ FUNDP ICHEC ICPEN OCDE ODR OLAF pj p.-v. p.-v. av. RAL SPF Économie UE Arrêté royal Banque-Carrefour des Entreprises Business to Business Business to Consumer Commission Bancaire, Financière et des Assurances Commission économique interministérielle Commission interdépartementale pour la Coordination de la Lutte contre la Fraude Cellule de Prévention intergouvernementale Direction générale Direction générale du Contrôle et de la Médiation du Service public fédéral Economie Direction générale de la Qualité et de la Sécurité du Service public fédéral Economie Frequently Asked Questions Facultés universitaires Notre-Dame-de-la-Paix (Namur) Institut catholique des hautes Études commerciales International consumer Protection and Enforcement Network Organisation de Développement et de Coopération Economique On-line Dispute Resolution Office de Lutte anti-fraude pro justitia procès-verbal procès verbal d avertissement Résolution alternative des litiges Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Union européenne 7

10 8

11 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Avant-propos C est pour moi un honneur et un plaisir de pouvoir à nouveau vous présenter, et cette fois pour 2007, un rapport détaillé de toutes les activités de la Direction générale du Contrôle et de la Médiation (DGCM) du Service public fédéral Économie. De cette manière, les nombreux intéressés ainsi que nos stakeholders reçoivent une fois par an et de façon transparente un aperçu de nos activités et de notre mission, qui vise à assurer un fonctionnement optimal du marché des biens et des services. 9 Au cours de l année écoulée, la DGCM a exécuté un total de contrôles, qui ont donné lieu à l établissement de procès-verbaux d avertissement et de procès-verbaux. Vingt-deux enquêtes générales ont eu lieu. Les plus importantes d entre elles portaient sur les voitures d occasion (notamment la fraude au kilométrage), le carpass, la garantie légale (dans le cadre de l évaluation de la législation), le commerce ambulant (nouvelle législation), les petites annonces de contact, la publicité pour le crédit à la consommation, l indication des prix dans les pharmacies, les billets d avion et les codes-barres dans les grandes surfaces et dans les magasins de bricolage, d électroménagers et de jardinage. N oublions pas non plus que notre administration a été assaillie, ou dois-je dire envahie, par les plaintes relatives au secteur du gaz et de l électricité. En 2007, nous avons reçu pas moins de plaintes à ce sujet, ce qui constitue le double du nombre déjà très élevé relevé en Cela constitue plus de 35 % de toutes les plaintes enregistrées par le Front Office.

12 Je souhaite également énumérer ci-après quelques réalisations ou dossiers importants d un point de vue contenu ou structure en 2007 et qui ont eu un impact ou des retombées positives sur le rôle de la DGCM. Au sujet de la résolution alternative de litiges, d importantes décisions ont été prises au niveau du Comité de direction du Service public fédéral. Elles visent à obtenir des résultats concrets à court et moyen terme (approbation de 9 propositions du projet dans la phase TO BE). Un arrêté royal a rendu à la DGCM la totalité de ses compétences dans le domaine de l étiquetage des denrées alimentaires. Un protocole conclu à ce sujet avec l Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) permettra une collaboration au niveau des plaintes et des enquêtes générales. 10 Certaines dispositions de la loi-programme de mai 2007 ont agréé la demande de la DGCM d élargir ses possibilités dans la recherche d infractions à la législation sur le blanchiment (paiement en liquide à partir de euros) et de les adapter à ses méthodes. L un des points les plus importants est l introduction en mai 2007 d une toute nouvelle législation relative à la protection de la propriété intellectuelle, via laquelle toutes les infractions concernant la contrefaçon et la piraterie pourront être recherchées. Outre la Douane et la Police fédérale, la DGCM est elle aussi reconnue comme autorité de contrôle compétente via cette loi. A cet effet, on a créé une cellule composée de 14 agents de contrôle recrutés et formés en La loi est entrée en vigueur le 1 er octobre Il est donc encore trop tôt pour présenter des résultats, malgré les débuts prometteurs et dynamiques de la taskforce. En ce qui concerne la collaboration internationale, le Règlement 2006/2004 CE est entièrement entré en vigueur en Il porte sur la collaboration et l assistance (obligatoires) des diverses administrations chargées de la protection des consommateurs. Une loi spécifique datant du 11 mai 2007 contient les adaptations législatives nécessaires pour rendre le règlement applicable. Au niveau multilatéral, la DGCM a apporté sa collaboration à l Internet Sweep Day organisé par le Réseau International de Contrôle et de Protection des Consommateurs (RICPC) et la Commission européenne, ainsi qu au Fraud Prevention Month (RICPC). La campagne réalisée par la DGCM avec la coopération du Centre Européen des Consommateurs sur le thème «Les jeunes et Internet» a été sélectionnée en tant que meilleure campagne belge dans le cadre d un concours européen (Best Consumer Campaign) organisé par la Commission européenne.

13 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Au niveau bilatéral, un accord de coopération a été conclu au printemps 2007 avec le Grand-Duché de Luxembourg, et une nouvelle commission Benelux «Protection des consommateurs» a été créée sous l impulsion de la DGCM. Je vous souhaite une bonne lecture... Marc Van Hende, Directeur général 11

14 12

15 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» 1. Introduction 1.1. LA MISSION DU SPF ECONOMIE Dans un contexte belge, européen et international en pleine mutation, la mission du SPF Économie est de : 13 favoriser la compétitivité de l Union économique fédérale garantir le caractère concurrentiel et équilibré du marché des biens et services assurer la durabilité des développements de ce marché Dans cette perspective, notre SPF est chargé d encadrer efficacement ce marché, privilégiant la qualité des relations avec tous les acteurs économiques, la connaissance parfaite du tissu économique, la tenue de statistiques pertinentes et fiables et l analyse approfondie des données macro-économiques disponibles. Notre SPF contribue à créer ainsi les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.

16 1.2. LES DIRECTIONS GENERALES Des différentes directions générales assument des missions d aide à la décision et à la gestion dans les domaines évoqués ci-après de manière succincte : Concurrence : garantit la concurrence effective du marché des biens et services. Énergie : veille à l approvisionnement énergétique de la Belgique. Régulation et Organisation du marché : élabore un cadre légal et réglementaire en vue d assurer un fonctionnement optimal du marché des biens et des services dans l intérêt de tous les acteurs. Potentiel économique : développe une connaissance fine du marché et de ses secteurs économiques et défend leurs intérêts aux niveaux européen et international. 14 Politique des P.M.E. : stimule l esprit d entreprise en développant un cadre réglementaire adapté aux P.M.E. et aux indépendants et analyse leur situation socioéconomique spécifique. Qualité et Sécurité : renforce la confiance envers les produits, services et installations par le contrôle, la certification et la normalisation, tout en stimulant l innovation. Contrôle et Médiation : veille au respect de la législation économique et facilite la résolution alternative de litiges. Statistique et Information économique : collecte, traite et diffuse des données statistiques et informations économiques pertinentes, fiables et commentées. Télécommunication et Société de l Information : développe la réglementation spécifique au secteur des télécommunications et facilite le développement de l économie de l information.

17 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» 1.3. ORGANIGRAMME 15

18 1.4. CONTROLER ET SURVEILLER LE MARCHE Le SPF Économie surveille le marché des biens et services afin de s assurer du respect des réglementations économiques. Cette fonction de «police économique» soutient la politique réglementaire et permet de disposer d une évaluation permanente de la valeur et de l efficacité de ses législations. La politique du SPF Économie en matière de surveillance du marché comprend l information aux acteurs économiques, la prévention et la répression Veiller à une approche transversale au niveau du SPF Economie 16 Une concertation continue est instaurée entre les services de contrôle et ceux compétents pour la réglementation, dans le cadre d une approche transversale. De cette manière, un feed-back permanent est donné à ces services afin qu ils puissent disposer d une connaissance concrète et complète du marché dans le souci de disposer d une réglementation optimale, fidèle à la réalité et à la politique menée par le SPF Économie. De plus, ce dialogue permanent garantit un contrôle uniforme de la réglementation économique.

19 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Veiller à une surveillance intégrée efficiente et à un contrôle efficace La surveillance du marché des biens et services est très vaste. Elle englobe à la fois le maintien de la concurrence, la protection des droits des consommateurs et des commerçants, le développement et la facilitation des dispositions relatives à l Alternative Dispute Resolution (ADR) lorsque cet instrument peut avoir une valeur ajoutée, les contrôles techniques ayant trait à la normalisation, la sécurité des produits et des services, la sécurité publique, la métrologie et l analyse des composants des produits. La surveillance du marché est effectuée sur base de choix pertinents et justifiés. Elle est opérationnalisée par des méthodes scientifiques et par l outil de l analyse des risques. Le SPF Économie évalue également en permanence ses propres méthodologies de contrôle. De plus, il est essentiel que les mesures nécessaires puissent être prises pour qu en cas d infractions, une sanction adéquate soit apportée. Dans cet objectif, le SPF Économie développe en permanence une concertation avec les instances judiciaires responsables Lutter efficacement contre toutes les pratiques relatives à la fraude économique Le SPF Économie entend protéger tous les opérateurs des conséquences dommageables de la fraude économique dans les domaines aussi divers que l octroi correct des subsides européens découlant de systèmes de soutiens communautaires, les programmes de compensations économiques, les droits d auteur, la contrefaçon et la piraterie. Le SPF Économie est chargé au niveau fédéral de la coordination de cette problématique.

20 1.5. LA DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ET DE LA MEDIATION AU SEIN DU SPF ECONOMIE La DGCM est une des 9 directions générales verticales du SPF Économie. Avant de décrire la mission d une organisation, il importe d aligner sa vision sur celle de l entité dont cette organisation fait partie, en l occurrence le Service public fédéral Économie, P.M.E., Classes moyennes et Énergie (dénommé ci-après le SPF Économie). Le SPF Économie s appuie sur douze priorités stratégiques, encore appelées «programmes», pour exercer sa mission. Ces priorités sont : la statistique, la prospective économique, le marché des biens et services, l énergie, la société de l information, les PME, les consommateurs, la concurrence, la réglementation, la surveillance du marché, l innovation, la compétitivité externe. 18 La Direction générale du Contrôle et de la Médiation (ci-après DGCM) constitue, par son action de contrôle du marché et de médiation centrée sur le client, un maillon indispensable de la politique du SPF Économie dans le cadre du programme «Surveillance du marché». Sur le terrain du marché, le SPF Économie veille, par l intermédiaire de la DGCM, au respect des règles fixées dans l intérêt général et dans l intérêt des opérateurs économiques et des consommateurs, conformément à la législation et à la réglementation du ressort du SPF. La DGCM informe, avertit, intervient à titre préventif et répressif. Elle pratique également la médiation, dans le but de promouvoir le bon fonctionnement du marché. La surveillance du marché et les enquêtes sur le terrain lui permettent aussi de fournir des informations utiles au SPF en tant qu organe de régulation, mais également de procurer le cas échéant des données pointues relatives au potentiel économique. A la suite d une décision gouvernementale, elle est chargée depuis 1997 de la coordination de la lutte contre la fraude économique.

21 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» 2. La Direction générale du Contrôle et de la Médiation 2.1. DE L INSPECTION ECONOMIQUE A LA DG DU CONTROLE ET DE LA MEDIATION 19 Rappelons que l institutionnalisation du contrôle du marché remonte bien avant la guerre de Par arrêté royal du 16 décembre 1954, le «service d inspection et d enquête économiques» devient l Inspection générale économique, puis l Administration de l Inspection économique en 1995 (arrêté royal du 7 août 1995). Une profonde réforme de l administration fédérale («Copernic») a pour effet notamment de restructurer les compétences des ministères et d en modifier substantiellement les dénominations. Par arrêté royal du 25 février 2002 (Moniteur belge du 5 mars 2002), le Service public fédéral Économie, P.M.E., Classes moyennes et Énergie (en abrégé SPF Économie) est créé, succédant ainsi au Ministère des Affaires économiques et de l Énergie. La plus grande partie de l ancien ministère des Classes moyennes rejoint ainsi le SPF Économie. Dans la foulée, l arrêté royal du 20 novembre 2003 entré en vigueur le 1 er janvier 2003, a remplacé l Administration de l Inspection économique par la Direction générale du Contrôle et de la Médiation (DGCM). Cette réforme induit une nouvelle compétence et, surtout, implique une nouvelle approche dans le traitement des dossiers confiés à la DGCM, à savoir la mise en œuvre de la notion de résolution alternative de litiges.

22 2.2. MISSION ET OBJECTIFS DE LA DGCM La mission de la DGCM Concrètement et en termes succincts, la mission de la DGCM est la suivante : la DGCM protège les droits des consommateurs, des entreprises et des commerçants en intervenant par l information, la prévention et la répression dans le cadre de la législation et de la régulation économiques, dans ce domaine et grâce à la concertation, elle stimule et recherche la résolution alternative des litiges, elle coordonne la lutte contre la fraude économique, 20 elle prête son appui en matière de régulation et d organisation du marché (encadrement du marché) et, si possible, au développement du potentiel économique en veillant aux intérêts des groupes cibles que sont les consommateurs et les P.M.E. Comme nous l avons décrit précédemment, la DGCM est une des 9 directions générales verticales du SPF Économie. Elle puise ses moyens dans le SPF Économie, mais dans le cadre de ses activités et de ses missions, elle intervient aussi dans des domaines situés en dehors du strict champ de compétences du SPF Économie. Au fil des années, elle a été chargée par le législateur et par le gouvernement de veiller au respect de la législation économique au sens large du terme. Elle contrôle l application d une cinquantaine de lois et de quelque 300 arrêtés d exécution. Bien que ses agents ne soient pas des officiers de la police judiciaire, ses compétences sont définies dans un grand nombre de lois et d arrêtés d exécution. Au niveau pénal, les agents de la DGCM travaillent sous la surveillance du Parquet, mais ils restent soumis à la hiérarchie du SPF Économie. A cet égard, la DGCM peut être décrite le mieux comme police économique et comme service spécial d inspection. Elle se distingue de la police conventionnelle par son expertise dans le domaine de la législation particulière et par son intervention proactive. En d autres termes, dans le cadre de sa fonction de gardienne de la législation, elle peut procéder à des enquêtes, même si aucune infraction à cette législation n a été commise. En tant que gardienne de la législation, elle a acquis une bonne réputation.

23 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Les objectifs stratégiques de la DGCM Une application efficace de la législation et une action centrée sur le client C est par une action efficace qu il faut imposer le respect de la réglementation sur le marché. Un audit externe du fonctionnement de l ex-administration de l Inspection économique, effectué par la Cour des comptes en 2001, a montré qu elle contrôlait le respect de 376 réglementations ou parties de réglementations, pour un total de 286 secteurs économiques. Elle reçoit annuellement environ plaintes et demandes d informations de la part de consommateurs, d entreprises et de leurs organisations. La DGCM, nouvelle appellation de l Administration de l Inspection économique, dispose d un maximum de 190 contrôleurs pour assumer cette tâche et pour s occuper d autres missions nouvelles. Il existe donc un besoin de moyens supplémentaires ou d une surveillance du marché mieux structurée scientifiquement et permettant à la DGCM de mieux définir ses priorités, ainsi que d une méthodologie permettant d économiser au maximum les moyens engagés. 21 L approche doit néanmoins être fondée principalement sur l économie de moyens et sur une autre manière d accomplir les tâches. Concrètement, la question se pose de savoir si la DGCM doit répondre à toute plainte ou demande de résolution alternative des litiges (RAL). Cela ne semble pas réaliste. La DGCM ne doit pas vouloir tout faire. Dans sa fonction de surveillance du marché, elle doit tendre à une combinaison idéale d information, de prévention, de sauvegarde des règles et de résolution alternative des litiges. Ce défi consiste notamment à changer de culture d intervention, en mettant plus l accent sur l information, la prévention et la conciliation que sur la répression. Pour chacun de ces instruments, il faut viser l efficacité maximale, sans cependant jamais perdre de vue la position centrale du client. Dans le domaine de l information et de la prévention, la DGCM doit avant tout communiquer avec les opérateurs du marché. A cette fin, il importe de mettre au point une politique de communication et de concertation efficace.

24 Pour les enquêtes générales, la DGCM a élaboré une méthodologie qui lui procure en tant que service d inspection particulier plus d autonomie envers ses mandants. Cette méthode de travail doit aussi lui permettre de mieux fixer ses priorités et de s y tenir dans la mesure des moyens disponibles. Dans les domaines sauvegarde des règles et répression, il faut avant tout s en prendre aux pratiques qui perturbent gravement le marché ou qui nuisent à la transparence du marché, de même qu aux pratiques décrites comme arnaques de la consommation. Pour le volet répressif, il est indispensable d améliorer le fonctionnement et le suivi vis-à-vis du Parquet. En ce qui concerne la conception de l application de la législation, il y a lieu de mettre au point un système permettant de déterminer ab initio quel instrument sera utilisé pour le traitement des questions et des plaintes. 22 Dans le feedback sur l application de la législation, y compris la RAL, il faut prêter attention à l importance de faire rapport et de communiquer les résultats, ainsi qu à l archivage soigné des données, notamment dans le cadre des activités de la dimension stratégique «encadrement du marché» Jouer un rôle important dans le cadre de la collaboration internationale En tant que précurseur de la DGCM, l Administration de l Inspection économique a toujours joué un rôle proactif à l égard de la coopération internationale. Dans le prolongement de cette approche, la DGCM doit, en tant que service public responsable, répondre à la demande croissante de coopération internationale dans le domaine de la surveillance du marché. Contrairement à de nombreux autres services similaires opérant au sein de l Union européenne, la DGCM dispose de sérieux atouts. La législation lui a fourni des instruments utiles pour organiser la sauvegarde de manière optimale sur le marché belge; dans le domaine du commerce électronique, elle a elle-même créé un instrument : la Cellule Veille sur internet. A présent qu elle a aussi été dotée de compétences en matière de RAL, elle peut prendre des initiatives dans ce domaine.

25 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Pour ce qui est précisément de la RAL sur le plan international, l UE a mis sur pied un réseau, le réseau EJE, qui a des points de contact dans chaque État membre. Dans le cadre de ce réseau, chaque État membre a dû indiquer lesquelles de ses instances répondent à la recommandation de la Commission en matière de ADR (alternative dispute resolution) ou de RAL. Le Centre Européen des Consommateurs (CEC), dont les bureaux se trouvent à présent chez Test Achats, a été désigné comme point de contact pour notre pays. Dans la mesure où des contacts ont lieu avec la DGCM, les rapports avec le CEC ont été clarifiés par la conclusion en 2006 d un protocole de collaboration. En plus de poursuivre l élaboration de la coopération au sein de l UE, du RICPC et de l OCDE, il est recommandé de consolider ou de renforcer la collaboration bilatérale, principalement avec les pays voisins L élaboration d une fonction de résolution alternative des litiges (RAL) Partant de l expérience acquise sur le terrain, il a été décidé de ne plus parler de médiation, terme trop limité, mais de RAL, résolution alternative des litiges. 23 Un groupe de travail interne à la DGCM s est penché en son temps sur toutes ces questions, ce qui nous a permis de dégager une première approche qui devra à présent être précisée par un projet au sein du SPF. Les diverses pistes en vue de mieux positionner le SPF sur ce terrain sont balisées dans les lignes qui suivent. L approche que nous préconisons actuellement tient compte des systèmes de RAL existants et des moyens disponibles. Nous optons donc pour un développement graduel dont la base peut être décrite comme suit : la fonction de RAL de la DGCM s inscrit dans la réglementation qui est du ressort de la DGCM. En tant qu instrument, elle fait partie de la tâche générale de surveillance du marché incombant à la DGCM ; logiquement, la RAL ne se limite donc pas à la relation B to C ; la tâche de la DGCM ne peut consister à traiter chaque demande individuelle ; la DGCM doit toutefois aller très loin dans les avis qu elle rend et surtout dans le suivi et l évaluation des divers systèmes. A cet égard, elle remplit une fonction de guidance et de coordination générale.

26 On constate en effet que le paysage actuel de la RAL est très diversifié, qu il comprend des procédures divergentes et qu il est très aléatoire en termes d efficacité. Le cas échéant, la DGCM peut définir, dans le cadre de son fonctionnement général, les domaines où il existe des lacunes et où son action est susceptible d être améliorée. A cet effet, elle peut prendre les initiatives nécessaires, principalement en concertation avec la Direction générale Régulation & Organisation du Marché ; la fonction de RAL n est pas limitée mais porte sur toutes les formes de règlement de litiges, où les opérateurs du marché se concertent pour résoudre leurs problèmes, en dehors du tribunal mais bien entendu dans le respect de la législation existante. 24 La RAL se situe ainsi à deux niveaux, d une part le niveau macro et méso et d autre part le niveau micro. Nous avons déjà abordé le niveau micro dans ce qui précède. Au niveau macro et méso, les missions de surveillance du marché et de concertation permettent à la DGCM de constater quels sont les problèmes ou les frictions ainsi que les difficultés qui découlent de l application de la législation économique. Pour ce faire, elle doit créer une plate-forme ou un réseau de concertation entre les différents acteurs du marché concernés, ce qui permettra de résoudre les problèmes d application de la législation par une approche neutre. Grâce à son vaste réseau de services déconcentrés dispersés dans tout le pays (les directions régionales), elle peut même, par sa grande proximité avec les citoyens et les entreprises, constater certaines choses et les rapporter à la plate-forme ou au réseau national. Si toutefois, après avoir procédé à un contrôle et à une concertation, la DGCM constate que la législation est difficilement applicable ou devrait être adaptée dans l intérêt économique général, elle rédige un rapport pour concertation. Nous sommes convaincus que la médiation et la concertation au niveau des secteurs, des législations ou des grandes entreprises peut influencer positivement la réduction en aval des plaintes individuelles et/ou des demandes de médiation.

Rapport annuel 2011. Direction générale du Contrôle et de la Médiation

Rapport annuel 2011. Direction générale du Contrôle et de la Médiation Rapport annuel 2011 Direction générale du Contrôle et de la Médiation Rapport annuel 2011 Direction générale du Contrôle et de la Médiation 2 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes

Plus en détail

Rapport annuel 2013. Direction générale de l Inspection économique

Rapport annuel 2013. Direction générale de l Inspection économique Rapport annuel 2013 Direction générale de l Inspection économique Rapport annuel 2013 Direction générale de l Inspection économique Dans le cadre de la mission du SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes

Plus en détail

Direction générale du Contrôle et de la Médiation

Direction générale du Contrôle et de la Médiation RAPPORT ANNUEL 2009 Direction générale du Contrôle et de la Médiation Rapport Annuel 2009 Direction générale du Contrôle et de la Médiation 2 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes

Plus en détail

Fraude de masse - L approche belge. Luxembourg le 14.03.11

Fraude de masse - L approche belge. Luxembourg le 14.03.11 Fraude de masse - L approche belge Luxembourg le 14.03.11 Fernand Van Gansbeke Directeur DG Controle et Médiation Qu est-ce que la «fraude de masse» Tous types de fraude Utilisant tous les techniques de

Plus en détail

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Journée de formation Clés pour consommer intelligemment Fraud Prevention Month 14 mars 2014 PROGRAMME Réglementation et

Plus en détail

Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques

Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques Mission de la DGCM du SPF Economie Contribuer à la création

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES Politique Prudentielle

COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES Politique Prudentielle Politique Prudentielle Bruxelles, le 22 juin 2004 Circulaire PPB 2004/5 sur les saines pratiques de gestion en matière de sous-traitance par des établissements de crédit et des entreprises d investissement

Plus en détail

Postes diplomatiques et consulaires

Postes diplomatiques et consulaires Postes diplomatiques et consulaires La Cour des comptes a réalisé un audit de la gestion financière des moyens dont les quelque 140 postes diplomatiques et consulaires belges disposent. À cette occasion,

Plus en détail

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 AVANT-PROPOS L ONAFTS poursuit l objectif d une bonne gestion et souhaite optimaliser sa légitimité et son intégrité. C est la raison

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION. L'encadrement des agences européennes de régulation

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION. L'encadrement des agences européennes de régulation COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 11.12.2002 COM(2002) 718 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION L'encadrement des agences européennes de régulation COMMUNICATION DE LA COMMISSION L'encadrement

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 4.1.2. Accidents du travail. 4.1. Élaboration de la réglementation. 4.1.1. Financement alternatif de la sécurité sociale

RÉGLEMENTATION. 4.1.2. Accidents du travail. 4.1. Élaboration de la réglementation. 4.1.1. Financement alternatif de la sécurité sociale O4 RÉGLEMENTATION Notre SPF élabore la réglementation de toutes les branches de la sécurité sociale, à l exception de la branche chômage, pour laquelle le SPF Emploi est compétent. Ceci implique l élaboration

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit Bruxelles, le 16 avril 1999 CIRCULAIRE D1 99/2 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET AUX REVISEURS AGREES Madame, Monsieur,

Plus en détail

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2)

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) [2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) Par un circulaire précédent, nous vous avons informés sur quelques dispositions de l accord de gouvernement relatives à l

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

Conférence des Notariats de l Union Européenne

Conférence des Notariats de l Union Européenne Conférence des Notariats de l Union Européenne Position de la CNUE relative au livre vert de la Commission européenne sur le crédit hypothécaire dans l Union européenne du 19 juillet 2005 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

Rapport annuel commun. Système belge de supervision publique des réviseurs d entreprises

Rapport annuel commun. Système belge de supervision publique des réviseurs d entreprises Rapport annuel commun Système belge de supervision publique des réviseurs d entreprises Avant-propos Le présent rapport annuel est le deuxième rapport annuel publié conjointement par les différentes composantes

Plus en détail

COMMISSION DE CONCILIATION REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION

COMMISSION DE CONCILIATION REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION COMMISSION DE CONCILIATION BOUWUNIE CONFEDERATION CONSTRUCTION FAB NAV TEST-ACHATS REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION 1. Dispositions générales Article 1 La Commission

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES STANDARD pour les PAYS ADOPTANT l approche «UNIS DANS L ACTION» Août 2014 GUIDE DU CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN Le Cadre budgétaire commun, par sa présentation transparente et centralisée

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 227 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 15 4 février 2010 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 1 er février

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 17 mai 2004 MONEYVAL (2004)5 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

L AFSCA un service au public

L AFSCA un service au public L AFSCA un service au public CU-COC-809718-CX Editeur responsable: Gil Houins, C.E.O. CA-Botanique, Food Safety Center, Bd du Jardin botanique 55 1000 Bruxelles L AFSCA : un service au public! Organisme

Plus en détail

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos...................................................................................... 5 I. CODES Code civil (extraits)...............................................................................

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

GRE-LIEGE. Groupement de Redéploiement Economique de la Province de Liège

GRE-LIEGE. Groupement de Redéploiement Economique de la Province de Liège GRE-LIEGE Groupement de Redéploiement Economique de la Province de Liège MARCHE PUBLIC N 2014/016 Marché de services relatif à la désignation d un coordinateur du programme de rénovation énergétique en

Plus en détail

«Airbag en détails» Objectif. Pour qui? Critères de sélection SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES

«Airbag en détails» Objectif. Pour qui? Critères de sélection SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES ARLON Espace Didier, Rue de Diekirch, 38-6700 ARLON Tel. 063/67 03 56 - Fax 063/67 02 99 «Airbag en détails» CHARLEROI Rue de l'ecluse, 16-6000 CHARLEROI

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

LE SPF INTÉRIEUR ET LA

LE SPF INTÉRIEUR ET LA LE SPF INTÉRIEUR ET LA VIDÉOSURVEILLANCE Caroline Atas, Sylvie Murengerantwari, Sofie Van Waes LE SPF INTÉRIEUR ET LA VIDÉOSURVEILLANCE I. LE CADRE JURIDIQUE II. OFFRE DE SOUTIEN DU SPF INTÉRIEUR I. LE

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F)

RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F) RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F) BRUXELLES SPF ECONOMIE, PME, CLASSES MOYENNES ET ENERGIE AFG07004 Contexte de la fonction Le Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre?

Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre? En ce qui concerne le champ d application de la loi : Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre? La commune n est pas obligée

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération

Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération Circulaire _2011_05 du 14 février 2011 Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération Champ d'application: La présente circulaire s

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006; CSSS/06/052 1 DELIBERATION N 06/020 DU 18 AVRIL 2006 RELATIVE A LA DEMANDE D ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR DE LA SECURITE SOCIALE DANS LE CHEF DU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES DANS LE CADRE DE

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 Conformément à la Charte du Comité d audit, le Comité d audit doit établir chaque année un rapport dans lequel sa composition et ses compétences sont mentionnées et

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

La gestion efficace des collectivités locales : un défi à relever!

La gestion efficace des collectivités locales : un défi à relever! L Institut des Affaires Publiques L Institut des Affaires Publiques - I.A.P. ASBL est une Organisation Non Gouvernementale de Développement (ONGD) dont la mission est de répondre aux besoins des collectivités

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail

PROGRAMME AGORA. Contrats de recherche n AG/02/124-AG/02/125 BASE DE DONNEES «ECOLEX» RAPPORT FINAL

PROGRAMME AGORA. Contrats de recherche n AG/02/124-AG/02/125 BASE DE DONNEES «ECOLEX» RAPPORT FINAL SPF Justice Service de la Politique criminelle PROGRAMME AGORA Contrats de recherche n AG/02/124-AG/02/125 BASE DE DONNEES «ECOLEX» RAPPORT FINAL Novembre 2006 1. Description du projet et de son contexte

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

travail TRAVAIL Brochure d information

travail TRAVAIL Brochure d information DE Permis PERMIS de travail TRAVAIL Brochure d information La réglementation en matière de permis de travail est très complexe. Le contenu présenté ici n est pas exhaustif, loin de là. Néanmoins, il permet

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

LE PARTICULARISME DE LA CHAMBRE DES COMPTES A L INTERIEUR DE LA COUR SUPREME DU CAMEROUN : INTERET ET ENJEU

LE PARTICULARISME DE LA CHAMBRE DES COMPTES A L INTERIEUR DE LA COUR SUPREME DU CAMEROUN : INTERET ET ENJEU REPUBLIQUE DU CAMEROUN 3 PAIX-TRAVAIL-PATRIE COUR SUPREME CHAMBRE DES COMPTES 3 ème SECTION : 22 22 64 24 : 1770 REPUBLIC OF CAMEROON PEACE-WORK-FATHERLAND SUPREME COURT AUDIT BENCH THIRD DIVISION : 22

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1 La loi consommation Loi n 2014-344 du 17 mars 2014, parue au JORF du 18 mars 2014 Présentation simplifiée Jour mois année - jj/mm/aaaa Avril 2014 06/06/2014 1 Une loi destinée à renforcer l information

Plus en détail

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 Développement de la Carte Bancaire Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 RAZKI MOUNIR Direction des Opérations Monétaires et des Changes Banque Centrale du Maroc

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Commission européenne European Commission Enterprise publication OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

GUIDE DE CONTRAT DE RECHERCHE COLLABORATIF

GUIDE DE CONTRAT DE RECHERCHE COLLABORATIF République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université de Monastir الجمهورية التونسية وزارة التعليم العالي والبحث العلمي جامعة المنستير GUIDE DE CONTRAT

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

La gestion des ressources humaines

La gestion des ressources humaines L Institut des Affaires Publiques La gestion des ressources humaines Stage international de perfectionnement pour fonctionnaires des administrations et cadres des entreprises des pays du Sud 4 SESSIONS

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉS 2013 BOURSES DE PRÉACTIVITÉ BOURSES INNOVATION

RAPPORT D ACTIVITÉS 2013 BOURSES DE PRÉACTIVITÉ BOURSES INNOVATION RAPPORT D ACTIVITÉS 2013 BOURSES DE PRÉACTIVITÉ BOURSES INNOVATION CELLULE AIDES DIRECTES AGENCE DE STIMULATION ECONOMIQUE SOMMAIRE PARTIE 1 PRÉSENTATION DES DISPOSITIFS....5 I. BOURSES DE PREACTIVITE...5

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

F Architecte intérieur A04 Bruxelles, le 28.09.2007 MH/BL/JP A V I S. sur

F Architecte intérieur A04 Bruxelles, le 28.09.2007 MH/BL/JP A V I S. sur F Architecte intérieur A04 Bruxelles, le 28.09.2007 MH/BL/JP A V I S sur DEUX REQUETES EN PROTECTION DU TITRE D ARCHITECTE D INTERIEUR PRESENTEES PAR L ASSOCIATION DES ARCHITECTES D INTERIEUR DE BELGIQUE

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Formulaire de demande de plan de consolidation en diversité

Formulaire de demande de plan de consolidation en diversité Ministère de la Région de BruxellesCapitale Territoriaal Pact(e) territorial Diversité en Région de BruxellesCapitale La politique de diversité en entreprise ne s arrête pas après l élaboration d un plan

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Direction générale de la Législation

Direction générale de la Législation Direction générale de la Législation avant-propos La direction générale de la Législation et des Libertés et Droits fondamentaux conseille le ministre de la Justice dans le domaine du droit civil, du droit

Plus en détail

Conditions générales du contrat Dynatic-Vol de Atral-Services

Conditions générales du contrat Dynatic-Vol de Atral-Services Conditions générales du contrat Dynatic-Vol de Atral-Services Préambule Dynatic-Vol d Atral services est un service innovant permettant au Client équipé d un boitier télématique, embarqué dans son véhicule,

Plus en détail

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT 03 Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom, n est responsable de l usage qui pourrait être fait des informations

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Comptabilité et comptes annuels des asbl

Comptabilité et comptes annuels des asbl Comptabilité et comptes annuels des asbl Transparence et équivalence F. Khrouz Professeur ordinaire Solvay Business School, ULB Associé Ernst & Young 14/06/07 Loi de réforme du 2 mai 2002, modifiant la

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

n 47-09 relative à l efficacité énergétique Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement

n 47-09 relative à l efficacité énergétique Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement n 47-09 relative à l efficacité énergétique énergie, eau et environnement PREAMBULE n 47-09 relative à l efficacité énergétique

Plus en détail

Analyse 2013/26 10 décembre 2013

Analyse 2013/26 10 décembre 2013 Analyse 2013/26 10 décembre 2013 Allocation pour l aide aux personnes âgées : mesure sacrifiée au profit de la sixième réforme de l État, ou mesure à réinventer? À découvrir dans cette analyse Garder une

Plus en détail

Conditions générales des crédits & financements page 1/8

Conditions générales des crédits & financements page 1/8 Chers partenaires-crédités, En acceptant un crédit de CREDAL SC, vous marquez votre acceptation sur les conditions précisées ci-après, qui tendent au respect d un équilibre entre les droits et les obligations

Plus en détail

Le contrôle technique le long de la route en Belgique. Les moyens L organisation

Le contrôle technique le long de la route en Belgique. Les moyens L organisation Le contrôle technique le long de la route en Belgique Les bases Les moyens L organisation Direction Transport par Route Armand Remacle conseiller général Bases légales et choix politique Directive 2000/30/CE

Plus en détail

Table des matières. Introduction. Constatations par les services de police 4. Poursuite par les parquets 9. Sanction par les tribunaux de police 13

Table des matières. Introduction. Constatations par les services de police 4. Poursuite par les parquets 9. Sanction par les tribunaux de police 13 Statistiques en matière de politique criminelle 2009 1 D/2012/0779/3 Auteur : François Vlaminck Editeur responsable : Karin Genoe IBSR, Observatoire pour la Sécurité Routière, Bruxelles 2012 2 Table des

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

E/ESCAP/PTA/IISG(1)/WP.1

E/ESCAP/PTA/IISG(1)/WP.1 DOCUMENT DE TRAVAIL E/ESCAP/PTA/IISG(1)/WP.1 Réservé aux Participants 19 janvier 2015 Français Original: Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion du Groupe

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Elaboration du plan France Numérique 2020

Elaboration du plan France Numérique 2020 Paris, le 30 septembre 2011 Elaboration du plan France Numérique 2020 Réponse de l ARPP à la consultation publique Organisme de régulation professionnelle de la publicité en France, l Autorité de Régulation

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Taxe sur les jeux et paris. Obligations fiscales

Taxe sur les jeux et paris. Obligations fiscales Taxe sur les jeux et paris Obligations fiscales 2014 Contenu Préambule... 3 1. A qui est destiné ce document?... 4 2. Par quelles dispositions législatives la taxe sur les jeux et paris estelle réglée?...

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

CONVENTION D'UTILISATION SERVICE E-PAYMENT

CONVENTION D'UTILISATION SERVICE E-PAYMENT CONVENTION D'UTILISATION SERVICE E-PAYMENT Objectif du document : Une convention d'utilisation est un contrat spécifique à un service qui stipule les conditions liées à l'utilisation d'un service spécifique

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Synthèse Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Alain PELLET Professeur à l Université de Paris X-Nanterre Olivier de FROUVILLE Maître de conférences à

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail