Tables de décompression pour plongée à l air [partiel] ( Bühlmann 1986)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tables de décompression pour plongée à l air [partiel] ( Bühlmann 1986)"

Transcription

1 Tables de décompression pour plongée à l air [partiel] ( Bühlmann 1986) Fédération Suisse de Sports Subaquatiques Schweizer Unterwasser-Sport-Verband Federazione Svizzera di Sport Subacquei Membre fondateur de la Confédération Mondiale des Activités Subaquatiques (C.M.A.S) Tables Bühlmann 1986 Page 1 / 53 CMAS.CH

2 La «ré-création» de ce document m a été autorisée par le chef technique de «CMAS.CH» M. Léo Troiano Juillet 2004 Claude M** Remise en page du document de la FSSS Epuisé depuis Refait avec WORD Copyright. Tous droit réservés Copyright. Alle Rechte vorbehalten Copyright. Tutti diritti riservati Tables Bühlmann 1986 Page 2 / 53 CMAS.CH

3 Nullzeiten und Dekompressionszeiten Courbe de sécurité et temps de décompression müm m s/mer Tiefe Zeit Tiefe Zeit Stufen Paliers RG Stufen Paliers RG Prof. Durée Prof. Durée GR GR m min 12m 9 m 6 m 3 m m min 15m 12m 9 m 6 m 3 m G 10 1 D H 15 4 E H F 75 1 G G 80 3 G G 90 7 G G G H H 9 1 D H 12 4 D 51 1 F E F F G F G G H G 35 1 E G 40 2 E G 50 8 F H G 9 2 E G 12 5 E H E E E F G F G 40 8 F G G G G 9 3 E H E 20 1 E F 30 5 F F F G G G G G G H G 9 4 E H E 17 1 D F 20 2 D F 25 5 E G F G G G G H G E G E 14 1 D F 20 4 E G F G G G G H G E G E H F 12 1 D G 15 3 D G E H F E G F G F G G H G A.A. Bühlmann, Universität Zurich CH 1986 Aufstieg 10 m/min ---> Sicherheitshalt: 1 min bei 3 m Remontée: 10 m/min ---> Palier de sécurité: 1 min à 3 m. Tables Bühlmann 1986 Page 3 / 53 CMAS.CH

4 Nullzeiten und Dekompressionszeiten Courbe de sécurité et temps de décompression Tiefe Prof. müm m s/mer Zeit Tiefe Zeit Stufen Paliers RG Stufen Paliers RG Durée Prof. Durée GR GR m min 9 m 6 m 4 m 2 m m min 12m 9 m 6 m 4 m 2 m G 9 1 D G 12 3 E G E G F 62 1 F G 70 4 G G G G G G 44 1 F 8 1 D 50 4 F E G F G F H G H G 30 1 E G 35 2 F G 40 5 F 9 3 D 45 9 G E G F G F G G G G G E 22 1 F F 30 3 F G 35 7 F G G G G 6 2 E G F G F 18 1 D G 20 2 E G 25 4 F G F 6 2 D G F G F G G 15 1 D G 20 3 E F G G G G 12 1 D 15 2 E F G G G G 10 1 D E F G G G A.A. Bühlmann, Universität Zurich CH Aufstieg 10 m/min ---> Sicherheitshalt: 1 min bei 2 m Remontée: 10 m/min ---> Palier de sécurité: 1 min à 2 m. Tables Bühlmann 1986 Page 4 / 53 CMAS.CH

5 Wiederholungstauchgänge müm Plongées successives de m s/mer müm m s/mer Oberflächenpause Intervalle de surface Beispiel: Wiederholungsgruppe RG F nach Ende des Tauchganges - nach 45 Minuten ist RG C, ^- nach 90 Minuten A erreicht "0" RG nach Ende des Tauchganges (Zwischenwerte abrunden) GR à la fin de la plongée A nach 8 Stunden kann orme Zeitzuschlag B getaucht werden C Stunden Wartezeit bis Flug D E Exemple: Groupe répétitif GR F à la fin de la plongée F après 45 minutes F devient C, G après 90 minutes F devient A H (prendre pour les valeurs intermédiaires celle H G F E D C B A Std Std immédiatement inférieure ) / h / h - après 8 heures on peut replonger sans ajouter RG am Ende der Oberflâchenpause de majoration GR à la fin de l'intervalle de surface - temps d'attente avant l'envol: 4 heures Zeitzuschläge für Wiederholungstauchgänge Majorations aux plongées successives (Zwischenwerte abrunden) (prendre pour les valeurs intermédiaires celle immédiatement inférieure ) Vorgesehene Tauchtiefe in Meter RG Profondeur en mètres de la plongée envisagée GR A B C D E F G Beispiel: RG C zu Beginn des Wiederholungstauchganges. Vorgesehene Tiefe 27 Meter = 18 Minuten Zeitzuschlag zur Grundzeit des Tauchganges Exemple: GR C au départ de la plongée successive. Profondeur envisagée 27 mètres = 18 minutes de majoration à rajouter au temps de séjour au fond Passfahrten und Fliegen ohne Druckkabine Le passage d'un col et vol sans cabine pressurisée Prendre pour les valeurs intermédiaires d'altitude celle immédiatement supérieure ) (Zwischenwerte der Hôhe aufrunden Höhe RG am ENDE des Tauchganges altitude GR à la FIN de la plongée (m) A - D E F G :00 1:00 1:00 1: :00 1:00 1:00 1: :00 1:00 1:30 3: :00 1:30 3:00 5:00 H 2:00 3:30 5:30 7:00 Anmerkungen: 1. Kein zusätzlicher Aufstieg innerhalb der ersten Stunde des Intervalls nach dem TG! 2. Nach Ablauf dieser ersten Stunde: gleichmässiger Aufstieg zur Zielhöhe. 3. Zielhöhe darf nicht vor angegebener Wartezeit erreicht werden. Remarques: 1. Pas de remontée pendant la première Alle Wartezeiten in Std:Min heure de l'intervalle après la plongée! Tous les temps d'attente en hrs:min 2. Après cette première heure: commencer une montée régulière 3. L'altitude envisagée ne doit pas être B. A.Müller /ZH 1988 atteinte avant le temps d'attente indiqué. A. A. Bühlmann Universität Zürich CH 1986 Tables Bühlmann 1986 Page 5 / 53 CMAS.CH

6 Tables de DECOMPRESSION «MER» En PVC, 90 x 120 mm Tables Bühlmann 1986 Page 6 / 53 CMAS.CH

7 Tables de DECOMPRESSION «ALTITUDE» En PVC, 90 x 120 mm Tables Bühlmann 1986 Page 7 / 53 CMAS.CH

8 Tableau 2 : Détermination de l indice de saturation et de désaturation (1 - e k x te ) En fonction de la durée d'exposition et de la période. (résultat en décimal) t / T Tables Bühlmann 1986 Page 8 / 53 CMAS.CH

9 Sursaturation critique, pression ambiante tolérée: A la fin du séjour au fond et en fonction de leurs périodes respectives, tous les tissus se sont charges en azote remontée. A la remontée, il y a un moment ou la tension d'n2 de certains tissus excède la pression partielle d'azote de l'air inspiré. Des ce moment, ces tissus sont en sursaturation. Sur la base de plongées réelles et d'essais en caisson hyperbare, on a constaté que tous les tissus de notre corps supportent, sans dommage, une certaine sursaturation. Des tests complémentaires ont mis en évidence que si cette sursaturation augmente trop il y a formation de bulles gazeuses entraînant l'apparition de symptômes caractéristiques de l'accident de décompression. La limite de sursaturation tolérable avant le début de l'accident s'appelle la sursaturation critique. Les tissus ayant des périodes courtes tolèrent une sursaturation supérieure a ceux qui ont des périodes plus longues. Ce qui veut dire que les organes richement vascularisés, acceptent une sursaturation plus grande que ceux moins vascularisés. La tension d'n2 maximum tolérée par un tissu s'appelle: la "tension critique", elle dépend de la période utilisée et se calcule de la manière suivante: p N2 (te) = pression ambiante + a b On peut transformer cette formule, et ainsi calculer pour un tissu ayant une tension d'azote donnée, quelle pression ambiante minimum il peut tolérer (p amb. tol). p amb. tol. = (p N2 (te) - a) x b Les coefficients a et b mis en évidence par le Prof. Bühlmann sont indiqués dans le tableau suivant: Tissus No: T pour N2: Coefficient a: Coefficient b: 1 4,0 min 1,900 0, ,0 min 1,450 0, ,5 min 1,030 0, ,5 min 0,882 0, ,0 min 0,717 0, ,3 min 0,575 0, ,3 min 0,468 0, ,0 min 0,441 0, ,0 min 0,415 0, ,0 min 0,416 0, ,0 min 0,369 0, ,0 min 0,369 0, ,0 min 0,255 0, ,0 min 0,255 0, ,0 min 0,255 0, ,0 min 0,255 0,962 Tableau 3 Coefficients des tables Bühlmann 1986 Tables Bühlmann 1986 Page 9 / 53 CMAS.CH

10 3. La plongée en altitude Fédération Suisse de Sports Subaquatiques Schweizer Unterwasser-Sport-Verband Federazione Svizzera di Sport Subacquei Tables Bühlmann 1986 Page 10 / 53 CMAS.CH

11 III. PLONGEE EN LAC DE MONTAGNE La pression atmosphérique en altitude Le poids de la couche d'air qui nous entoure (atmosphère) exerce, à la surface de la terre, une pression appelée pression atmosphérique Si nous comparons une colonne d'air de 30 km de hauteur avec une autre de 20 km, nous voyons clairement que la première est plus lourde. De ce fait, la pression atmosphérique au niveau de la mer doit être aussi plus élevée que celle mesurable au sommet de l'everest ( 8'848 m.), La gravitation s'exerçant plus fortement près du sol fait que l'atmosphère est un peu plus dense à faible altitude que plus haut; c'est pourquoi la pression atmosphérique ne décroît pas linéairement avec l'augmentation de l'altitude. Valeurs moyennes de pression atmosphérique, Le tableau ci-dessous montre les valeurs moyennes (mesurées au cours des ans) de la pression atmosphérique en fonction de l'altitude: Altitude m. s/mer Pression atmosphérique (bar) Pression atmosphérique normalisée au niveau de la mer (standard ISO) La situation météorologique et la température de l air peuvent modifier ces valeurs moyennes de ± 40 mbar, correspondant à une colonne d'eau de ± 40 cm) Formule approchée pour le calcul de la pression atmosphérique. Du fait que la pression atmosphérique décroît presque linéairement jusqu'à 3'000 m., on peut calculer avec suffisamment de précision la pression atmosphérique aux lacs de montagnes d'europe de la manière suivante; Pour chaque 1'000 m. d'altitude, la chute de pression est de 0,1 bar. Tables Bühlmann 1986 Page 11 / 53 CMAS.CH

12 Variation de pression due à l'augmentation d altitude La pression absolue à une profondeur déterminée est donnée, comme chacun le sait, par l'addition des éléments suivants: - pression atmosphérique à la surface - pression hydrostatique de la colonne d'eau La baisse de la pression atmosphérique due à l'augmentation de l'altitude doit obligatoirement entraîner, à toutes profondeurs, une baisse de la pression absolue. Voir dessin suivant: Fig. 2 Plongée en mer ( 0 mètre) Fig. 3 Plongée en lac de montagne ( 5'500 m.) Dans le schéma 3, l'altitude de 5'500 m. a été choisie car, à ce niveau, la pression atmosphérique est approximativement la moitié de celle du bord de mer. Le rapport pression absolue/pression atmosphérique augmente rapidement avec l élévation de l'altitude. Ceci signifie que pour une profondeur donnée, plus nous montons en altitude, plus la pression absolue baisse. La même plongée, effectuée en altitude plutôt qu'en mer, entraîne une courbe de sécurité plus courte et une décompression plus longue. Tables Bühlmann 1986 Page 12 / 53 CMAS.CH

13 L adaptation des tissus en altitude Lors de la montée en altitude, la diminution de la pression atmosphérique entraîne un état de sursaturation dans les tissus. Suivant le temps de montée et la durée du séjour en altitude les tissus se désaturent plus ou moins rapidement selon leur période. Bien que la désaturation totale dure 2 1/2 jours, on admet qu'après 12 heures, les tissus qui font autorité en matière de plongée sportive (périodes rapides et moyennes) sont adaptés a la pression partielle d'azote de l'altitude concernée. En réalité, le temps d'adaptation correspond au temps de désaturation d'une plongée. Le simple fait de monter en altitude entraîne pour l'organisme les mêmes conséquences physiologiques qu'une plongée. C'est la raison pour laquelle le calcul du temps d'adaptation est le même que celui du temps de desaturation. Pour l'utilisateur des nouvelles tables Bühlmann, il n est pas nécessaire, lors du passage d'une altitude donnée à une altitude supérieure, d'attendre une désaturation complète à la nouvelle pression ambiante, pour éviter une influence sur la plongée qui va suivre. Les calculateurs de plongées les plus modernes affichent le temps d'adaptation nécessaire et tiennent compte, dans leur calcul de la désaturation, d'un organisme en partie adapté. Dissolution de l'azote lors de plongées en altitude La tension initiale d'azote dissous (p N2 (t0)) d'un tissu est, selon le chapitre ci-dessus, plus basse avant une plongée en altitude qu'avant une plongée en mer. De plus, pour la même profondeur qu'en mer la pression de l'azote inspiré (p I N2) est aussi plus basse. Exemples p I N2 = (p amb - 0,063) x 0,79 p amb = pression ambiante) à 0 m. à 5'500 m. p I N2 (à -30 m.) = 3,110 bars p I N2 (à -30 m.) = 2,715 bars A partir d'une tension initiale d'azote dissous plus faible (p N2 (t0), et une pression d'azote inspiré plus basse (p I N2), il en résulte, pour un profil de plongée identique en altitude, une dissolution comparativement moindre dans les tissus. Tables Bühlmann 1986 Page 13 / 53 CMAS.CH

14 Influence de l'altitude sur la courbe de sécurité et la décompression Malgré la dissolution d azote plus faible, la courbe de sécurité sera plus sévère (temps ou profondeur diminués) et les temps de décompression seront plus longs avec l'augmentation de l'altitude. Cette apparente contradiction s'explique de la manière suivante: 1. Dans les tables (1986) calculées par le Professeur Bühlmann pour la FSSS, un temps de montée d'une heure jusqu'au lac de montagne a été retenu. Cette durée admise, est certainement suffisante car, dans la pratique, il est difficile pour un plongeur de monter en altitude et de s'immerger en moins d'une heure. Ainsi la courbe de sécurité et les temps de décompression donnés dans ces tables sont valables, aussi bien pour les plongeurs adaptés que les non-adaptés à l'altitude. 2. La pression atmosphérique est plus faible en altitude, les tissus seront désaturés, lors de la remontée, à une pression ambiante proportionnellement plus faible. Une courbe de sécurité plus courte ou une décompression plus longue sont nécessaires car, si une pression ambiante tolérée (p. amb tol.) de 1,013 bar permet en mer de regagner directement la surface, à 3'800 m. (0,62 bar) la même valeur n'autorise la remontée qu'au palier de - 4 m. 3 Le calcul comparatif, de la pression ambiante tolérée pour chaque tissu, effectue selon la formule (p amb tol = (p N2 (te) - a) a x b) met en évidence les points suivants; - La pression ambiante tolérée décroît avec l augmentation d altitude - La sursaturation critique (maximum tolérable) du tissu (p N2 (te) - p amb tol) devient plus petite en altitude II en résulte qu'avec une augmentation de l'altitude et, pour un profil d'immersion identique, la décompression débute en général par un palier plus profond, la courbe de sécurité est dans chaque cas plus courte et le temps de décompression (pour le même échelonnement de paliers) doit toujours être plus long. Ainsi, dans les tables Bühlmann 701-2'500 m. (1986), l'habituel palier de 3 m a été divisé en deux paliers à 4 et 2 m. ce qui permet même de réduire la durée de la décompression par rapport à l'emploi du palier classique de 3 m. Tables Bühlmann 1986 Page 14 / 53 CMAS.CH

15 Exemple de calcul: Comparaison des valeurs de dissolution et de décompression pour le même tissu (T = 18,5min) adapté à 0 m. et a 3'800 m., soumis à une immersion de 25 min à 35 m. de profondeur: 0 m. (mer (p amb = 1,013 bar) a) t = 25,0 min = 1,35 T 18,5 min b) taux de saturation: 1,35 = 60,8 % c) Gradient d'n2 (p I N2 - p N2 (t0)) ((4,5-0,063) x 0,79) 0,75 = 2,755 bars d) Saturation: 60,8 % de 2,755 bars = 1,675 bar e) p N2 (te) dans le tissu: = 1,68 + 0,75 = 2,425 bars f) p ambiante tolérée du tissu: (p N2 (te) -a) x b = (2,425-0,882) x 0,826 = 1,274 bar g) ler palier: = 3 m. (En tenant compte de la dissolution et de la désaturation durant la remontée. h) Décompression nécessaire: 3 m. = 7 min a) idem b) idem c) Gradient d'n2 3'800 m. (Lac Titicaca) (p amb = 0,62 bar ((4,12-0,063) x 0,79) 0,44 = 2,765 bars d) Saturation: 60,8 % de 2,765 bars = 1,68 bar e) p N2 (te) dans le tissu: = 1,68 + 0,44 = 2,12 bars f) p ambiante tolérée du tissu: = (2,12-0,882) x 0,826 = 1,023 bar g) ler palier: = 4 m. h) Décompression nécessaire: 4 m. = 5 min 2 m. = 6 min Cet exemple comparatif met en évidence les effets de la diminution de la pression atmosphérique; on constate qu'en altitude le palier doit être plus long, plus profond, que la division du palier de 3 m. en 4 m. et 2 m. est avantageuse. Ce modèle de calcul élaboré par le Professeur Bühlmann est applicable sans aucune limitation et des tests effectués à très haute altitude (Pérou 1987 (3'812 m.); et Kenya 1988 (4'782 m.)) l'ont d'ailleurs démontrés. Tables Bühlmann 1986 Page 15 / 53 CMAS.CH

16 Tables de plongée en altitude ou calculateur. II est nécessaire que les tables ou les calculateurs utilisés soient adaptés à l'altitude du lieu de plongée. L'emploi de tables mers devient caduc et l'utilisation des ordinateurs programmés pour des altitudes insuffisantes est dangereuse. Les tables Bühlmann/FSSS 1986, établies pour une zone d'altitude de 701 à 2'500 m existent aussi sous forme d'une plaquette immergeable en matière synthétique jaune. Elles sont d'un emploi très facile, y compris pour les plongées successives. Avec la version de base de 0 à 700 m., les nouvelles tables couvrent pratiquement tout le domaine "plongeable" des lacs européens. Malgré l emploi croissant des calculateurs, ces tables devraient être promises à un bel avenir, et plus particulièrement lors de la préparation des plongées. Actuellement il n'y a que quelques calculateurs qui sont vraiment conçus pour la plongée en altitude. Les critères principaux sont, la prise en considération d'une altitude suffisante et une programmation adéquate. II faut signaler que les modèles les plus avancés utilisent le principe de calcul ayant servi de base aux tables Bühlmann / FSSS L'appareil idéal prend en considération la plus grande subdivision possible d'altitude. De ce fait il donne, dans la règle, des décompressions plus précises et plus courtes, tout en tenant compte de votre adaptation pendant le temps de montée en altitude. Affichage de la profondeur en altitude Tous les systèmes mécaniques de mesure qui ne sont pas ajustables, accusent une erreur d'information constante ou variable. Profondimètre a tube capillaire Selon la loi de Boyle et Mariotte, le rapport de compression d'une colonne d'air obturée à un bout, et étalonné au niveau de la mer, donnera automatiquement en altitude une erreur de mesure due à la diminution de la pression atmosphérique. Tables Bühlmann 1986 Page 16 / 53 CMAS.CH

17 Exemple: 0 m. (mer) 5'500 m. ( lac de montagne) ( Pression atm. = 1,0 bar) ( Pression atm. = 0,5 bar) Profondeur Pression Volume Lecture Profondeur Pression Volume Lecture 0 m. 1 bar 1 0 m. 0 m. 0,5 bar 1 0 m. 10 m. 2 bars 1 / 2 10 m. 5 m. 1,0 bar 1 / 2 10 m. 20 m. 3 bars 1 / 3 20 m. 10 m. 1,5 bar 1 / 3 20 m. En altitude, la profondeur indiquée par un profondimètre à tube capillaire est toujours plus grande que la profondeur réelle. L'erreur n'est pas constante, elle croît avec l'augmentation de l'altitude et de la profondeur. La profondeur effective dans un lac de montagne peut se calculer de la façon suivante: Profondeur effective = profondeur lue (en m. ) x pression atm. lac pression atm. mer exemple: 3'500 m. 30 m. x 0,65 bar = 19,5 m. 1 bar Profondimètre à membrane et tube de Bourdon Dans ces appareils la profondeur affichée est le résultat de la différence entre la pression absolue et une pression de référence. Pour les profondimetres qui ne sont pas ajustables, la pression de référence est en général la pression atmosphérique au niveau de la mer (1 bar). De ce fait, les profondeurs affichées dans un lac de montagne, sont trop faibles et l'écart avec la profondeur réelle correspond à la différence de pression atmosphérique exprimée en mètres d'eau. L'erreur de mesure des profondimètres à membrane ou à tube de Bourdon non-ajustable ne dépend que de la pression atmosphérique de chaque lieu de plongée mais reste constante à toutes profondeurs. La profondeur effective dans un lac de montagne peut se calculer de la façon suivante: Profondeur effective = lecture (en m.) + Différence de pression atmosphérique entre 0 m. et l altitude, exprimée en mètres de CE (CE = colonne d'eau) Tables Bühlmann 1986 Page 17 / 53 CMAS.CH

18 Exemple: 0 m. (mer) 2'500 m. (lac de montagne) (1,0 bar) 0,75 bar Différence de pression = -0,25 bar c-a-d 2,5 m CE Profondeur effective : 30 m. Profondeur effective : 30 m. Pression absolue: 4 bars Pression absolue: 3,75 bars Lecture: 30 m. Lecture: 27,5 m. Profondimètre électronique et calculateur Tous les systèmes électroniques mesurent à partir d'un capteur piezorésistif, la pression absolue. De ce fait et au plus tard à l'enclenchement de l'appareil en surface, la pression atmosphérique du lieu est mémorisée. Ainsi, durant toute la plongée, la différence entre la pression absolue et la pression atmosphérique à la surface est calculée et convertie en un signal digital. La profondeur indiquée est toujours exacte sans nécessité de correction. FIN Tables Bühlmann 1986 Page 18 / 53 CMAS.CH

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs

L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs cours N2 2006-2007 Jérôme Farinas jerome.farinas@irit.fr Amis de la Mer FFESSM 08 31 0184 6 décembre 2006 Jérôme Farinas (ADLM) MN90 et ordinateur

Plus en détail

NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111

NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111 NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111 LE ROLE DU GUIDE DE PLONGEE : PLAISIR ET SECURITE NIVEAU 4 www.aquadomia.com 2/111 ELEMENTS DE PHYSIQUE DE BASE Nous vivons dans un monde où la matière se présente sous

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Consommation de diesel pour les véhicules à moteurs

Consommation de diesel pour les véhicules à moteurs Consommation de diesel pour les véhicules à moteurs VD 4-601 f 09.2008 Ayez un meilleur contrôle sur votre consommation de diesel et économisez de l argent! Le DFM-System est un appareil de mesure de très

Plus en détail

Solar Heating System Factsheet (SHSF) - Dossier guide

Solar Heating System Factsheet (SHSF) - Dossier guide Solar eating System Factsheet (SSF) - Dossier guide Les Factsheets (feuille de données) publiés sur la page Internet de SPF résument les résultats des tests des systèmes solaires pour la production d eau

Plus en détail

F.F.E.S.S.M. Commission Technique Nationale Manuel du Moniteur PLONGEUR NIVEAU I

F.F.E.S.S.M. Commission Technique Nationale Manuel du Moniteur PLONGEUR NIVEAU I PLONGEUR NIVEAU I ORGANISATION GENERALE - Les sessions de plongeur de Niveau I sont organisées à l échelon des clubs ou des structures commerciales agréées, en formation continue ou sous la forme d un

Plus en détail

Mesurer les altitudes avec une carte

Mesurer les altitudes avec une carte www.ign.fr > Espace éducatif > Les fiches thématiques > Lecture de la carte Mesurer les altitudes avec une carte Les cartes topographiques ne sont pas uniquement une représentation plane de la surface

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

MANUEL D'UTILISATION

MANUEL D'UTILISATION MANUEL D'UTILISATION GARANTIE LIMITÉE A DEUX ANS Pour plus d'informations, reportez-vous à la carte d'enregistrement de garantie du produit qui est fournie. NOTIFICATION DE COPYRIGHT Ce guide du propriétaire

Plus en détail

Livret de Certification. Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2

Livret de Certification. Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2 Livret de Certification Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2 Nom du stagiaire : Nom de la structure :.. Tampon PLONGEUR NIVEAU 2 CMAS** / NF-EN 14153-2 / ISO 24801-2 I DÉFINITION DU NIVEAU Plongeur confirmé qui

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

RÉGLEMENTATION LE DIRECTEUR DE PLONGÉE (DP)

RÉGLEMENTATION LE DIRECTEUR DE PLONGÉE (DP) F I C H E DIRECTION DE PLONGÉE, ORGANISATION ET RÉGLEMENTATION FICHE N RÉGLEMENTATION LE DIRECTEUR DE PLONGÉE (DP) POUR PLUS DE DÉTAILS, voir la fiche n 116 sur l organisation des plongées. 46. Rôle et

Plus en détail

Livret de Certification Plongeur niveau 1

Livret de Certification Plongeur niveau 1 Livret de Certification Plongeur niveau 1 Supervised Diver 20m ISO 24801-1 Nom du stagiaire : Nom de la structure :.. Tampon PLONGEUR NIVEAU 1 Supervised Diver 20m ISO 24801-1 I DÉFINITION DU NIVEAU Plongeur

Plus en détail

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée Première partie Objectifs de ce cours: 1. Introduction à la formation du 2* 2. Comprendre les lois fondamentales régissant : la flottabilité (Archimède)

Plus en détail

Mesure de la pression différentielle et différentielle bidirectionnelle expliquée à l'aide du capteur

Mesure de la pression différentielle et différentielle bidirectionnelle expliquée à l'aide du capteur Dans la technique de mesure de pression, on distingue les méthodes de mesure en fonction des tâches à réaliser. Au rang de ces méthodes figurent la mesure de la pression absolue, la mesure de la pression

Plus en détail

Réglementation. Organisation de la plongée

Réglementation. Organisation de la plongée Réglementation Organisation de la plongée Préparation du Niveau 3 Dominique STEINMETZ Janvier 2014 Des prérogatives, des droits, des obligations En tant que niveau 3 vous aurez de nouvelles prérogatives

Plus en détail

Pro Plus 2. Ordinateur de plongée MANUEL D'UTILISATION

Pro Plus 2. Ordinateur de plongée MANUEL D'UTILISATION Pro Plus 2 Ordinateur de plongée MANUEL D'UTILISATION 1 GARANTIE LIMITÉE À DEUX ANS Les détails des conditions de garantie figurent sur la carte de garantie produit livrée avec l'instrument. DROITS D'AUTEUR

Plus en détail

4.4. Ventilateurs à filtre. Les atouts. Montage rapide. Polyvalence et fonctionnalité

4.4. Ventilateurs à filtre. Les atouts. Montage rapide. Polyvalence et fonctionnalité Les atouts L'utilisation de ventilateurs à filtre est une méthode extrêmement économique pour évacuer d'importantes quantités de chaleur en dehors des armoires électriques. Deux conditions fondamentales

Plus en détail

fr Suunto D4i GUide de L UtiLisateUr

fr Suunto D4i GUide de L UtiLisateUr fr Suunto D4i GUIDE DE L UTILISATEUR 1. BIENVENUE DANS LE MONDE DES ORDINATEURS DE PLONGÉE SUUN- TO... 8 2. MISES EN GARDE, AVERTISSEMENTS ET REMARQUES... 9 3. INTERFACE UTILISATEUR DU SUUNTO... 21 3.1.

Plus en détail

II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé

II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé 1 Décompression II. REVOD Plongée à l ordinateur Septembre 2010 Plan de l exposé Introduction Typologie de la décompression: No déco Déco légère Déco Lourde La planification Les profils de plongée Le palier

Plus en détail

THEORIE NIVEAU 2 (PAE/PE3)

THEORIE NIVEAU 2 (PAE/PE3) THEORIE NIVEAU 2 (PAE/PE3) www.plongee-passion-carry.com Bd Jean VALENSI 13620 Carry-le-Rouet Tel/Fax : 04.42.45.08.00 Portable : 06.08.51.78.02 e.mail : ppassion@club-internet.fr Marlène et Patrick MICHEL

Plus en détail

THEORIE PLONGEE NIVEAU IV CAPACITAIRE

THEORIE PLONGEE NIVEAU IV CAPACITAIRE PLONGEE UNIVERSITE CLUB "Le Petit Marlin" NANCY NETILUS - MARSEILLE THEORIE PLONGEE NIVEAU IV CAPACITAIRE Mise à jour du 15 Mai 2008 Emmanuel GEORGES INTRODUCTION... 3 CHAPITRE 1 : CONTENU DE L'EXAMEN

Plus en détail

Théorie niveau 3. OCEANAV Cours Niveau 3

Théorie niveau 3. OCEANAV Cours Niveau 3 Théorie niveau 3 OCEANAV Cours Niveau 3 1 Sommaire Objectif général...3 Les accidents de plongée...4 Généralités...4 Les accidents biophysiques...4 Les accidents biochimiques...7 Les autres accidents...11

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Motorleistungssteigerung / Tuning moteurs

Motorleistungssteigerung / Tuning moteurs Motorleistungssteigerung / Tuning s ugmentation de puissance Leistung BT entspr. ca. Puissance BT TV 8,0 % incluse Caddy, Caddy 4-Motion (Typ 2K) 1VD 246 1.9 TDI BJB 3VD 382 1VD5 02 1VD5 17 3VD7 25 a 3VD7

Plus en détail

Feuille de données du système BASWAphon Base. Edition 2012 / 2

Feuille de données du système BASWAphon Base. Edition 2012 / 2 Feuille de données du système BASWAphon Be Edition 2012 / 2 Sommaire 1 Application 2 Caractéristiques du système 3 Structure de montage du système 4 Epaisseurs du système 5 Poids du système 6 Valeurs d

Plus en détail

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009 Traitement numérique de l'image 1/ L'IMAGE NUMÉRIQUE : COMPOSITION ET CARACTÉRISTIQUES 1.1 - Le pixel: Une image numérique est constituée d'un ensemble de points appelés pixels (abréviation de PICture

Plus en détail

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements B- Météorologie Nuages Brouillard Les brouillards côtiers sont du type: R : brouillard d'advection Il y a brouillard dès que la visibilité est inférieure à: R : 1 km Les facteurs favorisant l'apparition

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Lecture graphique. Table des matières

Lecture graphique. Table des matières Lecture graphique Table des matières 1 Lecture d une courbe 2 1.1 Définition d une fonction.......................... 2 1.2 Exemple d une courbe........................... 2 1.3 Coût, recette et bénéfice...........................

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Notice d'utilisation Capteur de niveau TOR. LI214x 704776/00 10/2010

Notice d'utilisation Capteur de niveau TOR. LI214x 704776/00 10/2010 Notice d'utilisation Capteur de niveau TOR LI214x FR 704776/00 10/2010 Contenu 1 Remarque préliminaire 3 1.1 Symboles utilisés 3 2 Consignes de sécurité 3 3 Fonctionnement et caractéristiques 4 3.1 Application

Plus en détail

Eléments de théorie du niveau 1. Emmanuel BERNIER

Eléments de théorie du niveau 1. Emmanuel BERNIER Eléments de théorie du niveau 1 Emmanuel BERNIER Mars 2001 Table des matières 1 Présentation du niveau 1... 3 2 La flottabilité... 4 3 Les effets de la pression de l'eau... 5 3.1 La pression... 5 3.2 La

Plus en détail

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Kourou Novembre 2010. MANGOTECHNO Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Frédéric BOUCHAR (TENUM Toulouse) Version 1.0 Table des matières 1.Introduction...3 2.Qu'est-ce que la salinité?...3

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

F.M.A.S. COMITE TECHNIQUE NATIONAL MANUEL du MONITEUR PLONGEUR 1 ETOILE

F.M.A.S. COMITE TECHNIQUE NATIONAL MANUEL du MONITEUR PLONGEUR 1 ETOILE PLONGEUR 1 ETOILE ORGANISATION GENERALE - Les sessions de plongeur 1 étoile sont organisées à l échelon du club, en formation continue ou sous forme d un examen ponctuel. - L acquisition de chacune des

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Le drone de cartographie professionnelle

Le drone de cartographie professionnelle Le drone de cartographie professionnelle 4 raisons de choisir l'ebee 01. Réalisez plus de cartes, d'une plus grande précision L'eBee peut couvrir jusqu'à 12 km² au cours d'un seul vol. Quand il survole

Plus en détail

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu.

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Auteur : Dr. Wulfran FORTIN Professeur Agrégé de Sciences Physiques TZR -

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Une production économique! Echangeur d ions TKA

Une production économique! Echangeur d ions TKA Une eau totalement déminéralisée Une production économique! Echangeur d ions TKA Eau déminéralisée pour autoclaves, laveurs, analyseurs automatiques, appareils d'eau ultra pure... SYSTÈMES DE PURIFICATION

Plus en détail

Wandluftdurchlass WAVE-ARC Typ WA Diffuseur mural WAVE-ARC type WA

Wandluftdurchlass WAVE-ARC Typ WA Diffuseur mural WAVE-ARC type WA Int. Modellschutz angem. / Prot. int. des mod. dép. Trox Hesco (Schweiz) AG Anwendung Der rechteckige Wandluftdurchlass WAVE-ARC, der mit dem Anschlusskasten eine Einheit bildet, kommt vorwiegend über

Plus en détail

SWISS MASTER SERIES D YVERDON-LES BAINS les 30 avril, 1er et 2 mai 2010. Exclusivement par Internet sur le site de Swiss Badminton

SWISS MASTER SERIES D YVERDON-LES BAINS les 30 avril, 1er et 2 mai 2010. Exclusivement par Internet sur le site de Swiss Badminton -2- SWISS MASTER SERIES D YVERDON-LES BAINS les 30 avril, 1er et 2 mai 2010 Organisateur Directeur du tournoi Badminton Club Yverdon-les-Bains, www.badmintonyverdon.ch Rosalba Dumartheray, 078 711 66 92,

Plus en détail

MATHEMATIQUES GRANDEURS ET MESURES

MATHEMATIQUES GRANDEURS ET MESURES FICHE GM.01 Objectif : Choisir la bonne unité de mesure Pour chaque objet, choisis entre les trois propositions celle qui te paraît la plus juste : ta règle ton cahier une coccinelle ta trousse la Tour

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2009

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2009 CONSIGNES EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2009 Répondez directement sur le dossier. Eviter de raturer lorsque vous indiquez une réponse ; dans le doute, celle-ci sera considérée

Plus en détail

Notion de fonction. Série 1 : Tableaux de données. Série 2 : Graphiques. Série 3 : Formules. Série 4 : Synthèse

Notion de fonction. Série 1 : Tableaux de données. Série 2 : Graphiques. Série 3 : Formules. Série 4 : Synthèse N7 Notion de fonction Série : Tableaux de données Série 2 : Graphiques Série 3 : Formules Série 4 : Synthèse 57 SÉRIE : TABLEAUX DE DONNÉES Le cours avec les aides animées Q. Si f désigne une fonction,

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

LA MESURE DE LA PRESSION

LA MESURE DE LA PRESSION LA MESURE DE LA PRESSION La mesure de la pression s effectue à l aide d un baromètre. Il s agit d un instrument permettant de repérer la pression de l atmosphère dans laquelle il se trouve et ses variations

Plus en détail

Constructions sans obstacles Correctif C2 à la norme SIA 500:2009

Constructions sans obstacles Correctif C2 à la norme SIA 500:2009 SIA 500-C2:2013 Bâtiment, génie civil 521 500-C2 Constructions sans obstacles Correctif C2 à la norme SIA 500:2009 Numéro de référence: SN 521500-C2:2013 fr Valable dès: 2013-10-01 Éditeur Société Suisse

Plus en détail

Usage des photos pour Internet et pour la presse

Usage des photos pour Internet et pour la presse Usage des photos pour Internet et pour la presse Que ce soit sur Internet ou dans la presse, l'usage de photographies a la même fonction qui est d illustrer le propos. Pour bien jouer son rôle d information

Plus en détail

Formation Niveau 2. Réglementation concernant la protection du milieu, le matériel, les prérogatives et responsabilités du Niveau II

Formation Niveau 2. Réglementation concernant la protection du milieu, le matériel, les prérogatives et responsabilités du Niveau II Formation Niveau 2 Réglementation concernant la protection du milieu, le matériel, les prérogatives et responsabilités du Niveau II SIUAPS - Piscine Universitaire - 38400 SAINT-MARTIN-D'HERES 1 Plan Rappels

Plus en détail

ABSCHLUSSPRÜFUNGEN 2014 KAUFFRAU UND KAUFMANN ZENTRALE PRÜFUNG BIVO SCHULISCHER TEIL. Nummer der Kandidatin / des Kandidaten.

ABSCHLUSSPRÜFUNGEN 2014 KAUFFRAU UND KAUFMANN ZENTRALE PRÜFUNG BIVO SCHULISCHER TEIL. Nummer der Kandidatin / des Kandidaten. 1 Punkte ABSCHLUSSPRÜFUNGEN 2014 KAUFFRAU UND KAUFMANN ZENTRALE PRÜFUNG BIVO SCHULISCHER TEIL FRANZÖSISCH SERIE 1 LESEVERSTEHEN KANDIDATIN KANDIDAT Nummer der Kandidatin / des Kandidaten Name Vorname Datum

Plus en détail

Cours théorique Plongée Niveau 1

Cours théorique Plongée Niveau 1 Cours théorique Plongée Niveau 1 Les parties encadrées en gras sont à bien connaître, ainsi que le paragraphe "déroulement d'une plongée et consignes de sécurité" Introduction La plongée est un sport technique

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

Statuts. de la. Société Suisse des Officiers

Statuts. de la. Société Suisse des Officiers Statuts de la Société Suisse des Officiers mai 996 Version du 6 mars 04 I. Nom et siège Art. La Société Suisse des Officiers (ci-après SSO) est une association au sens des articles 60 et ss du Code Civil

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

Fiable, sûr et économique Mesure de niveau par pression différentielle électronique avec cellules métalliques ou céramiques

Fiable, sûr et économique Mesure de niveau par pression différentielle électronique avec cellules métalliques ou céramiques Products Solutions Services Fiable, sûr et économique Mesure de niveau par pression différentielle électronique avec cellules métalliques ou céramiques Pression 2 Mesure de pression différentielle traditionnelle

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

Manuel d installation et de maintenance (serrures LR128 E)

Manuel d installation et de maintenance (serrures LR128 E) Manuel d installation et de maintenance (serrures LR128 E) Manuel comprenant : Installation de la gâche GV et GVR :............................................ page 2 Position et réglage du shunt - Cales

Plus en détail

Règlement du concours Rocketry Challenge 2016

Règlement du concours Rocketry Challenge 2016 Règlement du concours Rocketry Challenge 2016 Traduction : BESSON Sylvain. Traduction basée sur la version américaine «TARC 2016 Event Rules» Adaptation : SERIN Pierre, FRANCILLETTE Elodie. Diffusion :

Plus en détail

Parcage. Bases légales. Office des ponts et chaussées du canton de Berne. Tiefbauamt des Kantons Bern. Bau-, Verkehrsund Energiedirektion

Parcage. Bases légales. Office des ponts et chaussées du canton de Berne. Tiefbauamt des Kantons Bern. Bau-, Verkehrsund Energiedirektion Tiefbauamt des Kantons Bern Bau-, Verkehrsund Energiedirektion Office des ponts et chaussées du canton de Berne Direction des travaux publics, des transports et de l'énergie Tâches spéciales Technique

Plus en détail

Distribué par Produits Etang.ca 513, ch. de Knowlton Lac-Brome, Qc J0E 1V0 CANADA (866) 249-0976

Distribué par Produits Etang.ca 513, ch. de Knowlton Lac-Brome, Qc J0E 1V0 CANADA (866) 249-0976 Aération solaire pour lacs et étangs Manuel db,- 8/ 1',+ # 1" B# +1/# 1'# + Distribué par Produits Etang.ca 513, ch. de Knowlton Lac-Brome, Qc J0E 1V0 CANADA (866) 249-0976 IMPORTANT Cet équipement a été

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

Préparation au niveau 3

Préparation au niveau 3 Jean-Michel Léger Bees1 MF2 Préparation au niveau 3 Ces quelques feuillets sont là pour vous aider dans la préparation de votre niveau 3. Ils sont agrémentés de quelques anecdotes, toutes authentiques,

Plus en détail

Nb. De pages : 24 MANGO. Manuel d'utilisation. Version 1.2. décembre 2010

Nb. De pages : 24 MANGO. Manuel d'utilisation. Version 1.2. décembre 2010 N. de page : 1 MANGO Manuel d'utilisation Version décembre 2010 N. de page : 2 Table des matières 1.Présentation...3 Description technique... 3 2.Caractéristiques techniques...5 Aspect technique d'une

Plus en détail

Détendeur Régulateur de Pression

Détendeur Régulateur de Pression Détendeur Régulateur de Pression > Régulateur de pression Introduction Les régulateurs de pression DIVAL série 600 sont des appareils à action directe commandés par une membrane. L action d un ressort

Plus en détail

LES REGLES DE VOL VFR

LES REGLES DE VOL VFR LES REGLES DE VOL VFR 1. DEFINITION : Un pilote effectue un vol selon les règles de vol à vue ou VFR (Visual Flight Rules), lorsqu'il maintient son avion dans une configuration propre au vol (attitude,

Plus en détail

SECTION 5 PERFORMANCES

SECTION 5 PERFORMANCES TABLE DES MATIERES Page LIMITATION ACOUSTIQUE 5.2 CALiBRATION ANEMOMETRIQUE 5.3 COMPENSATION AL TIMETRIQUE 5.4 VITESSES DE DECROCHAGE 5.5 COMPOSANTES VENT 5.6 AVERTISSEMENT 5.7 INFLUENCE DE L'ALTERNATE

Plus en détail

Manuel d'utilisation Version abrégée

Manuel d'utilisation Version abrégée Manuel d'utilisation Version abrégée Version d'équipement 2.30 Version française 2.0 www.pitlab.com Varsovie, 2014 Cher modéliste Nous vous remercions d avoir choisi le SkyAssistant, dernier système de

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

Description du procédé de remplacement des appareils. Description du procédé de remplacement des appareils. 1) Choix de l appareil de remplacement B

Description du procédé de remplacement des appareils. Description du procédé de remplacement des appareils. 1) Choix de l appareil de remplacement B Migration de Emax à Emax 2 en conservant la certification ) ayant c) des ayant caractéristiques des caractéristiques d installation d installation dans la même dans la disposition physique tion Fiche physique

Plus en détail

Document Technique d Application DURGO

Document Technique d Application DURGO Document Technique d Application Référence Avis Technique14/10-1528 Clapet équilibreur de pression Évacuation des eaux usées Foul drainage from buildings Hausablußeitungen DURGO Relevant de la norme NF

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel?

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet Pourquoi a on défini 7 couleurs pour l arc an ciel A cause de l'analogie entre la lumière et le son, la gamme

Plus en détail

La newsletter des risques naturels. Edition 01/15

La newsletter des risques naturels. Edition 01/15 La newsletter des risques naturels Edition 01/15 CONTENU Edition 01/2015 3 Préface Martin Jordi 4 Alerte grêle 5 Congrès de la gestion du risque inondation à Wangen a. A. 6 Vivre avec les avalanches 7

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

Aide à l exécution de la norme SIA 181:2006 révisée Protection contre le bruit dans le bâtiment

Aide à l exécution de la norme SIA 181:2006 révisée Protection contre le bruit dans le bâtiment Aide à l exécution de la norme SIA 181:2006 révisée Protection contre le bruit dans le bâtiment Sommaire Introduction... 2 Variante 1...3 Variante 2...3 Variante 3...4 Comparaison des exigences pour les

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Appareil de type fauteuil monte-escalier

Appareil de type fauteuil monte-escalier modèle 80 Appareil de type fauteuil monte-escalier Fonctionne sur batteries points de chargement en haut et en bas, alarme sonore si l'appareil n'est pas stationné sur le plot de chargement. Programmation

Plus en détail

MAGTROL. Frein à courant de Foucault haute vitesse WB 23. WB 23 Fiche Technique CARACTÉRISTIQUES COMMANDE PAR PC DESCRIPTION

MAGTROL. Frein à courant de Foucault haute vitesse WB 23. WB 23 Fiche Technique CARACTÉRISTIQUES COMMANDE PAR PC DESCRIPTION Fiche Technique Frein à courant de Foucault haute vitesse CARACTÉRISTIQUES nominal : 80 mnm Vitesse de rotation élevée 100 000 tmin -1 de freinage : 120 W en permanence et 400 W en intermittence Faible

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Régler les paramètres de mesure en choisissant un intervalle de mesure 10µs et 200 mesures.

Régler les paramètres de mesure en choisissant un intervalle de mesure 10µs et 200 mesures. TP Conversion analogique numérique Les machines numériques qui nous entourent ne peuvent, du fait de leur structure, que gérer des objets s composés de 0 et de. Une des étapes fondamentale de l'interaction

Plus en détail

CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée

CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée SOMMAIRE 1 LA CARTE 1.1 Les types de carte 1.2 Les différentes échelles 1.3 - Les informations figurants sur les cartes au 1/25000 ème 1.3.1 - Le cadre 1.3.2 Les couleurs

Plus en détail

QUEL CONTROLEUR CONTACTER

QUEL CONTROLEUR CONTACTER QUEL CONTROLEUR CONTACTER A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. INTRODUCTION : Cet article est créé au vue de la problématique des pilotes débutant sur IVAO à savoir quel contrôleur

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

LUT QU EST-CE QUE C EST? Version 1.0 Mars 2010

LUT QU EST-CE QUE C EST? Version 1.0 Mars 2010 A1 BOX DOCUMENT TECHNIQUE LUT QU EST-CE QUE C EST? Version 1.0 Mars 2010 LUT veut dire Look Up Table, en francisant, table de conversion. Il en existe de différents degrés de complexité, dont les deux

Plus en détail

Humidimètre sans contact avec mémoire + Thermomètre IR

Humidimètre sans contact avec mémoire + Thermomètre IR Manuel d utilisation Humidimètre sans contact avec mémoire + Thermomètre IR Modèle MO295 mbar GPP RH% 01 MEM STORE MO295 Introduction Nous vous félicitons d avoir fait l acquisition de l humidimètre Extech

Plus en détail

UMG 20CM. UMG 20CM Appareil de surveillance des circuits de distribution avec 20 entrées et RCM. Analyse d harmoniques RCM. Gestion d alarmes.

UMG 20CM. UMG 20CM Appareil de surveillance des circuits de distribution avec 20 entrées et RCM. Analyse d harmoniques RCM. Gestion d alarmes. RCM Analyse d harmoniques Gestion d alarmes 02 Logiciel d analyse GridVis 20 entrées courant UMG 20CM Appareil de surveillance des circuits de distribution avec 20 entrées et RCM Interface / Communikation

Plus en détail

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013 kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 0/09/0 Fondements Nom et forme juridique Principe But Tâches Art. Sous le nom de kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

swisstlm 3D Version 1.3 Publication 2015 Généralités sur swisstlm 3D

swisstlm 3D Version 1.3 Publication 2015 Généralités sur swisstlm 3D Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral de topographie swisstopo swisstlm 3D Version 1.3 Publication 2015 Généralités sur swisstlm 3D Le modèle

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques Marque de commande Caractéristiques Possibilité de positionner la tête du détecteur par rotations successives 40 mm, non noyable Fixation rapide Propre à l'emploi jusqu'à SIL 2 selon IEC 61508 Accessoires

Plus en détail