s l N T E R N A T l O N A -L ES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "s l N T E R N A T l O N A -L ES"

Transcription

1 PJIRIS SALONS INTERNATIONAUX EUROPROTECTION PRODUC ' FRANCAI S 'ES. ~ ET s l N T E R N A T l O N A -L ES 8, rue de la Michodière - P A R l S (2 ) T614phone et N 68 - SEPTEMBRE ,50 F (25 ANNEEl Abt : 1 an : France 6 F Etranger: 8 F FONDATEUR: ALBERT ALGOUD - DIRECTEURS: FRANçOIS ET PHILIPPE ALGOUD LES SPÉCIALISTES FRANCAIS ET ÉTRANGERS..) DE LA SÉCURITÉ ET DE LA PROTECTION ' SERO~l A P ARIS DU 30 SEPTEMBRE AU 5 OCTOBRE 1969 NUMÉRO SPÉCIAL EUROPROTECTION L'ttOMME ET L'EAU Rensejgnements pralìques L'opération «Message à la Mer >>... 3 RESPONSABLES DE SECURITE, inscrivez dès aujourd'hui sur "YOtre planning votre visite au Salon lnternational EUROPROTECTION 1969 (Paris-Le Bonrget 30 septembre/5 octobre). Les firmes les plus dynamiques repl'ésentant les pays suivants (France, Angleterre, Allemague, Etats Unis d' Amérique, Belgique, Hollande, ltalie, Tchécoslovaquie, etc.) présenteront lenrs dernières nouveautés en équipements de : - Protection individuelle, - Protectioo contre le voi, - Hygiène du Travail, - Seconrs et ranimation, - Radioprotection, - Protection Electrique, - Protection contre la Pollution des eaux et la - Protection Incendie et Explosion, Pollution atmosphérique. Vue aérienne du Pare des Expositions de l'aéroport du Bourget, ol) se tiendront Europrotection 1969 et l'homme et l'eau. LA SÉCURITÉ A L 'HEURE DE L 'EUROPE A U moment où se parfait la construction de I'Europc, il est opportun de rappelcr l'importance qu attachent Ics spécialistes à harmoniser les législatlons, réglemen. tations et normes en matìère de protection de I'Honune, de son Envlrounement et de ses Biens. n est dono d 'un grand intérèt d'apprcndre que c'est le Vice-Présid11nt des Commonautés Européennes, Monsieur LEVL-SANDRI qui inaugurera lui-mème Ics assises du 2 Salon International de la Prévcntion, dc la Sécurité et de la Protection dc l'homme, de Ì'Air, de l'eau et des Bicns, EUROPROTECTION 1969, le 30 septcmbre procbain au Pare des Expositions de l'aéroport de Paris-Le Bourget. Son intcrvention sera suivic avee la plus grande attention par de très norobreux journalistes, industriels, teehnjeiens et offieiels. C'est au cours de cc Salon, don t Ics 300 cxposants attendent des visiteurs de plus de cinquante pays, quc scront remis les Osears de la Protection 1969 dcstinés à récompenser les en treprises ayant le plus fait pour la protectiou de leur persounel. de leurs bàtiments et de leur environnement. Les heureux lauréa.ts du Jury présidé Jlin 1\ion.sieur Louis ARMAND, de l' Académic l<'rançaise, sont: - La Compagnie dc RaffinaJ,"C SBELL BERRE pour les industries cbimiques et )Jarachimiques. - La Société PROFILAFROID pour les industries métallurgiques. - La Société INTERNATlONAL HAltVES TER (usines de Saint-Dizier) pour les lndustries ntécaniqucs. Le 5 octobre prochain, jour dc clòturc du seui Salon lnternationaj couvrant l'cnscmble des problèmes de prévention et de sécurité, se déroulera après le Congrès lnternational de la Fédération des Ooctcurs-lngénieurs et lngénieurs-docteurs ès-se.ienees, celui de la Fédération Nationale des Sapcurs-Pompiers français. Celui-ci fera suite à des journées techniques comme à de norobrcuses démonstrations dc matéricls y compris J'e.xtinction de grands feux. Lcs exposés de la semainc porteront aussi bhm sur la prévention des aceidents au travail que dans les transports et à la maison. De meme des experts russes, belgcs, italicns, anglais, suisses, allemands, français, etc... parleront dcs problèmes de l'cau. L'ouverture des portes d'europrotec TION et dc l'exposition Internationalc L'HOMME ET L'EAU qui aceompagne celleci englobant pour la première fois en France une section sur l'cxploitation des océans, sera précédée d'un laneemcnt à Paris dc messages dans la Seine pour étudier le trajet quc peovent parcourir des eaux polluées. Ce sera Monsicur DIEBOLT, Préfet de P aris. qui présidcra cette cérémonie, la première organisée cn une capitale euro JJécnne par I'O.M.M.M. {011ération Mondiale "1\fcssage à la Mer») dirìgée par Monsieur CLEBANT, qui apporte sa collaboratiou à l'o.n.u. Oes CARTES D'ENTREES gratuites peuvent etre demaudées à EUROPROTECTION - L'HOMl\IJE ET L'EAU - 8, rue de la.m.ichodière - PARIS 2. PAGE 2 les exposants d'europrotection Les exposants de I.'HOMME ET L'EAU 5 Programme des Journées fechniques d'eùroprotection Programma des Journées techniques de L'HOMME ET L'EAU Les prochains Salons de tèchniques de pointe 8 OCEANEXPO L'HOMME ET L'EAU Cetfe premfère exposuion internationale à se tenir en France suscite un grand intéret. Le président René COLAS traite du problème mondial de l'eau, page 3. POURQUOI DES SALO S DE TECH NIQUES DE POINTE, T OUT montre que seuls les industries qui seront à l'affùt de nouveautés marquantes surnageront... si leur dynamisme commerciai est à lcf hauteur de celui de leurs laboratoires et de leurs bureaux d'études et de recherches. Dans son livre passionnant, «Nouvelles conquètes dans l'espace et la mer» ('), M. Jean Delorme a justement écrit: «la fin du xx siècle sera marquèe essentiellement par le dèveloppement sans précédent des techniques avancèes. Le classement des nations, des collectivìtés, dans le monde, leur prospérité seront déterminés par l'avance qu'elles auront prises dans ce domaine, beaucoup plus que par leur p~sè historique ou leur puissance militaire.» C'est pourquoi la S. A R. L PROEXPO (2) que j'ai l'honneur de diriger avec mon frère Philippe, a ètabli un programme de manifes tations internationales destiné à faire de notre pays le lieu de rencontre périodique des industriels, techniciens et acheteurs con cernés. Le voici pour ces prochaines annèes : 1971: BORDEAUX - 9 au 14 mars (Pare des Expositions, lac et Port) - l " Salon lnternational de I'Exploi tation des Océans. VIENNE (Autriche) - 10 au 15 mai - Exposition lnternationale de la protection de l'homme au travail, à l'occasion du 6 Congrès de I'As sociation lnternationale de la Sécu rité Sociale (AISS) sur la Préven tion des accidents du travail et des maladies professionnelles. (') Edltions du Grand Siècle. (') PROEXPO 8, rue de la Michodière PARIS 2 Tél. : PARIS LE BOURGET - 28 septem bre au 3 octobre - 3 Salon lnter national de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection de I'Homme, de son environnement et de ses biens EUROPROTECTION EUROSECURITY EUROSCHUTZ : PARIS - 28 mars au 2 avril - 2 Exposition lnternationale : L' HOMME ET L'EAU TECHN'EAU EXPO (Eau, air, déchets). BORDEAUX - juin - Exposition In ternationale de la Police PO LICEXPO ('). (Suite page 8) (') Celte manlfestation, qui se déroulerait en alter nance avec celle organlsée par les Allemands, réu niralt les stands des pays adhérant à Interpol et ceux des firmes françaises et étrangères, fournisseurs eux polices de matérlels dont un grand nom bre font de plus en plus appel aux techniques de polnte.

2 LE 2e SALO INTERNATIONAL POUR LA PRÉVENTION, LA SÉCURITÉ ET LA PROTECTION DE L'HOMME, DE L'AIR, DE L'EAU ET DES BIEN$. EUROPROTECTION 1969 LES SPÉCIALISTES FRANCAIS., ET ÉTRANGERS! DE LA SÉCURITÉ ET DE LA PROTECTION SERONT A PARIS DU 30 SEPTEMBRE AU 5 OCTOBRE 1969 l = = ' eux grands Salons Intcrnationaux «EU = D ROPROTECTION» et «L'HOMME ET L'EAU,. se tiendront, ensemble, cette année, au Pare des Exposilions de l'aéroport de Paris-Le Bourget, du 30 septembre au 5 octobre. EUROPROTECTIO~. Salon Intcrn.ttional de la sécurité et de la protection, aura lieu pour la seconde fois : le premier salon ouvrit en effet ses portes le 13 mai 1967, à la Porte de Versailles : ce fut, malgré des imperfections difficilement é' itables, un beau succès : la plus vaste exposition de sécurité et de protection jamais présentée dans le monde, des exposants de lo pays d'europe et d' Amérique, des visiteurs de 55 pays. Tout donne cependant à penser qu'eu ROPROTECTIOi 69 offrira de nombreuses améliorations de tous ordres. Les participants françnis, anglais, allemands et américains les plus impottants et!es plus dynamiques de 1967 ont retenu cles emplacements en moyenne très sensibjement accrus ; de nouveaux, et non des ~dres, se sont joints à e11x, de France ifae l'étranger; de nouvelles nations se JP!lt présentes par leurs fabricants, notam- 1ftint!es Pays-Bas et la Tchéco~lovaquie. La gamme des matèriels et produits offerts aux spécialistes de la sécurité et de la protection sera clone eneore plus lar~e. Les trois halls d'exposition sont clairs et particujièrement bien conçus pour la circulation des visiteurs ; ils sont entourés de \'astes terrains pour les parl..ing~ et le> démonstrations de mat( ricls en acuon. Un programme de journt' es techniques de grande classe a Hé ( tabli, spécinlement dans les domaines incendie, secour~. protection au travail, radioprolection. Quant au problème e~sentiel des visiteurs, il a été étudié nvec le plus grand soin : seront iovités : 8.066!>pédalistes de sécurité nominalivement connus, )es responsables de sécurité de entreprises,!es achetems en litre de entreprises ;!es adhérents de l' Associalion f rançaise des techniciens et ingénicurs de sécurité et cles médecins du trnvail (AFTL\1) amont leurs journées ;!es inspectcms dépnrtementam' d'incendie et chcfs de corps de sapeurs-pompiers et les spécialistes incendie.,.,.,.,,.,.,, 1111.,.,.,,.,.,...,.,.,.,.,.,,..,.,.,., des grandes sociétés privées et nalionalisées seront présents aux journées techniques ; l'assemblée générale de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers français tiendra ses assises à EUROPROTECTION ;!es adhérents de la chambre syndicale des ingénieurs-conseils de France et les i.ooo spécialistes municipaux de la protection et de la sécurité des \'ille~ adhérentes de la Fédération ~ l ondiale de ~ Yilles Jumelées seront également COn\'iés. ~ ~-- i EXTRAITS DE L' ALLOCUTION DE M. RENÉ CRUMOIS PREMIER VICE-PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION FRANçAISE! DU MATÉRIEL D'INCENDIE l ' =! = ~ ' l par l'ensemble de la Profession et nous som Dherses \'isiles collectives du Salon sont, d'ores et déjà, organisées: celle des participants du congrès international de sécu De gros progrès ont, en effet, été réalisés rité dans les induslries des métaux non mes extremement satisfaits de pouvoir le ferreux, des participants du congrès de démontrer ò l'occasion d'europrotection. Des réalisations nouvelles très intéressantes seront présentées, notamment dans sécurité de l'international wrought copper council, cles adhérents cles Veterans of = le domaine des : Safety des Etats-Unis, celles de spécialisles i - véhicules anti-incendie classiques argentins et brésiliens, etc. ~ - véhicules pour risques spéciaux, , , LORS DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE «EUROPROTECTION» L ES constructeurs de Matériel d'incendia soni, cela est évident, i11téressés a u premier 1 chef par EUROPROTECTION, aussi bien pour ce qui concerne la présentation des matériels eux-memes, que pour les colloques, exposés, discussions, démonstrations, qui soni prévus dans le cadre de l'exposition.! = \ DÉMONSTRATIONS! l ~ ' ~ Elles sero nt variées et de grande qualité. A titre d'exemples : ~ - LE GROUPEMENT TECHNIQUE DES MATIERES ET PRODUITS NON INFLAM! MABLES A TITRE PERMANENT présentera des tests au portique et aut.res sur le compor : \ tement au feu d'articles textiles et plastiques. = i - DU PONT DE NEMOURS S.A. effectuera des démonstrations des qualités des ;, vétements de protection en fìbres non-inflammables «NOMEX». ; l - COSMOCORD LTD démontrera l'efficacité de ses casques antibruit lors de tirs l 1 au pistolet-starter. ' = - LA COMPAGNIE DE RAFFINAGE SHELL BERRE effectuera des démonstrations = l - d'extinction de feux d'hydrocarbures avec un camion-pompe, l! - d'extinction de feux d'hydrocarbures sur un bac à toit flottant, J i - d'extinction de feux de gaz liquéfiés. \ : - LA WICKHAM ENGINEERING ~ LTD effectuera des démonstrations avec un ' : disque filtrant monté sur un camion statique. : \ - LES ATELIERS DE FABRICATION DE TOULOUSE présenteront des démonstrations ' : d'un appareit de gardiennage par ultra-sons. : ~ - LES INSTRUMENTS B & K montreront en fonctionnement des sonometres et : : mesureurs de vibrations. : : - LA SOCIETE SERDAL S.A. présentera un ensemble de réanimation d'urgence :, : CARDIOSECOURS CDS 305.,, - LA SOCIETE SUBER S.A. effectuera des démonstra tions avec un appareil de ' ' mesure en fonctionnement. : = - LA SOCIETE ST CYR ELECTRO INDUSTRIE ~ra des démonstrations sur l'ouverture = automatique de chassis ou de dome, par système de détection. : - LA SOCIETE EXPRESSO fera des démonstrations d'engins de petite manutention, l l etc. : ' ~ t ;, ~ - systèmes de détection et d'extinction automatique - installations de sprinklers - appareils de production de mousse ò haut coefficient de foisonnemenl - extincteurs ò poudre polyva!ente - appareils ménagers - nouveaux produits mouillants (mausse légère) etc..., etc... l es constructeurs espèrent vivement que la jaurnée d'étude prévue ò l'occasion dv prachain Salan permettra un échange de vues sincère et constructif avec les utilisaleurs lesquels auronl, en oulre, la possibilité d'assister ò un important programrne de démonstration. EUROPROTECTION est, sans co :~ teste, la plus importante des manifestations organisées en EUROPE paur notre domaine d'activité. la F.F.M.I. n'organisant pas cette fois-ci de stand professionnel, mais laissant ò ses adhérents le soin de s'inserire personnellemenl, naus ne savons pas quel sera exactement le nombre de participants francais. Nous savons, por contre, que déjò nombre de firmes dynamiques ont commencé la préparation de leur stand et nous sommes persuadés que, comme pour la précédente manifestation la quasi totalité des firmes françaises spécialisées sera présente en Octobre prochain au BOURGET, ottestant ainsi de la vitalité d'une Profession qui progresse d'année en année et doni la réputation de qualité (les chiffres réalisés ò l'exportation le prouvent) a largement dépassé nos frontières. R. C., l E U ROPROTECTION ~! L'HOMME ET L'EAU ~! Per informazione rivolgersi :! ' \, Camera Francese di Commercio '.., "".,.,.,.,.,,.,,.,.,.,.,.,,.. e Industria in Italia : EUROPROTECTION LWOMMEETL1AU1969 PARC DES EXPOS/1/0NS DE L 'AÉROPORT DE PARIS LE BOURGET RENSEIGNEMENTS PRAT/QUES Le alon Jntcrn.1Lionat cc EUROPROl i:.cflox 1969 " et l'l:xposition lnlernationalc u L'HO)JME ET L'EAU 1969 " auront lieu du 30 septembre au!l octobre inclus. Les heures d'ouverture sont de 9 h à 18 h 30. COMMENT SE RE'\DRE \ ElROPROTEC-'TIO:'I. - L ' fiomme ET L 'EAU : En volture: sorti e de Parìs par la porte de La Villette ou porte de La Chapcllc. d 11 a servt~e Par autobus: prcndre l'autobus 152 à la porte de L& \'illeue. c o m m e t e e ~ t é i e 11 CREDIT lyonnais UN AGENCES en France, Allemogne (Sarre}, Angle terre, Belgique, Espogne, Luxembaurg, Monoco, Suisse FILIALES et BANQUES ASSOCIEES oux Etats-Unis, Portugol, Ile de lo Réunion, Brésil, Iran, Liban, Pérou, Mortinique, Venezuelo, Afrique Noire, République du Saudon, Moroc, Tunisie, Madogoscar + REPRESENTATtONS en Allemagne, Argentine, ltolie, Etots Unis, Nigeria, Libon. + CORRESPONDANTS dons les cinq continenh Par aulo, ar: prcndrf: les autoears Atn FRA:\CE à la gare dcs lm a tid ~s ou ptare Pcreire. Par avion: Aéroport du Bourget ou Aéro port d'orly et autocar Air France Orly-Le n ourget. Adresse de EUROPROTECTIO:"' - L 'HO)DIE 1-~T L ' EAU, 8, rue de la 1\lichodière PAHIS (2') - f é l et Une pcrmancnce srra assuréc, memc Jll'ndant lt Salon. A partir du 15 scpl cmbre 196!1, un ou tjiu, ieurs rcsponsablcs se Uendront en pcrmancnce au Pare dcs Expositions dc t'aéroijort dc Paris-Lc Bourget. Le commissariai ronctionncra, bicn cntendu, à plein pendant toulc la duréc du Salon, son burea u se trou, anl au l" étai(c du HALL B 2, au-d e~so u s du restaurant. DIS POS I l IO:\ UES IlA L L::,: EUROPROTF.C1 10:\ oecupera la plu ~ grande partie du HALL A Cl la Lotalité du HALL B l. L'H0\ 1\JE ET L'EAU oecupcra une partlc importante du H.\LL.\ cl la totalitr du HALL B 2. Le HALL,\ e;,t le hall centrai et prineiimi, le IIALL B l se trou, ant à la gauche du H,\ LL A et le H.\LL B 2 à sa droite. JOljR::\EES TECH:\IQUES: Les journéc s tech niqucs dc E t 'ROI'HO TE('1'JO:\ 5C lic ndront, ;,auf ext cption, dans la salle dc c nnfcrrncc situéc!hl lio U ~!>O I du H \LI. R 2 <'l C'CIII'~ dc l.'ho\ntt: ET L'El\ U dans la 'allt du 2 étag(' du HAJ.J. R 2. Lel> I'XCI'Jll ions ~e r ont, hi < n ('nlendu, signa lées. ' ~ v ia Meravigli, l 2 ~ ~ Milano - T el ~ ~ All'occasione di questa ~ : manifestazione codesta Camera di : ' ~ C ommercio prevede p.. un viaggio ', a ang1. : ~ ~ COUPON REPONSE A EN VOYER A : EUROPROTECTIOH l, rue d e la M ichodière - PARI$ 2 - France ADMINISTRATION, ORGANISME ou FIRME... ADRESSE Nom el litro d u sigftalair e envisage d 'oxpose r b EUROPROTE C TION tut. ''"' de nouo adreu r en l emp s ulllo leo documenta d e oouscrlplio" d 'emp lacement [1 se propose d e visiler EUROPROTEC TION U". Prlòre de nous document ar sur les h61 elo. l] souhalle recevoir l o calalogue EURO PROTECTION 19". Prlòre d e nous a dreoser le bulletln de oouscrl ptlon. 1 s' inté r u aux Journéeo l echnlqueo Dale O '

3 ~~~~==~P~R~ODUCT I ONS FRANçAISES ET INTERNATIONALES ~------~ L'HOMME El L'EAU PROBLÈME MONDIAL par Re né CO LAS Présiclent cle l' Association lnternationale ES problèmes de l'utilisalion de l'alimenlation en eau et de la lutle contre la L 11ollution prcnncnt, malgré Ics ehorts faits duns le monde enlier, une imporlance et une gr:wité croissantes. En France, cn particulier, oo doit s'attendre à de nombrcuses réalisations dans l'aménageme nt des caux, lì la suite dcs dispositions prises l'li application de la loi sur l'eau de déccmbre Hlfl4. Ces réalisalions voot signhier une augmenlation de l'activité des firmes intéressées au traitement, au transporl, à l'utilisation de l'eau, :ì son épuralion une fois usée, à son rcjel et aussi à sa réutilisation. Ocs techniqucs nouvelles vont venir rcnlorccr l'arsenal dc luttc contre la pollution el la régénérntion de l'cau usée, pour celle-ci, cn particulier, interviendront Ics techniques de clc~~a l ement de l'cau de mer. Il est indispcnsablc de faire, IJériodiquemenl, le point de ccs réalimttions, de ces progrès, de oos développcrnents : aussi assistons-nous au cléroulemcnl inccssant d'un vaste pro- «L'HOMME ET L'EAU» Pour vivre et se!aver, un homme a bcsoin de 40 litres d'eau par jour, 15 tonnes par a n. C'est la consommalion que J'on observc dans Ics zoncs ruralcs dcs pays pa.uvres. En Europc occidentale, aujourd'bui, on consommc a u total 500 tonncs par an et par habitant. Le bond est déjà fantastique. Aux Etats-Unis d'amérique, Ics statistiqucs affichent tonnes pa r an! Et la progression est rapide, proche du doublement tous Ics quinzc a ns. Les responsables de la politique de l'eau, cn France, ainsi que Ics divers organismcs d'études et dc recherche, et Ics industries de l'eau, joignent leurs efforls pour que nolre pays prenne sa piace ou soit représenté dans ces manifestations. TI mnnquait toutefois une occasion lraclitionnelle dc faire rencontrer, en F rance, Ics réalisateurs dc travaux et d'instauations pour l'eau et l'assainissement, du monde enticr. Celle occasion est maintenant offerte par l' e:~.'posi lion internationale «L'Homme et I'Eau», qui sera la prcmière du genre en F rance. Elle comprendra deux seclions : l'eau l~ou ce et saumiìtre, et l'exploitation dcs océans. Dans ces deux scctions, de n ombrcu'~> et importants c'l:posants fmnçais el é trangcrs ont déjà retenu leurs stands dans Jes différentes branchcs d'activilé : d'une part rechcrche el caplagc, distribution, conttòle el mc.~ ure, traitcment, utilisation industriclle et domestique, etc., d'autre parl, rechercbes océanographiques, fomges, plongée, électronique sous-marine, travaux sou.~-marins, dessalemcnt, etc. LES BESOINS DE L'INDUSTRIE Selon Ics commodités localcs, le processus de fabrication olilisé et l'ancienneté cle l'établissemcnt. Ics prélèvements d 'eau, pour une méme production, peuvent etre différents ( 1 ). M 1 d'eau par tonne de produit (ou par m') Minimum Ma:~.;mum Acicr Almninium Papelerie Raffineries de pétrole ,1 40 Sacre de bellemve (') - Préparation à sec o - Préparation hydraulique..... lo - Raffinagc Brasserie (a) Rayonne Elcclricilé (') - Refroidissement air....,.... o o - Refroidisscment cau à 400 Lavagc de laine - Par solvanl chimique Par eau et détersi( o (&.t) o 8 15 (') Par contre Ics quanlités d'élémcnts polluants rejetées peuvent etre assez proches ; ce soni leurs taux de concentralion dans l'eau usée qui sont variables. - (~ Par lonne de bettemves. - ( 1 ) Par m 1 de bière. - ( 4 ) Par mégawatthcure. - ( 5 ) Centmles modernes. - (6) Centrales ancienncs. OPÉRA TION (MESSAGE A LA MER~ POUR l'inauguration DE l'exposition INTERNATIONALE «l'homme ET l'eau» A u mois d'oc>tobre procbain. nolrc orgauisation \'a publier a\cc la collaboration du Service hydrographique dc h\ Marine fran çai~c. Ics résultals dc plusieurs annécs d'< xpéricnt'cs dc l' Opération mondiale message à la mcr u (0;\IM\11 à tra, ers le mondc. Ccllcs-ci ont pour bot l'étudc des couranls de s urra.cc qui charrient Ics éléments dc pollution (étudc réalisée a u moycn dc cartcs flotleurs, \'Crsion modcrn(' dc la. houteillc à la mer). Une con c lu ~ion générale se dégagcra dc ces cxpérienccs : LE CARACTERE 1:\TER :-/ATIONAL ET ME~tE l t'\tf:r('ontjnektal DES COKSEQlJF:l\'CF.S OES AC1'ES DE POLL11TION. Ainsi dcs messagcs immcrgés il 400 milcs de la pointc sud dc l'lrla ndc cn octobrc 1966 ont élé retrou\~és non seulcment sur 11"~ eòtt s irlandaiscs. fran('aiscs. cspagno l e~ ('l porlul!'aises. mais égalcmcnl <>ur Ics pla!!'cs maro C'<ti nl s. rtité atlantiauc rornmc méditcrran(ocn. ainsi our sur les plajt'cs a lft'éripnnes. pronvant ainsi qui' le détroit dc (;lhraltar ne pouvait r on~hln,.r un obslaelc à la pollutinn dcs rot<'" médilarra néenncs. meme pour dcs déchet ~ pro, enant de I'Atla ntiaue. On a égalcment rcmarqué que dl''i mcssag-es immrrttés <'n "fr r du Nord ont été rctrouvés jus1ru'cn :'l:or, è~rc : le dernier vìcnt d 'ailleurs de nous t'tre rcnvoyé par l' lnslitut de bioiofl'ìc marine dc \ 1ou ma nsk. Cl' ''olct de l'aclh ilé u Messagc à la mcr n,.a bi('fl sur St' JX)ursuÌ\'rl' avec pour ohjectir l'infprdirlion totale. cl à l'écbellc internafiona11', rl1> toul actc d <' pollulion da n.; Ics oc.sa n ~. F.ll<' a connu un pr(>jude expérimcn- 1<~ 1 i\ Stra<;hourlt' le 5 mai 1!161!. Ione d lane m,.nt Il<' la Ch:t.rtc f'nronéennc dc l'cau. '\lons avons procédé à l'immcrsion dc cartcsf l otlc r~ dans le Rhin f'n partant du Jlrineir>c ouc nolluer fl!'uve'> N r1vit"r!'s. c e l nollut>r 1'0<'~1111 T~s résultat~ oui!'l'rnnl égalcmcnl nuhliéo; cn octobre prou\'pnl n"c dcs actt'<; de nollntion com mis e n " ra " ~ franeai<;c'<; n n. ni ~sl' nl par avoir dcs conséqut'nccs tlont ~on ffrl"lt égalcmcnl ti(' rì"'"' "t dcs caux holh ndaiscl" ou a llcmanrl r~. '-'nus rl IIOn ~ donc ét,.nrlrr rette exnéri<'nr<' à I'F.uropc. Parìs sera le 25 scptcmbrc la première eapitale l'uropéennc où ~c déroulcra une imml'r<~ion de carles-flotteurs. Cc~ m e~~ages immcrgés dans la Scin<' p<'rmcltront d'étudier Ics circonstanccs dc pollution d'un grand rlcu\'c europécn et, l'inei <lrn('r dc cctt-e pollutlon sur Ics cotcs dcs p :n ~, oìsìns. f'ct l<' immcrsion sera la prcmìèrc d 'une série 11ui comprcnd Rome, Londrcs cl d'autres eat>italcs europécnnes. Elle S<' d éroulcra o;ou<o la oré~idt'nce de 'Honsieur Oiebolt. préfct dt' P ari~. et a\'cc la collnboralion du f'on'ieil de I' F:urope. des associations " L'HOl\1\f F. F.T L'EAtl '' «EUROPUOTF;CTION, et rnarqu!'ra l'ouverture dc l'exposition intcrnationa lo L'I10MME ET L'EAU qui comprcndra un<' sectton sur l'exptoitatlon dcs océans : OClO:ANF.XPO 69. et se tiendra du 30 '>Cptcmbrc au 5 octohre au l'are des expositions dc l'aéroport de Paris-Lc Bourget. "ous cntendons au cours dc c ettc nou ''cllc campagne démontrcr quc Ics actcs dp pollullon doivenl l!trc considérés comme supra-nationaux par leurs conséqucnces pos s1bles. li n'est pas pcnsablc que, commc cela s'ob'!cn c acl ucllemcnt. des indu~trics se débara'>sent impunément dc dé<'hets no<'ifs qui m n t. par le jeu d i's courants. détruire des -wncs còlières appartcnant à d'autrcs pays. purfois mémc asscz éloignés. Notrc vreu est dc susciter une prisc de consricncc débarrasséc dc l'alibi de la propriété de proximìté do cours d'ca u dé\ olu sans restriction à. ccux qui cn ont le profit direct. Nous souhailons donc, que celle nou, clle version dc la campagne message à la mer aboutissc à la prisc de rncsurcs dc J>rolcction Ics plus s trictcs et ;\ l'ét'11elle curopécnnc, en tenant comptc enfin dc ce quc dcs richesses aussi essentielles que l'eau doivenl élrc consldérées comme des bacns a ppartenanl avant toul au contìnenl qu'clle aide à \'lne. :'\1arcel C L EBA ~T. Oirccteur de 1'0:'\1:'\UJ COUPON REPONSE A RETOURNER A : L'HOMME ET L'EAU t, rue de la Mlchodlòre - 75 PAIUS l France ADRESSE Nom et Ti h e du signotoite onvieoge d 'exposer ò I' Exposition Interno tlonole l 'HOMME ET l 'EAU 1t6t. Ptiòre de nous odtesser en lemps utile les documenta d e souscriplion d 'omplocemont al nous in vller à louloe r6unions ulilas. O so propose do visller I'Exposilion Intorno lionato l'homme ET l 'EAU 19". Pri6ro de noue documentar sur tee h61ola, O eouhoile recevolr le calalogue de I'Exposltlon lnlernallonale l 'HOMME ET l ' EAU Prlòre de noue adreuer le bultetln do I OUICription. 0 e'lnt6resse aux 'outn6oe Techniquos. O Vous avez d es problèmes faites DE TRAITEMENT DES EAUX ASSAINISSEMENT EPURATION le LUTTE CONTRE LA POLLUTION DE L'EAU HYGIENE, MESURE ET CONTROLE ADDUCTION, DISTRIBUTION, STOCKAGE D'EAU RECHARGE ET CAPT AGE... ALORS p in t ' a Paris Un programmo de cinq journées techniqucs d'un haut nivcau a été établi avec la collahoration d'organismes compétents, tels quc le Sccrétarial Permancnt pour l'elude des Prohlèmes de I'Eau, la Chambre Syndicale d'hy ~iènc Publique de France, l'lnslilut National dc Rccbercl1e Chimiqoe Appliquée, etc., et d'éminenls spécialistes français et étrangcrs pour Ics deux sections. La principale journée de la section Exploitation dcs Océans sera :~ni mée par le Centre Nalional pour I'Exploitation des Océans (C.N.E.X.O.) et I'Association Scientilique et Technique pour I'Exploitation des Océans (A.S.T.E.O.), jui auront, bien entendu, leurs slands dans 'exposition. Il convieni, d'ailleurs, de souligner que cette seclion sera une sorte de préface au Salon intcrnational pour l'exploitation dcs océans, manifestation bcaucoup plus vaste et autonome, qui se tiendra à Bordeaux du 9 au 14 mars Pour tous rcnseignemcnls complémentaires, s'ndresser Ìt : L'Homme et I'Eau, 8, rue de la Michodièrc, Paris (2 ), téléphone et A L'EXPOSITION INTERNATIONALE «L'HOMME ET L'EAU 1969» ORGANISEE DU 30 SEPTEMBRE AU S OCTOBRE AU PARC DES EXPOSITIONS DE L'AERO PORT DU BOURGET LES DERNIERES NOUVEAUTES DE L'INDUSTRIE DES TECHNIQUES DE L'EAU SERONT PRESENTEES PAR PLUS DE 100 SOCIETES ALLEMANDES, AMERICAINES, AN GLAISES, BELGES, FRANçAISES, HOLLANDAISES, ITA LIENNES, SUR M2 D'EXPOSITION. Eaux ~go ~ts.. ;:... :..... Stations d epuratìon.... Total ( 1 ) En millions de francs. JNVESTISSEMENTS NECESSAJRES ( 1 ) Rctard ao débul l Nooveaux du v Pian bcsoins l Total «L'HOMME ET L' EAU 69» SERA ACCOMPAGNEE D'UN PROGRAMME DE JOURNEES D'ETUDES, DE VISITES D'USINES, ETC. RENSEIGNEMENTS ET CARTES D'INVITATION GRATUITE$ doivent étre demandés à «L'HOMME ET L'EAU 69» COMMISSARIAT GENERAL 8, rue de la Michodière, Paris (2 ) Tél et

4 ,..RODUCTIONS FRANçAISES ET INTERNATIONALES--- L l ST DES EUROPROTECTION 19&9 A.C.D.S. (surveillance, gardiennage) A.C.E.P. JASMINA (boissons non alcoolisées) A.C.M.E. PROTECTJON EQUIPMENT (USA) (masques) ANTREX CORPORATION (USA) (laryngophones avec amplificateur) APPLICATIONS ELECTROTECHNJQUES INDUSTRIELLES AREOFEU (matériel de lutte contre l'incendie) ASSOCIATION DES INDUSTRIELS DE FRANCE (vérifications et controles techni ques) ASSOCIA TION DES INDUSTRIELS DU NORD DE LA FRANCE (vérifications et controles techniques) A TELIERS TECHSON SECURITE (tous équipements de protection individuelle) AUDIPHA (audiomètres, cabines insonorisées) AUSTRASIA - S.P.E.S. (tous équipements de protection individuelle au travail) AZOTE ET PRODUITS CHIMIQUES BAL TEX (gants de protection) BAT A (Pays-Bas, Canada) (chaussures de protection) BAUDOU (chaussures et bottes de sécurité) BEAUMONT (matériel de réanimation et de secours) BIRO ET FILS (tout le matériel de lutte contre l'incendie, équipement de véhicules spéciaux, détection, ignifugation) BON ET NAGA (portes coupe-feu) BRADY EUROPA (Belgique) (signalisation de sécurité) J. BRANDT - DR~GERWERK (AIIemagne) (matériel de protection respiratoire) G. B. BRITTON (Grande-Bretagne) (chaussures de sécurité) CAROBRONZE - AMPCO (USA) (outillage de sécurité) TU (matériel de protection contre les dangers électriques) D'ETUDES DE PREVENTION (vérifications et controles techniques} USSURE DE PROTECTION - STOPAC (chaussures de sécurité)... 1disltr'1buteurs de boissons) (distributeurs de boissons et d'alimentation) CO MITE D'EDUCATION SANIT AIRE ET SOCIALE DE LA PHARMACIE FRANçAISE COMITE NATIONAL DE DEFENSE CONTRE L'ALCOOLISME COMMEINHES (matériel de réanimation et de secours) COMPAGNIE AUXILIAIRE DES MINES (détecteurs de gaz ; éclairage de sécurité) COMPAGNIE DE CONSTRUCTION ELECTRIQUE (protection contre les dangers électriques) CONSTRUCTIONS RADIOELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES DU CENTRE (pro tection contre les radiations ionisantes) CONSUMERS (Canada) (gants de protection) CORDERIE NA TIONALE (filets, ceintures de sécurité) COUCH (USA) (détecteurs d'incendie) COVENTRY CLIMAX (Grande-Bretagne) (pompes à incendie} CRIST AL (ap.pareils respiratoires, ranimation, bouteilles de gaz) CUSENIER {boissons non alcoolisées) DECA TOX (AIIemagne) (matériels électrotechniques) DElECTJON ELECTRONIQUE FRANçAISE (détection d'incendie et de voi) DETECTOR (Danemark) (détecteur de gaz) DICOREP (USA) (signalisation de sécurité) DJRECTION TECHNIQUE DES ARMEMENTS TERRESTRES (Atelier de Fabrication de T oulouse) (détection voi) DU PONT DE NEMOURS (USA) (fibres résistant au feu) EIF (vetements et gants de protection, matériels et produits de nettoyage) L'ELECTRONIQUE APPLIQUEE (réanimation et secours, radioprotection) ENVIRCO (USA) (salles sans poussière, propreté biologique et spatiale) ERDCO ENGINEERING (USA) (détection de gaz) ESSO STANDARD (produits pétroliers- Oscar de la Protection) ETRI (protection par rideau lumineux) EXPRESSO (matériel de manutention de sécurité) FAMECA (protection contre les dangers électriques) FENZY (appareils respiratoires, masques} ANDRE ET SERGE FERRARI (signaljsation de sécurité) FICHET - BAUCHE (portes-fortes, coffres-forts, installations d'alarme, auto banque, portes coupe-feu} FIRE INTERNATIONAL {Grande-Bretagne) FLORINA DELINEANTS (Grande-Bretagne) (signalisation de sécurité) FOIN (gants de protection et tabliers méta!jiques) FONDERMANN (AIIemagne) (lunettes et écrans) FRANCE - APPLICATJONS (signalisation de sécurité) FYREPEL (USA) (vetements anti-feu} GARDWEL-SAFETY CLOTHING EQUIPMENT (USA) {vetements et gants anti-feu) GASCO (USA) {extincteurs) G.I.S. (gardiennage et surveillance) GLOBE SAFETY PRODUCTS (USA) {masques réanimateurs) GRANDE-BRETAGNE (stand collectif lutte contre l'incendie et protection au travail} GROUPEMENT ATOMIQUE ALSACIENNE ATLANTIQUE (détection feu et voi) GROUPEMENT DES APAVE (vérifications et controles techniques) GROUPEMENT D'ETUDES, D'INSTALLATIONS ET D'EXPLOITATION DE SYSTEMES DE SECURITE (systèmes de sécurité contre l'incendie et le voi) GROUPEMENT DES INSTALLATEURS DE SPRINKLERS GROUPEMENT TECHNIQUE NON FEU {matériaux non inflammables par nature) GRIMMEISEN {articles de sport - Oscar de la Protection) HIL TI {matériel de fixation) HUTCHINSON (chaussures de sécurité et vetements) HYGIAPHONE (protection contre le voi et l'insalubrité) HYGIENE ET SECURITE!CARE (détection de gaz) INDUSTRIAL INSTRUMENTS (Grande-Bretagne) (instruments de précision) INSTRUMENTS B ET K (enregistrement et controle du bruit) JALLA TTE (chaussures de sécurité) JOHNSTONE (Grande-Bretagne) (vetements de protection) KNOCK-OUT FULGOR {matériel mobile et fixe de lutte contre l'incendie, détection) LABORATOIRE CENTRAL DE L'ARMEMENT (radioprotection) LABORATOIRES LAPHI {pates de protection) LABORATOIRES LURIE (ignifugation) LAUDREN (protection contre le voi et l'incendie) LE BLOC (détection et protection contre le voi et l'incendie) M.A.I.R. {mesure, régulation et détection) MASSEY-FERGUSON (tracteurs agricoles, sécurité du travail) MERKURIA (Tchécoslovaquie) (protection au travail et contre l'incendie} MINISTERE DES ARMEES MIRANDA (protection respiratoire) MISPA (ltalie) (matériels pour la lutte contre l'incendie) MOMM (~llemagne) (gants de protection) MORS TELEMECANIQUE (protection contre le voi et l'incendie} MOTOST ANDARD GUTBROD (matériels pour la protection d es espaces verts, balayeuses, laveuses de sol, aspirateurs industnels) M.S.A. (USA) M.S.A. FRANCE (tout matériel de protection et de secours, détecteurs et appareils de mesure) NARDEUX (radioprotection} OPHT AL (éclairage de sécurité) AUTOMOBILES PEUGEOT (Oscar de la Protection) P.G.E.P. (protection contre les dangers électriques) PIERREFITTE (produits pour l'extinction des feux) PIRELLI (ltalie) PIRELLI FRANCE (protection respiratoire, lunettes, gants) PONT ARLIER ELECTRONJQUE (détection de défaut de courant, éclairage de secours) PROFILAFROID (profilés à froid, sécurité du travail) PROSEC (Axo, C.E.e., Charmoillaux, Chéops, Comasec, Compagnie française de Produits industriels, Fichet-Bauche, Mécaserto, la Physiotecnie, Ruggieri, Saphymo, S.E.C.A.N.-Chausson, S.E.I.N., SICLI, S.I.E.R.S., S.I.R.E.C., Socaltra, la Spirotechnique, Técalémit, Thomson-Houston) (matériels de radioprotection) PROTECSJL (pates de protection} PROTECTA (lunettes, casques, gants, filets, ceintures de sécurité, amortisseurs de chute) PROTECTION INDUSTRIELLE (tous vetements et équipements de protection individuelle au travail) RAPHAELS (USA) (lunettes) REMCO (vetements de protection) REVUE ACHETEURS REVUE DES COMMUNES REVUE DE LA PROTECTION REVUE DE LA PROTECTION CIVILE ET INDUSTRIELLE REVUE TECHNIQUE DU FEU RHIN ET RHONE (poudre absorbant les huiles, graisses et essences sur le sol et sur l'eau} RHOVYL (tissus ininflammables) RIBY (gants de protection) RIKKIHAPPO OY (Finlande} (masques) ROSE (USA) (ceintures de sécurité - Stop-chutes) ROTH (bouteilles en acier, gaz comprimés et liquéfiés, robinets vannes haute pressioni ROZALEX (Grande-Bretagne) (pates de protection) SAFETY PRODUCTS (Grande-Bretagne) (lunettes et écrans de protection} S.A.F.I. (USA), S.A.F.I. FRANCE (lunettes de protection, appareils anti-bruits) SAINT-CYR ELECTRO INDUSTRIE (commande à distance et ouverture automatique en cas d'incendie, par détecteurs de fumée, de flammes, de température, etc.) SCHUBERTH (casques et équipements de protection) SCOTT AVIATION (USA) (masques autonomes) SERCEL (protection contre le voi et l'incendie) SERDAL (électronique médicale) SHELL (produits pour l'extinction des feux) SIAPA (distributeurs de boissons non alcoolisées} SICLI (matériels mobiles et fixes de lutte contre l'incendie, détection, ignifuga tion, engineering) SIC PREVOR (brancards, couverture anti-feu, lave-ooil) SIDES (véhicules de lutte contre l'incendie, voitures-échelles, extincteurs) SIDETA (matériel anti-vol et de sécurité, désinsectisation) SOCIETE GENERALE DES PRODUITS REFRACTAIRES (proteclion contre l'incendie) SOLVAY (produits pour l'extinction du feu) SOVIREL (lunettes et verre de protection} SPENGLER (AIIemagne) (distributeurs de boissons et d'alimentations) LA SPIROTECHNIQUE (appareils respiratoires et de réanimation, vetements et équipements de protection) S.P.S. (surveillance, gardiennage) STAHL-SCHANZ (Allemagne) (portes coupe-feu) STEHAK (AIIemagnej (protection contre le voi et l'insalubrité) SUD-A VIA TI ON (hé icoptères, réanimation et secours) SYCORES {réservoirs souples, barrages souples contre la pollution} TELEAUTOMA TE (détection incendie) TOURTEL (bières non alcoolisées) TRINDEL (protection contre le voi et l'incendie) TURNWALD (casques de protection) UNICO (USA) (analyseurs et détecteurs de gaz) UNIVERSAL INITRAM (USA) (matériau antidérapant pour sol, enduit) VENITEX (gants de protection) VEREINIGTE FLUGTECHNISCHE WERKE (AIIemagne) (protection par rideaux lumineux) VIT ALOGRAPH (Grande-Bretagne) (matériels de ranimation) VOLTRON PRODUCTS (USA) (mesures électriques de précision) WA TTSON (protection con tre l'incendie et le voi) WELSH (USA) (masques, lunettes, casques) WILKINS (Grande-Bretagne) (bottes de sécurité) WILLSON (USA} (appareils de détection et de mesure du bruit, anti-bruits, lunettes, masques, casques) LES PUBLICATIONS PRESENTES A EUROPROTECTION 1969 ACtiETEURS n EVUE DES CO!\JMUNES ' n EVUE TECHNJQUE DU FEU PHOTEC1'JON CIVILE ET SECURITE INUUSTRIELLE ~tj Nt;S ET CHIMIE R EVUE DE LA PROTECTION T ECHNIQUES DE SECURITE ET 1\fEDECJNE DU TRAVAJL SECUniTF. 1-::'1'.MEDECINE DU TRAVAIL SECURITE INl 'OnMATION IIVGJ ENE ET SECUltlTE (:Ull>E DE LA SECURITE, OE LA PROTECTION ET DE L'ENTRETIEN FACE AU RISQUE l.f. SAPEUR-PO:\tPIER PRO\IOTION DE LA PREVENTION Rf.VUE DE LA SECURITE nt-:yue OU GROUPEMENT DES A.P.A.V.E.

5 ------PRODUCTIONS FRANçAISES ET INTERNATIONALES EXPOSANTS L'HOMME ET L'EAU SECTION: EAO DOOCE ET SAOMATRE SECRETARIAT PERMANENT POUR l 'ETUDE DES PROBLEMES DE L'EAU. A.E.S.-FAIRCHILD (USA) (analyseurs d'eau). AMERICAN WATER RESOURCES ASSOCIATION. ANISA (bacs - bouteillons en plastique pour traitement des eaux). ARMOSIG (raccords et tuyauteries plastiques). B.D.H. CHEMICALS LTD (Grande-Bretagne) (produits chimiques pour laboratoires et traitement des eaux). BECKMAN INSTRUMENTS (USA) (contròle, mesure). Maison L. BERGERON (pompes). William BOULTON (Grande-Bretagne) (filtrage). BUREAU D'ETUDES ET LABORATOIRE D'HYDROLOGIE INDUSTRIELLE. BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERE$. BURGEAP (hydrogéologie, prospection des eaux souterraines). BUREAU TECHNIQUE DE DETECTION (détection de fuites). CHAUFFAGE AUTOMATIQUE DE L'EST (pompes doseuses, doseurs automatiques, coffrets électroniques de mesure et de commande). C.E.C.A. (charbons activés). CIFEC (traitement des eaux). COMPAGNIE DES COMPTEURS (appareils divers pour les techniques de l'eau). COMPAGNIE DES EAUX ET DE L'OZONE (captage, traitement et distribution des eaux potables, industrielles et d'irrigation). COMPAGNIE EUROPEENNE DE TRAITEMENT DES EAUX. COMPAGNIE GENERALE DES EAUX (exploitation des services de distribution d'eau, exploitation des installations d'épuration des eaux usées). COMPAGNIE GENERALE DE GEOPHYSIQUE (recherches d'eaux souterraines par méthode géophysiques). COPEF (traitement des eaux industrielles, pompes doseuses, échangeurs d'ions, contròle de circuits de refroidissement~ COYNE ET BELLIER lbureau d 'études). CREPIN ES JOHNSON- ATLAS COPCO (USA). CULLIGAN U.S.A. - CULLIGAN INTERNATIONAL - CULLIGAN FRANCE (traile meni des eaux). DEGAMI-VOIT (AIIemagne) (filtre rolalif à vide). DEGREMONT (traitement des eaux, déminéralisation). DELATTRE LEVIVIER (chéìteaux d'eau). E.G.C.E. (Etudes de Génie Civil el d'equipements). ELECTRONIQUE APPLIQUEE. ELECTRONIQUES INSTRUMENTS LTD (Grande-Bretagna) (instruments de contròle des eaux). ELLIOT AUTOMATION - HOUDEC (contròle de niveau). EPUREAU (traitement des eaux). ESSA-MICO (pompes). EXACTEL (USA) (manomètres hydrojauges). FRANCEAUX (traitement des eaux usées). FRANS BONHOMME (tuyaux en polyéthylène haute densité}. FRtESKE & HOEPFNER (AIIemagne) (mesure, contròle). GEOHYDRAULIQUE (études pour la recherche et l'exploitation des ressources hydrauliques souterraines, protection des nappes phréatiques). GEOSERVICES (fournitures de pvits et forage produdifs d'eau souterroine). Ets des Pompes GOURDIN (po pes). GRENOBLE (SERVICE DES EAUX DE). HACH U.S.A. (mesure, controle). HAMART ET SOTUR (tous matériel de curage, nettoyage et vidange. Appareils et véhicules. Curage et nettoyage des canalisations). HEITO (mesure, analyse d'eau). HERFILCO (traitement des eaux industrielles). HERMANN WANGNER REUTLINGEN (AIIemagne) (traitement des eaux). HYDROCURE (matériel d'analyse pour le contròle des installations de traitement d'eau). I.R.C.H.A. (recherches). JEUMONT SCHNEIDER (pompes). JOYCE LOEBL (Grand-Bretagna) (matériels d'analyse pour laboratoire). LABO STANDA (matériels de laboratoire). LAMOTTE & COIFFARD (charbons activés}. LATIM WALRAVE (stockage d'eau). MATERIEL PERRIER (matériels de tamisage et microtamisage des eaux). LE MATERIEL DE SONDAGE. MESURE ET CONTROLE INDUSTRIEL. METALLURGIE DU TUYAU FLEXIBLE (tuyaux étanches et semi-étanches). MIDDLAND DIATON FILTERS (Grande Bretagne) (filtres). MILLIPORE (production d'eau ultra pure, filtres, appareillages pour analyses de l'eau). NOLO (AIIemagne) (crépines). NV NORIT VERLOOPCENTRALE (Pays-Bas) NORIT FRANCE (charbons adivés). OMNIUM D'ASSAINISSEMENT (traitement des boues). ORSTOM (hydrologie). PARIS-LABO (mesure, analyse}. PASSAVANT WERKE (AIIemagne) (traitement des eaux). PHILIPS INDUSTRIE (contròle, mesure, régulation du traitement des eaux). PITTSBURG CARBON ACTIVATED CO (U.S.A.) (charbons actifs pour traitement de l'eau). PLAST INDUSTRIE (raccords et tuyauteries plastiques). GROUPE PONT-A-MOUSSON. PROCEDES ROVAC!protection des métaux). PYROCRYSTAL (Italia) (appareils pour le traitement des eaux - épuration). RATEAU (pompes). RELLUMIX (deshuilage). RHIN ET RHONE (lutte contre la pollution). ROCKE INTERNATIONAL (analyseurs d'eau, manomètres). SADON (traitement des eaux). SATEB (déminéralisation). SCHONEBI:CKER BRUNNENFILTER (AIIemagne) (filtres). SEDIM (engineering pour l'assaini.ssement des eaux et traitement des.ordures ménagères). S.E.I.N. (co~fole de radioactivité des eaux). S.N. S.E.T.A. 16puration d es eaux). SETUDE (études, engineering). S.F.A.C.-SCHNEIDER (matériel de forage). S.F.B.C. (crépines). SHELL (luttre contra la pollution des eaux).! l! i i l! ; l l i = t l i.. l =! = l S.I.H.I. {pompes). SOBATELEC (pompes). SOCIETE D'ETUDES INDUSTRIELLES EN LABORATOIRES (mesures piézométriques, détecteurs de surpression). SOCIETE FRANçAISE D'ASSAINISSEMENT (traitement des eaux usées et des eaux induslrielles). SOGREAH (engineering, travaux). SOPTEL (optique de précision). SOTECA (poste de pompage par réservoirs filtrants et por pompe à godets). SPAANS Machinefabrick (Hollande) (trailement des eaux). S.P.E.C. (crépines). S.P.I.E. BATIGNOLLES (sondage, forage). SYNDICAT DES COMMUNES DE LA BANLIEUE DE PARIS POUR LES EAUX. TECHNICON (analyse automatique, contròle de la pollution). TECHNOCHIM (pompes doseuses, filtres, adouc.isseun). THOMSON-CSF (électronique). VOKES {Grande-Bretagna) (traitement). WICKHAM ENGINEERING (Grande-Bretagna), (traitement). SECTION: EXPLOITATION DES OCÉANS CENTRE NATIONAL POUR L'EXPLOITATION DES OCEANS (C.N.E.X.O.). ASSOCIATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE POUR L'EXPLOITATION DES O (stand d'accueil). ALCATEL. ATELIERS ET CHANTIERS DE BRETAGNE. BABCOCK ATLANTIQUE BECKMAN INSTRUMENTS (USA). BERTI N. BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERE$. COMMISSARIA T A L'ENERGIE ATOMIQUE. COMPAGNIE DES COMPTEURS. COMPAGNIE GENERALE DE GEOPHYSIQUE. DEGREMONT. DR~GER BRANDT (AIIemagne). ELECTRONIQUE APPLIQUEE. GEOMECANIQUE. GEOSERVICES. GROUPEMENT ATOMIQUE ALSACIENNE ATLANTIQUE. INSTITUT FRANçAIS DU PETROLE. INTERTECHNIQUE. MECI. MESSIER. METALLURGIE DU TUYAU FLEXIBLE. NEPTUNE. OPERATION «MESSAGES A LA MER». ORSTOM. PHILIPS INDUSTRIE. SEDI M. S.F.A.C. fschnejder). S.F.I.M. SHELL. SOGREAH. SOPTEL. SPIROTECHNIQUE. SU BER. ADHERENTS DU SYNDICAT DES ENTREPRISES DE TRAVAUX SOUS-MARINS - BONNEVALLE - C.O.M.E.X. - E.T.I.M. - E.T.S.M. - JUGLA - SOGETRAM - S.P.A.F. - TRASUBERT. TECHMATION. TECHNICON. THOMSON-CSF. = ~~ w ~ PUBLICA 1/0NS PRÉSENTÉES A L 'HOMME ET L 'EAU L'ACTlON MUNICIPALE L'INFORMATJON MUNICIPALE REVUE DES COMMUNES L' AVENTURE SOUS.MARINE GENIE RURAL JOUR~AL DE LA MARINE MARCHANDE c t CARTE D'INVITATION A EUROPROTECTION i i l l! (A DÉCOUPER) EUROPROTECTION l e SALO N INTERNA TIONAL DE LA PROTECTION ET DE LA SECURITE (Aéroport de Poris le Bourgel} INVITA TION POUR UNE ENTREE OFFERTE A : NOM.... SOCI ETE.... AD RESSE PAR : PRODUCTIONS FRANç AJSES ET INTERNATIONALES POUR SE RENDRE AU SALON EUROPROTECTION, VOIR AU DOS

6 --~~~~~~====--=-======~~~~--~ w - ~ ~..., ~ JOURNÉES ORGANISÉES PAR LES ASSOCIATIONS EUROPROTECTION EUROPROTECTION 69 MARDI 30 SEPTEMBRE : 9 h 00 : Ouverture solennelle par M. LEVI SANDRI, Vice-Président des Com munautés Européennes. «Pourquoi ces Journées u, par M. Maurice BOURDON, Président de l' Association lnternationale pour la Sécurité et la Protection de I' Homme, de son Environne ment et de ses Biens EUROPRO TECTION UNISECURITE. Allocution de M. J. M. BRESSAND, délégué général de la Fédération Mondiale des Villes Jumelées (FMJV), sur la nécessité d'une collaboration toujours meilleure entre les techniciens de la protec tion et les responsables municipaux. «Les raisons du progrés en matière de sécurité n, par M. J. BONE, Chef du Service de Sécu rité à ESSO. ~ Le système des primes de 5\!ggestions de sécurité : organi sation - fonctionnement - ré sultats», par M. JEANFAIVRE, Adjoint au Chef de Service Pré vention des Automobiles PEU GEOT. << les accidents de trajet : circulation dans les enceintes de tra vail et au dehors - statistiques - mesures mises en ceuvre», par M. DAVID, Chef du Service Prévention d e s Automobiles PEUGEOT. 11 la sécurité des femmes au travail et les répercussions au foyer Il, par M. Maurice RAIM BAIJLT, lngénieur Conseil pour la Sécurité, notamment aux Etablis sements GRIMMEISEN. 11 h 30 : Fin de séance - Temps libre pour visiter les stands et déjeuner libre. 13 h 00 : Banquet donné en l'honneur de M. levi SANORI et des ambassa deurs des pays représentés à Europrotection de I'Homme et I'Eau. 15 h 00: Allocution de Monsieur J. BOIS SELIER, Président national de I'A.F.T.I.M. ('). << Conception et limites de la tache de l'lngénieur de Sécurité», animateur: M. H. CHAillOT, Vice-Président de l'a. F. T. 1. M. u l a normalisation des articles de protection individuelle est-elle souhaitable? Est-elle possible?», animateur: M. G. BOUE, Prési dent du Comité d'etudes << Pro tection d e s Travailleurs >> de I'A.F.T.I.M., lngénieur Sécurité du Centre Spatial de Brétigny. 18 h 30 : Réception du Conseìl Général de la Seine-Saint Denis. MERCREDI l " OCTOBRE : Sous la présidence de M. A. REBIERE, Chef du Service de Prévention des nuisances industrielles, au Ministère de l'industrie: 9 h 00 : << Exemples de collaboration entre le Médecin du travail et l'lngé nieur de Sécurité, application pratique d'ergonomia dans une (') Assoclation française des Technlcicns et lng& nleurs de Sécurité et des Médccins de Travail. POUR SE RENDRE AU SALON EUROPROTECTION (Aéroport de Paris Le Bourget) raffinerie de pétrole >> : animateurs : M. P. BOUQUAND et le Docteur N. VIEUX, lngénieur de Sécurité et Médecin du Travail à la raffinerie de Petit Couronne de la Compagnie de Raffinage SHELL BERRE. 10 h 30 : «Dispositions pratiques de pro tection contre les Radiations Ioni santes dans tes entreprises, application de la réglementation >> : animateurs : M. J. POMAROLA et le Docteur J. MANQUENE, Prési dent Technique et Président Médi cal du Comité d'etudes «Protec tion contre les Rayonnements lonisants» de I'A.F.T.I.M. 11 h 30 : Fin de séance - Temps libre et déjeuner libre. 15 h 00 : «Protection des travailleurs contre les rayonnements ionisants. Normes admissibles, par M. Gl RAUD, Département de protection sanitaire du C.E.A. «Réglementation concernant la protection des travaìlleurs contre les dangers des rayonnements ionisants li, par M. DIEN, du C.E. P. «Les problèmes de détection protection nucléaire dans le cadre de la défense nationale. Etudes et réalisations >>, par M. BOVA GNE, ingénieur en chef. <C Ròle des organismes de contròle dans le domaine radioprotection», par M. VIGNERON, ingénieur, Chef du Service Electricité de I'APAVE lyonnaise, du Groupement des APAVE. te lntervention des Sapeurs Pom piers lors d'un sinistre dans des Jocaux où sont entreposés des sources radioactives >>, par le Commandant BElBEZIER, de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Pari s. JEUDI 2 OCTOBRE : 9 h 00 : «L'équipement idéal d'une petite ville en matière de I'Jtte contre l'incendia 11, par M. R. MONORY, Sénateur-Maire de Loudun, Vice Présicjent de la FMJV. 9 h 15 : << Organisation de la lutte contre les dangers d'explosion et d'in cendie u, colloque des utilisateurs de matériels d'incendie et de secours, sous la direction du Colone! GAUDRON, Président de la Commission Technique de la Fédération Nationale des Sapeurs Pompiers français. Les propositions présentées par les utilisateurs de matériel ont été étudiées avec la participation du Service National de la Protection Civile, de la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris, du Bataillon de Marins Pompiers de Marseille, de la Commission Teshnique de la Fédération Nationale des Sapeurs Pompiers français, de l'lnspection Générale du Génie, de l' lnspection Technique de I'Armée de I'Air, du Service Technique de la Navigation Aérienne, de I'A.F.N.O.R., de I'A.F.T.I.M., de I'A.I.F., de l'assemblée plénière des Sociétés d' Assu rances, du C.N.P.P., du Conseil Supérieur de I'Ordre des Archi En voiture : sortir de Paris por la Porte de lo Villette ou lo Porte de Lo Chapelle Por autobus : prendre l'autobus 152 ò lo Perle de la Villette Par autocar : prendre les autocors Air France ò lo Gare des lnvalides ou piace Péreire Par avion : Aéroport du Bourget eu Aéroporl d'orly et outocar Air France Orly le Bourget Heures d'ouverture : 9 h - 18 h 30 ' tectes, de la Direction des Mines, de I'E.D.F., du Groupe d'etude de Sécurité de l'industrie du Pétrole, du Groupement des APAVE, du Groupement des Conseillers Techniques en Préven tion lncendie, de la R.A.T.P., de la S.N.C.F., du Comité National de I'O.P.P.B.T.P., de I'Union des lndustries Chimiques. leurs délé gués prendront part au débat avec le concours des lnspecteurs Départementaux et des Officiers de Sapeurs Pompiers de nombreu ses villes de France. la législation sur la prévention des incendies. Les règles techni ques de l'assemblée plénière des Sociétés d'assurances contre l'in cendie présentées par M. AN TOINE, Président du Groupement des Conseillers techniques en prévention incendie. Le matériel d'auto-protection en fonction des classes de feux (action indlviduelle). Etude de M. CHAilLOT, Vice Président de l' Associatìon Française des Tech niciens et lngénieurs de Sécurité et des Médecins du Travail. 11 h 30 : Temps libre pour visiter les stands. Déjeuner libre. 15 h 00 : cc Suite de la réunion sur l'orga nisation de la lutte contre les dangers d'explosion et d'incen die». Le matériel pour l'action col lective dans les diverses opéra tions de secours et de sauvetage. ltapport du Capitaine VANDEN, lnspecteur départemental adjoint de la Savoie, membre de la Com mission Technique de la Fédéra tion Nationale des Sapeurs Pom piers français. Oébats, synthése des travaux, confrontation des idées et sug gestions concernant les matériels nouveaux à soumettre aux cons tructeurs. Soirée libre. VENDREDI 3 OCTOBRE : 9 h 00 : Colloque sur les matériels de lutte contre l'incendia (l'opinion de constructeurs de matériel d'incen die et de matériaux résistant au feu). Séance dirigée par le Colone! BELTRAMElll, avec la participa tion de M. AMY, lngénieur en Chef Honoraire de la Préfecture de Police. << Les moyens de lutte contre l'incendia et la législation». u Les extincteurs mobiles - leur avenir >. <c les agents extincteurs nou veaux >>. << La normalisation européenne >>. 15 h 00 : Suite de la réunion sur c< l'orga nisation de la lutte contre les dangers d'incendie >>. << les ìnstallations fixes Sprin ~ klers». c< La détection - règles d'ins tallations >>. «Les engins pompes et motopompes normalisation». << l es engins spéciaux». Soirée libre. SAMEDI 4 OCTOBRE : 9 h 00 : Assemblée générale des comités régionaux de I'A.F.T.I.M. 10 h 00 : Table ronde : << Rapidité de l'aler te : facteur de prévention des accidents», animée par le Pro fesseur L LARENG, Service de Réanimation Respiratoire. Centre Hospitalier Régional 31 Tou louse : lntroduction ; Général DEMETIRE, Commandant régional de la gendarmerie nationale à Paris : IC Panorama du role de la gendarmerie dans les secours aux personnes en danger. Dispositif d'alerte Statistiques sur la rapi dité de l'intervention théorique et réelle.» ; Commandant SONNER BERG, Commandant des Sapeurs Pompiers Malmti Suède : et les Sapeurs-Pompiers de Malmti Déclanchement de l'alerte et mise en route >> ; Médecin-Colonel RO BERT, Médecin Chef de la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris : cc Les Sapeurs-Pompiers de Paris Oéclanchement de l'alerte et mise en route >> ; Professeur louis SERRE, Service Médical d'urgence et Réanlmation 34 Montpellier : << Le Service Médical d'urgence et Réanimation de Montpellier» ; Professeur CARA, Service Mobile de Ranimation Hopital Tarnier, Paris : << Organisation des secours aériens >> ; Professeur CIOCCATO, Istituto di anestesiologie e risanimazione, Torino : << Autoroute programme 113 >> ; Professeur HANQUET, Département d'anes thésiologie, Hòpital de Bavière, Liège, Belgique : «900 Beige >> ; Docteur l.b. SAPIRO, Chef de la Station Centrale des Secours d'urgence, Moscou, U. R. S. S. : << O 3 U.R.S.S. >> ; M. COIRIER, Chef du Bureau des Secours d'urgence, Ministére des Affaires Sociales, Paris : << Prospective en France dans le VI Pian en ma tière de coordination >> ; Docteur KAPRIO, Organisation Mondiale de la Saq,l6, Danemark : cc Coor diftàtion "!uropéenne >> ; Profes seur MERlE, Professeur à la Fa culté de Droit de Toulouse : cc Problèmes juridiques posés par les secours imposés aux bles sés. Cas de refus de traitement responsabilité des organisations en cas de coordination» ; Doc teur VON HALLE TISCHENDORF, Premier Président du Deutschen Medizinschen lnformationsdienst, Allemagne : «Problèmes de l'in formation du grand public >> ; Pro fesseur l. LARENG : Conclusion : le problème est celui du témoin. 15 h 30 : Colloque international sur la Sé curité au foyer. lntroduction par le Docteur-Médecin F. VON HALLE TISCHENDORF, Président du Centre d'information des médecins allemands et de l' Association allemande pour la Santé et la Sécurité au Foyer. 15 h 40 : << les accidents subis par les enfants, les personnes àgées et les handicapés physiques li, Professeur QUEVAUVILUER, Président du Comité d'education sani taire et sociale de la Pharmacie française. 16 h 00: «Exemples de prévention d'acci dents au foyer», Diplomwirtschaf ter R. MAYER, Directeur de << La Maison SOre (das sichere Haus) de Munich. 16 h 20: << l'appartement tranquille, une exigence médicale li, Docteur Mé decin F. VON HAllE TISCHEN DORF, Baden Baden. 16 h 40 : et Exemples de prévention d'in cendie dans les locaux d'habita tion et de travail», M. MARTIN, Baie. 17 h 00 à 17 h 45 : Discussion. 18 h 00 : Séance de clòture. Allocution par M. FElBER, Dé puté aux Chambres Fédérales, Président du Conseil Communal de Locle (Suisse). Le ròle de la commune dans la protection des Hommes, de I'En vironnement et des Biens. cc Conclusions», par M. Maurice DOUBLET, Préfet de la Région parisienne. DIMANCHE 5 OCTOBRE : Matin : Assemblée générale, dans le cadre du Collège Fédéral 1969, de la Fédération Nationale des Sapeurs Pompiers français, et banquet. Après-midi : Visite commentée des stands pour les participants - plus de deux cents, dont les inspecteurs départementaux d'in cendie - et démonstration de malériels sur le terrain. r: Chaque jour, démonstration de matériels sur le terrai n. l,

7 TE CHN IQ UE S ET L'HO ME ET L'EAU, ET LA FÉDÉRATION MONDIALE DES VILLES JUMELÉES 'HO MME ET L'EAU 6 9 MARDI 30 SEPTEMBRE 14 h 30 : Commissariai Général - Hall B2 Réunian des lngénieurs des Villes de France (Section ILE de FRANCE). Les me mbres de province y sont cordialement invités. 15 h 15 : Ouverture des journées par Monsieur BONNEFOUS, ancien ministre, sénateur, président de I'Association Nationale pour la Protection des Eaux. a ) 15 h 30 : «Les problèmes posés au regard des resso urces pour la satisfadion des besoins en eau», colloque présidé par Monsieur COLAS, Président de I'Association L'HOMME ET L'EAU. 1 - «L'eau et nous», par le. Professeur O. JAAG, Président de la Fédération Européenne pour la Protection des Eaux. 2 «L'alimentation artificielle des nappes souterraines», par Monsieur J. ARCHAM BAULT, Président du Bureau d'etudes BURGEAP. 3 - «L'alimentation en eau et l'assainissement dans leurs relations avec l'urbanisme», par Monsieur P. KOCH, Président du Comité Français de I'Association lnternationale de la Recherche sur la Pollution. 4 - Bilan d'eau du globe terrestre et son avenir par un conférencier de I'Académie des sciences de I'URSS. b) 15 h 30 : Colloq ue «Technicon» sur l'analyse automatique et en particulier sur le nouveau système d'analyses multiples pour air et eau, type C.S.M. 6. MERCREDI 1 OCTOBRE a ) 15 h 30 : Confé rences et débats dirigés par la Chambre Syndicale de I'Hygiène Publique. l - Perspective sur l'emploi des tubes plastiques dans le domoine de I'Assainissement : par M. CHAPLAIN, lngé nieur à la Socié té ARMOSIG. 2 - Epuration et Correction des eaux de Consommation, de Piscine e t pour les besoins lndustriels : par le Président de la 2 Section de la C.S.N.H.P. 3 Epuration des Eaux d'egouts et résiduaires ainsi que des rejets de l'industrie : par le Président de la 3 Section de la C.S.N.H.P. 4 - Film «LES EAUX DE NOTRE VIE», présenté par M. du PASSAGE, Directeur de la Société «SATEB». b) 15 h 30 : Colloque Centra National pour I'Exploitation des Océans (C.N.E.X.O.) - Association Scientifique et Technique pour I'Exploitation des Océans (A.S.T.E.O.), sur le thème : Aménage ment de la marge continentale. Participants ' C.N.E.X.O. : M. COULMY, chef du service des programmes et des relations industrielles i M. CLEIREC, me me service. A.S.T.E.O. : M. J.-P. LACROIX, Directeur de l'exploitation ELF i M. le professeur Miche! VI GNEAUX, directeur de l'institut de géologie du bassin d'aquitaine. JEUDI 2 OCTOBRE 10 h 00 : Séance d'études des administrateurs usagers des agences financières de bassins et ban quet. 15 h 30 : «Les solutions à l'échelon gouvernemental», exposés présentés por les délégués de plu sieurs pays, notamment France, Grande-Bretagna, URSS, USA, cette journée étant placée sous la direction du Secrétariat Permane nt pour I'Etude des Problèmes de I'Eau. VENDREDI 3 OCTOBRE a ) 15 h 00 : Confé rence «Sogreah» - Les aménagements autour des points d'eau compre nant le point de vue financier. b) 15 h 30 : Congrès de la Fédération In ternationale des Docteurs-lngénieurs et des lngénieurs-docte urs ès Sciences, Président, Monsieur COUPARD. Allocution de M. le Professeur Docte ur-lngénieur Ch. COUPARD, Président de la Fédération lnternationale des Docteurs-lngénieurs et lngénieurs-docteurs ès Sciences (F.I.D.I.I.D.S.) et Président du C.E.S.A.T. Communication de M. le Professeur Docteur-lngé nieur Antonio GIORNELLI, Premier Vice-Président de la F.I.D.I. I.D.S. et Directeur Général du C.E.S.A.T. lnterve ntion du Docte ur-lngé nieur DONA, Directeur du Groupe de I'EAU du C.E.S.A.T. sur la Po llution des eaux. lntervention de M. le Professeur STURLA, Directe ur technique d u G roupe de I'EAU du C.E.S.A.T. sur le traitement des eaux. Conférence de M. le Professeur Docte ur-lngé nieur Henri GRIDEL, Président de I'Association des Docte urs-lngénieurs de France, sur 4C L'évo lution de I'Hydroélectricité dans le prochain avenir». Discussion. c) 16 h 00 a 18 h 30 : Confé re nces «IRCHA» - Etude en laboratoire de la biodégradabilité des détergents (R. CABRIDENC - T. JULLING S. PRAT) SAMEDI 4 OCTOBRE - Méthode d'etude en laboratoire de la toxicité des polluants e t de leurs possibilités de biodégradation (R. CABRIDENC - G. BREBION). - Etude des possibilités de biodégradation d'un ehiuent industrie! à base de formol et de phénol (R. CABRIDENC V. ZAKARTCHENKO). a) 15 h 30 : Table ronde sur "«Les pr~blèmes industriels, économ ques et humains dans le domoine de l'eau» i avec la participation de MM. Edouard BONNEFOUS, Président de I'Association Nationale pour la Protection des Eaux, CHIRIAC, Vice-Président du Comitetul de Stat al Apelor (Bucarest), le docteur L. COIN, membre du Consei! Supérieur d'hygiène Publique de France, S. C. CSAL LANY, Secrétaire Général de I'American Water Ressources Association, J. RENARD, Président de I'Association Générale des Hygiénistes et Techniciens Municipaux, A. SAYOUR, Président du Comité Hygiè ne et Eau, M. SENTENAC, Président du Conseil Supérieur de I'Hygiè ne Publique. A cette table ronde sont invitées à participer toutes les notabilités concernées por les problèmes de l'eau, e t notamment les responsables de la Fédération Mondiale des Villes Jumelées. b) 15 h 30 : Congrès de la Fédération lnternationale des Docte urs-lngénieurs et des lngé nieurs-docteurs ès Sciences, Président, M. COUPARD. Rapport de Monsie ur le Professeur Dodeur-lngé nieur An tonio GIORNELLI, Directe ur Général du C.E.S.A.T. aux Di recteurs F.I.D.I.I.D.S., aux Di recteurs Techniques et aux Délégués des Laboratoires rattachés au C.E.S.A.T. L'UTILISATION DE L'EAU DANS L'INDUSTRIE Conférence du Directe ur du Groupe C.E.S.A.T. des Sciences Agricoles et Alimentaires et du Génie Rural. Confére nce du Directeur du Groupe C.E.S.A.T. de I'Urbanisme e t des Travaux Publics. Conférence du Directeur du Groupe C.E.S.A.T. de l'archi tecture. Conférence du Directeur du Groupe C.E.S.A.T. de la Me sure et de l'lnstrumentation. Discussion. LUNDI 6 OCTOBRE Visite por les délégations é tran gères des réalisations municipales de quelques villes de la région parisienne t RÉDUC::1.'ION SIJII LES IIILLETS SNCF AUX PABTICIPANTS BES JOIJRNÉES TECDNIQUES EIJBOPROTECTION ET L'DO~I~IE ET L'EAU CARTE D'INVITATION A L'HOMME ET L'EAU (A DÉCOUPER) Les participants de pro\ince et de l'étranger aux Journées techniques d'eurpprot~tion et de l'homme et I'Eau peu\'ent bénéficier d'une réduetion de 20 o/o sur leur billet SNCF domicile (ou frontière) - Paris ou Le Bourget, aner et retour. Un flehet SNCF indispensable à l'obteotion d'lme telle réductlon, leur sera envoyé sur demande éerite, aecompagnée d'une eoveloppe timbrée (sauf pour l'étranger), à nos bureaux. 8, rue de la l\lichodière, Paris 2". Le billet devra etre eertifié au Commissariat des deux expositions, au moment de la tenue des Journées techoiques. Le nombre de ces fichets est limité. A la méme époque, du 25 septembre au 4 octobre 1969, se tiendra à Paris, ao C.N.I.T. (rond-point de la DHense), le SALON INTERNATIO NAL DE L'EQUIPEMENT DE.BUREAU ET DE L'INFORMATIQUE (SICOB), la p1us grande exposition mondiale des moyens modemes de gestion des affaires et des administrations. EXPOSITION INTERNA TIONALE << L'HOMME ET L'EAU >> (Aéroport de Paris Le Bourget) INVITA TI ON POUR UNE ENTREE OFFERTE A : NOM... SOCI ETE... _ AD RESSE PAR : PRODUCTIONS FRANçAISES ET INTERNATIONAlES POUR SE RENDRE A l'exposition, VOIR AU DOS

8 .. POURQUOI DES SALONS ~ ' DE TECHNIQUES DE POINTE? ~.. (Suite de la première page) t BORDEAUX - automne - l " Salon Toutes les autorités d'aquitaine apportent lnternational de I'Equipement Pe leur concours, groupées à l'initiative du trolier et du Gaz Naturel - PETROl Comité d'expansion, animé par son secrétaire EXPO. général, M. Philippe HOURCADE, la liaison étant réalisée grace à la diligence du chargé BORDEAUX - automne - l " Salon de missions, M. André COURTES. lntemational du Coussin d'air SI CA : BORDEAUX - mars - 2 Salon lnternational de I'Exploitation des Océans OCEANEXPO : PARIS - mars-avril - 3' Exposition lnternationale l'homme ET L'EAU TECHN'EAU EXPO (Eau, air, déchets). Nous aurons ainsì deux tétes de pont» si je puis m'exprimer ainsi, PARIS et BOR DEAUX. Les plus hautes autorités, officielles et pro fessionnelles, nationales et régionales, de méme que des éditeurs spécialisés et tech niciens de Salons ont approuvé ce programme d'action et lui apportent leur soutien. A PARIS, c'est avec nos amis de la Société immobìlière de l'aéronautique que nous tra vaillons. A BORDEAUX, c'est avec le Prési dent de la Foire lnternationale, M. Philippe CHANTECAILlE, son Directeur Délégué Gené ral, M. Louis MOliNER, son Directeur Adjoint, M. Bernard FANTAUZZI, leur Archi tecte, M. PERRIER, qui forment une équipe aussl brillante que sympathique, que nous travaillons en étroite communauté d'esprit. Chacun sait que M. le Premier Ministre Jacques CHABAN DElMAS, a tenu à garder la présidence de ce Comité d'expansion Aqui taine et il faut d'autre part noter qu'il a accepté la Présidence du Comité d'honneur du Comité de Salons des Techniques de pointe dont le programme d'action a été approuvé par lui le 9 mai. BORDEAUX - printemps - l " Salon lnternational du Froid Industrie! et de la Cryogénie. PARIS septembre octobre les associations internationales EURO : 4 Salon de la Prévention, de la PROTECTION et L' HOMME ET LtEAU appor : Sécurité et de la Protection de. tent leur soutien à toutes ces manifestations. I'Homme, de son environnement et de ses biens EUROPROTECTION. le Salon lnternational EUROPROTECTION : fera le point toutes les années impaires des. solutions apportées par les constructeurs à l'ensemble des problèmes de Prévention, de Sécurìté et de Protection de I'Homme, de son environnement et de ses biens. BORDEAUX- printemps- l " Salon Et dans tous nos autres Salons nous ferons : lnternational des Techniques NU piace aux matériels de Sécurité propres aux cléaires ATOMEXPO. sujets très particuliers qui y seront traités. A titre d'exemple OCE.ANEXPO verra la pré sentation de matériel d'incendie spécialement adapté à la lutte contre le feu à bard des engins et bateaux comme dans les ports. le développement des Techniques de pointe ne pourrait étre aussi rapide si la Sécurité de I'Homme et de ses biens n'était pas assurée. C'est pourquoi plus que jamais EURO : PROTECTION a un role déterminant à jouer : en coopération et accord amicai avec toutes les organisations et les spécialistes de la Sécurité. François AlGOUD Présìdent de I'Union lnternationale de Salons :.. des Techniques de pointe.. COUPON-REPONSE A RETOURNER A : PROEXPO 8, rue de la Michodière - Paris (2 ) - Tél M Titre... : Raison sociale Adresse.. =... Tél envisage d'exposer et désire ètre documenté sur les manifestations suivantes : :.. Le Signature :... :.. : : ~ ~ - 1 CE NUMÉRO SPÉCIAL DE PRODUCTIONS FRANCAISE ET ~ INTERNATIONALES A ÉTÉ TIRÉ A EXEMPLAIRES -- ~ -,,..,... i OCEANEXPO 71 L.... = :..!.. : E Salo n lnternational de I'Exploitation des Océans, OCEANEXPO ( '), qui se tiendra à Bordeaux en mars 1971, se propose de montrer comment se développe dans ~e monde l'extraordinaire compétition scientifique, technique, indus triell~ engagée depuis peu pour lllettre en valeur la dernière partìe riche de ressources mats encore presque inconnue de la planète Terre, I'Océan. Cette compétition mondiale porte tant sur l'évolution des modes de transport maritime et les conséquences qu'elle entraine quant à l'aménagement des ports et au développement d'une véritable << industrie sur la mer» dans les zones portuaires - que sur la révolution apportée dans les pèches mariti mes par des techniques de poìnte telle que l'électronique et l'informatique, la transfor mation des circuits de distribution des pro duits de la péche - comme sur l'explora tion du milieu marin, l'exploitation de ses ressources en minerais et en hydrocarbures et les progrès technologiques qui en condi tionnent le développement. A ce titre, la première section d'e< Océan expo 71» sera consacrée à la présentation des conséquences que peuvent avoir sur l'aménagement des zones portuaires les techniques nouvelles du transport maritime (navires porte-conteneurs, navires portebarges, pétroliers de plus en plus importants, méthodes << roll on roll oh», etc.) caracté risées par la recherche de la rapidité de la manutention et de la continuité des divers modes de transport, ainsi que par une évo lution vers les grandes dimensions. Une telle transformation des ports accé lère l'aménagement de nouvelles zones industrielles à proximité immédiate des points de chargement. << Océanexpo 71» propose aux ports et aux chambres de com merce d'exposer dans la première section la façon dont se crée actuellement une nouvelle géographie industrielle dont les implications sont nombreuses (problèmes d'aménage ment, de prévention de la pollution des estuaires et des zones littorales, etc.). La deuxième section permettra de souligner, dans le cadre de l'obligatìon impérieuse d'accroitre la qualité et la quantité des res sources alimentaires de l'humanité, la néces sité d'une rationalisation de la péche mari time au moyen de techniques de pointe modernes permettant l'amélioration des moyens et des méthodes de capture, ainsi que l'évaluation des populations de poissons et de crustacés d'intérét économique Un accent particulier sera mis sur le déve loppement de la mariculture, ou élevage des poissons ; sur la mise au point de la pro duction de dérivés de protéines de poissons.. et enfin sur l'évolution de la préparation des produits de la mer et de leur distribution commerciale en fonction des transformations du gout des consqmmateurs et des possibilités de marchés. la t roisième section sera consacrée à l'ex ploration du mllieu marin, et aux moyens qui lui sont nécessaires et que définit le génie océanique. les moyens de travail scientifique à la mer étaient constitués jusqu'à ces derniéres années par des navires et plus particulière ment par des navires océanographiques. De puis PllU est apparue toute une gamme d'en gins variés venant compléter le navìre tra ditionnel. Ce sont : les sous marins océano graphiques, les véhicules automatiques, les maisons sous la mer, les plates-formes, les bouées de toute nature, et les moyens aéro spatiaux, précieux auxiliaires de l'océano graphie moderne. l'homme lui-méme pénètre sous la sur face de l'océan. Ainsi une piace importante sera t elle donnée aux techniques de péné tration directe de l'homme sous la mer : technologie des hautes pressions, plongée profonde, matériels et méthodes de travail sous la mer, etc. En ce qui concerne les matériels, le génie océanique est défini non par une technique particulière, mais par un milieu caractéris tique au sein duquel l'homme désire agir. la notion d'environnement est prépondérante et joue un role analogue à celui qu'elle joue dans les applications aérospatiales l 'objet de cette section d'<<océanexpo 71» est de montrer que la technologie océanique progresse en raison d'un effort comparable à celui assumé par la technologie aérospa tiale afin de vaincre les conditions d'envi ronnement d'un milieu hostile. Enfin, la quatrième section. celle de l'exploitation des ressources océaniques en matières premières, comprendra la présen tation des techniques de production indus trielle d'eau douce à partir de l'océan (des salement) ; - celle de l'exploitation des gisements d'hydrocarbures; - celle de l'extraction des ressources minérales soit par exploitation de gisements filoniens ou de placers sous marins, soit par voie chimique ; - et enfin celle des possibilités d'utiliser l'énergie des mers (usines marémotrices, procédés thermiques. ). le Salon lnternational de I' Exploitation des Océans espère ainsi présenter à Bor deaux en 1971 un panorama des efforts en trepris pour faire de I'Océan la «nouvelle frontière» industrielle de notre temps. Ce Salon lnternational est soutenu par un colloque international dont les thèmes seront fondés sur l'exposition proprement dite: l) Commercialisation des produits de la pèche et développement de l'aquiculture. 2) les perspectives techniques et écono miques de l'évolution dans les moyens de reconnaissance et d'exploitation en mer (forages profonds, conquete des grandes profondeurs). 3) l'équipement et l'exploitation industrielle du plateau continental. 4) l 'évolution de l'équipement des ports en fonction des méthodes nouvelles de transport maritime (pétroliers géants, navires porte-conteneurs, navires porte barges, techniques roll on - roll off, etc.. ) (') 8, rue de la Michodiere Tél Paris-2,, ~ -~ CARTE D'INVITATION A L'HOMME ET L'EAU (A DÉCOUPER) COUPON-REPONSE à retourner À EUROPROTECTION - L 'H0;\11\IE ET L 'EAU 8, rue de la Michodière PARIS 2o POUR SE RENDRE A L'EXPOSITION (Aéroporl de Paris le Bourget) En voiture : sortir de Paris por lo Porte de La Villette ou lo Porte de Lo Chopelle Par autobus : prendre l"autobus 152 a lo Porte de Lo Villelle Par autocar : prendre les autocors A ir France ò la Gore des lnvolides ou piace Péreire Par avion : Aéroport du Bourget ou Aéroport d'orly et outocar Air France Orly - Le Bourget Heures d'ouverture : 9 h 18 h 30 : l :.. = l = i ~ M Ti tre.. Raison sociale Adresse... désirc assister au banquet donné cn l'honneur dc Monsicur LEVI-SANDRI, vice-président des Communautés Europécnnes. ainsi quc dcs ambassadcurs cles pays parlicipants, le marcii 30 septembrc 1969 :l 12 h 30, au restaurant du PARC DES EX PO S ITIO~S de l'aéroporl de PARIS-LE BOURCET. Ci-joint un chèque (ou un mandat t>osle inlernalional) dc 50 frnncs français X... participants =... E UROPROTECTIO~ ~o ). (Banque DUPO~T 28, rue..... FF à l'ordre dc du 4-Scplembre PARIS 2e C. B.

9 ------PRODUCTIONS FRANçAISES ET INTERNATI ONALES ~ ITALIE AUTRICHE POUR EXPOSER EN: FRANCE ALLEMAGNE A DES SALONS INTERNATIONAUX DE SÉCURITÉ OU POUR LES VISITER, ADRESSEZ-VOUS A PROEXPO, 8, rue de la Michodière Paris (2e) organisateur ou agent exclusif de: MILAN : COMIS-LABOR (octobre 1970) VIENN E: (10 au 15 mai 1971 ) PARIS : EUROPROTECTION 71 (28 soptembre au 3 octobre 1971) KARLSRUHE : SICHERHEIT 72 (1 5 au 23 avril 1972) - Exposition lnternationale de la Prévention pa r la Sécurité et I'Hygiène du Trava il et de la Protection Civile. Exposition lnternationale de la protection de l'hornme au travail à l'occasion du 6 Congrès de l'asso ciation lnternationale de la Sécurité Sociale (AISS) sur la Prévention des a ccidents du travail et des maladies professionnelles. - 3 Salon lnternational de la Prévention, de la Sécu rité et de la Protection de I'Homme, de son environ nement et de ses biens. - Salon lnternational de la Sécurité. Coupon-Réponse à retourner à PROEXPO : 8, rue de la Michodière PARIS 2 Raison Sociale M Ad resse désire connaitre les conditions pour exposer à Le IIJ ~TO~ A LA SILICOSE ~'i AV~~:~exR~:;,~~~;;%:: ~~ w [1 jijji MASQUE l~g I:RET ~ EFFICACIT~ RESPIRATION ENTRETIEN 39 Grammes 96 à 97t" P.V. la bo ratoore du Bouchot libro Nul, so lavo comma uno épongo COMPOSITION" : Mousse de latox micro-porouso MOULAGE D'UNE SEULE P I~CE Brovet mondial (S.G.D.G.) ÉCONOMIE : PAS DE CARTOUCHES Nl DE TAMPONS A CHANGER = -~,~:j,:,'.~.:~ Dsns un masque à ti/tre 'interchsngesble, /'élément filtrant cootc entre 0,50 et 1 F ~f~ ~~~~d~~~é:,':;::;::r changer tous /es jours. En 8 jo.urs le prix du masque :_:j~_:i. ~-~ lntéressante documontation aux : E 1 sj.miranda 58 bis, Av. Cl. Vellefaux, PARIS X Tél ~:j~jj~ EUROPROTECTION 1969, Le Bourget, du 30-9 au 5-10 HALL 81, allée E, stand 5 MILAN VI ENNE PARIS KARLSRUHE UNE NOUVELLE DOCTRINE EN MATIÈRE D'ÉCI.AIRAGE La lumière électrique fatig ue les yeux Signature Des lux, oui... mais pas n 'importe lesquels Depuis quelque ll'111ps. nn poucalt t'roirc q111' Il' prohlèllle cles éclairoges artificiels etail dninilin nrcnl ré{!.lé. l~n fait. il n'l'n n/ rinr. Le~ dnctrines officielles E/Ics repo~e111.wr Jri11cipe ljiii a U/1 mèritc. celui d'(~trr simple: pour quc ceux qw t rawillent CII lumit!re artificielle ooient bien, s1ms mal et sans fati{!.lle, il {a111 et il suflit dc {aire en.~orte quc le nombre de " lux (rmité de me.sure dr l'é11er{!.ie lumineuse), arrictult sur la p/age dc trar ail soit suffisam ment éler;é. t\cressoiremenl, Il est rrcommmulé de ~upprimrr Ics cause~ d' éhlouhwment par cles moyens apwowiés. diffu.~rllrs pnr excmplc. Parmi Ics dil:ers exemple~ cle réglementation repo~a/11 sur celte idée, 011 peut citcr le.~ tcxtes q Ili régisse11t les éclairages scolaires, tcxtcs dont /es p_lus récents préconi.\ent d'adoptcr i.;ea11 d éclaireme11t dc 300 lux sm /es tah/c.~ pour /es e11{ants ayant 1111e r;ue normale. rt dc i()(} l11x pour ccux qui nnt une t uc affaiblic. (Problème cles jcu11es omhlyopes). Celle façmr de t'oir le.s c!wses.\t 1111 l'' 11 trop Mmple. Une nouvclle doctrinc La IIOIIt..rlle doctri11e actml'tse por Momieur \arirr CtU IT LLFR,\P/', lu!!.èmeur au Ct"l" cles.\littes, après Ics rrcllercht s eflcctuccs par la Société OPHT/\1.-FR,\NCE, rcpose sur 11nc t'llll\lat(llirm et Sllf tmc an(l/y1e plus lijij1fofcmdte dr lt1 que~tio11. La comtatation t'li Cf/l'cm dt;pit de /'acrroisse meul coustcmt cfr.~ uir raux cl'éclairrme111, le nombrr de crux qui rcht ntent 1me fatij!,ile oculaire et ~pro tu:e llt dcs diflicultés dsuelles, ne fait qu'augmen/('r. Pourquoi cela ' Patce que la lumii're dis pensée Jlllr la nature 1101/S JJOrcieut 0/)fès 1111 extrnordinoirc {iltra{!.e réalisé pnr dc.~ di::ai11rs dc kilomi>trcs d' atmosphère, nlors que /r.\.1ource.~ mti/icil'lles d'usnf!,e coura111, innmdr.~cellfes ou fluorcscentes, coutiennent 11111' pari importante de rayonnemenh agressifs tflle r~en ne t:ient atténurr. Pour quc l'rei/ (qui ('\/ fail po11r répondre 1l la lumihe 110/ure/le), fonctionne dtms dc bonnes cm1ditions, il /w faut disposer 1wnnt tout de lux «u ti/i.1ablc.~. <;; la qtwntité n'e11 11as M/11-~ ra/cur, la nalurt d la qrwlité rlr la lumière le.\ faclc:tm primordlti!ix clu coufort ri.111rl et dr la.\éc11rilt~ cl la ruc La.,olution du prublèmc J-:/1c 1'011~1\IC d1111s l'empio/ dc ;('//cs Mturce.\ luminruses clites " lnmprs ophtalmoloi!.'({'u!s ;e préseultllll cltms la forme et k.s tf1111eii\ioiis cfes IIIIIJIOII/e,s t;fl'clrii[iiijs trac/itioii nt'llrs. 111(/i~ réalisées et tmilécs dc faron ti Nrc ti /11 (oi.\ filtrmrtcs et di~p<'"ircs..\lise.s 1111 poiut Tél. initia/cmciii ]JOIIT répomfre Ù dcs bcsoins medi COl/X, ces lampes apportent une solution tri'~ rffictu c cwx dicers Jnoblèmes po.1és par le., actiuités wofessionnelles en éclaira{!e artificiel. El/es so111 clès cl wé.sent produites industrielle ment en France. l.eurs effets ont été corttrtilc.\ por dc nombreux opl!lalmoioj!,istes et médecith du 'J'rar;ail dout /es rapports cl'obserratinu ntte~trnt de l'efficacité de celte nort.;elle fu 1111ère. Le' résultats de celle nouvelle lumière Sur le pian physiololf,ique, on constate la supjiti.'~sion de la fatigue visuelle et de., /TOiliJII'S (fiiì CII.\011/ /(1 C0/1.\'equence: irrita IÌOI!I, r11aux de /Ne d'ori:,!ine oculairl', larmoiemcnt.\, etc... 1/ e.\1 posmble eu outre d'amt:fiorer la capacitr des ' 11es déjà défic iente~ ou a/fai h/ics. Il/P/Ili' darr' le ca~ d'atteinte profonde. Sur le pltm (( clrniq11e 011 peut obtcmr 1111 rl'lèrrmcnt de fllusieurs dixii mes de l'acuité tis11r/le, permcllmrt de JJTO('éder aiusi lì certaincs 11/J(;ration.\ de Jabrication 011 de nmtroie de préchio11 ar ec p/us de m pidité et de Cl'rtitude. Sur le i'ltm écout>wique. l'emp/oi des ltiiiijicv nphtalmolop,iques pem1ct d'obtcnir, JJ'" lr ('onfnrt qu'rl/es prncurent au systbnc oculaitc, 1111 re/lllcmcllt rt '"'" "'odurtu 1tcl occt'tls dtt {alt de l'rlhatinu dr la qtwlité c/u trarail rt de la dimillutioll de:; t netu.~ et rlt' C'het~. Ce.~ rnu//(11\ ont pu i-trt cou,taté~ cm~~i bictt tlrms In 111 In il '~ dt lmreau (cwi!jiiabrlité, s< crétorlat, lr'llllt! dc I!TIIf1hiqlle.~. dc.\.~ 111, etc.), q11c tlan~!t~ po.\ic.~ d atdicr (mon tagcs fins, contro/es, etc.). Cunclusion /<.11 lllltlrc' r'' d'h lano!!<' co/11//li' dam loils /es domairrr'\, le progrt'., c.\1 t'oii.\iiirrl. Les crais progrè.1.sorti crru qw corre.,pcmdcut lì une tlll"ille11rc OfJJJrllche de la rt;alitr' pm{o11de dcs dwses quc /. 1 IOillliclll\ tmlt.'rii'llrcs. C'est bictl le cas dr.\ tiiiijioiiit \ oplltlllmnln:,:iqlll'.\ : Pnur roir bir n.. Il/Il.~ (aiì/..!111' et ""' ',;,,[111', il imporle ar ani di' tli\jio'cr clm1e lumirrc qui, 1111r.\ct natii/c el pcu "' qualitt 1 11J1I tntalelllent utilisahll' par l'a d La lflllllltitt' cle lux mc 111rée ti/ix /u\11/t;lrr n e.,t 1"'' lww.sèrit'/1.\c tl'apprédaticm, car elle llf' I'IIIISiituc qu'11n t'ihnent miiipiir et trnmjiciir parmi lc1 domu' t.~ c/u prnblt'tnr. li CII plus lfiic 11'/llfl.\.ft TI'! /.\l't tfn ('1/llll'fl (/11/IS c/t'jii/s.if'('\ : /(' nm/111 f l'l /n.~ioc'itiiic; c/(' la r ur. la qtwlitc' d In fllodw tu tlé /u l1a1 ai l 'ol>ticlllll'lll '"l'c dc' In\ uwi' pa.1 m t'c JIOrle lr vrtuds OPHTAL Confort et sécurité p our les yeux Qualité et productivilé pour le travail La seule antpoule électrique médicale1nen t controlée Ophtai-France - B. P Petit Quevilly 76 Tét. (s.:,>

10 AU PARC DES EXPOSITIONS DE L'AÉROPORT DE PARIS-LE BOURGET DU 30 SEPTEMBRE AU S OCTOBRE 1969 En 8 secondes. SICLI éteint une fiamme de 100 mètres de haut sur un puits de pétrole en feu. débitant 12 millions de m J jour. Ce n'est là qu'un aspect des possibilités techniques de SICLI. &icii Premier pr.oducteur eu ropéen de matériels de lutte contre le feu. Un potentiel industrie! puissant Des matériels de hautes performances Des techniques originales de fabrication Une organisation commerciale untque au service de 5 départements : DEUX GRANDS SALONS 'INTERNATIONAUX EUROPROTECTION TOUS LES MATÉRIELS ET PRODUITS POUR LA SÉCURITÉ ET LA PROTECTION L'HOMME ET L'EAU - TECHNIQUES DE L 1 EAU DOUCE - EXPLOITATION DES OCÉANS OU SERONT PRÉSENTES LES PLUS IMPORTANTE$ SOCIÉTÉS FRANçAISES ET ÉTRANGÈRES VOUS OFFRANT LES MEILLEURES PRODUCTIONS PREVENTION e étude des risques e formatron du personnel e infrastructure des protections SICLIMATIC e détection e extinction automatique EXTINCTEURS e gamme homologuée e service entretien e SICLINCENDIE matériel d'rncendre SICLIGNIFUGE endurt ignrfuge Dans le cadre dc sa politiquc dc dir;ersification, le Groupe PIERREFITTE 7Jrésente au Salon EURO PROTECTION quelqu('.~ tms df' ses travaux da.ns le clomaine de la lutte contre le feu. Ces procluits, 1'éCf'11Wient mis a11 point et destinés à une COIIIIIICrciali.~tlfion proclwinr, apportent des soltttions particulièn s aus.~i bien da11s la lutte préventive (ignlfugation cles vetemcnts, tissus, tentures - coupe-feu chimique pour forets) que da.ns l'attaque clu fcu (poudre c xiillclrice universelle, solution ). Hall A - Alléc C - Stand SIC 1 11 BIS. RUE BALZAC. PARI$ 8'. T E L PIERREFITTE Société Générale d'engrais et Produits Chimiques 4, avenue Velosquez, 75-PARIS 8 - B.P Tél.: Telex GAULOIS-PARIS Olrecteur de lo Publicotlon : Fronçols ALGOUO - OépOI légol no 9038/69 Imprimerle dea Oernlèrea Nouvellea de Slroabourg

11 ~......:.) 'J- ' ---~ < ~ ~ -~ ~ ò.- ~ ~ j ~ Cl).C Cf' ~ --..J - ~... ~ '>< 3 i ~ o--> u ~ J or ~ + {..; j j d a!

12 S ignor Presidente, S igoore c S ignori, desidero anzitutto ringraziare la Pr esidenza del l a Confédération lnternatio= naie des Cadr es per l 'invito rivoltomi a partecipare a questo Congresso e a prendere l a par o l a in questa solenne seduta ina ugurale. Sono lieto di potervi portare, 1n que= sta occasione, i l saluto cordiale del l a Commissione de l le Comunità Europee. Al saluto desidero aggiungere un fervi= do augurio per l o svolgimento dei l avori di questo Congr es= so e per l ' a v veni r e ed i l rafforzamento del la vostra ur ga= nizxazione internazionale; un augurt o anche perchè il vostro impegno ad operare sul p1ano eur opeo abbia a r afforzarsi sempr e piò negli anni avvenire. Uuesto am~egno sa è già manifestato, e da parecchi anni, an forma concreta, con l a istituzione della vostra Commi ssi one per il.lercflto Comune e del vostro Segretariato Europeo. E vorrei q questo pro= posito rivolgere un cordiale saluto a coloro che operano nel l 'ambito di t l i organ i smi e an particolare al Pr e sidente.. l..

13 And r ~ l~ lt e rre, che da anni apporta i l prez aoso contributo della sua esperienza al ~om itato Economico e Sociale di cui à autorevo l e componente. Pc rmottet e~ i di salutare anche il ~ ig. Léon Robert, autore vo l e membro del Comitato c o nsultivo della C. E. C. A. e il S ig. 4ill ot che, in quanto r appr eaen= tante dell a vostro ~o nf ede r oz i on e presso l'uffici o Intera naz i ona l e del Lavoao, oper a 1n un settore di atti vit ~ particolarmente v1cano a que ll o d i cui ho l a r esponsabi lità in seno a ll a ~omm is aio n e europeo. La d iscuss i o ne che ogg a a vrete, sulla r e l azione del ~ ig. la lte rre, 1n ordine appunto al l a pos1= zione dei di ri genti di f r o nte olia costruzione e uropea è un segno non dubbio del vostro intere sse c del vostro i mpe= gno. ~vo rrei aggiunger e che l a scelta stessa dell a sede di q uest o Con gresso costituisce d i per sò, pe r ogn a Euro= peo, un'affer maz i one ed un ausp1c1o. Il vostro ~ong r es s o ha luogo 1n ~ e rq onio. E vorrei o q uesto p r oposito rivo l gere un s a luto a ll a vostr a J r gonizzaz i o no t edesca e al suo Pr e- sadente, S i g. ~ ottwo l d. la non a caso, ponso, VI siete ri u= nit1 a ~o foni a, an questa ant aca ed illustre città che, per le sue o r1 g 1na e la sua sto ri ~, costitu i sce un punto di

14 .. (J incontro tra l e grandi componenti latina e ger mantca del= l a civiltà europea; in questa antica e illustre citt~ che ha visto a capo del la sua Amministrazione per lungh i a nni come Pri mo Bor gomastro que l g r a nde europeo e g r a nde tedesco che è stato Konrad Adenauer, al quale tanto deve il p r oces= so di in~eg r azio n e e di unificazione d e l l ' Europa. Permettetcmi perci o' di inte rpretare q uesta scel = ta a nche come affermazione de l vostro impegno ad operare sempre p i ~ a ttivamente per rea lizzare un' Eu ropa unita, sul ptano economico e su quello poi itico, un ' Europa d i popoli decisi a condividere un destino o r ma comune.

15 , (4 Signor Pr esidente, Signor e e S ignori, vo1 v1 riunite a congresso in un momento particolarmente delicato per il processo di integrazione europea. Siamo al la vigilia del compimento del periodo transitorio, destinato a concludersi i l 31 di cembre di quest'anno, e gravi e difficili problemi non hanno trovato ancora una soluzione per l 'irri g i d irsi di posizioni e di interessi nazionali, per l'affievolirsi, vorre i dire per l a scomparsa talvolta, di quel lo spirito comunitario che ha consentito finora di avanzare sul la vta del l 'attuazi one de i Trattati di Parigi e d i Roma. Tra pochi giorni, al l ' Aja, un vertice europeo riunirà Sapi di Stato e di Go verno dei Sei Paesi e da questa rtun1one si attende che un nuovo slancio venga Impresso al proces= so di integrazione, s1 attende che venga riconfermata l a volontà ben prec1sa di proceder e verso una unione sempre più stretta dei popoli europei, attraverso r ' amp i iamento dell a Comuni t à, il suo rafforzamento, la sua e voluzione.. l..

16 ,. (S verso forme di vera unione politica. da~ chiaro che non possiamo attendere dal l a Conferenza al vertice la soluzione di tutti nostri pro blemi. Anche perchi fa costru%ione europea, se vuole riu= scire veramente duratura e vitale, non puo' esecre solo opera di vertici. Essa deve trovare il suo fond~mento, l a sua base,soprattutto nella volontà dei popoli del l ' Europa, volonti che s1 esprime orma, non solo attraverso Pfl rl&menti, attraverso fe Camere elettive, ma anche - e mo lte volte, di r ci soprattutto -attraverso le 9r a~di 0 r ganizzazioni d~llc forze po i itiche, econo~iche e sociali che vivono ed operano ne1 nostri ~t~ti. In questo quadro le organizzazioni professionali hanno un grande conpito do svoiqcro, uno 9randc responso= bi l i t.) a l l a qunl c non devono sottrarsi. C i o ' va l e eoprat= tutto per le vostre orgnnizzazioni, che, per le cate-gorie che rap~>resentano, assumono ormai, tn ciascuno dei nostri Poes i, un ' importanza crescente ed esercitano un'influenza i.

17 (u crescente sul ptana ~cono~ aco c su quello poi itico. ne l resto le vostra ~zione, co~c quella d~lfe altre grandi orgoni::%azioni di datori di 1.-woro e di lavoratori, tende or~a a trasferirsi sempre più a livello eu r opeo. L' eia borezione e l ' e ttua~iona delle poi itiche comuni impcd i = sccno che anche problemi puranentc sindacai i, come quel l i del l a contrattazione col lettivn, possono trovare un~ so= l uzionc soddisfacente sul ~olo piano nazionale. [ le tra= sfor -~zioni strutturai i Jol l e nostre ccono~tc a lle qual i stiamo assistendo o che SI ennunz;ano sempre pi~ profondo nel prossi~o futuro, s ~ nel campo ogricolo che an quello industriale, fenomeni di concentrazione e di fusionft di imprese alla ricerco di nuove dimensioni, piò aderenti al= le nuove dimensioni dci mercati, obbli~ano le organizza= z1on1 professionali a yuordorc cd~ operare al di là dei cunftni dei singot i itati. C, al di l à di questi confini, devono guardare soprattutto dirigenti di az i enda, non..,..

18 (7 solo per le responsebil it~ che loro incombono ne l campo della produzione, ma anche per la realizzazione completa d i quo l l e J i be rt.) d i mov i monto do l l e per eone che deve co= stituirc il nucleo essenzi~ l o di una nuova cittadinanza europoa. ~ ono questi gli elementi e f~ttori injisponsa= bili di una vera integrazione europea, che dal campo e co= nomtco e sociale, se sostenuta da unn volont.l cosci e nte òei popoli, potr sboccare sul piano politico e r~al i:zare quc l l o un l one 6 l r a qua l o e i ngo l i 5tat i dovrnnno eacr l ficor~ senza Jubbio una parto della loro pretesa sovronit~, delle foro ambizioni e dallo loro vclt~ita,rna grazie alla qua le potranno tornar e a svoloere un ruolo effettivo nella poi itica o nel la oconom&o mcndial i, potronno esse r o un ele= mento di equi li br i o e di pace. S i gnor r residentc, sono queste le brevi conside= rozioni che volevo svolger~, nel portare a l Congr esao il suluto c I'Aunut'io del lo ~ammissione de l le ~omunit\ ruro== p~e, che desidern confermore tn qucstn occasiono il p r o=.. /..

19 ! pr 1 o i n tendi :~c" 't t.. m~ntenerc c intensificare con la vo= stra organi%za::ion\! ~1 1 i stretti ~ cordini i r apporti che ~i,'\ flbbiamo instt\urc1to. Il saluto, l ' ous;,urio c t 'incita""' mento nd opera r~ sempre più atti v,'\ntcntu per l o rcoj l i zzaztonn di quella unit.ì europea che ho costituito l 'onbizioq so e BHneroso obbiettivo d i t\obet t SchurctOf\ c d i \l c i ne Oc G~s~cri, Ji ~~rio ~ for::a c di ~ onrad Adcnaucr. aidontc, di Jirle quanto sia sta~o lieto da poter port~ re questo saluto tn Sue presenza c sotto la ~ UQ Pr esidcnzd. (:io' mc ha ricordnto ~~t eventi di molte c ::nolti anni " r ""' sono, 22 o so non erro, quando ho a vuto il pinccr e di collaborare con Lei, nel corso della ~ ua primo esperienza d t ~;o vern o a t i n i stcr'~> de t lavoro ~ Je J r a prev i dcnzo so= cinle in lt~fie. ~ i lavorava ~floro allo ricostru:ionc del nostro Paese, s lftvora o~g atlo costruzione di uno nuovo Europa. Non VI e cotraddizionc, ma continuit~. Per = eh~ Qf i interessi, gli obbiettivi, ~~ ~ISStone di Queato Eurape unita non possono non coincidere con ver intc ressi, con le final itù, con la ~ ssaon c di civiltò c di.. l..

20 r f ( ) pace che sono proprie di ognuna della nostr~ naz1on1, di ognuna delle nostre Patrie.

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels Demandes approuvées au regard du CAN-P-2018 AF 2014-2015 Comité CEI/CISPR/A CEI/CISPR/I CEI/SC17A CEI/SC31G CEI/SC31J CEI/SC34D CEI/SC45A CEI/SC45B CEI/SC62A Titre Mesures des perturbations radioélectriques

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage :

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage : Secteur prévention Etablissement cantonal d'assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap.prevention@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif CODE DU TRAVAIL Art. R. 232-12.- Les dispositions de la présente section s'appliquent à tous les établissements mentionnés à l'article L. 231-1 à l'exception de ceux qui constituent des immeubles de grande

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31 Page : 1/5 SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise 1.1 Identificateur de produit 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT SESSION 2010 SUJET Epreuve E3 Sous épreuve C3 U33 GESTION PREVISIONNELLE ET SUIVI DE CHANTIER EN ASSAINISSEMENT Durée : 4 heures Coefficient : 2 Les

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX Remarques Cette notice descriptive de sécurité, élaborée à l attention des maîtres d ouvrage et maîtres

Plus en détail

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Arrêté du Gouvernement wallon du 25 septembre 2008 déterminant les conditions sectorielles

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015

FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015 FORMATIONS HYGIENE ET SECURITE PRINTEMPS 2015 CES STAGES D INITIATION À L HYGIÈNE ET À LA SÉCURITÉ vous sont proposés par les Services Hygiène et Sécurité de l Université Pierre et Marie Curie et du CNRS

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif COMPAGNIE GENERALE DES INSECTICIDES 9 rue Louis Armand ST OUEN L'AUMONE 95315 CERGY PONTOISE Cedex Tél: 01.34.64.11.73 Fax: 01.30.37.15.90. FICHE DE DO EES SECURITE Réf. : GUEP2 Risques spécifiques Création

Plus en détail

H1302 - Management et ingénierie Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriels

H1302 - Management et ingénierie Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriels Appellations Adjoint / Adjointe au responsable environnement-hygiène-sécurité en industrie Ingénieur / Ingénieure en traitement des déchets industriels Chargé / Chargée de l'hygiène et de la sécurité du

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

Systèmes de communication Dräger

Systèmes de communication Dräger Systèmes de communication Dräger La communication claire et sans faille est essentielle lors des interventions. Surtout dans les environnements où les niveaux sonores sont élevés, comme lors d incendies

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE & 93/112/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE & 93/112/CEE iche de données de sécurité Page : 1/5 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Emploi de la substance / de la préparation

Plus en détail

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Mise à jour: 05.11.2010 Version 2 / Page 1 de 5 1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Identification de la substance ou de la préparation Nom commercial du produit:

Plus en détail

«CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS CEMLOC SERVICES Version 2 Page 1 sur 10

«CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS CEMLOC SERVICES Version 2 Page 1 sur 10 CEMLOC Services 4 Avenue des Roses Zac des petits Carreaux 94380 - Bonneuil sur Marne Téléphone : 09 67 46 51 09 - Fax : 01 43 99 51 09 www.cemloc-services.fr «CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31 Page : 1/5 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations déconseillées

Plus en détail

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration 1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU THEMATIQUE 4: Epuration Fiche action n 1.4.1 RECUPERATION DE CHALEUR DANS LES EAUX USEES 1. OBJECTIFS STRATEGIQUES La dépendance de notre alimentation énergétique vis-à-vis

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE R Page : 1/5 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Emploi de la substance / de la préparation Encres d'imprimerie

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Compresseurs d air respirable. Intelligent Air Technology

Compresseurs d air respirable. Intelligent Air Technology Compresseurs d air respirable Intelligent Air Technology Compresseurs d air respirable Une fiabilité sans faille, offerte par le leader mondial Les compresseurs d'air respirable haute pression CompAir

Plus en détail

I1102 - Management et ingénierie de maintenance industrielle

I1102 - Management et ingénierie de maintenance industrielle Appellations Chargé / Chargée de la sous-traitance en maintenance industrielle Ingénieur / Ingénieure de support technique maintenance industrielle Chef de service d'entretien et de maintenance industrielle

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE Page : 1/5 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Code du produit: 8469 Emploi de la substance / de la préparation

Plus en détail

OCF / KAF 01.06.2011

OCF / KAF 01.06.2011 01.06.2011 Détecteurs Lampe témoin Centrale, tableau de rappel Feu flash Signal acoustique Dispositif manuel de déclanchement Arrêt du signal acoustique et activation de la 2ème temporisation Détection

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 550 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT DECEMBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Plan de partenariat. nouveautés 2015. Salon. 17 au 19 mars 2015. Salon international des technologies environnementales. anniversaire. americana.

Plan de partenariat. nouveautés 2015. Salon. 17 au 19 mars 2015. Salon international des technologies environnementales. anniversaire. americana. lan de partenariat 17 au 19 mars 2015 alais des congrès de Montréal, Canada Salon international des technologies environnementales e nouveautés 2015 Carrefour de l innovation Visibilité pour tous les budgets

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise

Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise Enjeux de la sécurisation durable d anciennes décharges en Alsace par la chimie bâloise Journées d échanges franco-suisses sur la gestion des sites et sols pollués 14 15 juin 2012 Hans-Jürg Reinhart Carine

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 INFORMATIONS GENERALES Page 1 / 14 1. INFORMATIONS GENERALES N du dossier : Art. 7.7.b «La nature et l emplacement de l établissement, l objet de l exploitation, les installations et procédés à mettre

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

H1303 - Intervention technique en Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriel

H1303 - Intervention technique en Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriel H1303 - Intervention techniue en Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriel Appellations Animateur / Animatrice en déchets en industrie Technicien / Technicienne en environnement, sécurité et conditions

Plus en détail

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets CURAGE HYDRODYNAMIQUE DES CANALISATIONS Objectif :donner le principe de cette technique donner le

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Vulcano Pièges Fourmis

Vulcano Pièges Fourmis FDS Conforme au règlement 1907/2006/CE et 1272/2008/CE 16-12-10- Page 1/5 FICHES DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Utilisation : Fournisseur : Vulcano Pièges

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

Experience In Motion. Pompes de protection incendie

Experience In Motion. Pompes de protection incendie Experience In Motion Pompes de protection incendie Fournisseur de pompes dans le monde entier Flowserve est le chef de file incontesté du marché mondial des pompes industrielles. Aucune autre société de

Plus en détail

LES FEUX D HABITATION À PARIS

LES FEUX D HABITATION À PARIS BRIGADE DE SAPEURS-POMPIERS DE PARIS LES FEUX D HABITATION À PARIS I GÉNÉRALITÉS En France, les feux tuent environ 800 personnes chaque année, soit 1 décédé pour 77 500 habitants. Sur le secteur de la

Plus en détail

Spécimen de formulaire : Plan de préparation aux situations d urgence de La ferme

Spécimen de formulaire : Plan de préparation aux situations d urgence de La ferme Extrait tiré du Plan de SécuriFerme Canada Spécimen de formulaire : Plan de préparation aux situations d urgence de La ferme Les personnes suivantes sont formées et actualisées dans le travail d intervention

Plus en détail

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE 25 septembre 2013 Patrick Biot - agréé CNPP 1 AGREPI? ASSOCIATION DES INGÉNIEURS & CADRES SPÉCIALISTES DE LA MAÎTRISE DES RISQUES INCENDIE

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Aires de ravitaillement en GPL sur des sites non accessibles au public

Aires de ravitaillement en GPL sur des sites non accessibles au public GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, décembre 2007 ITM-SST 1708.1 Aires de ravitaillement en GPL sur des sites non accessibles au public Prescriptions de sécurité types Autre prescription à considérer :

Plus en détail

électricité Et développement

électricité Et développement électricité Et développement DUrable 1 Thalès (Grec) En frottant de l ambre jaune sur sa toge, il constate qu il est possible d attirer de petits objets. Il découvre le phénomène de l électricité statique.

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGFAR/SDTE/SDC/N2005-5035 Date: 27 octobre 2005

NOTE DE SERVICE DGFAR/SDTE/SDC/N2005-5035 Date: 27 octobre 2005 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE DIRECTION GENERALE DE LA FORET ET DES AFFAIRES RURALES Sous-direction travail et emploi Sous-direction du cheval Bureau : réglementation et de la sécurité au travail

Plus en détail

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Notre partenaire constructeur Créez votre configuration technique en ligne et recevez automatiquement votre devis! SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Configuration

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. - Autorisation délivrée par le Wali ou le président de l APC pour l implantation des capacités de stockage GPL/C de la station.

FICHE TECHNIQUE. - Autorisation délivrée par le Wali ou le président de l APC pour l implantation des capacités de stockage GPL/C de la station. FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : Station de Service Codification NAA : GG 52 49 Codification ONS : 52 48 Codification CNRC : 604 611 Inscription de l activité : CNRC Type d autorisation

Plus en détail

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique PSDC99 NSEC99 CPGaa CPGEaa CPGELaa CPGEOaa HCaa HCCHaa CPG1aa CPGE1aa CPGEL1aa CPGEO1aa HC0aa HCCH0aa CPG2aa CPGE2aa CPGEL2aa CPGEO2aa HC1aa

Plus en détail

CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU

CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU V.2011 Incendie Classes de feu : CLASSE A CLASSE B CLASSE C CLASSE D CLASSE F Signalétique Dénomination Feux de matériaux solides Feux

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Préambule La notice de sécurité est fournie pour permettre à la commission de sécurité de rendre un avis sur les conditions

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE Page : 1/5 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Code du produit 9703130 No CAS: 56-81-5 Numéro CE: 200-289-5 Emploi de la substance / de la

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE & 93/112/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE & 93/112/CEE iche de données de sécurité Page : 1/5 * 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Emploi de la substance / de la préparation

Plus en détail

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire.

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Protéger l environnement des hommes et des lieux, Contribuer à la sécurité des interventions

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides

DOSSIER DE PRESSE. Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides DOSSIER DE PRESSE Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides 2013 Rubis Terminal Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides Créé en 1877, RUBIS TERMINAL, filiale

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2009 REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 22/04/09 1) Nomenclature

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC 1/5 FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC Identification de la préparation 1. Identification de la préparation de l entreprise Nom commercial: FUMESAAT 500 SC Identification Produit : éthofumésate 500 SC Substance

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

MIDI RÉTRO AUTO. 1, 2, 3 mai 2015. TOULOUSE - 3 ème Salon INTERCLUBS. www.midiretroauto.fr DOSSIER EXPOSANT. Email : contact@midiretroauto.

MIDI RÉTRO AUTO. 1, 2, 3 mai 2015. TOULOUSE - 3 ème Salon INTERCLUBS. www.midiretroauto.fr DOSSIER EXPOSANT. Email : contact@midiretroauto. TOULOUSE - 3 ème Salon INTERCLUBS 1, 2, 3 mai 2015 dans les locaux de TEA 500, av. de Garossos - 31700 - BEAUZELLE DOSSIER EXPOSANT www.midiretroauto.fr Email : contact@midiretroauto.fr 1-2-3 mai 2015

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie Thierry Gallauziaux David Fedullo La plomberie Deuxième édition 2010 Sommaire Sommaire Les bases de la plomberie Les matières synthétiques...16 Les dangers du gaz et de l eau...16 La plomberie...9 L eau...10

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Guide 2015. Ordures ménagères

Guide 2015. Ordures ménagères Guide 2015 Ordures ménagères CDC de Podensac 12 rue du M al Leclerc-de-Hauteclocque Tel 05 56 76 38 00 environnement@cc-podensac.fr www.cc-podensac.fr EDITO Bernard Mateille Président de la CDC Maire de

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31 Page : 1/6 * SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/ l entreprise 1.1 Identificateur de produit 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et

Plus en détail

PERMIS D ENVIRONNEMENT - CONDITIONS D EXPLOITATION. 1. En Général 2. Autres conditions 3. Conditions environnementales

PERMIS D ENVIRONNEMENT - CONDITIONS D EXPLOITATION. 1. En Général 2. Autres conditions 3. Conditions environnementales PERMIS D ENVIRONNEMENT - CONDITIONS D EXPLOITATION 1. En Général 2. Autres conditions 3. Conditions environnementales 1. EN GÉNÉRAL Le titulaire d un permis d environnement de classe 1 ou 2 ou la personne

Plus en détail

LORS DE L UTILISATION DE LA CHAUSSEE POUR DES MANIFESTATIONS PROVISOIRES À L INTERIEUR DES LOCALITES

LORS DE L UTILISATION DE LA CHAUSSEE POUR DES MANIFESTATIONS PROVISOIRES À L INTERIEUR DES LOCALITES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE L UTILISATION DE LA CHAUSSEE POUR DES MANIFESTATIONS PROVISOIRES À L INTERIEUR DES LOCALITES 1. Base Les prescriptions de protection

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 04 RESSOURCES MOBILIÈRES ET IMMOBILIÈRES

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 04 RESSOURCES MOBILIÈRES ET IMMOBILIÈRES 04 RESSOURCES MOBILIÈRES ET IMMOBILIÈRES 04.01 Gestion des ressources immobilières - Fichier informatique Fichier contenant des données utilisées pour contrôler l'inventaire et la gestion des immeubles,

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes Introduction... 9 L après-pétrole «Les biocarburants sont la seule réponse crédible au pic pétrolier.»...15 «Produire ses propres biocarburants, c est accroître sa sécurité d approvisionnement en énergie.»...23

Plus en détail

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS F I C H E P R E V E N T I O N N 1 6 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS INTRODUCTION Dans le cadre d activités réalisées principalement par les services techniques

Plus en détail

RAPPORT. Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis)

RAPPORT. Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) RAPPORT Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) Entreprise: xxx Situation de travail: Concertation Etablissement Personnes ayant participé à l'étude: CPPT Dates :

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

Organiser, c est prévoir

Organiser, c est prévoir Les dossiers pratiques Check-list de l organisateur : 450 questions pour réussir sa manifestation Phase 1- La préparation 1. Détermination des besoins a) Lieux de réunion Nombre Capacité Equipements Salles

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE Préface p. 3 1. Le cadre réglementaire p. 4 2. Le champ d application p. 5 3. Les avantages p. 5 4. Le principe de conception p. 6 5. Le dimensionnement

Plus en détail

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION Journées SFRP : Démantèlement des installations nucléaires et problématiques associées Serge PEREZ CEA/INSTN, Alain PIN CEA/INSTN. www-instn.cea.fr GRENOBLE 23 ET 24 OCTOBRE

Plus en détail

H1301 - Inspection de conformité

H1301 - Inspection de conformité Appellations Inspecteur / Inspectrice de conformité d'ascenseurs Inspecteur / Inspectrice de conformité de matériel Inspecteur / Inspectrice de conformité d'équipements sous pression Inspecteur / Inspectrice

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail