Prime d installation : les revenus pris en compte par le CPAS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prime d installation : les revenus pris en compte par le CPAS"

Transcription

1 Prime d installation : les revenus pris en compte par le CPAS Fiche juridique Aide sociale I. Introduction Afin d aborder ce sujet, nous sommes partis de la situation de Madame Mercedes qui s est retrouvée sans-abri à un moment de sa vie. Elle introduit une demande de prime d installation au CPAS le 8 octobre 2009 après avoir bénéficié d un logement via une Agence Immobilière Sociale (AIS). Le montant de la prime d installation, équivalant au revenu d intégration sociale pour «personne vivant exclusivement avec une famille à sa charge», s élève à 1 047,48. En date du 4 novembre 2009, Mme Mercedes reçoit une réponse négative du CPAS qui ne conteste pas sa qualité de sans-abri mais rejette sa demande en invoquant le motif suivant: «le cumul de vos ressources, soit un salaire de 603,66 et un complément chômage de 351,23, dépasse de plus de 10 % le plafond fixé, soit 789,37 (revenu d intégration taux isolé + 10 %)». Dans le calcul de la rémunération, certains CPAS se permettent effectivement de tenir compte de montants tels que les frais de déplacement... L octroi de la prime d installation repose sur deux réglementations. La première est prévue par la loi sur le droit au revenu d intégration sociale et vise uniquement les bénéficiaires du revenu d intégration sociale. 1 La deuxième relève de la loi organique des CPAS du 8 juillet 1 Loi sur le droit à l intégration sociale du 26 mai 2002, article 14, 3, M.B. du 31 juillet 2002.

2 1976 (ou loi CPAS) 2. Madame Mercedes est concernée par la deuxième réglementation qui prévoit que la personne doit remplir plusieurs conditions : 1. La personne doit être bénéficiaire : Soit : d une aide sociale financière équivalente au revenu d intégration sociale ; ou d un revenu de remplacement à charge d un régime de sécurité sociale, comme par exemple des indemnités d incapacité de travail, une pension de retraite, une pension de survie, des allocations de chômage, des indemnités d interruption de carrière et de crédit-temps, une indemnité dans le cadre de la prépension ; ou d une allocation à charge d un régime d assistance sociale comme les allocations pour personnes handicapées, la garantie de revenu aux personnes âgées (GRAPA) ; Soit : d un revenu inférieur au montant du revenu d intégration sociale prévu à l article 14, 1 er, de la loi sur le droit à l intégration sociale pour la catégorie à laquelle elle appartient, majoré de 10%. 2. La personne doit perdre sa qualité de sans-abri en occupant un logement qui lui sert de résidence principale. Est considérée comme sans-abri «la personne qui ne dispose pas de son logement, qui n est pas en mesure de l obtenir par ses propres moyens et qui n a dès lors pas de lieu de résidence, ou qui réside temporairement dans une maison d accueil en attendant qu un logement soit mis à sa disposition». 3 Suite à ce refus, Madame Mercedes introduit dans les 3 mois un recours auprès du Tribunal du Travail de Nivelles 4 afin de contester la décision du CPAS. Le jugement du Tribunal du Travail et l arrêt récent 5 de la Cour du Travail de Bruxelles nous apportent des précisions quant au revenu salarial dont les CPAS doivent tenir compte pour l octroi éventuel d une aide. 2 Loi organique des CPAS du 8 juillet 1976, article 57 bis, M.B. du 5 août 1976 et A.R d exécution du 21 septembre 2004 visant l octroi d une prime d installation par les CPAS à certaines personnes qui perdent leur qualité de sans-abri, M.B. 5 octobre 2004, mod. A.R. du 18 janvier 2005, M.B. du 9 février 2005, 2 ème édition.. 3 A.R du 21 septembre 2004, article 1. 4 N 2010/2180 audience du 25 mai R.G. N 2010/AB/623.

3 II. Le jugement du tribunal du travail 1. La position du tribunal est la suivante : Une prime d installation est due par le CPAS au moment où une personne sans-abri trouve un logement et donc perd sa qualité de «sans-abri». Madame Mercedes ne rentre pas dans la première catégorie (elle ne perçoit ni aide sociale équivalente au revenu d intégration sociale ni revenu de remplacement ni allocation à charge d un régime d assistance sociale) mais bien dans la deuxième catégorie car elle perçoit une rémunération. Il faut donc vérifier si ses revenus sont inférieurs au montant du revenu d intégration majoré de 10%. Pour déterminer si ce plafond est atteint : Le tribunal relève que la législation est obscure, elle n indique pas la période qu il faut prendre en considération ni le calcul des revenus. Elle ne précise pas non plus ce qu il faut entendre par revenus et quels seraient les revenus immunisés. Le tribunal a estimé qu à défaut d autres critères, ce sont les revenus du mois de la demande dont il faut tenir compte et la rémunération effectivement perçue, c est-à-dire le montant perçu en contrepartie de l exercice du travail. Il ajoute que certaines sommes ne constituent pas de la rémunération : - les remboursements de frais de déplacement car ils ne constituent pas des rémunérations mais des remboursements de dépenses que le travailleur a dû consentir en raison de son travail, - les sommes payées à titre de «bonus à l emploi» qui sont accordées aux travailleurs qui perçoivent un bas salaire, parfois proche des montants des allocations sociales, afin d encourager la reprise d un travail. Le tribunal insiste sur le fait : - que la législation sur le bonus à l emploi entend éviter «les pièges à l emploi» qui maintiennent les travailleurs dans le système de la sécurité sociale ; - que si la perception de ce bonus avait pour effet de priver une personne sans-abri de la prime d installation, l objectif poursuivi dans ce cas précis serait réduit à néant puisque cette personne aurait intérêt à rester au chômage plutôt qu à travailler. Ce bonus doit donc être immunisé. Le tribunal a pris sa décision sur base de la rémunération perçue durant le mois de la demande, soit octobre Le détail du calcul : Montant net perçu : 973,52 Il faut déduire : Les frais de déplacement : 119,20 Le bonus à l emploi : 56,00 Total : 798,32

4 Pour le tribunal, le plafond n est pas atteint car le montant du revenu d intégration taux isolé majoré de 10 % s élève à 798, Décision du tribunal : Le CPAS a été condamné au payement de la prime d installation prévue par l article 57bis de la loi du 8 juillet organique des CPAS. III. Arrêt de la Cour du travail En date du 1 er juillet 2010, le CPAS a introduit sa requête d appel. 1. L objet de l appel Le CPAS a demandé à la Cour du travail de mettre le jugement à néant et de déclarer que Madame Mercedes n a pas droit au bénéfice de la prime d installation. Madame Mercedes a demandé à la Cour de déclarer l appel irrecevable car tardif et, à titre subsidiaire, de confirmer le jugement. 2. Discussion Selon l article 57bis de la loi du 8 juillet 1976, «les centres d action sociale octroient une prime d installation à la personne qui perd sa qualité de sans-abri pour occuper un logement qui lui sert de résidence principale». Selon l article 2, 1 er, de l arrêté royal du 21 septembre 2004 visant l octroi d une prime d installation par le centre public d action sociale à certaines personnes qui perdent leur qualité de sans-abri : «La personne qui : - Soit, ne bénéficie que d un revenu de remplacement à charge de la sécurité sociale ou d une allocation à charge d un régime d assistance sociale ; - Soit, dispose de revenus inférieurs au montant prévu à l article 14 1 er de la loi du 26 mai 2002 concernant le droit à l intégration sociale majoré de 10%, a droit, une seule fois dans sa vie, à une prime d installation lorsqu elle perd sa qualité de sans-abri en occupant un logement qui sert de résidence principale». 3. Décision de la Cour La Cour a pris la décision de souscrire entièrement au raisonnement du premier juge.

5 Le montant payé à titre de frais de déplacement ne constitue pas une contrepartie du travail mais le remboursement de dépenses supplémentaires générées par l activité professionnelle et dont la charge incombe à l employeur. Il ne s agit pas d un revenu au sens de l article 2, 1 er, de l arrêté royal du 21 septembre Par ailleurs, compte tenu de l objectif poursuivi, le bonus à l emploi (qui pour l essentiel vise à éviter les pièges à l emploi) ne constitue pas un véritable revenu. Il en est d autant plus ainsi que si Madame Mercedes avait été bénéficiaire d un revenu d intégration, une partie de son revenu professionnel aurait été exonérée conformément à l article 35, 1 er, de l arrêté royal du 11 juillet Ainsi, lors du calcul comparatif du revenu d intégration sociale et des revenus du travail auquel il faut procéder en vertu de l article 2, 1 er, second tiret de l arrêté royal du 21 septembre 2004, le souci d éviter une différence de traitement injustifiée entre un bénéficiaire d un bas salaire et le bénéficiaire du revenu d intégration justifie de ne pas considérer comme revenus, les sommes qui, comme le bonus à l emploi, ne sont destinées qu à favoriser l insertion socioprofessionnelle des personnes précarisées. IV. Analyses et conclusion Cet arrêt est très intéressant à plusieurs titres. Il apporte des précisions sur les montants que les CPAS ne doivent pas prendre en compte comme dans ce cas-ci, les frais de déplacement et les bonus à l emploi. Nous sommes régulièrement confrontés de la part de certains CPAS à une application stricte de la prise en compte des ressources des personnes, que ce soit, comme dans ce cas-ci, pour la prime d installation mais également pour les personnes qui travaillent à temps partiel ou en intérim et qui peuvent prétendre à une exonération socioprofessionnelle sur base de l article Le fait que le tribunal considère les frais de déplacement non pas comme contrepartie du travail mais comme remboursement de dépenses supplémentaires générées par l activité professionnelle et dont la charge incombe à l employeur, est une innovation. La Cour va encore plus loin et considère qu un bonus à l emploi ne constitue pas un véritable revenu car ces bonus ont été imaginés afin de favoriser la sortie du système d allocations sociales et ainsi, l insertion professionnelle. La Cour souligne également le fait que si cette dame était bénéficiaire d un revenu d intégration sociale et qu elle trouvait du travail à temps partiel, elle pourrait prétendre à l avantage de l exonération socioprofessionnelle de l article 35. Dans ce cas, ses revenus, grâce à cet avantage, seraient supérieurs à ceux perçus uniquement par son salaire. En effet, l article 35 stipule qu en vue de favoriser l intégration socioprofessionnelle du bénéficiaire du revenu d intégration sociale qui commence à travailler ou qui entame ou poursuit une formation professionnelle, les revenus nets qui résultent de cette activité sont 6 Art. 35, 1 er de l A.R du 11 juillet 2002.

6 pris en considération sous déduction d un montant de 229,95 7 par mois pendant une période prenant cours le premier jour pour lequel il bénéficie de l immunisation et se terminant 3 ans plus tard. Afin d encourager l intégration professionnelle, la rémunération doit être égale ou légèrement supérieure au revenu d intégration sociale. Afin de mieux comprendre l implication de l article 35, nous partirons de l exemple suivant : une jeune femme isolée est engagée comme employée à raison de 19 heures par semaine. Elle perçoit 727,38 de revenu salarial. 1 ère situation : Madame avait cet emploi avant de s adresser au CPAS et ne peut donc pas prétendre à l avantage de l article 35. Elle pourrait en plus de son revenu faire une demande de complément de revenu d intégration sociale car elle se trouve en dessous du montant de sa catégorie qui est de 785,61. Au total, elle perçoit un montant de 785, ème situation : Madame est bénéficiaire d un revenu d intégration sociale avant de travailler. Le calcul est le suivant : 785,61 (revenu d intégration sociale taux isolé) -727,38 (revenu salarial minimum garanti) 58, ,95 (exonération socioprofessionnelle) + 20,83 (exonération supplémentaire taux isolé) 309,01 309, ,38 = 1036,39 Madame percevra un montant total de 1036,39 /mois et ceci pendant une durée de 3 ans. Différence entre les deux situations : un montant de 309,01 par mois. Nous pouvons effectivement regretter que des personnes qui désirent sortir du système d assistance tel que le revenu d intégration sociale, se trouvent pénalisées par la nonapplication ou la mauvaise application de l article 35. Les allocations sociales sont insuffisantes pour faire face au coût de la vie, de même que certains salaires le sont pour vivre dignement. Nombre de personnes doivent assurer le payement de leur loyer, de leur facture d énergie et essayer de manger avec seulement 785,61 par mois (= revenu d intégration sociale au taux isolé) 7 Montant au 1 er février Montant isolé au 1 er février Taux cohabitant : 523,74. Taux pour une personne vivant exclusivement avec une famille à charge : 1047,48.

7 Il ne faut pas seulement dénoncer, nous semble-t-il, le montant déplorable des allocations sociales et de certains salaires mais également les conditions de travail et les contrats de plus en plus précaires auxquels sont confrontés les travailleurs à l heure actuelle. Nous n allons pas entrer ici dans une description détaillée des situations difficiles que nous rencontrons sur le terrain mais elles mériteraient d être développées ultérieurement. Nursen Gunduz L Atelier des Droits Sociaux Mars 2012 Pour toute question, contactez le service Aide sociale de l Atelier des Droits Sociaux Tous les mardis de 9h à 12h et de 13h à 16h les mercredis de 9h à 12h 4 rue de la Porte rouge 1000 Bruxelles 02/ ou 02/ Fax : 02/

8

Les recommandations qui ont été suivies

Les recommandations qui ont été suivies 1/07/2015 1 Les recommandations qui ont été suivies 1. Recommandation 1999/1 La réglementation concernant le paiement par virement par l Office National des Pensions Voir Rapport annuel 2004, p. 167 Voir

Plus en détail

Objet: Rapport d inspection intégré

Objet: Rapport d inspection intégré A Monsieur Michel Président du CPAS de Marchin Place de Belle Maison 1 4570 MARCHIN Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 3 (n 2-6-7). L65C-FPSC-FSGE (MH) Objet: Rapport d inspection intégré

Plus en détail

Numéros du rôle : 1862 et 1868. Arrêt n 91/2001 du 3 juillet 2001 A R R E T

Numéros du rôle : 1862 et 1868. Arrêt n 91/2001 du 3 juillet 2001 A R R E T Numéros du rôle : 1862 et 1868 Arrêt n 91/2001 du 3 juillet 2001 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 7 de la loi du 27 février 1987 relative aux allocations aux handicapés,

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE

FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE Le «référé-liberté» est une procédure administrative d urgence permettant d obtenir, dans un délai très bref

Plus en détail

J attends un enfant, je garde ou je fais garder mon enfant

J attends un enfant, je garde ou je fais garder mon enfant Accueil du jeune enfant Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J attends un enfant, je garde ou je fais garder mon enfant J attends un enfant La prime à la naissance dans le cadre de la

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation)

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation) demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation) document d information Version 3.1 01.10.2014 C3 RCC EXTRAITS DE VOS DROITS

Plus en détail

La procédure concernant une demande d aide

La procédure concernant une demande d aide Version n : 1 Dernière actualisation : 11-12-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Quand est-ce que je peux demander de l aide au CPAS? 3) Comment obtenir une aide du CPAS? Étape n 1 : l introduction de

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : K. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 101 Appel n o : GE-14-945 ENTRE : K. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

Prêt au logement Prêt jeune ménage Prêt à l installation 2013

Prêt au logement Prêt jeune ménage Prêt à l installation 2013 notice d information Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 contact@crpcen.fr Prêt au logement Prêt jeune ménage Prêt à l installation

Plus en détail

Avances sur allocations sociales

Avances sur allocations sociales Version n : 1 Dernière actualisation : 08-04-2008 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une allocation sociale? 3) Qu est-ce qu une avance sur allocations sociales? 4) Qui peut demander une avance

Plus en détail

Exempt - appel en matière de droit du travail.

Exempt - appel en matière de droit du travail. Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du vingt-six avril deux mille douze. Numéro 37191 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Ria LUTZ, conseiller, Brigitte

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

Feuille info - travailleurs Quelle est votre situation familiale?

Feuille info - travailleurs Quelle est votre situation familiale? Feuille info - travailleurs Quelle est votre situation familiale? De quoi traite cette feuille info? Dans cette feuille info, nous expliquons en quoi consiste votre situation familiale en tant que chômeur.

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. E. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 73 Appel n o : GE-14-944 ENTRE : A. E. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée

Plus en détail

Vous n avez pas reçu vos pensions alimentaires? Le SECAL vous aide!

Vous n avez pas reçu vos pensions alimentaires? Le SECAL vous aide! Vous n avez pas reçu vos pensions alimentaires? Le SECAL vous aide! www.secal.belgium.be Service Public Fédéral Finances - 2016 - Cette brochure a été réalisée par un groupe de travail constitué de collaborateurs

Plus en détail

CONDITIONS DE PARTICIPATION

CONDITIONS DE PARTICIPATION CONDITIONS DE PARTICIPATION Introduction Depuis le 1 er janvier 2011, le Régime de retraite principal d OMERS (le «régime principal») contient une disposition prévoyant des cotisations facultatives supplémentaires

Plus en détail

Arrêté du gouvernement du 28 novembre 2013 fixant l Allocation de relogement

Arrêté du gouvernement du 28 novembre 2013 fixant l Allocation de relogement Arrêté du gouvernement du 28 novembre 2013 fixant l Allocation de relogement Date d entrée en application : 1er février 2014 1 La philosophie L allocation de relogement a pour objectif : -D aider les Bruxellois

Plus en détail

PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION

PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION Sylvie Chanh Chargée d études juridiques risque automobile, Fédération Française des Sociétés d Assurances Une prestation sociale consiste est le versement par un

Plus en détail

Numéro du rôle : 5864. Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 5864. Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T Numéro du rôle : 5864 Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 7, 2, 4, de la loi du 12 janvier 2007 sur l'accueil des demandeurs d'asile

Plus en détail

Le règlement collectif de dettes en pratique

Le règlement collectif de dettes en pratique Le règlement collectif de dettes en pratique Centre d Appui aux services de médiations de dettes de la Région de Bruxelles-Capitale Janvier 2014 Boulevard du Jubilé, 153-155 à 1080 Bruxelles Tél : 02 217

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

HR Informations Pratiques

HR Informations Pratiques HR Informations Pratiques Impot sur le revenu: comment faire sa delcaration annuelle Le moment est bientôt venu d établir sa déclaration d impôts. Qui doit déclarer? Comment déclarer? Quelles sont les

Plus en détail

DEMANDE DE PRET D ETUDES

DEMANDE DE PRET D ETUDES PROVINCE DE LUXEMBOURG ANNEE 2010-2011 1ére Inspection Générale DEPARTEMENT DES AFFAIRES SOCIALES ET HOSPITALIERES DIVISION DES AFFAIRES SOCIALES Services des Prêts et des Primes DEMANDE DE PRET D ETUDES

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

Numéro du rôle : 4024. Arrêt n 42/2007 du 15 mars 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4024. Arrêt n 42/2007 du 15 mars 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4024 Arrêt n 42/2007 du 15 mars 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 102 de la loi du 23 décembre 2005 relative au pacte de solidarité entre les générations,

Plus en détail

Lettre circulaire 2005/01

Lettre circulaire 2005/01 Luxembourg, le 8 avril 2005 Lettre circulaire 2005/01 _ Réf. : Mk/mk/ Objet : Application de la loi du 8 juin 1999 relative aux régimes complémentaires de pension 1) Champ d application de la loi du 8

Plus en détail

L assurance sociale en cas de faillite, de cessation d activité et de difficulté financière

L assurance sociale en cas de faillite, de cessation d activité et de difficulté financière L assurance sociale en cas de faillite, de cessation d activité et de difficulté financière 019 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs

Plus en détail

L adresse de référence

L adresse de référence Version n : 1 Dernière actualisation : 18-12-2006 1) À quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une adresse de référence? 3) Quels sont les avantages d une adresse de référence? 4) Qui peut s inscrire en

Plus en détail

A R R E T. copie non corrigée

A R R E T. copie non corrigée Numéro du rôle : 3081 Arrêt n 102/2005 du 1er juin 2005 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux articles 34, 1er, 1 et 1 bis, et 39, 1er, du Code des impôts sur les revenus 1992,

Plus en détail

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 /

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 / 34 / HANDICAP AU TRAVAIL : QUELS SONT VOS DROITS? COMMENT SE DÉCLARER? Grâce à la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5226. Arrêt n 109/2012 du 20 septembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5226. Arrêt n 109/2012 du 20 septembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5226 Arrêt n 109/2012 du 20 septembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 8, alinéa 6, 3, du Code des droits de succession, posée par le Tribunal de

Plus en détail

EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL

EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - AD1072FR EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL 1. Article 6 1. La nullité du contrat de louage de travail ne peut être opposée à l application de la présente loi. 2. Toute convention

Plus en détail

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE. l assurance sociale comprend les régimes légaux d assurance maladie et pensions.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE. l assurance sociale comprend les régimes légaux d assurance maladie et pensions. RÉPUBLIQUE TCHÈQUE Nomenclature SCC Contribution compensatoire de l Etat (State Compensation Contribution) Unité monétaire Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes tchèques (CZK).

Plus en détail

Travailler dans les titres-services : pas de tout repos

Travailler dans les titres-services : pas de tout repos Travailler dans les titres-services : pas de tout repos Fiche juridique Travail salarié Le succès du système des titres-services n est plus { démontrer. Ce système, qui a commencé à prendre son envol en

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Bruxelles.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Bruxelles. Numéro du rôle : 5046 Arrêt n 143/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Bruxelles.

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 22 octobre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Fédération Générale des Mines et de la Métallurgie CFDT 47/49 Avenue Simon Bolivar 75019 PARIS

Fédération Générale des Mines et de la Métallurgie CFDT 47/49 Avenue Simon Bolivar 75019 PARIS T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S 1/4 social RG : 12/10413 MINUTE : PAIEMENT A. L. JUGEMENT rendu le 11 décembre 2012 Assignation du : 16 juillet 2012 1 DEMANDERESSES Fédération

Plus en détail

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs La réforme du congé parental prévue initialement Lors du vote

Plus en détail

L allocation de chauffage

L allocation de chauffage Version n : 1 Dernière actualisation : 14-01-2009 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce que l allocation de chauffage? 3) vise-t-elle n importe quel combustible? 4) Quelles sont les conditions à remplir

Plus en détail

tous deux comparants par la SELARL DUMONS & Associés, Société d avocats au barreau de NOUMEA,

tous deux comparants par la SELARL DUMONS & Associés, Société d avocats au barreau de NOUMEA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 04/00282 Présidente : Mme LE TAILLANTER RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Corinne LEROUX Jugement du 21 Juillet 2006 PARTIES EN CAUSE : DEMANDEURS

Plus en détail

SOUS LA LOUPE. 1. point de départ : La loi du 14 décembre 2000 relative au temps de travail. 2. L exception : la Loi sur le travail

SOUS LA LOUPE. 1. point de départ : La loi du 14 décembre 2000 relative au temps de travail. 2. L exception : la Loi sur le travail Alors qu est en discussion au niveau européen la modification de la Directive sur le temps de travail (2003/88/CE), nous revenons dans ce Trait d Union sur le régime actuellement en vigueur chez nous dans

Plus en détail

Allocation de Relogement

Allocation de Relogement Direction du Logement Rue du Progrès, 80 bte 1 1035 Bruxelles Allocation de Relogement Personnes quittant la situation de sans-abri Notice Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 28

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Conseil Général de la Moselle. RSA Revenu de Solidarité Active vos droits & vos obligations

Conseil Général de la Moselle. RSA Revenu de Solidarité Active vos droits & vos obligations Conseil Général de la Moselle RSA Revenu de Solidarité Active vos droits & vos obligations le mot du Président Le Revenu de Solidarité Active (RSA) est entré en vigueur le 1 er juin 2009. Cette allocation

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE 09/09/09 LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE fiches pratiques SOMMAIRE introduction le cumul emploi-retraite dans le régime général de la sécurité sociale 1. Conditions d ouverture du droit au cumul

Plus en détail

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS ABATTEMENTS Sommes forfaitaires qui, appliquées à la valeur locative brute d un bien, permettent de la faire baisser et donc de faire diminuer le montant de l impôt ;

Plus en détail

Arrêté royal du 7 juin 2007 concernant le fonds de formation titres-services (M.B. 11.07.2007)

Arrêté royal du 7 juin 2007 concernant le fonds de formation titres-services (M.B. 11.07.2007) Arrêté royal du 7 juin 2007 concernant le fonds de formation titres-services (M.B. 11.07.2007) Modifié par: (1) arrêté royal du 22 juillet 2009 modifiant l arrêté royal du 7 juin 2007 (MB 05.08.2009) Article

Plus en détail

ENQUETE ESS. Introduction

ENQUETE ESS. Introduction ENQUETE ESS Introduction L European Social Survey (ESS) est une étude en série reconduite tous les deux ans. Cette enquête est conçue afin de mesurer les attitudes sociales contemporaines des européens

Plus en détail

PRESTATIONS D ASSURANCE-EMPLOI OU D ASSURANCE PARENTALE

PRESTATIONS D ASSURANCE-EMPLOI OU D ASSURANCE PARENTALE PRESTATIONS D ASSURANCE-EMPLOI OU D ASSURANCE PARENTALE INFORMATIONS GÉNÉRALES RELEVÉ D EMPLOI POUR LA PÉRIODE DES FÊTES 2008-2009 COMMUNIQUÉ IMPORTANT PÉRIODE DES FÊTES 2008-2009 RELEVÉ D EMPLOI POUR

Plus en détail

L aide sociale départementale aux adultes. Le Conseil général vous guide. Edition 2010

L aide sociale départementale aux adultes. Le Conseil général vous guide. Edition 2010 Edition 2010 Informations pratiques - L aide sociale aux adultes Le Conseil général vous guide L aide sociale départementale aux adultes La marche à suivre Edition 2010 www.somme.fr L aide sociale aux

Plus en détail

Notes d allocution. Paul Cantor Président du Conseil d administration

Notes d allocution. Paul Cantor Président du Conseil d administration Notes d allocution Paul Cantor Président du Conseil d administration Assemblée publique annuelle Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Le 10 décembre 2009 Salle Sussex Centre

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 D-2-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 D-2-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 D-2-12 TAXE D HABITATION. PERSONNES QUI RESIDENT EN MAISON DE RETRAITE ET QUI CONSERVENT LA JOUISSANCE EXCLUSIVE DE LEUR ANCIEN DOMICILE

Plus en détail

Vacances 2015. Office National des Vacances Annuelles

Vacances 2015. Office National des Vacances Annuelles Office National des Vacances Annuelles Vacances 2015 Informations concernant les vacances annuelles pour : ouvriers, apprentis-ouvriers, et artistes non indépendants www.onva.be Office National de Vacances

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé.

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé. ROYAUME-UNI Les grandes caractéristiques du système des pensions Le premier pilier du régime de pensions britannique comprend une pension forfaitaire de base et une pension complémentaire liée aux salaires

Plus en détail

MAF: maximum à facturer. Comprendre le MAF... un vrai jeu d'enfants"

MAF: maximum à facturer. Comprendre le MAF... un vrai jeu d'enfants MAF: maximum à facturer Comprendre le MAF... un vrai jeu d'enfants" [ MAF ] Le Maximum à facturer e Le Maximum à facturer (MAF) a été introduit en 2002 comme mesure visant à garder les soins de santé abordables

Plus en détail

Modèle 74(93) - Déclaration d activité professionnelle et de prestations sociales

Modèle 74(93) - Déclaration d activité professionnelle et de prestations sociales A RENVOYER A: Service fédéral des Pensions Contrôle de l'activité professionnelle - P3221 Tour du Midi 1060 BRUXELLES BELGIQUE Modèle 74(93) - Déclaration d activité professionnelle et de prestations sociales

Plus en détail

Numéro du rôle : 1459. Arrêt n 127/99 du 25 novembre 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1459. Arrêt n 127/99 du 25 novembre 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1459 Arrêt n 127/99 du 25 novembre 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 42bis, alinéa 4, des lois relatives aux allocations familiales pour travailleurs

Plus en détail

Informations multilingues sur la vie quotidienne

Informations multilingues sur la vie quotidienne Systèmes de retraite publique au Japon Tous le monde y adhèrent 1 Retraite pour les non-salariés (retraite de base) Personne ayant plus de 20 ans et moins de 60 ans et n ayant pas accès à l assurance de

Plus en détail

Les droits. et de leurs PROCHES DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES ANNEXE LES CHIFFRES

Les droits. et de leurs PROCHES DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES ANNEXE LES CHIFFRES Les droits DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES et de leurs PROCHES ANNEXE LES CHIFFRES Chiffres en vigueur au 1 er avril 2012 ANNEXE LES CHIFFRES Chiffres en vigueur au 1 er avril 2012 Les chiffres qui

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 37110/97 par Marco BERTUCCELLI contre

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/028 DÉLIBÉRATION N 07/059 DU 6 NOVEMBRE 2007, MODIFIÉE LE 7 AVRIL 2009, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

La limitation des allocations d insertion dans le temps

La limitation des allocations d insertion dans le temps La limitation des allocations d insertion dans le temps Fiche juridique Droit du chômage 1 Depuis le 1 er janvier 2012, le bénéfice des allocations d insertion est limité dans le temps. Le droit aux allocations

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

Vous. souhaitez emprunter. Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :...

Vous. souhaitez emprunter. Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :... CADRE RÉSERVÉ À ENTREPRISES-HABITAT Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :... Date de réception du dossier :... Vous souhaitez emprunter?

Plus en détail

L OBLIGATION D AMÉNAGEMENTS RAISONNABLES DANS LE CADRE DE LA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE DES TRAVAILLEURS EN SITUATION DE HANDICAP

L OBLIGATION D AMÉNAGEMENTS RAISONNABLES DANS LE CADRE DE LA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE DES TRAVAILLEURS EN SITUATION DE HANDICAP Nos réf : 2015 87 Novembre 2015 RECOMMANDATION L OBLIGATION D AMÉNAGEMENTS RAISONNABLES DANS LE CADRE DE LA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE DES TRAVAILLEURS EN SITUATION DE HANDICAP 1. CONSTATS 1.1. Augmentation

Plus en détail

Le P.P.S. Projet Personnalisé de scolarisation

Le P.P.S. Projet Personnalisé de scolarisation APEDYS-AIN Maison des Sociétés Rue Colbert 01500 AMBERIEU EN BUGEY 06.43.77.77.31 apedys-ain@orange.fr Le P.P.S. Projet Personnalisé de scolarisation Pourquoi? Comment? Eléments pour renseigner les familles.

Plus en détail

Numéro du rôle : 2734. Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2734. Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2734 Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 46bis, alinéa 5, du Code des droits d enregistrement, d hypothèque et de greffe, tel qu

Plus en détail

L emploi des. femmes. Évolution des droits sociaux de la femme au Luxembourg. Mars 2012

L emploi des. femmes. Évolution des droits sociaux de la femme au Luxembourg. Mars 2012 L emploi des femmes v Évolution des droits sociaux de la femme au Luxembourg Mars 2012 Principales étapes historiques du Luxembourg > 1974 Égalité de rémunération Tout employeur est tenu d assurer, pour

Plus en détail

En cas d accident du travail ou sur le chemin du travail, comment est-on indemnisé?

En cas d accident du travail ou sur le chemin du travail, comment est-on indemnisé? En cas d accident du travail ou sur le chemin du travail, comment est-on indemnisé? Fiche juridique Accident du travail Lorsqu un ouvrier ou un employé a un accident du travail (ou sur le chemin du travail),

Plus en détail

1. Objet de l'information 2. 2. Principales modifications et application pratique. 2

1. Objet de l'information 2. 2. Principales modifications et application pratique. 2 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Administration fiscale cantonale AFC Direction de la taxation des personnes physiques Case postale 97 Genève N/réf. : DHL/BBA Genève, le 6 février

Plus en détail

Les prestations familiales

Les prestations familiales Les prestations familiales Les Caisses d allocations familiales, les Caf, versent une quinzaine de prestations, dont les allocations familiales. Plus de 80 milliards d euros sont ainsi distribués aux familles.

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

Introduction. L allocation pour adultes handicapés (AAH) a été revalorisée de 25 % entre 2009 et 2012.

Introduction. L allocation pour adultes handicapés (AAH) a été revalorisée de 25 % entre 2009 et 2012. Introduction La loi n 2005-102 du 11 février 2005, sur l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, a marqué un tournant dans la prise en charge de

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/07/2014 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-19130 ECLI:FR:CCASS:2014:C100860 Publié au bulletin Rejet Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction

Plus en détail

CONVENTION FISCALE FRANCO-ARGENTINE

CONVENTION FISCALE FRANCO-ARGENTINE CONVENTION FISCALE FRANCO-ARGENTINE La France est liée à la République d Argentine par une convention fiscale en vue d éliminer les doubles impositions et de prévenir l évasion fiscale en matière d impôt

Plus en détail

Vous avez sollicité un formulaire de requête pour saisir le juge aux affaires familiales de Pontoise.

Vous avez sollicité un formulaire de requête pour saisir le juge aux affaires familiales de Pontoise. Madame, Monsieur, Vous avez sollicité un formulaire de requête pour saisir le juge aux affaires familiales de Pontoise. Je vous invite dès maintenant et avant de retourner votre requête au Tribunal à envisager

Plus en détail

Convention chômage 2014

Convention chômage 2014 Convention chômage 2014 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 2 juillet 2014 Mise à jour le 13 août 2015

Plus en détail

Avis du Comité du Travail Féminin

Avis du Comité du Travail Féminin Comité du Travail Féminin Projet de loi No 6387 portant réforme de l assurance pension et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 3 août 1998 instituant des régimes de pension

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/141 DELIBERATION N 09/078 DU 1 ER DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Vos droits. > Les aides et la solidarité

Vos droits. > Les aides et la solidarité > Les aides et la solidarité................. 12 > Les aides facultatives..................... 14 > Informations fiscales et juridiques........ 16 > L action sociale à Pontarlier............. 18 12 > Les

Plus en détail

EHPAD «PAPILLON D'OR» MAURON

EHPAD «PAPILLON D'OR» MAURON EHPAD «PAPILLON D'OR» MAURON 2012 RENSEIGNEMENTS PRATIQUES EN VUE D UNE ADMISSION 6,rue du Pont de Gué 56430 MAURON administration-ehpadmauron@orange-business.fr Tel : 02 97 22 63 86 Fax :02 30 19 00 98

Plus en détail

Le recrutement d agents non titulaires

Le recrutement d agents non titulaires Fiche 1 : 1) Principaux cas de recours : Le recrutement d agents non titulaires Aux termes de l article 4 de la loi du 11 janvier 1984, les employeurs publics peuvent recruter des agents non titulaires

Plus en détail

Résumé du budget du Québec de 2011

Résumé du budget du Québec de 2011 Résumé du budget du Québec de 2011 Le 17 mars 2011 Table des matières RÉSUMÉ DU BUDGET DU QUÉBEC DE 2011 Page INTRODUCTION... 1 1. MESURES RELATIVES AUX IMPÔTS... 1 1.1 Instauration d un crédit d impôt

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale En vigueur depuis le 1 er janvier 2006, le Régime québécois d assurance parentale prévoit le versement de prestations à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs

Plus en détail

L'action sociale vise à améliorer les conditions de vie des agents publics et de leur famille.

L'action sociale vise à améliorer les conditions de vie des agents publics et de leur famille. Secteur administratif s d action sociale interministérielles L'action sociale vise à améliorer les conditions de vie des agents publics et de leur famille. Elle peut se décliner sous forme d une aide financière,

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

POLITIQUE TARIFAIRE DES INSTITUTIONS DE LA PETITE ENFANCE

POLITIQUE TARIFAIRE DES INSTITUTIONS DE LA PETITE ENFANCE GUIDE POLITIQUE TARIFAIRE DES INSTITUTIONS DE LA PETITE ENFANCE Petite enfance Page 1/10 Tél. +41 (0)22 899 10 37 Fax +41 (0)22 899 10 20 541.01.021 Politique tarifaire 12.12.docx SOMMAIRE 1 COTISATION

Plus en détail

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015.

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015. Tribunal fédéral 5A_46/2015 Newsletter septembre 2015 II ème Cour de droit civil Arrêt du 26 mai 2015 (f) Garde des enfants, entretien, revenu Résumé et analyse hypothétique Proposition de citation : Olivier

Plus en détail

* * COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET. \, R.G. W 20lllÂB1209. 1er feuillet AUDIENCE PUBLIQUE DU 17 OCTOBRE 2012. 8ème Chambre

* * COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET. \, R.G. W 20lllÂB1209. 1er feuillet AUDIENCE PUBLIQUE DU 17 OCTOBRE 2012. 8ème Chambre \, R.G. W 20lllÂB1209 1er feuillet COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 17 OCTOBRE 2012 8ème Chambre SECURITE SOCIALE DES TRAVAILLEURS Notification: article 580, 2 0 C.J. Arrêt contradictoire

Plus en détail

Enquête de santé 1997 Feuille de ménage

Enquête de santé 1997 Feuille de ménage MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE L ENVIRONNEMENT INSTITUT D HYGIENE ET D EPIDEMIOLOGIE Enquête de santé 1997 Feuille de ménage N MENAGE : Nom de l enquêteur :... Code de l enquêteur : Date de l enquête:

Plus en détail

gestion tous Bac Pro Industriels Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-965-3

gestion tous Bac Pro Industriels Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-965-3 BAC PRO Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-965-3 économie gestion tous Bac Pro Industriels Hélène Bruneau de la salle Jean-Christophe Mariotat sophie Mazzerelli Valérie Romeyer

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Version mars 2014 SANS-ABRI. Guide. pour les. sans. abri

Version mars 2014 SANS-ABRI. Guide. pour les. sans. abri Version mars 2014 SANS-ABRI Guide pour les sans abri Table des matières Selon la loi, chacun a droit à une alimentation saine, à des soins et à un toit... P5 Règle 1 Le droit à l aide medicale urgente...

Plus en détail

Quel sera le montant de ma retraite?

Quel sera le montant de ma retraite? Salariés I MARS 2016 I Quel sera le montant de ma retraite? B Le montant de ma retraite B Le taux plein B Améliorer ma retraite Quel sera le montant de ma retraite? Vous êtes ou avez été salarié du secteur

Plus en détail

Numéro du rôle : 5420. Arrêt n 89/2013 du 13 juin 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5420. Arrêt n 89/2013 du 13 juin 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5420 Arrêt n 89/2013 du 13 juin 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 124 de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006 (délai de recours contre certaines

Plus en détail