Les altermobilités : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les altermobilités : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence?"

Transcription

1 Les altermobilités : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence? Stéphanie Vincent To cite this version: Stéphanie Vincent. Les altermobilités : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence?. Humanities and Social Sciences. Université René Descartes - Paris V, French. <tel > HAL Id: tel https://tel.archives-ouvertes.fr/tel Submitted on 17 Oct 2008 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 UNIVERSITE PARIS 5 RENE DESCARTES UFR : Faculté des Sciences Humaines et Sociales Sorbonne N attribué par la bibliothèque I_I_I_I_I_I_I_I_I_I_I Thèse Pour l obtention du DOCTORAT DE SOCIOLOGIE Présentée et soutenue publiquement par Stéphanie VINCENT Le 17 avril 2008 Les «altermobilités» : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence? Directeur de thèse : Dominique DESJEUX, Professeur à l Université Paris 5 - René Descartes. Jury : Vincent KAUFMANN, Professeur à l Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse). Michel GROSSETTI, Chargé de Recherches - HDR au Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Université Toulouse II Le Mirail. Nathalie ORTAR, Chargée de Recherche au Laboratoire d Economie des Transports, Ecole Nationale des Travaux Publics de l Etat.

3 2

4 UNIVERSITE PARIS 5 RENE DESCARTES UFR : Faculté des Sciences Humaines et Sociales Sorbonne Thèse Pour l obtention du DOCTORAT DE SOCIOLOGIE Présentée et soutenue publiquement par Stéphanie VINCENT Le 17 avril 2008 Les «altermobilités» : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence? Thèse financée par l ADEME Directeur de thèse : Dominique DESJEUX, Professeur à l Université Paris 5 - René Descartes. Jury : Vincent KAUFMANN, Professeur à l Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse). Michel GROSSETTI, Chargé de Recherches - HDR au Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Université Toulouse II Le Mirail. Nathalie ORTAR, Chargée de Recherche au Laboratoire d Economie des Transports, Ecole Nationale des Travaux Publics de l Etat. 3

5 4

6 «Louis tapa une vingtaine de lignes. Il en était à «car rien n indique en effet qu il en ait alors pris de l humeur» quand il s interrompit à nouveau. Sa pensée était revenue butiner sur cette affaire de boîte et cherchait obstinément à régler la question du tas de chaussures. Louis se leva, sortit la dernière bière du frigo et but à petits coups au goulot, debout. Il n était pas dupe. Que ses pensées s acharnent du côté des astuces domestiques était un signal à considérer. A vrai dire, il le connaissait bien, c était un signal de déroute. Déroute des projets, retraite des idées, discrète misère mentale. Ce n était pas tant qu il pense à son tas de chaussures qui le souciait. Tout homme peut être amené à y songer en passant sans qu on en fasse une histoire. Non, c était qu il puisse en tirer du plaisir.» (Vargas F., 1997 : 6) Ce travail n aurait pu être achevé sans la lutte incessante menée à l encontre de la forte envie de ranger des boîtes à chaussures 5

7 6

8 Remerciements Mes remerciements s adressent tout d abord à mon directeur de thèse, M. Dominique Desjeux, pour sa disponibilité, son soutien et les nombreuses relectures qu il a faites de ce travail. Sans ses suggestions et exigences, ce travail ne serait certainement pas ce qu il est aujourd'hui. Je tenais ensuite à remercier l ADEME pour m avoir permis de réaliser ce travail dans des conditions optimales grâce à l attribution d une bourse de recherche. Je remercie également Chantal Derkenne pour le suivi de mes travaux ainsi que pour les nombreuses informations qu elle a pu me faire partager. Je remercie chaleureusement les laboratoires de recherche qui m ont accueillie durant la thèse et où j ai pu trouver soutien et convivialité. Je remercie toute l équipe du CERLIS et particulièrement Françoise, Julie, Jacqueline, Séverine et Anne. Je tiens également à exprimer toute ma reconnaissance au LET pour son accueil au début de ma troisième année de thèse : merci tout d abord à Françoise, Nathalie et Dominique sans lesquels je n aurais pas été intégrée ; merci également à Pascal, Loulou et Nathalie (encore) pour leurs relectures et leurs conseils avisés sur les ébauches de ce texte. Ce travail n aurait pu être réalisé sans la confiance que m ont témoignée mes informateurs, qui m ont livré leurs souvenirs les plus anciens, parfois les plus intimes, avec toujours beaucoup de sincérité, de justesse et d émotion. Je n oublie pas non plus toutes les rencontres qui ont jalonné et nourri cette recherche : associations, entrepreneurs, militants et passionnés. Qu ils reçoivent ici toute ma gratitude. Ce travail est également dédié à mes proches qui ont su m apporter soutien et encouragement dans les moments difficiles. Je pense bien sûr à mes parents, ma sœur, mon frère, mes amis parisiens, lyonnais et «togolais». Parmi eux, mes pensées vont particulièrement à Sophie Alami qui a su me transmettre le goût de l analyse sociologique en même temps que de solides méthodes de travail ; Sophie Nemoz pour sa disponibilité, ses conseils et son amitié ; Muriel dont la présence a égayé mes journées de bibliothèque ; Antoine pour ses conseils et les informations qu il m a fait partager ; Louafi, Damien, Lisa, Manu, Benoît et David pour leur chaleureux accueil lors de mon arrivée au LET ; et enfin mes colocataires de bureau avec qui j ai partagé de longues heures de travail mais aussi d amitié. Enfin, mes remerciements vont à David qui, en partageant mon quotidien, a pris part aux successions de découragements et réjouissances qui ont rythmé cette recherche. Qu il soit ici remercié pour sa patience, son affection et son indéfectible soutien. 7

9 8

10 Avant-propos Pour me rendre à mon bureau, G. Brassens, paroles de J. Boyer Pour me rendre à mon bureau, j'avais acheté une auto Une jolie traction avant qui filait comme le vent. C'était en Juillet 39, je me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois d'avoir une voiture à moi. Mais vint septembre, et je pars pour la guerre. Huit mois plus tard, en revenant : Réquisition de ma onze chevaux légère "Nein verboten" provisoirement. Pour me rendre à mon bureau alors j'achète une moto Un joli vélomoteur faisant du quarante à l'heure. A cheval sur mon teuf-teuf je me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois de rentrer si vite chez moi. Elle ne consommait presque pas d'essence Mais presque pas, c'est encore trop. Voilà qu'on me retire ma licence J'ai dû revendre ma moto. Pour me rendre à mon bureau alors j'achète un vélo Un très joli tout nickelé avec une chaîne et deux clefs. Monté sur des pneus tous neufs je me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois d'avoir un vélo à moi. J'en ai eu coup sur coup une douzaine On me les volait périodiquement. Comme chacun d'eux valait le prix d'une Citroën Je fus ruiné très rapidement. Pour me rendre à mon bureau alors j'ai pris le métro Ça ne coûte pas très cher et il y fait chaud l'hiver. Alma, Iéna et Marbœuf je me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois de rentrer si vite chez moi. Hélas par économie de lumière On a fermé bien des stations. Et puis ce fut, ce fut la ligne tout entière Qu'on supprima sans rémission. Pour me rendre à mon bureau j'ai mis deux bons godillots Et j'ai fait quatre fois par jour le trajet à pied allerretour. Les Tuileries, le Pont Neuf je me gonflais comme un bœuf, Fier de souffrir de mes corps pour un si joli décor. Hélas, bientôt, je n'aurai plus de godasses, Le cordonnier ne ressemelle plus. Mais en homme prudent et perspicace Pour l'avenir j'ai tout prévu. Je vais apprendre demain à me tenir sur les mains J'irai pas très vite bien sûr mais je n'userai plus de chaussures. Je verrai le monde de bas en haut c'est peut-être plus rigolo. Je n'y perdrai rien par surcroît: Il est pas drôle à l'endroit.

11

12 Sommaire Remerciements... 7 Avant-propos... 9 Sommaire Liste des figures Liste des tableaux et encadrés Introduction Démarche empirique I- Une démarche compréhensive et inductive Les principes de la méthode : une méthode qualitative, inductive et compréhensive Intérêt et validité scientifique de la méthode...28 II- Terrain principal : les usagers des altermobilités La construction des critères de recrutement Présentation des villes étudiées La méthode d investigation : le choix du récit de vie Les difficultés relatives à l objet de recherche Présentation des altermobilistes interrogés...41 III- Terrain secondaire : les acteurs du covoiturage...47 Partie 1- Emergence et institutionnalisation des altermobilités : un regard méso-social Chapitre 1- D une prise de conscience globale aux dispositifs d action concrète : l encadrement légal des altermobilités Des engagements internationaux : prise de conscience écologique et traduction des engagements Les politiques communautaires : une incitation à l altermobilité

13 3- La législation française : de l encadrement juridique à l action concrète...67 Chapitre 2- L institutionnalisation des pratiques altermobiles? l exemple du covoiturage L institutionnalisation d une pratique informelle, perspective historique du covoiturage La diffusion du covoiturage : le jeu d acteurs autour du covoiturage aujourd'hui95 3- Rareté des ressources de financements et conséquences pour le covoiturage en France Conclusion de la partie Partie 2- Usage des modes de déplacement au fil de l histoire de vie : des marqueurs des étapes du cycle de vie Chapitre 3- Les modes de déplacements quotidiens de l enfance : vers une acquisition de l autonomie de déplacement L école primaire : une dominante de trajets pédestres et accompagnés L enseignement secondaire : une progressive prise d autonomie Les logiques du choix modal sur le trajet scolaire : entre contrainte et affirmation des préférences individuelles Chapitre 4- La période de la «jeunesse» : un tâtonnement modal L apprentissage de la conduite : un aboutissement du processus d autonomisation? De la compétence automobile à l usage : analyse des contraintes de mobilité propres aux étudiants Les premières expériences professionnelles : entre motorisation nécessaire et contrainte financière L accès à l automobilité comme rite de passage vers l âge adulte? Chapitre 5- La fin de la jeunesse : vers une composition des habitudes modales L enracinement de pratiques automobilistes exclusives : la construction d une évidence du déplacement L enracinement d habitudes altermobiles : des effets d apprentissage Entre ces deux pôles : des pratiques multimodales? Analyse-bilan sur une possible détermination biographique des habitudes modales adultes Conclusion de la partie

14 Partie 3- Entre «hasard» et «réflexe» : comment devient-on altermobiliste? Analyse du changement de pratiques modales Chapitre 6- L adoption de nouvelles habitudes de mobilité sur le trajet domicile-travail : un motif de déplacement aux contraintes spécifiques La distance domicile-travail Temps de parcours et choix du mode : l hypermobilité favorable à des déplacements altermobiles La question des horaires : entre flexibilité et gestion du temps professionnel Le chaînage des activités Chapitre 7- La question du changement de pratiques au cœur d une problématique de transformation des routines Les habitudes comme facteur d inertie La question de la réflexivité sur les pratiques de déplacements : prise de conscience écologique et changement de pratiques La remise en cause des routines : des contextes propices au changement Chapitre 8- L itinéraire du changement La création d une prédisposition au changement Des éléments déclencheurs du passage à l action De la recherche d un mode de déplacement alternatif : la mobilisation plus ou moins volontaire de diverses ressources Conclusion de la partie Partie 4- Vers de nouvelles formes ou normes de mobilité? Chapitre 9- L altermobilité comme pratique durable De la réappropriation du temps de trajet De la légitimation sociale des nouvelles pratiques Chapitre 10- L altermobilité comme renoncement à l automobile? Un renoncement à l usage automobile? Un renoncement à la possession? Les altermobilités : une diversification des ressources en mobilité Chapitre 11- De l autosolisme au partage des trajets : l exemple de l adoption durable du covoiturage sur le trajet domicile-travail Les différents modes de rencontre des covoitureurs Influence du mode de rencontre sur la régularité de la pratique

15 3- La durabilité du covoiturage : une pratique favorisée par la symétrie de statut entre les covoitureurs Une pratique centrée sur le lien social Conclusion de la partie Conclusion générale Annexes Bibliographie Sigles et acronymes Table des matières détaillée Cartes de localisation des lieux d habitation et de travail des enquêtés Signalétique des personnes interviewées Guide d entretien des récits de vie Guide d entretien des cyclistes Guide d entretien des covoitureurs Guide d entretien des usagers des transports en commun

16 Liste des figures Figure 1 Carte des aires urbaines de France dans lesquelles les entretiens ont été réalisés...36 Figure 2- Carte des services de covoiturage en France, CERTU, Figure 3- Chronologie des lois et engagements favorables aux altermobilités...58 Figure 4- Niveaux de compétences et filiation des dispositifs en faveur de la promotion des altermobilités...78 Figure 5- Evolution du taux d'équipement et du taux de multi-équipement automobile...86 Figure 6- Part des sites de covoiturage associés à un opérateur Figure 7- Le jeu d acteurs du covoiturage en France Figure 8- Localisation des interviewés «grands mobiles» rencontrés en Rhône-Alpes Figure 9- Schéma récapitulatif des processus amenant au changement d habitudes modales sur le trajet domicile-travail Figure 10- Campagne de communication Transilien Figure 11- Localisation des interviewés à Paris et Région Parisienne Figure 12- Localisation des interviewés «grands mobiles» interviewés en Rhône-Alpes..362 Figure 13- Localisation des interviewés rencontrés à Grenoble Figure 14- Localisation des interviewés rencontrés à Chambéry Figure 15- Localisation des interviewés rencontrés à Lyon Figure 16- Localisation des interviewés rencontrés à Nîmes Figure 17- Localisation des interviewés rencontrés à Toulouse

17 Liste des tableaux et encadrés Tableau 1- Tableau récapitulatif des entretiens d usagers...46 Tableau 2- Tableau récapitulatif des entretiens menés auprès des opérateurs de covoiturage...49 Tableau 3- Distances domicile-travail parcourues par chaque interviewé et mode utilisé Encadré 1- Définitions: covoiturage et autostop, similitudes et dissemblances...91 Encadré 2- La Vélostation, un service intermodal Encadré 3- Le covoiturage : aspects juridiques Encadré 4- Incidence de l alternance des véhicules sur l organisation des trajets

18 Introduction «Il n existe jamais de relation mécanique entre l existence d une potentialité et son usage par les hommes.» (Alter, 2002 : 17) «Il n y a qu une manière de parvenir au général, c est d observer le particulier, non pas superficiellement et en gros, mais minutieusement et par le détail.» (Durkheim, 1975 : 333) Le 16 décembre 2006 marquait la mise en service du tramway des Maréchaux à Paris ; le succès des Vélo v lyonnais a, quelques mois plus tard, encouragé l instauration d un système similaire dans la capitale, inauguré le 15 juillet 2007 ; depuis l automne 2007, un service d autopartage a été lancé par Vinci et Avis et doit s étendre à plusieurs grandes villes de France début L actualité foisonne d initiatives favorables à des mobilités alternatives au «tout voiture». Ces initiatives constituent autant de modalités de réponse à l injonction d un changement dans nos manières de consommer et de se déplacer afin de mieux respecter notre environnement. D autres modalités de déplacements apparaissent et laissent alors penser que des transformations sont à l œuvre en matière de mobilité. C est dans ce contexte d émergence d autres formes de mobilité que s insère ce travail de recherche. Il part ainsi du constat que des usages «nouveaux», «différents», «alternatifs» émergent, s affichent et semblent se revendiquer de plus en plus dans notre société. Cette visibilité nouvelle de telles pratiques de déplacements apparaît néanmoins en porte-à-faux avec les caractéristiques des déplacements. En effet, si l on s intéresse aux pratiques de déplacements en France, force est de constater la prégnance de l automobile, que ce soit dans la possession de cet objet par les ménages, que dans ses usages. Ainsi, les données de la dernière Enquête Nationale Transports 1 laissent à voir une augmentation du nombre de ménages motorisés, ainsi qu une augmentation du nombre de kilomètres effectués quotidiennement par une voiture (Orfeuil, 2000). Ainsi, la voiture particulière domine quantitativement les autres modes de déplacements. Inversement, ces derniers diminuent dans les usages, notamment les modes doux (marche à pied et vélo). Après leur forte régression dans les années 1980, leurs usages semblent néanmoins se stabiliser aujourd'hui. Quant aux transports en commun, leur usage a fortement diminué dans les 1 Cette enquête date de Une nouvelle enquête a été réalisée courant 2007, mais les résultats n étaient pas encore traités et accessibles au moment de la rédaction de ce travail. 17

19 années 1970 notamment en province et ce, malgré la forte croissance démographique urbaine durant ces années (Beaucire et alii, 2000 : 61). Puis, une certaine stabilisation des usages apparaît dans la décennie suivante, amenant même à une légère progression du trafic après 1985 obtenue au prix d investissements importants dans l offre (Beaucire et Meyer, 2000 : 64; Bonnel, 2003 : 18). De plus, les usages automobiles restent majoritairement des usages individuels, particulièrement pour certains motifs de trajets. Ainsi, la récente Enquête Ménages Déplacements (EMD) réalisée à Lyon montre que le taux d occupation tous motifs des voitures est de 1,37 ; mais ce taux descend jusqu à 1,03 pour le trajet domicile-travail. La mise en perspective de ces deux phénomènes, d une part la visibilité de nouvelles modalités de déplacements et d autre part la dominance de l automobilité, amène alors à s interroger sur la place sociale de ces nouvelles formes de mobilité, ou «altermobilités». Ce néologisme désigne les diverses formes de mobilité alternatives à la voiture individuelle. Loin de constituer une catégorie fixe et définitive, il constitue au contraire une exploration d autres modes de déplacements et usages que la voiture particulière. Nous le reprenons à S. Chevrier et S. Juguet, tout en lui conférant un sens sensiblement différent de celui que lui attribuent ces auteurs. Ainsi, dans un entretien avec B. Marzloff, ces auteurs lui donnent le sens d une «mobilité qui prend son temps», lui attribuant ainsi des caractéristiques de «lenteur» (Marzloff, 2005 : 131). Ainsi, tout en reprenant le concept de ces auteurs, nous l élargissons davantage aux diverses formes d usages des modes de déplacements, sans préjuger de son contenu ou de ses caractéristiques. Pluriel dans les pratiques et les significations qu il recouvre, ce terme constitue avant tout une facilité d expression pour désigner les pratiques dont il sera question tout au long de ce travail (les altermobilités) mais aussi les individus qui les portent (les altermobilistes). Ce travail vise ainsi à rendre compte des pratiques altermobiles, c'est-à-dire d usages alternatifs à la norme automobile qui domine dans notre société, afin de repérer les éléments qui influencent le choix de tels usages. Notre travail porte donc sur le non-usage de l automobile, au moins pour certains motifs de déplacement, plutôt que sur la nonpossession de l automobile ou le processus de démotorisation, comme l ont fait certains chercheurs (Beauvais et alii, 2000, Espinasse, 2006). Chacune de ces questions constitue des problématiques entières et différentes. L intérêt porté à ces (alter)mobilités est à mettre en perspective avec les grands enjeux environnementaux de ce début de siècle. En effet, la difficile maîtrise des déplacements automobiles, accentués par le phénomène de l étalement urbain, pose des problèmes d ordre politique, social et environnemental tant à l échelle locale que globale. Mais, c est 18

20 principalement dans la perspective environnementale que nous inscrivons cette thèse. En effet, les préoccupations environnementales telles que les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique, ont conduit à l émergence d une injonction de changement de nos pratiques quotidiennes. Parmi elles, le secteur des transports, et particulièrement le transport routier, se trouve mis en cause. Quand bien même des innovations techniques dans le secteur automobile permettraient de réduire les émissions, elles ne suffiraient pas à ramener les émissions à un niveau suffisamment bas pour éviter le changement climatique. Nos comportements de mobilité risquent donc d être amenés à se modifier. Pourtant, de telles modifications d habitudes de déplacements ne vont pas de soi. En effet, depuis une quarantaine d années, l automobile est pleinement entrée et ancrée dans notre société et nos vies quotidiennes. Elle a participé à la création de territoires standardisés, accéléré le passage de la ville à l urbain, favorisé l étalement urbain. Elle a même réussi à créer une dépendance à son égard, entretenue par la normalisation du «système automobile» à l échelle mondiale (Dupuy, 1995 ; 2000). L enjeu de la maîtrise de l automobilité a alors amené une pluralité de recherches sur la thématique du choix du mode de déplacement (ou choix modal), à laquelle notre travail se veut une modeste contribution. Les travaux relatifs à la question du choix modal sont traditionnellement issus de l économie et visent à repérer les déterminants du choix des modes de déplacements. Cette tradition amenait alors à «une pensée économique et technicienne» qui s est progressivement ouverte à d autres disciplines, telles la sociologie, en grande partie grâce à l apport de V. Kaufmann (Kaufmann V., 2000). Fidèle à la tradition wébérienne, il a notamment montré comment le choix d un mode de déplacement ne dépend pas uniquement d un choix rationnel (au sens économique du terme, c'est-à-dire d une recherche de maximisation de l utilité) mais que plusieurs logiques d action peuvent être à l œuvre dans le choix modal, sans que l on présume a priori de leur statut rationnel (Kaufmann V., 2000). Cet élargissement des perspectives d analyse issu des travaux de V. Kaufmann résulte en grande partie d un changement d échelle d observation du choix modal. En effet, la réalité du monde social apparaît difficilement saisissable dans son ensemble et, selon le regard que nous posons sur elle, les observations que nous pouvons en faire diffèrent. Tel est le constat opéré par l anthropologue D. Desjeux dans son ouvrage sur le déménagement (Desjeux et alii, 1998) puis repris et formalisé quelques années plus tard dans un ouvrage synthétique sur les sciences sociales (Desjeux, 2004). Là où les enquêtes économiques se focalisaient sur les décisions micro-individuelles qui font la part belle aux arbitrages individuels et à la liberté des acteurs, l approche de V. Kaufmann pourtant fondée sur l analyse de données 19

21 statistiques laisse à voir la décision qu est le choix modal davantage comme un processus et un choix sous contraintes (Desjeux, 2004). La vision systémique proposée par G. Dupuy s avère quant à elle être très macro-sociale, c'est-à-dire qu elle se situe à l échelle des «régularités et grandes tendances» (Desjeux, 2004 : 6). Si, en termes de résultats, ces approches peuvent apparaître contradictoires, nous les envisageons au contraire de manière complémentaire car elles abordent la question du choix modal par des focales différentes. Pour notre part, c est l échelle microsociale que nous avons choisie pour observer les altermobilités, dans la mesure où elle nous apparaît la plus apte à laisser voir à la fois les contraintes sociales du choix modal et les processus de décisions individuels. Les récentes enquêtes réalisées sur les choix de déplacements se sont davantage ouvertes que par le passé à l approche qualitative qui est la nôtre. Il en est ainsi des travaux de M. Flamm qui cherchent «à expliciter les facteurs qui sont véritablement déterminants des comportements individuels», sans se limiter aux traditionnels facteurs de coût et de temps de déplacement mobilisés par les approches économiques (Flamm, 2004 : 15). Cette recherche se place également dans une perspective clairement pragmatique, puisqu elle cherche à comprendre ces déterminants dans le but d «encourager les individus et les ménages à changer leurs habitudes de déplacements» (Flamm, 2004 : 14). D autres recherches, plus récentes encore, ont mis en lumière les conditions d acceptabilité de l injonction à changer, mais aussi les freins au changement, principalement au travers de l analyse du discours des franciliens. Les freins et facilitateurs perçus par les Franciliens étaient ensuite mis en perspective avec d autres expériences menées à l étranger, offrant ainsi un regard interculturel sur la question des habitudes et du changement modal (Rocci, 2007). Notre propre recherche se place dans la même visée pragmatique, à la même échelle d analyse et mobilise les mêmes techniques d enquête qualitative. Néanmoins, l originalité de notre démarche réside dans le choix des usages étudiés, puisqu elle reste uniquement focalisée sur les altermobilités. Ainsi, elle ne vise pas à repérer les logiques d action ni l ensemble des déterminants de tout choix modal (Kaufmann V., 2000 ; Flamm, 2004) ni même à comprendre les conditions d acceptabilité et les freins au changement d habitudes (Rocci, 2007). Mais, de manière complémentaire aux recherches précitées, elle vise à saisir les conditions concrètes des usages altermobiles, les parcours individuels qui président à leurs usages, les conditions qui les rendent possibles et durables. A l échelle microsociale, un double regard est possible, micro-individuel et méso-social (Desjeux, 2004, p.6) : notre recherche combine ce double regard. 20

22 Un premier regard est posé sur les altermobilités à l échelle méso-sociale, c'est-à-dire celle «des organisations, des entreprises et des systèmes d action» (Desjeux, 2004 : 6). Cette échelle permet d appréhender le cadre légal et organisationnel dans lequel se déploient les usages altermobiles. Cet encadrement constitue un premier déterminant des usages individuels. De plus, les entités organisationnelles qui cherchent à promouvoir les altermobilités possèdent leurs propres logiques décisionnaires qu il s agira de mettre à jour. Pour ce faire, nous avons choisi d appréhender plus particulièrement le jeu d acteurs qui se déploie autour du covoiturage. Nous avons privilégié cette forme d altermobilité car, à l échelle organisationnelle, les décisionnaires de cette pratique se trouvent difficilement repérables dans la multitude des initiatives et des projets (partie 1). Dans un second temps, les altermobilités seront appréhendées sous une focale microindividuelle. Cette échelle d analyse constitue le cœur de notre recherche. Elle est centrée sur les usagers altermobiles. En focalisant notre attention sur les altermobilistes, nous proposons ici une analyse volontairement tronquée de la réalité sociale. Leurs comportements de mobilité se trouvent en effet marginaux dans notre société. Mais, à ce titre, ils méritent toute notre attention de sociologue qualitativiste dans la mesure où l analyse approfondie de leurs choix de déplacement amènera à la mise en évidence des éléments qui les influencent. Et cette analyse ne saurait être possible avec une autre méthode d investigation que la méthode qualitative, car «dès lors que l on entend saisir des singularités, des cas particuliers (mais pas forcément exemplaires), il semble qu on soit fatalement contraint de quitter le rivage de la réflexion macrosociologique fondée sur des données statistiques pour naviguer dans les eaux de la description ethnographique, monographique.» (Lahire, 1995, page 14). Ainsi, à la manière dont B. Lahire s intéresse, dans Tableaux de famille, aux enfants issus de milieux populaires qui réussissent à l école (1995), nous mettons à profit la méthode qualitative et monographique pour rendre compte des usages d une population qui vont à l encontre des tendances générales. Plus précisément, la méthode d enquête choisie est celle du récit de vie centré sur les modes de déplacements. L analyse des parcours biographiques des altermobilistes vise à rendre compte des mécanismes à l œuvre dans leurs choix de déplacements. Il s agit de comprendre ces choix individuels sans oublier les contraintes de la vie quotidienne et les déterminismes sociaux à l œuvre dans ces choix, sans pour autant s y limiter. En effet, adopter un regard micro-individuel permet de rendre compte des marges de manœuvre de chaque usager donc de conserver l usage du mot «choix» qui possède nécessairement une dimension de liberté. Si les choix des acteurs sociaux ne sont pas complètement libres, 21

Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare

Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare Guillaume Carrouet To cite this version: Guillaume Carrouet. Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pierre-Alexis Tchernoïvanoff To cite this version: Pierre-Alexis Tchernoïvanoff. Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas

Plus en détail

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422 La Thaïlande, pays aux deux visages : Approches sémiologiques d une identité culturelle ambiguë à travers le miroir de la presse et autres discours publics Sorthong Banjongsawat To cite this version: Sorthong

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive Guy Verschave To cite this version: Guy Verschave. La socialisation par les sports

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627 La réception des discours de développement durable et d actions de responsabilité sociale des entreprises dans les pays du Sud : le cas d un don d ordinateurs au Sénégal dans le cadre d un projet tripartite

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 par Elaine Biron, Pierre Doray, Paul Bélanger, Simon Cloutier, Olivier Meyer Communication

Plus en détail

Laurence Touré Juin 2010

Laurence Touré Juin 2010 Laurence Touré Juin 2010 Introduction Enquêtes quantitatives, quantitatives, mixtes Protocole d une recherche qualitative Définition de la population d enquête Méthodes d enquête qualitatives La technique

Plus en détail

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie Stéphane Vial To cite this version: Stéphane Vial. La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie. Philosophy.

Plus en détail

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Valérie Schwob To cite this version: Valérie Schwob. Savoir nager, une richesse culturelle

Plus en détail

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer Evaluation du SCoT Coût résidentiel : pouvoir d achat des ménages pour se loger et se déplacer Présentation aux partenaires et aux membres du groupe de travail de l action n 5 du PLH 24/11/2014 Contexte

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Lancement d une grande enquête ménage déplacements

Lancement d une grande enquête ménage déplacements Lancement d une grande enquête ménage déplacements CONTEXTE DE L ENQUETE MENAGES Une «enquête ménage déplacements» est un recueil de données qui permet de disposer d'informations précises sur les pratiques

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise

Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise DOSSIER DE PRESSE Lundi 22 janvier 2007 Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise Premiers résultats et évolutions entre 1995 et 2006 sur le territoire du Grand Lyon L EMD en

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Etude sur la mobilité locative

Etude sur la mobilité locative pour Etude sur la mobilité locative Septembre 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : PERL Echantillons : Echantillon de 502 actifs, locataires et éligibles au logement social,

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

THNS 2013 Développement potentiel du covoiturage

THNS 2013 Développement potentiel du covoiturage THNS 2013 Développement potentiel du covoiturage Présentation du CERTU Christophe SAROLI - CERTU Le CERTU est une agence qui dépend du MEDDE (Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie).

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Isabel Colón de Carvajal To cite this version: Isabel Colón de Carvajal. Choix méthodologiques pour une analyse de conversation

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la

Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la néphronophtise et les ciliopathies associées, dans la morphogenèse épithéliale, la polarité cellulaire et la ciliogenèse Helori-Mael Gaudé

Plus en détail

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Ahmed Boucherit To cite this version: Ahmed Boucherit. Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques

Plus en détail

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 «Évolution du concept de formation à travers l analyse de Cahiers de l Asdifle» C est dans le cadre d un partenariat entre l Asdifle et l Université Paris VII que j

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE DE L OBSERVATOIRE DU SAN DE SENART VILLE AU CARRE 29 juin 2010 Présentation d une démarche d observation LA VEILLE SOCIALE ET L OBSERVATOIRE 2 Une contribution demandée aux

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Manuel Appert To cite this version: Manuel Appert. Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une

Plus en détail

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu direction générale des Infrastructures des Transports et de la Mer Certu L Enquête Déplacements VILLES MOYENNES Politique des Transports pour voir loin, autant voir clair Avant d engager la collectivité,

Plus en détail

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Ordre du jour Définition des objectifs Acteurs locaux présents Albert KRAFFT Jérémy RIEGEL Jean

Plus en détail

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Anaïs ROCCI 6T bureau de recherche Colloque «Bougeons autrement», 30/11/2011 CNFPT, Région Haute-Normandie

Plus en détail

- mardi 23 octobre 2007 -

- mardi 23 octobre 2007 - DOSSIER DE PRESSE Premiers résultats et évolutions entre 1999 et 2007 sur l aire urbaine rennaise - mardi 23 octobre 2007 - Contacts Presse Rennes Métropole : Vincent Le Berre - Attaché de Presse Tél.

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS

LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS Principaux résultats de l enquête ménages déplacements de la Communauté urbaine d Arras - 2014 Introduction Cette enquête a été réalisée de janvier à février

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRES DES UTILISATEURS DU COVOITURAGE LONGUE DISTANCE

ENQUÊTE AUPRES DES UTILISATEURS DU COVOITURAGE LONGUE DISTANCE ENQUÊTE AUPRES DES UTILISATEURS DU COVOITURAGE LONGUE DISTANCE Septembre 2015 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par : 6t-bureau de recherche N de contrat : 1466C0095 Coordination technique : CHASSIGNET

Plus en détail

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010

Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010 Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010 On ne peut parler parking sans parler de Déplacement. Le besoin de places n est que la résultante du mode de transports

Plus en détail

Objectifs d apprentissage

Objectifs d apprentissage Formation continue OIIQ 2010-2011 9 novembre 2010 Sylvie Gendron, Ph.D. Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Objectifs d apprentissage Différencier les finalités de chacune de cinq approches

Plus en détail

Protester sur le web chinois (1994-2011)

Protester sur le web chinois (1994-2011) Protester sur le web chinois (1994-2011) Séverine Arsène To cite this version: Séverine Arsène. Protester sur le web chinois (1994-2011). Le Temps des médias, 2012, pp.99-110. HAL Id: hal-00773738

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Parcs-relais et aires de covoiturage

Parcs-relais et aires de covoiturage Optimisation multimodale des déplacements du PST Rhône-Alpes sur la mobilité Le stationnement : quelles techniques de gestion pour quelles politiques? Parcs-relais et aires de covoiturage N 1 Plan Les

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge Marielle Calvez To cite this version: Marielle Calvez. La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge. Other [q-bio.ot]. 2013.

Plus en détail

Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise

Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise Décembre 2011 Par Florent GALLET (laboratoire ThéMA) Distances à vol d'oiseau à partir du centre-ville dijonnais Daix Plombière-lès-Dijon Fontaine-lès-Dijon

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Ihsane Tou To cite this version: Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Je t aime moi non plus. Quels changements dans le rapport des jeunes Lyonnais à l automobile?

Je t aime moi non plus. Quels changements dans le rapport des jeunes Lyonnais à l automobile? Je t aime moi non plus. Quels changements dans le rapport des jeunes Lyonnais à l automobile? Stéphanie Vincent- Geslin, Pascal Pochet, Nathalie Ortar, Patrick Bonnel, Louafi Bouzouina Laboratoire d Economie

Plus en détail

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830)

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830) Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens de Rouen et de Seine-Inférieure (1815-1830) Camille Istin To cite this version: Camille Istin. Contribution à l

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités DE L ADEUS mobilité et accessibilité dans les zones d'activités 83 NOVEMBRE 2012 DéPLACEMENT De par leurs aménagements initiaux, les zones d activités restent souvent mal desservies en transport en commun

Plus en détail

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale La problématique de l impact économique du vélo est complexe tant elle touche à des domaines variés parfois difficiles à délimiter.

Plus en détail

Projet de fin d études. - L adaptation de nos moyens de transport -

Projet de fin d études. - L adaptation de nos moyens de transport - - L adaptation de nos moyens de transport - - Nos déplacements représentent 170 millions de kilomètres par jour - Le nombre de déplacements journaliers en Ile-de-France dépasse la barre des 25 millions,

Plus en détail

Les résistances au changement: une opportunité pour repenser la place des habitudes dans les déplacements quotidiens? par Thomas Buhler1

Les résistances au changement: une opportunité pour repenser la place des habitudes dans les déplacements quotidiens? par Thomas Buhler1 Les résistances au changement: une opportunité pour repenser la place des habitudes dans les déplacements quotidiens? par Thomas Buhler1 Quand, pour la dernière fois, avez-vous effectué une action totalement

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Education au Développement Durable. Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable

Education au Développement Durable. Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable Lyon, 23/11/11 Education au Développement Durable Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable Pierre SOULARD Responsable du service mobilité urbaine

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

Kit du bénévole d accompagnement à la scolarité

Kit du bénévole d accompagnement à la scolarité Kit du bénévole d accompagnement à la scolarité réalisé pour la Maison du Combattant et des Associations du XIXème Avec le soutien de la Mairie du XIXème Par l Institut de Recherche et d Information sur

Plus en détail

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11.

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11. SE DEPLACER Les déplacements, sont liés aux activités, à notre lieu de vie principal, à nos besoins d approvisionnement, à nos relations sociales. Ils sont un moyen et non une fin. Pour autant: - La mobilité

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* NOTE DETAILLÉE Enquêtes sur l école maternelle Enquête Harris Interactive pour le SNUipp Enquête grand public réalisée en ligne entre le 03 et le 05 novembre 2015. Echantillon de 1 000 personnes, représentatif

Plus en détail

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS?

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? Résultats de l enquête menée en 2013 www.provelo.org Table des matières Introduction...3 Méthodologie...3 Récolte des données... 3 Traitement des données...3 Résultats...4

Plus en détail

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aude Le Borgne To cite this version: Aude Le Borgne. Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse

Plus en détail

Les déplacements domicile-travail des Franciliens. Groupe d'échanges et de recherches IFSTTAR MOBIlités LIées au Travail des ActifS Jeudi 11 juin

Les déplacements domicile-travail des Franciliens. Groupe d'échanges et de recherches IFSTTAR MOBIlités LIées au Travail des ActifS Jeudi 11 juin Les déplacements domicile-travail des Franciliens Groupe d'échanges et de recherches IFSTTAR MOBIlités LIées au Travail des ActifS Jeudi 11 juin Eléments de cadrage sur la mobilité en Ilede-France 2 Sources

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France

Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France Etude sur les déplacements Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France 18 Septembre 2014 ixxi-mobility.com 2 Transformer le temps de transport en temps utile Le temps

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Expérimentation Watt & Moi 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Watt & Moi, une expérimentation de mise à disposition des données Linky aux consommateurs GRANDLYON HABITAT et ERDF

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Céline Bécourt To cite this version: Céline Bécourt. Étude rétrospective

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

Les Français et les notes à l école

Les Français et les notes à l école Les Français et les notes à l école Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Département Opinion 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 80 48 30 80 Fax : 01 78 94 90 19 jgoarant@opinion-way.com

Plus en détail