Les altermobilités : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les altermobilités : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence?"

Transcription

1 Les altermobilités : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence? Stéphanie Vincent To cite this version: Stéphanie Vincent. Les altermobilités : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence?. Humanities and Social Sciences. Université René Descartes - Paris V, French. <tel > HAL Id: tel https://tel.archives-ouvertes.fr/tel Submitted on 17 Oct 2008 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 UNIVERSITE PARIS 5 RENE DESCARTES UFR : Faculté des Sciences Humaines et Sociales Sorbonne N attribué par la bibliothèque I_I_I_I_I_I_I_I_I_I_I Thèse Pour l obtention du DOCTORAT DE SOCIOLOGIE Présentée et soutenue publiquement par Stéphanie VINCENT Le 17 avril 2008 Les «altermobilités» : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence? Directeur de thèse : Dominique DESJEUX, Professeur à l Université Paris 5 - René Descartes. Jury : Vincent KAUFMANN, Professeur à l Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse). Michel GROSSETTI, Chargé de Recherches - HDR au Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Université Toulouse II Le Mirail. Nathalie ORTAR, Chargée de Recherche au Laboratoire d Economie des Transports, Ecole Nationale des Travaux Publics de l Etat.

3 2

4 UNIVERSITE PARIS 5 RENE DESCARTES UFR : Faculté des Sciences Humaines et Sociales Sorbonne Thèse Pour l obtention du DOCTORAT DE SOCIOLOGIE Présentée et soutenue publiquement par Stéphanie VINCENT Le 17 avril 2008 Les «altermobilités» : analyse sociologique d usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence? Thèse financée par l ADEME Directeur de thèse : Dominique DESJEUX, Professeur à l Université Paris 5 - René Descartes. Jury : Vincent KAUFMANN, Professeur à l Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse). Michel GROSSETTI, Chargé de Recherches - HDR au Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Université Toulouse II Le Mirail. Nathalie ORTAR, Chargée de Recherche au Laboratoire d Economie des Transports, Ecole Nationale des Travaux Publics de l Etat. 3

5 4

6 «Louis tapa une vingtaine de lignes. Il en était à «car rien n indique en effet qu il en ait alors pris de l humeur» quand il s interrompit à nouveau. Sa pensée était revenue butiner sur cette affaire de boîte et cherchait obstinément à régler la question du tas de chaussures. Louis se leva, sortit la dernière bière du frigo et but à petits coups au goulot, debout. Il n était pas dupe. Que ses pensées s acharnent du côté des astuces domestiques était un signal à considérer. A vrai dire, il le connaissait bien, c était un signal de déroute. Déroute des projets, retraite des idées, discrète misère mentale. Ce n était pas tant qu il pense à son tas de chaussures qui le souciait. Tout homme peut être amené à y songer en passant sans qu on en fasse une histoire. Non, c était qu il puisse en tirer du plaisir.» (Vargas F., 1997 : 6) Ce travail n aurait pu être achevé sans la lutte incessante menée à l encontre de la forte envie de ranger des boîtes à chaussures 5

7 6

8 Remerciements Mes remerciements s adressent tout d abord à mon directeur de thèse, M. Dominique Desjeux, pour sa disponibilité, son soutien et les nombreuses relectures qu il a faites de ce travail. Sans ses suggestions et exigences, ce travail ne serait certainement pas ce qu il est aujourd'hui. Je tenais ensuite à remercier l ADEME pour m avoir permis de réaliser ce travail dans des conditions optimales grâce à l attribution d une bourse de recherche. Je remercie également Chantal Derkenne pour le suivi de mes travaux ainsi que pour les nombreuses informations qu elle a pu me faire partager. Je remercie chaleureusement les laboratoires de recherche qui m ont accueillie durant la thèse et où j ai pu trouver soutien et convivialité. Je remercie toute l équipe du CERLIS et particulièrement Françoise, Julie, Jacqueline, Séverine et Anne. Je tiens également à exprimer toute ma reconnaissance au LET pour son accueil au début de ma troisième année de thèse : merci tout d abord à Françoise, Nathalie et Dominique sans lesquels je n aurais pas été intégrée ; merci également à Pascal, Loulou et Nathalie (encore) pour leurs relectures et leurs conseils avisés sur les ébauches de ce texte. Ce travail n aurait pu être réalisé sans la confiance que m ont témoignée mes informateurs, qui m ont livré leurs souvenirs les plus anciens, parfois les plus intimes, avec toujours beaucoup de sincérité, de justesse et d émotion. Je n oublie pas non plus toutes les rencontres qui ont jalonné et nourri cette recherche : associations, entrepreneurs, militants et passionnés. Qu ils reçoivent ici toute ma gratitude. Ce travail est également dédié à mes proches qui ont su m apporter soutien et encouragement dans les moments difficiles. Je pense bien sûr à mes parents, ma sœur, mon frère, mes amis parisiens, lyonnais et «togolais». Parmi eux, mes pensées vont particulièrement à Sophie Alami qui a su me transmettre le goût de l analyse sociologique en même temps que de solides méthodes de travail ; Sophie Nemoz pour sa disponibilité, ses conseils et son amitié ; Muriel dont la présence a égayé mes journées de bibliothèque ; Antoine pour ses conseils et les informations qu il m a fait partager ; Louafi, Damien, Lisa, Manu, Benoît et David pour leur chaleureux accueil lors de mon arrivée au LET ; et enfin mes colocataires de bureau avec qui j ai partagé de longues heures de travail mais aussi d amitié. Enfin, mes remerciements vont à David qui, en partageant mon quotidien, a pris part aux successions de découragements et réjouissances qui ont rythmé cette recherche. Qu il soit ici remercié pour sa patience, son affection et son indéfectible soutien. 7

9 8

10 Avant-propos Pour me rendre à mon bureau, G. Brassens, paroles de J. Boyer Pour me rendre à mon bureau, j'avais acheté une auto Une jolie traction avant qui filait comme le vent. C'était en Juillet 39, je me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois d'avoir une voiture à moi. Mais vint septembre, et je pars pour la guerre. Huit mois plus tard, en revenant : Réquisition de ma onze chevaux légère "Nein verboten" provisoirement. Pour me rendre à mon bureau alors j'achète une moto Un joli vélomoteur faisant du quarante à l'heure. A cheval sur mon teuf-teuf je me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois de rentrer si vite chez moi. Elle ne consommait presque pas d'essence Mais presque pas, c'est encore trop. Voilà qu'on me retire ma licence J'ai dû revendre ma moto. Pour me rendre à mon bureau alors j'achète un vélo Un très joli tout nickelé avec une chaîne et deux clefs. Monté sur des pneus tous neufs je me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois d'avoir un vélo à moi. J'en ai eu coup sur coup une douzaine On me les volait périodiquement. Comme chacun d'eux valait le prix d'une Citroën Je fus ruiné très rapidement. Pour me rendre à mon bureau alors j'ai pris le métro Ça ne coûte pas très cher et il y fait chaud l'hiver. Alma, Iéna et Marbœuf je me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois de rentrer si vite chez moi. Hélas par économie de lumière On a fermé bien des stations. Et puis ce fut, ce fut la ligne tout entière Qu'on supprima sans rémission. Pour me rendre à mon bureau j'ai mis deux bons godillots Et j'ai fait quatre fois par jour le trajet à pied allerretour. Les Tuileries, le Pont Neuf je me gonflais comme un bœuf, Fier de souffrir de mes corps pour un si joli décor. Hélas, bientôt, je n'aurai plus de godasses, Le cordonnier ne ressemelle plus. Mais en homme prudent et perspicace Pour l'avenir j'ai tout prévu. Je vais apprendre demain à me tenir sur les mains J'irai pas très vite bien sûr mais je n'userai plus de chaussures. Je verrai le monde de bas en haut c'est peut-être plus rigolo. Je n'y perdrai rien par surcroît: Il est pas drôle à l'endroit.

11

12 Sommaire Remerciements... 7 Avant-propos... 9 Sommaire Liste des figures Liste des tableaux et encadrés Introduction Démarche empirique I- Une démarche compréhensive et inductive Les principes de la méthode : une méthode qualitative, inductive et compréhensive Intérêt et validité scientifique de la méthode...28 II- Terrain principal : les usagers des altermobilités La construction des critères de recrutement Présentation des villes étudiées La méthode d investigation : le choix du récit de vie Les difficultés relatives à l objet de recherche Présentation des altermobilistes interrogés...41 III- Terrain secondaire : les acteurs du covoiturage...47 Partie 1- Emergence et institutionnalisation des altermobilités : un regard méso-social Chapitre 1- D une prise de conscience globale aux dispositifs d action concrète : l encadrement légal des altermobilités Des engagements internationaux : prise de conscience écologique et traduction des engagements Les politiques communautaires : une incitation à l altermobilité

13 3- La législation française : de l encadrement juridique à l action concrète...67 Chapitre 2- L institutionnalisation des pratiques altermobiles? l exemple du covoiturage L institutionnalisation d une pratique informelle, perspective historique du covoiturage La diffusion du covoiturage : le jeu d acteurs autour du covoiturage aujourd'hui95 3- Rareté des ressources de financements et conséquences pour le covoiturage en France Conclusion de la partie Partie 2- Usage des modes de déplacement au fil de l histoire de vie : des marqueurs des étapes du cycle de vie Chapitre 3- Les modes de déplacements quotidiens de l enfance : vers une acquisition de l autonomie de déplacement L école primaire : une dominante de trajets pédestres et accompagnés L enseignement secondaire : une progressive prise d autonomie Les logiques du choix modal sur le trajet scolaire : entre contrainte et affirmation des préférences individuelles Chapitre 4- La période de la «jeunesse» : un tâtonnement modal L apprentissage de la conduite : un aboutissement du processus d autonomisation? De la compétence automobile à l usage : analyse des contraintes de mobilité propres aux étudiants Les premières expériences professionnelles : entre motorisation nécessaire et contrainte financière L accès à l automobilité comme rite de passage vers l âge adulte? Chapitre 5- La fin de la jeunesse : vers une composition des habitudes modales L enracinement de pratiques automobilistes exclusives : la construction d une évidence du déplacement L enracinement d habitudes altermobiles : des effets d apprentissage Entre ces deux pôles : des pratiques multimodales? Analyse-bilan sur une possible détermination biographique des habitudes modales adultes Conclusion de la partie

14 Partie 3- Entre «hasard» et «réflexe» : comment devient-on altermobiliste? Analyse du changement de pratiques modales Chapitre 6- L adoption de nouvelles habitudes de mobilité sur le trajet domicile-travail : un motif de déplacement aux contraintes spécifiques La distance domicile-travail Temps de parcours et choix du mode : l hypermobilité favorable à des déplacements altermobiles La question des horaires : entre flexibilité et gestion du temps professionnel Le chaînage des activités Chapitre 7- La question du changement de pratiques au cœur d une problématique de transformation des routines Les habitudes comme facteur d inertie La question de la réflexivité sur les pratiques de déplacements : prise de conscience écologique et changement de pratiques La remise en cause des routines : des contextes propices au changement Chapitre 8- L itinéraire du changement La création d une prédisposition au changement Des éléments déclencheurs du passage à l action De la recherche d un mode de déplacement alternatif : la mobilisation plus ou moins volontaire de diverses ressources Conclusion de la partie Partie 4- Vers de nouvelles formes ou normes de mobilité? Chapitre 9- L altermobilité comme pratique durable De la réappropriation du temps de trajet De la légitimation sociale des nouvelles pratiques Chapitre 10- L altermobilité comme renoncement à l automobile? Un renoncement à l usage automobile? Un renoncement à la possession? Les altermobilités : une diversification des ressources en mobilité Chapitre 11- De l autosolisme au partage des trajets : l exemple de l adoption durable du covoiturage sur le trajet domicile-travail Les différents modes de rencontre des covoitureurs Influence du mode de rencontre sur la régularité de la pratique

15 3- La durabilité du covoiturage : une pratique favorisée par la symétrie de statut entre les covoitureurs Une pratique centrée sur le lien social Conclusion de la partie Conclusion générale Annexes Bibliographie Sigles et acronymes Table des matières détaillée Cartes de localisation des lieux d habitation et de travail des enquêtés Signalétique des personnes interviewées Guide d entretien des récits de vie Guide d entretien des cyclistes Guide d entretien des covoitureurs Guide d entretien des usagers des transports en commun

16 Liste des figures Figure 1 Carte des aires urbaines de France dans lesquelles les entretiens ont été réalisés...36 Figure 2- Carte des services de covoiturage en France, CERTU, Figure 3- Chronologie des lois et engagements favorables aux altermobilités...58 Figure 4- Niveaux de compétences et filiation des dispositifs en faveur de la promotion des altermobilités...78 Figure 5- Evolution du taux d'équipement et du taux de multi-équipement automobile...86 Figure 6- Part des sites de covoiturage associés à un opérateur Figure 7- Le jeu d acteurs du covoiturage en France Figure 8- Localisation des interviewés «grands mobiles» rencontrés en Rhône-Alpes Figure 9- Schéma récapitulatif des processus amenant au changement d habitudes modales sur le trajet domicile-travail Figure 10- Campagne de communication Transilien Figure 11- Localisation des interviewés à Paris et Région Parisienne Figure 12- Localisation des interviewés «grands mobiles» interviewés en Rhône-Alpes..362 Figure 13- Localisation des interviewés rencontrés à Grenoble Figure 14- Localisation des interviewés rencontrés à Chambéry Figure 15- Localisation des interviewés rencontrés à Lyon Figure 16- Localisation des interviewés rencontrés à Nîmes Figure 17- Localisation des interviewés rencontrés à Toulouse

17 Liste des tableaux et encadrés Tableau 1- Tableau récapitulatif des entretiens d usagers...46 Tableau 2- Tableau récapitulatif des entretiens menés auprès des opérateurs de covoiturage...49 Tableau 3- Distances domicile-travail parcourues par chaque interviewé et mode utilisé Encadré 1- Définitions: covoiturage et autostop, similitudes et dissemblances...91 Encadré 2- La Vélostation, un service intermodal Encadré 3- Le covoiturage : aspects juridiques Encadré 4- Incidence de l alternance des véhicules sur l organisation des trajets

18 Introduction «Il n existe jamais de relation mécanique entre l existence d une potentialité et son usage par les hommes.» (Alter, 2002 : 17) «Il n y a qu une manière de parvenir au général, c est d observer le particulier, non pas superficiellement et en gros, mais minutieusement et par le détail.» (Durkheim, 1975 : 333) Le 16 décembre 2006 marquait la mise en service du tramway des Maréchaux à Paris ; le succès des Vélo v lyonnais a, quelques mois plus tard, encouragé l instauration d un système similaire dans la capitale, inauguré le 15 juillet 2007 ; depuis l automne 2007, un service d autopartage a été lancé par Vinci et Avis et doit s étendre à plusieurs grandes villes de France début L actualité foisonne d initiatives favorables à des mobilités alternatives au «tout voiture». Ces initiatives constituent autant de modalités de réponse à l injonction d un changement dans nos manières de consommer et de se déplacer afin de mieux respecter notre environnement. D autres modalités de déplacements apparaissent et laissent alors penser que des transformations sont à l œuvre en matière de mobilité. C est dans ce contexte d émergence d autres formes de mobilité que s insère ce travail de recherche. Il part ainsi du constat que des usages «nouveaux», «différents», «alternatifs» émergent, s affichent et semblent se revendiquer de plus en plus dans notre société. Cette visibilité nouvelle de telles pratiques de déplacements apparaît néanmoins en porte-à-faux avec les caractéristiques des déplacements. En effet, si l on s intéresse aux pratiques de déplacements en France, force est de constater la prégnance de l automobile, que ce soit dans la possession de cet objet par les ménages, que dans ses usages. Ainsi, les données de la dernière Enquête Nationale Transports 1 laissent à voir une augmentation du nombre de ménages motorisés, ainsi qu une augmentation du nombre de kilomètres effectués quotidiennement par une voiture (Orfeuil, 2000). Ainsi, la voiture particulière domine quantitativement les autres modes de déplacements. Inversement, ces derniers diminuent dans les usages, notamment les modes doux (marche à pied et vélo). Après leur forte régression dans les années 1980, leurs usages semblent néanmoins se stabiliser aujourd'hui. Quant aux transports en commun, leur usage a fortement diminué dans les 1 Cette enquête date de Une nouvelle enquête a été réalisée courant 2007, mais les résultats n étaient pas encore traités et accessibles au moment de la rédaction de ce travail. 17

19 années 1970 notamment en province et ce, malgré la forte croissance démographique urbaine durant ces années (Beaucire et alii, 2000 : 61). Puis, une certaine stabilisation des usages apparaît dans la décennie suivante, amenant même à une légère progression du trafic après 1985 obtenue au prix d investissements importants dans l offre (Beaucire et Meyer, 2000 : 64; Bonnel, 2003 : 18). De plus, les usages automobiles restent majoritairement des usages individuels, particulièrement pour certains motifs de trajets. Ainsi, la récente Enquête Ménages Déplacements (EMD) réalisée à Lyon montre que le taux d occupation tous motifs des voitures est de 1,37 ; mais ce taux descend jusqu à 1,03 pour le trajet domicile-travail. La mise en perspective de ces deux phénomènes, d une part la visibilité de nouvelles modalités de déplacements et d autre part la dominance de l automobilité, amène alors à s interroger sur la place sociale de ces nouvelles formes de mobilité, ou «altermobilités». Ce néologisme désigne les diverses formes de mobilité alternatives à la voiture individuelle. Loin de constituer une catégorie fixe et définitive, il constitue au contraire une exploration d autres modes de déplacements et usages que la voiture particulière. Nous le reprenons à S. Chevrier et S. Juguet, tout en lui conférant un sens sensiblement différent de celui que lui attribuent ces auteurs. Ainsi, dans un entretien avec B. Marzloff, ces auteurs lui donnent le sens d une «mobilité qui prend son temps», lui attribuant ainsi des caractéristiques de «lenteur» (Marzloff, 2005 : 131). Ainsi, tout en reprenant le concept de ces auteurs, nous l élargissons davantage aux diverses formes d usages des modes de déplacements, sans préjuger de son contenu ou de ses caractéristiques. Pluriel dans les pratiques et les significations qu il recouvre, ce terme constitue avant tout une facilité d expression pour désigner les pratiques dont il sera question tout au long de ce travail (les altermobilités) mais aussi les individus qui les portent (les altermobilistes). Ce travail vise ainsi à rendre compte des pratiques altermobiles, c'est-à-dire d usages alternatifs à la norme automobile qui domine dans notre société, afin de repérer les éléments qui influencent le choix de tels usages. Notre travail porte donc sur le non-usage de l automobile, au moins pour certains motifs de déplacement, plutôt que sur la nonpossession de l automobile ou le processus de démotorisation, comme l ont fait certains chercheurs (Beauvais et alii, 2000, Espinasse, 2006). Chacune de ces questions constitue des problématiques entières et différentes. L intérêt porté à ces (alter)mobilités est à mettre en perspective avec les grands enjeux environnementaux de ce début de siècle. En effet, la difficile maîtrise des déplacements automobiles, accentués par le phénomène de l étalement urbain, pose des problèmes d ordre politique, social et environnemental tant à l échelle locale que globale. Mais, c est 18

20 principalement dans la perspective environnementale que nous inscrivons cette thèse. En effet, les préoccupations environnementales telles que les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique, ont conduit à l émergence d une injonction de changement de nos pratiques quotidiennes. Parmi elles, le secteur des transports, et particulièrement le transport routier, se trouve mis en cause. Quand bien même des innovations techniques dans le secteur automobile permettraient de réduire les émissions, elles ne suffiraient pas à ramener les émissions à un niveau suffisamment bas pour éviter le changement climatique. Nos comportements de mobilité risquent donc d être amenés à se modifier. Pourtant, de telles modifications d habitudes de déplacements ne vont pas de soi. En effet, depuis une quarantaine d années, l automobile est pleinement entrée et ancrée dans notre société et nos vies quotidiennes. Elle a participé à la création de territoires standardisés, accéléré le passage de la ville à l urbain, favorisé l étalement urbain. Elle a même réussi à créer une dépendance à son égard, entretenue par la normalisation du «système automobile» à l échelle mondiale (Dupuy, 1995 ; 2000). L enjeu de la maîtrise de l automobilité a alors amené une pluralité de recherches sur la thématique du choix du mode de déplacement (ou choix modal), à laquelle notre travail se veut une modeste contribution. Les travaux relatifs à la question du choix modal sont traditionnellement issus de l économie et visent à repérer les déterminants du choix des modes de déplacements. Cette tradition amenait alors à «une pensée économique et technicienne» qui s est progressivement ouverte à d autres disciplines, telles la sociologie, en grande partie grâce à l apport de V. Kaufmann (Kaufmann V., 2000). Fidèle à la tradition wébérienne, il a notamment montré comment le choix d un mode de déplacement ne dépend pas uniquement d un choix rationnel (au sens économique du terme, c'est-à-dire d une recherche de maximisation de l utilité) mais que plusieurs logiques d action peuvent être à l œuvre dans le choix modal, sans que l on présume a priori de leur statut rationnel (Kaufmann V., 2000). Cet élargissement des perspectives d analyse issu des travaux de V. Kaufmann résulte en grande partie d un changement d échelle d observation du choix modal. En effet, la réalité du monde social apparaît difficilement saisissable dans son ensemble et, selon le regard que nous posons sur elle, les observations que nous pouvons en faire diffèrent. Tel est le constat opéré par l anthropologue D. Desjeux dans son ouvrage sur le déménagement (Desjeux et alii, 1998) puis repris et formalisé quelques années plus tard dans un ouvrage synthétique sur les sciences sociales (Desjeux, 2004). Là où les enquêtes économiques se focalisaient sur les décisions micro-individuelles qui font la part belle aux arbitrages individuels et à la liberté des acteurs, l approche de V. Kaufmann pourtant fondée sur l analyse de données 19

21 statistiques laisse à voir la décision qu est le choix modal davantage comme un processus et un choix sous contraintes (Desjeux, 2004). La vision systémique proposée par G. Dupuy s avère quant à elle être très macro-sociale, c'est-à-dire qu elle se situe à l échelle des «régularités et grandes tendances» (Desjeux, 2004 : 6). Si, en termes de résultats, ces approches peuvent apparaître contradictoires, nous les envisageons au contraire de manière complémentaire car elles abordent la question du choix modal par des focales différentes. Pour notre part, c est l échelle microsociale que nous avons choisie pour observer les altermobilités, dans la mesure où elle nous apparaît la plus apte à laisser voir à la fois les contraintes sociales du choix modal et les processus de décisions individuels. Les récentes enquêtes réalisées sur les choix de déplacements se sont davantage ouvertes que par le passé à l approche qualitative qui est la nôtre. Il en est ainsi des travaux de M. Flamm qui cherchent «à expliciter les facteurs qui sont véritablement déterminants des comportements individuels», sans se limiter aux traditionnels facteurs de coût et de temps de déplacement mobilisés par les approches économiques (Flamm, 2004 : 15). Cette recherche se place également dans une perspective clairement pragmatique, puisqu elle cherche à comprendre ces déterminants dans le but d «encourager les individus et les ménages à changer leurs habitudes de déplacements» (Flamm, 2004 : 14). D autres recherches, plus récentes encore, ont mis en lumière les conditions d acceptabilité de l injonction à changer, mais aussi les freins au changement, principalement au travers de l analyse du discours des franciliens. Les freins et facilitateurs perçus par les Franciliens étaient ensuite mis en perspective avec d autres expériences menées à l étranger, offrant ainsi un regard interculturel sur la question des habitudes et du changement modal (Rocci, 2007). Notre propre recherche se place dans la même visée pragmatique, à la même échelle d analyse et mobilise les mêmes techniques d enquête qualitative. Néanmoins, l originalité de notre démarche réside dans le choix des usages étudiés, puisqu elle reste uniquement focalisée sur les altermobilités. Ainsi, elle ne vise pas à repérer les logiques d action ni l ensemble des déterminants de tout choix modal (Kaufmann V., 2000 ; Flamm, 2004) ni même à comprendre les conditions d acceptabilité et les freins au changement d habitudes (Rocci, 2007). Mais, de manière complémentaire aux recherches précitées, elle vise à saisir les conditions concrètes des usages altermobiles, les parcours individuels qui président à leurs usages, les conditions qui les rendent possibles et durables. A l échelle microsociale, un double regard est possible, micro-individuel et méso-social (Desjeux, 2004, p.6) : notre recherche combine ce double regard. 20

22 Un premier regard est posé sur les altermobilités à l échelle méso-sociale, c'est-à-dire celle «des organisations, des entreprises et des systèmes d action» (Desjeux, 2004 : 6). Cette échelle permet d appréhender le cadre légal et organisationnel dans lequel se déploient les usages altermobiles. Cet encadrement constitue un premier déterminant des usages individuels. De plus, les entités organisationnelles qui cherchent à promouvoir les altermobilités possèdent leurs propres logiques décisionnaires qu il s agira de mettre à jour. Pour ce faire, nous avons choisi d appréhender plus particulièrement le jeu d acteurs qui se déploie autour du covoiturage. Nous avons privilégié cette forme d altermobilité car, à l échelle organisationnelle, les décisionnaires de cette pratique se trouvent difficilement repérables dans la multitude des initiatives et des projets (partie 1). Dans un second temps, les altermobilités seront appréhendées sous une focale microindividuelle. Cette échelle d analyse constitue le cœur de notre recherche. Elle est centrée sur les usagers altermobiles. En focalisant notre attention sur les altermobilistes, nous proposons ici une analyse volontairement tronquée de la réalité sociale. Leurs comportements de mobilité se trouvent en effet marginaux dans notre société. Mais, à ce titre, ils méritent toute notre attention de sociologue qualitativiste dans la mesure où l analyse approfondie de leurs choix de déplacement amènera à la mise en évidence des éléments qui les influencent. Et cette analyse ne saurait être possible avec une autre méthode d investigation que la méthode qualitative, car «dès lors que l on entend saisir des singularités, des cas particuliers (mais pas forcément exemplaires), il semble qu on soit fatalement contraint de quitter le rivage de la réflexion macrosociologique fondée sur des données statistiques pour naviguer dans les eaux de la description ethnographique, monographique.» (Lahire, 1995, page 14). Ainsi, à la manière dont B. Lahire s intéresse, dans Tableaux de famille, aux enfants issus de milieux populaires qui réussissent à l école (1995), nous mettons à profit la méthode qualitative et monographique pour rendre compte des usages d une population qui vont à l encontre des tendances générales. Plus précisément, la méthode d enquête choisie est celle du récit de vie centré sur les modes de déplacements. L analyse des parcours biographiques des altermobilistes vise à rendre compte des mécanismes à l œuvre dans leurs choix de déplacements. Il s agit de comprendre ces choix individuels sans oublier les contraintes de la vie quotidienne et les déterminismes sociaux à l œuvre dans ces choix, sans pour autant s y limiter. En effet, adopter un regard micro-individuel permet de rendre compte des marges de manœuvre de chaque usager donc de conserver l usage du mot «choix» qui possède nécessairement une dimension de liberté. Si les choix des acteurs sociaux ne sont pas complètement libres, 21

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan)

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Bénédicte Tratnjek To cite this version: Bénédicte Tratnjek. Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan). Les Cafés géographiques, rubrique à comité de lecture

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Une charte éthique pour le Big Data

Une charte éthique pour le Big Data Une charte éthique pour le Big Data Primavera De Filippi To cite this version: Primavera De Filippi. Une charte éthique pour le Big Data. Documentaliste - Sciences de l Information, ADBS, 2013, pp.8-9.

Plus en détail

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du Les sciences de l éducation et les sciences de la communication en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du dispositif empirique à l objet de recherche,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE

DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7 E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE MERCREDI 10 OCTOBRE 2007, A 11H00 SALLE LUMIERE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LYON CONTACTS PRESSE : Association

Plus en détail

Un plan de mobilité pour votre entreprise

Un plan de mobilité pour votre entreprise Un plan de mobilité pour votre entreprise Observatoire Universitaire de la Mobilité (OUM) - UNIGE tél. +41 22 379 83 35 fax. +41 22 379 89 58 U n e o c c a s i o n d e r e p e n s e r l a m o b i l i t

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable Des solutions efficaces, économiques, écologiques Les professionnels de la mobilité durable Mobili-T et la gestion des déplacements Mobili-T, le Centre de gestion des déplacements du Québec métropolitain,

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail François Daniellou, Philippe Davezies, Karine Chassaing, Bernard Dugué,, Johann Petit To cite this version: François Daniellou, Philippe

Plus en détail

Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail

Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 353 - Avril 11 Population Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail Les Franciliens utilisent autant la voiture

Plus en détail

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien!

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Alain Couillault, Karen Fort To cite this version: Alain Couillault, Karen Fort. Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Comment développer le covoiturage sur le territoire métropolitain lillois?

Comment développer le covoiturage sur le territoire métropolitain lillois? Comment développer le covoiturage sur le territoire métropolitain lillois? Synthèse de l étude exploratoire sur une politique partenariale de covoiturage sur le territoire métropolitain, réalisée par Inddigo.

Plus en détail

Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne

Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne I. Introduction PRO VELO Région Lausanne, en tant qu association forte de plus de 1 200 membres

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

PLAN DE DÉPLACEMENTS. Synthèse > Résultats de l enquête des personnels 2011. www.univ-bpclermont.fr

PLAN DE DÉPLACEMENTS. Synthèse > Résultats de l enquête des personnels 2011. www.univ-bpclermont.fr PLAN DE DÉPLACEMENTS Synthèse > Résultats de l enquête des personnels 2011 www.univ-bpclermont.fr Objectif de l enquête Mieux connaître la mobilité des personnels dans leurs trajets domicile - travail,

Plus en détail

PLAN DE MOBILITÉ OU PLAN DE DÉPLACEMENTS

PLAN DE MOBILITÉ OU PLAN DE DÉPLACEMENTS VILLE DURABLE ET TRANSPORT FICHE 5 AIR CLIMAT ÉNERGIE PLAN DE MOBILITÉ OU PLAN DE DÉPLACEMENTS DE QUOI S AGIT-IL? Un plan de mobilité ou plan de déplacements est un outil de management de la mobilité.

Plus en détail

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs,

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, Je vous remercie de votre présence aujourd hui et de l attention que vous avez bien voulu porter à mon travail. Je remercie particulièrement Francis

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

MES ÉCO-DÉPLACEMENTS LE QUIZZ

MES ÉCO-DÉPLACEMENTS LE QUIZZ MES ÉCO-DÉPLACEMENTS LE QUIZZ Pour réduire efficacement ses consommations liées aux déplacements C'est parti! Ce quizz vous permettra d évaluer les gestes que vous faites déjà en matière d éco-déplacements

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Le bouquet "Mobilité" du Grand Lyon

Le bouquet Mobilité du Grand Lyon Le bouquet "Mobilité" du Grand Lyon Pierre SOULARD Ingénieur Génie Urbain - EIVP Chef de projet infrastructures CU MPM Responsable de subdivision de voirie Grand Lyon Grand Lyon, responsable du Service

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre des élections municipales de 2008.

Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre des élections municipales de 2008. TOULOUSE, le 7 février 2008 Aux adhérents de l Association Vélo Assemblée Générale du 9 février 2008 Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre

Plus en détail

Conduire. Mark Tant et Guido Baten

Conduire. Mark Tant et Guido Baten Conduire Mark Tant et Guido Baten A juste titre ou non, la voiture est parfois un signe extérieur de richesse. L utilisation de la voiture, en tant que conducteur, n implique cependant pas que le fait

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Appel à communication

Appel à communication Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie (MEDDE, Paris, France) Commissariat général au développement durable (CGDD) Direction de la recherche et de l innovation (DRI) Service

Plus en détail

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Ordre du jour Définition des objectifs Acteurs locaux présents Albert KRAFFT Jérémy RIEGEL Jean

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Observatoire de la Mobilité 2015

Observatoire de la Mobilité 2015 Observatoire de la Mobilité 2015 Septembre 2015 Contexte, objectifs et méthodologie de l étude Ce document présente les principaux résultats de l Observatoire de la Mobilité 2015 réalisée par l IFOP pour

Plus en détail

La plate-forme de covoiturage du Grand Montauban CONTEXTE POUR QUELLES UTILISATIONS? COMMENT FAIRE?

La plate-forme de covoiturage du Grand Montauban CONTEXTE POUR QUELLES UTILISATIONS? COMMENT FAIRE? La plate-forme de covoiturage du Grand Montauban CONTEXTE De nos jours, la mobilité constitue un enjeu de taille : D une part, du fait de l augmentation des prix des carburants qui fait peser un poids

Plus en détail

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015 MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015 ATTENTION : UNE SEULE SESSION EN 2015 La Région Rhône-Alpes et l État, DRAC Rhône-Alpes, ont souhaité mettre conjointement en place le

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Abdelkader Baaziz To cite this version: Abdelkader Baaziz. Apport du Knowledge Management dans l amélioration

Plus en détail

Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France

Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France Etude sur les déplacements Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France 18 Septembre 2014 ixxi-mobility.com 2 Transformer le temps de transport en temps utile Le temps

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

n 1 sept. 2011 entreprises mobilités

n 1 sept. 2011 entreprises mobilités n 1 sept. 2011 Ma trajetd L ville, I Nmon FO E V O T R E M O B I L I T É - O C T O B R E 2 0tisseo.fr 10 édito en bref Tisséo partenaire de l autopartage Pour une mobilité performante et durable Le développement

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports. Luc Adolphe

Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports. Luc Adolphe Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports Luc Adolphe RÉDUCTION DES BESOINS ÉNERGÉTIQUES DANS LES TRANSPORTS. Contexte : Densité, Mobilité Réduire

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre du masque

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Cliquez pour modifier le style du titre du masque Cliquez pour modifier Le télétravail, les styles du texte du masque un outil du management de la mobilité? Deuxième niveau Troisième niveau Quatrième niveau

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS?

RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS? RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS? Organisateur CENTRE D ÉTUDES SUR LES RÉSEAUX, LES TRANSPORTS, L URBANISME ET LES CONSTRUCTIONS PUBLIQUES (CERTU) Coordinateur Thierry GOUIN, Chargé

Plus en détail

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 «Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 Sommaire Introduction P. 2 Profil des personnes interrogées

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Enquête globale transport. Motorisation et usage de la voiture en Île-de-France

Enquête globale transport. Motorisation et usage de la voiture en Île-de-France Enquête globale transport Motorisation et usage de la voiture en Île-de-France octobre 2013 Méthodologie de l enquête globale transport 2010 Comme les précédentes enquêtes globales transport (EGT) de 1976,

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN Siège Social & Administratif (Direction Générale Pôle Ressources) Centre polyvalent «Les Blanchères» - 40, rue Louise Damasse VERNON Tél. 02 32 64 35 70 Fax. 02 32 64 35 79 Courriel : siege.asso@lesfontaines.fr

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique

Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique Extraits Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique Ma première année à la tête de la Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) m a permis de mesurer

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Engagés, à vos côtés, pour créer des solutions de mobilité sur mesure, inventives et performantes Le groupe

Plus en détail

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge Les déterminants du volume d aide professionnelle pour les bénéficiaires de l APA à domicile : le rôle du reste-à-charge Cécile Bourreau-Dubois, Agnès Gramain, Helen Lim, Jingyue Xing, Quitterie Roquebert

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Les déplacements une préoccupation collective

Les déplacements une préoccupation collective Les déplacements une préoccupation collective En constante augmentation sur notre territoire, les déplacements ont un impact environnemental, économique et social grandissant et de plus en plus préoccupant.

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Gouvernance et Managementde la Mobilité: l'exemple des Plans de Déplacements Inter-Entreprises dans le Grand Lyon

Gouvernance et Managementde la Mobilité: l'exemple des Plans de Déplacements Inter-Entreprises dans le Grand Lyon Université lumière Lyon 2 Institut d'études Politiques de Lyon Gouvernance et Managementde la Mobilité: l'exemple des Plans de Déplacements Inter-Entreprises dans le Grand Lyon Martin Fanny Mémoire de

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

Et si on utilisait le vélo?

Et si on utilisait le vélo? Et si on utilisait le vélo? Marc Eloy Ivan Derré Juillet 2014 Paris peut elle devenir comme Copenhague une capitale symbole du déplacement en vélo? Le développement du Vélib, la mise en place de voies

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Association SHANTIDAS 9 Grand Rue 34700 Lodève

Association SHANTIDAS 9 Grand Rue 34700 Lodève REGLEMENT INTERIEUR du CoVoiturage Lodévois Larzac «L Auto Rie Gagnante» Le CoVoiturage en bref : Le covoiturage est une solution de transport alternative à «l autosolisme» qui permet d'augmenter les taux

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 1 Juillet 2012 La mobilité en Île-de-France 2001-2010 : 3,87 déplacements par personne et par jour Une portée moyenne de 4,4 km 41 millions de déplacements quotidiens 70 % des

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 + La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 Présentation Cheikh Sow (Anthropologue au CLAP Sud-Ouest) et Mehdi Hazgui (Sociologue- Consultant)

Plus en détail

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley 1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley En tant que partenaires et conseils des utilisateurs de l'immobilier tertiaire, Foncière des Régions et AOS Studley s'associent pour réaliser une grande

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

MOBILITE DURABLE SYNTHESE DE L ETUDE EN MILIEU RURAL. Un territoire d étude : le PNR de Millevaches en Limousin

MOBILITE DURABLE SYNTHESE DE L ETUDE EN MILIEU RURAL. Un territoire d étude : le PNR de Millevaches en Limousin MOBILITE DURABLE SYNTHESE DE L ETUDE MOBILITE DURABLE EN MILIEU RURAL Un territoire d étude : le PNR de Millevaches en Limousin OBJECTIF PLAN CLIMAT Réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre Se déplacer

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile Rapport d étude quantitative De : Nicolas SAINTAGNE / Azyadée BAKA A : IAB FRANCE Contexte & Objectifs Contexte & Objectifs Fort d une

Plus en détail

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE 900 000 déplacements TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE ET VOUS COMMENT VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST CITOYEN DE SA VILLE ET DE SA PLANÈTE évaluez vos comportements Question 1 : pour vous rendre

Plus en détail