BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BACCALAURÉAT GÉNÉRAL"

Transcription

1 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 ÉCOLOGIE-AGRONOMIE-TERRITOIRE Épreuve n 6 Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 Coefficient : 5 Aucun appareil électronique n est autorisé. Le candidat devra traiter les deux parties du sujet. Dès que ce sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet. Ce sujet comporte 11 pages numérotées de 1 à 11 Le document 6, page 10/11 est à rendre avec la copie Page 1 sur 11

2 1 ère partie sur 8 points Restitution organisée de connaissances Le glucose est essentiel au fonctionnement de nos cellules qui le prélèvent dans le sang. Malgré des apports alimentaires discontinus, sa concentration sanguine varie peu car elle est régulée. Réaliser un exposé structuré et illustré montrant le rôle du pancréas dans la régulation de la glycémie. Page 2 sur 11

3 2 ème partie sur 12 points Exploitation de documents et résolution de problèmes scientifiques. Probablement originaire d'asie, l'abeille a été «domestiquée» par l'homme dès que celui-ci a acquis un mode de vie sédentaire. En 1758, Linné publie la première description de l'abeille et la baptise Apis mellifera. Les abeilles vivent en société. Chaque colonie comporte une seule reine, entourée de dizaine de milliers d'ouvrières et, à la belle saison, de quelques centaines ou milliers de mâles. 1. Du fait de l'alternance des saisons, la colonie d'abeilles présente au cours de l'année une succession d'états de développement. À partir des informations du document 1, montrer que la population d une colonie d abeilles dépend de facteurs de l environnement. (2 points). 2. Trois types d'individus vivent dans la colonie : la reine, les ouvrières et les mâles. À partir du document 2, choisir les affirmations exactes du QCM ci-dessous et noter leurs numéros sur la copie. (0,75 point) 2.1. Les larves de mâles : a- sont nourries avec de la gelée royale et issues d œufs fécondés. b- sont nourries avec du pollen et issues d œufs non fécondés. c- sont nourries avec des aliments riches en lipides Les larves d ouvrières : a- sont nourries en partie avec du miel et issues d œufs fécondés. b- sont nourries avec du miel et de la gelée royale riche en lipides. c- sont nourries avec de la gelée royale et issues d œufs non fécondés Les larves de reines : a- sont nourries avec des aliments riches en lipides et protéines et issues d œufs fécondés. b- sont nourries avec du miel et du pollen et issues d œufs fécondés. c- sont nourries avec de la gelée royale et issues d œufs non fécondés. Page 3 sur 11

4 3. L'activité pollinisatrice des abeilles est fondamentale pour la survie de nombreuses espèces végétales. Sans fécondation par le pollen, il n'y a pas développement de l'ovaire en fruit ni de l'ovule en graine. La pollinisation par les abeilles joue un rôle essentiel en agronomie À partir du document 3, justifier le rôle des abeilles comme facteur de production. (1 point) 3.2. À partir du document 4, présenter l importance des abeilles dans les écosystèmes. (2 points) Les populations d abeilles sont sujettes depuis plusieurs années au syndrome d effondrement des colonies. 4. La surmortalité des abeilles est liée à une multitude de facteurs. Évaluer leur importance constitue un casse-tête pour les chercheurs, et un enjeu majeur pour nos sociétés. La varroase et la nosémose sont deux maladies qui peuvent dans certains cas entraîner une forte mortalité des colonies d'abeilles À partir d éléments d argumentation issus du document 5, déterminer la relation interspécifique établie entre l abeille et le varroa. (1 point) 4.2. Les documents 6a et 6b présentent une synapse inhibitrice et l action d un insecticide sur cette synapse. Légender le schéma 6a, indiquer sur ce schéma l action de cet insecticide. Émettre une hypothèse sur la conséquence de l action de cet insecticide sur la cellule postsynaptique. (2,25 points) 4.3. Le document 7 montre le pourcentage de mortalité des abeilles en fonction du temps pour quatre conditions expérimentales. Les doses expérimentales d'insecticides utilisées (dans l'alimentation des abeilles) ne tuent pas les abeilles saines. Le Nosema ceranae est présenté dans le document 5. Analyser le graphique et conclure. (2 points) 5. À l'aide de vos connaissances et compte tenu des informations obtenues dans les différents documents, proposer deux mesures favorisant le maintien des populations d abeilles. (1 point) Page 4 sur 11

5 DOCUMENT 1 Phase Paramètre Période de l année Ponte Pollen Hivernale Prévernale Vernale Estivale Estivoautomnale Novembre à Mars à avril Mai à fin juin Fin juin à juillet Août à octobre février Pratiquement Début, puis expansion Expansion Début de Nette régression, nulle, sporadique rapide rapide, atteint régression faible à très faible Nul à très rare (noisetier) Abondant (saule, peuplier) Activité Nulle à réduite Réduite par la pluie et le froid Nourriture Consommation Surtout consommation des réserves des réserves et Réserves Miellée nulle Diminution des réserves Miellée nulle à faible, Diminution des réserves son maximum Très abondant (fruitiers, pissenlit) Intense, essaimage Nectar Miellée intense Augmentation des réserves Abondant (trèfle, ronce, ) Intense Nectar Miellée intense Augmentation des réserves Rare Moyenne à réduite Nectar, puis réserves Stagnation ou diminution des réserves Population Stagne et diminue lentement (abeilles d hiver) Faible augmentation Disparition progressive des abeilles d hiver Augmentation rapide (abeilles d été) Maximum de la population, puis diminution Population réduite, disparition des abeilles d été Description des différentes phases du cycle biologique annuel d une colonie d abeilles. D après «Être performant en apiculture»- H. Guerriat, Editions Rucher du tilleul N.B. : - Le nectar et le pollen sont produits par les fleurs et constituent la source de nourriture des abeilles. - La miellée est la production de miel - Essaimage : départ de la ruche d une partie des abeilles avec une reine pour aller former une nouvelle colonie. Page 5 sur 11

6 DOCUMENT 2 Le déterminisme des castes La parthénogénèse, découverte par Dzierzon en 1845, est très courante chez les insectes et spécialement chez les hyménoptères. Elle consiste en une reproduction sans fécondation. Chez l'abeille, seuls les mâles sont issus d œufs non fécondés... L évolution d un œuf fécondé pose cette question étonnante : comment, à partir de deux œufs génétiquement semblables, la colonie d'abeilles va-t-elle réussir à élever dans un cas une reine, dans l'autre une ouvrière? Schirach, en 1770, constata qu'une larve d'ouvrière de moins de trois jours peut-être transformée en reine par les soins des ouvrières. Plus tard, en 1889, Perez établit que seule la quantité et la qualité de la nourriture distribuée aux larves est capable d'opérer cette transformation... les larves de reines reçoivent la gelée royale pure composée d'un mélange d'une substance riche en protéines produite par les glandes hypopharyngiennes et d'une substance riche en lipides produite par les glandes mandibulaires ; les larves d'ouvrières sont nourries pendant les deux premiers jours avec une gelée royale pauvre en lipides ; par la suite, elles reçoivent une gelée dite «d'ouvrières» composée de la sécrétion des glandes hypopharyngiennes en mélange avec du pollen et du miel ; les larves de mâles reçoivent une nourriture semblable à celle des ouvrières mais plus riche en pollen et en plus grande quantité. d'après «Être performant en apiculture»- H. Guerriat, Éditions Rucher du tilleul Page 6 sur 11

7 DOCUMENT 3 d'après «Le traité Rustica de l'apiculture»- Rustica éditions- Schéma d'une coupe longitudinale d'une fraise la fraise est un «faux fruit», les «vrais fruits» sont les akènes contenant une graine ; la partie charnue de la fraise correspond au développement du réceptacle floral d'après «Sciences Naturelles» Pierre Vincent- Vuibert Page 7 sur 11

8 DOCUMENT 4 L'incidence du butinage n'est pas limitée aux seules espèces végétales entomophiles 1 car les abeilles visitent aussi beaucoup d'espèces anémophiles 2, comme les poacées (blé, maïs...) et certaines essences forestières (chêne, orme, châtaignier, noisetier...) pour y récolter du pollen. Des résultats récents montrent que le butinage des abeilles contribue à mettre en suspension dans l'air du pollen, qui peut intervenir de façon significative dans la pollinisation des espèces anémophiles. Les abeilles ont permis la reproduction sexuée dans des environnements où le vent n'était pas un vecteur adéquat, comme les milieux tropicaux humides (exemple : la forêt amazonienne). Il s en est suivi une explosion de phénotypes occupant de nouvelles niches écologiques. Les abeilles sont des agents pollinisateurs efficaces qui permettent des croisements intraspécifiques variés. Suite à leurs déplacements réguliers, elles déposent de grandes quantités de pollen sur les stigmates des fleurs de la même espèce. Toutefois la fidélité des abeilles à une espèce de plante n'est pas totale, et il arrive que, au cours d'un même voyage, les butineuses visitent plusieurs espèces. Ces «erreurs» conduisent à des dépôts de pollen de différentes espèces sur un même stigmate et peuvent ainsi occasionner des croisements interspécifiques à l origine de nouvelles espèces. D après «Le traité Rustica de l'apiculture», Éd. Rustica, p : entomophile : pollinisation par les insectes 2 anémophile : pollinisation par le vent Page 8 sur 11

9 DOCUMENT 5 Le varroa (Varroa destructor) est un acarien qui se nourrit exclusivement aux dépens des abeilles. Cet acarien est visible à l œil nu, et seules les femelles adultes sont communément observées. Elles sont de couleur marron et présentent une convexité sur la face dorsale. Leur forme plate leur permet d'être à l'aise aussi bien dans le couvain operculé 1, entre la nymphe 2 et les parois de l'alvéole, que sur les abeilles adultes, où elles peuvent s'insinuer dans les moindres interstices du corps. Les femelles varroas sont très agiles et se maintiennent accrochées aux abeilles grâce à des ventouses situées à l extrémité de leurs huit pattes. Le mâle, quant à lui, n'est jamais visible hors du couvain 3 ; il est blanc jaunâtre et mesure 0,8 mm de diamètre. Le varroa se nourrit au détriment des larves, des nymphes ou des abeilles adultes des trois castes. La nutrition est assurée, après piqûre, par la succion de l'hémolymphe 4 ce qui entraîne un affaiblissement des organismes. 1 couvain operculé : alvéoles renfermant des nymphes et fermées par un opercule de cire. 2 nymphe : forme larvaire précédant le stade adulte 3 couvain : ensemble des œufs et des larves 4 hémolymphe : liquide circulant, équivalent du sang chez les insectes Le traité Rustica, Éd. Rustica p:88-89 modifié Clichés de Alex ( & J. Trouiller (apisite.online.fr) Le nosema (Nosema ceranae) est un champignon qui affecte le tube digestif des abeilles adultes provoquant des diarrhées aiguës. Il établit le même type de relation interspécifique que le varroa avec l'abeille. Page 9 sur 11

10 Document à rendre avec la copie DOCUMENT 6 Document 6a Schéma d une synapse inhibitrice à neurotransmetteur GABA (acide gamma-aminobutyrique) Document 6b Le Fipronil est la molécule active de certains insecticides utilisée entre autres pour l'enrobage des semences (tournesol, maïs...) afin de limiter les attaques des taupins (coléoptères). Le Fipronil agit sur les synapses inhibitrices à GABA en bloquant les canaux chimiorécepteurs à chlore. Page 10 sur 11

11 DOCUMENT 7 Effet de Nosema ceranae (N. ceranae) sur la sensibilité des abeilles au Fipronil N.B. : - La flèche indique le jour où les lots d abeilles (2) et (4) sont exposés à l insecticide. - t 0 est le moment de la contamination des abeilles des lots (3) et (4) par N. ceranae. - L axe des abscisses représente la durée en jours de l expérience. d'après «Déclin des colonies d'abeilles et origine multifactorielle : cas de Nosema cerenae et des insecticides» Vigaud, Diogon, Aufauvre, Fontbonne, Viguès, Brunet, Texier, Biron, Blot, El Alaoui, Belzunce et Delbac. Graphique modifié Page 11 sur 11

Frelon asiatique (Vespa velutina) : taille. Frelon européen (Vespa cabro) : taille. Le nid en cellulose (mélange de bois, d eau

Frelon asiatique (Vespa velutina) : taille. Frelon européen (Vespa cabro) : taille. Le nid en cellulose (mélange de bois, d eau Vespa velutina est originaire d Asie. Son introduction en France date de 2004 suite à des importations de poteries chinoises dans le Lot-et- Garonne. Depuis cette date l espèce ne fait que progresser sur

Plus en détail

IV/L organisation fonctionnelle des fleurs permettent la reproduction sexuée des plantes fixées

IV/L organisation fonctionnelle des fleurs permettent la reproduction sexuée des plantes fixées IV/L organisation fonctionnelle des fleurs permettent la reproduction sexuée des plantes fixées A.L organisation florale TP3: Organisation florale d un angiosperme. Savoir faire : Réaliser la dissection

Plus en détail

Le frelon asiatique MARTINAND R. 1

Le frelon asiatique MARTINAND R. 1 Le frelon asiatique MARTINAND R. 1 Le frelon à pattes jaune D après les travaux de : ADA AQ CNDA Jacques Blot GDSA 17 Comité de coordination de toxicovigilance Muséum national d histoire naturelle FNOSAD

Plus en détail

Les prédateurs des Abeilles

Les prédateurs des Abeilles Veillons sur nos abeilles - Les prédateurs de la ruche Les prédateurs des Abeilles Le «sphinx atropos», appelé aussi «sphinx tête de mort» en raison d une marque caractéristique rappelant la forme d'une

Plus en détail

La pollinisation. Nom des intervenants. Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE. www.sauvonslesabeilles.com

La pollinisation. Nom des intervenants. Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE. www.sauvonslesabeilles.com La pollinisation www.sauvonslesabeilles.com Nom des intervenants Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE Sommaire I. Le processus de la pollinisation II. Les acteurs III. Impact agro-économique de la

Plus en détail

Fiche Pédagogique Poster «L abeille butineuse»

Fiche Pédagogique Poster «L abeille butineuse» Fiche Pédagogique Poster «L abeille butineuse» V121116 La commune de Grez-Doiceau a acquis un ensemble de posters dans la cadre du plan Maya ; ils illustrent la vie de l abeille et des autres insectes

Plus en détail

Cette infatigable travailleuse. loupe

Cette infatigable travailleuse. loupe Daniel Steenhaut Cette infatigable travailleuse Les abeilles sauvages et domestiques sont des insectes qui appartiennent à l ordre des hyménoptères (groupe d insectes qui comprend aussi les guêpes et les

Plus en détail

Les métiers de la ruche La nettoyeuse

Les métiers de la ruche La nettoyeuse La nettoyeuse Je suis nettoyeuse du 1er au 3ème jour de ma vie. Je veille à l état sanitaire de la ruche pour éviter tout risque de maladie ou de problème d hygiène. SRABE 2011 - Illustration : La Folie

Plus en détail

Étrange abeille. 1999 MC Cassino. Brochure d information réalisée par la Société Royale d Apiculture de Bruxelles et ses Environs a.s.b.l.

Étrange abeille. 1999 MC Cassino. Brochure d information réalisée par la Société Royale d Apiculture de Bruxelles et ses Environs a.s.b.l. Étrange abeille 1999 MC Cassino Brochure d information réalisée par la Société Royale d Apiculture de Bruxelles et ses Environs a.s.b.l. Qui suis-je? Bâtisseuse Je suis un insecte social. Seule, je ne

Plus en détail

Carte d identité de l abeille

Carte d identité de l abeille Carte d identité de l abeille Nouspouvonsvivrejusqu à100ans.lesabeillesviventpasplusde6semainesenété, 6moisenhiver. Nousmesuronsplusd 1mètre.Lesabeilles:1,5cm Nousavonsunnez.Lesabeillesontdesantennes.Ellesleurserventàsentir

Plus en détail

Chapitre II Reproduction des plantes à fleurs et vie fixée. Problème: en quoi la reproduction des plantes à fleurs est-elle adaptée à leur vie fixée?

Chapitre II Reproduction des plantes à fleurs et vie fixée. Problème: en quoi la reproduction des plantes à fleurs est-elle adaptée à leur vie fixée? Chapitre II Reproduction des plantes à fleurs et vie fixée Problème: en quoi la reproduction des plantes à fleurs est-elle adaptée à leur vie fixée? 1 -I -L organisation de la fleur 2 3 4 Diagrammes floraux

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2013 Epreuve : MATHEMATIQUES Série : Sciences et Technologies de la Santé et du Social (ST2S) Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 3 L usage de la calculatrice

Plus en détail

Introduction. La formulation

Introduction. La formulation Recette et procédé de fabrication à froid d une pâte protéinée pour l élevage de reines d abeilles et la conduite des nuclei Egalement pour soutenir la ponte en cas de disette en pollen (par Daniel Petit,

Plus en détail

Colonie sauvage d Apis mellifera adansonii (A.m.a.) Latreille

Colonie sauvage d Apis mellifera adansonii (A.m.a.) Latreille 4 L apiculture au Burkina Faso Communication faite Par Dr Issa NOMBRE Laboratoire de Biologie et Ecologie Végétales, Université de Ouagadougou Email : nombre_issa@yahoo.fr INTRODUCTION L activité apicole

Plus en détail

DÉFINITIONS, CONTRÔLES ET PRATIQUES APICOLES : impact sur la qualité des produits de la ruche. Etienne BRUNEAU

DÉFINITIONS, CONTRÔLES ET PRATIQUES APICOLES : impact sur la qualité des produits de la ruche. Etienne BRUNEAU DÉFINITIONS, CONTRÔLES ET PRATIQUES APICOLES : impact sur la qualité des produits de la ruche Etienne BRUNEAU Les produits de la ruche Pour le consommateur, les produits de la ruche représentent des produits

Plus en détail

1 cadre. 3 c 5 c. 7c 9 c. Actu Api n 19

1 cadre. 3 c 5 c. 7c 9 c. Actu Api n 19 Lors de chaque visite, notre attention se porte sur l âme de la ruche, le couvain. Avec l expérience, on peut y trouver une série d informations qui nous aident dans la conduite des ruches. Pour un nouvel

Plus en détail

L ABEILLE DOMESTIQUE

L ABEILLE DOMESTIQUE L ABEILLE DOMESTIQUE Que savez-vous de moi? On m appelle l abeille européenne (Apis mellifera), ou l abeille domestique. J appartiens à l ordre des insectes hyménoptères, c est-à-dire ceux pourvus d ailes

Plus en détail

www.lutinbazar.fr Sources : www.adalia.be http://saint-leonard-eco.spip.acrouen.fr/spip.php?article299

www.lutinbazar.fr Sources : www.adalia.be http://saint-leonard-eco.spip.acrouen.fr/spip.php?article299 Pilier n 7 : L autonomie et l initiative (palier n 1) Domaine : Découverte du monde Unité d apprentissage : Elevage de papillons Compétence(s) : Observer et décrire pour mener des investigations. Capacité(s)

Plus en détail

Bonjour voisin(e), À bientôt! Votre voisin(e) du n 0 :

Bonjour voisin(e), À bientôt! Votre voisin(e) du n 0 : Société Royale d Apiculture de Bruxelles et ses Environs (SRABE) a.s.b.l. Rue au Bois 365B, bte 19, 1150 Bruxelles www.api-bxl.be lerucherfleuri@yahoo.fr Tél.: 02/270 98 86 Bonjour voisin(e), Si vous êtes

Plus en détail

Renseignements sur le petit coléoptère des ruches (Æthina tumida)

Renseignements sur le petit coléoptère des ruches (Æthina tumida) Renseignements sur le petit coléoptère des ruches (Æthina tumida) L insecte Æthina tumida est un insecte de l ordre des coléoptères. Il est communément appelé le «petit coléoptère des ruches» ou, en anglais,

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

ÉVALUATION MONDIALE INTÉGRÉE SUR LES PESTICIDES SYSTEMIQUES

ÉVALUATION MONDIALE INTÉGRÉE SUR LES PESTICIDES SYSTEMIQUES ÉVALUATION MONDIALE INTÉGRÉE SUR LES PESTICIDES SYSTEMIQUES L inquiétude concernant l'impact des pesticides systémiques sur une variété d'espèces bénéfiques s est accrue au cours des 20 dernières années.

Plus en détail

CHAPITRE 6 LA PLANTE DOMESTIQUÉE

CHAPITRE 6 LA PLANTE DOMESTIQUÉE CHAPITRE 6 LA PLANTE DOMESTIQUÉE Les plantes sont à la base de l'alimentation humaine, directement (lorsque nous les consommons) ou indirectement (lorsque nous consommons des animaux d'élevage se nourrissant

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES. SÉRIES ES et L. Durée de l épreuve : 1H30 coefficient : 2

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES. SÉRIES ES et L. Durée de l épreuve : 1H30 coefficient : 2 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES SÉRIES ES et L Durée de l épreuve : 1H30 coefficient : 2 Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1/7 à 7/7. L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Le

Plus en détail

La toile un filtre parfait contre les pollens. Et votre intérieur respire SON EFFICACITÉ ATTEINT UN TAUX DE 99 % UNE EXCLUSIVITÉ. www.lakal.

La toile un filtre parfait contre les pollens. Et votre intérieur respire SON EFFICACITÉ ATTEINT UN TAUX DE 99 % UNE EXCLUSIVITÉ. www.lakal. La toile un filtre parfait contre les pollens. Et votre intérieur respire SON EFFICACITÉ ATTEINT UN TAUX DE 99 % UNE EXCLUSIVITÉ www.lakal.fr Que faire en cas d allergie au pollen? Éternuements, démangeaisons,

Plus en détail

LES MALADIES DE LA RUCHE

LES MALADIES DE LA RUCHE GDSA 07 LES MALADIES DE LA RUCHE Les pages ci-après sont extraites du livret de cours «Initiation et perfectionnement à l apiculture» délivré par le GDSA 07. Celui-ci a été rédigé par Pascal BINON et Jean-Pierre

Plus en détail

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE Une plante est constituée de racines ancrées dans le sol et de tiges feuillées se développant en milieu aérien. la plante est donc en contact avec 2 milieux

Plus en détail

La sexualité des plantes

La sexualité des plantes Les fiches pédagogiques accompagnent et complètent la série des pastilles vidéos pédagogiques. Pour une meilleure compréhension, il est recommandé de combiner les deux supports. apprendre la nature La

Plus en détail

Etude comparative de solutions de nourrissement protéinées pour la production de gelée royale et

Etude comparative de solutions de nourrissement protéinées pour la production de gelée royale et Etude comparative de solutions de nourrissement protéinées pour la production de gelée royale et l élevage de reines B. Poirot, V. Nevers. APINOV, Pôle technologique 40 rue Chef de Baie 17 000 La Rochelle,

Plus en détail

Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs

Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs Des alliées pour nos cultures La pollinisation améliore quantité et qualité des récoltes, Elle concerne 70% des espèces cultivées pour la consommation

Plus en détail

12 avril 2011 1. COMMENT SE FORMENT LES DEPOTS RADIOACTIFS?

12 avril 2011 1. COMMENT SE FORMENT LES DEPOTS RADIOACTIFS? L IRSN publie une estimation des doses reçues au Japon par irradiation externe due aux dépôts radioactifs provoqués par l accident de la centrale de Fukushima-Daiichi 12 avril 2011 L IRSN fait le point

Plus en détail

Annexe1 : cartes «Bêtes» et cartes «Trouve-moi» - Planche 1/4 recto

Annexe1 : cartes «Bêtes» et cartes «Trouve-moi» - Planche 1/4 recto 25 Annexe1 : cartes «s» et cartes - Planche 1/4 recto Corneille Ecureuil roux Gendarme Hérisson Mulot Pic-vert Annexe1 : cartes «s» et cartes - Planche 1/4 verso Ce petit mammifère fréquente les lieux

Plus en détail

présentent Dessins : "Le Mulot" n 15. Edition "Auvergne et nature". Jean-Pierre Geslin, professeur à l'iufm du Bourget 1

présentent Dessins : Le Mulot n 15. Edition Auvergne et nature. Jean-Pierre Geslin, professeur à l'iufm du Bourget 1 Les enfants de la classe de CE1 à l'ecole Jean Jaurès à Aubervilliers Nicole Villota, leur institutrice Jean-Pierre Geslin, professeur à l'ecole Normale - IUFM du Bourget présentent Dessins : "Le Mulot"

Plus en détail

Saisir des informations Observer à la loupe binoculaire et au microscope Communiquer par une forme écrite et graphique

Saisir des informations Observer à la loupe binoculaire et au microscope Communiquer par une forme écrite et graphique Activité 8 : De la fleur à la graine 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Les végétaux colonisent le milieu Durée conseillée : 5 h Notions, contenus Compétence Exemples d activités Les végétaux colonisent

Plus en détail

Péril sur les abeilles Pourquoi s intéresser aux abeilles? Les abeilles sont menacées. Certains spécialistes craignent même leur disparition. Dans de nombreux pays, les apiculteurs ont perdu beaucoup de

Plus en détail

Défi EDD 2014/15. Nous vous mettons au défi d'expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles.

Défi EDD 2014/15. Nous vous mettons au défi d'expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles. Défi EDD 2014/15 Nous vous mettons au défi d'expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles. Pour vous aider à relever ce défi Après avoir lu et expliqué

Plus en détail

La biologie de l abeille Gilles ADAM adam.g02@gmail.com. Table des matières. La biologie de l abeille

La biologie de l abeille Gilles ADAM adam.g02@gmail.com. Table des matières. La biologie de l abeille La biologie de l abeille Gilles ADAM adam.g02@gmail.com Table des matières 1. L abeille et les êtres vivants...- 2-1.1. Les insectes maîtres du monde...- 3-1.2. Origine de l abeille...- 3-1.3. La super-famille

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

De gros yeux pour bien se repérer. Les abeilles ne voient pas dans le noir, elles ne se déplacent donc pas la nuit.

De gros yeux pour bien se repérer. Les abeilles ne voient pas dans le noir, elles ne se déplacent donc pas la nuit. L abeille L abeille fait partie de la grande famille des insectes L espèce la plus connue est l Apis Mellifera, c'est à dire l'abeille à miel. Elle peut vivre à l état sauvage ou être élevée pour produire

Plus en détail

Étape 4 : Exploiter les résultats obtenus afin de faire évoluer le problème posé initialement

Étape 4 : Exploiter les résultats obtenus afin de faire évoluer le problème posé initialement Obligatoire THEME 1 Chapitre 3 Fiche sujet candidat TD6 De la diversification des êtres vivants à l'évolution de la biodiversité L'évolution est difficile à percevoir car les changements auxquels elle

Plus en détail

Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque.

Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque. Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque. Le point agronomique sur l ergot des graminées Biologie du parasite L ergot (Claviceps purpurea) est un champignon qui attaque les inflorescences

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation Dossier de présentation 1 Urbanbees l expo des abeilles sauvages en ville Vous trouverez dans ce dossier : 1 / UNE PRESENTATION DU PROJET EUROPEEN URBANBEES P.3 2 / UNE PRESENTATION D URBANBEES L EXPO

Plus en détail

Une fécondation externe...

Une fécondation externe... Une fécondation externe......sans accouplement : les deux individus porteurs des cellules reproductrices ne se rencontrent pas physiquement. L épinoche Paré de couleurs nuptiales, le construit un nid en

Plus en détail

Comment échantillonner une ruche? Etienne Bruneau CARI asbl - 14 juin 2009

Comment échantillonner une ruche? Etienne Bruneau CARI asbl - 14 juin 2009 Comment échantillonner une ruche? Etienne Bruneau CARI asbl - 14 juin 2009 Ce texte est principalement réalisé au départ du Manuel des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres de

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. l'aspartame

Consensus Scientifique sur. l'aspartame page 1/6 Consensus Scientifique sur l'aspartame Source : SCF (2002) Résumé & Détails: GreenFacts Niveau 2 - Détails sur l'aspartame 1. Qu'est-ce que l'aspartame?...2 1.1 Quelle est l'histoire de l'aspartame?...2

Plus en détail

EXERCICES. Je teste mes connaissances. J utilise mes connaissances. 28 Partie 1. Respiration et occupation des milieux de vie EXERCICE 1

EXERCICES. Je teste mes connaissances. J utilise mes connaissances. 28 Partie 1. Respiration et occupation des milieux de vie EXERCICE 1 Je teste mes connaissances A. Vrai ou faux? a. Le milieu de respiration est toujours le milieu de vie. b. Les poumons permettent la respiration dans l air. c. Les branchies sont des organes qui permettent

Plus en détail

Particuliers, enseignants et animateurs découvrez toute la collection des guides Milgraines sur le site semencemag.fr

Particuliers, enseignants et animateurs découvrez toute la collection des guides Milgraines sur le site semencemag.fr Particuliers, enseignants et animateurs découvrez toute la collection des guides Milgraines sur le site semencemag.fr www.semencemag.fr La série des guides Milgraines pour apprendre à reconnaître : des

Plus en détail

EVALUATION DE L INCIDENCE DU FRELON D ASIE (Vespa velutina) SUR LES RUCHERS D AQUITAINE

EVALUATION DE L INCIDENCE DU FRELON D ASIE (Vespa velutina) SUR LES RUCHERS D AQUITAINE Association de Développement de l Apiculture en Aquitaine EVALUATION DE L INCIDENCE DU FRELON D ASIE (Vespa velutina) SUR LES RUCHERS D AQUITAINE Rapport pour la saison 2008 Dr. Jacques BLOT Février 2009

Plus en détail

Frelon asiatique. nous sommes tous concernés!

Frelon asiatique. nous sommes tous concernés! Frelon asiatique. nous sommes tous concernés! Le frelon asiatique est une espèce invasive venue d Asie, introduite accidentellement en France en 2004. Parfaitement adapté à nos climats, son expansion géographique

Plus en détail

L application d acide formique par la méthode flash

L application d acide formique par la méthode flash TITRE DE LA PRÉSENTATION : L application d acide formique par la méthode flash AUTEUR : Jean-Pierre Chapleau, Ba.L. Apiculteur et éleveur de reines Les Reines Chapleau inc., Saint-Adrien On appelle «flash»

Plus en détail

Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES

Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES Restitution des acquis L organisation des plantes est liée aux exigences de leur

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

De la fleur au fruit

De la fleur au fruit De la fleur au fruit La reproduction des plantes Contenu de l outil 2 fiches «en savoir plus» : «la fleur» et «insectes pollinisateurs, quel est votre rôle» - un puzzle de fleur et sa fiche solution -

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Maladies foliaires du bleuet sauvage

Maladies foliaires du bleuet sauvage Maladies foliaires du bleuet sauvage Feuillet de renseignements sur le bleuet sauvage C.3.3.0 Les bleuets sauvages peuvent être infectés par cinq maladies foliaires d importance causant la décoloration

Plus en détail

Buvez, buvez... éliminez!!!

Buvez, buvez... éliminez!!! Buvez, buvez... éliminez!!! 1. L'urine: produit d'une régulation. Afin que les cellules fonctionnent à plein rendement, le milieu intérieur dans lequel elles baignent doit présenter une composition aussi

Plus en détail

L occupation d un milieu par les êtres vivants varie au cours des saisons

L occupation d un milieu par les êtres vivants varie au cours des saisons CHAPITRE 3 L occupation d un milieu par les êtres vivants varie au cours des saisons Classe de sixième Programmes officiels Notions et contenus L occupation d un milieu par les êtres vivants varie au cours

Plus en détail

Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3

Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Forum Tchernobyl - principales conclusions 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Le 5 septembre 2005 le Forum Tchernobyl 4 a publié, sous l égide de l AIEA, de l OMS et du PNUD, un rapport de 600

Plus en détail

Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»!

Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»! ALIMENTATION Nathalie Plourde, chargée de projets, Centre de développement du porc du Québec inc. Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»! Viande de porc enrichie en oméga-3 ou en acides linoléiques

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS - OMS (1998) les Dioxines Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les dioxines sont principalement libérées par les activités humaines telles que l'incinération

Plus en détail

Le rucher de l Ill. Apiculture Nicole, Roland et Maxime SAENGER

Le rucher de l Ill. Apiculture Nicole, Roland et Maxime SAENGER Le rucher de l Ill Apiculture Nicole, Roland et Maxime SAENGER Passionnés par les abeilles depuis plus de 30 ans, nous vous proposons toute une palette de produits de la ruche 100% naturel issus de notre

Plus en détail

Devoir de contrôle N 3

Devoir de contrôle N 3 Devoir de contrôle N 3 M : Hakim 4 ème sciences expérimentales 2009-2010 Première partie : restitution des connaissances (12 points) A // QCM (4 points) Pour chacune des questions suivantes il peut y avoir

Plus en détail

Faiseurs de fleurs Avril et Mai 2011

Faiseurs de fleurs Avril et Mai 2011 Faiseurs de fleurs Avril et Mai 2011 «La colonie est un chaos organisé.» A t t r a c t e u r étrange de Lorenz «La pratique de l apiculture est une improvisation permanente» Boris Bachofen Le chou romanesco

Plus en détail

LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE

LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE 45 ème J.A.N.D. 28 janvier 2005 LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE Christophe Dupont Hôpital Saint Vincent de Paul, 82, avenue Denfert-Rochereau, 75674 Paris cedex 14 La diversification est la phase de transition

Plus en détail

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal Le directeur général Maisons-Alfort, le 22 mai 2015 Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal L Anses a été saisie le

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA VARROASE AVEC L ACIDE METHODE FLASH

LUTTE CONTRE LA VARROASE AVEC L ACIDE METHODE FLASH LUTTE CONTRE LA VARROASE AVEC L ACIDE FORMIQUE METHODE FLASH Méthode expérimentale utilisée sur l exploitation apicole GAEC Famille Jérôme REGNAULT 21500 SAVOISY Tél: 03 80 93 19 37 HISTORIQUE Suite d

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

L abeille, une ouvrière irremplaçable. Livret pédagogique

L abeille, une ouvrière irremplaçable. Livret pédagogique L abeille, une ouvrière irremplaçable Livret pédagogique 1 La guêpe et l abeille La guêpe et l'abeille proviennent toutes les deux de la famille des hyménoptères. La guêpe est svelte, de forme allongée,

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2008 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR B CANDIDATS DES SECTEURS A ET C

Plus en détail

Comment installer une ruche dans les établissements scolaires

Comment installer une ruche dans les établissements scolaires Octobre 2012 Fiche action nº 25 - les bonnes pratiques Comment installer une ruche dans les établissements scolaires Les pages locales des quotidiens relatent de plus en plus souvent l installation d une

Plus en détail

Il était une forêt. Fiche du professeur

Il était une forêt. Fiche du professeur en partenariat avec Fiche du professeur Il était une forêt Sarah Del Ben/Wild-Touch THÈMES L organisation des plantes terrestres Un mécanisme de défense original Le mimétisme La communication graphique

Plus en détail

Voici donc un exemple expliquant notre méthode de calcul.

Voici donc un exemple expliquant notre méthode de calcul. Rubriques du conseiller provincial en apiculture Printemps 2013 Bonjour à vous tous et bon début de saison 2013. Au cours des lignes qui suivent, nous vous présenterons certains résultats de notre enquête

Plus en détail

PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE

PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE Introduction : Copier/coller dans la barre d adresse internet : http://www.youtube.com/watch?v=ehynwvndugc Christophe Lemaître 100m, 9.98 secondes,

Plus en détail

Partie 2. Les Changements de forme des végétaux. III) Les changements de forme des végétaux au cours des saisons :

Partie 2. Les Changements de forme des végétaux. III) Les changements de forme des végétaux au cours des saisons : Partie 2 Les Changements de forme des végétaux On peut penser qu'il reste des racines dans la terre qui permettent l'apparition de nouvelles plantes au printemps. D'autre part, on peut penser que les plantes

Plus en détail

«La lutte contre le moustique s organise à la Martinique!»

«La lutte contre le moustique s organise à la Martinique!» Concours Cgenial collège Dossier 5 ème option scientifique Collège E.L VALARD «La lutte contre le moustique s organise à la Martinique!» Avec le partenariat du centre de démoustication de la Martinique

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES ÉPREUVE ANTICIPÉE. SÉRIE ES et L. Durée de l épreuve : 1 heure 30 - Coefficient : 2

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES ÉPREUVE ANTICIPÉE. SÉRIE ES et L. Durée de l épreuve : 1 heure 30 - Coefficient : 2 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES ÉPREUVE ANTICIPÉE SÉRIE ES et L Durée de l épreuve : 1 heure 30 - Coefficient : 2 Le sujet comporte 10 pages, numérotées de 1/10 à 10/10, dont une annexe page

Plus en détail

Génisses laitières en première année de pâturage : gestion raisonnée des strongles digestifs

Génisses laitières en première année de pâturage : gestion raisonnée des strongles digestifs Génisses laitières en première année de pâturage : gestion raisonnée des strongles digestifs PREMIERE ANNEE DE PATURAGE = RISQUES POUR LES ANIMAUX ET LE PORTEFEUILLE Contamination par les parasites gastro-intestinaux

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SUJET

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SUJET SESSION 2007 Nouvelle Calédonie Série STAE Spécialité : Toutes BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE ÉPREUVE N 7 LA MATIÈRE ET LE VIVANT Coefficient : 4 - Durée : 3 h 30 Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : calculatrice

Plus en détail

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION GUIDES TECHNIQUES AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E 1 Notions d habitat INTRODUCTION Qu est-ce qu un habitat? L habitat n est nul autre que le milieu

Plus en détail

Qui bourdonne au jardin? Complément

Qui bourdonne au jardin? Complément Qui bourdonne au jardin? Complément 1. Bourdon terrestre Description : noir, jaune et blanc. Bande jaune à l avant du thorax. Très velu. Langue relativement courte. Ouvrière 11 à 17 mm, 4 ailes, dard à

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION DES ANIMATIONS PEDAGOGIQUES

DOSSIER DE PRESENTATION DES ANIMATIONS PEDAGOGIQUES DOSSIER DE PRESENTATION DES ANIMATIONS PEDAGOGIQUES Les abeilles : gardiennes de notre environnement et de notre alimentation Page 1 / 15 Sommaire 1BZZZ : QUI SOMMES-NOUS?...4 2LES ANIMATIONS PEDAGOGIQUES...6

Plus en détail

Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle

Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle La plupart des gens ne comprennent pas vraiment le concept de médecine nutritionnelle et moins de personnes encore celui de la nutrition cellulaire.

Plus en détail

Enquête COLOSS sur les pertes et la survie hivernale des colonies d abeilles au cours de l hiver 2014/2015

Enquête COLOSS sur les pertes et la survie hivernale des colonies d abeilles au cours de l hiver 2014/2015 L ITSAP-Institut de l abeille poursuit auprès des apiculteurs français son enquête sur les pertes hivernales de d abeilles lancée en 2008. Cette année, nous reprenons le format de l enquête coordonnée

Plus en détail

Règlement du concours 2014 «Pollinisateurs et fleurs de notre région»

Règlement du concours 2014 «Pollinisateurs et fleurs de notre région» Règlement du concours 2014 «Pollinisateurs et fleurs de notre région» ARTICLE 1 PRÉSENTATION DU CONCOURS Dans le cadre du Plan MAYA, les communes de Florennes, Gerpinnes, Mettet et Walcourt organisent

Plus en détail

Cynips du châtaignier et apiculture

Cynips du châtaignier et apiculture Cynips du châtaignier et apiculture Comité stratégique apicole - 30 septembre 2014 Chambre d Agriculture de l Ardèche Crédits photos : Hennion-CTIFL / Bertoncello -CA07 Syndicat National des Producteurs

Plus en détail

Perle de Miel. produits purs et naturels issus d une agriculture durable et responsable. Huiles essentielles

Perle de Miel. produits purs et naturels issus d une agriculture durable et responsable. Huiles essentielles Perle de Miel produits purs et naturels issus d une agriculture durable et responsable Miels Tous nos miels sont purs, extraits à la main et produits au rucher du Lavandin, à Léguevin. Page 3 Huiles essentielles

Plus en détail

LES HUILES ALIMENTAIRES

LES HUILES ALIMENTAIRES LES HUILES ALIMENTAIRES Pourquoi consommer des huiles végétales? Pour un bon fonctionnement, notre organisme a besoin de lipides. Ils lui apportent les acides gras dont il ne peut se passer. Si nous écartons

Plus en détail

Projet pilote de lutte contre le moustique japonais à Natoye

Projet pilote de lutte contre le moustique japonais à Natoye Projet pilote de lutte contre le moustique japonais à Natoye Réunion d information -27 mars 2013 Guy Hendrickx Francis Schaffner Veerle Versteirt 1 Les moustiques Reconnaitre un moustique Cycle biologique

Plus en détail

PRÉLÈVEMENT D ABEILLES MORTES

PRÉLÈVEMENT D ABEILLES MORTES PRÉLÈVEMENT D ABEILLES MORTES Les abeilles mortes peuvent être prélevées dans le cadre d une suspicion d intoxication. Réaliser de préférence 1 ou 2 prélèvements supplémentaires par colonie pour d éventuelles

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 MATHÉMATIQUES Série S ÉPREUVE DU JEUDI 19 JUIN 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont

Plus en détail

LES ABEILLES LES SCIENCES POUR COMPRENDRE LE MONDE

LES ABEILLES LES SCIENCES POUR COMPRENDRE LE MONDE LES SCIENCES POUR COMPRENDRE LE MONDE RtSdécouverte aborde des thèmes scientifiques, économiques, géopolitiques ou culturels pour mettre en perspective l actualité. La terre tremble? Nous expliquons pourquoi.

Plus en détail

Présentation du réseau COLOSS

Présentation du réseau COLOSS Résultats de l enquête COLOSS 2012 Céline Holzmann 1, Julien Vallon 1, Pascal Jourdan 1 ( 1 ITSAP-Institut de l abeille) Depuis maintenant cinq ans, l ITSAP-Institut de l abeille quantifie les pertes hivernales

Plus en détail

ÉPREUVE EXTERNE COMMUNE ÉVEIL - INITIATION SCIENTIFIQUE. Livret 4 Mardi 17 juin FRANÇAIS SAVOIR ÉCOUTER SAVOIR ÉCRIRE FRANÇAIS MATHÉMATIQUES

ÉPREUVE EXTERNE COMMUNE ÉVEIL - INITIATION SCIENTIFIQUE. Livret 4 Mardi 17 juin FRANÇAIS SAVOIR ÉCOUTER SAVOIR ÉCRIRE FRANÇAIS MATHÉMATIQUES ÉPREUVE EXTERNE COMMUNE CEB2014 ÉVEIL - INITIATION SCIENTIFIQUE Livret 4 Mardi 17 juin FRANÇAIS FRANÇAIS SAVOIR ÉCOUTER SAVOIR SAVOIR ÉCRIRE ÉCOUTER SAVOIR ÉCRIRE FRANÇAIS MATHÉMATIQUES SAVOIR ÉCOUTER

Plus en détail

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite http://www.univers-nature.com/habitat-sain/assainissement-filtre-a-roseaux-particuliers.html Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite Depuis le

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation Dossier de présentation 1 Urbanbees l expo des abeilles sauvages en ville Vous trouverez dans ce dossier : 1 / UNE PRESENTATION DU PROJET EUROPEEN URBANBEES P.3 2 / UNE PRESENTATION D URBANBEES L EXPO

Plus en détail

www.effinov-sport.fr Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé.

www.effinov-sport.fr Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé. Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé. Boissons énergétiques et de récupération garanties sans dopage. www.effinov-sport.fr Optimisez

Plus en détail

La serre de VeRT-SeRRe. CAPSULE THÉORIQUE (Ce document s adresse à des adultes.)

La serre de VeRT-SeRRe. CAPSULE THÉORIQUE (Ce document s adresse à des adultes.) La serre de VeRT-SeRRe CAPSULE THÉORIQUE (Ce document s adresse à des adultes.) 2010-2011 Il est important de savoir Capsule théorique L objectif de cette capsule est de donner au personnel enseignant

Plus en détail

ANALYSE-SYNTHÈSE DU PROCESSUS DE DÉMOUSTICATION PAR ARROSAGE AU BT. Présentée par Le collège électoral de la Recherche à la Coalition Eau Secours!

ANALYSE-SYNTHÈSE DU PROCESSUS DE DÉMOUSTICATION PAR ARROSAGE AU BT. Présentée par Le collège électoral de la Recherche à la Coalition Eau Secours! ANALYSE-SYNTHÈSE DU PROCESSUS DE DÉMOUSTICATION PAR ARROSAGE AU BT Présentée par Le collège électoral de la Recherche à la Coalition Eau Secours! 27 Avril 2005 Qu est-ce que le Bti? Le Bacillus thuringiensis

Plus en détail