CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME"

Transcription

1 CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F Horeca - Interdiction de fumer A2 Bruxelles, le 17 octobre 2011 MH/EDJ/JP AVIS sur LES CONSEQUENCES DE L ARRET DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE SUR LA REGLEMENTATION GENERALE RELATIVE A L INTERDICTION DE FUMER DANS LES DEBITS DE BOISSONS ET CONCERNANT LA MISE EN OEUVRE DE MESURES DE COMPENSATION (approuvé par le Bureau le 14 juin 2011, entériné par le Conseil Supérieur le 17 octobre 2011) Conseil Supérieur des Indépendants et des Petites et Moyennes Entreprises CSIPME WTC III Boulevard Simon Bolivar Bruxelles Tél. : et 16 Fax :

2 Le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME a pris connaissance de l arrêt n 37/2011 de la Cour constitutionnelle concernant l annulation de l exception à l interdiction générale de fumer. Vu l impact fondamental de cet arrêt pour le secteur de l horeca, le Conseil Supérieur a décidé d émettre un avis d initiative sur les conséquences de l arrêt de la Cour constitutionnelle concernant la réglementation relative à l interdiction générale de fumer dans les débits de boissons et sur la mise en œuvre de mesures de compensation. Après avoir consulté la commission ad hoc horeca, le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME a émis le 17 octobre 2011, l avis suivant. CONTEXTE L arrêt n 37/2011 de la Cour constitutionnelle du 15 mars 2011 annule partiellement la loi du 22 décembre 2009 instaurant une réglementation générale relative à l interdiction de fumer dans les lieux fermés accessibles au public et à la protection des travailleurs contre la fumée du tabac. Les articles 2, 9, 4 et 11, 2, 3 de cette loi sont annulés par la Cour constitutionnelle. Les dispositions annulées susmentionnées sont encore maintenues jusqu au 30 juin Ainsi, est annulée la réglementation autorisant, jusqu au 1er juillet 2014, une exception à l interdiction générale de fumer dans les débits de boissons dont l activité principale et permanente consiste à servir uniquement des boissons destinées à être consommées sur place et où aucune autre denrée alimentaire n est servie mis à part les denrées alimentaires préemballées avec une période de conservation d au moins trois mois sans qu aucune mesure supplémentaire ne soit utilisée pour prolonger la durée de conservation. Cela aura pour conséquence pratique qu à partir du 1 er juillet 2011, les clients des cafés ne pourront plus fumer que dans un fumoir. Par conséquent, ces cafés populaires seront contraints d installer un fumoir à très court terme. Pour mettre cette installation en place, ils doivent tenir compte des conditions suivantes : le fumoir ne peut être une zone de transit, la superficie du fumoir ne peut excéder le quart de la superficie totale du café, le fumoir doit être clairement identifié comme local réservé aux fumeurs, il doit être muni d un système d extraction de fumée ou d aération et des boissons ne peuvent y être commandées. POINT DE VUE GENERAL Le Conseil Supérieur regrette que l interdiction de fumer soit introduite soudainement de manière impérative sans qu un délai d adaptation raisonnable ne soit prévu. Le Conseil estime que les cafés ne sont pas encore prêts pour respecter cette interdiction générale de fumer imposée à très brève échéance par l'arrêt de la Cour constitutionnelle. En effet, un café qui avait établi son plan d investissement en fonction du délai prévu dans la réglementation annulée doit maintenant se mettre en règle avec la législation en moins d un mois, prévoir toutes les installations et obtenir tous les permis pour les transformations (par exemple les verrières), se concerter au préalable avec le propriétaire en vue d obtenir la permission d effectuer les travaux dans l immeuble et expliquer l interdiction de fumer à la clientèle. En résumé, l exploitant de café devra radicalement changer son concept. Vu les contrôles sévères annoncés, les exploitants de café risquent en outre d être sanctionnés et de devoir payer des amendes et ce, à partir de l entrée en vigueur de l annulation des dispositions en question, à savoir le 1 er juillet

3 Le Conseil Supérieur demande aux responsables politiques concernés de pourvoir d urgence aux mesures de compensation proposées par les organisations professionnelles et interprofessionnelles concernées. CONSEQUENCES DE L ARRET En tant que partie défenderesse, le Conseil des Ministres lui-même avançait que l introduction subite d une interdiction générale de fumer allait poser un problème aux cafés et estimait pour cette raison qu'il n était pas déraisonnable de prévoir une période transitoire permettant aux exploitants de faire les investissements nécessaires et d informer leur clientèle de l interdiction générale de fumer. Le Conseil Supérieur souligne l importance d accorder une période transitoire car l implémentation d une interdiction générale de fumer doit aller de pair avec une période raisonnable d'adaptation et ce afin que les débits de boissons puissent également souscrire à cette interdiction. En vue de réaliser les objectifs de l interdiction générale de fumer, à savoir la protection des non-fumeurs et du personnel dans l horeca, l exploitant d un café devra en effet aménager son établissement de manière telle que tant les clients fumeurs que non-fumeurs ainsi que son personnel se sentent chez eux dans son café. Dans ce but, une entreprise doit non seulement établir un plan réalisable et prévoir les moyens nécessaires mais elle doit encore disposer du temps nécessaire pour le réaliser. En effet, une entreprise ne change pas du jour au lendemain de stratégie commerciale, de segment de marché, d image de marque, d aménagement de l établissement, de culture Le délai prévu à l origine prévoyait une exception à l interdiction générale de fumer pour les débits de boissons jusqu au 1 er juillet Après concertation avec le secteur, ce délai d exception pouvait être ramené au 1 er janvier 2012 pour les débits de boissons. Les exploitants de débits de boissons ont donc tenu compte de ce délai minimal courant jusqu au 1 er janvier 2012 dans leur planning visant à intégrer l interdiction générale de fumer. Le Conseil Supérieur craint que fixer comme date ultime le 30 juin 2011 pour se mettre en règle avec l interdiction générale de fumer n'accorde pas une période suffisante à l'exploitant pour pouvoir remplir toutes les obligations. De ce fait, les projets des exploitants de débits de boissons partiront en fumée ou ils devront arrêter l exploitation de leur café dans les pires cas. La situation dans les pays avoisinants démontre incontestablement que les cafés touchés doivent à tout le moins craindre une perte importante de chiffre d affaires. Aux Pays-Bas par exemple, 70% des cafés ont vu leur chiffre d affaires diminuer en moyenne de 25% en un an. Le Conseil Supérieur estime bien entendu que la santé publique revêt une grande importance mais il craint que les exploitants de cafés soient le dindon de la farce. En effet, il leur reviendra d'expliquer la politique en matière de santé publique à leur clientèle de fumeurs, ils devront supporter la totalité des lourds investissements requis et risquent de voir leur chiffre d affaires diminuer. Le Conseil Supérieur estime que les conséquences externes de la politique en matière de santé ne peuvent pas exclusivement être supportées par les exploitants de café. Ceux-ci doivent recevoir une compensation. 3

4 PROPOSITIONS EN VUE DE COMPENSER LES CONSEQUENCES Le Conseil Supérieur estime que la mise en œuvre de mesures de compensation est indispensable afin de réaliser la transition vers une interdiction générale de fumer anticipée dans le secteur de l horeca. Le Conseil souligne que les investissements nécessaires pour adapter l établissement à l interdiction de fumer (entre autres, l installation d un fumoir) auront un impact financier important pour les exploitants de cafés. En outre, les effets négatifs réels pour les cafés belges (hausse du nombre de faillites, rentabilité amoindrie, solde du passif plus élevé, réduction du nombre d emplois, diminution du chiffre d affaires) ne pourront être démontrés avec certitude de manière statistique qu'ultérieurement. C est pourquoi, le Conseil Supérieur recommande aux autorités compétentes d'agir de manière proactive sur les effets négatifs éventuels pour le secteur de l horeca en accompagnant l introduction de l interdiction générale de fumer de mesures de compensation. Les mesures de compensation qui ont déjà été réclamées par les organisations professionnelles et interprofessionnelles concernées sont présentées brièvement ci-dessous. Le Conseil Supérieur demande de mettre ces mesures rapidement en oeuvre afin de limiter autant que faire se peut l impact de l interdiction de fumer dans le secteur de l horeca. A. Petits cafés : interprétation souple des conditions d installation d un fumoir Le Conseil Supérieur craint que les petits exploitants de cafés ne soient pas en mesure d adapter leur établissement aux prescriptions de la loi en matière d'interdiction générale de fumer. Il sera pratiquement impossible aux petits bistrots de créer un concept fumeur réaliste vu l espace très limité dont ils disposent et dans lequel ils devront installer un fumoir dont la superficie maximale ne peut excéder un quart de la superficie totale du café. Le Conseil Supérieur propose d appliquer une interprétation souple des conditions d installation d un fumoir qui serait uniquement applicable aux cafés disposant d une surface limitée. Plus particulièrement, ces cafés devraient être autorisés à installer un fumoir dont la superficie dépasse un quart de leur superficie totale. En introduisant une telle exception, on éviterait la discrimination entre les cafés qui disposent de l espace nécessaire pour installer un fumoir et ceux qui ne l'ont pas. B. Mesures de contrôle tolérantes Le Conseil Supérieur demande aux services publics de faire preuve de tolérance lors de leurs contrôles sur le respect de l interdiction générale de fumer dans les cafés à partir du 1 er juillet Sans vouloir porter préjudice au système de sanctions, le Conseil Supérieur attire l attention sur le fait qu il y a plusieurs sanctions possibles pouvant être administrées en fonction de la gravité de la situation. Le Conseil Supérieur estime qu il faudrait prévoir une période de transitoire lors de laquelle un avertissement serait la seule sanction applicable aux exploitants de cafés lorsque des infractions à l interdiction générale de fumer sont constatées, ce qui permettra à l exploitant d un établissement horeca de mettre son établissement en concordance avec la réglementation. Le Conseil Supérieur plaide en faveur d une période transitoire en matière de répression s'étendant jusqu au 1 er janvier

5 C. Mesures de compensation Le Conseil Supérieur tient à souligner que les frais engagés pour arriver à un secteur horeca sans fumée ne peuvent pas être supportés entièrement par le secteur mais que l introduction d une interdiction générale de fumer doit s accompagner de la mise en oeuvre d un plan horeca. Les mesures de compensation fiscales, sociales et plus souples sur le plan de la santé publique exposées ci-dessous devraient être réalisées en vue de compenser les investissements effectués par le secteur de l horeca. 1. Mesures fiscales - Déduction plus élevée pour tous les investissements effectués en vue d accueillir la clientèle (liste non limitative) à partir de 2009 ; jusqu à 120% - Nouvelles négociations au sujet d une diminution de la TVA - Incitants fiscaux pour le travail flexible (heures supplémentaires, travail de nuit et travail en équipe) 2. Mesures sociales - Assouplissement du travail d étudiant - Assouplissement du système du travail occasionnel 3. Mesures sur le plan de la santé publique - Application plus souple des activités autorisées dans un fumoir : Dans un fumoir, les clients doivent pouvoir effectuer des activités (regarder la télévision, jouer aux cartes, aux fléchettes, au billard, certaines applications des casinos, ) Il devrait être permis au personnel de débarrasser et de nettoyer les tables de manière très limitée Il importe de définir plus clairement la méthode de calcul de la superficie du fumoir. A cet égard, les terrasses ne doivent pas être prises en compte - Dans les établissements sans fumée du secteur horeca, les choses suivantes devraient être permises : L installation d un distributeur de cigarettes Fumer une cigarette ne produisant pas de fumée ou une cigarette électronique CONCLUSION Le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME demande aux responsables politiques concernés d accorder l attention nécessaire aux effets négatifs que l interdiction générale de fumer fera peser à très court terme sur les cafés. Le Conseil Supérieur demande de mettre en œuvre les mesures présentées dans son avis le plus rapidement possible. 5

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT F. 2009 4175 [C 2009/24496]

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT F. 2009 4175 [C 2009/24496] Le Moniteur Belge 29 décembre 2009 Le texte en rouge sont les dispositions annulées par la Cour Constitutionnelle le 15 mars 2011 SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

Plus en détail

F PRAT COM - Titres-repas A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/AB/JP 718-2014 AVIS. sur

F PRAT COM - Titres-repas A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/AB/JP 718-2014 AVIS. sur F PRAT COM - Titres-repas A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/AB/JP 718-2014 AVIS sur UNE PROPOSITION DE LOI PORTANT MODIFICATION DU CODE DES IMPÔTS SUR LES REVENUS 1992 EN CE QUI CONCERNE LES TITRES- REPAS

Plus en détail

04.476 n Initiative parlementaire. Protection de la population et de l économie contre le tabagisme passif (Gutzwiller)

04.476 n Initiative parlementaire. Protection de la population et de l économie contre le tabagisme passif (Gutzwiller) Conseil national Session d'été 008 e-parl.06.008 : - - 04.476 n Initiative parlementaire. Protection de la population et de l économie contre le tabagisme passif (Gutzwiller) Projet de la Commission de

Plus en détail

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S concernant UN PROJET DE LOI PORTANT CREATION D UNE BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES, MODERNISATION DU REGISTRE DE COMMERCE ET CREATION

Plus en détail

Comores. Conditions d entrée et de séjour des étrangers

Comores. Conditions d entrée et de séjour des étrangers Conditions d entrée et de séjour des étrangers Loi n 88-025 du 29 décembre 1988 [NB - Loi n 88-025 du 29 décembre 1988 portant modification de la loi n 82-026 relative aux conditions d entrée et de séjour

Plus en détail

Projet de règlement sur l aide aux personnes et aux familles : Des reculs inquiétants pour les familles monoparentales.

Projet de règlement sur l aide aux personnes et aux familles : Des reculs inquiétants pour les familles monoparentales. Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec 8059, boulevard Saint-Michel Montréal (Québec), H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514) 729-6746 www.cam.org/fafmrq

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ----------------------------------------

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- Convention collective de travail n 118 du 27 avril 2015 fixant, pour 2015-2016, le cadre interprofessionnel

Plus en détail

TITRE I - DES CONGES

TITRE I - DES CONGES REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DES LOIS SOCIALES DECRET N 2004-812 Fixant le régime des congés, des permissions et des autorisations

Plus en détail

Ordonnance sur la protection contre le tabagisme passif (Ordonnance concernant le tabagisme passif, OPTP)

Ordonnance sur la protection contre le tabagisme passif (Ordonnance concernant le tabagisme passif, OPTP) Ordonnance sur la protection contre le tabagisme passif (Ordonnance concernant le tabagisme passif, OPTP) du Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 2, al. 3, et 6, al. 1, de la loi fédérale du 3 octobre

Plus en détail

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 MH/AB/JP A V I S sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS *** 2 Par sa lettre du 6 juillet 1998, le Vice-Premier

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

A V I S N 1.861 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------

A V I S N 1.861 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------ A V I S N 1.861 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------ Travail occasionnel dans le secteur horeca Réduction de cotisations sociales dans le secteur

Plus en détail

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée;

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée; 1/11 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 37/2013 du 14 novembre 2013 Objet: Demande d autorisation d accès à la Banque-Carrefour des véhicules du SPF Mobilité et Transports par

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS n LC 142 Janvier 2005 - 3 - L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS Sommaire Pages NOTE DE

Plus en détail

L E S T E R R A S S E S D E L A P L A C E D U M A R C H É À L I È G E

L E S T E R R A S S E S D E L A P L A C E D U M A R C H É À L I È G E L E S T E R R A S S E S D E L A P L A C E D U M A R C H É À L I È G E F I C H E 1. L E S Z O N E S D I M P L A N T A T I O N Les terrasses occupent le domaine public de la Ville. Or, l espace public de

Plus en détail

LES DISPOSITIONS POUR LA PUBLICITE, LES ENSEIGNES,

LES DISPOSITIONS POUR LA PUBLICITE, LES ENSEIGNES, Page 1 sur 5 Rappel La loi portant Engagement National pour l Environnement du 12 Juillet 2010 (loi ENE), dite loi Grenelle 2 a réformé, entre autres, la réglementation nationale sur la publicité extérieure.

Plus en détail

INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux

INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux Le 15 octobre 2014 Circulaire n 14-0312 DIRECTION DES AFFAIRES GENERALES, Index de la table des matières INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux Destinataires prioritaires

Plus en détail

Synthèse. Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et COUR DES COMPTES. Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion

Synthèse. Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et COUR DES COMPTES. Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Juillet 2011 Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion Constats et bonnes pratiques Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

Droit commercial et économique

Droit commercial et économique Droit commercial et économique MEMO Actualités législatives et réglementaires 2008 A jour au 1 er janvier 2009 TABLE DES MATIERES 1. DISPOSITIONS EN MATIERE DE DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL 3 1.1. Délais

Plus en détail

Technologue de laboratoire médical

Technologue de laboratoire médical Technologue de laboratoire médical Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément Table des matières L'agrément ou l'autorisation d'exercer... 3 Le technologue de laboratoire médical au sens de la loi...

Plus en détail

Manuel de la présentation de l information financière municipale

Manuel de la présentation de l information financière municipale Manuel de la présentation de l information financière municipale Résumé de la mise à jour Décembre 2014 Direction générale des finances municipales Ministère des Affaires municipales et de l Occupation

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 3 - Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Dispositions en vigueur. Texte du projet de loi

TABLEAU COMPARATIF - 3 - Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Dispositions en vigueur. Texte du projet de loi - 3 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi pour une Ré numérique Projet de loi pour une Ré numérique Projet de loi pour une société numérique Amdt COM-81 et ss-amdt COM-413 TITRE I ER TITRE I ER TITRE I ER

Plus en détail

Loi n 2013/011 du 16 décembre 2013 Régissant les zones économiques au Cameroun

Loi n 2013/011 du 16 décembre 2013 Régissant les zones économiques au Cameroun Loi n 2013/011 du 16 décembre 2013 Régissant les zones économiques au Cameroun Le parlement a délibéré et adopté, le président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Chapitre I DISPOSITIONS

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

Avantage de toute nature - voitures de société - nouveau modèle de calcul

Avantage de toute nature - voitures de société - nouveau modèle de calcul Avantage de toute nature - voitures de société - nouveau modèle de calcul A partir du 1er janvier 2010, l'avantage imposable ne dépendra désormais plus des CV fiscaux mais de l'émission de CO 2 et du coefficient

Plus en détail

Cahier des charges. Fair-Play

Cahier des charges. Fair-Play Cahier des charges Club House / Restaurant Fair-Play La campagne et les loisirs aux portes de Paris. 3 hectares de loisirs à 1km de la porte d'orléans! Hockey sur gazon: un terrain synthétique, Tennis:

Plus en détail

Adoption du décret du 11 avril 2014 modifiant le décret électricité Quelles nouveautés?

Adoption du décret du 11 avril 2014 modifiant le décret électricité Quelles nouveautés? Adoption du décret du 11 avril 2014 modifiant le décret électricité Quelles nouveautés? Dossier de longue haleine, le Parlement wallon a adopté, le 11 avril 2014 (M.B. 17.6.2014), un décret modifiant,

Plus en détail

RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION. du 14 décembre 2006

RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION. du 14 décembre 2006 RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION du 14 décembre 2006 portant modalités d application du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations

Plus en détail

Mercredi 28 février 2007 A 11h30

Mercredi 28 février 2007 A 11h30 MINISTRE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DES PROFESSIONS LIBERALES Mercredi 28 février 2007 A 11h30 Renaud DUTREIL et Léon BERTRAND détaillent les mesures du contrat

Plus en détail

AVIS. concernant UNE ANALYSE D'IMPACT SUR UNE EVENTUELLE REFORME DES RÈGLES EN MATIÈRE DE PRESCRIPTION DE DEMANDES DE ET CONTRE LES CONSOMMATEURS

AVIS. concernant UNE ANALYSE D'IMPACT SUR UNE EVENTUELLE REFORME DES RÈGLES EN MATIÈRE DE PRESCRIPTION DE DEMANDES DE ET CONTRE LES CONSOMMATEURS F PRAT COM - Prescript demande conso A2 Bruxelles, le 12 février 2013 MH/TM/JP 692-2012 AVIS concernant UNE ANALYSE D'IMPACT SUR UNE EVENTUELLE REFORME DES RÈGLES EN MATIÈRE DE PRESCRIPTION DE DEMANDES

Plus en détail

annexe VIII CONSEIL SUPERIEUR DES PROFESSIONS ECONOMIQUES

annexe VIII CONSEIL SUPERIEUR DES PROFESSIONS ECONOMIQUES CONSEIL SUPERIEUR DES PROFESSIONS ECONOMIQUES North Gate III - 5 ème étage 16 Bld Roi Albert II - 1000 Bruxelles Tél.02206.48.71 Fax 02201.66.19 E-mail : CSPEHREB@skynet.be Avis du 21 février 2002 portant

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés*

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* L article 36.4 du Code de déontologie des comptables professionnels agréés, entré en

Plus en détail

ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-12-04 REMPLACE : 2014-03-06 APPROUVÉE PAR : CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉE LE : 2014-12-04

ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-12-04 REMPLACE : 2014-03-06 APPROUVÉE PAR : CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉE LE : 2014-12-04 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-12-04 REMPLACE : 2014-03-06 APPROUVÉE PAR : CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉE LE : 2014-12-04 PAGE : 1 DE : 9 POLITIQUE SUR LES VOYAGES ET LES ACTIVITÉS D ACCUEIL DU CONSEIL D

Plus en détail

Circulaire. Champ d'application. Chapitre I (Introduction des dossiers de demande d aide)

Circulaire. Champ d'application. Chapitre I (Introduction des dossiers de demande d aide) Luxembourg, le 16 décembre 2008 Circulaire concernant les critères à observer lors de l'introduction d'une demande d'aide dans le cadre du Titre II, chapitre 7 de la loi du 18 avril 2008 concernant le

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE DE BELGIQUE

ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE DE BELGIQUE ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE DE BELGIQUE Établissement public fondé en 1841 Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Recommandations de l Académie royale de Médecine de Belgique pour garantir une formation

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

Circulaire 2014 12 POLITIQUE PRÉVENTIVE EN MATIÈRE D ALCOOL ET DE DROGUES

Circulaire 2014 12 POLITIQUE PRÉVENTIVE EN MATIÈRE D ALCOOL ET DE DROGUES Politique préventive en matière d'alcool et de drogues dans l'entreprise PRINCIPE Les travailleurs ou intérimaires qui consomment ou se trouvent sous l influence de «l alcool ou de drogues» sur le lieu

Plus en détail

Observations du Groupe France Télécom à la consultation sur le

Observations du Groupe France Télécom à la consultation sur le Observations du Groupe France Télécom à la consultation sur le Livre Blanc de la Commission européenne sur les actions en dommages et intérêts pour infraction aux règles communautaires sur les ententes

Plus en détail

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER.

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. NOUVEAUX STATUTS Dénomination et siège Article 1 Il est constitué une association professionnelle régie par la loi du

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

Note-réponse. Points de vue et avis. Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste

Note-réponse. Points de vue et avis. Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste Note-réponse Points de vue et avis Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste Projet de vision structurelle sur le gaz de schiste Le 18 septembre 2013,

Plus en détail

AUDITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR

AUDITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR AUDITION DE LA CONFEDERATION GENERALE DES PME SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR La Commission Européenne a rédigé un premier rapport sur «l état du marché intérieur

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : DEVP1415856A Intitulé du texte : Arrêté modifiant l arrêté du 4 octobre 2010 relatif à la prévention des risques accidentels au sein des installations

Plus en détail

1- Fin des clauses de désignation : possibilité de recommandation d un ou plusieurs organismes assureurs

1- Fin des clauses de désignation : possibilité de recommandation d un ou plusieurs organismes assureurs Paris, le 12/10/2015 AUX UNIONS DEPARTEMENTALES AUX FEDERATIONS NATIONALES Pour information aux administrateurs : - Retraite et Prévoyance - CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres du Comité exécutif de l UCR

Plus en détail

CPA A lerte info IFRS

CPA A lerte info IFRS JUILLET 2013 CPA A lerte info IFRS Contrats de location Quelles sont les incidences des modifications proposées en matière de comptabilisation des contrats de location? Le présent bulletin Alerte info

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE. Article 1 : Objet

CONVENTION DE STAGE. Article 1 : Objet CONVENTION DE STAGE Préliminaire : stages hors administrations et établissement publics de l État ne présentant pas un caractère industriel et commercial : Les signataires de la présente convention de

Plus en détail

Initiative parlementaire Suppression des signes distinctifs pour cycles

Initiative parlementaire Suppression des signes distinctifs pour cycles 08.520 Initiative parlementaire Suppression des signes distinctifs pour cycles Avant-projet et rapport explicatif de la Commission des transports et des télécommunications du Conseil des États du 4 février

Plus en détail

LE SYSTEME DE CAISSE ENREGISTREUSE DANS LE SECTEUR HORECA TITEL VAN DE CONFERENTIE

LE SYSTEME DE CAISSE ENREGISTREUSE DANS LE SECTEUR HORECA TITEL VAN DE CONFERENTIE LE SYSTEME DE CAISSE ENREGISTREUSE DANS LE SECTEUR HORECA TITEL VAN DE CONFERENTIE Voornaam & Naam van de spreker Jan De Loddere Functie van de spreker Chef d équipe P CNR SCE SPF Finances CONTENU SCE

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 30/2010 du 15 décembre 2010

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 30/2010 du 15 décembre 2010 1/6 Avis n 30/2010 du 15 décembre 2010 Objet: Projet d arrêté royal relatif aux règles de fonctionnement des jeux de hasard automatiques dont l exploitation est autorisée dans les établissements de jeux

Plus en détail

Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE. Note de politique générale

Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE. Note de politique générale Problématique de l inscription des professions libérales dans la BCE Note de politique générale le 7 juillet 2005 Eléments clés 1. Situation La loi du 16 janvier 2003 portant sur la création d une Banque-Carrefour

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Traduction. Article 1 er : Champ d application

Traduction. Article 1 er : Champ d application Loi sur la libre circulation générale des citoyens de l Union (FreizügG/EU), en date du 30 juillet 2004 (publiée au Journal officiel de la République fédérale d Allemagne BGBl. I, p. 1950, 1986), modifiée

Plus en détail

TECHNOLOGIES AVANCÉES

TECHNOLOGIES AVANCÉES Le correspondant à la protection des données à caractère personnel : un maillon important de la réforme DOCTRINE F4686 L Allemagne, nation pionnière avec la France en matière de protection de la vie privée,

Plus en détail

SOUS LA LOUPE. 1. point de départ : La loi du 14 décembre 2000 relative au temps de travail. 2. L exception : la Loi sur le travail

SOUS LA LOUPE. 1. point de départ : La loi du 14 décembre 2000 relative au temps de travail. 2. L exception : la Loi sur le travail Alors qu est en discussion au niveau européen la modification de la Directive sur le temps de travail (2003/88/CE), nous revenons dans ce Trait d Union sur le régime actuellement en vigueur chez nous dans

Plus en détail

NOUVELLES MESURES FISCALES POUR ENCOURAGER LA PHILANTHROPIE CULTURELLE

NOUVELLES MESURES FISCALES POUR ENCOURAGER LA PHILANTHROPIE CULTURELLE NOUVELLES MESURES FISCALES POUR ENCOURAGER LA PHILANTHROPIE CULTURELLE Le présent bulletin d information expose en détail les mesures fiscales qui seront mises en place pour tenir compte des recommandations

Plus en détail

VILLE DE VARENNES RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT NUMÉRO 708

VILLE DE VARENNES RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT NUMÉRO 708 VILLE DE VARENNES RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT NUMÉRO 708 PROVINCE DE QUÉBEC RÈGLEMENT NUMÉRO 708 VILLE DE VARENNES RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT AVIS DE MOTION : ADOPTION : ENTRÉE EN VIGUEUR : Numéro du règlement

Plus en détail

DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES

DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES DÉCRET PORTANT MESURES DE SIMPLIFICATION APPLICABLES AUX MARCHÉS PUBLICS Conformément aux orientations du Gouvernement en matière de simplification, le décret n 2014-1097 du 26 septembre 2014 portant mesures

Plus en détail

Loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme

Loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 44 Loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme Présentation Présenté par Madame Lucie Charlebois Ministre déléguée à la Réadaptation,

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 -------------------------------------------------

A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 ------------------------------------------------- A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 ------------------------------------------------- Favoriser la mise à l emploi de travailleurs d origine étrangère x x x 2.329-1

Plus en détail

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg 96. Loi du novembre 988 sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du mai 988 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 juin 2015 Objet : Projet de loi n 6820 portant modification: 1) de la loi du 29 mars 2013 relative à l organisation du casier et aux échanges d informations extraites du casier judiciaire

Plus en détail

Numéro du rôle : 2734. Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2734. Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2734 Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 46bis, alinéa 5, du Code des droits d enregistrement, d hypothèque et de greffe, tel qu

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

RAPPORT SUR L ACCOMPLISSEMENT DES MISSIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA GESTION ET DE LA TRANSACTION IMMOBILIERES AU COURS DE LA PERIODE 2014-2015

RAPPORT SUR L ACCOMPLISSEMENT DES MISSIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA GESTION ET DE LA TRANSACTION IMMOBILIERES AU COURS DE LA PERIODE 2014-2015 CONSEIL NATIONAL DE LA TRANSACTION ET DE LA GESTION IMMOBILIERES Paris, le 11 décembre 2015 RAPPORT SUR L ACCOMPLISSEMENT DES MISSIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA GESTION ET DE LA TRANSACTION IMMOBILIERES

Plus en détail

PRÉFECTURE DE LA REGION AQUITAINE PREFECTURE DE LA GIRONDE

PRÉFECTURE DE LA REGION AQUITAINE PREFECTURE DE LA GIRONDE PRÉFECTURE DE LA REGION AQUITAINE PREFECTURE DE LA GIRONDE Recueil des Actes Administratifs Le texte intégral, les annexes ou tableaux non inclus des actes insérés dans le présent recueil peuvent être

Plus en détail

Synthèse de la présentation de. Gemma PECK

Synthèse de la présentation de. Gemma PECK Les Rencontres FutuRIS vendredi 8 avril 2011 «La réforme de l enseignement supérieur en Angleterre» Gemma PECK Senior Policy Advisor Department for Business, Innovation and Skills Synthèse de la présentation

Plus en détail

Modernisation du régime juridique français de la titrisation

Modernisation du régime juridique français de la titrisation Modernisation du régime juridique français de la titrisation Au cours des derniers mois, une importante réforme du régime juridique français en matière de titrisation a été entreprise, dans le prolongement

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

Note d orientation 7 sur la transparence des contrats

Note d orientation 7 sur la transparence des contrats Cette note est diffusée par le Secrétariat international de l'itie pour donner des conseils aux pays mettant en œuvre l'itie sur les moyens de satisfaire aux Exigences de la Norme ITIE. Le lecteur est

Plus en détail

N 94-09 DU 26/5/94 PORTANT PRESERVATION DE L'EMPLOI ET PROTECTION DES SALARIES SUSCEPTIBLES DE PERDRE DE FAÇON INVOLONTAIRE LEUR EMPLOI

N 94-09 DU 26/5/94 PORTANT PRESERVATION DE L'EMPLOI ET PROTECTION DES SALARIES SUSCEPTIBLES DE PERDRE DE FAÇON INVOLONTAIRE LEUR EMPLOI Page 1 sur 7 DÉCRET LÉGISLATIF L N 94-09 DU 26/5/94 PORTANT PRESERVATION DE L'EMPLOI ET PROTECTION DES SALARIES SUSCEPTIBLES DE PERDRE DE FAÇON INVOLONTAIRE LEUR EMPLOI CHAPITRE I OBJET ET CHAMP D'APPLICATION

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F Pol. PME - Titres-repas A04 Bruxelles, le 22.10.2009 MH/AB/JP A V I S sur UN PROJET D ARRETE ROYAL ET UN PROJET D'ARRETE MINISTERIEL VISANT A PERMETTRE L'UTILISATION

Plus en détail

RÈGLEMENT ÉTABLISSANT UN PROGRAMME D AIDE SOUS FORME DE CRÉDIT DE TAXES POUR CERTAINES ENTREPRISES

RÈGLEMENT ÉTABLISSANT UN PROGRAMME D AIDE SOUS FORME DE CRÉDIT DE TAXES POUR CERTAINES ENTREPRISES PROVINCE DE QUÉBEC VILLE D ALMA RÈGLEMENT 262-2015 RÈGLEMENT ÉTABLISSANT UN PROGRAMME D AIDE SOUS FORME DE CRÉDIT DE TAXES POUR CERTAINES ENTREPRISES CONSIDÉRANT QUE la Ville d Alma désire stimuler le

Plus en détail

PREFECTURE DE LA CHARENTE

PREFECTURE DE LA CHARENTE PREFECTURE DE LA CHARENTE ARRETE fixant les heures d ouverture et de fermeture des débits de boissons, restaurants et établissements divers servant des boissons alcoolisées, permanents et temporaires LE

Plus en détail

- Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail

- Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail - Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail Le renforcement de l interdiction de fumer répond à une problématique de santé publique, mais concerne aussi les questions de santé

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC-450 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un avant-projet de loi modifiant le Code civil en ce qui concerne les sûretés réelles mobilières. Bruxelles, le 30 avril 2012 RESUME Le Conseil a examiné attentivement

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1585 du 23 décembre 2014 portant statut particulier des sages-femmes

Plus en détail

VILLE DE BRUXELLES PROJET DE PLAN PARTICULIER D AFFECTATION DU SOL 60/41 BELLIARD/ETTERBEEK. (dérogation au PRAS)

VILLE DE BRUXELLES PROJET DE PLAN PARTICULIER D AFFECTATION DU SOL 60/41 BELLIARD/ETTERBEEK. (dérogation au PRAS) BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK GEWEST DE GEWESTELIJKE ONTWIKKELINGSCOMMISSIE Doc 15075-1935AD REGION DE BRUXELLES-CAPITALE LA COMMISSION REGIONALE DE DEVELOPPEMENT - VILLE DE BRUXELLES PROJET DE PLAN PARTICULIER

Plus en détail

Objectif 2014. Introduction

Objectif 2014. Introduction Objectif 2014 Introduction Le nouveau gouvernement luxembourgeois, issu des élections du 7 juin 2009, se voit confronté à de nombreux défis, en partie aggravés par la crise économique actuelle. L Association

Plus en détail

La loi sur le handicap a dix ans : bilan et perspectives

La loi sur le handicap a dix ans : bilan et perspectives La loi sur le handicap a dix ans : bilan et perspectives L ACTION DU DÉFENSEUR DES DROITS EN MATIÈRE DE HANDICAP CE QUE DIT LA LOI La loi a été promulguée le 11 février 2005. Fondé sur les principes généraux

Plus en détail

ASSOCIATION DE LA VILLE ET

ASSOCIATION DE LA VILLE ET Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Section CPAS Vereniging van de Stad en de Gemeenten van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest Afdeling OCMW AFDELING OCMW'S Nos réf.

Plus en détail

LOI N 88-025 DU 29 DECEMBRE 1988 PORTANT MODIFICATION DE LA LOI N 82-026 RELATIVE AUX CONDITIONS D'ENTREE ET DE SEJOUR DES ETRANGERS AUX COMORES

LOI N 88-025 DU 29 DECEMBRE 1988 PORTANT MODIFICATION DE LA LOI N 82-026 RELATIVE AUX CONDITIONS D'ENTREE ET DE SEJOUR DES ETRANGERS AUX COMORES http://www.comores-droit.com LOI N 88-025 DU 29 DECEMBRE 1988 PORTANT MODIFICATION DE LA LOI N 82-026 RELATIVE AUX CONDITIONS D'ENTREE ET DE SEJOUR DES ETRANGERS AUX COMORES Art. 1er. Sous réserve des

Plus en détail

AVIS. Emis par le Conseil d Administration du 1 er juin 2015

AVIS. Emis par le Conseil d Administration du 1 er juin 2015 AVIS Avant-projet d arrêté 2015/641 du Collège de la Commission communautaire française relatif au contrat d alternance et au plan de formation y afférent, tels que prévus en vertu de l accord de coopération-cadre

Plus en détail

Secteur Horeca : TVA obligations à partir du 1er janvier 2010

Secteur Horeca : TVA obligations à partir du 1er janvier 2010 Secteur Horeca : TVA obligations à partir du 1er janvier 2010 I. Introduction 1. Suite à la baisse de taux de 21% à 12% pour les prestations de restaurant et de restauration (à l exclusion de la fourniture

Plus en détail

VERSION ADMINISTRATIVE

VERSION ADMINISTRATIVE VERSION ADMINISTRATIVE RÈGLES CONCERNANT LA RÉMUNÉRATION ET LES AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DES TITULAIRES D UN EMPLOI SUPÉRIEUR À TEMPS PLEIN (Décret no 450-2007 du 20 juin 2007 modifié par les décrets

Plus en détail

Etude d impact du Projet de Loi «Croissance et Activité» Argumentaire

Etude d impact du Projet de Loi «Croissance et Activité» Argumentaire Etude d impact du Projet de Loi «Croissance et Activité» Argumentaire Sommaire Introduction 3 Un impact variable suivant la nature de la mesure 4 Prises séparément des mesures qui ne sont pas sans impact

Plus en détail

Numéro du rôle : 4024. Arrêt n 42/2007 du 15 mars 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4024. Arrêt n 42/2007 du 15 mars 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4024 Arrêt n 42/2007 du 15 mars 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 102 de la loi du 23 décembre 2005 relative au pacte de solidarité entre les générations,

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) Introduction et fondement juridique Le 15 novembre 2012, la Banque centrale

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

DOCUMENT DE PARTICIPATION

DOCUMENT DE PARTICIPATION DOCUMENT DE PARTICIPATION Angleterre-Paris 2015 CONTRAT DU PARTICIPANT Ce contrat souligne votre rôle et vos responsabilités à titre de participant ou de participante à un voyage scolaire en Angleterre-Paris

Plus en détail

RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE

RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE Article 1er But Dans le but de surveiller l application des CCT qui adhérent au système de «Carte professionnelle», notamment le respect des conditions

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015 REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015 Article 1 : OBJET Le présent règlement est établi conformément aux dispositions des articles du Code du Travail relatifs

Plus en détail

Le Préfet de la Charente-Maritime Chevalier de la légion d honneur Chevalier de l ordre national du mérite

Le Préfet de la Charente-Maritime Chevalier de la légion d honneur Chevalier de l ordre national du mérite Arrêté n 07-1679 du 22 mai 2007 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES DE LA CHARENTE-MARITIME relatif à la lutte contre le bruit Santé-Environnement Le Préfet de la Charente-Maritime

Plus en détail