ACCORD GOUVERNEMENTAL MICHEL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACCORD GOUVERNEMENTAL MICHEL"

Transcription

1 ACCORD GOUVERNEMENTAL MICHEL SERVICE D ÉTUDE / SE R VICE SECURITÉ SOCIALE INTRODUCTION Le gouvernement Michel est constitué. L accord gouvernemental présenté ce jeudi 9 octobre a été Dans cette note, nous esquissons une image globale des mesures qu il contient. Avant que vous ne commenciez à lire, nous souhaitons faire quelques remarques préliminaires : - Quoique chaque chapitre d un accord gouvernemental est important et a des a des conséquences sur les politiques menées, nous ne pouvons analyser in extenso chacune des mesures. L accent est d abord mis sur les chapitres 1, 2, 3 et 4. Quelques rubriques intéressantes des chapitres 5 à 10 sont rapidement passées en revue ; - Un accord gouvernemental fixe les lignes de force d une action politique. Par conséquent, il ne contient pas les données chiffrées nous permettant de procéder à des analyses concrètes. Là, où cela nous a semblé utile, nous avons placé des [ ] pour procéder à quelques remarques qui sont à considérer avec précaution. 1 1 Vu la technicité des différents régimes de crédit-temps et de RCC, nous ajoutons la réglementation actuelle, pour mieux permettre de comparer. 1

2 1. Emploi et compétitivité L ambition de ce gouvernement est de renforcer la compétitivité et de créer de l emploi. Plus spécifiquement, le gouvernement vise, d ici la fin de la législature, un taux d emploi de 73,2 %, comme fixé dans le Programme National de Réforme, en exécution de la stratégie UE La réalisation de cet objectif passera par la suppression du handicap salarial et par la réforme du marché du travail et des pensions. Dans l introduction, le gouvernement consacre beaucoup de place à la concertation sociale. Il a l intention de sécuriser les négociations interprofessionnelles et confirme que la concertation sociale continuera à former un socle solide et créatif, nécessaire pour pouvoir réaliser les réformes qui s imposent. Cette concertation garantit la stabilité et la légitimité desdites réformes. Le gouvernement souligne les responsabilités mutuelles des différents intervenants. Plus concrètement, il souhaite conclure un macroaccord socio-économique au moyen d une négociation structurelle avec le groupe de 10. Le gouvernement s engage à respecter pleinement les conventions tripartites conclues dans ce cadre Stratégie commune pour l emploi Le gouvernement entend placer la création d emplois au cœur de ses priorités. En vue de diminuer le taux de chômage, le gouvernement définira, en concertation avec les partenaires sociaux, une stratégie commune pour l emploi dont l objectif premier sera de relancer l économie en renforçant la compétitivité des entreprises, et en soutenant la demande intérieure et le pouvoir d achat. Le gouvernement a l intention de gommer, avant la fin de la législature, le handicap salarial belge qui existe depuis 1996 et ensuite de le surveiller. Il compte atteindre ce but par une diminution importante des charges fiscales et sociales sur le travail. Le travail doit être mieux récompensé, en d autres termes : le salaire net du travailleur doit être majoré. Il faut en même temps supprimer les pièges à l emploi. Ceci sera réalisé par une hausse du pouvoir d achat des travailleurs et par une baisse de la fiscalité sur le travail. Une autre finalité de ce gouvernement est d augmenter l âge moyen effectif de fin de carrière et de mener une politique d emploi active. De plus, la mobilité géographique et professionnelle sera fortement encouragée. Pour ce faire et pour que le travail soit effectivement récompensé, il s attellera à une vaste réforme des carrières. Concrètement, cette stratégie commune pour l emploi sera axée sur les thèmes suivants : réduction des charges, apprentissage tout au long de la vie, expérience professionnelle, chômage des jeunes, carrières plus longues et variées et groupes à risques. Elle vise également à offrir, aux entreprises et aux travailleurs, plus de souplesse dans l organisation du travail (voir 1.4 pour plus d explications). En collaboration 2

3 avec les gouvernements régionaux, le gouvernement souhaite introduire la mesure de relance «d aide spécifiques aux zones franches» le plus vite possible. Dans le cadre de cette stratégie commune pour l emploi, le gouvernement entend moderniser les objectifs de formation existants (qui prévoient actuellement que 1,9 % de la masse salariale soit consacré à la formation) pour arriver à une augmentation effective et contraignante des efforts de formation. La formulation d un nouvel objectif visera à stimuler la formation dans les entreprises. Le gouvernement compte sur la responsabilité partagée et renforcée des travailleurs et des employeurs. A cette fin, il examinera si les efforts de formation seront intégrés dans un compte carrière (voir 1.4) pour chaque travailleur. Outre ces des efforts de formation, le gouvernement compte renforcer les mesures favorables au secteur de la recherche et du développement, en stimulant la créativité, en appuyant le développement de processus industriels efficaces. Dans ce cadre, il étudiera notamment l opportunité d un renforcement de la dispense de versement de précompte professionnel pour les chercheurs. Un autre objectif du nouveau gouvernement est d évaluer l impact de la dégressivité renforcée et de la limitation des allocations d insertion dans le temps. Après analyse, des mesures supplémentaires peuvent être envisagées. Enfin, le gouvernement prépare un cadre technique pour assurer la mise en œuvre de la réforme de l'etat dans le domaine de la politique du marché du travail. Il sera soumis préalablement aux Régions Réduire le handicap du coût salarial La Belgique aurait, tant selon le rapport technique annuel du CCE que selon celui établi par le groupe d experts «Compétitivité et Emploi» (juillet 2013), perdu en compétitivité vis-à-vis des trois pays de référence. Cela constitue un frein à la création d emplois, en particulier dans les secteurs industriels à forte intensité de main d œuvre. C est la raison pour laquelle le gouvernement s engage à résorber complètement, avant la fin de la législature, au moins le handicap salarial mesuré depuis 1996 avec les pays voisins. L objectif est de démarrer le plus rapidement possible en instaurant, dès 2015 et 2016, les mesures suivantes: 3

4 Un saut d index en [Pas de détails. Il est probable que pour la fonction publique et pour certains secteurs utilisant le même mécanisme, lorsque l'indice pivot sera dépassé, les salaires ne sont pas indexés. Pour les secteurs où les salaires sont indexés sur une base périodique (par exemple par trimestre ou par an) il n y aura probablement pas d indexation aussi longtemps que les 2 % d augmentation salariale ne sont pas atteints.] L avancement de la réduction des charges prévue dans le pacte de compétitivité. [Pas davantage de détails non plus. Celui-ci prévoyait une réduction des charges sociales de chaque fois 450 millions en 2015, 2017 et Cela signifie que le rythme de l octroi des réductions sera accéléré mais sans que l accord n en prévoie le timing] Une période supplémentaire de modération salariale en (ou tant que la compétitivité n est pas restaurée). [Ici, pas davantage d explications non plus, mais il s agira probablement d une norme salariale de 0 % pour la période , déjà déterminée avant même le début de la négociation du prochain accord interprofessionnel.] Bien que le mécanisme de l indexation automatique des salaires ne soit pas remis en cause, le gouvernement signale qu il pourra éventuellement être davantage revu. Or, suite à des réformes déjà réalisées, l évolution de l indice est déjà au ralenti. En vue de réduire effectivement les charges salariales, la loi du 26 juillet 1996 sera adaptée d une part et des mesures seront prises à cet effet, d autre part Révision de la loi de 1996 La loi du 26 juillet 1996 relative à la promotion de l'emploi et à la sauvegarde préventive de la compétitivité subira donc différentes modifications. Elle détermine notamment que les partenaires sociaux doivent définir tous les deux ans une marge maximale pour l évolution des coûts salariaux par le biais d un accord interprofessionnel. Voici, un aperçu des adaptations : Le handicap salarial devra se réduire à chaque AIP avec l objectif de le résorber avant la fin de la législature. Les partenaires sociaux devront pour cela tenir compte des prévisions de l évolution pour les deux années à venir, mais aussi de l évolution au cours des deux années écoulées. Actuellement, pour fixer la norme salariale, seules les prévisions dans les trois pays de référence sont prises en considération, et cela pour les 2 ans à venir. 4

5 Les subventions salariales prises en compte pour mesurer le handicap salarial sont définies par un arrêté royal. [Actuellement elles ne sont pas prises en considération, alors qu elles représentent 6,5 milliards d euros ou 3,35 % des charges sociales.] La norme salariale fera l objet d une CCT en cas d accord des partenaires sociaux. Sinon, elle sera fixée par arrêté royal délibéré en Conseil des Ministres. Les dispositions de l article 9 de la loi seront rendues plus strictes. Il s agit des sanctions appliquées en cas de non-respect de la norme par les employeurs. Le gouvernement va instaurer un mécanisme de correction automatique des dépassements constatés. Les entreprises publiques (Bpost, Belgacom, ) tomberont désormais sous le champ d application de la loi de Réduire les charges Le gouvernement a l intention d amplifier les réductions de charges patronales déjà décidés dans le pacte de compétitivité. L objectif principal est de réduire les cotisations patronales et de les diminuer de 33 % à 25 %, un objectif qui sera légalement fixé de sorte à ce qu aucun employeur n y perde. Les tarifs existants sous 25% (bas salaires, 5 premiers emplois ) sont maintenus. Etant donné que les mesures et les budgets pour les diminutions structurelles des bas salaires seront préservés, un budget va aussi être affecté à la réduction structurelle des hauts salaires. Mais celui-là contribuera à la baisse du taux de base et ce de manière à ce que le tarif effectif pour les bas salaires n augmente pas en tout cas par rapport à la situation actuelle, y compris les mesures du pacte de compétitivité. Donc, les budgets bas salaires ne diminueront pas, même pas lorsque des mesures dans le cadre du pacte de compétitivité seront prises. Le gouvernement compte maintenir le principe du renforcement de la dispense de précompte professionnel en faveur du travail en équipe et/ou de nuit, décidé dans le cadre du pacte de compétitivité. Par ailleurs, la dispense générale de versement du précompte professionnelle de 1% dont bénéficient les employeurs sera convertie en une réduction supplémentaire du taux de base des cotisations patronales. 5

6 Afin de stimuler la création d emplois dans les PME, le gouvernement renforcera et simplifiera l exonération de charges pour les trois premiers emplois. L objectif de cette réduction du taux de base des cotisations patronales, est de renforcer la compétitivité des entreprises et l attractivité de la Belgique auprès des investisseurs étrangers. Il sera veillé à ce que les réductions de charges contribuent effectivement à la baisse prévue du coût salarial total. Enfin, le gouvernement reconnaît que la compétitivité des entreprises ne dépend pas seulement des coûts de main-d'œuvre, mais aussi d autres éléments tels que les coûts de l'énergie. [Remarque: à l heure actuelle, aucun détail budgétaire n accompagne les mesures précitées, ni en ce qui concerne le coût des réductions de charges, ni au niveau de leur financement] 1.3. Lutte contre les pièges à l emploi Afin de supprimer les pièges à l emploi, le gouvernement veut majorer le salaire-poche du travailleur, par une diminution des charges fiscales et sociales prélevées sur sa rémunération brute. Le but est de soutenir la consommation et de creuser l écart entre les revenus de remplacement et les revenus du travail les plus faibles Moderniser le marché du travail / Carrières Ce sous-chapitre concerne la modernisation du marché du travail. Dans cette partie, il est à chaque fois question de prendre l avis des partenaires sociaux. La simplification et la modernisation de la réglementation sera poursuivie après avis des partenaires sociaux. Cela vise, entre autres, l annualisation du temps de travail, les heures supplémentaires, le travail à temps partiel et les horaires flottants.. Après avis des partenaires sociaux, le gouvernement entend introduire un nouveau modèle de carrière qui tient compte des éléments suivants: Plus de souplesse dans l organisation du travail pour l employeur; Prise en compte des mesures adoptées dans le cadre de la nouvelle réforme des pensions ; Meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, pour le travailleur ; Rémunération plus en rapport avec les compétences et la productivité des travailleurs ; 6

7 Place importante accordée à la formation continuée ainsi qu aux stages pendant et après la formation scolaire (dans le respect des compétences des entités fédérées) ; Révision et mise en œuvre progressive des barèmes de rémunération (l accent sera moins mis sur l âge ou l ancienneté mais plus sur les compétences et la productivité). Cet exercice sera en outre lié à une diminution du nombre de CP. Le gouvernement fera, après avis des partenaires sociaux, des propositions visant à : Davantage de souplesse dans l étalement du travail Mettre en place un «compte carrière». Le principe peut être synthétisé comme suit : les travailleurs pourront accumuler du temps et/ou une rémunération. Ils pourront ensuite utiliser cette rémunération pour interrompre temporairement leur carrière, en complément de l allocation de chômage ou pension légale ; dans ce compte carrière différents régimes de congé pourront être intégrés (crédit-temps, interruption de carrière ) Révision de la CCT [n 85] sur le télétravail Poursuite de l harmonisation des statuts O/E, à accomplir dans un délai strict, compte tenu de l impact financier pour l ensemble des acteurs concernés. Les thèmes suivants sont littéralement cités : salaire garanti, vacances annuelles, chômage temporaire et droit collectif du travail. [Les CP sont à nouveau visées : il est question de réduire leur nombre et de moderniser la concertation sectorielle, compte tenu du statut unique et des secteurs économiques du 21ième siècle.] Dans ce cadre et sur proposition du Gouvernement, le rôle des Fonds de sécurité d existence sera réexaminé du point de vue du renforcement de la transparence et concernant la perception des contributions obligatoires. Le gouvernement proposera aux partenaires sociaux d évaluer la réforme des délais de préavis et la suppression de la période d essai afin d éviter des freins à l embauche. Pour les travailleurs dont le préavis a été notifié, introduction du principe de l inscription obligatoire dans le mois suivant le début du préavis comme demandeur d emploi auprès des services compétents. Cette inscription est une condition pour pouvoir bénéficier des allocations de chômage. 7

8 Examen des modalités relatives à la conversion du crédit de 50 jours de travail d étudiant (coût réduit pour les entreprises) en heures sans porter atteinte au contrôle Modernisation du statut dans le travail portuaire, en concertation avec les partenaires sociaux. [Pas dans le texte français] Adaptation du cadre juridique relatif à la fermeture d entreprises et le licenciement collectif, en vue de procédures plus courtes pour offrir une clarté plus rapide. Dans le cas d une restructuration, un conciliateur social peut conclure la première phase Crédit-temps et interruption de carrière Harmonisation Un inventaire sera dressé des différences entre le crédit temps et l interruption de carrière des secteurs privé, public et non marchand. L objectif est d harmoniser progressivement avant le 1 er janvier 2020 les différents régimes selon un calendrier établi. Crédit-temps non-motivé Le crédit-temps non-motivé ne donnera plus droit aux allocations de l ONEM et ne sera plus comptabilisé pour le calcul de la pension. [date : ou non connue?] Crédit-temps motivé Le crédit-temps et les congés thématiques motivés restent maintenus à l identique. Les conditions de travail et les motivations seront contrôlées plus sévèrement. Extension de 12 mois du CT avec motif (36 ou 48 mois actuellement) et assimilation pour la pension de toute la période pour les motifs suivants : Pour s occuper de son enfant jusqu à l âge de 8 ans (actuellement 36 mois) Pour administrer des soins palliatifs (actuellement 36 mois) Pour aider ou soigner un membre du ménage ou de la famille, atteint d une maladie ou d un handicap grave (actuellement 36 mois pour des soins à un membre du ménage ou de la famille 8

9 jusqu au deuxième degré et qui est gravement malade ; 48 mois pour son enfant handicapé ; 48 mois pour son enfant mineur ou un enfant mineur considéré comme membre du ménage et qui est gravement malade) [Les crédits-temps avec motif de formation n ont pas été prolongés de 12 mois] Emplois de fin de carrière Les emplois de fin de carrière spécifiques entre 50 et 54 ans disparaissent. Les crédit-temps de fin de carrière qui sont maintenant possibles à partir de 55 ans verront leur âge d accès passer à 60 ans pour les demandes faites à partir du 1 e janvier [Date de suppression : 1/1/2015 ou non connue?] [Pour info: les systèmes existant à partir de 50 ans et qui devraient disparaître suite à l accord de gouvernement] Crédit-temps ½ temps : Métier lourd ET en pénurie Métier lourd : travail en équipes successives, travail en services interrompus et travail de nuit en équipes. Métier lourd pendant au moins 5 ans dans les 10 années qui précèdent ou pendant au moins 7 années dans les 15 ans qui précèdent. Métier en pénurie : infirmière et personnel soignant dans hôpitaux, maisons de repos et de soins, métiers repris sur une liste 25 années de passé professionnel comme salarié. Crédit-temps 4/5 : Métier lourd OU longue carrière de 28 ans Métier lourd pendant au moins 5 années dans les 10 années qui précèdent ou pendant au moins 7 années dans les 15 années qui précèdent et 25 ans de carrière. Ou carrière de 28 années si CCT de secteur. 9

10 Crédit-temps 4/5 et ½ temps : Entreprises en difficulté et en restructuration Date de prise de cours du CT se situe pendant une période de reconnaissance de l entreprise comme entreprise en difficulté ou en restructuration. La demande doit s inscrire dans le cadre d une reconnaissance auprès du Ministre de l Emploi et doit permettre d éviter des licenciements. La demande de reconnaissance doit permettre de réduire le nombre de travailleurs qui passent en RCC. Le ou la ministre a explicitement précisé, dans sa décision de reconnaissance que ces conditions sont remplies 1.6. Fin de carrière [L accord du gouvernement laisse place à l interprétation. Tous les systèmes de RCC n ont pas été traités dans l accord du gouvernement. Il s agit d un aperçu des régimes qui sont maintenus ou non] CAO 17 (régime général) [Ce régime est visé par l accord de gouvernement]. Maintien des anciennes règles actuelles pour les travailleurs qui reçoivent leur préavis au plus tard le [En 2015, le RCC 58/38 longue carrière disparaît suite à la réforme du Gouvernement Di Rupo] CCT 17 et longue carrière Année Hommes Femmes /37 60/30 58/33 60/ /37 60/30 58/33 60/ /38 60/35 58/35 60/ /38 60/35 58/35 60/ /38 60/35 58/38 60/ /40 62/40 60/31 62/ /40 62/40 60/32 62/ /40 62/40 60/33 62/ /40 62/40 60/34 62/ /40 62/40 60/35 62/ /40 62/40 60/36 62/ /40 62/40 60/37 62/ /40 62/40 60/38 62/ /40 62/40 60/39 62/ /40 62/40 60/40 62/40 En bleu, les nouvelles conditions d âge et de carrière telles que reprises dans l accord de gouvernement. 10

11 Système de cliquet Rien n est encore précisé Actuellement possible uniquement pour les RCC CCT 17 et longues carrières RCC 58/35 métiers lourds [N est pas mentionné dans le texte de gouvernement. Est-ce que le régime sera maintenu en l état?] Règles actuelles : N a pas été touché par les réformes Di Rupo ; Il faut une CCT sectorielle ou d entreprise ; Métiers Lourds : équipes successives, services interrompus, travail en équipes de nuit ; 7 ans de ML dans les 15 ans qui précèdent la demande ou 5 ans dans les 10 ans qui précèdent la demande ; 58 ans seront atteints au plus tard à la fin du contrat et pendant la CCT ; Les 35 années de carrière seront atteints à la fin du contrat peu importe que la CCT n est plus applicable ; Délai de préavis peut expirer après la période de validité de la CCT ; Personnel navigant peut être considéré comme travailleur de nuit dans le cadre de ce RCC ; Exemple [dans l hypothèse où l accord de gouvernement ne touche pas à ce système]: CCT du au n est pas prolongée. Un préavis court du au Pour avoir droit au RCC le travailleur doit avoir atteint l âge de 58 ans au plus tard le (période de validité de la CCT). Les 35 ans peuvent être atteints au plus tard le Si la CCT est prolongée, le travailleur doit atteindre l âge de 58 ans au plus tard le si la prolongation est faite aux mêmes conditions d âge RCC 58/35 problèmes médicaux (CCT 105 CNT ) [Pas mentionné dans le texte du gouvernement. Le régime actuel serait-il maintenu en l état?] Règles actuelles : N a pas été touché par les réformes Di Rupo ; Une CCT du CNT doit régir ce régime ; CCT 105 du CNT du 28 mars 2013 ( au ) ; 11

12 Reconductible après une évaluation à la Commission des métiers lourds au sein du CNT ; Aucune CCT de secteur ou d entreprise n est requise ; 58 ans seront atteints au plus tard à la fin du contrat et pendant la CCT (entre et ) ; Les 35 années de carrière seront atteints à la fin du contrat peu importe que la CCT n est plus applicable ; Délai de préavis peut expirer > ; Statut de travailleurs moins valides, ou ayant des problèmes physiques graves. 57/ 38 Prolongation ancien régime ( ) [Pas mentionné dans le texte du gouvernement. RCC plus possible après le ] Règles actuelles : 58 ans ou plus au moment de la fin du contrat et carrière de 38 années CCT déposée au plus tard restée en vigueur sans interruption jusqu au 31 décembre 2007 ; CCT doit être déposée six mois au plus tard après la date de son entrée en vigueur. Prolongation possible jusqu au maximum. RCC 56/33 construction et nuit (CCT ) [Visé dans le texte du gouvernement] Règles actuelles (d application jusqu au ) N a pas été touché par le Gouvernement Di Rupo ; CCT du CNT doit régir ce régime ou AIP ; CCT 106 du CNT du 28 mars 2013 ( ) ; Il faut une CCT de secteur ; 56 ans (ou plus dans le cadre d une CCT du secteur de la construction) au cours de la période du au [d après l accord de gouvernement la condition d âge passera à 58 ans à partir du et à 60 ans à partir du 1 er janvier 2017]; 33 ans de carrière (ou plus aux termes d une CCT conclue dans le secteur de la construction) au moment de la fin du contrat de travail : soit au moins 20 ans dans un régime de travail de nuit. soit CP 124 de la construction avec attestation médicale d incapacité à poursuivre. Délai de préavis peut expirer > 31 décembre

13 Régime supplétif pour les 56 ans avec 20 ans de travail de nuit sur une carrière de 33 ans ; branche d activité qui ne relève d aucune CP ou CP qui ne fonctionne pas ; acte d adhésion Modifications apportées par l accord de gouvernement Année Régime 56/ actuel Réforme 56/33 58/33 58/33 60/33 56/33 si préavis < RCC 56/40 ( ) dit très longue carrière [Visé par le texte du gouvernement] Règles actuelles : Une CCT du CNT doit régir ce régime ; Du au régi par la loi du 12 avril 2011 (article 47) ; Aucune CCT sectorielle ou d entreprise nécessaire ; 56 ans ou plus entre le et [d après l accord de gouvernement la condition d âge passera à 58 ans à partir du et à 60 ans à partir du 1er janvier 2017]. 40 ans au moins comme salarié à la fin du contrat ; Délai de préavis peut expirer > Année Régime actuel 56/ Réforme 56/40 58/40 58/40 60/40 56/40 si préavis <

14 Entreprises en difficulté et restructuration [Visé par le texte du gouvernement] Les règles avaient été rendues plus strictes sous Di Rupo RCC entreprises en difficultés RCC entreprises en restructuration Régime actuel si le début de la période de la reconnaissance ministérielle est : > pour entreprise en difficulté ; > pour entreprise en restructuration Réforme partir 2017 à de 52 ans en ans et 6 mois en 2013 ; 53 ans en 2014 ; 53 ans et 6 mois en 2015 ; 54 ans en 2016 ; 54 ans et 6 mois en 2017 ; 55 ans en ans sauf travailleurs 55 ans en 2013 Entre 2013 et 2017, si licenciement collectif = 20% + touche tous les travailleurs d une UTE ou d une division de l entreprise existant depuis 2 ans au moins au jour de l annonce du LC : règle entreprises en difficulté licenciés au plus tard le (règles actuelles) 1.7. Encourager la participation au marché du public (Service chomâge) Le gouvernement poursuivra la dégressivité renforcée des allocations de chômage, mise en place sous le gouvernement précédent. La définition de l «emploi convenable» sera adaptée afin de tenir compte davantage des compétences du demandeur d emploi et elle sera après évaluation revue pour encourager la mobilité du travail. Un cadre pour la mise en place d un service à la collectivité pour les chômeurs de longue durée sera élaboré. Celui-ci sera exécuté par un accord de coopération avec les Régions. Ce cadre doit répondre aux conditions suivantes : Le service à la collectivité est de deux demi-journées par semaine L exercice du service à la collectivité ne doit pas réduire la disponibilité pour le marché du travail 14

15 Le service à la collectivité doit être intégré dans un trajet vers l emploi Les Régions reçoivent la possibilité de suspendre les chômeurs de longue durée qui refusent une offre de service à la collectivité L AGR pour les travailleurs à temps partiel est calculée à nouveau comme avant Après 2 ans de travail à temps partiel avec complément AGR, ce complément sera réduit à 50 %. On évaluera dans quelle mesure cette disposition encourage le passage vers un emploi à temps plein ou le retour vers le chômage complet. Le gouvernement adaptera la réglementation du chômage concernant les demandeurs d emploi, qui : après plus de deux ans de chômage effectuent des prestations au service de la collectivité tout en conservant leur droit aux allocations de chômage ; suivent une formation dans un métier en pénurie ou accomplissent un stage en entreprise. Le droit aux allocations d insertion sera ouvert après obtention du diplôme ou du certificat correspondant au niveau d études requis actuellement pour être admis. Cette condition est levée lorsque le demandeur d allocations a atteint l âge de 21 ans. L âge maximum pour introduire une demande d allocations d insertion est réduit à 25 ans. La disponibilité active et passive des chômeurs pour un emploi sera étendue à 65 ans. Le complément d ancienneté pour les chômeurs âgés sera supprimé pour les nouveaux entrants à partir du 1 er janvier Le gouvernement se concertera avec les entités fédérées afin que la réglementation du chômage soutienne au mieux les politiques régionales d emploi. [Les mesures censées encourager la participation au marché du travail sont trop vagues pour que nous puissions en calculer l effet précis. Il paraît directement évident que les mesures qui accentueront le démantèlement des droits et renforceront les obligations des chômeurs toucheront principalement les jeunes et les chômeurs âgés. 1) Poursuite de la dégressivité du montant des allocations L accentuation de la dégressivité des allocations introduite par le gouvernement précédent va se poursuivre sous la présente législature. Depuis novembre 2012, les règles de diminution progressive du montant des allocations (dégressivité) ont été considérablement élargies et aggravées, en fonction de la durée du chômage et du passe professionnel. Cela vaut non seulement pour les cohabitants, mais aussi pour les chefs de ménage et les isolés. Le gouvernement va poursuivre cette politique d accentuation de la dégressivité. Il n y aura toutefois pas de limitation du droit aux allocations de chômage dans le temps. 2) Adaptation de la notion d emploi convenable 15

16 Refuser un emploi ou quitter son emploi est punissable si l emploi est considéré comme «convenable. L accord gouvernemental prévoit que la définition de la notion d emploi convenable sera adaptée et évaluée de sort à mieux tenir compte des compétences du demandeur d emploi. Actuellement, le caractère convenable est toujours envisagé en tenant compte des aptitudes et des compétences (aptitudes physiques et intellectuelles, expérience professionnelle, niveau d étude, etc.). À côté de cela, il existe une protection particulière en matière de qualification professionnelle : à partir de 50 ans, un emploi n est en principe convenable que s il correspond à un métier acquis ou apparenté. En dessous de 50 ans, cette protection ne s applique que pendant les 3 ou 5 premiers mois de chômage (en fonction de l âge et du passé professionnel). Ensuite, le chômeur doit accepter u emploi dans un autre métier. Cette protection ne s applique pas si les chances de trouver un emploi dans cette profession sont fort limitées selon le service régional compétent. 3) Introduction d un service à la communauté obligatoire La personne qui reste trop longtemps au chômage doit prester un service à la communauté pendant deux demi-jours par semaine, sous peine de suspension. Ce service à la communauté ne peut réduire la disponibilité pour le marché du travail et doit s inscrire dans le trajet vers le travail. Beaucoup d interrogations demeurent sans réponse. Qui est considéré comme chômeur de longue durée? Comment concilier cette obligation avec le fait que la disponibilité pour le marché du travail ne doit pas s en trouver diminuée? Comment s assurer qu il s agit bien d un emploi de qualité? De quels critères tiendra-t-on compte pour juger du caractère convenable? Quel sera le statut social des personnes concernées? Les personnes qui effectuent un service à la communauté bénéficieront-elles d un revenu supplémentaire en plus de leurs allocations? Est-ce que cela ne va pas les installer dans une situation de chômage au lieu de constituer une passerelle vers un emploi classique? Cette mesure ne risque-t-elle pas de mettre les emplois précaires sous pression? En cas de refus, la suspension sera-t-elle temporaire ou définitive? Tiendra-t-on compte de ceux qui pratiquent déjà le volontariat? Comment va-t-on organiser un accompagnement adapté des intéressés? Ne vaudrait-il pas mieux créer des circuits de travail réguliers pour rendre des services à la communauté? 4) Calcul plus défavorable de l allocation de garantie de revenus (AGR) en cas de reprise du travail à temps partiel L accord de gouvernement prévoit que l AGR sera calculée à nouveau comme avant De plus, ce complément sera diminué de 50 % après 2 années de travail à temps partiel avec complément AGR. Une personne âgée de plus de 21 ans n aura droit à l AGR qui si son salaire brut mensuel est inférieur à 1501,82. Le plafond salarial actuellement d application s élève à 1559,38. De plus, le supplément horaire forfaitaire octroyé pour les heures prestées au-delà du tiers d un temps plein sera diminué pour les cohabitants et les isolés. Ce supplément horaire 16

17 forfaitaire est actuellement le même pour toutes les catégories de composition familiale, mais était plus bas pour les cohabitants et les isolés avant Exemple : Un cohabitant a repris le travail à mi-temps et perçoit un salaire mensuel de 1000 brut. Selon le calcul d application avant juillet 2008, le supplément horaire aurait été de 1,10 alors que selon le calcul applicable à partir de juillet 2008 (et encore d application aujourd hui ce supplément se monte à 2,76 (application d un coefficient applicable à l époque). Cela correspond donc à une AGR de 256,13 (calcul selon la base d apllication avant juillet 2008) et à 379,05 selon le calcul actuel (soit une différence de 122,92) 5) Adaptation de la réglementation pour le chômeur qui après 2 ans de chômage accomplit un service à communauté, suit une formation dans un métier en pénurie ou accomplit un stage en entreprise. L accord de gouvernement ne contient pas d autres informations, mais uniquement une déclaration d intention. 6) Limitation du droit aux allocations d insertion - Limitation de l accès au droit aux allocations d insertion après les études Pour pouvoir encore bénéficier d allocations d insertion avant l âge de 21 ans, il faudra satisfaire, à partir du 1er janvier 2015, à une condition de diplôme minimum obtenu. Il faudra donc avoir réussi le niveau d étude exigé. Avoir réussi ses études n était jusqu à présent pas une condition d accès au droit. Actuellement, il suffit d avoir «terminé» certaines études ou certains apprentissages (avec ou sans obtention d un diplôme) ou avoir suivi des études dans l enseignement supérieur (en les ayant réussies ou pas) à condition que l on ait étudié auparavant pendant au moins pendant 6 ans (quel que soit le niveau). Les jeunes demandeurs d emploi peu ou pas qualifiés ne pourront donc pas accéder au système avant leurs 21 ans. Nous ne savons pas quels seront leurs droits dans les autres branches de la sécurité sociale. - Abaissement de l âge maximal à 25 ans Toute personne qui a accompli le stage d insertion professionnelle et qui a demandé des allocations avant son 25e anniversaire peut avoir droit à des allocations d insertion. Actuellement cette limite d âge est fixée à 30 ans. Les personnes hautement qualifiées et celles qui auront doublé risquent donc fort de ne plus pouvoir avoir droit aux allocations après leurs études et par là même de ne plus entrer dans les conditions pour certaines mesures d aide à l embauche. Le risque de pauvreté va augmenter et ces personnes risquent de se retrouver avec un revenu d intégration. 7) Augmentation de l âge en ce qui concerne la disponibilité des chômeurs Les chômeurs devront rester disponibles pour le marché du travail jusqu à leur 65e anniversaire. Ils devront rechercher activement un emploi et rester inscrits comme demandeur d emploi (disponibilité active). Actuellement, seuls les demandeurs d emploi en dessous de 55 ans (58 ans à partir de 2016) sont soumis au contrôle de recherche active d emploi (Dispo). De plus, les chômeurs devront accepter tout emploi convenable ou une formation sous peine de sanctions (disponibilité passive). 17

18 Actuellement, une dispense d inscription s applique aux demandeurs d emploi qui ne peuvent refuser un emploi convenable ou une formation qu à partir de 60 ans voire même à partir de 50 ans, après 1 an de chômage et 38 ans de carrière professionnelle. 8) Suppression du complément d ancienneté Un chômeur âgé peut bénéficier d un complément à ses allocations de chômage à partir de l âge de 55 ans (complément d ancienneté), après 1 an de chômage et pourvu qu il compte 20 années de carrière professionnelle. Ce complément varie suivant l âge et la situation familiale. Le complément d ancienneté sera supprimé pour les nouveaux entrants à partir du 1 er janvier Exemple : Un chômeur âgé cohabitant de 58 ans reçoit en moyenne chaque après un an de chômage des allocations de chômage d un maximum de 859,30 sans complément d ancienneté ou de maximum 1 181,44 avec complément d ancienneté (différence : 322,14/m)] 1.8. Réinsertion des personnes qui sont en incapacité de travail Réforme de l assurance incapacité de travail en vue de promouvoir la réinsertion des intéressés (on part de ce que l intéressé peut encore faire et pas de ce qu il ne peut plus faire). Mise en place un plan de réinsertion professionnelle et renforcement des possibilités de formation spécifiques en vue de favoriser une réintégration plus rapide sur le marché du travail. Au plus tard 3 mois après le début de l incapacité de travail, un plan de réinsertion sera élaboré et, lorsque cela sera jugé nécessaire, un trajet temporaire de réintégration sera également développé. Une attention prioritaire sera réservée aux possibilités (restantes) sur le marché du travail (approche multidisciplinaire, outil de communication électronique, système de responsabilisation). Des entretiens périodiques de suivi seront organisés. L ancien employeur et le service régional de l emploi seront associés à ces entretiens. Actuellement : possibilité pour des personnes en incapacité de travail d au moins 50 % de reprendre le travail à temps partiel. A l examen : étendre cette possibilité à des personnes ayant un pourcentage inférieur d incapacité de travail. Renforcer et mettre en œuvre les accords de coopération entre l INAMI et les services régionaux de l emploi afin de prévoir des possibilités de formation spécifiques et des accompagnements pour la réintégration des personnes en incapacité de travail. 18

19 Examiner la possibilité d incapacité partielle de travail. Renforcer les possibilités de réinsertion sur le marché du travail en cas d incapacité de travail. Examen de l augmentation du nombre de personnes en incapacité de travail avec des pathologies psychologiques. Développer des directives pour l évaluation de l incapacité de travail. Établir un Conseil d évaluation médicale. Les procédures concernant la reconnaissance, l évaluation, le contrôle et l activation des employés et des fonctionnaires seront harmonisées. Renforcer la procédure d octroi des allocations dans le régime des allocations INAMI et contrôler plus sévèrement et plus régulièrement. La période de salaire garanti en cas d incapacité de travail est portée à 2 mois. Les employeurs seront ainsi responsabilisés et grâce à des mesures de prévention et de travail adapté, ils auront la possibilité d éviter que les travailleurs quittent définitivement le marché du travail et restent en incapacité de travail. [En octroyant au travailleur un droit à deux mois de salaire garanti, à charge de l employeur, l'intervention de l'assurance maladie est retardée, ce qui constitue une économie de 300 millions d euros. Toutefois, la moitié de cette somme, 150 millions d euros, serait reversée aux entreprises sous forme d'une réduction des charges salariales. Selon certaines organisations patronales, cette économie coûterait beaucoup plus cher aux employeurs, du moins si le travailleur reçoit un salaire garanti égal à son salaire brut normal. Quoi qu il en soit, cette mesure influencera sans doute fortement le déroulement de la concertation sociale relative à l harmonisation des statuts O/E] 1.9. Rendre le marché du travail inclusif Objectif et mise en œuvre visés : l égalité des chances sur le marché du travail (accès à un emploi et à une rémunération liée aux compétences) pour certains groupes à risque, à savoir : Les femmes : les aider à accéder aux postes d administration et de direction Les travailleurs d origine étrangère les personnes avec un handicap : extension du cumul possible entre l allocation d intégration et les revenus professionnels + augmentation des plafonds de revenus professionnels autorisés en complément d une indemnité d incapacité de travail ou d invalidité. Les personnes âgées [formulation utilisée par l accord de gouvernement] : participation accrue Les jeunes : renforcer la lutte contre le chômage des jeunes 19

20 Points d attention: Ecart salarial Conciliation vie privée vie professionnelle Ségrégation tant verticale qu horizontale du marché de l emploi Politique du personnel et de recrutement qui soit axée sur la diversité et sur le principe de non-discrimination PME s Le gouvernement considère que les PME sont la colonne vertébrale de notre économie. Entre 2002 et 2010, 85% des nouveaux emplois étaient créés par les PME. Afin de promouvoir la croissance des PME et la création d'emplois, des politiques ciblées soutenant spécifiquement la compétitivité des PME seront mises sur pieds. Les PME doivent bénéficier d une politique orientée sur des coûts du travail réduits et sur une réduction de charges qui offre plus d emplois. Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement élabora un plan PME Commerce électronique Le gouvernement développera une plateforme indépendante pour le commerce électronique en collaboration avec les représentants des différentes organisations sectorielles. L objectif est de donner toutes les chances au développement du e- commerce, et, dans ce cadre, éliminer nos handicaps structurels vis-à-vis de l étranger. Pour ce faire, le gouvernement envisage ainsi de soutenir le développement d une plateforme fiable de paiement en ligne et d améliorer la sécurité en ligne. Dans le cadre de l e-commerce, le gouvernement examinera la législation relative au travail de nuit afin de rendre compétitive avec les pays voisins la préparation nocturne des envois. Enfin, la faisabilité d un système ARL couvrant tout (médiation alternative en matière de litige) sera également étudiée Horeca Le gouvernement, en concertation avec le secteur, accordera, une réduction du coût du travail concernant les heures supplémentaires passant de 180 heures à 360 heures afin de diminuer le coût du travail. La limite interne est portée de 143 heures à 250 heures. En outre, en cas travail occasionnel pour l employeur, le seuil (mode de calcul des cotisations sociales sur une base forfaitaire de 7,5 de l heure et 45 20

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Rencontres de février 2013 CCT 103 Le crédit temps

Rencontres de février 2013 CCT 103 Le crédit temps Rencontres de février 2013 CCT 103 Le crédit temps CNC - Frédéric Baudoux Plan 1. Trois types de crédit-temps Le crédit-temps sans motif Le crédit-temps complémentaire avec motif Le crédit-temps de fin

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

En application de l accord de gouvernement fédéral du 09.10.2014, la législation du crédit-temps sera modifiée à partir du 01.01.2015.

En application de l accord de gouvernement fédéral du 09.10.2014, la législation du crédit-temps sera modifiée à partir du 01.01.2015. Direction réglementation Interruption de carrière / crédit-temps Communication Date 29.12.2014 Modification de la réglementation du crédit-temps En application de l accord de gouvernement fédéral du 09.10.2014,

Plus en détail

CONSTAT N 2 : PLUS MAIGRE LA PENSION!

CONSTAT N 2 : PLUS MAIGRE LA PENSION! Novembre 2012. 15.681 S I G N E S RÉFLEXIONS ET ANALYS E DES PENSIONNÉS & PRÉPENSIONNÉS DU CEPA G SUR LA RÉFORME DES PENSIONS ET DES FINS DE CARRI ÈRE : CONSTAT N 2 : PLUS MAIGRE LA PENSION! Rosenfeldt

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2)

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) [2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) Par un circulaire précédent, nous vous avons informés sur quelques dispositions de l accord de gouvernement relatives à l

Plus en détail

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais Commission Paritaire pour les employés du commerce international, du transport et de la logistique Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013 traduction du texte original rédigé et signé

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/118 DÉLIBÉRATION N 14/063 DU 2 SEPTEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Les Analyses du Centre Jean Gol La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Décembre 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle

Plus en détail

Fin de carrière : possibilités en 2013-2014

Fin de carrière : possibilités en 2013-2014 Fin de carrière: possibilités en 2013-2014 Fin de carrière : possibilités en 2013-2014 HOMMES - FEMMES Les références aux personnes et fonctions au masculin visent naturellement aussi bien les hommes

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME

Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME Le Conseil des Ministres a approuvé ce vendredi 27 février le «Plan fédéral pour les PME» porté par le MR par l intermédiaire du Ministre des

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Congé de maternité 2 Pour les salariées 2 Congé prénatal 2 Congé postnatal 2 Formalités administratives

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul Déjeuner-débat ELSA Florence Navarro 2 juillet 2014 Le principe des 3 piliers en matière de pension 1 er pilier Sécurité sociale

Plus en détail

Crédit-temps et congés thématiques dans le secteur privé

Crédit-temps et congés thématiques dans le secteur privé 2013 Crédit-temps et congés thématiques dans le secteur privé Crédit-temps et congés thématiques dans le secteur privé Introduction 6 1 Mesures transitoires 8 2 CCT 77 bis et 103: quels droits, pour qui?

Plus en détail

MÉMENTO DE L EMPLOYEUR 09 DOSSIER ACTUALITÉS. L accord gouvernemental du mois d octobre 2014... 03

MÉMENTO DE L EMPLOYEUR 09 DOSSIER ACTUALITÉS. L accord gouvernemental du mois d octobre 2014... 03 Bulletin d'information mensuel sur la réglementation sociale et fiscale I Partena I Novembre 2014 MÉMENTO DE L EMPLOYEUR 09 DOSSIER L accord gouvernemental du mois d octobre 2014.... 03 ACTUALITÉS Adaptations

Plus en détail

juin 2013 septembre 2012 Le crédit-temps www.cgslb.be

juin 2013 septembre 2012 Le crédit-temps www.cgslb.be juin 2013 septembre 2012 Le crédit-temps (CCT 103) www.cgslb.be Table des matières Introduction...5 Principes de base...5 Ce qui change par rapport à la CCT 77bis...6 Ce qui ne change pas par rapport à

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Accord de gouvernement du 9 octobre 2014

Accord de gouvernement du 9 octobre 2014 Accord de gouvernement du 9 octobre 2014 Budget : austérité renforcée et efforts injustement répartis L effort budgétaire: Retour à l équilibre en 2018 au lieu de 2017 (échéance déjà reportée par Di Rupo

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

PRESENTATION DU PROJET DATAWAREHOUSE MARCHE DU TRAVAIL

PRESENTATION DU PROJET DATAWAREHOUSE MARCHE DU TRAVAIL CS/01/11 AVIS N 01/01 DU 6 FEVRIER 2001 RELATIF A LA CREATION D UNE DATA- WAREHOUSE MARCHE DU TRAVAIL EN VUE DE LA COMMUNICATION PAR LA BANQUE-CARREFOUR DE TABLES AGREGEES STANDARD A DES FINS SCIENTIFIQUES

Plus en détail

Le travail à temps partiel Les pièges à éviter

Le travail à temps partiel Les pièges à éviter Le travail à temps partiel Les pièges à éviter 1 HOMMES - FEMMES Les références aux personnes et fonctions au masculin visent naturellement aussi bien les hommes que les femmes. FR-NL Deze brochure is

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

LICENCIEMENT COLLECTIF, FERMETURE D ENTREPRISE, FAILLITE : QUELS DROITS POUR LES TRAVAILLEURS CONCERNES?

LICENCIEMENT COLLECTIF, FERMETURE D ENTREPRISE, FAILLITE : QUELS DROITS POUR LES TRAVAILLEURS CONCERNES? LICENCIEMENT COLLECTIF, FERMETURE D ENTREPRISE, FAILLITE : QUELS DROITS POUR LES TRAVAILLEURS CONCERNES? Etude Par Herbert MAUS, Form Action André Renard. et ceux confrontés à cette problématique disposent

Plus en détail

CGSLB. grande distribution. www.cgslb.be

CGSLB. grande distribution. www.cgslb.be CGSLB grande distribution www.cgslb.be Sommaire Avant-propos... 3 Conditions de travail et de salaire... 5 Salaires minimums sectoriels... 5 Augmentation du pouvoir d achat période 2009 2010...5 Prime

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

mémo le crédit-temps après les mesures gouvernementales

mémo le crédit-temps après les mesures gouvernementales mémo le crédit-temps après les mesures gouvernementales Sommaire Cette brochure porte sur les dispositions légales relatives au crédittemps à partir de 2012. Encore des questions? N hésitez pas à prendre

Plus en détail

Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs. Elleboudt Laetitia

Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs. Elleboudt Laetitia Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs 2008 Elleboudt Laetitia La nouvelle Loi relative aux droits des volontaires A qui, à quoi et où s applique la nouvelle loi? Quel traitement fiscal pour

Plus en détail

Gouvernement fédéral 27/11/2014. Loi-Programme : principales mesures

Gouvernement fédéral 27/11/2014. Loi-Programme : principales mesures Gouvernement fédéral 27/11/2014 Loi-Programme : principales mesures FINANCES 1. Frais professionnels forfaitaires Les charges sur le travail sont trop élevées en Belgique. On a veillé à une augmentation

Plus en détail

Analyse de la réforme du crédit-temps

Analyse de la réforme du crédit-temps Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse de la réforme du crédit-temps Septembre 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider. Le Syndicat libéral est là pour vous aider. fermeture de votre entreprise

Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider. Le Syndicat libéral est là pour vous aider. fermeture de votre entreprise Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider Le Syndicat libéral est là pour vous aider Introduction L entreprise qui vous occupe a été déclarée en faillite. Certes, il s agit d un coup

Plus en détail

L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL

L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL 1 L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL UNE PREMIÈRE IMPRESSION POUR LA PLANIFICATION FINANCIÈRE Après des semaines de travail acharné et à la suite des accords de gouvernement conclus dans les trois régions

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Les allocations familiales après 18 ans : pour qui et comment?

Les allocations familiales après 18 ans : pour qui et comment? Les allocations familiales après 18 ans : pour qui et comment? chapitre 1 Dix-huit ans! âge de la majorité, de l autonomisation, des premiers pas dans la vie adulte. Mais aussi de toute une série de droits

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

«Airbag en détails» Objectif. Pour qui? Critères de sélection SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES

«Airbag en détails» Objectif. Pour qui? Critères de sélection SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES ARLON Espace Didier, Rue de Diekirch, 38-6700 ARLON Tel. 063/67 03 56 - Fax 063/67 02 99 «Airbag en détails» CHARLEROI Rue de l'ecluse, 16-6000 CHARLEROI

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale CSSS/12/346 DÉLIBÉRATION N 12/117 DU 4 DÉCEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES CODÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ Circulaire n 24/2006 Cl. C 477 Colmar, le 29 juin 2006 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68000 COLMAR 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LA REFORME DES RETRAITES DANS LA FONCTION PUBLIQUE

TOUT SAVOIR SUR LA REFORME DES RETRAITES DANS LA FONCTION PUBLIQUE TOUT SAVOIR SUR LA REFORME DES RETRAITES DANS LA FONCTION PUBLIQUE Réussissons une réforme juste SOMMAIRE I. CE QUI NE CHANGE PAS, CE QUI CHANGE 3 II. QUESTIONS/RÉPONSES 7 1 - J APPARTIENS À UN CORPS DE

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Sommaire Social AGIRC-ARCCO : la clé de répartition des hausses de cotisations 2014-2015 est fixée : L objectif de la loi du 20 janvier 2014

Plus en détail

GUIDE DE LA PORTABILITE

GUIDE DE LA PORTABILITE GUIDE DE LA PORTABILITE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Présentation du dispositif de Portabilité et Répercussions sur vos contrats Complémentaires Santé / Prévoyance

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION Annexe 2 (doc. IW/13/CM.08) RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION (an c i e n n e m e n t «a l l o c a t i o n s d a t t e n t e») D ici exactement 475 jours, le 1 er janvier 2015, 30.000 personnes

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

FICHE n 4 Les éco-chèques

FICHE n 4 Les éco-chèques FICHE n 4 Les éco-chèques 1. Revendication Négocier la conversion des éco-chèques en salaire brut. 2. Législation a. En générale L accord interprofessionnel 2009-2010 instituait avec les éco-chèques un

Plus en détail

Plan de pension sectoriel

Plan de pension sectoriel FONDS SOCIAL DE L INDUSTRIE DU BETON en coopération avec Plan de pension sectoriel pour les ouvriers de l industrie du beton FSIB Plan de pension sectoriel 1 2 Plan de pension sectoriel FSIB Préface Sophie

Plus en détail

Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être!

Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Cela fait bien longtemps que les pensions et les allocations

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/029 DÉLIBÉRATION N 15/011 DU 3 MARS 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR SIGEDIS

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

Guide de législation sociale. 2012 Elections sociales

Guide de législation sociale. 2012 Elections sociales Guide de législation sociale 2012 Elections sociales Guide de législation sociale 2012 2 Guide de législation sociale 2012 Elections sociales Guide de législation sociale 2012 4 1. A quoi dois-je faire

Plus en détail

Créer votre propre emploi? Relevez le défi!

Créer votre propre emploi? Relevez le défi! Créer votre propre emploi? Relevez le défi! chapitre 5 Créer son propre emploi. Beaucoup en rêvent mais peu en font une réalité. Pourtant, devenir indépendant peut être un moyen de créer son emploi. Les

Plus en détail

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les diisposiittiiffs llégaux au serrviice de lla fforrmattiion prroffessiionnelllle conttiinue De nos jours, les entreprises et leurs collaborateurs doivent entrer

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail