Travail forcé & Traite d êtres humains.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Travail forcé & Traite d êtres humains."

Transcription

1 Travail forcé & Traite d êtres humains. L approche préventive de Patagonia Introduction condamne sévèrement et interdit toutes formes de travail forcé ou d esclavage dont la traite des êtres humains, le travail en milieu carcéral, le travail sous contrainte et la servitude pour dettes comme précisés dans notre code de conduite. Nos audits de responsabilité sociale dans les usines ont pour but d évaluer la conformité à notre code, particulièrement sur les questions de travail forcé. Toutes les formes de travail forcé, d esclavage ou de traite d êtres humains ne pourraient être tolérées en accord avec nos principes. Tous les partenaires de notre filière d approvisionnement, que ce soit au niveau de la production ou de la finition des produits Patagonia, sont tenus d observer strictement les règles de notre code de conduite en matière de travail forcé. Pour cela, tous les fournisseurs directs doivent signer un contrat de conformité attestant que tous les efforts nécessaires seront déployés pour s assurer que personne n a recours au travail forcé, esclavage ou traite d êtres humains sur leurs chaînes d approvisionnement. Le contrat stipule également que les fournisseurs devront respecter toutes les règles figurant dans le Code de Conduite et le Guide de Références de Patagonia ainsi que la législation locale et, lorsqu elles sont applicables, les conventions collectives. La traite des personnes a été définie par les Nations Unies comme étant : «le recrutement, le transport, le transfert, l hébergement ou l accueil de personnes, par la menace ou le recours à la force ou à d autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d autorité, ou d une situation de vulnérabilité, ou par l offre ou l acceptation de paiements ou d avantages pour obtenir le consentement d une personne ayant autorité sur une autre aux fins d exploitation». Dans ces conditions, les victimes de la traite des personnes sont souvent soumises à des formes modernes d esclavage et de travail forcé telles que le travail des enfants, la servitude pour dettes et le travail sous contrainte. Au niveau des chaînes d approvisionnement, les personnes concernées par le travail sous contrainte sont plus susceptibles d être des travailleurs engagés sous contrat par des recruteurs ou entremetteurs pour travailler dans un pays étranger ou une autre région de leur propre pays. Mesures de prévention Le programme de mesures préventives suivant est à appliquer en cas de soupçon ou constat de travail forcé ou de traite des personnes dans notre filière d approvisionnement. Puisque les diagnostics et les causes du travail forcé sont complexes, les enquêtes et les mesures correctives doivent être adaptées aux circonstances des cas à traiter. Patagonia s est engagée à appliquer, au minimum, les mesures suivantes en cas de signalement de travail forcé. La procédure sera supervisée par le Directeur du service Responsabilité Sociale et Environnementale de Patagonia, en collaboration avec le Vice-Président, le Directeur et le Responsable de la branche Approvisionnement. Vérification des allégations et enquête : 1) Dès réception d informations ou d allégations de travail forcé, d esclavage ou de traite des personnes, les équipes Responsabilité Sociale d Entreprise (RSE) et Approvisionnement de Patagonia mettront immédiatement en place le protocole d enquête et de mesures correctives. Conjointement, plusieurs dispositions seront mises en œuvre incluant (mais non limité à) : a. Analyser les conclusions et les règles de droit locales applicables pour identifier les principaux problèmes et insuffisances qui doivent être pris en considération. page 1

2 b. Patagonia doit se mettre en rapport avec la source qui a révélé le problème (par exemple un vérificateur de conformité sociale, ONG, salarié ou victime) pour obtenir le maximum d informations au sujet des allégations. Une assistance et des conseils seront demandés à la Fair Labor Association (FLA ), ainsi qu à d autres experts internationaux et locaux, pour déclencher une enquête approfondie et la mise en place d un dispositif assurant le retour de la victime en toute sécurité. c. Patagonia doit contacter la Direction de l usine concernée pour les informer des conclusions ou allégations portées à leur encontre et recueillera toutes les informations supplémentaires. Les équipes RSE et Approvisionnement peuvent également placer l usine en probation temporaire avec suspension des commandes durant le temps de l enquête. d. Sur les conseils d experts, Patagonia constituera une équipe d investigation composée de spécialistes autorisés afin de mener un contrôle approfondi de l usine et, le cas échéant, du recruteur ou de l entremetteur impliqué. Les membres du service Responsabilité d Entreprise de Patagonia feront partie de l équipe d investigation. La procédure peut inclure des relations avec les travailleurs touchés, la Direction de l usine et toutes les parties concernées, les autorités locales, les institutions locales de travail, les autorités gouvernementales et les ONG. 2) Si Patagonia a connaissance du nom des autres marques, également commanditaires de l usine incriminée, il sera possible de considérer une collaboration pour gérer les investigations et les échanges d information. 3) Les processus en cours seront communiqués à la Fair Labor Association (FLA). Déterminer les mesures correctives et cycles de suivi : 1) Une fois l enquête approfondie terminée, et le délit de travail forcé confirmé et analysé, Patagonia contactera la direction de l usine pour mettre en place une procédure de mesures correctives. Des procédures disciplinaires envers l usine pourront être appliquées avec une mise en demeure officielle nécessitant une réponse écrite dans les 24 heures indiquant que la Direction de l usine est déterminée à trouver des solutions et s engage à respecter intégralement les étapes correctives suivantes pour assainir la situation. Les équipes RSE et Approvisionnement peuvent prolonger la période de probation de l usine jusqu à ce que tous les problèmes soient entièrement résolus. 2) En accord avec la législation du pays ou des pays concernés, l incident sera signalé aux autorités compétentes. Les résultats de l enquête doivent être communiqués à la FLA. Si nous avons décidé de collaborer avec une autre marque, alors ce processus sera effectué conjointement, comme convenu par les deux parties et dans la conformité avec l application des lois américaines. 3) Indemnisation des victimes : Dans tous les cas confirmés de traite d êtres humains, d esclavage et/ou de travail forcé, Patagonia doit s engager auprès d experts locaux et internationaux ainsi qu avec les autorités locales pour garantir la sécurité, l assistance financière et autres soutiens à la victime. Il pourrait s agir des mesures suivantes : a. Assistance médicale si nécessaire, et aide psychologique adaptée, remboursement des dépôts et des frais de l entremetteur/ou de l usine, paiement de tous les salaires et avantages légalement requis, possibilité de rapatriement gratuit dans le pays ou la région d origine ou placement dans un logement de transition sûr et adapté. b. Si cela est jugé sûr et approprié par les experts locaux et les autorités locales et souhaité par le travailleur concerné, la possibilité de conserver son travail dans l usine lui sera proposée. c. Des visites de suivi seront effectuées pour vérifier le rétablissement de la victime ; sa santé et sa sécurité seront prises en charge par des experts locaux d une tierce entité conformément à la loi locale. 4) La Direction de l usine est appelée à vérifier et à analyser les problèmes dûment identifiés avec l aide d experts des ONG locales. page 2

3 a. Un examen approfondi des causes de chaque problématique découverte durant l enquête et les audits initiaux devra être effectué pour Patagonia avec preuves à l appui. b. Le cas échéant, une rupture de contrat avec l entremetteur ou le recruteur pourra être requise. c. Le cas échéant, un engagement au renforcement des capacités avec l entremetteur pourrait être ordonné en fonction de la disponibilité et de la volonté de ce dernier. 5) Une fois le processus d analyse des causes accompli, Patagonia travaillera avec l usine pour mettre en place un programme correctif pérenne avec échéancier. En raison de la complexité des problématiques et des enjeux de la traite des êtres humains, nous aiderons l usine à définir des solutions pratiques et opérationnelles et tout aussi important, à réfléchir à la ratification d un programme et de procédures de prévention. Patagonia peut consulter la FLA ou d autres experts pour une assistance dans ce domaine. 6) Patagonia contrôlera les progrès de l usine en fonction d un échéancier des mesures correctives. Un suivi physique de vérification sera mené à intervalles appropriés et des contrôles inopinés seront organisés. Dans tous les cas, les entretiens jugés nécessaires sur site ou hors site se dérouleront avec des travailleurs concernés et non concernés. usine refuserait de coopérer, ferait peu ou aucun progrès dans la résolution des problèmes et/ou démontrerait un manque d implication. Le Directeur RSE avertira de la situation le Vice- Président, le Responsable et le Directeur du département Approvisionnement concerné afin d organiser une médiation en personne ou une visio-conférence avec l usine (ce qui sera le plus rapide). Ils discuteront de la non-conformité ou de l attitude peu coopérative de cette dernière. Patagonia fournira tous les efforts nécessaires afin de parvenir à un arrangement raisonnable pour la protection des droits des travailleurs et la résolution des problématiques selon un échéancier réaliste. Si l usine ne parvient pas à prendre des mesures concrètes durant la semaine suivant la visio-conférence, elle recevra une mise en demeure indiquant que le contrat avec Patagonia est menacé de rupture. l usine ne parvient pas à montrer une coopération immédiate après réception de la lettre d avertissement, Patagonia rompra son contrat avec l usine et planifiera une stratégie de retrait responsable pour son désengagement, comme précisé dans notre clause des procédures de rupture avec les fournisseurs. 7) La surveillance se poursuivra jusqu à ce que l usine et/ou l entremetteur auront prouvé que des solutions pérennes et adaptées sont mises en place. Une fois cet objectif atteint, le suivi s effectuera sur une base annuelle au minimum et l usine pourra sortir de son état de probation. 8) Les coûts liés au préjudice des victimes, des audits et de l engagement au renforcement des capacités seront pris en charge par l usine, mais Patagonia examinera la responsabilité conjointe des paiements sur une étude au cas par cas. Stratégie de révision progressive Dans le cadre de notre procédure disciplinaire, Patagonia a établi une stratégie de révision progressive dans le cas où une page 3

4 Travail des enfants L approche préventive de Patagonia Introduction Patagonia ne travaille pas et ne traitera pas avec des fournisseurs qui font travailler des enfants sur notre chaîne de production. Patagonia exige que tous ses partenaires commerciaux adhèrent à son Code de Conduite et son Guide de Référence sur le Travail des Enfants. Notre Code stipule : «Personne ne sera employé avant l âge de 15 ans ou en dessous de l âge de la fin de scolarité obligatoire dans le pays où la manufacture opère, quand cet âge est supérieur à 15 ans. Le recours au travail des enfants est strictement interdit. Les partenaires commerciaux doivent observer toutes les exigences légales pour les mineurs autorisés à travailler notamment celles qui concernent le temps de travail, le salaire, le niveau d éducation minimum et les conditions de travail. Patagonia soutient le développement de programmes, légalement reconnus, d apprentissage sur le lieu de travail, et il est demandé aux partenaires commerciaux de se conformer à toutes les lois et tous les règlements en vigueur applicables à ces programmes d apprentissage.» Patagonia s efforce de veiller à ce qu il n y ait pas de recours au travail d enfants sur sa chaîne de production en menant un contrôle rigoureux en quatre étapes, lors de la pré-sélection d une usine. Le processus de pré-sélection évalue le potentiel du fournisseur sur sa capacité à respecter nos normes et exigences sociales(1), environnementales (2), d entreprise (3) et de qualité (4). Ce processus de «pré-sourcing» élimine les fournisseurs qui présentent des manquements flagrants à l éthique. Toute forme de travail d enfants fait partie de notre politique de «tolérance zéro». Si le cas de travail d enfants devait être découvert chez l un de nos fournisseurs, nous travaillerions avec celui-ci afin de remédier au problème et d éliminer tout risque de cette pratique d une manière durable et préventive par des contrôles réguliers et une série de suivis pour s assurer d aucune récidive. Mesures correctives Si un cas de travail d enfants est découvert sur notre chaîne de production tel que défini par la législation locale ou s agissant d un jeune de moins de 15 ans, selon la législation la plus contraignante Patagonia prendra immédiatement des mesures pour y mettre un terme. Le processus de mesures correctives sera supervisé par le Directeur du service Responsabilité Sociale et Environnementale de Patagonia conjointement avec le Vice-Président, le Directeur et Responsable de la branche Approvisionnement. Au minimum, les actions suivantes seront mises en places : Vérification des allégations et enquête : 1) Patagonia examinera le dossier pour comprendre pourquoi un enfant s est retrouvé dans cette situation : quel âge a-t-il ou a-t-elle, pourquoi cet enfant travaille-t-il dans l usine, où réside sa famille, comment a-t-il été recruté, quel est son niveau scolaire, etc. Les inspecteurs mandatés par Patagonia sont formés à la collecte de ces informations. 2) Les directives indiquées par la loi locale, la Fair Labor Association (FLA ) et l Organisation Internationale du Travail (OIT) seront consultées en toutes circonstances pour déterminer les meilleures mesures à prendre relatives à un incident spécifique et définir à quel niveau la défaillance s est opérée. Dans tous les cas, les normes les plus élevées qui soient en matière de protection de l enfant prédomineront sur toutes autres considérations. 3) Patagonia travaillera avec les membres d ONG locales et la FLA pour déterminer la marche à suivre. 4) Si Patagonia a connaissance d autres marques qui travaillent avec l usine, nous envisagerons une collaboration avec celles qui le souhaitent afin de mener une enquête conjointe et d échanger des informations. page 4

5 Déterminer les mesures correctives et cycles de suivi: 1) Une fois l enquête approfondie terminée, et le délit de travail d enfants confirmé et analysé, Patagonia contactera la direction de l usine pour mettre en place une procédure de mesures correctives. Des procédures disciplinaires envers l usine pourront être appliquées avec une mise en demeure officielle nécessitant une réponse écrite dans les 24 heures indiquant que la direction de l usine est déterminée à trouver des solutions et s engage à respecter intégralement les étapes correctives subséquentes pour assainir la situation. Les équipes de RSE et de l Approvisionnement peuvent également placer l usine en probation temporaire avec suspension des commandes durant le temps de l enquête. a. Patagonia notifiera par écrit à l usine que l enfant devra être éloigné en toute sécurité du lieu de travail sous la supervision du personnel RSE Patagonia et/ou d un membre d une ONG locale. Les mesures concernant le retrait de l enfant incluront des garanties financières appropriées et autres soutiens pour s assurer que l enfant n aura pas à chercher un autre emploi et ne soit victime de pires formes d exploitation. b. Selon les conditions dans lesquelles se trouve l enfant, différentes mesures de garanties financières et autres formes d assistance pourront être mis en place pour lui et/ou sa famille une fois la décision de retrait validée. Ces formes d assistance peuvent impliquer une ou plusieurs des mesures suivantes : i. L achat d un ticket de retour (par terre ou par air) afin que l enfant puisse retourner dans sa famille en toute sécurité. Du personnel RSE Patagonia et/ou un membre d une ONG locale pourront être mandatés pour accompagner l enfant (en voiture, bus, train ou avion) jusque chez lui ii. Le paiement de toutes les heures travaillées et avantages dûs. iii. La présentation de l enfant à un contrôle médical afin de s assurer que le travail qu il a effectué n a pas eu de répercussions négatives sur sa santé. Si nécessaire, un traitement médical sera pris en charge. iv. Un soutien financier et administratif sera mis en place pour inscrire l enfant dans l école de son village, ou une équivalence légale, comme une école professionnelle, ainsi que la prise en charge des coûts de cette scolarisation et autres dépenses (uniforme, fournitures, livres, etc.). D autres dispositifs seront mis en place pour s assurer que l enfant continuera à recevoir un salaire minimum pour l inciter à poursuivre ses études et à ne pas retourner travailler. v. Le paiement d un salaire et autres avantages seront versés à l enfant jusqu à ce qu il ait atteint l âge légal pour travailler ou une rétribution correspondant à la participation de l enfant aux revenus du foyer pourra être versée à la famille ; nous pouvons envisager d autres dispositions jugées acceptables si aucun système éducatif formel ou informel n existe ou dans le cas où le jeune ne voudrait pas aller à l école. vi. La garantie pour l enfant de retrouver son poste de travail dans l usine s il décide de revenir lorsqu il aura atteint l âge légal pour travailler. c. Les coûts seront à la charge de l usine. Cependant, Patagonia envisagera un financement conjoint au cas par cas. 2) L usine, avec l aide de l équipe RSE Patagonia et d un expert d une tierce partie locale, devra mettre en œuvre un plan de mesures correctives incluant une analyse des causes fondamentales, une analyse du manquement des systèmes de contrôle des ressources humaines et des engagements de structure permettant d empêcher l emploi d enfants. Mesures de suivi Une fois l enfant découvert sur une chaîne de production, il est important que les renseignements sur son identité soient rigoureusement consignés, y compris son nom de famille, le nom de ses parents, le numéro de sa carte d identité émise par le gouvernement, son identification au travail, son adresse personnelle et numéro de téléphone. Patagonia utilisera tous ces renseignements pour suivre l évolution de l enfant par page 5

6 l intermédiaire d un expert d une association tierce locale afin de s assurer que l enfant ne travaille plus dans l usine, qu il a reçu ses indemnités et que le programme de mesures de garanties financières et autres soutiens suit bien son cours. L usine sera soumise à un audit de contrôle, un à trois mois après l audit initial, pour prouver que des mesures immédiates ont été prises pour prévenir tout travail d enfants. Stratégie de révision progressive Dans le cadre de notre procédure disciplinaire, Patagonia a établi une stratégie de révision progressive dans le cas où une usine refuserait de coopérer, ferait peu ou aucun progrès dans la résolution des problèmes et/ou démontrerait un manque d implication. Le Directeur RSE avertira de la situation le Vice- Président, le Responsable et le Directeur du département Approvisionnement concerné afin d organiser une médiation en personne ou une visio-conférence avec l usine (ce qui sera le plus rapide). Ils discuteront de la non-conformité ou de l attitude peu coopérative de cette dernière. Patagonia fournira tous les efforts nécessaires afin de parvenir à un arrangement raisonnable pour la protection des droits des travailleurs et la résolution des problématiques selon un échéancier réaliste. comprises entre l âge minimum légal de travail et 18 ans. Ces jeunes travailleurs ont le droit de travailler en accord avec les lois locales et notre Code de Conduite et sont sujets à des dispositions de travail spéciales dans la plupart des pays. Des mesures restrictives sont néanmoins demandées et figurent dans le Guide de Références de notre Code de Conduite et sont, la plupart du temps, également imposées par les lois locales sur l emploi des jeunes : limitation du temps de travail, des heures supplémentaires et définition des types de tâches ainsi que des exigences administratives comme l enregistrement auprès des autorités du travail et de la santé. Si une seule de ces conditions n est pas remplie par l usine, Patagonia demandera à celle-ci de remédier au plus vite à la situation en trouvant une résolution immédiate et devra mettre en œuvre un plan de mesures correctives incluant une analyse des causes fondamentales, une analyse du manquement des systèmes de contrôle des ressources humaines et des engagements de structure pour prévenir de tels problèmes. L usine sera soumise à un audit de contrôle, un à trois mois après l audit initial, pour prouver que des mesures immédiates ont été prises afin de remédier au problème. Si l usine ne parvient pas à améliorer la situation dans la semaine suivant la visio-conférence, elle recevra un avertissement indiquant que le contrat en cours avec Patagonia pourrait être compromis. Si l usine ne parvient pas à montrer une coopération immédiate après réception de la lettre d avertissement, Patagonia rompra son contrat avec l usine et planifiera une stratégie de retrait responsable pour son désengagement comme précisé dans notre clause des procédures de rupture avec les fournisseurs. Note spéciale sur la résolution des questions concernant l emploi de jeunes travailleurs Les «jeunes» travailleurs sont définis dans le Guide de Références de notre Code de Conduite comme des personnes page 6

Code de conduite pour les fournisseurs

Code de conduite pour les fournisseurs Code de conduite pour les fournisseurs Contexte Co-operators s engage à mener ses affaires dans le respect de sa politique de développement durable. Son Code de conduite pour les fournisseurs définit les

Plus en détail

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004 Référence de la publication EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO 14001 : 2004 OBJECTIF Le présent document a été élaboré par un groupe de travail sous la

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Norme de Performance 5 V2 Acquisition de Terres et Réinstallation Involontaire

Norme de Performance 5 V2 Acquisition de Terres et Réinstallation Involontaire Introduction 1. La Norme de Performance 5 reconnaît que l acquisition de terres par un projet et les restrictions d utilisation des terres liées à certains projets spécifiques peuvent avoir des impacts

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées.

Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées. ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES D ACCUEIL - 4 - Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées. Établissements et services d accueil et d accompagnement à tous les âges de la vie 75

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

A) Engagement du soumissionnaire. B) Agréation «Travaux publics»

A) Engagement du soumissionnaire. B) Agréation «Travaux publics» Engagement du soumissionnaire, agréation «Travaux publics», règles applicables à la sous-traitance, travailleurs indépendants, conditions de traitement des travailleurs, connaissance de la langue, modalités

Plus en détail

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS Construire l avenir, c est notre plus belle aventure J e suis convaincu que la performance globale de Bouygues est intrinsèquement liée à celle de nos fournisseurs

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

1 er janvier 2015. Conditions générales relatives aux achats informatiques

1 er janvier 2015. Conditions générales relatives aux achats informatiques 1 er janvier 2015 Conditions générales relatives aux achats informatiques CG relatives aux achats informatiques 2 1 Champ d application 1.1 Les présentes conditions générales (CG) règlent la conclusion,

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU

Plus en détail

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Adoptée par le Comité de direction le 8 novembre 2007 Adoptée par le Conseil d administration le 19 décembre 2007 Table des

Plus en détail

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Principes et responsabilités... 2 2 Domaine d application... 2 3 Types de sanctions... 2 4 Procédure en cas de non-respect des exigences

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE...3 2. CADRE LÉGAL ET JURIDIQUE...3 3. CHAMP D APPLICATION...3 4. RESPONSABILITÉS...4 4.1... Administrateur

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

Politique d'évaluation des apprentissages à la formation continue (PEAFC)

Politique d'évaluation des apprentissages à la formation continue (PEAFC) Politique d'évaluation des apprentissages à la formation continue (PEAFC) 1 Mars 2012 AVIS DE CONFIDENTIALITÉ Ce document de même que les informations qui y sont incluses sont confidentielles et peuvent

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE :

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : Article 1 Champ d application Toute commande passée par IDVERDE (ci-après dénommée «l Acheteur») auprès d un fournisseur de Biens ou d un prestataire de Services

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2009/6 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 15 septembre 2009 Français Original: anglais Troisième session Doha, 9-13

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Ces conditions générales sont applicables aux contrats d organisation et d intermédiaire de voyages, tels que définis par la loi du 16 février 1994

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012

Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012 Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012 BUT La principale fonction du Comité de vérification (le «comité») de TransForce Inc. (la «Société») consiste à aider le conseil d administration

Plus en détail

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE) Services à la famille et Logement Manitoba Programme de garde d enfants du Manitoba Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Plus en détail

CODE DE CONDUITE SOCIAL, ETHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL

CODE DE CONDUITE SOCIAL, ETHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL CODE DE CONDUITE SOCIAL, ETHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL Sommaire : Préambule Objectifs du Code de Conduite Textes de référence Les engagements et principes fondamentaux : Promotion et développement des systèmes

Plus en détail

Contrat de VRP exclusif

Contrat de VRP exclusif Contrat de VRP exclusif Entre les soussignés La Société, Adresse : N o URSSAF : URSSAF Code NAF : Représentée par Monsieur agissant en qualité de d'une part, et Monsieur Né le, à Nationalité : N o d'immatriculation

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau des prestations familiales

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE QU EST-CE QUE LA PROTECTION RÉTROACTIVE? ÊTES-VOUS ADMISSIBLE À LA PROTECTION RÉTROACTIVE?

DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE QU EST-CE QUE LA PROTECTION RÉTROACTIVE? ÊTES-VOUS ADMISSIBLE À LA PROTECTION RÉTROACTIVE? DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE Tous les médecins devraient bénéficier d une protection adéquate contre les problèmes médico-légaux pouvant survenir dans l exercice de leur profession. La protection

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données Règlement d INTERPOL sur le traitement des données TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE... 7 Article 1 : Définitions... 7 Article 2 : But... 8 Article 3 : Objet... 8 Article 4 : Champ d application... 8 TITRE

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Programme Ressources humaines

Programme Ressources humaines No. de la directive Nb. de pages 5 Auteur: Direction des ressources humaines Approuvée par: Comité de gestion Programme Ressources humaines Titre: Programme de gestion de l assiduité au travail Entrée

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

DECLARATION COMMUNE D INTENTION ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA COMMISSION FEDERALE DES BANQUES

DECLARATION COMMUNE D INTENTION ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA COMMISSION FEDERALE DES BANQUES DECLARATION COMMUNE D INTENTION ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA COMMISSION FEDERALE DES BANQUES CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL

Plus en détail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail Guide de la personne déléguée Déclaration des accidents de travail Décembre 2007 Introduction Toute enseignante ou tout enseignant peut être victime d un accident de travail. Le présent document se veut

Plus en détail

Révisé en décembre 2004/March 2010. Code de Déontologie Entrée en vigueur en 2002

Révisé en décembre 2004/March 2010. Code de Déontologie Entrée en vigueur en 2002 Révisé en décembre 2004/March 2010 Code de Déontologie Entrée en vigueur en 2002 Table des matières Chapitre I : Principes généraux... 2 Chapitre II : Secret professionnel... 3 Chapitre III : Obligations

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

Code de Conduite pour les Fournisseurs

Code de Conduite pour les Fournisseurs Code de Conduite pour les Fournisseurs 2013 Présentation de Duncan Palmer, Directeur financier de Reed Elsevier Notre comportement individuel et collectif est régi par des standards de haut niveau, tels

Plus en détail

Le cahier des charges doit être rempli par le bénéficiaire et approuvé par l auditeur

Le cahier des charges doit être rempli par le bénéficiaire et approuvé par l auditeur ANNEXE V FORMULAIRE A CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF AUX FICHES FINANCIÈRES TABLE DES MATIERES CAHIER DES CHARGES POUR L ÉTABLISSEMENT D UN RAPPORT INDÉPENDANT SUR LES CONSTATATIONS FACTUELLES

Plus en détail

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 /

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 / 34 / HANDICAP AU TRAVAIL : QUELS SONT VOS DROITS? COMMENT SE DÉCLARER? Grâce à la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées,

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine.

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine. NOTE TECHNIQUE L accord du 4 mars 2014 est conclu à durée déterminée. Il s applique pour une durée de 3 ans à compter de sa date d agrément, soit du 3 juillet 2014 au 2 juillet 2017. 1 Définition du télétravail

Plus en détail

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE PUBLIÉ AU MONITEUR BELGE LE 16 MAI 2014 EN VIGUEUR A PARTIR DU 26 MAI 2014 Chapitre I er. - Dispositions générales Article 1er. Le présent code

Plus en détail

ML12983f-0 CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD

ML12983f-0 CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD ML12983f-0 CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD Table des matières Introduction Normes générales de conduite Devoirs du personnel de la

Plus en détail

Lettre d actualité juridique

Lettre d actualité juridique Lettre d actualité juridique Mai - Juin 2009 Tutelle-Curatelle I. Les effets de la curatelle et de la tutelle quant à la protection de la personne Vous trouverez en annexe un tableau traitant des droits

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL Introduction Le mandat de l OCRCVM est d agir en tant qu organisme d autoréglementation pour le compte

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation

DOSSIER DE PRESSE. Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation DOSSIER DE PRESSE Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation Mars 2014 1 TEXTE DE LA CHARTE DE GÉOLOCALISATION Charte sur les bonnes pratiques relatives

Plus en détail

Chapitre I er. Devoirs généraux des professionnels de santé dans leur exercice professionnel

Chapitre I er. Devoirs généraux des professionnels de santé dans leur exercice professionnel Code de déontologie de certaines professions de santé Règlement grand-ducal du 7 octobre 2010 établissant le code de déontologie de certaines professions de santé. - base juridique: L du 26 mars 1992 (Mém.

Plus en détail

Vous partez en stage, votre FAQ!

Vous partez en stage, votre FAQ! Vous partez en stage, votre FAQ! Modalités Gratification Couverture sociale Obligations de stagiaire Textes de référence Université d Angers Direction des enseignements et de la vie étudiante 40 rue de

Plus en détail

Planification pour une meilleure transition

Planification pour une meilleure transition Ministère des Services sociaux et communautaires Ministère des Services à l enfance et à la jeunesse Planification pour une meilleure transition Cadre de planification pour les jeunes ayant une déficience

Plus en détail

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Adoptée : Le 1 er janvier 2005 1. Préambule HEC Montréal reconnaît le droit de tout membre de la communauté

Plus en détail

COMITÉ DES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES ET JURIDIQUES. Quatre-vingt-quatrième session. Rome, 2-4 février 2009

COMITÉ DES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES ET JURIDIQUES. Quatre-vingt-quatrième session. Rome, 2-4 février 2009 Janvier 2009 F COMITÉ DES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES ET JURIDIQUES Quatre-vingt-quatrième session Rome, 2-4 février 2009 DÉLÉGATION DE POUVOIRS PAR LE DIRECTEUR GÉNÉRAL GÉNÉRALITÉS 1. Le Plan d action

Plus en détail

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST)

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Conseil national de recherches du Canada Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Vérification interne, CNRC SEPTEMBRE 2010 1.0 Sommaire et conclusion Contexte Ce rapport présente les

Plus en détail

Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel

Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel Un organisme de bienfaisance enregistré peut retenir les services d un collecteur de fonds professionnel pour gérer ses

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

INFIRMIÈRE AUXILIAIRE

INFIRMIÈRE AUXILIAIRE Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE AUXILIAIRE SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS, INFIRMIÈRE EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

CONDITIONS DES BONS DE COMMANDE 1. CONDITIONS DE LA COMMANDE. Les présentes conditions (qui comprennent les conditions figurant au recto du bon de

CONDITIONS DES BONS DE COMMANDE 1. CONDITIONS DE LA COMMANDE. Les présentes conditions (qui comprennent les conditions figurant au recto du bon de CONDITIONS DES BONS DE COMMANDE 1. CONDITIONS DE LA COMMANDE. Les présentes conditions (qui comprennent les conditions figurant au recto du bon de commande (la commande) applicable de l acheteur énoncent

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 12 avril 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/16/21 Conseil des droits de l homme Seizième session Point 1 de l ordre du jour Questions d organisation

Plus en détail

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO)

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Strasbourg, le 22 juin 2015 DH-BIO/INF (2015) 7 COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Document de travail relatif à la protection des droits de l Homme et de la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001 PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001 CONTROL UNION INSPECTIONS FRANCE 16 rue Pierre Brossolette 76600 Le Havre Tel : 02 35 42 77 22

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques

Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques Un point de contact national contribue à la résolution des questions soulevées par la mise en œuvre des principes directeurs dans des circonstances spécifiques

Plus en détail

Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais de santé

Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais de santé Lettre remise en main propre contre émargement à chaque salarié ou envoyée par recommandé avec demande d avis de réception Décision unilatérale de l association Espoir 54 instituant un régime de frais

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 ÉNONCÉ DE POLITIQUE CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de Cogeco inc. (la «Société») est élu par les actionnaires de la Société afin de surveiller la gestion de l ensemble

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG ASSOCIATION DES MEDECINS DU CANTON DE GENEVE REGLEMENT de LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG adopté par son Conseil le septembre 0 et entré en vigueur à cette date AMG Rue Micheli-du-Crest

Plus en détail

Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes

Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes Direction logistique et prospective / Direction services extérieurs Conseil juridique / Etudes et formation referent.medicosocial@cdg22.fr Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Charte de la Fondation Telma

Charte de la Fondation Telma Charte de la Fondation Telma Présentation Créée en 2007 et disposant à ce jour du statut de Fondation reconnue d utilité publique, par le décret n 2011-048 du 1 er février 2011, la Fondation TELMA a pour

Plus en détail

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE INSTRUCTIONS L objectif du contrat d études est de permettre une préparation transparente et efficace de la période de mobilité et de garantir que les composantes pédagogiques complètement validées par

Plus en détail

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef SPF SANTE PUBLIQUE, Le 22/01/07 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» --- Réf.

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

La Politique Anti-corruption de Goodyear 1 juillet 2011

La Politique Anti-corruption de Goodyear 1 juillet 2011 La Politique Anti-corruption de Goodyear 1 juillet 2011 Page 1 La Politique Anti-corruption Goodyear ne souhaite pas obtenir d avantages commerciaux en offrant ou en recevant des paiements abusifs ou quoi

Plus en détail

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT 16 NOVEMBRE 2008 I. OBJECTIF A. La principale fonction du Comité de vérification (le «Comité») est d'aider le Conseil d administration à s acquitter de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL Approuvée par le conseil d administration de la SADC le 7 décembre 2005 Modifiée le 5 mars 2014 POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL Principes généraux La SADC s est donné pour mission d établir

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

RDV. du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec :

RDV. du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec : RDV du financement QUELQUES CONSEILS DE NOS EXPERTS. En collaboration avec : FINANCER SA CROISSANCE PAR LE FINANCEMENT BANCAIRE Quelle est l information qui me sera demandée par une institution financière

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Plan d'accessibilité (LPHO) 2014-2015 Table des matières Introduction 4 Première section : Rapport sur les mesures prises par le ministère en 2014 6 Services

Plus en détail

RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE

RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE Article 1er But Dans le but de surveiller l application des CCT qui adhérent au système de «Carte professionnelle», notamment le respect des conditions

Plus en détail

La connaissance est le pouvoir

La connaissance est le pouvoir La connaissance est le pouvoir Le moment venu de concevoir un programme de carte commerciale, la connaissance est le pouvoir le pouvoir de rendre les dépenses d entreprise les plus efficaces et conviviales

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

ADULTES DANS LE SCOUTISME

ADULTES DANS LE SCOUTISME ADULTES DANS LE SCOUTISME politique MONDIALE Adultes dans le Scoutisme 2 Bureau Mondial du Scoutisme Case postale 91 5, rue du Pré-Jérôme CH-1211 Genève 4, Plainpalais Suisse Copyright 2011, Bureau Mondial

Plus en détail

Suspension et. renvoi : Ce que les parents devraient savoir

Suspension et. renvoi : Ce que les parents devraient savoir Suspension et Ce que les parents devraient savoir renvoi : Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves.

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. APPLICATION DES CONDITIONS GENERALES - DEFINITIONS - CLAUSES GENERALES BRIDGESTONE France 1.1 Tous achats de biens, marchandises, équipements et matériels et de services

Plus en détail

Services d ambulances terrestres

Services d ambulances terrestres Chapitre 4 Section 4.02 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulances terrestres Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.02 du Rapport annuel 2005

Plus en détail

Accord entre la Suisse et l Italie relatif à l émigration de travailleurs italiens en Suisse

Accord entre la Suisse et l Italie relatif à l émigration de travailleurs italiens en Suisse Texte original 1 Accord entre la Suisse et l Italie relatif à l émigration de travailleurs italiens en Suisse 0.142.114.548 Conclu le 10 août 1964 Approuvé par l Assemblée fédérale le 17 mars 1965 2 Instruments

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

Entente d Évaluation et de Thérapie

Entente d Évaluation et de Thérapie Entente d Évaluation et de Thérapie Bienvenue au Centre de Thérapie de l Ouest de Montréal. Nous sommes une équipe de psychologues, psychothérapeute, orthophonistes et conseillers pédagogique qui travaillent

Plus en détail

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite Politique et procédures sur la Ligne de signalement fraude et inconduite 7 novembre 2011 TABLE DES MA TIÈRES 1. Définitions... 4 2. Objectifs... 4 3. Principes... 5 4. Champs d'application... 6 5. Traitement

Plus en détail

Traité de l OMPI sur le droit d auteur (WCT)*

Traité de l OMPI sur le droit d auteur (WCT)* (Ce texte remplace celui classé précédemment sous le même numéro de cote.) ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (OMPI) Traité de l OMPI sur le droit d auteur (WCT)* (adopté à Genève le

Plus en détail

Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux

Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux Chapitre 4 Section 4.10 Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2006

Plus en détail