Le Complément. Le nouveau journal des complémentaires. Dossiers. Novembre Année scolaire Pour un développement global des jeunes

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Complément. Le nouveau journal des complémentaires. Dossiers. Novembre 2011. Année scolaire 2011-2012. Pour un développement global des jeunes"

Transcription

1 Le Complément Pour un développement global des jeunes Novembre 2011 Dossiers La collaboration école famille- communauté La santé et le bien- être L éducation à la sexualité L approche orientante L interculturalisme, l accueil et la francisation La prévention et l intervention en lien avec l intimidation et la violence La toxicomanie et les dépendances Le nouveau journal des complémentaires Il nous fait plaisir de vous offrir le tout premier numéro de cette nouvelle publication. Ce journal vous permettra de suivre le développement et de vous informer davantage sur différents dossiers reliés au développement global des jeunes. Notre vision Afin de favoriser la réussite de nos élèves en leur offrant un milieu sain et sécuritaire, notre équipe a le souci constant d appliquer une vision intégrée et concertée à travers ses actions. Cette approche nous permet ainsi de travailler conjointement à développer les compétences incontournables dont les jeunes ont besoin pour faire face aux différentes réalités et problématiques de la vie. Travailler avec une vision d ensemble plutôt que d aborder et de gérer les thématiques séparément permet une plus grande efficacité et a un impact certain sur les jeunes. L Équipe des complémentaires

2 Le Complément Collaboration École Famille Communauté Par Annie Grignon- Labine, directrice adjointe, SE La collaboration École Famille Communauté, incontournable à la réussite! 2 Tous s entendent pour dire que la collaboration entre l école, la famille et la communauté est essentielle en matière de réussite éducative, de santé et de bien- être des jeunes. Les avantages d une telle collaboration sont nombreux. Mais développer un réel partenariat prend du temps et de l énergie. On peut souvent avoir l impression que le gain immédiat est minime par rapport à l investissement de départ. Par contre, à long terme, les retombées sont souvent plus grandes qu anticipées au départ. D ailleurs, comme le dit le proverbe : Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin! De grands défis nous attendent lorsque nous voulons maintenir la mobilisation de plusieurs partenaires: - Avoir une compréhension commune des enjeux et de la situation - Établir un équilibre entre le temps d analyse, de planification et la mise en œuvre d actions concertées - Comprendre et respecter les réalités et les mandats (rôles) des différents partenaires - Sortir de sa zone de confort pour réellement travailler ensemble plutôt qu un à côté de l autre N hésitez pas à faire appel à l équipe des complémentaires pour vous soutenir dans vos projets de mobilisation et dans l établissement d environnements favorables à la réussite éducative, à la santé et au bien- être des jeunes. Travaux en cours Actuellement, plusieurs membres de la communauté ainsi que la commission scolaire se sont mobilisés autour de différents travaux. En voici quelques exemples : - Chantiers sur la persévérance scolaire (MRC L Assomption et MRC Les Moulins) - Regroupements locaux de partenaires autour des saines habitudes de vie - Groupe de travail multisectoriel planification concertée en éducation à la sexualité - Groupe de travail multisectoriel planification concertée en développement des saines habitudes de vie Formation et support offerts pour l année Formation pour les directions d établissement sur la collaboration École- Famille- Communauté (hiver 2012) - Accompagnement aux écoles qui désirent développer davantage leurs liens de collaboration avec la famille et la communauté (responsable : Geneviève Roussety) - Le volet soutien aux parents est également en développement (responsable : Annie Grignon- Labine)

3 Les dossiers complémentaires L éducation à la sexualité prend son envol dans nos écoles! Par Stéphanie Houle, sexologue et conseillère pédagogique L éducation à la sexualité à la CSA Directement au cœur du développement global des jeunes, le dossier de l éducation à la sexualité occupe une place importante aux services éducatifs complémentaires depuis quelques années déjà. Formations Primaire S outiller pour implanter la séquence d interventions éducatives (6 e année) - Thème : Puberté 30 septembre 2011 (FORTIC ) - Thèmes : Image corporelle et Vie affective 2 décembre 2011 (FORTIC ) Le développement psychosexuel de l élève présentant une déficience intellectuelle au primaire 5 décembre 2011 (FORTIC ) Secondaire Aborder l orientation sexuelle avec mes élèves. Appropriation des interventions éducatives Enseignants 1 er cycle : 2 février 2012 Enseignants 2 e cycle : 13 février 2012 L intervention, le soutien et l accompagnement des jeunes face à l homophobie Personnel professionnel et de soutien : 15 mars 2012 La sexualité chez les élèves dysphasiques : intervenir et éduquer! 24 octobre et 6 février (FORTIC ) 8 novembre et 16 mars (FORTIC ) L éducation à la sexualité pour les élèves de 12 à 15 ans présentant une déficience intellectuelle (Volet 2) (FORTIC ) L éducation à la sexualité en milieu scolaire est un dossier vaste et complexe puisqu il concerne tous les élèves, de toutes les clientèles et ce, du préscolaire jusqu à la fin du secondaire. De plus, puisqu il touche la dimension fondamentale de l être humain qui s exprime sous différents aspects, il se divise en plusieurs thématiques et se déploie maintenant à travers toutes les disciplines. Bien qu il soit difficile de ne pas tenir compte des grands besoins de tous nos élèves en matière d éducation à la sexualité, il nous est essentiel d établir des priorités à chaque année. Depuis les dernières années, les nouvelles orientations ministérielles et façons de faire proposées ont nécessité beaucoup de travail de développement afin de produire des outils pertinents et efficaces. Puisque l éducation à la sexualité est la responsabilité d un ensemble de partenaires et que sa réalisation dépend grandement du travail de collaboration entre les réseaux de la santé, de l éducation et du milieu communautaire, le développement d outils de qualité et le déploiement d interventions éducatives efficaces dans nos écoles se fait en constante collaboration avec nos précieux partenaires. Ce travail de concertation et d actions communes est une grande force dans ce dossier à la CSA. Puisque ce sont finalement les enseignants et autres intervenants scolaires qui se retrouvent en première ligne auprès des élèves, plusieurs formations sont offertes en lien avec les priorités définies. Priorités Groupe de travail santé- éducation en éducation à la sexualité au primaire du sud de Lanaudière Implantation de la séquence 6 e année (voir formations ci- contre) Développement de la séquence 5 e année Projet de démonstration en éducation à la sexualité en milieu scolaire primaire - Stratégie d action jeunesse Proposer des actions concrètes destinées aux parents d élèves du primaire Implantation du projet dans 4 écoles primaires. Lutte à l homophobie dans les écoles secondaires Tournée de sensibilisation aux problématiques de l homophobie et de l intimidation. (Préalable aux formations sur l orientation sexuelle, ci- contre) Développement des lignes directrices pour l intervention et l éducation à la sexualité chez les élèves EHDAA (clientèles DIM et dysphasiques) 3

4 Le Complément 4 Vire- Vent, un service d accueil et de francisation Par Joanne Lapointe, conseillère pédagogique Depuis quelques années, la situation de l immigration à la Commission scolaire des Affluents change rapidement. Afin de bien accueillir et de favoriser l intégration des nouveaux arrivants, le service Vire- Vent a été mis sur pied. C est ainsi que la trousse Vire- Vent a pris forme. Elle sert à outiller les écoles, à rassurer et accompagner les parents et à présenter les services offerts par l équipe Vire- Vent. Chaque école doit s assurer que ce grand changement chez l enfant devienne une expérience enrichissante et positive pour lui. Le service Vire- Vent comporte maintenant trois volets : la classe Vire- Vent, le service de francisation à l école et une classe de mise à niveau. La classe Vire- Vent constitue une étape de transition majeure pour faciliter le passage de l élève à la classe ordinaire. La mission de cette classe est d apprendre à l élève à vivre en français. Le but de la classe Vire- Vent est que chaque élève acquière, le plus rapidement possible, une connaissance fonctionnelle du français correspondant à ses besoins scolaires, personnels et sociaux. L enfant qui fréquente cette classe y vient trois jours par semaine, de 9h45 à 14h environ. L élève est donc présent dans sa classe d origine (école de quartier) environ une heure le matin et une heure à la fin de la journée pour lui permettre de poursuivre son intégration à son milieu de vie. Pour les élèves ayant une connaissance minimale du français, il est prévu que l enfant reçoive un service de francisation à l école par un enseignant itinérant. Celui- ci offrira des activités, le plus fréquemment en lien avec la vie de la classe, entre 45 et 60 minutes par semaine, pour bonifier le vocabulaire et travailler la structure de phrases et, dans certains cas, une autre heure pour effectuer le plan de mise à niveau. Finalement, pour les élèves qui vivent un écart considérable entre leurs connaissances et le programme scolaire québécois, il y a la classe de mise à niveau Vire- Vent. Ce service vise à consolider leur français et à pallier l écart entre le programme scolaire de leur pays d origine et celui du Québec, augmentant ainsi leurs chances de réussite. La trousse Vire- Vent Accessible sur la page principale du site Internet de la commission scolaire ou à l adresse suivante : blogues.csaffluents.qc.ca/vi re- vent Les étapes d accueil et d intégration pour les élèves nouvellement arrivés, privilégiées par Vire- Vent : Stabiliser l affectif, franciser et scolariser Chacun va à son rythme, toutefois pour la majorité de nos élèves, lors de la première année, ils stabilisent leur affectif, apprennent le français oral et développent la lecture. Transférer leurs nouvelles connaissances en écriture La deuxième année permet aux élèves de transférer leurs nouvelles connaissances en écriture. Poursuivre l ensemble de leurs apprentissages en français En deux ans, la grande majorité de nos élèves deviennent autonomes et réussissent leur année scolaire.

5 Les dossiers complémentaires L Approche orientante Par Sylvaine Lefebvre, conseillère pédagogique Par Tamara Pierre- Louis, c.o. et conseillère pédagogique L approche orientante : un indispensable dans le développement du jeune Pour beaucoup de gens, l approche orientante (AO) est un concept associé essentiellement aux métiers et professions de notre société. Pourtant, c est une approche qui vise le développement global de l élève au niveau de son identité afin de l amener à faire des choix scolaires et professionnels cohérents avec ses intérêts, aptitudes, forces, etc. Identité, connaissance de soi, système scolaire, métiers et professions sont donc des composantes essentielles de l AO. Plusieurs actions ont été menées ces dernières années pour aider les écoles secondaires à soutenir leurs élèves dans le développement de leur identité et dans les différents choix scolaires et professionnels qu ils ont à faire. Voici quelques exemples: planification d activités «Indispensables» de connaissance de soi et d information scolaire et professionnelle destinées aux élèves du secondaire et disponibles sur le bureau virtuel. La progression de ces activités a pour aboutissement d amener l élève, en fin de parcours scolaire, à faire un choix de programme de formation correspondant le plus Formations 7 au 11 novembre 2011 : Conférences destinées aux parents dans le cadre de la Semaine québécoise de l orientation. Informations : 12 octobre 2011 : Formation sur les dimensions de l identité Inscriptions : FORTIC à ses intérêts, aptitudes et valeurs; documents présentant et aidant l élève à faire un choix de parcours de formation en 2 e secondaire; questionnaires visant un choix de séquence de mathématique en 3 e secondaire; formations à la carte sur les dimensions de l identité offertes aux enseignants, professionnels et directions des écoles secondaires; formation et accompagnement des enseignants dans les projets visant le développement des dimensions de l identité des élèves (groupes de développement); activités en lien avec la connaissance de soi, les dimensions de l identité et l information scolaire et professionnelle, développées à l intérieur de différentes disciplines (géographie, français, science, etc.) au secondaire (disponibles dans la communauté AO du bureau virtuel). Priorités Accompagnement des écoles secondaires au niveau de la planification et de la réalisation des activités AO. Accompagnement des groupes de développement sur les dimensions de l identité. Soutien, au primaire, dans le développement d initiatives AO (3 e cycle du primaire). Formations destinées aux parents, dans le cadre de la Semaine de l orientation. 5

6 Le Complément La prévention et le traitement de la violence Par Geneviève Roussety, conseillère pédagogique 6 Il y a environ cinq ans, la Commission scolaire s était penchée sur la réalisation d un portrait de la violence dans ses établissements. Les résultats du sondage effectué avaient révélé que la violence verbale et l intimidation étaient les manifestations de violence les plus présentes dans nos écoles. Dans le but d offrir un environnement sain et sécuritaire, plusieurs actions en matière de prévention et de traitement de la violence, visant tout le personnel ainsi que les élèves et leurs parents, ont été mises en place. Élaboration de cadres de références et guides À titre d exemple, l élaboration d un cadre de référence affirmant la position de la commission scolaire quant à la violence ainsi que l écriture d un guide à l intention des établissements sur les pratiques à mettre en place pour prévenir, intervenir et faire un suivi lors des situations de violence, font partie des actions accomplies. Un cadre de référence concernant l utilisation des mesures contraignantes ainsi qu un outil d accompagnement pour l élaboration d un protocole d intervention en situation de désorganisation comportementale ont aussi été créés. De plus, au cours des prochaines années, tous les membres du personnel recevront une formation visant les interventions non violentes en situation de crise. Sensibilisation, formation et outils Les services éducatifs de la CSA, en collaboration avec l organisme L Avenue, justice alternative, ont réalisé une tournée dans les écoles primaires afin de sensibiliser les membres du personnel, incluant le service de garde, sur la problématique de l intimidation. Les objectifs de cette démarche étaient d outiller le personnel, de leur permettre de développer un langage commun, de les sensibiliser à l importance d agir et surtout de leur fournir des moyens pour intervenir efficacement lors de situations d intimidation. Dans le but d offrir un complément d information, nous avons travaillé à l élaboration d une banque d outils qui sera disponible sous peu et accessible sur le nouveau site web (voir encadré). Cette banque d outils contiendra différentes ressources afin d aider les écoles, notamment dans l élaboration de leur stratégie locale visant à prévenir et traiter la violence ainsi que plusieurs autres outils concrets. Une section destinée aux parents et aux jeunes sera également disponible. Dans le cadre du plan d action sur la violence du MELS ainsi que du plan de lutte à l homophobie, une tournée de sensibilisation sur l intimidation et l homophobie, cette fois- ci pour les écoles secondaires, sera réalisée au cours de l année scolaire Travail en partenariat Mentionnons que la CSA travaille en étroite collaboration avec plusieurs organismes de la communauté concernés par la violence. En effet, nous participons activement à deux projets de concertation portant sur le phénomène des gangs de rue, et ce, autant dans la MRC L Assomption que Les Moulins. Une collaboration se poursuit également avec le Carrefour jeunesse emploi de la MRC L Assomption, dans le cadre du service Alternative suspension pour les élèves du secondaire. De plus, cette année permettra l implantation de ce même service dans la MRC Les Moulins avec le Carrefour jeunesse emploi de cette région. Nouveautés Site web pour un milieu sain et sécuritaire Un tout nouveau site web sera lancé cet automne. Vous y trouverez entre autres des outils en lien avec l intimidation. Ce site s adresse aux intervenants scolaires, aux parents et aux jeunes. Surveillez les actualités sur le site de la CSA! Lutte à l homophobie Sensibilisation et formations : Tournée de sensibilisation sur l intimidation et l homophobie pour le personnel scolaire des écoles secondaires Pour une nouvelle vision de l homosexualité (FORTIC) Formation sur l utilisation des interventions éducatives sur l orientation sexuelle (FORTIC) Matériel pédagogique : Interventions éducatives en lien avec la lutte à l homophobie Lutte au racisme Cette année, nous serons en développement de formations et d interventions éducatives en lien avec la lutte au racisme.

7 Les dossiers complémentaires La santé et le bien- être, liés à la réussite Par Annie Grignon- Labine, Directrice adjointe, SE Secteur des complémentaires Les recherches ont démontré qu il existe un lien direct d interdépendance entre la réussite éducative, la santé et le bien- être. C est pourquoi le Ministère de la santé et des services sociaux (MSSS) ainsi que le Ministère de l éducation, du loisir et du sport (MELS) ont signé une entente de complémentarité de services afin que les deux réseaux travaillent ensemble sur ces trois dimensions importantes de la vie de nos jeunes. Concrètement, sur le territoire de la CSA, cela s est traduit par plusieurs initiatives et projets concertés entre les deux réseaux (éducation et santé/services sociaux), mais aussi avec les partenaires du communautaire. Certains de ces projets sont nommés dans les différents articles de ce journal (pages 2, 3 et 6). Site web pour un milieu sain et sécuritaire Pour les intervenants, les parents et les jeunes: volet saines habitudes de vie (alimentation, sommeil, stress, activité physique) Projets de concertation locaux et régionaux Groupe de travail santé- éducation en développement des saines habitudes de vie du sud de Lanaudière Planification concertée et mise en œuvre d actions et de collaborations à privilégier entre les deux réseaux et les partenaires concernés Planification triennale des regroupements locaux de partenaires en saines habitudes de vie Planification et mise en œuvre d actions concertées dans chaque MRC regroupant plusieurs secteurs (scolaire, municipal, santé, communautaire, économique) Projet EROS II Projet régional (Lanaudière) en saines habitudes de vie sexuelle des jeunes Collaboration aux projets régionaux : Bonne boîte, bonne bouffe Transport actif éco responsable (TAER) En voici quelques autres : Formation et soutien Formation sur les boissons énergisantes 4 novembre et 2 décembre 2011 Soutien aux écoles en lien avec le mois de la nutrition Décembre 2011 à mars 2012 Accompagnement et soutien des écoles Dans leur mise en œuvre de pratiques efficaces et de projets en lien avec la promotion de la réussite éducative, de la santé et du bien- être ainsi qu avec la prévention des problèmes sociaux et des problèmes de santé Activités de sensibilisation et de formation sur mesure En lien avec les meilleures pratiques en promotion- prévention, (sur demande des écoles) Travaux en cours (Service de l enseignement) Projet de prévention sur les boissons énergisantes En lien avec les recommandations des experts, projet pour les écoles secondaires Activités et matériel en lien avec le mois de la nutrition Banque d activités et de matériel pour les écoles Qui peut vous aider? Geneviève Roussety, conseillère pédagogique Recommandations d experts en matière de promotion et prévention Accompagnement École en Santé Louise Labonté, infirmière Dossier des boissons énergisantes Mois de la nutrition Annie Grignon- Labine, directrice adjointe Regroupements locaux de partenaires en Saines habitudes de vie «Santé vous en forme L Assomption» et «Jeunes actifs Les Moulins» Liens avec le CSSSSL Projets locaux et régionaux 7

8 Le Complément Toxicomanie et dépendances Par Mariève Fortin, Coordonnatrice de communauté 8 Milieu sain et sécuritaire Le défi des dernières années à la commission scolaire a été, et demeure toujours, la mise en place des services en dépendance dans un continuum incluant des actions allant de la prévention jusqu à la réadaptation. Pour ce faire, la création d un nouveau rôle dans les écoles secondaires, soit celui d intervenant pivot, a permis un travail de liaison plus efficient avec les différents partenaires impliqués dans le continuum de services en dépendance. Pour rendre un milieu plus sain et sécuritaire, et par le fait même prévenir les problèmes de consommation chez nos jeunes, différentes actions de prévention doivent être préconisées dans un milieu: 1. Aménager le milieu pour qu il soit enrichissant, sain et stimulant par la mise en place d un comité de travail «milieu sain et sécuritaire«qui a la responsabilité d analyser le milieu, déterminer les priorités d actions et coordonner les activités et actions dans l école. 2. Développer les compétences personnelles et sociales des jeunes pour leur permettre de faire des choix éclairés en lien avec leurs besoins. Que ce soit par des animations en classe sur des sujets précis, mais aussi dans les interventions de l équipe école en lien avec le vécu quotidien partagé avec les élèves. 3. Donner de l information pertinente aux jeunes concernant différents aspects de la consommation (cercle de l assuétude, types de stupéfiants, etc.). 4. Mettre en place un code de vie qui émet la position de l école face à la possession, la consommation et au trafic de substances à l école. Établir un protocole qui définit les mesures d encadrement et d aide qui seront mises en place si un jeune ne respecte pas la règle du code de vie. Travail de partenariat Le partenariat que nous avons établi depuis plusieurs années, en matière de prévention, avec l organisme Uniatox, est bien installé dans plusieurs écoles. Un certain nombre de jeunes auront des besoins d intervention précoce parce qu ils sont plus à risque de développer des problèmes en lien avec la consommation. Généralement, l intervention se fait par l intervenant pivot ou par celui du CLSC, en individuel, mais l année dernière, des groupes de jeunes ont été formés en intervention précoce dans trois écoles (Des Rives, L Odyssée et Armand- Corbeil). Ces groupes étaient animés par les intervenants du Tremplin et du CLSC. L intervenant pivot était présent dans la plupart des cas. Suite aux résultats, nous verrons cette année si l expérience sera reconduite. Le travail de collaboration se maintient aussi depuis plusieurs années avec les partenaires du Tremplin pour des suivis individuels, chez des jeunes ayant des besoins de réadaptation. Développement Différents défis se posent pour l avenir en tenant compte des nouvelles réalités qui peuvent amener nos jeunes à développer une problématique en lien avec certaines dépendances : boissons énergisantes, cyberdépendance et jeu. Ces thématiques sont sur la table pour du développement. Pour cette année, le plan de travail est de s assurer que nos actions répondent bien aux critères des meilleures pratiques reconnues efficaces tant au primaire qu au secondaire. Rencontres des intervenants- pivots Les rencontres des intervenants- pivots se poursuivent cette année. Dorénavant, c est Geneviève Roussety, nouvelle conseillère pédagogique, qui s occupera de ces rencontres.

9 Nos partenaires ``` Nous tenons à souligner la collaboration plus particulière de certains partenaires avec qui nous faisons équipe dans le développement et le déploiement des dossiers complémentaires. À chaque parution, nous vous en présenterons un. CSSSSL (CLSC Meilleur et CLSC Lamater) Depuis quelques années, nous travaillons en étroite collaboration avec l équipe de promotion prévention jeunesse du CSSSSL. En plus de réaliser leur incontournable mandat de santé publique (vaccination, scellants dentaires, itss, contraception, etc.), un effort est fait annuellement pour bâtir une offre de services en lien avec les priorités et les projets éducatifs des écoles. Dans un souci de cohérence et de mise en œuvre de pratiques reconnues efficaces, ils travaillent avec, comme toile de fond, l approche École en Santé. Récemment, deux nouvelles ressources se sont jointes à cette équipe déjà composée d infirmières et d hygiénistes dentaires. Il s agit d une nutritionniste et d une conseillère en promotion- prévention volet psychosocial. Le développement de ce lien de collaboration a été rendu possible grâce, entre autres, à la vision et au leadership de leur chef d administration de programme, Julie Gravel, qui croit à l importance du travail en partenariat et qui sait allier souplesse et rigueur. L Équipe des dossiers complémentaires Le Complément Service de l enseignement Équipe des dossiers complémentaires Approche orientante : Éducation à la sexualité : Sylvaine Lefebvre (poste 4533) Tamara Pierre- Louis (poste 4454) Stéphanie Houle (poste 4512) Interculturalisme, accueil et francisation : Joanne Lapointe (poste 4529) Isabelle Breault (poste 3806) Line Delorme (poste 4567) Dossiers psychosociaux, santé et bien- être, collaboration école- famille- communauté : Geneviève Roussety (poste 4521) Infirmière pour les volets saines habitudes de vie, sexualité et toxico - dépendances : Louise Labonté (poste 3664) Prochaines parutions Janvier 2012 Juin 2012 Directrice adjointe : Secrétaire : Annie Grignon- Labine (poste 3451) Lynda Beaudoin (poste 4452) Nous nous ferons un plaisir de vous accompagner dans vos milieux afin de vous offrir du support et de la formation en lien avec ces différents dossiers. N hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et suggestions sur «Le Complément», par courriel à :

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

POUR LA RÉUSSITE DE NOS ÉLÈVES, OSONS RÊVER ENSEMBLE!

POUR LA RÉUSSITE DE NOS ÉLÈVES, OSONS RÊVER ENSEMBLE! COMMISSION SCOLAIRE DE LA CAPITALE ÉCOLE SAINT-MALO LE PROJET ÉDUCATIF 2010-2015 DE L ÉCOLE POUR LA RÉUSSITE DE NOS ÉLÈVES, OSONS RÊVER ENSEMBLE! Projet éducatif adopté par les membres du conseil d établissement

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE ADOPTÉE : Le 24 novembre 2010 RÉSOLUTION NO : CC2567-10 596, 4 e Rue Chibougamau (Québec) G8P 1S3 Tél. : 418 748-7621 - Télécopieur : 418 748-2440 Politique linguistique document

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE Pour créer des environnements favorables à la saine alimentation, au jeu actif et au développement moteur en services de garde

CADRE DE RÉFÉRENCE Pour créer des environnements favorables à la saine alimentation, au jeu actif et au développement moteur en services de garde CADRE DE RÉFÉRENCE Pour créer des environnements favorables à la saine alimentation, au jeu actif et au développement moteur en services de garde éducatifs à l enfance Isabelle Desbiens Responsable de

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034)

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) 4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) Processus de consultation dépôts: CCG - 15 février 2011 CPC - 17 février 2011 Conseil des commissaires - 22 février 2011 La présente politique s

Plus en détail

Plan de réussite 2009-2010

Plan de réussite 2009-2010 Plan de réussite 2009-2010 Orientation 1 : Respecter davantage les rythmes d apprentissage des élèves pour réaliser la mission d Instruire les élèves. Objectif 1 : Réduire de 10% le nombre d élèves de

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

L intégration scolaire des jeunes réfugiés. Granby se mobilise ----- Présentation des capsules vidéo

L intégration scolaire des jeunes réfugiés. Granby se mobilise ----- Présentation des capsules vidéo L intégration scolaire des jeunes réfugiés Granby se mobilise ----- Présentation des capsules vidéo Ce film est composé de 7 capsules vidéo qui donnent la parole à deux jeunes réfugiés et à cinq intervenants

Plus en détail

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Pratique de pointe Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Présenté par les Programmes de Soutien à l intégration

Plus en détail

ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES

ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE ET LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT 2010-2014

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

École Du Domaine Projet éducatif 2011-2016

École Du Domaine Projet éducatif 2011-2016 École Du Domaine Projet éducatif 2011-2016 Approuvé tel qu amendé par le conseil d établissement le 6 mai 2014. LE PORTRAIT DE NOTRE MILIEU L école Du Domaine est située dans le secteur Duberger de l arrondissement

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017

PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017 PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017 Présentation Ce plan stratégique décrit les orientations qu a résolu d adopter le (CJSS) pour la réalisation de sa mission 1 au cours de la période 2014-2017. Il vise à guider

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée 2014 2015 Centre de formation générale des adultes 1 L école et son milieu Tous les services d enseignement offerts à plus de 2000 adultes; Clientèle répartie

Plus en détail

Offrir des services de surveillance pour les jeunes handicapés de 12-21 ans au Québec : un défi à relever

Offrir des services de surveillance pour les jeunes handicapés de 12-21 ans au Québec : un défi à relever Offrir des services de surveillance pour les jeunes handicapés de 12-21 ans au Québec : un défi à relever Conférence dans le cadre du Symposium Le bien-être des familles vivant avec leur enfant handicapé

Plus en détail

nancy.doyon@dimensioneducative.com www.dimensioneducative.com Page 1

nancy.doyon@dimensioneducative.com www.dimensioneducative.com Page 1 Mini formation en coaching familial Il existe présentement un engouement important face au coaching familial un peu partout au Québec et ailleurs dans le monde. En effet, les émissions de télé telles que

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques Nature du projet Mise en place d un Carrefour de formation, de

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE LE CENTRE DE FORMATION RIMOUSKI-NEIGETTE FORMATION PROFESSIONNELLE

CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE LE CENTRE DE FORMATION RIMOUSKI-NEIGETTE FORMATION PROFESSIONNELLE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE LE CENTRE DE FORMATION RIMOUSKI-NEIGETTE FORMATION PROFESSIONNELLE ET LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE (ONGLET 37) Processus de consultation Comité de la politique linguistique 16 mars 2010 Comité de consultatif de gestion 23 mars 2011 Comité de parents 28 mars 2011 Comité de participation

Plus en détail

Le Pont Passeur : D une rive à l autre

Le Pont Passeur : D une rive à l autre Le Pont Passeur : D une rive à l autre «Pour une transition efficace entre le service de garde et le monde scolaire» Portrait de l enfant Nom de l enfant: Vous trouverez ci-joint un portrait global de

Plus en détail

Politique éditoriale du site web et du blogue

Politique éditoriale du site web et du blogue Politique éditoriale du site web et du blogue Clientèles visées par le site et le blogue Les jeunes (6-11 ans et 12-17 ans), les parents et les intervenants (incluant les directions d établissements).

Plus en détail

FICHE. Le financement

FICHE. Le financement FICHE # 7 Le financement Le financement Pourquoi entreprendre cette démarche? Parce que c est par le financement à la mission globale que les organismes communautaires autonomes pourront réaliser leur

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Le portfolio orientant comme outil d évaluation

Le portfolio orientant comme outil d évaluation Le portfolio orientant comme outil d évaluation Contenu de la conférence 1. Le concept de l approche orientante à notre école a) Notre philosophie de l orientation b) Notre clientèle c) Le portfolio 1.

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013 Cadre de développement du jeune enfant aux TNO Mai 2013 Un message du ministre de l Éducation, de la Culture et de la Formation et du ministre de la Santé et des Services sociaux Nous sommes heureux de

Plus en détail

Plan de re ussite de l e cole «É cole NDL (St-Jean)» 2015-16

Plan de re ussite de l e cole «É cole NDL (St-Jean)» 2015-16 Plan de re ussite de l e cole «É cole NDL (St-Jean)» 2015-16 OBJECTIFS MOYENS PLAN DE FORMATION RÉSULTATS ATTENDUS ORIENTATION 1 FAVORISER LE PLEIN POTENTIEL DE NOS ÉLÈVES 1.1 D ici 5 ans, augmenter de

Plus en détail

Information Formation de Formateurs FEI / DAIC

Information Formation de Formateurs FEI / DAIC Information Formation de Formateurs FEI / DAIC En complément de sa programmation annuelle, le Centre Ressources Illettrisme tient à informer l ensemble des acteurs régionaux de la mise en place d un dispositif

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Adoptée par le conseil d administration de la CRÉ de l Estrie le 29 janvier 2014 Politique de communication Page 1 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA CRÉ DE L ESTRIE PRÉAMBULE...

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE

CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE École Langevin CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE LANGEVIN ET LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT 2010-2014 ANNÉE SCOLAIRE 2010-2011

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES DÉCOUVREURS

POLITIQUE LINGUISTIQUE DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES DÉCOUVREURS Page 1 de 6 POLITIQUE LINGUISTIQUE DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES DÉCOUVREURS 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE Promouvoir l utilisation d un français oral et écrit de qualité par les élèves et par tous les

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS

Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS Contexte Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS De nombreux pays publient régulièrement des rapports sur la performance de leur système de

Plus en détail

Comité régional en transport collectif de la Mauricie

Comité régional en transport collectif de la Mauricie Comité régional en transport collectif de la Mauricie La première génération En février 2002, le comité de coordination du Consortium en développement social de la Mauricie a tenu une rencontre régionale

Plus en détail

FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF

FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF Le programme éducatif doit être un cadre de référence pour votre personnel éducateur et un outil d information pour les parents.

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016

CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016 CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016 WWW.CASIOPE.ORG POUR LES INTERVENANTS EN PETITE ENFANCE POUR LES GESTIONNAIRES ET LES RESPONSABLES DU SOUTIEN PÉDAGOGIQUE Table des matières POUR TOUS LES INTERVENANTS

Plus en détail

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010)

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010) L accueil et l accompagnement du parent dans les communautés francophones en contexte minoritaire : Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR Le programme ordinateur consiste à utiliser l ordinateur comme outil d apprentissage lors des interventions en soutien scolaire réalisées

Plus en détail

Annule : 2.2 La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels.

Annule : 2.2 La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels. Approbation : CC-010627-1034 Amendée par : CC-080422-2877 Annule : Règlement Politique Pratique de gestion S UJET : Politique de communication 1. LA RAISON D ÊTRE Les communications représentent un secteur

Plus en détail

POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des actions prises aujourd hui pour demain

POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des actions prises aujourd hui pour demain POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Des actions prises aujourd hui pour demain POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PRÉAMBULE L Assemblée générale des Nations Unies constituait la Commission mondiale de l

Plus en détail

Histoire 4 e secondaire Mathématique CST 4 e secondaire

Histoire 4 e secondaire Mathématique CST 4 e secondaire LES COURS D ÉTÉ EN JUILLET 2012 2 e secondaire cours d été (3 semaines) et évaluation intégrée à la session des cours d été 3 e secondaire cours d été (3 semaines) et évaluation intégrée à la session des

Plus en détail

CLUBS D ENTREPRENEURS ÉTUDIANTS DES PREMIÈRES NATIONS (CEEPN) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

CLUBS D ENTREPRENEURS ÉTUDIANTS DES PREMIÈRES NATIONS (CEEPN) DOCUMENT DE PRÉSENTATION CLUBS D ENTREPRENEURS ÉTUDIANTS DES PREMIÈRES NATIONS (CEEPN) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AOÛT 2012 TABLE DES MATIÈRES 1. Le projet des CEE... 1 1.1 Les objectifs du projet... 1 1.2 Le retour attendu sur

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE POUR LA GESTION DES PLAINTES

POLITIQUE ET PROCÉDURE POUR LA GESTION DES PLAINTES POLITIQUE ET PROCÉDURE POUR LA GESTION DES PLAINTES POLITIQUE ET PROCÉDURE DE GESTION DES PLAINTES Préambule La loi sur les services de santé et les services sociaux prévoit un régime d examen des plaintes

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

École St-Julien. Projet éducatif Plan de réussite 2014-2015 Format abrégé

École St-Julien. Projet éducatif Plan de réussite 2014-2015 Format abrégé École St-Julien Projet éducatif Plan de réussite 2014-2015 Format abrégé L école et son milieu École primaire implantée dans un quartier d Alma en zone rurale. 170 élèves répartis entre 7 classes. Service

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège.

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège. CAHIER DE GESTION POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL COTE 36-00-01.01 OBJET La présente politique vise à préciser et à faire connaître les objectifs et les champs d application privilégiés

Plus en détail

Centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau

Centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau Centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau Plan de réussite Convention de gestion 2013-2016 2014-2015 Approuvé par les membres du Conseil d établissement à la réunion du 8 octobre 2014 20 octobre

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013 ORIENTATION 5.1 Sensibiliser tous les intervenants de l organisation scolaire d une part, les élèves et leur famille d autre part, à l importance de la culture dans la vie. Offrir des activités de sensibilisation

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Première partie LE CONTEXTE

Première partie LE CONTEXTE 13 Première partie LE CONTEXTE LA LOI SUR LA SANTÉ PUBLIQUE ET LE PROGRAMME NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE 2003-2012 Le Programme national de santé publique 2003-2012 a été institué par la Loi sur la santé

Plus en détail

7245, rue Clark # 202, Montréal (Québec) H2S 2S4 Tél : (514) 279.3669 / Fax: (514) 279-4223 Courriel : emplois@carrefourble.qc.ca

7245, rue Clark # 202, Montréal (Québec) H2S 2S4 Tél : (514) 279.3669 / Fax: (514) 279-4223 Courriel : emplois@carrefourble.qc.ca 7245, rue Clark # 202, Montréal (Québec) H2S 2S4 Tél : (514) 279.3669 / Fax: (514) 279-4223 Courriel : emplois@carrefourble.qc.ca Le Carrefour BLE est un organisme à but non lucratif et de bienfaisance.

Plus en détail

Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016

Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016 Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016 présenté à L APPUI BAS-SAINT-LAURENT par de la MRC de Rivière-du-Loup Mars 2013 VISION Les proches aidants d une personne aînée en perte d autonomie

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME. Le cœur à l école. PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire

PRÉSENTATION DU PROGRAMME. Le cœur à l école. PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire PRÉSENTATION DU PROGRAMME Le cœur à l école PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire Le programme Le coeur à l école s adresse aux parents d enfants

Plus en détail

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017 Service des bibliothèques et archives Plan stratégique 2015-2017 Horizon 2017 Mise en contexte L environnement dans lequel évoluent les bibliothèques universitaires est en mutation depuis plusieurs années.

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Destination plan de formation

Destination plan de formation Destination plan de formation Nombre de pouvoirs locaux et provinciaux ont intégré la circulaire "plan de formation" du 2 avril 2009, pourtant, une récente étude réalisée par le CRF a permis de poser le

Plus en détail

MES PREMIERS JEUX. Programme coordonné par. L Unité de loisir et de sport de la Capitale-Nationale

MES PREMIERS JEUX. Programme coordonné par. L Unité de loisir et de sport de la Capitale-Nationale MES PREMIERS JEUX Programme coordonné par L Unité de loisir et de sport de la Capitale-Nationale PRÉSENTATION DU PROGRAMME L ULS de la Capitale-Nationale (ULSCN) offre le programme Mes premiers Jeux s

Plus en détail

École l Arc-en-ciel 510, rue de l École Téléphone : (418) 386-5541 St-Narcisse-de-Beaurivage (Québec)poste 7131 G0S 1W0 Télécopieur : (418) 475-4431

École l Arc-en-ciel 510, rue de l École Téléphone : (418) 386-5541 St-Narcisse-de-Beaurivage (Québec)poste 7131 G0S 1W0 Télécopieur : (418) 475-4431 École l Arc-en-ciel 510, rue de l École Téléphone : (418) 386-5541 St-Narcisse-de-Beaurivage (Québec)poste 7131 G0S 1W0 Télécopieur : (418) 475-4431 AUTO-ANALYSE DE L ÉCOLE L ARC-EN-CIEL DE ST-NARCISSE

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

Programme de soutien à la recherche et au développement en adaptation scolaire Demande de subvention

Programme de soutien à la recherche et au développement en adaptation scolaire Demande de subvention Nom de l école principale où sera réalisé le projet : Titre du projet : CARACTÉRISTIQUES DE LA DEMANDE DE SUBVENTION Pour quel type de projet faites-vous une demande de subvention? Projet TIC Projet de

Plus en détail

LE PROJET ÉDUCATIF 2009-2014 ET LE PLAN DE RÉUSSITE DE L ÉCOLE SECONDAIRE MARGUERITE-BOURGEOYS

LE PROJET ÉDUCATIF 2009-2014 ET LE PLAN DE RÉUSSITE DE L ÉCOLE SECONDAIRE MARGUERITE-BOURGEOYS LE PROJET ÉDUCATIF 2009-2014 ET LE PLAN DE RÉUSSITE DE L ÉCOLE SECONDAIRE MARGUERITE-BOURGEOYS Adopté par le conseil d établissement le 16 mars 2010 Approuvé par le conseil d établissement le 16 mars 2010

Plus en détail

La créativité comme pratique

La créativité comme pratique 2015 Prospectus à l intention des commanditaires La créativité comme pratique Mobiliser différents modes de pensée 14 et 15 mai 2015 dans le Quartier Latin Montréal, Québec, Canada Organisé par : L Institut

Plus en détail

Partage et échange d expertises et de services : Techniques de tourisme et gestion touristique Rapport narratif final

Partage et échange d expertises et de services : Techniques de tourisme et gestion touristique Rapport narratif final 2010 Partage et échange d expertises et de services : Techniques de tourisme et gestion touristique Rapport narratif final Un projet du Cégep de Matane en collaboration avec le Campus Saint Jean de l Université

Plus en détail

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude Nous, chefs d entreprise, sommes responsables de la santé et de la sécurité de nos salariés dans nos entreprises. Depuis plusieurs années, une

Plus en détail

Présentation du projet éducatif

Présentation du projet éducatif Présentation du projet éducatif Mot du président du conseil d établissement - M. Steve Labranche Le conseil d'établissement tient à remercier toutes les personnes qui ont contribué à la conception, à l'analyse

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. 16 février 2006

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. 16 février 2006 Le plan d intervention au service de la réussite de l élève 16 février 2006 Services éducatifs 1 La nature du plan d intervention Le plan d intervention a pour objectif d aider l élève qui, parce qu il

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR LES MÉNAGES À FAIBLE REVENU Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE... 5 2. COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS... 5 3. ENTENTES DE PAIEMENT...

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

ACCORD-CADRE DE COOPERATION

ACCORD-CADRE DE COOPERATION ACCORD-CADRE DE COOPERATION ENTRE Le Groupe AREVA 27-29 rue Le Peletier 75433 Paris cedex 09 Représenté par son Directeur des Ressources Humaines, Philippe VIVIEN Le ministère de l emploi, de la cohésion

Plus en détail

Démarche de planification École Philippe-Labarre

Démarche de planification École Philippe-Labarre École Philippe-Labarre Directeur Sylvain Cléroux Projet éducatif adopté par le conseil d'établissement le 4 mai 2004 Plan de réussite approuvé par le conseil d'établissement le 11 décembre 2013 en vigueur

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

«RACCROCHER DE TOUTES SES FORCES!»

«RACCROCHER DE TOUTES SES FORCES!» «RACCROCHER DE TOUTES SES FORCES!» Journée régionale sur le retour aux études Mercredi le 28 janvier 2015 8h45 à 12h30 Invitations Au cours du mois de décembre plus d une centaine d invitations ont été

Plus en détail

DÉCLARATION DE SERVICES

DÉCLARATION DE SERVICES INSPIRER L AVENIR DÉCLARATION DE SERVICES Notre vision Plus que jamais, la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean se positionne comme une organisation ouverte et efficiente qui se mobilise, avec l ensemble

Plus en détail

Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation. Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012

Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation. Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012 Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012 Présentation générale

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG Strasbourg, le 22 novembre 2013 FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG La Ville de Strasbourg entend mettre en place la réforme des rythmes scolaires avec le souci

Plus en détail

AGIR CONTRE LA VIOLENCE POLITIQUE

AGIR CONTRE LA VIOLENCE POLITIQUE AGIR CONTRE LA VIOLENCE POLITIQUE Novembre 2012 Politique Les objectifs de la politique Faire connaître la position de l école concernant la violence et l intimidation au personnel, aux élèves, aux parents

Plus en détail

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038 Procédure administrative : Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves Numéro : PA 7.038 Catégorie : Administration des écoles Pages : 6 Approuvée : le 3 mars 2008 Modifiée

Plus en détail

Pour soutenir une réflexion sur les devoirs à l école primaire

Pour soutenir une réflexion sur les devoirs à l école primaire Pour soutenir une réflexion sur les devoirs à l école primaire Avis du Conseil supérieur de l éducation Grandes rencontres sur la persévérance scolaire Novembre 2013 http://www.cse.gouv.qc.ca/ Le Conseil

Plus en détail

DE LA RÉFÉRENCE DANS BORDEAUX CARTIERVILLE

DE LA RÉFÉRENCE DANS BORDEAUX CARTIERVILLE LE TOUT-EN-UN DE LA RÉFÉRENCE DANS BORDEAUX-CARTIERVILLE SEPTEMBRE 2012 LE TOUT EN UN Ce répertoire est une réalisation du comité de la démarche du tout inclus DE LA RÉFÉRENCE DANS BORDEAUX CARTIERVILLE

Plus en détail