Le Laser femtoseconde Quel avenir? Quel positionnement?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Laser femtoseconde Quel avenir? Quel positionnement?"

Transcription

1 PROJET BIOMEDICAL Sujet Le Laser femtoseconde Quel avenir? Quel positionnement? BONNARD Maud GUERIN Mathilde Département Biomédical Promotion 2008

2 Abstract Introduction Les Principaux défauts de la vision Ecole Supérieure D ingénieurs de Luminy I/ Fonctionnement d un Laser en général A/ Principe B/ Le laser utilisé en chirurgie réfractive C/ Impact sur les tissus II/ Techniques actuelles de chirurgie ophtalmologique réfractive A/ Laser Excimer sans découpe cornéenne 1) PKR 2) Lasek B/ Laser Excimer avec découpe cornéenne 1) Épi-lasik 2) LASIK : mode opératoire général III/ Lasik A/ LASIK standard ou LASIK conventionnel B/ LASIK tout laser ou Intralaser C/ Comparaison IV/ Laser Femtoseconde A/ Intralase - Femtec 1) Deux Sociétés 2) Deux Produits 3) Deux Techniques de Positionnement 4) Comparaison B) Autres Applications 1) Traitement de l astigmatisme par Kératoplastie lamellaire (greffe de cornée partielle) 2) Traitement de l astigmatisme par la création de tunnel cornéens 3) Traitement de quelques hypermétropies 4) Opération de la myopie 5) Le laser femtoseconde comme laser réfractif Conclusion Bibliographie Remerciements

3 Abstract The femtolaser is a new technology mainly developed in The USA. It contributes to a great improvement in the refractive surgery. Although LASIK is generally safe and wildly popular, refractive eye surgeons still sweat when using microkeratomes to create corneal flaps. The initial lamellar resection used to create the flap remains the leading cause of intra- and post-operative complications. In order to further reduce flap complications, newer microkeratomes are developed every year. However, although eye surgeons have made staggering advances in corneal flap creation since Jose Barraquer created his first free corneal flap 50 years ago, microkeratome-assisted flap creation is far from being perfect. Over the past 25 years it was discovered that laser-matter interactions could be performed with minimal collateral damages even at the nanometer scale. This unique property opens new opportunities in medicine notably in eye surgery with applications such as refractive surgery, corneal transplant, glaucoma etc, A non-mechanical alternative is now available to create the LASIK flap and may avoid many of the risks associated with using the microkeratome. The technology uses an ultrashort-pulse duration laser measured in femtoseconds, or 1x10-15 seconds - to create a flap. Already more than patients had a refractive correction based on femtosecond laser flap. The femtosecond laser is different than an Excimer laser, which uses an ultraviolet beam (193 nm) to photoablate corneal tissue. In contrast, the femtosecond laser uses an infrared beam (1053 nm) to cause photodisruption. This laser transforms corneal tissue from its normal state into plasma. Since the pulse energy is quickly absorbed within plasma, pressure and temperature both increase rapidly, causing expansion of tissue. Tissue expansion leads to a micro-shock wave, thereby destroying the tissue and causing formation of a cavitation bubbles. Ophthalmic photodisruption is not a new concept: it has been performed since the 1980s and is the technology behind the Nd:YAG laser. However, the resulting large shock waves and cavitation bubbles traditionally have produced too much collateral tissue damage to permit contiguous pulse-to-pulse placement. The ultra-short duration of the femtosecond laser minimizes the shock and collateral tissue damage, making it ideally suited to cut a lamellar flap by contiguous photodisruption. The femtosecond laser has many advantages. First it allows the refractive surgeon to be more flexible when considering creation of the flap diameter, flap thickness, and hinge location. In addition, the femtosecond laser uses a disposable suction ring which requires little vacuum compared with the microkeratome. The femtolaser minimizes mechanical contact with the eye what means the surgery doesn t depend on the surgeon s skill anymore. What s more, it prevents from any risks of infection. As a conclusion, for now, however, the femtolaser remains an attractive, but expensive, alternative to the microkeratome. This laser represents a great opportunity to ophthalmology and it could present future ophthalmic applications

4 Introduction Dans ce compte-rendu, nous tenterons de définir les caractéristiques de la technologie du laser femtoseconde. Cette étude sera restreinte aux applications du laser femtoseconde dans le domaine de la chirurgie ophtalmologique réfractive. La première partie du compte-rendu détaille donc le type de laser utilisé en chirurgie, son fonctionnement et son impact sur les cellules. Afin de comparer cette nouvelle technologie aux anciennes pratiquées en chirurgie réfractive, la deuxième partie décrit les techniques actuelles les plus courantes en chirurgie réfractive. Dans la troisième partie, la technique du «lasik», avec ou sans laser femtoseconde est plus amplement détaillée. En effet le «lasik» est une technique incontournable de la chirurgie réfractive. Enfin, la dernière partie décrit l avenir du laser femtoseconde et le replace dans son contexte économique et industriel. L objectif de ce rapport est non seulement de comprendre le fonctionnement du laser femtoseconde et ses applications cliniques mais aussi d évaluer ses performances par rapport aux autres techniques. Même si dans le domaine du médical, l objectif primordial est la guérison du patient, le chirurgien doit s inscrire dans un contexte économique. C est pourquoi les nouvelles technologies doivent être non seulement performante mais accessible en terme d achat pour les hôpitaux. Le but de la chirurgie est de permettre aux patients atteints de myopie, d hypermétropie, d astigmatisme ou de presbytie, de s affranchir autant que possible de la nécessité d une correction permanente par lunettes ou par lentilles de contact. Pour faciliter la compréhension des différentes techniques chirurgicales, un bref rappel des principaux défauts de la vision ainsi que le schéma d un œil vous seront présentés

5 Les Principaux défauts de la vision L œil est un système optique comparable à une caméra dans laquelle les images doivent êtres correctement mises au point par l objectif (dont les principales lentilles sont la cornée et le cristallin) sur le film sensible (la rétine) pour être vues avec netteté et analysées par le cerveau. L image d un objet vu par un œil myope est floue car, cet œil étant plus long que la normale, elle se forme en avant de la rétine. En revanche, les myopes voient net de près sans correction lorsqu ils rapprochent l objet de l œil. La correction de la myopie se fait par un verre ou une lentille de contact divergent. On peut obtenir le même effet optique que celui d un verre divergent en aplatissant chirurgicalement le centre de la cornée. L image d un objet vu par un œil hypermétrope se forme en arrière de la rétine, l œil étant «comme» trop petit. Les hypermétropes voient flou surtout de près mais aussi de loin avec l âge. La correction de l hypermétropie se fait par un verre ou une lentille convergente. On obtient un effet optique comparable en augmentant chirurgicalement le bombement central de la cornée. La cornée de l œil astigmate (myope astigmate ou hypermétrope astigmate) est déformée. Au lieu d être sphérique, elle est ovale. Ceci donne naissance à une image dont certaines lignes sont floues et d autres nettes. La correction de l astigmatisme est obtenue de façon partielle par un verre cylindrique ou par une lentille torique. Une modification adaptée de la forme de la surface cornéenne permet d atteindre une correction équivalente de ce défaut visuel. La presbytie quant à elle correspond à une diminution, voire à la perte, de l accomodation qui est l ajustement entre la vision de prés et la vision de loin. Ce défaut apparaît généralement à partir de 40 ans et la correction chirugicale fait appel à plusieurs principes

6 I/ Fonctionnement d un laser en général A/ Principe Le mot laser vient de l anglais et signifie «Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation». Ce dispositif a pour but d amplifier la lumière en créant un faisceau monochromatique et cohérent. En résumé, on excite les électrons d un milieu, ce qui déclenche l émission de photons en cascade sous forme de rayon. 1) milieu excitable 2) énergie de pompage 3) miroir totalement réfléchissant 4) miroir semi-réfléchissant 5) faisceau laser Pour cela, un laser possède un réservoir d'électrons (milieu qui peut être solide, liquide ou gazeux), appelé milieu actif, associé à une source excitante qui élève les électrons à des niveaux d'énergie supérieurs. Cette excitation du milieu actif est appelée «pompage». Dans une seconde phase, de la lumière est injectée dans le milieu, provoquant des collisions entre électrons excités et photons. Lors de ces collisions, les électrons excités retournent à leur niveau d énergie initial en émettant de nouveaux photons. Ce processus d émission stimulée, d origine quantique, produit l'amplification de la lumière. Deux miroirs situés aux extrémités du laser se réfléchissent les photons émis, la lumière se densifiant à chaque parcours. L un des deux miroirs est semi-réfléchissant, ce qui permet à une fraction de la lumière d être relâchée à chaque aller-retour. La lumière laser doit sa cohérence au fait que les photons du milieu naissent sur le passage d'autres photons qui sont en phase avec eux dans leur déplacement. De plus, les photons obtenus par émission stimulée ont la même énergie et la même direction que les photons incidents, ce qui explique la pureté et la directivité du faisceau (les photons qui ne se déplacent pas dans l axe des miroirs vont se perdre dans les parois opaques). Les lasers couvrent aujourd hui toute la gamme des rayonnements électromagnétiques, des rayons X et ultraviolets aux ondes infrarouges et micrométriques

7 B/ Le laser utilisé en chirurgie réfractive On classe les lasers selon cinq familles, en fonction de la nature du milieu excité : Les lasers cristallins (à solide), les lasers à colorants, les lasers à gaz, les lasers à semiconducteurs ou diodes lasers et ceux à électrons libres. Le laser utilisé en chirurgie réfractive appartient à la catégorie des lasers solides, c'està-dire que c est un laser à ions dilués dans une matrice solide. Ces lasers utilisent des milieux solides tels que des cristaux ou des verres comme milieu d'émission des photons. Le cristal ou le verre n'est que la matrice et doit être dopé par un ion qui est le milieu laser. Le plus ancien est le laser à rubis dont l'émission provient de l'ion Cr4+ (Chrome). D'autres ions sont très utilisés (la plupart des terres rares (Nd, Yb, Pr, Er, Tm...), le titane, le chrome...). La longueur d'onde d'émission du laser dépend essentiellement de l'ion dopant mais la matrice influe aussi. Ainsi le verre dopé au Nd n'émet pas à la même longueur d'onde (1053 nm) que le YAG dopé au Néodyme (1064 nm). Ils fonctionnent en continu ou de manière impulsionelle (impulsions de quelques microsecondes à quelques femtosecondes - millionième de milliardième de seconde). Ils sont capables d'émettre aussi bien dans le visible, le proche infrarouge que dans l'ultra Violet. Cependant, la source de ce laser utilise la technologie d un autre type de laser : le laser à semi-conducteur ou «diode laser». En effet, ces lasers ont une bonne compacité, un bon rendement, une bonne fiabilité mais le faisceau n est pas de très bonne qualité. Cette source atteint donc un rendement énergétique élevé, n est pas très chère et n exige que peu de maintenance. On obtient donc un laser solide qui utilise des diodes lasers comme source de pompage. Les lasers utilisés en chirurgie réfractive sont souvent des lasers Nd : YAG (la matrice est du YAG : un grenat d'aluminium et d'yttrium,y 3 Al 5 O 12 ) Exemple : le laser à Néodyme Nd : Yag (Infra Rouge 1064 nm), où l'atome actif (Nd) est inclus dans une matrice cristalline de YAG = Yttrium-Aluminium-Grenat. Ces lasers permettent d'obtenir des puissances de l'ordre du kw en continu et du GW en pulsé. Ils sont utilisés pour des applications tant scientifiques qu'industrielles en particulier pour le soudage, le marquage et la découpe de matériaux. Ils sont également en mesure de détacher une couche de tissu de quelques microns seulement

8 C/ Impact du laser femtoseconde sur les tissus Il n y a pas d ablation de tissu mais micro dissection intra lamellaire par création de bulles mixant de l'eau et du carbone dioxyde. L'obtention de cet effet nécessite une grande vitesse photonique et des impulsions très denses pour permettre un claquage optique par activation du champ électromagnétique en conservant des volumes plasmatiques et ioniques voisins. A partir du point focalisé de l'impulsion il se produit une onde provoquant la libération d'un gaz qui écarte les tissus, diffuse et se dilue en laissant à la fin de sa disparition une zone de mini ablation tissulaire. Le retentissement sur les couches tissulaires supérieures et inférieures est nul. L énergie du laser femtoseconde traverse la couche la plus superficielle de la cornée jusqu à un point défini au préalable avec précision. L impact du laser a, en effet, une localisation très précise dans le stroma cornéen (+ou -3µm). Il y une forte puissance de crête au niveau de l'impact, grâce à la faible durée de l'impulsion. On observe une absorption multiphotonique importante dans le matériau : le milieu transparent devient localement absorbant. De plus, le fait que la lumière du laser se propage par impulsion laisse un temps de refroidissement aux tissus, ce qui ne se produit pas lors d une émission continue. Il faut aussi souligner l importance de la longueur d onde car elle détermine la pénétration du laser au sein des tissus. Elle est d autant plus intéressante que dans notre cas car elle contribue à chauffer l eau

9 II / Techniques actuelles de chirurgie ophtalmologique réfractive Le plus souvent, les anomalies de la vision telles que la myopie, l hypermétropie, l astigmatisme ou la presbytie, sont corrigées en modifiant la forme de la cornée, qui est la partie centrale de l œil, grâce au laser Excimer. Le laser Excimer est utilisé depuis plus de quatorze ans pour modifier la surface de la cornée afin de lui donner une nouvelle forme selon une précision de l ordre d un quart de micron. A/ Laser Excimer sans découpe cornéenne Ces interventions suppriment les risques liés à la découpe d un capot cornéen. Il existe deux principales techniques : 1) La Photo Kératectomie Réfractive ou PKR Cette intervention consiste à remodeler le profil de la cornée en appliquant le laser directement sur la surface de l œil, après «grattage» de la couche la plus superficielle de la cornée, l épithélium. Cette intervention courte (temps opératoire inférieur à 5 minutes) est douloureuse les premiers jours. De plus elle s adresse essentiellement aux défauts réfractifs modérés. La cicatrisation est lente, demande des soins oculaires et n est évaluable qu au bout d un petit nombre de semaines. Les retouches sont plus inflammatoires. 2) Le Lasek Le Lasek est une technique relativement récente, intermédiaire entre la PKR et le Lasik. L épithélium, que l on enlève par grattage au cours de la PKR, est ici décollé du stroma se trouvant en dessous. Un capot épithélial est ainsi créé, destiné à protéger le stroma cornéen une fois le laser Excimer appliqué. La principale difficulté du Lasek concerne la réalisation du capot. Celui peut en effet se déchirer lors de la dissection, surtout lorsque ses adhérences avec le stroma sont fortes. L opération dépend donc de l'habileté du chirurgien. La bonne indication du Lasek se porte donc sur les cornées fines, avec bonne surface de recouvrement et à correction assez faible. L opération bilatérale en un temps n est pas conseillée. Le Lasek permet de minimiser les douleurs post opératoires de la PKR. La récupération visuelle est plus rapide. Cependant cette technique reste tout de même proche de la PKR

10 B/ Laser Excimer avec découpe cornéenne Seules les méthodes avec volet autorisent raisonnablement une intervention bilatérale en un temps (opération des 2 yeux le même jour) car le retour visuel est très rapide et la sensibilité est réduite. 1) L Epi-Lasik L Epi-Lasik est une méthode dérivée du Lasek. Ces deux méthodes ont en commun l application du laser Excimer à la surface du stroma cornéen (et non dans des couches stromales plus profondes comme le fait le Lasik). Elles se différencient par le moyen utilisé par le chirurgien pour décoller l épithélium. Au cours d'un Lasek, c'est l'application brève d'une solution d'alcool dilué à 15 ou 20% qui permet au chirurgien de séparer épithélium et stroma. Cependant, l'éthanol utilisé à cet effet exerce une certaine toxicité sur les cellules épithéliales. L'Epi-Lasik a donc été imaginé dans l'idée à la fois de préserver ces cellules et d'améliorer les résultats visuels. La dissection du capot épithélial fait ici appel à un instrument spécifique de découpe cornéenne : un microkératome. En Epi-Lasik comme en Lasek, le capot épithélial est remis en place en fin d'intervention, de façon notamment à protéger le stroma et à limiter les phénomènes douloureux. Même si des résultats encourageants ont d ores et déjà été annoncés, la technique chirurgicale de l'epi-lasik est encore, en 2004, en cours d'évaluation. 2) Kératomileusis in situ ou LASIK Le Lasik est aujourd hui la technique la plus utilisée en chirurgie réfractive. Dans le monde, plus de huit millions de personnes ont été opérées par le Lasik. Dans cette chirurgie, le laser est appliqué dans l épaisseur de la cornée, après avoir réalisé chirurgicalement un "volet" cornéen superficiel remis en place à la fin de l intervention. Cette technique également rapide et indolore permet de corriger des troubles de la vision plus importants ou plus complexes

11 Opération en 2 temps : Ce traitement qui s effectue après anesthésie locale par quelques gouttes de collyre déposées à la surface de l œil, comprend deux principaux temps opératoires: 1 - Une fine lamelle cornéenne superficielle de 160 µm est découpée à l'aide d'un petit rabot (Microkératome) ou d un laser (femtoseconde). Cette découpe est partielle, puisque la lamelle reste attachée par une petite charnière, permettant de la soulever comme un capot. On a ainsi accès aux couches profondes de la cornée ou stroma cornéen. 2 - Une fois le capot cornéen soulevé, le laser Excimer sculpte une partie de la cornée (par vaporisation tissulaire) pour corriger le défaut visuel. L action de ce laser diffère en fonction du défaut visuel à traiter (myopie, hypermétropie, astigmatisme). Ensuite le capot cornéen est repositionné à sa place initiale et vient recouvrir la zone reformatée. Ainsi, il constitue une sorte de protection et de pansement évitant toute douleur. Comme ce capot n a pas été modifié, il permet une restauration visuelle très rapide. La lamelle se refixe naturellement et cicatrise sans suture en quelques jours. L opération en elle même dure environ sept minutes. La vision s améliore généralement au bout d une douzaine d heures. Les deux yeux peuvent être opérés le même jour. Le Lasik s est rapidement imposé comme une technique de référence car il permet: Une bonne précision de la correction effectuée. Une récupération visuelle post-opératoire rapide et pratiquement indolore. La possibilité de réaliser une nouvelle opération en cas de correction insuffisante. De plus, les complications et effets secondaires du Lasik sont très rares

12 III / Lasik Il existe deux méthodes Lasik différentes : A/ Lasik standard ou Lasik conventionnel Cette méthode est celle d origine. Elle associe une découpe au microkératome le plus moderne et une ablation au laser Excimer du type de celle décrite dans le paragraphe cidessus. C est un procédé viable et fiable mais qui n est presque plus utilisé dans les centres très modernes disposant du laser femtoseconde. Le microkératome est l'appareil mécanique de découpe du volet cornéen superficiel. Cette action est très rapide (quelques secondes) et indolore. Les différentes étapes sont les suivantes : 1. Un anneau de succion, placé sur l'œil, l immobilise et guide le microkératome pendant la découpe. 2. Le microkératome est solidaire de l'anneau de succion. Une fine lame oscillante est située sous le microkératome. 3. L'avance du microkératome permet de découper une fine lamelle cornéenne de 160 µm d épaisseur qui restera solidaire de la cornée grâce à une charnière. (L épaisseur de la cornée est de 600 µm environ). 4. L ensemble microkératome/anneau de succion est alors retiré de la cornée. 5. La lamelle est ensuite réclinée comme la couverture un livre. 6. Le surfaçage au laser peut alors commencer sur le stroma cornéen (partie centrale de la cornée). Le laser traite l œil en fonction des informations recueillies lors des examens préopératoires et qui sont introduites par le chirurgien dans l ordinateur. 7. Le capot ou lamelle cornéenne est alors replacé à sa position initiale sans aucune suture. Deux à trois minutes plus tard, le capot est fixé du fait d un effet de pompe qui maintient la lamelle sur la cornée. La variation extrême avec les appareils mécaniques peut aller jusqu'à 200 µ. Le Laser femtoseconde est plus précis mais il est difficile de les comparer car les méthodes de découpe ne sont pas identiques : les vitesses, oscillations, pente et sens diffèrent

13 B/ Lasik tout Laser ou Intralaser Cette formule comporte une découpe effectuée avec le laser femtoseconde qui permet de ne recourir à aucun moment du traitement à un instrument mécanique et permet donc un protocole laser total d'un bout à l'autre. C'est une association de deux lasers : un laser femtoseconde (ci-dessous) et un laser Excimer. Le laser femtoseconde permet de réaliser une fine découpe du volet cornéen uniquement au laser. Il s agit d un laser agissant en infrarouge (1053nm) et créant en unité femtoseconde des minis spots espacés de 5 à 12 µm se rejoignant dans le stroma cornéen. La principale caractéristique de ce laser est de travailler avec des impulsions extrêmement brèves, de l'ordre de la femtoseconde. Cette faible durée d'impulsion permet d'éviter les effets thermiques. En effet le rayon laser est tellement bref qu'il ne peut pas faire bouger les atomes, il a en revanche comme effet d'arracher les électrons des atomes (ionisation) et donc de former des ions qui vont créer un plasma froid (mélange gazeux d'ions et d'électrons). L'énergie transférée aux électrons ne leur permet pas d'aller très loin, et on assiste à une recombinaison des ions dans un espace proche de l'ionisation. Il y a vaporisation de la matière, en la sublimant (passage de l'état solide à l'état gazeux). Cela va aboutir à la création de plus de petites bulles de gaz contiguës. Il n y a pas d ablation de tissu mais séparation intra lamellaire grâce à la création de ces bulles mixant de l'eau et du carbone dioxyde. L ensemble du protocole est sous le contrôle du programme informatique dont les données choisies par le chirurgien définissent le profil du traitement. Les fonctions sont nombreuses et il est possible de positionner la charnière n importe où, de choisir sa taille, de tailler un volet ovale Le laser rend la découpe indépendante des caractéristiques biométriques du globe oculaire. Début du laser femtoseconde Fin du laser femtoseconde

14 C/ Comparaison Comme il n y a plus de lames lorsque l on utilise un laser femtoseconde, beaucoup d aléas mécaniques et facteurs d infection sont théoriquement réduits au minimum. De plus, le centrage est forcément satisfaisant car il s effectue sous contrôle visuel et avant la découpe contrairement au microkératome. La précision augmente car ce laser est reproductible et surtout programmable aussi bien en profondeur qu en diamètre. Le champ de découpe femtoseconde en profondeur s étend de 100 µ à 400µ voire plus autorisant toute ablation au laser Excimer et même des greffes de cornée ou des exérèses localisées de tissu. L indépendance de l Intralaser aux dimensions du globe oculaire évite les surprises car le programme permet comme en informatique d être un système WYSIWYG («what you see is what you get»). Cependant le contact avec l œil n est pas supprimé car pour éviter tout mouvement intempestif un anneau de succion bloque le globe oculaire durant les quelques secondes du traitement tout en permettant un aplatissement de la cornée offrant un plan parfait à la découpe du laser. Cet anneau est à usage unique garantissant ainsi la stérilité. En cas de perte de succion il n y a plus de risque de lacération ou de trous. L épithélium demeure intact et la reprise peut être immédiate. La surface du stroma est très lisse et celle du volet si régulière qu'il ne se produit presque plus de plis, de ridules ou de stries. La forme du volet réduit les inconvénients résiduels des microkératomes: il n y a plus d'altération épithéliale, de découpe irrégulière ou incomplète, de taille inattendue. La découpe est «planar» c'est-à-dire que la périphérie n est plus ménisquée mais ici parallèle avec un bord droit ou angulé au mieux à 30. La récupération visuelle est ici un peu plus lente en raison d un retour à la cornée normale demandant 2 à 3 jours, mais avec une vision déjà bien rétablie le lendemain. Le taux de retouche est diminué. L Intralaser est une révolution semblable à celle du scanner vis-à-vis de la radiographie classique. Elle seule permet une procédure qui soit «Tout Laser». La disparition de l'outil restérilisable constitue une avancée irrémédiable pour protéger de l infection. Malheureusement, le coût est augmenté

15 IV/ Le Laser Femtoseconde Le laser femtoseconde, comme tout laser, est un équipement de classe IIb. Il a été inventé au début des années 80 et put être commercialisé dès La caractéristique principale de cet appareil est de travailler avec des impulsions extrêmement brèves, de l'ordre de la femtoseconde, soit seconde. A/ Intralase - Femtec 1) Deux sociétés Pour la conception du laser femtoseconde, deux firmes sont présentes sur le marché : La société Intralase Corp. qui est américaine. Elle était la première sur le marché donc elle reste, pour le moment, la plus répandue. Le premier appareil proposé sur le marché est l Intralaser FS 2. Ce système ophtalmologique a été acquis par deux établissements parisiens et un autre à Nice et en préparation d achat dans 5 grands centres français ainsi que 305 centres dans le monde depuis 2 ans. Actuellement, on parle du laser FS 3 et très bientôt en été 2006 du FS 60. La société 20/10 Perfect Vision, qui est allemande, fabrique le laser Femtec. Cette société étant plus récente, les lasers Femtec sont disponibles depuis peu. Ces deux lasers ont le marquage CE et «FDA clearance» (FDA est l organisme compétent pour l admission de produits médicaux aux Etats-Unis). Cependant de nouvelles marques arrivent comme le Nidek ou le Zimmer Da-Vinci. 2) Deux produits Intralase Femtec Fréquence du laser 60KHz 30KHz Longueur d onde 1053 nm (IR) 1064 nm (IR) Progression Rectiligne Rotatoire Date de lancement sur le En 2001 par la FDA Fin 2005 marché Nombre de lasers Environ commercialisés (avril 2006) Nombre de laser en 3 0 France Coût Non communiqué

16 3) Deux techniques de positionnement Afin d éviter les mouvements de l œil durant l opération, les deux firmes ont développé un système de positionnement de l œil. Pour chaque laser, un anneau de succion à taille et usage unique immobilise le globe oculaire. Dans les deux cas, l élévation de la pression intraoculaire provoquée est très inférieure à celle observée avec l anneau de succion des microkératomes mécaniques (70-80mmHg). La principale différence est que l Intralase, contrairement au Femtec, aplanit la cornée. Un cône d aplanation est relié au laser et muni d une lentille d aplanation en verre, tout cela clipsé dans l anneau de succion. Ce système permet d obtenir, d abord un ménisque, puis un plan d aplanation complet de la cornée qui servira de plan de référence pour l action du laser. La pression intraoculaire est de l ordre de 40mmHg. Le mécanisme du Femtec lui, ne demande pas d aplanation puisque le tir assure son propre alignement par perpendicularité (on déplace le patient et non la machine lors de l application du système de positionnement, ce qui est plus facile que de déplacer les mécanismes par jeux de miroir). Il se contente donc d épouser la cornée : l augmentation de la pression intraoculaire est par conséquent plus faible (environ 26mmHg) ; la fixation est incurvée. CURVED FIXATION FEMTEC : APPLANATINF FIXATION INTRALASE : De plus, le système de dépression (on fait le vide ce qui a pour effet d aspirer l œil) du Femtec est maîtrisé par la machine, à la différence de l Intralase dont le positionnement de l œil se fait par une simple pression mécanique

17 4) Comparaison Le mécanisme de positionnement de l œil est sûrement meilleur pour le Femtec que pour l Intralase, car l œil supporte moins de pression : en effet, il n y a pas d aplanissement. Ainsi, la pression intraoculaire n augmente que de 26mmHg pour le Femtec. De plus, du fait de l aspect curviligne de l interface laser/œil du patient, la découpe est parallèle au rayon de courbure de la cornée. Par ailleurs, l Intralase est plus rapide que le Femtec, et il dispose de l avantage d avoir été le premier sur le marché. L intralase a fait ses preuves aux Etats-Unis par la réussite de nombreuses opérations chirurgicales. B/ Autres applications D autres applications que celles du Lasik peuvent être envisagées, toujours dans le but de corriger des défauts visuels optiques. 1) Traitement de l astigmatisme par Kératoplastie lamellaire (greffe de cornée partielle) Les greffes de cornées deviennent plus faciles et moins risquées avec le laser femtoseconde que les opérations chirurgicales faites à la main, l intervention est donc moins longue. Il est en effet aisé de tailler précisément le greffon du donneur et la cornée du receveur en choisissant une profondeur de découpe et un diamètre identique. Par ailleurs, par l intermédiaire de ce laser on pourrait imaginer la création d un tenon et d une mortaise au niveau du receveur et du donneur. On pourrait ainsi éviter de mettre des fils à l origine de l astigmatisme parfois important qui altère la vision du patient. Profil de greffe lamellaire et profil de greffe pleine épaisseur en tenon-mortaise

Information générale de la Société Française d'ophtalmologie

Information générale de la Société Française d'ophtalmologie 1 Information générale de la Société Française d'ophtalmologie La chirurgie réfractive a pour but de corriger les anomalies de vision optique, de façon à améliorer l acuité visuelle sans correction et

Plus en détail

ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009

ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009 ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009 Chirurgie Réfractive Correction de: Myopie Hypermétropie Astigmatisme Historique J. Barraquer : le kératomleusis années 50 en Colombie Historique

Plus en détail

Les techniques chirurgicales au laser

Les techniques chirurgicales au laser Les techniques chirurgicales au laser Evolution dans le temps des techniques laser : La chirurgie réfractive peut corriger rapidement et avec une très grande sécurité différents types de troubles de la

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR CI-1 page 1/10

SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR CI-1 page 1/10 SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR CI-1 page 1/10 DS1- Exercice 1 : Ladarvision 4000 Excimer Laser System (Extrait ENS PSI 2004) Microscope du chirurgien Ordinateur de contrôle Tête du patient Table

Plus en détail

TD Ingénierie système

TD Ingénierie système CORRECTION DE LA VUE PAR LASIK 1 Compétences travaillées : Situer le système industriel dans son domaine d activité, Identifier les matières d oeuvre entrante et sortante, Préciser les caractéristiques

Plus en détail

La correction de la myopie grâce au laser

La correction de la myopie grâce au laser La correction de la myopie grâce au laser Au fil du temps, les gens atteints de myopie en ont assez de devoir porter des lunettes ou des lentilles cornéennes qui les empêchent de profiter de leurs activités

Plus en détail

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Vision Clinic : Une compétence à tous les niveaux Depuis toujours, bien voir est un besoin fondamental de l homme. Avoir une meilleure

Plus en détail

TD Étude Système 1 Correction de la vue par LASIK 2

TD Étude Système 1 Correction de la vue par LASIK 2 TD Étude Système 1 Correction de la vue par LASIK 2 Il est conseillé de lire l ensemble du sujet avant de commencer. FIG. 1 LADARVISION 4000. L objet de cette étude est la validation partielle des solutions

Plus en détail

L'oeil myope L'oeil myope projette l'image nette en avant de la rétine et nécessite une correction.

L'oeil myope L'oeil myope projette l'image nette en avant de la rétine et nécessite une correction. brochure.indd 1 22/01/2010 15:13:04 brochure.indd 2 22/01/2010 15:13:27 brochure.indd 3 LA MYOPIE Si vous voyez trouble de loin et net de près, alors vous êtes probablement myope. Rétine QU EST CE QUE

Plus en détail

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies Il existe de nombreuses anomalies de la cornée plus ou moins importantes qui entraînent soit une modification de la vision, soit la perte de la vue

Plus en détail

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS LES LASERS Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome, faire preuve d'initiative. S'impliquer. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité.

Plus en détail

Casablanca Laser Vision

Casablanca Laser Vision Casablanca Laser Vision Située au cœur de la Clinique Val d Anfa, Casablanca Laser Vision est un centre ophtalmologique spécialisé dans la chirurgie réfractive. Grâce à l expertise de ses chirurgiens et

Plus en détail

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain L œil humain Points essentiels Fonctionnement de l œil humain: La vision éloignée La vision rapprochée Le pouvoir d'accommodation Les défauts de l œil humain L hypermétropie La myopie La presbytie Fonctionnement

Plus en détail

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Le Laser et ses applications dans la médecine Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Année Universitaire : 2011/2012 Plan de l exposé Principe du fonctionnement du laser Différents types de laser.

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives Chapitre 2 : Chirurgies réfractives 1. Techniques d examen... 2 1.1 Aberrométrie (voir chapitre cornée)... 2 1.2. Topographie cornéenne (voir chapitre cornée)... 2 2. Chirurgies incisionnelles... 2 3.1.

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE

CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE Votre rendez-vous est prévu : Le Au centre Aix Laser Vision 44 Av de Lattre de Tassigny 13090 AIX EN PROVENCE Tel: 04 42 99 09 81 Docteur OPHTALMOLOGISTE Ancien

Plus en détail

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille 1 Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE Myopie - Hypermétropie - Astigmatisme Madame, Mademoiselle, Monsieur. Vous êtes intéressés par la chirurgie

Plus en détail

Dr Bijan Farpour. 22 novembre 2007

Dr Bijan Farpour. 22 novembre 2007 Dr Bijan Farpour 22 novembre 2007 La chirurgie réfractive n est pas une panacée et des critères strictes doivent être rencontrés avant de proposer toute chirurgie. Plus le patient comprend Plus ses attentes

Plus en détail

Chirurgie oculaire au laser Excimer

Chirurgie oculaire au laser Excimer Chirurgie oculaire au laser Excimer Ce document préparé par L'Hôpital d'ottawa présente des renseignements généraux. Il ne vise pas à remplacer les conseils d'un professionnel de la santé qualifié. Consultez

Plus en détail

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Dr Jean-Pierre Chartrand, MD Q et R La chirurgie réfractive au laser excimer pratiquée par les ophtalmologues est l une des deux procédures chirurgicales les plus

Plus en détail

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER Chapitre 2 LE LASER Objectifs : - Connaître le principe de fonctionnement du LASER - Connaître les différents types de LASER et les précautions liées à son utilisation - Connaître les applications médicales

Plus en détail

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ : info@sordalab.com MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE Ref: OEILP Cette maquette munie d un cristallin, lentille à focale variable (lentille remplie d eau), permet

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES YEUX AU LASER

LA CHIRURGIE DES YEUX AU LASER LA CHIRURGIE DES YEUX AU LASER Une vie sans lunettes ou lentilles de contact Voir, c est la vie, chaque jour, chaque instant. Voir, c est la liberté. Si les lunettes ou les lentilles de contact, que vous

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE

FICHE D INFORMATION SUR LE FICHE D INFORMATION SUR LE LASER EXCIMER DE SURFACE (PRK OU PARK) 1. QU EST-CE QUE LA PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE DE SURFACE (PRK OU PARK)? 2. LES LIMITES DE LA PRK 3. COMPARAISON TRAITEMENT DE SURFACE

Plus en détail

Explications sur les équipements Laser Vision Future Lyon

Explications sur les équipements Laser Vision Future Lyon Pour y voir plus clair? C est taupe! Explications sur les équipements Laser Vision Future Lyon Les différents examens Evaluation des défauts optiques Mesure de la tension oculaire Topographie et pachymétrie

Plus en détail

myopie! Libérez-vous enfin de votre Votre vision et l implant AcrySof Cachet

myopie! Libérez-vous enfin de votre Votre vision et l implant AcrySof Cachet Libérez-vous enfin de votre myopie! Votre vision et l implant AcrySof Cachet Informations sur l implant AcrySof Cachet et ses effets bénéfiques sur votre vue Faites le point sur votre vue Si vous cherchez

Plus en détail

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN L expérience LASIK I QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? Pour être éligible au LASIK, vous devez avoir au moins 21 ans, avoir des yeux en bonne santé et être en bonne santé générale. Votre vision ne doit pas

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

LA CHIRURGIE DE LA PRESBYTIE ; QU EN EST-IL EN 2009? Alors que la chirurgie réfractive dans le but de corriger une anomalie de la réfraction (myopie,

LA CHIRURGIE DE LA PRESBYTIE ; QU EN EST-IL EN 2009? Alors que la chirurgie réfractive dans le but de corriger une anomalie de la réfraction (myopie, LA CHIRURGIE DE LA PRESBYTIE ; QU EN EST-IL EN 2009? F. Malecaze, Professeur des Universités en Ophtalmologie, Service d Ophtalmologie, Hôpital Purpan, Place du Dr Baylac, 31059 TOULOUSE Cedex, Tél : 05

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout!

EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout! EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout! Grâce à nos techniques avant-gardistes, des milliers de gens sont en mesure d oublier, à jamais, qu ils ont déjà eu

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK)

FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK) FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK) 4 - INDICATIONS 5. HISTOIRE 6. EFFET DU LASER EXCIMER SUR

Plus en détail

Comparaison des lasers femtoseconde Partie 1 : Chirurgie cornéenne

Comparaison des lasers femtoseconde Partie 1 : Chirurgie cornéenne Comparaison des lasers femtoseconde Partie 1 : Chirurgie cornéenne Dr Michael Assouline* Introduction Le Lasik a été révolutionné par l introduction du premier laser femtoseconde (IntraLase en 2001 par

Plus en détail

Optique géométrique. La lumière est à la fois une onde et un corpuscule!

Optique géométrique. La lumière est à la fois une onde et un corpuscule! Optique géométrique UE3 Voir est un phénomène complexe qui implique une succession d événement qui permettent de détecter, localiser et identifier un objet éclairé par une source de lumière. L œil est

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE Presbytie Madame, Monsieur, Vous êtes intéressés par la chirurgie réfractive. Cette fiche d`information a

Plus en détail

CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK

CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK Avril 2000 Service évaluation des technologies L AGENCE NATIONALE D ACCREDITATION ET D EVALUATION EN SANTE

Plus en détail

La chirurgie réfractive de l œil. Corriger les défauts visuels grâce au laser

La chirurgie réfractive de l œil. Corriger les défauts visuels grâce au laser La chirurgie réfractive de l œil Corriger les défauts visuels grâce au laser Introduction Pour que notre système visuel puisse capter et interpréter ce que nous regardons, les images doivent se réfléchir

Plus en détail

Chirurgie de la presbytie

Chirurgie de la presbytie Chirurgie de la presbytie IntraCor utilise le laser femtoseconde L IntraCor est une méthode innovante, efficace et peu invasive, de compensation chirurgicale de la presbytie chez les emmétropes. Cette

Plus en détail

MPS : La vision. 1. Le mécanisme de la vision. 2. Les défauts : Myopie et Hypermétropie. 3. Autres défauts : Presbytie

MPS : La vision. 1. Le mécanisme de la vision. 2. Les défauts : Myopie et Hypermétropie. 3. Autres défauts : Presbytie MPS : La vision 1. Le mécanisme de la vision 2. Les défauts : Myopie et Hypermétropie 3. Autres défauts : Presbytie 4. Étude statistique dans la population 5. Corrections Plan 1)Comment fonctionne le mécanisme

Plus en détail

SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES...

SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES... ENVIE DE VOIR CLAIR SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES... INTRODUCTION : Vous présentez une anomalie de la réfraction et souhaitez remédier à cette anomalie par le biais d une intervention chirurgicale. Cette

Plus en détail

FORMULAIRE DE CONSENTEMENT

FORMULAIRE DE CONSENTEMENT FORMULAIRE DE CONSENTEMENT Correction de la vision au laser excimer PKR, LASEK, Épi-LASIK et LASIK pour corriger la myopie (difficulté à voir de loin), l hypermétropie (difficulté à voir de près) et l

Plus en détail

Traitement chirurgical de la myopie, de l hypermétropie et de l astigmatisme

Traitement chirurgical de la myopie, de l hypermétropie et de l astigmatisme Persomed siège social 7 rue Ste Odile BP 62 67 302 Schiltigheim adresse courrier (contacts, commandes) 2 rue de la Concorde 68 000 Colmar tél.: +33 (0)3 89 41 39 94 fax : +33 (0)3 89 29 05 94 Traitement

Plus en détail

Conventionné secteur 1. Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly

Conventionné secteur 1. Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly CABINET MEDICAL 14 Rue de Tréguel Beaulieu 86000 POITIERS Docteur COULIBALY Roger Ophtalmologiste Conventionné secteur 1 Consultations sur rendez-vous Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE? INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE? 3. LES OPERATIONS DE CHIRURGIE REFRACTIVE 4. RISQUES COMMUNS A TOUTES LES TECHNIQUES

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE. 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE. 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6 INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. L ŒIL ET LES DIFFERENTS DEFAUTS VISUELS....p 2-5 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6 3. EXAMEN PRE OPERATOIRE... p 6 4. L

Plus en détail

TRAITEMENT DES TROUBLES VISUELS

TRAITEMENT DES TROUBLES VISUELS TRAITEMENT DES TROUBLES VISUELS w w w. c l v r. f r LE CENTRE LASER VISION ROOSEVELT - CLVR - À LA POINTE DE LA TECHNOLOGIE Le CLVR est un centre de soins exclusivement dédié à la pratique de la chirurgie

Plus en détail

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses 2009 Heig-vd Schneeberger Patrick L œil et ses es défauts 1 Table des matières L œil... 3 Le fonctionnement de l œil humain... 3 Les défauts de l œil... 4 La myopie et l hypermétropie... 4 L'astigmatisme...

Plus en détail

Chirurgie par laser femtoseconde

Chirurgie par laser femtoseconde Chirurgie par laser femtoseconde Valeria Nuzzo* K.Plamann, D.Peyrot, F.Deloison Laboratoire d'optique Appliquée, ENSTA - École Polytechnique - CNRS UMR 7639, Palaiseau F.Aptel, M.Savoldelli, J.-M.Legeais

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Améliorez votre vision!

Améliorez votre vision! Information pour les patients Améliorez votre vision! Une orientation sur les implants de lentilles asphériques et à filtre de lumière bleue en cas de cataracte we care for you La cataracte qu est-ce que

Plus en détail

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Généralités sur les instruments d optiques : Classification : Les instruments d optiques sont de types différents

Plus en détail

CENTRE LASER VICTOR HUGO. Au service de votre vue depuis 1997

CENTRE LASER VICTOR HUGO. Au service de votre vue depuis 1997 CENTRE LASER VICTOR HUGO Au service de votre vue depuis 1997 Le centre laser Historique Localisation Accès Infrastructures Le matériel et les techniques Matériel d examen Traitement du kératocône Lasers

Plus en détail

Le Laser Blended Vision

Le Laser Blended Vision Zoom sur La chirurgie de la presbytie avec le logiciel Laser Blended Vision (LBV) Principe, mode d emploi et résultats n Dans la pratique de la chirurgie réfractive, le traitement de la presbytie représente

Plus en détail

Le bilan ophtalmologique préopératoire

Le bilan ophtalmologique préopératoire Le bilan ophtalmologique préopératoire Le bilan ophtalmologique préopératoire comprend plusieurs examens spécialisés effectués au cabinet médical. Préalablement à toute décision chirurgicale, votre chirurgien

Plus en détail

Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK)

Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK) Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK) Note importante pour le patient : L utilisation de ces méthodes médicales ou chirurgicales requiert une discussion attentive avec un médecin qualifié. Cette

Plus en détail

CONGRES PRESBYTIE STRASBOURG SOFITEL PLATE FORME L.B.V. 18 MARS 2012 DR S. DERHY WWW.OCULAIRE.FR

CONGRES PRESBYTIE STRASBOURG SOFITEL PLATE FORME L.B.V. 18 MARS 2012 DR S. DERHY WWW.OCULAIRE.FR CONGRES PRESBYTIE STRASBOURG SOFITEL 18 MARS 2012 PLATE FORME L.B.V. DR S. DERHY WWW.OCULAIRE.FR Comprenant : La station de mesures CRS Master ZEISS Le logiciel L.B.V. ZEISS Le laser Excimer Mel 80 Le

Plus en détail

12 PANORAMA. Figure 1 Simulation de la vision selon l astigmatisme.

12 PANORAMA. Figure 1 Simulation de la vision selon l astigmatisme. L astigmatisme est le plus souvent généré par la géométrie torique de la cornée, en particulier de sa face antérieure. Il est plus rarement d origine cristallinienne, par irrégularité de la forme ou de

Plus en détail

La puissance pour votre cabinet.

La puissance pour votre cabinet. La puissance pour votre cabinet. IOL Nouveau Nouveau Tracking Puissance Cornéenne Cornee/Segment Anterieur evaluation non-contact du Segment Anterieur Puissance Cornéenne L option Cornea Power permet d

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts Cours I. Modélisation d un œil : 1. Schéma de l œil et vision : L œil est un récepteur de lumière sensible aux radiations lumineuses

Plus en détail

Implants Toriques. Phakes - Artisan T Pseudophake - Acrysof T - Acritec T - Rayner Flex T. Lasik, PKR KR Cataracte Kératocône Kératoplastie Ptérygion

Implants Toriques. Phakes - Artisan T Pseudophake - Acrysof T - Acritec T - Rayner Flex T. Lasik, PKR KR Cataracte Kératocône Kératoplastie Ptérygion 176-181_OPHT15_chirurgie.qxp 27/05/08 17:19 Page 176 CHIRURGIE Traitement chirurgical de l astigmatisme Des moyens très divers pour des indications très variées Le bilan pré-opératoire élimine les contre-indications

Plus en détail

LES DIFFERENTS LASERS MEDICAUX ET LA TRANSMISSION DU FAISCEAU. Guy Delacrétaz

LES DIFFERENTS LASERS MEDICAUX ET LA TRANSMISSION DU FAISCEAU. Guy Delacrétaz - 1 - LES DIFFERENTS LASERS MEDICAUX ET LA TRANSMISSION DU FAISCEAU Guy Delacrétaz Laboratoire de Photonique Avancée, Faculté des Sciences et Techniques de l ingénieur, Ecole Polytechnique Fédérale de

Plus en détail

Activité scientifique et recherche :

Activité scientifique et recherche : L INSTITUT DE L ŒIL Notre Mission: L Institut de l Œil de Montréal a pour mission d offrir à chaque patient, une évaluation individuelle de l état de santé de ses yeux, qui tient compte de l ensemble de

Plus en détail

Le monde des sons du 3e millénaire

Le monde des sons du 3e millénaire Le monde des sons du 3e millénaire I Le son transformé en froid 1. Introduction Si l on doit se rappeler deux inventions qui ont modifié profondément le mode de vie du 20e siècle, citons l automobile et

Plus en détail

Laser prostate : principes et présentation du matériel Partie I. La théorie

Laser prostate : principes et présentation du matériel Partie I. La théorie QUESTION D ACTUALITÉ Laser prostate : principes et présentation du matériel Abdel-Rahmène Azzouzi et le CTMH-AFU (Comité des troubles mictionnels de l homme de l Association française d urologie) Service

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Nouveau. Rose K Rose K2. Rose K2 NC. Rose K2 IC. Rose K2 Post Graft. contrôle des aberrations. Nipple cone. irregular cornea.

Nouveau. Rose K Rose K2. Rose K2 NC. Rose K2 IC. Rose K2 Post Graft. contrôle des aberrations. Nipple cone. irregular cornea. Rose K Rose K2 contrôle des aberrations Rose K2 NC Nipple cone irregular cornea post-greffe Nouveau Semi-sclérale XL 5 profils de lentilles pour équiper toutes les cornées Protocole d adaptation systématisée

Plus en détail

Le procédé en cause, le LASIK ou la KPR, est ci-après appelé l intervention :

Le procédé en cause, le LASIK ou la KPR, est ci-après appelé l intervention : Chez LASIK MD, nous croyons qu il est primordial que chaque patient détienne l information nécessaire à portée de la main afin de prendre une décision réfléchie et informée concernant une chirurgie. Le

Plus en détail

entilles e contact Corrections visuelles possibles

entilles e contact Corrections visuelles possibles entilles e contact Corrections visuelles possibles Les lentilles de contact ouvrent les yeux d un public de plus en plus grand. Lunettes L invention des verres correcteurs fut un progrès culturel majeur

Plus en détail

Document 3 : QUESTIONS :

Document 3 : QUESTIONS : Ex 1 : Nouvelle Calédonie 2012 Document 1 : Une opération ordinaire Nathalie a 28 ans. Elle est myope. Rien de bien méchant, le défaut est évalué à 3 dioptries à droite et 4 à gauche. Mais cela suffit

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

I Représentation et modélisation de l œil.

I Représentation et modélisation de l œil. I Représentation et modélisation de l œil. Doc 1 : voir livre p 202 Lorsque la lumière pénètre dans l oeil par la pupille, elle traverse des milieux transparents : la cornée, l humeur aqueuse, le cristallin

Plus en détail

Une lentille est un milieu homogène, isotrope (gr. isos, égal, et tropos, direction) et transparent dont au moins l une des faces n est pas plane.

Une lentille est un milieu homogène, isotrope (gr. isos, égal, et tropos, direction) et transparent dont au moins l une des faces n est pas plane. Une lentille est un milieu homogène, isotrope (gr. isos, égal, et tropos, direction) et transparent dont au moins l une des faces n est pas plane. Selon la forme de ses faces d'entrée et de sortie, une

Plus en détail

Troubles de la réfraction. Définition. Epidémiologie

Troubles de la réfraction. Définition. Epidémiologie Troubles de la réfraction Troubles de la réfraction Définition Pour nous permettre une vision nette, les rayons lumineux provenant des objets vers lesquels nous orientons notre regard traversent successivement

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - IV

Les LASERS et leurs applications - IV Les LASERS et leurs applications - IV Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

OUTILS DE DIAGNOSTIC EN CHIRURGIE RÉFRACTIVE UTILE POUR QUI? Dr B. Farpour 18 octobre 2007

OUTILS DE DIAGNOSTIC EN CHIRURGIE RÉFRACTIVE UTILE POUR QUI? Dr B. Farpour 18 octobre 2007 OUTILS DE DIAGNOSTIC EN CHIRURGIE RÉFRACTIVE UTILE POUR QUI? Dr B. Farpour 18 octobre 2007 Outils diagnostiques Outils diagnostiques La Topographie L Orbscan II L Orbscan II L Orbscan II Source :www.laser-vision-rothschild.com

Plus en détail

La chirurgie cornéenne réfractive au laser excimer (1 ère pa

La chirurgie cornéenne réfractive au laser excimer (1 ère pa La chirurgie cornéenne réfractive au laser excimer (1 ère pa Définitions et anomalies de la vision qui peuvent être corrigées Corriger chirurgicalement un défaut réfractif oculaire de l adulte n est plus

Plus en détail

Lasik or not Lasik? Arbre décisionnel de la chirurgie de la myopie présenté en partie à la Safir en mai 2014 (Paris)

Lasik or not Lasik? Arbre décisionnel de la chirurgie de la myopie présenté en partie à la Safir en mai 2014 (Paris) Lasik or not Lasik? Arbre décisionnel de la chirurgie de la myopie présenté en partie à la Safir en mai 2014 (Paris) Dr Michael Assouline* Introduction L évolution des pratiques de chirurgie réfractive

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir 287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION troubles de la réfraction Ce qu il faut savoir 1. Savoir définir l acuité visuelle tant sur le plan optique que physiologique. Connaître les modalités et les conditions de

Plus en détail

Efficacité, Sécurité des Anneaux Intra-Cornéens (ICR) Ferrara pour Kératocône (KC).

Efficacité, Sécurité des Anneaux Intra-Cornéens (ICR) Ferrara pour Kératocône (KC). S. Leroux Les Jardins 1,2, F. Poisson,2 G. Leroux les Jardins, 3. 1-Cabinet Paris. 2-CHNO des Quinze Vingts, Paris, 3-Chef de clinique-assistant, Groupe hospitalier Cochin Hôtel Dieu, Paris. SFO 2012 PAS

Plus en détail

Ch.I. L œil et la vision

Ch.I. L œil et la vision SAVOIR FAIRE SAVOIR Classes de 1 ère L et ES Thème 1 : Représentation visuelle Ch.I. L œil et la vision Grille d auto-évaluation des compétences Acquis En cours Non acquis S 1 : Connaître les conditions

Plus en détail

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir 287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION troubles de la réfraction Ce qu il faut savoir 1. Savoir définir l acuité visuelle tant sur le plan optique que physiologique. Connaître les modalités et les conditions de

Plus en détail

Chapitre II: lentilles

Chapitre II: lentilles Chapitre II: lentilles II.1) Système optique idéal II.2) Les lentilles et les miroirs II.1) Système optique idéal Surface d onde (1) Surface d onde S: Tous les points de S sont en phase Dans ce cas, S

Plus en détail

PHY-5041-2 L OPTIQUE EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES «LES LENTILLES» DOCUMENT PRÉPARÉ PAR LYNE DESRANLEAU

PHY-5041-2 L OPTIQUE EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES «LES LENTILLES» DOCUMENT PRÉPARÉ PAR LYNE DESRANLEAU Commission scolaire des Hautes-Rivières Les services de l enseignement Éducation des adultes et Formation professionnelle PHY-5041-2 L OPTIQUE EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES «LES LENTILLES» QUESTIONNAIRE (Ne

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

Correction de la Presbytie Laser Vs Implant intraoculaire

Correction de la Presbytie Laser Vs Implant intraoculaire Mono Vision Correction de la Presbytie Laser Vs Implant intraoculaire Michel Podtetenev m.d. FocusVision.ca Correction de loin pour l œil dominant Correction de près pour l œil dominé Créer une myopie

Plus en détail

TROUBLES DE LA REFRACTION. Dr.BENLARIBI.M

TROUBLES DE LA REFRACTION. Dr.BENLARIBI.M TROUBLES DE LA REFRACTION Dr.BENLARIBI.M Introduction - Définition La réfraction oculaire : _ l ensemble des déviations que subit un rayon lumineux lors de sa traversée du système dioptrique oculaire,

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

CORRECTION BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2007 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L

CORRECTION BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2007 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L CORRECTION BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2007 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L 1 REPRÉSENTATION VISUELLE DU MONDE (20 POINTS) LES INCROYABLES AVANCÉES DE L OPHTALMOLOGIE. Il y a cinquante ans, personne

Plus en détail

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Licence Sciences et Technologies MISMI (Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et de l Ingénieur) UE Physique et Ingénieries LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Série B J.M. Huré 1 Série B Cours 10

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail