Le Laser femtoseconde Quel avenir? Quel positionnement?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Laser femtoseconde Quel avenir? Quel positionnement?"

Transcription

1 PROJET BIOMEDICAL Sujet Le Laser femtoseconde Quel avenir? Quel positionnement? BONNARD Maud GUERIN Mathilde Département Biomédical Promotion 2008

2 Abstract Introduction Les Principaux défauts de la vision Ecole Supérieure D ingénieurs de Luminy I/ Fonctionnement d un Laser en général A/ Principe B/ Le laser utilisé en chirurgie réfractive C/ Impact sur les tissus II/ Techniques actuelles de chirurgie ophtalmologique réfractive A/ Laser Excimer sans découpe cornéenne 1) PKR 2) Lasek B/ Laser Excimer avec découpe cornéenne 1) Épi-lasik 2) LASIK : mode opératoire général III/ Lasik A/ LASIK standard ou LASIK conventionnel B/ LASIK tout laser ou Intralaser C/ Comparaison IV/ Laser Femtoseconde A/ Intralase - Femtec 1) Deux Sociétés 2) Deux Produits 3) Deux Techniques de Positionnement 4) Comparaison B) Autres Applications 1) Traitement de l astigmatisme par Kératoplastie lamellaire (greffe de cornée partielle) 2) Traitement de l astigmatisme par la création de tunnel cornéens 3) Traitement de quelques hypermétropies 4) Opération de la myopie 5) Le laser femtoseconde comme laser réfractif Conclusion Bibliographie Remerciements

3 Abstract The femtolaser is a new technology mainly developed in The USA. It contributes to a great improvement in the refractive surgery. Although LASIK is generally safe and wildly popular, refractive eye surgeons still sweat when using microkeratomes to create corneal flaps. The initial lamellar resection used to create the flap remains the leading cause of intra- and post-operative complications. In order to further reduce flap complications, newer microkeratomes are developed every year. However, although eye surgeons have made staggering advances in corneal flap creation since Jose Barraquer created his first free corneal flap 50 years ago, microkeratome-assisted flap creation is far from being perfect. Over the past 25 years it was discovered that laser-matter interactions could be performed with minimal collateral damages even at the nanometer scale. This unique property opens new opportunities in medicine notably in eye surgery with applications such as refractive surgery, corneal transplant, glaucoma etc, A non-mechanical alternative is now available to create the LASIK flap and may avoid many of the risks associated with using the microkeratome. The technology uses an ultrashort-pulse duration laser measured in femtoseconds, or 1x10-15 seconds - to create a flap. Already more than patients had a refractive correction based on femtosecond laser flap. The femtosecond laser is different than an Excimer laser, which uses an ultraviolet beam (193 nm) to photoablate corneal tissue. In contrast, the femtosecond laser uses an infrared beam (1053 nm) to cause photodisruption. This laser transforms corneal tissue from its normal state into plasma. Since the pulse energy is quickly absorbed within plasma, pressure and temperature both increase rapidly, causing expansion of tissue. Tissue expansion leads to a micro-shock wave, thereby destroying the tissue and causing formation of a cavitation bubbles. Ophthalmic photodisruption is not a new concept: it has been performed since the 1980s and is the technology behind the Nd:YAG laser. However, the resulting large shock waves and cavitation bubbles traditionally have produced too much collateral tissue damage to permit contiguous pulse-to-pulse placement. The ultra-short duration of the femtosecond laser minimizes the shock and collateral tissue damage, making it ideally suited to cut a lamellar flap by contiguous photodisruption. The femtosecond laser has many advantages. First it allows the refractive surgeon to be more flexible when considering creation of the flap diameter, flap thickness, and hinge location. In addition, the femtosecond laser uses a disposable suction ring which requires little vacuum compared with the microkeratome. The femtolaser minimizes mechanical contact with the eye what means the surgery doesn t depend on the surgeon s skill anymore. What s more, it prevents from any risks of infection. As a conclusion, for now, however, the femtolaser remains an attractive, but expensive, alternative to the microkeratome. This laser represents a great opportunity to ophthalmology and it could present future ophthalmic applications

4 Introduction Dans ce compte-rendu, nous tenterons de définir les caractéristiques de la technologie du laser femtoseconde. Cette étude sera restreinte aux applications du laser femtoseconde dans le domaine de la chirurgie ophtalmologique réfractive. La première partie du compte-rendu détaille donc le type de laser utilisé en chirurgie, son fonctionnement et son impact sur les cellules. Afin de comparer cette nouvelle technologie aux anciennes pratiquées en chirurgie réfractive, la deuxième partie décrit les techniques actuelles les plus courantes en chirurgie réfractive. Dans la troisième partie, la technique du «lasik», avec ou sans laser femtoseconde est plus amplement détaillée. En effet le «lasik» est une technique incontournable de la chirurgie réfractive. Enfin, la dernière partie décrit l avenir du laser femtoseconde et le replace dans son contexte économique et industriel. L objectif de ce rapport est non seulement de comprendre le fonctionnement du laser femtoseconde et ses applications cliniques mais aussi d évaluer ses performances par rapport aux autres techniques. Même si dans le domaine du médical, l objectif primordial est la guérison du patient, le chirurgien doit s inscrire dans un contexte économique. C est pourquoi les nouvelles technologies doivent être non seulement performante mais accessible en terme d achat pour les hôpitaux. Le but de la chirurgie est de permettre aux patients atteints de myopie, d hypermétropie, d astigmatisme ou de presbytie, de s affranchir autant que possible de la nécessité d une correction permanente par lunettes ou par lentilles de contact. Pour faciliter la compréhension des différentes techniques chirurgicales, un bref rappel des principaux défauts de la vision ainsi que le schéma d un œil vous seront présentés

5 Les Principaux défauts de la vision L œil est un système optique comparable à une caméra dans laquelle les images doivent êtres correctement mises au point par l objectif (dont les principales lentilles sont la cornée et le cristallin) sur le film sensible (la rétine) pour être vues avec netteté et analysées par le cerveau. L image d un objet vu par un œil myope est floue car, cet œil étant plus long que la normale, elle se forme en avant de la rétine. En revanche, les myopes voient net de près sans correction lorsqu ils rapprochent l objet de l œil. La correction de la myopie se fait par un verre ou une lentille de contact divergent. On peut obtenir le même effet optique que celui d un verre divergent en aplatissant chirurgicalement le centre de la cornée. L image d un objet vu par un œil hypermétrope se forme en arrière de la rétine, l œil étant «comme» trop petit. Les hypermétropes voient flou surtout de près mais aussi de loin avec l âge. La correction de l hypermétropie se fait par un verre ou une lentille convergente. On obtient un effet optique comparable en augmentant chirurgicalement le bombement central de la cornée. La cornée de l œil astigmate (myope astigmate ou hypermétrope astigmate) est déformée. Au lieu d être sphérique, elle est ovale. Ceci donne naissance à une image dont certaines lignes sont floues et d autres nettes. La correction de l astigmatisme est obtenue de façon partielle par un verre cylindrique ou par une lentille torique. Une modification adaptée de la forme de la surface cornéenne permet d atteindre une correction équivalente de ce défaut visuel. La presbytie quant à elle correspond à une diminution, voire à la perte, de l accomodation qui est l ajustement entre la vision de prés et la vision de loin. Ce défaut apparaît généralement à partir de 40 ans et la correction chirugicale fait appel à plusieurs principes

6 I/ Fonctionnement d un laser en général A/ Principe Le mot laser vient de l anglais et signifie «Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation». Ce dispositif a pour but d amplifier la lumière en créant un faisceau monochromatique et cohérent. En résumé, on excite les électrons d un milieu, ce qui déclenche l émission de photons en cascade sous forme de rayon. 1) milieu excitable 2) énergie de pompage 3) miroir totalement réfléchissant 4) miroir semi-réfléchissant 5) faisceau laser Pour cela, un laser possède un réservoir d'électrons (milieu qui peut être solide, liquide ou gazeux), appelé milieu actif, associé à une source excitante qui élève les électrons à des niveaux d'énergie supérieurs. Cette excitation du milieu actif est appelée «pompage». Dans une seconde phase, de la lumière est injectée dans le milieu, provoquant des collisions entre électrons excités et photons. Lors de ces collisions, les électrons excités retournent à leur niveau d énergie initial en émettant de nouveaux photons. Ce processus d émission stimulée, d origine quantique, produit l'amplification de la lumière. Deux miroirs situés aux extrémités du laser se réfléchissent les photons émis, la lumière se densifiant à chaque parcours. L un des deux miroirs est semi-réfléchissant, ce qui permet à une fraction de la lumière d être relâchée à chaque aller-retour. La lumière laser doit sa cohérence au fait que les photons du milieu naissent sur le passage d'autres photons qui sont en phase avec eux dans leur déplacement. De plus, les photons obtenus par émission stimulée ont la même énergie et la même direction que les photons incidents, ce qui explique la pureté et la directivité du faisceau (les photons qui ne se déplacent pas dans l axe des miroirs vont se perdre dans les parois opaques). Les lasers couvrent aujourd hui toute la gamme des rayonnements électromagnétiques, des rayons X et ultraviolets aux ondes infrarouges et micrométriques

7 B/ Le laser utilisé en chirurgie réfractive On classe les lasers selon cinq familles, en fonction de la nature du milieu excité : Les lasers cristallins (à solide), les lasers à colorants, les lasers à gaz, les lasers à semiconducteurs ou diodes lasers et ceux à électrons libres. Le laser utilisé en chirurgie réfractive appartient à la catégorie des lasers solides, c'està-dire que c est un laser à ions dilués dans une matrice solide. Ces lasers utilisent des milieux solides tels que des cristaux ou des verres comme milieu d'émission des photons. Le cristal ou le verre n'est que la matrice et doit être dopé par un ion qui est le milieu laser. Le plus ancien est le laser à rubis dont l'émission provient de l'ion Cr4+ (Chrome). D'autres ions sont très utilisés (la plupart des terres rares (Nd, Yb, Pr, Er, Tm...), le titane, le chrome...). La longueur d'onde d'émission du laser dépend essentiellement de l'ion dopant mais la matrice influe aussi. Ainsi le verre dopé au Nd n'émet pas à la même longueur d'onde (1053 nm) que le YAG dopé au Néodyme (1064 nm). Ils fonctionnent en continu ou de manière impulsionelle (impulsions de quelques microsecondes à quelques femtosecondes - millionième de milliardième de seconde). Ils sont capables d'émettre aussi bien dans le visible, le proche infrarouge que dans l'ultra Violet. Cependant, la source de ce laser utilise la technologie d un autre type de laser : le laser à semi-conducteur ou «diode laser». En effet, ces lasers ont une bonne compacité, un bon rendement, une bonne fiabilité mais le faisceau n est pas de très bonne qualité. Cette source atteint donc un rendement énergétique élevé, n est pas très chère et n exige que peu de maintenance. On obtient donc un laser solide qui utilise des diodes lasers comme source de pompage. Les lasers utilisés en chirurgie réfractive sont souvent des lasers Nd : YAG (la matrice est du YAG : un grenat d'aluminium et d'yttrium,y 3 Al 5 O 12 ) Exemple : le laser à Néodyme Nd : Yag (Infra Rouge 1064 nm), où l'atome actif (Nd) est inclus dans une matrice cristalline de YAG = Yttrium-Aluminium-Grenat. Ces lasers permettent d'obtenir des puissances de l'ordre du kw en continu et du GW en pulsé. Ils sont utilisés pour des applications tant scientifiques qu'industrielles en particulier pour le soudage, le marquage et la découpe de matériaux. Ils sont également en mesure de détacher une couche de tissu de quelques microns seulement

8 C/ Impact du laser femtoseconde sur les tissus Il n y a pas d ablation de tissu mais micro dissection intra lamellaire par création de bulles mixant de l'eau et du carbone dioxyde. L'obtention de cet effet nécessite une grande vitesse photonique et des impulsions très denses pour permettre un claquage optique par activation du champ électromagnétique en conservant des volumes plasmatiques et ioniques voisins. A partir du point focalisé de l'impulsion il se produit une onde provoquant la libération d'un gaz qui écarte les tissus, diffuse et se dilue en laissant à la fin de sa disparition une zone de mini ablation tissulaire. Le retentissement sur les couches tissulaires supérieures et inférieures est nul. L énergie du laser femtoseconde traverse la couche la plus superficielle de la cornée jusqu à un point défini au préalable avec précision. L impact du laser a, en effet, une localisation très précise dans le stroma cornéen (+ou -3µm). Il y une forte puissance de crête au niveau de l'impact, grâce à la faible durée de l'impulsion. On observe une absorption multiphotonique importante dans le matériau : le milieu transparent devient localement absorbant. De plus, le fait que la lumière du laser se propage par impulsion laisse un temps de refroidissement aux tissus, ce qui ne se produit pas lors d une émission continue. Il faut aussi souligner l importance de la longueur d onde car elle détermine la pénétration du laser au sein des tissus. Elle est d autant plus intéressante que dans notre cas car elle contribue à chauffer l eau

9 II / Techniques actuelles de chirurgie ophtalmologique réfractive Le plus souvent, les anomalies de la vision telles que la myopie, l hypermétropie, l astigmatisme ou la presbytie, sont corrigées en modifiant la forme de la cornée, qui est la partie centrale de l œil, grâce au laser Excimer. Le laser Excimer est utilisé depuis plus de quatorze ans pour modifier la surface de la cornée afin de lui donner une nouvelle forme selon une précision de l ordre d un quart de micron. A/ Laser Excimer sans découpe cornéenne Ces interventions suppriment les risques liés à la découpe d un capot cornéen. Il existe deux principales techniques : 1) La Photo Kératectomie Réfractive ou PKR Cette intervention consiste à remodeler le profil de la cornée en appliquant le laser directement sur la surface de l œil, après «grattage» de la couche la plus superficielle de la cornée, l épithélium. Cette intervention courte (temps opératoire inférieur à 5 minutes) est douloureuse les premiers jours. De plus elle s adresse essentiellement aux défauts réfractifs modérés. La cicatrisation est lente, demande des soins oculaires et n est évaluable qu au bout d un petit nombre de semaines. Les retouches sont plus inflammatoires. 2) Le Lasek Le Lasek est une technique relativement récente, intermédiaire entre la PKR et le Lasik. L épithélium, que l on enlève par grattage au cours de la PKR, est ici décollé du stroma se trouvant en dessous. Un capot épithélial est ainsi créé, destiné à protéger le stroma cornéen une fois le laser Excimer appliqué. La principale difficulté du Lasek concerne la réalisation du capot. Celui peut en effet se déchirer lors de la dissection, surtout lorsque ses adhérences avec le stroma sont fortes. L opération dépend donc de l'habileté du chirurgien. La bonne indication du Lasek se porte donc sur les cornées fines, avec bonne surface de recouvrement et à correction assez faible. L opération bilatérale en un temps n est pas conseillée. Le Lasek permet de minimiser les douleurs post opératoires de la PKR. La récupération visuelle est plus rapide. Cependant cette technique reste tout de même proche de la PKR

10 B/ Laser Excimer avec découpe cornéenne Seules les méthodes avec volet autorisent raisonnablement une intervention bilatérale en un temps (opération des 2 yeux le même jour) car le retour visuel est très rapide et la sensibilité est réduite. 1) L Epi-Lasik L Epi-Lasik est une méthode dérivée du Lasek. Ces deux méthodes ont en commun l application du laser Excimer à la surface du stroma cornéen (et non dans des couches stromales plus profondes comme le fait le Lasik). Elles se différencient par le moyen utilisé par le chirurgien pour décoller l épithélium. Au cours d'un Lasek, c'est l'application brève d'une solution d'alcool dilué à 15 ou 20% qui permet au chirurgien de séparer épithélium et stroma. Cependant, l'éthanol utilisé à cet effet exerce une certaine toxicité sur les cellules épithéliales. L'Epi-Lasik a donc été imaginé dans l'idée à la fois de préserver ces cellules et d'améliorer les résultats visuels. La dissection du capot épithélial fait ici appel à un instrument spécifique de découpe cornéenne : un microkératome. En Epi-Lasik comme en Lasek, le capot épithélial est remis en place en fin d'intervention, de façon notamment à protéger le stroma et à limiter les phénomènes douloureux. Même si des résultats encourageants ont d ores et déjà été annoncés, la technique chirurgicale de l'epi-lasik est encore, en 2004, en cours d'évaluation. 2) Kératomileusis in situ ou LASIK Le Lasik est aujourd hui la technique la plus utilisée en chirurgie réfractive. Dans le monde, plus de huit millions de personnes ont été opérées par le Lasik. Dans cette chirurgie, le laser est appliqué dans l épaisseur de la cornée, après avoir réalisé chirurgicalement un "volet" cornéen superficiel remis en place à la fin de l intervention. Cette technique également rapide et indolore permet de corriger des troubles de la vision plus importants ou plus complexes

11 Opération en 2 temps : Ce traitement qui s effectue après anesthésie locale par quelques gouttes de collyre déposées à la surface de l œil, comprend deux principaux temps opératoires: 1 - Une fine lamelle cornéenne superficielle de 160 µm est découpée à l'aide d'un petit rabot (Microkératome) ou d un laser (femtoseconde). Cette découpe est partielle, puisque la lamelle reste attachée par une petite charnière, permettant de la soulever comme un capot. On a ainsi accès aux couches profondes de la cornée ou stroma cornéen. 2 - Une fois le capot cornéen soulevé, le laser Excimer sculpte une partie de la cornée (par vaporisation tissulaire) pour corriger le défaut visuel. L action de ce laser diffère en fonction du défaut visuel à traiter (myopie, hypermétropie, astigmatisme). Ensuite le capot cornéen est repositionné à sa place initiale et vient recouvrir la zone reformatée. Ainsi, il constitue une sorte de protection et de pansement évitant toute douleur. Comme ce capot n a pas été modifié, il permet une restauration visuelle très rapide. La lamelle se refixe naturellement et cicatrise sans suture en quelques jours. L opération en elle même dure environ sept minutes. La vision s améliore généralement au bout d une douzaine d heures. Les deux yeux peuvent être opérés le même jour. Le Lasik s est rapidement imposé comme une technique de référence car il permet: Une bonne précision de la correction effectuée. Une récupération visuelle post-opératoire rapide et pratiquement indolore. La possibilité de réaliser une nouvelle opération en cas de correction insuffisante. De plus, les complications et effets secondaires du Lasik sont très rares

12 III / Lasik Il existe deux méthodes Lasik différentes : A/ Lasik standard ou Lasik conventionnel Cette méthode est celle d origine. Elle associe une découpe au microkératome le plus moderne et une ablation au laser Excimer du type de celle décrite dans le paragraphe cidessus. C est un procédé viable et fiable mais qui n est presque plus utilisé dans les centres très modernes disposant du laser femtoseconde. Le microkératome est l'appareil mécanique de découpe du volet cornéen superficiel. Cette action est très rapide (quelques secondes) et indolore. Les différentes étapes sont les suivantes : 1. Un anneau de succion, placé sur l'œil, l immobilise et guide le microkératome pendant la découpe. 2. Le microkératome est solidaire de l'anneau de succion. Une fine lame oscillante est située sous le microkératome. 3. L'avance du microkératome permet de découper une fine lamelle cornéenne de 160 µm d épaisseur qui restera solidaire de la cornée grâce à une charnière. (L épaisseur de la cornée est de 600 µm environ). 4. L ensemble microkératome/anneau de succion est alors retiré de la cornée. 5. La lamelle est ensuite réclinée comme la couverture un livre. 6. Le surfaçage au laser peut alors commencer sur le stroma cornéen (partie centrale de la cornée). Le laser traite l œil en fonction des informations recueillies lors des examens préopératoires et qui sont introduites par le chirurgien dans l ordinateur. 7. Le capot ou lamelle cornéenne est alors replacé à sa position initiale sans aucune suture. Deux à trois minutes plus tard, le capot est fixé du fait d un effet de pompe qui maintient la lamelle sur la cornée. La variation extrême avec les appareils mécaniques peut aller jusqu'à 200 µ. Le Laser femtoseconde est plus précis mais il est difficile de les comparer car les méthodes de découpe ne sont pas identiques : les vitesses, oscillations, pente et sens diffèrent

13 B/ Lasik tout Laser ou Intralaser Cette formule comporte une découpe effectuée avec le laser femtoseconde qui permet de ne recourir à aucun moment du traitement à un instrument mécanique et permet donc un protocole laser total d'un bout à l'autre. C'est une association de deux lasers : un laser femtoseconde (ci-dessous) et un laser Excimer. Le laser femtoseconde permet de réaliser une fine découpe du volet cornéen uniquement au laser. Il s agit d un laser agissant en infrarouge (1053nm) et créant en unité femtoseconde des minis spots espacés de 5 à 12 µm se rejoignant dans le stroma cornéen. La principale caractéristique de ce laser est de travailler avec des impulsions extrêmement brèves, de l'ordre de la femtoseconde. Cette faible durée d'impulsion permet d'éviter les effets thermiques. En effet le rayon laser est tellement bref qu'il ne peut pas faire bouger les atomes, il a en revanche comme effet d'arracher les électrons des atomes (ionisation) et donc de former des ions qui vont créer un plasma froid (mélange gazeux d'ions et d'électrons). L'énergie transférée aux électrons ne leur permet pas d'aller très loin, et on assiste à une recombinaison des ions dans un espace proche de l'ionisation. Il y a vaporisation de la matière, en la sublimant (passage de l'état solide à l'état gazeux). Cela va aboutir à la création de plus de petites bulles de gaz contiguës. Il n y a pas d ablation de tissu mais séparation intra lamellaire grâce à la création de ces bulles mixant de l'eau et du carbone dioxyde. L ensemble du protocole est sous le contrôle du programme informatique dont les données choisies par le chirurgien définissent le profil du traitement. Les fonctions sont nombreuses et il est possible de positionner la charnière n importe où, de choisir sa taille, de tailler un volet ovale Le laser rend la découpe indépendante des caractéristiques biométriques du globe oculaire. Début du laser femtoseconde Fin du laser femtoseconde

14 C/ Comparaison Comme il n y a plus de lames lorsque l on utilise un laser femtoseconde, beaucoup d aléas mécaniques et facteurs d infection sont théoriquement réduits au minimum. De plus, le centrage est forcément satisfaisant car il s effectue sous contrôle visuel et avant la découpe contrairement au microkératome. La précision augmente car ce laser est reproductible et surtout programmable aussi bien en profondeur qu en diamètre. Le champ de découpe femtoseconde en profondeur s étend de 100 µ à 400µ voire plus autorisant toute ablation au laser Excimer et même des greffes de cornée ou des exérèses localisées de tissu. L indépendance de l Intralaser aux dimensions du globe oculaire évite les surprises car le programme permet comme en informatique d être un système WYSIWYG («what you see is what you get»). Cependant le contact avec l œil n est pas supprimé car pour éviter tout mouvement intempestif un anneau de succion bloque le globe oculaire durant les quelques secondes du traitement tout en permettant un aplatissement de la cornée offrant un plan parfait à la découpe du laser. Cet anneau est à usage unique garantissant ainsi la stérilité. En cas de perte de succion il n y a plus de risque de lacération ou de trous. L épithélium demeure intact et la reprise peut être immédiate. La surface du stroma est très lisse et celle du volet si régulière qu'il ne se produit presque plus de plis, de ridules ou de stries. La forme du volet réduit les inconvénients résiduels des microkératomes: il n y a plus d'altération épithéliale, de découpe irrégulière ou incomplète, de taille inattendue. La découpe est «planar» c'est-à-dire que la périphérie n est plus ménisquée mais ici parallèle avec un bord droit ou angulé au mieux à 30. La récupération visuelle est ici un peu plus lente en raison d un retour à la cornée normale demandant 2 à 3 jours, mais avec une vision déjà bien rétablie le lendemain. Le taux de retouche est diminué. L Intralaser est une révolution semblable à celle du scanner vis-à-vis de la radiographie classique. Elle seule permet une procédure qui soit «Tout Laser». La disparition de l'outil restérilisable constitue une avancée irrémédiable pour protéger de l infection. Malheureusement, le coût est augmenté

15 IV/ Le Laser Femtoseconde Le laser femtoseconde, comme tout laser, est un équipement de classe IIb. Il a été inventé au début des années 80 et put être commercialisé dès La caractéristique principale de cet appareil est de travailler avec des impulsions extrêmement brèves, de l'ordre de la femtoseconde, soit seconde. A/ Intralase - Femtec 1) Deux sociétés Pour la conception du laser femtoseconde, deux firmes sont présentes sur le marché : La société Intralase Corp. qui est américaine. Elle était la première sur le marché donc elle reste, pour le moment, la plus répandue. Le premier appareil proposé sur le marché est l Intralaser FS 2. Ce système ophtalmologique a été acquis par deux établissements parisiens et un autre à Nice et en préparation d achat dans 5 grands centres français ainsi que 305 centres dans le monde depuis 2 ans. Actuellement, on parle du laser FS 3 et très bientôt en été 2006 du FS 60. La société 20/10 Perfect Vision, qui est allemande, fabrique le laser Femtec. Cette société étant plus récente, les lasers Femtec sont disponibles depuis peu. Ces deux lasers ont le marquage CE et «FDA clearance» (FDA est l organisme compétent pour l admission de produits médicaux aux Etats-Unis). Cependant de nouvelles marques arrivent comme le Nidek ou le Zimmer Da-Vinci. 2) Deux produits Intralase Femtec Fréquence du laser 60KHz 30KHz Longueur d onde 1053 nm (IR) 1064 nm (IR) Progression Rectiligne Rotatoire Date de lancement sur le En 2001 par la FDA Fin 2005 marché Nombre de lasers Environ commercialisés (avril 2006) Nombre de laser en 3 0 France Coût Non communiqué

16 3) Deux techniques de positionnement Afin d éviter les mouvements de l œil durant l opération, les deux firmes ont développé un système de positionnement de l œil. Pour chaque laser, un anneau de succion à taille et usage unique immobilise le globe oculaire. Dans les deux cas, l élévation de la pression intraoculaire provoquée est très inférieure à celle observée avec l anneau de succion des microkératomes mécaniques (70-80mmHg). La principale différence est que l Intralase, contrairement au Femtec, aplanit la cornée. Un cône d aplanation est relié au laser et muni d une lentille d aplanation en verre, tout cela clipsé dans l anneau de succion. Ce système permet d obtenir, d abord un ménisque, puis un plan d aplanation complet de la cornée qui servira de plan de référence pour l action du laser. La pression intraoculaire est de l ordre de 40mmHg. Le mécanisme du Femtec lui, ne demande pas d aplanation puisque le tir assure son propre alignement par perpendicularité (on déplace le patient et non la machine lors de l application du système de positionnement, ce qui est plus facile que de déplacer les mécanismes par jeux de miroir). Il se contente donc d épouser la cornée : l augmentation de la pression intraoculaire est par conséquent plus faible (environ 26mmHg) ; la fixation est incurvée. CURVED FIXATION FEMTEC : APPLANATINF FIXATION INTRALASE : De plus, le système de dépression (on fait le vide ce qui a pour effet d aspirer l œil) du Femtec est maîtrisé par la machine, à la différence de l Intralase dont le positionnement de l œil se fait par une simple pression mécanique

17 4) Comparaison Le mécanisme de positionnement de l œil est sûrement meilleur pour le Femtec que pour l Intralase, car l œil supporte moins de pression : en effet, il n y a pas d aplanissement. Ainsi, la pression intraoculaire n augmente que de 26mmHg pour le Femtec. De plus, du fait de l aspect curviligne de l interface laser/œil du patient, la découpe est parallèle au rayon de courbure de la cornée. Par ailleurs, l Intralase est plus rapide que le Femtec, et il dispose de l avantage d avoir été le premier sur le marché. L intralase a fait ses preuves aux Etats-Unis par la réussite de nombreuses opérations chirurgicales. B/ Autres applications D autres applications que celles du Lasik peuvent être envisagées, toujours dans le but de corriger des défauts visuels optiques. 1) Traitement de l astigmatisme par Kératoplastie lamellaire (greffe de cornée partielle) Les greffes de cornées deviennent plus faciles et moins risquées avec le laser femtoseconde que les opérations chirurgicales faites à la main, l intervention est donc moins longue. Il est en effet aisé de tailler précisément le greffon du donneur et la cornée du receveur en choisissant une profondeur de découpe et un diamètre identique. Par ailleurs, par l intermédiaire de ce laser on pourrait imaginer la création d un tenon et d une mortaise au niveau du receveur et du donneur. On pourrait ainsi éviter de mettre des fils à l origine de l astigmatisme parfois important qui altère la vision du patient. Profil de greffe lamellaire et profil de greffe pleine épaisseur en tenon-mortaise

Les techniques chirurgicales au laser

Les techniques chirurgicales au laser Les techniques chirurgicales au laser Evolution dans le temps des techniques laser : La chirurgie réfractive peut corriger rapidement et avec une très grande sécurité différents types de troubles de la

Plus en détail

ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009

ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009 ET LA CHIRURGIE RÉFRACTIVE? Dr Bijan Farpour novembre 2009 Chirurgie Réfractive Correction de: Myopie Hypermétropie Astigmatisme Historique J. Barraquer : le kératomleusis années 50 en Colombie Historique

Plus en détail

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement

Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Le traitement des yeux par laser : Pour mieux voir tout simplement Vision Clinic : Une compétence à tous les niveaux Depuis toujours, bien voir est un besoin fondamental de l homme. Avoir une meilleure

Plus en détail

La correction de la myopie grâce au laser

La correction de la myopie grâce au laser La correction de la myopie grâce au laser Au fil du temps, les gens atteints de myopie en ont assez de devoir porter des lunettes ou des lentilles cornéennes qui les empêchent de profiter de leurs activités

Plus en détail

Casablanca Laser Vision

Casablanca Laser Vision Casablanca Laser Vision Située au cœur de la Clinique Val d Anfa, Casablanca Laser Vision est un centre ophtalmologique spécialisé dans la chirurgie réfractive. Grâce à l expertise de ses chirurgiens et

Plus en détail

L'oeil myope L'oeil myope projette l'image nette en avant de la rétine et nécessite une correction.

L'oeil myope L'oeil myope projette l'image nette en avant de la rétine et nécessite une correction. brochure.indd 1 22/01/2010 15:13:04 brochure.indd 2 22/01/2010 15:13:27 brochure.indd 3 LA MYOPIE Si vous voyez trouble de loin et net de près, alors vous êtes probablement myope. Rétine QU EST CE QUE

Plus en détail

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées

ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies correctives associées ANNEXE 2 : Les anomalies de la cornée et les chirurgies Il existe de nombreuses anomalies de la cornée plus ou moins importantes qui entraînent soit une modification de la vision, soit la perte de la vue

Plus en détail

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Le Laser et ses applications dans la médecine Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Année Universitaire : 2011/2012 Plan de l exposé Principe du fonctionnement du laser Différents types de laser.

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE

CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE Votre rendez-vous est prévu : Le Au centre Aix Laser Vision 44 Av de Lattre de Tassigny 13090 AIX EN PROVENCE Tel: 04 42 99 09 81 Docteur OPHTALMOLOGISTE Ancien

Plus en détail

Chirurgie oculaire au laser Excimer

Chirurgie oculaire au laser Excimer Chirurgie oculaire au laser Excimer Ce document préparé par L'Hôpital d'ottawa présente des renseignements généraux. Il ne vise pas à remplacer les conseils d'un professionnel de la santé qualifié. Consultez

Plus en détail

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives Chapitre 2 : Chirurgies réfractives 1. Techniques d examen... 2 1.1 Aberrométrie (voir chapitre cornée)... 2 1.2. Topographie cornéenne (voir chapitre cornée)... 2 2. Chirurgies incisionnelles... 2 3.1.

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Dr Jean-Pierre Chartrand, MD Q et R La chirurgie réfractive au laser excimer pratiquée par les ophtalmologues est l une des deux procédures chirurgicales les plus

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE

FICHE D INFORMATION SUR LE FICHE D INFORMATION SUR LE LASER EXCIMER DE SURFACE (PRK OU PARK) 1. QU EST-CE QUE LA PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE DE SURFACE (PRK OU PARK)? 2. LES LIMITES DE LA PRK 3. COMPARAISON TRAITEMENT DE SURFACE

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES YEUX AU LASER

LA CHIRURGIE DES YEUX AU LASER LA CHIRURGIE DES YEUX AU LASER Une vie sans lunettes ou lentilles de contact Voir, c est la vie, chaque jour, chaque instant. Voir, c est la liberté. Si les lunettes ou les lentilles de contact, que vous

Plus en détail

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN L expérience LASIK I QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? Pour être éligible au LASIK, vous devez avoir au moins 21 ans, avoir des yeux en bonne santé et être en bonne santé générale. Votre vision ne doit pas

Plus en détail

EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout!

EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout! EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout! Grâce à nos techniques avant-gardistes, des milliers de gens sont en mesure d oublier, à jamais, qu ils ont déjà eu

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK)

FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK) FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK) 4 - INDICATIONS 5. HISTOIRE 6. EFFET DU LASER EXCIMER SUR

Plus en détail

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille

Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille Service d ophtalmologie Hôpital de la Timone Marseille INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE Presbytie Madame, Monsieur, Vous êtes intéressés par la chirurgie réfractive. Cette fiche d`information a

Plus en détail

SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES...

SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES... ENVIE DE VOIR CLAIR SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES... INTRODUCTION : Vous présentez une anomalie de la réfraction et souhaitez remédier à cette anomalie par le biais d une intervention chirurgicale. Cette

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

Chirurgie de la presbytie

Chirurgie de la presbytie Chirurgie de la presbytie IntraCor utilise le laser femtoseconde L IntraCor est une méthode innovante, efficace et peu invasive, de compensation chirurgicale de la presbytie chez les emmétropes. Cette

Plus en détail

La chirurgie réfractive de l œil. Corriger les défauts visuels grâce au laser

La chirurgie réfractive de l œil. Corriger les défauts visuels grâce au laser La chirurgie réfractive de l œil Corriger les défauts visuels grâce au laser Introduction Pour que notre système visuel puisse capter et interpréter ce que nous regardons, les images doivent se réfléchir

Plus en détail

CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK

CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK CORRECTION DES TROUBLES DE LA REFRACTION PAR LASER EXCIMER : PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE ET LASIK Avril 2000 Service évaluation des technologies L AGENCE NATIONALE D ACCREDITATION ET D EVALUATION EN SANTE

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE? INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. INTRODUCTION 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE? 3. LES OPERATIONS DE CHIRURGIE REFRACTIVE 4. RISQUES COMMUNS A TOUTES LES TECHNIQUES

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE. 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE. 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6 INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. L ŒIL ET LES DIFFERENTS DEFAUTS VISUELS....p 2-5 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6 3. EXAMEN PRE OPERATOIRE... p 6 4. L

Plus en détail

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses

Heig-vd. Schneeberger Patrick. L œil et ses 2009 Heig-vd Schneeberger Patrick L œil et ses es défauts 1 Table des matières L œil... 3 Le fonctionnement de l œil humain... 3 Les défauts de l œil... 4 La myopie et l hypermétropie... 4 L'astigmatisme...

Plus en détail

Conventionné secteur 1. Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly

Conventionné secteur 1. Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly CABINET MEDICAL 14 Rue de Tréguel Beaulieu 86000 POITIERS Docteur COULIBALY Roger Ophtalmologiste Conventionné secteur 1 Consultations sur rendez-vous Téléphone:05 49 56 12 83 En ligne 24/24h sur: www.rdvnet.net/roger.coulibaly

Plus en détail

FORMULAIRE DE CONSENTEMENT

FORMULAIRE DE CONSENTEMENT FORMULAIRE DE CONSENTEMENT Correction de la vision au laser excimer PKR, LASEK, Épi-LASIK et LASIK pour corriger la myopie (difficulté à voir de loin), l hypermétropie (difficulté à voir de près) et l

Plus en détail

Chirurgie par laser femtoseconde

Chirurgie par laser femtoseconde Chirurgie par laser femtoseconde Valeria Nuzzo* K.Plamann, D.Peyrot, F.Deloison Laboratoire d'optique Appliquée, ENSTA - École Polytechnique - CNRS UMR 7639, Palaiseau F.Aptel, M.Savoldelli, J.-M.Legeais

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

Le Laser Blended Vision

Le Laser Blended Vision Zoom sur La chirurgie de la presbytie avec le logiciel Laser Blended Vision (LBV) Principe, mode d emploi et résultats n Dans la pratique de la chirurgie réfractive, le traitement de la presbytie représente

Plus en détail

Document 3 : QUESTIONS :

Document 3 : QUESTIONS : Ex 1 : Nouvelle Calédonie 2012 Document 1 : Une opération ordinaire Nathalie a 28 ans. Elle est myope. Rien de bien méchant, le défaut est évalué à 3 dioptries à droite et 4 à gauche. Mais cela suffit

Plus en détail

Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK)

Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK) Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK) Note importante pour le patient : L utilisation de ces méthodes médicales ou chirurgicales requiert une discussion attentive avec un médecin qualifié. Cette

Plus en détail

Implants Toriques. Phakes - Artisan T Pseudophake - Acrysof T - Acritec T - Rayner Flex T. Lasik, PKR KR Cataracte Kératocône Kératoplastie Ptérygion

Implants Toriques. Phakes - Artisan T Pseudophake - Acrysof T - Acritec T - Rayner Flex T. Lasik, PKR KR Cataracte Kératocône Kératoplastie Ptérygion 176-181_OPHT15_chirurgie.qxp 27/05/08 17:19 Page 176 CHIRURGIE Traitement chirurgical de l astigmatisme Des moyens très divers pour des indications très variées Le bilan pré-opératoire élimine les contre-indications

Plus en détail

Activité scientifique et recherche :

Activité scientifique et recherche : L INSTITUT DE L ŒIL Notre Mission: L Institut de l Œil de Montréal a pour mission d offrir à chaque patient, une évaluation individuelle de l état de santé de ses yeux, qui tient compte de l ensemble de

Plus en détail

CENTRE LASER VICTOR HUGO. Au service de votre vue depuis 1997

CENTRE LASER VICTOR HUGO. Au service de votre vue depuis 1997 CENTRE LASER VICTOR HUGO Au service de votre vue depuis 1997 Le centre laser Historique Localisation Accès Infrastructures Le matériel et les techniques Matériel d examen Traitement du kératocône Lasers

Plus en détail

Troubles de la réfraction. Définition. Epidémiologie

Troubles de la réfraction. Définition. Epidémiologie Troubles de la réfraction Troubles de la réfraction Définition Pour nous permettre une vision nette, les rayons lumineux provenant des objets vers lesquels nous orientons notre regard traversent successivement

Plus en détail

La chirurgie cornéenne réfractive au laser excimer (1 ère pa

La chirurgie cornéenne réfractive au laser excimer (1 ère pa La chirurgie cornéenne réfractive au laser excimer (1 ère pa Définitions et anomalies de la vision qui peuvent être corrigées Corriger chirurgicalement un défaut réfractif oculaire de l adulte n est plus

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

Efficacité, Sécurité des Anneaux Intra-Cornéens (ICR) Ferrara pour Kératocône (KC).

Efficacité, Sécurité des Anneaux Intra-Cornéens (ICR) Ferrara pour Kératocône (KC). S. Leroux Les Jardins 1,2, F. Poisson,2 G. Leroux les Jardins, 3. 1-Cabinet Paris. 2-CHNO des Quinze Vingts, Paris, 3-Chef de clinique-assistant, Groupe hospitalier Cochin Hôtel Dieu, Paris. SFO 2012 PAS

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

entilles e contact Corrections visuelles possibles

entilles e contact Corrections visuelles possibles entilles e contact Corrections visuelles possibles Les lentilles de contact ouvrent les yeux d un public de plus en plus grand. Lunettes L invention des verres correcteurs fut un progrès culturel majeur

Plus en détail

Les lasers Risques et prévention

Les lasers Risques et prévention Les lasers Risques et prévention I Interaction laser tissu Effet Effet Effet Effet photoablatif mécanique photodynamique thermique II Risques Œil Peau Autres risques III Évaluation du risque laser Classes

Plus en détail

LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE. Comment se déroule la chirurgie de la cataracte?

LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE. Comment se déroule la chirurgie de la cataracte? LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE Comment se déroule la chirurgie de la cataracte? Une intervention de routine En France, plus de 500 000 chirurgies de la cataracte sont réalisées chaque année. L intervention

Plus en détail

Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 83 (item 287) : Réfraction et anomalies de la réfraction Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Principales définitions... 3 2. Accomodation... 5

Plus en détail

Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction

Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction Item 287 : Réfraction et anomalies de la réfraction Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 I Les principales définitions... 3 II Accomodation...6 III Anomalies de la réfraction...7

Plus en détail

La Catarate. Définition. Epidémiologie

La Catarate. Définition. Epidémiologie La Catarate La Catarate Définition La cataracte est une affection se traduisant par une opacification du cristallin de l œil, qui est normalement transparent. Elle peut toucher la totalité du cristallin

Plus en détail

Un regard clair sur la

Un regard clair sur la Un regard clair sur la Un regard clair sur la chirurgie réfractive DDr r J.C. C. Vryghem www.vryghem.be www.vr yghem.b e Introduction Aimeriez-vous profiter, dorénavant, de la vie sans lunettes et/ou lentilles?

Plus en détail

Les traitements médicaux innovants : LE LASER OPHTALMOLOGIQUE

Les traitements médicaux innovants : LE LASER OPHTALMOLOGIQUE Groupe n 210 1 S2 - Aurélie Gabas 1 S2 - Julie Prevost - Luc Leroy THEME : Avancées scientifiques et réalisations techniques Les traitements médicaux innovants : LE LASER OPHTALMOLOGIQUE 2011-2012 1 2

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Comment prend-on en charge le kératocône?

Comment prend-on en charge le kératocône? TRAITEMENT DU KERATOCONE Comment prend-on en charge le kératocône? Une prise en charge pluri-disciplinaire La prise en charge du kératocône est l affaire de plusieurs spécialistes médicaux ou scientifiques

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MLIB ILV 1 418 658 6345 PAGE 1

TABLE DES MATIÈRES MLIB ILV 1 418 658 6345 PAGE 1 TABLE DES MATIÈRES BIENVENUE À L INSTITUT LASER VISUEL...2 LES DIFFÉRENTS TROUBLES DE LA VUE...3 LES AVANTAGES DE LA CORRECTION DE LA VUE PAR LASER...5 TYPES D INTERVENTION...6 ADMISSIBILITÉ AU TRAITEMENT...8

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

Greffes de cornée pour les kératocônes

Greffes de cornée pour les kératocônes Greffes de cornée pour les kératocônes La cornée est le tissu transparent qui se trouve sur la partie antérieure de l'œil et à travers lequel passe la lumière. Elle est en forme de dôme, et c est elle

Plus en détail

Clémence MAZEAU Solen RABANY Liliane ROUILLON. 1 ère SA

Clémence MAZEAU Solen RABANY Liliane ROUILLON. 1 ère SA Correction des différents défauts de vision Comment corriger les principaux défauts de l œil? Clémence MAZEAU Solen RABANY Liliane ROUILLON 1 ère SA 1 Correction des différents défauts de vision Comment

Plus en détail

Lasik Xtra: Résultats cliniques. Dr Philippe Charvier Dr David Donate Thaëron Rozenn (optometriste) Lyon, France

Lasik Xtra: Résultats cliniques. Dr Philippe Charvier Dr David Donate Thaëron Rozenn (optometriste) Lyon, France Lasik Xtra: Résultats cliniques Dr Philippe Charvier Dr David Donate Thaëron Rozenn (optometriste) Lyon, France Introduction Lasik Xtra : Lasik combiné à un cross-linking cornéen accéléré Traitement de

Plus en détail

Document d information. www.cliniquevision.com

Document d information. www.cliniquevision.com Chirurgie Réfractive Docteur D.A. Lebuisson Lasik@orange.fr Document d information Le site Lasik.asso.fr est certifié par HON et est déclaré à la CNIL ainsi qu au Conseil de l ordre. Il ne comporte aucune

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

GLAUCOME. Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions. Docteur Yves Lachkar

GLAUCOME. Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions. Docteur Yves Lachkar GLAUCOME Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions Docteur Yves Lachkar Professeur au collège de Médecine des Hôpitaux de Paris Chef du service d ophtalmologie et directeur de l Institut

Plus en détail

Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada

Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada Introduction Un certain nombre de services de santé pour les yeux qu offrent des médecins ne sont pas considérés médicalement

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2010 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2010 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2010 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L Durée de l épreuve : 1h 30 Coefficient : 2 Ce sujet comporte 9 pages numérotées de 1/9 à 9/9 Ce sujet comporte page 5/9 une ANNEXE à

Plus en détail

Vices de réfraction: quand faut-il implanter une lentille?

Vices de réfraction: quand faut-il implanter une lentille? Vices de réfraction: quand faut-il implanter une lentille? Raimund Spirig Augentagesklinik Dr. Spirig, St. Gallen Quintessence P Le domaine de dioptries pouvant être traité par laser est limité à env.

Plus en détail

Comparaison des résultats visuels et réfractifs des traitements myopiques Zyoptix Asphérique versus Zyoptix Tissue Saving : une étude rétrospective

Comparaison des résultats visuels et réfractifs des traitements myopiques Zyoptix Asphérique versus Zyoptix Tissue Saving : une étude rétrospective Comparaison des résultats visuels et réfractifs des traitements myopiques Zyoptix Asphérique versus Zyoptix Tissue Saving : une étude rétrospective Pilly B. 1, MD, Farpour B. 1,2, MD, Von Gunten S. 2,

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Cataracte & Chirurgie de la Cataracte

Cataracte & Chirurgie de la Cataracte Cataracte & Chirurgie de la Cataracte Qu est ce que la Cataracte? On trouve à l intérieur de l œil de tous les animaux une lentille appelée cristallin. Il s agit d une structure volumineuse, disposée au

Plus en détail

Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art. Lycée. Service Éduca!on. avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience.

Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art. Lycée. Service Éduca!on. avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience. Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience.fr Lycée Service Éduca!on Chloé LAVIGNOTTE Présentation du document L activité «Laser et

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Vous allez être opéré(e) de Membrane Epimaculaire

Vous allez être opéré(e) de Membrane Epimaculaire Vous allez être opéré(e) de Membrane Epimaculaire HÔPITAL LARIBOISIERE Service d'ophtalmologie 2 rue Ambroise Paré 75475 Paris cedex 10 tel : 33 (0)1 49 95 64 88 La rétine est constituée de cellules visuelles

Plus en détail

Utilisations du Laser Diode

Utilisations du Laser Diode Académie Vétérinaire de France 20 Janvier 2011 Utilisations du Laser Diode en ophtalmologie vétérinaire Frédéric GOULLE AQUIVET Service d Ophtalmologie Bordeaux Eysines Utilisations du Laser Diode en ophtalmologie

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Mémento à l usage du personnel des laboratoires

Mémento à l usage du personnel des laboratoires Mémento à l usage du personnel des laboratoires sécurité laser édition février 2005 Pôle Maîtrise des Risques Direction de la Protection et de la Sûreté Nucléaire Symbole des nouvelles technologies, l

Plus en détail

REVUE DES IMPLANTS INTRA-OCULAIRES

REVUE DES IMPLANTS INTRA-OCULAIRES REVUE DES IMPLANTS INTRA-OCULAIRES Maryline JEHL-RAVE CHU de BESANCON Implants intra-oculaires (IIO) Définition : DMS destinés à être implantés à l intérieur du globe oculaire par voie chirurgicale Le

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

Conseil d Évaluation des Technologies de la Santé du Québec

Conseil d Évaluation des Technologies de la Santé du Québec Conseil d Évaluation des Technologies de la Santé du Québec RAPPORT PRÉSENTÉ AU Rapport Juin 2000 LE LASER EXCIMER EN OPHTALMOLOGIE : (CETS 2000-2 RF MISE À JOUR DE L ÉTAT DES CONNAISSANCES Ministre de

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Le glaucome est une maladie de l œil qui, en l absense de traitement peut rendre aveugle.

Le glaucome est une maladie de l œil qui, en l absense de traitement peut rendre aveugle. Qu est-ce que le glaucome? Le glaucome est une maladie de l œil qui, en l absense de traitement peut rendre aveugle. Le glaucome est attribuable à un mauvais écoulement du liquide intraoculaire (liquide

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

TP Détection d intrusion Sommaire

TP Détection d intrusion Sommaire TP Détection d intrusion Sommaire Détection d intrusion : fiche professeur... 2 Capteur à infra-rouge et chaîne de mesure... 4 Correction... 14 1 Détection d intrusion : fiche professeur L'activité proposée

Plus en détail

Guide d adaptation. Rose K2 XL. Kératocône. Dégénérescence pellucide marginale. Post Greffe. Post Chirurgie. Lentille Semi-sclérale

Guide d adaptation. Rose K2 XL. Kératocône. Dégénérescence pellucide marginale. Post Greffe. Post Chirurgie. Lentille Semi-sclérale Guide d adaptation Rose K2 XL Lentille Semi-sclérale TM Kératocône Dégénérescence pellucide marginale Post Greffe Post Chirurgie 1 LENTILLE SEMI-SCLÉRALE ROSE K2 XL INDICATIONS 1 ères indications : kératocône,

Plus en détail

Traitements du glaucome par laser

Traitements du glaucome par laser Traitements du glaucome par laser Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

GUIDE DE PRÉPARATION CHIRURGIE RÉFRACTIVE AU LASER - ULTRALASIK

GUIDE DE PRÉPARATION CHIRURGIE RÉFRACTIVE AU LASER - ULTRALASIK GUIDE DE PRÉPARATION CHIRURGIE RÉFRACTIVE AU LASER - ULTRALASIK L ÉVALUATION PRÉOPÉRATOIRE LA CHIRURGIE LASER Chapitre 1 LA VISITE PRÉOPÉRATOIRE... 2 1.1 Le déroulement de la consultation préopératoire...

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

L. Obert, T. Lascar, A. Adam

L. Obert, T. Lascar, A. Adam Améliorer la consolidation des tubérosités grâce au système OMS (Offset Modular System) et l autogreffe Improving tuberosity consolidation using the OMS system (Offset Modular System) L. Obert, T. Lascar,

Plus en détail

L ŒIL, ACCOMMODATION, DEFAUTS ET CORRECTION

L ŒIL, ACCOMMODATION, DEFAUTS ET CORRECTION THEME : REPRESENTATION VISUELLE Sous-thème : De l œil au cerveau CHAPITRE 2 L ŒIL, ACCOMMODATION, DEFAUTS ET CORRECTION I. LE MODELE DE L ŒIL OU ŒIL REDUIT (Rappel) Pour le physicien, l œil est constitué

Plus en détail

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures!

SESSION 2013 MPP2008! PHYSIQUE 2. Durée : 4 heures! SESSION 2013 MPP2008 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP " PHYSIQUE 2 Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Le kératocône. La maladie. Qu est-ce que le kératocône? Combien de personnes sont atteintes de kératocône?

Le kératocône. La maladie. Qu est-ce que le kératocône? Combien de personnes sont atteintes de kératocône? Le kératocône La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur le

Plus en détail