Library of Congress - National Audiovisual Conservation Center. - Rapport de mission -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Library of Congress - National Audiovisual Conservation Center. - Rapport de mission -"

Transcription

1 Library of Congress - National Audiovisual Conservation Center - Rapport de mission - Pierre-Etienne LETRUN Joseph MOURADIAN Département Hygiène Sécurité Environnement CNC Direction du Patrimoine Cinématographique Juin 2011

2 Sommaire Introduction Présentation générale de l établissement Conservation Films nitrate Films safety Logistique des collections Laboratoire Restauration Pôle argentique Pôle numérique Hygiène, Sécurité et Environnement Maintenance Propositions et projets d amélioration...34 Conclusion...36

3 Introduction Nous avons découvert les installations du Packard Campus for Audio-Visual Conservation à la fin de l année 2010 par l intermédiaire d Eric le Roy, chef du service SAVEC. Revenant d un voyage aux Etats-Unis pour le compte de la FIAF, il nous présenta les photos qu il avait prises de ce site. Dès lors, devant l apparente modernité des installations et dans la perspective des chantiers techniques à mettre en œuvre aux Archives françaises du film : rénovation de la station de neutralisation et des locaux de stockage des produits chimiques, rénovation des installations de génie climatique et de GTB, restructuration du laboratoire en vue du développement du pôle numérique, il nous a paru intéressant de prendre contact avec les responsables de cette archive. Ainsi dans cette perspective, nous avons correspondu pendant plusieurs mois avec les responsables du Packard Campus pour collecter les éléments préliminaires et présenter le principe de notre projet. Au fil des échanges, il nous a paru nécessaire d organiser une visite professionnelle sur place. Afin de préparer les entretiens et rendre cette visite utile au plus grand nombre, nous avons collecté les demandes de nos collègues. Nous sommes donc partis fin juin 2011 pour Culpeper en Virginie. Cette opportunité permet de mener un travail d échange d informations sur les pratiques professionnelles, sur les installations et équipements nécessaires au bon fonctionnement technique d une archive de films. De plus, l instauration de ce dialogue permet d établir une collaboration mutuellement bénéfique aux deux entités qui sont nécessairement confrontées aux mêmes problématiques, de par leurs activités similaires. Ce rapport est le fruit des informations - le plus fidèlement retranscrites - que nous avons pu recueillir dans le temps imparti à notre mission. Tout au long de notre visite, nous avons essayé d aborder la majorité des domaines techniques relatif à une archive de films. Nous évoquerons donc successivement les activités de conservation-logistique, de laboratoire, d hygiène, sécurité, et environnement, et de maintenance du Packard Campus. Enfin, précisons que nous avons effectué un travail plus descriptif qu analytique afin de ne pas être tenté d imposer un point de vu trop personnel. De cette façon, les services et agents intéressés par cette mission pourront se faire leur propre opinion sur les aspects transposables d un site à l autre. Ainsi, l objectif final de ce compte rendu est de permettre une réflexion collective sur les axes d amélioration possibles aux Archives françaises du film. 1

4 1. Présentation générale de l établissement Le centre national de conservation des archives audiovisuelles de la «Library of Congress» est installé depuis 2007 au Packard Campus à Culpeper, petite ville de Virginie, située à une centaine de kilomètres Washington DC. Le site actuel est un ancien abri antiatomique de la Réserve Fédérale américaine. Il devait servir à protéger physiquement les réserves d or et d argent des Etats-Unis durant la guerre froide en cas de guerre nucléaire. Réserve Fédérale de Culpeper 1992 Avant l inauguration du Packard Campus en 2007, les activités de conservation et de restauration furent successivement localisées au Jefferson Building - l un des trois bâtiments composant la Bibliothèque du Congrès à Washington DC -, puis dans un laboratoire dédié, situé à Dayton dans l Ohio. Environ 170 personnes travaillent au Packard Campus. Le Packard Campus for Audio-Visual Conservation exerce des activités à la croisée de celles des Archives françaises du film, de l Institut national de l audiovisuel et d une cinémathèque, puisqu en plus d être un lieu de conservation et de restauration du patrimoine cinématographique et audio-visuel. 2

5 Packard Campus pendant la construction Le Packard Campus organise également des projections publiques 3 fois par semaine afin de valoriser au mieux ses collections. Il dispose à cet effet d une grande salle de cinéma d environ 250 places ; et le public qui vient essentiellement des environs semble au rendezvous grâce à une programmation éclectique, allant de courts métrages des débuts du cinéma à des films ou séries ayant fortement imprégnés la culture populaire comme Star Trek ou James Bond. 3

6 Salle de projection du Parckard Campus 2. Conservation Le Packard Campus conserve, comme les Archives françaises du film, des films sur support nitrate et sur support safety. En revanche, il est constitué d un seul grand bâtiment. Il n y a pas de réelle séparation entre les zones de stockage des films et les bureaux administratifs, les locaux techniques et le laboratoire, comme c est le cas, ici, en France. Néanmoins les voûtes nitrate et acétate se trouvent chacune dans une aile du bâtiment, et à des étages différents. Le RDC est dédié aux voûtes safety, le 1 er étage aux voûtes nitrate. De plus, ce sont des zones à accès réglementé. Elles sont séparées physiquement du reste des locaux par des dispositifs de contrôle d accès stricts : sas avec portes blindées dont l ouverture se fait par badge ou par des clefs spéciales à retirer dans une armoire à clefs blindée munie d un code, caméra contrôlant les entrées et sorties etc. Réglementation des accès Dispositif de contrôle des clés Caméra et détecteur de mouvements Toutes les règles incendie liées au stockage des films nitrate et safety sont définies par la National Fire Protection Association. 1. Films nitrate Les films nitrate sont stockés dans 124 voûtes pour un total de bobines. Une température approximative de 4 C et une hygrométrie de 30% constituent les paramètres de stockage. 4

7 Chaque voûte contient environ 1200 boîtes. Voûtes «nitrate» La structure est en béton armée, coupe feu 2h, avec une seule porte d accès, elle-même coupe feu. A l intérieur des étagères métalliques ont été scellées dans le béton de part et d autre de l allée centrale. Les films sont rangés sur ces étagères dans des petits casiers indépendants les uns des autres, à raison de deux bobines par casier. Ces derniers rendent théoriquement impossible l ouverture des boites en cas de décomposition thermique des films (films en décomposition + boîte = phénomène de surpression similaire à une cocotte minute : sous la pression des gaz libérés lors de la décomposition, le couvercle peut s ouvrir violemment avec projection de la bobine). Rayonnage de stockage «nitrate» 5

8 Chaque voûte est équipée d éclairages antidéflagrants, d une détection incendie (détecteurs de fumées et alarme sonore avec flash), d un système d extinction automatique à eau, de clapets coupe feu ainsi que d une cheminée avec une trappe de décompression à ouverture automatique en cas d incendie. De plus des sondes mesurent en continu la température, l hygrométrie et la pression dans la voûte. Tous ces paramètres sont gérés et contrôlés par informatique. Il n y a pas de relevés de mesures visibles depuis l extérieur de la voûte. Eclairages, système d extinction automatique à eau à l intérieur de la cellule et alarme sonore avec flash à l extérieur Il est à noter que le Packard Campus possède également des armoires blindées ignifugées pour le stockage temporaire des films nitrate. Ces armoires sont munies d une cheminée d extraction pour les fumées et d un système d extinction automatique (ou sprinklage). Armoire de stockage temporaire équipé de sprinklage et de cheminée d évacuation des fumées 2. Films safety Les bobines safety sont stockées dans 18 voûtes. Les paramètres de stockage appliqués sont une température approximative de 2 C et une hygrométrie de 35% pour les matrices (5 voûtes) ou une température approximative de 10 C et une hygrométrie de 35% pour les copies d exploitation (13 voûtes). 6

9 Accès stockage «acétate» Les voûtes sont construites sur le modèle de chambres froides. L accès se fait par un sas de sécurité qui est muni d une alarme sonore et visuelle extérieure avec rappel des consignes de sécurité incendie (impossibilité d entrer dans la voûte en cas de fonctionnement du système d extinction automatique à gaz voute appauvrie en oxygène). A l intérieur, chaque voûte est équipée d une détection incendie (détecteurs de fumée et alarme sonore avec flash), d un système d extinction automatique à gaz (utilisation notamment de heptafluoropropane /FM200/HFC-227 ea) permettant d appauvrir en oxygène le local, de clapets coupe feu et de BAES. Dispositifs d évacuation et d alarme visuelle et sonore 7

10 Système d extinction automatique à gaz inerte Désignation du gaz et interdiction de pénétrer en cas d extinction De plus des sondes mesurent en continu la température et l hygrométrie dans la voûte. Tous ces paramètres sont gérés et contrôlés par informatique. L hygrométrie est également reportée à l extérieur de la voûte sur un graphique. 8

11 Graphiques de relevés de température et d hygrométrie 9

12 Système de contrôle de la température Les films sont rangés dans des casiers sur des étagères fixes (une bobine par casier) ou sont posés à même sur les étagères de rayonnages mobiles. Rayonnage de stockage acétate Dans certaines voûtes de stockage des films acétate, on peut sentir une forte odeur de vinaigre. Les équipes du Packard Campus en charge de la conservation sont donc également confrontés au syndrome du vinaigre et à la difficulté d une conservation durable du patrimoine cinématographique ; et ce malgré des installations de génie climatiquetraitement de l air récentes et des températures et taux d hygrométrie bas. La climatisation des voûtes et du reste des locaux fait l objet de deux réseaux distincts. 10

13 3. Logistique des collections Les films sont identifiés par une étiquette comportant quelques informations (format, titre ) et un numéro qui permettent le classement des stocks et le suivi des mouvements. Le Packard Campus ne dispose pas d un logiciel de suivi des mouvements de stocks avec trackers comme il en existe aux AFF. De même, leur base de données est actuellement limitée. Peu d informations sont recueillies. Un code barre est attribué à chaque film mais il contient uniquement des informations sur l origine du film (le producteur). 3. Laboratoire Restauration Le laboratoire du Packard Campus est composé d un pôle argentique et d un pôle numérique. Dix-neuf agents y travaillent. Les équipements (essuyeuse, tireuse, développeuse, scanner ) du laboratoire sont tous de marques américaines appartenant au groupe RTI (Research Technology International) : BHP Inc. (essuyeuse-tireuse) / Lipsner Smith (essuyeuse-tireuse) / Treise (développeuse) / Calder (développeuse) / RTI Imagica (imageur) 1. Pôle argentique Equipements de tirage-essuyage La section photochimique du laboratoire possède : 3 tireuses continues par contact de marque BHP = tirage en immersion des films noir et blanc. 1 tireuse optique image par image de marque ACME = tirage en immersion ou à sec des films couleurs. 1 tireuse optique image par image de marque Oxberry model 1500 = tirage en immersion ou à sec des films couleurs 2 essuyeuses Lipsner/Smith model CF8200P 1 essuyeuse Lipsner/Smith Excel model Essuyeuse Lipsner/Smith model CF8200P avec sa gaine d'extraction 11

14 Tireuse continue par contact Tireuse optique image par image Tireuse reliée à un fût de perchloroéthylène Ces tireuses et essuyeuses fonctionnent au perchloroéthylène, à l exception de l essuyeuse Lipsner/Smith Excel model 1100 qui fonctionnent à l alcool isopropylique (propan-2-ol). Si nos collègues américains essayent de trouver un produit de substitution pour le tirage en immersion et l essuyage des films safety, aucune solution de remplacement n est en vue pour les films nitrate. Il y a de toute façon une plus grande tolérance qu en Europe dans l utilisation du perchloroéthylène aux Etats-Unis, surtout dans l industrie cinématographique car les volumes en jeux restent faibles. Tous les équipements fonctionnant au perchloroéthylène sont raccordés à un réseau d extraction équipés de filtre au charbon actif. Ce réseau est distinct du réseau général pour les autres locaux non chimiques. Le laboratoire du Packard Campus ne dispose pas de laveuse, et il n utilise pas de produits spécifiques contre les microorganismes comme les bactéries, les champignons etc 12

15 Le développement photochimique Le process de développement (préparation des bains + fonctionnement des développeuses) est assuré par 3 agents. Tout est regroupé dans la même zone : production des eaux de process, préparation des bains, développeuses et neutralisation des effluents photochimiques sont contigües. Les développeuses La section photochimique possède également 6 développeuses de marque Treise pour le développement noir et blanc des films positifs et négatifs en format 16/35mm. Pour l instant, nos collègues américains ne font que du développement en noir et blanc, mais ils souhaitent faire du développement couleur dans un futur proche. Ils disposent déjà de développeuses pour cela. C est le traitement des effluents photochimiques qui les freinent car c e st un process assez lourd et complexe à mettre en place. Ils n ont pas encore trouvé une solution technique et économique satisfaisante. On peut noter qu une attention particulière a été portée à la sécurité électrique des équipements : mise en marche et arrêt des développeuses via des interrupteurs et non des disjoncteurs, développeuses équipées de transformateur propre pour être dissociés du circuit électrique général. Développeuse de marque Treise avec son interrupteur de marche-arrêt 13

16 Tableau de contrôle des paramètres de développement et racks de développement Transformateurs électriques des développeuses Les produits chimiques mis en œuvre Pour le développement, le laboratoire se réfère aux standards Kodak D-96 et D-97 pour le révélateur, F-5 pour le fixage et CB-7 pour le mouillant. Ainsi, ils utilisent globalement les mêmes produits chimiques pour la préparation des bains de développement qu aux AFF : hydroquinone, borax, sulfite de soude, carbonate de soude, hydroxyde de sodium etc Il est à noter que d une manière générale les équipes du Packard Campus doivent déclarer à l OSHA 1 tous les produits chimiques qu ils utilisent ainsi que les quantités mises en œuvre. La production d eau adoucie La production d eau adoucie en amont du process (eau servant au développement photochimique) est très poussée. En plus de la présence d adoucisseurs et de ballon d eau 1 Organisme de contrôle fédéral (voir chapitre 4). 14

17 chaude (de marque P-K Compact et State Patriot), l eau de ville utilisée subit quatre traitements : Filtration par osmose inverse. Filtration au charbon actif (filtres de marque Cleaver-Brooks et Ecodyne). filtre d une taille de 1 micron pour capter toutes les impuretés, microorganismes et pollution. UV pour tuer les bactéries (de marque Aquafine). Ballons d'eau chaude de marque State Patriot et P-K Compact Filtration par osmose inverse et filtres au charbon actif de marque Ecodyne 15

18 Filtres de 1 Micron Traitement UV de marque Aquafine 16

19 L eau produite est ensuite stockée dans deux réservoirs d un peu plus de 50 m 3 chacun. Réservoirs de stockage de l'eau de laboratoire La préparation des bains La préparation des bains est réalisée conformément aux standards de développement KODAK. Les agents manuten tionnent les produits chimiques et remplissent manuellement 3 cuves mères (fixage, révélateur et mouillant). Puis, celles-ci vont alimenter des cuves de réserve (une cuve de réserve associée à un type de bain : révélateur positif, fixage positif etc ) qui vont alimenter ensuite les développeuses. Ces transvasements se font automatiquement via des pompes de transferts. Les développeuses fonctionnent en circuit fermé ; d un développement à l autre elles réutilisent le même bain jusqu à ce qu il perde ses qualités. Les bains usés sont ensuite stockés dans des cuves de stockage pour traitement. Malgré un process assez proche, les conditions de travail des agents et le mode opératoire de préparation des bains semblent plus sécurisés au Packard Campus qu aux AFF. Tout d abord le local est vraiment fonctionnel. Il a été pensé dans un souci d ergonomie : zones en hauteur équipées de passerelles, cuves à hauteur d homme et peu hautes, séparation du local en différents espaces de travail bien distincts (remplissage cuves, zones de stockage des produits chimiques, paillasse avec évier, balance pour échantillonnage et ajouts fins ). Vue d'ensemble du local de préparation des bains 17

20 Vue d'ensemble du local de préparation des bains De même les principaux équipements et organes de sécurités sont présents : hotte aspirante au dessus de chaque cuve pour une capture à la source des émanations, douche de sécurité et rince œil, kit anti-pollution etc ). Les modes opératoires, FDS 2 et informations de sécurité sont affichés ou disponibles dans le local même. Douche de sécurité et rince-œil, hotte aspirante, kit anti-pollution (absorbant) Les produits chimiques sont conditionnés dans des bacs fermés ou dans des armoires spécifiques. De plus ils sont commandés en petits contenants pour une manutention plus aisée. 2 FDS : fiche de données de sécurité. 18

21 Zone de stockage des produits chimiques pour la préparation des bains Armoire à solvants et armoire à acides Tous les tuyaux (PVC), flexibles et raccords sont biens identifiés avec un code couleur. Les cuves et bacs de produits chimiques sont étiquetés. Enfin la plupart des équipements du process sont facilement accessibles pour permettre une maintenance plus aisée. Tuyauteries avec affichage des codes couleurs correspondants 19

22 Le traitement des effluents photochimiques En matière de traitement des effluents photochimiques, les principaux seuils réglementaires à respecter portent sur les rejets d argent, de cuivre et de bore. Le laboratoire tient compte des seuils imposés par l état de Virginie car ils sont plus restrictifs que ceux définis par le gouvernent fédéral. Ainsi, les rejets d argent, de cuivre et de bore sont limités respectivement à 0,2mg/L, 0,09mg/L et 5mg/L. Pour les autres charges polluantes présentes dans les effluents, leurs limites sont définies directement par l usine publique de traitement des eaux usées de la ville de Culpeper. Le laboratoire ne dispose pas en interne d une station de traitement des effluents à proprement parler. Il y a seulement un système d électrolyses (CPAC - SilvPAC LM BF 55) pour capter l argent et d autre s dispositifs pour réduire les teneurs en bore et en cuivre. Le laboratoire utilise également de l acide chlorhydrique et de la soude caustique pour équilibrer le ph. Ils n ont aucun dispositif de traitement particulier pour les sels. En cas de conformité aux seuils réglementaires, ils peuvent rejeter leurs effluents photochimiques dans le réseau d eaux usées. Mais alors, ils doivent fournir régulièrement des échantillonnages de tous leurs rejets à la station publique de traitement des eaux usées de la ville de Culpeper pour contrôle de leur conformité. Actuellement, ils font tout pomper et traiter dans une usine spécialisée car ils ont souvent des dépassements pour l argent, le cuivre et le bore. Mais une étude technique est en cours pour essayer de trouver une solution plus rentable. L un des enjeux de cette étude tient notamment à l opportunité de se doter d installations de traitements plus perfectionnées. Les postes de travail dédiées à la restauration Un effort important a été porté sur la sécurité et l ergonomie dès la conception des locaux pour les postes de travail dédiés aux tâches de restauration (montage etc..). Ainsi, chaque poste est constitué d un petit box qui se compose d un bureau et d une table de travail (avec enrouleuse) élévatrice pour s adapter à la taille de l opérateur. Ces tables de travail sont également dotées de deux aspirations : une en partie haute (bras articulé pour être placé au plus près de la source d émission) et une en partie basse sous la table pour les particules plus lourdes (petite grille d aspiration). Ces deux aspirations sont reliées à un système d extraction avec filtres au charbon actif. Ce réseau est distinct du réseau d extraction-ventilation général. De même les FDS (support mural pour classeur) des produits utilisés, les EPI nécessaires et les organes de sécurité comme les douche, les rince œil, les paillasse avec point d eau sont toujours à proximité directe des postes de travail sensibles. Et tous les produits chimiques sont stockés dans des armoires spécifiques, type armoires à solvants. Postes de travail dédiés à la restauration argentique 20

23 Aspiration en partie haute et en partie basse du poste de travail D une manière générale, on retrouve le même type de configuration pour tous les postes de travail où sont utilisés ou manipulés des produits et substances chimiques, comme ceux dédiés à l inventaire et au catalogage des collections et des nouveaux dépôts : poste de travail avec aspiration à la source, FDS, douche de sécurité et rince œil, paillasse avec point d eau, EPI 3, armoires pour produits chimiques etc ). Postes de travail dédiés à l'inventaire et au catalogage FDS affichées aux postes de travail 3 EPI : équipement de protection individuelle. 21

24 2. Pôle numérique Equipements de numérisation La section numérique du laboratoire possède plusieurs types de scanners pour la numérisation des films : scanners avec immersion au perchloroéthylène et scanners sans immersion au format 2K, 4K, et télécinéma HD. Scanner Oxberry Cinescan Scanner avec immersion au perchloroéthylène Le projet de numérisation Le laboratoire du Packard Campus a commencé récemment la numérisation de ses collections. Les équipes sont elles-aussi confrontées au coût financier conséquent de ce projet, et au manque de recul sur la conservation dans le temps des fichiers numériques. De plus la numérisation porte à la fois sur les films, que sur les vidéos, les vinyles et les bandes sons. Le laboratoire dispose actue llement de 3 serveurs numériques de marque Sun Microsystems pour une capacité de stockage de 4 millions de gigabytes. Ils souhaitent aller rapidement vers 12 millions de gigabytes de données stockées. Toutes les archives numérisées sont actuellement consultables sur le site du Packard Campus et à la Library of Congress à Washington. Dans le futur, nos collègues américains ont pour projet d élargir la mise en réseau de ses données afin de permettre une plus grande consultation de leurs archives. Pour finir, il est important de préciser que leur politique de numérisation ne remet aucunement en cause leur politique de stockage et conservation des supports physiques, notamment des films nitrate. Tous les originaux sont conservés après numérisation. Salle propre des serveurs numériques 22

25 4. Hygiène, Sécurité et Environnement La Bibliothèque du Congrès possède un service HSE transversal à l ensemble de ses sites. Il est basé à Washington DC, et ses missions portent sur la sécurité au travail, la sécurité incendie, la protection de l environnement, l hygiène industrielle et l ergonomie au poste de travail. Une ingénieure est détachée la moitié de son temps sur Culpeper pour assurer les fonctions de veille, conseil et plus généralement la mise en place et le suivi des actions HSE définies par le service. Les chefs de service du Packard Campus sont ensuite les relais et acteurs quotidiens de la politique HSE de la Bibliothèque du Congrès. Ils travaillent donc en étroite collaboration avec cette ingénieure et les autres services qui ont un impact sur la protection des agents, des visiteurs et des biens : le service de santé au travail, le service de la sûreté et les services généraux. La réglementation HSE aux USA Aux USA la réglementation sur les questions d hygiène, sécurité et environnement fait intervenir quatre acteurs principaux au niveau fédéral. United States Environmental Protection Agency (EPA) : agence fédérale qui a en charge la protection de l environnement. Elle s occupe notamment des pollutions liées aux activités industrielles et de la gestion des déchets industriels = missions et rôle de police qui se rapprochent de ceux des DRIEE/DREAL en France. Occupational Health and Safety Administration (OSHA) : agence fédérale qui a charge la sécurité et la protection de la santé des travailleurs. Elle s occupe notamment du contrôle des produits chimiques mis en œuvre dans le milieu professionnel = missions et rôle de police qui se rapprochent de ceux de l inspection du travail en France. US Department of Transportation : ministère qui a en charge la politique de transport aux USA. Dans le cadre industriel, elle encadre réglementairement le transport de marchandises dangereuses dont notamment les déchets industriels dangereux = équivalant du ministère des transports en France. National Fire Protection Association : association professionnelle liée au milieu des assurances qui définit les bonnes pratiques et normes en matière de prévention et protection du risque incendie en milieu professionnel = missions et rôle de conseil, d expertise et de prescriptions normatives similaires à ceux du CNPP 4 en France. Au niveau de l Etat de la Virginie et de la municipalité de Culpeper, deux autres acteurs jouent un rôle sur les questions environnementales. State of Virginia s Departement of Environmental Quality (VDEQ) : autorité de l Etat de Virginie ayant en charge la protection de l environnement. Ses missions équivalent à celle de l EPA au niveau de l Etat de Virginie (prescription de règles en matière de protection de l environnement et vérification de leurs bonnes applications). Publically Owned Treatment Works (POTW) : station publique de traitement des eaux dépendant de la municipalité de Culpeper. Elle a en charge la production d eau 4 CNPP : Centre national de prévention et protection. 23

26 potable et la gestion des eaux usées et des égouts sur la ville de Culpeper (contrôle des rejets d eaux usées des industries présentes à Culpeper). De manière générale, la loi fédérale fait office de norme supérieure. Les prescriptions édictées par le gouvernement fédéral font autorité partout aux USA, sauf si les lois d un état sont plus contraignantes. Elles deviennent alors normes supérieures (exemple des normes de rejet pour l argent, le cuivre et le bore citées plus haut). Les missions de police (contrôle du respect des lois et normes) sont exercées par des agences/administrations fédérales et locales. Déchets La gestion des déchets industriels aux USA est assez proche de celle pratiquée en France. Le Packard Campus regroupe et fait traiter ces déchets en différenciant ceux qui relèvent des déchets industriels banaux (papiers, cartons ) et ceux qui relèvent des déchets industriels dangereux (emballages et produits de laboratoires souillés par des produits chimiques, films en décomposition ). Ils font un tri à la source sur le site puis des prestataires se chargent de la collecte et de l élimination selon la filière appropriée. Tri sélectif du papier Tri sélectif cannettes aluminium, verre et plastique 24

27 Les films nitrate en décomposition sont éliminés de la même manière qu aux AFF. Le Packard Campus suit les recommandations du document technique Kodak H-182, qui recommande de mettre les films nitrate dans des fûts remplis d eau pour sécuriser le transport puis d incinérer le tout. En revanche il existe une différence de traitement pour les films acétate en décomposition. Aux AFF, ceux-ci sont considérés comme déchets dangereux alors qu au Packard Campus ils sont regroupés et éliminés en tant que déchet industriel banal. Ils sont redirigés vers une filière de traitement spécifique uniquement s ils contiennent des résidus d argent. Films nitrate en décomposition EPI Sous le contrôle de l ingénieur HSE, un programme de formation continu à l utilisation des masques respiratoires a été mis en place. Régulièrement des exercices pratiques ont lieu avec des mises en situation pour rappeler aux agents les bonnes pratiques en matière d utilisation de masque respiratoire. Sûreté La politique de sûreté du Packard Campus est très poussée. Elle est essentiellement assurée par des moyens techniques. A l entrée du site un poste d accueil filtre les entrées et sorties. Tous les visiteurs se voient remettre un badge d entrée après avoir émargés et remplies un certain nombre d information dans un classeur dédié (nom, prénom, date, objet de la visite ). Tous les agents disposent d un badge nominatif qui leur permet de circuler à l intérieur du site en fonction des droits d accès dont ils disposent. En effet, les différentes zones de travail sont séparés les unes des autres par des sas à accès réglementé (porte automatique qui s ouvre grâce à un badge disposant du droit d accès ou par des clefs spéciales à retirer dans un coffre-fort à code). Ainsi les locaux les plus sensibles (cellule de stockage, locaux chimiques du laboratoire) ne sont accessibles qu à un nombre restreint d agents. D autre part, des caméras de surveillance ont également été installées dans certains espaces de circulation ou locaux de travail pour prévenir les intrusions et les vols. On retrouve le même type de dispositif dans la zone de livraison du Packard Campus située à l arrière du bâtiment. Celle-ci est constituée d un quai de chargement/déchargement avec 25

28 rambardes de sécurité. Ce quai est séparé de l intérieur du bâtiment par des volets automatiques et une porte blindée à code et équipée d une alarme anti intrusion. Enfin, tous les visiteurs et agents (directeur compris) se font systématiquement fouillés leurs sacs au poste d accueil lorsqu ils quittent le Packard Campus. Sécurité incendie En matière de sécurité incendie, le Packard Campus respecte les normes techniques de la NFPA. Le site est ainsi équipé : d une détection incendie (de marque TYCO) qui couvre l ensemble des zones de travail avec détecteur de fumée, DMA 5 et alarme sonore et visuelle (de marque SIEMENS) ; de systèmes d extinction automatique à eau ou à gaz (de marque Chemetron) selon la nature des combustibles présents dans les locaux ; d extincteurs (type poudre ABC pour la plupart) vérifiés tous les mois (avec étiquette de vérification apparente) et dont le nombre et l implantation sont conformes aux recommandations de la NFPA ; des RIA et des colonnes sèches avec étiquette de vérification apparente. Il est à noter que tous les matériels et hydrants pour l incendie sont identifiés par des plaques signalétiques et codes couleurs normalisés. Les câbles de détection incendie sont eux-aussi normalisés (couleur orange). Enfin des plans d évacuation et des BAES balisent les cheminements d évacuation. Déclencheur manuel d'alarme incendie et bloc autonome d'éclairage de sécurité 5 DMA : déclencheur manuel d alarme. Plan d'évacuation et alarme sonore 26

INDUSTRIES TECHNIQUES

INDUSTRIES TECHNIQUES Version 2 «Chimiste» Le métier s entend exercé par des femmes et des hommes. L emploi du pronom personnel «il» est donc générique et concerne autant les femmes que les hommes. APPELLATION(S) DU METIER

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS)

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) 1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) La sensibilité de ce système est 10 fois supérieure à celle des détecteurs ponctuels. Surface couverte par détecteur Page 1

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

RESEAU DECHETS AQUITAIN

RESEAU DECHETS AQUITAIN Colloque Prévention des Risques Amiante La question des déchets amiantés en déchèterie Mars 2015 Le réseau déchets aquitain : présentation Mars 2015 RESEAU DECHETS AQUITAIN Réseau mis en place par le CDG

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

Procédure maîtrise de «Hygiène et Sécurité»

Procédure maîtrise de «Hygiène et Sécurité» Procédure maîtrise de PR/HSE 1. Objet & finalité Cette procédure décrit les principales activités liées au domaine d hygiène et sécurité sur l INPT. Sa finalité est de renforcer l organisation des activités

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

Etude d un cas concret Scénario de démantèlement. Michel TACHON CEA - Marcoule

Etude d un cas concret Scénario de démantèlement. Michel TACHON CEA - Marcoule Etude d un cas concret Scénario de démantèlement Michel TACHON CEA - Marcoule Local effluents : implantation Fosse effluents 12 m 5 m Entreposage déchets radioactifs hall principal (zone contrôlée) Local

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISÉ DANS LE RECYCLAGE AUTOMOBILE LE GUIDE FORMATION DÉPOLLUTION, DÉMONTAGE ET RECYCLAGE AUTOMOBILE

CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISÉ DANS LE RECYCLAGE AUTOMOBILE LE GUIDE FORMATION DÉPOLLUTION, DÉMONTAGE ET RECYCLAGE AUTOMOBILE CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISÉ DANS LE RECYCLAGE AUTOMOBILE LE GUIDE FORMATION DÉPOLLUTION, DÉMONTAGE ET RECYCLAGE AUTOMOBILE UN ATOUT POUR VOTRE PERFORMANCE ÉDITION 2014 Re-source Engineering Solutions

Plus en détail

ENGAGEMENT ENVIRONNEMENTAL DE l ENSAT. Vers la certification ISO 14001

ENGAGEMENT ENVIRONNEMENTAL DE l ENSAT. Vers la certification ISO 14001 ENGAGEMENT ENVIRONNEMENTAL DE l ENSAT Vers la certification ISO 14001 20 NOVEMBRE 2013 Démarche ISO 14001 à l ENSAT Qu est ce que l ISO 14001? La norme iso14001 concerne le management environnemental.

Plus en détail

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES Conserver et gérer des documents photographiques INTÉRÊT DES PHOTOGRAPHIES Miroir du passé et du présent Environnement familier dans notre société de l image 1 CONSERVER

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie Karen Lamothe, T.P.I. Présidente www.gomesuresdurgence.com 514.799.3110 Congrès AQHSST 2011 Trois-Rivières 14 mai 2011 13h30 à 14h15 Plan de la conférence

Plus en détail

COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1

COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1 COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1 Référence: CJ-04-2014-Q&A-1 Page 1/5 Q 1 Concernant le marché dont question en rubrique

Plus en détail

8.3.1. Modèle de registre de sécurité

8.3.1. Modèle de registre de sécurité 8.3.1. Modèle de registre de sécurité Dans les établissements/associations recevant du public, doit être tenu un registre de sécurité incendie, sur lequel sont reportés les renseignements indispensables

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté.

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles sont un moyen pratique et rentable d améliorer un poste de travail en un rien de temps. Les unités correspondent

Plus en détail

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Ce résumé non technique a pour objet de faciliter la prise de connaissance des informations contenues dans le dossier. Conformément

Plus en détail

Note. Charte Hygiène et Sécurité

Note. Charte Hygiène et Sécurité 1/5 Préambule L ENSCMu est un ERP (Etablissement Recevant du Public) de 3 ème catégorie, de type R (enseignement et recherche). Dans ce cadre, l école est soumise au respect de différentes réglementations

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie Séminaire technique ACAI 14 novembre 2013 Par : Pierre Noël STRUCTURE DE LA NORME Les réseaux avertisseurs d incendie doivent

Plus en détail

Le feu et ses conséquences

Le feu et ses conséquences Formation SSIAP 1 Le feu et ses conséquences Le triangle du feu Les trois éléments indispensables à l incendie Le Combustible Le Comburant (Solide, liquide, gazeux) l air: L énergie d activation (Thermique,

Plus en détail

documentation g e n e r a l e

documentation g e n e r a l e documentation g e n e r a l e D O C U M E N T A T I O N GENERALE protection incendie passive FLOCAGES CALFEUTREMENTS CF MACONNERIE CF CAROTTAGES JOINTS CF CTP / VTP PORTES CF Cheminement Technique Protégé

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

L alarme incendie. 1. Définition d un SSI. 1. Les différents types de SSI RÉGLEMENTATION. ARTICLE MS 53 défini par l arrêté du 2 février 1993

L alarme incendie. 1. Définition d un SSI. 1. Les différents types de SSI RÉGLEMENTATION. ARTICLE MS 53 défini par l arrêté du 2 février 1993 L alarme incendie 1. Définition d un SSI ARTICLE MS 53 défini par l arrêté du 2 février 1993 Le système de sécurité incendie d un établissement est constitué de l ensemble des matériels servant à collecter

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une entreprise

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

Audit de la sécurité physique

Audit de la sécurité physique Ecole des Hautes Etudes Commerciales (HEC) Cédric Gaspoz Agenda OBJECTIF RISQUES Objectifs de contrôle Cours Audit des SI >> 16.11.2005 CONCEPT GLOBAL PROCESSUS D AUDIT Sécurité physique Discrétion du

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

AUTO- DIAGNOSTIC. Pour juger vous-même... Fiche n 1. ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE

AUTO- DIAGNOSTIC. Pour juger vous-même... Fiche n 1. ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE Fiche n 1 ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE AUTO- DIAGNOSTIC Pour juger vous-même... Avant de lire cet Eco-guide, évaluez la situation de votre entreprise en matière de prise en compte de l environnement.

Plus en détail

Processus d analyse de risques

Processus d analyse de risques Processus d analyse de risques Tel que le rapporte la Loi sur la Santé et la Sécurité du Travail, tout travailleur doit «participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

Projet. Politique de gestion des documents et archives. Service du greffe (Avril 2012)

Projet. Politique de gestion des documents et archives. Service du greffe (Avril 2012) Projet Politique de gestion des documents et archives Service du greffe (Avril 2012) Ensemble des documents, quel que soit leur date, leur nature ou leur support, réunis (élaborés ou reçus) par une personne

Plus en détail

Mise à jour Apsynet DataCenter

Mise à jour Apsynet DataCenter Mise à jour Apsynet DataCenter Dans le cadre de sa stratégie d évolution produit, Apsynet propose à ses clients sous contrat de maintenance une mise à jour majeure annuelle. Celle-ci peut être complétée

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

w w w. c r a m -l r. f r LES RISQUES DANS UNE CARROSSERIE L identification des risques pour la santé est la

w w w. c r a m -l r. f r LES RISQUES DANS UNE CARROSSERIE L identification des risques pour la santé est la Les risques professionnels en Languedoc-Roussillon w w w. c r a m -l r. f r DÉCOUVRIR LES RISQUES DANS UNE CARROSSERIE L identification des risques pour la santé est la principale difficulté dans l élaboration

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

LE RISQUE INCENDIE. Introduction

LE RISQUE INCENDIE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction LE RISQUE INCENDIE Contrairement à des idées reçues, la survenance d un incendie reste une probabilité

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Réaménagement de la soute à produits chimiques

Réaménagement de la soute à produits chimiques Réaménagement de la soute à produits chimiques CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique 28 rue

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

Qualiservice. Etiquetage. Stockage. Cellophanage. Logistique. Remplissage. Manchonnage. Flow-Pack. Tri PASSION GENERE L ACTION

Qualiservice. Etiquetage. Stockage. Cellophanage. Logistique. Remplissage. Manchonnage. Flow-Pack. Tri PASSION GENERE L ACTION Filmage Etiquetage Cellophanage Manchonnage LA PASSION Assemblage Stockage Logistique Remplissage Flow-Pack GENERE Tri L ACTION 1. L entreprise 2. Chaine de production 3. Organisation 4. Qualité 5. Conclusion

Plus en détail

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O.

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Cathy Corrigan AECOM Richard Mathieson Golder Associates Ltée. Gordon Woollett

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE

FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE Page 1/6 FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE Page 2/6 AVERTISSEMENT Le service d information du gouvernement travaille actuellement sur l élaboration d une stratégie de sensibilisation de la population

Plus en détail

Plan de formation Installateur en sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise

Plan de formation Installateur en sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise Objectifs particuliers Administration Expliquer et respecter les procédures en vigueur dans l'entreprise Expliquer et décrire les procédures du métier Développement durable Utiliser avec discernement les

Plus en détail

Prévention et lutte contre l incendie

Prévention et lutte contre l incendie Prévention et lutte contre l incendie Voici les principales obligations des établissements de commerce de détail de l habillement en matière de prévention et de lutte contre l incendie. Cette fiche ne

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2EME CLASSE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SPECIALITE : MAGASINAGE DES ATELIERS MERCREDI 17 SEPTEMBRE 2008 EPREUVE

Plus en détail

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET)

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Unité de lavage à chaud Principe de modularité Composants choisis en fonction de la pureté requise

Plus en détail

SECURITE DANS L'ENTREPOT

SECURITE DANS L'ENTREPOT SECURITE DANS L'ENTREPOT Plan de l exposé Introduction I- recherche de la sécurité dans l entrepôt II- les caractéristiques de la réglementation III- les risques qui peuvent apparaître dans l entrepôt

Plus en détail

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01 Questionnaire sur les conditions générales d accueil et de conservation d œuvres dans le cadre d un prêt Institution : Adresse : Téléphone /Fax : Email : Date : Questionnaire rempli par (nom et qualité)

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME Dispositions générales Risque chimique Dans tous les cas, se reporter à la Fiche de Données de Sécurité de chaque produit (fournie à l utilisateur par le fabricant

Plus en détail

Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie

Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie Sinteso TM, détection et mise en sécurité incendie Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie STT20 www.siemens.fr/buildingtechnologies Certifié NF - SSI La réglementation de sécurité incendie des Etablissements

Plus en détail

CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE

CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE Sommaire du document : PROCEDURE D EVACUATION POUR LES EPLE DU 1 er DEGRE... 2 FICHE GUIDE DU DIRECTEUR D ÉCOLE... 3 LA FICHE

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Notions de base. II. Aménagement de locaux d archives. III. Gestion des archives : éliminations et versements

SOMMAIRE. I. Notions de base. II. Aménagement de locaux d archives. III. Gestion des archives : éliminations et versements SOMMAIRE I. Notions de base 1. Les archives courantes 2. Les archives intermédiaires 3. Les archives définitives II. Aménagement de locaux d archives 1. Aménagement intérieur des locaux : structure, éclairage,

Plus en détail

Bruynzeel dévoile les solutions d agencement de demain sur Bureaux Expo. Solution d Agencement Mobile Multifonctions Spacefulness TM

Bruynzeel dévoile les solutions d agencement de demain sur Bureaux Expo. Solution d Agencement Mobile Multifonctions Spacefulness TM Dossier de Presse Mars 2015 Bruynzeel dévoile les solutions d agencement de demain sur Bureaux Expo Solution d Agencement Mobile Multifonctions Spacefulness TM Parc des Forges - Green Access H21 13 rue

Plus en détail

Les principes de l extinction automatique

Les principes de l extinction automatique Building & Technologies Fire safety & Security Les principes de l extinction automatique Pourquoi une installation automatique? 1 à 5 minutes: Formation de l incendie/ Début d incendie 2 minutes: 1 minute:

Plus en détail

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES Définition Une signalisation ou un affichage sécurité doit être mise en place dans l entreprise lorsqu un risque ne peut

Plus en détail

Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité?

Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité? Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité? Attention, tout nouveau local de stockage devra directement être conforme à l ensemble des exigences présentées dans ce document Actuellement

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail

Exploitation maintenance

Exploitation maintenance Exploitation maintenance L exigence du service Air Climat en quelques mots Air Climat est un groupe indépendant, qui privilégie des valeurs essentielles : compétences des hommes, innovation et maîtrise

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

GRILLE D AIDE AU REPERAGE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GRILLE D AIDE AU REPERAGE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS MANUTENTION MANUELLE Postures inadaptées : Port de charge > 25 kg Matériels de manutention : Transpalettes : Chute de la charge Diables : Manutention ou manipulation répétée Chariots manuels : Cadence

Plus en détail

SOLUTIONS ET SERVICES RE-SOURCE

SOLUTIONS ET SERVICES RE-SOURCE FORMATIONS ÉTUDES ICPE ET RENOUVELLEMENT ÉTUDES SITE COMPLET CENTRE VHU ET/OU PROCESS VHU EXEMPLES D ÉTUDES AIDE INFORMATIQUE Formations Re-source Engineering Solutions est le premier et unique centre

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 18 mars 2009 1 OBJET Prescriptions des principes relatifs à la protection de l environnement et au développement durable. 2 BUT La Société du Centre des congrès de Québec

Plus en détail

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées Centre Départemental de Gestion du Cher ZA Le Porche 18340 PLAIMPIED-GIVAUDINS Tél. : 02.48.50.82.50 Fax : 02.48.50.37.59 www.cdg18.fr Adresse postale B.P. 2001 18026 BOURGES Cedex Le Président du Centre

Plus en détail

Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI

Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI Nocif Comburant Corrosif Toxique Inflammable CMI - 2008 Introduction Des produits chimiques de différents degrés de danger sont utilisés

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920

CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920 Installation de chantier CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920 1 Destinataires Les chauffagistes, les ventilistes & les plombiers professionnels 2 La chambre technique a. Le local accueillant le système FUTURAN

Plus en détail

LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?.

LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?. LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?. L expression «complexe de cuisine» définit la cuisine et ses annexes. Il s agit d un ensemble fonctionnel de différents locaux

Plus en détail

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER Règles d'ingénierie du Data Center SOMMAIRE La problématique La climatisation Les planchers techniques L énergie L urbanisation L industrialisation Conclusion LA PROBLEMATIQUE Rappel sur les Tiers Chaque

Plus en détail

Présentation de nos Solutions de stockage pour vos produits chimiques et Vos produits dangereux

Présentation de nos Solutions de stockage pour vos produits chimiques et Vos produits dangereux Présentation de nos Solutions de stockage pour vos produits chimiques et Vos produits dangereux SOMMAIRE Présentation générale de notre gamme Plans des différents modules Spécifications techniques Vues

Plus en détail

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS Pour répondre aux besoins de chaque industriel Intégration d une démarche de développement durable pour réduire les consommations en eau et en énergie? Besoin

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

Autonome et connecté. Vertueux et performant LA SOLUTION LEADER. pour recycler la chaleur des eaux usées grises. Compact et prêt à raccorder

Autonome et connecté. Vertueux et performant LA SOLUTION LEADER. pour recycler la chaleur des eaux usées grises. Compact et prêt à raccorder + Autonome et connecté + Vertueux et performant LA SOLUTION LEADER pour recycler la chaleur des eaux usées grises + Compact et prêt à raccorder BIOFLUIDES Un acteur historique du traitement de l eau Créée

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

NOTE DE SÉCURITÉ SAFETY NOTE EXPOSITIONS CERN MESURES DE SÉCURITÉ CONTRE L'INCENDIE

NOTE DE SÉCURITÉ SAFETY NOTE EXPOSITIONS CERN MESURES DE SÉCURITÉ CONTRE L'INCENDIE CERN NOTE DE SÉCURITÉ SAFETY NOTE Information conseil rappel des règles en vigueur TIS NS 8 Publié par : TIS/GS Date de publication: janvier 00 Original : Français EXPOSITIONS CERN MESURES DE SÉCURITÉ

Plus en détail

Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE

Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE ÉLÉMENT DE L INGÉNIEUR Déterminer les objectifs du projet avec l'architecte et le client Participer à une

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10 L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10.1 ESPACE D ATTENTE SÉCURISÉ FOCUS 1 : L'IMPLANTATION PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L ensemble des usagers doit pouvoir être évacué du bâtiment.

Plus en détail

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique et Produits Chimiques Omniprésents dans le milieu professionnel : près de 40% des salariés sont exposés à au moins 1 produit chimique (SUMER

Plus en détail

Z.A. Pérache 63114 COUDES (+33) 04 73 96 92 22 (+33) 04 73 96 92 14 com@arvel.fr. Centrale SD20. Centrale à saumure Type SD20.

Z.A. Pérache 63114 COUDES (+33) 04 73 96 92 22 (+33) 04 73 96 92 14 com@arvel.fr. Centrale SD20. Centrale à saumure Type SD20. Centrale à saumure Type Page 1 Les centrales de fabrication de saumure type SD sont des machines destinées au ravitaillement en saumure N.A. C.L. de saleuses à bouillie de sel. 1) Caractéristiques générales

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE

Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE EXTENSION DU SIEGE ADMINISTRATIF (Modification de l existant et extension) CADRE DE BORDEREAU DE DECOMPOSITION

Plus en détail

Le risque chimique. Journée d information des assistants de prévention. 17, 26 et 30 septembre

Le risque chimique. Journée d information des assistants de prévention. 17, 26 et 30 septembre Le risque chimique Journée d information des assistants de prévention 17, 26 et 30 septembre Le risque chimique Retour d expérience 2 exemples : Les produits de nettoyage des locaux Les produits phytosanitaires

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées

ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées ERP type U Établissement de soins Registre de sécurité incendie d ouverture du registre de clôture du registre GUILLARD Réf:

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :...

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :... Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma d Organisation

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

Document unique d évaluation et de prévention des risques

Document unique d évaluation et de prévention des risques Établissement : ESAT OVE THÔNES Unité de travail : ATELIER SOUS TRAITANCE INDUSTRIELLE ET CONDITIONNEMENT CIRCULATION des piétons des véhicules différence de niveaux état des surfaces de sol R50 G2 -Tenir

Plus en détail