Library of Congress - National Audiovisual Conservation Center. - Rapport de mission -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Library of Congress - National Audiovisual Conservation Center. - Rapport de mission -"

Transcription

1 Library of Congress - National Audiovisual Conservation Center - Rapport de mission - Pierre-Etienne LETRUN Joseph MOURADIAN Département Hygiène Sécurité Environnement CNC Direction du Patrimoine Cinématographique Juin 2011

2 Sommaire Introduction Présentation générale de l établissement Conservation Films nitrate Films safety Logistique des collections Laboratoire Restauration Pôle argentique Pôle numérique Hygiène, Sécurité et Environnement Maintenance Propositions et projets d amélioration...34 Conclusion...36

3 Introduction Nous avons découvert les installations du Packard Campus for Audio-Visual Conservation à la fin de l année 2010 par l intermédiaire d Eric le Roy, chef du service SAVEC. Revenant d un voyage aux Etats-Unis pour le compte de la FIAF, il nous présenta les photos qu il avait prises de ce site. Dès lors, devant l apparente modernité des installations et dans la perspective des chantiers techniques à mettre en œuvre aux Archives françaises du film : rénovation de la station de neutralisation et des locaux de stockage des produits chimiques, rénovation des installations de génie climatique et de GTB, restructuration du laboratoire en vue du développement du pôle numérique, il nous a paru intéressant de prendre contact avec les responsables de cette archive. Ainsi dans cette perspective, nous avons correspondu pendant plusieurs mois avec les responsables du Packard Campus pour collecter les éléments préliminaires et présenter le principe de notre projet. Au fil des échanges, il nous a paru nécessaire d organiser une visite professionnelle sur place. Afin de préparer les entretiens et rendre cette visite utile au plus grand nombre, nous avons collecté les demandes de nos collègues. Nous sommes donc partis fin juin 2011 pour Culpeper en Virginie. Cette opportunité permet de mener un travail d échange d informations sur les pratiques professionnelles, sur les installations et équipements nécessaires au bon fonctionnement technique d une archive de films. De plus, l instauration de ce dialogue permet d établir une collaboration mutuellement bénéfique aux deux entités qui sont nécessairement confrontées aux mêmes problématiques, de par leurs activités similaires. Ce rapport est le fruit des informations - le plus fidèlement retranscrites - que nous avons pu recueillir dans le temps imparti à notre mission. Tout au long de notre visite, nous avons essayé d aborder la majorité des domaines techniques relatif à une archive de films. Nous évoquerons donc successivement les activités de conservation-logistique, de laboratoire, d hygiène, sécurité, et environnement, et de maintenance du Packard Campus. Enfin, précisons que nous avons effectué un travail plus descriptif qu analytique afin de ne pas être tenté d imposer un point de vu trop personnel. De cette façon, les services et agents intéressés par cette mission pourront se faire leur propre opinion sur les aspects transposables d un site à l autre. Ainsi, l objectif final de ce compte rendu est de permettre une réflexion collective sur les axes d amélioration possibles aux Archives françaises du film. 1

4 1. Présentation générale de l établissement Le centre national de conservation des archives audiovisuelles de la «Library of Congress» est installé depuis 2007 au Packard Campus à Culpeper, petite ville de Virginie, située à une centaine de kilomètres Washington DC. Le site actuel est un ancien abri antiatomique de la Réserve Fédérale américaine. Il devait servir à protéger physiquement les réserves d or et d argent des Etats-Unis durant la guerre froide en cas de guerre nucléaire. Réserve Fédérale de Culpeper 1992 Avant l inauguration du Packard Campus en 2007, les activités de conservation et de restauration furent successivement localisées au Jefferson Building - l un des trois bâtiments composant la Bibliothèque du Congrès à Washington DC -, puis dans un laboratoire dédié, situé à Dayton dans l Ohio. Environ 170 personnes travaillent au Packard Campus. Le Packard Campus for Audio-Visual Conservation exerce des activités à la croisée de celles des Archives françaises du film, de l Institut national de l audiovisuel et d une cinémathèque, puisqu en plus d être un lieu de conservation et de restauration du patrimoine cinématographique et audio-visuel. 2

5 Packard Campus pendant la construction Le Packard Campus organise également des projections publiques 3 fois par semaine afin de valoriser au mieux ses collections. Il dispose à cet effet d une grande salle de cinéma d environ 250 places ; et le public qui vient essentiellement des environs semble au rendezvous grâce à une programmation éclectique, allant de courts métrages des débuts du cinéma à des films ou séries ayant fortement imprégnés la culture populaire comme Star Trek ou James Bond. 3

6 Salle de projection du Parckard Campus 2. Conservation Le Packard Campus conserve, comme les Archives françaises du film, des films sur support nitrate et sur support safety. En revanche, il est constitué d un seul grand bâtiment. Il n y a pas de réelle séparation entre les zones de stockage des films et les bureaux administratifs, les locaux techniques et le laboratoire, comme c est le cas, ici, en France. Néanmoins les voûtes nitrate et acétate se trouvent chacune dans une aile du bâtiment, et à des étages différents. Le RDC est dédié aux voûtes safety, le 1 er étage aux voûtes nitrate. De plus, ce sont des zones à accès réglementé. Elles sont séparées physiquement du reste des locaux par des dispositifs de contrôle d accès stricts : sas avec portes blindées dont l ouverture se fait par badge ou par des clefs spéciales à retirer dans une armoire à clefs blindée munie d un code, caméra contrôlant les entrées et sorties etc. Réglementation des accès Dispositif de contrôle des clés Caméra et détecteur de mouvements Toutes les règles incendie liées au stockage des films nitrate et safety sont définies par la National Fire Protection Association. 1. Films nitrate Les films nitrate sont stockés dans 124 voûtes pour un total de bobines. Une température approximative de 4 C et une hygrométrie de 30% constituent les paramètres de stockage. 4

7 Chaque voûte contient environ 1200 boîtes. Voûtes «nitrate» La structure est en béton armée, coupe feu 2h, avec une seule porte d accès, elle-même coupe feu. A l intérieur des étagères métalliques ont été scellées dans le béton de part et d autre de l allée centrale. Les films sont rangés sur ces étagères dans des petits casiers indépendants les uns des autres, à raison de deux bobines par casier. Ces derniers rendent théoriquement impossible l ouverture des boites en cas de décomposition thermique des films (films en décomposition + boîte = phénomène de surpression similaire à une cocotte minute : sous la pression des gaz libérés lors de la décomposition, le couvercle peut s ouvrir violemment avec projection de la bobine). Rayonnage de stockage «nitrate» 5

8 Chaque voûte est équipée d éclairages antidéflagrants, d une détection incendie (détecteurs de fumées et alarme sonore avec flash), d un système d extinction automatique à eau, de clapets coupe feu ainsi que d une cheminée avec une trappe de décompression à ouverture automatique en cas d incendie. De plus des sondes mesurent en continu la température, l hygrométrie et la pression dans la voûte. Tous ces paramètres sont gérés et contrôlés par informatique. Il n y a pas de relevés de mesures visibles depuis l extérieur de la voûte. Eclairages, système d extinction automatique à eau à l intérieur de la cellule et alarme sonore avec flash à l extérieur Il est à noter que le Packard Campus possède également des armoires blindées ignifugées pour le stockage temporaire des films nitrate. Ces armoires sont munies d une cheminée d extraction pour les fumées et d un système d extinction automatique (ou sprinklage). Armoire de stockage temporaire équipé de sprinklage et de cheminée d évacuation des fumées 2. Films safety Les bobines safety sont stockées dans 18 voûtes. Les paramètres de stockage appliqués sont une température approximative de 2 C et une hygrométrie de 35% pour les matrices (5 voûtes) ou une température approximative de 10 C et une hygrométrie de 35% pour les copies d exploitation (13 voûtes). 6

9 Accès stockage «acétate» Les voûtes sont construites sur le modèle de chambres froides. L accès se fait par un sas de sécurité qui est muni d une alarme sonore et visuelle extérieure avec rappel des consignes de sécurité incendie (impossibilité d entrer dans la voûte en cas de fonctionnement du système d extinction automatique à gaz voute appauvrie en oxygène). A l intérieur, chaque voûte est équipée d une détection incendie (détecteurs de fumée et alarme sonore avec flash), d un système d extinction automatique à gaz (utilisation notamment de heptafluoropropane /FM200/HFC-227 ea) permettant d appauvrir en oxygène le local, de clapets coupe feu et de BAES. Dispositifs d évacuation et d alarme visuelle et sonore 7

10 Système d extinction automatique à gaz inerte Désignation du gaz et interdiction de pénétrer en cas d extinction De plus des sondes mesurent en continu la température et l hygrométrie dans la voûte. Tous ces paramètres sont gérés et contrôlés par informatique. L hygrométrie est également reportée à l extérieur de la voûte sur un graphique. 8

11 Graphiques de relevés de température et d hygrométrie 9

12 Système de contrôle de la température Les films sont rangés dans des casiers sur des étagères fixes (une bobine par casier) ou sont posés à même sur les étagères de rayonnages mobiles. Rayonnage de stockage acétate Dans certaines voûtes de stockage des films acétate, on peut sentir une forte odeur de vinaigre. Les équipes du Packard Campus en charge de la conservation sont donc également confrontés au syndrome du vinaigre et à la difficulté d une conservation durable du patrimoine cinématographique ; et ce malgré des installations de génie climatiquetraitement de l air récentes et des températures et taux d hygrométrie bas. La climatisation des voûtes et du reste des locaux fait l objet de deux réseaux distincts. 10

13 3. Logistique des collections Les films sont identifiés par une étiquette comportant quelques informations (format, titre ) et un numéro qui permettent le classement des stocks et le suivi des mouvements. Le Packard Campus ne dispose pas d un logiciel de suivi des mouvements de stocks avec trackers comme il en existe aux AFF. De même, leur base de données est actuellement limitée. Peu d informations sont recueillies. Un code barre est attribué à chaque film mais il contient uniquement des informations sur l origine du film (le producteur). 3. Laboratoire Restauration Le laboratoire du Packard Campus est composé d un pôle argentique et d un pôle numérique. Dix-neuf agents y travaillent. Les équipements (essuyeuse, tireuse, développeuse, scanner ) du laboratoire sont tous de marques américaines appartenant au groupe RTI (Research Technology International) : BHP Inc. (essuyeuse-tireuse) / Lipsner Smith (essuyeuse-tireuse) / Treise (développeuse) / Calder (développeuse) / RTI Imagica (imageur) 1. Pôle argentique Equipements de tirage-essuyage La section photochimique du laboratoire possède : 3 tireuses continues par contact de marque BHP = tirage en immersion des films noir et blanc. 1 tireuse optique image par image de marque ACME = tirage en immersion ou à sec des films couleurs. 1 tireuse optique image par image de marque Oxberry model 1500 = tirage en immersion ou à sec des films couleurs 2 essuyeuses Lipsner/Smith model CF8200P 1 essuyeuse Lipsner/Smith Excel model Essuyeuse Lipsner/Smith model CF8200P avec sa gaine d'extraction 11

14 Tireuse continue par contact Tireuse optique image par image Tireuse reliée à un fût de perchloroéthylène Ces tireuses et essuyeuses fonctionnent au perchloroéthylène, à l exception de l essuyeuse Lipsner/Smith Excel model 1100 qui fonctionnent à l alcool isopropylique (propan-2-ol). Si nos collègues américains essayent de trouver un produit de substitution pour le tirage en immersion et l essuyage des films safety, aucune solution de remplacement n est en vue pour les films nitrate. Il y a de toute façon une plus grande tolérance qu en Europe dans l utilisation du perchloroéthylène aux Etats-Unis, surtout dans l industrie cinématographique car les volumes en jeux restent faibles. Tous les équipements fonctionnant au perchloroéthylène sont raccordés à un réseau d extraction équipés de filtre au charbon actif. Ce réseau est distinct du réseau général pour les autres locaux non chimiques. Le laboratoire du Packard Campus ne dispose pas de laveuse, et il n utilise pas de produits spécifiques contre les microorganismes comme les bactéries, les champignons etc 12

15 Le développement photochimique Le process de développement (préparation des bains + fonctionnement des développeuses) est assuré par 3 agents. Tout est regroupé dans la même zone : production des eaux de process, préparation des bains, développeuses et neutralisation des effluents photochimiques sont contigües. Les développeuses La section photochimique possède également 6 développeuses de marque Treise pour le développement noir et blanc des films positifs et négatifs en format 16/35mm. Pour l instant, nos collègues américains ne font que du développement en noir et blanc, mais ils souhaitent faire du développement couleur dans un futur proche. Ils disposent déjà de développeuses pour cela. C est le traitement des effluents photochimiques qui les freinent car c e st un process assez lourd et complexe à mettre en place. Ils n ont pas encore trouvé une solution technique et économique satisfaisante. On peut noter qu une attention particulière a été portée à la sécurité électrique des équipements : mise en marche et arrêt des développeuses via des interrupteurs et non des disjoncteurs, développeuses équipées de transformateur propre pour être dissociés du circuit électrique général. Développeuse de marque Treise avec son interrupteur de marche-arrêt 13

16 Tableau de contrôle des paramètres de développement et racks de développement Transformateurs électriques des développeuses Les produits chimiques mis en œuvre Pour le développement, le laboratoire se réfère aux standards Kodak D-96 et D-97 pour le révélateur, F-5 pour le fixage et CB-7 pour le mouillant. Ainsi, ils utilisent globalement les mêmes produits chimiques pour la préparation des bains de développement qu aux AFF : hydroquinone, borax, sulfite de soude, carbonate de soude, hydroxyde de sodium etc Il est à noter que d une manière générale les équipes du Packard Campus doivent déclarer à l OSHA 1 tous les produits chimiques qu ils utilisent ainsi que les quantités mises en œuvre. La production d eau adoucie La production d eau adoucie en amont du process (eau servant au développement photochimique) est très poussée. En plus de la présence d adoucisseurs et de ballon d eau 1 Organisme de contrôle fédéral (voir chapitre 4). 14

17 chaude (de marque P-K Compact et State Patriot), l eau de ville utilisée subit quatre traitements : Filtration par osmose inverse. Filtration au charbon actif (filtres de marque Cleaver-Brooks et Ecodyne). filtre d une taille de 1 micron pour capter toutes les impuretés, microorganismes et pollution. UV pour tuer les bactéries (de marque Aquafine). Ballons d'eau chaude de marque State Patriot et P-K Compact Filtration par osmose inverse et filtres au charbon actif de marque Ecodyne 15

18 Filtres de 1 Micron Traitement UV de marque Aquafine 16

19 L eau produite est ensuite stockée dans deux réservoirs d un peu plus de 50 m 3 chacun. Réservoirs de stockage de l'eau de laboratoire La préparation des bains La préparation des bains est réalisée conformément aux standards de développement KODAK. Les agents manuten tionnent les produits chimiques et remplissent manuellement 3 cuves mères (fixage, révélateur et mouillant). Puis, celles-ci vont alimenter des cuves de réserve (une cuve de réserve associée à un type de bain : révélateur positif, fixage positif etc ) qui vont alimenter ensuite les développeuses. Ces transvasements se font automatiquement via des pompes de transferts. Les développeuses fonctionnent en circuit fermé ; d un développement à l autre elles réutilisent le même bain jusqu à ce qu il perde ses qualités. Les bains usés sont ensuite stockés dans des cuves de stockage pour traitement. Malgré un process assez proche, les conditions de travail des agents et le mode opératoire de préparation des bains semblent plus sécurisés au Packard Campus qu aux AFF. Tout d abord le local est vraiment fonctionnel. Il a été pensé dans un souci d ergonomie : zones en hauteur équipées de passerelles, cuves à hauteur d homme et peu hautes, séparation du local en différents espaces de travail bien distincts (remplissage cuves, zones de stockage des produits chimiques, paillasse avec évier, balance pour échantillonnage et ajouts fins ). Vue d'ensemble du local de préparation des bains 17

20 Vue d'ensemble du local de préparation des bains De même les principaux équipements et organes de sécurités sont présents : hotte aspirante au dessus de chaque cuve pour une capture à la source des émanations, douche de sécurité et rince œil, kit anti-pollution etc ). Les modes opératoires, FDS 2 et informations de sécurité sont affichés ou disponibles dans le local même. Douche de sécurité et rince-œil, hotte aspirante, kit anti-pollution (absorbant) Les produits chimiques sont conditionnés dans des bacs fermés ou dans des armoires spécifiques. De plus ils sont commandés en petits contenants pour une manutention plus aisée. 2 FDS : fiche de données de sécurité. 18

21 Zone de stockage des produits chimiques pour la préparation des bains Armoire à solvants et armoire à acides Tous les tuyaux (PVC), flexibles et raccords sont biens identifiés avec un code couleur. Les cuves et bacs de produits chimiques sont étiquetés. Enfin la plupart des équipements du process sont facilement accessibles pour permettre une maintenance plus aisée. Tuyauteries avec affichage des codes couleurs correspondants 19

22 Le traitement des effluents photochimiques En matière de traitement des effluents photochimiques, les principaux seuils réglementaires à respecter portent sur les rejets d argent, de cuivre et de bore. Le laboratoire tient compte des seuils imposés par l état de Virginie car ils sont plus restrictifs que ceux définis par le gouvernent fédéral. Ainsi, les rejets d argent, de cuivre et de bore sont limités respectivement à 0,2mg/L, 0,09mg/L et 5mg/L. Pour les autres charges polluantes présentes dans les effluents, leurs limites sont définies directement par l usine publique de traitement des eaux usées de la ville de Culpeper. Le laboratoire ne dispose pas en interne d une station de traitement des effluents à proprement parler. Il y a seulement un système d électrolyses (CPAC - SilvPAC LM BF 55) pour capter l argent et d autre s dispositifs pour réduire les teneurs en bore et en cuivre. Le laboratoire utilise également de l acide chlorhydrique et de la soude caustique pour équilibrer le ph. Ils n ont aucun dispositif de traitement particulier pour les sels. En cas de conformité aux seuils réglementaires, ils peuvent rejeter leurs effluents photochimiques dans le réseau d eaux usées. Mais alors, ils doivent fournir régulièrement des échantillonnages de tous leurs rejets à la station publique de traitement des eaux usées de la ville de Culpeper pour contrôle de leur conformité. Actuellement, ils font tout pomper et traiter dans une usine spécialisée car ils ont souvent des dépassements pour l argent, le cuivre et le bore. Mais une étude technique est en cours pour essayer de trouver une solution plus rentable. L un des enjeux de cette étude tient notamment à l opportunité de se doter d installations de traitements plus perfectionnées. Les postes de travail dédiées à la restauration Un effort important a été porté sur la sécurité et l ergonomie dès la conception des locaux pour les postes de travail dédiés aux tâches de restauration (montage etc..). Ainsi, chaque poste est constitué d un petit box qui se compose d un bureau et d une table de travail (avec enrouleuse) élévatrice pour s adapter à la taille de l opérateur. Ces tables de travail sont également dotées de deux aspirations : une en partie haute (bras articulé pour être placé au plus près de la source d émission) et une en partie basse sous la table pour les particules plus lourdes (petite grille d aspiration). Ces deux aspirations sont reliées à un système d extraction avec filtres au charbon actif. Ce réseau est distinct du réseau d extraction-ventilation général. De même les FDS (support mural pour classeur) des produits utilisés, les EPI nécessaires et les organes de sécurité comme les douche, les rince œil, les paillasse avec point d eau sont toujours à proximité directe des postes de travail sensibles. Et tous les produits chimiques sont stockés dans des armoires spécifiques, type armoires à solvants. Postes de travail dédiés à la restauration argentique 20

23 Aspiration en partie haute et en partie basse du poste de travail D une manière générale, on retrouve le même type de configuration pour tous les postes de travail où sont utilisés ou manipulés des produits et substances chimiques, comme ceux dédiés à l inventaire et au catalogage des collections et des nouveaux dépôts : poste de travail avec aspiration à la source, FDS, douche de sécurité et rince œil, paillasse avec point d eau, EPI 3, armoires pour produits chimiques etc ). Postes de travail dédiés à l'inventaire et au catalogage FDS affichées aux postes de travail 3 EPI : équipement de protection individuelle. 21

24 2. Pôle numérique Equipements de numérisation La section numérique du laboratoire possède plusieurs types de scanners pour la numérisation des films : scanners avec immersion au perchloroéthylène et scanners sans immersion au format 2K, 4K, et télécinéma HD. Scanner Oxberry Cinescan Scanner avec immersion au perchloroéthylène Le projet de numérisation Le laboratoire du Packard Campus a commencé récemment la numérisation de ses collections. Les équipes sont elles-aussi confrontées au coût financier conséquent de ce projet, et au manque de recul sur la conservation dans le temps des fichiers numériques. De plus la numérisation porte à la fois sur les films, que sur les vidéos, les vinyles et les bandes sons. Le laboratoire dispose actue llement de 3 serveurs numériques de marque Sun Microsystems pour une capacité de stockage de 4 millions de gigabytes. Ils souhaitent aller rapidement vers 12 millions de gigabytes de données stockées. Toutes les archives numérisées sont actuellement consultables sur le site du Packard Campus et à la Library of Congress à Washington. Dans le futur, nos collègues américains ont pour projet d élargir la mise en réseau de ses données afin de permettre une plus grande consultation de leurs archives. Pour finir, il est important de préciser que leur politique de numérisation ne remet aucunement en cause leur politique de stockage et conservation des supports physiques, notamment des films nitrate. Tous les originaux sont conservés après numérisation. Salle propre des serveurs numériques 22

25 4. Hygiène, Sécurité et Environnement La Bibliothèque du Congrès possède un service HSE transversal à l ensemble de ses sites. Il est basé à Washington DC, et ses missions portent sur la sécurité au travail, la sécurité incendie, la protection de l environnement, l hygiène industrielle et l ergonomie au poste de travail. Une ingénieure est détachée la moitié de son temps sur Culpeper pour assurer les fonctions de veille, conseil et plus généralement la mise en place et le suivi des actions HSE définies par le service. Les chefs de service du Packard Campus sont ensuite les relais et acteurs quotidiens de la politique HSE de la Bibliothèque du Congrès. Ils travaillent donc en étroite collaboration avec cette ingénieure et les autres services qui ont un impact sur la protection des agents, des visiteurs et des biens : le service de santé au travail, le service de la sûreté et les services généraux. La réglementation HSE aux USA Aux USA la réglementation sur les questions d hygiène, sécurité et environnement fait intervenir quatre acteurs principaux au niveau fédéral. United States Environmental Protection Agency (EPA) : agence fédérale qui a en charge la protection de l environnement. Elle s occupe notamment des pollutions liées aux activités industrielles et de la gestion des déchets industriels = missions et rôle de police qui se rapprochent de ceux des DRIEE/DREAL en France. Occupational Health and Safety Administration (OSHA) : agence fédérale qui a charge la sécurité et la protection de la santé des travailleurs. Elle s occupe notamment du contrôle des produits chimiques mis en œuvre dans le milieu professionnel = missions et rôle de police qui se rapprochent de ceux de l inspection du travail en France. US Department of Transportation : ministère qui a en charge la politique de transport aux USA. Dans le cadre industriel, elle encadre réglementairement le transport de marchandises dangereuses dont notamment les déchets industriels dangereux = équivalant du ministère des transports en France. National Fire Protection Association : association professionnelle liée au milieu des assurances qui définit les bonnes pratiques et normes en matière de prévention et protection du risque incendie en milieu professionnel = missions et rôle de conseil, d expertise et de prescriptions normatives similaires à ceux du CNPP 4 en France. Au niveau de l Etat de la Virginie et de la municipalité de Culpeper, deux autres acteurs jouent un rôle sur les questions environnementales. State of Virginia s Departement of Environmental Quality (VDEQ) : autorité de l Etat de Virginie ayant en charge la protection de l environnement. Ses missions équivalent à celle de l EPA au niveau de l Etat de Virginie (prescription de règles en matière de protection de l environnement et vérification de leurs bonnes applications). Publically Owned Treatment Works (POTW) : station publique de traitement des eaux dépendant de la municipalité de Culpeper. Elle a en charge la production d eau 4 CNPP : Centre national de prévention et protection. 23

26 potable et la gestion des eaux usées et des égouts sur la ville de Culpeper (contrôle des rejets d eaux usées des industries présentes à Culpeper). De manière générale, la loi fédérale fait office de norme supérieure. Les prescriptions édictées par le gouvernement fédéral font autorité partout aux USA, sauf si les lois d un état sont plus contraignantes. Elles deviennent alors normes supérieures (exemple des normes de rejet pour l argent, le cuivre et le bore citées plus haut). Les missions de police (contrôle du respect des lois et normes) sont exercées par des agences/administrations fédérales et locales. Déchets La gestion des déchets industriels aux USA est assez proche de celle pratiquée en France. Le Packard Campus regroupe et fait traiter ces déchets en différenciant ceux qui relèvent des déchets industriels banaux (papiers, cartons ) et ceux qui relèvent des déchets industriels dangereux (emballages et produits de laboratoires souillés par des produits chimiques, films en décomposition ). Ils font un tri à la source sur le site puis des prestataires se chargent de la collecte et de l élimination selon la filière appropriée. Tri sélectif du papier Tri sélectif cannettes aluminium, verre et plastique 24

27 Les films nitrate en décomposition sont éliminés de la même manière qu aux AFF. Le Packard Campus suit les recommandations du document technique Kodak H-182, qui recommande de mettre les films nitrate dans des fûts remplis d eau pour sécuriser le transport puis d incinérer le tout. En revanche il existe une différence de traitement pour les films acétate en décomposition. Aux AFF, ceux-ci sont considérés comme déchets dangereux alors qu au Packard Campus ils sont regroupés et éliminés en tant que déchet industriel banal. Ils sont redirigés vers une filière de traitement spécifique uniquement s ils contiennent des résidus d argent. Films nitrate en décomposition EPI Sous le contrôle de l ingénieur HSE, un programme de formation continu à l utilisation des masques respiratoires a été mis en place. Régulièrement des exercices pratiques ont lieu avec des mises en situation pour rappeler aux agents les bonnes pratiques en matière d utilisation de masque respiratoire. Sûreté La politique de sûreté du Packard Campus est très poussée. Elle est essentiellement assurée par des moyens techniques. A l entrée du site un poste d accueil filtre les entrées et sorties. Tous les visiteurs se voient remettre un badge d entrée après avoir émargés et remplies un certain nombre d information dans un classeur dédié (nom, prénom, date, objet de la visite ). Tous les agents disposent d un badge nominatif qui leur permet de circuler à l intérieur du site en fonction des droits d accès dont ils disposent. En effet, les différentes zones de travail sont séparés les unes des autres par des sas à accès réglementé (porte automatique qui s ouvre grâce à un badge disposant du droit d accès ou par des clefs spéciales à retirer dans un coffre-fort à code). Ainsi les locaux les plus sensibles (cellule de stockage, locaux chimiques du laboratoire) ne sont accessibles qu à un nombre restreint d agents. D autre part, des caméras de surveillance ont également été installées dans certains espaces de circulation ou locaux de travail pour prévenir les intrusions et les vols. On retrouve le même type de dispositif dans la zone de livraison du Packard Campus située à l arrière du bâtiment. Celle-ci est constituée d un quai de chargement/déchargement avec 25

28 rambardes de sécurité. Ce quai est séparé de l intérieur du bâtiment par des volets automatiques et une porte blindée à code et équipée d une alarme anti intrusion. Enfin, tous les visiteurs et agents (directeur compris) se font systématiquement fouillés leurs sacs au poste d accueil lorsqu ils quittent le Packard Campus. Sécurité incendie En matière de sécurité incendie, le Packard Campus respecte les normes techniques de la NFPA. Le site est ainsi équipé : d une détection incendie (de marque TYCO) qui couvre l ensemble des zones de travail avec détecteur de fumée, DMA 5 et alarme sonore et visuelle (de marque SIEMENS) ; de systèmes d extinction automatique à eau ou à gaz (de marque Chemetron) selon la nature des combustibles présents dans les locaux ; d extincteurs (type poudre ABC pour la plupart) vérifiés tous les mois (avec étiquette de vérification apparente) et dont le nombre et l implantation sont conformes aux recommandations de la NFPA ; des RIA et des colonnes sèches avec étiquette de vérification apparente. Il est à noter que tous les matériels et hydrants pour l incendie sont identifiés par des plaques signalétiques et codes couleurs normalisés. Les câbles de détection incendie sont eux-aussi normalisés (couleur orange). Enfin des plans d évacuation et des BAES balisent les cheminements d évacuation. Déclencheur manuel d'alarme incendie et bloc autonome d'éclairage de sécurité 5 DMA : déclencheur manuel d alarme. Plan d'évacuation et alarme sonore 26

Paris, le 2 décembre 2004. La Directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les Présidents des conseils régionaux (Archives régionales)

Paris, le 2 décembre 2004. La Directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les Présidents des conseils régionaux (Archives régionales) Paris, le 2 décembre 2004 La Directrice des Archives de France à Mesdames et Messieurs les Présidents des conseils régionaux (Archives régionales) Mesdames et Messieurs les Présidents des conseils généraux

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection)

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection) LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS CLASSES FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres

Plus en détail

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET)

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Unité de lavage à chaud Principe de modularité Composants choisis en fonction de la pureté requise

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

Filière de restauration photochimique

Filière de restauration photochimique Filière de restauration photochimique Depuis 1991, date de l accélération du plan de sauvegarde et de restauration des films anciens par le ministère de la Culture, le laboratoire des Archives françaises

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Notions de base. II. Aménagement de locaux d archives. III. Gestion des archives : éliminations et versements

SOMMAIRE. I. Notions de base. II. Aménagement de locaux d archives. III. Gestion des archives : éliminations et versements SOMMAIRE I. Notions de base 1. Les archives courantes 2. Les archives intermédiaires 3. Les archives définitives II. Aménagement de locaux d archives 1. Aménagement intérieur des locaux : structure, éclairage,

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 520 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT OCTOBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES Section assainissement

Plus en détail

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude Les énergies Comment ça fonctionne Avantages Inconvénients Chauffage central - la chaleur est produite en un seul endroit : par une chaudière, des capteurs

Plus en détail

Des équipements à la mesure de vos projets

Des équipements à la mesure de vos projets Des équipements à la mesure de vos projets Richel Group, un pôle d expertises unique! Depuis sa création, Richel Group a progressivement intégré de nouvelles expertises Produits à son cœur de métier. Cette

Plus en détail

Guide d évaluation des risques

Guide d évaluation des risques Guide d évaluation des risques Pressing SR 108 PREV 04/2015 Ce guide a été réalisé par la Carsat Pays de la Loire et les Services de Santé au Travail de la Loire Atlantique et du Maine et Loire. Il comprend

Plus en détail

Sécurité incendie - Techniques de sécurité incendie

Sécurité incendie - Techniques de sécurité incendie Sécurité incendie - Techniques de sécurité incendie CEN/TR 15276-1 Installations fixes de lutte contre l'incendie - Systèmes d'extinction à aérosol - Partie 1 : Exigences et méthodes d'essais pour les

Plus en détail

La gestion des déchets chimiques

La gestion des déchets chimiques Table ronde en Prévention et Sécurité Décembre 2014 La gestion des déchets chimiques Adrien VINATIER INSERM PACA et Corse Conseiller de Prévention 04 91 82 70 07 / adrien.vinatier@inserm.fr Violaine BOUIN

Plus en détail

INDUSTRIES TECHNIQUES

INDUSTRIES TECHNIQUES Version 2 «Chimiste» Le métier s entend exercé par des femmes et des hommes. L emploi du pronom personnel «il» est donc générique et concerne autant les femmes que les hommes. APPELLATION(S) DU METIER

Plus en détail

Plan de prévention. Quoi?

Plan de prévention. Quoi? 2 Plan de prévention Quoi? Ce document a pour objectif d évaluer les risques inhérents à la coactivité entre les agents d'une collectivité et les salariés d'une Entreprise Extérieure (). Cette coactivité

Plus en détail

Tableau d'identification des équipements et systèmes

Tableau d'identification des équipements et systèmes 30 x 80 mm VENTILATION (SYSTÈMES) pour l'alimentation et le retour) d'alimentation et 1 ventilateur de retour dans la même unité) d'alimentation et 1 ventilateur d'évacuation dans la même unité) d'alimentation)

Plus en détail

Filtration. Schéma de principe de la filtration

Filtration. Schéma de principe de la filtration Filtration textes : R. Gregori, service gestion des fluides Photos/S. Elmosnino panneau 1 Le traitement de l eau est une des parties techniques parmi les plus importantes pour le bon fonctionnement d une

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

AUTO- DIAGNOSTIC. Pour juger vous-même... Fiche n 1. ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE

AUTO- DIAGNOSTIC. Pour juger vous-même... Fiche n 1. ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE Fiche n 1 ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE AUTO- DIAGNOSTIC Pour juger vous-même... Avant de lire cet Eco-guide, évaluez la situation de votre entreprise en matière de prise en compte de l environnement.

Plus en détail

Arcoa 2. Pompe à chaleur monobloc inverter. Chauffage / ECS. tarifs p. 132. Chauffage / ECS en logement > pompes à chaleur

Arcoa 2. Pompe à chaleur monobloc inverter. Chauffage / ECS. tarifs p. 132. Chauffage / ECS en logement > pompes à chaleur en logement > pompes à chaleur 113 Fonctionnement air/eau réversible Puissance De 6 à 24 kw Technologie Inverter Modulation de 30 à 140 % Gaz frigorifique R410 a Arcoa 2 Pompe à chaleur monobloc inverter

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

RESEAU DECHETS AQUITAIN

RESEAU DECHETS AQUITAIN Colloque Prévention des Risques Amiante La question des déchets amiantés en déchèterie Mars 2015 Le réseau déchets aquitain : présentation Mars 2015 RESEAU DECHETS AQUITAIN Réseau mis en place par le CDG

Plus en détail

1 - Plus de bobines film à charger ou décharger, cela libère un poste de travail

1 - Plus de bobines film à charger ou décharger, cela libère un poste de travail La Ficam a édité en partenariat avec la CST un document visant à énoncer un certain nombre de bonnes pratiques concernant la sécurisation et la conservation des rushes lorsqu'on tourne une oeuvre à l'aide

Plus en détail

4 Meubles de rangement

4 Meubles de rangement Notre système d agencement de laboratoire SCALA vous offre un maximum de choix au niveau des variantes de rangement pour un accès rapide et un stockage sûr. Tous les espaces de rangement peuvent être équipés

Plus en détail

Etude d un cas concret Scénario de démantèlement. Michel TACHON CEA - Marcoule

Etude d un cas concret Scénario de démantèlement. Michel TACHON CEA - Marcoule Etude d un cas concret Scénario de démantèlement Michel TACHON CEA - Marcoule Local effluents : implantation Fosse effluents 12 m 5 m Entreposage déchets radioactifs hall principal (zone contrôlée) Local

Plus en détail

LES DECHETS La liste des déchets établit une nomenclature pour les déchets dangereux et non dangereux. Cette liste unique est définie dans l annexe II du décret n 2002-540 du 18 avril 2002. Les déchets

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

Type 1 conventionnelle SSI de catégorie A

Type 1 conventionnelle SSI de catégorie A Type 1 conventionnelle SSI de catégorie A Détection automatique et mise en oeuvre simplifiée Les + produits De 2 à 16 boucles de détection Avec CMSI intégré ou externe Jusqu à 10 tableaux répétiteurs Borniers

Plus en détail

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS)

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) 1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) La sensibilité de ce système est 10 fois supérieure à celle des détecteurs ponctuels. Surface couverte par détecteur Page 1

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Mode d emploi. Système de chauffe-eau et traitement d eau. contaminée D 25 L. Im Geer 20, D - 46419 Isselburg. contaminée D 25 L. Numéro de type : 452

Mode d emploi. Système de chauffe-eau et traitement d eau. contaminée D 25 L. Im Geer 20, D - 46419 Isselburg. contaminée D 25 L. Numéro de type : 452 Système de chauffe-eau et traitement d'eau contaminée D 25 L Fabricant: Désignation: deconta GmbH Im Geer 20, D - 46419 Isselburg Système de chauffe-eau et traitement d eau contaminée D 25 L Numéro de

Plus en détail

R E D A N G E / A T T E R T

R E D A N G E / A T T E R T FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION COMMODO/INCOMMODO CLASSE 2 N 0403010201: ATELIERS DE TRAVAIL DU BOIS, à l exception de ceux exploités à des fins purement éducatives dans les écoles Etablissements

Plus en détail

MISSION D ASSISTANCE ET DE CONSEIL

MISSION D ASSISTANCE ET DE CONSEIL LOGO CLient MISSION D ASSISTANCE ET DE CONSEIL AUDIT TECHNIQUE ET ENERGETIQUE BATIMENT «LE MAGNUM» Rue X à X (92) Dossier n 2011 92 076 Propriétaire : XXX Dates de visite : 15et 16 février 2012 Réalisé

Plus en détail

FORMATION CONTINUE 2015

FORMATION CONTINUE 2015 FORMATION CONTINUE 2015 Prévention du risque chimique ORME CONSEIL Spécialiste du risque chimique 10 rue Fournet, 69006 LYON contact@orme-conseil.com www.orme-conseil.com PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

RAPPORT D INSPECTION

RAPPORT D INSPECTION RAPPORT D INSPECTION Pour la propriété située au : 3900, rue Richard Montréal, QC Préparé pour : Mme Cliente Satisfaite Date de l inspection : jeudi, 4 sept, 2010 Inspecté par : Robert Zbikowski, I.A.B.

Plus en détail

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES 5 800 incendies par an dans les locaux industriels 1 incendie sur 4 est dû à une installation électrique défectueuse La plupart des incendies se déclarent la

Plus en détail

Réaménagement de la soute à produits chimiques

Réaménagement de la soute à produits chimiques Réaménagement de la soute à produits chimiques CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique 28 rue

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Cadre légal Inflammables Vers 2009 15

Cadre légal Inflammables Vers 2009 15 Inflammables Introduction On qualifie d s les liquides qui peuvent, à des températures proches de la température ambiante, s enflammer en présence d une source d ignition (étincelle, flamme nue, surface

Plus en détail

Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004

Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004 Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004 Présentation du site Rénovation d un site industriel de la Manufacture des Tabacs

Plus en détail

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES Conserver et gérer des documents photographiques INTÉRÊT DES PHOTOGRAPHIES Miroir du passé et du présent Environnement familier dans notre société de l image 1 CONSERVER

Plus en détail

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01 Questionnaire sur les conditions générales d accueil et de conservation d œuvres dans le cadre d un prêt Institution : Adresse : Téléphone /Fax : Email : Date : Questionnaire rempli par (nom et qualité)

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

FABRICANT d ÉQUIPEMENTS THERMIQUES INDUSTRIELS

FABRICANT d ÉQUIPEMENTS THERMIQUES INDUSTRIELS Équipements Thermiques Séries VEIN AIRNOX FABRICATION FRANCAISE Indice 9 01 01 2014 Page 1 sur 6 VEIN AIRNOX HT 850 C dans gaine- caisson VEIN AIRNOX VAC pour Make Up Les équipements thermiques VEIN AIRNOX

Plus en détail

Processus d analyse de risques

Processus d analyse de risques Processus d analyse de risques Tel que le rapporte la Loi sur la Santé et la Sécurité du Travail, tout travailleur doit «participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail

Plus en détail

l impression éco-responsable

l impression éco-responsable l impression éco-responsable OTT Imprimeurs a confirmé en novembre 2010 son engagement dans le développement durable par la Certification ISO 14001 et devient ainsi un imprimeur de référence quant aux

Plus en détail

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées Centre Départemental de Gestion du Cher ZA Le Porche 18340 PLAIMPIED-GIVAUDINS Tél. : 02.48.50.82.50 Fax : 02.48.50.37.59 www.cdg18.fr Adresse postale B.P. 2001 18026 BOURGES Cedex Le Président du Centre

Plus en détail

MÉMO SANTÉ RISQUES CHIMIQUES PEINTURE VITRERIE REVÊTEMENTS

MÉMO SANTÉ RISQUES CHIMIQUES PEINTURE VITRERIE REVÊTEMENTS MÉMO SANTÉ PEINTURE VITRERIE REVÊTEMENTS RISQUES CHIMIQUES Poussières, produits chimiques,... Le travail sur chantier vous expose à des risques qu il ne faut pas négliger. Pour protéger votre santé, adoptez

Plus en détail

Laboratoire - Tirage des copies "série"

Laboratoire - Tirage des copies série 1 Dossier Technique N 17 Mai 1999 Laboratoire - Tirage des copies "série" En 1998, en France, environ 9 millions de mètres de film négatif 35 mm, issus de tournages, ont été développés par les laboratoires.

Plus en détail

SÉPARATEURS DE CONDENSATSS

SÉPARATEURS DE CONDENSATSS SÉPARATEURS DE CONDENSATSS ÉLIMINATION DES CONDENSATS, DE L AIR COMPRIMÉ L humidité naturellement contenue dans l air et les poussières atmosphériques aspirées par le compresseur se retrouvent après compression,

Plus en détail

Contrôle des installations nucléaires de base Inspection n INSSN-CAE-2014-0306 du 4 au 6 novembre2014

Contrôle des installations nucléaires de base Inspection n INSSN-CAE-2014-0306 du 4 au 6 novembre2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 19 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-CAE-2014-056289 Monsieur le Directeur du CNPE de Paluel BP 48 76 450 CANY-BARVILLE OBJET : Contrôle des

Plus en détail

8.3.1. Modèle de registre de sécurité

8.3.1. Modèle de registre de sécurité 8.3.1. Modèle de registre de sécurité Dans les établissements/associations recevant du public, doit être tenu un registre de sécurité incendie, sur lequel sont reportés les renseignements indispensables

Plus en détail

Guide pour l élaboration du document unique d évaluation des risques pour les établissements scolaires du premier degré

Guide pour l élaboration du document unique d évaluation des risques pour les établissements scolaires du premier degré Guide pour l élaboration du document unique d évaluation des risques pour les établissements scolaires du premier degré Nombre d AVS/EVS Nombre d agents territoriaux Nom de l IEN de circonscription : Nom

Plus en détail

Compact Monitoring Technology de Siemens : votre solution de suivi de vos conditions environnementales

Compact Monitoring Technology de Siemens : votre solution de suivi de vos conditions environnementales *Des réponses pour les infrastructures. Compact Monitoring Technology de Siemens : votre solution de suivi de vos conditions environnementales Surveillez vos paramètres environnementaux et réduisez vos

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

T.Flow Activ Modulo. Notice de Montage. Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo. www.aldes.

T.Flow Activ Modulo. Notice de Montage. Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo. www.aldes. Notice de Montage T.Flow Activ Modulo Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo 11023718/A - RCS 956 506 828 - Imprimé en France/Printed in France

Plus en détail

Mode chauffage. Mode refroidissement ou dégivrage par inversion de cycle (Vanne quatre voies active)

Mode chauffage. Mode refroidissement ou dégivrage par inversion de cycle (Vanne quatre voies active) Documentation technique Pompes à chaleur piscine Polytropic, une société du groupe CTA Polytropic Créée en 2003, Polytropic met à profit le savoir-faire industriel et commercial du groupe CTA pour proposer

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail

PROCÉDURE DE CADENASSAGE

PROCÉDURE DE CADENASSAGE PROCÉDURE DE CADENASSAGE Adoptée par le conseil d administration le 10 mars 2009 Procédurecadenassagemars2009 TABLE DES MATIÈRES 1. Principes généraux... 3 1.1 Pourquoi une procédure de cadenassage?...

Plus en détail

COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1

COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1 COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1 Référence: CJ-04-2014-Q&A-1 Page 1/5 Q 1 Concernant le marché dont question en rubrique

Plus en détail

Une Large gamme de citernes

Une Large gamme de citernes Edition 09-2009 Une Large gamme de citernes Citernes Polyéthylène HD Traité anti UV Hors sol Utilisation: Récupération et stockage d ea réclamer à votre vendeur les dif Pour la maison CITERNES horizontales

Plus en détail

EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT

EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT S O M M A I R E 1/ Des produits et concepts visant à réduire p. 4 à 6 l impact environnemental Gammes hygiène, essuyage et nettoyage Concepts Biomatic,

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

RAPPORT D'AUDIT DU CIRCUIT DES DÉCHETS D'ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUE INFECTIEUX

RAPPORT D'AUDIT DU CIRCUIT DES DÉCHETS D'ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUE INFECTIEUX RAPPORT D'AUDIT DU CIRCUIT DES DÉCHETS D'ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUE INFECTIEU Établissement : Date d'évaluation : le 23 novembre 2009 Évaluation réalisée par : Mme ROTH Infirmière hygiéniste EIHH-GR Mme

Plus en détail

Le feu et ses conséquences

Le feu et ses conséquences Formation SSIAP 1 Le feu et ses conséquences Le triangle du feu Les trois éléments indispensables à l incendie Le Combustible Le Comburant (Solide, liquide, gazeux) l air: L énergie d activation (Thermique,

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

OEM Insulation. Version 0.1 Date de révision 02/24/2015 Date d'impression 07/21/2015. Nom commercial : Range-Glas EQ, Spin-Glas WH EQ

OEM Insulation. Version 0.1 Date de révision 02/24/2015 Date d'impression 07/21/2015. Nom commercial : Range-Glas EQ, Spin-Glas WH EQ SECTION 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom commercial : Range-Glas EQ, Spin-Glas WH EQ Détails concernant le fabricant ou le fournisseur Société : Johns Manville Adresse : P.O. Box 5108

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Equipement Thermique Série VEIN AIRNOX

Equipement Thermique Série VEIN AIRNOX Equipement Thermique Série VEIN AIRNOX FABRICATION FRANCAISE Indice 7 01 05 2011 - Page 1 sur 6 VEIN AIRNOX HT 850 C dans gaine- caisson VEIN AIRNOX VAC pour Make Up Les équipements thermiques VEIN AIRNOX

Plus en détail

Faux plancher Uniflair pour Data Centers. Une solution, de nombreux avantages

Faux plancher Uniflair pour Data Centers. Une solution, de nombreux avantages Faux plancher Uniflair pour Data Centers Une solution, de nombreux avantages Une solution, de nombreux avantages Salle serveurs Haute résistance aux contraintes et charges verticales, accessoires de distribution

Plus en détail

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O.

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Cathy Corrigan AECOM Richard Mathieson Golder Associates Ltée. Gordon Woollett

Plus en détail

Sécurité conventionnelle. Règles et consignes en vigueur à l Institut des Radioéléments pour les personnes extérieures

Sécurité conventionnelle. Règles et consignes en vigueur à l Institut des Radioéléments pour les personnes extérieures Sécurité conventionnelle Règles et consignes en vigueur à l Institut des Radioéléments pour les personnes extérieures SIPP - décembre 2013 Formation en sécurité conventionnelle - Veuillez prendre connaissance

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE page 1/5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE DESIGNATION COMMERCIALE : FOURNISSEUR : SAFIC ALCAN 3 Rue Bellini 92806 PUTEAUX CEDEX - FRANCE Tél. : 33/ 1/ 46 92 64

Plus en détail

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Présentation à la 44 ième rencontre du RTHQ Mai 2011 Sommaire Codes applicables Produits approuvés Évacuation Ventilation Alimentation en eau potable

Plus en détail

Systèmes d aspiration pour plan de travail

Systèmes d aspiration pour plan de travail Systèmes d aspiration pour plan de travail Les systèmes d aspiration Nederman pour plan de travail peuvent être utilisés dans tout type d environnement en partant des postes d assemblage où des fumées

Plus en détail

Aménagement de bureaux 14 Bd Pasteur 51600 AY. N de dossier : 2013-07-A-06-LB 1/10. Prix unitaire H.T. Repère CCTP. Prix total H.T 1 CLAUSES GENERALES

Aménagement de bureaux 14 Bd Pasteur 51600 AY. N de dossier : 2013-07-A-06-LB 1/10. Prix unitaire H.T. Repère CCTP. Prix total H.T 1 CLAUSES GENERALES nités Quantités total 1 CLASES GENERALES 1.11.1 Démarches administratives et diverses suivant 1.11.2 Bureau de contrôle/attestation Consuel 1.12 Dossier d'éxécution suivant 1.14 Essais-autocontrôles-reception

Plus en détail

ÉVACUATION DE L EAU DE CONDENSATION

ÉVACUATION DE L EAU DE CONDENSATION ÉVACUATION D L AU D CONDNSATION -1 ÉVACUATION D L AU D CONDNSATION POMPS D RLVAG RFCO Pg. -6 00065680 00065681 00065682 00065683 Sahara Karoo Yuma Gobi Séparément pompe et flotteur < 16 db(a) à 1 m Pour

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

Stockage de produits chimiques

Stockage de produits chimiques Conseils prévention Santé au travail Crée le 28/04/2011 par VK Mise à jour 28/04/2011 par VK Stockage de produits chimiques 1 Risques liés au stockage de produits chimiques...2 2 Règles générales...2 3

Plus en détail

RSE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE : OPPORTUNITÉS ET

RSE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE : OPPORTUNITÉS ET RSE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE : OPPORTUNITÉS ET RISQUES POUR TOUS LES CLIENTS Université d été 29 août 2014 Emilie DAMLOUP Hervé GBEGO De quoi parle-t-on? Equitable Equité sociale Efficacité économique

Plus en détail

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA Les Modalités et les Conditions de Gestion des DAS Projet de démonstration et de promotion des bonnes techniques et pratiques pour gérer les DAS et les PCB en Tunisie FEM (Don n : TF 11541) 2 ème atelier

Plus en détail

Station de stockage d'huile

Station de stockage d'huile Station de stockage d'huile Modernisez votre stockage d'huile et vos pratiques de manipulation The Power of Knowledge Engineering Modernisez votre stockage d'huile et vos pratiques de manipulation Station

Plus en détail

DosaSkid Dispositif de dosage clé en main

DosaSkid Dispositif de dosage clé en main 2 versions : Pompes skidées (montées sur châssis) Skid d injection avec cuve de stockage Solutions compactes, modulaires et complètes, idéales pour stocker, doser et injecter les solutions de réactifs

Plus en détail

GUIDE DE L ENTRETIEN

GUIDE DE L ENTRETIEN GUIDE DE L ENTRETIEN DU FEU Matériel de ramonage cheminées et chaudières Produits chimiques pour cheminées et chaudières Entretien et contrôle de combustion des brûleurs Entretien des cuves à fioul Traitement

Plus en détail

GAMME CR EXTRACTION / FILTER / POLLUTION CONTROL // TECHNOLOGY

GAMME CR EXTRACTION / FILTER / POLLUTION CONTROL // TECHNOLOGY GAMME CR EXTRACTION / FILTER / POLLUTION CONTROL // TECHNOLOGY www.mpfilter.fr Gamme CR PEOPLE / ENVIRONMENT / MACHINERY // TRIPLE PROTECTION 2 GAMME CR APPLICATION Les exigences de qualité toujours plus

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

Lot n 10 ELECTRICITE DPGF. EXTENSION du F.A.M. de CREHANGE. Cours du 19 Novembre 57690 CREHANGE. GROUPE SOS SOLIDARITE 102C, Rue Amelot 75011 PARIS

Lot n 10 ELECTRICITE DPGF. EXTENSION du F.A.M. de CREHANGE. Cours du 19 Novembre 57690 CREHANGE. GROUPE SOS SOLIDARITE 102C, Rue Amelot 75011 PARIS EXTENSION du F.A.M. de CREHANGE Cours du 19 Novembre 57690 CREHANGE ASSISTANT A MAITRE D'OUVRAGE : ALTERNA 102C, Rue Amelot 75011 PARIS Tél : 01.58.30.55.57 Mél : ac.du-mesnil@alterna-immo.fr BE STRUCTURE

Plus en détail

Performances environnementales et économiques économiques. Description

Performances environnementales et économiques économiques. Description BREF Industries de traitement des déchets - Doc. de synthèse V 1.0-01/12/08 MTD pour des types spécifiques de traitements de déchets TRAITEMENTS BIOLOGIQUES DES DECHETS - METHANISATION Description 65 -

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l Energie Emissions Fugitives 1. Quel est le facteur le plus important pour déterminer la quantité d émissions de méthane provenant

Plus en détail

>> Compacte et légère >> Installation rapide et simple >> Maintenance aisée. << project.dedietrich-thermique.fr >> Le Confort Durable PMC-X

>> Compacte et légère >> Installation rapide et simple >> Maintenance aisée. << project.dedietrich-thermique.fr >> Le Confort Durable PMC-X SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ PMC-X CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION MICRO-ACCUMULÉE PROJECT L essentiel de la condensation >> Compacte et légère >> Installation rapide et simple

Plus en détail