Les échanges d informations. Laure Durand-Viel Autorité de la concurrence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les échanges d informations. Laure Durand-Viel Autorité de la concurrence"

Transcription

1 Les échanges d informations Laure Durand-Viel Autorité de la concurrence 1

2 Les échanges d informations I. Echanges d informations et collusion 1. Mécanisme de la collusion 2. Caractéristiques des échanges d informations collusifs 3. Echanges d informations et gains d efficience 4. Engagements et remèdes 5. Echanges d informations indirects II. Joint-ventures et concentrations III. Echanges d informations et article 82 2

3 Mécanisme de la collusion Cadre statique : dilemme du prisonnier Toutes les entreprises auraient intérêt à ce que le prix soit plus élevé, Mais individuellement, chacune a intérêt à baisser son prix pour augmenter ses ventes. Le prix d équilibre est donc le prix concurrentiel. Cadre dynamique : collusion Individuellement, chacune a intérêt à baisser son prix : gain immédiat temporaire. Mais elle doit s attendre à des représailles : pertes futures. Si les entreprises sont assez patientes, elles préfèrent ne pas baisser leur prix : le prix d équilibre peut donc être supra-concurrentiel. 3

4 Conditions de stabilité de la collusion Upon its creation, a cartel immediately faces three key problems: coordination, cheating, and entry. Levenstein et Suslow (JEL, 2006) 1. Se coordonner sur une ligne d action commune. 2. Stabilité interne : éviter les déviations (transparence pour permettre la détection + mécanisme de représailles). 3. Stabilité externe : menaces d entrée et de réaction des clients. Cartel explicite : 1 obtenu par un accord explicite Collusion tacite : 2+3 (critères Airtours, position dominante collective) Alors, sans aucune concertation et sans échanges d informations, les entreprises peuvent maintenir des prix supra-concurrentiels. Cas intermédiaire : Quid si les conditions de stabilité ne sont pas réunies? Si la transparence sur le marché est insuffisante? 4

5 Collusion tacite et stabilité du marché Transports scolaires de Grasse (04D43) Appels d offre où chaque société conservait la ligne obtenue la fois précédente, alors que la structure des lots avait été modifiée. Elle proposait exactement le prix maximal acceptable sur cette ligne, et un prix plus élevé sur les autres. Les quatre sociétés ne souhaitaient pas se concurrencer pour gagner des parts de marché, ce qui n est pas illicite, mais elles étaient sûres de n être pas concurrencées sur la ligne déjà détenue: inexplicable sans concertation. Analyse : Un équilibre non collusif ne peut s établir et perdurer que si le marché est suffisamment stable et transparent. Sinon, les concurrents doivent échanger des informations pour pouvoir choisir la bonne stratégie. L équilibre devient alors collusif. 5

6 Politique de concurrence et lutte contre la collusion Competition policy rules cannot systematically rely on the evaluation of price and sales patterns in the relevant market but have to focus instead on observed communication between firms. Kühn, Fighting Collusion (2001) Collusion tacite avec observabilité parfaite : aucune concertation Ce n est pas une pratique concertée. Le droit des ententes (L , art. 81) ne s applique pas. Mais le régulateur peut s'opposer, ex ante, à l'apparition de structures de marché favorables à la collusion (position dominante collective). Les autorités de concurrence peuvent aussi sanctionner les échanges d informations en tant que pratiques concertées, même en l absence d entente explicite. 6

7 Effets collusifs des échanges d informations Coordination : Réduire «l incertitude stratégique quant au comportement futur des concurrents» = se coordonner sur le même équilibre supra-concurrentiel Intentions futures Pas d engagement (cheap talk), notamment envers les consommateurs Exemple : Airline Tariff Publishing Contre-exemple : Woodpulp (1985) Détection des déviations Données actuelles ou passées Données récentes Informations vérifiables Informations individualisées 7

8 Effets pro-concurrentiels des échanges d informations Améliorer l efficacité interne des entreprises : Méthodes d étalonnage (benchmarking) par rapport au marché ; Donner de meilleures incitations au personnel. Ajustement de la production : Orienter la production vers les marchés à forte demande/ faibles coûts ; Permettre un déstockage efficace des produits périssables ; Eviter les surcapacités (investissements simultanés). Faciliter l entrée (meilleure connaissance du marché). Améliorer l information des consommateurs. Pallier les défaillances de marché liées à des asymétries d information (ex. assurance). 8

9 Typologie des échanges d informations (1) Contenu Passé /présent / futur Données historiques / récentes Echanges sporadiques / réguliers et fréquents Données agrégées / individualisées Données sensibles (prix, coûts, quantités, etc.) Informations publiques / confidentielles Informations vérifiables / cheap talk 9

10 Typologie des échanges d informations (2) Forme Destinataires : consommateurs / seuls concurrents Accès ouvert à tous / discriminatoire Echange connu de tous / secret Echange indirect / par une association professionnelle / direct Le contexte du marché Marché concentré / atomistique Barrières à l entrée Marché en croissance / stable ou en déclin 10

11 Caractéristiques des échanges d informations collusifs Les références essentielles : Suiker Unie et John Deere Structure du marché et degré de concentration Caractère sensible des données (Palaces) Caractère public des données (Carburants) Echanges d informations et comportement sur le marché (Téléphonie mobile) Objet / effet anticoncurrentiel (Bananes, TMobile) 11

12 Jurisprudence : les références essentielles Suiker Unie (1975) : échanges d informations=pratique concertée «s il est exact que cette exigence d autonomie n exclut pas le droit des opérateurs économiques de s adapter intelligemment au comportement constaté ou à escompter de leurs concurrents, elle s oppose cependant rigoureusement à toute prise de contact directe ou indirecte entre de tels opérateurs, ayant pour objet ou pour effet, soit d influencer le comportement sur le marché d un concurrent actuel ou potentiel, soit de dévoiler à un tel concurrent le comportement que l on est décidé à, ou que l on envisage de, tenir soi-même sur le marché.» (par.174) 12

13 Tracteurs au Royaume-Uni Système d échange d informations entre 8 fabricants de tracteurs : Sur un marché très concentré, en déclin, avec de fortes barrières à l entrée. Mécanisme : Marché stable ou en déclin : coordination tacite sur la base des positions commerciales passées. Accord tacite pour définir les territoires de vente par référence au système du code postal. Echange, par l intermédiaire de l association professionnelle, de données permettant notamment d identifier les importations et exportations des concessionnaires à partir de leurs territoires respectifs. Les prix des tracteurs sont négociés (sortes d enchères) : les informations échangées permettaient de vérifier, sur chaque territoire, qui avait remporté l enchère / détecter les déviations. 13

14 Les critères John Deere «Sur un marché oligopolistique fortement concentré, un accord prévoyant un système d'échange d'informations entre les entreprises de ce marché atténue ou supprime le degré d'incertitude sur le fonctionnement du marché et est de nature à altérer la concurrence entre les opérateurs économiques dès lors que les informations échangées - sont des secrets d'affaires et permettent aux entreprises parties à l'accord de connaître les ventes effectuées par leurs concessionnaires en dehors et à l'intérieur du territoire attribué, ainsi que celles des autres entreprises concurrentes et de leurs concessionnaires parties à l'accord - sont diffusées selon une périodicité rapprochée et de manière systématique, et - sont diffusées entre les principaux offreurs, au seul profit de ceux-ci, à l'exclusion des autres offreurs et des consommateurs.» John Deere (CJCE 1998) 14

15 Structure du marché : critères essentiels «Les critères qui fondent l analyse du juge communautaire *dans l arrêt John Deere+ sont donc ceux d un oligopole fermé, en raison de l existence d importantes barrières à l entrée, sur lequel les positions des entreprises sont relativement stabilisées. C est au regard de ces critères, et d eux seuls, qu il convient d analyser le marché des mobiles sur lequel ont pris place les pratiques reprochées d échanges d informations, afin de vérifier si ces dernières ont eu un caractère anti-concurrentiel.» Les «autres critères, moins structurels, comme l évolution de la demande, l intensité de la concurrence et la possibilité de représailles entre opérateurs» ne sont pas «nécessaires à la démonstration juridique, [mais] peuvent être utiles pour mesurer les effets.» (Téléphonie Mobile, 05D65, par. 164) 15

16 Critère de la concentration du marché Mesure de la concentration : «La concentration doit s'apprécier en fonction de différents critères, notamment le nombre de producteurs présents sur le marché, l'existence de liens structurels entre eux, les parts de marché cumulées des principales entreprises, les barrières à l'entrée.» 2 aspects : Concentration du marché en cause Collusion plus facile à coordonner et à soutenir. Part de marché combinée des participants à l échange : Détection des déviations Menace de réaction des entreprises non participantes Wirtschaftsvereinigung Stahl, 1998 (par.44-45) 16

17 Degré de concentration Un système d échanges d informations peut être anticoncurrentiel «même lorsque le marché en cause n'est pas un marché oligopolistique fortement concentré.» Il faut prendre en compte un ensemble de critères, «le seul principe général retenu en matière de structure du marché étant que l'offre ne doit pas avoir un caractère atomisé.» Poutrelles d acier (Thyssen Stahl, CJCE 2003) 19 entreprises en cause = plus de 60% du marché. Poutrelles d acier (CJCE 2003) Wirtschaftsvereinigung Stahl (COM 1997) 16 entreprises concernées, mais liens structurels et barrières à l entrée. Chauffagistes (EUDIM, COM 1996) : Marché peu concentré ; les 10 participants représentaient une faible partie du marché. Commission : un échange d informations même individuelles et confidentielles n a pas d effet sensible sur la concurrence quand le marché est trop peu concentré. 17

18 Cas d un marché peu concentré Effets anticoncurrentiels moins probables que sur un marché concentré. L échange d informations peut faciliter la coordination : Alignement sur les tarifs diffusés, effet prescripteur des organismes professionnels «Dans l hypothèse d un marché comprenant un grand nombre de petites entreprises, le risque d interactions stratégiques entre elles est faible mais un effet "prescripteur" ou de coordination volontaire par des organismes professionnels sectoriels est à craindre, les opérateurs étant incités à calquer leur politique commerciale sur les informations reçues, ce qui peut avoir pour objet et pour effet de "discipliner" la concurrence dans le secteur.» (Hôtels de Mulhouse 06A18) Les déviations peuvent être structurellement limitées par des contraintes de capacités : «Considérant que la taille modeste de la plupart des offreurs et la capacité limitée de chacun d'eux d'accroître son offre sur le marché en cause, ( ), restreignent de façon structurelle l'intensité de la concurrence.» (Réparation automobile dans l Indre 95-D-74) 18

19 Degré de concentration et nature des données Dans le cas où l échange porte sur des prix, le degré de concentration n est pas pertinent. RC Auto (Italie, AGCM 2003) «Pour qu un échange d informations soit anticoncurrentiel, il n est pas nécessaire que le marché puisse être caractérisé comme oligopolistique.» Certes, sur un tel marché, où la propension à la coordination est déjà marquée, l échange d informations renforce cette propension. «Cela ne signifie pas qu il n ait pas d effets anticoncurrentiels sur un marché non oligopolistique, surtout si cet échange porte sur des prix de ventes, et que la transparence n est pas accrue au profit des consommateurs, mais seulement au profit des entreprises.» (par. 252) Bananes (2008) «S agissant de l argument selon lequel le marché en cause n est ni oligopolistique ni à forte concentration, la Commission souligne que la structure du marché n est pas un élément pertinent pour établir une infraction en l espèce. Comme l a souligné le Tribunal de première instance dans l affaire Tate & Lyle, dans le cas d une entente sur les prix, la pertinence de la structure du marché entourant l infraction est différente de celle des cas de partage de marchés.» (par. 280) 19

20 Caractère sensible des données échangées La nature des données échangées ne doit pas permettre d identifier la stratégie commerciale des concurrents. Données sensibles : dans le cas où les données sont récentes et individualisées prix, mais aussi volume des ventes parts de marché capacités (cf transport maritime) coûts (si proportion importante du coût total). Il faut tenir compte de la transparence structurelle du marché, et des combinaisons possibles avec les données déjà disponibles «dans un secteur d activité où les prix sont publics et les prestations relativement standardisées, les chiffres d affaires de chaque entreprise peuvent être calculés, dès le moment où les quantités vendues font l objet d un échange d information.» (Hôtels de Mulhouse, 06A18) 20

21 Palaces parisiens (05D64) Echange d informations : Données individualisées, portant sur le passé, parfois prévisionnelles Prix moyen par chambre, chiffre d affaires moyen par chambre disponible, taux d occupation. "Ces échanges d'informations ont pris place à l'intérieur d'un marché dans lequel la transparence sur les prix est déjà élevée ( ). Dans ces circonstances, la mise à disposition d'informations sur les performances individuelles assure une transparence quasi totale de l'ensemble des paramètres du marché. Il n'existe ainsi plus aucune incertitude.» L échange d informations stratégiques traduit un accord de volonté pour mettre en place un mécanisme de surveillance. «Dans un fonctionnement concurrentiel du marché, chaque opérateur aurait en effet intérêt à garder certaines de ses informations secrètes, afin de ne pas dévoiler ses options stratégiques à ses rivaux. L'échange ne peut dès lors se comprendre que dans l'intérêt de ces données et l'avantage que chacun trouve à participer à une surveillance mutuelle réduisant l'intensité concurrentielle du marché.» 21

22 Palaces parisiens : mécanisme (1) Informations prévisionnelles : coordination Référence à une «fair market share» correspondant aux capacités respectives des hôtels. Choc sur le marché : après le 11 septembre, chute de la demande. Echange d informations prévisionnelles pour se donner des indications sur la réaction envisagée par chacun. Déclaration de la directrice commerciale de l hôtel Meurice : «une très belle coordination des palaces parisiens pendant ces moments difficiles. Pas de dumping sur les prix.» 22

23 Palaces parisiens : mécanisme (2) Informations sur les résultats passés : surveillance Face à une baisse de sa demande, un hôtel peut savoir si elle est due à une baisse générale de la demande, qu il subit comme les autres, ou à un comportement de ses rivaux, qui ont par exemple baissé leur prix. Cette transparence artificiellement créée permet de soutenir plus facilement un équilibre collusif, en détectant les déviations. Les données doivent être croisées : Une dégradation du revenu moyen à remplissage constant signifie que l hôtel remplit mal ses suites ou pratique des rabais pour maintenir une bonne occupation. inversement un maintien du revenu moyen avec une baisse sensible du taux d occupation signifie que l hôtel refuse de consentir des remises malgré un faible remplissage de ses chambres. 23

24 Caractère public des données échangées Le caractère public est relatif, il dépend du coût d obtention des informations. Parchemin végétal (1977) et VNP/Cobelpa (1977) En l absence d échange d informations, les entreprises pourraient «se procurer par personne interposée les listes de prix de ces entreprises, mais ce procédé serait sensiblement plus compliqué et demanderait beaucoup plus de temps ; que l'on doit donc considérer la communication spontanée d'informations importantes en matière de prix comme une modification artificielle des conditions de concurrence visant à établir un système de solidarité et d'influences réciproques entre concurrents.» (par.68) Tate&Lyle (TPI 2001): prix transmis précédemment aux clients 1. Ceci «n'implique pas que, à ce moment, ces prix constituaient une donnée objective du marché, repérable de façon immédiate.» 2. Les réunions permettaient d obtenir les informations «de façon plus simple, rapide et directe que par le biais du marché.» 3. Elles permettaient aussi «de créer un climat de certitude mutuelle quant à leurs politiques futures de prix.» (par.60) 24

25 Caractère public des données échangées Distinguer informations publiques / du domaine public L échange d informations qui sont déjà du domaine public ne constitue pas une infraction à l article 81(1). (Lignes directrices transport maritime, par. 50, voir aussi TACA, par.1154) Domaine public : informations disponibles rapidement, sans coût. «Dans la mesure où les informations échangées n ajouteraient rien de déterminant par rapport aux informations déjà disponibles sur le marché, elles ne modifieraient pas la structure du marché et donc les conditions dans lesquelles s exerce la concurrence.» (Téléphonie mobile, par.194) Informations publiques mais coûteuses à collecter : augmentation artificielle de la transparence Effets anticoncurrentiels possibles «même dans le cas où cet échange porte sur des informations qu il est possible de se procurer sur le marché mais dont la collecte entraînerait un tel coût de veille concurrentielle qu il devient avantageux de les obtenir directement du concurrent.» (Palaces Parisiens, par.263) 25

26 Caractère public des données échangées Pratique décisionnelle de l Autorité de concurrence italienne: La nature publique des données n est «pas pertinente» : «l échange d informations sensibles entre concurrents, quand bien même ces informations seraient accessibles par ailleurs, constitue un comportement qui facilite la collusion entre entreprises.» (Aequos, par.158) MAIS décision annulée par la juridiction d appel. L échange de données publiques (même sans être du domaine public =accessibles rapidement et sans coûts) n est pas illicite. Voir aussi : carburants sur autoroute annulé en appel carburants en Suède annulé en appel 26

27 Carburants sur autoroute (03D17) Echanges téléphoniques quasi-quotidiens entre stations services sur les prix à la pompe. Grief notifié par le Conseil : avoir consciemment et volontairement aligné les prix de leurs carburants vendus sur autoroute. La veille concurrentielle est licite, mais aider ses concurrents à établir leur prix ne l est pas : le Conseil relève un «accord de volonté entre [les entreprises] pour accroître artificiellement la transparence des prix sur un marché oligopolistique.» 27

28 Carburants sur autoroute (03D17) Décision annulée par la Cour d Appel : Absence d effet sur les prix : tendance naturelle à l alignement des prix sur ce marché L échange d informations n a pas modifié l autonomie commerciale des entreprises. Le système a seulement favorisé une mise en œuvre plus rapide des stratégies commerciales individuelles. Interprétation du Conseil (dans Palaces parisiens): La Cour d'appel avait recherché les éléments constitutifs d'une entente expresse entre pétroliers pour obtenir un alignement de prix, le Conseil leur avait seulement reproché de s'être entendus sur les conditions permettant d'accroître la soutenabilité d un équilibre collusif et de maintenir un niveau de prix supra concurrentiel, en violation des règles de la concurrence. La Cour a minimisé les coûts de collecte individuelle des informations, donc n a pas considéré que l échange d informations favorisait la détection des déviations, nécessaire à un équilibre de collusion tacite. 28

29 Carburants en Suède (1999) Echange d informations Entre 6 compagnies pétrolières (=97% du marché) Données individualisées portant sur les ventes Rythme mensuel Sanctions infligées par l autorité de concurrence Décision annulée en appel Il n y avait pas de «concurrence cachée» puisque les prix à la pompe étaient affichés. Au moment où les chiffres étaient échangés, les concurrents avaient déjà l information (= du domaine public). L échange d informations n ajoutait aucune «transparence artificielle» sur le marché. 29

30 Lien de causalité Jurisprudence communautaire : Si l entreprise est restée active sur le marché, il y a présomption réfragable d un lien de causalité entre la pratique et son comportement sur le marché. C est à l entreprise de fournir la preuve du contraire : elle doit prouver qu elle a cessé sa participation aux échanges d informations s est distancée publiquement de la concertation, ou a indiqué aux autres participants qu elle participait aux échanges dans un esprit différent de celui de ses concurrents. Pratique décisionnelle du Conseil et jurisprudence française Toujours cherché à prouver l utilisation effective des informations obtenues. Téléphonie mobile : la Cour de cassation a critiqué l absence de démonstration concrète, par la Cour d Appel de Paris, de la modification du comportement des entreprises impliquées. 30

31 Téléphonie mobile (05D65) Echange d informations : Support d une entente, mais aussi infraction indépendante. Ventes nettes, ventes brutes et résiliations. Données précises, récentes, stratégiques, non accessibles par ailleurs. Échanges directs entre concurrents, à l exclusion des consommateurs, à un rythme régulier. Utilisation concrète : Données commentées lors de comités exécutifs ou de conseils d administration, et utilisées pour : évaluer les conséquences de la politique commerciale mise en œuvre, justifier les mesures commerciales prévues, infléchir, le cas échéant, la politique commerciale, anticiper le comportement de l'un d'entre eux en réaction à une baisse de ses parts de marché. Condamnation des pratiques : sanctions 31

32 Téléphonie mobile (05D65) Cour d appel (2006) : rejet du recours Cour de cassation (2007) : renvoi devant la Cour d appel «Attendu qu'en se déterminant ainsi, sans rechercher de façon concrète, comme elle y était invitée, si l'échange régulier, de 1997 à 2003, d'informations rétrospectives entre les trois entreprises opérant sur le marché, en ce qu'il portait sur certaines données non publiées par l'art ou intervenait antérieurement aux publications de cette autorité, avait eu pour objet ou pour effet réel ou potentiel, compte tenu des caractéristiques du marché, de son fonctionnement, de la nature et du niveau d'agrégation des données échangées ( ), et de la périodicité des échanges, de permettre à chacun des opérateurs de s'adapter au comportement prévisible de ses concurrents et ainsi de fausser ou de restreindre de façon sensible la concurrence sur le marché concerné, la Cour d'appel n'a pas légalement justifié sa décision». 32

33 Téléphonie mobile (05D65) Cour d appel (2009) : nouveau rejet La Cour confirme l analyse du Conseil, en soulignant comment il a démontré que les opérateurs avaient utilisé concrètement les informations échangées, que les échanges étaient de nature à atténuer ou à supprimer l incertitude quant au caractère prévisible du comportement des concurrents, qu ils avaient concrètement permis aux opérateurs de réduire leur autonomie pour s adapter aux évolutions des politiques commerciales de leurs concurrents. Pourvoi devant la Cour de Cassation en cours. 33

34 Hiérarchie des critères : Objet anticoncurrentiel John Deere : informations rétrospectives, portant sur des volumes de ventes Il faut tenir compte de la structure du marché, de la fréquence des échanges, etc. Bananes : informations portant sur des prix futurs «Les infractions de nature horizontale qui concernent la tarification par les concurrents ont toujours été considérées comme particulièrement graves.» (par.299) Pratique concertée à objet anticoncurrentiel «par conséquent, il n'est pas nécessaire que la Commission analyse la structure du marché et/ou les caractéristiques des communications à la lumière des critères [John Deere]» (par.315) Objet / Effet anticoncurrentiel : si objet anticoncurrentiel : pas besoin d analyser les effets. mais possibilité d exemption 81(3) si effet pro-concurrentiel (charge de la preuve aux entreprises). 34

35 Bananes (COM 2009) En 2005, la Commission est approchée par Chiquita dans le cadre de la communication sur la clémence. Les faits : échanges d informations entre les 3 principaux importateurs de bananes en Europe du Nord (Chiquita, Dole, Weichert). Communications bilatérales Dole/Chiquita et Dole/Weichert ; Chiquita avait connaissance des communications Dole/Weichert. Echanges téléphoniques bilatéraux, hebdomadaires, pendant 3 ans Avant de fixer leurs prix de référence, les importateurs : discutaient des facteurs de tarification des prix de référence pour la semaine à venir; débattaient ou révélaient les tendances de prix ; donnaient des indications sur leurs prix de référence pour la semaine à venir. Ils échangeaient leurs prix de référence, une fois fixés. 35

36 Description du marché Marché organisé en cycles hebdomadaires : arrivages hebdomadaires de bananes immatures (vertes) dans les ports de l Europe du Nord.Les importateurs les vendent soit à des mûrisseurs qui les revendront une fois mûres, soit à des détaillants. Chaque jeudi matin, les importateurs annoncent leur «prix de référence». Les prix «réels» payés par leurs clients sont : Soit déterminés sur une base annuelle avec un prix fixe, Soit négociés sur une base hebdomadaire, Soit liés à un prix de référence du vendeur, d un concurrent ( Dole plus, basé sur le prix de référence hebdomadaire de Dole) ou d un client ( prix Aldi ). Transparence du marché : Régime de régulation spécifique : quotas d importation ; Informations publiques sur les volumes importés chaque semaine. 36

37 Rôle des échanges d informations Communications de prétarification (données futures) Selon la Commission, ces communications ont réduit le degré d incertitude sur la politique de prix future des concurrents ; doivent avoir influencé l établissement des prix de référence pour la semaine suivante ; étaient relatives à la fixation de prix ; «avaient pour objet de coordonner la fixation des prix de référence par les parties». (par. 268) Echange des prix de référence (données passées) Il a permis de surveiller les décisions de chaque partie concernant l établissement des prix de référence à la lumière des communications de prétarification précédentes. Prix de référence / prix réels : «Les prix de référence ont, à tout le moins, servi de signaux pour le marché, de tendances ou d indications quant au développement prévu des prix de la banane.» (par.284) 37

38 Conclusion de la Commission Comme l objet est anticoncurrentiel, la Commission n a pas à prouver ou à mettre en avant Une structure de marché oligopolistique (par. 315) L existence d un pouvoir d achat compensateur (par. 282) La fréquence et la régularité des échanges d informations (par.270) La confidentialité des échanges (par.307) Le fait que les échanges étaient limités aux parties (par. 274) Le caractère public des informations échangées (par. 276) La prise en compte effective des informations obtenues (par. 268) L application effective des prix mentionnés (par. 275) Un effet anticoncurrentiel sur le marché (par. 299) 38

39 T-Mobile (CJCE 2009) Réunion unique, en 2001, entre les représentants des 5 opérateurs de téléphonie des Pays-Bas, où ils ont discuté d une réduction des rémunérations standards des revendeurs pour les abonnements, et échangé des informations confidentielles. L autorité de concurrence hollandaise a sanctionné les cinq opérateurs pour pratique concertée. La CJCE a annulé la décision et renvoyé l affaire devant l autorité de concurrence. Celle-ci et 3 opérateurs concernés ont formé un pourvoi. La Cour de renvoi a posé à la Cour trois questions préjudicielles. 1. Critères pour retenir l existence d un objet anticoncurrentiel? 2. Présomption d un lien de causalité entre l échange d informations et le comportement sur le marché, à appliquer par le juge national? 3. Cette présomption s applique-t-elle même dans le cas d une unique réunion? 39

40 T-Mobile 1. Critères pour retenir l existence d un objet anticoncurrentiel? Pas besoin de prouver les effets s il y a un objet anticoncurrentiel ; Objet anticoncurrentiel si l échange est de nature à atténuer ou à supprimer l incertitude quant au caractère prévisible du comportement des concurrents. Il n est pas nécessaire que la concurrence soit réellement empêchée, restreinte ou faussée ni qu il existe un lien direct entre cette pratique concertée et les prix à la consommation. L échange d informations entre concurrents poursuit un objet anticoncurrentiel lorsqu il est susceptible d éliminer les incertitudes quant au comportement envisagé par les entreprises concernées. (par.43) La pratique concertée doit simplement être concrètement apte, en tenant compte du contexte juridique et économique dans lequel elle s inscrit, à empêcher, à restreindre ou à fausser le jeu de la concurrence au sein du marché commun. (35) 40

41 T-Mobile 2. Présomption d un lien de causalité entre l échange d informations et le comportement sur le marché, à appliquer par le juge national? Présomption réfragable de prise en compte des informations : la charge de la preuve du contraire revient aux entreprises. il y a lieu de présumer, sous réserve de la preuve contraire qu il incombe aux opérateurs intéressés de rapporter, que les entreprises participant à la concertation et qui demeurent actives sur le marché tiennent compte des informations échangées avec leurs concurrents pour déterminer leur comportement sur ce marché. (par.51) 41

42 T-Mobile 3. Cette présomption s applique-t-elle même dans le cas d une unique réunion? Oui : la fréquence des échanges dépend de la structure du marché et de l objet de la concertation. Si elle vise l harmonisation d un paramètre isolé de la concurrence, une seule réunion peut suffire. pour autant que l entreprise participant à la concertation demeure active sur le marché considéré, la présomption du lien de causalité entre la concertation et le comportement de cette entreprise sur ce marché est applicable même si la concertation n est fondée que sur une seule réunion des entreprises concernées. (par.62) 42

Français - Or. Français DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES COMITÉ DE LA CONCURRENCE

Français - Or. Français DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES COMITÉ DE LA CONCURRENCE A usage officiel DAF/COMP/WD(2010)105 DAF/COMP/WD(2010)105 A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development 06-Oct-2010

Plus en détail

Economie d entreprise

Economie d entreprise UNIVERSITE DE RENNES 1 ANNEE 2006-2007 Licence Droit 2 ème année Economie d entreprise THIERRY PENARD 1 HEURE (SANS DOCUMENT) ELEMENTS DE CORRECTION EXERCICE 1 : LES AGENCES IMMOBILIERES a) Plusieurs agences

Plus en détail

Communiqué de procédure du 10 février 2012 relatif à la non-contestation des griefs

Communiqué de procédure du 10 février 2012 relatif à la non-contestation des griefs RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Communiqué de procédure du 10 février 2012 relatif à la non-contestation des griefs La procédure de non-contestation des griefs est une possibilité donnée aux entreprises et aux organismes

Plus en détail

LES REGLES DE LA CONCURRENCE LES ABUS DE POSITION DOMINANTE Conférence CUTS Dakar, Sénégal

LES REGLES DE LA CONCURRENCE LES ABUS DE POSITION DOMINANTE Conférence CUTS Dakar, Sénégal GUY CHARRIER AVRIL 2010 CONSULTANT LES REGLES DE LA CONCURRENCE LES ABUS DE POSITION DOMINANTE Conférence CUTS Dakar, Sénégal Les abus de positions dominantes constituent l un des comportements répréhensibles

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

MARCHÉ HORLOGER ET DROIT DE LA CONCURRENCE:

MARCHÉ HORLOGER ET DROIT DE LA CONCURRENCE: MARCHÉ HORLOGER ET DROIT DE LA CONCURRENCE: DIALOGUE SUR DE GRANDES COMPLICATIONS XVème atelier de la concurrence Neuchâtel, 18 avril 2013 Prof. Evelyne Clerc, UniNE, membre de la Comco Prof. Blaise Carron,

Plus en détail

Avis n 10-A-24 du 30 novembre 2010 relatif à un projet de fonds commun de titrisation destiné au refinancement de contrats de partenariat public privé

Avis n 10-A-24 du 30 novembre 2010 relatif à un projet de fonds commun de titrisation destiné au refinancement de contrats de partenariat public privé RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 10-A-24 du 30 novembre 2010 relatif à un projet de fonds commun de titrisation destiné au refinancement de contrats de partenariat public privé L Autorité de la concurrence

Plus en détail

DISTRIBUTION - CONCURRENCE N 50 Décembre 2010 Janvier 2011 DOSSIER

DISTRIBUTION - CONCURRENCE N 50 Décembre 2010 Janvier 2011 DOSSIER Bastien Masson Avocat associé Spécialiste en droit de la propriété intellectuelle DISTRIBUTION - CONCURRENCE N 50 Décembre 2010 Janvier 2011 Cabinet FIDAL 1, rue Claude Bloch - BP 15093 14078 Caen Cedex

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

La branche automobile suisse a besoin de la Comauto!

La branche automobile suisse a besoin de la Comauto! La branche automobile suisse a besoin de la Comauto! Argumentaire pour le maintien de la «Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans la distribution automobile» (Comauto) Version

Plus en détail

COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE *

COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE * COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE * La Politique Agricole Commune (PAC) a adopté une approche axée sur les besoins du marché afin d aider les producteurs

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

Guide des opérations promotionnelles

Guide des opérations promotionnelles Guide des opérations promotionnelles Ce guide a vocation à faire le point sur les différentes opérations promotionnelles que peuvent rencontrer les consommateurs, préciser leur spécificité et présenter

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes L 203/30 1.8.2002 RÈGLEMENT (CE) N o 1400/2002 DE LA COMMISSION du 31 juillet 2002 concernant l application de l article 81, paragraphe 3, du traité à des catégories d accords verticaux et de pratiques

Plus en détail

Le système du droit de la concurrence

Le système du droit de la concurrence Droit européen - cours d approfondissement Université de Fribourg Semestre d été 2006/2007 Droit européen de la concurrence III. Ententes restrictives Walter A. Stoffel walter.stoffel@unifr.ch Le système

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 octobre 2002 Au vu des raisons évoquées ci-après, la Commission

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

COMPLIANCE PROGRAM. Actualisation. Novembre 2007

COMPLIANCE PROGRAM. Actualisation. Novembre 2007 COMPLIANCE PROGRAM Actualisation Novembre 2007 Les dispositions du Compliance Program ont pour objet de garantir le respect des règles de concurrence, par ARKEMA, ses filiales et les membres de leur personnel.

Plus en détail

Décision n 13-DCC-24 du 1 er mars 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Anvil Finance par le Groupe Charles André

Décision n 13-DCC-24 du 1 er mars 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Anvil Finance par le Groupe Charles André RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-24 du 1 er mars 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Anvil Finance par le Groupe Charles André L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

Communiqué du 16 mai 2011 relatif à la méthode de détermination des sanctions pécuniaires

Communiqué du 16 mai 2011 relatif à la méthode de détermination des sanctions pécuniaires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Communiqué du 16 mai 2011 relatif à la méthode de détermination des sanctions pécuniaires I. Les dispositions applicables à la détermination des sanctions pécuniaires 1. Le deuxième

Plus en détail

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006)

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) 1. Exposé des faits Les actions de la société Y sont admises à la négociation sur un marché réglementé

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la ou les

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

CONTRAT DE DISTRIBUTION EXCLUSIVE

CONTRAT DE DISTRIBUTION EXCLUSIVE CONTRAT DE DISTRIBUTION EXCLUSIVE 13/10/2008 Le contrat de distribution exclusive est le contrat par lequel un fabricant, un constructeur, un producteur appelé le fournisseur, s'engage à réserver l'exclusivité

Plus en détail

I. - L indice GEMA d évolution du coût de la réparation automobile

I. - L indice GEMA d évolution du coût de la réparation automobile RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 03-A-09 du 6 juin 2003 relatif à un indice d'évolution du coût de la réparation automobile Le Conseil de la concurrence (commission permanente), Vu la lettre en date du 18 juillet

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils?

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3. La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT FR FR FR COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15.9.2010 SEC(2010) 1059 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT Document accompagnant le Proposition de RÈGLEMENT DU

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur automobile

Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur automobile Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 U3 Corrigé Page 1 Sujet n 1 1. Indiquez les éléments pris en compte pour déterminer une cotisation d assurance. La prime dépend de : (3x0,5 pt = 1,5) - La fréquence

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Service des ressources humaines 15 février 2010 Résolution : 078-04-2010 TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE... 1 BUT DE LA POLITIQUE... 1 OBJECTIFS... 1

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Conditions Generales de Vente

Conditions Generales de Vente Article 1er - Champ d application Les présentes conditions générales de vente constituent, conformément à l article L.441-6 du Code de commerce, le socle unique de la relation commerciale entre les Parties.

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés Chapitre Les professionnels de la gestion de patrimoine Renaud Salomon La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés en près de 500 établissements, tenus aux trois quarts

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques. FRATEL Jeudi 12 mai 2011

Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques. FRATEL Jeudi 12 mai 2011 Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques FRATEL Jeudi 12 mai 2011 Le panorama institutionnel en matière de protection des

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Bureau du vérificateur général Vérification des contrats et processus propres Résumé Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. Vérification

Plus en détail

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE 05/09/2014 La clause de non-concurrence est une clause aux termes de laquelle l une des parties à un contrat s engage à ne pas exercer d activité

Plus en détail

Chapitre 4 Les apports de la théorie des jeux

Chapitre 4 Les apports de la théorie des jeux Chapitre 4 Les apports de la théorie des jeux Cours Économie d entreprise Licence 2 Droit Thierry Pénard http://perso.univ-rennes1.fr/thierry.penard/droit.htm Stratégies et concurrence sur le marché des

Plus en détail

Les restrictions de vente dans les contrats de licence Lépuisement des droits. Paris, 27 novembre 2008 Tanguy de Haan

Les restrictions de vente dans les contrats de licence Lépuisement des droits. Paris, 27 novembre 2008 Tanguy de Haan Les restrictions de vente dans les contrats de licence Lépuisement des droits Paris, 27 novembre 2008 Tanguy de Haan Cadre légal Epuisement Principe de lépuisement communautaire Art. 7, 1 er, Directive

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

CHARTE RSE DES FOURNISSEURS. Engagements attendus des Fournisseurs de BNP Paribas en matière de responsabilité sociale et environnementale

CHARTE RSE DES FOURNISSEURS. Engagements attendus des Fournisseurs de BNP Paribas en matière de responsabilité sociale et environnementale Charte CHARTE RSE DES FOURNISSEURS Engagements attendus des Fournisseurs de BNP Paribas en matière de responsabilité sociale et environnementale En adhérant au Pacte Mondial des Nations Unies (Global Compact

Plus en détail

Relations verticales et

Relations verticales et Relations verticales et distribution Questions Pourquoi certains producteurs préfèrent disposer de leur propre réseau intégré de distribution? Pourquoi d autres préfèrent recourir à des distributeurs indépendants

Plus en détail

VENTES PROMOTIONNELLES

VENTES PROMOTIONNELLES VENTES PROMOTIONNELLES 13/04/2012 Elle consiste pour le commerçant à accorder une réduction (rabais, remise ou ristourne) aux consommateurs, sur l'un ou l'autre des articles mis en vente. Une telle pratique

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

Conditions générales de AgenceWeb SA. I. Dispositions générales

Conditions générales de AgenceWeb SA. I. Dispositions générales Conditions générales de AgenceWeb SA I. Dispositions générales Art. 1 Champ d application 1.1 Les présentes conditions générales s appliquent à l ensemble des prestations de services Internet de AgenceWeb

Plus en détail

Cas n COMP/M.4612 - ACCOR / PIERRE ET VACANCES / NEWCITY JV. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.4612 - ACCOR / PIERRE ET VACANCES / NEWCITY JV. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.4612 - ACCOR / PIERRE ET VACANCES / NEWCITY JV Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe

Plus en détail

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Régulation et structure de marché La structure de marché n est pas un donné

Plus en détail

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Denis Gascon Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 15 novembre 2013 Centre d études en droit économique, Université Laval PLAN DE LA

Plus en détail

Internet, distribution de détail et concurrence : Etienne Pfister Chef économiste Autorité de la concurrence (France)

Internet, distribution de détail et concurrence : Etienne Pfister Chef économiste Autorité de la concurrence (France) Internet, distribution de détail et concurrence : Etienne Pfister Chef économiste Autorité de la concurrence (France) 1 Les effets d Internet sur la concurrence et le surplus des consommateurs Effet réduction

Plus en détail

NC 20 Norme comptable relative aux dépenses de recherche et de développement

NC 20 Norme comptable relative aux dépenses de recherche et de développement NC 20 Norme comptable relative aux dépenses de recherche et de développement Objectif 01. De plus en plus d entreprises dépensent des sommes importantes en vue d améliorer leurs produits actuels et de

Plus en détail

- 4A_489/2010, 4A_531/2010

- 4A_489/2010, 4A_531/2010 Tribunal fédéral - 4A_489/2010, 4A_531/2010 Ire Cour de droit civil Arrêt du 6 janvier 2011 Résumé et analyse Newsletter mars 2011 Prise en compte des variations antérieures du taux hypothécaire Art. 13

Plus en détail

OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE

OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE 08/09/2014 Le contrat de franchise est un contrat consensuel : aucune forme spécifique n est requise. Un écrit est exigé pour certaines conventions,

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

Changer plus facilement d opérateur de télécommunications. Consultation publique

Changer plus facilement d opérateur de télécommunications. Consultation publique Changer plus facilement d opérateur de télécommunications Consultation publique Le développement d un marché concurrentiel des services de communications électroniques suppose que les consommateurs puissent

Plus en détail

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Extrait du Rapport 62e CDDH, 4-7 avril 2006 CDDH (2006)007, Annexe V RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Introduction 1. Le Groupe de spécialistes sur les droits de l

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK)

Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK) Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK) I. Introduction Le dialogue social dans le Groupe Thales, tant au niveau des

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS ET La société WwWWw SA au capital de x immatriculée au registre de commerce et des sociétés de xxxx sous le numéro SIRET 0000 dont le siège social est au... (Ci-après désignée

Plus en détail

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence?

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence? Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 201 DocPratic n 201 10/03/2014 Quand verser la contrepartie financière de la clause de non concurrence? Saisie des rémunérations 2014 Le déplafonnement du loyer

Plus en détail

Distribution des produits de santé : Sécuriser vos négociations commerciales 2014 avec les distributeurs et définir votre politique tarifaire

Distribution des produits de santé : Sécuriser vos négociations commerciales 2014 avec les distributeurs et définir votre politique tarifaire Société d édition Organisme de formation professionnelle 1,5 jour Distribution des produits de santé : Sécuriser vos négociations commerciales 2014 avec les distributeurs et définir votre politique tarifaire

Plus en détail

Cas n COMP/M.3569 - WENDEL / BUREAU VERITAS. RÈGLEMENT (CEE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.3569 - WENDEL / BUREAU VERITAS. RÈGLEMENT (CEE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.3569 - WENDEL / BUREAU VERITAS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉS APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 25 AVRIL 2013 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 2 MAI 2013 - 2 - POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : chambre commerciale Audience publique du 26 octobre 2010 N de pourvoi: 09-71404 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président Me Spinosi, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2013

BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2013 BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2013 Note : ce corrigé n a pas de valeur officielle et n est donné qu à titre informatif sous la responsabilité de son auteur par Acuité.

Plus en détail

20 Bay Street, Suite 600 Toronto, ON M5J 2W3

20 Bay Street, Suite 600 Toronto, ON M5J 2W3 www.metrolinx.com 20 Bay Street, Suite 600 Toronto, ON M5J 2W3 20 rue Bay, bureau 600 Toronto, ON M5J 2W3 Politique de protection de la vie privée Metrolinx apprécie et respecte votre vie privée. Metrolinx

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-85 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 15 septembre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE

La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE Vendredi 14 Février 2014 Objectifs de cette présentation : faire la différence entre information confidentielle et information privilégiées

Plus en détail

Les termes suivants, dont la première lettre est en majuscule, répondent de la définition suivante :

Les termes suivants, dont la première lettre est en majuscule, répondent de la définition suivante : CONDITIONS GENERALES DE VENTE Article préliminaire : Définitions Les termes suivants, dont la première lettre est en majuscule, répondent de la définition suivante : CGV : les présentes Conditions Générales

Plus en détail

SCP Nicolaÿ, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaÿ, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 5 février 2014 N de pourvoi: 12-25748 ECLI:FR:CCASS:2014:C100117 Publié au bulletin Cassation M. Charruault, président M. Vitse, conseiller apporteur

Plus en détail

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine pourquoi s inquiéter? Les entreprises européennes souhaitent pénétrer le marché

Plus en détail

P2 : LES CONTRATS DE DISTRIBUTION. Chapitre 1 : LA DIVERSITE DES CONTRATS DE DISTRIBUTION

P2 : LES CONTRATS DE DISTRIBUTION. Chapitre 1 : LA DIVERSITE DES CONTRATS DE DISTRIBUTION P2 : LES CONTRATS DE DISTRIBUTION Ce sont des contrats nés de la pratiques, ils ne connaissent pas de régime juridique général. Ils répondent à des besoins. Le point de départ c est un fabriquant qui veut

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Mesure flamande visant à soutenir le transport intermodal par voies navigables

COMMISSION EUROPÉENNE. Mesure flamande visant à soutenir le transport intermodal par voies navigables COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.V.2007 C(2007)1939 final Objet: Aide d État N 682/2006 Belgique Mesure flamande visant à soutenir le transport intermodal par voies navigables Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD 2011-57

Décision du Défenseur des droits n MLD 2011-57 Paris, le 10 novembre 2011 Décision du Défenseur des droits n MLD 2011-57 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Organisation de la distribution sélective dans le domaine de l horlogerie Approche juridique

Organisation de la distribution sélective dans le domaine de l horlogerie Approche juridique Organisation de la distribution sélective dans le domaine de l horlogerie Approche juridique INTRODUCTION : La distribution des montres de marques est organisée par le biais de contrats de distribution

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010. État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations

Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010. État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010 État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations Délibération relative à des faits de harcèlement, une discrimination salariale et un licenciement

Plus en détail

Jurisprudences Harcèlement moral

Jurisprudences Harcèlement moral Jurisprudences Harcèlement moral Les éléments constitutifs du délit de harcèlement Des agissements se déroulant sur une courte durée n écartent pas la qualification de harcèlement moral Rappel : l'article

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme. Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE

Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme. Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE Le modèle calcul économique en question? Conventions, stabilisation

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS

LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS Il paraît opportun de mettre en perspective du sujet central de l intervention le forfait jours les autres catégories de forfaits

Plus en détail