FRANCHISE 2010 / 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FRANCHISE 2010 / 2011"

Transcription

1 LETTRE D INFORMATION FRANCHISE 2010 / 2011 La lettre d actualité permet de présenter un panorama de la jurisprudence sur la franchise avec une présentation des principales questions soulevées devant les juges. I. Les documents d information pré contractuelle La jurisprudence récente a rappelé que si l étude de marché local n incombe pas au franchiseur, tous les documents d information précontractuelle transmis au franchisé doivent être sincères (1). En méconnaissance de cette obligation, le contrat de franchise ne peut être annulé que si le consentement du franchisé a bien été vicié (2). 1. L information précontractuelle des franchisés L étude de marché local incombe au franchisé et s il n existe pas de preuve suffisante sur le fait que le franchiseur ait établi, avant la conclusion du contrat de franchise, un document prévisionnel basé sur une réalisation d un chiffre d affaires fantaisiste de nature à vicier le consentement du franchisé, sa responsabilité ne peut être engagée (Cass. Com., 27 avril 2011, n ). La Cour de cassation a indiqué que la Loi Doubin ne met pas à la charge du franchiseur une obligation de réaliser une étude sur le marché local ou un état des comptes prévisionnels. Cependant, dès lors que de tels documents ont été communiqués au franchisé, la Cour a précisé que le franchiseur avait une obligation de présentation sincère (Cass. Com. 19 janvier 2010, n ). Aussi, la Cour d appel de Paris a confirmé qu en raison d une information partielle sur l historique du réseau et d un budget prévisionnel hautement fantaisiste (irréaliste), le contrat de franchise pouvait être annulé pour manquement à l obligation de fournir des documents d information précontractuelle sincères telle que prévue à l article L du Code de commerce. Pour la Cour,

2 2 cette omission et cette rétention d information prouvées en l espèce sont constitutives d un dol au détriment du franchisé dont le consentement est vicié (CA Paris, 19 janvier 2011, SARL Lina s c/ SAS L&Sud ; voir également CA Paris, 17 mars 2010, SAS Mipa France c/ Desmazures). 2. La preuve du vice de consentement Concernant des contrats de franchise relatifs à la commercialisation d un concept de maison «en prêt à finir», la Cour de cassation a d abord retenu que «faute d'attirer spécialement l'attention sur la charge importante qu était l omission de la mention relative aux coûts de la maison témoin qui devait être supporté par le franchisé, un élément essentiel dont les franchisés ne peuvent se dispenser durablement, tous les prévisionnels fournis sont nécessairement faussés, et trompeurs sur les capacités financières à prévoir en début d'exploitation». La Cour a cependant annulé la décision de la Cour d appel en relevant qu il n avait pas été précisé en quoi le manquement du franchiseur avait déterminé le consentement des franchisés (Cass. Com., 15 mars 2011, n ). De même, la simple constatation du manquement d information ne suffit pas : il est nécessaire de démontrer en quoi le consentement a été vicié. La Cour d appel de Lyon, tout en constatant que le document précontractuel comportait des informations trop générales, a retenu que le franchisé ne démontrait pas en quoi l'imprécision, ou le caractère incomplet des renseignements qui lui ont été fournis ont pu l'induire en erreur, ni quelles informations particulières ont fait défaut, et qui, si elles lui avaient communiquées, l'auraient amenée à ne pas s'engager (CA Lyon, 3 ème chambre, 4 novembre 2010, n 09/05848). II. Savoir faire Le contrat de franchise peut être déclaré nul en l absence de savoir faire mais les juges sont exigeants pour prouver la nullité. Dans le cadre d un contentieux relatif à un contrat de franchise dans le domaine du diagnostic immobilier, la Cour d appel de Douai a rappelé la définition du savoir faire qui se caractérise comme «un ensemble secret, substantiel et identifié d informations pratiques non brevetées résultant de l expérience du fournisseur et testées par celui ci». La Cour d appel de Douai a par ailleurs rappelé les notions : o Parmi les éléments du savoir faire figurent nom, logos, symboles, méthodes de travail, services originaux et spécifiques, efforts de promotion, agencements, adaptation constante aux besoins du franchisé donc continuité du service. o Le secret correspond à une confidentialité relative, notamment en cette matière de diagnostic immobilier dont les composants, officiels, manquent forcément de confidentialité, celle ci résidant davantage dans les assemblages proposés par le franchiseur. o L'identification doit s'entendre d'une formalisation suffisamment complète o La substantialité doit s'entendre comme de l'utilité présentée par le savoir faire à l'égard de l'activité du franchisé en permettant l'amélioration de l'accès du franchisé à un certain nombre de services, l'amélioration de ses résultats, de sa pénétration sur le marché. o L'originalité, limitée au vu de la spécificité du métier en question dans le présent dossier, puisqu'il s'agit de mettre des pratiques non originales en adéquation avec des textes qui ne le sont pas davantage, ne réside pas forcément dans la transmission d'éléments inventifs; elle peut être représentée par la mise à disposition d'une gamme de

3 3 produits sélectionnés, que le franchisé pourrait mettre beaucoup de temps à rassembler, et de conseils ciblés. La Cour de Douai a conclu que l existence d un savoir faire était rapportée par le franchiseur qui avait justifié de la satisfaction de certains de ses franchisés et du développement de son réseau (CA Douai, chambre 02, section 01, 16 décembre 2010, n 09/03535). En matière immobilière, la Cour d appel de Paris a retenu l existence d un savoir faire du franchiseur consistant «en l organisation du premier réseau national de promoteurs immobiliers conférant des moyens nationaux à des professionnels régionaux reconnus pour leur expertise et leur connaissance du marché local. La transmission dudit savoir faire s effectue par le manuel de politiques et procédures adressé à chaque franchise et explicitant les procédures et la méthodologie NORMAN. P., par la mise à disposition de l intranet du réseau ainsi que par l organisation de réunions d objectifs, outre divers conférences et séminaires» (CA Paris, pôle 05, chambre 04, 22 septembre 2010, n 09/14659). III. Caractère intuitu personae du contrat de franchise En cas de transfert d activité du franchiseur vers une autre société, la Cour de cassation a considéré que la nouvelle structure gérant l activité n a pas bénéficié du transfère de plein droit au titre des apports partiels d actifs des contrats de franchise en raison de leur caractère intuitu personae. (Cass. Com., 2 octobre 2010, n ). La Cour de cassation avait déjà affirmé en 2009 que le contrat de franchise, conclu en considération de la personne du franchiseur, ne peut, sauf accord du franchisé, être transmis par l'effet d'un apport partiel d'actif placé sous le régime des scissions (Cass. Com., 24 novembre 2009, n ). La Cour de cassation avait ainsi statué alors même que le contrat de franchise indiquait qu il était conclu «par le franchisé en considération de la notoriété et de l'organisation du groupe Comptoirs modernes et du franchiseur, indépendamment des personnes qui les contrôlent ou les dirigent». IV. L assistance du franchisé La Cour de cassation a rappelé que le franchiseur a le devoir de proposer une solution alternative à son franchisé, et de tout mettre en œuvre pour que la difficulté puisse être surmontée, et ce notamment dans le cas où l ouverture du magasin est mis à mal en raison d un arrêté municipal autorisant l exploitation d une seule des deux activités du contrat de franchise (Cass. Civ. 3 ème, 28 septembre 2010, n ). V. Les clauses de non réaffiliation La Cour de cassation a précisé que «la clause de non concurrence a pour objet de limiter l exercice par le franchisé d une activité similaire ou analogue à celle du réseau qu il quitte, tandis que la clause de non réaffiliation se borne à restreindre sa liberté d affiliation à un autre réseau» (Cass. com., 28 septembre 2010, n de pourvoi : ). La Cour de cassation a néanmoins eu à plusieurs reprises l occasion de soumettre les clauses de nonréaffiliation aux mêmes conditions de validité que les clauses de non concurrence postcontractuelles. Ainsi la Cour de cassation a exigé de vérifier si la clause de non réaffiliation était ou non proportionnelle à la sauvegarde des intérêts du franchiseur et laissait ou non la possibilité pour

4 4 le franchisé d'exercer son activité hors de tout réseau (Cass. com. 17 janvier 2006, n ; Cass. civ. 2ème 10 janvier 2008, n ). L arrêt rendu le 24 novembre 2009 par la Cour de cassation avait déjà réaffirmé sans ambiguïté la validité des clauses de non concurrence post contractuelles stipulées dans les contrats de franchise sous réserve de la limitation dans le temps et dans l espace de la clause et d une application proportionnée aux intérêts légitimes du franchiseur au regard de l'objet du contrat (Cass. com., 24 nov. 2009, n ). VI. Requalification du contrat de franchise en contrat de travail Le principe de l indépendance juridique et économique du franchisé est parfois mis à mal au regard des conditions concrètes de l activité du franchisé (1). La jurisprudence a parfois requalifié des contrats de franchise en contrats de travail (2). 1. Le risque de requalification Le franchisé est indépendant à la fois (i) juridiquement puisque il est totalement libre de contracter ou non et (ii) économiquement puisqu il engage ses propres deniers. Néanmoins, malgré cette indépendance économique et juridique, il existe une interdépendance économique entre le franchiseur et le franchisé entraînant un risque de requalification du contrat de franchise : sur le fondement de l article L II du code du travail disposant que: «II. L'existence d'un contrat de travail peut toutefois être établie lorsque les personnes mentionnées au I fournissent directement ou par une personne interposée des prestations à un donneur d'ordre dans des conditions qui les placent dans un lien de subordination juridique permanente à l'égard de celui ci.» ou lorsque sont réunies les quatre conditions cumulatives de l article L du Code du travail permettant de bénéficier des dispositions du code du travail relatif au gérant de succursale. Ces conditions sont : o l exercice de l activité dans les locaux ou dépendances de l entreprise ; o la vente des marchandises de toute nature qui sont fournies exclusivement ou presque exclusivement par une seule entreprise ou le fait de recueillir des commandes pour le compte d une seule entreprise dans un local fourni ou agrée par cette entreprise aux conditions et prix imposés par l entreprise. 2. La jurisprudence Ainsi, la Cour de cassation a requalifié le contrat de franchise conclu avec la société Yves Rocher et l exploitant d une boutique en contrat de travail de gérant de succursale (Cass. Soc., 9 mars 2011, n ). La Cour de cassation a retenu que : o M me X exploitait un centre de beauté sous l enseigne «Yves Rocher» (enseigne) ; o son activité consistait essentiellement à vendre des produits de beauté (vente principale des produits) ; o la société Yves Rocher lui fournissait exclusivement (obligation de fourniture exclusive) ; o les conditions d exercice de cette activité étaient définies par le fournisseur et sa contractante ne pouvait disposer de la liberté de fixer le prix de vente des marchandises

5 5 déposées (pratique de prix imposés). Déjà en 2009, la Cour de cassation avait constaté que dès lors que les conditions énoncées à l'article L du code du travail, devenu L , étaient réunies, quelles que soient les énonciations du contrat, les dispositions du Code du travail sont applicables, sans qu'il soit besoin d'établir l'existence d'un lien de subordination (Cass. Soc., 16 septembre 2009, n ). En revanche, la Cour de cassation a considéré que le respect des normes du franchiseur, telles que l enseigne, les méthodes de commercialisation ou l assistance technique, n est que l application pure et simple du contrat de franchise, sans que l article L du Code du travail ne soit applicable (Cass. Com. 19 mai 2010, ). VII. Sur les liens de dépendance entre les contrats o Contrat de bail La Cour de cassation a confirmé l indépendance du contrat de franchise et du contrat de bail et a relevé que malgré les liens d'interdépendance entre les deux contrats, «il n'en résultait pas pour autant que la décision de la société Yves Rocher de mettre fin au contrat de franchise ait constitué une circonstance assimilable à un congé ou à une résiliation du bail du fait du bailleur et qu'elle ne caractérisait pas non plus de la part de celui ci un manquement à ses obligations, non plus qu'une faute propre à justifier le prononcé de la résiliation du bail à ses torts» (Cass. Civ. 3 ème, 30 juin 2010, n ). o Contrat de prêt La Cour de cassation a retenu que le contrat de franchise et le contrat de prêt n étaient pas des contrats indivisibles (Cass. Com., 15 février 2011, n , ). En effet, la Cour de cassation confirme l arrêt de la Cour d appel en relevant que «la partie qui invoque l'indissociabilité de deux contrats doit démontrer l'existence d'une indivisibilité entre les conventions, et que le fait que celles ci participent d'une même opération économique ne suffit pas à lui seul à caractériser l'indivisibilité des contrats». o Contrat d approvisionnement En revanche, la Cour d appel de Caen a précisé que dès lors qu il n est pas reproché au franchisé d avoir régulièrement mis fin à ses relations contractuelles résultant du contrat d approvisionnement, le terme de ce contrat emporte nécessairement la caducité du contrat de franchise à la date de l arrivée du terme du premier contrat. La Cour d appel a ainsi débouté le franchiseur de sa demande d indemnité pour rupture abusive du contrat de franchise (CA de Caen, 1 re ch. Civ. et com., 12 mai 2010, n 08/04076). VIII. Pourparlers et rupture du contrat de franchise L absence de rupture fautive des pourparlers ne peut ouvrir droit à réparation des préjudices allégués par le candidat à la franchise notamment le préjudice résultat du suivi d un stage de quatre mois en vu d être former à l activité sous franchise (CA Versailles, Chambre 12, section 1, 25 Novembre 2010, n 09/06245, Société NARASCO FOOD, c/ Société KFC France)

6 6 La Cour de cassation a rappelé que l intégralité de la relation commerciale établie entre les parties devait être pris en compte pour apprécier la durée du préavis dans le cadre d une rupture brutale des relations commerciales au sens de l article L , I, 5 du code de commerce. Ainsi la Cour de cassation a cassé l arrêt de la cour d appel qui avait retenu que le contrat de franchise conclu pour une durée de cinq ans non renouvelé avait pris fin alors que les relations entre les parties avait continuées en dehors des relations contractuelles (Cass. Com. 24 novembre 2009, n ). Une clause du contrat de franchise prévoyant notamment qu au cas où le franchisé n obtiendrait pas les diplômes et certificats nécessaires à l exercice de l activité, le franchiseur remboursera au franchisé l intégralité du droit d entrée mais conservera le coût de la formation payante a été validée. Aussi le franchisé a été débouté de ses demandes de remboursement des frais de formation et frais de séjour engagé à cette occasion (CA de Douai chambre 02, section 01, 16 décembre 2010, n 09/03535). IX. Franchise et droit de la concurrence L Autorité de la concurrence a par ailleurs confirmé que la clause d exclusivité imposant aux franchisés l utilisation d un produit qui est nécessaire au maintien de l identité commune et de la réputation du réseau de franchise n est pas anticoncurrentielle (décision 10 D 12 du 15 avril 2010 relative à des pratiques mises en œuvre par la société Hypromat France SAS dans le secteur du lavage automobile par haute pression). L Autorité de la concurrence a également statué sur une plainte pour abus de dépendance économique de Carrefour à l égard de ses franchisés. L Autorité a considéré qu en ce qui concerne les candidats à la franchise Carrefour la situation de dépendance économique n était pas caractérisée, Carrefour n étant pas un acteur incontournable. Pour ce qui concerne les franchisés intégrés dans le réseau Carrefour, l Autorité rappelle qu «une situation de dépendance économique de franchisés à l égard d un franchiseur pourrait ainsi résulter du jeu cumulé d un ensemble de clauses contractuelles imposées par ce dernier, dont la finalité serait de limiter la possibilité des franchisés de quitter le réseau et de restreindre leur liberté contractuelle dans des proportions dépassant les objectifs inhérents à la franchise, sans que la circonstance que ces clauses aient été volontairement souscrites puisse leur être opposée (voir, arrêt de la cour d appel de Paris du 25 janvier 2005)». L Autorité retient cependant que la situation de dépendance économique n est pas caractérisée «en l absence d éléments sur la situation individuelle de chaque franchisé à l égard d une filiale du groupe Carrefour et en l absence d homogénéité de la position des franchisés au sein du réseau de Carrefour [les franchisés relevant de sept régimes contractuels différents]».

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur :

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur : 1 Qu est-ce que la franchise? La franchise est un contrat liant deux personnes juridiquement indépendantes : le franchiseur, propriétaire ou détenteur des droits d une marque ou d une enseigne, transmet

Plus en détail

Décrypter son contrat de franchise avec des professionnels

Décrypter son contrat de franchise avec des professionnels Décrypter son contrat de franchise avec des professionnels Animé par : Bruno CRESSARD Olivier BOUVARD Maitre Nicolas GRANSARD Cabinet FIDAL Monsieur Yohann Lang AXEO Services Présentation Intervenants:

Plus en détail

OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE

OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE 08/09/2014 Le contrat de franchise est un contrat consensuel : aucune forme spécifique n est requise. Un écrit est exigé pour certaines conventions,

Plus en détail

La loi tunisienne sur la franchise. Mahmoud Anis BETTAIEB, Avocat au Barreau de Tunis, Avocat au Barreau de Paris chez Karila, Société d avocats

La loi tunisienne sur la franchise. Mahmoud Anis BETTAIEB, Avocat au Barreau de Tunis, Avocat au Barreau de Paris chez Karila, Société d avocats La loi tunisienne sur la franchise Mahmoud Anis BETTAIEB, Avocat au Barreau de Tunis, Avocat au Barreau de Paris chez Karila, Société d avocats La Tunisie, viens de se doter d une loi organisant la franchise.

Plus en détail

TYPOLOGIE DES FRANCHISES

TYPOLOGIE DES FRANCHISES FRANCHISE DEFINITION C est un contrat innommé C est la réitération d un succès Définition de la jurisprudence : «un contrat synallagmatique à exécution successive, par lequel une entreprise dénommée franchiseur,

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

Droit des contrats spéciaux : distribution, entremise, entreprise, louage

Droit des contrats spéciaux : distribution, entremise, entreprise, louage Droit des contrats spéciaux : distribution, entremise, entreprise, louage Auteur(s) : Corinne Saint-Alary-Houin Présentation(s) : Professeur de Droit privé et de sciences criminelles Leçon 1 : Introduction

Plus en détail

Jurisprudences Harcèlement moral

Jurisprudences Harcèlement moral Jurisprudences Harcèlement moral Les éléments constitutifs du délit de harcèlement Des agissements se déroulant sur une courte durée n écartent pas la qualification de harcèlement moral Rappel : l'article

Plus en détail

Vente en ligne, CGV et clauses abusives

Vente en ligne, CGV et clauses abusives Vente en ligne, CGV et clauses abusives L examen de sites de vente aux consommateurs (B-to-C) fait apparaître de manière récurrente des clauses contractuelles dans les conditions générales de vente (CGV)

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 10 septembre 2013 N de pourvoi: 12-11701 SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique

Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014

QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014 QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014 Stratégie juridique Vous avez pris la résolution de créer un réseau pour développer votre enseigne Le choix du ou des contrats de distribution est

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

DISTRIBUTION - CONCURRENCE N 50 Décembre 2010 Janvier 2011 DOSSIER

DISTRIBUTION - CONCURRENCE N 50 Décembre 2010 Janvier 2011 DOSSIER Bastien Masson Avocat associé Spécialiste en droit de la propriété intellectuelle DISTRIBUTION - CONCURRENCE N 50 Décembre 2010 Janvier 2011 Cabinet FIDAL 1, rue Claude Bloch - BP 15093 14078 Caen Cedex

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 23 juin 2010 N de pourvoi: 09-14592 Publié au bulletin Cassation M. Charruault, président M. Falcone, conseiller apporteur M. Sarcelet,

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier La fin du levier d indexation. Baux commerciaux. Baux commerciaux...1. Urbanisme...2. Construction...

Flash. Flash d information Immobilier La fin du levier d indexation. Baux commerciaux. Baux commerciaux...1. Urbanisme...2. Construction... JUILLET - OCT OBRE 2013 NUMÉR O 10 Flash Dans ce numéro Immobilier... 1 Baux commerciaux...1 Urbanisme...2 Construction...3 Corporate... 3 Baux commerciaux Flash d information Immobilier La fin du levier

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

Page 1. Document 1 de 1. Cour d'appel Dijon Chambre sociale. 31 Janvier 2013. Confirmation N 11/01201. Franck CHIFFLOT SAS DISTRIBUTION CASINO FRANCE

Page 1. Document 1 de 1. Cour d'appel Dijon Chambre sociale. 31 Janvier 2013. Confirmation N 11/01201. Franck CHIFFLOT SAS DISTRIBUTION CASINO FRANCE Page 1 Document 1 de 1 Cour d'appel Dijon Chambre sociale 31 Janvier 2013 Confirmation N 11/01201 Franck CHIFFLOT SAS DISTRIBUTION CASINO FRANCE Classement : Contentieux Judiciaire Résumé Numéro JurisData

Plus en détail

Obligation du locataire en matière de bail de droit commun : usage non préjudiciable

Obligation du locataire en matière de bail de droit commun : usage non préjudiciable Obligation du locataire en matière de bail de droit commun : usage non préjudiciable Article juridique publié le 29/06/2015, vu 618 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Il appartient au bailleur de prouver

Plus en détail

pratiques «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps

pratiques «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps pratiques [salaire] «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps Après avoir consacré le principe «à travail égal, salaire égal», la Cour de cassation s est vue contrainte

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. La franchise, un marché pour la transmission. 2. La reprise en réseau. 3. Financer sa reprise en réseau

SOMMAIRE. 1. La franchise, un marché pour la transmission. 2. La reprise en réseau. 3. Financer sa reprise en réseau Reprise d une affaire en franchise: mode d emploi Direction du Développement Banque Populaire SOMMAIRE 2 1. La franchise, un marché pour la transmission 2. La reprise en réseau Maîtriser son risque Connaître

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 4 juillet 2012 N de pourvoi: 11-18840 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats, président Mme Grivel, conseiller apporteur M. Legoux,

Plus en détail

par France Charruyer - La notion de relation commerciale établie

par France Charruyer - La notion de relation commerciale établie La rupture brutale des relations établies : la possibilité pour une entreprise d engager la responsabilité de son partenaire au terme de leurs relations par France Charruyer Introduite par le législateur

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 10-23521 Publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et

Plus en détail

CONCESSION DE LICENCE D EXPLOITATION DE BREVET, ET DE MARQUES

CONCESSION DE LICENCE D EXPLOITATION DE BREVET, ET DE MARQUES CONCESSION DE LICENCE D EXPLOITATION DE BREVET, ET DE MARQUES Entre les soussignées : La société CATHARHOME (anciennement MAISON CATHARHOME) Société A Responsabilité Limitée, au capital social de 41 000

Plus en détail

Le savoir-faire et la collection de produits, services et/ou technologies. Les signes de ralliement de la clientèle Le franchiseur garantit au

Le savoir-faire et la collection de produits, services et/ou technologies. Les signes de ralliement de la clientèle Le franchiseur garantit au BREVET : Définition: Le brevet est un titre délivré par un organisme public spécialisé, donnant à son titulaire le droit exclusif d exploiter une invention pour une durée de vingt ans à compter de la date

Plus en détail

Conseil d État, 23 décembre 2010, N 310775, Mentionné dans les tables du recueil Lebon

Conseil d État, 23 décembre 2010, N 310775, Mentionné dans les tables du recueil Lebon Contrôle préalable des contrats d assurance Protection sociale complémentaire - Fonctionnaires - Contribution au financement des garanties par des personnes publiques - Contrats garantissant la mise en

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : chambre commerciale Audience publique du 26 octobre 2010 N de pourvoi: 09-71404 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président Me Spinosi, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

VOTRE AVOCAT VOUS INFORME

VOTRE AVOCAT VOUS INFORME mars 2014 # 34 VOTRE AVOCAT VOUS INFORME TRAVAIL DANS CE NUMÉRO Accident, maladie, maternité Contrôle et contentieux - Formation professionnelle - Civ. 2 e, 13 févr. 2014, F-P+B, n 13-10.548 #ACCIDENT,

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

S installer en Franchise. Mode d emploi

S installer en Franchise. Mode d emploi S installer en Franchise Mode d emploi Le principe de la franchise Le franchiseur Un concept franchisable qui s appuie sur 3 éléments de base : 1 / La propriété d une marque, d une enseigne, d une raison

Plus en détail

Alain GHOZI La franchise Aspects pratiques Conférence à Ho-Chi-Minh ville Janvier 2011 1. La franchise

Alain GHOZI La franchise Aspects pratiques Conférence à Ho-Chi-Minh ville Janvier 2011 1. La franchise Alain GHOZI La franchise Aspects pratiques Conférence à Ho-Chi-Minh ville Janvier 2011 1 Alain GHOZI Professeur à l université Panthéon-Assas La franchise Aspects pratiques Objet de la franchise : Ensemble

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

LE NON-RESPECT, PAR LE PROFESSIONNEL, DE SES OBLIGATIONS PRÉ-CONTRACTUELLES EN DROIT FRANÇAIS

LE NON-RESPECT, PAR LE PROFESSIONNEL, DE SES OBLIGATIONS PRÉ-CONTRACTUELLES EN DROIT FRANÇAIS LE NON-RESPECT, PAR LE PROFESSIONNEL, DE SES OBLIGATIONS PRÉ-CONTRACTUELLES EN DROIT FRANÇAIS Gilles PAISANT Professeur à l université de Savoie Doyen honoraire de la Faculté de droit et d économie de

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 16/03/2014 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 février 2014 N de pourvoi: 13-10174 ECLI:FR:CCASS:2014:C300128 Publié au bulletin Cassation M. Terrier (président), président Me

Plus en détail

Si vous ne parvenez pas à visualiser cet e-mail correctement, suivez ce lien. A la Une

Si vous ne parvenez pas à visualiser cet e-mail correctement, suivez ce lien. A la Une Si vous ne parvenez pas à visualiser cet e-mail correctement, suivez ce lien A la Une Bonjour, Le Département Droit économique de FIDAL a le plaisir de vous adresser sa lettre d'information concurrence

Plus en détail

SEQUENCE 10 CHAPITRE 12 LES TECHNIQUES JURIDIQUES DE COOPÉRATION INTERENTREPRISES... 98 I. LES ACCORDS DE COOPÉRATION... 98

SEQUENCE 10 CHAPITRE 12 LES TECHNIQUES JURIDIQUES DE COOPÉRATION INTERENTREPRISES... 98 I. LES ACCORDS DE COOPÉRATION... 98 SEQUENCE 10 CHAPITRE 12 LES TECHNIQUES JURIDIQUES DE COOPÉRATION INTERENTREPRISES... 98 I. LES ACCORDS DE COOPÉRATION... 98 A. LE CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE... 98 B. LE CONTRAT DE FRANCHISE... 98 1. Rappel

Plus en détail

La maitrise de la marque dans les relations contractuelles

La maitrise de la marque dans les relations contractuelles La maitrise de la marque dans les relations contractuelles Panorama des évolutions jurisprudentielles récentes 29 mai 2015 Pierre MASSOT Etat des lieux Revenus issus de la concession de licence sous forme

Plus en détail

Paragraphe premier L'OBLIGATION D'INFORMATION, DE RENSEIGNEMENT OU DE CONSEIL

Paragraphe premier L'OBLIGATION D'INFORMATION, DE RENSEIGNEMENT OU DE CONSEIL LES OBLIGATIONS DU VENDEUR Recensement. Aux termes de l'article 1603 du Code civil, le vendeur assume deux types d'obligations principales, celle de délivrer la chose vendue (II) et celle de garantir cette

Plus en détail

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 19 JANV-FEV 2011 Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly Mots clés : C.

Plus en détail

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées AUTO ENTREPRENEUR OU SALARIE AU SOMMAIRE Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées Introduction Les associations sportives peuvent avoir recours à des intervenants dans le

Plus en détail

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX PROBLEME Les communes sont parfois propriétaires d'un patrimoine important et susceptible de leur procurer des ressources qu'elles doivent gérer selon les

Plus en détail

Crédit à la consommation et panneaux photovoltaiques non conformes

Crédit à la consommation et panneaux photovoltaiques non conformes Crédit à la consommation et panneaux photovoltaiques non conformes Actualité juridique publié le 18/01/2015, vu 1312 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à un arrêt qui a été

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 septembre 2012 N de pourvoi: 11-14108 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky

Plus en détail

LETTRE MAI/JUIN 2013 EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION?

LETTRE MAI/JUIN 2013 EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION? LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS ACQUISITIONS, FINANCEMENT EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION? MAI/JUIN 2013 La cour de cassation soulève une question

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE 05/09/2014 La clause de non-concurrence est une clause aux termes de laquelle l une des parties à un contrat s engage à ne pas exercer d activité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 1 décembre 2011 N de pourvoi: 10-22767 Non publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau

Plus en détail

CFDT UTI Métropole. Métropole N 52. Lettre d Information Juridique. N 52 janvier 2015. Paiement des heures supplémentaires. Internet et le travail

CFDT UTI Métropole. Métropole N 52. Lettre d Information Juridique. N 52 janvier 2015. Paiement des heures supplémentaires. Internet et le travail Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole Métropole N 52 N 52 janvier 2015 Paiement des heures supplémentaires Les heures supplémentaires donnent lieu à une majoration de salaire Les heures ainsi

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Actualité juridique publié le 24/03/2014, vu 1446 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à l hypothèse, oh combien classique,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 22 mars 2011 N de pourvoi: 10-13727 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président Me Luc-Thaler, SCP Bénabent, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Baux commerciaux. La validité des clauses de révision à base fixe. Baux commerciaux...1

Flash. Flash d information Immobilier. Baux commerciaux. La validité des clauses de révision à base fixe. Baux commerciaux...1 NOVEMBRE 2013 NUMÉR O 11 Flash Dans ce numéro Immobilier... 1 Baux commerciaux...1 Le projet de loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR)...5 Vente...6 Construction...8 Baux commerciaux

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

CONTRAT DE DISTRIBUTION EXCLUSIVE

CONTRAT DE DISTRIBUTION EXCLUSIVE CONTRAT DE DISTRIBUTION EXCLUSIVE 13/10/2008 Le contrat de distribution exclusive est le contrat par lequel un fabricant, un constructeur, un producteur appelé le fournisseur, s'engage à réserver l'exclusivité

Plus en détail

Grégoire BRAVAIS. Avocat à la Cour

Grégoire BRAVAIS. Avocat à la Cour ACTUALITE LEGISLATIVE ET JURISPRUDENTIELLE DU MOIS DE MARS 2010 I/ ACTUALITE LEGISLATIVE I-A/ EMPLOI DES SENIORS Circulaire interministérielle du 14 décembre 2009. Le législateur a imposé aux entreprises

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Doc. parl. 3671 Loi du 3 juin 1994 portant organisation des relations entre les agents commerciaux indépendants et leurs commettants et portant transposition de la directive du Conseil 86/653/CEE du 18

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1210804 Société IEF2I Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (10ème Chambre)

Plus en détail

Permis de conduire et contrat de travail

Permis de conduire et contrat de travail La multiplication des mesures individuelle de prise en charge des usagers, l élargissement des secteurs géographiques d intervention des associations lié notamment aux opérations de regroupement génère

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 janvier 2014 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 207 FS-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 janvier 2014 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 207 FS-P+B SOC. CB COUR DE CASSATION Audience publique du 29 janvier 2014 Rejet M. LACABARATS, président Pourvoi n o W 12-24.539 Arrêt n o FS-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris I / Etude La saisie conservatoire sur les comptes bancaires

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

OBLIGATIONS DU FRANCHISEUR DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE

OBLIGATIONS DU FRANCHISEUR DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE OBLIGATIONS DU FRANCHISEUR DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE 08/09/2014 Le contrat de franchise est issu de la pratique, il n existe pas de réglementation spécifique à son sujet ; cette convention doit seulement

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

CONTRAT APPORT D AFFAIRE

CONTRAT APPORT D AFFAIRE CONTRAT APPORT D AFFAIRE Il est préférable de signer un accord écrit liant les deux parties sur des droits et des devoirs de la part de l un et de l autre. Avant de s engager envers une entreprise, il

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009,

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009, Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du dix-sept juin deux mille dix. Numéro 35143 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Charles NEU, premier conseiller, Ria

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

Publié au bulletin Cassation partielle REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Publié au bulletin Cassation partielle REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 janvier 2014 N de pourvoi: 12-27703 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00134 Publié au bulletin Cassation partielle M. Espel (président), président SCP Célice,

Plus en détail

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mardi 15 septembre 2015 N de pourvoi: 13-24.726 13-25.229 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky,

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

Conditions Generales de Vente

Conditions Generales de Vente Article 1er - Champ d application Les présentes conditions générales de vente constituent, conformément à l article L.441-6 du Code de commerce, le socle unique de la relation commerciale entre les Parties.

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION LA FRANCHISE. L Académie de la Franchise L ACADEMIE DE. Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès

CATALOGUE FORMATION LA FRANCHISE. L Académie de la Franchise L ACADEMIE DE. Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès CATALOGUE FORMATION L Académie de la Franchise Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès L Académie de la Franchise L ACADEM LA FRANC L Acad de la F UTURS FRANCHIS FUTURS FRANCHISÉS DEVENIR

Plus en détail

CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9

CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9 Table des matières (avec renvoi aux pages) Liste des abréviations... 5 Sommaire... 7 CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9 1. Notion générale... 9 2.

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Cabinet NICOLAS & DENIZOTAssociés I / Etude Actualité sur les indices

Plus en détail

N 10/00111 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00111 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00111 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDEUR : M. X Nationalité

Plus en détail

M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s)

M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 11 avril 2012 N de pourvoi: 11-15429 Publié au bulletin Rejet M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président SCP Boré et

Plus en détail

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence?

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence? Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 201 DocPratic n 201 10/03/2014 Quand verser la contrepartie financière de la clause de non concurrence? Saisie des rémunérations 2014 Le déplafonnement du loyer

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 4 juin 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. Arrêt n o 669 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 4 juin 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. Arrêt n o 669 F-P+B CIV. 1 CB COUR DE CASSATION Audience publique du 4 juin 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o R 13-14.717 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E SOC. PRUD'HOMMES JL COUR DE CASSATION Audience publique du 20 octobre 2010 Cassation partielle sans renvoi Mme MAZARS, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n Y 08-70.433 Arrêt n 2025

Plus en détail

SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, SCP Tiffreau, Marlange et de La Burgade, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, SCP Tiffreau, Marlange et de La Burgade, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/12/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 décembre 2014 N de pourvoi: 13-15081 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02367 Publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Masse-Dessen,

Plus en détail