CONSERVATION DES DOCUMENTS ENJEUX JURIDIQUES Tour d horizon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSERVATION DES DOCUMENTS ENJEUX JURIDIQUES Tour d horizon"

Transcription

1 «Au cours des trois dernières décennies, l informatique a modifié le mode de traitement, d enregistrement et de conservation des données [1].» Bon an mal an, la législation s est adaptée à cette évolution. L auteur fait le tour des dispositions légales essentielles ayant trait à la conservation des documents. BENJAMIN CHAPUIS CONSERVATION DES DOCUMENTS ENJEUX JURIDIQUES Tour d horizon 1. INTRODUCTION ET OBJECTIFS Admettons, ne serait-ce que l espace d une minute, que votre système comptable et son système de conservation des données soient défaillants. Que faites-vous alors si un prestataire vous réclame indûment le paiement d une facture vieille de 4 ans? Que livrez-vous aux autorités fiscales vous réclamant des informations comptables? Comment déterminez-vous vos coûts et leur évolution? Que ce soit pour gérer l entreprise ou pour se conformer à la loi, la conservation des données a toute son importance. Elle est principalement réglée par les dispositions comptables du Code des obligations (CO) [2] et par l ordonnance concernant la tenue et la conservation des livres de comptes (Olico) [3]. Nombre de dispositions comme par exemple celles sur les impôts directs [4] de la loi sur l harmonisation des impôts directs (LHID) et de la loi sur l impôt fédéral direct (LIFD) ou encore celles de la loi sur le blanchiment d argent (LBA) [5] renvoient au CO et à l Olico. Mais certaines, et pas des moindres, vont plus loin. C est le cas de la LTVA [6]. Le présent article a pour objectif de faire le tour des dispositions légales essentielles ayant trait à la conservation des documents. 2. LES RÈGLES IMPÉRATIVES DU CO ET DE L OLICO Les articles 957, 962 et 963 CO règlent les obligations de conserver et éventuellement de produire les livres de comptes, les pièces comptables et la correspondance. L Olico précise ces dispositions en apportant les définitions essentielles et les principes généraux, et en déterminant les supports d information autorisés. BENJAMIN CHAPUIS, EXPERT-COMPTABLE DIPLÔMÉ, MEMBRE DU CENTRE DE COMPÉTENCE PME DE LA CHAMBRE FIDUCIAIRE, PROF. HES, HAUTE ÉCOLE DE GESTION ARC, NEUCHÂTEL 2.1 Principes de base. Quiconque a l obligation de faire inscrire sa raison de commerce au registre du commerce doit [7] conserver ses livres, ses pièces comptables et sa correspondance pendant dix ans à compter de la fin de l exercice annuel [8], et cela conformément au principe de régu larité [9]. Le compte d exploitation et le bilan signés [10] doivent impérativement être conservés par écrit. Pour les autres pièces, les moyens électroniques et autres moyens comparables sont acceptés. Les conditions d admissibilité du moyen sont la garantie de conformité avec la transaction de base et la possibilité de rendre visible les pièces et les livres en tout temps. «Il faut, en d autres termes, que le moyen utilisé permette à la comptabilité de remplir sa fonction fondamentale: [ ] refléter les opérations et les autres événements concernant la situation patrimoniale et les résultats de l entreprise. [11]» 2.2 Eléments à conserver «Toute personne astreinte à tenir des livres doit tenir un grand livre et, selon la nature et la taille de l entreprise, des livres auxiliaires. [12]» Le grand livre se compose des comptes et du journal. Les livres auxiliaires englobent les comptabilités salaires, débiteurs et créanciers, l inventaire et la liste des prestations à facturer. Les pièces comptables à conserver sont «tous les documents écrits qui constituent la base d une comptabilisation ou la preuve de son exactitude [13]». Attention à ne pas oublier ici les fréquents tableurs Excel utilisés pour le suivi ou l évaluation de diverses positions pour un impairment test ainsi que pour la gestion des projets en cours. 2.3 Conservation conforme au principe de régularité. Le Message du Conseil fédéral (1999) donne quelques éléments de définition de la régularité, notamment en mentionnant que «les critères de la conformité au principe de régularité [ ] seront fonction du but de la comptabilité et des principes qui en ont été tirés (exactitude, intégralité, uniformité des règles/absence de contradictions, continuité/permanence, absence d arbitraire/comparabilité, possibilité de contrôle) [14].» Il [15] renvoie ensuite aux règles faisant autorité en matière comptable et aux recommandations de la profession, no- 590 L EXPERT-COMPTABLE SUISSE

2 CONSERVATION DES DOCUMENTS ENJEUX JURIDIQUES INFORMATIQUE DE GESTION tamment en mentionnant les directives de l administration et le Manuel suisse d audit (MSA) de la Chambre fiduciaire [16]. Intégralité, sincérité, clarté, actualité, systématique, organisation appropriée et vérifiabilité sont les mots-clés utilisés «Intégralité, sincérité, clarté, actualité, systématique, organisation appropriée et vérifiabilité sont les mots-clés utilisés par le MSA pour présenter les exigences générales en matière de régularité.» par le MSA pour présenter les exigences générales en matière de régularité. L Olico [17] précise le tout, notamment en termes de documentation, de devoir général de diligence, de disponibilité, d organisation et d archivage Devoir de documentation: instructions de travail. En fonction de sa nature et de sa taille, l entreprise astreinte à tenir et à conserver ses livres doit consigner dans des instructions de travail l organisation, les compétences, les modes de travail et les procédures idoines Devoir général de diligence et disponibilité. Elle doit s assurer que les pièces à conserver le soient avec soin et ordre pour qu elles puissent être consultées ou vérifiées dans un délai raisonnable. Cela inclut donc l éventuelle mise à disposition de personnel, d appareils et d instruments auxiliaires ainsi que la possibilité d imprimer les livres Organisation et archivage. Il doit y avoir séparation entre les données archivées et les données actuelles. Les données archivées doivent être inventoriées systématiquement, protégées contre les accès non autorisées. Les accès et autres consultations doivent être enregistrées. 2.4 Moyens électroniques et autres moyens comparables. La révision du droit de la comptabilité commerciale de 2002 [18] a permis d ouvrir les horizons et d abandonner l ancienne distinction faite entre les supports d image, d une part et les supports de données, d autre part. En parlant de moyens électroniques et autres moyens comparables, le législateur a laissé à dessein la porte ouverte à de nouvelles évolutions technologiques [19]. Les documents conservés électroniquement ont la même force probante que ceux conservés par écrit, soit «ceux qui sont lisibles sans aide d instruments» [20]. La condition sine qua none reste que le traitement des données soit conforme au principe de la régularité [21]. Sans cela, «un support de données ou d images ne saurait être admis lors de l administration des preuves, en raison du danger de falsification [22]». Pour être infalsifiables et authentiques, soit intègres, les livres, les pièces comptables et la correspondance ne doivent pas être modifiables sans que la modification ne soit apparente [23]. L article 9 Olico liste et définit les deux types de supports d informations autorisés, soit les non-modifiables et les modifiables. La première catégorie inclut évidemment le papier, mais aussi les supports d images et les supports de données non modifiables. Les supports d information modifiables sont autorisés si: «1. des procédés techniques (p. ex. signature électronique) sont utilisés, qui garantissent l intégrité des informations enregistrées, 2. le moment où les informations ont été enregistrées peut être prouvé sans possibilité de falsification (p. ex. grâce à un système d horodatage), 3. les autres prescriptions relatives à l utilisation du procédé en question qui existent au moment de l enregistrement sont respectées, et 4. les procédures et les modes d utilisation de ces supports sont consignés et les informations nécessaires (protocoles, journal de bord des connexions [log files]) sont également conservées.» 2.5 Obligation de produire. Dans le cadre de contestations concernant l entreprise, il faut que la contrepartie ait un intérêt digne de protection et qu un tribunal estime la production de pièces nécessaires à l administration de la preuve pour obliger l entreprise à produire ses livres. Le juge ou l autorité (administrative ou fiscale) choisit le mode d édition (impressions papier ou mise à disposition des moyens nécessaires pour rendre les informations lisibles). 3. LHID, LIFD ET LBA 3.1 LHID et LIFD. Dans le cadre de la définition des obligations du contribuable, «les personnes physiques qui exercent une activité lucrative indépendante et les personnes morales doivent conserver pendant dix ans leurs livres [ ], ainsi que les pièces justificatives en relation avec leur activité [24].» «La révision du droit de la comptabilité commerciale de 2002 a permis d ouvrir les horizons et d abandonner l ancienne distinction faite entre les supports d images, d une part et les supports de données, d autre part.» Pour le mode de tenue, de conservation et de production de ces documents, la LHID [25] et la LIFD renvoient toutes deux aux dispositions du CO (art. 957 et 963 al. 2 CO). 3.2 LBA. L article 7 LBA [26] établit les obligations en termes d établissement et de conservation de documents. Ainsi, l intermédiaire financier doit établir (et conserver) des documents de manière que des tiers experts en la matière L EXPERT-COMPTABLE SUISSE 591

3 CONSERVATION DES DOCUMENTS ENJEUX JURIDIQUES puissent se faire une idée objective sur les transactions et les relations d affaires ainsi que sur le respect des dispositions de la présente loi. Il conserve les documents de manière à pouvoir satisfaire, dans un délai raisonnable, aux éventuelles demandes d informations ou de séquestre présentées par les autorités de poursuite pénale. La durée de conservation des documents est également de dix ans, mais débute après la cessation de la relation d affaires ou après la fin de la transaction. L autorité de contrôle en matière de lutte contre le blanchiment d argent a publié en novembre 2006 son «Interprétation de l article 7 LBA, en particulier la conservation électronique des documents [27]» dans laquelle elle trouve admissible la conservation électronique, pour autant que l intermédiaire financier remplisse les conditions posées par l Olico et plus particulièrement son article 3 prônant que les documents ne puissent être modifiés sans que la modification ne soit apparente. Avançant l argument du «délai raisonnable», l autorité de contrôle précise que la documentation doit être conservée en Suisse. Les serveurs recueillant les documents sous forme électronique doivent également être situés en Suisse. Si tel n était pas le cas, l intermédiaire financier devrait alors disposer en Suisse d une copie papier de tous les documents ou alors d une copie électronique. 4. LD ET OD [28] Les articles 94 à 98 de l ordonnance sur les douanes (OD) traitent des données et documents à conserver, des personnes assujetties à l obligation de conserver, mais aussi de la durée et de la forme de la conservation ainsi que des mesures organisationnelles. Nous nous concentrerons sur les derniers éléments. Les durées de conservation vont d un minimum de trois mois pour les données transmises électroniquement à cinq ans au moins pour les certificats d origine par exemple. La conservation sous forme électronique «ou d une façon comparable [29]» est admise, en suivant les principes de base de l Olico. Toutefois, «les preuves et les certificats d origine doivent être conservés en original aussi longtemps que le prévoient les traités internationaux ou le droit fédéral [30].» Sur le plan organisationnel, l OD renvoie aux articles 9 et 10 de l Olico, non sans préciser que «l accès, la lisibilité et l exploitation des données et des documents doivent être garantis à tout moment sur le territoire douanier ou dans une enclave douanière suisse [31].» 5. LTVA 5.1 Documents à conserver «L assujetti doit conserver dûment ses livres comptables, pièces justificatives, papiers d affaires et autres documents pertinents [32]». Pour l Administration fédérale des contributions (AFC), les justificatifs à conserver sont: «les correspondances, les commandes, les factures des fournisseurs, les copies des factures clients, les contrats d achat, les justificatifs de paiement, les tickets de caisse, les décisions de taxation des importations et des exportations de l AFD, les livres auxiliaires, les justificatifs internes tels que les rapports de travail, les cartes d atelier, les bons d achat de matériel, les compilations pour les décomptes TVA, les décomptes TVA, etc [33].» En cas de contrôle fiscal, l AFC trouve «utile de préparer ces documents: comptes du grand-livre; livres auxiliaires; comptabilité d exploitation; comptes de résultat; bilans; rapports de gestion et de révision; inventaires/états des actifs circulants, des actifs immobilisés et des capitaux étrangers; ainsi que tous les autres enregistrements, documents et justificatifs qui serventà prouver l intégrité et la régularité des livres comptables [34].» 5.2 Durée de conservation. L article 70 de loi régissant la taxe sur la valeur ajoutée (LTVA) exige la conservation des documents «pertinents» jusqu à l expiration de la prescription absolue de la créance fiscale, soit «dans tous les cas par dix ans à compter de la fin de la période fiscale pendant laquelle la créance est née [35]» et renvoie ensuite aux dispositions du droit commercial (articles 957 et 962 CO). La durée de conservation passe à 20 ans pour les «documents commerciaux nécessaires au calcul des prestations à soi-même ou du montant du dégrèvement ultérieur de l impôt sur les biens immobiliers [36]». 5.3 Conservation et transmission en la forme électronique. Du point de vue de la TVA, il convient de distinguer deux sortes de documents électroniques [37]. Il y a tout d abord la conservation électronique de documents papier, auquel cas les dispositions générales en matières de droit commercial et de TVA s appliquent. Il y a ensuite les factures émises, transmises et conservées sous forme électronique. Dans ce cas, outre les dispositions du CO et de l Olico, les dispositions spécifiques de l ordonnance régissant la taxe sur la valeur ajoutée (OTVA) [38] et de l OelDI [39] s appliquent. Ainsi, pour assurer la même force probante aux documents transmis et conservés électroniquement, il faut que: a. la preuve de l origine soit apportée; b. la preuve de l intégrité soit apportée; c. l incontestabilité de l envoi soit assurée. L OelDI précise ces conditions en définissant les exigences de nature technique, organisationnelle et procédurale. Elle requiert notamment [40] que la sûreté de la transmission et de la conservation des données soit garantie par une signature électronique certifiée, que différents éléments techniques concernant les clés soient assurés, et qu il existe un système d accusé de réception de la part du fournisseur. Les données électroniques doivent être archivées par l émetteur et par le destinataire sous la forme de leur transmission originale et dans leur intégralité sur des supports de données utilisables numériquement la conservation des données uniquement sous la forme de documents imprimés ou de microfilms n étant pas autorisée. 5.4 Lieu de conservation. À lire les dispositions légales et les informations fournies par l AFC, il n est plus nécessaire de conserver ses livres en Suisse exclusivement [41]. Dès le 592 L EXPERT-COMPTABLE SUISSE

4 CONSERVATION DES DOCUMENTS ENJEUX JURIDIQUES INFORMATIQUE DE GESTION 1 er janvier 2010, les données doivent pouvoir être rendues lisibles et exploitables numériquement depuis le territoire suisse. «La conservation à l étranger des supports de données est autorisée uniquement si l accès, la lisibilité et l exploitation des données déterminantes pour la perception de l impôt sont garantis à tout moment [42]». 6. PROJET DU NOUVEAU DROIT COMPTABLE Au moment de la rédaction du présent article, le droit comptable est en cours de révision et de discussion aux Chambres fédérales. Pour ce qui est de la conservation des livres, le projet [43] est très semblable au droit actuel. La «correspondance» a disparu des éléments à conserver, à moins que la «correspondance» soit elle-même la pièce comptable formant la pièce justificative [44]. 7. POUR L AUDITEUR À notre sens, la conservation des documents est un thème que l auditeur doit aborder avec son client; a fortiori si la révision des comptes se fait sous l angle du contrôle ordinaire. Cette thématique a véritablement sa place dans les phases d évaluation des risques et dans l appréciation du système de contrôle interne, avec des mots-clés comme: compliance, contrôles informatiques généraux (ITGC), processus de clôture des comptes. Dans le cas d écarts flagrants par rapport aux dispositions de conservation de documents, l auditeur devra arbitrer entre une violation des règles relatives à la régularité des comptes (menant à une réserve) et une violation d une loi non comptable. Toute la question est de savoir s il est possible, pour l entreprise, l organe de révision ou un tiers digne d intérêt (p. ex. un juge) de relier une écriture comptable à la transaction ou à l événement de base. La pièce justificative joue ce rôle. Si elle n est pas correctement conservée, comment alors prétendre à une tenue régulière des comptes? Dans le cas d écarts moins importants pour l établissement des comptes, par exemple lorsque les documents sont conservés durant 8 ans (au lieu de 10), l auditeur s interrogera sur la pertinence d inclure une remarque dans son rapport à l assemblée générale, ou d en faire plus simplement, et peut-être plus utilement, mention dans son rapport détaillé au conseil d administration. 8. CONCLUSION 8.1 Synthèse. De manière générale, le droit comptable est la référence en termes de conservation des documents. Les éléments à garder impérativement par écrit et signés sont le compte d exploitation et le bilan [45]. Pour le reste, la conservation par un moyen électronique ou un autre moyen comparable est permise pour autant que les principes de base soient garantis (cf. ch. 2. Les règles impératives du CO et de l Olico). La durée de conservation est en général de 10 ans, à partir de la fin de l exercice. Elle est donc identique au délai de «De manière générale, le droit comptable est la référence en termes de conservation des documents.» prescription ordinaire prévu par le code des obligations (cf. art. 127) et, dans une large mesure, par les droits pénal et administratif; à l exception de certaines dispositions de droit fiscal [46] pouvant aller pour la TVA à 20 ans et pour l imposition directe à 15 ans. 8.2 Recommandations. La conservation des documents par un moyen électronique fournit des avantages considérables aux entreprises, que ce soit en termes de place, de rapidité d accès à l information ou même de sécurité des données. La liste de principes et de règles édictés par le législateur paraît tout à fait cohérente et judicieuse. Leur respect garantit la force probante des documents conservés sous forme électronique, mais aussi une conservation régulière des informations servant à la gestion de l entreprise. Toutes les entreprises se doivent de thématiser la conservation des données, notamment lors d un investissement dans un progiciel ou logiciel comptable, mais aussi lors de la revue des processus informatiques, des processus opérationnels et des processus comptables. En cas de litige, et «pour pouvoir juger de l authenticité des informations enregistrées sur un support, le juge devra [ ] examiner de quelle manière et dans quelles circonstances l enregistrement a eu lieu. C est seulement après cet examen qu il pourra se former une opinion quant à la véracité des informations conservées sur le support [47].» L EXPERT-COMPTABLE SUISSE 593

5 CONSERVATION DES DOCUMENTS ENJEUX JURIDIQUES Il nous paraît dès lors judicieux d anticiper cette situation; soit en obtenant la certification d un fournisseur de logiciel, soit en faisant vérifier par un tiers compétent la conformité aux dispositions légales du système de conservation des données. Dans ces réflexions, l entreprise veillera à maintenir un délai suffisant. Bien qu il soit en général de dix ans, le point de départ peut varier selon les dispositions légales (p. ex. CO vs. LBA). De plus, et dans la mesure du possible, l entreprise tentera de garder ses documents en Suisse. L AFC a certes ouvert la porte, et seules les dispositions douanières et de lutte anti-blanchiment maintiennent le devoir de conserver les documents sur le territoire suisse. Toutefois, l entreprise se doit d assurer une mise à disposition en tout temps et surtout dans un délai raisonnable. Notes: * L article de Francesco Termine fait le lien avec les enjeux techniques. 1) Message concernant la modification du code des obligations (droit de la société anonyme et droit comptable), du 21 décembre 2007, FF 2007, p ) Articles 957 ss CO, RS ) Ordonnance concernant la tenue et la conservation des livres de comptes (Olico), RS ) Loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs des cantons et des communes (LHID), RS et Loi fédérale sur l impôt fédéral direct (LIFD), RS ) Loi fédérale concernant la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme dans le secteur financier (Loi sur le blanchiment d argent, LBA), RS 955. Autorité de contrôle en matière de lutte contre le blanchiment d argent, Interprétation de l art. 7 LBA, en particulier la conservation électronique des documents, Circulaire 2006/2, Berne, 13 novembre ) Loi fédérale régissant la taxe sur la valeur ajoutée (Loi sur la TVA, LTVA), RS ) Article 957 alinéa 1 CO. 8) Article 962 CO. 9) Cf. article 662 a CO, et articles 7, 9 et 10 Olico. 10) Signature au sens de l article 14 alinéa 1 CO, Message concernant la révision du Titre trente-deuxième du code des obligations (de la comptabilité commerciale), du 31 mars 1999, FF 1999, p ) Henri Torrione, Commentaire ad article 957 CO, in: Pierre Tercier, Marc Amstutz, Commentaire romand. Code des obligations II, Bâle 2008, Helbing & Lichtenhahn, n ) Article 1 alinéa 1 Olico. 13) Chambre fiduciaire, Manuel suisse d audit (MSA 2009), Tome I, Partie II, ch. 8.2 Conservation, Zurich, 2009, p ) Message 1999, op. cit., p ) Tout comme l article 2 alinéa 3 Olico. 16) Chambre fiduciaire, op. cit., Tome I, Partie I, ch. 1.3 Principes généraux de régularité, p. 9; et ch. 2.7 tenue régulière de la comptabilité sous l aspect de l utilisation de moyens informatiques, p ) Articles 4 à 8 Olico. 18) Message 1999, op. cit., p ) Message 1999, op. cit., p ) Article 957 alinéa 4 CO. 21) Article 2 alinéa 2 Olico. 22) Message 1999, op. cit., p ) Article 4 Olico. 24) Article 126 alinéa 3 LIFD. 25) Article 42 LHID. 26) Voir aussi l article 20 OBA-Finma, RS ) Autorité de contrôle en matière de lutte contre le blanchiment d argent, op. cit. 28) Loi sur les douanes, RS et Ordonnance sur les douanes, RS ) Article 97 alinéa 1 OD. 30) Article 97 alinéa 2 OD. 31) Article 98 alinéa 2 OD. 32) Article 70 alinéa 2 LTVA. 33) Administration fédérale des contributions (AFC), Info TVA 16, Berne, février 2010, p ) AFC, op. cit., p ) Article 46 alinéa 2 LTVA, voir aussi article 40 LTVA pour la naissance de la créance fiscale. Moins restrictif que les dispositions de l ancienne LTVA qui demandait une conservation de dix ans auxquels il fallait ajouter la durée restante de prescription de la dette fiscale (voir «Instructions TVA 2008, Berne, décembre 2007, cm 943»). 36) Article 70 alinéa 3 LTVA. 37) Marc Steinegger, Elektronische Rechnungen Grundlagen des Handelsrechts und der MWST, Änderungen der EIDI-V, L Expert-comptable suisse, 2006/1 2, p ) Articles 122 à 124 OTVA, RS ) Ordonnance du DFF concernant les données et informations électroniques, RS ) Cf. Article 3 OelDI pour être plus complet. 41) Cf. AFC, Instructions TVA 2008, cm 943, Berne, décembre ) Article 10 alinéa 4 OelDI. 43) Article 958 f P-CO, FF ) Message 2007, op. cit., 1517 et ) L article 958 f P-CO parle de «rapport de gestion». 46) Pour la TVA, cf. ch. 5 LTVA. Pour la fiscalité directe en général, la prescription absolue du droit de taxer (art. 120, al. 4, LIFD; art. 47, al. 1, LHID) et du droit de procéder au rappel de l impôt (art. 152, al. 3, LIFD; art. 53, al. 3, LHID) intervient après 15 ans. 47) Message 1999, op. cit., p ZUSAMMENFASSUNG Dokumentenaufbewahrung rechtliche Fragen Im allgemeinen sind für die Dokumentenaufbewahrung die gesetzlichen Bestimmungen des Bilanzrechts massgeblich. Betriebsrechnung und Bilanz sind unbedingt schriftlich und unterzeichnet aufzubewahren. Andere Dokumente können elektronisch gespeichert oder auf vergleichbare Weise aufbewahrt werden, sofern die Grundsätze gewahrt sind (Ordnungsmässigkeit, Übereinstimmung mit den zu Grunde liegenden Geschäftsvorfällen und Möglichkeit, die Buchungsbelege und Geschäftsbücher jederzeit lesbar zu machen). Die Aufbewahrungsfrist beläuft sich im allgemeinen auf zehn Jahre und beginnt mit dem Ablauf des Geschäftsjahrs. Sie entspricht also der ordentlichen Verjährungsfrist, wie sie im Obligationenrecht (vgl. Art. 127 OR) und weitgehend im Straf- und Verwaltungsrecht geregelt ist. Eine Ausnahme bilden bestimmte Vorschriften des Steuerrechts, wo die Frist bei der MWST (im Immobilienbereich) bis zu 20 Jahre und bei der direkten Besteuerung 15 Jahre betragen kann. Die elektronische Dokumentenaufbewahrung bringt für die Unternehmen in puncto Platzersparnis, Zugriffsschnelligkeit und Datensicherheit erhebliche Vorteile mit sich. Die vom Gesetzgeber erstellte Liste der Grundsätze und Regeln erscheint völlig kohärent und sinnvoll. Ihre Einhaltung stellt zum einen die Beweiskraft der elektronisch aufbewahrten Dokumente und zum anderen die regelmässige Archivierung der zur Geschäftsführung des Unternehmens dienenden Informationen sicher. In allen Unternehmen muss die Datenspeicherung früher oder später thematisiert werden. Dies gilt vor allem, wenn in Buchführungssoftware investiert werden soll, aber auch bei der Überprüfung von Computer-, Betriebs- oder Buchhaltungsprozessen. Bei Rechtsstreitigkeiten gilt folgendes: «Das Gericht muss [ ] Erhebungen über die Entstehung und die näheren Umstände der Aufzeichnung anstellen, um dadurch den Wahrheitsgehalt der auf den Medien aufgezeichneten Informationen beurteilen zu können.» Es ist ratsam, sich auf einen derartigen Fall vorzubereiten. Dazu kann eine Bestätigung des Softwarelieferanten eingeholt oder ein kompetenter Dritter damit betraut werden, die Einhaltung der gesetzlichen Vorschriften durch das Datenspeichersystem zu überprüfen. BCh 594 L EXPERT-COMPTABLE SUISSE

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable Comité / Vorstand Union des autorités fiscales suisses Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Associazione delle autorità fiscali svizzere Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable Décision

Plus en détail

Directives concernant la conservation des documents comptables

Directives concernant la conservation des documents comptables RÉPUBLIQUE ET CANTON DE NEUCHÂTEL DÉPARTEMENT DES FINANCES ET DES AFFAIRES SOCIALES SERVICE FINANCIER Directives concernant la conservation des documents comptables (du 18 avril 2008) Préambule Les présentes

Plus en détail

Archivage électronique

Archivage électronique Archivage électronique En raison du développement constant de la numérisation et de l augmentation croissante du nombre d informations auxquelles les entreprises sont confrontées, l accès rapide et contrôlé

Plus en détail

Remplacée. basées sur le web

Remplacée. basées sur le web Janvier 2010 www.estv.admin.ch Info TVA concernant la pratique 06 Nouveau droit comptable; comptabilité simplifiée et limitée dans le cadre de la TVA Département fédéral des finances DFF Administration

Plus en détail

Administration fédérale des contributions AFC

Administration fédérale des contributions AFC Janvier 2010 www.estv.admin.ch Info TVA concernant la pratique 07 Option pour l imposition des prestations exclues du champ de l impôt en relation avec des immeubles Département fédéral des finances DFF

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004 Circ.-CFB 04/1 Surveillance des grandes banques Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004 Sommaire 1 Objet de la circulaire 2 Obligations

Plus en détail

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision )

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) Oberaufsichtskommission Berufliche Vorsorge OAK BV Annexe 2 Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) 1 Objectif La Commission de haute

Plus en détail

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Les instructions sur l'assurance-qualité représentent une application des exigences dans des PME de révision formulées

Plus en détail

Ordonnance sur la protection des données (OPD)

Ordonnance sur la protection des données (OPD) 1 15.040.1 octobre 008 Ordonnance sur la protection des données (OPD) Le Conseil-exécutif du canton de Berne, vu l article 8 de la loi du 19 février 1986 sur la protection des données (LCPD), sur proposition

Plus en détail

Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant

Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant I. Bases 1. Considérations générales 1.1. Le contrôle financier externe des états financiers du projet du cocontractant

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

Impôt sur les acquisitions

Impôt sur les acquisitions Janvier 2010 www.estv.admin.ch Info TVA 14 Impôt sur les acquisitions Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Remarques préliminaires Dans cette publication,

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. pour des requêtes concernant

GUIDE PRATIQUE. But. pour des requêtes concernant GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation d une banque dépositaire (Partie I) les modifications au sein de la banque dépositaire (Partie II) le changement de banque dépositaire (Partie

Plus en détail

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Sommaire 1. Rapports succincts de l organe de révision ainsi que rapports de l auditeur établis en vertu d un contrat de mandat

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

«Directives de révision LBA» Directives pour les réviseurs externes et notes de révision LBA

«Directives de révision LBA» Directives pour les réviseurs externes et notes de révision LBA OAR FIDUCIAIRE SUISSE Monbijoustrasse 20, CP 7956, 3001 Berne Tf 031 380 64 80, Fx 031 380 64 31 oar@fiduciairesuisse.ch www.oar-fiduciairesuisse.ch «Directives de révision LBA» Directives pour les réviseurs

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

Contrôle spécial des autres tâches des caisses de compensation Instructions aux caisses de compensation et aux organes de révision

Contrôle spécial des autres tâches des caisses de compensation Instructions aux caisses de compensation et aux organes de révision Eidgenössisches Departement des Innern EDI Bundesamt für Sozialversicherungen BSV Geschäftsfeld AHV, berufliche Vorsorge und EL 30.06.2013 Contrôle spécial des autres tâches des caisses de compensation

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 Dr Riccardo Sansonetti Chef de la section criminalité financière Secrétariat d'etat aux questions

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable Société fiduciaire Lausanne Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable -2- Le nouveau droit comptable -3- Table des matières Petite rétrospective Nouvelle structure au niveau du Code des obligations

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

Mémento concernant la livraison des données selon le système Salaire standard CH et impôt à la source

Mémento concernant la livraison des données selon le système Salaire standard CH et impôt à la source Information du 2 juillet 2014 Mémento concernant la livraison des données selon le système Salaire standard CH et impôt à la source Madame, Monsieur, Avec l introduction du Salaire standard CH et impôt

Plus en détail

Les délais de conservation des documents. d une entreprise

Les délais de conservation des documents. d une entreprise Vie de l entreprise Plus d informations sur les obligations d une entreprise sur www.apce.com Les délais de conservation des documents d une entreprise Ce document présente un récapitulatif des durées

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

Directives sur la gestion des dossiers dans les domaines AVS/AI/APG/PC/AfamAgr/Afam (DGD)

Directives sur la gestion des dossiers dans les domaines AVS/AI/APG/PC/AfamAgr/Afam (DGD) Directives sur la gestion des dossiers dans les domaines AVS/AI/APG/PC/AfamAgr/Afam (DGD) Valable dès le 1 er janvier 2011 318.107.10 f DGD 11.10 2 Avant-propos La présente version est une nouvelle édition

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête: (Droit du registre du commerce) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête: I 1. Le titre trentième du code des obligations

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération.

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération. Le Système d Information Comptable 6 Le traitement des informations comptables 6.1 L information comptable L information comptable externe comporte : la date (le jour de l événement comptable) la nature

Plus en détail

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007)

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) La Commission fédérale des banques (CFB) est chargée de veiller au respect des lois régissant les marchés financiers et prend

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

642.121 Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct

642.121 Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct 642.121 Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct (Ordonnance sur les demandes en remise d impôt) du Le Département fédéral des finances, vu l art. 167f

Plus en détail

Votre Comptabilité des créanciers est-elle déjà sans papier?

Votre Comptabilité des créanciers est-elle déjà sans papier? Votre Comptabilité des créanciers est-elle déjà sans papier? Non? Nous avons la solution! Workflow électronique dans la Comptabilité des créanciers avec AbaScan et contrôle des visas Numérisation des documents

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité

Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité Ordonnance sur les formulaires et registres à employer en matière de poursuite pour dettes et de faillite et sur la comptabilité (Oform) 281.31 du 5 juin 1996 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral

Plus en détail

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Groupe de travail sur les normes en matière de sondage Avril 2011 Les opinions exprimées dans le présent document ne doivent

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

Expertise. Prestations comptables et fiscales :

Expertise. Prestations comptables et fiscales : Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d organisation de l information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un

Plus en détail

Service de la promotion économique Genève : Petit déjeuner du 28 mai 2010

Service de la promotion économique Genève : Petit déjeuner du 28 mai 2010 INDIRECT TAX SERVICES TVA: focus sur quelques évolutions concernant les PME et les start-up Service de la promotion économique Genève : Petit déjeuner du 28 mai 2010 Patrick Conrady Associé Thèmes choisis

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Loi fédérale sur les services de certification dans le domaine de la signature électronique et des autres utilisations des certificats numériques

Loi fédérale sur les services de certification dans le domaine de la signature électronique et des autres utilisations des certificats numériques Avant-projet Loi fédérale sur les services de certification dans le domaine de la signature électronique et des autres utilisations des certificats numériques (Loi sur la signature électronique, SCSE)

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Adoc Editions SA Du même auteur En français Comptabilité générale, 8ème édition, 2012. Comptabilité des sociétés, 6ème édition, 2012. Comptabilité des groupes,

Plus en détail

Fiduciaire Michel Favre SA Lausanne

Fiduciaire Michel Favre SA Lausanne Fiduciaire Michel Favre SA Lausanne depuis 1975 Comptabilité - Fiscalité - Expertises - Organisation et Gestion - Conseil d Entreprise - Conseil Juridique - Contentieux - Révision SOMMAIRE DOMAINES DE

Plus en détail

CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE. 1 le 2 juillet 2014 - V1

CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE. 1 le 2 juillet 2014 - V1 CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE 1 PREAMBULE Vous trouverez dans cette partie des outils d aide aux contrôleurs pour élaborer les conclusions de leurs rapports (tirés d un travail

Plus en détail

IV. comptabilité et révision

IV. comptabilité et révision IV. comptabilité et révision Vous devez tenir la comptabilité de votre entreprise Vous trouverez dans ce chapitre des renseignements sur les règles et usages en vigueur pour la comptabilité et la révision

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Délais de conservation des documents de l association» Points clés Les documents, émis ou reçus par une association dans l'exercice de son activité, doivent être conservés

Plus en détail

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

Logiciels. Edition 2010. Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21. Valable dès le 1 er janvier 2010. www.ezv.admin.ch

Logiciels. Edition 2010. Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21. Valable dès le 1 er janvier 2010. www.ezv.admin.ch www.ezv.admin.ch Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Publ. 52.21 Logiciels Edition 2010 Valable dès le 1 er janvier 2010 Editeur: Administration fédérale des douanes (AFD) Direction générale des douanes Section

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Adoc Editions SA Du même auteur En français Comptabilité générale, 9ème édition, 2014. Comptabilité des sociétés, 6ème édition, 2012. Comptabilité des groupes,

Plus en détail

Titre trentième: Du registre du commerce

Titre trentième: Du registre du commerce Titre trentième: Du registre du commerce A. But et organisation I. En général Art. 927 1 Chaque canton doit posséder un registre du commerce. 2 Les cantons sont libres d instituer des registres par district.

Plus en détail

La facturation électronique ou comment soulager les entreprises sur le plan administratif

La facturation électronique ou comment soulager les entreprises sur le plan administratif La facturation électronique ou comment soulager les entreprises sur le plan administratif L informatisation du traitement des factures peut contribuer à alléger les charges administratives des entreprises.

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 05/2014

Directives de la CHS PP D 05/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 05/2014 français Octroi de prêts hypothécaires («hypothèques sur son propre immeuble») Edition du: 28

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse Edition du 11 juin 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

PCUS : allégement administratif par la transmission électronique des données

PCUS : allégement administratif par la transmission électronique des données PCUS : allégement administratif par la transmission Les obligations administratives diverses représentent quelque 650 heures par an en moyenne pour les PME, dont 300 environ sont affectées aux décomptes

Plus en détail

Secteur immobilier Principales questions d observation relatives à la TPS/TVH et à la TVQ

Secteur immobilier Principales questions d observation relatives à la TPS/TVH et à la TVQ Secteur immobilier Principales questions d observation Le 5 février 2015 Les sociétés œuvrant dans le secteur immobilier doivent savoir que l Agence du revenu du Canada («ARC») et Revenu Québec pourraient

Plus en détail

Procédure de dispense simplifiée pour les banques suisses dans le cadre d activités financières transfrontières en Allemagne

Procédure de dispense simplifiée pour les banques suisses dans le cadre d activités financières transfrontières en Allemagne Communication FINMA 54 (2014) 6 janvier 2014 Procédure de dispense simplifiée pour les banques suisses dans le cadre d activités financières transfrontières en Allemagne Banques Einsteinstrasse 2, 3003

Plus en détail

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel (OIF) 955.071 du 18 novembre 2009 (Etat le 1 er janvier 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41 de la loi du 10 octobre

Plus en détail

Etat-major de la législation, janvier 2015

Etat-major de la législation, janvier 2015 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Etat-major de la législation,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Amélioration significative de la collaboration avec l UE L accord entre la

Plus en détail

1 - Les bonnes règles du classement des documents papier

1 - Les bonnes règles du classement des documents papier Dans cette FICHE PRATIQUE, retrouvez : 1. Les bonnes règles du classement des documents papier 2. Les bonnes règles du classement informatique 3. Les durées légales d archivage 1 - Les bonnes règles du

Plus en détail

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Etat : 20 mai 2008 1. Situation initiale Par l introduction

Plus en détail

sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch)

sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch) Loi du 10 septembre 2015 Entrée en vigueur :... sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu les articles 19 al. 2, 22 al. 1 et 73 al. 3 de la Constitution

Plus en détail

Code civil suisse (forme authentique)

Code civil suisse (forme authentique) Code civil suisse (forme authentique) Avant-projet Modification du... L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du, arrête: I Le titre final du code civil est modifié

Plus en détail

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012 Modification de loi fédérale sur le blanchiment d argent (Bureau de communication en matière de blanchiment d argent ; collaboration avec les autorités étrangères) Prise de position de la Déclaration de

Plus en détail

152.1. Loi fédérale sur l archivage. (LAr) Dispositions générales. du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008)

152.1. Loi fédérale sur l archivage. (LAr) Dispositions générales. du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008) Loi fédérale sur l archivage (LAr) 152.1 du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 85, ch. 1, de la constitution 1, vu le message du Conseil fédéral

Plus en détail

PETROPLUS MARKETING AG EN SURSIS CONCORDATAIRE DOCUMENTATION POUR L'ASSEMBLÉE DES CRÉANCIERS DU 28 SEPTEMBRE 2012. (Traduction de l'original allemand)

PETROPLUS MARKETING AG EN SURSIS CONCORDATAIRE DOCUMENTATION POUR L'ASSEMBLÉE DES CRÉANCIERS DU 28 SEPTEMBRE 2012. (Traduction de l'original allemand) PETROPLUS MARKETING AG EN SURSIS CONCORDATAIRE DOCUMENTATION POUR L'ASSEMBLÉE DES CRÉANCIERS DU 28 SEPTEMBRE 2012 (Traduction de l'original allemand) TABLE DES MATIERES I. Ordre du jour II. Remarques des

Plus en détail

Modèle comptable harmonisé pour les structures d accueil extrafamilial de jour MCH-StE

Modèle comptable harmonisé pour les structures d accueil extrafamilial de jour MCH-StE Direktion für Gesundheit und Soziales GSD Route des Cliniques 17, 1701 Fribourg T +41 26 305 29 04, F +41 26 305 29 09 www.fr.ch/dsas Réf: NO Courriel: dsas@fr.ch Fribourg, le 31 octobre 2012 Modèle comptable

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct

Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct Ordonnance du DFF concernant le traitement des demandes en remise de l impôt fédéral direct (Ordonnance sur les demandes en remise d impôt) du 12 juin 2015 Le Département fédéral des finances (DFF), vu

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL

NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL NOTE D INFORMATION 2008/06 du 26 mai 2008 DELAIS ET CONSERVATION DES PIECES JUSTIFICATIVES RAPPEL 1) Les pièces justificatives doivent être conservées pendant dix ans (C. com. Art. l 123-22). Quels sont

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

Directive sur la gestion électronique des affaires (GEVER)

Directive sur la gestion électronique des affaires (GEVER) Le Conseil-exécutif du canton de Berne Der Regierungsrat des Kantons Bern Directive sur la gestion électronique des affaires (GEVER) Le Conseil-exécutif exécutif du canton de Berne, vu l article 15, alinéa

Plus en détail

POLIT FLASH. Recommandation pour la session d été des Chambres fédérales. du 1 au 19 juin 2015

POLIT FLASH. Recommandation pour la session d été des Chambres fédérales. du 1 au 19 juin 2015 POLIT FLASH Recommandation pour la session d été des Chambres fédérales du 1 au 19 juin 2015 Conseillère nationale Daniela Schneeberger Présidente FIDUCIARE SUISSE TABLE DES MATIERES Ordre chronologique

Plus en détail

2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires

2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires 2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires Préambule Les présentes directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN

MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN RAPPEL DES FONDAMENTAUX ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE Email : caecp_sarl@orange.fr FONDAMENTAUX La loi du 1 er juillet 1901 n impose

Plus en détail

Directives sur la gestion des dossiers (DGD)

Directives sur la gestion des dossiers (DGD) Guides des mesures organisationnelles et techniques mises en œuvre auprès des caisses de compensation et des offices AI (recommandation) Date 25.01.2013 Auteurs U. Rüttimann / R. Bieri Nom de fichier WAF

Plus en détail

Encourageons le contrôle interne des collectivités publiques

Encourageons le contrôle interne des collectivités publiques Autorité cantonale de surveillance des finances communales Encourageons le contrôle interne des collectivités publiques Fabrice Weber, directeur de l'asfico 11 novembre 2014 Yverdon-Les-Bains Quelques

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES NATIONALES ET INTERNATIONALES 30 AVRIL, 2008 (ANNEXES RÉVISÉES 6 JUIN 2012) 1. INTRODUCTION Ce document présent les

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes

modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes Ordonnance du 26 septembre 2006 Entrée en vigueur : 01.10.2006 modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 16 mars 2006 modifiant

Plus en détail

Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003

Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003 _ Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003 Accords bilatéraux avec l UE et l'aele Avec le bulletin n 118 du 30 septembre 2002 et la circulaire AI n 176 du 13 mars 2003, des réponses ont été apportées à

Plus en détail

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Audit des systèmes d information de gestion Partie 2: Evaluation des risques dans le domaine IT 10 mars 2015 Agenda! Rappel des enseignements

Plus en détail

Nouveau droit comptable Conséquences pour les entités subventionnées par l État de Genève

Nouveau droit comptable Conséquences pour les entités subventionnées par l État de Genève philippe tardin massimo cipriano laurent dussolietberthod Conséquences pour les entités subventionnées par l État de Genève Quelles sont les conséquences du nouveau droit comptable sur la présentation

Plus en détail

Petit manuel d organisation administrative et comptable

Petit manuel d organisation administrative et comptable Petit manuel d organisation administrative et comptable Ce recueil de procédures peut être remis aux administrateurs, personnes en charge de la gestion d une UD ou d une AL, pour leur permettre d appliquer

Plus en détail