Les consommateurs et le marché intérieur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les consommateurs et le marché intérieur"

Transcription

1 Euro-Info-Consommateurs Les consommateurs et le marché intérieur CUS 17 février 2011 Présentation de Martine Mérigeau, Directrice générale de EIC

2 La consommation Un thème résolument européen (90% de législation faite à Bruxelles et Strasbourg) Un thème qui concerne tous les citoyens consommateurs / thème de proximité qui renforce le sentiment d appartenance à l Europe: «Acteurs du marché unique» La consommation en région frontalière devient un acte quotidien à intégrer dans le contexte de toute politique transfrontalière Objectif : renforcer la cohésion économique dans une région frontalière (éviter des problèmes de concurrence, etc )

3 Euro-Info-Consommateurs: Une association franco-allemande différente Objectif : Protéger les intérêts du consommateur européen Missions européennes et transfrontalières Présidence : Alain Lamassoure Membres français et allemands (associations de consommateurs, députés européens, députés nationaux, avocats, notaires etc..) Actuellement 27 salariés (temps plein) trilingues, dont 18 juristes spécialisés en droit communautaire, droit international privé et droits nationaux (français et allemand) Plus de sollicitations en 2010 contre en 2009 Taux de satisfaction : 70 % des 6395 litiges transfrontaliers

4 Proposition n 50 sur les outils informels de résolution des litiges Depuis 2005, le réseau des Centres Européens des Consommateurs : Informer et faciliter l accès aux consommateurs à la résolution des litiges transfrontaliers de consommation European Consumer Centres Network ECC-Net

5 Les Centres Européens des Consommateurs France et Allemagne : l exception franco-allemande Rappel des missions : conseil et d assistance dans la résolution amiable des litiges transfrontaliers Promouvoir la médiation observatoire et de relais auprès de la Commission européenne et des instances nationales et européennes Couverture géographique : 1 centre par Etat membre + l Islande et la Norvège = actuellement 29 centres.

6

7 Traitement des réclamations dans le réseau des Centres Européens des Consommateurs Consommateur Professionnel CEC dans le pays du consommateur Consumer - ECC CEC dans le pays du professionnel Trader - ECC

8 Traitement des litiges par les CEC France et Allemagne Saisine : le consommateur saisi le CEC de son pays de résidence (Consumer ECC), généralement par ou courrier Recevabilité : élément d extranéité, absence de fraude ou de procédure judiciaire en cours, échec de la réclamation intentée par le consommateur Accusé de réception (dans les 3 jours) Analyse juridique de la réclamation par le Consumer ECC (droit applicable, droits et obligations des parties en vertu de la législation applicable) Transmission de la réclamation au CEC dans le pays du professionnel (Trader ECC) via l outil intranet européen IT-TOOL Le Consumer ECC informe le consommateur du suivi de son dossier et du résultat de la démarche amiable entreprise par le Trader ECC

9 Traitement des litiges par les CEC France et Allemagne Les avantages de la procédure : Primauté du droit et de l équité (recherche d une solution consensuelle) Procédure gratuite Traitement rapide (2 mois ½ en moyenne) Traitement efficace (+ de 70% de satisfaction des consommateurs) Confidentialité

10 La procédure de règlement amiable et la médiation : une nécessité pour le règlement des litiges transfrontaliers Des modes de résolution des litiges encouragés par la Commission européenne et mis en place dans le cadre du réseau des CEC (V. proposition n 46) Atouts en matière transfrontalière, au vu de : La complexité juridique des litiges, Du faible coût des litiges, Des difficultés linguistiques entre professionnels et consommateurs.

11 Principes garantissant la qualité de la médiation - Indépendance - Transparence - Efficacité - Légalité - Contradictoire Recommandation 98/257/CE de la Commission du 30 mars 1998, concernant les principes applicables aux organes responsables pour la résolution extrajudiciaire des litiges de consommation Recommandation de la Commission du 4 avril 2001, relative aux principes applicables aux organes extrajudiciaires chargés de la résolution consensuelle des litiges de consommation non couverts par la recommandation 98/257/CE

12 Les avantages du règlement amiable des litiges de consommation transfrontaliers M E D I A T I O N Moderne Efficace Dynamique Indépendant Accessible Transparent International Optionnel Nécessaire

13 Absence de directive européenne en matière de crédit immobilier Obstacle à la libre circulation des services Exemple des prêts immobiliers en Allemagne : seul un «code de conduite européen» existe que de nombreux établissements de crédit allemands ont adopté. Constat EIC : montage financier dont le coût et la complexité sont très préjudiciables aux consommateurs Des améliorations, notamment concernant la transparence des contrats, ont été apportées mais de nombreux manquements (absence de coût total du prêt, frais importants, absence de durée totale du prêt etc )sont à déplorer.

14 Proposition n 43: droits des passagers aériens 545 sollicitations au 30 août 2010, et 900 sollicitations liées à l éruption volcanique islandaise d avril 2010 ; en 2009, près de 638 sollicitations enregistrées. => Mise en place d une coopération avec le nouveau Médiateur des Voyages Annulés Volcan, engagement pour la pérennisation de ce dispositif => rédaction d un rapport afin de : 1/ dresser un bilan sur l application du Règlement Européen 261/2004 relatif aux droits des passagers aériens par les compagnies aériennes, les agences de voyages, les autorités et organismes existants. 2/ soumettre des propositions pour améliorer le traitement des litiges dans ce domaine.

15 Garantie décennale Exemples d entraves à la libre circulation des biens et services Dossier soumis à la Commission européenne Problématique : Difficultés d obtention de l assurance garantie décennale (obligatoire en France) par les entreprises allemandes dans le secteur des constructions de maisons individuelles (avec ossature en bois, équipements de chauffage avec énergie renouvelable etc ) Mécanisme de l assurance construction made in France assure une haute protection du consommateur mais peut constituer un frein au principe de libre prestation de service.

16 Garantie décennale Propositions EIC/ pistes de réflexion suivantes : 1/ Une plus grande coopération entre les compagnies d assurance des différents Etats membres. 2/ Etendre le mécanisme français de l assurance construction aux autres Etats membres (notamment en Allemagne) tout en la laissant facultative et non obligatoire. 3/ Faciliter / accélérer la reconnaissance mutuelle des matériaux de construction dans les différents Etats membres. 4/ Modifier l obligation (pour les compagnies d assurances françaises) de subordonner l assurance construction à l utilisation de produits et de matériaux de construction français tout en poursuivant l œuvre d harmonisation communautaire des matériaux de construction.

17 Immatriculation des véhicules Exemples d entraves à la libre circulation des biens Le cas des voitures sans certificat de conformité européen car initialement fabriquées hors UE Dossier signalé par EIC à la Commission européenne en Procédure d infraction engagée contre la France en Réponse de la CE en août 2010 : «Un montant de 1500 (pour immatriculer un véhicule d occasion en France! ), compte tenu de la grande valeur des véhicules en cause, ne saurait être considéré comme disproportionné» Difficultés à immatriculer en France certaines motos neuves achetées en Allemagne Non reconnaissance par les Préfectures de bridages effectués en Allemagne, Non reconnaissance de certains certificats de conformité européens Non reconnaissance des rapports de contrôle technique étrangers lors de la procédure d immatriculation en France et en Allemagne

18 Exemples d entraves à la libre circulation des biens : Art 20 de la Directive service/ lutter contre les discriminations (V. Proposition n 5) 1/ Achat et pose de granit économie de 40% en passant commande auprès du fournisseur allemand, refus d honorer la commande en raison du contrat d exclusivité du distributeur français : un distributeur allemand n a le droit ni de livrer du matériel, ni d effectuer une quelconque prestation de service comme la pose en France! 2/ Achat de béton prêt à l emploi 20% de moins (à quantité et qualité identique) pour livraison de béton prêt à l emploi. Refus des fournisseurs allemands de livrer les chantiers situés en France. Explication : existence d un contrat d exclusivité.

19 Contrats d exclusivité / Ententes illicites entre entreprises européennes Le consommateur ne peut pas profiter des bas prix pratiqués pour un même produit dans des pays différents. Les contrats de distribution exclusive constituent des méthodes discriminatoires de vente et portent atteinte au bon fonctionnement du marché en nuisant aux intérêts des consommateurs. Ces pratiques ont un arrière goût d entente sur les prix et de répartition des marchés, qui ne semble pas compatible avec le droit communautaire de la concurrence. Dossiers transmis aux autorités nationales de la concurrence

20 Proposition n 46 : vers un système européen de résolution des litiges en ligne Objectif : résoudre efficacement à l amiable les litiges nationaux et transfrontaliers liés au commerce électronique entre des consommateurs et/ou professionnels domiciliés dans le Bade- Wurtemberg - un projet novateur depuis juin soutenu par le Ministère de la Consommation du Bade-Wurtemberg - plus que 300 dossiers dans la première année (juin2009 à juin 2010) - Taux de satisfaction : environ 75% - Durée moyenne de traitement : 50 jours - Perspectives : déploiement sur tout le territoire allemand

21 Notifié par la Commission Européenne Von der Europäischen Kommission notifiziert

22 La procédure européenne de règlement des petits litiges Instituée par le Règlement (CE) n 861/2007 du Parlement européen et du Conseil, du 11 juillet 2007 Applicable depuis le 1er janvier 2009 dans tous les États membres de l'union européenne sauf le Danemark. Conditions : litiges transfrontaliers, en matière civile et commerciale, dont le montant réel ou estimé ne dépasse pas 2000.

23 La small claim : Une procédure adaptée aux besoins des consommateurs européens Dans près de 75 % des dossiers traités par le CEC France, la valeur en litige est inférieure à 2000 (achats sur internet, réservations de voyage/de vols secs, ) Le recours à un avocat n est pas obligatoire Une procédure rapide et à moindre coût (entre 15 et 200 pour les frais de procédure selon les pays) Confort de la procédure (à distance et écrite avec 4 formulaires types) Reconnaissance et exécution des décisions dans tous les Etats membres de l UE

24 Small Claims : Complémentarité avec les missions d EIC -Solution adaptée pour des litiges de consommation transfrontaliers qui ne se règlent pas à l amiable -Suite logique de la procédure extrajudiciaire proposé par EIC -EIC et le réseau des CEC contribue à promouvoir la procédure des small claims auprès des consommateurs européens: informions sur l existence de cet outil (brochure d information, site internet, liens vers le RJECC ) -EIC et le réseau des CEC peuvent assister les consommateurs dans leurs démarches : aide pour remplir les formulaires, pour trouver les coordonnées du tribunal compétent etc. Une assistance, une aide pratique aux parties est d ailleurs une obligation pour les Etats membres selon l art. 11 du règlement 861/2007 CE. -Rôle d observateur des CEC : signaler à la CE et aux Etats membres les problèmes concrets rencontrés par les consommateurs

25 Small Claims : Difficultés dans la pratique -Manque d information sur l existence et le fonctionnement des small claims, tant pour les consommateurs que les tribunaux (certains tribunaux français refusent actuellement les formulaires) -Difficultés à trouver le tribunal compétent. Ex.: contrats de transport; tribunal du lieu de départ ou du lieu d arrivée -Pas d information préalable transparente sur les frais de justice. «Chèque en blanc» avec obligation de communiquer les coordonnées bancaires dans le formulaire A

26 Small Claims : Difficultés dans la pratique -Délais d accusé de réception trop longs, opacité dans le traitement du dossier -Problème de la traduction des formulaires et des pièces justificatives -Manque d information aux consommateurs sur l exécution de la décision dans les différents pays européens et les frais afférents. Tribunal, huissier ou shérif comme à Dublin?

27 Les nouveaux locaux à partir de mars 2011 à Kehl Euro-Info- Consommateurs Am Bahnhofsplatz Kehl Allemagne mail: Pour soumettre une réclamation : Tél

Médiation Tourisme Voyage dans le contexte européen

Médiation Tourisme Voyage dans le contexte européen Médiation Tourisme Voyage dans le contexte européen Forum SETO Deauville 11.12.2013 Camille BERTRAND Juriste CEC France Centre Européen de la Consommation 1 structure - 5 services Centre Européen des Consommateurs

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

- des frais peuvent être facturés pour les bagages en soute.

- des frais peuvent être facturés pour les bagages en soute. Les fiches pratiques de la concurrence et de la consommation Voyager en avion Le Règlement européen n 261/2004 définit les droits des passagers aériens victimes d une annulation, d un retard ou d un surbooking.

Plus en détail

I- L ancrage européen de la protection du consommateur

I- L ancrage européen de la protection du consommateur Euro-Info-Verbraucher e. V. www.euroinfo-kehl.eu Centre européen des consommateurs France Europäisches Verbraucherzentrum Deutschland Contribution Euro-Info-Consommateurs - Centres Européens des Consommateurs

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

Société financière de la Nef 03/12/2013

Société financière de la Nef 03/12/2013 CHARTE DE MEDIATION Société financière de la Nef 03/12/2013 1 Introduction En application de l article L. 312-1-3-I du Code monétaire et financier et de la Recommandation de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client

Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client GUIDE MEDIATION BANCAIRE Conseil Juridique 2010 B a n c a i r e Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen

Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen Séminaire 12.10.2012 - Les outils essentiels de l UE pour soutenir l internationalisation des PME Des factures impayées à l étranger? L objectif:

Plus en détail

Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement

Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement entre L Université René Descartes, représentée par son Président, pour le compte de.., Université René Descartes Paris 5 12, rue de l Ecole de Médecine

Plus en détail

PAYS-BAS - hors Aruba, Bonaire, Curaçao, Saba, Saint Eustache et Saint-Martin

PAYS-BAS - hors Aruba, Bonaire, Curaçao, Saba, Saint Eustache et Saint-Martin PAYS-BAS - hors Aruba, Bonaire, Curaçao, Saba, Saint Eustache et Saint-Martin Attention! Les règles spécifiques concernant les territoires ultramarins des Pays-Bas (voir fiches consacrées à ARUBA, CURAÇAO,

Plus en détail

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013 Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC Michelle de Mourgues Médiateur auprès de HSBC France nommée le 14 décembre 2002 Professeur émérite des Universités

Plus en détail

Les outils mis à disposition des collectivités par le médiateur national de l'énergie

Les outils mis à disposition des collectivités par le médiateur national de l'énergie Bienvenue Les outils mis à disposition des collectivités par le médiateur national de l'énergie 17 avril 2014 Plan de l'intervention 1. Rappel des missions du médiateur national de l'énergie 2. Le contexte

Plus en détail

DOCUMENT A14.P0704 Société Michel Greco SA à Luxembourg Version A14.P0704 indice B

DOCUMENT A14.P0704 Société Michel Greco SA à Luxembourg Version A14.P0704 indice B DOCUMENT A14.P0704 Société Michel Greco SA à Luxembourg Version A14.P0704 indice B Table des matières 1. Introduction... 3 1.1. Titre du document... 3 1.2. Objet... 3 1.3. Convention de lecture... 3 1.4.

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? Juillet 2012 n 3 difficultés Les mini-guides bancaires Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : cles@fbf.fr

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? Juillet 2012 n 3 difficultés Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment régler un litige avec ma banque? FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris

Plus en détail

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Le Médiateur du Crédit Mutuel Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Cette procédure s applique aux Fédérations du Crédit Mutuel et à leurs filiales qui adhèrent

Plus en détail

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Présentation de Judicial 2013 I Pack Pro : la solution d accompagnement juridique pour les Dirigeants de

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1 Dispositions générales Parisian Inspired est une marque déposée N National : 14 4 129 237 sous le numéro de Siret 753434596 00023 représentée par Mademoiselle Camille Fontaine

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85

Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85 Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la pratique d un établissement de crédit consistant à refuser l accès à ses crédits aux populations d

Plus en détail

L accès aux soins dans l Union européenne. Information sur les droits des patients en Europe. Finances. Achats. e-commerce. Santé. Tourisme.

L accès aux soins dans l Union européenne. Information sur les droits des patients en Europe. Finances. Achats. e-commerce. Santé. Tourisme. Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Immobilier énergie Justice L accès aux soins dans l Union européenne Information sur les droits des patients en Europe Sommaire L accès aux soins La

Plus en détail

FORUM SETO - 2013. JEAN-PIERRE TEYSSIER - Médiateur du Tourisme et du Voyage

FORUM SETO - 2013. JEAN-PIERRE TEYSSIER - Médiateur du Tourisme et du Voyage FORUM SETO - 2013 JEAN-PIERRE TEYSSIER - Médiateur du Tourisme et du Voyage SOMMAIRE I La Médiation: définition, contexte 1. Définition 2. Contexte juridique II- La Médiation Tourisme et Voyage 1. Nouveaux

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelamediationbancaire.com Le portail de la médiation bancaire lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment régler

Plus en détail

Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : A Casablanca le 22 février 2011

Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : A Casablanca le 22 février 2011 Conférence MENA OCDE Sur le financement des entreprises Sur le thème : «Accompagner la croissance des micros et petites entreprises : réduire les obstacles financiers dans la région MENA». A Casablanca

Plus en détail

Européanisation des systèmes de santé nationaux

Européanisation des systèmes de santé nationaux Européanisation des systèmes de santé nationaux Impact national et codification européenne de la jurisprudence en matière de mobilité des patients Rita Baeten Groupe de travail de la FSESP sur les services

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46

Table des matières. B. La plateforme d échanges d informations 46 Table des matières Préface 7 Remerciements 13 Sommaire 17 Introduction générale 19 Prélude 29 Introduction 31 Chapitre I. L e gouvernement 33 Introduction 33 Section 1. Des techniques nouvelles 38 I. De

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE DE RENSEIGNEMENTS TECHNIQUES

CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE DE RENSEIGNEMENTS TECHNIQUES CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE DE RENSEIGNEMENTS TECHNIQUES ENTRE LES SOUSSIGNÉS : QUALIGAZ, Association loi 1901, dont le siège social est en France, Le Forum - 131/135, avenue Jean Jaurès - 93300 Aubervilliers

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Sommaire. p. 5-6. Historique... p. 7. Structure & Organisation... p. 8-9. Missions & Fonctions... p. 10. Quelques chiffres... p. 10. Perspectives...

Sommaire. p. 5-6. Historique... p. 7. Structure & Organisation... p. 8-9. Missions & Fonctions... p. 10. Quelques chiffres... p. 10. Perspectives... Sommaire Historique... Structure & Organisation... Missions & Fonctions... Quelques chiffres... Perspectives... Partenaires... p. 5-6 p. 7 p. 8-9 p. 10 p. 10 p. 11 Historique En novembre 1993, l instance

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois, des difficultés peuvent survenir dans l

Plus en détail

LE MEDIATEUR NATIONAL DE L ENERGIE

LE MEDIATEUR NATIONAL DE L ENERGIE LE MEDIATEUR NATIONAL DE L ENERGIE SES MISSIONS, SON ACTIVITÉ, SON ACTION Alexandre Rodrigues, Chargé de mission juriste alexandre.rodrigues@energie-mediateur.fr 23 MARS 2015 ADIL VALENCE PLAN DE L INTERVENTION

Plus en détail

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) 1. La localisation du débiteur 1.1. Les personnes physiques

Plus en détail

EIOPA-BoS-12/069 FR. Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance

EIOPA-BoS-12/069 FR. Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance EIOPA-BoS-12/069 FR Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance 1/7 1. Orientations Introduction 1. Conformément à l article 16 du règlement instituant l EIOPA 1 (European

Plus en détail

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes)

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes) PROPOSITIONS CONCERNANT LE CONTENU DES INTERVENTIONS DANS LE CADRE DU PROJET «PETITES CRÉANCES» Maître de cérémonie Introduction : o Présentation des participants; Notre avocate et «Maître de cérémonie»,

Plus en détail

Procédure de règlement des petits litiges et injonction de payer européenne. Des procédures simplifiées pas si simples dans la pratique

Procédure de règlement des petits litiges et injonction de payer européenne. Des procédures simplifiées pas si simples dans la pratique Procédure de règlement des petits litiges et injonction de payer européenne Des procédures simplifiées pas si simples dans la pratique SOMMAIRE p.1 Introduction p.1 A/ Des procédures européennes simplifiées,

Plus en détail

La loi n 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales a :

La loi n 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales a : Logo «Orange» Logo Département CONVENTION relative à la contribution financière d Orange au Fonds de Solidarité pour le Logement prise en charge des dettes des services Fixe, Internet et Mobile Entre :

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

Mise sur le marché des engrais en Europe. Paris, le 9 septembre 2009. Vincent Delvaux

Mise sur le marché des engrais en Europe. Paris, le 9 septembre 2009. Vincent Delvaux Mise sur le marché des engrais en Europe Paris, le 9 septembre 2009 Vincent Delvaux Implémentation pratique des Articles 28 et 30 et 95 du Traité CE Législation harmonisée garantit que les produits sont

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. La Directive européenne «Services»

FICHE PRATIQUE. La Directive européenne «Services» FICHE PRATIQUE La Directive européenne «Services» Vous êtes un prestataire de service établi en France et vous souhaitez développer votre activité à l échelle européenne? Ce qui change pour vous depuis

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs Belgique (CEC) Rapport annuel 2014

Centre Européen des Consommateurs Belgique (CEC) Rapport annuel 2014 Centre Européen des Consommateurs Belgique (CEC) Rapport annuel 2014 Le CEC, c est quoi? Compétence CEC Belgique: Litiges de consommation transfrontaliers: Consommateur belge >< Commerçant UE ou Consommateur

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs France European Consumer Centre France

Centre Européen des Consommateurs France European Consumer Centre France Kehl, le 6 décembre 2007 SYNTHESE DU RAPPORT 2006 du réseau des Centres Européens des Consommateurs (ECC-Net) sur les droits des passagers aériens Vue d ensemble sur les demandes d information et réclamations

Plus en détail

8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur»

8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» U1 U2 8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» AGENCE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS DU CAMEROUN PRESENTATIONS DE : OWONA NOAH SUZY,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE LA VILLA MÉDITERRANÉE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE LA VILLA MÉDITERRANÉE CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE LA VILLA MÉDITERRANÉE SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET ARTICLE 2 - PRIX ARTICLE 3 - MODALITES DE COMMANDE ARTICLE 4 - MODES DE PAIEMENT ARTICLE 5 - DEMANDE D ANNULATION ET DE

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

Les missions du médiateur national de l'énergie pour les professionnels

Les missions du médiateur national de l'énergie pour les professionnels Les missions du médiateur national de l'énergie pour les professionnels 13 octobre 2014 Plan de l'intervention 1. Rappel des missions du médiateur national de l'énergie 2. Le contexte de la fin des tarifs

Plus en détail

EN ALLEMAGNE, PAS D'IMMATRICULATION SANS PREUVE D'ASSURANCE AUTOMOBILE : Un modèle à suivre en France?

EN ALLEMAGNE, PAS D'IMMATRICULATION SANS PREUVE D'ASSURANCE AUTOMOBILE : Un modèle à suivre en France? EN ALLEMAGNE, PAS D'IMMATRICULATION SANS PREUVE D'ASSURANCE AUTOMOBILE : Un modèle à suivre en France? Dossier réalisé par le Septembre 2015 Bien que l assurance automobile soit obligatoire, entre 370

Plus en détail

I - LA CERTIFICATION DE COMPETENCE

I - LA CERTIFICATION DE COMPETENCE I - LA CERTIFICATION DE COMPETENCE OBJET Les présentes conditions générales de vente précisent les conditions de délivrance et de maintien de la certification de compétence et de la recertification d une

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2010-42 DU 15 NOVEMBRE 2010 PORTANT AUTORISATION PRESENTEE PAR SUISSCOURTAGE S.A.M. RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE «GESTION DES SINISTRES

Plus en détail

la Directive «Services» 2006/123/CE

la Directive «Services» 2006/123/CE la Directive «Services» 2006/123/CE présentation du 22 février 2008 pour la Ville et les Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Van De Sande J.M. SPF Economie DG Potentiel économique Président de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Objet des présentes conditions générales de vente Les présentes ont pour objet de définir les conditions générales de réservation en ligne des places de stationnement proposées

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines

Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines République Tunisienne Instance Nationale des Télécommunications ---------------------------------- ------------------------------------ Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines Version

Plus en détail

Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels

Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels Préambule : Les présentes conditions générales de vente ont pour objet la conformité aux dispositions visées à l article L.441-6 du Code de commerce

Plus en détail

TARIFS MÉDIATIONS COMMERCIALES OU D ENTREPRISES

TARIFS MÉDIATIONS COMMERCIALES OU D ENTREPRISES Paiements par : Cartes Bancaires, Chèques bancaires, Paypal, Virements, Espèces : Devises étrangères en cours acceptées (billets uniquement et rendu de monnaie en euros selon le cours du change du jour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance

FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance Edition 2014 Cette fiche pratique est élaborée sur la base des dispositions de la loi 31-08 édictant des mesures

Plus en détail

SOMMAIRE. Ouverture à la concurrence de l énergie. Association Léo Lagrange Pour la Défense des Consommateurs

SOMMAIRE. Ouverture à la concurrence de l énergie. Association Léo Lagrange Pour la Défense des Consommateurs Ouverture à la concurrence de l énergie Quelques conseils pour y voir clair! octobre 2008 SOMMAIRE La situation avant l ouverture à la concurrence L influence communautaire sur l évolution du secteur de

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE Pour favoriser l accès au droit et à la justice Pour favoriser l accès au droit et à la justice Il arrive que des situations courantes de votre vie quotidienne provoquent

Plus en détail

Charte de la Médiation de l eau

Charte de la Médiation de l eau Charte de la Médiation de l eau 1 La Médiation de l eau a pour objectif de favoriser le règlement amiable des litiges entre les consommateurs et leur service d eau ou d assainissement en leur proposant

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail

UNE RÉCLAMATION? DES MOYENS POUR S ENTENDRE.

UNE RÉCLAMATION? DES MOYENS POUR S ENTENDRE. UNE RÉCLAMATION? DES MOYENS POUR S ENTENDRE. UNE RÉCLAMATION? TROUVONS ENSEMBLE LA BONNE SOLUTION! Une relation fondée sur la clarté est le gage de Le Crédit Mutuel s est toujours engagé à cette transparence,

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION Société Publique Locale SPL-Xdemat (SPL) 1/9 ENTRE La Collectivité dont le numéro SIRET est, Indiquez ci-dessus le

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES Auteur: Me Marie Dupont, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

Valorisons. vos projets. Valorisons. vos projets

Valorisons. vos projets. Valorisons. vos projets Valorisons Valorisons Des spécialistes à votre service Un interlocuteur unique pour vous conseiller, auditer, valoriser et suivre l ensemble de votre patrimoine. PLACEMENTS RETRAITE IMMOBILIER DÉFISCALISATION

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société SARL MAGUY domiciliée 35 rue St Jacques 58200 Cosne cours sur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

Questions d évaluation

Questions d évaluation TEMA 4 CARLOS MANUEL GONÇALVES DE MELO MARINHO Juge de la Cour l appel Questions d évaluation A. LE RÈGLEMENT DU CONSEIL (CE) Nº 4/2009 du 18 décembre 2008 relatif à la compétence, la loi applicable, la

Plus en détail

Monocle PROCEDURE DE GESTION DES RECLAMATIONS

Monocle PROCEDURE DE GESTION DES RECLAMATIONS Monocle PROCEDURE DE GESTION DES RECLAMATIONS TABLE DES MATIERES 1. OBJET 3 2. L'ACTIVITE DE MONOCLE 3 3. NOMINATION DE LA PERSONNE RESPONSABLE DU TRAITEMENT 3 4. RECEPTION DE LA RECLAMATION 3 5. SUIVI

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société., domiciliée, immatriculée SIRET., désigné comme le Vendeur ET

Plus en détail

ORGANISATION D UN PROGRAMME DE RENDEZ-VOUS B TO B OPERATION PROVENCE PRESTIGE A BRUXELLES

ORGANISATION D UN PROGRAMME DE RENDEZ-VOUS B TO B OPERATION PROVENCE PRESTIGE A BRUXELLES ORGANISATION D UN PROGRAMME DE RENDEZ-VOUS B TO B OPERATION PROVENCE PRESTIGE A BRUXELLES CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT ACTE D ENGAGEMENT Marché passé selon une procédure adaptée (articles 28

Plus en détail