Obésité : Prévention ou traitement?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Obésité : Prévention ou traitement?"

Transcription

1 Bruxelles, le 18 janvier 2005 Etudes Stratégiques & Communication Obésité : Prévention ou traitement? Le fléau de l obésité et l évolution dans le temps du nombre d interventions bariatriques Confidentiel Page 1 18/03/2010

2 CONTENU 1.1. INTRODUCTION De plus en plus de personnes dans le monde occidental sont atteintes d obésité. Or, l obésité entraîne le risque de beaucoup de co-morbidités, telles que le diabète de type 2 et les affections cardiovasculaires. Tant des facteurs génétiques et psychosociaux que le milieu, les habitudes alimentaires et l activité physique peuvent influencer l augmentation du poids. Des initiatives pour lutter contre l obésité ont été prises récemment tant par l Organisation Mondiale de la Santé («Stratégie globale pour l alimentation, l activité physique et la santé») par l Union Européenne (réseau NAP : Nutrition et activité physique - Voeding en lichaamsbeweging). La Belgique est également active dans ce contexte. Rudy Demotte, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé Publique a ainsi lancé le une campagne nationale, en chargeant un groupe de travail d établir un programme de santé et d alimentation national pour la Belgique. Ce programme s inspirera des résultats du sondage relatif aux habitudes alimentaires réalisé à la demande du SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement. Les deux principaux objectifs sont de décrire la qualité nutritionnelle de la consommation d aliments et de nutriments d une part et l étude des différents aspects de la sécurité en matière de consommation alimentaire en Belgique d autre part. Grâce à cette information, il serait possible de développer une politique en matière de promotion de la santé et d alimentation, adaptée au besoin de la population. Nous disposons en outre de beaucoup d informations concernant les habitudes alimentaires, l activité physique et le poids de la population belge grâce (entre autres) aux résultats de l Enquête Nationale consacrée à la Santé et grâce au rapport «La santé des jeunes dans leurs contexte», une étude multinationale de l Organisation Mondiale de la Santé, réalisée par un réseau international de scientifique (Health Behaviour in School- Aged Children Study). Les Communautés responsables e.a. de la politique en matière de santé, d enseignement et de publicité, envisagent également des initiatives pour lutter contre l obésité. La Ministre wallonne Arena, Ministre-présidente de la Communauté française a ainsi annoncé qu à partir de septembre 2005 les sucreries et boissons sucrées seraient remplacées dans les écoles de Wallonie par des alternatives meilleures pour la santé comme les produits laitiers et les fontaines d eau. En Flandre, des initiatives similaires sont envisagées. L Union Nationale des Mutualités Libres a réalisé une étude afin de contribuer elle aussi à la concertation consacrée à l approche de la problématique de l obésité. 2 18/03/2010

3 1.2. OBJECTIF DE L ÉTUDE L objectif de l étude est de faire une analyse de l évolution du nombre d interventions bariatriques, compte tenu de l évolution dans le temps du BMI moyen. En nous référant aux limitations auxquelles nous devons faire face tout au long de cette analyse, nous attirerons l attention sur l importance d un enregistrement uniforme permettant : - D estimer l ampleur effective du problème de l obésité ; - De procéder au suivi des effets des interventions ; - De comparer le coût et le bénéfice des différentes interventions entre elles; - D esquisser une approche systématique et horizontale du problème de l obésité QU EST-CE L OBÉSITÉ? L obésité se caractérise par une rétention exagérée de graisses dans le corps, due essentiellement à une trop grande prise de calories par rapport à l activité physique. L impact au niveau de la santé ou le risque de développer une co-morbidité dépendent de 3 facteurs : 1. La quantité de graisse 2. Sa répartition dans le corps 3. L existence d autres facteurs de risques L obésité est caractérisée par une co-morbidité importante : - L hypertension artérielle - La cardiomyopathie hypertrophique - L hyperlipédemie - Le diabète de type 2 - Cholélithiase - L apnée du sommeil obstructive - Hypoventilation - L arthrite dégénérative - Les affections psychosociales 3 18/03/2010

4 1.4. COMMENT MESURE-T-ON LA SURCHARGE PONDERALE? Le BMI (Body Mass Index) Physiologiquement, notre poids devrait être évalué en fonction de la quantité de graisse dans le corps. Le mètre à absorption de X est un exemple d un appareil permettant de mesurer la quantité de graisse, mais il s agit d un appareil coûteux et compliqué. Un groupe d experts du National Institute of Health (NIH) a conseillé en 1998 l utilisation de ce BMI pour la définition et la classification de l obésité. Nous utilisons par conséquent souvent les résultats du Body Mass Index (BMI) pour l estimation de la surcharge pondérale. Ce BMI est facile à calculer, il peut être reproduit et il nous donne une indication (voir également le point 1.4.3) concernant la quantité de graisses. BMI = Poids (kilos) / (Hauteur (cm)) 2 La plupart des prestataires utilisent la classification présentée par le groupe d experts du NIH pour l identification, l évaluation et le traitement de l obésité chez les adultes. (Tableau 1) Classification de l obésité Classification NIH BMI (BMI = Kg/M 2 ) A) Poids insuffisant < 18.5 B) Poids normal C) Surcharge pondérale D) Obésité (Classe 1) E) Obésité (Classe 2) Obésité morbide liée à co-morbidité F) Obésité extrême (Classe 3) 40 Obésité morbide Tableau 1: La classification de l obésité présentée par le groupe d experts NIH en Origine de l utilisation du BMI Au cours de la première moitié du 20ième siècle, des assureurs-vie ont rassemblé des informations qui avaient pour but d évaluer le risque du décès prématuré d une personne. Le BMI a été considéré comme un des principaux critères pour l évaluation de ce risque. En effet, les assureurs ont pu constater que chez les personnes présentant un BMI entre 22 kg/m 2 et 24 kg/m 2, le risque d une réclamation des sommes assurées suite à un décès prématuré, était le moins élevé. Le risque d un décès prématuré est beaucoup plus élevé chez les personnes présentant un BMI moins ou plus élevé. Les constatations des assureurs-vie sont actuellement utilisées pour l identification de la valeur idéale au niveau du poids des personnes. 4 18/03/2010

5 Représentativité du BMI Pour l estimation du poids d un adulte Le BMI est un paramètre calculé sur base du rapport poids et longueur qui ne tient toutefois pas compte des éléments suivants : - Sexe - Age - Masse musculaire - Etc. La relation entre le BMI et la quantité de graisses varie toutefois en fonction de ces variables. Exemples: Les personnes plus âgées ont déjà perdu une partie de leur masse musculaire et ont donc plus de graisses dans le corps que les jeunes présentant un BMI identique. Les femmes ont proportionnellement plus de graisses dans le corps lorsqu elles atteignent un BMI déterminé que les hommes. Les individus atteints d oedème présentent moins de graisses lorsqu ils atteignent un BMI déterminé que les individus sans oedème. Les personnes très musclées peuvent avoir un BMI élevé, sans rétention de graisses exagérée. Le BMI de personnes dont la masse musculaire est basse ou de personnes de petite taille ne sera pas non plus représentatif du taux de graisse. La relation entre le BMI et le risque de problèmes de santé peut varier énormément en fonction des individus et des populations. Le BMI ne présente qu une co-relation indirecte avec la quantité de graisses dans le corps. Parmi les variables présentant un co-relation avec le risque de problèmes de santé, nous citons e.a. : - La distribution de graisses dans le corps - La constitution génétique - L activité physique Les personnes avec une distribution androïde des graisses au niveau de l abdomen (pommes) sont plus exposées au développement de l athérosclérose coronaire, du diabète de type 2 et de l hypertension artérielle que les individus avec une distribution gynoïde de la graisse au niveau des fesses (les poires). Le BMI ne reprend aucune information concernant la distribution des graisses (Idem pour les résultats de la mesure de la quantité de graisses dans le corps). Il y a plusieurs méthodes pour se faire une idée de la distribution des graisses dans le corps. Le CT-scan, l échographie et le NMR nous donnent une 5 18/03/2010

6 idée des endroits où la graisse est stockée dans le corps. Il s agit toutefois d examens coûteux. Il y a 2 méthodes simples pouvant nous donner une indication concernant la répartition de la graisse : Le rapport entre le tour de taille et le tour des hanches (Waist to Hip Ratio ou WHR) Pour les hommes: WHR > 1,0 Trop de graisse au niveau de l abdomen Pour les femmes: WHR > 0,85 Trop de graisse au niveau de l abdomen Le tour de taille (Waist circumference) Pour les hommes: Tour de taille > 102 cm Trop de graisse au niveau de l abdomen Pour les femmes: Tour de taille > 88 cm Trop de graisse au niveau de l abdomen La classification sur base du BMI doit par conséquent être considéré comme un cadre général. Pour l interprétation du BMI il faut un avis clinique, avant de pouvoir procéder ou non à un traitement déterminé En ce qui concerne l évaluation du poids des enfants La quantité de graisses dans le corps change au fur et à mesure que l enfant grandit. Cette évolution n est pas la même chez les filles et chez les garçons. L évaluation du BMI chez les enfants dépend donc du sexe et de l âge. Les enfants sont sous ventilés en percentiles par sexe et âge en fonction du BMI. Les lignes percentiles qui croisent les valeurs BMI 25 et 30 à l âge de 18 ans, sont dégagées comme étant des valeurs spécifiques liées à l âge pour la détermination de la surcharge, respectivement de l obésité TRAITEMENT DE L OBÉSITÉ Il y a plusieurs types d interventions possibles pour traiter la corpulence ou l obésité. Remarque importante: la plupart des interventions ne servent qu à traiter les symptômes et ne s attaquent donc pas à la cause de l embonpoint ou de l obésité. Description Interventions au niveau du style de vie Les interventions agissant sur le style de vie cadrent dans une approche préventive et constitue sans doute une étape inéluctable pour toute personne confrontée à des problèmes de poids, qui veut vaincre et maîtriser ces problèmes. Dans ce cadre, nous pensons principalement aux changements suivants: - habitudes alimentaires - activité physique 6 18/03/2010

7 Effectivité (Source: What works for obesity, A summary of the research behind obesity interventions; 30 avril 2004, BMJ Publishing Group) Les régimes amaigrissants permettent généralement de se débarrasser de 5 à 6 kilos superflus. Le taux calorique du régime semble être plus important que sa composition. Les programmes stimulant l activité physique, entraînent une perte de poids moyenne de 4 kilos. La combinaison d un changement de régime et d un programme d entraînement physique peut mener à une perte de poids moyenne de 3 à 5 kilos. Certaines études ont décrit l impact d adaptations au niveau de l environnement (par exemple, changement de l offre alimentaire dans les épiceries et les écoles). L impact de ce type d intervention serait toutefois négligeable, selon ces études. Note: Pour que l impact d adaptations du style de vie continue à exister, il faut que la personne persévère dans ses efforts. Description Interventions pharmacologiques Les médicaments amaigrissants sont nombreux en Belgique. Il s agit souvent de préparations sur base des plantes que l on peut également obtenir en dehors des pharmacies agréées. En dehors des préparations magistrales, les pharmaciens agréés se limitent à fournir un nombre limité de produits sur prescription d un médecin. Sibutramine (Reductil ) Action: Sibutramine fait partie des amphétamines et inhibe la re-capture de sérotonine et de noradrénaline. Les principaux effets indésirables: Augmentation de la pression artérielle, palpitations, constipation, nausées, sécheresse de la bouche, insomnies, céphalées, vertiges, paresthésies. Orlistat (Xenical ) Action: Orlistat inhibe les lipases gastro-intestinales et réduit ainsi la résorption des graisses. Les principaux effets indésirables : Graisses dans les selles, gaz et diarrhée. Effectivité (Source: What works for obesity, A summary of the research behind obesity interventions; 30 avril 2004, BMJ Publishing Group) Le traitement à la Sibutramine ou l Orlistat permet de perdre en moyenne 3 à 5 kilos. Après un traitement de 2 ans, cette perte de poids deviendrait permanente. Les effets indésirables ne sont pas très graves, mais fréquents. 7 18/03/2010

8 Description La chirurgie bariatrique Pour entrer en considération pour une intervention bariatrique, il faut répondre à une série de conditions. Le NIH a convenu des conditions suivantes en 1991 : Les personnes atteintes d obésité morbide (un BMI de >40 kilo/m2 ou un BMI d au moins 35kilo/m2, combiné à au moins une co-morbidité) peuvent avoir recours à une intervention chirurgicale à condition d avoir plus de 18 ans et moins de 60 ans et de ne pas être atteinte d une maladie psychiatrique grave. Note: L obésité est souvent liée à une dépression, mais les personnes ne présentant aucun symptôme psychotique et accompagnée par un psychologue et / ou psychiatre ne seront pas exclues et pourront donc subir une intervention chirurgicale. Au cours de la conférence de l ASBS (American Society for Bariatric Surgery) en juin 2004 à Washington, une extension de la cible de la chirurgie bariatrique a été proposée aux patients plus jeunes dont l obésité est massive, moyennant présentation d une documentation concernant toutes les tentatives de perte de poids entreprises. Une autre proposition serait d étendre l intervention aux patients plus âgés dont l espérance de vie est relativement bonne. La chirurgie bariatrique comporte plusieurs types d interventions. Les différents types seront choisis en fonction de l âge, du BMI, de la forme du corps et des habitudes alimentaires du patient Chirurgie restrictive Les opérations restrictives reposent sur le principe d une limitation sévère de la capacité à ingérer des aliments, à chaque repas. Nous connaissons deux opérations purement restrictives : 1) Gastric Banding Pour cette opération, on utilise un anneau de silicone. Cet anneau est positionné à la partie supérieure de l estomac et est refermé comme une ceinture (inutile donc de couper dans l estomac ou d enlever une partie de l estomac). L estomac est ainsi divisé en deux parties, comme un sablier. A l intérieur de l anneau se trouve un ballon gonflable. Le ballon est relié à un réservoir inclus dans la paroi abdominale. Le ballon peut être gonflé grâce à l injection d un liquide dans le réservoir, ce qui permet de réduire le passage vers l estomac. Le but de ceci est d adapter le rythme de la perte de poids. L anneau permet de faire une petite poche d estomac fonctionnelle et de ralentir le passage des aliments vers le reste de l estomac. Le patient arrive plus rapidement au point de saturation et n a plus faim. Le patient n arrivera donc plus à manger autant qu auparavant et devra adapter ses habitudes alimentaires. Etant donné que l on ne touche pas à la taille de l estomac lui-même (on se contente d en limiter l accès), il s agit d une opération réversible. Il n est toutefois pas souhaitable d enlever l anneau, étant donné que cette opération sera toujours suivie d une forte augmentation du poids. 8 18/03/2010

9 9 18/03/2010

10 2) «Sleeve Gastrectomie» La gastrectomie en manche est une gastrectomie réalisée sur l axe vertical de l estomac. Elle permet de maintenir le pylore et le début du duodénum. Le début du duodénum est anastomosé avec l iléon. Grâce à la gastrectomie en manche, le volume de l estomac est donc réduit. Le nombre de cellules pariétales produisant des acides dans l estomac, est également réduit pour prévenir la naissance d ulcères au niveau de l anastomose duodéno-iléale. Cette intervention réalise une malabsorption en limitant la digestion des aliments donnés et en abrégeant le segment iléal Chirurgie facilitant les problèmes de mauvaise digestion et de malabsorption La chirurgie facilitant les problèmes de mauvaise digestion et de malabsorption obtient son résultat en confondant notre système de digestion. D une part le transit des aliments à travers le système gastro-intestinal est accéléré. D autre part, le contact entre les aliments et les sécrétions de l estomac est ralenti. Nous connaissons différents types chirurgicaux facilitant les problèmes de mauvaise digestion et malabsorption. 1) Gastric Bypass Le court-circuit gastrique associe la création d un petit réservoir dans la paroi à celle d une nouvelle petite sortie de l estomac. Le volume de l estomac est réduit à celui d un petit verre (volume de 15 à 25 ml). Grâce à la réduction de la sortie de l estomac, celui-ci se vide plus lentement. Le diamètre de la nouvelle sortie correspond à environ 12 mm. Grâce à ces deux adaptations, une petite quantité d aliments suffira à donner au patient l impression d être saturé. Il lui faudra en outre plus de temps pour digérer cette petite quantité. Le patient pourra ainsi manger moins et maigrir. En passant par la petite sortie de l estomac, les aliments arrivent directement dans l intestin grêle sans passer par le reste de l estomac et par le duodénum /03/2010

11 Note: Le Gastric Bypass est en fait une combinaison de chirurgie restrictive et de chirurgie de mal-absorption, étant donné que cette intervention combine un agrafage gastrique et un raccordement de l intestin à la partie supérieure de l estomac. 2) Le switch duodénal Le switch duodénal ou la diversion bilio-pancréatique est basée sur une combinaison d éléments restrictifs et de malabsorption. Composante restrictive Le switch duodénal ou la dérivation bilio-pancréatique ets en fait une gastrectomie verticale permettant de conserver le pylore et le début du duodénum. Le volume de l estomac ets ainsi réduit, en conservant sa fonctionnalité. Composante malabsorptive Lors d un switch duodénal ou d une dérivation bilio-pancréatique, l intestin grêle est adapté dans le sens d une séparation du flux alimentaire, du flux des sucs biléaires et pancréatiques. L absorption de calories des aliments est ainsi inhibée. Les deux trajets intestinaux se rejoignent ainsi plus loin dans le tractus digestif. Les aliments et les sucs de digestion se rejoignent et le processus de la digestion continue. L absorption limitée de graisses pourra ensuite avoir lieu avant l arrivée des aliments au côlon /03/2010

12 /03/2010

13 3) Scopinaro L intervention implique : - une gastrectomie : la partie inférieure de l estomac est enlevée - une dérivation : les derniers 2,5 m d intestin grêle sont reliés à l estomac. La première partie de l intestin grêle est réliée à la première partie à 50 cm du côlon. Nous obtenons ainsi une reconstruction en forme d Y. - la vésicule biliaire est également enlevée étant donné que le risque du déflottement du calcul biliaire est assez élevé après ce type d intervention. Effectivité (Source: What works for obesity, A summary of the research behind obesity interventions; 30 avril 2004, BMJ Publishing Group) Pour le groupe de personnes présentant une obésité morbide, la chirurgie bariatrique semble être l intervention la plus effective pour perdre du poids. En moyenne, ces interventions permettent de perdre 25 à 44 kilos après 1 ou 2 ans. La perte fixe est de 20 kilos après 8 ans /03/2010

14 1.6. POPULATION ÉTUDIÉE Cette assez longue intervention nous a permis de commenter la manière dont l obésité est définie, classifiée et traitée. Dans l analyse que vous trouverez ci-après, nous étudions l évolution du Population pour l analyse de l évolution du BMI Pour l analyse de l évolution du BMI de la population Belge, nous nous sommes basés sur les données rassemblées par le groupe d étude Ménage Belges (Panel Studie Belgische Huishoudens (PSBH) Universiteit Antwerpen) 1. L équipe PSBH a réalisé une enquête annuelle au cours de la période pour rassembler des informations concernant la longueur et le poids Population pour l analyse de l évolution des interventions bariatriques Pour l analyse de l évolution des interventions bariatriques, nous avons sélectionné une population parmi les membres MLOZ, en fonction de la présence de certains codes nomenclatures pouvant correspondre à une intervention bariatrique. Note: Il n y a pas de codes nomenclatures spécifiques pour la chirurgie bariatrique. C est pourquoi l on s est basé, pour la détection des interventions bariatriques, sur une série de codes nomenclatures, qui sont utilisés entre autres pour ces interventions. En plus des Scopinaros et des switches duodénaux, il est possible de distinguer l ensemble des interventions bariatriques sur base d une série de codes de nomenclature : Gastric Banding : Résection de l estomac ou grastroplastique de réduction sans interruption de la continuité Sleeve Gastrectomie : gastrectomie subtotale Gastric Bypass : gastrectomie totale avec anastomose oesophagojéjunale ou gastrectomie subtotale avec restauration du transit, par interposition d un segment intestinal Bypass Jejuno-ileale : Duodeno-jéjunostomie Scopinaro et switch duodénal : gastrectomie totale avec avec anastomose oesophagojéjunale ou gastrectomie subtotale avec restauration du transit par interposition d un segment intestinal : Cholecystectomie simple associée e.a. à Le PSBH a démarré en 1990 comme un projet faisant partie du programme d impulsion à la Recherche Sociale du Ministère Fédéral de la Politique Scientifique (actuellement Services Fédéraux des Affaires Scientifiques, Techniques et Culturelles). Cette mission a été confiée aux universités d Anvers et de Liège. En 1991 les participants consultés des experts belges et étrangers pour connaître leur avis concernant les thèmes à étudier et ont sur base d une enquête pilote, des questionnaires et une approche en matière d organisation ont été mises au point. L équipe de Liège a développé son propre réseau d interviewers, tandis que l équipe d Anvers a collaboré avec le réseau des interviewers de l ISPO (KULeuven). Il s agissait d une équipe d environ 250 interviewers très qualifiés. En 1992, il y a eu une première vague d enquêtes (plus de 4439 ménages ont été interviewers (11000 personnes au total). Depuis lors, les personnes de cet échantillon de base sont chaque année interviewers à nouveau (éventuellement dans le contexte de leur nouveau ménage).chaque vague d enquêtes résulte dans environ 400 variables au niveau du ménage et dans environ 800 variables sur le plan individuel. Les sujets abordés sont : la démographie, la composition du ménage, l éducation, l activité professionnelle, l occupation, le revenu, les subsides, les dépenses, le bien-être, la santé, la participation social, l utilisation du temps, les valeurs, les relations, le schéma de comportement dicté par le rôle sociale, le logement, la migration et la mobilité. Des mesures ont évidemment été prises pour garantir l anonymat des personnes qui répondent à l enquête. L onzième et dernière enquête a eu lieu en /03/2010

15 Pour des raisons pratiques, nous n utilisons pas les codes de nomenclature dans notre analyse, mais le nom de l intervention bariatrique auquel le code correspond. Etant donné que le bypass jéjuno-iléal n a été réalisé qu un nombre de fois limité (30 fois) au cours de la période , cette intervention n a pas été reprise pour la suite de notre analyse, d autant plus qu il y a encore peu d indications pour ce type d interventions /03/2010

16 Nous avons identifié 8 catégories d âge dans cette population à étudier. 1 = x < 18 a. 2 = 18 a. < x < 31 a. 3 = 30 a. < x < 41 a. 4 = 40 a. < x < 51 a. 5 = 50 a. < x < 61 a. 6 = 60 a. < x < 71 a. 7 = 70 a. < x < 81 a. 8 = x > 80 a. Notre sélection est composée tant d hommes que de femmes : 1 = hommes 2 = femmes 1.7. EVOLUTION DU BMI DE LA POPULATION BELGE Sur base des données relatives à la longueur et au poids, données rassemblées par l équipe PSBH, nous avons calculé le BMI, pour arriver aux constatations suivantes : Lorsque nous prenons en considération les deux sexes et toutes les catégories d âge, la répartition en pourcentage de la population en fonction de la classification semble avoir légèrement changé au cours de la période Il y a une diminution du pourcentage de personnes dont le poids est normal, tandis que le pourcentage des personnes présentant une corpulence ou une obésité de la classe 1 semble avoir augmenté. Le pourcentage des personnes présentant une obésité de classe 2 et 3 ne semble toutefois pas avoir changé /03/2010

17 80,00% 70,00% 60,00% 50,00% 40,00% 30,00% A) Poids insuffisant B) Poids normal C) Surcharge pondérale D) Obésité (Classe 1) E) Obésité (Classe 2) F) Obésité extrême (Classe 3) Linear (B) Poids normal) Linear (C) Surcharge pondérale) Linear (D) Obésité (Classe 1)) 20,00% 10,00% 0,00% Figure 1: Evolution de la répartition en pourcentage de la population (toutes les catégories d âge et les 2 sexes) en fonction de la classification BMI présentée par le groupe d experts NIH au cours de la période /03/2010

18 10,00% 9,00% 8,00% 7,00% 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% A) Poids insuffisant B) Poids normal C) Surcharge pondérale D) Obésité (Classe 1) E) Obésité (Classe 2) F) Obésité extrême (Classe 3) Linear (B) Poids normal) Linear (C) Surcharge pondérale) Linear (D) Obésité (Classe 1)) Linear (E) Obésité (Classe 2)) Linear (F) Obésité extrême (Classe 3)) 2,00% 1,00% 0,00% Figure 2: Focus sur l évolution de la part en pourcentage des personnes présentant une obésité en fonction de la classification BMI présentée par le groupe des experts NIH pour la période /03/2010

19 Dans cette même ligne de l évolution de la répartition du pourcentage de la population en fonction de la classification BMI, le BMI moyen a augmenté au cours de la période , pour les deux sexes. (Tableau 2). BMI moyen Année de l étude Hommes Femmes Hommes & Femmes ,2 24,0 24, ,2 24,1 24, ,3 24,1 24, ,4 24,2 24, ,4 24,2 24,8 Tableau 2: BMI moyen par an au cours de la période L on pourrait ajouter une moyenne par catégorie d âge et par année, mais il me semble que cela prêterait à confusion, étant donné que l augmentation au cours des années n est pas consistante pour toutes les catégories d âge /03/2010

20 En nous limitant aux catégories d âge qui entrent en considération pour une intervention bariatrique en fonction du consensus NIH 1991 (les personnes présentant une obésité morbide (un BMI de >40 kg/m2 ou un BMI d au moins 35 kg/m2 en combinaison avec au moins une co-morbidité) entrent en considération pour une intervention chirurgicale à condition d avoir plus de 18 ans et moins de 60 ans et de ne pas être atteintes par une affection psychiatrique grave). Nos constatations pour l ensemble de la population restent valables : - Le pourcentage des personnes dont le poids est normal diminue; - Le pourcentage des personnes présentant une corpulence ou une obésité augmente ; - Le pourcentage des personnes présentant une obésité de classe 2 et 3 ne change pour ainsi dire pas. Note: Les 2 dernières catégories sont les catégories entrant éventuellement en considération pour une intervention bariatrique. 80,00% 70,00% 60,00% 50,00% 40,00% 30,00% A) Poids insuffisant B) Poids normal C) Surcharge pondérale D) Obésité (Classe 1) E) Obésité (Classe 2) F) Obésité extrême (Classe 3) Linear (B) Poids normal) Linear (C) Surcharge pondérale) Linear (D) Obésité (Classe 1)) 20,00% 10,00% 0,00% Ja Figure 3: Evolution de la répartition en pourcentage de la population (les deux sexes, mais uniquement les catégories d âge qui entrent en considération pour la chirurgie bariatrique) au cours de la période en fonction de la classification BMI, présentée par le groupe d experts NIH /03/2010

21 Le BMI moyen n est pas identique pour les hommes et les femmes (Tableau 2). A la Figure 4, nous essayons de voir s il y a également des différences entre les hommes et les femmes en ce qui concerne la répartition en pourcentage de la population pour la classification BMI au cours de la période Nous étudions en outre les différences entre les différentes catégories d âge. Hommes Femmes Catégorie d âge 18 à 30 ans 80,00% 80,00% 70,00% 70,00% 60,00% 60,00% 50,00% 50,00% 40,00% 40,00% 30,00% 30,00% 20,00% 20,00% 10,00% 10,00% 0,00% ,00% Catégorie d âge 31 à 40 ans 80,00% 80,00% 70,00% 70,00% 60,00% 60,00% 50,00% 50,00% 40,00% 40,00% 30,00% 30,00% 20,00% 20,00% 10,00% 10,00% 0,00% ,00% Catégorie d âge 41 à 50 ans 80,00% 80,00% 70,00% 70,00% 60,00% 60,00% 50,00% 50,00% 40,00% 40,00% 30,00% 30,00% 20,00% 20,00% 10,00% 10,00% 0,00% ,00% /03/2010

22 Catégorie d âge 51 à 60 ans 80,00% 80,00% 70,00% 70,00% 60,00% 60,00% 50,00% 50,00% 40,00% 40,00% 30,00% 30,00% 20,00% 20,00% 10,00% 10,00% 0,00% ,00% Figure 4: Par sexe et par catégorie d âge, la répartition en pourcentage de la population qui sur base de son âge entre en considération pour une chirurgie bariatrique, compte tenu de la classification BMI. (Même légende que pour la Figure 3) Il appert de la Figure 4 que la répartition en pourcentage de la population au niveau de la classification BMI est réellement différente de sexe en sexe. En effet, dans chacune des catégories d âge, le pourcentage des hommes présentant une corpulence ou une obésité de classe 1 est nettement plus élevé que chez les femmes. En ce qui concerne la différence entre les différentes catégories d âge, nous constatons chez les deux sexes une augmentation du nombre de personnes corpulentes et obèses EVOLUTION DANS LE TEMPS DU NOMBRE D INTERVENTIONS BARIATRIQUES CHEZ LES MEMBRES MLOZ Globalement A la Figure 5, vous pouvez voir que le Gastric Banding est l opération la plus fréquente du groupe des interventions bariatriques possibles. Le Gastric Banding est d ailleurs une intervention avec un code nomenclature (241544) qui n est utilisé quasiment que pour cette intervention bariatrique. En d autres termes pour le Gastric Banding, il y a très peu de doutes concernant la nature réelle de l intervention réalisée /03/2010

23 Gastric Banding Gastric Bypass Jejuno-ileale bypass Scopinaro/Duodenale Switch Sleeve Figure 5: Le nombre absolu d interventions bariatriques au cours de la période Etant donné que le bypass jéjuno-iléal n a été exécuté qu un nombre de fois limité au cours de la période (que 30 fois) et qu il y a en outre peu d indications concernant cette intervention, nous avons préféré ne pas tenir compte de cette intervention pour la suite de notre analyse /03/2010

24 Les interventions bariatriques sont plus souvent réalisées chez les femmes que chez les hommes (Figure 6), ce qui va a l encontre des différences en BMI constatées entre les hommes et les femmes, qui font apparaître que le pourcentage de corpulence ou d obésité est plus élevé chez les hommes que chez les femmes. En plus des valeurs BMI, il y a donc vraisemblablement d autres facteurs (par exemple des facteurs esthétiques) qui ont une influence sur l exécution ou non d une intervention bariatrique. 120,00% 100,00% 80,00% 60,00% ,00% 20,00% 0,00% Gastric Banding Gastric Bypass Scopinaro/Duodenale Switch Sleeve Figure 6: Le pourcentage des deux sexes par type d intervention bariatrique au cours de la période (1 = hommes; 2 = femmes) 24 18/03/2010

25 Sleeve Scopinaro/Switch Duodénal Gastric Bypass Gastric Banding Figure 7: Evolution du nombre absolu des interventions bariatriques au cours de la période L augmentation limitée du pourcentage des personnes présentant une obésité de classe 2 ou 3 (Figure 2) ne suffit pas à expliquer l augmentation du nombre absolu des interventions bariatriques, tel que représenté à la Figure 7. Faut-il en déduire que des interventions bariatriques sont réalisées chez des personnes ne répondant pas aux conditions? Ou: Y a t il au sein du groupe de personnes répondant aux conditions encore suffisamment de marge de manoeuvre pour justifier une telle croissance du nombre des interventions bariatriques? Une simulation limitée nous a permis de calculer le nombre des interventions bariatriques auxquels nous pouvions nous attendre en fonction du pourcentage des personnes présentant un BMI > 40. Note 1: Les personnes présentant un 35 < BMI < 40 n ont pas été intégrées dans la simulation, étant donné que nous n avons aucune idée de l absence ou de la présence de co-morbidité. Note 2: Des personnes présentant un BMI > 40, certaines n entreront pas en considération pour une chirurgie bariatrique. Les résultats de la simulation sont donc à prendre avec un grain de sel! 25 18/03/2010

26 Année de la mesure Pourcentage BMI > 40 parmi les personnes interrogées par le PSBH (1) Importance de la population Belge en 2003 (2) Pourcenta ge de la population Belge affiliée au ML (3) Nombre attendu d interventions bariatriques chez les membres ML (4) = (1)*(2)*(3) Nombre effectif d interventions bariatriques chez les affiliés ML (5) Nombre effectivement réalisé / attendu (%)((5)/(4)) ,50% , ,41 495,00 5,94% ,44% , ,74 497,00 6,74% ,56% , ,22 516,00 5,53% ,55% , ,81 553,00 5,99% ,46% , ,91 612,00 7,97% Tableau 3: Simulation du nombre des interventions bariatriques à prévoir en fonction du BMI Il appert de la simulation qu il y a encore pas mal de marge de manœuvre au sein du groupe de personnes présentant un BMI > 40 pour justifier la croissance actuelle du nombre des interventions bariatriques. Il y aura d ailleurs toujours une marge pour l exécution de ce type d intervention dans le futur, même en l absence d une augmentation du pourcentage de ces personnes au niveau de la population totale. L exécution d interventions bariatriques peut être stimulée par le demandeur (le patient), ou par celui qui offre le service = le prestataire. Le moment est venu pour les autorités de se prononcer clairement sur la répartition des budgets entre les initiatives de prévention et des initiatives qui interviennent à un stade plus tardif du processus de l obésité /03/2010

27 Par type d intervention Gastric Banding La population chez qui un Gastric Banding est réalisé, est une population plutôt jeune (Figure 8). conformément au consensus atteint par le groupe d experts du NIH, la plupart des interventions de Gastric Banding sont réalisées chez une population entre 18 et 60 ans (catégorie d âge 2 à 5) Gastric Banding Figure 8: Le nombre absolu des Gastric Bandings par catégorie d âge au cours de la période /03/2010

28 Un point qui nous intéresse plus particulièrement, est celui de l évolution du nombre absolu de Gastric Bandings. Nous étudions cette évolution au cours de la période (Figure 9). Le nombre absolu de Gastric Bandings augmente au cours de cette période. En 2003, nous avons même constaté une très forte augmentation du nombre de Gastric Bandings Gastric Banding Figure 9: Evolution du nombre absolu de Gastric Bandings de 1997 à /03/2010

29 Si nous mettons cette même évolution en corrélation avec les différentes catégories d âge, il apparaît clairement que les Gastric Bandings touchent toujours une population jeune (Figure 10) Gastric Banding Figure 10: Evolution du nombre absolu des Gastric Bandings par catégorie d âge de 1997 à /03/2010

30 Gastric Bypass Les Gastric Bypasses semblent être moins liés à l âge (Figure 10). Ce code de nomenclature est donc vraisemblablement utilisé également pour d autres indications que l obésité Gastric Bypass Figure 11: Le nombre absolu de Gastric Bypasses par catégorie d âge au cours de la période 1997 à /03/2010

31 Le nombre absolu de Gastric Bypasses a toutefois augmenté, comme celui des Gastric Bandings, au cours de la période 1997 à 2003 (Figure 12). En étudiant de plus près ce nombre par catégorie d âge, nous constatons qu au cours de la période 1997 à 2003, de plus en plus des personnes jeunes ont subi un Gastric Bypass (Figure 13). Ceci pourrait indiquer que l obésité devient une indication supplémentaire pour ce type d intervention (indication qui s ajoute à celle des cancers gastrointestinaux) Gastric Bypass Figure 12: Evolution du nombre absolu de Gastric Bypasses de 1997 à /03/2010

32 Gastric Bypass Figure 13: Evolution du nombre absolu des Gastric Bypasses par catégorie d âge de 1997 à /03/2010

33 Scopinaro et Switch duodénal La répartition du nombre de Scopinaros ou de switches duodénaux parmi les différentes catégories d âge ressemble à celle des Gastric Bandings. Les interventions sont plutôt réalisées chez une population jeune (Figure 15) Total Scopinaro/Switch Duodénal Figure 14: Le nombre absolu de Scopinaros et de switches duodénaux par catégorie d âge au cours de la période /03/2010

34 Tandis que le nombre de Gastric Bandings au cours de la période 1997 à 2003 a connu une augmentation supplémentaire en 2003, le nombre de Scopinaros et de switches duodénaux diminue de 1997 à Le dernier nombre diminue également en Une analyse approfondie des données de facturation à partir de 2003 devrait nous démontrer si cette diminution de nombre de Scopinaros et de switches duodénaux est fortuite ou s il s agit d une tendance (Scopinaro ou switch duodénal remplacé par des opérations de Gastric Bandings) Total Scopinaro/Switch Duodénal Figure 15: Evolution du nombre absolu de Scopinaros et de switches duodénaux de 1997 à /03/2010

35 Il ressort de la Figure 16 que l augmentation de ce type d intervention jusqu en 2002 et sa diminution en 2003 concerne surtout une population plus jeune Total Scopinaro/Switch Duodénal Figure 16: Evolution du nombre absolu de Scopinaros et de switches duodénaux par catégorie d âge de 1997 à /03/2010

36 Les sleeve gastrectomies Contrairement à ce qui se passe pour les interventions bariatriques déjà abordées, cette intervention des sleeves gastrectomies touche plutôt une population plus âgée. Il y a donc deux possibilités : soit il y a d autres indications que l obésité qui influencent l évolution de la fréquence de cette intervention, soit l on opte plutôt pour une Sleeve Gastrectomie en cas d obésité à un âge plus élevé Sleeve Figure 17: Le nombre absolu des Sleeve gastrectomies par catégorie d âge au cours de la période /03/2010

37 Le nombre absolu des Sleeve gastrectomies n augmente pas systématiquement au cours de la période Il y a même plutôt une baisse (voir Figure 18) Sleeve Figure 18: Evolution du nombre absolu des Sleeve gastrectomies au cours de la période Compte tenu de l évolution dans le temps par catégorie d âge, la Figure 19 semble indiquer que la majorité des sleeves gastrectomies est réalisée chez une population plus âgée. La baisse de la fréquence de cette intervention se fera donc également principalement ressentir au niveau de cette catégorie d âge /03/2010

38 Sleeve Figure 19: Evolution du nombre absolu de Sleeve gastrectomies par catégorie d âge de /03/2010

39 1.9. CONCLUSION Nos conclusions sont les suivantes pour la période 1997 à 2003: - Le BMI moyen de la population belge a tendance à augmenter tant chez les hommes que chez les femmes. - Le BMI moyen des hommes est plus élevé que celui des femmes. - Le pourcentage des hommes corpulents et des hommes présentant une obésité est plus élevé que le pourcentage des femmes présentant une surcharge pondérale ou une obésité. - La répartition en fonction de la classification de l obésité est influencée par l âge. - Le pourcentage des personnes corpulentes et obèses augmente au fur et à mesure que l âge augmente. - Il y a une augmentation de la plupart des interventions bariatriques, exception faite pour les Sleeves gastrectomies. Sur base de l évolution dans le temps des valeurs BMI de la population belge et de la plus grande notoriété des interventions bariatriques, on peut s attendre à une nouvelle croissance du nombre d interventions bariatriques. Lors de l interprétation des résultats de notre étude, il faut tenir compte de ce qui suit : - Le BMI de la population belge a été déduit des résultats d une enquête et ne résulte pas d une mesure du poids et de la longueur, sous la surveillance de scientifiques ; - Nous ne sommes pas certains que les personnes interrogées représentent un groupe représentatif en ce qui concerne les valeurs BMI de la population belge; - Nous nous sommes limités à l étude de l évolution du BMI, sans nous préoccuper de l évolution de la proportion tour de taille/tour de hanche ou du tour de la taille ; - Nous ne disposons pas d un enregistrement uniforme des interventions bariatriques (la fréquence de facturation des codes nomenclatures sélectionnés pourrait donc également être influencé par des évolutions en ce qui concerne la présence d autres affections gastro-intestinales) AVIS Malgré que l on qualifie de fléau l obésité, la Belgique ne mène aucune politique structurée contre l obésité (prévention ou traitement). Une approche horizontale de la problématique intégrant tant des programmes de prévention que de traitements, s impose. Il faudrait, en fonction du coût et de l effectivité fixer des priorités au niveau de l offre de soins aux personnes obèses. - Va-t-on mettre l accent sur la prévention de l obésité? - Préférons-nous le traitement de l obésité? - Ou faut-il se concentrer sur le traitement des cas de co-morbidité? 39 18/03/2010

40 Effectivité? Interventions liées au mode de vie Cure Obésité Prévention Interventions pharmacologiques Chirurgie bariatrique Cure comorbidités obésité Coûts? Inspanning? Effort autorité publique Effort patient Pour pouvoir mesurer l effet de programmes de prévention et de traitement en cas d obésité et de corpulence, il serait certainement utile de systématiquement mesurer les paramètres pertinents de l évaluation des risques de santé dans le cadre d un échantillon représentatif. Il faudra d abord trouver des réponses aux questions suivantes : - Est-ce que le BMI est le seul paramètre pertinent? - Ou allons-nous également tenir compte de la distribution des graisses et allons-nous considérer la proportion Taille / Hanche ou le tour de taille comme paramètre pertinent? Afin d arriver à une bonne évaluation de tant les indications que la qualité (outcome), que le coût des interventions actuelles et futures en cas de corpulence ou d obésité, il est nécessaire d enregistrer ces interventions comme telles /03/2010

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

23,1 % 13,8 % 1979 2004

23,1 % 13,8 % 1979 2004 L OBÉSITÉ et son traitement... Dr Pierre Y. Garneau MD, FRCS, FACS, FASMBS Chef du service de chirurgie général Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal Assistant professeur Université de Montréal Objectifs

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité CHIRURGIE DE L OBESITE Gilles FOURTANIER L accroissement de la prévalence de l obésité et de sa gravité en France comme dans tous les pays européens, désigne ce phénomène comme un des enjeux importants

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire?

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CRITÈRES DE CHOIX DES PATIENTS - IMC supérieur ou égal à 40 kg/m2 - IMC supérieur ou égal à 35 kg/m2 avec un facteur

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale.

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. R16 = L OBESITE R16 = L OBESITE A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. Définition : Selon l OMS, l obésité se caractérise par «une accumulation anormale ou excessive

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L obésité et la précarité alimentaire en Belgique Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L Obésité Obésité Mars 2013 Selon l OMS (organisation Mondiale de la Santé):

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Constat. Quelques chiffres

Constat. Quelques chiffres La création d une au Centre Hospitalier Hornu-Frameries est venue d un constat simple : l obésité et le surpoids sont deux phénomènes sans cesse en augmentation. La personne victime du poids est souvent

Plus en détail

Évaluation du poids normal Fascicule n o 333

Évaluation du poids normal Fascicule n o 333 Évaluation du poids normal Fascicule n o 333 Chaque individu a un poids normal. Ce poids s identifie par un chiffre précis. Il ne se situe pas à l intérieur d une marge plus ou moins élastique. Pour une

Plus en détail

Sommaire. I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous... P.4. II. Une maladie, de nombreux traitements... P.7

Sommaire. I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous... P.4. II. Une maladie, de nombreux traitements... P.7 Sommaire I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous............. P.4 UNE MALADIE DE PLUS EN PLUS FRÉQUENTE.................................. P.4 UNE MALADIE GRAVE.......................................................

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

INDICATEURS D ACTIVITÉ. OBÉSITÉ Activité produite en Région Centre 2009-2010

INDICATEURS D ACTIVITÉ. OBÉSITÉ Activité produite en Région Centre 2009-2010 INDICATEURS D ACTIVITÉ OBÉSITÉ Activité produite en Région Centre 2009-2010 Cahier des charges «Centres spécialisés» dans la prise en charge de l obésité sévère 1 MATÉRIEL ET MÉTHODE I. HOSPITALISATION

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION GUIDE D AIDE À LA DÉCISION PROGRAMME DE CHIRURGIE BARIATRIQUE Avril 2012 Page 1 Document rédigé par : Nathalie Turgeon, infirmière clinicienne Hélène Boutin, conseillère clinicienne en soins infirmiers

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE Bruxelles, juillet 2014 La nouvelle enquête de la concernant le comportement des fumeurs montre que la cigarette électronique n a pas connu

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie Page 3 La méthodologie Etude

Plus en détail

Questionnaire initial (avant évaluation)

Questionnaire initial (avant évaluation) Enquête Collège-Lycée QUESTIONNAIRE PROPOSE Questionnaire initial (avant évaluation) Age : Sexe :? M? F Poids : Taille : Sport pratiqué ( indiquer le niveau ) : 1 ) HYDRATATION DU SPORTIF Une bonne hydratation

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

La chirurgie de l obésité en plein

La chirurgie de l obésité en plein 1 sur 6 14/10/2014 13:52 La chirurgie de l obésité en plein essor LE MONDE SCIENCE ET TECHNO 13.10.2014 à 14h25 Mis à jour le 14.10.2014 à 11h51 Par Pascale Santi (/journaliste/pascale-santi/) «Sans titre»,

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

faisons le point En médecine, il arrive que le vent tourne. La Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme

faisons le point En médecine, il arrive que le vent tourne. La Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme Denis Drouin, MD Le cas de Jean-Yves Jean-Yves a 45 ans et il joue dans des ligues de hockey de la région. Il mesure 1 m 80, pèse 120 kg et son indice

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

100 habitudes pour maigrir

100 habitudes pour maigrir Perdre du gras à long terme et ne jamais le reprendre Aurèle Mariage Sommaire Mise en garde... 6 Introduction... 7 A propos de l auteur... 9 Les habitudes et la motivation... 10 1. Prendre (et avoir) de

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS AUTEUR Cloë OST Remerciements Ce travail n aurait pas pu être réalisé sans la collaboration de nombreuses personnes. Des remerciements particuliers sont adressés : Aux participants

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

I. Accord obtenu sur un certain nombre de principes de base = note de synthèse.

I. Accord obtenu sur un certain nombre de principes de base = note de synthèse. I. Accord obtenu sur un certain nombre de principes de base = note de synthèse. 1) Le citoyen a droit à l aide adéquate la plus rapide (tant en ce qui conceme le service d incendie qu en ce qui conceme

Plus en détail

- L eau laquelle choisir - Menu idéal pour une journée si l on veut perdre du poids

- L eau laquelle choisir - Menu idéal pour une journée si l on veut perdre du poids Formation via Skype pour le titre de Coach en Nutrition et Santé avec la fondatrice Michèle Fioletti, praticienne de santé, psychologue en nutrition et sa méthode FORM + éprouvée durant ses 28 ans de consultations.

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Obésité et contraception. Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre

Obésité et contraception. Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre Obésité et contraception Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre Obésité et risque de TVP Augmentation des facteurs pro-coagulants (7,8,12 et du fibrinogène) stase veineuse augmentée Risque de TVP augmenté (=

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012

Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012 Enquête sur la problématique du tabagisme auprès de la population fribourgeoise réalisée par l Institut de sondage M.I.S Trend en 2009 et 2012 Résumé des résultats mai 2013 Depuis 2009, le CIPRET Fribourg

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution Nom de l Institution Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Nom du projet Base de données salaires et durée conventionnels de travail Acronyme CAO-CCT Description du projet et contexte

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Dépenses publiques 6

Dépenses publiques 6 Dépenses publiques 6 6.1 Estimation des dépenses publiques en matière de lutte contre les drogues Cristina Díaz Gómez 148 Estimer les dépenses publiques relatives aux drogues consiste à déterminer quels

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

etudes Les coûts hospitaliers de la chirurgie bariatrique en Belgique

etudes Les coûts hospitaliers de la chirurgie bariatrique en Belgique etudes Les coûts hospitaliers de la chirurgie bariatrique en Belgique Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 commu@mloz.be Rédaction Vanessa Vanrillaer

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Enquête de Santé par Interview Belgique 2001

Enquête de Santé par Interview Belgique 2001 Enquête de Santé par Interview Belgique 2001 Livre 1 Méthodologie IPH/EPI REPORTS nr 2002-22 Rue de Louvain, 44 1000 Bruxelles Section d'epidémiologie Rue Juliette Wytsman, 14 1050 Bruxelles Tél : 02/642.57.94

Plus en détail

N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 8 juillet 2009. PROPOSITION DE LOI visant à reconnaître la profession

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe Prochaine étape La prochaine étape de l enquête 50 + en Europe est de compléter l actuelle base de données par l histoire de vie des

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS Depuis le début du programme en 2009, les cellules ont accueilli 1139 adhérents. La

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données www.coopami.org Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PLAN de l exposé : Partie 1 : Contexte général du système de remboursement

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION INTRODUCTION : Nos organes consomment des nutriments qu ils prélèvent dans le sang au niveau des capillaires sanguins. D où proviennent les nutriments dont nos

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

Le début de ce(s) traitement(s) consiste à developper un plan de traitement avec des objectifs de traitement clairement définis.

Le début de ce(s) traitement(s) consiste à developper un plan de traitement avec des objectifs de traitement clairement définis. Article 7 : spécifications de la participation au projet pilote 1. Objectifs Une équipe mobile sera créée. Cette équipe sera créée par une collaboration entre une ou plusieurs initiatives de coordination

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Faut-il faire maigrir tout le monde?

Faut-il faire maigrir tout le monde? Faut-il faire maigrir tout le monde? Recommandations pour l évaluation et le traitement du surplus de poids Huguette Bélanger, md Plan de la présentation Définition Risques pour la santé Recommandations

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Contexte et objectifs

Contexte et objectifs Contexte et objectifs L arrivée massive des «baby-boomers» à la retraite est, depuis quelques années, au coeur des préoccupations de la société québécoise. Dans ce contexte, les personnes aînées sont souvent

Plus en détail

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de article déjà publié d la série ins e e part naires Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante compte environ

Plus en détail

Pour une vie en santé

Pour une vie en santé Mémoire de l AMC au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Pour une vie en santé Présenté par : Anne Doig, MD, CCFP, FCFP Présidente sortante Priorité au discours prononcé A healthy population

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Trajet des aliments : Suivi du bol alimentaire grâce à des radiographies : on observe un tube qui véhicule les aliments.

Trajet des aliments : Suivi du bol alimentaire grâce à des radiographies : on observe un tube qui véhicule les aliments. Origine et devenir des nutriments (corrigé du prof) 5 ème Acquis : - 6 ème : végétaux et animaux servent à produire des aliments constitués de lipides, glucides et protéines. Mise en évidence de l amidon

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

L obésité constitue un risque important

L obésité constitue un risque important Le diabète de type 2 et l obésité : un lien incontournable Caroline Rhéaume, M.D., Ph. D., MCCM Patrice Brassard, Ph. D. L obésité constitue un risque important pour la santé et est reliée à plusieurs

Plus en détail

Les Français et leur santé pendant les vacances

Les Français et leur santé pendant les vacances Juillet 2013 N 111201 UPSA Contact : Damien Philippot 01 45 84 14 44 damien.philippot@ifop.com Les Français et leur santé pendant les vacances La méthodologie Etude réalisée pour : Echantillon : Echantillon

Plus en détail

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref...

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref... Une vision d avenir Il était deux petits navires Alain Poirier, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint février 200 En bref... Mise en contexte Une mise en contexte Quelques données

Plus en détail

Enquête satisfaction client

Enquête satisfaction client Enquête satisfaction client Cas de l entreprise (X) de nettoyage d entretien et Actions de partenariat Préparée et rédigée par : M.I.CHIKHI SOMMAIRE I/ INTRODUCTION II/ FORMULATION DU PROBLEME III/ RECHERCHE

Plus en détail

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse Le nombre de mariages est en baisse tendancielle. Il passe de 2 236 en 196 à 1 714 en 211. Inversement, le nombre de divorces a augmenté fortement en passant de 13 en 196 à 1 27 en 211. Les mariages entre

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

Division Évaluation, Prospective et Logistique

Division Évaluation, Prospective et Logistique RECTORAT 20, boulevard d Alsace-Lorraine 80063 Amiens cedex 9 Division Évaluation, Prospective et Logistique NOTE D INFORMATION N 04/06 Mai 2004 CLASSIFICATION DES LYCEES PUBLICS D ENSEIGNEMENT GENERAL

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300

Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300 Dans ce chapitre : L équation de l équilibre énergétique 298 Les besoins énergétiques du corps 300 L activité physique et le contrôle du poids 300 La composition corporelle 302 La masse maigre 303 La masse

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 15 QCM :

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 15 QCM : UE NUTRITION L2 Maïeutique Session Janvier 2014 - Durée de l épreuve : 30 minutes Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 15 QCM : Pensez à vous identifier (numéro de table, numéro étudiant,

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail