1 Le cadre du management des collectivités territoriales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Le cadre du management des collectivités territoriales"

Transcription

1 Introduction L objectif de ce chapitre introductif est de présenter le cadre du management des collectivités territoriales en France. Les administrations locales sont en effet, soumises à des défis managériaux. L obtention de compétences dans ce domaine apparaît comme un enjeu de performance et de modernisation des services. CHAPITRE 1 1 Le cadre du management des collectivités territoriales Cette section comprend la présentation des principaux défis managériaux auxquels sont confrontés les services publics locaux et la définition retenue du management des collectivités territoriales. Les défis managériaux des collectivités territoriales La mise en œuvre des principes du management des collectivités territoriales s inscrit dans le cadre d un contexte législatif et réglementaire ayant régulièrement impacté les compétences de ces institutions. Ces contextes réglementaires amènent à l adoption et à l utilisation de pratiques managériales (ex. : recours à des nouveaux dispositifs de gestion des ressources humaines suite à l intégration de nouveaux personnels de l État). Ces administrations locales sont ainsi amenées à adapter leurs pratiques face aux lois de décentralisation successives et leurs décrets d application. Les aspects économiques et financiers soumettent également les services publics locaux à des menaces budgétaires et financières touchant leurs pérennités et amenant la mise en place de pratiques managériales spécifiques (ex. : système de notation financière, financement par le biais d un Partenariat Public-Privé).

2 10 L ESSENTIEL DU MANAGEMENT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Le contexte technologique apparaît à l inverse, comme une source d opportunité de nouvelles structurations des services en facilitant l amélioration de la qualité du service (ex. : mise à disposition de documents administratifs à l aide d une dématérialisation via internet). Les mutations sociologiques des usagers-citoyens poussent à l émergence de besoins dans les territoires impliquant l adaptation du service public à des profils en évolution comme par exemple, le développement de système de démocratie participative type Agenda 21. La volonté de participation des usagers-citoyens apparaît ainsi avec le souhait d une gestion publique tournée vers les citoyens dans un contexte de crise de légitimité des services publics. L obtention de compétences managériales des personnels des collectivités territoriales apparaît ainsi présentée comme un enjeu de performance et de modernisation des services. La justification à l adoption de la Charte d engagement qualité Marianne dans les Communes Expérimentée dès le printemps 2004, la Charte «Marianne» décline des engagements destinés à assurer la qualité de l accueil (physique, téléphonique, postal ou électronique) au sein des administrations publiques. Cette Charte vise la recherche d un engagement fédérateur de l administration locale tout en étant adaptable à la diversité des missions et des publics. La Charte «Marianne» comprend des rubriques d engagement (ex. : faciliter l accès aux services, accueil attentif et courtois) et pour chaque engagement, des standards de qualité modulables. Cette Charte est ensuite déployée dans les services, chaque usager pouvant faire valoir ces engagements dans le cadre de la relation de service. Le déploiement de cette charte qualité d accueil s insère dans les débats portant sur la mise en place de démarches qualité de certification ou de labellisation dans un contexte de marge financière restreinte, d évolution des relations de service avec l usager et de recherche d amélioration des relations de services avec les administrés. Source : Grelley P. (2010), Le sourire de Marianne Charte et label éponymes, Informations sociales La volonté d intégrer le management dans les collectivités territoriales trouve son actualité par les multiples travaux qui en assurent la promotion. La Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL) sous l égide du ministère de la Fonction Publique, initie régulièrement des colloques, congrès et journées d étude visant à présenter des expériences managériales locales.

3 CHAPITRE 1 Introduction 11 De même, le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) forme les personnels territoriaux aux compétences managériales (ex. : organisation d ateliers portant sur les implications des réformes). Enfin, les Chambres Régionales des Comptes (CRC) émettent régulièrement des Rapports d observation sur la gestion des collectivités territoriales. Ces travaux s inscrivent dans une démarche de présentation et d incitation à l adoption de bonnes pratiques. Les CRC soulignent par exemple, les manquements à la gestion d une commune suite au déploiement d un outil de management construit avec des moyens humains et financiers conséquents, mais sans avoir été en mesure d exploiter et d utiliser l outil. Les managers (ex. : décideurs publics, hommes politiques) sont ainsi impliqués par de multiples acteurs internes et externes à la collectivité incitant à renouveler leurs pratiques. Afin d assurer le «succès» de ces pratiques, les managers doivent cependant intéresser les acteurs impliqués par la démarche notamment dans la phase d élaboration des outils. L échec de pratiques innovantes : l exemple du Mobilien de la Région Ile-de-France Cette expérience est lancée en 2004 par le Conseil Régional d Ile-de-France consistant à renforcer le réseau de bus. L expérience du Mobilien par la RATP illustre la nécessité d apprentissage par les expériences locales. L échec de cette expérience est relié à une non prise en considération des éléments économiques du projet ainsi que des chocs de référentiels des acteurs mobilisés à la démarche (ex. : absence de participation des techniciens et de portage politique, procédure participative imparfaite). Source : Gonzalez-Alvarez (2007), La mort de Mobilien ou l innovation au risque de la concertation, Gérer et Comprendre Le management des collectivités territoriales se déploie ainsi à travers des rapports publics, des groupes de travail ou des conférences. Des formations professionnelles et universitaires centrées sur le management des collectivités territoriales se sont également ouvertes en utilisant le principe de l alternance entre présentation de concepts et mises en pratique (sensibilisation des personnels aux questions organisationnelles et financières).

4 12 L ESSENTIEL DU MANAGEMENT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Du cadre au manager territorial : l exemple du Cycle Supérieur de Management de l INET L Institut National des Études Territoriales a créé en 1997, le Cycle Supérieur de Management en s adressant aux cadres supérieurs des collectivités territoriales disposant d une expérience professionnelle et se destinant à exercer des fonctions de direction. Le cycle se déroule sur une année et s articule en deux phases distinctes, à savoir une succession de modules d enseignements et une mission de conseil auprès d une collectivité. La définition du management des collectivités territoriales Le terme «management» se définit comme un «ensemble de connaissance concernant l organisation et la gestion d une entreprise» (Dictionnaire Le Petit Robert, édition 2008). Le verbe «manager» prend alors le sens de «administrer, conduire, gérer, organiser». Le verbe anglais «to manage» et le terme de «management» viennent du mot français «ménager» signifiant une «action ou art ou manière de conduire une organisation, de la diriger, de planifier son développement, de la contrôler» (Thiétart, 2000, Le management, PUF). Ces définitions sont cependant décevantes dans la mesure où elles présentent le management comme neutre dans les organisations mettant de côté le «sens» donné à l action. Le manager conduit en effet, les acteurs d une organisation pour qu ils coopèrent ensemble afin d atteindre les objectifs fixés. Adapté au secteur public, le management est la mise en œuvre de méthodes et de techniques visant à développer le pilotage de la décision publique. L emploi du mot «management» avant les années 1970 pour désigner l administration publique est rare. L expression «management public» est devenue dans les années 1980 d utilisation courante. Les années 1980 ont, en effet, été des années de diffusion de techniques de management souvent importées du secteur privé (ex. : comptabilité analytique, plan de communication). Ce courant de pensée appelé Nouveau Management Public trouve son point d appui à partir des années 1990, sur la base de l ouvrage d Osborne et Gaebler (1992) intitulé «Reinventing government. How the entrepreneurial spirit is transforming the public sector». L expression s est alors imposée pour désigner les réformes de modernisation des services publics. Ce courant se réfère aux méthodes de l organisation privée avec l introduction d un management dirigé vers l efficacité et les principes de participation, d engagement, de transparence et d évaluation.

5 CHAPITRE 1 Introduction 13 Le courant du Nouveau Management Public a inspiré en France des pratiques de management comme par exemple, les systèmes de contrat de performance (ex. : contrat liant un délégataire à la collectivité via un système budgétaire, des objectifs et une mesure de la performance) ou l utilisation des systèmes de Partenariat Public-Privé (ex. : financement d un Collège par l intermédiaire d une entreprise délégatrice assurant la construction et l entretien du bâtiment). Le socle conceptuel du Nouveau Management Public Axes Organisation Évaluation Caractéristiques des axes Décentraliser l administration par des agences fonctionnelles autonomes. Remplacer les procédures hiérarchisées par des contrats. Promouvoir au sein des équipes, des démarches de projet stratégiques. Évaluer les organisations à l aide d indicateurs de performance. Apprécier les effets de la décision publique au regard des intentions et des objectifs. Soumettre les agents publics à une mesure de leur performance. Rendre autonome et responsable les gestionnaires des politiques publiques. Rémunérer les personnels en fonction de l évaluation des compétences. Source : Adapté de Merrien FX (1999) La nouvelle gestion publique : un concept mythique, Social et Politiques, n o 41, 1999, p Ce déploiement fonde son argumentation sur la mise en cause d un modèle reposant sur une gestion de type «bureaucratique» en formulant ses critiques sur un service public trop faiblement ouvert sur l opinion des usagers-citoyens. Réfutant ainsi l idée d une spécificité des services publics, le Nouveau Management Public apparaît en France avec l exaltation des valeurs de l entreprise. «Pour en finir avec le Nouveau Management Public» «Les collectivités doivent-elles continuer à subir le diktat des techniques préconisées au nom du «Nouveau Management Public»?», c est en ces termes que Laurent Roturier (Directeur Général des Services de la ville de Bron) dans un article publié dans la Lettre du Cadre Territorial en 2010, critique le courant du Nouveau Management Public qu il accuse de créer des tensions sociales nouvelles au sein des collectivités

6 14 L ESSENTIEL DU MANAGEMENT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES «Seule exemplarité supposée du modèle privé, qu il était urgent de transposer au secteur public lorsqu au tournant des années quatre-vingt s était peu à peu imposée l idée que l on ne savait pas manager dans le public, à un moment où l État n était plus la solution, mais devenait le problème, selon la fameuse formule des néolibéraux de Washington...» (p. 14). «Il faut revenir aux fondamentaux : le management efficace repose sur des objectifs clairs, un bon fonctionnement de la prise de décision, un respect de la culture de la collectivité ou de l entreprise, ainsi que des hommes et femmes qui y travaillent. La qualité du «process» de décision et le partage de la stratégie permettent aux équipes dirigeantes de donner du sens, de mettre en perspective le mesurer l action publique... mais autrement» (p. 15). Source : Roturier (2010), «Pour en finir avec le Nouveau Management Public», La Lettre des Collectivités Territoriales, octobre n o 408. Utilisé par le secteur public local, le terme de «management» est un concept amenant à promouvoir une démarche de travail ordonnée en fonction d objectifs. Il intéresse différents niveaux hiérarchiques (Directeurs Généraux et Adjoints, responsables de service, élus), différentes compétences (ex. : ressources humaines, organisationnelles, finance, qualité de service) et différents domaines d activités (ex. : accueil en mairie, secteur action et aide sociale et culturelle). Si le management touche ces institutions publiques, il doit en revanche, en respecter les spécificités. Des managers pour gérer le secteur culturel local La collecte des extraits d offres d emploi de «manager» ci-dessous (directeurs, adjoints, responsables d unité) est réalisée en juin 2012 à partir du site internet de la Lettre du Cadre Territorial (champ : culturel ; catégorie : A ; secteur : Mission/profil). «Avoir une vision artistique et pédagogique affirmée ; Manager et encadrer les équipes administrative, technique et enseignante» [Directeur de musée] ; «Veiller à la préservation, à l entretien et au traitement matériel des collections ; Bonne maîtrise des techniques documentaires et des outils informatiques professionnels ; Vous assurez une fonction de manager avec une polyvalence de tâches réalisées et priorisées ; [...] En terme de qualités relationnelles, vous savez communiquer et négocier, vous avez une aptitude à la médiation ainsi qu une aptitude prononcée au management et à la gestion administrative. Vous savez animer des équipes avec dynamisme et enthousiasme, vous savez réguler des conflits» [Adjoint du directeur de la bibliothèque départementale] ;

7 CHAPITRE 1 Introduction «Mise en œuvre de projets pédagogiques dans le cadre du projet d établissement ; Bonne connaissance de la vie d un établissement d enseignement artistique classé, du fonctionnement des collectivités territoriales ainsi que des réseaux culturels ; [...] Ses compétences managériales seront avérées, autant que son sens de l organisation, ses capacités d analyse, de rédaction et de synthèse» [Directeur du Conservatoire]. L analyse de ces offres d emplois dans le secteur culturel montre un besoin de compétences techniques et scientifiques (ex. : connaître les organisations et acteurs du secteur culturel ; mettre en place des projets pédagogiques) mais également managériales (ex. : référence à des aspects d encadrement, de coordination, de gestion administrative, d animation et de travail en équipe). Les managers gèrent des budgets, font de la communication, explicitent des objectifs et réfléchissent à des solutions tout en assurant l accompagnement des changements à mettre en place. Les managers culturels doivent alors superviser, mettre en place un plan d action, effectuer un travail de contrôle tout en apportant leurs savoirs techniques sur le domaine culturel. Cette articulation des logiques technique et managériale n est cependant pas sans poser problèmes (ex. : gestion du temps, difficulté de coordination des projets ou de spécialisation sur le cœur de métier avec la représentation d un métier de plus en plus administratif). La principale difficulté est d avoir un rôle d interface entre les acteurs culturels de terrain exprimant des demandes et des besoins et l administration locale faisant valoir ses objectifs. Le rôle de manager est alors de faire en sorte que l ensemble de ces logiques coïncident. 2 Les collectivités territoriales en France Sont définies comme «Collectivités territoriales de la République» à l article 72 de la Constitution de 1958 après la révision du 28 mars 2003, les Communes, les Départements, les Régions et les collectivités à statut particulier (ex. : EPCI Établissements Publics de Coopérations Intercommunales). Les collectivités disposent du caractère «territorial» dans la mesure où leurs existences juridiques dépendent de la délimitation d un territoire. Ces structures sont soumises aux mêmes contraintes juridiques dans la mesure où les compétences des collectivités sont délimitées par le législateur sur le territoire national à l aide du Code Général des Collectivités Territoriales (ci-après CGCT).

8 16 L ESSENTIEL DU MANAGEMENT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Les collectivités territoriales représentent en 2011, un volume de dépenses de près de 215 milliards d euros et environ 205 milliards d euros de ressources. Les collectivités réalisent 70 % des investissements publics (Source : INSEE, Rapport 2011 sur les comptes de la Nation). Les dépenses locales augmentent de manière régulière depuis 30 ans passant de 8 % du PIB en 1980 à 11 % en Le secteur public représente en France 5,3 millions d agents, 34,1 % des effectifs publics travaillant dans le secteur public local (Source : DGCL, données au 31 décembre 2011). L histoire des collectivités territoriales en quelques dates Les collectivités territoriales ont connu une évolution contrastée durant la période qui s étend de l Ancien Régime aux réformes décentralisatrices de Dans un pays de tradition centralisatrice comme la France, l histoire des collectivités locales est celle de leurs rapports avec l État et donc indirectement, celle de la tutelle dont elles font l objet. L existence des Communes en France remonte en effet, au XI e siècle. Sous l Empire, la tutelle administrative et la dévolution des pouvoirs au Préfet sont généralisées, l autorité municipale devenant administrative avec un principe électif abandonné. C est en 1848 que l élection des conseillers municipaux est instituée. Il faut cependant attendre la Loi municipale du 5 avril 1884 pour doter la Commune du statut de «collectivité territoriale». Cette loi instaure la compétence générale des Communes et le principe de libre administration où le conseil municipal (élu au suffrage universel direct) règle par ses délibérations, les affaires du ressort de la Commune. En 2011, la France compte Communes La répartition des Communes par taille en 2011 (DGCL, 2011) Strates démographiques Nombre de Communes % population 0 à habitants ,82 % à habitants ,11 % à habitants ,75 % habitants et plus 41 18,32 % Compte tenu du nombre de Communes, le législateur a mis en place des outils juridiques incitant à leurs regroupements. Les premières tentatives datent des années 1970 et sont relancées avec la Loi dite Chevènement du 12 juillet 1999 relative au «Renforcement et à la simplification de la

9 CHAPITRE 1 Introduction 17 coopération intercommunale» visant à simplifier le paysage intercommunal. Cette loi précise que les EPCI acquièrent par cette loi, le caractère d établissements publics territoriaux administrés par des autorités qui leur sont propres et disposant de l autonomie financière. Les EPCI sont régis par le principe de spécialité, c est-à-dire qu ils n exercent que les compétences strictement délimitées par son statut (spécialité fonctionnelle) et à l intérieur d un périmètre géographique déterminé (spécialité territoriale). Le régime juridique de l intercommunalité est aujourd hui architecturé autour de trois grandes structures, à savoir les Communautés Urbaines, d Agglomération et de Communes. Ces structures sont dotées de budgets et de compétences significatifs et représentent plus de 80 % de la population totale. À titre d exemple, la Communauté Urbaine du Mans (créée en 1971) avec un budget de 500 millions de budget en 2011, regroupe neuf communes ( habitants) et travaille sur les compétences essentiellement transports et gestion des déchets. Le Département n a pas connu la même évolution que la Commune. La question du découpage du territoire en Départements est en effet, abordée dès Les Départements sont créés par Décret du 22 décembre 1789 pris par l Assemblée constituante afin de remplacer les Provinces de France. C est la Loi du 10 août 1871 relative aux «Conseils Généraux» qui réorganise l institution départementale en dotant cette structure du statut de collectivité territoriale et d un organe délibérant élu au suffrage universel direct (le Conseil Général). Selon l article L du CGCT, «le Conseil Général règle par ses délibérations les affaires du Département». La France compte 96 départements en zone métropolitaine. Contrairement à l évolution du Département et de la Commune, l émergence de la région dans le paysage institutionnel est plus tardive. Des circonscriptions d action régionale sont ainsi créées par un Décret du 30 juin 1955 dans laquelle l administration est chargée d élaborer des programmes d action régionale en matière d aménagement du territoire. La Loi du 2 mars 1982 transforme l établissement public régional en collectivité territoriale dotée d une autorité délibérante élue au suffrage universel direct pour une durée de six ans (le Conseil Régional). La France compte 22 régions en zone métropolitaine.

10 18 L ESSENTIEL DU MANAGEMENT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Les effets managériaux déstabilisants de la réforme territoriale : le cas Chambérien L outillage juridique mis en place par la loi Chevènement se fonde sur la mise en place d un régime incitatif financier et des compétences obligatoires. Dans le cas de la Communauté d Agglomération de Chambery, la diversité et la conflictualité de l administration intercommunale oriente les démarches managériales vers la coordination et l homogénéisation des pratiques (ex. : comités de pilotage, conférences, séminaires, réunions d information, journées d études, outils de gestion prévisionnelle des effectifs et des compétences, démarches «projet»). Les transferts de compétence sont venus bouleverser la temporalité politique et managériale de la collectivité (ex. : espace d expression étriqué des responsables syndicaux et chefs de service, agents peu associés aux réorganisations souvent informés au dernier moment). Ces bouleversements ont créé une rupture des agents avec leurs administrations en générant des relations conflictuelles, une désorganisation des services, la suppression des collaborations établies et des échanges informels de travail. Source : Guéranger (2004), L impensé de la réforme intercommunale La mise en place des administrations des communautés d agglomération, Revue Française d Administration Publique, n o 111, 3/2004. Les compétences des collectivités territoriales Une collectivité territoriale constitue une division administrative disposant d une personnalité juridique, des compétences spécifiques et d une liberté d administration. La notion de décentralisation s applique à l ensemble de ces collectivités territoriales par le biais d une délégation de puissance publique autorisée par l État. La libre administration permet d assurer l équilibre entre égalité et liberté des collectivités au sein de la démocratie, l indivisibilité de la souveraineté exigeant que la mise en œuvre de la libre administration s exerce dans le respect des prérogatives de l État. Ce principe est reconnu par l article 72, alinéa 3 de la Constitution, «les collectivités territoriales s administrent librement par des conseils élus et dans les conditions prévues par la loi». C est également le principe de libre administration qui permet la mise en œuvre de la décentralisation par l affectation de personnel dédié à ces organisations. Les collectivités territoriales ont

11 CHAPITRE 1 Introduction 19 ainsi vocation à prendre des décisions pour les compétences qui leur sont consenties en disposant d un pouvoir réglementaire pour l exercice de ces compétences. Les collectivités bénéficient de la «clause de compétence générale» qui leur permet en principe d agir dans tous les domaines de l action publique dans la mesure où est en jeu un intérêt public local. Ce principe est toutefois encadré, par l attribution de certaines compétences à des niveaux donnés de collectivités. Cette attribution ne peut être faite que par la loi, les collectivités n ayant pas la compétence de leur compétence. Les actes de décentralisation en France Acte 1. La Loi n o du 2 mars 1982 relative aux «Droits et libertés des Communes, Départements et Régions» (dites également Lois Defferre) constitue le point de départ d un ensemble de textes portant sur la décentralisation marquée notamment par la suppression de la tutelle administrative du Préfet n exerçant plus un contrôle a priori sur l opportunité des actes des collectivités, mais a posteriori uniquement sur leur légalité. La Loi n o 83-8 du 7 janvier 1983 relative à «La répartition de compétences entre les Communes, les Départements, les Régions et l État» a donné lieu à transferts de compétences (ex. : plans d occupation des sols, formation professionnelle et apprentissage, logement). Acte 2. La Loi constitutionnelle du 28 mars 2003 relative à «L organisation décentralisée de la République» approfondit ce processus de décentralisation. Elle est complétée par les Lois organiques du 1 er août 2003 relative à «L expérimentation et au référendum local» et par celle du 29 juillet 2004 relative à «L autonomie financière des collectivités territoriales» posant le principe de l autonomie financière des collectivités territoriales et incluant les termes de «Région» et de «décentralisation» dans la Constitution. La définition des champs de compétences oscille entre des blocs de compétences définies de manière a priori et la technique du «chef de file» coordonnant les multiples interventions locales sur un même projet. Les Communes interviennent par exemple, dans des champs de compétences vastes comme l état civil (ex. : enregistrement des naissances et décès), l organisation électorale (ex. : organisation des élections, révision des listes électorales), l action sociale (ex. : gestion des garderies, foyers de personnes âgées), l enseignement (ex. : gestion et construction des écoles primaires), l aménagement (ex. : logement social, zones d activités, assainissement) et la protection de l ordre public grâce aux pouvoirs de police du Maire.

12 20 L ESSENTIEL DU MANAGEMENT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Le Département intervient essentiellement dans les champs de compétence de l action sociale (ex. : protection de l enfance, insertion des personnes en difficulté), la voirie (ex. : gestion des routes départementales et des transports), l éducation (ex. : gestion matérielle des collèges et des personnels techniques), la culture (ex. : archives départementales, bibliothèque de prêt) et le logement (ex. : gestion du fonds de solidarité pour le logement). Les Régions ont compétence pour promouvoir le développement économique et social (ex. : aide à l embauche), la formation professionnelle (ex. : gestion de l apprentissage et des lycées), le transport (ex. : gestion des trains régionaux) et l aménagement de son territoire (ex. : gestion des schémas d aménagement et de développement durable). L enchevêtrement des compétences et le millefeuille territorial : le cas du secteur Action Sociale Le domaine de l action sociale est révélateur des multiples interventions et chevauchements de compétences, y compris avec les services de l État. Certes, la loi du 22 juillet 1983 confie aux Départements une compétence de droit commun en matière d aide et d action sociale. Les lois de 1988 et 1992 sur le Revenu Minimum d Insertion et la loi du 1 er décembre 2008 généralisant le Revenu de Solidarité Active ont d ailleurs renforcé le champ légal d intervention des Départements. Malgré cette forte spécialisation des Départements sur ce champ, les lois de décentralisation ont eu pour corollaire un enchevêtrement avec les compétences de l État ayant conservé le financement de prestations d aide sociale (ex. : plan d alerte et d urgence, santé publique, prévention et gestion des menaces sanitaires). Le rôle des régions (même s il reste marginal) intervient également en matière de formation dans le secteur sanitaire et social (notamment via les services de l enseignement scolaire et supérieur), les communes ayant quant à elles, la charge des services sociaux de proximité par l intermédiaire du Centre Communal d Action Social. Les interventions des structures publiques (Etat et collectivités) sur un même secteur d activité sont le fruit d un processus réglementaire successif posant des problèmes managériaux à la fois sur l organisation des collectivités territoriales et la délimitation des services à rendre.

13 CHAPITRE 1 Introduction 21 Manager les personnels TOS des collèges en situation de double hiérarchie Le Décret n o du 26 décembre 2005 précise le transfert aux Départements des personnels Techniciens, Ouvriers et de Service (TOS) des collèges, ces transferts concernant environ personnels de l Éducation Nationale. Les personnels TOS sont ainsi sous la responsabilité du chef d établissement du collège (autorité fonctionnelle) et du Département (autorité hiérarchique). «Le gestionnaire est chargé sous l autorité du chef d établissement, des relations avec les collectivités territoriales pour les questions techniques et il organise le travail des personnels TOS» [Art. 19]. «Les Départements ou les Régions assurent l accueil, la restauration, l hébergement ainsi que l entretien général et technique, à l exception des missions d encadrement et de surveillance des élèves, dans les collèges ou lycées dont ils ont la charge. [...] Les Départements ou les Régions assurent également : le recrutement, la rémunération et la gestion des personnels TOS exerçant leurs missions dans les établissements. Les personnels restent membres de la communauté éducative et concourent directement aux missions du service public» [Art. 82]. «Les fonctionnaires et agents non titulaires de l État et de ses établissements publics affectés à des services ou parties de services, sont mis à disposition, à titre individuel des Présidents des collectivités territoriales» [Art. 105]. Cette dualité hiérarchique pose des difficultés de dialogue et de coordination comme par exemple, régler les cas de conflits internes entre chefs d établissement et agents, ou à l inverse gérer les manquements à l information des gestionnaires sur les départs en formation des personnels. Les dispositifs qui représentent le mieux les adaptations posées par la double autorité sont ceux de l évaluation et de la notation des agents. Les collectivités ont ainsi formé à l entretien d évaluation, les gestionnaires et encadrants de proximité en leur fournissant des supports de type guide de l évaluation en vue de remplacer les systèmes de notation. Les décisions lors de l entretien (ex. : mobilité, formation, promotion) reviennent à la collectivité en tant qu autorité hiérarchique. Pour assurer ces évolutions, un temps de discussion et de reconnaissances mutuelles fut mis en place (ex. : groupes de travail avec les personnels des ressources humaines des Départements et les gestionnaires pour mieux délimiter les

14 22 L ESSENTIEL DU MANAGEMENT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES rôles). Ces initiatives ont eu pour fonction de clarifier les positions respectives autant que de rassurer les établissements et favoriser le dialogue. Les collectivités ont également mis en place des plans de formations spécifiques renforcées auprès des publics des personnels TOS. 3 Le plan de l ouvrage Cet ouvrage est divisé en six chapitres. Le premier chapitre vise à présenter les principes du management des collectivités territoriales. Il s agit d appréhender les composantes, les finalités et les processus du management. Les cinq autres chapitres proposent de saisir le management au travers des champs des sciences de gestion. L enchaînement des chapitres

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Session spéciale Réforme territoriale

Session spéciale Réforme territoriale Session spéciale Réforme territoriale Historique des textes relatifs à l organisation territoriale Lois Mauroy/Deferre de 1981 à 1983 Loi du 6 février 1992 relative à l administration territoriale de la

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales

VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales Préambule : quels enjeux? La question des relations élus / agents se pose dans les collectivités locales en raison de la coexistence

Plus en détail

Le Référentiel Management/Encadrement

Le Référentiel Management/Encadrement répertoire des métiers Le Référentiel Management/Encadrement Le management/encadrement est vu comme une fonction transversale liée à l organisation et à l ensemble des familles professionnelles. Le référentiel

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

Le projet associatif décline et précise la raison

Le projet associatif décline et précise la raison association pour adultes et jeunes handicapés du Val-de-Marne Projet associatif Le projet associatif décline et précise la raison d être et les statuts de l association. Il constitue le document de référence

Plus en détail

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial Première partie 51 ème année Numéro spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 7 juin 2010 PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Loi organique

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

Convention cadre relative au module de formation commun aux élèves de l ENA et aux élèves administrateurs territoriaux

Convention cadre relative au module de formation commun aux élèves de l ENA et aux élèves administrateurs territoriaux Convention cadre relative au module de formation commun aux élèves de l ENA et aux élèves administrateurs territoriaux Entre Le Centre National de la Fonction Publique Territoriale dénommé ci-dessous CNFPT

Plus en détail

Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines

Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines PROJET: UN CODE ELECTORAL AU SERVICE DE LA PARITE : TERMES DE REFERENCES : Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines 2013-2014

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

PREFECTURE DE TARN-ET-GARONNE REUNION DES MAIRES 24 ET 25 AVRIL 2014

PREFECTURE DE TARN-ET-GARONNE REUNION DES MAIRES 24 ET 25 AVRIL 2014 REUNION DES MAIRES 24 ET 25 AVRIL 2014 SOMMAIRE LE MAIRE, AGENT DE L ÉTAT LE CONTRÔLE DE LEGALITE ET LA FONCTION DE CONSEIL LA TELETRANSMISSION : ACTES LES ÉCHÉANCES A VENIR LE MAIRE, AGENT DE L ÉTAT Le

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Métiers de la fonction publique : Technicien territorial (Cat. B)

Métiers de la fonction publique : Technicien territorial (Cat. B) Métiers de la fonction publique : Technicien territorial (Cat. B) Les techniciens territoriaux constituent un cadre d'emplois technique (cat. B) résultant de la fusion des cadres d emplois de technicien

Plus en détail

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Mai 2015 AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Presentation Marc Ziegler UN ENJEU : LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Organisme de rattachement : Ministère de l'éducation nationale/ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche Date de disponibilité Catégorie

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE Spécialité : Professionnelle FINANCES DES COLLEIVITES TERRITORIALES ET DES GROUPEMENTS M2

Plus en détail

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 -

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - 40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - A. DEFINIR DES PRIORITES PARTAGEES «L EXPERIENCE DE LA PROXIMITE AU SERVICE D

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

Commune de PRINQUIAU SEANCE DU 17 DECEMBRE 2012. 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé

Commune de PRINQUIAU SEANCE DU 17 DECEMBRE 2012. 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé 3-6 - Domaine et Patrimoine : autres actes de gestion domaine privé CONVENTION DE SERVITUDES ENTRE ERDF ET LA COMMUNE POUR LA POSE DE POTEAUX BASSE TENSION A L ATELIER MUNICIPAL DES BASSES LANDES (MISE

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS 7 M d habitants en 2014 dont 1,6 millions de jeunes de moins de 20 ans LA NAISSANCE D UNE MÉTROPOLE MONDIALE UNE MÉTROPOLE ET DES TERRITOIRES UNE ARCHITECTURE À DEUX NIVEAUX

Plus en détail

Le Grand Paris : Un vrai projet pour un enjeu capital. Conclusions du rapport de Philippe DALLIER. au nom de l Observatoire de la décentralisation

Le Grand Paris : Un vrai projet pour un enjeu capital. Conclusions du rapport de Philippe DALLIER. au nom de l Observatoire de la décentralisation http://blogs.senat.fr/grandparis Le Grand Paris : Un vrai projet pour un enjeu capital Conclusions du rapport de Philippe DALLIER au nom de l Observatoire de la décentralisation Mercredi 9 avril 2008 Une

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION

DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION Ce document de travail (provisoire) doit vous permettre de prendre connaissance de la définition et des modalités de fonctionnement d une Junior

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI

LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI ENTREPRISE : Structure associative membre du Service Publique de l Emploi, la Mission Locale de l Agglomération Havraise

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

CONSEIL SUPÉRIEUR. de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011

CONSEIL SUPÉRIEUR. de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011 2 0 1 2 5 CONSEIL SUPÉRIEUR de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011 l édito du Président 3 L a fonction publique territoriale, et avec elle «son»

Plus en détail

Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS?

Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS? Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS? Rencontre professionnelle organisée par le Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales (SNDGCT) Intervenants : -

Plus en détail

La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale?

La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale? La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale? F. Boulanjon, A. Choutet, J. Dezobry L. Dolique, F. Roussel-Devaux Elèves administrateurs territoriaux Promotion Robert Schuman

Plus en détail

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL APIRAF La mobilité DRH - Grand Lyon Irène GAZEL une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction Section : Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions qui, d une part

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Communauté d agglomération du Pays Ajaccien 1. La collectivité La Communauté

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

ASSISTANT TERRITORIAL DE CONSERVATION DU PATRIMOINE ET DES BIBLIOTHÈQUES PRINCIPAL DE 2 e CLASSE

ASSISTANT TERRITORIAL DE CONSERVATION DU PATRIMOINE ET DES BIBLIOTHÈQUES PRINCIPAL DE 2 e CLASSE Cadrage actualisé 15/10/15 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale ASSISTANT TERRITORIAL

Plus en détail

Professeur de droit public à l'institut d'etudes Politiques d'aix en Provence Né le 8 janvier 1951 à Nancy (Meurthe et Moselle)

Professeur de droit public à l'institut d'etudes Politiques d'aix en Provence Né le 8 janvier 1951 à Nancy (Meurthe et Moselle) Yves Luchaire Professeur de droit public à l'institut d'etudes Politiques d'aix en Provence Né le 8 janvier 1951 à Nancy (Meurthe et Moselle) Chargé de Cours au Centre Européen Universitaire de l Université

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 L accueil des gens du voyage Ministère de l'équipement, des Transports et du Logement direction générale de l

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes Domaine : La gestion des ressources des communes Pour réaliser leur plan de développement et promouvoir des investissements, les communes sont appelées à mobiliser leurs ressources financières, opérationaliser

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9).

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9). Projet de loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles Les propositions de l Union sociale pour l habitat Ce premier projet de loi concentre de nombreux éléments

Plus en détail

La perception de la décentralisation par les élus locaux

La perception de la décentralisation par les élus locaux La perception de la décentralisation par les élus locaux Présentation du 26 juin 2012 Contacts TNS Sofres : Stratégies d'opinion / Politique Laure SALVAING / Gwennaig MALPART SOMMAIRE 1 Les missions d

Plus en détail

Directeur, chargé de la mission dialogue citoyen Mission Dialogue Citoyen Administrateur

Directeur, chargé de la mission dialogue citoyen Mission Dialogue Citoyen Administrateur Annexe 1 Cadre d emploi de recrutement Directeur, chargé de la mission dialogue citoyen Mission Dialogue Citoyen Administrateur Le pôle «politiques publiques et prospective» a en charge l accompagnement

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

L IRA de Metz à votre service

L IRA de Metz à votre service L IRA de Metz à votre service Les IRA, outre leur vocation première qui est de recruter et de former des fonctionnaires de catégorie A d administration générale, ont aussi pour mission de développer la

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Du personnel d encadrement des commissions scolaires

Du personnel d encadrement des commissions scolaires DE S C R I P T IO N D E S E M P L O I S G É NÉ R I Q U E S Du personnel d encadrement des commissions scolaires Direction générale des relations du travail Ministère de l Éducation Juillet 2002 TABLE DES

Plus en détail

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT 1 Le 11 mars 2015 RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT Le groupe de travail sur la gouvernance du Sénat présidé par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, propose, sur

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

021 Région Ile-de-France - Paris (France)

021 Région Ile-de-France - Paris (France) 021 Région Ile-de- - Paris () 9,8 millions d habitants selon Urban Agglomerations 2003 (ONU). 1. Echelons territoriaux, population et superficie Nom Population % pop. total Superficie Densité Paris (Ville

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Journée de formation des commissaires enquêteurs

Journée de formation des commissaires enquêteurs direction départementale des territoires de la Haute-Vienne Journée de formation des commissaires enquêteurs La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové Quoi de neuf pour l enquête publique?

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Avec la transparence, la démocratie avance. 7 propositions en faveur de la transparence de la vie publique locale

Avec la transparence, la démocratie avance. 7 propositions en faveur de la transparence de la vie publique locale Avec la transparence, la démocratie avance - 7 propositions en faveur de la transparence de la vie publique locale Ces dernières années, la France a considérablement renforcé sa législation en matière

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY 17/10/2013 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Rédacteur territorial principal de

Plus en détail