Rapport Projet de Fin d Études (PFE)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport Projet de Fin d Études (PFE)"

Transcription

1 WHITE Julien INSA Strasbourg, spécialité Génie Civil, cinquième année Rapport Projet de Fin d Études (PFE) «Mise en place de la politique QHSE de l Agence de Strasbourg dans le but de la certification MASE» (Manuel d Amélioration Sécurité des Entreprises) Logo secteur QHSE de Soprema Tuteur INSA : M. Abdelali TERFOUS Logo Association MASE Tuteurs entreprises : - M. Joël DAVID, Directeur du Développement Durable de SOPREMA - M. Matthieu WENDLING, Directeur d Agence Adjoint de Strasbourg Janvier à Juin 2011

2 Remerciements Avant de commencer mon rapport, je souhaite remercier l ensemble du personnel de l Agence Travaux de Strasbourg, l ensemble du personnel du secteur QHSE du siège et ses responsables, à savoir Monsieur WENDLING Matthieu, directeur adjoint de l agence, Monsieur Joël DAVID, directeur du développement durable de Soprema pour leur patience à mon égard et leur implication dans mon stage. Je tiens également à remercier toutes les personnes ayant apporté leurs aides et collaborations pour la bonne réussite de mon projet de fin d études. Je tiens également à remercier la direction de m avoir donné les moyens nécessaires pour accomplir ma mission dans de bonnes conditions. 1

3 Liste des figures Figure 1: Implantation Agence Travaux en France... 8 Figure 2: Chiffre d'affaires SOPREMA Figure 3: Organigramme de l'agence Travaux de Strasbourg Figure 4 : Photos de l'affichage

4 Liste des annexes Annexe 1 : Politique de l engagement de la direction de l Agence de Strasbourg Annexe 2 : Les indicateurs SSE 2010 et Annexe 3 : Support de présentation MASE ISOTARGET Annexe 4 : Gestion des causeries Support «Droit d alerte / Droit de retrait» Annexe 5 : Feuille de pilotage SSE Annexe 6 : Compte rendu visite sécurité Annexe 7 : Planning causerie prévisionnel Annexe 8 : Plan d action de l Agence Travaux de Strasbourg Annexe 9 : Tableau récapitulatif des personnes habilitées à signer Annexe 10 : Fiche d intégration et d évaluation fiche étancheur Annexe 11 : Confirmation de mise à disposition d un intérimaire Annexe 12 : Définition de poste : conducteur travaux Annexe 13 : Exemple d un planning hebdomadaire chantier Annexe 14 : Feuille de travail Annexe 15 : Organigramme HSE Annexe 16 : Analyse d accident / Incident : Arbre des causes Annexe 17 : Plan d évacuation Annexe 18 : La note de service tri

5 Symboles / Abréviations CDD : Contrat à Durée Déterminée CDI : Contrat à Durée Indéterminée CHSCT : Comité d Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail DU : Document Unique ÉPI : Équipement de Protection Individuelle FDS : Fiche de Donnée Sécurité HSE : Hygiène Santé Environnement MASE : Manuel d Amélioration Sécurité des Entreprises PFE : Projet de Fin d Études PGC : Plan Général de Coordination PPSPS : Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé SSE : Santé Sécurité Environnement 4

6 SOMMAIRE Remerciements... 1 Liste des figures... 2 Liste des annexes... 3 Symboles / Abréviations... 4 SOMMAIRE... 5 INTRODUCTION Présentation de l entreprise Historique Implantation géographique et spécialisation Soprema et ses filiales Chiffre d affaires du groupe L Agence travaux de Strasbourg La certification MASE Historique et définition Certification Mase et l Agence travaux de Strasbourg Le système MASE L engagement de la direction Compétence et qualification professionnelle Préparation/Organisation du travail Les contrôles Amélioration continue Diverses actions supplémentaires SSE Plan d évacuation incendie Tri des déchets Sécurité périphérique L audit externe Revue du système documentaire Un audit de terrain Restitution de l audit Bilan du système SSE CONCLUSION ET PERSPECTIVES BIBLIOGRAPHIE : ANNEXES

7 INTRODUCTION Le Projet de Fin d Études est obligatoire pour tous les étudiants de l INSA. Il a pour objectif premier de nous immerger dans le monde professionnel pour une durée plus importante que les stages précédents. Le second est de mener une mission concrète venant d un besoin exprimé par l entreprise accueillante. Ce projet permet d acquérir une formation professionnelle demandant de la rigueur, de la méthode et de l organisation. Ce dernier stage, avant l obtention du diplôme d ingénieur, permet de vivre pendant quelques mois la vie d un jeune ingénieur avec ses moments de réflexion, de réussite et de doute. La société SOPREMA m a proposé un sujet dans le domaine QHSE (Qualité Hygiène Santé Environnement). Ce domaine est devenu en quelques années une partie importante pour les entreprises, aussi bien du point de vue économique, humain que juridique. Le sujet traité durant mon PFE (Projet de Fin d Études) s intitule : «Mise en place de la politique QHSE de l Agence de Strasbourg dans le but de la certification MASE (Manuel d Amélioration Sécurité des Entreprises)» Ma mission est encadrée par deux tuteurs au sein de l Entreprise, à savoir Monsieur Joël DAVID (Directeur Développement Durable du groupe Soprema) qui m a accompagné pour mes questions d ordre technique, ainsi que Monsieur Matthieu WENDLING (Directeur d Agence Adjoint) pour l application pratique à l Agence. Dans ce rapport vous trouverez également le nom de mon ancien tuteur, Monsieur Jean- Michel LAPLANCHE, en raison du départ de celui-ci de la société ce dernier a été remplacé par Monsieur Joël DAVID et Monsieur WENDLING. La mise en place d une politique QHSE (Qualité Hygiène Sécurité Environnement) au sein de l Agence imposera l utilisation d outils qui favorisera la démarche d amélioration continue. La certification MASE permet cela et propose de tels outils, que nous développerons tout le long de ce rapport. Cette certification MASE apporte les preuves de la démarche, de l implication et de l engagement de la société en matière de Santé et Sécurité au Travail aux entreprises extérieures. Elle ouvre également l accès à des marchés où les donneurs d ordres des secteurs 6

8 de la Chimie et de la Pétrochimie, telle que TOTAL, imposent ses exigences, et donc de la certification. Pour la réalisation de ma mission, Soprema m a laissé une très grande autonomie. Je me suis organisé et du trouvé une méthode de travail efficace pour la bonne réalisation du projet. Lorsque j avais des questions d ordre technique, j appelais les personnes concernées qui m aidaient dans la journée même. L entreprise me donnait tous les moyens nécessaires pour accomplir ma mission dans de bonnes conditions. En début de mon stage, je me suis rendu à l Agence de Lyon (certifié MASE) pour échanger avec la pilote MASE de l agence. Cette journée m a permis de comprendre le fonctionnement du système et son utilité au sein de l Agence. Cette démarche fut très bénéfique pour toute la mise en place du système à l Agence Travaux de Strasbourg. Ce sujet n étant pas un projet technique, mais la mise en place d outils conformément aux attentes de l association MASE, nous développerons notre réflexion chapitre après chapitre, en dégageant clairement les mises en place faites durant mon stage. 7

9 1 Présentation de l entreprise 1.1 Historique Soprema a été créée en 1908 par Charles GEISEN sous le nom de «Usines Alsaciennes d Émulsion», la société avait pour vocation la fabrication de produits d étanchéité. La première membrane d étanchéité est née en 1909 sous le nom de «Mammouth». Celle-ci combine légèreté et solidité. Quelques années plus tard, Charles GEISEN, fondateur de la société, décide de créer son propre réseau d applicateurs, ce qui a donné naissance aux Agence Travaux SOPREMA, regroupées sous le nom de SOPREMA Entreprises. Grâce à des femmes et à des hommes impliqués, enthousiastes et persévérants, SOPREMA a réussi à se développer en gardant un esprit client, un esprit d innovation, un esprit de qualité et un esprit de réussite. 1.2 Implantation géographique et spécialisation Aujourd hui, SOPREMA est un groupe familial et indépendant, implanté en France et à l Internationale. Le groupe compte plus de 39 collaborateurs à travers 29 agences Travaux, 14 usines de fabrications, des centres de recherches ainsi que des filiales industrielles et commerciales dans le monde. Figure 1: Implantation Agence Travaux en France 8

10 SOPREMA est spécialisé dans l enveloppe du bâtiment. La société propose des offres complètes, de conception, fabrication et distribution de produits d étanchéité, d isolation, de bardage et de désenfumage. Elle propose également une assistance technique et la réalisation de travaux d étanchéité, de couverture, de bardage et de désenfumage pour le bâtiment. 1.3 Soprema et ses filiales Durant ces dernières années, tout en renforçant son métier d origine, SOPREMA a réussi à se diversifier sur des nouveaux marchés, tels que l étanchéité liquide, l étanchéité des ouvrages d art, la végétalisation de toitures Elle intègre également des activités complémentaires, telles que la fabrication et la distribution de lanterneaux, la construction de charpentes métalliques, à travers plusieurs filiales appartenant à SOPREMA ENTREPRISES. BAUMERT CM (67) construction de charpentes métalliques COLLIN ÉTANCHÉITÉ (10) travaux d étanchéité de bâtiments DESCHAMPS (93) réfection d étanchéité, couverture et plomberie DISFEB (64) travaux d étanchéité de bâtiments EFFISOL (92) fabricant d isolant GIRARD HERVOUET (44) étanchéité et structures métalliques JEANNIN (92) entretien et rénovation en couverture-étanchéité NESTA (67) fournisseur pour couvreurs et étancheurs SAED (67) travaux d étanchéité de bâtiments SBE (33) travaux d étanchéité de bâtiments SMB (22) construction de charpentes métalliques SNPR (35) maçonnerie béton armé pierre de taille, imperméabilisationétanchéité de façades et joints, imperméabilisation-étanchéité de réservoirs. 9

11 1.4 Chiffre d affaires du groupe Soprema est devenu le 1 er exportateur français dans son secteur et se trouve dans le top 3 au niveau mondial. Le chiffre d affaires de Soprema ne cesse d augmenter chaque année. En 2009, le groupe réalise un chiffre d affaires dépassant le milliard d euros avec plus de 150 millions de mètres carrés de membranes d étanchéité fabriquées. Figure 2: Chiffre d'affaires SOPREMA 1.5 L Agence travaux de Strasbourg L agence travaux de Strasbourg se situe sur le même site que le siège Soprema : Rue de Saint- Nazaire. L agence compte plus de 170 personnes, dont plus de 130 compagnons. Elle est organisée selon l organigramme ci-dessous : 10

12 Figure 3: Organigramme de l'agence Travaux de Strasbourg 11

13 2 La certification MASE MASE (Manuel d Amélioration Sécurité des Entreprises) est une initiative d industriels au service d industriels qui ont la volonté d œuvrer pour améliorer la sécurité dans leurs entreprises. 2.1 Historique et définition L historique de cette certification vient d une démarche initiée par la pétrochimie en 1992, portant sur la réflexion par des industriels pour travailler ensemble sur l amélioration de la sécurité dans leurs entreprises et sur les sites industriels. Celle-ci fut officialisée en 1996 par la création d un comité de pilotage, dites entreprises utilisatrice sur l Étang de Berre. En Avril 2005, l association MASE Nationale est créée. MASE est un système de management de la sécurité dont l objectif principal est l amélioration continue et permanente des performances SSE (Santé Sécurité Environnement). L association MASE dans son fonctionnement œuvre vers la pérennité des systèmes de prévention par l analyse périodique des résultats et la reconnaissance par des organismes extérieurs. Pour cela, le management de la sécurité doit être anticipé, ce sera de là où découleront les résultats. Ce système devra être adapté, dynamique et basé sur l amélioration continue afin de gagner en efficacité sur le terrain. La certification sécurité MASE est à ce jour gérée au niveau de sept bassins industriels français : Etand de Berre Normandie Nord Pas de Calais Rhône Alpes Est Sud Ouest Loire Atlantique 12

14 2.2 Certification Mase et l Agence travaux de Strasbourg La sécurité et la santé sont deux notions récemment apparues dans l univers du travail. Du contexte d hygiène et sécurité au travail, les entreprises ont adopté la notion de santé et sécurité au travail, pour tendre vers un management de la sécurité. La sécurité en entreprise est devenue avec la prise de conscience face aux risques, un domaine incontournable. Cette prise de conscience, qui n évolue malheureusement qu au fur et à mesure des accidents suit par ailleurs les avancées technologiques. Chaque activité, de toute nature que ce soit, engendre des risques professionnels auxquelles sont soumis les salariés qui doivent être identifiés et classés en vue de mettre en place des actions de préventions pertinentes. D un point de vue économique, s engager dans une démarche de prévention des risques professionnels permet de réduire les coûts directs supportés au travers des cotisations de sécurité sociale, de rentes,... Elle permet également de diminuer l absentéisme, qui est un indicateur de bien-être au sein d une agence. D un point de vue humain, elle garantit la sécurité et la santé des travailleurs tout en s assurant des bonnes conditions de travail et du bon état de santé des bénéficiaires, mais aussi des acteurs de cette démarche. Enfin, nous pouvons évoquer l aspect juridique, cette démarche de prévention des risques s inscrit dans le respect de la législation en matière de santé et sécurité au travail. En cas de non-respect de cette législation, l employeur risque des sanctions tant en matière financière que pénale. Face à tous ces enjeux et risques, l entreprise a tout intérêt à instaurer une démarche de prévention des risques professionnels et d assurer une amélioration continue dans ces domaines. Afin de veiller à la santé et la sécurité des compagnons et ainsi diminuer le nombre d accidents du travail et de maladies professionnelles, l Agence Travaux Strasbourg a décidé de se certifier MASE (Manuel d Amélioration de la Sécurité en Entreprise). Le siège Soprema n impose pas cette certification à toutes ces agences travaux. Chaque directeur d Agence, qui le souhaite et sous son initiative, peut solliciter la certification MASE. Naturellement, il devra mettre en place un plan d action pour mener à bien cette démarche. 13

15 Monsieur André VOGES, directeur de l Agence Travaux de Strasbourg et Monsieur Matthieu WENDLING, directeur adjoint ont souhaité la certification MASE de leur agence pour plusieurs raisons : Tout d abord pour mettre en place une démarche d amélioration continue de la sécurité, sur le même principe qu un système qualité et de conformité à la règlementation. Elle a pour but de diminuer à terme le taux de fréquence de l agence. De valoriser cette démarche d implication auprès de tous les clients. Cette certification, encore connue sous son ancien nom UIC, se répand de plus en plus dans tous les secteurs d activités. De pouvoir répondre aux exigences des clients demandant cette certification. En effet, elle permet d ouvrir l accès à des chantiers dont la certification est imposée. Ces chantiers sont souvent dans le domaine Pétrochimie et Sidérurgie : sites classés SEVESO. L Agence Travaux de Strasbourg est déjà certifiée «CEFRI» pour l intervention sur les sites nucléaires et une habilitation pour la réfection de bâtiment en amiante. 14

16 3 Le système MASE Dans un premier temps, pour des raisons de compréhension du système, nous nous intéressons à la politique de MASE pour savoir ce qu il est nécessaire de mettre en place pour la certification. Dans un deuxième temps, nous nous pencherons sur le travail que j ai effectué au sein de l Agence, de son avancement et de son impact. J apporterai dans ce rapport les solutions que j ai proposées et mises en place. Les chapitres MASE peuvent être sectionnés en cinq piliers, à savoirs : L engagement de la direction La compétence et la qualification professionnelle La préparation et l organisation du travail Les contrôles L amélioration continue 3.1 L engagement de la direction Le responsable d entreprise pour des raisons morales, légales et économiques doit se préoccuper de la sécurité, de la santé du personnel au travail et de l environnement. Il doit pour la certification prouver son engagement, ce qui constituera le premier axe indispensable au bon fonctionnement d un système de management SSE La politique SSE Demande de Mase Pour montrer l engagement, la direction doit établir une politique SSE et celle-ci doit être expliquée à l ensemble du personnel. Elle permet de diffuser : les objectifs généraux, basés naturellement sur l amélioration continue, les principes essentiels sur lesquels l entreprise s engage pour l amélioration de la sécurité, de la santé du personnel (CDI, CDD et Intérimaire) et l environnement l engagement à identifier les dangers et évaluer les risques d accident l engagement à lutter contre les addictions (alcools, drogues, ) sur les lieux de travail 15

17 L ensemble de ces engagements doit être respecté et appliqué. Il est donc nécessaire d en informer tout le personnel et de prévoir un système d information afin que le personnel chantier ne se trouvant pas dans les bureaux reçoive les engagements de la direction afin d y adhérer Solutions en place ou apportées La politique d engagement de la direction de l Agence travaux de Strasbourg est mise en Annexe de ce rapport en page 48. Elle a été créée avant mon arrivée. J ai vérifié que les engagements décrits sur celle-ci correspondent aux attentes de MASE. Une petite rectification a eu lieu, concernant la formation continue du personnel, ainsi que l amélioration continue sera mesurée à l aide d indicateurs. En effet, la politique doit comporter des points indispensables. Il est également important pour la certification d avoir un système d échange avec les compagnons sur chantier. Avant mon arrivé, les informations administratives leur parvenaient par courrier mensuellement avec leur fiche de paye ou si celle-ci est urgente, les conducteurs travaux leur transmettaient. Pour MASE, il est impensable d avoir un tel système. J ai donc proposé à la direction, la mise en place des casiers à feuille pour chaque équipe à l Agence. Ces casiers permettront de transmettre toute sorte d information administrative, mais également des documents nécessaires pour le chantier. Ces casiers ont été installés au secteur Soprassistance pour tester son efficacité. Si celle-ci est prouvée, elle sera répandue aux autres secteurs. Cette idée est réalisable dans la mesure où les compagnons passent régulièrement au bureau pour chercher du matériel ou des documents pour leur chantier. Ils seront donc en mesure de vérifier le contenu de leurs casiers Demande de Mase Les indicateurs et diffusions des résultats Pour pouvoir évaluer l impact réel, il est nécessaire de mettre en place des indicateurs et de diffuser les résultats à l ensemble du personnel. Les indicateurs seront des indicateurs chiffrés mesurant les performances en matière SSE. Ces résultats devront être communiqués semestriellement à l association MASE par le biais d internet Solutions en place ou apportées Comme dans chaque entreprise, de tels indicateurs existent déjà dans le domaine de la qualité. Ici, l association MASE demande des indicateurs au niveau de la Sécurité, la Santé et l Environnement. Le choix de ces indicateurs n a pas encore été fait à mon arrivée. Il est important de choisir de bons indicateurs pour pouvoir progresser, s apercevoir des améliorations ou/et des difficultés rencontrées et ainsi contribuer à l amélioration continue du système SSE. 16

18 L indicateur sécurité retenu à ce jour est le nombre d accidents avec arrêt de travail et le taux de fréquence sur les 12 mois glissants. Il existe un classement des agences travaux de France du taux de fréquence, celle-ci est désormais affichée pour motiver l agence à obtenir de meilleurs résultats. L indicateur Environnement retenu est la consommation de carburant pour l ensemble des véhicules de l Agence. Elle permettra de juger le gain ou non de l installation du système de géo-localisation dans les camionnettes. L indicateur Santé choisi est l absentéisme, permet de juger le bien-être au sein de l Agence. Ces indicateurs doivent être diffusés. Ils sont donc accrochés sur le panneau d affichage dans le couloir commun, emprunté par l ensemble du personnel administratif et compagnon. Pour avoir un retour dès cette année, j ai cherché et calculé les chiffres sur l année Les indicateurs 2010 et 2011 ont été mis en annexe en page Demande de Mase La planification SSE L entreprise doit établir une analyse de ses risques, les impacts de son activité en matière de SSE et les moyens pour pouvoir les maitriser. Celle-ci doit être tenue à jour. L entreprise doit donc attribuer et fixer des objectifs aux différents acteurs. L attribution d objectifs à l ensemble du personnel permet une implication commune de l Agence. Les actions peuvent provenir de différentes sources, telles que les audits internes/externes sur chantier, les causeries, les formations, les accidents Nous parlerons de ces points dans un chapitre ultérieur. Les actions mises en place permettant d obtenir les objectifs constituent le plan d action de l Agence. Pour chaque action sont définis : Son origine Un responsable Un délai de réalisation Les moyens alloués Le suivi La mesure de l efficacité Son avancement doit naturellement être régulièrement suivi pour s assurer de son bon déroulement. 17

19 Solutions en place ou apportées Les actions à mener sont toutes inscrites dans un tableur Excel. Vous trouverez en Annexe un exemple de ce tableau en page 83. Pour des raisons de confidentialité, je ne peux fournir le tableau des actions de l Agence dans sa totalité. Dès mon arrivée, j ai repris toutes les actions en cours provenant de différents tableurs pour les intégrer dans un seul et unique fichier pour toute l Agence. La source de l action (audit, causerie, réunion de direction ) est inscrite sur le document, elle permet de réaliser des clés de recherche pour trier rapidement les actions. J incrémentais régulièrement les actions dès que j apercevais un manquement dans la politique au sein de l Agence ou suite à des accidents, audits Je donnerai quelques exemples à fur et à mesure dans la suite de ce rapport. Les actions sont naturellement validées par le directeur adjoint de l Agence lorsque celles-ci impliquent une dépense ou un changement d organisation. Lors de la mise en place des outils MASE, j étais chargé de suivre ce tableau des actions. J inscrivais tous les avancements et relançais les personnes lorsque la date butoir était passée. La mise à jour systématique de ce tableau est primordiale pour mener à bien les actions et de s assurer que celles-ci soient bien réalisées. Son suivi et son incrémentation seront gérés par l assistante de direction, nommée pilote MASE dans l Agence travaux de Strasbourg lorsque mon stage se terminera Demande de Mase L organisation et les moyens : La direction de l entreprise doit définir en matière SSE les responsabilités et l autorité de chacun. Il est important de les communiquer à tous les niveaux de l organisation. Ces définitions permettent de définir les responsabilités concernant l identification et l information sur les dangers, l évaluation et la maîtrise des risques. D autres responsabilités doivent être clairement et nommément définies dans le système, telles que : Le pilotage du système de management SSE Entretien et le suivi du matériel et outillage Suivi des aptitudes médicales Suivi des habilitations Définition et validation des compétences La certification MASE demande non seulement de définir les responsabilités et l autorité de chacun, mais également que les documents utilisés soient complets en information et mis à jour. 18

20 L association MASE vérifie également les moyens que l entreprise décide d allouer pour mettre en œuvre sa politique. Les budgets de fonctionnement, les plans d investissement et de formation prennent clairement en compte les besoins SSE permettant aux différents responsables de mener à bien leur mission Solutions en place ou apportées Cette grande partie qui est l organisation demandée par MASE est un grand travail administratif. Ma mission est de vérifier si tous ces points sont réalisés et si ceux-ci répondent suffisamment aux critères de MASE. Cette partie m est facilitée par mes anciens stages chez Soprema, je connais les différents services ainsi que la majorité du personnel. Ce qui me permet de me diriger directement vers le service concerné. Sur la base informatique de Soprema (ISOTARGET) se trouvent des procédures, telles que : Élaboration du plan de formation Suivi de la formation individuelle Gestion des fiches de données de sécurité (FDS) Mission de l encadrement en matière de sécurité sur les chantiers ISOTARGET : Logiciel de gestion de documentation utilisé chez Soprema dans toutes ses filiales. Ce logiciel de gestion documentaire est très peu utilisé par l ensemble du personnel, j ai donc présenté à l auditorium son mode de fonctionnement, ainsi que les documents présents. J ai réalisé un support de notice de fonctionnement, mis en annexe de ce rapport en page 53. Dans ces différentes procédures, nous y trouvons les démarches de mise en place, ainsi que la documentation nécessaire. Ces procédures sont faites par le siège Soprema et remises à jour régulièrement. Dans chaque procédure, on y trouve également les spécificités demandées par MASE. Ces procédures sont complétées après chaque audit de certification ou de recertification d une agence par le siège en fonction des écarts formulés par l auditeur. Ainsi au sein du groupe Soprema, l ensemble des agences peut rectifier en temps réel l écart si celui-ci est aussi présent dans leur agence. Dans un premier temps, j ai créé des classeurs avec toutes les procédures du siège, accompagnées de leurs annexes. Cela permet d avoir toutes les procédures en format papier regroupées. Les conducteurs qui ne sont pas encore formés sur ISOTARGET et qui souhaitent désormais obtenir un document de référence peuvent le trouver dans les classeurs «procédures». Concernant ma mission, je m appuie sur ces procédures pour vérifier la concordance réelle de l application de celles-ci dans l Agence. Je lis les procédures et me renseigne auprès des services concernés si celles-ci sont appliquées de la même manière. Lorsque j aperçois un écart, j'ai créé une «fiche écart» sur laquelle je marque l écart constaté que je classe dans le 19

21 classeur au début de la procédure. Cette organisation de travail est venue de mon initiative, rien ne m est imposé par mes tuteurs. Lorsque je fais le point avec mon tuteur ou toute autre personne du secteur QHSE on détermine l action à mener suite aux écarts. Si l application réelle est aussi complète que celle de la procédure, elle reste inchangée sinon des actions correctives peuvent être mises en place et inscrites dans le plan d action. Je réalise également tout ce qui n est pas encore en place. Plusieurs exemples peuvent être évoqués : Création d un classeur des Fiches de Données de Sécurité (FDS). Toutes les fiches des produits utilisées couramment sont mises dans un classeur. Ce classeur doit être à la disposition de tout le personnel. Par manque de temps du secrétaire CHSCT et de part ma présence lors de la dernière réunion semestrielle CHSCT, j ai écrit le compte rendu de celui-ci. Il peut être demandé lors de l audit externe pour s assurer que ces réunions soient bien faites. Tableau récapitulatif des personnes habilitées à signer les documents spécifiques (mis en annexe en page 86) En ce qui concerne le budget alloué pour atteindre les objectifs, je ne le connais pas. Chaque agence a un budget alloué pour la sécurité. Durant mon stage, je n ai jamais eu de soucis de la part de la direction pour des dépenses concernant la mise en place de la politique MASE Demande de Mase Animation et Communication MASE peut être vu comme un outil permettant l amélioration continue. Pour sensibiliser le personnel à l amélioration des résultats SSE, des réunions thématiques doivent être planifiées et organisées. L entreprise doit faire des réunions mensuelles pour débattre sur ses résultats SSE et sur l ensemble des actions menées. Un bilan des informations remontées doit également faire l objet de l ordre du jour. Si le besoin est réellement exprimé, un plan d action est mis en place. MASE demande un minimum d investissement pour faire vivre l outil de management SSE. L association MASE demande aux entreprises de réaliser des réunions de causeries SSE. Elle consiste à aborder un thème de Santé, de Sécurité ou d Environnement (SSE) avec les compagnons. Le thème doit être choisi en fonction des attentes de la politique, mais 20

22 également aux écarts constatés sur chantiers dans le domaine SSE. Ces réunions se déroulent en petit comité (par équipe de travail) et généralement sur chantier. L animateur expose le thème avec un «support de causerie» et laisse libre parole aux compagnons. Toutes les informations sont écrites sur la fiche «gestion des causeries» (voir annexe page 70). Lors d une réunion ultérieure (réunion mensuelle), toutes ces fiches sont reprises et analysées, et peuvent faire l objet d un plan d action éventuelle. Ce plan d action sera inscrit dans le plan d action de l Agence. D autres actions sont également demandées : Des audits sécurité sur chantier. Des fiches d autocontrôle doivent être faites par le conducteur travaux sur ses chantiers pour veiller à la qualité. Il est également demandé de promouvoir l esprit et le comportement sécurité. Pour cela, l entreprise doit mettre en place un système de sensibilisation et de motivation du personnel de façon à développer la culture Santé Sécurité Environnement Solutions en place ou apportées Il n existait pas de réunion régulière et systématique de direction pour faire un point sur ces actions, hormis la réunion mensuelle de direction. Lorsque le système a été suffisamment engrené avec les audits, les causeries, les autocontrôles je me suis penché sur la question pour proposer et mettre en place une «réunion MASE» régulière à l Agence. Elle est indispensable pour déterminer les actions à mener suite aux remontées d informations de l ensemble du personnel. Pour cela j ai créé une fiche intitulée «Compte rendu du pilotage SSE» qui permet de renseigner les actions menées et la preuve des analyses des outils. Cette fiche est mise en annexe en page 73. Concernant les audits, l auditeur, sans informer le conducteur travaux ni l équipe, audite le chantier pour vérifier la bonne application de la sécurité et veille à l hygiène. L auditeur possède une fiche «Compte rendu visite» mise en place par le secteur QHSE du siège Soprema. Une telle fiche est mise en annexe en page 75. L auditeur renseigne tous les points en cochant A (satisfaisant) B (Défaut) SO (sans objet). Dans le cas, d un défaut il mettra une observation pour expliquer et l action menée sur chantier. Le compte rendu est mis dans un classeur audit sécurité de l Agence et une copie est transmise au conducteur travaux concerné et au chef de secteur. J ai réalisé de nombreux audits sécurité sur chantier. Là encore, mon expérience des derniers stages chez Soprema me permet de connaitre les règles de sécurité sur chantier (sécurité périphérique sécurité individuelle extincteurs règles de stockage Équipement de 21

Système de management hygiène, sécurité et environnement

Système de management hygiène, sécurité et environnement FIBA MANUEL HSE Page 1 sur 12 Système de management hygiène, sécurité et environnement Nature de la dernière modification : date 4 février 2005 2006 2010 Le conducteur de travaux et le chargé d affaires

Plus en détail

Le M.A.S.E. Le Manuel d Amélioration Sécurité des Entreprises. La sécurité comme force de vente

Le M.A.S.E. Le Manuel d Amélioration Sécurité des Entreprises. La sécurité comme force de vente Le M.A.S.E Le Manuel d Amélioration Sécurité des Entreprises. La sécurité comme force de vente La sécurité du travail comme porte d entrée chez les grands clients Un référentiel de management de la sécurité

Plus en détail

SELON LE SYSTEME COMMUN MASE UIC (VERSION JANVIER 2009) MANUEL D AMELIORATION SECURITE DES ENTREPRISES

SELON LE SYSTEME COMMUN MASE UIC (VERSION JANVIER 2009) MANUEL D AMELIORATION SECURITE DES ENTREPRISES GUIDE D ACCOMPAGNEMENT PME TPE SECURITE SANTE ENVIRONNEMENT SELON LE SYSTEME COMMUN MASE UIC (VERSION JANVIER 2009) MANUEL D AMELIORATION SECURITE DES ENTREPRISES SOMMAIRE Sommaire Chapitre 1 : ENGAGEMENT

Plus en détail

SELON LE MASE MANUEL D AMELIORATION SECURITE DES ENTREPRISES (VERSION REFERENTIEL MASE DE JUIN 2004)

SELON LE MASE MANUEL D AMELIORATION SECURITE DES ENTREPRISES (VERSION REFERENTIEL MASE DE JUIN 2004) GUIDE D ACCOMPAGNEMENT SECURITE HYGIENE ENVIRONNEMENT SELON LE MASE MANUEL D AMELIORATION SECURITE DES ENTREPRISES (VERSION REFERENTIEL MASE DE JUIN 2004) SOMMAIRE PREAMBULE... 3 Chapitre 1 : ENGAGEMENT

Plus en détail

MANUEL Q S E. Mise à jour : Mai 2014. Qualité - Sécurité - Environnement

MANUEL Q S E. Mise à jour : Mai 2014. Qualité - Sécurité - Environnement MANUEL Q S E Mise à jour : Mai 2014 Qualité - Sécurité - Environnement Editorial BÂTIMENTS - Privé - Public - Industriel La société RIVASI BTP est implantée dans la Drôme et les Bouches-du-Rhône. Elle

Plus en détail

ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant

ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant OUI! ACCUEIL ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant Nom de l entreprise : Nom du responsable de l accueil : Nom de l accueilli : Nom de la personne à contacter en

Plus en détail

Système commun MASE-UIC LE REFERENTIEL MASE. Une certification et un outil de positionnement des sous-traitants et de prévention des accidents

Système commun MASE-UIC LE REFERENTIEL MASE. Une certification et un outil de positionnement des sous-traitants et de prévention des accidents LE REFERENTIEL MASE Une certification et un outil de positionnement des sous-traitants et de prévention des accidents Manuel d Amélioration Sécurité des Entreprises MASE, c est quoi? C est un système d

Plus en détail

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil.

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil. 1 Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie Janvier 2014 2 NOTICE L intégration d un jeune embauché dans une entreprise et au sein d une équipe de travail est

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

FICHE N 12 La diffusion d une trame de mémoire technique

FICHE N 12 La diffusion d une trame de mémoire technique FICHE N 12 La diffusion d une trame de mémoire technique OBJECTIF L objectif est de conduire et guider les entreprises dans l élaboration de leur réponse à la consultation, de manière à faciliter ultérieurement

Plus en détail

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE *******

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* REFERENTIEL DE CERTIFICATION RENOVATION ENERGETIQUE Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* Organisme Certificateur CERTIBAT 45 rue Boissière 75116 PARIS Tel : 01 82 73 15 29 www.certibat.fr

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Ind A Avril 2012

MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Ind A Avril 2012 MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Avril 2012 DIFFUSION INTERNE CONTROLEE Rédaction Valérie MINSENTI Responsable Management de la Qualité et de la Sécurité Date : 18/05/12 Visa

Plus en détail

Guide des formations et prestations. Santé, sécurité au travail

Guide des formations et prestations. Santé, sécurité au travail Guide des formations et prestations Santé, sécurité au travail 2016 Les formations 1. Formations obligatoires des assistants et des conseillers de prévention P.5 - Formation préalable (niveau 1) P.6 -

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance

PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance REF 118 01 Sauvegarde à distance de données numériques REFERENCE : PCE-118-01 30/03/2001 PCE- 118 01 Page 1 sur 17 30/03/2001 Toute reproduction

Plus en détail

Mettre en place une stratégie QSE. Pilotage et tableau de bord du système QSE

Mettre en place une stratégie QSE. Pilotage et tableau de bord du système QSE Mettre en place une stratégie...2 Pilotage et tableau de bord du système.2 Réussir les audits...3 Management de la Qualité ISO 9001...3 Management de l Environnement ISO 14001.4 Management de la Santé

Plus en détail

Thème 4 : EVALUER LE RISQUE ROUTIER

Thème 4 : EVALUER LE RISQUE ROUTIER Journée Mondiale de la Santé et de la Sécurité au Travail 2015 Thème 4 : EVALUER LE RISQUE ROUTIER 1 Programme QUELQUES DEFINITIONS LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER ANALYSE DU COUT D UN ACCIDENT ROUTIER

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD

PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD PLAN DE CONTROLE EXTERNE REFERENTIEL QUALIPSAD Version V4 du 28 mai 2013 Bureau Veritas Certification 1 / 20 SOMMAIRE OBJET, CONDITIONS PREALABLES DE L AUDIT TIERCE PARTIE ET PERIMETRE DE CONFORMITE...

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?»

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» «Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» Synthèse des réunions d échanges d expérience 20 et 27 juin 2013 Ordre du jour: 14h00 : Accueil des participants 14h15 : Présentation

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Ind B Février 2014

MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Ind B Février 2014 MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA Février 2014 DIFFUSION INTERNE CONTROLEE Rédaction Valérie MINSENTI Responsable Management de la Qualité et de la Sécurité Date : 18/02/14 Visa : Approbation M. Vincent

Plus en détail

Plan de prévention. Quoi?

Plan de prévention. Quoi? 2 Plan de prévention Quoi? Ce document a pour objectif d évaluer les risques inhérents à la coactivité entre les agents d'une collectivité et les salariés d'une Entreprise Extérieure (). Cette coactivité

Plus en détail

RAPPORT DE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE &ENVIRONNEMENTALE

RAPPORT DE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE &ENVIRONNEMENTALE RAPPORT DE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE &ENVIRONNEMENTALE SOMMAIRE 1 SOCIAL p. 05 / Emploi p. 06 / Organisation du temps de travail Relations sociales p. 07 / Sécurité et santé au travail Formation des collaborateurs

Plus en détail

DES SERVICES A PORTÉE DE MAIN PILOTAGE MAINTENANCE SOURCING RECRUTEMENT PROPRETÉ BILAN DE COMPÉTENCES HYGIÈNE DE L AIR/3D EMPLOI & MOBILITÉ

DES SERVICES A PORTÉE DE MAIN PILOTAGE MAINTENANCE SOURCING RECRUTEMENT PROPRETÉ BILAN DE COMPÉTENCES HYGIÈNE DE L AIR/3D EMPLOI & MOBILITÉ L EMPLOI A UN NOM DES SERVICES AUX O C C U P A N T S E T A U X B Â T I M E N T S A PORTÉE DE MAIN PILOTAGE MAINTENANCE PROPRETÉ SOURCING RECRUTEMENT BILAN DE COMPÉTENCES HYGIÈNE DE L AIR/3D SÉCURITÉ /

Plus en détail

M ANUEL D A MELIORATION S ECURITE DES E NTREPRISES - JANVIER 2009 -

M ANUEL D A MELIORATION S ECURITE DES E NTREPRISES - JANVIER 2009 - M ANUEL D A MELIORATION S ECURITE DES E NTREPRISES - JANVIER 2009 - Sommaire Ce référentiel est le fruit du rapprochement des deux systèmes de managements MASE et DT 78 de l UIC. Il est issu de l accord

Plus en détail

Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000. Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13

Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000. Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13 Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13 Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000 EVOLUTIONS INDICE DATE NATURE DE L'EVOLUTION 00 09/06/2000 Edition Originale 01 29/09/2000 Modification suite à audit interne

Plus en détail

Entretiens. Résultats statistiques de l année. Date de mise à jour 01/04/09. Nom de l établissement

Entretiens. Résultats statistiques de l année. Date de mise à jour 01/04/09. Nom de l établissement Gestion de la santé et de la sécurité au travail dans l entreprise Vingt thèmes pour évaluer votre niveau d organisation et l implication de votre personnel Nom de l établissement Date de mise à jour 01/04/09

Plus en détail

GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION

GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION 1 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION...3 2. STATUT ET MISSION DU CONSEILLER...3 2.1. CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE...3 2.2. CONDITIONS DE DESIGNATION...4

Plus en détail

production d eaux embouteillées boissons rafraîchissantes sans alcool bières filière Technicien de maintenance maintenance www.cpnef.

production d eaux embouteillées boissons rafraîchissantes sans alcool bières filière Technicien de maintenance maintenance www.cpnef. production d eaux embouteillées boissons rafraîchissantes sans alcool bières filière Technicien de maintenance maintenance www.cpnef.info 2 CQP validé par la CPNE de la branche «Production d eaux embouteillées,

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION DPMC- ADM- SPO Page - 1-16/07/2009 Généralités Le DPMC est l organisme désigné par la CPNE, en charge du contrôle des compétences pour la délivrance du CQP

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

Date de création : 29/04/2011. Version : 09 MMQ Date de mise à jour : 24/06/2014 Validé le : 01/07/2014. Page 2 sur 21

Date de création : 29/04/2011. Version : 09 MMQ Date de mise à jour : 24/06/2014 Validé le : 01/07/2014. Page 2 sur 21 Page 2 sur 21 Diffusion contrôlée Diffusion non contrôlée Manuel Qualité rédigé par Le Responsable Qualité Système Laëtitia GINER Manuel Qualité validé par Le Directeur Général Eric DUPINET Manuel Qualité

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur

Modèle de règlement intérieur Modèle de règlement intérieur Article 1 er : Objet Le présent règlement est destiné à organiser la vie et les conditions d exécution du travail dans la collectivité. Il est complété, le cas échéant, par

Plus en détail

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 MANAGEMENT ET TRAITEMENT DES RISQUES EN ENTREPRISE Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 L INGENIEUR OU RESP. ENVIRONNEMENT I FMG CONSEIL FORMATION I 2015-2016 Maîtriser les normes

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE DEFINITION DE POSTE DIRECTION : Direction des Ressources et des Relations Humaines MISSIONS DU SERVICE Mise en oeuvre de la politique de gestion des Ressources Humaines auprès du Conseil Général de la

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

Formation et information des agents à la santé et à la sécurité

Formation et information des agents à la santé et à la sécurité Centre de Gestion du Haut Rhin Fonction Publique Territoriale 22 rue Wilson 68027 COLMAR Cedex Tél. : 03 89 20 36 00 Fax : 03 89 20 36 29 cdg68@calixo.net www.cdg68.fr Circulaire n 05/2009 Cl. C 44 Colmar,

Plus en détail

Or. Ang. DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT REUNION CONJOINTE DU COMITE SUR LES PRODUITS CHIMIQUES ET DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES PRODUITS CHIMIQUES

Or. Ang. DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT REUNION CONJOINTE DU COMITE SUR LES PRODUITS CHIMIQUES ET DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES PRODUITS CHIMIQUES Non classifié ENV/JM/MONO(99)24 ENV/JM/MONO(99)24 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 28-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance

PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance REF 13201 Activités d accueil, d information, de conception, de mise en œuvre et de suivi des formations professionnelles agricoles REFERENCE

Plus en détail

Toute l Assistance pour votre Santé & Sécurité au Travail, Qualité et Organisation

Toute l Assistance pour votre Santé & Sécurité au Travail, Qualité et Organisation Toute l Assistance pour votre Santé & Sécurité au Travail, Qualité et Organisation www.oxeo.expert 500 chemin du Devey 38690 Oyeu Bureau : 04 76 05 37 47 Portable : 06 801 866 93 contact@oxeo.expert SIRET

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI EN ENTREPRISE

LIVRET DE SUIVI EN ENTREPRISE LIVRET DE SUIVI EN ENTREPRISE Nom du tuteur Nom du stagiaire Formation préparée POUR LES EMPLOYEURS, À PARTAGER AVEC LEURS COLLABORATEURS! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial Le tuteur est

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique en français et en langue étrangère : 7 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Les risques et moyens de prévention/protection 4. Organisation

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

Cadre d accueil. Débuter avec succès dans la construction

Cadre d accueil. Débuter avec succès dans la construction Cadre d accueil Débuter avec succès dans la construction CADRE D ACCUEIL - INTRODUCTION Onthaalkader - InleIDING Accueil - Introduction Les éléments suivants ont été pris en compte lors de la rédaction

Plus en détail

PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté»

PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté» PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté» Ce référentiel s adresse à toutes les actions de formation pouvant être dispensées dans

Plus en détail

Le Référentiel Management/Encadrement

Le Référentiel Management/Encadrement répertoire des métiers Le Référentiel Management/Encadrement Le management/encadrement est vu comme une fonction transversale liée à l organisation et à l ensemble des familles professionnelles. Le référentiel

Plus en détail

PLAN. Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO

PLAN. Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO PLAN Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO INTRODUCTION La protection contre les chutes de hauteur est trop souvent réduite à une question d'équipements de protection

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Demande d examen d équivalence pour un programme de formation en salubrité alimentaire

Demande d examen d équivalence pour un programme de formation en salubrité alimentaire Demande d examen d équivalence pour un programme de formation en salubrité alimentaire Nom de l organisation : Date : Auteur de la demande : Adresse postale : Tél. : Téléc. : Courriel : Nom du programme

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 Manuel* réf. : PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 RDT-ISC-0002-2014-Rév 0 3 NOTES DE DOCTRINE *Manuel = Manuel Qualité - PI = Procédure Interne - PE = Procédure Externe RÉDACTION VÉRIFICATION APPROBATION

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE TECHNICIEN SUPERIEUR PRINCIPAL D ADMINISTRATIONS PARISIENNES SPÉCIALITÉ GÉNIE URBAIN

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE TECHNICIEN SUPERIEUR PRINCIPAL D ADMINISTRATIONS PARISIENNES SPÉCIALITÉ GÉNIE URBAIN COMMISSION D ÉQUIVALENCE POUR L ACCÈS AUX CONCOURS DES ADMINISTRATIONS PARISIENNES 2, rue de Lobau 75196 PARIS Cedex 04 www.paris.fr drh.ceacap@paris.fr Nom : Prénom : DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Cabinet Deuxième Projet d'appui à la Réforme de l'enseignement Supérieur, PARESII TERMES DE RÉFÉRENCE ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

FORMATION ANIMATEUR PREVENTION SANTE SECURITE

FORMATION ANIMATEUR PREVENTION SANTE SECURITE O b j e c t i f s Comprendre les enjeux de la sécurité et la santé au travail Maîtriser l essentiel de la réglementation santé sécurité Être capable de conseiller sa direction sur la définition des objectifs

Plus en détail

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle au sein du Groupe Carrefour (Accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences) et

Plus en détail

Assistant(e) de Gestion Client

Assistant(e) de Gestion Client CQP Certificat de Qualification Professionnelle Industries Alimentaires Janvier 2009 Validé par la Commission Paritaire Nationale de Branche «Emploi-Formation» le 03 juin 2008 1 Des CQP pour les salariés

Plus en détail

Chargé d affaires PA 4700 PERSONNEL CONCERNÉ

Chargé d affaires PA 4700 PERSONNEL CONCERNÉ Chargé d affaires PERSONNEL CONCERNÉ Conducteur de travaux, Chargé d'affaires ayant moins de 5 années d'expérience dans la fonction et toute personne amenée à devenir Chargé d affaires. Mise à niveau du

Plus en détail

N 14 L INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES

N 14 L INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES Fiche Info Prévention & Sécurité N 14 L INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES Les collectivités territoriales et les établissements publics sont nombreux à faire appel à des entreprises spécialisées ou

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Qualité-Sécurité-Environnement

Qualité-Sécurité-Environnement AUDITEUR INTERNE QUALITE INTRODUCTION ET RAPPELS L AUDIT - Qualité, assurance qualité, management qualité - Norme ISO 9001 v2008 - Norme ISO 19011 relatives à l audit des systèmes qualité - Définition,

Plus en détail

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

MANUEL QUALITE SIMPLIFIE

MANUEL QUALITE SIMPLIFIE E-mail : info@pai-france.com A. GENERALITES Page : 1 / 8 Conforme à la norme : ISO 9001 Domaine d activité : Négoce de matériel pour le secteur pétrolier, gazier, pétrochimique, agroalimentaire et pharmaceutique

Plus en détail

SALARIÉS INTÉRIMAIRES ETT DE MOINS DE 10 SALARIÉS PLAN DE FORMATION MODE D EMPLOI. v1-11/2013 - photo : gettyimages

SALARIÉS INTÉRIMAIRES ETT DE MOINS DE 10 SALARIÉS PLAN DE FORMATION MODE D EMPLOI. v1-11/2013 - photo : gettyimages Permettre aux intérimaires d acquérir des compétences et des savoir-faire transférables Favoriser l acquisition de compétences et savoir-faire complémentaires, en lien avec leur qualification ou avec l

Plus en détail

EMPLOI, RELATIONS SOCIALES ET TRAVAIL DÉCENT

EMPLOI, RELATIONS SOCIALES ET TRAVAIL DÉCENT EMPLOI, RELATIONS SOCIALES ET TRAVAIL DÉCENT Volet : Emploi La politique sociale est axée principalement sur : L emploi stable et la fidélisation salariés ; Le respect diversités ; La sécurité conditions

Plus en détail

SENSIBILISATION REFERENTIELS SECURITE

SENSIBILISATION REFERENTIELS SECURITE Centre de Ressources des Techniques Avancées Organisme de Formation et de Conseil Labellisé Pôle Innovation 7 avenue de l étang ZI Fontcouverte 84000 Avignon / E-mail : jp.graff@crta.fr http://crta.fr

Plus en détail

Accompagnement. à la certification MASE

Accompagnement. à la certification MASE Accompagnement à la certification MASE Le MASE pour quoi? Historique du MASE Novembre 1992, l explosion à la raffinerie TOTAL de la Mède sur l étang de Berre provoque 6 morts. Les grands acteurs industriels

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

PASE PASE PLAN D AMELIORATION SECURITE

PASE PASE PLAN D AMELIORATION SECURITE PAGE : 1 / 17 PASE REDACTION VERIFICATION APPROBATION NOM Carole Douyer Jean-Luc BREMOND Daniel OGNA FONCTION RH Directeur Gérant SIGNATURE PAGE : 2 / 17 SOMMAIRE 1. OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DU PASE

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail»

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Titre II du décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié par le décret 2012-170 du 3 février 2012 (articles 6 à 9) Article

Plus en détail

Référentiel des activités professionnelles (annexe Ia)

Référentiel des activités professionnelles (annexe Ia) Référentiel des activités professionnelles (annexe Ia) L emploi et la qualification Définition de l emploi Le titulaire du baccalauréat professionnel Ouvrages du bâtiment : métallerie intervient en atelier

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE La mise en place d une politique d archivage offre des solutions pour assurer une gestion pérenne des archives. Ce guide de procédure doit : - servir de base

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Logistique

Les référentiels et les formations de la fonction Logistique Les référentiels et les formations de la fonction Gérer la politique d approvisionnement et de distribution des produits en : - organisant l activité (prévoir, coordonner, et ajuster les moyens disponibles)

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 7 L information-consultation Quelques éléments de contexte La loi a cherché à mettre de l ordre et de la perspective dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Arrêté du 25 juin 2015 relatif à l agrément d expert en matière de géothermie de minime importance

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

Bienvenue chez ASTARE. Groupe WESTINGHOUSE

Bienvenue chez ASTARE. Groupe WESTINGHOUSE ASTARE LIVRET D ACCUEIL Bienvenue chez ASTARE Groupe WESTINGHOUSE Siège social et bureaux Bureaux 86 rue de Paris 122 avenue de Hambourg Parc Orsay 13008 MARSEILLE Immeuble Séquoia ------------------------------

Plus en détail

Cahier des charges 2015

Cahier des charges 2015 Cahier des charges 2015 Actions collectives Contact : Mylène PILLONETTO-ONDET Conseiller en Formation Tel : 0473319595 mpillonetto@agefos-pme.com AGEFOS PME Auvergne 1/10 Sommaire 1. Présentation d AGEFOS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ACTION : FORMATION EN MANAGEMENT DE LA QUALITE

TERMES DE REFERENCES ACTION : FORMATION EN MANAGEMENT DE LA QUALITE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université de la Manouba Université de la Manouba Partenaire du Programme d Appui à la Qualité TERMES DE REFERENCES

Plus en détail

Cahier des charges. 5 domaines de compétences : Action projet collectif Inter-entreprises METALLURGIE

Cahier des charges. 5 domaines de compétences : Action projet collectif Inter-entreprises METALLURGIE Cahier des charges Action projet collectif Inter-entreprises METALLURGIE 5 domaines de compétences : 1. Techniques métiers industriels 2. Techniques de Management 3. Sécurité 4. Bureautique 5. Anglais

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

Formation ACMO / CHS 26 mai 2011. Intervention d entreprises extérieures. Plan de Prévention Protocole de Sécurité. Brochure ED 941 INRS

Formation ACMO / CHS 26 mai 2011. Intervention d entreprises extérieures. Plan de Prévention Protocole de Sécurité. Brochure ED 941 INRS Formation ACMO / CHS 26 mai 2011 Intervention d entreprises extérieures Brochure ED 941 INRS Plan de Prévention Protocole de Sécurité PLAN Introduction Réglementation Démarche globale Cas particulier du

Plus en détail

ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT. Prestations Intellectuelles et de sous-traitance

ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT. Prestations Intellectuelles et de sous-traitance ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT Prestations Intellectuelles et de sous-traitance Accompagnement aux normes Internationales et ISO Formations diverses

Plus en détail

TRAVAUX DE REFECTION DE COUVERTURES, DE FAUX PLAFOND ET D ISOLATION THERMIQUE

TRAVAUX DE REFECTION DE COUVERTURES, DE FAUX PLAFOND ET D ISOLATION THERMIQUE Marchés Publics de Travaux Mairie de Caderousse service des marchés TRAVAUX DE REFECTION DE COUVERTURES, DE FAUX PLAFOND ET D ISOLATION THERMIQUE Règlement de la consultation (RC) Date limite de réception

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Assistant et conseiller en prévention (anciennement ACMO)

Assistant et conseiller en prévention (anciennement ACMO) CENTRE DEPARTEMENTAL DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA CORSE DU SUD 18 Cours Napoléon - BP 60321-20178 AJACCIO CEDEX 1 Tel: 04.95.51.07.26 Fax: 04.95.21.60.75- www.cdg2a.com Assistant

Plus en détail