ANALYSE SÉMANTICO-DISCURSIVE DES COLLOCATIONS LEXICALES EN CORPUS SPÉCIALISÉ : LA BASE CONNAISSANCE-S

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE SÉMANTICO-DISCURSIVE DES COLLOCATIONS LEXICALES EN CORPUS SPÉCIALISÉ : LA BASE CONNAISSANCE-S"

Transcription

1 ANALYSE SÉMANTICO-DISCURSIVE DES COLLOCATIONS LEXICALES EN CORPUS SPÉCIALISÉ : LA BASE CONNAISSANCE-S Estelle Dubreil et Béatrice Daille LINA FRE CNRS 2729 Université de Nantes France Résumé : L association terminologique préexistant au phénomène collocationnel est qualifiée d arbitraire et rapportée de ce fait à une question d usage linguistique conventionnel. Toutefois, en soumettant les collocations à une analyse sémantico-discursive, il s avère que cette association terminologique est parfois prévisible, puisque sémantiquement calculable sur la base des possibles argumentatifs présents dans la signification lexicale de la base, ce qui ouvre une perspective de description possible de leur principe de composition en termes de blocs d argumentation. Mots-clés : collocation épistémique, corpus spécialisé, linguistique de corpus, sémantique lexicale. 1. PROBLÉMATIQUE Le discours scientifique spécialisé (DSS) se présente comme le discours de la connaissance. Il tend à informer et est par conséquent considéré comme étant objectif (Mortureux 1985 ; Beaune 1988). Toutefois, ce postulat va à l encontre d un fondement théorique propre à la Sémantique des possibles argumentatifs SPA (Galatanu 2000, 2004, 2005), puisque ce modèle, à l interface entre la sémantique théorique et l analyse du discours, considère le langage général comme étant par essence évaluatif, c est-àdire porteur de visées subjectives par nature. Or, bien que singulier par ses préférences lexico-syntaxiques, le DSS recourt nécessairement au langage général pour se construire. Aussi, le point de départ de cette recherche consiste à tester l hypothèse très générale selon laquelle le DSS est empreint de subjectivité, et le cas échéant de relever et décrire les mécanismes sémantico-discursifs impliqués dans ce processus. Pour ce faire, nous avons constitué un corpus électronique spécialisé. L aspect informatisé de notre corpus et le recours nécessaire aux techniques d analyses liées à la linguistique de corpus, nous ont conduites à observer les phénomènes collocationnels. Traditionnellement, l association terminologique préexistant aux phénomènes collocationnels est qualifiée d arbitraire et rapportée de ce fait à une question d usage linguistique conventionnel. Pourtant, suite au dépouillement des données, il nous a paru nécessaire de rapprocher cet objet d un autre concept fondateur en SPA, le possible argumentatif. En effet, en soumettant les collocations à une analyse sémantico-discursive, il s avère que cette association terminologique est parfois légitime, prévisible puisque sémantiquement calculable ; ce qui remet en cause leur caractère arbitraire et ouvre une perspective d explication possible de leurs principes de composition en termes de blocs d argumentation. Après avoir défini ce que nous entendons par collocation et présenté le cadre théorique sémanticodiscursif retenu pour cette étude, nous expliciterons l intuition sous-jacente au rapprochement des deux concepts mobilisés. Nous détaillerons ensuite nos hypothèses de travail et exposerons la méthodologie générée pour les tester. À titre d illustration, nous procéderons à l analyse des collocations incluant connaissance-s et conclurons sur ces premiers résultats. 2. COLLOCATION D après Williams (2003), p. 5 : Le terme «collocation» a été introduit dans les années trente par J. R. Firth, membre fondateur de l école contextualiste britannique, pour caractériser certains phénomènes linguistiques de cooccurrence qui relèvent essentiellement de la compétence linguistique des locuteurs natifs (Firth 1957). Ce terme recouvre en fait des phénomènes linguistiques très variés relevant de la phonologie, pragmatique, sémantique, syntaxique et même statistique (van der Wouden 1997). La collocation est la plupart du temps définie comme une association syntagmatique restreinte trouvant sa place entre le 1

2 syntagme libre et le syntagme figé. Par exemple, en français un café noir est un café sans adjonction de lait et si café conserve sa signification habituelle, l adjectif noir prend un sens nouveau. D ailleurs, en espagnol, un café noir se traduira par un café solo. Du fait de leur caractère idiomatique et donc du problème qu elles posent à tous les apprenants d une langue étrangère, elles ont été décrites et modélisées par de nombreux lexicographes : citons par exemple le BBI Dictionary of English Word Combinaison (Benson et al. 1986), le Dictionnaire explicatif et combinatoire (Mel uk et al ). La collocation lexicale telle que définie par Haussmann (1997) est composée d une base et d un collocatif ; dans notre exemple ci-dessus, café est la base, noir est le collocatif. Elle possède un certain nombre de propriétés : récurrence, arbitraire et bonne formation syntaxique, qui ont été exploitées pour leur découverte en corpus (Daille et Williams 2001). La motivation sémantique des collocations selon Grossmann et Tutin (2003) repose soit sur des procédés sémantiques productifs, comme la métaphore, la comparaison ou la métonymie, soit sur des régularités sémantiques, par exemple affreux se voit associé un sens intensif en cooccurrence avec les noms de sentiments de polarité négative. 3. POSSIBLE ARGUMENTATIF Le Possible argumentatif (PA) est un concept pivot dans la théorie SPA auquel il donne d ailleurs son nom. Pour en mesurer la portée et l enjeu, nous exposons brièvement les fondements du modèle. La SPA se donne pour objectif de proposer une «description/représentation de la signification lexicale» (Galatanu 2004), basée simultanément sur des informations sémantiques (internes à la langue) et discursives (externes à la langue, donc contextuelles). La signification lexicale est entendue comme «une conceptualisation largement identique d un individu à l autre, [formant] une sorte de socle pour une intercompréhension réussie» (Kleiber 1999). Elle se présente donc comme un processus d abstraction concrétisé par une unité lexicale et visant une stabilisation du monde dans la langue. Du point de vue de la SPA, la description de la signification lexicale doit pouvoir rendre compte d une part, de la dimension évaluative du langage, par une représentation des potentiels argumentatifs des unités lexicales et de la portée axiologique associée, et d autre part, de la dimension dénotative du langage général, par la représentation du monde tel qu il est perçu et modélisé par et dans la langue. Dans cette optique, la SPA décrit la signification lexicale d un mot comme étant composée de trois strates : un noyau, des stéréotypes et des possibles argumentatifs. Le noyau est une entité sémantique, composée de traits nécessaires de catégorisation (TNC) et de prédicats abstraits. Les TNC rassemblent trois types d informations : la nature grammaticale du mot, ses caractéristiques modales et son orientation axiologique. Les prédicats abstraits correspondent à des primitifs sémantiques invariants (Putnam 1994). Les stéréotypes sont également des entités sémantiques. Ils correspondent à la déclinaison des prédicats abstraits du noyau par association avec d autres invariants (représentations), dans des blocs de signification argumentatifs posés comme naturels (du type : cause-effet, symptôme-phénomènes, butmoyen ). On parle de blocs d argumentation interne à la signification lexicale (Carel et Ducrot 1999). Les possibles argumentatifs sont des entités discursives. Ils correspondent à l association prévisible de deux unités lexicales liées par une relation d argumentation et calculable sur la base des enchaînements linguistiques que la signification lexicale est susceptible de générer en contexte. Plus précisément, il s agit de la concrétisation dans le discours de l association du mot avec l un des éléments de ses stéréotypes. On parle de blocs d argumentation externe à la signification lexicale (Carel et Ducrot 1999), puisque consommés dans le discours. Un bloc d argumentation externe représente donc l association, dans une structure argumentative, du mot dont on construit la signification lexicale avec l un des prédicats identifiés comme faisant partie de son argumentation interne. Nous exemplifions ci-dessous les trois strates de la signification lexicale avec le substantif colère (Galatanu 2004). Noyau : Traits Nécessaires de Catégorisation (TNC) Prédicat nominal féminin singulier Affectif et moral 2

3 Axiologique négatif Noyau 1 : penser à faire mal à soi-même ou à autrui Stéréotypes : Donc penser mal Donc mériter punition Donc vouloir vengeance Possibles argumentatifs : colère intérieure Noyau 2 : éprouver émotion-sentiment négatif violent Stéréotypes : Donc état psychique mauvais Donc état physique mauvais Donc agressivité Donc agir violemment Donc agir sans réfléchir Possibles argumentatifs : colère folle, violente colère De par le lien argumentatif posé, les PA sont par essence évaluatifs. Ils s organisent autour de deux faisceaux orientés respectivement vers l un ou l autre des pôles axiologiques, positif ou négatif. [1] Elle est intelligente, donc douée à l école. Activation d un PA axiologique positif, porté par la signification lexicale de l adjectif intelligente. [2] Il est lâche, donc inutile de compter sur lui en cas d attaque. Activation d un PA axiologique négatif, porté par la signification lexicale de l adjectif lâche. Les PA sont des entités discursives soumises aux caprices du discours, ce qui signifie que le discours influe sur les potentiels argumentatifs axiologiques. D après Galatanu (2005, à paraître), p. 11 : «Le noyau et les stéréotypes forment dans la SPA un dispositif de génération de séquences discursives argumentatives, «les Posssibles Argumentatifs», qui peuvent être activés dans les occurrences discursives, ou renforcées, voire interverties, par des phénomènes de contamination co- ou contextuelle.» [3] Il était en colère, donc il a frappé son ami. PA conforme à l orientation axiologique des stéréotypes du substantif colère. [4] Il était en colère, pourtant il a amorcé une réconciliation. PA contraire à cette même orientation axiologique. 4. CONCRÉTISATION DE LA COLLOCATION PAR UN POSSIBLE ARGUMENTATIF Partant de la définition de collocation au sens d Haussmann (1997), entendue comme toute séquence textuelle constituée de deux lexèmes dont l un conserve son sens habituel, syntaxiquement correcte et fréquente, et de la définition de PA, entendu comme l association prévisible de deux unités lexicales liées par une relation d argumentation et calculable sur la base des enchaînements linguistiques que la signification lexicale est susceptible de générer en contexte ; nous postulons qu une collocation correspond 3

4 potentiellement à la concrétisation d un PA dans le discours. Pour vérifier cette hypothèse nous avons mené une réflexion duelle, mêlant compromis théoriques et ajustements méthodologiques. Au niveau théorique, les compromis ont émergé de la confrontation des deux concepts mobilisés et se sont traduits par la formulation d un double paradigme. Soit la collocation repérée est la concrétisation d un PA dans le discours. [5] violente colère Dans la description de la signification lexicale de colère, on trouve associé au noyau, entre autres le stéréotype violent. Aussi, la collocation violente colère (et inversement colère violente) est-elle calculable sur la base des PA existants. Dans ce cas, on parlera de collocation argumentative et nous vérifierons qu elle est intrinsèquement axiologisée. Soit la collocation ne correspond pas à la concrétisation d un PA dans le discours. [6] colère rouge Dans ce cas, l association terminologique n est pas prévisible, on ne peut calculer (de façon évidente) rouge dans colère. On parlera alors de collocation inédite. En l absence de relation argumentative directe, la collocation inédite ne devrait pas être axiologisée, ce qui contredit la dimension évaluative du langage. Aussi, nous formulons une nouvelle hypothèse concernant l axiologisation des collocations inédites. Nous postulons qu il y a un relais pris par le contexte, c est-à-dire un processus évaluatif externe dû au discours. [7] Il faut intervenir quand la personne entre dans une colère rouge, afin de faire cesser l escalade de la violence. (Requête Google, 28/09/05) La présence dans le contexte d «escalade de la violence», nous permet de conclure que la collocation colère rouge possède une orientation axiologique négative. Naturellement, nous n excluons pas que la base puisse conserver son potentiel axiologique et le propager ainsi à toute la collocation. 5. MÉTHODOLOGIE Les ajustements évoqués au niveau méthodologique pour tester nos hypothèses se sont traduits par la création d un processus de validation pluridisciplinaire, mêlant linguistique de corpus et lexicographie Linguistique de corpus Nous utilisons le corpus électronique spécialisé TAL (N), représentatif de la communauté du Traitement automatique du langage naturel (Dubreil, 2004) pour mettre à jour les collocations. Ce domaine de pratique scientifique est dynamique en France. Les communications sont nombreuses, essentiellement écrites, ce qui satisfait nos besoins en analyses textuelles et offre une double perspective scientifique confortable. D une part, le regroupement d une quantité de données suffisante est possible, et d autre part, cela laisse espérer une certaine diversité des auteurs, permettant de décupler les possibles subjectivités discursives et d accéder à un panel lexical varié. En outre, l exploitation légale des documents sous la forme numérisée n a pas posé de problème ; les textes appartiennent à l association loi 1901 du domaine, l ATALA, et ont été délivrés sur autorisation. Le corpus TAL (N), conçu en 2003, comporte environ 1 million d occurrences sans la ponctuation. Il réunit 193 articles de recherche scientifique : 69 articles de revue TAL et 124 articles de conférence. Il est constitué de textes entiers exclusivement rédigés en français et relevant d un même genre-registre dit écrits scientifiques. Tous les textes appartiennent à une même période consécutive d une durée égale : la revue TAL , du vol au vol inclus et la conférence TALN, les actes de 1999 à 2003 inclus. Ce corpus a fait l objet d un étiquetage morphosyntaxique avec WinBrill et d une lemmatisation avec FLEMM. Toutefois, ces données ne sont pas nécessaires pour l analyse sémantico-discursive qui nous occupe actuellement, aussi, la consultation du corpus se fait sur les fichiers au format txt. Nous rappelons ici que l origine de ce travail prend elle-même la forme d une hypothèse volontairement trop générale (Dubreil 2005) consistant à tester si oui ou non, le DSS est empreint de 4

5 visées subjectivantes. C est pourquoi il nous a semblé pertinent d analyser prioritairement les unités lexicales liées aux modalités du jugement de vérité, c est-à-dire les mots appartenant à la zone dite épistémique, liée au SAVOIR. [8] savoir (substantif et verbe), connaître, connaissance (singulier et pluriel) Du point de vue linguistique de corpus, le protocole de validation de nos hypothèses de recherche se décompose en deux étapes : le repérage des unités lexicales épistémiques et le dépouillement des données. Le repérage des unités lexicales épistémiques Savoir étant le mot emblématique de cette zone modale, nous avons débuté nos analyses par lui, en tenant compte de son ambivalence grammaticale. Nous avons ensuite adopté une double démarche ascendante et descendante. Premièrement, pour couvrir le plus objectivement possible la zone épistémique, nous avons utilisé le Dictionnaire des synonymes développé par le laboratoire de linguistique de l université de Caen, le Crisco i, en quête des synonymes de savoir, que nous avons recherchés ensuite en corpus. La démarche descendante consiste à relever dans le corpus les mots appartenant à cette zone modale, sur la base de la liste de fréquence des mots qui le composent. Nous avons volontairement conservé, voire restitué pour chaque paradigme sémantique le substantif et le verbe associé. Outre le fait de pouvoir mener à terme une analyse contrastive si cela s avérait fructueux, cette démarche permet présentement de regrouper plus facilement les collocations entre elles. Nous considérons par exemple que connaissance lexicale et connaissance du lexique représentent deux variantes d une même collocation. Le dépouillement des données Le dépouillement des données se fait essentiellement à l aide du logiciel WordSmith Tools ii (Version 3.0). Il s agit d un logiciel d analyse lexicale, développé par Mike Scott depuis Il intègre de ce fait, un grand nombre de fonctionnalités (fréquences, concordances, mots-clés ) permettant de faciliter l analyse du comportement des mots et de leur utilisation au sein des textes. Sur la base des données recueillies, il convient d établir une série de critères fiables et stables pour juger de la pertinence des données nécessitant une analyse. Nous avons donc épuré nos données selon quatre critères : statistique, pertinence, lexical et terminologique. Critère statistique Nous avons dû préciser en premier lieu, notre acception de répétitif présente dans la définition de collocation. De façon arbitraire, nous l avons restreinte à : la cooccurrence de deux termes apparaissant au moins trois fois dans le corpus ; la cooccurrence de deux termes issus de trois articles différents ; la cooccurrence de deux termes employés par trois auteurs différents. Ces trois critères devant être simultanément remplis, ils garantissent selon nous l authenticité des candidats retenus, étant représentatifs des usages linguistiques de la communauté TAL. Nous avons donc retiré tous les candidats peu fréquents. [9] une connaissance détaillée ; la connaissance globale Critères de pertinence Conformément à nos hypothèses de travail, cette recherche porte sur les collocations lexicales, les seules à pouvoir former des blocs d argumentation axiologisés. Nous excluons de travailler sur les collocations grammaticales, constituées d un mot plein suivi d une unité subordonnée (verbe + prép. : s abstenir de ; nom + prép. : sentiment envers ; adj. + prép. : absent de). Nous avons donc retiré tous les candidats composés de mots grammaticaux. [10] connaissances de/du/des 5

6 Critère lexical Nous avons retiré toutes les lexies. Nous entendons par lexies, les expressions figées faisant l objet d une entrée lexicographique spécifique à laquelle est associée une définition particulière. De fait, ces entités ne partageant pas la même signification lexicale que l unité épistémique recherchée, elles ne peuvent se soumettre aux mêmes blocs d argumentation. [11] à ma/notre connaissance Critères lexicographiques De même que pour le critère lexical, le critère lexicographique impose d exclure les termes complexes associés à un domaine de pratique. Nous utilisons pour ce faire, deux dictionnaires en ligne, Eurodicautom et le Grand dictionnaire terminologique iii. Si le candidat considéré figure dans l un ou l autre des dictionnaires, il est exclu. En outre, nous recourons au besoin à la compétence linguistique des locuteurs de la communauté, qui se prêtent au jeu de l expertise. Nous avons donc retiré des termes comme : [12] base (s) de connaissance ; connaissance du monde ; extraction de connaissances 5.2. Lexicographie Concernant l aspect lexicographique, pour la construction de la signification lexicale (SL), le protocole consiste à prendre les définitions d un mot dans deux dictionnaires éventuellement de traditions différentes, mais d objectifs communs et surtout comparables (description d un même état de la langue). Nous ne retenons pour la construction du noyau et des stéréotypes que ce qui est commun aux différentes entrées. Nous utilisons pour cette étude le Lexis Larousse et le Grand Robert. La SL de connaissance varie selon que le terme est singulier ou pluriel. Description de la SL de connaissance au singulier. Noyau : Traits Nécessaires de Catégorisation (TNC) Prédicat nominal féminin singulier Épistémique Axiologique positif Noyau 1 : processus : acquisition de la représentation mentale Stéréotypes : Donc viser une compétence Donc étudier par la pratique en vue de maîtriser une compétence Possibles argumentatifs : connaissance de l anglais Noyau 2 : résultat : fait de savoir Stéréotypes : Donc impression, intuition, sensation Donc certitude, compréhension Donc expérience, pratique Possibles argumentatifs : connaissance intuitive ; profonde connaissance ; connaissance abstraite 6

7 Description de la SL de connaissances au pluriel. Noyau : Traits Nécessaires de Catégorisation (TNC) Prédicat nominal féminin pluriel Épistémique Axiologique positif Noyau : résultat : représentation (s) mentale (s) acquise (s) Stéréotypes : Donc posséder des savoirs Donc approfondir des savoirs Possibles argumentatifs : enrichir ses connaissances ; connaissances élémentaires ; ensemble de connaissances 6. RÉSULTATS Nous avons extrait les 723 occurrences du terme connaissance-s singulier et pluriel. Les collocations construites sur la base de connaissances au pluriel sont nettement plus nombreuses que les collocations construites sur connaissance au singulier, dans une proportion de 4 pour 28, indépendamment du nombre d occurrences. Les résultats pour connaissance au singulier nous ont montré qu à une exception près, toutes les collocations étaient de nature argumentative. Ex. : bonne connaissance, connaissance approfondie, connaissance particulière Dans tous les cas, la collocation conserve son potentiel axiologique positif. La seule collocation inédite trouvée concerne source-s de connaissance. Toutefois, le statut inédit de la collocation tient au fait que connaissance est employé au singulier. Au pluriel, la collocation devient argumentative. D ailleurs, on retrouve cette collocation dans sa version plurielle, avec une fréquence nettement plus élevée, 28 occurrences, contre 4 occurrences dans sa version au singulier. Aussi, sommesnous tentés de conclure que la collocation juste est source-s de connaissances. Les résultats pour connaissances au pluriel nous ont appris que toutes les collocations, là encore à une exception près, étaient de nature argumentative. Ex. : ensemble-s de connaissances, fondée sur des connaissances, utiliser des connaissances Là encore, dans tous les cas, la collocation conserve son potentiel axiologique positif. La seule collocation inédite initialement trouvée concerne acquisition de connaissances. Le statut inédit de la collocation tient à l incompatibilité entre le processus acquisition et le résultat connaissances. Toutefois, bien que fréquente, 15 occurrences, la collocation semble s apparenter davantage à un terme, représentatif d une technique associée à un domaine (acquisition de connaissances à partir de texte ; technique d acquisition de connaissance). 7. CONCLUSION La faible quantité de données observées pour cette présentation nous empêche de statuer définitivement sur la pertinence de toutes les hypothèses de recherche posées, mais nous encourage fortement à poursuivre le dépouillement du corpus. En effet, l analyse menée sur connaissance-s prouve l existence de collocations argumentatives épistémiques. Dans ce cas, la collocation est bien axiologisée, ici positivement, conformément à la polarité de connaissance-s. Ces données confortent notre précepte 7

8 général quant à la subjectivité du discours scientifique spécialisé et à son conformisme axiologique. Toutefois, l existence de collocation inédite reste hypothétique et avec elle la faculté de la base à conserver son potentiel axiologique et le principe d axiologisation extrinsèque par relais contextuel. De toute évidence, cette étude remet en cause le caractère considéré comme arbitraire des collocations et ouvre une perspective d explication possible de leur composition en terme de bloc d argumentation, par relation «sémantico-discursive» motivée. 8

9 Bibliographie Beaune (J.-C.), 1988 : La vulgarisation scientifique : l ombre des techniques, dans «Vulgariser la science : le procès de l ignorance», Coll. Milieux, sous la dir. de D. Jacobi. Benson (M.), Benson (E.), Ilson (R.), 1986 : The BBI Dictionary of English Word Combinations. Amsterdam, Benjamins, 2 e éd, Carel (M.) et Ducrot (O.), 1999 : Le Problème du paradoxe dans une sémantique argumentative, dans «Langue française», sept. 1999, p Daille (B.) et Williams (G.), dir., 2001 : Collocation : computational extraction, analysis and exploitation, dans «Worshop at the 39 th Annual Meeting and 10 th Conference of the European Chapter of ACL». Dubreil (E.) 2004 : Comment assurer la représentativité discursive d un corpus électronique spécialisé? L exemple du corpus TAL (N), communication orale, dans 1 er colloque Jeunes Chercheurs Col Doc 2004 «La Construction des observables en sciences du langage», Paris X Nanterre, avril Dubreil (E.), 2005 : Contraintes de constitution d un corpus spécialisé dédié à une analyse sémantico-discursive, dans 2 e colloque Jeunes Chercheurs Col Doc 2005 «Recueil des données en Sciences du langage et constitution de corpus : données, méthodologie, outillage», Paris X Nanterre, juin 2005 (à paraître). Firth (J.R.), 1957 : Papers in Linguistics Oxford, Oxford University Press. Galatanu (O.), 2000 : Langue, discours et systèmes de valeurs, dans Curiosités linguistiques, Suomela-Salmi éd., Université de Turku. Galatanu (O.), 2004, Sémantique des «possibles argumentatifs» et axiologisation discursive, dans Bouchard (I.), [s. d.] Représentation du sens linguistique II, Paris Louvain-la-Neuve, Duculot. Galatanu (O.), 2005 : Sémantique et élaboration discursive des identités. «L Europe de la connaissance» dans le discours académique, conférence plénière, dans Actes de la conférence internationale-cultural and cross-lingusitic Perspectives on Academic Discourse, May 2005, Unviersity of Turku, Finland, school of Classical and Romance Languages (à paraître). Grossmann (F.) et Tutin (A.), dir., 2003 : Les collocations : analyse et traitement, coll. Travaux de recherches en linguistique appliquée, Paris, Éditions De Werelt. Haussmann (F.J.), 1997 : «Tout est idiomatique dans les langues», dans M. Martins-Baltar (éd.), La locution entre langues et usages. Paris, ENS éditions, p Kleiber (G.), 1999 : «Problèmes de sémantique», dans La polysémie en question, Nancy, Presses Universitaires du Septentrion. Mel uk (I.), 1984, 1988, 1992, 1999 : Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain : recherches lexicosémantiques. Vol. I, II, III, IV. Montréal, Presses de l Université de Montréal. Mortureux (F.), 1985 : Linguistique et vulgarisation scientifique, dans Popularization of science. van der Wouden (T.), 1997 : Negative contexts, Routledge, London. Putnam (H.), 1994 : Le réalisme à visage humain, Paris, Armand Colin. Williams (G.), 1998 : «Collocational Networks : Interlocking Patterns of Lexis in a corpus of Plant Biology Research Articles», dans International Journal of Corpus Linguistics, 3 (1), Williams (G.), 2001 : Les réseaux collocationnels dans la construction et l exploitation d un corpus dans le cadre d une communauté de discours scientifique, Lille : Presses Universitaires de Septentrion. Williams (G.), 2003 : «Les collocations et l école contextualiste britannique», dans Grossmann (F.) et Tutin (A.) éd., Les collocations : analyse et traitement, coll. Travaux de recherches en linguistique appliquée, Paris, Éditions De Werelt 9

10 Notes i Cahier du Crisco, n 17, juillet ii Site web, iii Eurodicautom : Grand Dictionnaire Terminologique : 1

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

SYLLABUS ISIT. OPTION 1 : Traduction 1. Module 1 : Traduction. Traduction spécialisée vers A. Nombre de crédits. Objectifs généraux :

SYLLABUS ISIT. OPTION 1 : Traduction 1. Module 1 : Traduction. Traduction spécialisée vers A. Nombre de crédits. Objectifs généraux : Traduction spécialisée vers A Module 1 : Traduction 5 ECTS généraux : Acquérir la méthodologie de la traduction de textes techniques dans divers domaines de spécialité : recherche documentaire, élaboration

Plus en détail

Marie-Claude L Homme Université de Montréal

Marie-Claude L Homme Université de Montréal Évaluation de logiciels d extraction de terminologie : examen de quelques critères Plan Marie-Claude L Homme Université de Montréal Unités recherchées et problèmes de base Catégories de critères Critères

Plus en détail

Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou. Introduction

Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou. Introduction Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou Atelier : Concevoir un programme de préparation à l'insertion universitaire, Alain Koenig, directeur

Plus en détail

SYLLABUS ISIT. OPTION 2 : Traduction 2. Module 1 : Traduction. Traduction générale vers A. Nombre de crédits

SYLLABUS ISIT. OPTION 2 : Traduction 2. Module 1 : Traduction. Traduction générale vers A. Nombre de crédits Traduction générale vers A Module 1 : Traduction 5 ECTS généraux : Acquérir la méthodologie et les techniques de la traduction Approfondir la connaissance de la langue source. spécifiques : Parfaire la

Plus en détail

L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE

L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE Ouvrage rédigé sous la direction de Pierre-Yves Raccah, CNRS L Harmattan, collection Sémantique Les recherches sur lesquelles les textes présentés

Plus en détail

La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome)

La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome) La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome) Giulia BARRECA Université Paris Ouest Nanterre-Università Cattolica di Milano Oreste FLOQUET Sapienza, Università di Roma Plan Nouveau point d enquête IPFC

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

Laurent Puren est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La

Laurent Puren est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La Christian Ollivier est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La Réunion et membre du laboratoire Langues, textes et Communication dans les espaces créolophones et francophones

Plus en détail

GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1

GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1 ACADEMIE DE MONTPELLIER Groupe académique d inspecteurs et formateurs en langues vivantes GRILLE D EVALUATION DES COMPETENCES EN VUE DE LA VALIDATION DU NIVEAU B1 Etre capable de comprendre les points

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

Master «Formation d enseignants pour le supérieur»

Master «Formation d enseignants pour le supérieur» Spécialité «DASP» (didactique de l anglais spécialisé) Site de formation : Cachan Etablissements co-habilités : - Responsables de la formation : Anthony SABER Maître de Conférence ENS Cachan Equipe pédagogique

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

La construction discursive de la signification : le point de vue argumentatif

La construction discursive de la signification : le point de vue argumentatif La construction discursive de la signification : le point de vue argumentatif Enseignant-chercheur Département d études françaises, Université de Turku Résumé : Le discours joue un rôle central dans les

Plus en détail

Brevet de Technicien Supérieur COMMUNICATION ANNEXE III GRILLE HORAIRE

Brevet de Technicien Supérieur COMMUNICATION ANNEXE III GRILLE HORAIRE ANNEXE III GRILLE HORAIRE Première année Deuxième année Enseignements Horaire hebdomadaire Volume annuel Horaire hebdomadaire Volume annuel (à titre indicatif) (à titre indicatif) Total cours TD Total

Plus en détail

Présentation générale du logiciel ALCESTE

Présentation générale du logiciel ALCESTE Présentation générale du logiciel ALCESTE Cours donné en Master 1 «Sciences de l éducation et de la formation» (dispositif du monitorat informatique) et en DHEPS-REPS (diplôme de Formation continue) Intervenante

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master domaine Sciences humaines et sociales, mention Sciences Du Langage, spécialité Didactique des langues et des cultures

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Comment mesurer la couverture d une ressource terminologique pour un corpus?

Comment mesurer la couverture d une ressource terminologique pour un corpus? Comment mesurer la couverture d une ressource terminologique pour un corpus? Goritsa Ninova, Adeline Nazarenko, Thierry Hamon, Sylvie Szulman LIPN UMR 7030 CNRS Université Paris-Nord 99 av. J.-B. Clément,

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI Introduction sur la formation Le master ReLAI propose une formation de haut niveau couvrant tous les domaines

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS TRONC COMMUN MASTER 1 LEA

ENSEIGNEMENTS TRONC COMMUN MASTER 1 LEA Langues Etrangères Appliquées LEA NIVEAU : Master 1 semestre 1 Tous parcours INTITULE DE L UF : INTITULE DU COURS : TRANSVERSALE GESTION DE PROJET RESPONSABLE : ERIC DURAND- CARRIER FONCTION : PRAG VOLUME

Plus en détail

Les entités syntagmatiques du lexique et leur modélisation

Les entités syntagmatiques du lexique et leur modélisation Les entités syntagmatiques du lexique et leur modélisation Alain Polguère OLST Université de Montréal Séminaire ATILF, Nancy, 17 octobre 2008 Structure de la présentation 1. Contexte de recherche 2. Entités

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1

Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1 Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1 Robert David Professeur titulaire Faculté de théologie et de sciences des religions Université de Montréal

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale

Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale 1. Introduction Tout au long de ce document, notre projet sera présenté à travers la méthodologie suivie pour développer la plateforme d analyse

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE Bien qu elle ait été bannie pendant longtemps de la pédagogie des langues, la traduction est cependant une activité que nous pratiquons tous naturellement. On traduit

Plus en détail

Outils pour lexicographes : application à la lexicographie explicative et combinatoire

Outils pour lexicographes : application à la lexicographie explicative et combinatoire Outils pour lexicographes : application à la lexicographie explicative et combinatoire Gilles Sérasset GETA-CLIPS-IMAG (UJF & CNRS) BP 53 38041 Grenoble Cedex 9 Tél. : 04.76.51.43.80 - Fax : 04.76.51.44.05

Plus en détail

Conjuguer des approches quantitatives et linguistiques pour l analyse d un corpus footballistique

Conjuguer des approches quantitatives et linguistiques pour l analyse d un corpus footballistique Conjuguer des approches quantitatives et linguistiques pour l analyse d un corpus footballistique Ann Bertels & Nathalie Gasiglia KU Leuven & Université Lille 3 Plan de la présentation 1. Introduction

Plus en détail

ABC CI. Audit-Conseil Informatique Sécurité Langues étrangères Développement personnel Juridique-Management

ABC CI. Audit-Conseil Informatique Sécurité Langues étrangères Développement personnel Juridique-Management Audit-Conseil Informatique Sécurité Langues étrangères Développement personnel Juridique-Management Tél : 02.31.93.53.00 N agrément 25 14 01086 14 Code APE : 8559 A S.A.RL au Capital de 15245 - Créée en

Plus en détail

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P)

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme := Master Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : LITTERATURE, PHILOLOGIE, LINGUISTIQUE Spécialité : LANGUE ET INFORMATIQUE

Plus en détail

Construction et gestion des corpus : Résumé et essai d uniformisation du processus pour la terminologie

Construction et gestion des corpus : Résumé et essai d uniformisation du processus pour la terminologie Construction et gestion des corpus : Résumé et essai d uniformisation du processus pour la terminologie Texte préparé par Elizabeth Marshman, janvier 2003 1. Procédures pour l équipe ÉCLECTIK Cette section

Plus en détail

Domaines professionnels

Domaines professionnels Anglais LICENCE 2 Objectifs de la formation La licence d anglais LLCE de l université Bordeaux Montaigne se caractérise par la grande pluridisciplinarité, la richesse et la variété de ses contenus, ainsi

Plus en détail

Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching?

Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching? Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching? Le coaching peut encore être considéré comme une toute nouvelle profession. Son développement incroyable, depuis maintenant quinze ans, en fait le nouveau

Plus en détail

Les outils de veille sur Internet Panorama, évolutions, nouveautés. Myriel Brouland SCIP France -10 Mai 2006

Les outils de veille sur Internet Panorama, évolutions, nouveautés. Myriel Brouland SCIP France -10 Mai 2006 Les outils de veille sur Internet Panorama, évolutions, nouveautés Myriel Brouland SCIP France -10 Mai 2006 1 La veille en France: une situation paradoxale Une situation contrastée Une prise de conscience

Plus en détail

Phraséologie et traduction spécialisée: vers un modèle adapté d analyse des unités phraséologiques

Phraséologie et traduction spécialisée: vers un modèle adapté d analyse des unités phraséologiques Phraséologie et traduction spécialisée: vers un modèle adapté d analyse des unités phraséologiques Christian Vicente Université de Haute-Alsace (France), christian.vicente@uha.fr Citation: Vicente, Christian

Plus en détail

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche»

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» 1 Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» GAAV (version 1.0) un logiciel de gestion d archives

Plus en détail

Appel à communication Journée d Etude. 1 ère édition des DOCTORIHEALES Journée d étude des doctorant-e-s de l IHEAL-CREDA

Appel à communication Journée d Etude. 1 ère édition des DOCTORIHEALES Journée d étude des doctorant-e-s de l IHEAL-CREDA Appel à communication Journée d Etude 1 ère édition des DOCTORIHEALES Journée d étude des doctorant-e-s de l IHEAL-CREDA Responsables : Lucie Elgoyhen, Nicolas Fayette, Lucie Hémeury, Véronica Paiva, Hélène

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Licence Anglais

www.u-bordeaux3.fr Licence Anglais www.u-bordeaux3.fr Licence Anglais Objectifs de la formation Perspectives professionnelles La licence d anglais LLCE de l université Michel de Montaigne Bordeaux 3 se caractérise par la grande pluridisciplinarité,

Plus en détail

STRATÉGIES D ENSEIGNEMENT DE L ORAL

STRATÉGIES D ENSEIGNEMENT DE L ORAL STRATÉGIES D ENSEIGNEMENT DE L ORAL Les stratégies d enseignement découlent d une conception de la langue et de son acquisition en milieu scolaire. Or, selon notre conception, comme la langue est d abord

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Objectifs d apprentissage

Objectifs d apprentissage Formation continue OIIQ 2010-2011 9 novembre 2010 Sylvie Gendron, Ph.D. Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Objectifs d apprentissage Différencier les finalités de chacune de cinq approches

Plus en détail

Document nº 2 La notion d Intercompréhension

Document nº 2 La notion d Intercompréhension Document nº 2 La notion d Intercompréhension (Eu&I Cours de Formation de Formateurs) Maria Filomena Capucho Universidade Católica Portuguesa fcapucho@gmail.com A partir de 1998 avec le Cadre Européen de

Plus en détail

Propriété intellectuelle en informatique

Propriété intellectuelle en informatique 47 Chapitre 4 Propriété intellectuelle en informatique 1. Introduction Propriété intellectuelle en informatique Nous avons été amenés précédemment à examiner les principes relatifs à la propriété intellectuelle.

Plus en détail

CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS

CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS Domaine : Niveau : CM2 Connaissances et compétences : Compétences - rédiger un texte d une quinzaine de lignes

Plus en détail

La Veille multilingue : outils et ressources pour les traducteurs. Jean-Paul PINTE Institut Catholique de Lille

La Veille multilingue : outils et ressources pour les traducteurs. Jean-Paul PINTE Institut Catholique de Lille La Veille multilingue : outils et ressources pour les traducteurs Jean-Paul PINTE Institut Catholique de Lille Premier Colloque International sur la veille multilingue Genève les 28 et 29 mai 2008 Nous

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

INGÉNIERIE DES CONNAISSANCES CONSTRUCTION D ONTOLOGIES À PARTIR DE TEXTES (1)

INGÉNIERIE DES CONNAISSANCES CONSTRUCTION D ONTOLOGIES À PARTIR DE TEXTES (1) 09.02.2002 INGÉNIERIE DES CONNAISSANCES CONSTRUCTION D ONTOLOGIES À PARTIR DE TEXTES (1) Outils de traitement automatique des langues pour la construction d ontologies à partir de textes Didier BOURIGAULT

Plus en détail

Le dictionnaire DEM dans NooJ

Le dictionnaire DEM dans NooJ 21 ème Traitement Automatique des Langues Naturelles, Marseille, 2014 Le dictionnaire DEM dans NooJ Max Silberztein ELLIADD, Université de Franche-Comté, 30 rue Mégevand, 25000 Besançon max.silberztein@univ-fcomte.fr

Plus en détail

Stigmatisation : stéréotype, préjugé, discrimination

Stigmatisation : stéréotype, préjugé, discrimination Stigmatisation : stéréotype, préjugé, discrimination Marie Absil philosophe, animatrice au Centre Franco Basaglia Résumé : On parle souvent de la stigmatisation dont sont victimes les personnes qui connaissent

Plus en détail

Table des matières. ISBN 978-2-7535-2089-9 Presses universitaires de Rennes, 2012, www.pur-editions.fr. «Traductologie pour LEA», Thomas Lenzen

Table des matières. ISBN 978-2-7535-2089-9 Presses universitaires de Rennes, 2012, www.pur-editions.fr. «Traductologie pour LEA», Thomas Lenzen Avant-propos... 9 Chapitre 1 La discipline traductologique ; son importance pour la filière LEA... 11 Réflexions sur la traduction avant la constitution d une discipline traductologique... 11 Les apports

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

PRÉSENTATION DU DICTIONNAIRE

PRÉSENTATION DU DICTIONNAIRE PRÉSENTATION DU DICTIONNAIRE Ce dictionnaire est le fruit d un travail, encouragé et financé par le ministère de la Culture et la Délégation générale à la langue française, qui a réuni pendant près de

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre de Recherche en Traduction et Terminologie CRTT sous tutelle des établissements et organismes : Université Lumière Lyon 2 Campagne d évaluation

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

- Conceptualisation de la démarche de recherche documentaire (transférabilité de cette méthode. Profession

- Conceptualisation de la démarche de recherche documentaire (transférabilité de cette méthode. Profession COMPETENCE : RECHERCHE DOCUMENTAIRE FICHE EDUSCOL (Non) Nature de l activité : Travail méthodologique : Savoir faire transférable : Acquérir la méthode de recherche documentaire transposable dans toutes

Plus en détail

Introduction à la gestion de projets. Laurent Poinsot. Introduction. 26 janvier 2009

Introduction à la gestion de projets. Laurent Poinsot. Introduction. 26 janvier 2009 26 janvier 2009 Le modèle du est une méthodologie de développement logiciel qui est devenue un standard de l industrie logicielle. Ce modèle est constitué de deux phases : l une est dite descendante et

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Un cycle de modélisation comme méthodologie supportant l élaboration d un construit théorique en recherche en éducation

Un cycle de modélisation comme méthodologie supportant l élaboration d un construit théorique en recherche en éducation Un cycle de modélisation comme méthodologie supportant l élaboration d un construit théorique en recherche en éducation Une valeur ajoutée à l anasynthèse Nicole Landry, Ph.D. Réjean Auger, Ph.D. TELUQ,

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

LOGICIEL DE GESTION DE DOCUMENTS PDF : PROJET INFO 1

LOGICIEL DE GESTION DE DOCUMENTS PDF : PROJET INFO 1 LOGICIEL DE GESTION DE DOCUMENTS PDF : PROJET INFO 1 L. POINSOT Contact client : Laurent Poinsot (laurent.poinsot@lipn.univ-paris13.fr) Résumé : Ce document est le cahier des charges du projet INFO 1.

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Source : Petit Robert, Paris, Dictionnaires Robert, 1987

Source : Petit Robert, Paris, Dictionnaires Robert, 1987 Ressources unilingues La principale référence en matière de dictionnaire de français est incontestablement le Grand Robert de la langue française, qui n existe que sous forme imprimée ou sur cédérom. Edité

Plus en détail

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux Frédéric Marcoul Responsable R&D de Spotter fmarcoul@spotter.com Ana Athayde Président Directeur Général de Spotter aathayde@spotter.com RÉSUMÉ

Plus en détail

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Laurence Sylvestre, Ph.D. 1 Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Salles : B-4280, B-4260, B-3290, pavillon 3200 Jean-Brillant

Salles : B-4280, B-4260, B-3290, pavillon 3200 Jean-Brillant PLAN DE COURS JPN 1050A, Japonais élémentaire 1 (6 crédits) Faculté des arts et sciences Centre de langues (www.centre-de-langues.umontreal.ca) Trimestre : Automne 2012 Horaire : lundi, mercredi et vendredi,

Plus en détail

Traduction spécialisée humanistico-littéraire (allemand- catalan/espagnol) I

Traduction spécialisée humanistico-littéraire (allemand- catalan/espagnol) I Traduction spécialisée humanistico-littéraire (français- catalan/espagnol) I 4 heures par semaine troisième année - deuxième trimestre (janvier-mars) Traduction spécialisée humanistico-littéraire (anglais-

Plus en détail

Représentation géométrique d un paradigme lexical.

Représentation géométrique d un paradigme lexical. Conférence TALN 1999, Cargèse, 12-17 juillet 1999 Représentation géométrique d un paradigme lexical. Jean-Luc Manguin, Bernard Victorri Laboratoire ELSAP CNRS Université de Caen Esplanade de la Paix 14032

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée Maturité spécialisée Directives sur le travail de maturité et les examens de maturité spécialisée 1. Bases légales 2. Objectifs et contenus 3. Forme et structure

Plus en détail

Exemple de cahier des charges pour mener à bien l'évaluation d'un conflit

Exemple de cahier des charges pour mener à bien l'évaluation d'un conflit Extrait de : Évaluer les activités de construction de la paix dans les situations de conflit et de fragilité Mieux comprendre pour de meilleurs résultats Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264106833-fr

Plus en détail

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique»

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» «Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» Le mémoire de recherche en I.F.C.S. : un processus de professionnalisation? (Le point de vue d un Cadre de Santé formateur

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues Maud Ehrmann Joint Research Centre Ispra, Italie. Guillaume Jacquet Xerox

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Des traitements aux ressources linguistiques : le rôle d une architecture linguistique

Des traitements aux ressources linguistiques : le rôle d une architecture linguistique Des traitements aux ressources : le rôle d une architecture Frederik Cailliau Villetaneuse, le 9 décembre 2010 Sous la direction d Adeline Nazarenko 1. 2. 3. 4. 5. 6. 2 Sinequa Cifre à Sinequa Recherche

Plus en détail

Récapitulatif de la méthodologie FOS proposée. 1. De la demande aux objectifs de formation

Récapitulatif de la méthodologie FOS proposée. 1. De la demande aux objectifs de formation Récapitulatif de la méthodologie FOS proposée 1. De la demande aux objectifs de formation Dès qu une demande de formation FOS est formulée (ou envisagée), il s agit dans un premier temps d effectuer un

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles S3CP Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles Référentiel Le présent socle décrit un ensemble de connaissances et compétences devant être apprécié dans un contexte professionnel.

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Objectifs du

Plus en détail

La grille d analyse des UI en ligne

La grille d analyse des UI en ligne module «GRILLEWEB» La grille d analyse des UI en ligne Daniel PERAYA David OTT avril 2001 Description du contexte de production du document : Ce rapport a été écrit dans le cadre du projet de recherche

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE

TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE TRADUCTION TECHNIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : MÉTAMORPHOSES DU CADRE DIDACTIQUE Nathalie Gormezano Institut Supérieur d Interprétation et de Traduction (Paris) La traduction technique aujourd hui évolue

Plus en détail