Le développement : Critique radicale d une vision du monde

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le développement : Critique radicale d une vision du monde"

Transcription

1 Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Essai Le développement : Critique radicale d une vision du monde Pablo Nomanza Mai 2007 Majeure Alternative Management HEC Paris

2 Genèse du présent document Cet essai a été réalisé sous la forme initiale d un mémoire de recherche dans le cadre de la Majeure Alternative Management, spécialité de troisième année du programme Grande Ecole d HEC Paris. Il a été dirigé par Andreu Solé, Professeur à HEC Paris et soutenu le jeudi 31 mai 2007 en présence de Monsieur Andreu Solé et de huit étudiants d HEC Paris, amis de l auteur ou personnes intéressées par le thème de recherche. Origins of this research This research was originally presented as a research essay within the framework of the Alternative Management specialization of the third-year HEC Paris business school program. This essay has been supervised by Andreu Solé, Professor in HEC Paris, and was presented on May, 31st 2007, with the attendance of Mr Andreu Solé, eight students of HEC Paris, friends of the author or people interested in the research theme. Charte Ethique de l'observatoire du Management Alternatif Les documents de l'observatoire du Management Alternatif sont publiés sous licence Creative Commons pour promouvoir l'égalité de partage des ressources intellectuelles et le libre accès aux connaissances. L'exactitude, la fiabilité et la validité des renseignements ou opinions diffusés par l'observatoire du Management Alternatif relèvent de la responsabilité exclusive de leurs auteurs.

3 Le développement : critique radicale d une vision du monde Résumé : A qui et à quoi le développement fait-il référence? Pourquoi, pour quoi? Le travail de recherche et de réflexion mené est une tentative d exploration de ce qu est l idée de développement, de ce qui la justifie et la fonde, des valeurs et concepts sur lesquels elle s appuie, de la promesse qu elle incarne, de ce vers quoi le développement emmène les hommes et la planète, mais aussi de ce qui justifie une conception de l après-développement. Mots-clés : Développement, croissance économique, progrès, pauvreté, environnement, inégalités, décroissance, convivialité The development: a radical criticism of one s view of the world Abstract: Who and what does the development refer to? Why, what for? The research and reflection work done here is an attempt to explore what exactly is the idea of development, what justifies it, what is its basis, what values and concepts it relies on, what promise it embodies, where development leads men and the planet to, and what justifies the concept of after-development. Key words: development, economic growth, progress, poverty, environment, inequalities, decrease, social interaction

4 Remerciements Je remercie ici M. Andreu Solé, professeur HEC, qui a suivi tout mon travail et nourri ma réflexion pour ce mémoire de recherche. "Vivre tous simplement, pour que tous puissent, simplement, vivre." Mohandas Karamchand Gandhi

5 Table des matières I. Prologue Carnet de voyage Présentation du mémoire... 8 II. Démarche de recherche Question de recherche Hypothèse a priori Méthode d enquête III. Une nouvelle définition de l homme Une promesse A. Emergence d une idée B. Un ensemble de mutations C. Premiers constats D. La solution de tous les problèmes Un montage artificiel A. La foi dans le progrès B. L homme, un être de besoins IV. La création d une nouvelle pauvreté Des présupposés contestables «Âge de pierre, âge d abondance» Une nouvelle forme de pauvreté A. La pauvreté comme «condition normale de l homme en civilisation» B. La pauvreté à l heure du développement C. Un monde binaire L apparition de la misère A. Une misère économique B. Une misère morale... 38

6 V. Une menace pour la planète La fin du genre humain? De dangereuses conséquences sur l environnement Enseignements de la thermodynamique VI. Les contradictions du développement Le développement à particules Charité chrétienne et aide au développement Une conception naturaliste VII. Le développement, un impossible Une croissance infinie dans un monde fini La richesse implique la pauvreté A. Trickle down B. ou accroissement des inégalités dans le monde? C. La richesse a besoin de la pauvreté VIII. La décolonisation de l imaginaire : l hypothèse de la décroissance Une nouvelle vision du monde Une hypothèse : la décroissance conviviale A. Pourquoi? B. Comment? IX. Bilan Retour sur la démarche de recherche adoptée Limites du travail Interrogations latentes Bibliographie... 63

7 I. Prologue 1. Carnet de voyage Nous sommes au Brésil, à São Paulo, au mois d août Récemment arrivé dans cette gigantesque jungle urbaine la troisième plus grande agglomération au monde, elle compte autour de 18 millions d habitants -, je suis conduit dans une favela, l équivalent brésilien du bidonville, située dans le quartier du Morumbi. Entre des rues à peine dessinées, produits d un mélange d asphalte, de boue et de sable, les habitations s entassent fragilement, les vieux morceaux de tôle en guise de toit laissent probablement passer toute l eau de pluie, les cafards s agglutinent dans la poussière, les nuages de pollution dégagent une chaleur étouffante et une puanteur qui irritent ma peau. Les enfants grandissent dans ce taudis, certains sont amenés à dealer des drogues dures dès le plus jeune âge pour survivre alors que les armes à feu et la prostitution font partie du paysage quotidien. Au milieu de toute cette crasse, c est le choc de ma vie. Le groupe d étudiants dont je fais partie est invité à rentrer dans une école de chant et de danses traditionnelles. Nous rencontrons Flávio Pimenta, celui qui la dirige et qui a décidé il y a quelques années de partager sa passion et de consacrer son énergie à occuper tous les jeunes du quartier qui le désirent à apprendre à jouer d un instrument, à chanter ou à danser. Un spectacle spécial nous a été réservé. Des ballons gonflables multicolores emplissent le plafond, et alors que nous faisons nos premiers pas dans la salle, nous découvrons tout un groupe prêt à entamer une représentation pour nous. Les tambours, les guitares et les berimbaus sont sortis, les plus jeunes vont prêter leurs voix à la mélodie et d autres vont danser. Ils sont à peu près une trentaine à porter de beaux vêtements aux couleurs vibrantes et attendent les consignes avec énormément de concentration. Nous sommes assis à quelques centimètres des danseuses; la salle est petite, mais nous sommes tous bien installés. Une baguette vient s écraser sèchement sur un tambour; c est parti. Les mélodies s enchaînent dans une rythmique effrénée, les voix des enfants s élèvent, magnifiques, et les danseurs et danseuses s abandonnent à la musique dans l exultation des sens. Le regard de tous ces artistes gagne en intensité et les rythmes s accélèrent jusqu à la fin du morceau qui se termine majestueusement. Cette organisation, Os Meninos do Morumbi (les enfants du Morumbi), défend la musique brésilienne traditionnelle et fait sortir des jeunes de leur quotidien en les revalorisant. Chacun d entre eux s est découvert des talents, est fier et heureux de les partager dans un tel spectacle collectif. Ils sentent qu ils comptent aux yeux

8 d autres personnes et qu ils peuvent faire quelque chose de beau. La visite en vient à son terme et nous ressortons par les mêmes rues que nous avons empruntées quelques moments plus tôt. Que le lecteur m excuse de cette apparente digression, elle a vocation à amener une question: pour ces Brésiliens, que signifie le développement? Dans leur quotidien, ce mot les renvoie à un statut qu ils ont toujours porté: celui de pauvres. Ils n ont pas de diplômes et ne sont pas compétitifs sur le marché, il est trop difficile pour eux d obtenir un travail salarié, ce qui nuit à l entrée de ressources régulières dans leur foyer. Contraints à utiliser les voies de l économie parallèle, ils y perdent leur dignité, connaissent l insécurité, s enfoncent dans la misère et s éloignent toujours plus du rêve de bien être promis par le développement. Autour d eux, le développement renvoie à la pollution, au bruit, au nombre incalculable de routes bétonnées et de gratte ciels qui peuplent São Paulo. Le développement, c est aussi ce qui nie toute cette spécificité culturelle et ce formidable héritage brésilien pluriséculaire, toute cette scène d artistes inconnus, qui ne demandent qu une vie simple. Tout cela pour ne conserver que ce qui vaut le plus, ce qui se vend le mieux. Ce sont des expériences et des rencontres de cet ordre, mais très variées, à divers endroits de la planète, qui ont accrû mes interrogations sur le «développement», qui m ont amené à interroger ce mot et tout ce qu il véhicule, à remettre en question la perception communément admise et binaire de la pauvreté et de la richesse, à me demander ce à quoi chaque homme et femme de cette planète peut légitimement aspirer, à oser porter un regard critique sur le développement et construire une démarche de recherche sortant du cadre économiciste dominant. Le mémoire qui suit est donc une tentative de réflexion sur l idée de développement, ses implications, ses fondements, ses conséquences et son alternative possible. 2. Présentation du mémoire Dans un premier temps, je présenterai la démarche de recherche adoptée, en explicitant la question à laquelle je me propose de répondre ainsi que l hypothèse que je défend a priori, tout comme les lectures et les rencontres ayant principalement contribué à l avancement de ma recherche.

9 La partie suivante permettra d entamer la réflexion sur l idée de développement. Nous verrons comment elle peut se définir, en quoi consiste la promesse de bien être universel qu avancent ses défenseurs et quelles sont les valeurs et la nouvelle définition de l homme sur laquelle elle repose. Ensuite, nous étudierons la nouvelle forme de pauvreté dont le développement est à l origine. Nous porterons un regard historique sur la notion de pauvreté et verrons pourquoi la pauvreté modernisée pose un sérieux problème. Nous nous intéresserons également à la misère et au déracinement dont le développement nous semble être responsable. Nous serons amenés à poursuivre l énoncé des conséquences du développement et à voir le danger qu il pose pour la planète et l ensemble du vivant, en se référant en particulier aux enseignements tirés de la thermodynamique. En outre, nous mettrons en exergue les contradictions intrinsèques à l idée de développement et nous attacherons à défaire les idées reçues sur celle-ci en expliquant, notamment, qu elle ne constitue pas une caractéristique inhérente à l homme. La critique de l idée de développement se terminera par la démonstration de l impossibilité qu elle incarne, tant d un point de vue arithmétique que conceptuel et moral. Cela nous permettra de proposer une démarche de «déséconomisation» des esprits, de «décolonisation» de l imaginaire préalable à la conception de l après développement. Nous proposerons de défaire un monde pour en construire un autre, centré sur l hypothèse de la décroissance conviviale. Enfin, la dernière partie permettra d opérer un retour sur la démarche de recherche choisie et sur les limites du travail réalisé avant de fournir les interrogations qui sont aujourd hui les miennes après ces recherches.

10 II. Démarche de recherche 1. Question de recherche A qui et à quoi le développement fait-il référence? Pourquoi, pour quoi? Le travail de recherche et de réflexion mené est une tentative d exploration de ce qu est l idée de développement, de ce qui la justifie et la fonde, des valeurs et concepts sur lesquels elle s appuie, de la promesse qu elle incarne, de ce vers quoi le développement emmène les hommes et la planète, mais aussi de ce qui justifie une conception de l après-développement. Ce mémoire a vocation à fournir des éléments de réponse à la question suivante : que signifie et implique l idée de développement? 2. Hypothèse a priori L hypothèse que je retiens a priori est que l idée de développement peut faire l objet d une radicale remise en question. Le développement provoque l adhésion quasi unanime et fédère les hommes autour de promesses vagues qu il ne saurait tenir, d espérances vaines et de valeurs affichées comme universelles. Sa force d évocation positive en fait une vision du monde incontestable alors qu il n est pas fondé, que ses conséquences sont autant de dangers pour l homme et pour la planète et qu il ne peut pas exister pour tous. Plus que d apporter des solutions à des problèmes, il constitue un problème en soi. Le développement n est pas une caractéristique inhérente à l humain. Il est possible de sortir de l imaginaire occidental pour concevoir l alternative au développement et construire des sociétés de décroissance conviviale. 3. Méthode d enquête La méthode de recherche choisie est hypothético-déductive. A la formulation de la question de recherche a suivi celle d une hypothèse a priori. Suite à cela, le travail de recherche, mené à partir de lectures et de discussions, a permis de déterminer les résultats de ma recherche, puis de les confronter à l hypothèse formulée initialement.

11 La bibliographie en annexe permettra au lecteur d identifier les principaux ouvrages et textes qui m ont fourni le socle de connaissances préalable à la rédaction de ce mémoire. Cette bibliographie comprend des ouvrages, des traités et des articles qui, premièrement, abordent les questions afférentes au développement depuis des perspectives variées et complémentaires : économiques (Amartya Sen, Joseph Stiglitz, Eric Toussaint), historiques (David S. Landes, Elsa Assidon), sociologiques, anthropologiques (Marshall Sahlins, Wolfgang Sachs, Andreu Solé). Mais les lectures auxquelles j ai consacré le plus d intérêt et qui ont considérablement enrichi ma réflexion sont celles qui sortent du cadre du développement pour construire sa critique et penser l alternative : la décolonisation de l imaginaire et la décroissance (notamment Serge Latouche, Paul Ariès, le collectif des Renseignements Généreux et le Réseau des Objecteurs de Croissance pour l Après- Développement), la convivialité (Ivan Illich), la simplicité volontaire (Serge Mongeau) et la pauvreté choisie (Majid Rahnema). Un des ouvrages de ce dernier auteur iranien, diplomate et ancien ministre, intitulé Quand la misère chasse la pauvreté, est certainement celui qui m a le plus marqué, humainement parlant. Ce travail de lecture s est accompagné d une rencontre avec M. Alain Gras, sociologue, anthropologue, ancien professeur HEC et Directeur du Centre d Etude des Techniques des Connaissances et des Pratiques à l Université Paris 1 La Sorbonne. D autre part, de nombreuses discussions et entretiens informels avec des amis et personnes de mon entourage, à HEC notamment, m ont permis d approfondir mes pistes de réflexion et de les confronter à des points de vue variés, parfois farouchement opposés au mien, parfois encore plus critiques que le mien, mais toujours dans la plus sincère collaboration. Ces discussions m ont notamment amené à réfléchir en profondeur sur la question de la pauvreté à l heure du développement, comparée à celle que connaissaient les sociétés traditionnelles, à porter un regard critique sur la notion de besoin et à éclaircir des zones d ombre portant sur l hypothèse de la décroissance.

12 III. Une nouvelle définition de l homme 1. Une promesse A. Emergence d une idée L'essor de la révolution industrielle en Europe il y a trois siècles marque un décollage, le point de départ de l'ère de la croissance économique et de l'accumulation de la richesse monétaire. Le concept de développement naît pour sa part après la Seconde Guerre mondiale, pendant la période de décolonisation. C est le discours inaugural prononcé en 1949 par le Président des Etats Unis d Amérique Harry Truman (1964, pp ) qui marque l entrée de l idée de développement dans le discours politique international : «Nous devons lancer un programme ambitieux pour mettre les bénéfices de nos avancées scientifiques et de notre progrès industriel au service de l amélioration et de la croissance des régions sous-développées. Plus de la moitié de la population du monde vit dans des conditions proches de la misère. Sa nourriture est insuffisante. Elle est victime de la maladie. Sa vie économique est primitive et stagnante. Sa pauvreté est un handicap et une menace tant pour elle que pour les régions plus prospères. [ ] Je crois que nous devrions mettre à la disposition des peuples épris de paix les bénéfices de notre stock de connaissances techniques afin de les aider à réaliser leurs aspirations à une vie meilleure. [ ] Notre but devrait être d aider les peuples libres du monde, à travers leurs propres efforts, à produire davantage de nourriture, de vêtements, de matériaux de construction et de force mécanique pour alléger leurs fardeaux. L accroissement de la production est la clé de la prospérité et de la paix.» Le mot d ordre est donc lancé : les nations du monde entier doivent se développer pour permettre à leurs populations d aspirer au bien être et à la paix sociale. Commençons par le commencement, qu entend-t-on communément par «développement?»

13 B. Un ensemble de mutations i. Définition communément admise Comme nous le rappelle Majid Rahnema (2003 A, p.86), le développement est synonyme de floraison et d épanouissement en bengali (unnayan). Il renvoie à un processus naturel qui s applique à tous les organismes du vivant. La définition occidentale communément admise, elle, retient que le développement fait référence à l'ensemble des mutations positives, dans les domaines économique, technique, démographique, sociale, sanitaire... que peut connaître une zone géographique (à partir de l article dédié au développement sur l encyclopédie Wikipedia). Le développement est un ensemble de changements résultant des mutations techniques et organisationnelles issues de la Révolution industrielle ( ) et liés à l augmentation du niveau de vie. Ces changements incluent, entre autres, la transition démographique, l urbanisation, l accès aux soins professionnalisés, l alphabétisation de la population, l industrialisation. i.i. Le caractère indissociable des notions de développement et de croissance économique D après la définition fournie par l économiste français François Perroux (1993), celleci est : «l'augmentation soutenue pendant une période longue d'un indicateur de production en volume». En pratique, l'indicateur utilisé pour la mesurer est le produit intérieur brut annuel et le taux de croissance est le taux de variation du PIB. De même, on utilise la croissance du PIB par habitant pour mesurer la croissance du niveau de vie. Le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) insiste toutefois sur le fait que développement ne doit pas être confondu avec la croissance économique. Il a vocation à prendre en compte plus de paramètres que la seule richesse mesurable par les revenus dégagés par les agents économiques de la zone géographique considérée. Pourtant, le premier exemple de développement cité sur l encyclopédie Wikipedia, dans l article concernant le développement, est la transformation économique de Dubaï dont les dirigeants ont su reconvertir l économie uniquement pétrolière vers des secteurs porteurs pour l avenir

14 tels que les technologies de pointe et le tourisme haut de gamme. Le discours sur le développement semble se contredire. Photo tirée du site : Quoi qu il en soit, les indicateurs mesurant le développement tentent de dépasser la seule prise en compte de facteurs exclusivement quantitatifs, tels que le PIB/habitant, et à intégrer un nombre croissant de composantes qualitatives, relatives à l éducation, à la santé, à la qualité de vie et au bien être, comme en témoigne, par exemple, l Indicateur de Développement Humain (IDH) élaboré par l ONU en L IDH représente la moyenne de trois composantes que sont la santé, calculée à partir de l espérance de vie à la naissance; le savoir ou niveau d éducation, obtenu grâce au taux d alphabétisation des adultes et au taux de scolarisation de la zone géographique retenue; et le niveau de vie, évalué à partir du PIB/habitant en parité de pouvoir d achat. L IDH est sensé donner une mesure précise du niveau de développement d une région du globe une valeur comprise entre 0 et 1 et calculée au centième ou millième près - identique pour tous les habitants d une même nation ou continent, permettant ainsi une classification des hommes et femmes du monde de façon prétendument objective, en fonction de la note qui leur a été attribuée. La carte ci-dessous en fournit une illustration. Nous pensons surtout y trouver une illustration de ce qui nous semble être un biais occidental, ce sur quoi nous reviendrons de façon plus approfondie par la suite.

15 La croissance reste pourtant indissociable du développement. Elle est au coeur de tous les paramètres qui participent de celui-ci, elle rend impossible de l envisager sans elle. Tous les éléments constitutifs du développement (éducation, santé...) sont favorisés par la croissance et en sont à leur tour des facteurs. La théorie économique s accorde sur le caractère vertueux du cercle de la croissance pour offrir à tous une vie meilleure: les profits générés permettent d investir et d innover, donc de réduire les coûts de production en réalisant des économies d échelle, de proposer des prix plus faibles ou des produits et services de meilleure qualité pour un prix inchangé, donc d être plus compétitif, d accroître ses débouchés et sa part de marché, d avoir une demande plus importante, d embaucher plus, de réduire le chômage et d accroître les salaires et le pouvoir d achat, de participer de l augmentation de la consommation, de produire plus, de croître et de recommencer le même cycle. C est bien la croissance qui permet le décollage économique et le développement d une région du globe donnée.

16 C. Premiers constats D emblée, ces premiers éléments peuvent être complétés par un triple constat. Les points évoqués feront l objet d un développement plus important dans la suite du mémoire; à ce stade de la réflexion, ils permettent simplement de mettre le doigt sur des zones d ombre et de justifier la discussion sur le bien fondé de l idée de développement. i. Un concept flou Premièrement, le développement ne reçoit pas de définition précise. C est une idée floue, qui a vocation à englober une pluralité de concepts et de paramètres, et même à rester floue, parce qu elle est trop complexe pour être exprimée synthétiquement et simplement. Il faudrait donc se contenter du fait que le développement est une amélioration par rapport à la croissance économique, qu il comporte une dimension humaine, qu il a vocation à rendre le niveau et les conditions de vie meilleures et n est pas seulement économique. Alain Gras concède à cet égard: Dans le développement, il y a un peu d éthique, l idée d un projet bénéfique aux hommes, alors que dans la croissance, il n y a rien, c est le néant absolu! Bien, le développement est donc un pas en avant par rapport au culte effréné de la croissance, mais au fond, on ne sait pas vraiment de qui ou de quoi l on parle, ni pour qui ou pour quoi. L apport d Uwe Pörsken (1989) est à cet égard pertinent: Ce qui caractérise un mot plastique, c'est d'avoir appartenu d'abord à la langue courante, où il possède un sens clair et précis (le développement d'une équation), d'avoir ensuite été utilisé par la langue savante (le développement des espèces selon Darwin), et d'être aujourd'hui repris par la langue des technocrates dans un sens si extensif qu'il ne signifie plus rien, sinon ce que veut lui faire dire le locuteur individuel qui l'emploie.» Mot plastique ou valise, qui recouvre un contenu pollué par une myriade de significations différentes et imprécises, le développement dit beaucoup et peu à la fois. Même parmi les organisations et institutions qui font du développement, on retrouve rarement une définition commune de celui-ci. Plus encore, on n en trouve souvent pas, les actions menées précédant souvent une réflexion de fond sur le sens, lequel étant considéré comme allant de soi.

17 ii. Une force d évocation positive C est que, deuxième point, le mot développement a acquis en occident une dimension indiscutablement positive. Le collectif des Renseignements Généreux (2006, p.2) écrit à cet égard: Quand l étendard du développement est brandi, on est prié de se taire. Par sa force d évocation positive, ce mot suscite l adhésion. Face aux critiques, certains pensent que le développement doit être amélioré, rendu durable, humain voire éthique. Mais pour la majorité des occidentaux, il est une incarnation du Bien, une nécessité, la passerelle vers un monde meilleur, aussi bien pour nous que pour les pays dits sous-développés. Le développement désigne des mutations positives, mais le caractère positif de ces mutations est-il certain? La suite de ce mémoire permettra d y revenir amplement. iii. Une idée occidentale Troisièmement, le développement est occidental et ethnocentré. L incapacité de quasitotalité des langues non européennes à traduire le mot développement en est la preuve. En eton, une langue camerounaise, la traduction donnée à ce mot est littéralement le rêve du Blanc. En moore ou en quechua, il n y a tout simplement pas de traduction pour ce concept. Les hommes ont vécu des millénaires sans vouloir accumuler la richesse et ne comprennent tout simplement pas quel est le sens d une croissance infinie et d une course au développement effrénée. Les efforts réalisés pour mesurer le développement de façon objective, hors de tout biais occidental, en sont une seconde preuve: une rapide prise de recul permet de réaliser que la seule volonté de chiffrer, de mesurer et de comparer est propre à l occident et ne constitue pas une caractéristique universelle. Le problème avec les indicateurs n est pas tant qu ils soient inexacts ou qu ils ne prennent pas assez de paramètres en compte, mais que, fondamentalement, ils mettent tous les individus sur une même échelle, certains plus ou moins haut que d autres, partant de l acception irréfutable que tous les hommes et femmes accordent la même importance à chaque pan de la vie et ont des existences similaires, ce qui obstrue la réalité et empêche au monde et à sa population de revendiquer sa diversité et sa différence.

18 Fort heureusement, la littérature et le débat sur le développement sont souvent enrichis par les apports d intellectuels directement originaires du sud de l hémisphère ou qui en connaissent très bien certaines régions. La contribution de l Indien Amartya Sen (2000, pp. 3,5), Prix Nobel d Economie en 1998, est à cet égard conséquente: Development can be seen [...] as a process of expanding the real freedoms that people enjoy. Focusing on human freedoms contrasts with narrower views of development, such as identifying development with the growth of gross national product, or with the rise in personal incomes [...]. Growth of GNP or of individual incomes can, of course, be very important as means to expanding the freedoms enjoyed by the members of the society. But freedoms depend also on other determinants, such as social and economic arrangements (for example, facilities for education and health care) as well as political and civil rights [...]. These substantive freedoms [...] are among the constituent components of development. Their relevance for development does not have to be freshly established through their indirect contribution to the growth of GNP [...]. As it happens, these freedoms and rights are also very effective in contributing to economic progress [...]. But while the causal relation is indeed significant, the vindication of freedoms and rights provided by this causal linkage is over and above the directly constitutive role of these freedoms in development. Sen donne au développement une dimension renouvelée: celui-ci va au-delà de la seule mesure de la croissance économique, en incluant des paramètres qui, certes, contribuent à la croissance et sont favorisés par la croissance, mais qui sont, en soi, des critères fondamentaux du développement. C est ce dont il est question à travers les libertés évoquées et les capabilities (des droits et des capacités véritables de jouir de chacun de ces droits) politiques, sociales, sanitaires ou encore éducatives. Ces quelques premières observations nous amènent donc à constater d emblée que le développement ne reçoit pas vraiment de définition, que son caractère positif reste à démontrer, qu il ne s agit pas d une idée universelle nécessairement valable pour tous les hommes et qu il est étroitement lié à la croissance économique. Aussi, bien qu elle soit perçue comme une vérité incontestable par la plupart, l idée de développement mérite d être interrogée en profondeur.

19 D. La solution de tous les problèmes Que se propose le développement? Il constitue une formidable promesse; formidable par la qualité de vie qu il prétend apporter à chacun, formidable aussi par l ampleur des contradictions qu il incarne. Comme l explique Serge Latouche (2004), le développement nourrit en chacun une espérance: Il y a un peu plus de cinquante ans est née [...] une espérance aussi grande pour les nouveaux ''damnés de la terre'', les peuples du tiers-monde, que le socialisme l'avait été pour les prolétariats des pays occidentaux. Une espérance peutêtre plus suspecte dans ses origines et ses fondements, puisque les Blancs en avaient apporté avec eux les graines et qu'ils les avaient semées avant de quitter les pays qu'ils avaient pourtant durement colonisés. Cette espérance, c'était le développement. Mais enfin, les responsables, dirigeants, élites des pays nouvellement indépendants présentaient à leur peuple le développement comme la solution de tous leurs problèmes. Le développement puise donc sa légitimité dans la promesse selon laquelle il répond aux problèmes de chacun. Avec le développement, les populations du monde connaîtront la croissance et l accumulation de richesses, critères indéniables de bien-être et d une meilleure qualité de vie. Le développement résonne dans l imaginaire collectif comme l espoir d une amélioration. Battant son plein dans les pays «développés», l idée de développement séduit les dirigeants des Etats nouvellement indépendants et les rassemble autour d un rêve commun : celui d un monde sans pauvreté, un monde de bien être et de paix. Majid Rahnema (2003 A, pp ) montre combien le projet développementiste fut une espérance fédératrice dès ses débuts : «Pour ses promoteurs occidentaux, il [ ] incarnait la vitalité et l intelligence d un système économique dynamique à la recherche de relais dans tous les nouveaux pays indépendants, pour leur proposer d ouvrir une nouvelle page de «coopération». [ ] Pour les classes dirigeantes de ce nouveau «Tiers Monde», l idée représentait l espoir d une admission au club des nantis, mais aussi l occasion de convaincre leurs peuples que le temps était venu pour tous de goûter aux promesses de l abondance économique partagée. Pour les populations déracinées et dépossédées de leurs richesses ancestrales par des siècles de domination coloniale, elle signifiait enfin l espoir de retrouver la place qui leur revenait.» Sur quoi s appuie cette promesse? Qu est-ce qui fonde le développement?

20 2. Un montage artificiel «Le mensonge devint monnaie courante, dans notre pays, il tissa un rêve de bien-être et de prospérité de quelques uns sur le cauchemar du plus grand nombre.» Sous-commandant Marcos A. La foi dans le progrès i. Le sens de l Histoire Un des piliers sur lesquels le développement repose est la foi absolue dans le «progrès». Selon la définition proposée par l Encyclopédie de l Agora, «le progrès est la forme moderne du rêve millénariste d'un paradis sur terre assuré par l'avancement de la science et de la technologie.» Le progrès s apparente donc à une amélioration, à une marche en avant de l humanité vers un degré de civilisation toujours supérieur, vers un niveau de savoir et de savoir faire plus élevé. Il participe d une vision évolutionniste de l Homme et porte en lui la certitude que la civilisation occidentale contemporaine est la plus avancée de toutes celles ayant existées au cour de l Histoire. Alain Gras nous apprend que le progrès prétend permettre de donner un sens à l Histoire. Grâce au progrès, «on découvre le passé comme permettant de comprendre le présent et le futur». On trouve une vérité dans le passé pour construire un futur meilleur, plus évolué, autour de valeurs qui suscitent l adhésion, telles que la rationalité, la quantification, l universalisme et la maîtrise de la nature. José Bové (in Défaire le développement, refaire le monde, 2003, p.19) le présente ainsi: «L idéologie du progrès [ ] est responsable d une sorte de mythe, selon lequel il y a une situation donnée au départ, que tout ce que l humanité peut faire améliorera. Ce grand mythe du XIXè siècle a été l idéologie dominante, construite à la fois par les libéraux et les marxistes, constituant la face et le revers d une même médaille, celle de l idéologie du progrès.» Nous pouvons prendre l exemple concret des organismes génétiquement modifiés (OGM) pour illustrer la façon dont le progrès justifie le développement. A l heure actuelle, les chercheurs du monde entier sont dans l incapacité de dire avec certitude que les OGM n ont pas un impact négatif sur la santé ou l environnement. Pourtant, ces OGM incarnent le progrès et quelles qu en soient les conséquences possibles, cela représente indéniablement un avancement et une source d enrichissement. Le problème est que ce progrès installe une spirale de la dépendance et de la misère chez les agriculteurs qui avaient l habitude de conserver quelques graines après une récolte pour les semer l année suivante, alors qu ils sont

Totnes Ville en Transition

Totnes Ville en Transition Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE Totnes Ville en Transition Marion COUTEL Janvier 2012 Majeure Alternative Management HEC Paris 2011-2012 Coutel Marion

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Ecotact et les Ikotoilets

Ecotact et les Ikotoilets Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE Ecotact et les Ikotoilets Raphaëlle Sorba Décembre 2010 Majeure Alternative Management HEC Paris 2010-2011 Sorba Raphaëlle

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative de finance responsable.

Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative de finance responsable. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Initiative de finance responsable. La Foncière Terre de Liens Laura Loffler Janvier 2013 Majeure Alternative Management HEC Paris

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

Le capitalisme est-il en train de s autodétruire?

Le capitalisme est-il en train de s autodétruire? Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Fiche de lecture Le capitalisme est-il en train de s autodétruire? Marie Paul Virard et Patrick Artus 2005 Florent Gitiaux Février

Plus en détail

Le latin, instrument pédagogique pour tous

Le latin, instrument pédagogique pour tous Le latin, instrument pédagogique pour tous Francis Tilman Introduction 2 Du point de vue cognitif 2 Enjeu symbolique 4 Du point de vue culturel 4 Conclusion 5 Texte paru initialement dans Palamède. Bulletin

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL REUNION DU BUREAU DE L ASSEMBLEE DES ETATS PARTIES AU

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre «Ile Maurice, 500 cartes postales anciennes» d André de Kervern et d Yvan Martial le vendredi 7 décembre 2012 à 17h00 Blue Penny

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

Adresse aux rotariens de Russie

Adresse aux rotariens de Russie Adresse aux rotariens de Russie Je suis très heureux d être parmi vous en ce jour anniversaire, d autant que je partage avec vous, rotariens de la Fédération de Russie, une assez longue histoire d amitié

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Les Activités Les Futures Forêts

Les Activités Les Futures Forêts Les Activités Les Futures Forêts MODULE A POURQUOI LES FORÊTS ET LES ARBRES SONT IMPORTANTS Ce module aidera vos jeunes à apprendre pourquoi les arbres et les forêts sont importants pour eux. Il contient

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Vous pensez probablement que vous réfléchissez bien la plupart des personnes le croient. Peut-être, au contraire, êtes-vous convaincu que rien ne sortira jamais de vos réflexions. Ou encore

Plus en détail

Séminaire Management. Diriger et motiver ses collaborateurs. Marie-odile Legrand 1

Séminaire Management. Diriger et motiver ses collaborateurs. Marie-odile Legrand 1 Séminaire Management Diriger et motiver ses collaborateurs Marie-odile Legrand 1 Diriger et motiver ses collaborateurs Plan A - Comprendre les mécanismes de la motivation Théorie du contenu Théorie du

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : Introduction

LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : Introduction LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : SA CREATION, SA DYNAMIQUE ET SON ACTUALITE EN DROIT INTERNATIONAL Introduction Leticia Sakai 1 La question de contrôle et exploitation

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine [...][...][...][...][...][...][...][...][...][...] (N d enregistrement attribué par la bibliothèque) THESE pour obtenir

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Quand on n enlève pas l effet prix, on parle de : Quand on supprime l effet prix (on déflate), on parle de :

Quand on n enlève pas l effet prix, on parle de : Quand on supprime l effet prix (on déflate), on parle de : DOCUMENT 1 : Evolution en valeur et en volume Le constat Le PIB d un pays fictif passe de 2005 à 2006 de 1 000 milliards d euros à 1 100 milliards d euros. 1) Peut-on en déduire que le niveau de production

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

MON BESTIAIRE DIDACTIQUE ET MES ALLÉGORIES INCONTOURNABLES POUR UN MANAGEMENT EFFICACE ET PERTINENT

MON BESTIAIRE DIDACTIQUE ET MES ALLÉGORIES INCONTOURNABLES POUR UN MANAGEMENT EFFICACE ET PERTINENT Jacky Satabin MON BESTIAIRE DIDACTIQUE ET MES ALLÉGORIES INCONTOURNABLES POUR UN MANAGEMENT EFFICACE ET PERTINENT Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

L Atelier en Commun. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE

L Atelier en Commun. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE L Atelier en Commun Camille Deniau Janvier 2012 Majeure Alternative Management HEC Paris 2011-2012 Deniau Camille Fiche

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction... 9

SOMMAIRE. Introduction... 9 SOMMAIRE Introduction............................................ 9 Chapitre 1 Quels sont les fondements de la puissance américaine dans l économie mondiale? 1. Les fondements intérieurs de la puissance

Plus en détail

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1 MANAGEMENT ET ORGANISATIONS DU STAGE AU RAPPORT

M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1 MANAGEMENT ET ORGANISATIONS DU STAGE AU RAPPORT Place du Maréchal De Lattre de Tassigny 75775 PARIS CEDEX 16 DEPARTEMENT MSO Bureau des Stages M 1- Gestion- D 404 Tél. 01.44.05.46.09 Fax 01.44.05.46.61 M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de M. Koïchiro Matsuura

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de M. Koïchiro Matsuura DG/2004/097 Original : français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Discours de M. Koïchiro Matsuura Directeur général de l Organisation des Nations Unies pour l éducation,

Plus en détail

Les lois de la gestion du temps

Les lois de la gestion du temps Les lois de la gestion du temps Introduction Dans notre monde actuel, tout est structuré, codifié, régit comme un coucou suisse. Le temps de travail n est pas une exception. En effet, si l on observe comment

Plus en détail

Comment revaloriser l enseignement qualifiant?

Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Adam Patrick Charlot Celine Nava Diego Scaramozzino Pauline Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Principes de politique et d organisation scolaire Titulaires : M. Demeuse, N. Friant 3 e Bachelier

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

Le projet pédagogique de la FNP

Le projet pédagogique de la FNP Une association, un mouvement, n existe que parce qu il poursuit un objectif. Dans son souci d accompagner les jeunes vers son objectif, le Patro s est défini un projet pédagogique. Celuici présentera

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Document de référence UIP/UNICEF. Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires

Document de référence UIP/UNICEF. Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires Document de référence UIP/UNICEF Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires Priorités à établir dans l affectation des ressources destinées

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique

1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique 1. Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique I/ Intérêts et limites du PIB comme

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Le travail des enfants et des adolescents. De la classe au boulot, pas facile de garder le tempo!

Le travail des enfants et des adolescents. De la classe au boulot, pas facile de garder le tempo! Le travail des enfants et des adolescents De la classe au boulot, pas facile de garder le tempo! Mise en situation Mélanie fait face à tout un dilemme. Épuisée par son rythme de vie des derniers mois,

Plus en détail

Enquête sur la satisfaction à travailler en maison médicale

Enquête sur la satisfaction à travailler en maison médicale CAHIER Enquête sur la satisfaction à travailler en maison médicale Janine Adelaire, coordinatrice à l intergroupe liégeois, Virginie Jurdan, kinésithérapeute, Françoise Goffin, médecin, Maryline Guillaume,

Plus en détail

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION?

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? AVIS N 10.01 Présenté par la Commission «Citoyenneté, solidarité, mobilité» du CONSEIL

Plus en détail

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 1. Reprise économique et croissance Compte tenu du climat d austérité budgétaire actuel au sein du gouvernement fédéral

Plus en détail

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations Chapitre 5 La conclusion et les recommandations 5.1 L introduction Ce chapitre montre les conclusions obtenus à partir de la réalisation de l investigation littéraire ainsi que de la l investigation pratique.

Plus en détail

LA FÉDÉRATION GÉNÉRALE DES PEP. Faire vivre des parcours civiques et citoyens

LA FÉDÉRATION GÉNÉRALE DES PEP. Faire vivre des parcours civiques et citoyens LA FÉDÉRATION GÉNÉRALE DES PEP Faire vivre des parcours civiques et citoyens La Fédération Générale des PEP met depuis son origine au cœur de son projet associatif et de son action sociétale trois grandes

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande Craig Morris et Martin Pehnt 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande Craig Morris et Martin Pehnt 2012 Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Fiche de lecture La transition énergétique L Energiewende allemande Craig Morris et Martin Pehnt 2012 Elie Simon Octobre 2014 Majeure

Plus en détail

Créer et gérer. une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL PHOTOGRAPHE

Créer et gérer. une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL PHOTOGRAPHE PHOTOGRAPHE Créer et gérer une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL Groupe Eyrolles, 2013, ISBN : 978-2-212-13590-9 PHOTOGRAPHE Photographe, moi? 1 La photographie

Plus en détail

Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.?

Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.? Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.? 8 Février 2011 Sylvie PAYOUX Vous avez dit R.S.E.? La thématique

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Valeurs, identité et aspirations des jeunes avant l élection présidentielle Mars 2012 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Glamour

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

COMPTE RENDU ANIMATION Activités scientifiques à l école maternelle mars 2010

COMPTE RENDU ANIMATION Activités scientifiques à l école maternelle mars 2010 DVD APPRENDRE la science et la technologie à l école SCEREN distribué aux écoles ou aux participants Plan 1. Les attentes institutionnelles ( programmes 2008) 2. Des éléments essentiels à connaître 3.

Plus en détail

Contenu du Guide du parent

Contenu du Guide du parent Guide des parents Contenu du Guide du parent Introduction du Guide du parent... 3 Les activités avec les parents.... 4 Rencontres personnelles avec le coach... 4 Petites rencontres entre parents et coach....

Plus en détail

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants 19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants Avec le développement social, la télévision est entrée dans la plupart des foyers en devenant le média de masse

Plus en détail

SUJET 1 Question de synthèse

SUJET 1 Question de synthèse CORRIGE EPREUVE DE SES - TRONC COMMUN SUJET 1 Question de synthèse TRAVAIL PREPARATOIRE (10 points) 1 Donnez la signification du nombre entouré Le chiffre représente la structure du commerce du Mexique.

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires Géographie Chapitre n.. La question des ressources alimentaires I) La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan Problématique : Quelles sont les différences entre la situation alimentaire aux Etats-Unis

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES SOMMAIRE I - VIVIENNE16 ET L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES... 3 II - METHODOLOGIE... 4 III - LA NOTION D IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES EST PRIORITAIREMENT

Plus en détail

Un travail didactique de «re-lecture»

Un travail didactique de «re-lecture» Comment mesurer la démocratisation? Proposition de cadre interprétatif Sylvie OCTOBRE * S il est vrai que les résultats d enquêtes viennent parfois nourrir les assertions politiques de l information à

Plus en détail

Éducation aux médias et littératie médiatique

Éducation aux médias et littératie médiatique L Éducation aux médias : Perspectives pour la formation Éducation aux médias et littératie médiatique J e suis chercheur en information et communication à l Université catholique de Louvain, et depuis

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail