Je vous prie d'agréer, Monsieur le président, l'expression de ma considération la plus distinguée.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Je vous prie d'agréer, Monsieur le président, l'expression de ma considération la plus distinguée."

Transcription

1 Le Président AG/MF/FB - n 02.ROD.044 Dijon, le 7 novembre 2002 RECOMMANDE AVEC A.R. P.J. : une annexe Monsieur le président, Dans sa séance du 5 septembre 2002, la chambre régionale des comptes de Bourgogne a formulé ses observations définitives concernant la gestion du Crédit municipal de Dijon, à partir de l'exercice 1993 et jusqu'à la période la plus récente. Conformément aux dispositions de l'article L du code des juridictions financières, introduites par l'article 42 de la loi n du 21 décembre 2001, ces observations ont été adressées au directeur du Crédit municipal, ordonnateur en titre, afin qu'il y apporte une réponse écrite dans un délai d'un mois. Aucune réponse n'étant parvenue dans le délai précité, le rapport d'observations, dont vous trouverez ci-joint un exemplaire, doit désormais être communiqué par vos soins au conseil d'orientation et de surveillance, en liaison avec l'ordonnateur, dès sa plus proche réunion. Il doit faire l'objet d'une inscription à son ordre du jour, être joint à la convocation adressée à chacun de ses membres et donner lieu à un débat. En vertu de l'article R du code des juridictions financières, ce rapport d'observations deviendra communicable aux tiers dès qu'aura eu lieu la première réunion de l'assemblée délibérante suivant sa réception. Je vous prie d'agréer, Monsieur le président, l'expression de ma considération la plus distinguée. André GREGOIRE Monsieur François Rebsamen Président du Conseil d'orientation et de surveillance du Crédit municipal de Dijon Maire de Dijon

2 Hôtel de Ville BP DIJON CEDEX Annexe à la lettre n 02.ROD.044 du 7 novembre 2002 RAPPORT D'OBSERVATIONS ETABLI A LA SUITE DU CONTROLE DES COMPTES ET DE L'EXAMEN DE LA GESTION DU CREDIT MUNICIPAL DE DIJON - EXERCICES 1993 ET SUIVANTS - (DEPARTEMENT DE LA COTE D'OR) A l'occasion du jugement des comptes pour les exercices 1993 à 2000, la chambre régionale des comptes de Bourgogne a procédé à l'examen de la gestion du Crédit municipal de Dijon à partir de l'exercice 1993 et jusqu'à la période la plus récente. Outre les domaines qui font l'objet des observations ci-après, les investigations de la juridiction ont principalement porté sur l'organisation générale de la Caisse, le projet de cession de l'activité bancaire en 1996, le régime indemnitaire des agents de la Caisse, la position statutaire d'un ancien directeur de l'établissement, le recouvrement des créances, le provisionnement pour créances douteuses et les activités de partenariat et de parrainage. L'entretien prévu par l'article L du code des juridictions financières a eu lieu, d'une part le 26 février 2002 avec M. Fossier, directeur du Crédit municipal en exercice, d'autre part le 27 février 2002 avec le directeur qui exerçait préalablement ces fonctions. La chambre, dans sa séance du 18 avril 2002, a formulé ses observations provisoires, qui ont été transmises le 22 mai 2002 à l'ordonnateur en exercice. Ce dernier en a accusé réception le 23 mai 2002 et sa réponse est parvenue le 29 juillet 2002 à la chambre. Dans le cadre de la procédure contradictoire prévue par la loi, des extraits ont été adressés, pour ce qui le concernait, à l'ordonnateur précédent, qui a fait parvenir sa réponse le 30 mai Par ailleurs, des éléments ont aussi été adressés aux personnes physiques ou morales concernées, qui y ont apporté le cas échéant leur réponse. Compte tenu de ces éléments, la chambre a arrêté, dans sa séance du 5 septembre 2002, ses observations définitives sur les sujets évoqués dans le texte ci-après. 1 - PRESENTATION DU CREDIT MUNICIPAL :

3 Le Crédit municipal est implanté dans dix départements et trois régions différentes, Bourgogne, Centre et Franche Comté. Son siège est à Dijon, et ses dix agences sont installées dans huit villes (Dijon, Auxerre, Mâcon, Nevers, Bourges, Orléans, Belfort et Besançon). Outre le prêt sur gages, qui constitue sa raison d'être originelle, le Crédit municipal propose une gamme de prêts personnels et aux associations ainsi que différents types de services bancaires. La cession des activités bancaires à un établissement de crédit privé a été envisagée (le conseil d'orientation et de surveillance a délibéré en ce sens le 26 septembre 1996), mais ce projet a cependant été abandonné dès la fin de l'année La chambre n'a pas pu obtenir d'explication sur les raisons de cet abandon. Contrairement aux activités bancaires, le prêt sur gages n'est exercé actuellement qu'à Dijon et dans les agences de Besançon et de Mâcon. 2 - LA SITUATION FINANCIERE : Fonds propres Les fonds propres de base d'une caisse de Crédit municipal sont constitués de la somme du capital, des réserves et du fonds pour risques bancaires généraux (FRBG). Pour les Caisses telles que celle de Dijon, qui offrent un service de prêts, le minimum légal de fonds propres est fixé à 35 MF (5,34 M?). Les fonds propres de la Caisse de Dijon, de l'ordre de 437 MF (67 M?) en fin de période examinée, sont largement supérieurs à ce seuil Résultats financiers Le résultat net consolidé a été bénéficiaire lors de chacun des exercices de la période examinée, mais il a régulièrement diminué : supérieur à 42 MF (6,40 M?) jusqu'en 1994, il s'établissait à 17 MF (2,59 M?) en La réduction des résultats nets constatée semble étroitement liée à l'évolution des masses financières gérées par la Caisse au titre de son activité bancaire. L'activité bancaire a assuré les résultats positifs de la Caisse au cours de chacun des exercices examinés. Ses résultats annuels ont cependant diminué de 53 %. Cette diminution a été parallèle à la réduction de 51 % qu'ont connue les produits des prêts bancaires. Les résultats de l'activité du siège et des agences ont tous diminué significativement au cours de la période examinée. A l'exception de l'agence de Fontaine d'ouche, dont l'ouverture répondait à un objectif social, aucune agence n'a cependant affiché des résultats annuels déséquilibrés. L'activité de prêt sur gages du Crédit municipal de Dijon semble être structurellement déficitaire.

4 Cette situation n'est pas aberrante pour un Crédit municipal. La difficulté à équilibrer les comptes du prêt sur gages s'explique d'abord par la vocation sociale de ce type de prêt, ensuite par le caractère co-teux de la gestion du service : l'activité de prêt sur gages porte sur des opérations de faibles montants, et induit un mécanisme complexe (évaluations, opérations de magasinage, ventes aux enchères). Une baisse du déficit annuel du prêt sur gages a été constatée en fin de période. Elle résulte, d'une part, de la réduction de l'activité du prêt sur gages à partir de 1997, du fait de l'arrêt temporaire de ce service en agences de la fin de l'année 1996 au début de l'année 1999, d'autre part, de l'application de règles édictées par le conseil d'orientation et de surveillance (COS) à la fin de l'année 1996, qui limitent notamment les montants susceptibles d'être prêtés à un même déposant Analyse des flux Trois indicateurs peuvent être retenus pour analyser les flux participant au résultat financier : * le produit net bancaire (PNB), qui mesure la rentabilité technique brute avant frais généraux et provisions, * le revenu brut d'exploitation (RBE), qui permet d'apprécier la capacité de l'établissement à faire face aux risques techniques (défaillances d'emprunteurs notamment), * le résultat net (RN). Le tableau ci-après présente les valeurs de ces indicateurs appliqués à la période L'évolution de ces valeurs appelle trois séries de commentaires de la chambre : * la baisse du produit net bancaire résulte de l'évolution défavorable des produits d'exploitation bancaire, qui ont diminué de 40 % environ principalement du fait de la diminution de l'encours des produits clientèle et de la baisse des taux d'intérêt bancaire ; * en dépit d'une réduction sensible du PNB au cours des 6 dernières années contrôlées, le Crédit municipal de Dijon dispose d'une rentabilité technique brute importante, suffisante pour couvrir les

5 frais généraux et amortissements ; * le résultat brut d'exploitation, et plus encore le résultat net, ont connu une diminution plus accusée que le produit net bancaire. L'accroissement des charges de personnel de 7 % environ, combiné à la diminution des produits d'exploitation, a amplifié la dégradation du résultat : cet effet de ciseaux a eu pour conséquence la diminution du résultat avant impôts de plus de 60 %, et du résultat net de près de 54 %. La chambre observe par ailleurs que s'il a probablement eu un impact négatif en terme d'image de l'établissement, l'arrêt temporaire du service des gages en agences fin 1996 n'a pas eu d'effet direct significatif et mesurable sur l'évolution des produits de la Caisse Rentabilité courante et rentabilité des fonds propres La rentabilité courante de la Caisse est appréciée à travers le coefficient d'exploitation. Cet indicateur résulte du rapport entre les frais généraux et le produit d'exploitation global (c'est-à-dire le produit net bancaire corrigé des produits et des charges accessoires et divers). Il montre que la rentabilité courante du Crédit municipal tend à se dégrader en fin de période. Les frais généraux, représentaient en effet, en 2000, près de 60 % du produit global d'exploitation, soit un niveau proche du niveau moyen constaté dans les établissements bancaires privés, contre moins de 46 % jusque en 1997 inclus. Le niveau des charges de personnel, qui a augmenté alors que l'activité de la Caisse baissait, explique que les frais généraux ne puissent connaître la même évolution que le produit d'exploitation. La rentabilité des fonds propres est mesurée par le ratio de productivité, qui résulte du rapport entre le résultat net et les fonds propres de base. Le ratio de productivité est passé de 8,3 % en 1995 à 3,9 % en 2000, montrant ainsi que la baisse enregistrée par le résultat net à partir de 1997 a entraîné une réduction proportionnelle de la productivité de la Caisse Affectation des résultats Conformément aux dispositions de l'article 4 du décret n du 22 mai 1955, les résultats excédentaires non capitalisés par la Caisse sont affectés au centre communal d'action sociale (CCAS) de Dijon. Depuis 1996, le CCAS reçoit ainsi la quasi-totalité des résultats excédentaires du Crédit municipal. Le niveau des fonds propres de la Caisse, supérieur au seuil légal, autorise cette pratique. L'évolution des versements au CCAS est retracée dans le tableau suivant :

6 Bien qu'aucune agence implantée à l'extérieur de Dijon n'ait présenté de résultat global déficitaire au cours de la période examinée, la chambre observe qu'un éventuel déficit d'une agence diminuerait d'autant les produits du CCAS de Dijon. Des participations financières d'autres communes à l'implantation d'une agence sur leur territoire peuvent tempérer cette appréciation Conclusion de l'analyse financière En dépit de l'évolution de la masse salariale, la chambre considère que la situation financière de l'établissement ne présente pas de risque particulier. 3. LES RESSOURCES HUMAINES : Evolution des effectifs et de la masse salariale Le nombre d'emplois permanents (titulaires et non titulaires) a connu une baisse limitée entre 1993 et La réduction de l'activité de la Caisse, pourtant sensible depuis le début de la période sous contrôle, ne semble pas avoir eu de répercussion sur les effectifs ou sur la masse salariale. Cette dernière a au contraire augmenté même indépendamment de l'incidence de la rémunération d'un agent en congé spécial depuis La chambre relève qu'en dépit de la dégradation du coefficient d'exploitation, qui traduit le poids plus lourd des frais généraux par rapport au produit d'exploitation global, la politique salariale de la Caisse n'a fait l'objet d'aucune délibération du COS définissant par exemple un niveau d'effectif plafond ou un montant de masse salariale critique. La politique de gestion des ressources humaines a consisté en la sauvegarde des emplois de la Caisse, comme l'a indiqué, dans sa réponse, l'ancien président du conseil d'orientation et de surveillance Recours à des agents contractuels Les agents contractuels représentent environ 40 % des effectifs du Crédit municipal. Si l'engagement d'agents contractuels par la Caisse donne lieu à une publication préalable d'un avis de vacance d'emploi, cette publicité est purement formelle comme en témoignent les conditions d'un recrutement effectué en La publication de la déclaration de vacance du poste est intervenue moins d'un mois avant la date de signature du contrat. En outre, ce recrutement était expressément " autorisé " de façon nominative par une délibération du COS antérieure à la publication de l'avis de vacance d'emploi, ce qui laisse à penser que le choix était préétabli. Les renouvellements des contrats ne sont pas quant à eux précédés d'une publication de la

7 vacance de l'emploi. Ces renouvellements semblent quasi-automatiques : ainsi, plus des deux tiers des contractuels en poste ont été recrutés avant Concessions de logements par utilité de service Plusieurs logements sont concédés pour utilité de service à des agents du siège ou des différentes agences. L'application du principe de parité entre les fonctions publiques devrait avoir pour conséquence le respect des conditions des articles R 100 et A 92 du code du domaine de l'etat, à savoir l'application d'une redevance à la charge du bénéficiaire égale à la valeur locative du logement occupé, diminuée d'abattements tenant compte des contraintes liées à la concession ou la précarité de l'occupation. La chambre observe que les montants des redevances appliquées sont sensiblement inférieurs à ceux qui résulteraient de l'application stricte de la règle fixée par le code du domaine de l'etat. Ainsi, à la fin de l'année 2001, le montant des redevances annuelles était de 6 732,00 F (1 026,29 euros) pour le logement concédé du siège (logement de type IV) et de 6 532,20 F (995,83 euros) pour les logements concédés des agences (logements de types III, IV ou V) Utilisation d'un véhicule de service Le directeur de la Caisse dispose d'un droit d'utilisation d'un véhicule de service limité à km annuels. La chambre relève qu'aucune procédure n'est prévue en cas de dépassement de la limite de km annuels par le directeur. Ce véhicule étant également utilisé par d'autres agents pour des besoins professionnels, elle observe par ailleurs qu'aucun moyen de contr"le de l'utilisation du véhicule n'est mis en place. La répartition de l'utilisation entre directeur et les autres agents est ainsi impossible à déterminer. 4. L'ACTIVITE DE PRET SUR GAGES : Recentrage, puis déconcentration de l'activité Le service du prêt sur gages a été assuré au siège, ainsi que dans toutes les agences à l'exception de l'agence des Forges à Dijon, jusqu'en Par une délibération du 26 septembre 1996, le COS a décidé de recentrer cette activité et a mis fin, à compter du 1er octobre 1996, à l'activité dans les agences extérieures à Dijon. Une orientation contraire a été décidée début 1999 (délibération du COS du 29 janvier), traduite par la réouverture du service du prêt sur gages à l'agence de Besançon, puis à l'agence de Mâcon en 2000 ; d'autres agences devraient assurer à nouveau ce service social dans les prochaines années.

8 La chambre relève d'abord que le recentrage du prêt sur gage à Dijon ne s'est pas traduit par une augmentation de cette activité au siège, mais par une diminution de celle-ci. Cette dernière semble résulter aussi en partie de la réduction concomitante du montant maximum de prêt susceptible d'être consenti à un même déposant. La chambre note ensuite qu'à défaut de convention fixant une participation financière des communes d'implantation, l'activité de prêt sur gages offre aux populations en situation difficile l'accès à un service social dont le coût est pris exclusivement en charge par le Crédit municipal de Dijon. Toutefois, l'activité de prêt sur gages exercée dans l'agence de Besançon a lieu dans le cadre d'une convention passée avec le Crédit municipal en avril 1999, ce qui permet de diminuer d'autant la charge liée à ce secteur d'intervention. La convention prévoit notamment une participation financière annuelle de la commune à hauteur de F (28 965,31 euros). S'agissant de l'autre agence qui assure l'activité de prêt sur gage, aucune convention de ce type n'a été conclue, à ce jour, avec la commune d'implantation Conditions d'acceptation de prêts sur gages L'article 26 du décret du 30 décembre 1936 modifié précise que " des prêts peuvent être consentis par l'établissement à toute personne connue et domiciliée, qui justifiera de son identité et de son domicile [...] ou sera assistée par un répondant connu et domicilié, sur engagements d'objets mobiliers susceptibles d'une valeur appréciable et d'une bonne conservation déposés dans ses magasins et préalablement estimés par les appréciateurs attachés au dit établissement ". Une délibération du COS du 26 septembre 1996 limite les possibilités de prêt sur gages au siège : * des clients domiciliés dans le département, et justifiant de leur identité ; * un maximum de 10 contrats et à un montant cumulé de prêts d'un peu plus de F (3 048,98 euros) pour une même personne. Depuis 1999, ces règles ont été étendues par note de service aux agences de Besançon et de Mâcon Intervention des commissaires-priseurs L'article 1er du décret n du 11 décembre 1992 prévoit que " l'appréciation des objets remis en nantissement par les emprunteurs est faite par des commissaires-priseurs (...) ". Conformément à l'article 44 du règlement général des Crédits municipaux, les commissairespriseurs perçoivent une rémunération de prisée, résultant d'un pourcentage appliqué au montant de l'adjudication des biens vendus. Ces pourcentages ont été fixés par une délibération du COS

9 du 12 octobre Les droits de vente perçus par les commissaires-priseurs sont à la charge des acheteurs, et sont ajoutés au prix d'adjudication. Après l'écoulement du délai dit " de garantie ", nécessaire aux acheteurs d'objets en or non certifiés pour vérifier la qualité du métal, le commissaire-priseur se voit communiquer par le Crédit municipal le détail des montants à lui reverser. Les reversements interviennent généralement dans des délais brefs. Le montant total des droits de prisée versé par la Caisse est globalement stable depuis 1997, en dépit de la reprise de l'activité à Besançon et Mâcon. Les montants perçus en 2000 par chacun des commissaires-priseurs ou des cabinets de commissaires-priseurs étaient compris dans une fourchette allant de 900 F (137 euros) environ à l'agence de Mâcon à F (5 138 euros) au siège. Selon l'ordonnateur, davantage que le montant de la rémunération attendue, la notoriété qui s'attache à leur participation aux ventes publiques du Crédit municipal constitue la motivation première des commissaires-priseurs à participer au service du prêt sur gages Délégation de la prisée Au siège comme dans les agences pratiquant le prêt sur gages, des agents procèdent euxmêmes à l'estimation de la plupart des objets déposés. L'intervention d'agents du Crédit municipal à la prisée est prévue par des délégations individuelles de chacun des commissaires-priseurs. Cette pratique est justifiée d'abord par les compétences des agents concernés et la qualité du matériel technique dont ils disposent pour apprécier la composition de métaux et pierres précieux. Elle résulte également du désintérêt probable des commissaires-priseurs à la participation à l'activité du prêt sur gages, si obligation leur était faite d'assumer seuls la prisée sans que leurs rémunérations perçues au titre du prêt sur gages puissent être augmentées. Sans méconnaître le fait que la délégation donnée aux agents par les commissaires-priseurs n'entraîne pas le transfert de la responsabilité des commissaires-priseurs aux agents du Crédit municipal, la chambre relève d'abord qu'aucun texte ne donne la possibilité, pour les commissaires-priseurs, de déléguer cette attribution à des agents de la Caisse. Elle considère ensuite que le Crédit municipal est susceptible de s'exposer à des litiges avec des commissaires-priseurs refusant d'assumer les pertes liées à une prisée trop généreuse qu'ils n'auraient pas effectuée eux-mêmes. Elle estime enfin que le risque inverse doit également être pris en compte : agissant par délégation tout en engageant la responsabilité des commissaires-priseurs en cas de perte sur vente, les agents de la Caisse peuvent avoir tendance à sous-évaluer les objets gagés. Un échantillonnage réalisé sur une vente publique, organisée au siège à la fin de l'année 2001 a montré que la prisée des objets mis aux enchères publiques était en moyenne inférieure d'un tiers

10 environ au montant de leur cession. Or, une sous-évaluation de la prisée entraîne un manque à gagner pour le Crédit municipal ; sachant que le montant du prêt accordé dépend directement de la valeur estimée du bien gagé, elle ne permet pas, en outre, aux emprunteurs de bénéficier du montant du prêt auquel ils auraient dû pouvoir prétendre Organisation des ventes Les objets gagés dont les déposants ne paient plus les intérêts de leur prêt peuvent être vendus. Ces ventes ne portent de fait que sur un pourcentage faible des objets déposés en gage (de l'ordre de 5 %). Le produit de la vente doit être au moins égal au montant du prêt octroyé en fonction de l'évaluation, majoré des intérêts afférents à la durée du prêt (augmentée d'un mois si cette durée est de six mois et de deux mois si elle est d'un an), ainsi que des droits accessoires dus pour la durée du prêt. Si tel n'est pas le cas, le commissaire-priseur est tenu de rembourser la différence. La publicité de ces ventes prend différentes formes : confection d'un prospectus, parution d'articles dans la presse locale, page du site internet du Crédit municipal, affichage public 10 jours avant la vente et exposition publique à la veille de la vente au minimum. Le commissaire-priseur ainsi que les agents du service du prêt sur gages participent à la vente. En revanche, le directeur actuel n'y assiste pas. L'ordre de passage des lots, qui ne suit pas l'ordre de leur numérotation, est déterminé en fonction de " l'ambiance " de la salle. Cette pratique, qui tente de prendre en compte au plus près les dispositions des acheteurs potentiels, conduit à présenter des objets à la vente du lundi suivant où sont proposés les objets non vendus le samedi. L'assistance y est moins fournie, et ainsi l'acheteur peut profiter d'une concurrence moindre. 5. LES REGLES D'ATTRIBUTION DES PRETS : Ces règles ont été énoncées par une délibération du COS. Elles sont actuellement les suivantes : Taux des prêts Les taux de chacun des types de prêts susceptibles d'être accordés à des particuliers comme à des associations sont déterminés par le COS. Les responsables d'agences et le directeur de la Caisse disposent toutefois d'une possibilité de modulation de ces taux, à la hausse comme à la baisse, limitée respectivement à des marges de 0,48 % et 1,44 %. La possibilité de modulation des taux des prêts du Crédit municipal, qui est inférieure à la pratique des établissements de crédit privés, est justifiée par la nécessité de prendre en compte les spécificités du marché local. La marge plus importante reconnue au directeur de la Caisse permet à ce dernier d'intervenir sur deuxième sollicitation de l'emprunteur.

11 5.2 - Attribution des prêts Les responsables d'agences disposent d'une délégation pour accorder des prêts : * jusqu'à un montant plafond de F ( euros) pour les prêts personnels ; * jusqu'à un plafond de F (7 622,45 euros) pour les prêts à des associations. Les prêts compris entre F ( euros) et F (30 489,80 euros) sont soumis à l'autorisation du directeur ; au-delà de ce dernier seuil, l'accord du COS est requis. 6. LE CONTROLE INTERNE : Des contr"les sur place du service des prêts sont organisés, selon un rythme aléatoire, au siège et dans les agences. Ils permettent la vérification de l'application des directives fixées par le siège en matière d'attribution de prêts. Ainsi, de 1995 à 2000, le service des prêts du siège a été contrôlé à 14 reprises, et les agences de 8 à 13 fois selon les agences. De telles vérifications sont également effectuées dans les services des gages des agences offrant ce service. L'inspection consiste d'abord en des contrôles d'inventaire par sondage des stocks d'objets déposés. Cette vérification, qui s'effectue avec la participation de membres du COS, est réalisée tous les deux mois environ au siège et une fois par an en agence. Elle consiste ensuite en la vérification de l'estimation des objets gagés en agences, par le comptable. La fréquence de ce type de contrôle est généralement annuelle. La chambre observe que ce dernier type de contrôle ne s'applique pas au service du prêt sur gages du siège. Elle note par ailleurs qu'aucun rapprochement n'est effectué pour apprécier les différences entre la prisée et les montants des ventes, et qu'en conséquence aucune réflexion ne peut être conduite sur la pertinence des prisées effectuées. Dans sa réponse aux observations provisoires de la chambre, l'ordonnateur en exercice a indiqué, sans autre précision, qu'il a " pris bonne note [des observations] et [...] fait procéder aux ajustements et corrections qui s'avèrent nécessaires tant en ce qui concerne les ressources humaines, l'activité de prêt sur gages qu'en ce qui concerne le contrôle interne. "

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse M. Jean-Claude LAURENT Président du conseil d'administration de l'ophlm de VALENCE 16, rue Georges Bizet BP 736 26007 - VALENCE Cedex Monsieur le Président, Par lettre en date du 24 octobre 1997, j'ai

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES concernant le Comité d'action pour le Progrès Economique et Social Haut-Rhinois (C.A.H.R) Exercice 1994 à 1997 1. Les comptes et la situation

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003.

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE HAUTE-NORMANDIE RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES DU 31 MARS 2004 SUR LA GESTION DE L'HOPITAL LOCAL DE BRETEUIL-SUR-ITON (Exercices 1997 et suivants) I - RAPPEL DE LA

Plus en détail

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ;

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ; Monsieur le Président, Par courrier en date du 3 octobre 2006, je vous ai adressé le rapport d'observations définitives arrêté par la chambre dont il a été accusé réception le 4 octobre 2006. En application

Plus en détail

AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE

AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE NON TITULAIRES Note d'information N 2012-32 du 18 juin 2012 AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des

Plus en détail

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Monsieur Patrick PROVOST Président du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Hôtel de Ville 73130 SAINT FRANCOIS LONGCHAMP Monsieur le Président, Par lettre en date du 1er octobre 1998, j'ai porté

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS ", que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS , que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du N/Réf. : GO835701 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de l'association " Comité des fêtes de PAMIERS ",

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur Garanties diverses fournies par le crédit- preneur 1.- Cautionnement solidaire par la société Est à l'instant intervenu aux présentes :, agissant ici au nom et en sa qualité de président de la société

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX 1 Ouverture et détention du Livret Grand Prix 1.1 Conditions d ouverture et de détention Le Livret Grand Prix est un compte d épargne. Il peut être ouvert par : toute

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE

CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE www.caissedesdepots.fr DIRECTION REGIONALE UNDEFINED Fascicule LSPA 04-01 CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE ARTICLE 5 - DEFINITIONS La

Plus en détail

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui Réf.: AF 826401 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle des comptes et de la gestion du service départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien préalable avec le conseiller-rapporteur,

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6 Article L52-4 Tout candidat à une élection désigne un mandataire au plus tard à la date à laquelle sa candidature est enregistrée. Ce mandataire peut être une association de financement électoral, ou une

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

Avancement de grade au titre de l année 2015

Avancement de grade au titre de l année 2015 Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique Territoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex Tél. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 21/2014 Cl.

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

La fin de fonctions dans l emploi fonctionnel

La fin de fonctions dans l emploi fonctionnel La fin de fonctions dans l emploi fonctionnel A l initiative de l agent page 2 A l initiative de la collectivité d origine page 2 A l initiative de la collectivité d accueil Procédure Délai page 3 Entretien

Plus en détail

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ;

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ; Monsieur le Maire, Par courrier en date du 5 mars 2004, je vous ai adressé le rapport d'observations définitives arrêté par la chambre dont il a été accusé réception le 6 mars 2004. En application de l'article

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

LA DECLARATION DE VACANCE D'EMPLOI

LA DECLARATION DE VACANCE D'EMPLOI Fiches statut LA DECLARATION DE VACANCE D'EMPLOI 1/30/MA Direction Expertise statutaire et ressources humaines 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr Accéder au site Emploi Territorial : www.emploi-territorial.fr

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

Indemnité spécifique de service

Indemnité spécifique de service Indemnité spécifique de service 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 6 avril 2010 Mise à jour le 27 novembre

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12 REGIME DES INTERETS DES PLANS D EPARGNE-LOGEMENT (PEL) AU REGARD DES PRELEVEMENTS SOCIAUX. AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Bourse de Casablanca. Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s

Bourse de Casablanca. Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s Bourse de Casablanca Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s ARRETES RELATIFS AUX TITRES DE CREANCE NEGOCIABLES ARRETE DU MINISTRE DES FINANCES ET DES INVESTISSEMENTS EXTERIEURS N

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

N 007-94 RAPPORT. présenté au nom de la Commission des Affaires administratives, du Statut et des Lois,

N 007-94 RAPPORT. présenté au nom de la Commission des Affaires administratives, du Statut et des Lois, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA Papeete, le 1er février 1994 POLYNESIE FRANÇAISE COMMISSION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES, DU STATUT ET DES LOIS N 007-94 RAPPORT portant avis de l'assemblée territoriale sur

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE. Séance du 16 février 2006 PERSONNEL DEPARTEMENTAL INSTAURATION D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS

CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE. Séance du 16 février 2006 PERSONNEL DEPARTEMENTAL INSTAURATION D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 1 ère REUNION DE 2006 Séance du 16 février 2006 CG 06/1 ère /I-11 PERSONNEL DEPARTEMENTAL INSTAURATION D'UN COMPTE

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L'ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L'ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, lt ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ---------- DELIBERATION N 89-105 AT DU 27 JUILLET 1989 --------------------------------------------------------------- autorisant le territoire à contracter

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE

AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE AVIS DE LA COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION SUR UN PROJET DE CUEILLETTE DE RENSEIGNEMENTS PAR LE MINISTÈRE DU REVENU DU QUÉBEC AUPRÈS DE LES BUREAUX DE CRÉDIT DU NORD DOSSIER 03 00 49 MARS 2003 1. Mise

Plus en détail

Comment remplir le dossier de demande subvention?

Comment remplir le dossier de demande subvention? Comment remplir le dossier de demande subvention? Ville de Suresnes année 2015 Le dossier de demande de subvention est à déposer en 3 exemplaires avant le 5 décembre 2014 Au service Vie Associative 6 rue

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : DCh/ROD II/047090994 Bordeaux, le 20 Mai 2008 Monsieur le Président, Par lettre du 14 juin 2006, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d'aquitaine

Plus en détail

NOTA : article L.3221-11-1 pour les départements et article L.4231-8-1 pour les régions.

NOTA : article L.3221-11-1 pour les départements et article L.4231-8-1 pour les régions. L ordonnance n 2005-645 du 6 juin 2005 relative aux procédures de passation des marchés publics des collectivités territoriales] introduit trois nouveaux articles au code général des collectivités territoriales

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

INDEMNITE SPECIFIQUE DE SERVICE

INDEMNITE SPECIFIQUE DE SERVICE FILIERE TECHNIQUE REGIME INDEMNITAIRE Note d information N 2009- du er janvier 2009 INDEMNITE SPECIFIQUE DE SERVICE REFERENCES Décret n 9-875 du 6 septembre 99 modifié pris pour l'application du premier

Plus en détail

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 19/03/2014 15:07:58

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 19/03/2014 15:07:58 Circulaire FP n 2164 du 13 juin 2008 relative à la mise en œuvre du décret n 2008-539 du 6 juin 2008 relatif à l instauration d une indemnité dite de garantie individuelle du pouvoir d achat MINISTERE

Plus en détail

COMMUNICATION N D. 134

COMMUNICATION N D. 134 71.074/PERM.FIN/CV. Bruxelles, le 18 avril 1995. COMMUNICATION N D. 134 Objet : Utilisation des "créances sur réassureurs" comme valeurs représentatives. Application de l'article 10 3-8 de l'arrêté royal

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction publique de l État

Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction publique de l État RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

Article 6 PIECES CONSTITUTIVES DU MARCHE Les pièces constitutives du marché comprennent, par ordre de priorité décroissant :

Article 6 PIECES CONSTITUTIVES DU MARCHE Les pièces constitutives du marché comprennent, par ordre de priorité décroissant : ACTE D'ENGAGEMENT Article 1 - OBJET du MARCHE Le présent marché prend la forme d un contrat d assurance Responsabilité Civile Générale dont les conditions sont la reprise du cahier des charges avec ou

Plus en détail

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES.

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. 3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. Version Publication au Moniteur Belge Initiale : L. du. 03/07/2005 relative aux droits des volontaires 29/08/2005. 1 ère modification : L. du.

Plus en détail

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Blagnac le 5 juin 2014 AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Madame, Monsieur, Afin de préparer votre assemblée générale ordinaire prévue le 27 juin

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

OBJET : Lettre d'observations définitives relative à la gestion du casino municipal de Cagnes-sur- Mer.

OBJET : Lettre d'observations définitives relative à la gestion du casino municipal de Cagnes-sur- Mer. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR Référence à rappeler : Greffe/BA/ n 1225 Lettre recommandée avec AR n 9288 5821 8 FR OBJET : Lettre d'observations définitives relative à la

Plus en détail

- ASSOCIATIONS - L ANNEE 2016

- ASSOCIATIONS - L ANNEE 2016 Septembre 2015 Ville d EMBRUN - ASSOCIATIONS - DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR L ANNEE 2016 A REMETTRE EN MAIRIE AVANT LE 15 NOVEMBRE 2015 Composition du dossier : 1. Préambule page 2 2. Présentation

Plus en détail

INSTITUT D'EMISSION DES DEPARTEMENTS D'OUTRE-MER LES NOTES DE L'INSTITUT D'EMISSION. La formation du produit net bancaire dans les DOM

INSTITUT D'EMISSION DES DEPARTEMENTS D'OUTRE-MER LES NOTES DE L'INSTITUT D'EMISSION. La formation du produit net bancaire dans les DOM INSTITUT D'EMISSION DES DEPARTEMENTS D'OUTRE-MER LES NOTES DE L'INSTITUT D'EMISSION La formation du produit net bancaire dans les DOM Octobre 2007 INSTITUT D EMISSION DES DEPARTEMENTS D OUTRE-MER SIEGE

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 LE COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) Textes de référence : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique

Plus en détail

PROCURATION ET MANDAT DE GESTION LOCATIVE

PROCURATION ET MANDAT DE GESTION LOCATIVE Inscrit au Registre des Mandats de location sous le numéro : PROCURATION ET MANDAT DE GESTION LOCATIVE Au Profit de : L'AGENCE IMMOBILIERE «OPEN IMMOBILIER» Carte professionnelle N 2010 140 G délivrée

Plus en détail

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ Circulaire n 24/2006 Cl. C 477 Colmar, le 29 juin 2006 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68000 COLMAR 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr

Plus en détail

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, l'expression de ma considération la plus distinguée.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, l'expression de ma considération la plus distinguée. Monsieur Etienne BLANC Maire de Divonne-les-Bains 01220 DIVONNE-LES-BAINS Monsieur le Maire, Par lettre citée en référence, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

MODIFICATIONS DU COMPTE EPARGNE TEMPS

MODIFICATIONS DU COMPTE EPARGNE TEMPS CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 5 ème RÉUNION DE 2010 Séance du 18 novembre 2010 CG 10/5 è me /I-11 PERSONNEL DEPARTEMENTAL MODIFICATIONS DU COMPTE

Plus en détail

RUBIS. Avis de convocation. /pa/prod/alpa/bases/pa100459/./lot204.xml lot204-01 V Département : 75 Rubrique : 276 Raison sociale : RUBIS

RUBIS. Avis de convocation. /pa/prod/alpa/bases/pa100459/./lot204.xml lot204-01 V Département : 75 Rubrique : 276 Raison sociale : RUBIS /pa/prod/alpa/bases/pa100459/./lot204.xml lot204-01 V Département : 75 Rubrique : 276 Raison sociale : RUBIS 999004 - Le Quotidien Juridique RUBIS Société en commandite par actions au capital de 97.173.662,50

Plus en détail

DOCUMENT D'INFORMATION PRECONTRACTUEL n CA 2013-07-02

DOCUMENT D'INFORMATION PRECONTRACTUEL n CA 2013-07-02 DOCUMENT D'INFORMATION PRECONTRACTUEL n CA 2013-07-02 Fax : +33 (0)4 66 21 97 84 ETABLI ENTRE MONSIEUR / MADAME Domicilié(e) : ET La Société D-HABITAT «L agence immobilière» Domiciliée : Les portes d'uzès

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION

CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION Le cadre légal de l'activité bancaire, conforté par l'ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au crédit, a permis l'émergence progressive

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/010 DÉLIBÉRATION N 14/006 DU 14 JANVIER 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L ADMINISTRATION

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 1/9 Comité sectoriel du Registre national Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 Objet : demande d'avis relatif au projet d'arrêté royal autorisant la Banque Nationale de Belgique et les établissements

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie)

VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie) VILLE DE CRUSEILLES (Haute-Savoie) CONSEIL MUNICIPAL DU 03 SEPTEMBRE 2015 NOTE DE SYNTHESE PERSONNEL 1- Personnel du service Animation : Augmentation du temps de travail 2- Suppression et création d un

Plus en détail

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2).

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2). Secrétariat Général Direction des finances NOT99R315DFI Note à l'attention de Mesdames et Messieurs les Chefs des services financiers sous couvert de Mesdames et Messieurs les Délégués régionaux et Directeurs

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES PREAMBULE Les organisations signataires veulent par le présent accord, préciser la situation des

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012)

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX (Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Missions Les rédacteurs territoriaux constituent un cadre d'emplois

Plus en détail

FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012

FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012 FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012 Questions à se poser lors de la mise en place de projet de crowdfunding Si vous êtes promoteur d'un projet de crowdfunding, vous devrez veiller à examiner l'applicabilité d'une

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE VILLETANEUSE juin 2008 SOMMAIRE CHAPITRE I OBJET ET TYPE D AIDES...3 ARTICLE 1. OBJET...3 ARTICLE

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES POUR L'ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE

CONDITIONS GÉNÉRALES POUR L'ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE Édition 2014 CONDITIONS GÉNÉRALES POUR L'ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE SOMMAIRE 1. Bases du contrat 2 2. Déclaration obligatoire 2 2.1 Conséquences d'une réticence 2 3. Droit de révocation 2 4. Début de la

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail