E S SAI. DES THALASSIOPHYTES(l) PAR M. J. V. F. LAMOUROUX, D. E. S. Présenté à l'institut, dans la séance du 5 février 18u.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E S SAI. DES THALASSIOPHYTES(l) PAR M. J. V. F. LAMOUROUX, D. E. S. Présenté à l'institut, dans la séance du 5 février 18u."

Transcription

1 n"b"i STOIRE NATUREL LE.' 21 E S SAI, SUR LES GENRES DE LA FAMILLE DES THALASSIOPHYTES(l) NON..tllTICULÉE S. Présenté à l'institut, dans la séance du 5 février 18u. PAR M. J. V. F. LAMOUROUX, D. E. S. lh-ofesseur d'histoire naturelle à l'académie de Caen, membre de la Société des Sciences et Arts d'agen', etc., etc. LES êtres organisés qui couvrent la surface de la terre 'présentent au naturaliste qui veut les étudier des formes si, variées, qu'il lui' est souvent impossible de trouver des caractères bien tranchés pour. distinguer les espèces entre elles', tant les différences' sont légèr~s.. Si des végétaux ou des ani- (.) Je nomme les planl.es marines thala88iophyus, de deux mots grecs, '."''',.,.,IS, 'IIUInn, et 'UT:', plante J parce qne je ne connois aocoue déuomination qui leur convienne mieux. Ces plantes ont été nommées algues submergées par M. COTretJ de. Serra; algues et hydralgues par Rolh; fucacées par M. Ricbar{l : aucun de œil noms'ne peut leur appartenir: les p.remiers dont trop, généraux et le derdiér' trop escillsif.

2 "2 A 1'f ft A. tes D tj' USÉ 11 If maux terrestres il pass'e à ceux que la mer nourrit dans son. sein, les difficultés augmentent, car ces êtres qui peuplent et vivifient la vaste étendue des eaux, sont en ~énéral moins parfaits. que ceux qui animent la surface de la terre. Leur. org~isation interne, leurs f!loyens de reproductipn sont plus. simples; les caractères qui distinguent les genres et les espèces se fondent tellement les uns dans les antres, qu'il est souvent impossible de fixer leur point de séparation; On pourroit même ajouter que ces molécules douées de la vie, qu'on observ e dans l' e~u de mer ainsi qu.e dabs l'eau douce, par?issent avoir, dans leur manière d'être, quelque chose de moins animé, de plus simple que les monades dont l~s moyens d'existence et de reproduction sont encore un mystère. Si de ce premier degré d'organisation OD s'élève à lul ~é plus parfait, on trouve la même différence : les maqlipj.fères marins, quoique pourvus des Jl!êmes parties que les mam... mifères terrestre~, ont cependant quelques-unes de ces parties beaucoup moins développées, et quelquefois à peine sensibles; il semble que dans le sein des eaux, la Dature ébauche les êtres qu'elle perfectionne, en les exposant à 1"' aotion puissante de l'air, de la lujq.îère et des autres fluides répandus dans notre atmosphère. D'après l'opinion d'un de nos plus célèbres naturalistes (M. Lamarck) (1) sur r échelle de gradation et de dégrada- (2) Philosophie Zoologique, par M. J. B. P. 4. Lanaarcl:, 2 'fol. in-8-, 1809,.Cet outrage m'a élé donné par l'auteur; je regretterai loujours de ne pouyoir profiler de ses conseils et de ses leçooa, et d'6tre 'borné à lire ses Ia.,.Dlouna.. au lieu de l'entendre lai-même démontrer les bues loodameatalesde 1'''-_ des 'tres.

3 rl BIS TOI R ENA T URE L L E. lion des êtres, il sembleroit que les végétaux les plus parfaits devroient avoir une organisation moins compliquée que celle des animaux de la première classe dans cette échelle de gradation, puisque ces derniers sont supérieurs aui. premiers, et que les uns et les autres doivent leur existence à l'animalcule infusoire, premier principe de tout être doué de la vic, soit végétal, soit animal. Si jamais un pareil ordre -de choscs a pu exister, cela il' a dû être qu'à cette première époque où les espèces se bornant à un très-petit nombre, il n'y avoit encore ni genres, ni familles; mais, du moment qu'il y a eu deux êtres distincts, l'un végétal et l'autre animal, chacun d'eux a marché vers la perfection d'une madière" aussi rapide; et lorsque ces êtres, abandonnés par les eaux, se sont trouvés exposés à l'action des fluides atmosphériques, excités par la puisssance de ces agens, ils ont dû prendre des formes plus prononèées, une org~nisation plus solide, des car~ctères plus distincts que ceux qui, habitant constamment le vaste sein des eaux, 'De recevoient l'impression de ces iluides qu'au travers d'un milieu -qui devoit considérabiement en diminner l'effet. Ainsi les Anciens regardoient les cétacées et les phoques comme des poissons, et ces derniers comme des animaux imparfaits. Grâce aux naturalistes ~o- demes, et surtout li ceux.qui ont créé ou perfectionné cette belle partie des, sciences, l'anatomie c,omparée, les rapports ~ et les différences qui &xistent entre les animaux de la terre et ceux de la mer sont bien connus; 'mais on n'a encore rien. fait sur l'anatomie et la physiologie des plantes marines: les auteurs anciens, tels que Clnsius, Bauhin, Barrelier, Morison, Ginnani, Dillen,. etc., ont liguré quelques espèces:: Digitized b~ GoogIe

4 , 24 Â N N ALE S DU 1\1 USÉ t1 li Gmelin, en 1768, rassembla, dans un ouvrage particulier.. tout ce qui avoit été dit avant lui,. et fit.connoître beaucoup. d" espèces nouvelles. Hooson -et Light{OQt, l'un,dans.la ftora angl/ca, l'autre dans laflora scotica, :ont encore augmenté le nombre des.espèces. GQodenough et Woodward, en 1795; - Esper, en 1800; - Hackhouse, en 1 Bo~; - Xavier de W ulfen, en 1803; - Roth, en 1797, 1 Boo, etc. - Pdiret" en IB02;-T.urner, en IB02 et IB06, etc., ont fàit paroître de bons 'ouvrages SlJr la nomenel~ture des plantes marines. Réaumur, en l710, I?If et 1712, a décrit le premier les.fructifications de quelques thalassiophytes; il regarde les.capsules comme des graines, et les tubercules comme des capsllies. Tous les botanistes ont suivi l'opinion de Réaumur. }l. de CandolJe a étudié de nouveau les organes repro-.,ductifs de ces vég~tauj:. Il appelle coques, les capsules de R.éaumur; capsules, lespartjes que ce dernier regardoit CGmme des graines; et gràines, les corpuscules reprodu~tifs renfermés dans les capsules. Hackoouse et D~ Turner parois... sent avoir (ait un grând nombre q' obsen'atjons sur la même - p.artie,. niais ils confondent sou~cnt les tubercules avec l~ fructification en masse, les capsules avec les tub~rcules e~ les graines, etc~ ~fin d' é~laircir cette partie un peu obscure de la nomenclature, j' emploi~ le mot de FRUGTIFIC.\:TION. pour désigner, non-:-seulement un tubercule', une capsule, ou qne graine, mais encore là mass~ ~ntière d~s tubercul~s, comm~ dans le fucus vésiculeux; les masses formées par le rapprocheinent des capsules, comme dans les dictyotées; les cap... suies i~olées, comme dans les alcyonùiiée~, ou les graih~s setiles, comme dans les ulve~. - J' appell~ T(]»EI\CU~ l'enve- Digitized by Çoogle

5 D J 1 S T 0 11\ ENA TV 1\ E L L E. Joppe dans' laquelle sont 'contenues lés capsules. ëes dernières renferment des corpuscules reproductifs que je nomme graùzea, parce' qu'il est aussi facilé 'dè prouver que ce sont de véritables graines, que de démontrer le contraire. D'après' M. Correa de Serra,.. si recorilinandable par Ses -vastes connoissances en histoire naturelle, ce seroient de véritables graine~, dues à une fécondàtiori sexuelle,. analogue à celle de plusieurs phanérogames aquatiqlles. Ce savant portugais a publié un mémoire particulier _ sur la fructification du fucus vésiculeûx dans le~ Trànsactions' de la Société royale' de Londres (1).11 n'est cité par aucun botaniste français. l\'il\'1. :Mirbel (2) et de Candolle (3)' 'se sont les premiers occupés, de l'organisation des thalassiophytes; ils'les regardent comqte n'étant formées que de tissu cellulairf? Rudolphi (4l partage la même opinion. M. de Candolle paraît avoir 'observé ces plantes.avec soin; il attribue la différence qui existe entre les tiges, les nervures et les feuilles, à des modifi.catioos' dans la forme du tissu cellulair~ M. Mirbel se borne à -dire. que les fucus 'sont e-';ltièremént for1pés de tissu cellulaire. Si ces.' naturalistes célèbres, à qui vous devons tant de belles découvertes en physiologie végétale, avoient' observé les' plantes marines dans tous leurs états, et dans di.ftërentes' ~ons, ceu~-quiauroient travaillé après~ux sar lamème pa,rtie., (1) Transa~tion. de la Société royale db Londre., anu. t 796 p. 2., (2)M;rbel, Traitéd!,Anato;"'i8 et ds PhY8iowgl-e fjé8~lale'l tom. l, p.58.-' B:tJ1D8ilÜnl de la ThMJri. 'tk l'orraniaatiola végétale dll UlAm. auleur, p (3) De Candolle, Journal db Phy.ique, tom.' 48, p. 233, Teulose an '7 J ét L. 5.{, p prairial an 10. (4) RUdolphi, cité dans ~'Es.posidon de 1. théorie de l'orsauisation Télélal. de Mirbel, pas' l'

6 AKNALES DU MUSBU. auroient trouvé peu de choses à faire; mais, éloignés de la mer, distraits de l'étude des thalassiopbytes par des objets dihérens et DOB moins intéressans, ils ont laissé leur ouvrage im:omplet.. Dans un Mémoire que j'ai lu à la ~eiété Philomati<p1e, en '1809 (1), j'ai prouvé qlle la tige de la laminaire digitée '(fucus digi'tatlu Ji. Linn. ) étoit formée de quatre parties bien distinctes, analogues à J:épiderme, à l'écorce, au bois, et à la moelle des plantes dicotylédoaées, par leùr situation, leur grande1u' respective, et même leur organisation. Depuis, éclairé par cette déeollyerte, et guidé par elle dans mes recherches, j'ai observé danales thalassiophytes la plupart des caractères qu' oirent les bridantes cor.olles des plantes pha Dérogames, les tiges et les feuilles des arbres et Je tissa her ~lcé. n semble que toutes. ~ parties qui paroissent isolées dans Jes clliférentei familles des thalassiopbytes, se sont réames dus 1ID même iddiv,id. pour créer et.mbeuir ces Fands Wgétaux,. qui couvr6ut et ordent 1IOUt à la fois -quel -tues parties de la 1I1Ifac~ du globe ierrestre... c'est donc d'après les rapports qui existent entre les tiges, les feuibes, les fleurs des plantes terrestres ~t les plantes marines, q:ue j'ai divisé celles-ci ea quatre grandes familles, 1QÎ comprerldedt to~es les espèces classées par Linné dans les gentcs fuljui et ulpo" et qui forment ensemble le groupe des thalassiophytes non articulées dont il est question dans cet ouvrage. A ces quatre familres, i' ell ai. ajouté deu autres. qui semblent réunir ces thalassiophytes aux polypiers par le

7 D'B ISTOIl\E NA TUl\ELLE. 2'" 1 facies, et qui en diffèrent par les autres caractêt'es. Je crois que toutes les plant('s marines pourront se classer dans les divisions que je propose, lorsque les rapports qui les lient eutre elles seront mieux connus. J'engage donc les botanistes qui habitent le t>ord de la mer, à s'occuper des tha-' lassiophytes articulées; c'est une mine neuve et riche à ex-. ptoiter, et ils ne peuvem qu'y faire des. découvertes i8téresant~s. Je m' ~erai heuredx si mes OJIoions,.pe }' on trouvera peut-être 1lD pen basardées, ouvrant d.1ft amis des sciences UDe DOuveHe carrière, leur indiquent la senle"'rqute à saivre pour pan_ à de. ttlsllhatl eetsaias. En iltteildadt on ltbv_ général que r m COJDllJ1e11t:é' sor les thalasslopltytel llon artieuiée9, je soumets au jugement de i~.cla8$c' les l.iowvedes divisiods et les nouveaux genres que j'ai eru devoir établir pcjar aider à' connoître' ces plantes. Dans certaini groupes, j'aurois pu augme~lf2r' le noorbre des genres, dans d'autres j'aurois dû peut-être le diminuer; mais, regàjdaut ma division phabt eomme 1me elassifitatiod systéaatique' que ~omme 1lD8 classification naturelle, j' al ~ devoiî- ide borner à h.cili~r la détermination des espèces, e'c. kart. wllt ce qnf pouvait en rendre l'étudé difticile.. J~ai ajfjuté à chaque geote la ~e des espèce9 qui lui appartiennent, et que je possède dans ma eolleetion, afin de... eobdoîh'cjles.o'e~ que j'ai eus pour faire cet ouvrage., /.. "

8 ~8 ANNALES nu MUSÉUM PREMIER ORDRE. FUCACÉES. Organisation ligneuse; couleur olivatre, noircissant à ~'air... : :. Les plantes de cette famille offrent pre~que toùjours de~ tiges et des feuiltes : on observe dans' les. tiges: quatre parties bien distinctes analogues par leur situation et leur grandeur respectives, à l'épiderme, à l'écorce, au bois. et.à la moelle des plantes dicotylédonées. Dans quelques ~nres, ce& parties, sont difficiles à apercevoir, même a~eè le microscope,' à cause de.1a 'petitesse de la' t!ge on de l' àg~ de l'individu; 'alors la fructification, l'organisation et la couleur' servent à la 'détermination de l'ordre et du genre; les' cara!t~res tirés de ces différentes parties sont ~ codftans, qu~ils pèuvent étr~ regardés comme essentiels. ' :: On déchire le'8 fuèacées longitudinalement a~ec bea1ù:oup de facilité" et la déchirure oft"ré à l'œil nu l'aspect d'un~ organisatio~ fibr~use bien caractérisée; il n~ en est. pas de même si on les. coupe tra~sversa]ement, on ne voit.~or5.qu~ les orifièes de ces prétendues fibres, et les: cetln1.e~ :dri fusu cellulaire. Ces fibres ne sont pas semblables à celles' des plantes phanérogames.; en gé~éràl, ~lles m'ont paru cloisonnées; les cloisons sont très-éloignées les unes des autres et d'un tissu plus lâche que celles des plantes terrestres. A mesure que l'organisation devient plus simple, les cloisons se rappror.hent; ai~si dans les tiges et les nervures des flo-, ridées, elles sont plus près les unes des autres que dans les ", Di9~tized by GoogIe

9 DtSISTOU\E 1iATUI\BLt.L 2? fuéacées; dans les dictyotées elles.sont presque"égales,' et elles le deviennent entièrement dans les ulvacées. ]loit - on considérer ces fibres eomme deé vaisseaux? Il est certain qu'elles n'ont aucùne- ressémbranee avec 6eux des plantes térrestres. Les injéctions, la macération, r observation,mi-, croscopiqne ét 'cette' _expérience citée par tous les auteurs que la partie de-la plante marinè plongée-dans l'-eau reprend ' seule son' 'état -naturel,:'~andis que rantre n'a~re laliçbh, fluîde, portent à erôîre que les.thalassiqphyies n'ont paint : de vaisseaux. Mais d'un aùtre côté, si, l'on; observe la $i':'. tuation de la fructification dans les fucacéés et' les floridées, on1fa'tr&œve presque toe)oltrs'iidr.es1'.iges_'otlles''ttpüauljt, près des nervures ou' à lenrs-ëxtréniltés;' tiai'ls 'les dictyoiiées,. on remarque que l\lns les, maîlles" du' '.au ~t tégn'iièr~s" et ';lsimee rplus; la sitb.a~8il des fructifications -ést régulière, et r que moins elles sont 'Visibles et égal~s, plu8.jesj friacti6tadons 1 soi! '~pilrses, di1$imlulv s-dépeun-dés de n~rvure~e, preg.. ~ que de tige, les fmctifie&bon$' $OIW ebt.ièrement épa!'~: :St i 1'08: compare '~DSuité les rappo~ qui èxùicentjedtté ~ sit11a.. l tion dés trliciificat!ïons:et c~llè d~ c!es-mass8s'de fib~,ou' de; tiésu cellnlaii'e' à -"lltùes:-allqng~8~;-ne sera~t"9n -pas icnté : d-è'lés regm-der cojl1me Ile$ 1iUisSëau'x, on;du r moins' 'Comme' en; feaat les, fone~ds? :Il' ~ si.diiici~ j dé' d~finir -ce qn'ê l'.on,entend par tis&u, cellulaire, qifil: ~r~it plus. aisé' de prou.ver que ces fibpe6 sono des vaisseaux cloisonnés que de d~jitrétt le :ooattalre. D& p~, il est presquél impossible d'-expliquer sans ube:espè"ae;de.aisseaux,quelconques,' les, fructific~tions qui ne se trouvent. qu'aux extrélinitës des ra"'. Di'eaus ou det {.Billes,'e~'iui olll besoid, pour s' y dévelop- Di9iti~ed by GoogIe

10 .. ~... N;!LES.DU- AtU~ÉtJM. ]Jer, dé fluides plus 'élaboré$ que' eellx dea ~.,parties de la plante. Ces fluides floi~e~ av6w un JDOuvem~nt queicoqque, a' autadt tille l'on 1'.emM'q&e ~Vellt da~ les floridées dépourvues de,dervllles, des fruetj.&atiolls ineqmplètes, parce que ces,fluides. 'sout rest~s st;agjl~. Ce mo.\lvement. peut-il se faiœ sans vaï6seauji, 0\1 bien a.. t i1 lieu dans les oombreases lacunes de ces plantes, ou de ~w.1e il cellule et à tl'avtlrso le{trs mea.branes? Tôut cela 'est ]lossible,,~ je. persist~.,à croir.e 'qtle-. lesi fihtes. elowoonées des \hal_opliytei,. si elles De. soat paf;' clet véritàhle.s ~~eq.ux, en funt du 1noÏDS les' fone~. Daus.PfelKJU#,tCilti\ès les fucaeées,.les. OF~S,~ la fraq.. ti&a~;si>1l~. r~.compliq'ués:, l~.graines sq~tl ~(e~i dads t!les'aap8'\les"iqt\ît sol1t éuehuêtnes 8nveloppé.s d'uoe. membtane particulière'f ~ fqrmênl,. par leltt "~., da tuberçwes &itu~ en plus 00 moîd&' gr"qd' QORlbte ~ UJl8.!DaMe polymorphe,. d.aehée a-.u rameau 0'11 pl~ ~')"i1ir ttémité ~~ fetûlles, '" œmpiie d.' UIlê sjjbs_c~ IQuellap... Muse, dont la CJ'lanU" et l'épaissi88emt;1n\ ilppl81lte. iu64fu:'à; la maturité des.gnines,. ct qui disparoî~.avec èl1es.... he.. twcation 68 redou.vellft-t1ell~ plusieuls fims 'sar' l~s~ ~JA8S j fucus? D'après rets observations~ j6 peatg 'IJl. ~~ Slll' 1. rameaux desqoels'.elle. se dév~ç~r'.;yoieœ chaque antp~ ces rameaux S6 ~Otlvt.r de. -.fru~, et que ceux qui 9(reDf;' leurs fructifications aa &OID1Qet d.ea f.-nos, péritaent ~ès la maturité des graines. Cette ~ègle.s8ns doute.if.~- p.as,8~ néraie, mais dlle es' facilè à obser-ver sqr la t.fèe.g,ajk\4f ~ jorité des frw.u. Le. feuiues.des fucacées soot càeaes à dijtiapei', poll",~ ~I 1

11 D'HISTOIRE NÂTUI.ELLE'. que,la plante soit.ertière. Elles ne ~rent presque poiilt de.celles des plantes terl'esq'es dans la première, la troisi,ème, la quatrième et la sïj:ième section dn. premier. genre. EUes sont turbinées et vésiculeuses dam la seconde section; ra:" menses dans la cinquième; nulles dans la neuvième et la 'dixième. La m~mbrane qui se trouve à la base,dufucus' IoreW pourroit presque être regardée comme une feuille unique ombiliquée. La feuille' des laminaires, quelquefois simple, quelquefois divisée, est u~ique dans certaines espêces, tellés que les lamioaires digitées et saccharines (Fue. digz"talta et sacela/uinus., Linn. ), 'tandis qule d'autres en possèd.ent un' très - grand. nombre; les laminaires pyrifères et pomifères ( l'uc. pyrifenu, Linn. Lun. pomife1w n8m.) eb offrebt des ex.emples.. On. trouve ~uvent lès' feuilles supérieures de ces denières soudées easemble par lellrs ber-ds, entièrement ou de distaboe ed distance; 'CeS.aeu~ mè pa".roissent.,.... di&rentes, si j'en juge d'.. près les figures de celles da Fue. ttglm'um, 'que Je _D al JaBlMS vu en nature. Les feuilles prolifères dans les osmundari~, semblables aux rameaux dars les demiaresties, manqtteftt entièrement daas les fureehaires et les (!horda. ~s 'feaiiles des fucacées présentebt doilc 'efttre elles pres.. que auta. de différences que celles des tticotyj.édonées; eues vatiert égalemeut sous le rapport de la romposition., ~ la sitaation, des serfaces, de la f3lme générale et particttfi.ère,.-c.'; beaucoup eant 'o~ de ~rvures mmples ou rameuses qtti manquent eotièremerft' li d'autres.espèces. Presque tontes les tbalassiophytes à organisation ligneuse,

12 1 32." "'.!f N! le E S D t1 Il V.s É t7 :il sont pounues de vésicules aériennes : cedes qui' n'en. ont pas de saillantes, présentent dans la substance de la tige de grandes lacunes, quelquefois visibles à l'œil nu, qui 'semblent. les remplacer; ces lacunes partent de la racine, st élèvent dans les tig~s ~t vont se perdre dan~ les feuilles. Je regarde les vésicules ~omme des organes particuliers destinés à des fonctions qui leur sont propres, et non comme des feuilles avortées, ou des fructificatiods qui ont jeté leul's semences, ainsi que l'ont avancé dès auteurs modernes. Les anciens croyoient que les vésicules. des fucus étoient unique.. ment destinées.à. tenir cel plantes flottantes' dans les eaux de la mer. Je ne discuterai aqpune de ces hypothèses, elles n~. ~Qnt appuyées ni sur des faits, ni sur des observations ~~actes, et elles s' ~cartent de tout ce que l'on observe- da~s les autres familles des plantes. Quant à moi,. je les c~)dsidère comme des organes respiratoires, presque analegues à ceux CfUe l'on observe dans la majeure.partie.des êtres qui p:upl~nt et viv~en&; la surf~ce du globe; et si on ne. les voii point sur les autres thalassiophytes, I:.'est qu'elles sont moins parfaites;.ieur organisation étant moins compliquée, leurs fonctions vitala~ doivent être plus simples.. Mon hypothèse est fond~e sur l'action qu'exercent les thalassiophytes sur l'air atmosphérique; elles agissent de la même manière qjlc les plantes phanérogames. Les fucacées ligneuse~ et d'une couleur olivâtre, absorbent l' oxigène pend.t la nuit et l' e~halent pendaftt le jour, mais en trè&-petite quantité. Les floridées, semblables aux corolles, rendent encore moins d' oxigène que les fucaeées; elles. semblent le 'retenir pour fonïter les brillantes nuances qui les décorent.

13 "." D' BIS TOI 1\ ENA T '0' 1\ EL L E. ' 33 Les ulvacées, au contraire, de même que les tissus herbacés dés planies terresu'es, développent par l'action de la lumière, une énonne' quantité de gaz o~igène et un peu d'acide car-. bonique; l'azote ne s'y trouve que.. dans lés proportions de 20 à 30 sur 100. Cette décomposition de l'air atmosphérique doit s'opérer dans. les plante~ marines au moyen des vésiculés, des lacunes et des grandes cellules qui st ohservent dans les différentes organisations de c~s végétaux, et qui, peut-, être, font tout à la fois les {onctions de réservoir. et d'or... gane, destipé à la dééomposition de l'air atmosphérique.. Un gr~nd nombre de fucac~es, et même quelques dic.. tyotées,,ont Jes ftmii1es couvertes de petites houppes dé.poils blancs, épars: sur les deux surfaces dans' les premiè'res, et sur une seule dans les secondes. Réaumu.r ( 1) est le premier naturaliste qui lese"ait observés; il les regarde comme les 'parties mâles de ces végétaax; LiBlté et beaucoup d'autres botanistes avoient adopté aveuglément cette opinion. Les véritables fonctions de ces poils sont cennues maintenant; analogues à ceux qui couvrent un si grand nombre de vég~ taux terrestres, ils paroissent destinés à secréter QU à "absorber des fluides particuliers, quelquefois js semblé nt n'être qu'une exuhération du tissu céllulaire intérieur. Ces poils:ne sorii point permanéns, ils disparoissent dllds certaines saisons et à différentes époques de la vie de la plante; on ne les voit jamais, ni sur les tiges, ni sur oies nervures des feuilles; et lorsqu'ils se dessèchent ou qu'ils tombent, ils laissent sur' la feuille un petit point concave, d'une couleur foll~é~; et qp.e, 1. ;

14 34 A. lu' A. LES' D V V s É 11 JI les jeunes élèves prennent souvent pour des fructi6catioilq; mais, jé le répète, ce n'est souvent qu'une exubération du tissu cellulaire iutérieur.. La durée de la vie dans les plantes marines varie comme dans les plantes terrestres. De même que les arbres vivent plus long-temps que les herbes, de même les thalassiophytes à organisation ligneuse, voient chaque année se renouveller autour d'elles les nombreuses tribus des thalassiophytes à organisation corolloïde ou herbacée. êe.rtaines fucacées ne.. vivent qu'un ou deux ans; d'autres, si on en juge par leur grandeur ou la grosseur de leur tige, doivent braver la puissance destructive du temps, comme le cii~ne de nos pays, ou le baobab des bords du Sénégal. Mais jusqu'à ce qll' on ait observé davantage ces plantes, on ne peut fixer, même approximativement, l'âge d~s espèces; nbs connoissances se bornent à dire que les.alassiot»bytes sont annuelles, bisannuelles ou vivaces. La couleur ne varie que par la nuance dans cette division, la plus considérable de toutes; c'est toujours un vert plus ou moins olivâtre, jamais herbacé et que l'on n'observe que dans les plantes de.ette famille. Cette couleur, par la dessiccation ou par l'exposition à l'air et à la lumière, devient or- dinairement noire; elle prend quelque~ois une nuance d'un fauve hrufl, semblable à celle des feuilles mortes. Les fucacées ne se colorent point de brillantes livrées comme les -autres tbalassiophytes. Les plantes marines qui servent de combustible sur les côtes de plusieurs départemens; celles qui fournissent la manne saccharine qui remplace le sucre chez les IsJarrdais;

15 ... D'HISTOIRE NATVRELI"B. 35 en6n celles qui donnent les meilleurs engrais, n'existent que dans cette seule famille; les peuples des régions polaires _ se nourrissent des tiges ou des feuilles de plusieurs fucacées. J;er. UEN,B. FUCUS. Froc. Tub~rcUIe~ réunis en grand nombre dans un conceptacle cylindrique, pinne ou comprimé, simple ou divisé. Racine à empat:ement entier et étendu. Fructif. Tuhercula numerosa, co7iferta in, C01Iceptaculo cylintjraceo, p~, inte~ùm compresso, sœpiù8 ramoso. Radix callus e-xplanatua. OBUBV. le ne ferai aacane ohsenation SUI' le genre flmw, tout ce #fu j'ai dit en traitant des fucacées pouvant lui être appliqué. J'ai divisé ce genre eft plusieurs aections pour aider à la déter.. iaation aes espèces, quoique je sois bien containca que la plupat"t de-~ aee&iodii pourroient rormer des genres plus naturels et mieux caractérisés que la majeure partie.de t'!eus que les naci1n1i.tea modernes ont composés en divisant les genres aacieas ~ü_. I~. SECTION. F. Vésicules aérif'ères, Stipitées; feuilles distinctes, aeai.lea ou pétiolé~.... F. Yesiculis aeriferi,,tipit'atis j foliis distinctis, sessilihus aut petio/atis. Fuo,!" natans. Turn. Bist. (1) :... Oce. all. Gall. (l)daweon-tuj'iier, Bü"';' Fueo,.""., i807 ~ ia"'-.; lllperhe ouvrage qui parolt par fllciculel. M. le baron Beajamin Delessert, qui poaède UIl8 8ranc1 pal'tie de ce qui a p8j'!1,. ea la compla_1ice de me 1. com... iqaer. Le... e auteur a publié, en 1802, ad Synopsis des Cucu des îles britaluliq..., 5"

16 , 36 ANNALES DU MUSÉUM Fucru.alicifoliUll. Poire Ene_ mélh. (1).. Mediter. Ga11. _ lavandulœfoliu. Dt:1il. inetl (2) E~1pL _ tùnt;t"ulalu,. Forsk.. FI. Eg.-arab. (3) ~pt. _ tkntifoliu Turu. Hist....Egypt. -latifoliru. l'oir. Ene. mélh.... Ind. oriedt. _ aquifolill8. Turn. Bist... Incl. orient. _ ilicifoliull. Turn. Hisl... - Ind. orient. _ haccifi!r. TurD. Hist ()ee. allaoo - palk.celul. Merl. ined. (4-) lapon. -.e"atifolia. Mert. ined... Japou. - crupu Forsk.. FI..Eg.-arab....Eu pl. -lmrdïkeru Turn. Hisl... ()ce. atiad. _ pyriformillo Poire EDe. mélh... Ind. orient. --polretii. Dobi.. F. aci"ariull, Poir.. Medi1. G.u. --foli08i'liimuil. Sp. DOY. tab. 1. 6g. 1 e12... Anlilt.. - follifuliuii. Merl. ided... M.r. Rubr. _ liiliqlltllltrum. Turn. Hist... JapoD. _ mit'roctjr4liuli. Merl. ined... JapoD. _ decipielul. TurD. Hist Noy. HoU. _ lill.ïfoliu.: TUflh Hist... - Medit. Gall. _ glaj;ai~. La BilIaRl. (5)... NOT. BollaDd. ; 'Joi renferme la descriptiod et l'histoire de 78 espèces que j'.i tro,,,ées sar 1~1l e6les de France. (1) Poiret, E1IC'yclopddie rmlaodiljuil. Botanique, tome 8, articl. Ill". et f1arec. (2) D.liUs. Mon ami M. Delille, chargé pat S. M. 1. et R. Je 1. partie botanique du grand ouvrage sur l'expédition des Français en Egyple, a eu la bo~lé de me,1oqper toules I~s plan~es marines qu'il,recueilli.. ur le bord de la Mer:'Rouge ét dans le port d'alexandrie; j'a aoplé- sa noidenclature.- (3) Forsk.ael, Flora 4gyptio-.4rabica, 1 yol. in Ar.) Mertew. M. Merten., profes~!.!' de philosophie à Brême, tre.-ftr~ dans la eonnoills8nce des lbalâssioplylés et li qui je dois un grand nodlbrede belles espèces des côles de la Chine, du Japon, ete. J'ai adopté sa Domenclature. (6) fa Billardiè,e, plantes de la NouYt:lle ljouôtade, pubai.-p M. de La Bit Jardière, uœmbre de l'in8titut. Ce bolaj1iste si avantageuse meut ooo.n. par HI. ouvrages, a-enrichi ide aoueclioo de toutes les t.halauiopbytel qu'il Il.. apport.ées de lei

17 J)' Hl ST Oll\E N ÂTUR EL I.E. PIICl,. c'paallj,."itljo,. La Billard.... No.,. Holl..--..fltzccidll8. 1(1.. _ '... Id. ----ntrofosuii. Id.... '.'. '.'.. '.'... " Id. - debw8. Mett. id~,... '.'. ' ~ ~.' Japon. -comosw. Poir, EDc. ldél~... '.. Oce. alla~t. -ta"lf,ulorjii.. Mert. ioed... Japon. so Sp. inediœ. ~:. s E C T ION. F. Vésicules stipitées; ayant au 'sollljnet'une membrane foliacée. F. Pe,ic~lÙ,~tipù.a:'ti,~' ~'e!f.lbr.qna,: iermih.~li f~li_aèç,a donatis.., " ". PUCU8 tur~in4tt.u. Tùr'o. Ditr.. ~ ; ; ; orient. 6 S~i:; Inedi1ar(r):.... " ';.. ;' ":.). ~e. SECTION (J ' r J '. F. Vésicules anguleuses, aya,nt sui, re~ àngles une membrane foliacée., F. P~,iculis aniwlosls; membrana foliaceà in anguîis. F,!c:U triqruttlr. Tùr~. Hist... ':. : ' ;: Mar. 'Rubr. J l'.' ~,..) \." 4.' SEÇT.ioN..,~ '\ ' ~ -... \.. J.' F. V és.ic~ 8fipité~,. ~.l~~g~~~. en, f<>n:d,e d,~ sili<pj~.. F.,11 esiculis stipilatib J 'sililfuif9rmibus. Fucu,.iiiquo8ZÜ: Türo~ Hist... ~... Oée. E'urcfpll':'CaU. -,i8ymhrioicle,. Turn. Rist.-. -; ;...-. '. Japon; :.. flotf'ull'i. TOro'. Bist ~...;.-.,.; ')'.. ','... Jaeo~.,.,. r r' ' 5-..,".J!. ", l SECT ~ON., F. Vésicules innées 'dans les ram8aux; feuilles distincres.. F:. P csiculi8' ramis inrzà#s ; toliis ~jsù~ctis: '.'. '. '.,,FÎteU8 dijsœr! Li;D. &ytt... ~... ;:..,... : Medit. G~I... ~ (1) J.a autèu;a me paroi_nt no1r.coilfoddo plaj~ur. esp_ disùtlcltes. SOu. le 801R.le fucu, lurbillatub, Linn..

18 \ '38 Fueu. bar6atub. Tum; Syu... Oce. Earop. liedit. Gall. - fimbriallr. Desf. FI. atl. (t}..'...'...'.'.... Medit. GalL - racmtomb'. Ponk; Pl. '~G.~arab...'.''.. -trenodïii~. ;.ld.;.;~;'.'. ;..'.\""""""""'" 1 - antennulattu. Thol.,ived... ~. ~ ~ -- CrcJ88;pe. Tum. Hist;... JapoD~ _...:. fibro.uij. TUI'o. Synop... ~ Oce. Ellrop. Gall. - abrotanifoliu Turn. Synop... Id... Gall. --mucronalus... Id...:. ~..., Id.... Gall. -IIIJ~IIOÙÙ Lina. Sya~.. ','... Medit. Gall. -1tI~ri8cif.ol;UIJ. 'furn. S)'nop.. ~... ;. Oce. Europ:Gall...:...- IInJoides. 'liest. 'FI. 'atladt. ~.. ~... Merlit. Afric. - crinil~. Id Id. '... t:4uclaiuil. La Bin... Nov o, tbunbergii. Turn. Bist...'., ~. ~.. Japon. 20 S~. ineditz (2)...,,! ' 6'. SBC'l:ION. ~."..:...,.. Fru~tifica~o~ a~ sommet.d~, feuilles plades, rameuses, ordinairement vésiculeuses, presque toujours munies d'une nervur~ médiane., ! Fructif. Il.d apicem foliorum;,ioliis planis, ramosis, fie.- quenter uriinervihus, non ra'rll 'JJe'siculosi$, FUt:U8 " i~uio~';'. r~rd: Hist :. " ~ E1I!'Op. Medit. Gall ctlrtj1joic18.. Id.. "... t _...,,... "...,... Id. 1, - ( 1) DeY. Plo,... tjllàn,. FlorG, tjllanlhx.., tjucion R.ttuo D.j'onI4ÏIMJ6, etc. 'Paris, :1 vol. in_4. ad 6. J'ai reçu de ce naturaliste célèbre, non-seulement des doubles de todtes le. plante!llnarides qu'il Il trouvée. sar les ~tes de Barbarie, mais encore des esemplaires' de plolieur. de ies ollvrap j Il"'il me permette de lui en témoigner ici toute ma rf'connoissadce., (D) Les vésicules m.nq~ent à 'relques espèces de cette section, mais ce cara~ \ère est remj1lacé par ceux que préaeoteot.... fj'gedfiœlion, l'aepecl 8Wra1 a. la plante, ete. (3) D. CtMd. FL f1d1l9. Flore &angaiee, 3-. édilion, par IIM. X.... k et d. Candolle. Paris, Digitized ~Y GoogIe

19 D' BIS T.O 1 1\ ENA T Vil EL L E. 39 " PUCUII di.licillu. Turn. Bisl... : Cee. Europ. Gall. - ae77yjlu8 Id "., 1,1. --COItI08W. I.,a Billard. NoY. BoIL 3 Spec. inedila! (1).,.. SECTION. F. V ~sicules innées dans les rameaux; fructifications pédonculées. F. Ye~iculis ramis innatis; jructifièajonibus pedunculatis. " PUCUII nodtllluii. TUrD. Syn.. Mar. E.urop. ~al1. 8 e SE CTION. Point de feuilles; vésicules en chapelet et couvertes de fructifications. Âphylli; "esiculis concatenatis et fructiferis. FucUil momliformilj (2). La Bill. - 9-' SEC T ION. ' Fuc. banl:sii. Tura. Bi.t... Japon et N. Holl Point de vésicules; une seule feuille ombiliquée et ronde à la base des rameaux. F. Yesiculis nullis. Folio unico, rotundato ad ramorum basim. Fue.. Ior.us. TUrD. S,n.... Oce. Europ. Gall. (1) Je po_de danl mon berbier,.non-l8ulement lea neuf variétés du fucuii wsiculosus que D. Turner mentionne dans ses ouvrages, mais encore plusieurs autres qui paroissent particulières aux eête&-de FraDee. Toutes ces plantes si dif. férentes su premier coup d'œil les illies des autres, ne sont cependant que d.. nriétésde la même espèce. J'ai fait beaucoup d'obserntiolllf sur leurs tubercules, esl'é. aot y découvrir des earactères pour établir dea eapèces, mais ils Tarient dans leur forme autant que 1. plante el1e-m'me.. (2) Ceue espèce se troll1'8 à.1. NouveUe-Bollaacle e& dans les Rlet'8 du.j~pod, suivant M. D. Turner. Le peu d'individus que j'ai été à portée d'obserter me fait croire que cet.'lleur riunit plusieurs espèces IOUS ce nom. l'.i préféré la 8,!menclalun de M. de La Billardière, papce 'lue IOn OUTrage est plu. ancien que celui du botani.te auglais...

20 -, ÂNNALES DU MUSEUM 10. SECTION. Point de vésicules ni de feuilles; rameaux eanaliculés; fructif. au sommet des rameaux. Aphylli absque "esïeu/is : Fruct!ficatïo ad apicem ramorum eanaliculatorum, FucUIJ ca1jqlicu/atua.~urn. Hisl <>ce. Europ. GaU. --ma1r.ai.i. Turn. Hist...'. ;.... Oris Scotj~' 1: 1, -S E è'1- ion. Point de feuilles, point de vésicules;' r~eaux cylindriques. F. Aphylli ~ "èsu;ulis des tilll ti ; ramis tcrctïbus ad apicem fructifèris. Fut:U8, 1uJJ1Jn:ul4tfl8. Turn. S,n...'.. ~ Oee. Europ. GaU. 1 Spec. idedit~. 'Racine fibreuse ~t 3,,!le. GENRE. L.AMIN4R14. rameuse, Ratl,ix jihrosa. èi ramosa. OBSUV. Gœrlner(l) a nommé ce genrecljramium; Stackhouse(2) a consenti ce. nom que j'a~ cru devoir chanser, rîl~ qu'il est adopté J'our pn autre ~edre de thalassiopb 1 tes. On trouvera sans doute le ~aractè~ générique très-court, et fondé sur lldt: ~artie dont les plantes marines sont privées suivant quelques botanistes j mais, comme il est constant qu'il n'appartient qu'à ce seul genre, et qu'on ne l'observe sur aucune autre fucacée, je l'ai adopté de préférence à celui de la fructi6catio~ encore peu connue. Stackhouse la délinit ainsi :fructificatio muco8a, pellucida, J,BiM granuli8 8IJmin{forü : papillù ;'If);aihüibus per tolamfrondem. Il réunit les (1) GœrlMr.(2) Stackhouse, Ner. BI it. N~reù BritannicQ, altctore J.8taç/:IzoU8B Linfl. $od Superbe OUTrage id-folio.'

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu (TP multiposte : groupes de 4 élèves qui se répartissent sur les 4 postes une fois chaque poste travaillé, un bilan sera établi

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive.

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive. (Solanum tuberosum) Dénomination proposée: AAC Alta Cloud Numéro de la demande: 12-7520 Date de la demande: 2012/02/22 Requérant: Colorado State University Research Foundation, Fort Collins, Colorado (États-Unis)

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

Dossier table tactile - 11/04/2010

Dossier table tactile - 11/04/2010 Dossier table tactile - 11/04/2010 Intro Je vais brièvement exposer dans ce document: Ce que j'ai fait, comment je l'ai fait, combien ça m'a couté, et combien de temps j'ai mis à fabriquer, dans le cadre

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

PARTIE. Organisation générale du corps humain

PARTIE. Organisation générale du corps humain PARTIE 1 Organisation générale du corps humain CHAPITRE 1 Les bases d'étude du corps humain L'ESSENTIEL Les définitions fondamentales en biologie, une science qui étudie l'organisme vivant dans un ordre

Plus en détail

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE 672 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE Application au calcul des valeurs devenir et des dommages-intérêts Les problèmes d'évaluation des forêts ou d'estimation

Plus en détail

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes Électricité statique Introduction L'électricité statique peut apparaître comme peu importante de nos jours en regard de l'électrodynamique mais cette dernière a été précédée historiquement par l'observation

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013)

Chapitre 19 DIVISION COLLECTION THÉMATIQUE (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) 1. Collection thématique. Dans une collection thématique on développe un sujet

Plus en détail

7,50 /kg. 5,55 /kg -18 % COCO PAGODE LIGHT. 8,45 /kg. 6,15 /kg -26 % -26 % 100 * et plus BANANES FIGUE ET FIGUE-POMME DU CAMEROUN.

7,50 /kg. 5,55 /kg -18 % COCO PAGODE LIGHT. 8,45 /kg. 6,15 /kg -26 % -26 % 100 * et plus BANANES FIGUE ET FIGUE-POMME DU CAMEROUN. 85 FRANCE & BELGIQUE Commandes du mercredi 25/02 au mercredi 04/03/15 Livraisons du mardi 03/03 au vendredi 06/03/15 Cadeau-surprise offert dans toutes les commandes de 100 * et plus *hors frais de port

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Comment créer votre propre lampes LED

Comment créer votre propre lampes LED Comment créer votre propre lampes LED Intro Un tutorial pour faire fabriqué des ampoules LED comme à l usine. Après de nombreuses tentatives pour faire toutes sortes de conversions LED, j ai enfin trouvé

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

LA A RESPIRATION CELLULAIRE

LA A RESPIRATION CELLULAIRE Instructions aux professeurs Domaine : 1.1 Le transport de substances, réaction chimique de la respiration cellulaire, p. 6 Travail à réaliser : Les élèves répondent aux questions. Matériel : Feuilles

Plus en détail

3 Les périphériques: les disques

3 Les périphériques: les disques 3 Les périphériques: les disques Tu dois devenir capable de : Savoir 1. Comparer un disque d'ordinateur et une cassette audio ou vidéo en montrant les ressemblances et les différences ; 2. Expliquer ce

Plus en détail

ACCORD DES ADJECTIFS DE COULEUR Exercice d introduction

ACCORD DES ADJECTIFS DE COULEUR Exercice d introduction Exercice d introduction Testons tes connaissances. Sylvain le smiley nous décrit la voiture de ses rêves mais il semble éprouver quelques difficultés à l écrit. Entoure les adjectifs de couleur (il y en

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Olympiades de Physique

Olympiades de Physique Avec l'aide des professeurs : M me Larasse et M. Brasselet Et du chercheur : M. Reyssat Olympiades de Physique Xavier LE GALL Philippe-Henri BLAIS Fabrice BENHAMOUDA Sommaire Introduction...3 Observations...4

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Qui n a pas déjà essayé de dessiner une table ou une chaise? Si vous ne vous souvenez plus très bien du résultat, prenez tout de suite un bout de papier et

Plus en détail

Dans cette figure, le rectangle ABCD a pour dimensions : AB = 17 cm et BC = 12 cm. Dans le rectangle ABCD, les points M, R, S et P déterminent trois

Dans cette figure, le rectangle ABCD a pour dimensions : AB = 17 cm et BC = 12 cm. Dans le rectangle ABCD, les points M, R, S et P déterminent trois Dans cette figure, le rectangle BCD a pour dimensions : B = 7 cm et BC = cm. Dans le rectangle BCD, les points M, R, S et P déterminent trois rectangles. Où peut-on placer les points M, R, S et P pour

Plus en détail

Prise en main par Guy BIBEYRAN Chevalier médiéval époque XIII / XIV siècle métal 75mm Atelier Maket Référence AM75-010 Sculpteur: Benoit Cauchies

Prise en main par Guy BIBEYRAN Chevalier médiéval époque XIII / XIV siècle métal 75mm Atelier Maket Référence AM75-010 Sculpteur: Benoit Cauchies Prise en main par Guy BIBEYRAN Chevalier médiéval époque XIII / XIV siècle métal 75mm Atelier Maket Référence AM75-010 Sculpteur: Benoit Cauchies Cette prise en main est destinée à ceux qui voudraient

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

UN OUTIL POUR ILLUSTRER LE COURS D'ANALYSE : GEOPLAN

UN OUTIL POUR ILLUSTRER LE COURS D'ANALYSE : GEOPLAN 8 UN OUTIL POUR ILLUSTRER LE COURS D'ANALYSE : GEOPLAN Fin 9, la Direction des Lycées et Collèges adressait à tous les lycées d'enseignement général et technique des imagiciels pour les classes de premières

Plus en détail

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes Fixer un lieu précis de la cour avec les élèves pour observer les manifestations

Plus en détail

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau.

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau. Chapitre 2 : localisation et organisation de l information génétique Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Sciences de la vie et de la Terre Thème 2 B Enjeux planétaires contemporains - La plante domestiquée Table des matières 1 : La plante cultivée : le Maïs...Erreur! Signet non défini. 2 : Les variétés de

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir...

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir... Les trois groupes de verbes 1er groupe : tous les verbes terminés par er (chanter,manger, tomber, laver...) sauf aller qui est irrégulier 2ème groupe : tous les verbes terminés par ir (finir, agir, réfléchir

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

Kit pédagogique : Du corps humain aux cellules

Kit pédagogique : Du corps humain aux cellules Kit pédagogique : Du corps humain aux cellules Vue d'ensemble et objectifs : Tout d'abord, les élèves doivent réfléchir à ce qu'ils connaissent de leur corps. Savent-ils comment leur corps fonctionne?

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Transcription Sciences et technologie 1 re à la 8 e année

Transcription Sciences et technologie 1 re à la 8 e année Transcription Sciences et technologie 1 re à la 8 e année Comment faisons nous pour alimenter la curiosité naturelle des élèves, l'émerveillement pour de nouvelles découvertes ou un grand respect pour

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

3 Chasse aux bulles. A = 2x(x 3) = B = (5x 2) 4x = C = (x 1)(4 x) = D = (x 2)(3x 1) = 4 Distributivité A = 11 4. A = 22x² 55 2 x

3 Chasse aux bulles. A = 2x(x 3) = B = (5x 2) 4x = C = (x 1)(4 x) = D = (x 2)(3x 1) = 4 Distributivité A = 11 4. A = 22x² 55 2 x Développer et réduire 3 Chasse aux bulles 1 Vrai ou faux? x 2 3x 2x 2 4 7x Justifie tes réponses. x 2 est toujours égal à 2x. Faux, par exemple, si x = 3, alors x² = 9, mais 2x = 6 (5x) 2 est toujours

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

Chapitre 1 : proches mais différents

Chapitre 1 : proches mais différents Chapitre 1 : proches mais différents Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre.

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre. Université de Nantes Année 2013-2014 L3 Maths-Eco Feuille 6 : Tests Exercice 1 On cherche à connaître la température d ébullition µ, en degrés Celsius, d un certain liquide. On effectue 16 expériences

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

L arbre. et ses racines : mythes et réalités

L arbre. et ses racines : mythes et réalités L arbre et ses racines : mythes et réalités MYTHE NO 1 : Les racines sont continuellement attirées vers les tuyaux d égout et peuvent les perforer. MYTHE NO 2 : En grossissant chaque année, les racines

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 -

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - LA FERME Qui travaille sur la ferme? le facteur l agriculteur le crémier Nommes les 4 saisons, et dessine un arbre pour chacune d elle. Qu est-ce

Plus en détail

Voix Off: " Le noir le noir est à l'origine " Voix Off: " de toutes les formes "

Voix Off:  Le noir le noir est à l'origine  Voix Off:  de toutes les formes Séquence 1/ Intérieur Nuit : L'écran est tout noir. " Le noir le noir est à l'origine " Les nuages s écartent, laissant apparaître la Pleine Lune. " de toutes les formes " Des silhouettes noires apparaissent

Plus en détail

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule-

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- J vard Chanzy; vers midi, quelques grands personnages pleins de recueillemeiit, le procureur Lanata, le président

Plus en détail

L'important C'est la rose

L'important C'est la rose L'important 'est la rose Gilbert ecaud rr: M. de Leon opista: Felix Vela 200 Xiulit c / m F m m 7 9. /. m...... J 1 F m.... m7 ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - oi qui oi

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

- 1320 - Cordonniers, sigans

- 1320 - Cordonniers, sigans click for previous page - 1320 - Cordonniers, sigans Corps ovale, très comprimé latéralement et couvert de petites écailles. Bouche petite, avec une seule rangée serrée de petites dents incisiformes. Nageoire

Plus en détail

TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ². http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme

TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ². http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ² http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme Logo du Second International Congress of Eugenics 1921. «Comme un arbre, l eugénisme tire ses constituants de nombreuses sources

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

L ANALYSE TECHNIQUE. TradingCity.biz

L ANALYSE TECHNIQUE. TradingCity.biz L ANALYSE TECHNIQUE Initiation TradingCity.biz 1 Analyse Technique " L analyse technique est l étude de l évolution d un marché principalement sur base de graphique, dans le but de prévoir les futures

Plus en détail

grande simple microscope microscope inventé années 1825. biologie = cellule) et (logos de plus en Anglais. Utilise un La microscopie, 1665,

grande simple microscope microscope inventé années 1825. biologie = cellule) et (logos de plus en Anglais. Utilise un La microscopie, 1665, Cours de Biologie Cellulaire Présentés par Mr CHELLI A. FSNV 2012/ /2013 CHAPITRE I : INTRODUCTION A LA BIOLOGIE CELLULAIRE A- Introduction et définitionn de la biologie cellulaire : Il était difficile

Plus en détail

Maman Je t aime - Askip

Maman Je t aime - Askip Maman Je t aime - Askip (Badra, Selma, Médine, Yusra) Elle est ma mère, Elle est ma flamme, Oui mon bonheur, C'est elle qui m'a donné la vie, Elle est au plus profond de moi Oui elle fait partie de moi,

Plus en détail

Chauffage par inertie Caladia

Chauffage par inertie Caladia www.caladia.at Chauffage par inertie Caladia Plus qu'un chauffage. Innovateur Ecologique Economique Plus qu'un chauffage. Le nouveau chauffage par inertie Caladia H12 (1500x500x80 mm, 1500 W) Detail H12

Plus en détail

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL Consulter le site Web inpn.mnhn.fr Présentation de l individu 2 espèces

Plus en détail

L arbre près de chez moi

L arbre près de chez moi L arbre près de chez moi Module 3 Les arbres et le stress Résumé du module 3 Les élèves découvrent l influence de l environnement sur le développement de l arbre et les maladies qui peuvent l affecter.

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S.

La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S. La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S. Activité proposée : La notion de croissance est abordée en classe de 6 ème et elle est traitée en première S. Montrez sur cet exemple qu

Plus en détail

Estimer le poids spécifique du maïs bien mûri après le séchage... 17-4. Classement... 17-15

Estimer le poids spécifique du maïs bien mûri après le séchage... 17-4. Classement... 17-15 17. Maïs Détermination du taux d impuretés... 17-2 Définitions... 17-2 Impuretés non déclarées... 17-2 Procédure normale de nettoyage... 17-2 Composition des impuretés... 17-3 Estimer le poids spécifique

Plus en détail

Prendre les empreintes des chapeaux de champignons ou comment faire une sporée

Prendre les empreintes des chapeaux de champignons ou comment faire une sporée Prendre les empreintes des chapeaux de champignons ou comment faire une sporée Choisir les champignons Figure 1 Dès l'arrivée du printemps et jusqu'à l'automne, les champignons font partie de notre environnement,

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent?

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent? CAHIER D EXPERIENCES 1 ere Experience : Quand deux billes se rencontrent? Matériel : Le pendule de Newton Webcam + ordinateur Eclairage Expérience : 1. lâcher de la bille 1, film de l expérience 2. lâcher

Plus en détail

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

AN N AL E S SOCIETE L1LEEN1 E

AN N AL E S SOCIETE L1LEEN1 E AN N AL E S DE L A SOCIETE L1LEEN1 E ic L'C eee6 /le/ (NOUVELLE SÉRIE ) TOME QUARANTE-IIUITIÈM E LYO N #I. GEORG, LIBRAIRE-ÉDITEU R 36, PASSAGE DE L' IIOTEL-DIE U MÊME MAISON A GENÈVE ET A GAL E J.-B.

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Notr'Canard Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Chers amis de la Confrérie St Hubert du Grand-Val, L'été de cette année aurait été plus propice à observer des limaces et des escargots

Plus en détail

SOLUTION 520 TEXTE. Il y a 3 eux : s'ils étaient alignés il y aurait bien 2 intervalles mais ici il y en a 3 et les 3 eux forment un triangle :

SOLUTION 520 TEXTE. Il y a 3 eux : s'ils étaient alignés il y aurait bien 2 intervalles mais ici il y en a 3 et les 3 eux forment un triangle : SOLUTION 520 TEXTE «Entre eux, il n'y aurait que deux intervalles s'ils étaient alignés.» Eux désignent les PO encadrant les casemates C71 et C75, indiquées sur le visuel de la 650, et le PO qui se situe

Plus en détail