E S SAI. DES THALASSIOPHYTES(l) PAR M. J. V. F. LAMOUROUX, D. E. S. Présenté à l'institut, dans la séance du 5 février 18u.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E S SAI. DES THALASSIOPHYTES(l) PAR M. J. V. F. LAMOUROUX, D. E. S. Présenté à l'institut, dans la séance du 5 février 18u."

Transcription

1 n"b"i STOIRE NATUREL LE.' 21 E S SAI, SUR LES GENRES DE LA FAMILLE DES THALASSIOPHYTES(l) NON..tllTICULÉE S. Présenté à l'institut, dans la séance du 5 février 18u. PAR M. J. V. F. LAMOUROUX, D. E. S. lh-ofesseur d'histoire naturelle à l'académie de Caen, membre de la Société des Sciences et Arts d'agen', etc., etc. LES êtres organisés qui couvrent la surface de la terre 'présentent au naturaliste qui veut les étudier des formes si, variées, qu'il lui' est souvent impossible de trouver des caractères bien tranchés pour. distinguer les espèces entre elles', tant les différences' sont légèr~s.. Si des végétaux ou des ani- (.) Je nomme les planl.es marines thala88iophyus, de deux mots grecs, '."''',.,.,IS, 'IIUInn, et 'UT:', plante J parce qne je ne connois aocoue déuomination qui leur convienne mieux. Ces plantes ont été nommées algues submergées par M. COTretJ de. Serra; algues et hydralgues par Rolh; fucacées par M. Ricbar{l : aucun de œil noms'ne peut leur appartenir: les p.remiers dont trop, généraux et le derdiér' trop escillsif.

2 "2 A 1'f ft A. tes D tj' USÉ 11 If maux terrestres il pass'e à ceux que la mer nourrit dans son. sein, les difficultés augmentent, car ces êtres qui peuplent et vivifient la vaste étendue des eaux, sont en ~énéral moins parfaits. que ceux qui animent la surface de la terre. Leur. org~isation interne, leurs f!loyens de reproductipn sont plus. simples; les caractères qui distinguent les genres et les espèces se fondent tellement les uns dans les antres, qu'il est souvent impossible de fixer leur point de séparation; On pourroit même ajouter que ces molécules douées de la vie, qu'on observ e dans l' e~u de mer ainsi qu.e dabs l'eau douce, par?issent avoir, dans leur manière d'être, quelque chose de moins animé, de plus simple que les monades dont l~s moyens d'existence et de reproduction sont encore un mystère. Si de ce premier degré d'organisation OD s'élève à lul ~é plus parfait, on trouve la même différence : les maqlipj.fères marins, quoique pourvus des Jl!êmes parties que les mam... mifères terrestre~, ont cependant quelques-unes de ces parties beaucoup moins développées, et quelquefois à peine sensibles; il semble que dans le sein des eaux, la Dature ébauche les êtres qu'elle perfectionne, en les exposant à 1"' aotion puissante de l'air, de la lujq.îère et des autres fluides répandus dans notre atmosphère. D'après l'opinion d'un de nos plus célèbres naturalistes (M. Lamarck) (1) sur r échelle de gradation et de dégrada- (2) Philosophie Zoologique, par M. J. B. P. 4. Lanaarcl:, 2 'fol. in-8-, 1809,.Cet outrage m'a élé donné par l'auteur; je regretterai loujours de ne pouyoir profiler de ses conseils et de ses leçooa, et d'6tre 'borné à lire ses Ia.,.Dlouna.. au lieu de l'entendre lai-même démontrer les bues loodameatalesde 1'''-_ des 'tres.

3 rl BIS TOI R ENA T URE L L E. lion des êtres, il sembleroit que les végétaux les plus parfaits devroient avoir une organisation moins compliquée que celle des animaux de la première classe dans cette échelle de gradation, puisque ces derniers sont supérieurs aui. premiers, et que les uns et les autres doivent leur existence à l'animalcule infusoire, premier principe de tout être doué de la vic, soit végétal, soit animal. Si jamais un pareil ordre -de choscs a pu exister, cela il' a dû être qu'à cette première époque où les espèces se bornant à un très-petit nombre, il n'y avoit encore ni genres, ni familles; mais, du moment qu'il y a eu deux êtres distincts, l'un végétal et l'autre animal, chacun d'eux a marché vers la perfection d'une madière" aussi rapide; et lorsque ces êtres, abandonnés par les eaux, se sont trouvés exposés à l'action des fluides atmosphériques, excités par la puisssance de ces agens, ils ont dû prendre des formes plus prononèées, une org~nisation plus solide, des car~ctères plus distincts que ceux qui, habitant constamment le vaste sein des eaux, 'De recevoient l'impression de ces iluides qu'au travers d'un milieu -qui devoit considérabiement en diminner l'effet. Ainsi les Anciens regardoient les cétacées et les phoques comme des poissons, et ces derniers comme des animaux imparfaits. Grâce aux naturalistes ~o- demes, et surtout li ceux.qui ont créé ou perfectionné cette belle partie des, sciences, l'anatomie c,omparée, les rapports ~ et les différences qui &xistent entre les animaux de la terre et ceux de la mer sont bien connus; 'mais on n'a encore rien. fait sur l'anatomie et la physiologie des plantes marines: les auteurs anciens, tels que Clnsius, Bauhin, Barrelier, Morison, Ginnani, Dillen,. etc., ont liguré quelques espèces:: Digitized b~ GoogIe

4 , 24 Â N N ALE S DU 1\1 USÉ t1 li Gmelin, en 1768, rassembla, dans un ouvrage particulier.. tout ce qui avoit été dit avant lui,. et fit.connoître beaucoup. d" espèces nouvelles. Hooson -et Light{OQt, l'un,dans.la ftora angl/ca, l'autre dans laflora scotica, :ont encore augmenté le nombre des.espèces. GQodenough et Woodward, en 1795; - Esper, en 1800; - Hackhouse, en 1 Bo~; - Xavier de W ulfen, en 1803; - Roth, en 1797, 1 Boo, etc. - Pdiret" en IB02;-T.urner, en IB02 et IB06, etc., ont fàit paroître de bons 'ouvrages SlJr la nomenel~ture des plantes marines. Réaumur, en l710, I?If et 1712, a décrit le premier les.fructifications de quelques thalassiophytes; il regarde les.capsules comme des graines, et les tubercules comme des capsllies. Tous les botanistes ont suivi l'opinion de Réaumur. }l. de CandolJe a étudié de nouveau les organes repro-.,ductifs de ces vég~tauj:. Il appelle coques, les capsules de R.éaumur; capsules, lespartjes que ce dernier regardoit CGmme des graines; et gràines, les corpuscules reprodu~tifs renfermés dans les capsules. Hackoouse et D~ Turner parois... sent avoir (ait un grând nombre q' obsen'atjons sur la même - p.artie,. niais ils confondent sou~cnt les tubercules avec l~ fructification en masse, les capsules avec les tub~rcules e~ les graines, etc~ ~fin d' é~laircir cette partie un peu obscure de la nomenclature, j' emploi~ le mot de FRUGTIFIC.\:TION. pour désigner, non-:-seulement un tubercule', une capsule, ou qne graine, mais encore là mass~ ~ntière d~s tubercul~s, comm~ dans le fucus vésiculeux; les masses formées par le rapprocheinent des capsules, comme dans les dictyotées; les cap... suies i~olées, comme dans les alcyonùiiée~, ou les graih~s setiles, comme dans les ulve~. - J' appell~ T(]»EI\CU~ l'enve- Digitized by Çoogle

5 D J 1 S T 0 11\ ENA TV 1\ E L L E. Joppe dans' laquelle sont 'contenues lés capsules. ëes dernières renferment des corpuscules reproductifs que je nomme graùzea, parce' qu'il est aussi facilé 'dè prouver que ce sont de véritables graines, que de démontrer le contraire. D'après' M. Correa de Serra,.. si recorilinandable par Ses -vastes connoissances en histoire naturelle, ce seroient de véritables graine~, dues à une fécondàtiori sexuelle,. analogue à celle de plusieurs phanérogames aquatiqlles. Ce savant portugais a publié un mémoire particulier _ sur la fructification du fucus vésiculeûx dans le~ Trànsactions' de la Société royale' de Londres (1).11 n'est cité par aucun botaniste français. l\'il\'1. :Mirbel (2) et de Candolle (3)' 'se sont les premiers occupés, de l'organisation des thalassiophytes; ils'les regardent comqte n'étant formées que de tissu cellulairf? Rudolphi (4l partage la même opinion. M. de Candolle paraît avoir 'observé ces plantes.avec soin; il attribue la différence qui existe entre les tiges, les nervures et les feuilles, à des modifi.catioos' dans la forme du tissu cellulair~ M. Mirbel se borne à -dire. que les fucus 'sont e-';ltièremént for1pés de tissu cellulaire. Si ces.' naturalistes célèbres, à qui vous devons tant de belles découvertes en physiologie végétale, avoient' observé les' plantes marines dans tous leurs états, et dans di.ftërentes' ~ons, ceu~-quiauroient travaillé après~ux sar lamème pa,rtie., (1) Transa~tion. de la Société royale db Londre., anu. t 796 p. 2., (2)M;rbel, Traitéd!,Anato;"'i8 et ds PhY8iowgl-e fjé8~lale'l tom. l, p.58.-' B:tJ1D8ilÜnl de la ThMJri. 'tk l'orraniaatiola végétale dll UlAm. auleur, p (3) De Candolle, Journal db Phy.ique, tom.' 48, p. 233, Teulose an '7 J ét L. 5.{, p prairial an 10. (4) RUdolphi, cité dans ~'Es.posidon de 1. théorie de l'orsauisation Télélal. de Mirbel, pas' l'

6 AKNALES DU MUSBU. auroient trouvé peu de choses à faire; mais, éloignés de la mer, distraits de l'étude des thalassiopbytes par des objets dihérens et DOB moins intéressans, ils ont laissé leur ouvrage im:omplet.. Dans un Mémoire que j'ai lu à la ~eiété Philomati<p1e, en '1809 (1), j'ai prouvé qlle la tige de la laminaire digitée '(fucus digi'tatlu Ji. Linn. ) étoit formée de quatre parties bien distinctes, analogues à J:épiderme, à l'écorce, au bois, et à la moelle des plantes dicotylédoaées, par leùr situation, leur grande1u' respective, et même leur organisation. Depuis, éclairé par cette déeollyerte, et guidé par elle dans mes recherches, j'ai observé danales thalassiophytes la plupart des caractères qu' oirent les bridantes cor.olles des plantes pha Dérogames, les tiges et les feuilles des arbres et Je tissa her ~lcé. n semble que toutes. ~ parties qui paroissent isolées dans Jes clliférentei familles des thalassiopbytes, se sont réames dus 1ID même iddiv,id. pour créer et.mbeuir ces Fands Wgétaux,. qui couvr6ut et ordent 1IOUt à la fois -quel -tues parties de la 1I1Ifac~ du globe ierrestre... c'est donc d'après les rapports qui existent entre les tiges, les feuibes, les fleurs des plantes terrestres ~t les plantes marines, q:ue j'ai divisé celles-ci ea quatre grandes familles, 1QÎ comprerldedt to~es les espèces classées par Linné dans les gentcs fuljui et ulpo" et qui forment ensemble le groupe des thalassiophytes non articulées dont il est question dans cet ouvrage. A ces quatre familres, i' ell ai. ajouté deu autres. qui semblent réunir ces thalassiophytes aux polypiers par le

7 D'B ISTOIl\E NA TUl\ELLE. 2'" 1 facies, et qui en diffèrent par les autres caractêt'es. Je crois que toutes les plant('s marines pourront se classer dans les divisions que je propose, lorsque les rapports qui les lient eutre elles seront mieux connus. J'engage donc les botanistes qui habitent le t>ord de la mer, à s'occuper des tha-' lassiophytes articulées; c'est une mine neuve et riche à ex-. ptoiter, et ils ne peuvem qu'y faire des. découvertes i8téresant~s. Je m' ~erai heuredx si mes OJIoions,.pe }' on trouvera peut-être 1lD pen basardées, ouvrant d.1ft amis des sciences UDe DOuveHe carrière, leur indiquent la senle"'rqute à saivre pour pan_ à de. ttlsllhatl eetsaias. En iltteildadt on ltbv_ général que r m COJDllJ1e11t:é' sor les thalasslopltytel llon artieuiée9, je soumets au jugement de i~.cla8$c' les l.iowvedes divisiods et les nouveaux genres que j'ai eru devoir établir pcjar aider à' connoître' ces plantes. Dans certaini groupes, j'aurois pu augme~lf2r' le noorbre des genres, dans d'autres j'aurois dû peut-être le diminuer; mais, regàjdaut ma division phabt eomme 1me elassifitatiod systéaatique' que ~omme 1lD8 classification naturelle, j' al ~ devoiî- ide borner à h.cili~r la détermination des espèces, e'c. kart. wllt ce qnf pouvait en rendre l'étudé difticile.. J~ai ajfjuté à chaque geote la ~e des espèce9 qui lui appartiennent, et que je possède dans ma eolleetion, afin de... eobdoîh'cjles.o'e~ que j'ai eus pour faire cet ouvrage., /.. "

8 ~8 ANNALES nu MUSÉUM PREMIER ORDRE. FUCACÉES. Organisation ligneuse; couleur olivatre, noircissant à ~'air... : :. Les plantes de cette famille offrent pre~que toùjours de~ tiges et des feuiltes : on observe dans' les. tiges: quatre parties bien distinctes analogues par leur situation et leur grandeur respectives, à l'épiderme, à l'écorce, au bois. et.à la moelle des plantes dicotylédonées. Dans quelques ~nres, ce& parties, sont difficiles à apercevoir, même a~eè le microscope,' à cause de.1a 'petitesse de la' t!ge on de l' àg~ de l'individu; 'alors la fructification, l'organisation et la couleur' servent à la 'détermination de l'ordre et du genre; les' cara!t~res tirés de ces différentes parties sont ~ codftans, qu~ils pèuvent étr~ regardés comme essentiels. ' :: On déchire le'8 fuèacées longitudinalement a~ec bea1ù:oup de facilité" et la déchirure oft"ré à l'œil nu l'aspect d'un~ organisatio~ fibr~use bien caractérisée; il n~ en est. pas de même si on les. coupe tra~sversa]ement, on ne voit.~or5.qu~ les orifièes de ces prétendues fibres, et les: cetln1.e~ :dri fusu cellulaire. Ces fibres ne sont pas semblables à celles' des plantes phanérogames.; en gé~éràl, ~lles m'ont paru cloisonnées; les cloisons sont très-éloignées les unes des autres et d'un tissu plus lâche que celles des plantes terrestres. A mesure que l'organisation devient plus simple, les cloisons se rappror.hent; ai~si dans les tiges et les nervures des flo-, ridées, elles sont plus près les unes des autres que dans les ", Di9~tized by GoogIe

9 DtSISTOU\E 1iATUI\BLt.L 2? fuéacées; dans les dictyotées elles.sont presque"égales,' et elles le deviennent entièrement dans les ulvacées. ]loit - on considérer ces fibres eomme deé vaisseaux? Il est certain qu'elles n'ont aucùne- ressémbranee avec 6eux des plantes térrestres. Les injéctions, la macération, r observation,mi-, croscopiqne ét 'cette' _expérience citée par tous les auteurs que la partie de-la plante marinè plongée-dans l'-eau reprend ' seule son' 'état -naturel,:'~andis que rantre n'a~re laliçbh, fluîde, portent à erôîre que les.thalassiqphyies n'ont paint : de vaisseaux. Mais d'un aùtre côté, si, l'on; observe la $i':'. tuation de la fructification dans les fucacéés et' les floridées, on1fa'tr&œve presque toe)oltrs'iidr.es1'.iges_'otlles''ttpüauljt, près des nervures ou' à lenrs-ëxtréniltés;' tiai'ls 'les dictyoiiées,. on remarque que l\lns les, maîlles" du' '.au ~t tégn'iièr~s" et ';lsimee rplus; la sitb.a~8il des fructifications -ést régulière, et r que moins elles sont 'Visibles et égal~s, plu8.jesj friacti6tadons 1 soi! '~pilrses, di1$imlulv s-dépeun-dés de n~rvure~e, preg.. ~ que de tige, les fmctifie&bon$' $OIW ebt.ièrement épa!'~: :St i 1'08: compare '~DSuité les rappo~ qui èxùicentjedtté ~ sit11a.. l tion dés trliciificat!ïons:et c~llè d~ c!es-mass8s'de fib~,ou' de; tiésu cellnlaii'e' à -"lltùes:-allqng~8~;-ne sera~t"9n -pas icnté : d-è'lés regm-der cojl1me Ile$ 1iUisSëau'x, on;du r moins' 'Comme' en; feaat les, fone~ds? :Il' ~ si.diiici~ j dé' d~finir -ce qn'ê l'.on,entend par tis&u, cellulaire, qifil: ~r~it plus. aisé' de prou.ver que ces fibpe6 sono des vaisseaux cloisonnés que de d~jitrétt le :ooattalre. D& p~, il est presquél impossible d'-expliquer sans ube:espè"ae;de.aisseaux,quelconques,' les, fructific~tions qui ne se trouvent. qu'aux extrélinitës des ra"'. Di'eaus ou det {.Billes,'e~'iui olll besoid, pour s' y dévelop- Di9iti~ed by GoogIe

10 .. ~... N;!LES.DU- AtU~ÉtJM. ]Jer, dé fluides plus 'élaboré$ que' eellx dea ~.,parties de la plante. Ces fluides floi~e~ av6w un JDOuvem~nt queicoqque, a' autadt tille l'on 1'.emM'q&e ~Vellt da~ les floridées dépourvues de,dervllles, des fruetj.&atiolls ineqmplètes, parce que ces,fluides. 'sout rest~s st;agjl~. Ce mo.\lvement. peut-il se faiœ sans vaï6seauji, 0\1 bien a.. t i1 lieu dans les oombreases lacunes de ces plantes, ou de ~w.1e il cellule et à tl'avtlrso le{trs mea.branes? Tôut cela 'est ]lossible,,~ je. persist~.,à croir.e 'qtle-. lesi fihtes. elowoonées des \hal_opliytei,. si elles De. soat paf;' clet véritàhle.s ~~eq.ux, en funt du 1noÏDS les' fone~. Daus.PfelKJU#,tCilti\ès les fucaeées,.les. OF~S,~ la fraq.. ti&a~;si>1l~. r~.compliq'ués:, l~.graines sq~tl ~(e~i dads t!les'aap8'\les"iqt\ît sol1t éuehuêtnes 8nveloppé.s d'uoe. membtane particulière'f ~ fqrmênl,. par leltt "~., da tuberçwes &itu~ en plus 00 moîd&' gr"qd' QORlbte ~ UJl8.!DaMe polymorphe,. d.aehée a-.u rameau 0'11 pl~ ~')"i1ir ttémité ~~ fetûlles, '" œmpiie d.' UIlê sjjbs_c~ IQuellap... Muse, dont la CJ'lanU" et l'épaissi88emt;1n\ ilppl81lte. iu64fu:'à; la maturité des.gnines,. ct qui disparoî~.avec èl1es.... he.. twcation 68 redou.vellft-t1ell~ plusieuls fims 'sar' l~s~ ~JA8S j fucus? D'après rets observations~ j6 peatg 'IJl. ~~ Slll' 1. rameaux desqoels'.elle. se dév~ç~r'.;yoieœ chaque antp~ ces rameaux S6 ~Otlvt.r de. -.fru~, et que ceux qui 9(reDf;' leurs fructifications aa &OID1Qet d.ea f.-nos, péritaent ~ès la maturité des graines. Cette ~ègle.s8ns doute.if.~- p.as,8~ néraie, mais dlle es' facilè à obser-ver sqr la t.fèe.g,ajk\4f ~ jorité des frw.u. Le. feuiues.des fucacées soot càeaes à dijtiapei', poll",~ ~I 1

11 D'HISTOIRE NÂTUI.ELLE'. que,la plante soit.ertière. Elles ne ~rent presque poiilt de.celles des plantes terl'esq'es dans la première, la troisi,ème, la quatrième et la sïj:ième section dn. premier. genre. EUes sont turbinées et vésiculeuses dam la seconde section; ra:" menses dans la cinquième; nulles dans la neuvième et la 'dixième. La m~mbrane qui se trouve à la base,dufucus' IoreW pourroit presque être regardée comme une feuille unique ombiliquée. La feuille' des laminaires, quelquefois simple, quelquefois divisée, est u~ique dans certaines espêces, tellés que les lamioaires digitées et saccharines (Fue. digz"talta et sacela/uinus., Linn. ), 'tandis qule d'autres en possèd.ent un' très - grand. nombre; les laminaires pyrifères et pomifères ( l'uc. pyrifenu, Linn. Lun. pomife1w n8m.) eb offrebt des ex.emples.. On. trouve ~uvent lès' feuilles supérieures de ces denières soudées easemble par lellrs ber-ds, entièrement ou de distaboe ed distance; 'CeS.aeu~ mè pa".roissent.,.... di&rentes, si j'en juge d'.. près les figures de celles da Fue. ttglm'um, 'que Je _D al JaBlMS vu en nature. Les feuilles prolifères dans les osmundari~, semblables aux rameaux dars les demiaresties, manqtteftt entièrement daas les fureehaires et les (!horda. ~s 'feaiiles des fucacées présentebt doilc 'efttre elles pres.. que auta. de différences que celles des tticotyj.édonées; eues vatiert égalemeut sous le rapport de la romposition., ~ la sitaation, des serfaces, de la f3lme générale et particttfi.ère,.-c.'; beaucoup eant 'o~ de ~rvures mmples ou rameuses qtti manquent eotièremerft' li d'autres.espèces. Presque tontes les tbalassiophytes à organisation ligneuse,

12 1 32." "'.!f N! le E S D t1 Il V.s É t7 :il sont pounues de vésicules aériennes : cedes qui' n'en. ont pas de saillantes, présentent dans la substance de la tige de grandes lacunes, quelquefois visibles à l'œil nu, qui 'semblent. les remplacer; ces lacunes partent de la racine, st élèvent dans les tig~s ~t vont se perdre dan~ les feuilles. Je regarde les vésicules ~omme des organes particuliers destinés à des fonctions qui leur sont propres, et non comme des feuilles avortées, ou des fructificatiods qui ont jeté leul's semences, ainsi que l'ont avancé dès auteurs modernes. Les anciens croyoient que les vésicules. des fucus étoient unique.. ment destinées.à. tenir cel plantes flottantes' dans les eaux de la mer. Je ne discuterai aqpune de ces hypothèses, elles n~. ~Qnt appuyées ni sur des faits, ni sur des observations ~~actes, et elles s' ~cartent de tout ce que l'on observe- da~s les autres familles des plantes. Quant à moi,. je les c~)dsidère comme des organes respiratoires, presque analegues à ceux CfUe l'on observe dans la majeure.partie.des êtres qui p:upl~nt et viv~en&; la surf~ce du globe; et si on ne. les voii point sur les autres thalassiophytes, I:.'est qu'elles sont moins parfaites;.ieur organisation étant moins compliquée, leurs fonctions vitala~ doivent être plus simples.. Mon hypothèse est fond~e sur l'action qu'exercent les thalassiophytes sur l'air atmosphérique; elles agissent de la même manière qjlc les plantes phanérogames. Les fucacées ligneuse~ et d'une couleur olivâtre, absorbent l' oxigène pend.t la nuit et l' e~halent pendaftt le jour, mais en trè&-petite quantité. Les floridées, semblables aux corolles, rendent encore moins d' oxigène que les fucaeées; elles. semblent le 'retenir pour fonïter les brillantes nuances qui les décorent.

13 "." D' BIS TOI 1\ ENA T '0' 1\ EL L E. ' 33 Les ulvacées, au contraire, de même que les tissus herbacés dés planies terresu'es, développent par l'action de la lumière, une énonne' quantité de gaz o~igène et un peu d'acide car-. bonique; l'azote ne s'y trouve que.. dans lés proportions de 20 à 30 sur 100. Cette décomposition de l'air atmosphérique doit s'opérer dans. les plante~ marines au moyen des vésiculés, des lacunes et des grandes cellules qui st ohservent dans les différentes organisations de c~s végétaux, et qui, peut-, être, font tout à la fois les {onctions de réservoir. et d'or... gane, destipé à la dééomposition de l'air atmosphérique.. Un gr~nd nombre de fucac~es, et même quelques dic.. tyotées,,ont Jes ftmii1es couvertes de petites houppes dé.poils blancs, épars: sur les deux surfaces dans' les premiè'res, et sur une seule dans les secondes. Réaumu.r ( 1) est le premier naturaliste qui lese"ait observés; il les regarde comme les 'parties mâles de ces végétaax; LiBlté et beaucoup d'autres botanistes avoient adopté aveuglément cette opinion. Les véritables fonctions de ces poils sont cennues maintenant; analogues à ceux qui couvrent un si grand nombre de vég~ taux terrestres, ils paroissent destinés à secréter QU à "absorber des fluides particuliers, quelquefois js semblé nt n'être qu'une exuhération du tissu céllulaire intérieur. Ces poils:ne sorii point permanéns, ils disparoissent dllds certaines saisons et à différentes époques de la vie de la plante; on ne les voit jamais, ni sur les tiges, ni sur oies nervures des feuilles; et lorsqu'ils se dessèchent ou qu'ils tombent, ils laissent sur' la feuille un petit point concave, d'une couleur foll~é~; et qp.e, 1. ;

14 34 A. lu' A. LES' D V V s É 11 JI les jeunes élèves prennent souvent pour des fructi6catioilq; mais, jé le répète, ce n'est souvent qu'une exubération du tissu cellulaire iutérieur.. La durée de la vie dans les plantes marines varie comme dans les plantes terrestres. De même que les arbres vivent plus long-temps que les herbes, de même les thalassiophytes à organisation ligneuse, voient chaque année se renouveller autour d'elles les nombreuses tribus des thalassiophytes à organisation corolloïde ou herbacée. êe.rtaines fucacées ne.. vivent qu'un ou deux ans; d'autres, si on en juge par leur grandeur ou la grosseur de leur tige, doivent braver la puissance destructive du temps, comme le cii~ne de nos pays, ou le baobab des bords du Sénégal. Mais jusqu'à ce qll' on ait observé davantage ces plantes, on ne peut fixer, même approximativement, l'âge d~s espèces; nbs connoissances se bornent à dire que les.alassiot»bytes sont annuelles, bisannuelles ou vivaces. La couleur ne varie que par la nuance dans cette division, la plus considérable de toutes; c'est toujours un vert plus ou moins olivâtre, jamais herbacé et que l'on n'observe que dans les plantes de.ette famille. Cette couleur, par la dessiccation ou par l'exposition à l'air et à la lumière, devient or- dinairement noire; elle prend quelque~ois une nuance d'un fauve hrufl, semblable à celle des feuilles mortes. Les fucacées ne se colorent point de brillantes livrées comme les -autres tbalassiophytes. Les plantes marines qui servent de combustible sur les côtes de plusieurs départemens; celles qui fournissent la manne saccharine qui remplace le sucre chez les IsJarrdais;

15 ... D'HISTOIRE NATVRELI"B. 35 en6n celles qui donnent les meilleurs engrais, n'existent que dans cette seule famille; les peuples des régions polaires _ se nourrissent des tiges ou des feuilles de plusieurs fucacées. J;er. UEN,B. FUCUS. Froc. Tub~rcUIe~ réunis en grand nombre dans un conceptacle cylindrique, pinne ou comprimé, simple ou divisé. Racine à empat:ement entier et étendu. Fructif. Tuhercula numerosa, co7iferta in, C01Iceptaculo cylintjraceo, p~, inte~ùm compresso, sœpiù8 ramoso. Radix callus e-xplanatua. OBUBV. le ne ferai aacane ohsenation SUI' le genre flmw, tout ce #fu j'ai dit en traitant des fucacées pouvant lui être appliqué. J'ai divisé ce genre eft plusieurs aections pour aider à la déter.. iaation aes espèces, quoique je sois bien containca que la plupat"t de-~ aee&iodii pourroient rormer des genres plus naturels et mieux caractérisés que la majeure partie.de t'!eus que les naci1n1i.tea modernes ont composés en divisant les genres aacieas ~ü_. I~. SECTION. F. Vésicules aérif'ères, Stipitées; feuilles distinctes, aeai.lea ou pétiolé~.... F. Yesiculis aeriferi,,tipit'atis j foliis distinctis, sessilihus aut petio/atis. Fuo,!" natans. Turn. Bist. (1) :... Oce. all. Gall. (l)daweon-tuj'iier, Bü"';' Fueo,.""., i807 ~ ia"'-.; lllperhe ouvrage qui parolt par fllciculel. M. le baron Beajamin Delessert, qui poaède UIl8 8ranc1 pal'tie de ce qui a p8j'!1,. ea la compla_1ice de me 1. com... iqaer. Le... e auteur a publié, en 1802, ad Synopsis des Cucu des îles britaluliq..., 5"

16 , 36 ANNALES DU MUSÉUM Fucru.alicifoliUll. Poire Ene_ mélh. (1).. Mediter. Ga11. _ lavandulœfoliu. Dt:1il. inetl (2) E~1pL _ tùnt;t"ulalu,. Forsk.. FI. Eg.-arab. (3) ~pt. _ tkntifoliu Turu. Hist....Egypt. -latifoliru. l'oir. Ene. mélh.... Ind. oriedt. _ aquifolill8. Turn. Bist... Incl. orient. _ ilicifoliull. Turn. Hisl... - Ind. orient. _ haccifi!r. TurD. Hist ()ee. allaoo - palk.celul. Merl. ined. (4-) lapon. -.e"atifolia. Mert. ined... Japou. - crupu Forsk.. FI..Eg.-arab....Eu pl. -lmrdïkeru Turn. Hisl... ()ce. atiad. _ pyriformillo Poire EDe. mélh... Ind. orient. --polretii. Dobi.. F. aci"ariull, Poir.. Medi1. G.u. --foli08i'liimuil. Sp. DOY. tab. 1. 6g. 1 e12... Anlilt.. - follifuliuii. Merl. ided... M.r. Rubr. _ liiliqlltllltrum. Turn. Hist... JapoD. _ mit'roctjr4liuli. Merl. ined... JapoD. _ decipielul. TurD. Hist Noy. HoU. _ lill.ïfoliu.: TUflh Hist... - Medit. Gall. _ glaj;ai~. La BilIaRl. (5)... NOT. BollaDd. ; 'Joi renferme la descriptiod et l'histoire de 78 espèces que j'.i tro,,,ées sar 1~1l e6les de France. (1) Poiret, E1IC'yclopddie rmlaodiljuil. Botanique, tome 8, articl. Ill". et f1arec. (2) D.liUs. Mon ami M. Delille, chargé pat S. M. 1. et R. Je 1. partie botanique du grand ouvrage sur l'expédition des Français en Egyple, a eu la bo~lé de me,1oqper toules I~s plan~es marines qu'il,recueilli.. ur le bord de la Mer:'Rouge ét dans le port d'alexandrie; j'a aoplé- sa noidenclature.- (3) Forsk.ael, Flora 4gyptio-.4rabica, 1 yol. in Ar.) Mertew. M. Merten., profes~!.!' de philosophie à Brême, tre.-ftr~ dans la eonnoills8nce des lbalâssioplylés et li qui je dois un grand nodlbrede belles espèces des côles de la Chine, du Japon, ete. J'ai adopté sa Domenclature. (6) fa Billardiè,e, plantes de la NouYt:lle ljouôtade, pubai.-p M. de La Bit Jardière, uœmbre de l'in8titut. Ce bolaj1iste si avantageuse meut ooo.n. par HI. ouvrages, a-enrichi ide aoueclioo de toutes les t.halauiopbytel qu'il Il.. apport.ées de lei

17 J)' Hl ST Oll\E N ÂTUR EL I.E. PIICl,. c'paallj,."itljo,. La Billard.... No.,. Holl..--..fltzccidll8. 1(1.. _ '... Id. ----ntrofosuii. Id.... '.'. '.'.. '.'... " Id. - debw8. Mett. id~,... '.'. ' ~ ~.' Japon. -comosw. Poir, EDc. ldél~... '.. Oce. alla~t. -ta"lf,ulorjii.. Mert. ioed... Japon. so Sp. inediœ. ~:. s E C T ION. F. Vésicules stipitées; ayant au 'sollljnet'une membrane foliacée. F. Pe,ic~lÙ,~tipù.a:'ti,~' ~'e!f.lbr.qna,: iermih.~li f~li_aèç,a donatis.., " ". PUCU8 tur~in4tt.u. Tùr'o. Ditr.. ~ ; ; ; orient. 6 S~i:; Inedi1ar(r):.... " ';.. ;' ":.). ~e. SECTION (J ' r J '. F. Vésicules anguleuses, aya,nt sui, re~ àngles une membrane foliacée., F. P~,iculis aniwlosls; membrana foliaceà in anguîis. F,!c:U triqruttlr. Tùr~. Hist... ':. : ' ;: Mar. 'Rubr. J l'.' ~,..) \." 4.' SEÇT.ioN..,~ '\ ' ~ -... \.. J.' F. V és.ic~ 8fipité~,. ~.l~~g~~~. en, f<>n:d,e d,~ sili<pj~.. F.,11 esiculis stipilatib J 'sililfuif9rmibus. Fucu,.iiiquo8ZÜ: Türo~ Hist... ~... Oée. E'urcfpll':'CaU. -,i8ymhrioicle,. Turn. Rist.-. -; ;...-. '. Japon; :.. flotf'ull'i. TOro'. Bist ~...;.-.,.; ')'.. ','... Jaeo~.,.,. r r' ' 5-..,".J!. ", l SECT ~ON., F. Vésicules innées 'dans les ram8aux; feuilles distincres.. F:. P csiculi8' ramis inrzà#s ; toliis ~jsù~ctis: '.'. '. '.,,FÎteU8 dijsœr! Li;D. &ytt... ~... ;:..,... : Medit. G~I... ~ (1) J.a autèu;a me paroi_nt no1r.coilfoddo plaj~ur. esp_ disùtlcltes. SOu. le 801R.le fucu, lurbillatub, Linn..

18 \ '38 Fueu. bar6atub. Tum; Syu... Oce. Earop. liedit. Gall. - fimbriallr. Desf. FI. atl. (t}..'...'...'.'.... Medit. GalL - racmtomb'. Ponk; Pl. '~G.~arab...'.''.. -trenodïii~. ;.ld.;.;~;'.'. ;..'.\""""""""'" 1 - antennulattu. Thol.,ived... ~. ~ ~ -- CrcJ88;pe. Tum. Hist;... JapoD~ _...:. fibro.uij. TUI'o. Synop... ~ Oce. Ellrop. Gall. - abrotanifoliu Turn. Synop... Id... Gall. --mucronalus... Id...:. ~..., Id.... Gall. -IIIJ~IIOÙÙ Lina. Sya~.. ','... Medit. Gall. -1tI~ri8cif.ol;UIJ. 'furn. S)'nop.. ~... ;. Oce. Europ:Gall...:...- IInJoides. 'liest. 'FI. 'atladt. ~.. ~... Merlit. Afric. - crinil~. Id Id. '... t:4uclaiuil. La Bin... Nov o, tbunbergii. Turn. Bist...'., ~. ~.. Japon. 20 S~. ineditz (2)...,,! ' 6'. SBC'l:ION. ~."..:...,.. Fru~tifica~o~ a~ sommet.d~, feuilles plades, rameuses, ordinairement vésiculeuses, presque toujours munies d'une nervur~ médiane., ! Fructif. Il.d apicem foliorum;,ioliis planis, ramosis, fie.- quenter uriinervihus, non ra'rll 'JJe'siculosi$, FUt:U8 " i~uio~';'. r~rd: Hist :. " ~ E1I!'Op. Medit. Gall ctlrtj1joic18.. Id.. "... t _...,,... "...,... Id. 1, - ( 1) DeY. Plo,... tjllàn,. FlorG, tjllanlhx.., tjucion R.ttuo D.j'onI4ÏIMJ6, etc. 'Paris, :1 vol. in_4. ad 6. J'ai reçu de ce naturaliste célèbre, non-seulement des doubles de todtes le. plante!llnarides qu'il Il trouvée. sar les ~tes de Barbarie, mais encore des esemplaires' de plolieur. de ies ollvrap j Il"'il me permette de lui en témoigner ici toute ma rf'connoissadce., (D) Les vésicules m.nq~ent à 'relques espèces de cette section, mais ce cara~ \ère est remj1lacé par ceux que préaeoteot.... fj'gedfiœlion, l'aepecl 8Wra1 a. la plante, ete. (3) D. CtMd. FL f1d1l9. Flore &angaiee, 3-. édilion, par IIM. X.... k et d. Candolle. Paris, Digitized ~Y GoogIe

19 D' BIS T.O 1 1\ ENA T Vil EL L E. 39 " PUCUII di.licillu. Turn. Bisl... : Cee. Europ. Gall. - ae77yjlu8 Id "., 1,1. --COItI08W. I.,a Billard. NoY. BoIL 3 Spec. inedila! (1).,.. SECTION. F. V ~sicules innées dans les rameaux; fructifications pédonculées. F. Ye~iculis ramis innatis; jructifièajonibus pedunculatis. " PUCUII nodtllluii. TUrD. Syn.. Mar. E.urop. ~al1. 8 e SE CTION. Point de feuilles; vésicules en chapelet et couvertes de fructifications. Âphylli; "esiculis concatenatis et fructiferis. FucUil momliformilj (2). La Bill. - 9-' SEC T ION. ' Fuc. banl:sii. Tura. Bi.t... Japon et N. Holl Point de vésicules; une seule feuille ombiliquée et ronde à la base des rameaux. F. Yesiculis nullis. Folio unico, rotundato ad ramorum basim. Fue.. Ior.us. TUrD. S,n.... Oce. Europ. Gall. (1) Je po_de danl mon berbier,.non-l8ulement lea neuf variétés du fucuii wsiculosus que D. Turner mentionne dans ses ouvrages, mais encore plusieurs autres qui paroissent particulières aux eête&-de FraDee. Toutes ces plantes si dif. férentes su premier coup d'œil les illies des autres, ne sont cependant que d.. nriétésde la même espèce. J'ai fait beaucoup d'obserntiolllf sur leurs tubercules, esl'é. aot y découvrir des earactères pour établir dea eapèces, mais ils Tarient dans leur forme autant que 1. plante el1e-m'me.. (2) Ceue espèce se troll1'8 à.1. NouveUe-Bollaacle e& dans les Rlet'8 du.j~pod, suivant M. D. Turner. Le peu d'individus que j'ai été à portée d'obserter me fait croire que cet.'lleur riunit plusieurs espèces IOUS ce nom. l'.i préféré la 8,!menclalun de M. de La Billardière, papce 'lue IOn OUTrage est plu. ancien que celui du botani.te auglais...

20 -, ÂNNALES DU MUSEUM 10. SECTION. Point de vésicules ni de feuilles; rameaux eanaliculés; fructif. au sommet des rameaux. Aphylli absque "esïeu/is : Fruct!ficatïo ad apicem ramorum eanaliculatorum, FucUIJ ca1jqlicu/atua.~urn. Hisl <>ce. Europ. GaU. --ma1r.ai.i. Turn. Hist...'. ;.... Oris Scotj~' 1: 1, -S E è'1- ion. Point de feuilles, point de vésicules;' r~eaux cylindriques. F. Aphylli ~ "èsu;ulis des tilll ti ; ramis tcrctïbus ad apicem fructifèris. Fut:U8, 1uJJ1Jn:ul4tfl8. Turn. S,n...'.. ~ Oee. Europ. GaU. 1 Spec. idedit~. 'Racine fibreuse ~t 3,,!le. GENRE. L.AMIN4R14. rameuse, Ratl,ix jihrosa. èi ramosa. OBSUV. Gœrlner(l) a nommé ce genrecljramium; Stackhouse(2) a consenti ce. nom que j'a~ cru devoir chanser, rîl~ qu'il est adopté J'our pn autre ~edre de thalassiopb 1 tes. On trouvera sans doute le ~aractè~ générique très-court, et fondé sur lldt: ~artie dont les plantes marines sont privées suivant quelques botanistes j mais, comme il est constant qu'il n'appartient qu'à ce seul genre, et qu'on ne l'observe sur aucune autre fucacée, je l'ai adopté de préférence à celui de la fructi6catio~ encore peu connue. Stackhouse la délinit ainsi :fructificatio muco8a, pellucida, J,BiM granuli8 8IJmin{forü : papillù ;'If);aihüibus per tolamfrondem. Il réunit les (1) GœrlMr.(2) Stackhouse, Ner. BI it. N~reù BritannicQ, altctore J.8taç/:IzoU8B Linfl. $od Superbe OUTrage id-folio.'

TRAITÉ DE LA JEUNESSE'ET DE LA VIEILLESSE DE LA VIE ET DE LA MORT, ARISTOTE

TRAITÉ DE LA JEUNESSE'ET DE LA VIEILLESSE DE LA VIE ET DE LA MORT, ARISTOTE TRAITÉ DE LA JEUNESSE ET DE LA VIEILLESSE DE LA VIE ET DE LA MORT ARISTOTE Traduction de Jules Barthélemy-Saint-Hilaire Paris : Ladrange, 1866 Nouvelle édition numérique http://docteurangelique.free.fr

Plus en détail

Séquence 4. L installation des plantes à fleurs dans un milieu (fin) 2- En germant, les graines donnent de nouvelles plantes

Séquence 4. L installation des plantes à fleurs dans un milieu (fin) 2- En germant, les graines donnent de nouvelles plantes Sommaire Séance 1 Séance 2 L installation des plantes à fleurs dans un milieu (fin) 2- En germant, les graines donnent de nouvelles plantes L installation des plantes sans fleurs dans un milieu 1- Les

Plus en détail

Conifères. 10-15 cm. 6-13 cm. Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 8-20 cm. 4-6 cm. 3-7 cm

Conifères. 10-15 cm. 6-13 cm. Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 8-20 cm. 4-6 cm. 3-7 cm Nom : Conifères 6-13 cm 8-20 cm Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 10-15 cm Pin Rouge J ai des aiguilles rigides en faisceaux de 2. 4-6 cm 3-7 cm 4-6 cm Pin Sylvestre Je possède

Plus en détail

Les végétaux ont des besoins

Les végétaux ont des besoins 7 Les végétaux Les végétaux ont des besoins LES DIFFÉRENTES PARTIES D UNE PLANTE À FLEURS. la fleur le fruit la feuille la tige Voici un exemple de plante à fleurs avec le nom des différentes parties.

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu (TP multiposte : groupes de 4 élèves qui se répartissent sur les 4 postes une fois chaque poste travaillé, un bilan sera établi

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module : Bases de Biologie Végétale

Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module : Bases de Biologie Végétale Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module : Bases de Biologie Végétale Tissus et Architecture de la Plante Grandes fonctions de la Plante Les tissus

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

BIOLOGIE DE LA RACINE

BIOLOGIE DE LA RACINE BIOLOGIE DE LA RACINE [C est à Linné que nous devons la classification moderne des espèces vivantes. En 1753 paraît son ouvrage : «Species Plantarum» dans lequel il décrit environ 8 000 espèces de plantes].

Plus en détail

Les champignons. Qu'ils sont beaux ces champignons! Ils ressemblent à ceux que nous pouvons trouver dans les bois et les sous-bois de Dolembreux.

Les champignons. Qu'ils sont beaux ces champignons! Ils ressemblent à ceux que nous pouvons trouver dans les bois et les sous-bois de Dolembreux. Les champignons Qu'ils sont beaux ces champignons! Ils ressemblent à ceux que nous pouvons trouver dans les bois et les sous-bois de Dolembreux. Une petite histoire : Les champignons ont des formes et

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Présentation de texte adaptée

Présentation de texte adaptée Présentation de texte adaptée pour éviter les «inventions» dues à une lecture globale mal utilisée Titre : Approche adaptée d un texte pour un enfant qui ne fait appel qu à la méthode globale pour lire

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Le s t hri p s du banani e r aux A nt i lle s

Le s t hri p s du banani e r aux A nt i lle s Les thrips sont des insectes de petite taille (1 à 2 mm), allongés et qui possèdent des ailes étroites bordées de longs cils caractéristiques. Les dégâts majeurs résultent de l alimentation des adultes

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 3. Couleur des objets. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 3. Couleur des objets. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. diffuse b. magenta c. noir d. rouge ; verte ; bleue e. additive f. soustractive g. absorbée h. soustractive 2. QCM a. Les rouges

Plus en détail

2ième et 3ième année. Ann RainBoth

2ième et 3ième année. Ann RainBoth 2ième et 3ième année Ann RainBoth This material is covered by copyright and may not be used for commercial purposes. The author of this material has provided it for use by students and teachers in instructional

Plus en détail

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive.

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive. (Solanum tuberosum) Dénomination proposée: AAC Alta Cloud Numéro de la demande: 12-7520 Date de la demande: 2012/02/22 Requérant: Colorado State University Research Foundation, Fort Collins, Colorado (États-Unis)

Plus en détail

Anatomie et fonctions des plantes III La racine (section 13.3) SBI3U

Anatomie et fonctions des plantes III La racine (section 13.3) SBI3U Anatomie et fonctions des plantes III La racine (section 13.3) SBI3U Les rôles de la racine Pour la plante: la racine sert à encrer la plante dans le sol et maintenir la tige en place. Pour les humains:

Plus en détail

Nom, prénom Cahier de S.V.T. p. 18 8- Observer la colonisation du milieu par les végétaux Vocabulaire : colonisation, hypothèse

Nom, prénom Cahier de S.V.T. p. 18 8- Observer la colonisation du milieu par les végétaux Vocabulaire : colonisation, hypothèse Nom, prénom Cahier de S.V.T. p. 18 8- Observer la colonisation du milieu par les végétaux Vocabulaire : colonisation, hypothèse Sur l'île de Au sud de l', en novembre 1963, une île volcanique apparaît

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Electricité et cahier d expériences Mr Saqué et Mme Arnaudies, dép. 66. Séance 1 : observation d une ampoule

Electricité et cahier d expériences Mr Saqué et Mme Arnaudies, dép. 66. Séance 1 : observation d une ampoule Séance 1 : observation d une ampoule Exemple 3 : Mots à retenir : verre - filament - culot - plot Matériel : une ampoule pour chaque enfant Consigne : «dessine dans ton cahier d expériences une ampoule

Plus en détail

Première partie : les distances dans le système solaire

Première partie : les distances dans le système solaire Mesurer des distances dans le système solaire Pierre Causeret(*) Après avoir rappelé les principales méthodes pour mesurer des distances dans le système solaire (dont plusieurs sont réalisables avec des

Plus en détail

m T PROVENANT DE WEMMEL VINCENT. FAUNE LAEKENIENNE. par G. Calyptr^a sulcata, g. Vincent. iwiiiiriiui\ Zone inférieure.

m T PROVENANT DE WEMMEL VINCENT. FAUNE LAEKENIENNE. par G. Calyptr^a sulcata, g. Vincent. iwiiiiriiui\ Zone inférieure. FAUNE LAEKENIENNE. iwiiiiriiui\ m T PROVENANT DE WEMMEL (CALYPTRJIA SULGATA, VOLUTA RUGOSA, LITTORINA LAMELLOSA) par G. VINCENT. (Planche II.) SÉANCES DU H JANVIER, 7 iuln ET 1 NOVEMBRE 1874. Calyptr^a

Plus en détail

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE Une plante est constituée de racines ancrées dans le sol et de tiges feuillées se développant en milieu aérien. la plante est donc en contact avec 2 milieux

Plus en détail

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France)

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) Pierre Thomas, ENS Lyon Observatoire de Lyon 384 000 km Voici les orbites de la Terre et de la

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

PARTIE. Organisation générale du corps humain

PARTIE. Organisation générale du corps humain PARTIE 1 Organisation générale du corps humain CHAPITRE 1 Les bases d'étude du corps humain L'ESSENTIEL Les définitions fondamentales en biologie, une science qui étudie l'organisme vivant dans un ordre

Plus en détail

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un Fiche de révision fin d'année 4 eme primaire Complète les phrases suivantes: 1- L'absorption des aliments digère à lieu à travers. 2- Les amidons sont digères par 3- La.. est la transformation des aliments.

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration 1. Objectifs : Objectifs de savoir: Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration Identifier les facteurs qui influencent la transpiration Etablir la relation entre l'absorption

Plus en détail

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 ACCUEIL Hygrométrie Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

La forêt houillère à Ronchamp.

La forêt houillère à Ronchamp. Il était une fois un paysage ancien : La forêt houillère à Ronchamp. Bonjour! Service éducatif du Muséum Cuvier de Montbéliard Yves Clerget Photographies de l auteur. Echantillons : collection personnelle,

Plus en détail

Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire

Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre

Plus en détail

PHYSIQUE. L'agitation moléculaire et le mouvement brownien. Note de M. JEAN Per(îi\, présentée par M. J. Violle.

PHYSIQUE. L'agitation moléculaire et le mouvement brownien. Note de M. JEAN Per(îi\, présentée par M. J. Violle. SÉANCE DU i r MAI 1908. La figure 2 montre la distribution de ces lieux, que nous appelons courbes isophotes, pour des variations successives de 5 pour [oo de l'éclairage au centre. La connaissance de

Plus en détail

Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand?

Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand? Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand? Présenté par: Yannick Loranger le 19 mars 2011 Définitions (http://www.siaq.org/_textes/elaguer_sans_charcuter.pdf) Taille : intervention pratiquée sur les

Plus en détail

À la rescousse d un architecte

À la rescousse d un architecte À la rescousse d un architecte Niveaux : 4 e et 6 e année Matières scolaires : sciences de la nature, français Objectifs de l ERE : les connaissances, la prise de conscience, les compétences. Objectifs

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

végétal et son milieu.

végétal et son milieu. B3 Les échanges hydrominéraux entre l organisme végétal et son milieu. Zone subéreuse Zone pilifère Zone méristématique Coiffe B3.1b - Rappel de l organisation de l appareil racinaire d un jeune plant

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

MINI ARTICLE. Qualité des backups : ok ou pas? Expérimenter grâce aux articles imprimés!

MINI ARTICLE. Qualité des backups : ok ou pas? Expérimenter grâce aux articles imprimés! MINI ARTICLE Qualité des backups : ok ou pas? Expérimenter grâce aux articles imprimés! Date Version Révision : 8.3.2005 Mais, ni l auteur de ce guide, ni les webmaters ou les administrateurs de Metagames,

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

CHAMPIGNON DU BLEUISSEMENT

CHAMPIGNON DU BLEUISSEMENT TRAMETES VERSICOLOR *F01 *F02 Champignons lignivores de la pourriture blanche Mycélium: le plus souvent caché dans la masse du bois. Carpophores: fruits annuels très apparents, d'une belle couleur brune,

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

Droles de champignons!

Droles de champignons! Les Rendez-vous de l Automne Du 19 au 27 octobre 2013 Droles de champignons! Ce livret appartient à :... Un champignon, c est quoi? Le champignon est un être vivant :, il n appartient ni aux végétaux,

Plus en détail

FORCES MACROSCOPIQUES. ETUDE DES EQUILIBRES

FORCES MACROSCOPIQUES. ETUDE DES EQUILIBRES FORCES MACROSCOPIQUES. ETUDE DES EQUILIBRES I. Notion de force. Une force est une action exercée par un système sur un autre système. Une telle action se manifestera de diverses manières. Le système sur

Plus en détail

La lentille à foyer variable du Dr Cusco

La lentille à foyer variable du Dr Cusco La lentille à foyer variable du Dr Cusco C.-M. Gariel To cite this version: C.-M. Gariel. La lentille à foyer variable du Dr Cusco. J. Phys. Theor. Appl., 1881, 10 (1), pp.76-79. .

Plus en détail

i Section renseignement . Cette personne désire nous signaler un phénomène inconnu 1, C.U. - PV 00203/97 11 1 L ' enquêteur

i Section renseignement . Cette personne désire nous signaler un phénomène inconnu 1, C.U. - PV 00203/97 11 1 L ' enquêteur -- - [Compagnie : PROCES - VERBAL 1, C.U. - PV 00203/97 11 Y ANALYSE ET ReFERENCES : I OBJET : OBSERVATION D'UN PHENOMENE AEROSPATIAL NON IDENTIFIE (O.V.N.1) TENOINS : N veuve L. M, a B M Nous soussigné

Plus en détail

Cheminement onirique

Cheminement onirique Cheminement onirique Notre projet était d'illustrer le cheminement du rêve ; la lettre à la manière de Diderot est adressée à Sophie Volland dans le but de lui raconter son songe artistique. Les photographies

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

Article. «Tu ferais un bon avocat» Paul-Patrick Paradis. Biscuit chinois : littérature pop, n 7, 2008, p. 70-73.

Article. «Tu ferais un bon avocat» Paul-Patrick Paradis. Biscuit chinois : littérature pop, n 7, 2008, p. 70-73. Article «Tu ferais un bon avocat» Paul-Patrick Paradis Biscuit chinois : littérature pop, n 7, 2008, p. 70-73. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/2464ac

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

Jouve, 18, rue Saint-Denis, 75001 PARIS

Jouve, 18, rue Saint-Denis, 75001 PARIS Patentamt JEuropâisches European Patent Office Office européen des brevets (fi) Numéro de publication : 0 632 1 77 A1.12! DEMANDE DE BREVET EUROPEEN @ Numéro de dépôt : 94401494.3 @ Int. Cl.6 : E05B 63/00

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Trace sur ton cahier de sciences un tableau pour écrire le nom des objets en face du container correspondant (vert, bleu ou gris).

Trace sur ton cahier de sciences un tableau pour écrire le nom des objets en face du container correspondant (vert, bleu ou gris). Les matériaux Je trie les déchets JE DÉCOUVRE QU EST-CE QU UN DÉCHET? Un déchet est tout ce dont on ne se sert plus et dont on se débarrasse. Les déchets peuvent être solides ou liquides, même gazeux.

Plus en détail

- Les 2 parties sont délimitées par une zone rétrécie formant autour de la dent une ligne sinueuse, le collet.

- Les 2 parties sont délimitées par une zone rétrécie formant autour de la dent une ligne sinueuse, le collet. ANATOMIE DENTAIRE LES DENTS PERMANENTES Caractères généraux Chaque dent est constituée de 2 parties principales. - Une partie visible, au niveau de la cavité buccale, plus ou moins massive, la couronne

Plus en détail

SVT- S2- TP1 Embryophytes Pr. Hikmat Tahiri 1- ETUDE DES TISSUS PRIMAIRES 2- ANATOMIE DE LA TIGE PRIMAIRE EXEMPLE: BRYONIA DIOICA

SVT- S2- TP1 Embryophytes Pr. Hikmat Tahiri 1- ETUDE DES TISSUS PRIMAIRES 2- ANATOMIE DE LA TIGE PRIMAIRE EXEMPLE: BRYONIA DIOICA Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat 2013-2014 SVT- S2- TP1 Embryophytes Pr. Hikmat Tahiri 1- ETUDE DES TISSUS PRIMAIRES 2- ANATOMIE DE LA TIGE PRIMAIRE EXEMPLE: BRYONIA DIOICA CT

Plus en détail

La gravité entre la Terre et la Lune. Qu est-ce que la gravitation?

La gravité entre la Terre et la Lune. Qu est-ce que la gravitation? Il était une fois, un homme du nom d Isaac Newton se promenant dans un verger. Alors qu il se reposait à l ombre sous un pommier, il reçut une pomme sur la tête. Une question lui vint donc à l esprit!

Plus en détail

LABORATOIRE OMBRE ET PÉNOMBRE

LABORATOIRE OMBRE ET PÉNOMBRE LABORATOIRE OMBRE ET PÉNOMBRE Activité expérimentale Document d'accompagnement Janvier 2008 OBJECTIFS COUVERTS PAR LE LABORATOIRE Observer les phénomènes d ombre et de pénombre en relation avec l étendue

Plus en détail

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim)

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050914 Adresse : Aristide Briand (rue) 7 Titre de l œuvre : Brasserie Cartographie : Lambert2 ; 0970380 ; 2318500 Cadastre: 1980 7 120

Plus en détail

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP -----------------------------------

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- Module n 3 : «Règles d exécution en AE et CP» Programme des Nations Unies pour le développement Plan de la présentation La comptabilité

Plus en détail

LES HERBIERS EN MS / GS

LES HERBIERS EN MS / GS LES HERBIERS EN MS / GS ~ 1ere seance: recherche d'especes vegetales dans 10 cour (chasse au tresor!) cf. preparation detoillee ~ 2 eme seance ~ 3 eme seance presentation d'un presse-fleurs du commerce,

Plus en détail

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Rappels : Un être vivant est un organisme qui : - Prélève de la matière (eau, air, nourriture), - Se reproduit, - Possède une durée de vie

Plus en détail

Botanique. Photo: Balade. Spermaphyte. Plante rencontrée à : Col d Arsine (Ecrins) Cette fleur est. La joubarbe toile - d'araignée.

Botanique. Photo: Balade. Spermaphyte. Plante rencontrée à : Col d Arsine (Ecrins) Cette fleur est. La joubarbe toile - d'araignée. Photo: Balade Autres Botanique Plante rencontrée à : Col d Arsine (Ecrins) Cette fleur est La joubarbe toile - d'araignée Spermaphyte Angiosperme Dicotylédone Dialypétale Juillet 2012 Famille : Cassulacées

Plus en détail

BUT Augmenter le niveau de connaissances des élèves par rapport aux sols, aux plantes et aux animaux qui caractérisent les prairies.

BUT Augmenter le niveau de connaissances des élèves par rapport aux sols, aux plantes et aux animaux qui caractérisent les prairies. LA VIE DANS LES PLAINES * S.v.p. partagez ce kit avec les autres enseignants qui vous accompagneront sur votre visite à FWA. BUT Augmenter le niveau de connaissances des élèves par rapport aux sols, aux

Plus en détail

Notes des cours 2 et 3

Notes des cours 2 et 3 Notes des cours 2 et 3 Bilan de la formation Ce que j'ai principalement retenu des cours 2 et 3 c'est : L'importance des travaux de taille sur les plants, Le bon moment pour faire les travaux sur les plants,

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

NORME CEE-ONU H-3 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des

NORME CEE-ONU H-3 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des NORME CEE-ONU H-3 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des ROSES UNIFLORES COUPEES FRAICHES livrés au trafic international entre les pays membres de la CEE-ONU et à

Plus en détail

AUTOMOBILE. ! Le jeu se joue de 3 à 5 joueurs et devrait durer entre 2 à 3 heures. ! Les cubes R&D sont les cubes Reasearch & Development

AUTOMOBILE. ! Le jeu se joue de 3 à 5 joueurs et devrait durer entre 2 à 3 heures. ! Les cubes R&D sont les cubes Reasearch & Development AUTOMOBILE! Comme dans le monde de l"industrie automobile, votre but est d"avoir le plus d"argent en produisant et en vendant des voitures. Vous commencez avec 2000 $ et vous aurez la possibilité de contracter

Plus en détail

Oliviers qui ressemblent à des oliviers

Oliviers qui ressemblent à des oliviers Oliviers qui ressemblent à des oliviers Par : J.M. MIQUEL Dessins : Thierry FONT Presque la totalité des oliviers cultivés en bonsaï sont formés de manière à ce qu ils ressemblent à des bonsaï et non à

Plus en détail

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable La magie des mots Bienvenue Un poème Merci à tous Les mots Etre une chanson Juste un petit mot L aigle et le vermisseau La prière de la dent L oiseau Une note de musique L amour Ma naissance Fleur d amour

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température.

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température. COURS DE THERMODYNAMIQUE de Mme F. Lemmini, Professeur STU-SVI CHAPITRE I : TEMPERATURE ET CHALEUR I.1 Température I.1.1 Notion de température La température est liée à la sensation physiologique du chaud

Plus en détail

Les dossiers pédagogiques du planétarium. Les éclipses

Les dossiers pédagogiques du planétarium. Les éclipses Les dossiers pédagogiques du planétarium Les éclipses Ce dossier pédagogique vous aidera : - A préparer votre venue au planétarium - A prolonger votre visite par d'autres activités - A mieux connaître

Plus en détail

*EP001172775A1* EP 1 172 775 A1 (19) (11) EP 1 172 775 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 16.01.2002 Bulletin 2002/03

*EP001172775A1* EP 1 172 775 A1 (19) (11) EP 1 172 775 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 16.01.2002 Bulletin 2002/03 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP001172775A1* (11) EP 1 172 775 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 16.01.2002 Bulletin 2002/03

Plus en détail

REVUE GÉNÉRALE BOTANIQUE DIRIGEEPAR. M. Gaston BONNIER MEMBRE DEL'INSTITUT, PROFESSEURDE BOTANIQUEA LA SORBONNE TOME TREIZIEME

REVUE GÉNÉRALE BOTANIQUE DIRIGEEPAR. M. Gaston BONNIER MEMBRE DEL'INSTITUT, PROFESSEURDE BOTANIQUEA LA SORBONNE TOME TREIZIEME REVUE GÉNÉRALE DE BOTANIQUE DIRIGEEPAR M. Gaston BONNIER MEMBRE DEL'INSTITUT, PROFESSEURDE BOTANIQUEA LA SORBONNE TOME TREIZIEME PARIS PAUL DUPONT, ÉDITEUR 4, RUEDUBOULOI,4 1901 LES MALADIES CRYPTOGAMIQUES

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Directives du Programme Ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu

Directives du Programme Ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu Directives du Programme Ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu 2.3 - Admissibilité des conjoints, conjointes Résumé de la Politique Une personne est considérée

Plus en détail

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder La Longévité réussie En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder le 03.10.2007. L ami Milan L ami Milan, L ami béni, L ami de mille ans.

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

SOMMAIRE. Conseils pour le prélèvement et l envoi d échantillons

SOMMAIRE. Conseils pour le prélèvement et l envoi d échantillons Laboratoire de la Santé des Végétaux Unité de mycologie Procédure Code: PQM2-PR-004 Ind. Rév. C du 7 octobre 2014 Page (s): 5 Conseils pour le prélèvement et l envoi d échantillons SOMMAIRE 1) OBJET 2)

Plus en détail

Objectifs : Etre capable de

Objectifs : Etre capable de Objectifs : Etre capable de Etablir un état de rapprochement Effectuer la régularisation dans les comptes Etablir une déclaration TVA CA3 réel normal Etablir une déclaration TVA CA12 réel simplifié Comptabiliser

Plus en détail

Dossier table tactile - 11/04/2010

Dossier table tactile - 11/04/2010 Dossier table tactile - 11/04/2010 Intro Je vais brièvement exposer dans ce document: Ce que j'ai fait, comment je l'ai fait, combien ça m'a couté, et combien de temps j'ai mis à fabriquer, dans le cadre

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

orthografe Le monde à l envers. ednom Avoir les yeux plus gros que le ventre. gorchatge Une faute d orthographe. PO IRE Avoir un chat dans la gorge.

orthografe Le monde à l envers. ednom Avoir les yeux plus gros que le ventre. gorchatge Une faute d orthographe. PO IRE Avoir un chat dans la gorge. Prénom : Méli-mélo des mots 01 cam mon ma pen gnard leur cambrioleur mon char phar brio ta cie tier char phar : à la. Il entre illégalement dans les maisons : le cambrioleur. Le couvreur passe après lui

Plus en détail

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire TD n 1 Compléments sur les microscopes Les différents types de microscopes photoniques A. Le microscope à fond noir B.Le microscope polarisant C.Le microscope à contraste

Plus en détail

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes Électricité statique Introduction L'électricité statique peut apparaître comme peu importante de nos jours en regard de l'électrodynamique mais cette dernière a été précédée historiquement par l'observation

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

NORME CEE-ONU H-1 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des

NORME CEE-ONU H-1 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des NORME CEE-ONU H-1 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des FLEURS COUPEES livrés au trafic international entre les pays membres de la CEE-ONU et à destination de ces

Plus en détail

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit.

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. Un après midi d ennui Yoann s ennuyait depuis toujours mais, en ce début

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

Séneçon du Cap. Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée. Description. Origine : Afrique du Sud

Séneçon du Cap. Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée. Description. Origine : Afrique du Sud Origine : Afrique du Sud Séneçon du Cap Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée Description Plante herbacée vivace, à racines superficielles, forme une touffe arrondie

Plus en détail

Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013)

Chapitre 19 DIVISION COLLECTION THÉMATIQUE (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) 1. Collection thématique. Dans une collection thématique on développe un sujet

Plus en détail