1. Introduction. Résumé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Introduction. Résumé"

Transcription

1 Claroline, une plate-forme d enseignement et d apprentissage pour stimuler le développement pédagogique des enseignants et la qualité des enseignements : premières approches. Marcel Lebrun, Françoise Docq et Denis Smidts Institut de Pédagogie universitaire et des Multimédias (IPM) Université catholique de Louvain (UCL) Louvain-la-Neuve (Belgique) Résumé Dans le domaine des technologies éducatives, l hypothèse est souvent faite que les technologies de l information et de la communication (TIC) contribuent, catalysent, accélèrent le développement professionnel des enseignants et contribuent à la qualité des enseignements et des apprentissages. Le modèle d apprentissage proposé par Lebrun (2007) présente des facteurs intéressants pour jauger la qualité des apprentissages réalisés. Nous souhaitons apporter deux pièces relativement concrètes à ce puzzle. Ainsi, notre communication apportera des éléments de réponses aux deux questions suivantes : (1) La mise à disposition des enseignants d un outil technologique simple (Claroline) contribue-t-elle au développement pédagogique des enseignants ou fossilise-t-elle les pratiques? C est par les résultats d une étude portant sur les cinq dernières années d utilisation de la plate-forme que nous montrerons l évolution des usages des enseignants de modes d abord transmissifs (pédagogie traditionnelle) vers des modes davantage actifs. Peut-on en conclure un développement professionnel des enseignants accompagnés par les TIC? (2) La quantité d outils utilisés (la richesse du dispositif) traduit-elle une meilleure qualité du dispositif pédagogique mis en place par l enseignant? C est à partir d une vaste enquête auprès des enseignants et des étudiants quant aux perceptions de l apprentissage des uns et des autres que nous tenterons de répondre à cette question. Ces deux apports constituent une approche exploratoire mais concrète qui ouvre la porte à de nouvelles questions de recherche. 1. Introduction En Europe et dans le monde, les institutions d enseignement et de formation se préparent aux grands changements, subissent 1 (ou vont encore subir davantage) les effets des différentes réformes et de l européanisation, si ce n est de la mondialisation des politiques, des structures et des méthodes relatives à l enseignement et à la formation. Un étudiant de France ou de Navarre suivra bientôt, si nous n en prenons garde, son cursus - à distance et en ligne - dans des universités prestigieuses comme Berkeley ou Stanford! Aux formes traditionnelles inscrites dans le temps et dans l espace, se substituent progressivement (ou devront se substituer) des formes plus flexibles, plus dynamiques, plus individualisées plus centrées sur l apprenant (que certains appellent déjà Digital Native) et les compétences qu il doit développer dans son cursus et qui le préparent pour la vie professionnelle. 1 On peut aussi voir ces changements comme une occasion de revoir les enseignements et les programmes pour les rendre plus conformes à ce qui est attendu au niveau de «l âge de l information». 1

2 Dans cet ordre d idée, les technologies de l information et de la communication (TIC) sont souvent vues comme un auxiliaire précieux des nécessaires réformes. Mais, que seraient ces outils sans les mains et les cerveaux censés les piloter, les faire fonctionner Loin d être emportés par la marée technologique, les enseignants et les formateurs sont là, plus que jamais utiles, mais avec de nouveaux rôles : mettre à la disposition des étudiants des occasions où ils peuvent apprendre, construire des dispositifs pédagogiques orientés vers la construction des connaissances et des compétences par le «seul maître de l apprentissage» : le formé, l étudiant. Former les enseignants pour induire le renouveau pédagogique dans l enseignement et la formation, voici le défi. Parmi les différentes possibilités, la mise à la disposition des enseignants et des formateurs de services (centres de pédagogie du supérieur, services multimédias, ) et d outils (plate-forme, équipement informatique ) sont deux pistes intéressantes. Le lien entre outil et service est d ailleurs fort : certains outils relèvent d une telle complexité que l enseignant doit être épaulé par un service d experts techniciens. Par ailleurs, pour garantir des effets sur la pédagogie in situ (dans l amphithéâtre même si virtuel), il est nécessaire que l enseignant atteigne rapidement une véritable autonomie pour répercuter les valeurs ajoutées de l outil dans son propre dispositif de formation. C est ainsi que dans notre université (UCL), après une année d expérience avec une plateforme commerciale complexe, nous nous sommes rendus compte que l objectif d autonomie des enseignants ne pouvait être, facilement et rapidement, atteint. L idée de développer un outil plus adapté, plus facile à utiliser, plus favorable à l autonomie et à l émergence de nouveaux dispositifs pédagogiques se pointait à l horizon. 2. La plate-forme Claroline pour favoriser les apprentissages La question pédagogique fondamentale rejaillissait : comment mettre en place une méthode pédagogique, comment développer un outil (une méthode et un outil censés développer l apprentissage) sans avoir un «modèle» des facteurs (les éléments qui contribuent à faire, à rendre possible) d apprentissage. Nos travaux antérieurs (Lebrun, 2002 ; 2007) nous conduisaient à un modèle d apprentissage pentagonal basé sur les facteurs suivants : Comment motiver l étudiant? Quelles ressources lui fournir, comment l informer? Quelles activités lui proposer? Comment mettre en place les éléments d interaction? Quelles productions allaient devenir le signe de l apprentissage effectué? En termes technologiques (en éléments constitutifs d une future plate-forme, en fonctionnalités), cela donnait les exigences suivantes : - Sensibiliser l étudiant sur les compétences à atteindre, sur le dispositif, sur la valeur de la tâche, sur l intérêt de son engagement (Motivation) - Permettre la publication par le professeur d informations sur la discipline (notes de cours, ressources ) (Information) - Proposer des activités de construction des connaissances, de reconnaissance des acquis (Activités) - Offrir des outils permettant la collaboration dans l apprentissage (Interaction) - Permettre à l étudiant de transmettre, de publier son œuvre (Production) 2

3 C est sur ces bases qu allait se déployer la plate-forme Claroline, une entreprise qui remonte à environ 2001 et dont un des auteurs de cet article (M. Lebrun) est le père spirituel. C est sur elle que repose le service d enseignement en ligne de l UCL, icampus. Depuis, l équipe de développement (à l UCL d abord, bientôt rejointe par une équipe de l ECAM, un Institut Supérieur Industriel localisé à Bruxelles), inscrite actuellement dans un consortium international, n a cessé de travailler dans cette direction : viser l apprentissage, favoriser l autonomie des enseignants, conserver la simplicité initiale. Il s agissait d éviter «l acné technologique» qui sévissait sur certaines plates-formes (de plus en plus de boutons, de plus en plus de fonctionnalités, de plus en plus de complications qui rendent finalement difficiles les choses simples) et de rendre les fonctions de bases de plus en plus performantes et conviviales. C est ainsi que Claroline, une plate-forme facile à prendre en main, devrait contribuer à l autonomie technologique des enseignants en leur permettant de se consacrer à ce qui importe le plus : la construction de dispositifs innovants de qualité et l apprentissage des étudiants. C est ainsi encore que Claroline peut contribuer au renouveau attendu des systèmes d enseignement et de formation (Lebrun, 2005). Cette recherche sur l impact de l utilisation des plates-formes sur la pédagogie est originale. Morgan (2003) dans son étude déclarait : «There is little empirical evidence that course management systems actually improve pedagogy. Study findings suggest, however, that using a CMS does invite faculty to rethink their course instruction and instructional environment, resulting in a sort of - accidental pedagogy -». Pouvons-nous aller plus loin, en montrant empiriquement cette évolution de modes transmissifs vers des modes davantage interactifs ou incitatifs, vers une pédagogie plus centrée sur l apprenant? Pour étayer nos hypothèses, nous présentons deux études : - L observation de l utilisation, au cours du temps, des outils de la plate-forme par les enseignants. Nous avons en effet suggéré que la mise à la disposition des enseignants d une plate-forme simple à utiliser allait favoriser le développement progressif de nouvelles formes d enseignement. L hypothèse contradictoire est de dire que les enseignants allaient tout simplement reproduire les anciennes pratiques transmissives avec les nouveaux outils. - La perception par les étudiants de leur propre apprentissage. On dit souvent à raison mais trop vite que l outil ne fait pas tout, que c est la méthode qui importe, etc. Pourtant, dans l elearning, un dispositif riche technologiquement peut être le signe d un dispositif riche pédagogiquement (surtout si, comme nous l avons dit, les outils ont été créés pour favoriser l apprentissage). Est-ce que la perception des étudiants à propos de leur apprentissage dépend de la richesse technologique du dispositif construit par l enseignant? Il s agit là d un facteur important qui touche à la qualité perçue de l apprentissage. L hypothèse contradictoire est de dire que la perception des étudiants quant à la qualité de leurs apprentissages est indépendante des outils (et donc du dispositif mis en place). 3. Première hypothèse : le type d outils utilisés par les enseignants, un signe de l innovation pédagogique? 3

4 Claroline n impose pas une pédagogie particulière. Elle permet tout à la fois un soutien à l exposé traditionnel (par les outils «Documents et Liens», «Agenda»... par exemple), aux formes collaboratives d enseignement et d apprentissage (par les outils «Annonces», «Forums» ) et un «champ de manœuvre» pour des formes plus actives et interactives (par les outils «Travaux», «Exercices» ). Dans notre institution (comme dans bien d autres), les enseignants sont libres d utiliser tel ou tel outil de la plate-forme. Assiste-t-on à une migration des outils de transmission vers des outils qui soutiennent davantage l activité et l interactivité des étudiants? Dans notre recherche, le degré d utilisation des outils est mesuré par le nombre d objets ou de ressources que les outils activés contiennent et ce pour l ensemble des cours : les documents dans l outil «Documents», les items proposés dans les outils «Agenda» et «Annonces», le nombre de forums ouverts dans l outil «Forums». A titre d exemple, nous donnons ci-dessous nos derniers résultats (2007). Ces résultats concernent 2446 «cours» identifiés sur la plate-forme 2 au moment de la prise des informations. Les cases du tableau donnent le nombre de cours dans lesquels l outil actif en question (par exemple, «Documents») contient le nombre d objets en question (par exemple, il y a 3 documents dans l outil «Documents»). Tableau 1. Utilisation des outils de la plate-forme en 2007 Documents Description Agenda Nombre d objets ou plus >1 (2007) Annonces Forums Travaux Exercices Total Comme on le sait, les outils de icampus contiennent généralement un (1) document exemple qui n a rien à voir avec les «cours» proprement dit. C est pourquoi notre indicateur principal est compté par l intégrale des nombres relatifs au nombre de ressources plus grand que «1» (>1). 2 Cette notion mérite un éclaircissement. La notion de «cours» est très variable. Dans certains cas, l enseignant a juste déposé un seul document dans son «cours» sur la plateforme. Dans d autres cas, le «cours» représente tout un dispositif permettant à la fois l étude individuelle autonome et le travail en groupe à distance. 4

5 Ces résultats (>1) augmentent d année en année simplement par l augmentation globale du nombre de «cours», ceux-ci ayant quasiment doublé en 3 ans. Voici les mêmes résultats pour 2004 : Tableau 2. Utilisation des outils de la plate-forme en 2004 >1 (2004) L augmentation moyenne (environ un facteur 2 en 3 ans) devrait être proportionnelle au nombre de «cours» : 1200 «cours» recensés en 2004, 2446 ««cours» recensés en 2007). Pour pouvoir mieux comparer les accroissements relatifs (quel usage de l outil augmente relativement, quel usage de l outil diminue?), nous avons normalisé les résultats au total (la somme de chaque ligne devenant 100%). Nous avons également réalisé le rapport des nombres de ressources outil par outil entre 2004 et 2007 (en moyenne ce rapport devrait être d à peu près deux). Tableau 3. Utilisation des outils de la plate-forme en 2004 et 2007 (synthèse) Documents Description Agenda Annonces Forums Travaux Exercices Moyenne > (%) 32% 11% 12% 22% 13% 7% 3% > (%) 45% 15% 12% 13% 8% 5% 1% 2007/2004 1,53 +/- 0,09 1,57 +/- 0,18 2,19 +/- 0,23 3,59 +/- 0,33 3,59 +/- 0,43 2,65 +/- 0,41 4,96 +/- 1,49 2,15 Le graphique ci-dessous illustre ces résultats : 5

6 Figure 1. Evolution des usages entre 2004 et 2007 La densité de l utilisation des outils se réfère donc à la place prise (sur le total de 100%) par chacun des outils. Ainsi en 2004 (lecture sur l échelle de gauche), l outil «Document» occupait en moyenne sur tous les cours 45 % du total, l outil «Agenda» 12% pour un total de 100% : telles sont les barres des histogrammes présentés ci-dessus. Que ce soit pour 2004 ou pour 2007, on constate, comme dans la plupart des institutions qui recourent à ces technologies, la place prépondérante des outils d information Le magistral traditionnel se reproduit allègrement dans les dispositifs technologiques. Viennent ensuite les outils d interaction (outils «Annonces» et «Forums») et finalement les outils qui incitent les étudiants au travail plus personnel (outils «Travaux» et «Exercices»). Cette observation des statistiques d utilisation des outils de la plate-forme confirme les déclarations recueillies lors d une enquête réalisée en 2006 auprès des enseignants et des étudiants. Cette enquête les interrogeait sur les outils qu ils avaient utilisés (ou pas) sur la plate-forme (Docq, Lebrun et Smidts, 2008). Le trait continu sur la figure représente quant à lui l accroissement absolu (non plus ramené à 100%) des outils utilisés. L accroissement moyen est de l ordre d un facteur 2 (échelle de droite), ce qui représente simplement l accroissement du nombre de «cours». Ce qui est intéressant à mentionner sur la figure : - L accroissement relatif (en pourcent) des outils d interaction (annonces, forums) et de production étudiante (travaux, exercices) qui compense la diminution relative des outils de transmission (documents, liens) ; - La quasi stagnation si ce n est la diminution du nombre absolu des documents et liens (qui ont peu progressé entre 2004 et 2007, le rapport étant inférieur à 2) par rapport à l augmentation (plus grande que la moyenne) des autres outils. 6

7 La figure ci-dessous illustre ces variations en indiquant les barres d erreur relatives à ces variations entre 2004 et Figure 2. Rapport des usages des outils entre 2004 et 2007 En conclusion, on peut dire que la pédagogie mise en place sur Claroline semble progresser lentement vers des formes plus actives et interactives. Ces résultats sont compatibles avec les suppositions de Morgan (2003) qui annonce : «Faculty tend to first adopt the static content tools that let them post announcements, syllabi, and text and graphic content. Once they re more familiar with the system, they begin using the assessment, gradebook, and commnication tools». 4. Deuxième hypothèse : les perceptions des étudiants quant à l apprentissage, un signe d un apprentissage de qualité? La métacognition est un facteur d apprentissage. La manière dont les étudiants perçoivent le dispositif d enseignement (objectifs, méthodes, place des outils ) est liée à la qualité de l apprentissage (Noël, Romainville et Wolfs ; 1995). Nous avons proposé, à des étudiants volontaires (N=1179) qui utilisent Claroline, 26 propositions pédagogiques qui présentaient les valeurs ajoutées possibles de la plate-forme : «Par rapport à un cours où le professeur n utilise pas Claroline, dans quelle mesure êtes-vous d accord avec les changements suivants : - Plus d interaction entre les étudiants - Développement de la compétence en recherche documentaire - Ressources plus variées 7

8 - Apprentissage de l utilisation des TIC - Etudiants plus motivés - Plus d interaction avec le professeur -.» Communication présentée au colloque de l AIPU, mai 2008, Montpellier (France) La méthodologie, l analyse et les résultats de cette enquête sont détaillés dans Docq, Lebrun et Smidts (2008). Vu la proximité des préoccupations de ces deux approches, nous en présentons quelques résultats ici. Figure 3. Pourcentage des accords avec les propositions pédagogiques Les bâtonnets du diagramme donnent le pourcentage d étudiants qui ont répondu dans les catégories d accord suivantes : tafda : tout à fait d accord, pda : plutôt d accord, ppda : plutôt pas d accord, pdtda : pas du tout d accord. 8

9 L accord moyen (tafda + pda) avec ces propositions pédagogiques positives n est que de 38 %. Ce n est pas très élevé! En tête de liste (les accords les plus forts au-delà ou autour de 50%) : Plus d interaction entre les étudiants, le développement de compétences en recherche documentaire, plus de variété dans les ressources, plus de motivation des étudiants, plus d interaction avec le professeur Nous avons alors tenté de décomposer ce paramètre d accord avec les propositions pédagogiques en fonction du nombre d outils que les étudiants déclaraient avoir utilisés dans leurs «cours». Figure 4. Richesse du dispositif et perceptions des étudiants quant à l apprentissage En tentant de corroborer la richesse du dispositif sur Claroline (fréquence du nombre de fonctions utilisées) et l appréciation des étudiants quant aux propositions pédagogiques (accord sur les impacts pédagogiques proposés), nous avons obtenu les résultats suivants : - Le nombre de fonctionnalités (en histogramme) utilisées par les étudiants sur Claroline est généralement d au minimum 3 et la moyenne est de 7 à 8. - Le côté gauche de la gaussienne (quand il y a peu d outils utilisés) est surtout caractérisé par la présence massive d outils de transmission ; le côté droit de la gaussienne (quand il y a beaucoup d outils utilisés) est caractérisé évidemment par l apparition des usages d outils favorisant l activité ou l interactivité des étudiants. - L appréciation (pourcentage d accord moyen) des étudiants quant aux propositions pédagogiques est représentée par la fonction croissante (le trait). Une moyenne de 38% comme nous l avons dit avec une variation qui va de 20% environ (les étudiants qui expérimentent des outils essentiellement transmissifs) à près de 60% (des étudiants qui expérimentent des dispositifs avec des composantes interactives et actives). 9

10 Comme précédemment, la figure ci-dessous fournit les barres d erreur relatives aux pourcentages d accord moyen en fonction du nombre d outils utilisés. Figure 5. Pourcentage d accord moyen avec les propositions pédagogiques en fonction du nombre d outils utilisés. En conclusion, nous pouvons dire que les étudiants qui expérimentent des dispositifs riches sont plus enclins à se prononcer sur la valeur ajoutée de Claroline quant à l apprentissage. 5. Conclusions Nombreux sont les documents qui prétendent, souvent de manière triomphale, à un impact positif des technologies sur la qualité des enseignements et des apprentissages. Ils sont généralement bâtis sur la supposition que les utilisations efficaces des technologies, accompagnées dès lors de méthodes pédagogiques plus actives, devraient avoir un tel effet. Plus rares (inexistantes à notre avis) sont les productions scientifiques qui ont tenté d étayer cette supposition. Nous avons voulu contribuer à cette approche empirique à la fois au niveau des données recueillies et de la méthodologie mise en place. (a) Notre recueil de données sur les usages des outils de la plate-forme icampus a montré, au cours des années, un mouvement statistiquement valide entre des usages plus traditionnels basés sur la transmission vers des usages à caractère plus interactif ou plus incitatif. Ces études longitudinales devraient se déployer ailleurs et sur d autres plates-formes afin de consolider nos conclusions. (b) Mesurer l impact pédagogique d un tel outil est difficile. Nous nous sommes penchés ici sur la perception des étudiants quant à leur apprentissage, en nous basant sur les cinq dimensions du modèle d apprentissage que nous avons développé. Comment mesurer l impact sur l apprentissage sans disposer d un modèle d apprentissage? Même si ces perceptions restent peu évidentes (un pourcentage moyen d accord avec les propositions pédagogiques d environ 38%), nous avons montré qu elles 10

11 dépendaient de la richesse du dispositif pédagogique mis en place par l enseignant. Ici aussi, il serait intéressant de répéter ces mesures au cours du temps. Selon nous, une plate-forme riche en fonctionnalités pédagogiques (qui promeuvent les facteurs d apprentissage) mais simple à utiliser (caractère intuitif, convivialité) favorise les expériences de l enseignant voulu autonome. Il commencera sans doute par reproduire ses pratiques traditionnelles (en utilisant massivement les outils de diffusion de documents) mais petit à petit, il expérimentera les autres outils qui favorisent davantage l interactivité et l activité des étudiants. Il est important, dans cet ordre d idée, de mentionner également l impact des efforts institutionnels qui incitent les enseignants à aller vers l innovation pédagogique : encouragement à l innovation, promotion et valorisation des efforts pédagogiques Nous ne pouvons en effet séparer l effet de la plate-forme technologique de l environnement institutionnel dans lequel elle se situe. Cependant, les efforts pédagogiques des enseignants engendrent à leur tour une meilleure perception des étudiants quant à leurs apprentissages. Cette perception stimule et facilite l apprentissage, permet à l étudiant de mieux reconnaître son apprentissage et l encourage dans son apprentissage de l apprentissage. Références : Docq, F., Lebrun, M., Smidts, D. (2008). A la recherche des effets d une plate-forme d enseignement / apprentissage en ligne sur les pratiques pédagogiques d une université : premières approches. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire (soumis pour publication). Lebrun, M. (2002). Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre : Quelle place pour les TIC dans l'éducation? De Boeck (Bruxelles), 206 pages. Lebrun, M. (2005). elearning pour enseigner et apprendre : allier pédagogie et technologie. Academia-Bruylant (Louvain-la-Neuve), 269 pages. Lebrun, M. (2007). Quality towards an expected harmony: Pedagogy and technology speaking together about innovation. AACE Journal, 15(2), Morgan, G. (2003). Faculty Use of Course Management Systems. Research Study from the EDUCAUSE Center for Applied Research. Consulté le 15 avril 2008 sur Noël, B., Romainville, M. & Wolfs, J.L. (1995). La métacognition : facettes et pertinence du concept en éducation. Revue française de Pédagogie, 112,

Marcel Lebrun. Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie

Marcel Lebrun. Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie Marcel Lebrun Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie Votre «cours» en ligne sur une plate-forme? Marcel Lebrun Institut de pédagogie universitaire et des multimédias (IPM) lebrun@ipm.ucl.ac.be

Plus en détail

Le plagiat dans les travaux des étudiants: détection et prévention

Le plagiat dans les travaux des étudiants: détection et prévention Le plagiat dans les travaux des étudiants: détection et prévention Françoise Docq, Marcel Lebrun, Jean-François Rees Institut de pédagogie universitaire et des multimédias et Institut des Sciences de la

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Vous avez une ambition

Vous avez une ambition Etre capable de concevoir et réaliser une formation digitale Vivre une expérience de formation riche et innovante compatible avec votre agenda professionnel Valoriser vos nouvelles compétences par un diplôme

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Carole Dupré, Ann Ménard et Danielle Sylvestre, enseignantes-chercheuses en éducation à l enfance au Cégep Marie-Victorin

Carole Dupré, Ann Ménard et Danielle Sylvestre, enseignantes-chercheuses en éducation à l enfance au Cégep Marie-Victorin ARTICLE DE VULGARISATION DES RÉSULTATS DE LA RECHERCHE Documenter le quotidien d un groupe d enfants Carole Dupré, Ann Ménard et Danielle Sylvestre, enseignantes-chercheuses en éducation à l enfance au

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Compte rendu d expérience intégrant les TIC. Abstract. Résumé. In 2001, the Université catholique de Louvain

Compte rendu d expérience intégrant les TIC. Abstract. Résumé. In 2001, the Université catholique de Louvain À la recherche des effets d une plate-forme d enseignement/ apprentissage en ligne sur les pratiques pédagogiques d une université : premières approches Françoise Docq francoise.docq@uclouvain.be Marcel

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest. ESEN - 18 mai 2011

Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest. ESEN - 18 mai 2011 Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest ESEN - 18 mai 2011 E-training : utilisation uniquement de didacticiels, tutoriels et autres dispositifs techniques «tout en

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Classroom on line. Claroline une plate-forme Open Source de elearning et eworking. Qu est-ce que Claroline?

Classroom on line. Claroline une plate-forme Open Source de elearning et eworking. Qu est-ce que Claroline? Claroline une plate-forme Open Source de elearning et eworking Professeur Marcel LEBRUN Président du Consortium Claroline aisbl Université catholique de Louvain IPM Blog de M@rcel : http://bit.ly/blogdemarcel

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Evaluer des logiciels éducatifs

Evaluer des logiciels éducatifs DES-TEF 2001-2002 Evaluer des logiciels éducatifs Bernadette Charlier Cellule d Ingénierie Pédagogique Département Education et Technologie FUNDP 1 Evaluer des logiciels éducatifs hyper et multimédias

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

Conditions pour un apprentissage en profondeur dans un dispositif médiatisé par les technologies

Conditions pour un apprentissage en profondeur dans un dispositif médiatisé par les technologies Conditions pour un apprentissage en profondeur dans un dispositif médiatisé par les technologies Congrès IP3S, Session SIFEM, Marrakech Le 3 novembre 2008 Dr. Nathalie Deschryver nathalie.deschryver@unige.ch

Plus en détail

Usage étudiant du cours sur la Netiquette

Usage étudiant du cours sur la Netiquette Usage étudiant du cours sur la Netiquette Pour la création du cours consacré à la Netiquette, nous avons choisi d utiliser la plateforme e-learning Claroline. Celle-ci est organisée sur le modèle fonctionnel

Plus en détail

PROJET NOMAD 2005-2008

PROJET NOMAD 2005-2008 PROJET NOMAD 2005-2008 1. CONTEXTE DU PROJET L apport des technologies de l information et de la communication (TIC) pour l apprentissage des adultes. En 2005, il n était plus nécessaire de justifier l

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education CENTRES REGIONAUX DES METIERS DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education Unité Centrale de la Formation des Cadres Juillet 2012 Introduction

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19 1.Introduction 5 1.1 A qui s adresse ce petit cahier? 6 1.2 Comment utiliser ce petit cahier? 7 1.3 Dans quel contexte utiliser ce petit cahier? 8 1.4 Les Processus, c est quoi? 9 2.Maîtriser les Processus

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Projet d ouverture d un atelier de formation à la musique assistée par ordinateur (MAO) à l école de musique

Projet d ouverture d un atelier de formation à la musique assistée par ordinateur (MAO) à l école de musique Projet d ouverture d un atelier de formation à la musique assistée par ordinateur (MAO) à l école de musique 1- La Musique Assistée par Ordinateur (MAO), ses développements et sa place dans la musique

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Actuate Customer Day

Actuate Customer Day Le conseil opérationnel par les processus Observatoire 2007/2008 Actuate Customer Day Romain Louzier Associé & Philippe Crabos Senior Manager louzier@audisoft-consultants.com 06 86 68 84 57 www.audisoft-consultants.com

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS)

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Une plate-forme d'écriture coopérative en ligne pour l'apprentissage des langues Description de projet Mise à jour le 29 novembre 2006 Coordinateur:

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Stages Individuels. www.crossknowledge.com

Stages Individuels. www.crossknowledge.com Stages Individuels www.crossknowledge.com CrossKnowledge France 2 bis, rue Godefroy - 92817 Puteaux cedex - France T : +33 (0)1 41 38 14 99 - F : +33 (0)1 41 38 14 39 Plus d informations : www.stages-individuels.fr

Plus en détail

Les nouvelles pédagogies de la formation

Les nouvelles pédagogies de la formation Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail ILSM-Rapport de recherche RH-Entreprises Rapport de recherche, vol. 1 (3), 2011 Les nouvelles pédagogies de la formation Rapport théorique

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Impacts des TIC sur la qualité des apprentissages des étudiants et le développement professionnel des enseignants : vers une approche systémique.

Impacts des TIC sur la qualité des apprentissages des étudiants et le développement professionnel des enseignants : vers une approche systémique. Sciences et Technologies de l Information et de la Communication pour l Éducation et la Formation Volume 18, 2011 Rubrique Impacts des TIC sur la qualité des apprentissages des étudiants et le développement

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Les plateformes pédagogiques Par Jean-Paul Pinte. Laboratoire d Ingénierie Pédagogique de l Université Catholique de Lille

Les plateformes pédagogiques Par Jean-Paul Pinte. Laboratoire d Ingénierie Pédagogique de l Université Catholique de Lille Les plateformes pédagogiques Par Jean-Paul Pinte Laboratoire d Ingénierie Pédagogique de l Université Catholique de Lille Source: Flickr.com Nous verrons ensemble Evolution des dispositifs modernes de

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Rapport de l enquête portant sur les pédagogies actives et l utilisation des TIC en enseignement supérieur

Rapport de l enquête portant sur les pédagogies actives et l utilisation des TIC en enseignement supérieur Rapport de l enquête portant sur les pédagogies actives et l utilisation des TIC en enseignement supérieur Résultats pour l Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) Juin 2012 2 Table des matières INTRODUCTION...

Plus en détail

2014-2015 UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE FONDS DE PÉDAGOGIE UNIVERSITAIRE VICE-RECTORAT À L'ENSEIGNEMENT ET À LA RECHERCHE

2014-2015 UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE FONDS DE PÉDAGOGIE UNIVERSITAIRE VICE-RECTORAT À L'ENSEIGNEMENT ET À LA RECHERCHE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE FONDS DE PÉDAGOGIE UNIVERSITAIRE 2014-2015 VICE-RECTORAT À L'ENSEIGNEMENT ET À LA RECHERCHE *Dans ce document, le genre masculin est utilisé à titre épicène.

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

FDP 2007 «Le plagiat dans les e-productions des étudiants : importance, prévention et solutions pour l Université» Rapport final janvier 2009

FDP 2007 «Le plagiat dans les e-productions des étudiants : importance, prévention et solutions pour l Université» Rapport final janvier 2009 FDP 2007 «Le plagiat dans les e-productions des étudiants : importance, prévention et solutions pour l Université» Rapport final janvier 2009 1) Le projet «plagiat» a été soutenu en 2007 pour mettre en

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Bibliothèque numérique de l enssib

Bibliothèque numérique de l enssib Bibliothèque numérique de l enssib 9es Rencontres FORMIST, La bibliothèque, lieu de formation?; enssib, 18 juin 2009 À quelles conditions les lieux virtuels peuvent-ils être des espaces de formation? DESCHRYVER

Plus en détail

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017 Service des bibliothèques et archives Plan stratégique 2015-2017 Horizon 2017 Mise en contexte L environnement dans lequel évoluent les bibliothèques universitaires est en mutation depuis plusieurs années.

Plus en détail

L IMPLÉMENTATION D UN DISPOSITIF DE FORMATION ACCESSIBLE EN PERMANENCE EN FORMATION INITIALE, PREMIERS EFFETS OBSERVÉS

L IMPLÉMENTATION D UN DISPOSITIF DE FORMATION ACCESSIBLE EN PERMANENCE EN FORMATION INITIALE, PREMIERS EFFETS OBSERVÉS N 227 - JAVAUX Hubert 1 L IMPLÉMENTATION D UN DISPOSITIF DE FORMATION ACCESSIBLE EN PERMANENCE EN FORMATION INITIALE, PREMIERS EFFETS OBSERVÉS Introduction. Le dispositif analysé a pour cadre la formation

Plus en détail

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Mai 2014 Introduction Contexte L auto-évaluation d Unicom entre en résonance avec deux autres projets: Le concept de communication qui fixe la stratégie

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise

Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise 1 Pourquoi s intéresser au management des processus? Résumé Réaliser des prestations d excellente qualité,

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Portfolio numérique. Une expérimentation en Techniques juridiques. Journée pédagogique du 15 janvier 2015 Sophie Crevier

Portfolio numérique. Une expérimentation en Techniques juridiques. Journée pédagogique du 15 janvier 2015 Sophie Crevier Portfolio numérique Une expérimentation en Techniques juridiques Journée pédagogique du 15 janvier 2015 Sophie Crevier Portfolio numérique O Origine du projet: croisement entre des O O O O O constats et

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour développer les compétences par la technologie numérique. Atelier D-2 Vendredi 22 mai 10 h 30 à 12 h

Les bonnes pratiques pour développer les compétences par la technologie numérique. Atelier D-2 Vendredi 22 mai 10 h 30 à 12 h Les bonnes pratiques pour développer les compétences par la technologie numérique Atelier D-2 Vendredi 22 mai 10 h 30 à 12 h Présentation des conférencières Karine Blondin, Directrice de projets CEFRIO

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Présenté au. RCCFC (Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada) par. Le Cégep de Chicoutimi et La Cité collégiale

Présenté au. RCCFC (Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada) par. Le Cégep de Chicoutimi et La Cité collégiale N/Réf. : G7 311 001 RAPPORT NARRATIF FINAL PHASE 2 : PROJET DE COLLABORATION ET DE PARTAGE D EXPERTISES AMENANT AU DÉVELOPPEMENT D OUTILS MULTIMÉDIAS CONCERNANT LES MATHÉMATIQUES DE BASE DANS LES PROGRAMMES

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Méthodologie. Dimension Catégorie Définition

Méthodologie. Dimension Catégorie Définition 1 Enquête «Restauration 2013» - Analyse des commentaires I. Introduction Ce bilan a été établi de façon à identifier les tendances qui se dégagent des commentaires libres de l enquête «Restauration 2013».

Plus en détail

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education Joëlle MILQUET - Vice-Présidente de la Fédération Wallonie-Bruxelles Education Culture Enfance Communiqué de presse Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone Discours de la ministre

Plus en détail

Centre de Formation Juridique

Centre de Formation Juridique Centre de Formation Juridique Etablissement d enseignement supérieur privé 98 % de réussite* STAGE DE PRÉ-RENTRÉE NANTES Réservé aux étudiants de 1 ère année de Nantes Découvrez notre offre de Formation

Plus en détail

RÉCRÉ@SCIENCES DÉMARCHES COLLABORATIVES ET INNOVANTES POUR LA CONCEPTION DE MULTIMÉDIAS POUR L APPRENTISSAGE DES SCIENCES

RÉCRÉ@SCIENCES DÉMARCHES COLLABORATIVES ET INNOVANTES POUR LA CONCEPTION DE MULTIMÉDIAS POUR L APPRENTISSAGE DES SCIENCES Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 241 RÉCRÉ@SCIENCES 1 DÉMARCHES COLLABORATIVES ET INNOVANTES POUR LA CONCEPTION DE MULTIMÉDIAS POUR L APPRENTISSAGE DES SCIENCES Bernadette CHARLIER*, Mireille

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Outils permettant la diffusion de l information. Un point sur le droit numérique

Outils permettant la diffusion de l information. Un point sur le droit numérique Technologies de l Information et de la Communication Introduction aux NTE/TICE Présentation des UNR UNT Outils permettant la diffusion de l information L apprentissage à partir de ces technologies numériques

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Nos Solutions de Formation à Distance

Nos Solutions de Formation à Distance Nos Solutions de Formation à Distance Easy Access English vous offre un accompagnement personnalisé, avec un formateur anglophone attitré pour assurer votre suivi, vous guider, vous motiver tout au long

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Contexte. Problèmes posés

Contexte. Problèmes posés CONCEPTION ET EVALUATION D UN COURS EN LIGNE DESTINE A AMELIORER LES COMPETENCES DE FUTURS ENSEIGNANTS EN EDUCATION PHYSIQUE A L ANALYSE DE TACHES. DES SAVOIRS TECHNIQUES AUX COMPETENCES PEDAGOGIQUES Catherine

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 L Entretien Professionnel Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 Contexte de la demande L ATELIER pour L Entreprise du Groupe SIADEP Formation est bien au fait de ce sujet d importance pour les entreprises. Notre

Plus en détail

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet?

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Dans le cadre de sa campagne d éducation «Internet, les autres et moi», RSA a commandité une étude qui interroge et compare les perceptions

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

Training On Demand. www.crossknowledge.com

Training On Demand. www.crossknowledge.com Training On Demand www.crossknowledge.com CrossKnowledge France 2 bis, rue Godefroy - 92817 Puteaux Cedex - France T : +33 (0)1 41 38 14 99 - F : +33 (0)1 41 38 14 39 Plus d informations : contact@crossknowledge.com

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Co construction d un cours de management en FOAD

Co construction d un cours de management en FOAD i Co construction d un cours de management en FOAD Par 75 apprenants, fantômes compris, 1 enseignante et 1 ingénieure techno pédagogique Jeanine BERTHIER Fonction : ingénieure pédagogique Etablissement

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Rym KAMOUN / Sonia GANNAR ISET RADES/TUNISIE

Rym KAMOUN / Sonia GANNAR ISET RADES/TUNISIE Rym KAMOUN / Sonia GANNAR ISET RADES/TUNISIE MISE EN PLACE D UNE PLATEFORME PEDAGOGIQUE POUR UNE MEILLEURE QUALITE D APPRENTISSAGE CAS DU MASTER PROFESSIONNEL CO-CONSTRUIT «COMMERCE ET DISTRIBUTION» DE

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail