Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie"

Transcription

1 Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie Guide pratique de la gestion d Hygiène et de la sécurité industrielle destiné aux ingénieurs et au personnel d encadrement des entreprises de la plasturgie EDITION 2010 Editions Plasturgia Ce document est réalisé par : l Association Marocaine de Plasturgie Avec le soutien financier de l Union européenne dans le cadre du :

2 Table des matières LIMINAIRE... 4 I. REGLEMENTATION... 5 I.1. Constitution... 5 I.2. Conventions internationales... 5 I.3. Loi... 5 I.4. Décret... 6 I.5. Arrêté... 6 I.6. Circulaire... 6 I.7. Jurisprudence... 6 I.8. Conventions collectives... 6 I.9. Usages et coutumes... 6 I.10. Autres textes servant de règlement... 7 II. L OBLIGATION DE LA SECURITE SELON LE CODE DU TRAVAIL 8 II.1. Objectifs du Code de travail (loi n 65.99)... 8 II.2. Le Comité d Hygiène et de Sécurité... 9 II.3. Responsabilités de l employeur et du salarié III. LA PREVENTION III.1. L analyse des risques III.2. Méthodologie de l analyse des risques III.2.1. Analyse des risques III.2.2. Le groupe de travail de l analyse des risques III.2.3. Formalisation de l analyse des risques III.2.4. Procédure d analyse des risques III.2.5. Quand faut-il réaliser l analyse des risques? III.3. Les risques professionnels III.3.1. Introduction sur les risques professionnels III.3.2. Une approche en trois phases III.3.3. Déroulement de la méthode III.4. Les catégories des risques III.5. Risques spécifiques liés aux métiers de la plasturgie, règles de sécurité et comportements à tenir III.5.1. Risques généraux et spécifiques liés aux métiers de la plasturgie III.5.2. Règles de sécurité et comportement à tenir IV. LES ACTEURS DE LA PREVENTION IV.1. Le chargé de sécurité Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 2

3 IV.2. Le médecin de travail IV.2.1. Rôle IV.2.2. Examens médicaux IV.2.3. Activité administrative IV.2.4. Actions sur le milieu de travail IV.3. La direction de l entreprise et son encadrement IV.4. L inspecteur du travail IV.5. Les Organismes de contrôle technique IV.6. Les services secours extérieurs IV.7. Délégués syndicaux V. LES MOYENS DE SECURITE V.1. Sauvetage et secourisme V.1.1. Organisation Fonctions V.1.2. Secourisme V.2. La signalisation V.3. Les fiches de poste V.4. Les consignes V.5. Les procédures V.6. Le règlement intérieur V.7. Les vérifications et contrôles : les registres V.8. Les équipements de protection V.8.1. Ordre logique de la protection V.8.2. Principes V.8.3. Rôle d un EPI V.8.4. Conformité efficacité entretien V.8.5. Protections : risques et moyens ANNEXES ANNEXE 1 : NOTE SUR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 83 ANNEXE 2 : NOTE SUR LES RISQUES NATURELS ANNEXE 3 : FICHES DONNEES DE SECURITE ANNEXE 4 : SIGLES ET ABREVIATIONS ANNEXE 5 : GLOSSAIRE ANNEXE 6 : NORMALISATION DE LA SECURITE DES MACHINES ET DES INSTALLATIONS ANNEXE 7 : WEBOGRAPHIE ANNEXE 8 : BIBLIOGRAPHIE Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 3

4 LIMINAIRE La santé et la sécurité au travail, la prévention et la protection comme principes fondamentaux, sont devenus des enjeux essentiels, non seulement pour les chefs d entreprise, mais aussi pour les pouvoirs publics, les assureurs, la société civile, bref, pour tout ce qu on appelle aujourd hui, les parties intéressées. En effet, les accidents du travail (AT) et les maladies professionnelles (MP) coûtent, sur le plan financier, beaucoup plus cher à l entreprise et à la collectivité que la prévention. Quant au reste des dommages, liés aux aspects moraux, sociaux, d éthique, d image de marque, ils sont difficilement calculables. Les récentes catastrophes qu a connu notre pays en sont la preuve. Comment peut-on estimer les souffrances humaines à la suite d un AT grave ou d une sérieuse MP, pour la victime, pour ses proches, voire pour la société d une manière générale? Le présent guide va accompagner les industriels de l AMP pour essayer de mettre en œuvre une démarche de recherche d une performance en matière de prévention et de protection, quintessence même d un système de management en santé sécurité au travail. Le but ultime étant d instaurer et de renforcer une certaine culture sécurité au sein des entreprises de l AMP en vue d une meilleure maîtrise des risques professionnels et industriels. Formé des cinq grands chapitres présentés ci après, ce guide se veut un outil d un usage aussi didactique que possible. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 4

5 I. Réglementation Le présent chapitre va définir d une manière succincte la notion de réglementation, rappeler son objet et hiérarchiser les sources de droit. En effet, La réglementation est un ensemble de textes qui régit les relations entre les personnes morales ou physiques entre elles et/ou Etat. La réglementation relative à l hygiène et à la sécurité des travailleurs vise essentiellement à : - développer et améliorer la prévention des accidents de travail et des maladies professionnelles. - améliorer les conditions de travail. - définir des règles d hygiène et de sécurité. Quant à la hiérarchisation des sources, elle est établie comme suit : I.1. Constitution Ensemble des lois fondamentales qui établissent la forme d un gouvernement, règlent les rapports entre gouvernement et gouvernés et déterminent l organisation des pouvoirs publics. I.2. Conventions internationales La convention est un accord officiel passé entre des individus, des groupes sociaux ou politiques, des Etats. I.3. Loi C est un texte de portée générale qui exprime des principes généraux. Pour être appliquée, elle est reprise par les règlements, à savoir les décrets et les arrêtés. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 5

6 I.4. Décret Il est élaboré par le gouvernement. Il précise et oriente l application des principes de la loi. I.5. Arrêté C est l application du décret. I.6. Circulaire C est l interprétation officielle des textes précédents. I.7. Jurisprudence C est une référence en matière de droit en cas d absence de texte. Ensemble des décisions des tribunaux, qui constitue une source du droit. I.8. Conventions collectives Conclues entre syndicats représentatifs des salariés et employeurs pour régler les conditions d emploi et de travail. I.9. Usages et coutumes En l absence de la loi, il s est instauré depuis tous les temps des usages et des pratiques qui servaient de loi pour une profession, un groupement, une entreprise. Dès la promulgation d une loi, d un règlement, d un arrêté, d une convention, d un accord d entreprise ou de la nouvelle rédaction du règlement intérieur, d une note à portée générale, la valeur de l usage ou de la coutume prend fin. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 6

7 I.10. Autres textes servant de règlement Les normes La norme est une spécification technique qui si elle est acceptée par les parties, devient la référence de contrôle de la conformité des engagements. Les normes n ayant qu une valeur de référence, elles ne pourront être imposées qu au travers d un cahier des charges ou d un contrat. Les cahiers des charges Norme du décideur ou donneur d ordre, il reste le document contractuel le plus précis et le plus développé de la volonté de l acheteur client face au vendeur fournisseur. Les contrats Base d un accord entre deux ou plusieurs parties, il va, dans la mesure où il reste conforme au droit, conventions et règles, régir cet accord. Les règlements intérieurs Le règlement intérieur est la norme de l employeur. Il s agit donc d un acte d une haute importance pour faire respecter les règles de sécurité que l employeur édicte. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 7

8 II. L obligation de la sécurité selon le code du travail Dans le cadre législatif le code du travail fixe les mesures et les normes d ordre général. Quant au cadre réglementaire, les décrets et les arrêtés d application fixent les mesures particulières II.1. Objectifs du Code de travail (loi n 65.99) Le code du travail marocain est composé de 589 articles dont 64 consacrés à la sécurité et l hygiène au travail (de l article 281 à l article 344). Ses objectifs sont de : Réunir l ensemble des textes dans un même document ; Etre conforme : - aux dispositions prévues sur les droits de l homme et sur les droits et libertés constitutionnelles ; - aux conventions internationales du travail ratifiées par le Maroc ; Mettre en place les conditions d amélioration de l environnement du travail ; Organiser et développer le dialogue social entre les différents acteurs ; Introduire de nouveaux modes de fonctionnement dans le management des relations sociales. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 8

9 II.2. Le Comité d Hygiène et de Sécurité C est une institution représentative du personnel regroupant l employeur et les délégués et qui discute toutes les questions relatives à la SST et ce en vue de les améliorer. Toute entreprise occupant au moins 50 salariés est tenu d instaurer un Comité d Hygiène et de Sécurité (CHS). Réunion au moins une fois par trimestre ou en cas d accident grave. Composition du CHS Article 337 L employeur ou son représentant Président Le médecin du travail Le chef du service sécurité Le comité de d hygiène et sécurité Un ou deux représentants du personnel Convoquer toute personne qualifiée de l entreprise Deux délégués du personnel Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 9

10 Les Missions du CHS : - Assurer l application des textes (Hygiène Sécurité) - Analyser les risques professionnels - Enquêter sur les accidents de travail ou maladies professionnelles - Elaborer le rapport annuel sur l évolution des risques professionnels - Consigner les rapports sur un registre spécial. - Etre à la disposition de l inspecteur du travail et du médecin inspecteur du travail. Formation aux techniques et méthodes de premiers secours d urgence de deux salariés au moins parmi les travailleurs des ateliers où sont exécutés des travaux dangereux. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 10

11 II.3. Responsabilités de l employeur et du salarié L employeur doit veiller à ce que les locaux du travail soient tenus dans un état de propreté et présenter les conditions d hygiène et de salubrité nécessaires à la santé des salariés. Il doit également : - Fournir un milieu de travail sûr et salubre : hygiène: aération, ventilation, chauffage, insonorisation, éclairage, eau potable, fosses d aisances, évacuation des rejets, toilettes, - Faciliter le travail des salariés handicapés. - Protéger obligatoirement les machines dangereuses. - Procéder obligatoirement à un étiquetage des substances dangereuses. - Informer les salariés des dispositions légales de protection et afficher les consignes. - Soumettre les salariés à la surveillance médicale. Le salarié doit pour sa part : - Respecter les prescriptions SST - S abstenir d utiliser une machine sans protection. - S abstenir d annuler un dispositif de protection d une machine. Le non respect par les salariés, dûment informés, des prescriptions relatives à l hygiène et à la sécurité lors de l exécution des travaux dangereux constitue une faute grave. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 11

12 Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 12

13 III. La prévention III.1. L analyse des risques Phase principale de l action de prévention, l analyse et ou l évaluation des risques est capitale. Le chef de l établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de l établissement, y compris les travailleurs temporaires et ceux des entreprises sous traitantes. Ces mesures comprennent des actions de prévention et de protection face aux risques professionnels, d information et de formation ainsi que la mise en place d une organisation et des moyens adéquats. Il veille à l adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l amélioration continue des situations existantes. Le chef de l établissement met en œuvre ces mesures sur la base des principes généraux de prévention Ceux exigés par l UE sont parfaitement adaptables pour les entreprises de l AMP : 1. éviter les risques 2. évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités 3. combattre les risques à la source 4. adapter le travail à l homme en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 13

14 5. tenir compte de l état d évolution de la technique 6. remplacer ce qui est dangereux par ce qui n est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux 7. planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérant, la technique, l organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l influence des facteurs ambiants 8. prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur des mesures de protection individuelle 9. donner les instructions appropriées aux travailleurs L analyse de risque se fait à tous les niveaux de l entreprise. De l analyse des risques au poste de travail, de l analyse des risques sur machines, dans l atelier ou au bureau, la démarche est essentielle, et servira de base à la mise en place de mesures de prévention et de protection. III.2. Méthodologie de l analyse des risques III.2.1. Analyse des risques Pour réussir une analyse des risques, la constitution d un groupe de travail formé de personnes compétentes et initiées à l analyse des risques s avère incontournable. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 14

15 III.2.2. Le groupe de travail de l analyse des risques Piloté par le chef d entreprise, ou son représentant, ou le président du CHS, ce groupe de travail sera assisté : Du responsable de la sécurité, garant des méthodes d approche, de par sa formation Du ou des chargés de la maintenance Du responsable du secteur analysé (chargé du process, chef d atelier, contremaître, ) D un membre du CHS Du médecin du travail Eventuellement d un consultant extérieur. III.2.3. Formalisation de l analyse des risques Après avoir sélectionné la méthode d analyse de risques et identifié les points critiques, il y a lieu de formaliser en documentant les travaux effectués dans le cadre de l analyse des risques, dans une ou des fiches devant servir à l élaboration de rapports. Ceci permettra de concrétiser la démarche d amélioration entreprise notamment en prenant des mesures immédiates afin d éviter tout dommage aux personnes, aux biens et à l environnement. Il est important, à l issue d une analyse de risques, de pouvoir trouver des solutions qui doivent répondre à des critères tels que : la conformité avec la réglementation en vigueur, ne créant pas d autres risques, raisonnablement applicables en terme de coûts et de délais. Par ailleurs, pour mener à bien cette mission, les mesures prises devront être Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 15

16 accompagnées d une politique de communication, par conséquent, il est très important d impliquer les intéressés afin de connaître leur opinion. III.2.4. Procédure d analyse des risques Objet et champs d application : la présente procédure a pour objet de détecter les risques potentiels, de les évaluer, de les hiérarchiser ensuite selon leur importance en terme de probabilité d occurrence (ou de fréquence) de l événement non souhaité (ENS) et de gravité (conséquences ou effets). L étape ultime étant la mise en œuvre des actions préventives et leur suivi. Responsabilité : L exécution de la présente analyse et évaluation des risques est placée sous la responsabilité : Du chef d établissement qui définira cette mission d analyse des risques par une procédure écrite. De l encadrement qui aura à faciliter la mission du groupe de travail précité, en mettant à disposition toutes les règles et procédures écrites, les documents dont il pourrait avoir besoin Du groupe de travail ainsi constitué préalablement. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 16

17 III.2.5. Quand faut-il réaliser l analyse des risques? A l occasion d une modification d équipement, d une nouvelle installation, d un d audit, d un contrôle, d une inspection, d incident ou accident, Le comportement des personnes nouvellement affectées à un poste, ou l absence de connaissances des opérateurs dans l entreprise pour diverses raisons, doit conduire à la nécessité d une nouvelle analyse. Car la sécurité des personnes, la préservation de l environnement et la protection de l outil de production, est un combat permanent. L analyse et l évaluation des risques sont par conséquent des processus dynamiques. III.3. Les risques professionnels III.3.1. Introduction sur les risques professionnels Le présent paragraphe du guide consiste en une initiation à une approche d analyse et d évaluation des risques professionnels, les plus fréquents dans l industrie, entre autre en plasturgie. Pour quelles raisons cela intéresse-t-elle les entreprises? Y a-t-il vraiment des enjeux? Si oui, lesquels? Certainement. En effet, ces enjeux existent. Ils sont de différents ordre : éthique, moral, économique en termes de coûts directs et indirects des accidents de travail et des maladies professionnelles, social à cause des IPP et pour des raisons d ambiance au travail, Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 17

18 juridique en termes de responsabilité civile, mais aussi pénale. En conséquence, pour y faire face, une politique de prévention dans l entreprise s avère incontournable. Elle doit prendre appui sur l analyse et l évaluation des risques professionnels. Mais quelle méthode faut-il adopter pour la réussite de cette mission? C est l objet de l approche suivante. III.3.2. Une approche en trois phases a. Identification des risques Identifier les risques par activité tout en recherchant les situations dangereuses par l observation des tâches effectuées aux différents postes de travail. b. Hiérarchisation des risques Classer les risques par importance, selon les probabilités d occurrence de l événement (ou fréquence) et la gravité des conséquences (effets). c. Recherche des solutions idoines, leur mise en œuvre et leur suivi Déterminer les mesures de prévention et de protection pour les risques identifiés par ordre d importance, les mettre en œuvre et assurer leur suivi. L efficacité de ces mesures doit tenir compte de critères tels que la conformité à la réglementation, le non déplacement du risque, les coûts et les délais qui doivent être raisonnables. Par ailleurs, il est vivement recommandé de faire développer ce processus au sein d un groupe de travail, dont la constitution a été explicitée auparavant Vu la complexité de cette approche, exigeante en matière de formation, nous avons jugé utile de Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 18

19 dérouler une méthode beaucoup plus simple. C est l objet de la démarche suivante III.3.3. Déroulement de la méthode La méthode consiste à : identifier les risques prendre les mesures de prévention et de protection nécessaires. Elle comprend trois parties : 1. La première présente la nature des risques 2. La deuxième est constituée d exemples de situations dangereuses 3. La troisième est relative aux mesures de prévention et de protection, les plus adaptées, pour réduire les niveaux des risques. Au terme de l examen de chaque risque, une fiche d évaluation y est jointe. Il s agit d un questionnement, une sorte de diagnostic rapide, pour chacun des risques identifiés au sein d un poste de travail. III.4. Les catégories des risques Les risques professionnels peuvent être répertoriés selon les catégories suivantes : Risques physiques : bruit, éclairage, électricité, ambiance, rayonnement ionisant, Risques chimiques : à l usage des produits chimiques; Risques physico-chimiques : atmosphère empoussiérée : aérosol, fumée, Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 19

20 Risques liés aux situations de travail: manutentions, gestes et postures, Risques liés à des accidents mécaniques : usure machine, mise à l écart de dispositifs de protection (protége courroies, capots, ), Risques généraux et spécifiques liés au métier de la plasturgie Autres Risques, notamment psychosociaux, stress, naturels, Pour ces risques, deux notes en annexes aborderont cette catégorie. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 20

21 Risque d incendie, d explosion Nature du risque La combustion est le résultat sous l effet d une énergie d activation de la combinaison d un corps combustible avec un corps comburant. C est un risque d accident (brûlure, blessure) consécutifs à un incendie ou à une explosion. Brûlures : les lésions sont fonction de la température, de la durée d exposition, de l agent thermique et du tissu. Dangers de fumées : à cause de la température, de la toxicité (faible en oxygène, présence de gaz tel que le CO pouvant conduire au décès), de l opacité qui réduit la visibilité et enfin de la corrosivité car les fumées sont presque toujours acides. Situations dangereuses Utilisation de produits inflammables, explosifs, Création d atmosphère explosive avec l air : produit volatil (solvant, gaz aérosol, ), poussières (bois, ) Travaux dans des espaces confinés (citerne, cuve, silo,..) Mélange de produits incompatible ou stockage dans leur proximité Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 21

22 Mesures de prévention Remplacer un produit dangereux par un autre moins dangereux. Supprimer la proximité des sources d énergie : flamme, cigarette, poste de soudure, Installer des protections : local isolé, mur et porte coupe-feu. Installer des moyens de détection et d alarme. Installer des moyens d extinction adaptés : extincteurs, Etablir des plans d intervention (consignes d incendie, exercices ) et d évacuation (issue de secours, ) Assainir le milieu confiné avant la pénétration et pendant l intervention Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 22

23 Article 31 Arrêté du ministre de l'emploi et de la formation professionnelle n du 6 joumada I 1429 (12 mai 2008) "L employeur doit prendre les mesures nécessaires pour que tout départ d'incendie puisse être rapidement et efficacement combattu et ce, dans l'intérêt du sauvetage des salariés". Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 23

24 Fiche d analyse du risque 1- Existe-t-il des poussières et de quel type au niveau de ce poste? Quelles concentrations en g/m3? 2- Quels sont les liquides inflammables présents et quelles mesures ont été prises? Quelle est la température de l auto inflammation? 3- Y a t il risque de fuite des liquides inflammables? 4- Risque d étincelle sur machines outils : meule, machine portative, appareil électrique, frottements divers, machine elle-même? 5- Existe-t-il des produits chimiques inflammables utilisés à ce poste? 6- Points chauds : Existe-t-il une procédure de travail permis de feu? les opérateurs ont-ils été sensibilisés aux risques? 7- Quels sont les affichages écrits, les indications de risques ou de consignes affichés au poste de travail? 8- Risque électrique : Les appareillages électriques sont-ils suffisamment isolés? L organisme de vérification a-t-il émis des réserves à ce sujet? 9- Existe-t-il un risque d inflammation dû à la présence de chiffons gras, de fermentation, d aérosols? 10- Existe-t-il une procédure de permis d entrée dans un milieu confiné? de procédure de consignation? de procédure de mesure de l état d atmosphère? Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 24

25 Risques liés aux substances et produits chimiques dangereux Nature du risque C est un risque d infection, d intoxication, d allergie, de brûlure, par inhalation, ingestion ou contact cutané des produits mis en œuvre ou émis sous forme de gaz, de particules solides ou liquides. Les conséquences de l inhalation ou de la contamination de substances dangereuses n ont pas toujours des effets visibles immédiatement. L intensité et la durée d exposition sont des facteurs de risques. Situations dangereuses Utilisation de produits dont l étiquetage est absent. Emission de gaz (appareil de chauffage, ), aérosols (vapeur d huile chaude, ). Emission de poussières : métalliques, de ciment, de farine, de sciure de bois Emission de fumées : soudure, gaz d échappement, Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 25

26 Mesures de prévention Remplacer un produit dangereux par un autre moins dangereux. Limiter les manutentions de produit : diminuer les quantités, Capter les produits émis (captation à la source, hotte, ) ou ventiler les locaux. Prendre en compte le traitement, le stockage et l évacuation des déchets. Faire porter des EPI : protection respiratoire, gants, lunettes, Informer le personnel des précautions d emploi : Usage des FDS Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 26

27 Fiche d analyse du risque 1- Les récipients sont-ils étanches et solides? 2- Les récipients sont-ils étiquetés avec les couleurs et pictogrammes conventionnels? 3- Les personnes travaillant à proximité, sont-elles capables d identifier tous les pictogrammes qui figurent sur les contenants? 4- Le personnel exposé est-il formé, informé et sensibilisé sur les risques et les conditions d utilisation? 5- Les fiches de données de sécurité, ont-elles été analysées avec le médecin du travail? 6- Ce produit est-il inflammable? Quelle est la température de l auto inflammation? 7- Ce produit est-il travaillé ou stocké avec un gaz ou un matériau inerte? 8- Les appareils de protection collective, (aspiration) sont-ils vérifiés périodiquement? 9- Existe-t-il des EPI? Sont-ils portés? 10- Existe-t-il des douches de décontamination et des laveurs d yeux? 11- Existe-t-il une procédure écrite de réception, de stockage et de manipulation des produits? Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 27

28 Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 28

29 Risques de chute plain-pied Nature des risques Ce sont des risques d accident qui résultent d un contact brutal d une personne avec le sol ou un objet (une machine statique ou en circulation, ) au cours de la chute. Situations dangereuses Sol glissant : produits répandus tels : huile, boue, eau, Sol inégal: crevasse, estrade, trou, Passage étroit ou encombré par l entreposage d objets Existence de zones de circulation communes aux personnes et aux véhicules : nécessité de croisement, Voie de circulation dangereuse : étroite, en pente, encombrée, en mauvais état Mauvais état des véhicules : pneumatique, frein, feux de signalisation, klaxon, Mesures de prévention Suppression des zones dangereuses : utilisation de revêtements de sols antidérapant, suppression des inégalités du sol, élargissement des passages, Nettoyage périodique et immédiat en cas d épandage de produit, réparation des parties défectueuses Maintien des passages dégagés ; les signaler et les éclairer Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 29

30 Organiser et établir des règles pour la circulation interne des personnes, des véhicules, Signaler, éclairer et entretenir les voies de circulation, les aires de manœuvre, Entretenir périodiquement les véhicules : maintenance préventive et curative. Fiche d analyse du risque 1- Le sol est il normal? Glissant? Irrégulier? En Pente? 2- Les dénivellations sont-elles clairement signalées? 3- Les voies de circulation des engins sont-elles clairement séparées des voies de circulation des personnes? 4- Les voies de circulation sont-elles dégagées? encombrées? marquées au sol? 5- L espace minimum de 80 cm entre deux machines est-il respecté? Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 30

31 Nettoyage périodique et immédiat en cas d épandage de produit Suppression des zones dangereuses Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 31

32 Risques de chute de hauteur Nature du risque A cause de chute, ce sont des risques d accident qui résultent du contact brutal d une personne avec le sol ou un objet. Situations dangereuses Zone présentant des parties en contrebas : escalier, passerelle, quai, fosse, cuve, trémie, Accès à des parties hautes : armoire, étagère, éclairage, toiture, Utilisation de dispositifs mobiles : échelle, échafaudage, Mesures de prévention Supprimer les zones qui ont des différences de niveaux Mettre en place des protections : main courante, garde-corps, Former le personnel pour assurer une utilisation correcte des dispositifs mobiles Porter les EPI appropriés : harnais, Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 32

33 Fiche d analyse du risque 1- Existe-t-il une procédure pour les travaux en hauteur? 2- Est-elle appliquée? 3- Dispose-t-on d équipements pour les réaliser? 4- Procède-t-on régulièrement à des contrôles de l état des gardes corps et des caillebotis? 5- Sont-ils suivis de compte rendu et d effets? 6- Eprouve-t-on des difficultés à accéder à certains équipements et accessoires? Lesquels? Ce qu il ne faut pas faire Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 33

34 Risques liés à la manutention manuelle Nature du risque La manutention manuelle est l une des premières causes des accidents de travail dues notamment: Aux mauvaises postures lors de la manipulation d objet même de faible poids. Conséquences : principalement des lésions musculaires ou articulaires. A la manutention de charge élevée avec un risque d écrasement, de choc,. A la manutention occasionnelle par le manque d habitude et d entraînement des muscles et des articulations. Au travail répétitif qui à la longue, peut entraîner des atteintes de la colonne vertébrale, lumbago, sciatiques, hernies discales et autres troubles Situations dangereuses Manutention de charge de masse unitaire élevée et/ou effectuée de façon répétitive ou à cadence élevée Manutention difficile, contraintes posturales liées à une charge de grande dimension, des arêtes vives, Manutention dans un environnement particulier : température élevée ou basse Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 34

35 Tâches imposant des gestes répétitifs associés à des contraintes posturales et/ou des efforts importants Utilisation d un moyen de manutention inadapté à la tâche à effectuer Mesures de prévention Aménager et organiser les postes de travail de manière à limiter la répétitivité gestuelle, les contraintes posturales et les efforts Utiliser des moyens de manutention et des accessoires appropriés : transpalette, chariot à roulettes, table élévatrice, quai de chargement, moyens de préhension Vérifier régulièrement leur état Utiliser ceux-ci selon les prescriptions prévues à cet effet Limiter leurs usages au personnel formé et habilité Former le personnel pour qu il soit conscient des risques et participe à la recherche et la mise en œuvre des moyens de prévention et de protection. Guide d Hygiène et Sécurité en Plasturgie 35

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

FONTAINIER AGENT D EXPLOITATION D EAU POTABLE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FONTAINIER AGENT D EXPLOITATION D EAU POTABLE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FONTAINIER AGENT D EXPLOITATION D EAU POTABLE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL REGLEMENTATION PREVENTION PROTECTION Les sources de dangers : L électricité Le travail en hauteur Le travail en espace confiné

Plus en détail

Guide d évaluation des risques

Guide d évaluation des risques Guide d évaluation des risques Pressing SR 108 PREV 04/2015 Ce guide a été réalisé par la Carsat Pays de la Loire et les Services de Santé au Travail de la Loire Atlantique et du Maine et Loire. Il comprend

Plus en détail

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état AMBIANCES : BRUIT Source de bruit du type : - matériels, machines, outils - signaux sonores - conversation - Exposition à des amplitudes sonores trop importantes - intégration à la conception des locaux

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Objectif: Mettre en place une politique santé et sécurité au travail. Stratégie: Recenser les risques professionnels Donner un caractère de priorité aux risques recensés Proposer des actions en vue de

Plus en détail

Exemple de document unique

Exemple de document unique Exemple de document unique Tableau 1 Identification, par unité de travail, des risques professionnels (des dangers liés à un équipement, une substance, une méthode de travail susceptible de causer un dommage

Plus en détail

Tableau d évaluation des RISQUES PROFESSIONNELS

Tableau d évaluation des RISQUES PROFESSIONNELS EXEMPLE DOCUMENT N 2 Tableau d évaluation des RISQUES PROFESSIONNELS Secteur de la poissonnerie DOC N2 2.indd 1 21/11/2014 17:04 EXEMPLE DE DOCUMENT UNIQUE Date de mise à jour : Activités Postes Sans Objet

Plus en détail

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE Pièce V Notice d hygiène et de sécurité Page 344 SOMMAIRE I. ORGANISATION GENERALE... 346 A- Effectif et rythme de travail... 346 B- C.H.S.C.T.... 346 C- Formation

Plus en détail

Plan de prévention. Quoi?

Plan de prévention. Quoi? 2 Plan de prévention Quoi? Ce document a pour objectif d évaluer les risques inhérents à la coactivité entre les agents d'une collectivité et les salariés d'une Entreprise Extérieure (). Cette coactivité

Plus en détail

L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS PREAMBULE 1. Le contexte légal Une loi du 31 Décembre 1991 a transposé une Directive européenne du 12 Juin 1989 concernant la prévention des risques dans l entreprise.

Plus en détail

S3.4 La prévention des risques professionnels

S3.4 La prévention des risques professionnels CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNEL RÉPARATION DES CARROSSERIES Classe de seconde Document professeur SAVOIRS ASSOCIÉS DÉVELOPPÉS Savoirs S3.4.1 Les enjeux sociaux des accidents du travail. S3.4.2 Le processus

Plus en détail

ALCOOL DROGUE PERTE DE VIGILANCE DIMINUTION DES RÉFLEXES. Ne pas conduire de véhicule sous l emprise d alcool ou de drogue

ALCOOL DROGUE PERTE DE VIGILANCE DIMINUTION DES RÉFLEXES. Ne pas conduire de véhicule sous l emprise d alcool ou de drogue MÉMENTO PRÉVENTION ALCOOL DROGUE PERTE DE VIGILANCE DIMINUTION DES RÉFLEXES Ne pas conduire de véhicule sous l emprise d alcool ou de drogue Lors d un contrôle, si le taux d alcool par litre de sang est

Plus en détail

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention :

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention : Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail Entreprise utilisatrice (client) Raison sociale : Représentée par : Coordonnées : Téléphone : Entreprise

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées Centre Départemental de Gestion du Cher ZA Le Porche 18340 PLAIMPIED-GIVAUDINS Tél. : 02.48.50.82.50 Fax : 02.48.50.37.59 www.cdg18.fr Adresse postale B.P. 2001 18026 BOURGES Cedex Le Président du Centre

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail

AUDITS DE TERRAIN THEMES OUI NON NR La réponse à la question doit toujours être 1 dans la case oui, non ou non répondue ( ne sais pas )

AUDITS DE TERRAIN THEMES OUI NON NR La réponse à la question doit toujours être 1 dans la case oui, non ou non répondue ( ne sais pas ) VILLE D'AJACCIO SERVICE MEDECINE PROFESSIONNELLE ET PREVENTIVE UNITÉ DE TRAVAIL DATE AUDITS DE TERRAIN THEMES OUI NON NR La réponse à la question doit toujours être 1 dans la case oui, non ou non répondue

Plus en détail

Les étiquettes de danger et leur signification (transport)

Les étiquettes de danger et leur signification (transport) Les étiquettes de danger et leur signification (transport) 1 Explosif 2.2 Gaz non inflammable et non toxique 3 + 2.1 Liquide ou gaz inflammable 4.1 Solide inflammable 4.2 Spontanément inflammable 4.3 Dégage

Plus en détail

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES 5 800 incendies par an dans les locaux industriels 1 incendie sur 4 est dû à une installation électrique défectueuse La plupart des incendies se déclarent la

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.)

Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.) ANNEE 20.../20... Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.) Nom de l école :... Circonscription :... N RNE :... Tél :...Mail :... D.U.E.R. à envoyer à : - l'ien - M.

Plus en détail

Statistiques des accidents du travail et des maladies professionnelles RASSCT 2013

Statistiques des accidents du travail et des maladies professionnelles RASSCT 2013 Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique Territoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex Tél. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 10/2015 Cl.

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

Chapitre 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail

Chapitre 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail Contenus : Module 8 : Prévention des risques professionnels Chapitre 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail Objectif général: Appliquer l approche par les risques dans l activité de

Plus en détail

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels :

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : AIDE A DOMICILE Aide à domicile Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : L évaluation des risques (décret du 05 nov. 2001) doit être une démarche collective

Plus en détail

IDENTIFICATION PRÉLIMINAIRE DES RISQUES

IDENTIFICATION PRÉLIMINAIRE DES RISQUES 1. Pièce mobile en mouvement (courroie, convoyeur, ventilateur, etc.) 1. 1. Cisaillement 1. 2. Entraînement 1. 3. Coincement 1. 4. Frappé par 1. 5. Frapper contre 1. 6. Écrasement 2. Courant électrique

Plus en détail

L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103. Philippe Malouines, 10 Avril 2008

L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103. Philippe Malouines, 10 Avril 2008 L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103 Philippe Malouines, 10 Avril 2008 Le Décret du 20 février 1992 Champ d application Le décret du 20 février 1992 est applicable lorsque du personnel d

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 9-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 9 : L évaluation des risques professionnels en médecine nucléaire Le document unique. L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06 Page 1 sur 8 ENTRETIEN DES LOCAUX ASPECT REGLEMENTAIRE En matière d entretien et de nettoyage des locaux, la règlementation impose à l autorité territoriale certaines opérations : Tenir en état constant

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. OPERATION N du. Responsables des Entreprises

PLAN DE PREVENTION. OPERATION N du. Responsables des Entreprises PLAN DE PREVENTION Décret N 92-158 du 20 février 1992 : Travaux effectués dans un établissement par une entreprise extérieure Arrêté du 19 mars 1993 : Liste des dangereux - Code du travail articles R.237-1

Plus en détail

Cadre légal Inflammables Vers 2009 15

Cadre légal Inflammables Vers 2009 15 Inflammables Introduction On qualifie d s les liquides qui peuvent, à des températures proches de la température ambiante, s enflammer en présence d une source d ignition (étincelle, flamme nue, surface

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

ES & ST Education pour la Santé et la SécuritS

ES & ST Education pour la Santé et la SécuritS ES & ST Education pour la Santé et la SécuritS curité au Travail LP Etienne LENOIR J. MUZARD Bac Professionnel Restauration 1 sommaire 1. ES & ST titre 2. Sommaire 3. Pourquoi la prévention des risques?

Plus en détail

Stockage de produits chimiques

Stockage de produits chimiques Conseils prévention Santé au travail Crée le 28/04/2011 par VK Mise à jour 28/04/2011 par VK Stockage de produits chimiques 1 Risques liés au stockage de produits chimiques...2 2 Règles générales...2 3

Plus en détail

Dans quels cas réaliser un plan de prévention?

Dans quels cas réaliser un plan de prévention? Dans quels cas réaliser un plan de prévention? «L opération» peut être de différentes natures : chantiers, travaux de bâtiment, entretien de locaux, prestations intellectuelles Planification d une opération

Plus en détail

FICHE D ENTREPRISE. Etablie en application de l article R. 4624-37 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989

FICHE D ENTREPRISE. Etablie en application de l article R. 4624-37 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989 I RENSEIGNEMENTS D ORDRE GÉNÉRAL 1. Date d établissement de la fiche FICHE D ENTREPRISE Etablie en application de l article R. 462437 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989 Médecin du travail

Plus en détail

Livret métier Le risque chimique. Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis

Livret métier Le risque chimique. Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis Livret métier Le risque chimique Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis Sommaire Pourquoi ce livret?...................... 4-5 L es produits dangereux................ 6-9 L es

Plus en détail

Nom de l entreprise :. Activité réelle de l Entreprise :. N Adhérent : Personne(s) qui évalue(nt) :.....

Nom de l entreprise :. Activité réelle de l Entreprise :. N Adhérent : Personne(s) qui évalue(nt) :..... REPERAGE DES DANGERS DANS LES ENTREPRISES DE FABRICATION DE BÉTON PRÊT À L EMPLOI (BPE) Nom de l entreprise :. Activité réelle de l Entreprise :. N Adhérent : Nombre de salariés :.. Dont nombre d intérimaires

Plus en détail

CONSIGNES DE SECURITE ET D'INSTALLATION

CONSIGNES DE SECURITE ET D'INSTALLATION l CONSIGNES DE SECURITE ET D'INSTALLATION NOTICE ORIGINALE IMPORTANT : Lire attentivement tous les documents avant le stockage, l'installation ou la mise en service du matériel concerné (à usage strictement

Plus en détail

Programme de prévention Service de sécurité incendie

Programme de prévention Service de sécurité incendie Général ACCÈS AUX BÂTIMENTS diverses, chutes et glissades Prévenir le supérieur immédiat lorsque l accès au bâtiment n est pas sécuritaire. Installer un système d éclairage aux entrées et dans le stationnement

Plus en détail

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE 1 Pièce V Notice d hygiène et de sécurité Page 1 SOMMAIRE I.ORGANISATION GÉNÉRALE...4 A-Effectif et rythme de travail...4 B-C.H.S.C.T...4 C-Formation et information

Plus en détail

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN Circulaire n 14/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 avril 2008 Màj juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

Notice hygiène et sécurité Engagement de l entreprise

Notice hygiène et sécurité Engagement de l entreprise BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000 Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01 Préambule Notice hygiène et sécurité Engagement de l entreprise La note ci jointe décrit les engagements

Plus en détail

Utiliser en sécurité les produits dangereux

Utiliser en sécurité les produits dangereux Utiliser en sécurité les produits dangereux Savoir lire l étiquette Les nouveaux pictogrammes de danger 7 3 2 Explosif Inflammable Comburant 4 Gaz sous pression Corrosif Toxique/mortel 5 6 Nocif/altération

Plus en détail

Comment remplir. Votre. Document Unique? SERVICE HYGIENE ET SECURITE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A LA REDACTION DU DOCUMENT UNIQUE

Comment remplir. Votre. Document Unique? SERVICE HYGIENE ET SECURITE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A LA REDACTION DU DOCUMENT UNIQUE Comment remplir Votre Document Unique? Page 1 sur 17 Ce support a été réalisé par le (SHS). L objectif est d harmoniser les réponses de chaque unité, en vue de faciliter l exploitation de l ensemble des

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Fiche Hygiène et Sécurité

Fiche Hygiène et Sécurité Fiche Hygiène et Sécurité N 15 01/13 I nterventions d entreprises extérieures Définition - Généralités On appelle entreprise extérieure toute entreprise amenée à faire travailler son personnel pour la

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES atelier Février 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME Dispositions générales Risque chimique Dans tous les cas, se reporter à la Fiche de Données de Sécurité de chaque produit (fournie à l utilisateur par le fabricant

Plus en détail

LE RISQUE CHIMIQUE. Au travail... ... comme à la maison

LE RISQUE CHIMIQUE. Au travail... ... comme à la maison LE RISQUE CHIMIQUE Un agent chimique dangereux est une substance ou un mélange dont la composition est susceptible de porter atteinte à la sécurité et à la santé des salariés exposés ou des utilisateurs.

Plus en détail

Document unique relatif à l évaluation des risques

Document unique relatif à l évaluation des risques Nom de l entreprise ou de l établissement : Adresse : dernière mise à jour : Document unique relatif à l évaluation des risques Désignation des unités de travail Unités de travail Mise à jour du document

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ Date d édition : 15/09/2011 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Désignation : Asphalte coulé Utilisation commerciale : Produits pour revêtements

Plus en détail

L approche des risques. Analyse, évaluation, suppressionréduction

L approche des risques. Analyse, évaluation, suppressionréduction L approche des risques Analyse, évaluation, suppressionréduction les phases de la démarche Étape 1 - analyse des risques définition des limites de la situation de travail identification des dangers Etape

Plus en détail

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels Charte Prévention Artisans et Entreprises du Bâtiment La démarche V.A.L.E.U.R. Bien sûr... Boîte à outils Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels État des lieux du risque Statistiques

Plus en détail

DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS)

DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS) DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS) Entreprise: *** Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Situation de travail : Machine *** Responsables : * Ingénieur

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

Bibliographie : Directive Cadre Européenne 89/391/CEE transposée en droit français par la loi n 91-1414 du 31 décembre 1991.

Bibliographie : Directive Cadre Européenne 89/391/CEE transposée en droit français par la loi n 91-1414 du 31 décembre 1991. Que contient ce guide? Ce guide permet au chef d entreprise de recueillir de l information sur le fonctionnement réel de son établissement et facilite la recherche des risques dans les ateliers et les

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DANS LES HÔTELS - RESTAURANTS

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DANS LES HÔTELS - RESTAURANTS EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DANS LES HÔTELS - RESTAURANTS INTRODUCTION En vertu d un décret du 5 novembre 2001, l employeur doit transcrire et mettre à jour, dans un document unique, les résultats

Plus en détail

PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT

PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT PROTOCOLE DE CHARGEMENT ET DE DECHARGEMENT -Arrêté du 26 avril 1996 1. OBJECTIF PROTOCOLE DE SÉCURITÉ Adaptation des règles de sécurité prévues par le décret de 1992 (92-158 du 20.02.92) pour les opérations

Plus en détail

FORMATION CONTINUE 2015

FORMATION CONTINUE 2015 FORMATION CONTINUE 2015 Prévention du risque chimique ORME CONSEIL Spécialiste du risque chimique 10 rue Fournet, 69006 LYON contact@orme-conseil.com www.orme-conseil.com PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

Guide pour l élaboration du document unique d évaluation des risques pour les établissements scolaires du premier degré

Guide pour l élaboration du document unique d évaluation des risques pour les établissements scolaires du premier degré Guide pour l élaboration du document unique d évaluation des risques pour les établissements scolaires du premier degré Nombre d AVS/EVS Nombre d agents territoriaux Nom de l IEN de circonscription : Nom

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

PÔLE PRÉVENTION TECHNIQUE

PÔLE PRÉVENTION TECHNIQUE PRESTATIONS PÔLE PRÉVENTION TECHNIQUE Risques chimiques ANALYSE DES RISQUES, FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ, AMIANTE... Ergonomie ÉTUDES DE POSTES Métrologie MESURES SONORES, LUMIÈRE, POUSSIÈRES... Formations

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

Sujet national pour l ensemble des centre de gestion organisateurs TECHNICIEN PRINCIPAL TERRITORIAL DE 2 ème CLASSE CONCOURS INTERNE ET DE TROISIÈME VOIE SESSION 2014 Étude de cas portant sur la spécialité

Plus en détail

Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.)

Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.) ANNEE 20.../20... Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.) Nom de l école :... Circonscription :... N RNE :... Tél :...Mail :... D.U.E.R. à envoyer à : - l'ien - la

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous»

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous» REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL «La sécurité est l affaire de tous» Le registre est ouvert en application des dispositions de l article 3-1 du décret 85-603 du 10 juin 1985 modifié relatif

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

GRILLE D AUTO-EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GRILLE D AUTO-EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Ces grilles vont permettre d évaluer les risques spécifiques à chaque école. Dans la colonne «observations», décrire la situation qui amène à répondre «non» ou «non satisfaisant» à la question posée. Par

Plus en détail

ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant

ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant OUI! ACCUEIL ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant Nom de l entreprise : Nom du responsable de l accueil : Nom de l accueilli : Nom de la personne à contacter en

Plus en détail

Des gestes simples pour vous protéger

Des gestes simples pour vous protéger M É T I E R S D U B O I S Des gestes simples pour vous protéger www.rsi.fr/prevention Des gestes simples pour vous protéger Mal de dos et tendinites.............. 2 Blessures et accidents.................

Plus en détail

En être conscient est la première étape dans la démarche de prévention.

En être conscient est la première étape dans la démarche de prévention. Qu ils soient distribués dans le commerce à usage personnel ou dans vos structures à usage professionnel, les produits chimiques (dont les produits d entretien) peuvent être source de dangers. En être

Plus en détail

Unité de travail : PERSONNEL SPORTIF LIEU : DATE : Nombre de poste(s) :

Unité de travail : PERSONNEL SPORTIF LIEU : DATE : Nombre de poste(s) : Unité de travail : PERSONNEL SPORTIF LIEU : DATE : Nombre de poste(s) : A) S LIES A l'activité SEDENTAIRE 1) Risques de heurts ou de douleurs physiques (dus aux postes de travail proprement dit) S (ou

Plus en détail

PrÉvention sécurité. environnement. Environnement. Prévention Sécurité Environnement. Manutention pages 70-71. Sécurité pages 72-81

PrÉvention sécurité. environnement. Environnement. Prévention Sécurité Environnement. Manutention pages 70-71. Sécurité pages 72-81 SOMMAIRE PrÉvention sécurité Environnement Prévention Sécurité Environnement Manutention pages 70-71 Sécurité pages 72-81 école PSE pages 82-85 Environnement page 86 PrÉvention sécurité Environnement les

Plus en détail

La prévention dans les collectivités territoriales

La prévention dans les collectivités territoriales Note HYGIENE & SECURITE 002 2007 La prévention dans les collectivités territoriales L autorité territoriale a dans l obligation d organiser la prévention en matière d Hygiène et de Sécurité, afin que dans

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Passeport sécurité. Bâtiment et Travaux publics. La sécurité, parce qu une vie n a pas de prix!

Passeport sécurité. Bâtiment et Travaux publics. La sécurité, parce qu une vie n a pas de prix! Passeport sécurité Bâtiment et Travaux publics La sécurité, parce qu une vie n a pas de prix! Nom :... Prénom :... J atteste avoir reçu par la société Sad s Group le passeport sécurité, le Signature du

Plus en détail

«Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée :

«Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée : «Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée : En partenariat, entre l Association Nationale de Médecine du Travail et d Ergonomie du Personnel des Hôpitaux et la Société Marocaine

Plus en détail

Entreprises de travail à façon de la viande. Plan de prévention

Entreprises de travail à façon de la viande. Plan de prévention Entreprises de travail à façon de la viande Plan de prévention L intervention dans l entreprise du donneur d ordre ajoute aux risques propres au travail de la viande des risques d interférences avec l

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

La santé de vos soudeurs vous concerne. Santé, Sécurité et Soudage 24 juin 2010

La santé de vos soudeurs vous concerne. Santé, Sécurité et Soudage 24 juin 2010 1 La santé de vos soudeurs vous concerne Santé, Sécurité et Soudage 24 juin 2010 2 Sommaire - Accueil au centre de formation - Principe de la sécurité du soudage - Différents risques et dangers du soudage

Plus en détail

Lycée des Métiers du Bâtiment, des Travaux Publics et de la Topographie RENE CAILLIE. Livret d accueil LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

Lycée des Métiers du Bâtiment, des Travaux Publics et de la Topographie RENE CAILLIE. Livret d accueil LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Livret d accueil LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Toute personne au travail, quel que soit son statut, effectuera avec d autant plus d efficacité, les tâches confiées si

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE ET LE CHSCT

LE DOCUMENT UNIQUE ET LE CHSCT Chaque année, les accidents de travail, de trajet et les maladies professionnelles se traduisent par la perte de 42 millions de journées de travail. Environ, 115 000 salariés sont journellement absents

Plus en détail

Liste de contrôle Soudage, coupage, brasage et chauffage (travaux à la flamme)

Liste de contrôle Soudage, coupage, brasage et chauffage (travaux à la flamme) La sécurité, c est réalisable Liste de contrôle Soudage, coupage, brasage et chauffage (travaux à la flamme) Les installations de soudage au gaz de votre entreprise sontelles en parfait état de fonctionnement?

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis

Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Participants: Interne en médecine

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION 1. CONTEXTE DE MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE PREVENTION 2. LES DIFFERENTES ETAPES DE LA COORDINATION

PLAN DE PREVENTION 1. CONTEXTE DE MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE PREVENTION 2. LES DIFFERENTES ETAPES DE LA COORDINATION PLAN DE PREVENTION 1. CONTEXTE DE MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE PREVENTION Pour toute opération de travaux ou prestation de service réalisée par une ou plusieurs entreprises extérieures sur les sites de l ANSES

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES GÉNÉRALE Juin 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail