CHAPITRE 2 MINI CAS : LE CANADIEN «MC CAIN» RÊVE DE CONVERTIR LES RUSSES AUX FRITES PP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 2 MINI CAS : LE CANADIEN «MC CAIN» RÊVE DE CONVERTIR LES RUSSES AUX FRITES PP. 87-88"

Transcription

1 CHAPITRE 2 MINI CAS : LE CANADIEN «MC CAIN» RÊVE DE CONVERTIR LES RUSSES AUX FRITES PP POURQUOI ATTENDRE PLUSIEURS ANNEES POUR OUVRIR UNE USINE EN RUSSIE? Deux raisons justifient cette décision. La première est inhérente à l organisation économique de la Russie, la seconde est purement marketing. La Russie est entrée depuis quelques années dans un processus de normalisation économique. Le retard est patent dans certains secteurs, avec des phénomènes parasites qui évoluent en dehors du contexte de la loi et qui sont difficilement acceptables pour une firme multinationale. Il s agit de subtilisation organisée de marchandises, de la nécessité de rémunérer des intermédiaires de manière occulte, de la complexité et de la lenteur des processus administratifs. Concernant les raisons marketing, il faut, en premier lieu, souligner les singularités du produit. En effet, contrairement à d autres produits comme les jouets, l électronique de loisirs ou les produits textiles, la frite est un produit alimentaire à la durée de vie très courte. De plus, sa conservation délicate et couteuse lorsqu elle est surgelée. Ajoutons à cela la faible marge qui n est pas compensable par des couts logistiques, et en conséquence impose une production locale. L implantation d une usine en Russie, même de petites capacités, suppose de vendre des volumes importants. Comme il est souligné dans le texte la découverte de la frite s opère par le biais de la restauration rapide. Il est donc nécessaire de calculer la transformation de cette consommation hors foyer en consommation d expérience puis habituelle chez le consommateur russe des grandes villes. Les changements de comportement relatifs à la consommation alimentaire sont ceux qui prennent le plus de temps et qui sont en proie aux différences culturelles les plus fortes. Le gout a un «ADN» bien ancré dans la culture du consommateur quelle que soit sa nationalité. QUELLES SONT LES QUESTIONS MAJEURES QUE DEVRA SE POSER LE RESPONSABLE MARKETING DU PROJET RUSSE? Comme toujours en pareilles circonstances, il faut que le responsable marketing de Mc Cain pour la Russie s applique le tryptique «S.C.P» imaginé par Alfred Sloan.

2 Concernant la segmentation, la frite s installe sur le segment des légumes, plus particulièrement des pommes de terre. C est un «aliment-service» qui a la particularité de ne pas nécessiter de préparation (nettoyage, pelage, découpage). Existe-t-il des produits similaires et, si oui, par qui et comment sont-ils distribués? SI Mc Caïn est le premier à produire et commercialiser de la frite surgelée, ce statut de pionnier compliquera l étude de marché, car, il ne pourra bénéficier d une lecture du marché auprès de marques déjà implantées sur cette niche de marché. Le ciblage, quant à lui, identifiera des profils de «consommateurs découvreurs» de la frite via la fréquentation de restaurants rapides. Il sera aisé de les interroger à la sortie ou à l intérieur des restaurants. Entre firmes américaines on s entraide. S il est avéré que la cible est composée prioritairement de jeunes adultes (18/25 ans) il sera envisageable de les interroger dans d autres lieux qu ils fréquentent (universités, bars, patinoires, salle sports, salle de concerts, etc.) Par ailleurs, il sera utile de mesurer le potentiel de consommation hors foyer et hors restauration rapide, cantines scolaires, restaurants universitaires, restaurants d entreprises et de collectivités (administration, armée, hôpitaux). En conséquence, avant d investir une somme importante dans une usine de production de frites en Russie, il est nécessaire, par des études de marché régulières (tous les six mois) de mesurer l évolution probable du marché. La question sera : à un an, trois ans, quelle sera l évolution de la consommation de frites (en kg/par habitant) sur les marchés BTB et BTC? Il sera donc nécessaire d identifier les profils de consommateur cible, d en calculer le nombre et d en identifier les intentions d achat et de consommation des grandes villes. Ce potentiel est-il susceptible de rentabilisé l investissement? En complément d information, se reporter à l article : «Les commandements de l homme d affaires en Russie» Les Échos enquête 12 décembre 2012 p 13 QUELS SONT LES ELEMENTS QUI JUSTIFIERAIENT UNE APPROCHE GLOBALE DU MARCHE DE LA FRITE SURGELEE PAR «MC CAÏN»? L uniformisation des modes de consommation tient au développement ou au rattrapage du retard économique des pays. La société de consommation imprime des valeurs qui mutent en attitudes et en codes, reproduisant les mêmes comportements que dans les pays développés. La population russe, après des années de privation, notamment alimentaire, découvre peu à peu l offre des pays développés. Une fois habitués à la consommation de frites pour les repas pris au foyer, ou proposés par les restaurants, les restaurants d entreprise, le marché décollera et représentera un volant point mort pour amortir un investissement industriel. Progressivement, les modes de consommation de la frite du consommateur russes rejoindront et se lisseront à ceux des consommateurs des pays développés. Globalement, on consommera de la frite de la même manière partout de la même manière.

3 MINI CAS : LA POLICE LANCE LA CHASSE CRUELLE AUX POUPÉES «BARBIE» P. 90 AU-DELA DE LA VALEUR D USAGE, QUELLES SONT LES VALEURS D IMAGE DE LA POUPEE «BARBIE»? Il faut distinguer la valeur d image de la valeur d usage d un produit. La valeur d usage est celle qui est liée à la fonction primaire, technique. À travers sa fonction, quel(s) services(s) rend le produit? Une automobile a une valeur d usage lorsqu elle sert une fonction économique. Se rendre à l usine ou faire une tournée matinale pour une infirmière est des actes qui relèvent de la fonction d usage. La fonction d image est celle que projette le produit et surtout sa marque auprès de l environnement social du consommateur. Arriver au bureau au volant d un cabriolet Ferrari n imprime pas la même image qu avec un break Logan! Pour une poupée, la valeur d usage n a pas de finalité économique, mais hédoniste. Naturellement, les économistes pourraient opposer la valeur d usage à la valeur de substitution. Mais il parait difficile de mesurer la valeur d usage d une poupée à celle d une boite à chaussure ou d une bobine de fil, ou encore d une console de jeux! La Poupée Barbie a celle particularité d installer la petite fille dans un monde de rêves. À travers le jeu avec sa poupée, elle entretient une complicité, seule ou avec d autres petites filles amies. Les représentations qu elle nourrira se construiront autour du proche avenir où elle quittera son statut de petite fille pour entrer dans le monde de l adolescence, la faisant ainsi basculer dans les rapports de séduction. Ce mécanisme psychologique n est pas nouveau et remonte à plusieurs siècles. Cependant, c est l apparence et la silhouette de cette poupée qui emprunte à tous les standards de la séduction «moderne», disons à l américaine, si l on accepte l idée que la poupée Barbie reprend les canons de la mythique Marylin Monroe. CETTE VALEUR D IMAGE EST-ELLE GLOBALE? Si l on accepte l idée que les standards américains sont ceux qui s imposent dans le monde entier, la réponse est oui. Cependant, il faut prendre de la distance avec cette représentation qui peut être remise en cause. C est le cas en Iran. Ce qui est global, c est la manière dont les petites filles du monde entier s approprient la poupée ; le mécanisme psychologique, lui, est universel. Toutes les petites filles aspirent à grandir et entrer progressivement dans le monde des adultes pour devenir une femme. Entretenant un rapport complice avec son jouet, elle se construit un imaginaire de situations possibles et/ou probables selon sa propre personnalité.

4 QUE TIRER DE LA REMARQUE DE «FARNAZ»? Cette maman fait le constat que la pression sociale est plus forte que les interdits de la République islamique. De manière inconsciente, la préférence exprimée par la petite fille de Farnaz, démontre, s il en était besoin, le besoin de séduction inconscient de toute petite fille ; Ce «mécanisme», cette construction psychologique plus ou moins inconsciente est universelle. Il est étonnant de constater que cette petite fille n adhère pas au modèle de poupée «politiquement correcte», dans un pays où la publicité rejette les codes de celle de l Occident, où sa mère respecte les codes vestimentaires de l Islam.

5 MINI CAS : LE DISTRIBUTEUR AMÉRICAIN «WALL MART» QUITTE LE MARCHÉ ALLEMAND HUIT ANS APRÈS S ETRE IMPLANTÉ PP Expliquez la notion de concept global du format Hypermarché à l américaine à l enseigne «Wall Mart», Le leader de la distribution mondiale, Wall Mart se développe dans de nombreux pays et faisant un copier-coller de son métier de distributeur à travers concept de magasin. C est l approche globale. Cela concerne principalement : Le positionnement institutionnel de l enseigne ; Son slogan «every days, lower prices» ; Le concept de magasin (politique d assortiment et politique commerciale) ; Son marketing produit ; Le système d information ; La gestion de la relation client ; La gestion des approvisionnements et la logistique ; La gestion des achats et des fournisseurs. Le cliché photographique pris par l auteur dans un magasin à Montréal, ci-dessous, illustre l approche globale du positionnement prix de l enseigne américaine. EXPLIQUEZ LES DIFFERENCES CULTURELLES IGNOREES PAS L ENSEIGNE AMERICAINE EN ALLEMAGNE Concernant le dicsonte, il faut souligner que le consommateur allemand est un consomm acteur. Il est très informé, compare, étudie les promotions. Le consommateur allemand est de surcroît un consommateur «libre». Par exemple, il n aime pas que l on touche à la marchandise qu il a achetée et qui se trouve sur le tapis de la caisse. Il veut luimême mettre dans son cabas ses produits sans qu ils soient manipulés par une caissière.

6 Soucieux de propreté, il considère de l aménagement des rayons (celui de fruits et légumes tout particulièrement doivent être exemplaires, ce qui n a pas toujours été toujours le cas dans les unités de Wall Mart en Allemagne. Les produits sont également parfois inadaptés au marché allemand. C est le cas (entre autres) des taies d oreiller dont les dimensions américaines sont inhabituelles pour le consommateur allemand. L assortiment est le même dans tous les magasins rachetés par l enseigne américaine. Selon les régions, les habitudes alimentaires varient. La plupart du temps, elles sont liées aux différences climatiques et géographiques. Les unes sont déclinées des autres. QU AURIEZ-VOUS CONSEILLE AU RESPONSABLE DU MARCHE ALLEMAND DE «WALL MART» AVANT L IMPLANTATION DE L ENSEIGNE SUR LE PREMIER MARCHE EUROPEEN? À l évidence, le distributeur est arrivé «sûr de lui» estimant que ses succès antérieurs lui permettaient de considérer qu il pouvait imposer son modèle économique. Il aurait été préférable de faire une étude de marché de la distribution alimentaire en Allemagne, et plus particulièrement du disconte. Cette étude aurait non seulement mis en lumière l importance de la concurrence locale, mais également les habitudes d approvisionnement des consommatrices allemandes. Les comportements sont la conséquence de la période de reconstruction où les Allemands ont du faire beaucoup d efforts. Dans les années cinquante, leur niveau de vie était bas et il fallait faire attention aux dépenses. Aujourd hui, les foyers allemands ont conservé en grande partie ces réflexes. Acheter en petites quantités, plusieurs fois par semaine, dans des magasins proches du domicile est une habitude solidement ancrée dans les foyers allemands. Ils sont restés attentifs aux promotions, privilégiant un bon rapport qualité-prix. Une étude qualitative centrée sur les habitudes d achat sur les attentes des consommateurs et leurs évolutions éventuelles était nécessaire. Des réunions de groupe par région (länder) s imposaient donc. En effet, on établit rapidement le constat que les habitudes et les attentes sont très différentes entre Hanovre et Munich! Le cliché photographique présenté ci-après illustre à travers l uniforme de la caissière d un magasin Wall Mart, illustre le positionnement de l enseigne désireuse de distiller un message de proximité avec ses clients.

7 Cliché auteur : 2012 On peut compléter l information à travers l article : «Wall Mart mises sur l international et la réduction des couts pour doper ses résultats» Les Échos 18 aout 2010 p 18

8 ÉLÉMENTS DE RÉPONSE AUX QUESTIONS POSÉES P. 131 QUESTION N 1 : QUELS SONT LES FACTEURS QUI IDENTIFIENT LA CULTURE D UNE NATION? L internaute devra se reporter à l illustration n 20, p 85. D une manière plus générale, un individu est marqué par la culture de son pays, et, plus largement, par la région d où il vient. Qu y a-t-il en commun entre un Italien des Pouilles, un habitant de Milan, ou de Venise? Autant de différences qu entre un Allemand de Hanovre et celui de Munich, et autant de différences qu entre un Texan et un Californien. Plus globalement, un pays est marqué par son histoire et les grands hommes qui ont forgé ses singularités. Des hommes et des femmes de Paix, des scientifiques, des aventuriers, des chefs de guerre, des politiciens, des artistes, etc. Les singularités de la situation géographique du pays expliquent sa richesse, parfois sa richesse passée, mais également la manière dont les Hommes se sont accommodés de l environnement pour survivre. Cela se traduit en habitudes d alimentation, en usages et en rites. Il ne faudra pas oublier non plus l influence des croyances, comment se sont-elles incrustées dans le pays? Comment renaissent-elles? Comment ont-elles été le ferment d une guerre civile? Rappelons qu Henry IV, protestant à l origine, a été obligé de se convertir au catholicisme pour monter sur le trône de France. Si les États-Unis traitent la France de «vieille nation», c est que ce pays n a pas 250 ans, comme tous ceux du continent Nord et Sud-américain, alors que la France est déjà vieille de onze siècles, si l on admet Clovis comme point de départ. Leur «construit» s est réalisé sur une succession de vagues d immigration. L immigrant poursuit deux desseins : se reconstruire et faire fortune. Évoluer dans un monde hostile, où chacun défend bec et ongles sa place acquise de haute lutte, ce qui explique en partie le développement de la culture américaine, où chacun encore aujourd hui peut disposer d une arme de poing. Question n 2 : Citez plusieurs exemples de tabous qui conditionnent un mode de consommation dans un pays étranger? Rappelons qu un tabou est défini page 91. Cette gêne qu un individu ou un groupe d individus ressent lorsque l on évoque une situation passée ou présente doit être prise en compte lors d une étude de marché. Ainsi, après 1945, les Allemands ont été gênés à l évocation du III e Reich. Cette page de leur Histoire peu glorieuse était taboue. Avec l évolution des mœurs, certains tabous évoluent et il est plus facile de les évoquer. Citons, l homophobie, la vie sexuelle des prêtres catholiques, actuellement l autorisation donnée par Rome pour célébrer des messes selon le rite de Saint-Pie V, donc en latin. L action de soutien de l Église catholique romaine aux anciens dignitaires nazis pour leur exfiltration en Amérique du Sud. La pauvreté et le chômage sont des tabous. La diplomatie s entoure de beaucoup de précautions pour éviter de froisser des dirigeants de nations puissantes avec lesquelles les enjeux commerciaux sont importants. Ainsi, la révolte des étudiants sur la place Tien An Men est une page d histoire à éviter, alors que l on peut faire cohabiter enrichissement rapide individuel et économie sociale de marché.

9 QUESTION N 3 : POUR QUELLES RAISONS LES ENTREPRISES ESSAIENT-ELLES DE PLUS EN PLUS DE CIBLER UNE COMMUNAUTE DE CONSOMMATEURS? Soulignons tout d abord que cette question touche prioritairement les entreprises qui opèrent sur le marché des produits et services de grande consommation. Cette question renvoie au problème du communautarisme avec lequel le politique a justement un tabou. L homme de marketing est pragmatique et s intéressera à un groupe de consommateurs dès lors que les études auront préalablement démontré qu une offre dédiée peut faire se développer le chiffre d affaires. Compte tenu des grandes migrations mondiales de population au cours du XX e siècle, un pays est souvent composé de plusieurs ethnies qui cohabitent plus ou moins harmonieusement. Ces groupes deviennent des communautés lorsqu elles revendiquent le souhait de partager des valeurs communes. Cependant, le partage de valeurs communes n est pas l exclusive d une origine ethnique. Citons la marque australienne Quicksylver qui estime que les attributs portés par la marque sont des marqueurs auprès d une cible de consommateurs mondiaux dont les modes de vie se ressemblent. Il existe donc une tendance à rechercher : des groupes de consommateurs ayant les mêmes caractéristiques et/ou qui se ressemblent déjà dans le mode de vie qu ils ont choisi. Citons l exemple de L Oréal qui cible, au plan mondial, les femmes métisses et noires pour des gammes mondiales de produits capillaires et de soin de peau ; des individus qui partageraient des valeurs communes pour peu qu une marque les fédère à travers une image déclinant des attributs fédérateurs (exemple Quicksylver) ; des individus fortement ancrés dans des valeurs ethniques (nationalistes et/ou religieuses) qui recherchent des produits qui en respectent les préceptes. Citons le développement de réseaux de distribution casher, à l enseigne Naouri en France. Dans ces trois situations, l entreprise n aura pas (ou très peu) à adapter son offre puisqu elle ciblera des consommateurs qui se rassemblent autour d attentes puisqu ils se ressemblent à travers les besoins exprimés ou supposés. L approche globale est au cœur de cette approche toujours dans la quête d économie d échelle. QUESTION N 4 : QUELLES RELATIONS PEUT-ON ETABLIR ENTRE DIFFERENCES CULTURELLES ET PREFERENCES CULTURELLES? Il faut distinguer les préférences culturelles des différences culturelles. Les différences culturelles sont celles qui sont observées par le décideur marketing lorsqu il engage une série de prétests avant le lancement d une marque et de la gamme de produits qui la compose. Ces différences culturelles marquent un fossé à ne pas franchir sous peine d être sanctionné par le marché, car les habitudes de vie, les valeurs rapportées à la nature de l offre sont trop éloignées des composantes de chaque politique du mix. En d autres termes, les habitudes sont si solidement ancrées qu à court et moyen termes qu il est très peu probable de convertir les consommateurs. Ainsi, Danone, a-t-il voulu convaincre les Chinois des bienfaits des produits lactés, alors que l estomac de ces derniers était allergique à la caséine du lait. Après dix années de vaines tentatives, Danone a dû se résigner à vendre ses

10 usines à un groupe anglais en Chine et reconvertir son offre en boisson à base de jus de fruits et de lait. Proposons un autre exemple, Le groupe mondial Procter et Gamble a réussi à imposer un produit phare, son shampooing antipelliculaire «Head & Shoulders» partout dans le monde sauf en France. Le marché du shampooing est très complexe, car le produit, pour peu qu il ait une action spécifique est perçu comme un médicament. Après plusieurs dizaines d années d effort et beaucoup d investissements en marketing et communication, la part de marché détenue par ce produit est très en dessous des positions détenues dans les autres pays européens. À travers ces deux exemples, on évoquera les différences culturelles. Les préférences culturelles ne sont pas des rejets, mais des choix entre deux offres similaires. Prenons l exemple de la marque espagnole Chupa Chups, leader européen dans les bonbons. À l analyse de ses ventes, elle s est aperçue qu un paquet composé de plusieurs sucettes rondes d arômes différents n était pas consommé de la même manière en Europe. En Allemagne, les faveurs allaient aux sucettes à la coca, alors qu en Russie, c était les sucettes à la réglisse qui étaient préférées. Proposons un dernier exemple, les habitudes d équipement ménager concernant la machine à laver le linge. Deux types de machines existent, celles qui se chargent par le dessus et celles qui se chargent par le devant par le biais d un hublot. En Europe du nord, la machine à laver le linge est voisine de celle qui lave la vaisselle et elles sont encastrées sous un plan de travail dans la cuisine. En France, les préférences sont nettement marquées vers la machine à chargement par le dessus. En ville, elle trône dans la salle de bains. À la campagne, elle est installée dans une pièce subsidiaire (laverie ou buanderie). Les Français n aiment pas faire cohabiter le linge sale avec l espace où l on fait la cuisine. C est une préférence. Enfin, en forme de clin d oeil, attirons l attention sur le fait qu il est habituel en Chine que les femmes mariées cohabitent dans le même appartement ou la même maison avec leurs beauxparents, qu elles soient actives ou femmes au foyer! Cette situation ne serait pas pour une jeune femme française une préférence, qu elle distinguera bien comme une différence, dont il est peu probable qu elle la fera sienne. Le texte ci-après illustre le phénomène de préférence culturelle qui puise ses racines dans l Histoire. Les couleurs et les cultures. Les couleurs ont toujours été porteuses de symboliques. Au Moyen Âge, il était très difficile de fabriquer des couleurs et surtout de les stabiliser. Les étoffes perdaient donc rapidement de leur éclat après quelques lavages. Les couleurs étaient un signe de richesse et de reconnaissance. C était un privilège que de porter des vêtements teints. Une couleur permet d étiqueter, de reconnaître, donc d identifier. En France, le vert est, depuis le Moyen Âge, la couleur des médecins et des apothicaires en raison des plantes dont ils se servaient. En Italie, la croix des pharmaciens est généralement rouge, couleur du sang. C est une manière de mettre en avant le rôle social et humanitaire, alors que les apothicaires français insistent plus sur leurs compétences médicales grâce à la couleur verte. En France, et plus généralement en Europe, jusqu à la fin du XVIII e siècle, la mariée était vêtue de rouge et non du blanc traditionnel. La couleur rouge était très difficile à réussir sur une étoffe, et c était donc l occasion (unique) de montrer sa plus belle robe. Ce n est qu avec le XIX e

11 siècle que le blanc de la robe de mariée s est imposé, d abord dans les couches les plus aisées de la société française, puis progressivement dans les couches populaires. La couleur jaune, quant à elle, traîne depuis la nuit des temps une mauvaise réputation. C est la couleur des traîtres, des tricheurs, de la tromperie en général. Ne parle-t-on pas des «jaunes» pour désigner, lors d une grève, les ouvriers qui se rangent du côté des patrons? L expression «jaune cocu» n est donc pas née par hasard, pas plus que l étoile jaune dont on affuble les Juifs pendant le régime hitlérien. On avance que les origines de cette mauvaise image viennent du fait que les fabricants de tissu, et notamment les teinturiers, ne parvenaient pas à obtenir une belle couleur jaune, franche et durable. Le jaune reste utilisé avec prudence, aucun parti politique ne l utilise pour emblème. La classification occidentale des couleurs n est pas universelle. En effet, en Asie, on ne désigne pas une couleur par son nom (jaune, bleu, rouge, vert), mais plutôt par sa teinte (mate ou brillante). Les autres cultures, africaines et océaniennes par exemple, distinguent les couleurs sèches ou humides, dures ou tendres, sourdes ou sonores Pour un Asiatique, le blanc est synonyme de deuil, le noir symbolise la terre et, par extension, la vie. Quant au jaunâtre et au brun, jugés «sales» dans notre pays, ces teintes sont valorisées en Inde et en Afrique centrale. Dans certaines tribus africaines, le vocabulaire est étendu pour définir les nuances de brun et les mots utilisés sont différents selon que ce soit un homme ou une femme qui s exprime. Les hommes de marketing étudient avec beaucoup de sérieux l influence des couleurs sur nos comportements. Ainsi, a-t-on appris que la couleur orange, qui évoque le dynamisme et l énergie, lorsqu elle recouvre les murs d un restaurant rapide invite à finir plus vite son repas, ce qui permet de rentabiliser plus rapidement la surface. On voit peu de chambres à coucher décorées en rouge, couleur supposée énerver et néfaste pour le sommeil. À l inverse, le bleu couleur du froid n est pas conseillé pour une salle à manger, car elle ne stimule pas l appétit. Pour en découvrir encore un peu plus, on peut se reporter au Dictionnaire des couleurs de notre temps de Michel Pastoureau de Éditions C. Bonneton. QUESTION N 5 : QUELS SONT LES TERRAINS D OBSERVATION DES DIFFERENCES SOCIOCULTURELLES? Deux situations se présentent : le marché existe déjà où l entreprise veut introduire un nouveau concept (new new product). Si le marché existe déjà, cela veut dire que des consommateurs ont déjà essayé le produit et le consomment plus ou moins régulièrement. L observation de la stratégie marketing des marques en présence est facilitée par l accoutumance des consommateurs. Il est donc aisé de les observer en magasin et de recueillir leur avis. L analyse des campagnes de communication des concurrents apportera des renseignements précieux sur les interdits, les croyances et éventuellement les tabous. Si le produit est très innovant et rompt avec les habitudes il peut déstabiliser, voire inquiéter les consommateurs. Dans ce cas, il sera nécessaire de prendre toutes les précautions au niveau des prétests et notamment d apporter un grand soin lors de la campagne de lancement du produit. La caution d une personnalité pourra atténuer le risque de doute sur le produit et ses fonctions attendues. Par exemple, personne aujourd hui n imaginerait qu un billet d avion «low cost», ou qu une voiture «low cost», soit synonyme de faible sécurité. Si l on pouvait être tenté de le croire, il serait impératif de dissiper immédiatement tous les doutes.

12 QUESTION N 6 : QUELLES SONT LES PRECAUTIONS A PRENDRE DANS LE CADRE DE LA NEGOCIATION D UN CONTRAT COMMERCIAL? La culture touche naturellement les rapports entre le consommateur et les industriels et les distributeurs, mais également les relations entre professionnels. Nous dirons que la culture est autant B2C que B2B. Lors d une négociation, il est utile de connaître à l avance le nombre et la qualité des acteurs qui seront en présence. Il serait également très utile de connaître leur vraie influence au sein de l entreprise avec laquelle on négocie. Le plus gradé n est pas toujours le plus influent, ni celui qui prend ou fait prendre la décision finale. Connaître leurs parcours professionnels antérieurs, leurs parcours d études et leurs origines culturelles, notamment en cas de mixité. Lorsque l enjeu d une négociation est important, une phase de préparation consiste à connaitre les ressorts culturels des protagonistes, plus particulièrement s ils sont de nationalités différentes. Dans les grands groupes mondiaux, cette préparation est systématique. Même au plan mondial, les cercles de grands dirigeants de haut niveau sont assez restreints, souvent ils se connaissent pour avoir antérieurement travaillé ensemble dans un même groupe industriel. L auteur invite l internaute à se reporter à la figure 38 page 121 et également à la figure 39 page 126. QUESTION N 7 : POURQUOI UNE FILIALE COMMERCIALE PERMET-ELLE DE MIEUX COMPRENDRE LES EFFETS DE LA CULTURE SUR UNE STRATEGIE MARKETING? Nous avons déjà souligné que le monde évolue de plus en plus vite et que la physionomie des marchés est en constante évolution. Les consommateurs changent, le paysage concurrentiel change également. Afin d être en prise directe avec le marché, il est utile d être implanté sur place, dans le pays par le biais d une filiale. Elle sera créée de toutes pièces ou bien l on rachètera une société locale. Les deux possibilités ont des avantages et des inconvénients distincts qu il est inutile de développer pour cette question. Concernant la compréhension de la culture, la filiale permet : de disposer d une force de vente locale de la culture du pays. Ceci est un avantage indéniable lorsqu il faut démarcher des distributeurs locaux ; d être en mesure d observer les actions de communication des concurrents locaux et étrangers ; de faire réaliser des études «ad hoc» par des sociétés locales ; de communiquer avec des agences de communication implantées localement qui sauront avertir sur les codes culturels de la cible et mettre en garde sur tel ou tel thème de campagne dont la compréhension serait risquée ou bien interprétée à double sens. Nous proposons le texte d illustration ci-dessous comme une expérience originale qui met l accent sur la difficulté de dépasser les clivages culturels, notamment lorsqu une entreprise s implante à l étranger.

13 Mega International s implante à l étranger à moindre coût. Mega international est un cabinet de conseil en organisation qui possède un réseau de clients très internationalisés. Pour cette PME de 250 salariés, il est important d avoir, elle aussi, une assise internationale afin d être au plus près de leurs attentes et de leurs besoins. La PME Mega international développe un système ingénieux de mobilité internationale assurant un management multiculturel quasi parfait. Au tout début de son existence, Mega International a adopté une stratégie classique qui consistait à expatrier ses consultants. Contractuellement, les coûts de l expatriation étaient naturellement à la charge de Mega international. Ainsi, un cadre expatrié à Boston nécessite un salaire moyen de $, somme à laquelle il fallait rajouter les frais de déménagements, de scolarisation, de logement, ainsi que les billets d avion pour rentrer en France. Cette manière de procéder est celle des grandes sociétés de conseils, comme Cap Gemini, auxquelles appartenaient les fondateurs de Mega international. Mega International décida de procéder autrement et donc de recruter localement. Cette nouvelle approche s avéra être une mauvaise expérience. En effet, non seulement les nouveaux consultants ne maîtrisaient pas la culture de cette PME, mais les recrutements devenaient hors de prix. Ne connaissant pas la culture, il aurait fallu que des cadres maison se déplacent régulièrement pour transmettre les bons réflexes et la manière de travailler. Le cabinet fut obligé de se séparer de nombreux collaborateurs livrés à eux-mêmes. Une autre solution de mobilité devait être trouvée. Il s agit d un compromis qui consiste à faire venir des cadres issus des pays où le cabinet est implanté. En France, on les forme au métier de conseil, aux démarches spécifiques mises en œuvre formant la valeur ajoutée de Mega International. Puis, le cabinet les relocalise dans leur pays d origine, l ingénieur-conseil vivra alors aux conditions de vie locales. Une université interne «Mega University» assure la transmission des savoirs et de la culture maison. Un séjour de formation de plusieurs semaines est indispensable pour asseoir une cohésion entre tous les ingénieurs-conseils, dont la moitié n est pas française. Cette approche a également l avantage d être plus économique. Ainsi, un ingénieur-conseil italien touche une rémunération indexée au niveau de vie local, soit 10 à 20 % en dessous du prix français. Il cotise directement aux caisses de sécurité sociale locale italiennes et ne perçoit bien sûr aucune prime d expatriation puisqu il travaille dans son pays. Un cadre français peut être envoyé aux États-Unis, en Grande-Bretagne, puis revenir en France. Aux États-Unis, il devra se couvrir socialement auprès d un fonds de pension, faire de même en Grande-Bretagne, et accepter des loyers élevés londoniens, mais qui seront compensés par un salaire plus élevé qu en France. Ce système permet à l entreprise d économiser 40 % des charges, mais surtout d éviter qu un fossé se creuse entre «expatrié» et cadres locaux. La longue durée des missions permet en outre une parfaite intégration des cadres étrangers d un bureau de Mega International, mais également une perspective de développement personnel sur le moyen long terme qu offre l entreprise. Chacun y trouvera donc son compte. Extrait adapté et recomposé de Les Échos, 30 mai QUESTION N 8 : SOUS L EFFET DE QUEL MECANISME LES CULTURES EVOLUENT-ELLES? Le développement économique s accompagne d une meilleure maîtrise des fondamentaux de l éducation (lecture, écriture, calcul), mais également d une meilleure qualification et d une ouverture sur l étranger, puisque l activité économique met en relation des acteurs de différents pays.

14 Le développement économique attire les entreprises étrangères qui ouvrent des réseaux de boutiques proposant les mêmes produits que dans les pays riches. L entrée dans la société de consommation fait évoluer le consommateur et bouscule ses représentations relatives notamment aux achats du quotidien. Ainsi, l apparition de chaînes de supermarchés il y a quelques années au Maroc a profondément modifié les comportements d achat. L accès aux chaînes câblées et numériques, à Internet, est une fenêtre sur le monde qui, par comparaison, suscite de nouvelles attentes et diffuse de nouvelles modes et tendances. Cette fenêtre sur le monde occidental, constituée des codes et des modes de pensée des pays les plus développés, sert de «modèle étalon», notamment pour les jeunes adultes (18 25 ans). Ce sont eux qui, dans les pays émergents, sont les locomotives des évolutions sociologiques, donc de la culture de leur pays.

15 RESUME DU CHAPITRE 2 Il est toujours curieux d observer que les étudiants sont étonnés que l on puisse rapprocher le mot de culture et celui de marketing. Comme si l un était très différent de l autre, les deux termes n appartenant pas à la même sphère. La culture agit comme une chambre d écho aux actions marketing, dont la portée est épineuse en marketing international. C est à travers la nature des actions mises en œuvre que le consommateur sera «positivement» disposé à essayer ou acheter et réacheter, ou bien, au contraire, à s écarter de l offre, au point parfois d en détester la marque. L objectif du marketing n est-il pas de donner de l appétit au consommateur?! La compréhension de la culture d un pays est une première étape, certes nécessaire, mais pas suffisante. Celle de la cible est, elle, incontournable, car elle aura un effet induit et direct sur le niveau du chiffre d affaires et de la marge qui en découle. Il n y aura pas une culture, mais des cultures. Si celle des adolescents peut sembler assez convergente dans le monde, celle des agriculteurs est sans nul doute très disparate et fractionnée par des codes très distincts. Il n y a pas de règle en la matière, seule la nature d un produit ou d un service à travers les représentations qu elles suscitent, déclinent des schémas bien différents d un pays à l autre, d un consommateur à l autre. C est bien là que réside l extrême complexité du marketing international sauf pour ceux qui estiment encore naïvement que leur recette est unique. Quelques entreprises américaines en ont fait les frais à la fin du siècle passé. L arrogance est maintenant durement sanctionnée par les consommateurs. Le décideur marketing sera donc conduit à prendre toutes les précautions nécessaires, le consommateur se cabrant comme un cheval refusant le cavalier, lorsque le discours et les actions traduisent mépris et arrogance. Que cette situation soit voulue ou perçue comme telle, le résultat sera le même, à savoir négatif. Depuis 1990, le nationalisme décline de nouvelles valeurs pour l homme de la rue qui se transposent en nouvelles attentes lorsqu il devient consommateur. N oublions pas que «consommateur» est un statut qui se conjugue avec beaucoup d autres. On ne peut le déconnecter d un système de pensée plus global où l individu ne peut rester insensible face aux grands enjeux du XXI e siècle, qu il s agisse du réchauffement de la planète ou bien des raisons du développement de l altermondialisme. Tout est culture!

Chapitre 2 Culture et décisions marketing

Chapitre 2 Culture et décisions marketing Chapitre 2 Culture et décisions marketing Synt hèse du chapitre Il est toujours curieux d observer que les étudiants sont étonnés que l on puisse rapprocher le mot de culture et celui de marketing. Comme

Plus en détail

Chapitre 5 Vérifiez vos connaissances Éléments de réponse

Chapitre 5 Vérifiez vos connaissances Éléments de réponse Chapitre 5 Vérifiez vos connaissances Éléments de réponse Réponse point 1 En quoi la politique produit internationale diffère t elle d une politique produit locale classique? Le problème de la politique

Plus en détail

CHAPITRE 9. Mini cas Communication Aubade p 529

CHAPITRE 9. Mini cas Communication Aubade p 529 CHAPITRE 9 Mini cas Communication Aubade p 529 On ne peut ici proposer que des mises en garde concernant des «promesses» qui pourraient soit être mal perçues ne pas créer la complicité recherchée par la

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

Création du modèle Tanga en 1979, 9 collections par an. - Cahque produit Aubade est crée, recherché et fabriqué sur le sol francais

Création du modèle Tanga en 1979, 9 collections par an. - Cahque produit Aubade est crée, recherché et fabriqué sur le sol francais I) Diagnostic Stratégique a) Diagnostic Interne Diagnostique interne : Les Points forts : Politique innovatrice : 1 er a osé les couleurs, le concept des parrures coordonées, Création du modèle Tanga en

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Le couple «segment produit» au cœur de la stratégie commerciale

Le couple «segment produit» au cœur de la stratégie commerciale Chapitre 1 Le couple «segment produit» au cœur de la stratégie commerciale Quels que soient la taille, le domaine d activité ou la maturité d une entreprise, personne ne remet en cause l importance et

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Brand content : les écarts entre l offre et la demande

Brand content : les écarts entre l offre et la demande 2014 Edition Spéciale 4 Intelligence Applied Les consommateurs sont de plus en plus nombreux, dans le monde, à se montrer très friands de brand content, et la plupart des marques sont prêtes à satisfaire

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

CHAPITRE 1 Marketing international, une dimension incontournable du management pour s imposer au plan mondial

CHAPITRE 1 Marketing international, une dimension incontournable du management pour s imposer au plan mondial TABLE DES MATIÈRES Préface.......................................................... IV CHAPITRE 1 Marketing international, une dimension incontournable du management pour s imposer au plan mondial 1.

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DROIT D AUTEUR/ DROIT DES DESSINS ET MODELES/ DROIT DES MARQUES

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DROIT D AUTEUR/ DROIT DES DESSINS ET MODELES/ DROIT DES MARQUES Cabinet Claude BARANES 27 Avenue de la Grande Armée 75116 Paris Tel : 06 49 73 46 51 Fax: 01 53 64 0972 claudebaranes@avocat-baranes.fr www.avocat-baranes.fr N 73/ Novembre 2014 Lettre d information juridique

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3. Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3. Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3 Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.De la comptabilité générale à la comptabilité

Plus en détail

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Ipsos / Maison de la France Synthèse Jeudi 18 janvier 2007 Ipsos Public Affairs Contacts : Joachim Soëtard 01 41 98 92

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Université à l étranger: University of Malta Semestre/Année de séjour : 6eme semestre Domaine d études : Lettres Modernes QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT L accueil : Quelle impression avez-vous eu à votre

Plus en détail

LES METHODES MODERNES DE MARKETING PEUVENT- ELLES FAVORISER L ACCES AUX MEDICAMENTS VETERINAIRES EN AFRIQUE?

LES METHODES MODERNES DE MARKETING PEUVENT- ELLES FAVORISER L ACCES AUX MEDICAMENTS VETERINAIRES EN AFRIQUE? LES METHODES MODERNES DE MARKETING PEUVENT- ELLES FAVORISER L ACCES AUX MEDICAMENTS VETERINAIRES EN AFRIQUE? Dr Wilhelm Van Trott Session 1: Situation actuelle et spécificité de la distribution et de l

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI

ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI Organisation Internationale pour les Migrations ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI Janvier 2014 Copyright : IOM - GC RESUME L analyse présentée dans ce rapport est tirée

Plus en détail

votre marché-test idéal Le profil de l acheteur en ligne belge

votre marché-test idéal Le profil de l acheteur en ligne belge votre marché-test idéal Le profil de l acheteur en ligne belge Table des matières La Belgique : le point de départ idéal 3 Marché en croissance 4 Pas de saturation en vue 5 Un paiement à l achat 6 Une

Plus en détail

PLAN. La stratégie prix. La stratégie produit. --> Introduction

PLAN. La stratégie prix. La stratégie produit. --> Introduction COURS N 3 : LA STRATEGIE PRIX/PRODUIT DE L ENTREPRISE COURS DE MARKETING / Cours n 3 : La stratégie Prix/Produit de l entreprise --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 La stratégie prix --> Introduction PLAN

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

VOCABULAIRE : Je sais Je ne sais pas

VOCABULAIRE : Je sais Je ne sais pas FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE I : UN SIÈCLE DE TRANSFORMATIONS SCIENTIFIQUES, TECHNOLOGIQUES, ÉCONOMIQUES ET SOCIALES Un navire porte-conteneurs, transport majeur du commerce des marchandises

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Le Contrôle de Gestion, c est une assurance sur la conduite des affaires Et puis, pour le dirigeant. Novembre 2009 DOSSIER : Gestion d entreprise 38

Le Contrôle de Gestion, c est une assurance sur la conduite des affaires Et puis, pour le dirigeant. Novembre 2009 DOSSIER : Gestion d entreprise 38 DOSSIER : Gestion d entreprise 38 Contrôle de Gestion dans les PME : points essentiels et objectifs. Mais pourquoi le Contrôle de Gestion n est-il pas plus présent dans les PME? Oublie-t-on que c est un

Plus en détail

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise Article paru dans la revue de l Association des Directeurs de Comptabilité et de Gestion, décembre 2007. Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

PRÉPARER SA MOBILITÉ INTERNATIONALE AVEC ABITIO

PRÉPARER SA MOBILITÉ INTERNATIONALE AVEC ABITIO PRÉPARER SA MOBILITÉ INTERNATIONALE AVEC ABITIO Réussir l intégration de vos expatriés au Myanmar Etudier, comprendre, s intégrer La rapidité du développement économique du Myanmar impose une réactivité

Plus en détail

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise.

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. La zone de chalandise : une zone géographique de captation La zone de chalandise, ou zone d attraction, est le territoire géographique dans

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises

Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises Economic Focus Février 2003 L'analyse économique appliquée au droit Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises Introduction Le marché de la distribution

Plus en détail

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires Géographie Chapitre n.. La question des ressources alimentaires I) La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan Problématique : Quelles sont les différences entre la situation alimentaire aux Etats-Unis

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Quelle attractivité auprès des jeunes?

Quelle attractivité auprès des jeunes? 05 scope SYNTHÈSE D ÉTUDE SEPTEMBRE 2009 Métiers des Industries Alimentaires Quelle attractivité auprès des jeunes? www.observia-metiers.fr Les Industries Alimentaires, en tant que second employeur industriel

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

Une économie en convergence avec l Europe des 27... 18 L attrait du pays pour les investisseurs français... 18 Les réformes attendues...

Une économie en convergence avec l Europe des 27... 18 L attrait du pays pour les investisseurs français... 18 Les réformes attendues... Sommaire Le cadre du pays................................................................................... 15 Présentation du pays.................................................................................

Plus en détail

Présentation du Groupe IKEA

Présentation du Groupe IKEA Présentation du Groupe IKEA IKEA dans le monde en quelques chiffres En 62 ans, le Groupe IKEA est devenu le leader mondial sur le marché du meuble. En tant que spécialiste de l ameublement et de la décoration

Plus en détail

Un e-commerce de proximité à Levallois. Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès

Un e-commerce de proximité à Levallois. Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès Un e-commerce de proximité à Levallois Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès Attentes et perspectives des commerçants et artisans levalloisiens 2 Un

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts L E S C O N F E R E N C E S D E L I R E S T CYCLE 2014-2015 L Institut de Recherche et d Etudes Supérieures du Tourisme (IREST) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a le plaisir de vous inviter à la conférence

Plus en détail

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année (Aucun document autorisé) Février 2010 Epreuve d Economie générale [2 heures] Questions de cours : A partir de vos connaissances de cours, répondez aux questions suivantes

Plus en détail

Etude exclusive : SoCloz présente le Smartshopper et son impact sur le parcours d achat

Etude exclusive : SoCloz présente le Smartshopper et son impact sur le parcours d achat Dossier de presse Novembre 2014 Etude exclusive : SoCloz présente le Smartshopper et son impact sur le parcours d achat *Sondage Viavoice pour SoCloz, réalisé en ligne du 15 au 19 Septembre 2014. Échantillon

Plus en détail

Les Fiches Conseils. Qu est-ce qui fait la qualité (et donc le prix) d un piano?

Les Fiches Conseils. Qu est-ce qui fait la qualité (et donc le prix) d un piano? Les Fiches Conseils Qu est-ce qui fait la qualité (et donc le prix) d un piano? Quelle différence entre un piano d étude à moins de 3000 (neuf) et un piano de concert à 125 000? Le piano est un instrument

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

Vendre le territoire, un exercice difficile

Vendre le territoire, un exercice difficile Vendre le territoire, un exercice difficile Sandrine Stervinou To cite this version: Sandrine Stervinou. Vendre le territoire, un exercice difficile. Référence, INSEE Pays de la Loire, 2002, pp.20-23.

Plus en détail

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914)

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) Résultats d apprentissage spécifiques Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) programme d études - histoire du canada 1231 (version provisoire 2011) 45 RAS 1 L élève devra examiner

Plus en détail

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité?

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? «Aperçu de la transformation alimentaire» Pour mieux comprendre la compétitivité au sein de diverses industries 1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? Le présent rapport fait appel

Plus en détail

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing Stéphanie MICHEL AMATO Consultante AJEM Consultants Avec le témoignage de François CHALUMEAU Directeur GlobaWare International

Plus en détail

Les territoires dans la mondialisation

Les territoires dans la mondialisation Les territoires dans la mondialisation G5. Les Etats-Unis dans la mondialisation I. Nike, une entreprise à la conquête du monde Comment s est construite la première marque de vêtements au monde? A. Une

Plus en détail

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Paris, le 24 Octobre 2008 Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Un sondage exclusif de l institut Harris Interactive, en partenariat avec la chaîne d information

Plus en détail

Cours de Marketing. Gestion Logistique et Transport. Semestre 1

Cours de Marketing. Gestion Logistique et Transport. Semestre 1 Cours de Marketing Gestion Logistique et Transport Semestre 1 CH I Qu est-ce que le Marketing 1.1/ Un peu d Histoire Fin 19 ème - Début 20 ème : Primauté de la fonction de production. Après la crise de

Plus en détail

ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS-

ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS- Novembre 2013 PROJET M1 COLLECTIF ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS- CULTURELLES EXEMPLE D UNE ETUDE CROSS-CULTURELLE SUR LE THE RESUME DU MEMOIRE TROPHEE SYNTEC 2013 Catégorie : Master 1 collectif Participantes

Plus en détail

Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés

Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés 1. De quelle zone géographique vos PDG/Responsables pays expatriés proviennent-ils? Les dirigeants expatriés proviennent à 42% d'europe occidentale

Plus en détail

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE 16 janvier 2015 Dossier de presse I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE Les missions respectives actuelles des deux agences, quoique par nature différentes, tendent vers un même objectif : celui de l internationalisation

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys.

Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys. Stratégie d entreprise : cas Jurassic toys. Rappel : Diagnostique stratégique S (force) W (faiblesse) O (opportunité) T (menace) Il s agit d une analyse externe, de l environnement. Une filière industrielle

Plus en détail

Le système d information marketing

Le système d information marketing Le système d information marketing Denis Pettigrew Normand Turgeon Gilbert Rock 2001 Chapitre 4 Adapté par Guy Grégoire - Automne 2002l Sommaire Les composantes du SIM (système d information d marketing)

Plus en détail

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1 Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau La mise en place d un réseau de distribution est une opération complexe. Le fabricant

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la détermination d un prix de revient complet par étiquette et par millésime, c'est-à-dire d un vrai tarif commercial, peut se résumer en un mot : Complexe! Complexe par le fait qu

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain

République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain 1 République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain Réforme, innovation et modernisation de l administration publique et des statuts

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi Thème : Cohésion sociale et territoriale Orientation : Favoriser l inclusion sociale des populations (équité et mixité sociales) La part des jeunes s diplôme en 2006 par zone d'emploi Pour les jeunes sortis

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Les clés du comportement à l international

Les clés du comportement à l international Les clés du comportement à l international Dans un monde où la globalisation a de plus en plus d ampleur, bien comprendre et bien intégrer le comportement devient un facteur essentiel dans la réussite

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

Plan Académique de Formation Créteil

Plan Académique de Formation Créteil Plan Académique de Formation Créteil Déroulement de la formation : Du lundi 25 Février 2013 de 9h30 à 16h30. Au Mercredi 27 Février 2013 de 9h30 à 16h30. VISITES D ENTREPRISES FACE À DE NOUVEAUX DÉFIS.

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants 19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants Avec le développement social, la télévision est entrée dans la plupart des foyers en devenant le média de masse

Plus en détail

IUT de Cergy-Pontoise. Economie Semestre 1. Thème de TD n 1 : Les principes

IUT de Cergy-Pontoise. Economie Semestre 1. Thème de TD n 1 : Les principes IUT de Cergy-Pontoise Année universitaire 2013-2014 Economie Semestre 1 Jean-Baptiste Fleury Thème de TD n 1 : Les principes A. Coûts d opportunité Exercice 1 * Pour chaque situation, calculez le coût

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Le divorce des couples mixtes

Le divorce des couples mixtes Le divorce des couples mixtes Spécialiste de la famille et de l enfance, Gérard Neyrand évoque les résultats d une étude très instructive menée sur le divorce des couples mixtes (du point de vue de leur

Plus en détail

Propriété Industrielle

Propriété Industrielle la Propriété Industrielle & l entreprise La propriété intellectuelle recouvre la propriété industrielle, la propriété littéraire et artistique (le droit d auteur et les droits voisins) ainsi que la protection

Plus en détail

Mot d ouverture du président du comité d orientation du congrès 2014 de la Fédération des cégeps Monsieur Hervé Pilon

Mot d ouverture du président du comité d orientation du congrès 2014 de la Fédération des cégeps Monsieur Hervé Pilon Montréal, le 22 octobre 2014 à 10h15 Mot d ouverture du président du comité d orientation du congrès 2014 de la Fédération des cégeps Monsieur Hervé Pilon No. Texte Illustration 1-2 Les voyages! La découverte,

Plus en détail

C&A Europe annonce une solide progression de ses ventes et de sa part de marché en 2010, une base solide pour démarrer 2011, une année anniversaire

C&A Europe annonce une solide progression de ses ventes et de sa part de marché en 2010, une base solide pour démarrer 2011, une année anniversaire Communiqué de presse C&A Europe annonce une solide progression de ses ventes et de sa part de marché en 2010, une base solide pour démarrer 2011, une année anniversaire Un leadership performant en matière

Plus en détail

la performance au travail

la performance au travail kelly Global workforce index la performance au travail 120,000 répondants JUILLET 2013 31 pays Selon vous, êtes-vous suffisamment bien payé? pensez-vous Que vous êtes suffisamment bien payé? (% de oui

Plus en détail

Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité

Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité Enquête Ipsos / pour Septembre 2012 Fiche technique Sondage effectué pour : Doing Good Doing Well Echantillon

Plus en détail

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010 ADEME Les Français et les Energies Renouvelables Baromètre Contexte de l étude La France mise sur le développement des énergies et matières renouvelables pour : Réduire sa dépendance à la fois sur le plan

Plus en détail

PARTIE 1 : DES ECHANGES A LA DIMENSION DU MONDE

PARTIE 1 : DES ECHANGES A LA DIMENSION DU MONDE Géographie Leçon du 22/09/11 CHAPITRE 13 p 214 PARTIE 1 : DES ECHANGES A LA DIMENSION DU MONDE Rappel du programme : Différence entre monde et planète : monde = on s intéresse aux Hommes (zones et espaces)

Plus en détail

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT.

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. Gérard SERVANT, Personnel de Direction, Académie d Aix-Marseille, Docteur en Sciences

Plus en détail

FICHE ENSEIGNANT. Objectif. Objectif spécifique

FICHE ENSEIGNANT. Objectif. Objectif spécifique 1 ACTIVITÉ Domaines Langue française Éducation humaine (vivre ensemble) Objectif Sensibiliser aux effets du marketing sur nos achats. Objectif spécifique Sensibiliser à une consommation avertie. Compétences

Plus en détail

---------------------------------------

--------------------------------------- NOTE DETAILLEE Le plaisir en temps de crise Sondage Harris Interactive pour la Fondation Nestlé Enquête réalisée en ligne du 04 au 11 septembre 2013 auprès d un échantillon de 956 individus représentatif

Plus en détail

Code de conduite INTRODUCTION

Code de conduite INTRODUCTION Code de conduite INTRODUCTION Ce Code de conduite s applique à tous les fournisseurs, leurs sous-traitants ainsi qu à tous les autres partenaires commerciaux de H&M Hennes & Mauritz AB (publ.), société

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques Une enquête commandée par : L Ardesi Midi-Pyrénées La Caisse des Dépôts et Consignations La Direction du Tourisme Le

Plus en détail

BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013

BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013 BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013 LES «BOULÈGUE» EN CHIFFRES 10 rendez-vous 450 personnes rencontrées 200 photos 30 verbatims Thématiques abordées 40% 31% 29% Réponse de l'europe

Plus en détail

Nombres et calcul numérique

Nombres et calcul numérique Accompagnement personnalisé PFEG - Math Nombres et calcul numérique Organisation et gestion de données Fonctions Grandeurs et mesures Calcul littéral Remerciements à Mesdames Hélène Clapier, Dominique

Plus en détail

Le Crédit-temps en 2015

Le Crédit-temps en 2015 NOTE SERVICE D ETUDE Le Crédit-temps en 2015 OCTOBRE 2015 P A TRICIA DE MARCHI CONSEILLÈRE CONCI LIA TI ON VIE PRIVEE ET P ROFESSIONNELLE E T F IN DE CARRIERE Table des matières 1. Préambule... 2 2. Le

Plus en détail

DROIT PÉNAL DES AFFAIRES EN CHINE. Introduction

DROIT PÉNAL DES AFFAIRES EN CHINE. Introduction 1 DROIT PÉNAL DES AFFAIRES EN CHINE Introduction Histoire. Qu il semble loin, le temps où il suffisait au souverain d écouter son conseiller avisé pour trouver l harmonie du royaume. Il y fallait des qualités

Plus en détail