Responsabilités et assurances des architectes et de leurs partenaires modules d application

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Responsabilités et assurances des architectes et de leurs partenaires modules d application"

Transcription

1 Responsabilités et assurances des architectes et de leurs partenaires modules d application Conception : Mis à jour le 15 décembre 2010

2

3 module d application Assurance et développement durable

4 Cadre légal du développement durable Le Grenelle de l'environnement La loi du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l environnement (Grenelle 1) Les objectifs du Grenelle 1 intéressant le domaine de la construction sont notamment : d ici à 2020 (mesures portant en priorité sur la baisse de la consommation d énergie des bâtiments et sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre des secteurs des transports et de l énergie). - des constructions neuves : bâtiments à 50kWhEP/m²/an (Bâtiment Basse Consommation - BBC) à partir de 2012, bâtiments à énergie positive à partir de 2020 ; La loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (Grenelle 2) La loi Grenelle 2 donne les outils nécessaires à la mise en application de la loi Grenelle 1. Pour que la loi Grenelle 2 soit pleinement opérationnelle, de nombreux textes d application doivent être pris par le gouvernement. Le Plan Bâtiment Grenelle Le Plan Bâtiment Grenelle, présidé par Philippe Pelletier, a pour mission de piloter la mise en œuvre et le déploiement des mesures du programme de réduction des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre des bâtiments. 1 Généralités 1.1 Champ et conditions d application de l assurance Conformément à la loi sur l architecture, l assurance professionnelle obligatoire des architectes doit couvrir tous les travaux : qu ils portent sur des constructions neuves ou sur des bâtiments existants ; qu ils soient exécutés avec des produits ou procédés courants ou innovants. Les garanties de la MAF sont ainsi très étendues, du type «tout sauf», incluant l innovation. Vous êtes donc bien garantis et suivis par votre Mutuelle, dès lors que vous respectez les conditions indispensables que nous allons évoquer maintenant Règles de construction La garantie est accordée aux architectes, à condition que les prestations soient accomplies dans le respect des diverses règles de construction en vigueur. 02

5 Ces règles sont fixées : par les pouvoirs publics : lois, décrets et arrêtés ; par des organismes publics ou professionnels habilités (ADEME, CSTB, CTBA, AFNOR, Association HQE, Effinergie ) : normes, DTU, Avis Techniques, Agrément Technique Européen (ATE), labels Parmi ces règles, certaines sont d ordre public et doivent donc être impérativement appliquées dans tous les cas. Il s agit principalement des règles ayant pour objectif la sécurité et la santé des personnes, et la protection de l'environnement (réglementations incendie, accessibilité, acoustique, thermique, parasismique ). Un ouvrage qui ne respecte pas ces règles de construction est considéré comme impropre à sa destination. Attention, ne confondez pas les règles de construction avec divers labels à caractère purement commercial et auto-accordés! 1.12 Produits et procédés assurables Pour les assureurs, sont considérés comme assurables les produits et procédés, y compris ceux répondant aux critères du développement durable, qui sont normalisés, aussi bien dans le cadre européen que français. Sont aussi considérés comme assurables les produits et procédés innovants bénéficiant d un Avis Technique (en France) ou d un Agrément Technique Européen. Ces deux procédures, qui requièrent des essais spécifiques, sont par nature longues (de 6 à 20 mois). Aussi, le CSTB a-t-il mis au point un outil permettant d'accélérer l'évaluation des produits et procédés innovants : le Pass' Innovation. C est un dispositif qui permet aux entreprises, aux contrôleurs techniques et aux assureurs de disposer d'une première évaluation technique des produits ou procédés, dans un délai court (3 mois au plus). Trois familles de produits ou procédés sont principalement visées : les produits ou procédés déjà largement mis en œuvre dans d'autres pays mais qui n'ont pas encore fait leur preuve en France ; ceux dérivés de gammes existantes ; ceux tout à fait nouveaux. Ce dispositif apporte les garanties de maîtrise nécessaires à la mise sur le marché, avant de s'engager vers l'avis Technique. Assurance et développement durable module d application Il donne lieu à l établissement d un rapport final comportant un diagnostic synthétique des atouts et des risques associés au produit ou procédé. Ce rapport se conclut par l un des trois résultats suivants : Feu vert : le risque peut être maîtrisé par des recommandations de suivi ou de mise en œuvre. Le cas échéant, la procédure d'avis Technique est lancée parallèlement. Le Pass' Innovation «vert» est délivré pour une durée de deux ans non renouvelable. Dans les deux années suivant le rapport final, le client s'engage à apporter au CSTB un retour d'information sur chacun des chantiers qui auront utilisé le produit ou procédé. Une synthèse du rapport final est mise en ligne sur le site Internet du CSTB. Feu orange : le risque est réservé. On propose de vérifier l'applicabilité du produit ou procédé sur un chantier pilote, par exemple via une Appréciation Technique d'expérimentation (ATEx). Feu rouge : le risque n'est pas maîtrisé, la technique n est pas aboutie. Le diagnostic est accompagné d'une analyse des lacunes du produit ou du procédé. A la date du 8 novembre 2010, le nombre de Pass' Innovation délivrés par le CSTB est de 77, dont 73 Pass' «vert» (54 dans le domaine du photovoltaïque), 3 Pass' «orange» et 1 Pass' «rouge». 03

6 L essentiel des demandeurs sont des PME. Certains des produits ou procédés étaient déjà employés à l'étranger. Grâce au Pass' Innovation «vert», ils trouvent une application en France. Les assureurs se sont engagés à assurer les produits et procédés objet d un Pass' Innovation «vert». N oubliez pas qu il existe des produits ou des procédés déjà éprouvés permettant d atteindre les performances réglementaires Compétences et assurances des entrepreneurs L architecte est tenu de vérifier que les entreprises consultées détiennent les compétences, qualifications et assurances professionnelles adaptées à l opération de construction concernée. En matière de développement durable, la qualité de la mise en œuvre est particulièrement cruciale. A titre d exemple : les constructions en bois requièrent une technicité spécifique et bien maîtrisée. En cette matière, les problèmes résultent souvent de l incompétence d un trop grand nombre d entreprises. Sur le site Internet de Qualibat, vous avez accès à un annuaire des entreprises qualifiées et certifiées, classées par activités et vous permettant d'affiner vos recherches par zones géographiques. L architecte doit exiger que les entrepreneurs fournissent leurs attestations d assurance au plus tard avant l ouverture du chantier. L ouverture du chantier a lieu à une date unique pour l ensemble de l opération de construction, et donc pour l ensemble des intervenants, quel que soit le moment où ils interviennent sur le chantier. Cette date correspond soit à la date de la déclaration d ouverture du chantier pour les travaux nécessitant un permis de construire, soit à celle du premier ordre de service. Par dérogation, lorsqu un professionnel a établi son activité après la date d ouverture du chantier, cette date s entend pour lui comme celle à laquelle il a commencé effectivement ses prestations. Les attestations d assurance des entrepreneurs doivent nécessairement mentionner la ou les activités garanties. Dans les cas où les travaux comportent la mise en œuvre de produits ou de procédés non normalisés, l architecte veillera à ce que l entrepreneur justifie que son assureur le garantit. Cette justification doit être écrite (lettre, avenant, attestation ) et doit spécifier le produit ou le procédé concerné. En effet, en matière de travaux réalisés avec des produits ou des procédés non normalisés, les assureurs des entreprises se réservent la possibilité de fixer, au cas par cas, les conditions tarifaires de leurs garanties, en fonction de leur appréciation des risques Engagements et assurances des architectes Les constructeurs doivent éviter le piège consistant à prendre, par contrat, des engagements sur des performances dépassant les exigences, déjà fort contraignantes, définies par les pouvoirs publics ou les organismes publics ou professionnels habilités, et qui, en particulier du fait des conditions de la concurrence, deviendraient rapidement hors d atteinte. Corrélativement, le poids des responsabilités liées à de tels engagements, et par conséquent le coût de leur assurance, deviendraient rapidement insupportables. Vérifiez que vos contrats de maîtrise d œuvre ne contiennent pas de clauses exorbitantes au regard des réglementations en vigueur, clauses pour lesquelles la MAF ne pourrait pas vous apporter sa garantie. Cela étant précisé, il est bien entendu que les garanties proposées par la MAF permettent de couvrir l ensemble de vos responsabilités professionnelles, y compris en cas d utilisation de produits et procédés innovants bénéficiant d un Avis Technique, d un Agrément Technique Européen ou d un Pass' Innovation «vert», dès lors que les entreprises sont assurées conformément au 1.13 ci-avant. 04

7 1.2 Performance énergétique Les BBC auront normalement une valeur de revente supérieure à celle des autres bâtiments. Des crédits d impôt et des éco-prêts à taux zéro sont prévus, tant en matière d acquisition ou de construction d un logement neuf présentant un niveau élevé de performance énergétique, qu en matière de travaux portant sur l amélioration de la performance énergétique des bâtiments existants. Se pose donc la question du contrôle de la performance énergétique Attestation de prise en compte de la réglementation thermique L'article 1 er de la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 a introduit dans le code de la construction et de l'habitation plusieurs dispositions visant à favoriser l amélioration de la performance énergétique des bâtiments neufs et des bâtiments existants : au moment du dépôt du dossier de demande de permis de construire, le maître d ouvrage devra attester la prise en compte de la réglementation thermique ; à l achèvement des travaux, le maître d ouvrage devra fournir à l'autorité qui a délivré l autorisation de construire un document attestant que la réglementation thermique a été prise en compte. L'attestation produite à l achèvement des travaux sera jointe à la déclaration d'achèvement des travaux et consistera en un document établi par : un contrôleur technique, un «diagnostiqueur», un organisme accrédité pour la certification de la performance énergétique des bâtiments, ou un architecte. L architecte ou le contrôleur technique peut être celui qui a contribué au projet de construction Production et consommation d énergie La fonction de production d'énergie destinée à la vente doit être distinguée de la fonction de production d énergie destinée à la consommation par le bâtiment. Est en particulier concernée la production d électricité des panneaux photovoltaïques. Il faut exclure, du domaine de la construction, la production d énergie destinée à la vente. En effet, celle-ci n a pas vocation à relever de la responsabilité décennale ni de l assurance construction obligatoire. Assurance et développement durable module d application Par ailleurs, concernant la consommation d énergie, les constructeurs ne doivent être soumis à une obligation de résultat qu à l achèvement des travaux. C est à ce moment que doit être constaté le respect des performances prévues par la réglementation thermique en vigueur (RT 2005, et prochainement RT 2012 (1) ). Les logiciels de calcul permettent alors de procéder à des mesures objectives de la performance thermique. Après l achèvement des travaux, la performance thermique dépendra d abord du comportement des utilisateurs des bâtiments (consommations de leurs appareils électroménagers ou de leurs installations informatiques ), ou des conditions climatiques réelles qui peuvent s écarter notablement de la moyenne. Aussi la MAF vous conseille-t-elle d introduire dans vos contrats de maîtrise d œuvre la clause suivante : «L opération est réalisée dans le cadre de la réglementation thermique ou du label mentionné aux conditions particulières. 05

8 La maîtrise d œuvre s emploiera, dans le cadre de son obligation de moyen, à mettre en œuvre les solutions architecturales et techniques pour obtenir les performances thermiques prévues. Les résultats de consommations théoriques, obtenus à partir des logiciels de calculs, ne peuvent en aucun cas engager la maîtrise d œuvre sur des consommations réelles dans la mesure où, dans ces consommations réelles, sont incorporées des consommations qui ne sont pas intégrées dans les réglementations et modèles de calcul et sont sujettes au comportement des occupants et aux conditions climatiques qui peuvent s écarter notablement de la moyenne. Les éventuelles contraintes particulières formulées par le maître de l ouvrage ne pourront en aucun cas introduire un lien entre les performances théoriques et les consommations réelles.» Cette clause a été accueillie favorablement par la commission des contrats du conseil national de l Ordre des architectes. Vous pouvez la trouver dans l espace adhérent du site Internet de la MAF Garanties de performance thermique En matière de performance thermique, certains assureurs offrent des garanties de bonne fin des travaux, souscrites par les entrepreneurs, et déclenchées en cas de non-conformité aux prescriptions des marchés constatée à l'achèvement des travaux. A cette date en effet, la performance thermique est objectivement mesurable. Concrètement, ces garanties prévoient le paiement des travaux nécessaires pour atteindre les performances prévues (frais de dépose, de repose et de remplacement des ouvrages éxécutés et/ou des éléments d'équipement installés). (1) Les premiers textes (décret et arrêté du 26 octobre 2010) relatifs à la RT 2012 ont été publiés au JO du 27 octobre Ces textes concernent les bâtiments neufs à usage de bureaux, d'enseignement, d'accueil de la petite enfance et d'habitation. Ils seront applicables aux demandes de permis de construire ou aux déclarations préalables déposées : - à compter du 28 octobre 2011 pour les bâtiments neufs à usage de bureaux ou d'enseignement, les établissements d'accueil de la petite enfance et les bâtiments à usage d'habitation construits en "zone ANRU" (opérations réalisées dans le cadre du programme national de rénovation urbaine); - à compter du 1 er janvier 2013 pour les autres bâtiments neufs à usage d'habitation. 06

9 2 Cas pratique : déroulement d une opération de construction avec panneaux photovoltaïques Les différentes phases d un chantier «développement durable» L engagement contractuel Les études L engagement contractuel Le choix des entreprises La direction des travaux Le contrôle à la réception L exploitation des bâtiments Le contrat doit délimiter la mission de l architecte et être précis sur les parties Le contrat de travaux hors mission (cas du photovoltaïque par exemple) Précautions : (réglementation, labels délivrés par des organismes habilités) des économies de consommation électrique Si l architecte n a pas de mission sur la partie photovoltaïque : Clause à introduire : il est convenu que l architecte n intervenant ni dans la conception de l installation photovoltaïque, ni dans la prescription des panneaux et/ou la direction des travaux de pose de ces panneaux, ne peut être tenu responsable des défauts des panneaux et/ou d une nonperformance de l installation photovoltaïque En cas de mission de l architecte sur la partie photovoltaïque : Introduction d une clause excluant explicitement les responsabilités découlant du défaut de performance de l installation photovoltaïque et indiquant que le maître d ouvrage s engage à utiliser des matériaux sous avis technique ou équivalent mis en place par des installateurs régulièrement assurés pour leur pose Les études Les études Assurance et développement durable module d application Précautions : Il faut rappeler au maître de l ouvrage l importance d une étude de sol, d'une étude de structure et de l intervention d un BET spécialisé en photovoltaïque Direction des Affaires Publiques - Documentation - Veille juridique 07

10 L architecte doit se faire préciser les contraintes d implantation du bâtiment pour assurer la meilleure orientation possible des panneaux Le choix des entreprises Les entreprises mentale Précautions : procédés de mise en œuvre L entreprise doit être qualifiée pour la mise en œuvre d installation des panneaux photovoltaïques (besoin de compétence pour des activités de couvreur et d électricien) L attestation d assurance doit mentionner l activité de pose des panneaux photovoltaïques, préciser le type de panneaux assurés et le procédé de mise en œuvre La direction des travaux La direction Précautions : conditions de la réussite des travaux d isolation pratique dévolue au maître d œuvre chargé de la direction des travaux L obtention du résultat en terme de performance énergétique passe nécessairement par une bonne coordination des entreprises. Le contrôle à la réception La réception réalisés correspondent aux données utilisées pour le calcul réglementaire (attestation de prise en compte de la réglementation thermique) Précautions : 08

11 Les tests d étanchéité du bâtiment ou la thermographie sont des outils permettant de vérifier que le bâtiment répond aux normes L exploitation du bâtiment L exploitation Précautions : Les interférences de l utilisateur sur le rendement énergétique du bâtiment L analyse des conditions d exploitation des bâtiments démontre une année d occupation, en raison du comportement des occupants Si l architecte s est engagé contractuellement à un gain chiffré de retour sur investissement il lui faudra démontrer que l origine de la dérive financière est imputable à une cause extérieure Dans cette hypothèse il est nécessaire d avoir une démarche conventionnelle pour effectuer la mesure et c est tout l objet de notre réflexion... 3 Assurance et innovation N hésitons pas à le «marteler» : Les constructeurs doivent éviter le piège consistant à prendre, par contrat, des engagements sur des performances dépassant les exigences, déjà fort contraignantes, définies par les pouvoirs publics ou les organismes publics ou professionnels habilités, et qui, en particulier du fait des conditions de la concurrence, deviendraient rapidement hors d atteinte. Corrélativement, le poids des responsabilités liées à de tels engagements, et par conséquent le coût de leur assurance, deviendraient rapidement insupportables. Assurance et développement durable module d application Vouloir maîtriser la sinistralité n a pas pour effet de faire obstacle aux innovations architecturales et techniques. Autrement dit, l assurance n est pas un frein à la liberté d innover des constructeurs. Au contraire, associée à la contrainte réglementaire, elle est en réalité un «garde-fou» contre la tentation de l imprudence, et contribue à ce que ces innovations soient maîtrisées et ne soient défavorables ni à la sécurité ou à la santé des personnes, ni au coût global des constructions, ni à l environnement. 09

12

13 module d application La réglementation parasismique

14 1 - Les objectifs de la réglementation L objectif premier de la réglementation parasismique est la sauvegarde du plus grand nombre possible de vies humaines pour une secousse dont le niveau d'agression est fixé pour chaque zone de sismicité. Les constructions peuvent subir des dommages irréparables mais elles ne doivent pas l effondrement des bâtiments. En cas de séisme faible, l objectif de cette réglementation est de permettre la limitation des destructions, et ainsi des pertes économiques. Une construction parasismique est une construction qui est capable de résister à un niveau d agression sismique défini pour une zone de sismicité donnée. De façon générale, la réglementation parasismique s applique aux bâtiments nouveaux, aux additions aux bâtiments existants et aux modifications importantes des structures des bâtiments existants. 2 - La réglementation applicable à compter du 1 er mai 2011 L évolution des connaissances scientifiques a conduit à une réévaluation des règles de construction parasismique et du zonage sismique national. La nouvelle réglementation parasismique résulte des textes suivants (1) parus au JO du 24 octobre 2010 : français ; applicables aux bâtiments de la classe dite «à risque normal» (2). Ces textes modifient les textes concernés du code de l environnement et du code de la construction et de l habitation. D application volontaire dès aujourd hui, ils seront d application obligatoire à compter du 1 er mai Réglementation applicable aux bâtiments à «risque normal» : cas général Les règles de construction parasismique À compter du 1 er mai 2011, la norme NF EN 1998 constitue les nouvelles règles de construction parasismique. Elle reprend l Eurocode 8, norme européenne de calcul des structures pour leur résistance aux séismes. Les nouvelles règles de construction parasismique sont applicables lors de la construction de bâti nouveau de catégories d importance III et IV dans la zone de sismicité 2, et de catégories d importance II, III et IV dans les zones de sismicité 3, 4 et 5. D autre part, elles sont également applicables aux bâtiments existants dans certaines conditions, notamment à l occasion de certains travaux importants. L article 3 de l arrêté du 22 octobre 2010 précise les types de modification qui imposent des règles aux bâtiments existant modifiés. 12

15 Jusqu au 30 avril 2011, la réglementation parasismique est constituée par les règles de construction parasismique dites «PS 92». Ces règles de construction parasismique ne sont applicables que lors de la construction de bâti nouveau de type B, C ou D ou lorsque le bâti ancien fait l objet de modifications importantes. Ces règles concernent les bâtiments situés en zone de sismicité Ia, Ib, II ou III. L article 3 de l arrêté du 29 mai 1997 précise les types de modification qui imposent des règles aux bâtiments existant modifiés Le zonage sismique À compter du 1 er mai 2011, le nouveau zonage sismique national (3) (issu du décret du 22 octobre 2010 et connu depuis novembre 2005), est communal et basé sur une approche probabiliste, en cohérence avec l Eurocode 8. Il répartit le territoire français en cinq zones de sismicité croissante, construction parasismique. Jusqu au 30 avril 2011, le zonage (4) (issu du décret du 14 mai 1991) est cantonal et basé sur la sismicité historique de la France. Il répartit le territoire français en cinq zones de sismicité croissante, construction parasismique Une période transitoire pour certaines catégories de bâtiments Selon l article 5 de l arrêté du 22 octobre 2010, une période transitoire de «cohabitation» entre l ancienne et la nouvelle réglementation existera jusqu'au 31 octobre 2012 pour les projets concernant certaines catégories de bâtiments (par exemple, BHC dépassant 28 m de hauteur ou ERP de plus de 300 personnes ) dont les demandes de permis de construire ou les déclarations préalables auront été déposées après le 1 er mai Dans ce cas, il sera possible de continuer à utiliser les règles «PS 92», sous réserve d utiliser le nouveau tableau des accélérations Réglementation applicable aux batiments à «risque normal» : cas particuliers Les règles de construction simplifiées «PS-MI 89 révisées 92» restent dans certains cas applicables La réglementation parasismique module d application La nouvelle réglementation parasismique prévoit que les règles de construction simplifiées «PS-MI 89 révisées 92» restent applicables : les conditions du paragraphe 1.1 de la norme NF P ; conditions du paragraphe 1.1 de la norme NF P L application des règles «PS-MI 89 révisées 92» dispense de l application de la norme NF EN 1998 (Eurocode 8) Les règles simplifiées «Construction parasismique des maisons individuelles aux Antilles, CP-MI Antilles» restent applicables Les règles simplifiées définies dans le document «Construction parasismique des maisons individuelles aux Antilles, CP-MI Antilles» de l AFPS restent également applicables pour la construction des maisons individuelles situées en zone de sismicité 5. L application de ces règles dispense de l application de la norme NF EN 1998 (Eurocode 8). 13

16 3 Vérification de la prise en compte de la réglementation parasismique Pour s assurer du respect de la réglementation parasismique dans les zones concernées, le code de l urbanisme prévoit deux attestations établies par un contrôleur technique Au moment de la demande de permis de construire, le contrôleur technique atteste qu il a fait connaître au maître d ouvrage son avis sur la prise en compte de la réglementation parasismique (article R du code l urbanisme). Au moment de la déclaration d achèvement des travaux, il atteste que le maître d ouvrage a tenu compte de son avis sur le respect de cette réglementation (article R du code l urbanisme). 4 La responsabilité et l assurance L application des règles de construction parasismique est obligatoire dans les zones concernées, pour toutes les catégories d ouvrages, sous peine de sanctions pénales. Le fait qu un ouvrage n est pas conforme à la réglementation parasismique est constitutif d une impropriété à destination, et relève donc de la responsabilité décennale et de l assurance construction obligatoire. Toutefois, en cas d inobservation délibérée de cette réglementation (comme d ailleurs de toute réglementation), les assureurs sont fondés à refuser leurs garanties. En revanche, dès lors que cette réglementation a été respectée, la survenance de dommages liés à un séisme ne peut donner lieu à la mise en jeu d une quelconque responsabilité. Un séisme constitue en effet un cas de force majeure (un évènement imprévisible et irrésistible), et les indemnisations qui en résultent relèvent de l assurance des risques de catastrophes naturelles. 5 La prévention Les conséquences dramatiques du tremblement de terre survenu en Haïti le 12 janvier 2010, comparées à celles relativement modestes au Chili le 20 février suivant, montrent l efficacité des mesures de prévention pour réduire la vulnérabilité aux séismes. Les maîtres d ouvrage doivent être sensibilisés à la nécessité de financer les études appropriées, lorsqu ils font construire dans des zones à risque sismique. Quant aux architectes, ils doivent avoir conscience qu il est essentiel d acquérir les connaissances spécifiques nécessaires à la bonne intégration des contraintes parasismiques dans la conception de leurs projets. (1) Ces textes sont consultables sur le site de Legifrance (2) Les ouvrages à risque spécial (installations de type nucléaire, barrages, ponts, industries SEVESO ) font et continueront de faire l objet d une réglementation parasismique particulière. D autres arrêtés interministériels, pris dans les prochains mois, préciseront pour ces ouvrages les règles à appliquer dans chaque zone sismique. (3) et (4) Le zonage sismique de la France est disponible sur le site du Plan Séisme piloté par le MEDDTL - Mutuelle des Architectes Français assurances. Entreprise régie par le code des assurances. Société d assurance mutuelle à cotisations variables 9, rue de l Amiral Hamelin Paris CEDEX 16 Tél. : Fax : Impression : janvier Imprimeur : Navis

les ORN (Ouvrage à Risque Normal)

les ORN (Ouvrage à Risque Normal) Exigences en matière de risque sismique en France Philippe Sabourault Direction Générale de la Prévention des Risques La réglementation nationale en vigueur Le zonage actuel(articles R563-1 à R563-7 du

Plus en détail

CFMS 11 octobre 2012. Textes obligatoires L. CARPINTEIRO. votre partenaire en maîtrise des risques

CFMS 11 octobre 2012. Textes obligatoires L. CARPINTEIRO. votre partenaire en maîtrise des risques CFMS 11 octobre 2012 Textes obligatoires L. CARPINTEIRO SOMMAIRE Les règles de l art Quels sont les textes d application obligatoire? Résumé de la réglementation sismique Les règles de l art Quelles sont

Plus en détail

Les matériaux biosourcés c'est maintenant!

Les matériaux biosourcés c'est maintenant! Les matériaux biosourcés c'est maintenant! POITIERS, LE 8 NOVEMBRE 2012 Frédéric FLEURY Direction Régionale de l'environnement, de l Aménagement et du Logement Poitou-Charentes www.poitou-charentes.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Concilier Isolation Thermique, Confort Acoustique et Qualité de l Air Intérieur : les Nouveautés Techniques et Réglementaires

Concilier Isolation Thermique, Confort Acoustique et Qualité de l Air Intérieur : les Nouveautés Techniques et Réglementaires Concilier Isolation Thermique, Confort Acoustique et Qualité de l Air Intérieur : les Nouveautés Techniques et Réglementaires L attestation de Prise en Compte de la Réglementation Acoustique : Décryptage

Plus en détail

Principes d assurance

Principes d assurance RÉUNION PRÉVENTION EN RÉGIONS ECO-MATERIAUX Principes d assurance Techniques courantes et non-courantes La Responsabilité Civile Vos obligations en cours de chantier La garantie de Parfait Achèvement La

Plus en détail

Réunion du 5 avril 2013 ASSURANCE DES ENTREPRISES DE COUVERTURE & PLOMBERIE

Réunion du 5 avril 2013 ASSURANCE DES ENTREPRISES DE COUVERTURE & PLOMBERIE ASSURANCE DES ENTREPRISES DE COUVERTURE & PLOMBERIE SOMMAIRE Suis-je bien assuré? > La protection de l entreprise : A chaque risque son assurance Quelles techniques employer? > La protection des dirigeants

Plus en détail

Le contrôle technique au service de la qualité de la construction

Le contrôle technique au service de la qualité de la construction Direction Départementale D des Territoires de la Savoie Éviter les non-conformit conformités s récurrentes r dans la construction neuve - Le contrôle technique au service de la qualité de la construction

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la publication des décrets Intervenant Service Date Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Vous déposez votre permis de construire Connaissez-vous les règles de la construction? Êtes-vous sûr que votre projet respecte ces règles?

Vous déposez votre permis de construire Connaissez-vous les règles de la construction? Êtes-vous sûr que votre projet respecte ces règles? Les règles de construction dans les logements neufs Performance énergétique, accessibilité, termites... Vous déposez votre permis de construire Connaissez-vous les règles de la construction? Êtes-vous

Plus en détail

Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage

Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage Jean-Michel Desoutter 18 juin 2014 Les prestations connexes au contrôle technique

Plus en détail

Lîberté. Égalité. Fraternité. Rl'iPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFÈTE DE LA LOIRE

Lîberté. Égalité. Fraternité. Rl'iPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFÈTE DE LA LOIRE ... Lîberté. Égalité. Fraternité Rl'iPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFÈTE DE LA LOIRE Direction Départementale des Territoires de la Loire Service de l'action Territoriale Cellule Application du Droit des Sols Référence:

Plus en détail

Le regard de l assureur

Le regard de l assureur Les Mercredis de l INFO La construction en paille Le regard de l assureur Jacques MOREAU, SOCABAT Mercredi 24 octobre 2012 Sommaire 1. La notion de Technique Non Courante 2. L assurance des TNC 3. Le cas

Plus en détail

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES «LES DERNIERES REFORMES EN MATIERE D URBANISME» DIRECTION DU DEVELOPPEMENT URBAIN SERVICE DES AUTORISATIONS D URBANISME LE PERMIS DE CONSTRUIRE LES

Plus en détail

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Formation Permettre l'accès à la certification et/ou la recertification du DPE sans mention pour réaliser des : DPE d'habitations individuelles et de

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 AVRIL N 722 LA NOUVELLE REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

ANNEXE 4-5 Réponses aux questions fréquemment posées sur la réglementation nationale

ANNEXE 4-5 Réponses aux questions fréquemment posées sur la réglementation nationale ANNEXE 4-5 Réponses aux questions fréquemment posées sur la réglementation nationale Réponses aux questions sur la nouvelle réglementation parasismique applicable aux bâtiments CLASSIFICATION DES BÂTIMENTS

Plus en détail

La qualité globale et durable en construction et en rénovation

La qualité globale et durable en construction et en rénovation La qualité globale et durable en construction et en rénovation 18 octobre 2014 Journées de l éco-construction Pont à Mousson Certifications & Labels Panorama du paysage de la certification des différents

Plus en détail

Les attestations. Auxerre, le 19 avril 2012. Fabien AURIAT. Florian SÉMENTA. CETE de Lyon/DLA/GBA/CIBEE. 27 septembre 2010

Les attestations. Auxerre, le 19 avril 2012. Fabien AURIAT. Florian SÉMENTA. CETE de Lyon/DLA/GBA/CIBEE. 27 septembre 2010 Les attestations Auxerre, le 19 avril 2012 Fabien AURIAT Florian SÉMENTA 27 septembre 2010 CETE de Lyon/DLA/GBA/CIBEE Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

É R C. Labels HPE Rénovation BBC-effinergie Rénovation

É R C. Labels HPE Rénovation BBC-effinergie Rénovation F PA É R C QUAMI CER TI IÉ M A I S O N R É N O V É E Labels HPE Rénovation BBC-effinergie Rénovation QU EST-CE QUE LA CERTIFICATION POUR LA RÉNOVATION? LA MARQUE NF MAISON RÉNOVÉE : CERTIFIE LA QUALITÉ

Plus en détail

Présentation des offres distantes

Présentation des offres distantes Présentation des offres distantes Contenu Présentation des offres distantes... 1 1 Préalable... 2 1.1 Contenu du document... 2 2 Présentation des offres... 2 2.1 En rénovation... 2 2.2 En construction...

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE ANNUAIRE LQE Bureau d études

DOSSIER DE CANDIDATURE ANNUAIRE LQE Bureau d études L o r r a i n e Q u a l i t é E n v i r o n n e m e n t DOSSIER DE CANDIDATURE ANNUAIRE LQE Bureau d études 62, rue de Metz - CS 83333 54014 Nancy Cedex Tel : 03 83 31 09 88 http://www.lqe.fr contact@lqe.fr

Plus en détail

1 000 maisons bois économes en énergie. P. Barritault

1 000 maisons bois économes en énergie. P. Barritault 1 - La note de calcul RT 2005, un document pour l instruction 2 Le diagnostic de performance énergétique dans le neuf : Qui, Quoi, Comment? 3 Information sur la solution technique ST 2007-002 relative

Plus en détail

«Du BBC 2005 à la RT 2012» Aspects juridiques et techniques

«Du BBC 2005 à la RT 2012» Aspects juridiques et techniques «Du BBC 2005 à la RT 2012» Aspects juridiques et techniques Rencontres LP&A - 31 mars 2011 Programme de la matinée 8h45 9h00 Intervenant : 9h00-9h20 Intervenants : Prochaines étapes du Plan Bâtiment Grenelle

Plus en détail

Dossier de presse - Salon de l habitat durable Familles Rurales de Saint-Avé 1

Dossier de presse - Salon de l habitat durable Familles Rurales de Saint-Avé 1 Familles Rurales de Saint-Avé 1 Introduction Après le succès de la première édition en 2008, Familles Rurales a décidé d organiser le deuxième salon de l habitat durable les 18 et 19 avril 2009 à Saint

Plus en détail

F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H E R E N T S

F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H E R E N T S F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H E R E N T S Flash 0908 du 22 avril 2009 LES NOUVELLES MESURES FINANCIÈRES ET FISCALES EN FAVEUR DU LOGEMENT NEUF Nous vous prions de bien vouloir trouver

Plus en détail

En partenariat avec. Règlement 305/2011 «Produits de construction» Une information utile pour les utilisateurs.

En partenariat avec. Règlement 305/2011 «Produits de construction» Une information utile pour les utilisateurs. En partenariat avec Règlement 305/2011 «Produits de construction» Une information utile pour les utilisateurs. La situation actuelle. Le marquage CE selon la Directive «Produits de Construction» (DPC)

Plus en détail

Performance énergétique : nouveaux risques, nouvelles assurances

Performance énergétique : nouveaux risques, nouvelles assurances Dominique BAROUX, Direction des Marchés IARD à la SMABTP Vincent FIGARELLA, Directeur Construction AXA Entreprises Mardi 5 novembre 2013, BATIMAT 1 Performance énergétique RT 2012 Les bâtiments doivent

Plus en détail

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS Ce guide est destiné à vous aider à préparer votre entretien, en vue de souscrire un contrat d assurance de responsabilité

Plus en détail

Le Guide de la maison certifiée pour se construire une vie en rose

Le Guide de la maison certifiée pour se construire une vie en rose Le Guide de la maison certifiée pour se construire une vie en rose Nous avons fait construire une maison basse consommation certifiée NF Nous voulions notre maison mais pas à n importe quel prix! Nous

Plus en détail

Réunion d'information : «Construction durable, Grenelle 2, RT2012» La loi Grenelle 2.

Réunion d'information : «Construction durable, Grenelle 2, RT2012» La loi Grenelle 2. Réunion d'information : «Construction durable, Grenelle 2, RT2012» La loi Grenelle 2. Chambéry, le 5 octobre 2010 Définition : Loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement

Plus en détail

DECLARATION ATTESTANT L'ACHEVEMENT ET LA CONFORMITE DES TRAVAUX (DAACT) et RECOLEMENT

DECLARATION ATTESTANT L'ACHEVEMENT ET LA CONFORMITE DES TRAVAUX (DAACT) et RECOLEMENT DECLARATION ATTESTANT L'ACHEVEMENT ET LA CONFORMITE DES TRAVAUX (DAACT) et RECOLEMENT GENERALITES La DAACT est obligatoire (R 462-1 du CU) pour : Les permis de construire Les permis d'aménager Les déclarations

Plus en détail

RT 2012 : études thermiques en maison individuelle Mai 2013

RT 2012 : études thermiques en maison individuelle Mai 2013 Fiche conseil RT 2012 : études thermiques en maison individuelle Mai 2013 Cette fiche conseil a été rédigée par Pierre-Manuel Patry, directeur technique de Sénova et auteur de RT 2012 et RT Existant (Eyrolles).

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RESPONSABILITES ET ASSURANCES

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RESPONSABILITES ET ASSURANCES 11ièmes assises nationales de l Assainissement Non Collectif 8 & 9 octobre 2014 Alès ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RESPONSABILITES ET ASSURANCES M. MELLOUK : Co-gérant du Cabinet Rancy-Mellouk & Associés

Plus en détail

LE BATIMENT L HABITAT

LE BATIMENT L HABITAT LE BATIMENT L HABITAT L habitat est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Soit 43 % de l'énergie finale

Plus en détail

3 «bonnes raisons» Le réchauffement climatique. L épuisement des. Marché créateur de VA

3 «bonnes raisons» Le réchauffement climatique. L épuisement des. Marché créateur de VA 17 juin 2011 - Université Européenne des Métiers de la Finition 3 «bonnes raisons» Le réchauffement climatique L épuisement des énergies fossiles Marché créateur de VA pour les entreprises 1 objectif mais

Plus en détail

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Efficacité énergétique des bâtiments 29 juin 2011 David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) Direction

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

Un état de la construction en paille en France

Un état de la construction en paille en France I.A Un état de la construction en paille en France Les données présentées ici sont issues d une enquête réalisée par Mima Galès au sein de l association bretonne «Empreinte» http://www.habitat-ecologique.org/

Plus en détail

Économies d'énergie Comment agir

Économies d'énergie Comment agir Économies d'énergie Comment agir Impact des nouvelles règlementations thermiques sur les Établissements de Santé 31 mai 2012 Commissariat Général au Développement durable 1 Sommaire Contexte et enjeux

Plus en détail

Construction en bois et développement durable. Décembre 2012. contact - FCBA : manuel.burlat@fcba.fr

Construction en bois et développement durable. Décembre 2012. contact - FCBA : manuel.burlat@fcba.fr Décembre 2012 Construction en bois et développement durable DOSSIER DE PRESSE contact - FCBA : manuel.burlat@fcba.fr Service de presse : Agence Obea communication Anne Vaneson 79, rue Périer - 92120 Montrouge

Plus en détail

Les démarches administratives

Les démarches administratives Ce que va changer la RT 2012 Les démarches administratives 20 novembre 2012 DDT Lozère RT 2012 et démarches administratives Étude de faisabilité Champs d'application de la RT 2012 Les extensions Dépôt

Plus en détail

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Article 00 Assurances. Dans la mesure où les garanties préconisées ou souscrites par le Maître de l ouvrage, sont accordées selon des clauses

Plus en détail

CCAP. Guide pour la rédaction. Guide pour la rédaction du CAHIER DES CLAUSES AMINISTRATIVES PARTICULIÈRES C C A P CCAP

CCAP. Guide pour la rédaction. Guide pour la rédaction du CAHIER DES CLAUSES AMINISTRATIVES PARTICULIÈRES C C A P CCAP Guide pour la rédaction du CAHIER DES CLAUSES AMINISTRATIVES PARTICULIÈRES C C A P 1 Établissement d un C.C.A.P. type SOMMAIRE ART. I - OBJET DU MARCHÉ DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 3 ART. II - PIÈCES CONSTITUTIVES

Plus en détail

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments dont le permis de construire est déposé à partir du 1 er mai 2011 Janvier 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA

POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA 1 POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA SOMMAIRE 1. OBJECTIFS ET ENJEUX 2. METHODOLOGIE 3. AUDIT ENERGETIQUE ET GROS ENTRETIEN 4. STRATEGIE ENERGETIQUE

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

Chapitre 2 : Le contrôle technique dans la construction

Chapitre 2 : Le contrôle technique dans la construction Bruno QUIEVY GC5 Chapitre 2 : Le contrôle technique dans la construction - 10 - I. Le contrôle technique Les missions de contrôle technique existent dans différents domaines comme la marine, l aéronautique,

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour décembre 2012 Introduction La règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur en octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU. Elle

Plus en détail

Handicap et Loi sur l accessibilité

Handicap et Loi sur l accessibilité Les nouvelles règles de l accessibilite en application de la loi du 11 fevrier 2005 La loi n 2005-102 du 11 fevrier 2005 Cette loi - pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI)

Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI) Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI) Cadre réglementaire Le CCMI entre dans le cadre des dispositions des articles L. 231-1 à L. 231-13 et R. 231-1 à R. 231-14 (art. L. 232-1 ; L. 232-2

Plus en détail

Bâtiment : innover en Bretagne avec les éco matériaux. GWENAN Ingénierie Vision croisée : assureurs / entreprises (sous toute réserve).

Bâtiment : innover en Bretagne avec les éco matériaux. GWENAN Ingénierie Vision croisée : assureurs / entreprises (sous toute réserve). Bâtiment : innover en Bretagne avec les éco matériaux GWENAN Ingénierie Vision croisée : assureurs / entreprises (sous toute réserve). David DESCAMPS Ingénieur Construction / Gwenan Ingénierie Matériaux,

Plus en détail

Avenant n 1 relatif à la Charte d engagement définissant les conditions d obtention de la mention «RGE» «Reconnu Garant de l'environnement» relative

Avenant n 1 relatif à la Charte d engagement définissant les conditions d obtention de la mention «RGE» «Reconnu Garant de l'environnement» relative Avenant n 1 relatif à la Charte d engagement définissant les conditions d obtention de la mention «RGE» «Reconnu Garant de l'environnement» relative aux signes de qualité délivrés aux entreprises réalisant

Plus en détail

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME INFORMATIONS JURIDIQUES J 14 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE 2007 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE J 14 DE FÉVRIER 1998 RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME La réforme des autorisations

Plus en détail

Mieux connaître et maîtriser les solutions à apporter face aux risques liés à la performance énergétique des bâtiments et au label BBC?

Mieux connaître et maîtriser les solutions à apporter face aux risques liés à la performance énergétique des bâtiments et au label BBC? Mieux connaître et maîtriser les solutions à apporter face aux risques liés à la performance énergétique des bâtiments et au label BBC? Paris, 19 septembre 2012 SOMMAIRE 1 VERSPIEREN, le développement

Plus en détail

La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations.

La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations. La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations. Portes automatiques de garage Les normes relatives à la sécurité des portes

Plus en détail

Réglementation thermique 2012 :

Réglementation thermique 2012 : Réglementation thermique 2012 : un saut énergétique pour les bâtiments neufs Bernard Suard-MEDDTL Avril 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement Ministère de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF AU CONTENU DE L EXAMEN DE CERTIFICATION DES PERSONNES HABILITEES A ETABLIR:

CAHIER DES CHARGES RELATIF AU CONTENU DE L EXAMEN DE CERTIFICATION DES PERSONNES HABILITEES A ETABLIR: CAHIER DES CHARGES RELATIF AU CONTENU DE L EXAMEN DE CERTIFICATION DES PERSONNES HABILITEES A ETABLIR: 1-DES DIAGNOSTICS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE EN GUADELOUPE ( DPEG) 2-DES ATTESTATIONS DE CONFORMITE

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Le contrôle des réglementations thermiques

Le contrôle des réglementations thermiques Événement BETH 12 février 2013 Le contrôle des réglementations thermiques DREAL CENTRE Pascale FESTOC, responsable du département Bâtiment Durable Fabio DOS SANTOS PEREIRA, contrôleur bâtiment Ministère

Plus en détail

L essentiel pour assurer la réussite du projet

L essentiel pour assurer la réussite du projet Attestations de prise en compte de la réglementation thermique RT 2012 L essentiel pour assurer la réussite du projet Dès le lancement de son opération, le maître d ouvrage (le pétitionnaire du permis

Plus en détail

Assurance Décennale:

Assurance Décennale: Assurance Décennale: Mode D emploi : Guide À Usage Des Constructeurs Européens Ce guide est destiné à vous aider à préparer votre entretien, en vue de souscrire un contrat d assurance de responsabilité

Plus en détail

La Garantie de Performance Énergétique pour les bâtiments neufs

La Garantie de Performance Énergétique pour les bâtiments neufs La Garantie de Performance Énergétique pour les bâtiments neufs Paris, le 21 Mai 2013 Pour toute information complémentaire, contacter : Stéphane GRANDCHAMP 01.49.64.14.81 sgrandchamp@verspieren.com Introduction

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE LA PREVENTION DU RISQUE SISMIQUE

ASPECTS JURIDIQUES DE LA PREVENTION DU RISQUE SISMIQUE ASPECTS JURIDIQUES DE LA PREVENTION DU RISQUE SISMIQUE Yohan VIAUD Avocat au Barreau de NANTES Spécialiste en Droit de la Construction I RAPIDE HISTORIQUE DE LA NORMALISATION ET DE LA REGLEMENTATION DES

Plus en détail

Les assurances et l innovation

Les assurances et l innovation 3 Les assurances et l innovation Nicole PEYOU, Fondation Entreprise Excellence SMA V I A VINO 20.11 2013 2 LA FONDATION D ENTREPRISE L OBJECTIF D EXCELLENCE SMA : LE DÉVELOPPEMENT DE LA QUALITE DANS LA

Plus en détail

LES AVANTAGES DE L'INFILTROMETRIE ET DE L'EFFICACITE ENERGETIQUE DES BATIMENTS

LES AVANTAGES DE L'INFILTROMETRIE ET DE L'EFFICACITE ENERGETIQUE DES BATIMENTS LES AVANTAGES DE L'INFILTROMETRIE ET DE L'EFFICACITE ENERGETIQUE DES BATIMENTS Le DPE (Diagnostic de Performance Énergétique) est un outil mis en place en 2002 pour permettre à chacun (propriétaires, acheteurs,

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER Jean Carassus Professeur à l Ecole des Ponts ParisTech Consultant jean.carassus@immobilierdurable.eu 1/ Comment l immobilier est

Plus en détail

Rénovation de Bâtiments Basse Consommation Démarches de labellisation BBC-Effinergie Mode d emploi pour les particuliers

Rénovation de Bâtiments Basse Consommation Démarches de labellisation BBC-Effinergie Mode d emploi pour les particuliers Rénovation de Bâtiments Basse Consommation Démarches de labellisation BBC-Effinergie Mode d emploi pour les particuliers Information préalable : Ce document expose les démarches à effectuer auprès de l

Plus en détail

Crédit d'impôt pour l'amélioration de la qualité environnementale de l'habitation principale

Crédit d'impôt pour l'amélioration de la qualité environnementale de l'habitation principale Source : REVUE FIDUCIAIRE / N 3281 / Loi de finance pour 2009. Loi 2008-1425 du 27 décembre 2008 Crédit d'impôt pour l'amélioration de la qualité environnementale de l'habitation principale * Aménagements

Plus en détail

Le Label. Les perspectives

Le Label. Les perspectives Le Label Les perspectives Un bilan sur le BBC-Effinergie En France 30/09/2012-92 550 logements certifiés 460 00 logements en demandes - 97 opérations tertiaires certifiées- 792 soit 5.6 M m² Shon en demandes

Plus en détail

Lettre d information Socotec des diagnostiqueurs

Lettre d information Socotec des diagnostiqueurs Lettre d information Socotec des diagnostiqueurs Lettre d information n 1, Mars 2012 actualisée Avril 2012 Préambule Vous êtes diagnostiqueurs. Votre métier est en constante évolution avec une montée en

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF AU DIAGNOSTIC ET AU SCHEMA DIRECTEUR POUR LA MISE EN SECURITE DU PATRIMOINE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE

Plus en détail

Attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l'achèvement des travaux. atteste que

Attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l'achèvement des travaux. atteste que Attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l'achèvement des travaux Je soussigné(e) :... représentant(e) de la société..., située à :... Numéro :... Voie:... Lieu-dit :... Localité

Plus en détail

CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE

CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE Service Assainissement VILLE D'HAZEBROUCK Mairie - BP 70189 - rue André Biébuyck 59524 HAZEBROUCK CEDEX CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE Service Gestionnaire : DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour août 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction La règlementation Thermique 2012 s applique à tous les logements

Plus en détail

Label bâtiment biosourcé. Labels de performance énergétique

Label bâtiment biosourcé. Labels de performance énergétique Label bâtiment biosourcé Labels de performance énergétique ÉDITO CHOISIR DE FAIRE CONSTRUIRE EST UN ACTE QUI COMPTE. Découvrez le guide de la maison neuve certifiée pour vous construire une vie en rose.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 Energies renouvelables : je m équipe en 2015! Tout savoir pour réussir son projet : RGE, aides et qualifications Loi de transition énergétique, plan national de rénovation

Plus en détail

Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils?

Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils? EFE Performance Energétique des Bâtiments Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils? Véronique Lagarde, avocat associé EFE Performance

Plus en détail

Réglementation thermique de l'existant

Réglementation thermique de l'existant Réglementation thermique de l'existant Atiane energy Villa Kappas - 2, avenue de Carras - 06200 Nice Tel. 06 62 78 39 38 - contact@atiane-energy.com www.atiane-energy.com SARL au capital de 9 000 Euros

Plus en détail

«La réhabilitation du patrimoine immobilier des collectivités : enjeux, démarches et opportunités» Agir sur son patrimoine

«La réhabilitation du patrimoine immobilier des collectivités : enjeux, démarches et opportunités» Agir sur son patrimoine «La réhabilitation du patrimoine immobilier des collectivités : enjeux, démarches et opportunités» Agir sur son patrimoine Jérôme Gatier, directeur Plan Bâtiment Grenelle Plan Bâtiment Grenelle 1 Sommaire

Plus en détail

Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P)

Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) 1 SOMMAIRE GENERALITES...3 1.1 OBJET DU MARCHE...3 1.2 INTERVENANTS...3

Plus en détail

RÉVÉLATIONS AUTOUR DE LA MAISON BASSE CONSOMMATION: ISOVER MARQUE SES ENGAGEMENTS

RÉVÉLATIONS AUTOUR DE LA MAISON BASSE CONSOMMATION: ISOVER MARQUE SES ENGAGEMENTS RÉVÉLATIONS AUTOUR DE LA MAISON BASSE CONSOMMATION: ISOVER MARQUE SES ENGAGEMENTS PARIS / AVRIL 2009 Dans un contexte où le Grenelle de l environnement fixe des objectifs ambitieux pour le secteur du bâtiment,

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION Réglementation RT 2012 : nouveaux mécanismes et principales différences par rapport à la RT 2005 Jean-Pierre BARDY Sous-directeur de la qualité et du développement durable

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015

DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015 CODEP- LIL-2015-027459 FM/NL SELARL Parc Bertin 90, rue Emile Morlaix 59500 DOUAI Objet : Inspection de la radioprotection référencée INSNP-LIL-2015-0578

Plus en détail

Observatoire de la qualité

Observatoire de la qualité PANTONE 484 QUADRI C 0 PANTONE 484 484 QUADRI C C 0 0 M 95 M M 95 95 Y 100 Y Y 100 100 K 29 K K 29 29 Observatoire de la qualité Qualité technique et environnementale dans le cadre des certifications de

Plus en détail

Le point de vue du contrôleur technique

Le point de vue du contrôleur technique Le point de vue du contrôleur technique mars 2010 P-E Thévenin Contrôle technique en zone sismique le contrôle technique missions et finalité contrôle technique obligatoire les attestations PS de contrôle

Plus en détail

1. Construction neuve

1. Construction neuve Inventaire non exhaustif depuis l année 2000 des principaux textes réglementaires s appliquant aux bâtiments d habitation et évaluation de leurs impacts sur les coûts de construction Préambule L évaluation

Plus en détail

RT BATIMENTS EXISTANTS. Labels et RGE. «Reconnu Grenelle Environnement»

RT BATIMENTS EXISTANTS. Labels et RGE. «Reconnu Grenelle Environnement» RT BATIMENTS EXISTANTS Labels et RGE «Reconnu Grenelle Environnement» RT BATIMENTS EXISTANTS RT Bâtiments existants S APPLIQUENT AUX BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS ET TERTIAIRES EXISTANTS À L OCCASION DE TRAVAUX

Plus en détail

Club Développement Durable Arseg

Club Développement Durable Arseg Club Développement Durable Arseg Plan Bâtiment Grenelle et la rénovation énergétique du tertiaire 5 juillet 2011 1. Sinteo en quelques mots 2. La réglementation Grenelle dans le tertiaire privé 3. Les

Plus en détail

Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat

Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat Plan maîtrise de l énergie Les enjeux Les leviers Travaux sur le bâti Réduire la facture et lutter contre la précarité énergétique Réduire

Plus en détail

Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights. Schneider Electric

Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights. Schneider Electric Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights Evolution des réglementations Directive européenne : European Energy Directive (EED) Loi DDADUE Audit ISO50001 RT2012 Un environnement

Plus en détail

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE *******

Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* REFERENTIEL DE CERTIFICATION RENOVATION ENERGETIQUE Version 5 mars 2015 RENOVATION ENERGETIQUE ******* Organisme Certificateur CERTIBAT 45 rue Boissière 75116 PARIS Tel : 01 82 73 15 29 www.certibat.fr

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

RT 2012 et responsabilités

RT 2012 et responsabilités RT 2012 et responsabilités UDAF Valence 24/05/2012 Source :Christian Blachot Architecte Nicolas Estrangin (ADIL Information Energie) 1.MODALITÉS TECHNIQUES 24/05/2012 RT2012 et responsabilités 2 Objectifs

Plus en détail

. LE CATALOGUE. PHENIX CONSEILS

. LE CATALOGUE. PHENIX CONSEILS A u d i t s, C o n s e i l s E t u d e s d e R i s q u e s. LE CATALOGUE. PHENIX CONSEILS I n g é n i e r i e F o r m a t i o n s & A s s i s t a n c e t e c h n i q u e Créée en janvier 2005, la société

Plus en détail

RT 2012 : études thermiques en maison individuelle Mai 2013

RT 2012 : études thermiques en maison individuelle Mai 2013 Fiche conseil RT 2012 : études thermiques en maison individuelle Mai 2013 Cette fiche conseil a été rédigée par Pierre-Manuel Patry, directeur technique de Sénova et auteur de RT 2012 et RT Existant (Eyrolles).

Plus en détail