Guide FORCE OUVRIÈRE DU SALARIÉ INTÉRIMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide FORCE OUVRIÈRE DU SALARIÉ INTÉRIMAIRE"

Transcription

1 Guide FORCE OUVRIÈRE DU SALARIÉ INTÉRIMAIRE 4 ème édition

2 2

3 SOMMAIRE Introduction 3 Le travail temporaire aujourd hui 4 I. DROITS ET STATUT DU TRAVAIL TEMPORAIRE 7 A. Relations entre l entreprise de travail temporaire et l entreprise 8 B. Relations entre le travailleur intérimaire et l entreprise de travail temporaire 8 1. Un contrat de mission 8 2. La mission 9 3. La rémunération du salarié intérimaire, salaire et accessoires 13 Exemple de bulletin de paie Documents devant être remis par l ETT L ancienneté La médecine du travail 22 C. Relations entre le salarié intérimaire et l entreprise utilisatrice Droits et obligations 2. Conditions de travail D. Conditions et limites du recours au travail temporaire 25 E. Requalification et limites du recours au travail temporaire 27 II. TEMPS DE TRAVAIL 30 A. La durée du travail 30 B. Le travail de nuit 36 C. Les congés 37 III. LA FORMATION PROFESSIONNELLE 38 A. Le FAF.TT 38 B. Les dispositifs individuels de formation 39 C. Le plan de formation de l entreprise 43 D. Le FPE TT 43 E. L OTT 44 IV. LA SANTE-LA SECURITE AU TRAVAIL-LE SUIVI MEDICAL 45 V. L INDEMNISATION DU CHOMAGE-LE CHOMAGE PARTIEL -LE RSA 48 VI. LE DROIT SYNDICAL ET LES INSTITUTIONS REPRESENTATIVES DU PERSONNEL 51 A. Droit syndical 51 B. Représentation du personnel 52 VII. LA PROTECTION SOCIALE ET L ACTION SOCIALE 56 A. Le régime de prévoyance 56 B. Le fastt 61 Annexes : 1. Les organismes et instances du travail temporaire Liste des accords nationaux du travail temporaire Adresses et numéros utiles Liste des Fédérations FO Bulletin d adhésion FO 71 2

4 INTRODUCTION Premiers touchés par la crise économique, les salariés intérimaires ont été et sont toujours confrontés à des fins de missions massives et brutales qui ont annoncé le plus souvent des plans sociaux dans les entreprises qui utilisent fortement le travail précaire. Les salariés intérimaires seront certainement aussi les premiers à être mobilisés en temps de reprise économique, les utilisateurs préférant recourir à l intérim plutôt qu à des embauches en CDI en ces temps d incertitudes. De nombreuses négociations sont actuellement en cours dans la branche du travail temporaire sur le portage salarial (autre modalité de prêt de main d œuvre à but lucratif dont la négociation a été confiée à la branche du travail temporaire) ainsi que sur le sujet de la formation professionnelle. Dans ce contexte que FORCE OUVRIERE a jugé indispensable de faire à nouveau le point sur un mode de travail précaire qui concerne de plus en plus de salariés. Ce guide s adresse à tous les salariés intérimaires mais également aux délégués syndicaux et représentants du personnel FORCE OUVRIERE, salariés des entreprises utilisatrices où sont affectés en mission les salariés intérimaires. Il vise à ce que chacun avec l aide de FO soit outillé pour se défendre et connaître ses droits. Cette version comprend les modifications intervenues pour les salariés intérimaires qu elles soient législatives ou conventionnelles. A noter que ce guide traite essentiellement du travail temporaire qui se caractérise par l établissement d une relation triangulaire entre l employeur (Entreprise de Travail Temporaire - ETT) ; le salarié en mission d intérim et l entreprise utilisatrice. 3

5 LE TRAVAIL TEMPORAIRE AUJOURD HUI Depuis un an un emploi intérimaire sur trois a disparu, on comptabilise prés de postes supprimés en un an. Fin octobre 2009, le nombre d intérimaires atteint ce qui représente 2,4 % de l ensemble des salariés du secteur concurrentiel alors qu en 2007 on estimait à environ salariés intérimaires. Tous les secteurs d activité sont touchés avec deux secteurs particulièrement impactés : l industrie et le BTP.Il y a désormais plus d emplois intérimaires dans le tertiaire que dans l industrie! En un an, l emploi intérimaire a «effacé» 10 ans de hausse pour retrouver un niveau comparable à celui de fin 1998, fin 2009 le niveau de l emploi intérimaire tend désormais à se stabiliser. Les chiffres et données statistiques sur le travail temporaire sont significatifs 1 En 2008, environ 2 millions de personnes ont signé un peu plus de 16 millions de contrats de mission. 52% ont réalisé au moins 4 missions dans l année. La durée moyenne des missions est de 1,9 semaine en 2008, elle tombe à 1,7 en 2009 et près de la moitié des intérimaires sont en mission moins d un mois et demi dans l année. Dans le contexte particulier du fort repli puis du début de stabilisation de l intérim, la baisse de la durée moyenne des missions s explique par une part croissante de missions de moins d une semaine. Seuls 14% ont été en mission au moins 6 mois dans l année. Le travail temporaire reste largement masculin même si la tendance est à la féminisation : 64% d hommes contre 36% de femmes. Les intérimaires demeurent en 2008 plus jeunes que la moyenne des salariés. Environ 35 % d entre eux ont moins de 25 ans et 76,6 % moins de 40 ans. REPARTITION DES INTERIMAIRES PAR CATEGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE EN 2008 (source DARES/prisme rapport économique et social 2008) Ouvriers non qualifiés 38,4% Cadres 1,6% Professions intermédiaires 7,4% Employés 13,2% Ouvriers qualifiés 39,4% 1 Sources : DARES /Pôle Emploi/Prisme 4

6 Les textes en vigueur : 1. Au plan législatif : Suite à la recodification du code du travail, les articles relatifs au travail temporaire sont les articles L à L du Code du Travail. Loi de 1972 : première législation sur le travail temporaire. Loi du 12 juillet 1990 reprend les dispositions de l accord national interprofessionnel du 24 mars 1990 relatif aux contrats de travail à durée déterminée et au travail temporaire. Loi du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale : introduit les nouveaux cas de recours au travail temporaire. Loi du 25 juin 2008 dite «de modernisation du marché du travail», dans laquelle est repris l Article 1 de l ANI du 11 janvier 2008 qui porte sur le renforcement de l information au CE, à défaut des DP, sur les CDD et les contrats de mission. Désormais, l employeur doit informer le CE ou à défaut les DP des éléments qui l ont conduit à faire appel au titre de la période écoulée mais aussi qui pourraient le conduire à faire appel à l avenir à des contrats de travail temporaire. 2. Au plan conventionnel interprofessionnel : Plusieurs accords nationaux interprofessionnels récents comportent des dispositions relatives au travail temporaire. - L ANI du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail. Dans son article 1 : renforcement de l information au CE ou à défaut des délégués du personnel sur les CDD et les contrats de mission. Dans son article 19 intitulé «le portage salarial» il est prévu que la branche du travail temporaire doit organiser par accord de branche étendue la relation triangulaire du portage salarial. - L Avenant du 18 mai 2009 à l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 met en place la portabilité en matière de mutuelle et de régime de prévoyance. Principe applicable pour les salariés intérimaires ayant une mission d au moins un mois entier 1. - L ANI du 8 juillet 2009 sur la gestion sociale des conséquences de la crise économique sur l emploi qui prévoit l accès aux salariés intérimaires au contrat de transition professionnelle et le principe d extension du chômage partiel à certaines catégories de salaires (déjà inscrit dans une circulaire de la DGEFP du 25 mars 2009). 1 cf infra régime de prévoyance page 56 5

7 3. Au plan conventionnel de branche : Les derniers accords négociés et signés depuis 2007 sont les suivants : - Accord du 30 novembre 2009 relatif à l emploi des séniors intérimaires et permanents - Accord du 31 octobre 2009 relatif à la prise en charge des frais de transports publics des salariés intérimaires 1 - Accords du 10 juillet 2009 relatifs aux régimes de prévoyance cadres et non cadres intérimaires y compris le principe de portabilité - Accord du 10 juillet 2009 relatif à la période de professionnalisation pour les salariés intérimaires. - Accord du 6 juillet 2007 pour la non discrimination, l égalité de traitement et la diversité dans le cadre des activités de mise à l emploi des ETT. Un Accord de branche relatif à l emploi des seniors intérimaires et permanents a également été négocié et est ouvert à la signature au 30 novembre Les thèmes qui sont actuellement en négociation de branche sont relatifs au portage salarial et à la formation professionnelle.ces négociations devraient aboutir début Compte tenu de la loi de financement de la sécurité sociale du 17 décembre 2008 qui a généralisé la prise en charge des frais de transports collectifs ou d abonnement à un service public de location de vélos à l ensemble du territoire national 6

8 I. DROITS ET STATUT DU SALARIE INTERIMAIRE Nous avons, en préambule, soulevé l originalité de la relation triangulaire qui caractérise le travail temporaire, relation entre et l employeur (ETT), le salarié en mission, l entreprise utilisatrice. L entreprise de travail temporaire reste l employeur juridique (elle recrute et paye le salarié intérimaire), mais elle délègue les pouvoirs de direction et de contrôle pendant la durée de la mission. Quant au salarié, on peut considérer qu il est «employé par une entreprise», selon une formule consacrée, «où il ne travaille pas» et «n est pas employé de l entreprise où il travaille». Cette relation triangulaire s exprime également par l existence de deux contrats, - un contrat de «mise à disposition» conclu entre l entreprise utilisatrice et l ETT, et - un contrat de «travail temporaire» appelé «contrat de mission» conclu entre l ETT et le travailleur intérimaire qu elle embauche. ETT Entreprise de Travail Temporaire Contrat de mise à disposition Contrat de mission EU Entreprise utilisatrice L intérimaire va effectuer une mission dans l EU SALARIE INTERIMAIRE 7

9 A. RELATIONS ENTRE L ENTREPRISE DE TRAVAIL TEMPORAIRE ET L ENTREPRISE UTILISATRICE Le contrat de mise à disposition conclu entre l ETT (l Entreprise de Travail Temporaire) et l entreprise utilisatrice est un contrat de prestations de services de nature commerciale. Ce contrat doit obligatoirement être un contrat rédigé par écrit pour chaque salarié, au plus tard dans les deux jours ouvrables suivant sa mise à disposition. Clauses obligatoires du contrat de mise à disposition ( L du Code du Travail) - motif pour lequel il est fait appel au salarié, celui-ci doit être assorti de justifications précises, - le terme de la mission, - une clause de modification du terme, - les caractéristiques du poste à pourvoir, - la qualification professionnelle exigée, lieu de la mission et horaire, - la nature des équipements de protection individuelle, - le montant de la rémunération avec ses différentes composantes, y compris s il en existe, les primes et accessoires que percevrait, dans l entreprise utilisatrice après la période d essai, un salarié de qualification équivalente occupant le même poste de travail. Force Ouvrière insiste sur la précision du motif de recours au travail temporaire : il faut aussi que cela corresponde à la réalité. B. RELATIONS ENTRE LE TRAVAILLEUR INTERIMAIRE ET L ENTREPRISE DE TRAVAIL TEMPORAIRE C est l entreprise de travail temporaire qui recrute le salarié intérimaire. 1) UNCONTRATDEMISSION lie le salarié intérimaire avec l entreprise de travail temporaire. Ce contrat doit être écrit et adressé au salarié au plus tard dans les deux jours ouvrables suivant sa mise à disposition. Des sanctions sont prévues dans le cas contraire.(articles L et L ) Contenu du contrat (Article L ) Des mentions sont obligatoires : - la reproduction des clauses et mentions du contrat de mise à disposition, - la qualification professionnelle du salarié, - les modalités de la rémunération, celles de l indemnité de fin de mission - la période d essai éventuelle et sa durée, - une clause de rapatriement du salarié à la charge de l ETT, si la mission s effectue hors du territoire métropolitain, 8

10 - les noms et adresses de la caisse de retraite complémentaire et de l organisme de prévoyance dont relève l ETT, - la mention que l embauche du salarié par l utilisateur à l issue de la mission n est pas interdite. 2) LA MISSION Période d essai (Article L ) Le contrat de travail temporaire peut comporter une période d essai dont la durée est fixée par voie de convention collective ou d accord de branche ou d accord d entreprise ou d établissement. A défaut, la loi fixe une durée maximale de : - 2 jours pour un contrat de durée inférieure ou égale à un mois, - 3 jours pour un contrat d une durée comprise entre un et deux mois, - 5 jours au delà. En cas de terme imprécis, la période d essai est calculée d après la durée minimale. Les jours d essai se comptent en jours ouvrés (jours effectivement travaillés dans l entreprise) 1 A noter que la modification et son renouvellement sur la période d essai issue de la loi de modernisation du marché du travail n impacte pas la période d essai des salariés intérimaires déjà prévue à l article L du code du travail. Durée de la mission La mission doit en principe comporter un terme fixé avec précision dès la conclusion du contrat de mise à disposition. Mais une certaine souplesse est admise. Il existe des contrats de mission à terme précis, d autres sans terme précis. - Contrat de mission à terme précis : - Art. L et L du Code du Travail Les contrats conclus de date à date doivent répondre à une durée maximale fixée à 18 mois, renouvellement inclus par le Code du Travail. Dans certains cas particuliers, la durée maximale peut être de 9 mois ou de 24 mois. Des aménagements sont possibles : - au début du contrat : Par exemple, dans le cas du recours d un salarié intérimaire pour remplacement d un salarié absent ou dont le contrat est suspendu, le contrat peut prendre effet avant l absence du salarié. - au terme du contrat : Le terme de la mission peut être avancé ou reporté dans certaines limites. Cette possibilité doit avoir été prévue préalablement 2, ainsi le terme de la mission peut être avancé ou reporté à raison d un jour pour 5 jours de travail. Tout en sachant que la durée maximale ne doit pas de toute façon être dépassée, et que cet aménagement ne peut avoir pour effet de réduire la durée de la mission initialement prévue de plus de 10 jours de travail. 1 Cass. Soc 25 janvier Code du Travail L

11 De plus, pour les missions de moins de 10 jours, le terme peut être avancé ou reporté de 2 jours. Dans le cas de remplacement d un salarié absent ou dont le contrat de travail a été suspendu, le terme de la mission peut être reporté jusqu au surlendemain du jour où le salarié reprend son emploi. Il faut néanmoins que cela soit prévu dans le contrat de mission. Autre cas : le contrat de mission peut être renouvelé une fois, dans le cadre de la même mission si son objet n a pas été réalisé ou se poursuit, mais toujours dans la limite de la durée maximale, renouvellement de 18 mois (ou cas particuliers 9 ou 24 mois). A noter que les aménagements doivent être prévus lors de la conclusion du contrat de mise à disposition et du contrat de mission. FO dénonce l utilisation de cette souplesse concernant les contrats de courte durée notamment les contrats à la semaine. - Contrat de mission sans terme précis : N étant pas soumis à une durée maximale, ces contrats doivent contenir une durée minimale. Cas visés : absence temporaire d un salarié ou suspension de son contrat de travail, terme : retour du salarié absent. attente de l entrée en service effective d un salarié recruté en CDI, emplois à caractère saisonnier ou pour lesquels il est d usage constant de ne pas recourir au CDI. Dans les cas visés, il faut donc indiquer une durée minimale, qui est librement fixée par les parties. Contrats de missions successifs Les règles légales qui concernent la succession de contrats de mission ont pour finalité de lutter contre l utilisation abusive du travail temporaire et de garantir son caractère provisoire. Ainsi une période appelée délai de carence doit séparer deux contrats de travail temporaire sur le même poste de travail et s applique aussi bien au salarié intérimaire qu à l entreprise utilisatrice. La durée de ce délai de carence est différente selon la durée du contrat de mission. Pour un contrat de mission inférieur à 14 jours renouvellement inclus le délai de carence est égal à la moitié de la durée du contrat. Exemple : pour un contrat de 10 jours le délai de carence sera donc de 5 jours. Pour un contrat de mission au moins égal à 14 jours, le délai de carence entre deux contrats est fixé à un tiers de la durée initiale du contrat renouvellement inclus. Exemple : Contrat initial de 3 mois renouvelé 3 mois le délai de carence sera de deux mois (3 mois + 3 mois / 3 = 2 mois) et l employeur ne pourra pas recourir à un intérimaire sur le même poste avant ce délai de deux mois. 10

12 Pour apprécier ce délai qui sépare deux contrats de travail temporaire, il est fait référence aux jours d ouverture de l entreprise concernée et non plus aux jours calendaires. Il existe de nombreuses exceptions où la règle du délai de carence ne joue pas : - nouvelle absence du salarié - travaux urgents nécessités par des mesures de sécurité - emplois saisonniers ou temporaires par usage - rupture anticipée du contrat du fait du salarié - refus par le salarié du renouvellement de son contrat pour la durée du contrat non renouvelé Le délai de carence ne s impose que si les missions concernent le même poste et non des postes différents. En effet, la succession de plusieurs contrats temporaires sur des postes différents y compris avec le même salarié n est soumise à aucun délai sous réserve de fraude à la loi consistant à pratiquer abusivement des glissements de poste. A plusieurs reprises, via des rapports, ou propositions de loi, il a été question de vouloir supprimer le délai de carence et d augmenter le nombre de renouvellement afin de faciliter le recours à l intérim et en prétextant que le délai de carence censé protéger le salarié» contre l emploi à outrance est aujourd hui vécu comme une contrainte par un certain nombre d intérimaires et très souvent contourné dans la pratique. Ce constat pour Force Ouvrière reflète une réalité. Un certain nombre de salariés subit parfois les inconvénients du délai de carence et ne comprend pas à quoi il sert si ce n est à être un prétexte à ne pas continuer la mission. On constate aussi qu il ne s applique pas dans un certain nombre de cas. Pour autant, FO considère qu il constitue lorsqu il s applique, un garde fou contre une utilisation abusive de l intérim dont le but n est pas, il faut le rappeler de pourvoir à des emplois durables dans l entreprise utilisatrice. Rupture anticipée du contrat de mission En principe le contrat de mission ne peut être rompu avant son terme que pour faute grave ou force majeure. En dehors de ces cas : - Rupture à l initiative de l entreprise de travail temporaire Exemples : rupture du contrat de mise à disposition (contrat commercial) avec l entreprise utilisatrice ; résiliation de l objet du contrat avant le terme prévu, si le terme était précis. Dans ce cas, l entreprise de travail temporaire doit proposer au salarié un nouveau contrat prenant effet dans un délai maximum de trois jours ouvrables ou d une durée au moins équivalente à celle qui restait à courir. Si la durée du contrat restant à courir au moment de la rupture anticipée est supérieure à quatre semaines l entreprise de travail temporaire peut proposer à l intérimaire des contrats successifs dans la limite de trois. 11

13 Et si l entreprise n est pas en capacité de faire une telle proposition, elle est tenue de verser au salarié le montant de la rémunération restant due y compris l indemnité de fin de mission. - Rupture à l initiative du salarié intérimaire Depuis la loi de modernisation sociale de 2002, le contrat de mission peut être rompu par le salarié s il justifie d une embauche en contrat à durée indéterminée. Dans ce cas, sauf accord des parties, le salarié est alors tenu de respecter une période de préavis dont la durée est calculée à raison d un jour par semaine compte tenu de la durée totale du contrat renouvellement inclus si celui-ci comporte un terme précis, ou de la durée effectuée lorsque le contrat ne comporte pas un terme précis sans que cette période puisse être inférieure à un jour, ni supérieure à deux semaines dans les deux cas. L indemnité de fin de mission (appelée aussi indemnité de précarité), dont le montant est fixé à 10 % ne peut pas être versée en cas de rupture anticipée du contrat à l initiative du salarié, notamment en cas d embauche à durée indéterminée chez un autre employeur. En outre, si la rupture est à l initiative du salarié hors période d essai et hors cas d embauche en contrat à durée indéterminée, l entreprise de travail temporaire pourrait se voir allouer des dommages et intérêts fixés par voie de justice en fonction du préjudice subi et en tout état de cause l indemnité de fin de mission n est pas versée au salarié intérimaire. 12

14 3) LA REMUNERATION DU SALARIE INTERIMAIRE, SALAIRE ET ACCESSOIRES - Art. L du Code du Travail - Art. L du Code du Travail - Accord interprétation du 18 janvier 1984 de la branche du travail temporaire La rémunération du salarié temporaire doit être au moins équivalente à celle qu aurait perçue un salarié de l entreprise utilisatrice, après la période d essai, pour le même poste de travail et à qualification égale. Le contrat de mise à disposition et le contrat de mission doivent indiquer la rémunération que percevrait dans l entreprise utilisatrice après période d essai, un salarié de qualification équivalente occupant le même poste de travail (salaire de référence). La rémunération se compose du salaire de base ainsi que des majorations, primes et indemnités à périodicité, mensuelle ou non. Lorsqu une partie de la rémunération est versée eu égard à l ancienneté du salarié, le salarié intérimaire n en bénéficie qu à la condition de remplir lui-même cette condition d ancienneté. Exemple : le 13 ème mois Si le versement du 13ème mois se fait avec condition d ancienneté, il ne doit pas être pris en considération. Par contre, il doit l être s il n est assorti d aucune condition particulière de durée de présence. Il faut donc se référer à chaque fois à la convention collective ou à l usage dans l entreprise utilisatrice. Force Ouvrière constate que bien souvent les primes auxquelles auraient droit les salariés intérimaires ne sont pas mentionnées, donc non versées. Il est conseillé au salarié intérimaire de s informer, auprès du syndicat ou des délégués du personnel, de l existence de primes dans l entreprise utilisatrice afin d en revendiquer l indication dans le contrat de mission et le bulletin de paie ainsi que le versement auprès de son entreprise de travail temporaire. Cas de la réévaluation et de l augmentation des salaires Quand il y a réévaluation et augmentation des salaires dans l entreprise utilisatrice, le salarié intérimaire doit en bénéficier obligatoirement. Jours fériés et Ponts - Art. L du Code du Travail - Accord interprétation du 18 janvier Et Avis du 4 avril 1990 de la branche du travail temporaire - Paiement des jours fériés : Les salariés temporaires bénéficient du paiement des jours fériés quelle que soit leur ancienneté, dans les mêmes conditions que les salariés de l entreprise utilisatrice. 13

15 On entend par jours fériés, les jours fériés légaux mais aussi les jours pour lesquels il est reconnu ce caractère au plan coutumier ou local. Lorsqu une mission s achève normalement la veille d un jour férié, celui-ci n est pas dû au salarié temporaire, sauf si celui reprend, le lendemain du jour férié, une autre mission qui est en fait la continuation de la mission précédente. - Paiement des Ponts : - Circulaire n 18/90 du 30 octobre 1990 Distinctions à effectuer : Si pendant une mission, une entreprise utilisatrice accorde à ses salariés un «pont» rémunéré non récupérable, l intérimaire doit en bénéficier dans les mêmes conditions. Même chose si la récupération intervient en cours de mission. Si le «pont» qui est accordé est à imputer sur les droits à congés payés ou fait l objet d une récupération se situant en dehors de la période de mise à disposition, l intérimaire ne peut prétendre à la rémunération de ce jour, dès lors que le contrat de travail précise l existence d un jour de suspension du contrat de travail sans rémunération. Dans tous les cas, il convient de se référer à la Convention Collective, aux accords d entreprise et le cas échéant, aux usages en vigueur dans l entreprise utilisatrice. Force Ouvrière dénonce ici la pratique qui a pour objet de faire suspendre ou de rompre le contrat sciemment et de faire recommencer le contrat quelques jours après, sans avoir à rémunérer le jour férié au salarié intérimaire. L indemnité pour cause d intempéries - Art. L du Code du Travail Le salarié temporaire qui est mis à la disposition d une entreprise du bâtiment et des travaux publics a droit à une indemnisation en cas d arrêt de travail par suite d intempéries, comme les salariés de cette entreprise, occupés sur le même chantier. Cette indemnité, qui n est soumise pour le salarié temporaire, à aucune condition d ancienneté, est versée par l Entreprise de Travail Temporaire pour chaque heure perdue dans les conditions prévues aux anciens articles L et suivants maintenant article D du Code du travail. Frais de transport - Accord du 31 octobre 2009 Cet accord est relatif à la prise en charge des frais de transports publics des salariés intérimaires. Cet accord fait suite à la loi de financement de la sécurité sociale du 17 décembre 2008 qui a généralisé à l ensemble du territoire national le dispositif issu de la loi du 4 août 1982 (qui 14

16 prévoyait une prise en charge partielle du coût des titres de transports domicile travail dans le périmètre couvert par «les transports parisiens»). Il est prévu dans ce texte le versement par jour d un remboursement forfaitaire couvrant les zones de transport du trajet domicile-travail de : 50 % du montant du ou des titres d abonnement annuel divisé par % du montant du ou des titres d abonnement mensuel divisé par 21,67 50 % du montant du ou des titres d abonnement hebdomadaire divisé par 5 Si le lieu de travail est très éloigné de la résidence, il peut arriver que l ETT verse une indemnité de déplacement, soit correspondant aux frais réels, soit forfaitaire. Heures supplémentaires et repos compensateur Les heures de travail effectuées au delà de la durée légale sont considérées comme des heures supplémentaires, elles ouvrent donc droit à majoration et éventuellement au repos compensateur. Un accord d interprétation du 18 janvier 1984 prévoit que lorsque le seuil requis pour ouvrir droit à un repos compensateur n est pas atteint par le personnel intérimaire du fait de la brièveté des missions, les salariés concernés bénéficient d une indemnité compensatrice d un montant correspondant au prorata des droits acquis. Les indemnités a) L indemnité de fin de mission (IFM) - Art. L du Code du Travail Cette indemnité est destinée à compenser la précarité de la situation du salarié intérimaire. Nature de l I.F.M. : Elle a la nature juridique d un salaire, soumise comme tel à charges sociales et impôt sur le revenu. Montant de l I.F.M. : 10% du montant de la rémunération totale brute due au salarié pendant la durée de son contrat. Versement de l I.F.M. : La mission qui est interrompue par le fait de l utilisateur n exonère pas l ETT du paiement de cette indemnité. Non versement de l I.F.M. : L I.F.M. versée en fin de mission n est pas due dans les cas suivants : - conclusion d un CDI à l issue de la mission avec l entreprise utilisatrice ; - en cas de rupture à l initiative de l intérimaire pour faute grave ou en cas de force majeure ; - en cas de contrat de travail temporaire qui correspond à un contrat de mission formation ; 15

17 - et si un accord de branche du travail temporaire ou d entreprise ou d établissement de cette branche le prévoit dans le cas de contrat conclu en vue de pourvoir un emploi à caractère saisonnier ou relevant d un secteur où il est d usage constant de ne pas recourir à un CDI. Modalités de versement de l I.F.M. : L I.F.M. qui s ajoute à la rémunération totale brute due au salarié doit être versée à l issue de chaque mission effectivement accomplie, en même temps que le salaire dû au titre de celle-ci et doit figurer sur le bulletin de salaire correspondant. Un accord d interprétation du 9 juin 1998 vient rappeler que l I.F.M. est due sur les contrats saisonniers ou ceux pour lesquels il est d usage constant de ne pas recourir au C.D.I. Mais ceci seulement en absence d accord de branche ou d entreprise ou d établissement dans la branche du travail temporaire en ce sens. En outre, il vient préciser que les jeunes qui effectuent des missions de travail temporaire pendant leurs vacances scolaires ou universitaires bénéficient également du paiement de l I.F.M. dans les mêmes conditions. b) L indemnité compensatrice de congés payés - Art. L du Code du Travail A l issue de chaque mission, quelle que soit sa durée, le salarié intérimaire a droit à une indemnité compensatrice de congés payés, d un montant égal à 10% de la rémunération totale qui lui est due (l indemnité de fin de mission fait partie de la rémunération totale). Les périodes de suspension du contrat de travail pour maternité et adoption, pour cause d accident du travail ou de maladie professionnelle (dans la limite d un an) ou du fait d un rappel sous les drapeaux, sont assimilées à une mission pour l appréciation des droits du salarié intérimaire. Modalités de paiement des salaires par l ETT : - Art. L du Code du Travail - Accord du 3 juin 1983 relatif aux modalités de paiement des salaires des travailleurs temporaires ; - Accord d orientation du 26 février 1985, guide de lecture du bulletin de paie d un travailleur temporaire ; - Accord d interprétation du 4 avril 1990, relatif aux relevés d heures. Les salariés intérimaires sont exclus duchampd applicationde laloi relative à lamensualisation. En vertu de l article L du Code du travail, les salariés qui ne bénéficient pas de la mensualisation sont payés au moins deux fois par mois à seize jours au plus d intervalle. A partir de ce texte, l accord du 3 juin 1983 relatif aux modalités de paiement, recommande aux ETT qui ont une périodicité de paie supérieure à la quinzaine, de verser des acomptes au moins chaque quinzaine aux salariés le demandant. Il y est précisé que les acomptes ne peuvent pas être inférieurs à 80% des sommes dues au titre du salaire de base de la mission et des frais de déplacement éventuellement engagés à la date du paiement de l acompte. 16

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Travailler. Le travail en interim FICHE 13

Travailler. Le travail en interim FICHE 13 FICHE 13 Travailler Le travail en interim Le contrat de travail temporaire, quel que soit le motif, ne peut permettre de pourvoir durablement à un emploi lié à l activité normale et permanente de l entreprise

Plus en détail

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée?

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée? Le contrat en CDD La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas énumérés par la loi. Il doit obligatoirement

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Des motifs de recours presque identiques

Des motifs de recours presque identiques pratiques [travail temporaire] Qu est-ce qui distingue le contrat d intérim du CDD? La réglementation du contrat de travail temporaire est, pour une large part, le décalque de celle du contrat à durée

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr Le contrat de travail temporaire schassigneux@yahoo.fr 1 Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission,

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er - 39 - TABLEAU COMPARATIF Code de l éducation TROISIÈME PARTIE Les enseignements supérieurs LIVRE VI L organisation des enseignements supérieurs TITRE I ER L organisation générale des enseignements Proposition

Plus en détail

CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT. Le contrat de travail de droit commun : contrat à durée déterminée et contrat à durée indéterminée

CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT. Le contrat de travail de droit commun : contrat à durée déterminée et contrat à durée indéterminée COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE Le contrat de travail de droit commun : contrat à durée déterminée et contrat à durée indéterminée Le contrat de travail à durée déterminée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Panorama des CONTRATS de travail

Panorama des CONTRATS de travail Janvier 2010 Panorama des CONTRATS de travail L essentiel contrat par contrat Choisir un contrat selon vos besoins Éléments clés pour gérer vos contrats L essentiel contrat par contrat Signes particuliers

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

Nom du Document : LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE : RAPPEL DES REGLES DU JEU

Nom du Document : LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE : RAPPEL DES REGLES DU JEU LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE FICHE CONSEIL Nom du Document : LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE : Page : 1/12 EN BREF Le contrat à durée déterminée, quel que soit son motif, ne peut avoir ni pour objet ni

Plus en détail

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE Le contrat CUI-CAE Le recours à un contrat CUI-CAE (contrat unique d insertion-contrat d accompagnement) a pour objectif de faciliter

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

ACCORD DE REPRISE DU PERSONNEL PROJET DE REECRITURE DE L ACCORD DE 2002

ACCORD DE REPRISE DU PERSONNEL PROJET DE REECRITURE DE L ACCORD DE 2002 ACCORD DE REPRISE DU PERSONNEL PROJET DE REECRITURE DE L ACCORD DE 2002 Préambule Le présent accord est conclu en vue de conserver les effectifs qualifiés et de préserver l emploi des salariés dans la

Plus en détail

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 La Convention collective des salariés du Particulier employeur 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 Les obligations de l employeur à l embauche du salarié S immatriculer en tant qu employeur, plusieurs

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

Le contrat de travail à durée déterminée (CDD)

Le contrat de travail à durée déterminée (CDD) Le contrat de travail à durée déterminée (CDD) Synthèse La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3328 Convention collective nationale IDCC : 2511. SPORT AVENANT N 87 DU 15 MAI 2014 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL

Plus en détail

Les congés payés. Synthèse

Les congés payés. Synthèse Les congés payés Synthèse Tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l employeur. Chaque mois de travail ouvre droit à un congé de 2,5 jours ouvrables. C est l employeur qui organise,

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle 13/02/2015 Le Contrat de Sécurisation Professionnelle Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné aux salariés des entreprises de moins de 1 000 salariés visées par une procédure de licenciement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

I - Législation du travail :

I - Législation du travail : POLYNESIE FRANCAISE Les dispositions en matière de droit du travail, protection sociale et fiscalité sont différentes de celles en vigueur en Métropole. I - Législation du travail : Autorisation de séjour

Plus en détail

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés.

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés. les infos DAS - n 075 24 juin 2015 Le portage salarial A la suite de l ordonnance du 2 avril 2015 1 qui donne un nouveau fondement juridique au portage salarial, il nous a paru nécessaire de faire le point

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir,

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, CIRCULAIRE CDG90 16/2013 LES EMPLOIS D AVENIR Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, Décret n 2012-1207 du 31 octobre 2012 relatif à l entrée en vigueur de décrets et

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

Vous trouverez ici les réponses aux questions les plus fréquemment posées par les assistantes maternelles sur leur emploi.

Vous trouverez ici les réponses aux questions les plus fréquemment posées par les assistantes maternelles sur leur emploi. Vous trouverez ici les réponses aux questions les plus fréquemment posées par les assistantes maternelles sur leur emploi. N hésitez pas à consulter les textes législatifs applicables aux assistantes maternelles

Plus en détail

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite, GPEC, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Droit du travail. + de 20 fiches de cours + de 130 QCM commentés. L essentiel. 8 cas pratiques corrigés 7 analyses d arrêts LES INDISPENSABLES VUIBERT

Droit du travail. + de 20 fiches de cours + de 130 QCM commentés. L essentiel. 8 cas pratiques corrigés 7 analyses d arrêts LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Droit du travail Isabelle Beyneix L essentiel + de 20 fiches de cours + de 130 QCM commentés 8 cas pratiques corrigés 7 analyses d arrêts Sommaire Mode d'emploi................................................................

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

Info Syndicale : complémentaire Santé

Info Syndicale : complémentaire Santé Info Syndicale : complémentaire Santé La complémentaire santé des Salariés non-cadres La complémentaire santé des salariés agricoles non cadre évolue afin de répondre aux obligations mises en place par

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

ACCORD PORTANT SUR LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DES SALARIES INTERIMAIRES

ACCORD PORTANT SUR LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DES SALARIES INTERIMAIRES ACCORD PORTANT SUR LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DES SALARIES INTERIMAIRES PREAMBULE La branche du travail temporaire se singularise par son dialogue social et le souhait d améliorer la sécurisation

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Picardie et Aisne) (17

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire Santé de vos salariés non cadres. Accord départemental du 3 septembre 2009. Raison sociale 1

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV COMMENT CALCULER LE MONTANT DE L INDEMNITE DE LICENCIEMENT? La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, reprenant les dispositions de l ANI du 11 janvier 2008,

Plus en détail

2g - L emploi d une tierce personne

2g - L emploi d une tierce personne 2g - L emploi d une tierce personne Si vous êtes en situation de handicap et souhaitez employer un salarié à votre domicile, vous devez, en tant que particulier-employeur, respecter certaines formalités.

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

Ce guide a été élaboré conjointement par les Relais Assistantes Maternelles de Seine-et-Marne et par le Conseil général de Seine-et-Marne.

Ce guide a été élaboré conjointement par les Relais Assistantes Maternelles de Seine-et-Marne et par le Conseil général de Seine-et-Marne. Préambule Depuis le 1 er janvier 2005, la Convention Collective Nationale des assistants maternels du particulier employeur 1 est applicable. Cette convention détermine les conditions d emploi de l assistant(e)

Plus en détail

BUSINESS LUNCH VENDREDI 26 SEPTEMBRE 2014. #NumCroissance2014 @syntecnumerique

BUSINESS LUNCH VENDREDI 26 SEPTEMBRE 2014. #NumCroissance2014 @syntecnumerique BUSINESS LUNCH VENDREDI 26 SEPTEMBRE 2014 #NumCroissance2014 @syntecnumerique POINT SOCIAL Valérie ROULLEAU I DÉLÉGUÉE AUX AFFAIRES SOCIALES / SYNTEC NUMÉRIQUE LE FORFAIT ANNUEL EN JOURS I Les 3 modalités

Plus en détail

ANIMATION Avec la CFDT, l animation pour tous!

ANIMATION Avec la CFDT, l animation pour tous! ANIMATION Avec la CFDT, l animation pour tous! Le salaire SOMMAIRE : Le salaire P.3 La fiche de paie P.4 La F3C CFDT défend les salaires de tous les personnels de l animation qu ils soient ouvriers, employés,

Plus en détail

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat.

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat. LA RUPTURE CONVENTIONNELLE 1-LE PRINCIPE La rupture conventionnelle a été instaurée dans le cadre de la loi du 25 juin 2008. Elle constitue un mode de rupture amiable spécifique au contrat de travail à

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3541-4 Introduction............................................... 7 Définition des emplois à domicile.................................

Plus en détail

Préavis : déterminer sa durée exacte, sa date de départ et de fin

Préavis : déterminer sa durée exacte, sa date de départ et de fin Gérer un départ à l initiative de l employeur : licenciement pour motif personnel et mise à la retraite Préavis : déterminer sa durée exacte, sa date de départ et de fin Référence Internet Saisissez la

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Aides à l embauche des jeunes et des seniors

Aides à l embauche des jeunes et des seniors COMMUNICATION - INFORMATION Juillet 2011 Aides à l embauche des jeunes et des seniors Des mesures visant à développer l emploi des jeunes et des salariés de plus de 45 ans viennent d être créées (Décret

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Loi statut unique : harmonisation statut ouvriers et employés

Loi statut unique : harmonisation statut ouvriers et employés Loi statut unique : harmonisation statut ouvriers et employés La nouvelle loi sur le statut unique a apporté des modifications majeures en droit du travail notamment concernant les délais de préavis, le

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3314 Convention collective nationale IDCC : 2412. PRODUCTION DE FILMS D ANIMATION

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Septembre. Les rémunérations dépassant 4 fois le plafond de sécurité sociale applicable soit 12 344 euros pour 2013.

Septembre. Les rémunérations dépassant 4 fois le plafond de sécurité sociale applicable soit 12 344 euros pour 2013. Majoration de la contribution patronale d assurance chômage pour l embauche en CDD Depuis le 1 er Juillet 2013 le taux de la contribution patronale d assurance chômage a été modifié en cas d embauche d

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les jours fériés

FICHE PRATIQUE Les jours fériés FICHE PRATIQUE Les jours fériés Chaque année, il revient à l employeur de gérer les périodes comportant des jours fériés, c'est pourquoi il est important de connaitre les règles qui s'appliquent en la

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2511. SPORT

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2511. SPORT MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3328 Convention collective IDCC : 2511. SPORT Journal officiel du 25 novembre 2006 Arrêté du 21 novembre

Plus en détail

REGLEMENT REGIONAL POUR L'ATTRIBUTION ET LE VERSEMENT DE L INDEMNITE COMPENSATRICE FORFAITAIRE AUX EMPLOYEURS DE MIDI PYRENEES

REGLEMENT REGIONAL POUR L'ATTRIBUTION ET LE VERSEMENT DE L INDEMNITE COMPENSATRICE FORFAITAIRE AUX EMPLOYEURS DE MIDI PYRENEES REGLEMENT REGIONAL POUR L'ATTRIBUTION ET LE VERSEMENT DE L INDEMNITE COMPENSATRICE FORFAITAIRE AUX EMPLOYEURS DE MIDI PYRENEES Règlement adopté par la Commission Permanente du 7 mai 2009 !! " " # $ % "

Plus en détail

Gratification en France

Gratification en France Gratification en France L article L. 124-6 du code de l Education précise expressément que la gratification n a pas le caractère d un salaire au sens de l article L. 3221-3 du code du travail 1. La gratification

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié.

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié. Direction des Ressources Humaines Direction de l'economie RH et des Ressources Destinataires Tous services Contact GASPAR Emilia Tél : Fax : E-mail : Date de validité A partir du 1 er ' janvier 2009 Régime

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE Daniel MARCHAND Professeur titulaire de la Chaire de Droit Social du Conservatoire National des Arts et Métiers Ouvrage initié par Yves DELAMOTTE Professeur Honoraire au Conservatoire National des Arts

Plus en détail

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir Définition Champ d application Conclusion du contrat Formalités Durée du contrat et conditions d emploi Rémunération Aides et avantages sociaux particuliers Contrat de professionnalisation Contrat de formation

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Chapitre 1 : Champ d application et objet de l accord Le présent accord s applique à l ensemble

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail