CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS 305

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS 305"

Transcription

1 CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS 305 pentamètre semble corrompu, et je serais tenté de le rectifier ainsi : «...ad quos, / discit qui doceat, dicere quisque uelit», avec un jeu sur discere/docere/dicere. Mais il se peut qu une future identification de la source condamne cette hypothèse de travail. t. 2, p. 12-3, : «Exultabit Spiritus tuus in deo salutari tuo, uescans {coni. G. Dinkova-Bruun, uacans uel uocans codices) et uidens quam suauis est dominus». L éditrice a cherché à renforcer le parallèle - indiscutable - avec Ps 33, 9 : «Gustate et uidete quoniam suauis est dominus». Mais uescans pour uescens est un barbarisme. La leçon correcte est uacans, qui, associé à uidens, fait écho à Ps 45, 11 : «Vacate et uidete quoniam ego sum deus». t. 2, p. 190 v. 853 : «Certat atrox canis (coni. G. D.-B., cane codd.), sed prolato pane canina / reprimit ora Petrus...». La correction viole la métrique. Cane est acceptable, avec valeur d ablatif de moyen. t. 2, p. 215 v : l adjectif signifiant de Nîmes est normalement Nemausensem, non Nemansensem. t. 2, p. 254 v : «Eius tristicia (leticia O) nil tristius esse uidet / leticiaque (coni. G. D.-B., tristiciaque BO) sua lecius esse nichil. / Iste loquendo silet loquiturque silente, nec eius / pes citus aut tardus, sed moderatus erat». Ce passage est fondé sur des commutationes (ou antimetabolai), reposant elles-mêmes sur des oxymores (loquendo silet, loquitur silente). Le premier distique doit donc être lu ainsi : «Eius leticia nil tristius esse uidet / tristiciaque sua lecius esse nichil». Le modèle en prose du poète, c est-à-dire la Vita Maurilii XXVIII 141 (BHL 5731, éd. B. Krusch, dans MGH, Auct. ant., IV/2, p. 100) s inspirait de Jérôme, Epist. 24, 5 : «Nihil illius seueritate iocundius, nihil iocunditate seuerius, nihil risu tristius, nihil tristitia suauius... Sermo silens et silentium loquens, nec citus nec tardus incessus...» Mais il serait injuste de terminer sur des critiques. La tâche de publication était particulièrement difficile: certains textes étaient transmis par un seul manuscrit ; d autres étaient remplis de petites macules. Les éditeurs ont dû intervenir des centaines de fois, avec compétence et, dans l immense majorité des cas, à bon escient. François D o lb e a u Isidoro di Siviglia, Etimologie libro XIII De mundo et partibus. Edizione, traduzione e commento a cura di G. G asparotto, Paris : Les Belles Lettres, 2004 (Auteurs latins du Moyen Age), x liii p. Le savoir ne se construit évidemment pas de façon cumulative ; il y a des modifications dans les questionnements et des changements dans les méthodes. Mais un autre phénomène intervient parfois de façon subreptice, qui peut aboutir à une diminution du stock des connaissances. Il arrive en effet qu une partie des acquis scientifiques d une époque se perde par incurie et, lorsque des travaux d édition sont construits sur de telles bases et qu ils présentent par ailleurs les signes extérieurs - rhétoriques - de la scientifiche, le risque est fort qu ils entraînent une régression définitive. C est le cas de l édition récente du livre XIII des Étymologies dans lequel Isidore de Séville, associant cosmographie et géographie, traite en 22 chapitres de l univers, des cieux et des météores, enfin des eaux terrestres.

2 306 PATRICK GAUTIER DACCHÉ Écartons d emblée quelques erreurs et interprétations abusives. Des présupposés anachroniques empêchent de comprendre les caractères spécifiques de la «géographie» isidorienne (les deux ouvrages généraux cités en passant sur cette question sont périmés). Ainsi, les notions connexes de «continent» (p. xx et passim) et de «globe terraqué» (n. 213, p. 97), élaborées au XVIe siècle, ne sauraient s appliquer durant l Antiquité et le haut Moyen Age où dominait sans partage la théorie des éléments emboîtés dans des sphères distinctes et contiguës. Contrairement à ce qui est affirmé, les climata ne se définissent pas comme les «inclinaisons du ciel-univers dans les quatre versants correspondant aux quatre points cardinaux» ; ils ne sont pas non plus devenus «par la suite chacune des sept zones du ciel et de terre ferme dans lesquelles, selon le système ptoléméen, était divisé notre hémisphère» (n. 10, p. 9) *. Enfin, interpréter «dextra celi altiora sunt, pressa austri» (XIII, 5, 5) comme un effet de la «simbologia cristiana», les lieux élevés étant le ciel, séjour des élus, et les lieux inférieurs l enfer, séjour des damnés (n. 59, p. 30), relève de la surinterprétation, alors même que le contexte est purement factuel et technique, sans aucun des commentaires allégoriques qui accompagnent les données physiques et astronomiques exposées dans le De natura rerum. Il y a là un écho déformé - sans doute par l école et ses procédés, manuels, gloses, etc. - des considérations exprimées par Aristote dans le De caelo II, 2, en critique des pythagoriciens. I. Du point de vue textuel, on note quelques problèmes plus ou moins graves. En 13, 3 in Chio, leçon du seul K, est choisi en face de Cio, alors que la source traite de l île de Cea (gr. Kéœç ; lat. Cea, Ceos, Cia), proche de l Eubée, et non pas de l île de Chio. En 13, 5, la leçon du seul Y Linus est de même choisie, sans doute parce que la source, Pline, offre linus (mais avec des leçons lemus, le//mus, le inus). En 13, 7, c est encore la leçon des éditions de Pline Marsyas qui est préférée, en dépit du marsidae de la plupart des témoins. En revanche, en 16, 3, peruium est préféré à breuius ou peruius (Lindsay) «pour la concordance avec mare peu avant» ; mais la source alléguée a breuis, en sorte que l on ne saisit pas la raison d un tel choix. En 17, 3 ob hoc de Lindsay devient ob hoc etiam sans qu il en soit donné de justification. Même observation pour 17, 4 duo sinus : duos sinus Lindsay et, semble-t-il, les mss ; 19, 2 quod : quos Lindsay. En 20, 3, la possibilité d accueillir motas au lieu de motus devrait être examinée. 20, 17 et 29 Orontem et uocauerunt sont discutables au vu de la source (non identifiée) de l un et l autre de ces passages (Hégésippe 3, 5 orientem ; Hier. Galat. 2, 1 locauerunt). Terminons par un étrange «fons... altera» (13, 5). II. Le défaut le plus grave de cette édition touche à l identification des sources. Dans un ouvrage publié il y a près d un siècle sous le titre on ne peut plus clair Die historischgeographischen Quellen in den Etymologiae des Isidorus von Sevilla, un valeureux philologue avait mené ce travail de façon détaillée et dans la plupart des cas convaincante pour Etym. IX, 2, XIII, 12-22, XIV, 1-9 et XV, 1. En deux volumes parus à Berlin en dans la collection «Quellen und Forschungen zur alten Geschichte und Geographie», H. Philipp procurait plus que ne l indiquait ce titre, sans sacrifier aucunement aux excès de la Quellenforschung. On y trouve en effet, en premier lieu, une étude précise de Y Arbeitweise d Isidore en ces matières, suivie d un long exposé sur les 1 Climata vient de kleino, et désigne l inclinaison de chaque lieu par rapport à la ligne équinoxiale, autrement dit la latitude (mais le concept est évidemment différent) ; les climata, zones parallèles à l équateur où la durée moyenne du jour le plus long est identique, ne s étendent pas sur tout l hémisphère. Il suffit de renvoyer à E. H onigm ann, Die sieben KÀijuaxa und die nôàeiç ênicrrjfioi, Eine Untersuchung zur Geschichte der Geographie und Astrologie im Altertum und Mittelalter, Heidelberg, non cité dans l édition.

3 CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS 307 sources : textes patristiques, recueils de gloses à Virgile, à Lucain et à S tace, prosateurs et poètes latins. Le contenu du deuxième volume est organisé en deux colonnes : à gauche, le texte ; à droite, les «Quellen und Parallelstellen». Cette présentation a l avantage de la clarté et de l économie : en ces matières techniques où les auteurs se répètent les uns les autres, on saisit d un seul coup d œil les éléments permettant d affirmer avec un degré raisonnable de certitude qu Isidore a bien utilisé tel texte plutôt que tel autre ; on mesure la nature et l ampleur de ses interventions ; en un mot, on a les moyens de percevoir dans le détail sa méthode de travail et ses intentions. Cet ouvrage, mentionné par J. Fontaine2 et dont, sur quelques points, j avais signalé l utilité dans une note à propos de l édition du livre IX parue dans la même collection en , est inconnu de l éditeur qui se borne à rappeler qu «une bonne partie des indications relatives à l œuvre tout entière, accumulées durant dix siècles, avait déjà été rassemblée dans l édition Grial» de 1599 (p. xxxvi). Cet oubli, associé à des choix méthodologiques contestables, a conduit à des erreurs en grand nombre. La façon dont la question des sources a été abordée ne laisse pas d étonner. Le décompte des «emprunts» est effectué dans l introduction d une façon peu rigoureuse, ce qui traduit sans doute une incertitude, compréhensible à l examen de la méthode qui a présidé à leur identification4. En effet, l apparat des sources est présenté d une façon inhabituelle, dans des notes généralement très longues. Un texte précis est rarement indiqué comme source directe, objet des réflexions et des interventions d Isidore. A la place, des énumérations de noms et des citations de plusieurs lignes, sur le modèle : «Ne parlano, oltre a Plinio, anche, per citare alcuni nomi [au nombre de dix]...» (n. 257, p. 122). Ces citations impertinentes sont fréquemment liées par des appréciations inutiles («illuminante», «notevole», etc. ; ainsi, à propos du fleuve Araxe : «Ne parlano i poeti... Di esso, S trab.... Plin.... Suggestivo il quadretto di Mela... Isidoro a come fonte diretta Serv.... La sua irruenza viene evidenziata bene da Curt....» (n. 287, p. 145). L éditeur apprécie ces centons, qui n auraient d intérêt que s ils étaient exhaustifs mais qui sont nécessairement incomplets, et que d ailleurs tout utilisateur de VOnomasticon de Porcellini peut rassembler aisément à sa guise, sans même parler des bases de données électroniques. Dans de nombreux cas, la source certaine n ayant pas été identifiée, cela aboutit à des conjectures et des rapprochements scurriles : par exemple, à propos du fleuve Hydaspe qui court vers l orient, l éditeur note : «Lucano osserva ciò, non per l Idaspe, ma per il Gange», n. 283, p. 143). Il arrive que la source réelle ne soit pas signalée, alors même qu elle gît inidentifiée comme telle dans ces parallèles complaisamment recopiés. 2 II relevait «les résultats difficilement améliorables» de ce «bel exemple de démontage minutieux des sources» (Isidore de Séville et la culture classique dans l'espagne wisigothique, t. I, Paris, 1953, p. 12, 17). Peut-être l oubli est-il dû au fait que l objet de cet ouvrage était défini par J. Fontaine comme les seuls livres XIV et XV. 3 «Isidorus Hispalensis de gentium uocabulis (Etym. IX, 2) : quelques sources non repérées», dans Revue des études augustiniennes, t. 31, 1985, p L éditeur compte : - pour Lucrèce, 13 «présences» dans le matériau compilatone d Isidore (p. xxvi); 5 «citations textuelles» (p. xxvn) et 6 «emprunts» (p. xxxiv) ; - pour Servius, 43 «présences» (p. xxvi), mais 39 «emprunts» (p. xxx) ; - pour Jérôme, «au moins» 10 «présences» (p. x x v ii), mais 11 «emprunts» (p. xxix) ; - pour Augustin, «au moins» 9 «présences» (p. x x v ii), mais 8 «emprunts» (p. xxix). Dans tous les cas, «présence», «citation», «emprunt» désignent les mêmes phénomènes et ne sont pas des catégories distinctes.

4 308 PATRICK GAUTIER DALCHÉ Certaines sont introduites par un verbe au futur pour annoncer une autorité chronologiquement postérieure («Si sofferma sul Danubio anzitutto Cesare... In particolare dice Plin.... In forma spedita, Mela... Già Herod.... E Strab.... Dirà più tardi Solino... Marziano Capella, poi... Ancora nei poeti...», 299, p ). Cet emploi du futur ne paraît pas sans signification quant à la problématique adoptée : au lieu de partir d Isidore de Séville étudié dans son œuvre, caractérisé dans ses intentions et ses méthodes en mesurant rigoureusement les transformations qu il fait subir à la littérature antérieure en fonction d intentions précises qu il s agit de mettre en lumière, l éditeur livre une accumulation partielle de données brutes choisies au hasard dans l ensemble de la littérature gréco-latine, mais organisées selon une chronologie inversement orientée qui part des origines pour atteindre le temps de l évêque de Séville. Il va même jusqu à relever les «erreurs» des auteurs tardifs qu il cite de cette façon indiscrète5. Dans cette accumulation, il arrive aussi très souvent que la source évidente de tel membre de phrase soit ignorée (voir par ex. 19, 3). Cette méthode et ce défaut empêchent surtout de saisir la spécificité du travail de marqueterie (pour reprendre l image de J. Fontaine) effectué par Isidore à partir de ses lectures. Cela est grave, car le lecteur non prévenu est ainsi subrepticement conduit à lire les Étymologies non pas comme une création originale orientée vers les exigences de son temps, mais comme l aboutissement de la littérature gréco-latine : c est un véritable contresens qui est ainsi induit dans l esprit du lecteur. Du fait de cette perspective que l on peut qualifier de classiciste, il est logique que des problèmes bien connus de l histoire des textes antiques durant le haut Moyen Age ne soient absolument pas évoqués, alors même qu ils mettent gravement en cause nombre d affirmations sur les textes maniés par Isidore. On sait que Pomponius Mela est inconnu entre le modèle corrigé à Ravenne au vie siècle et la copie qui en fut faite dans le cercle de Loup de Ferrière, peut-être par Heiric d Auxerre. Il est ici cité 15 fois en note, et Isidore lui aurait fait deux emprunts (p. xxxm) : mais ils sont introuvables 6. De même, la fortune de Martianus Capella paraît avoir été fort limitée jusqu à l époque carolingienne. L éditeur ne le mentionne pas, en introduction, parmi les sources ; il le cite toutefois très fréquemment, parfois d une façon qui implique qu il le tient pour la source d Isidore. Au moins dans deux cas, ce renvoi est erroné7. Le cas de Vitruve est similaire: 3 «emprunts» localisés selon l éditeur dans le chapitre sur les fleuves (p. xxxiv) - emprunts introuvables dans les 13 «citations» mentionnées en note8. Sans parler d Aratos, il est enfin hautement improbable qu Isidore ait emprunté quoi que ce soit directement aux Grecs (p. xxxm) : S trabón (cité 13 fois en note, dont 2 «emprunts» introuvables dans les notes), Plutarque (1 «emprunt» sur le sens de átomos, introu 5 Par exemple «non convince ed è errato Mart. Cap. 3, » (n. 276, p. 137). Sur une erreur que l éditeur attribue à une supposée source et à Isidore, alors qu il s agit de sa propre incurie, voir ci-dessous à propos de 21, Selon Philipp: «Comme des parties de la Chorographie de Mela sont dans un rapport de sources avec Solin, il s ensuit qu Isidore aussi rappelle Mela» (t. I, p. 83). 7 Quel est le sens concret de l affirmation selon laquelle 17, 1 «renvoie en partie (?) à la description étendue, chez Martianus Capella, de la masse des eaux terrestres, qu Isidore démontre avoir ici en arrière-plan, mais dont il présente seulement un écho faible et limité...» (n. 230, p. 106)? Comparez avec la conclusion de Philipp : «Les rapprochements entre Isidore et Martianus Capella, pour si nombreux qu ils soient, concernent seulement le livre VI de Capella qui, en cet endroit, dépend de Pline et de Solin, mais qui n est pas utilisé par Isidore» (ibid.). 8 «Vitruve n a pas été utilisé par Isidore. Les rapprochements entre Isidore XIII, 13 et Vitruve VIII, 3 trouvent leur explication dans le fait que la source de Vitruve, ici Posidonius, est transmise par Varron, lui-même source de Pline» (ibid.).

5 CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS 309 vable9), ou Ptolémée (1 «emprunt» sur les caractères de l Égypte, introuvable). Qu il s agisse d auteurs grecs ou latins, la faiblesse du nombre d «emprunts» aurait dû faire naître le doute, et entraîner la prudence dans les conclusions. Pour résumer méthodes et résultats de l auteur, il suffit de considérer une courte phrase définissant l Indus : «Indus fiuuius Orientis, qui Rubro mari accipitur» (21, 11). La note correspondante cite des passages de Cicéron, Pline (sa description est qualifiée de «notevole», sans que l on puisse comprendre en quoi elle est remarquable), Mela, Solin, Martianus Capella, Ovide; elle ajoute «ma la fonte testuale, con l errore sullo sbocco nel mar Rosso, è in Curt. 8,9,5: Indus qui Rubro mari accipitur», puis reprend l énumération des autorités : Mela et YAnabase d Arrien. Mais la mention du débouché dans la mer Rouge n est pas une erreur : comme on sait, mare Rubrum ( EpuGpaïa GáXaTia) désigne très normalement l océan Indien ; et la source est Orose (I, 2, 15) très largement mis à profit dans le livre XIV, non pas Quinte Curce inconnu d Isidore selon toute vraisemblance10. III. Venons-en aux identifications erronées ou insuffisantes. Ces remarques corrigeant ou complétant les identifications effectuées par l éditeur porteront sur les chapitres de contenu «géographique» (XIII, 12-22). Les sources et parallèles indiqués par Philipp sont affectés d un (P) ; ceux que je suggère, d un astérisque. 12, 1. Il est fort peu probable que Varron, dont le texte est très éloigné, soit la source directe (Varrò ling. 5, 26, 12) ; parallèle plus net: Serv. Aen. 2, 69 (P). 2. Plutôt que les renvois à César et Cicéron, un parallèle avec Serv., Aen. 12, 119 s impose (P). 13, 9. «Fons Siloa... ebullit» = Hier., Comm. in Es. 3, 8 (P). - «In Iudaea...» = Plin. 31, 24 (P). 10. «In Epiro... Apud Garamantes...» = Aug., C/v., 21, 5, 1 (P). 14, 1. «Omnis enim... nuncupantur». Plutôt qu Ambroise, éloigné textuellement, = *Hier., Hebr. quaest. 1, 10 ou *Aug., De gen. c. Man. 1, 12 (moins nettement). 2. «Aequor... est» : cf. Serv., Aen. 1, 69 (P). «et quamuis... erigantur» : *cf. Hier., Comm. in Ps «sedatis... aequalitas». 3. «deinde... consumât» cf. *Recogn. Clem. 8, 24 (et non pas Ambr., Hex. 2, 3, 142 [sic, pour 14d]. 15, 1. «altemisque... recedit» : *cf. Cic., De nat. d., 2, 53, «spirantibus... resorbet» < *Sol. 27, «Quique... sumpsit» < *Ambr., Hex. 3, 3, , 4 «dulcius quam cetera» = *Serv., Aen. 12, 143 (e Sali.). 5. «Sicut... nuncupatur» = Ambr., Hex. 3, 3, 13 (P). 6. «Nam Adria... edit» = Just. 20, 1, 9 (P). 7. «ut superum et inferum... Adriaticum» : *cf. Ampelius 7, 3 ; Sol. 2, «a casibus... Myrtoum» = Sol. 23, 16 + Serv., Georg. 3, 7 (P). - «Icarus... inposuit» = Serv., Aen. 6, 14 (P). - «Phrixus... dédit» : cf. Eus.-Hier. 2, 39; schol. Luc. 9, 956 (P). 9 En 2, 4, une note indique seulement : «Grial, come poi Aré v., rinvia a P s - P l u t. De placit. phil. 3...» (n. 30, p. 17). 10 Selon Philipp, «les correspondances entre Quinte Curce et Isidore sont d une nature tellement banale qu elles sont l effet d une utilisation indirecte» (t. I, p. 83). Les seules et rares traces de la connaissance de Quinte Curce avant l époque carolingienne se trouvent chez Hégésippe et dans le Liber monstrorum (K. Müller, Q. Curtius Rufus, Geschichte Alexanders des Grossen. Lateinisch und Deutsch, Munich, 1954).

6 310 PATRICK GAUTIER DACCHÉ 17, 1. Martianus Capella n est pas la source (pas de parallèle textuel). 4. «Gemmae rubrae... lapillus adtritus» [5/c] : aucun des passages cités n offre de parallèles bien nets ; cf. Sol. 33, 20; Pline 37, 136, 137 (P). - «Hoc mare in duo sinus scinditur... circa Arabiam» : la source n est pas Pline 6, , mais un unique passage de Sol. 54, 12 (P). 18, 2. Il semble que la source directe identifiée par l éditeur soit Varr., De ling. 7, 22 (n. 240, p. 110); mais ce passage n est pas indiqué dans la liste des «emprunts» à Varron (p. xxxv). Il s agit en réalité d un simple rapprochement (même si Isidore renvoie à Varron), auquel on doit associer Serv., Aen. 1, 607 et les autres échos relevés par (P). 3. «Et inde... nuncupatur» = Justin 4, 1, 7, fort, e Sail. Hist. (P) ; «fabulosis infame monstris» : cf. Florus 1, 18, 5, fort, e Sail. Hist. (P). 6. «quod omnia... haereant» = *Heges. 2,9, 1. 19, 1. Serv., Aen. 6, 59 n a évidemment rien à voir, non plus que Nonius ; Ambr., Hex. 3, n est pas la source (comme le note d ailleurs l éditeur, l ordre d énumération des lacs est différent!). En revanche, «receptaculum» : cf. Serv., Aen. 8, 74 (P). - «ut lacus Benacus... uocant» = Hier., Comm, in Dan. 6 (P.L. 5, 661) (P) ; *Comm. in Ezech. 10, «nihil gignit... uiuentium» : la source directe ne saurait être Pline, mais bien *Heges. 4, 18, cité par l éditeur seulement pour la suite du paragraphe. 4. «hoc et mare Salinarum... Zoaran» = Hier., De situ (P.L. 23, 910 D) (P). 5. Sol. 35, 3, ne peut être ici la source de l ensemble ; y ajouter Hier., De situ (p. 112, 29 Lagarde) (P). 20, 1. La source «textuelle» indiquée ne s applique qu à la première ligne. «Nam omnes aquae... reuertuntur» = *Hier., Hebr. quaest. in Gen. 8, 2. 21, 8. «Ganges... regiones» = *Comm. Palladii (Pfister p. 1, 16). 9. A la place d une longue série de «ne parla Plinio... Solino... ne accennano Verg...., Hör...., Lucan....», noter la source : Hier., De situ (P.L. 23, 898B) (P). 11. A la place d une longue série de citations, où l éditeur croit retrouver l origine de l erreur qu il attribue à Isidore, la source textuelle évidente est - sans «erreur» aucune - Orose, Hist. 1, 2, «Hystaspes... dicitur» = *Lact., Div. inst. 7, 15 (Isidore est déjà indiqué comme expilator dans l édition du CSEL). 14. «Araxes... oritur» = Orose, Hist. 6, 4, 7 (P). 17. Après une énumération d autorités : «Le particolarità di questo fiume sono anche in Hegesipp. 3,5». Ce passage d Hégésippe est évidemment la source directe d Isidore (P). 18. La source indiquée, Hier., De situ 207 (et non pas 204, sans rapport textuel), ne vaut que pour «et diuidit... influii». Pour le reste, Hier., Comm. in Matth. 3, 16; Hebr. quaest. in Gen. 14, 14 (P). 20. L emploi de «amnis» ne saurait à lui seul signer un emprunt à Pline. La source est Sol. 38, 4 et 5 (P) La succession Pactolus - Hermus semble impliquer l utilisation de Servius, Aen. 10, 142 «Pactolus et Hermus», etc. (P). 26. «Padus... digerii» = Serv., Aen. 11, 457 (P). 27. La source est continuellement Serv. : Aen. 3, 500, 332 ; 8, 332, 31 (P). 28. Contrairement à l affirmation selon laquelle la description de Pline «sembra condensata qui da Isidoro, che con pochi tratti la riprende...», deux sources sont identifiables : «oritur Germanicis iugis» = Sol. 13, 1 (P) ; «sexaginta... influii» = Ambr., Hex. 2, 3, 12 (P). 30. «inter tres... conputatus» = Sol. 2, 53 (P).

7 CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS *Cf. Justin 44, 3, «ceteris fluuiis Hispaniarum praelatus» = Sol. 23, 6 (cité; non indiqué comme source textuelle) (P). Patrick G a u tie r D a lc h é M. A g o s t o, Impiego e definizione di tropi e schemi retorici «// Expositio psalmorum di Cassiodoro, Montella : Accademia Vivarium Novum, 2003 (Biblioteca Filologica CLE 1). Le commentaire sur le psautier, commencé par Cassiodore vers 538 avant son séjour à Constantinople, et achevé dans sa première version lors de ce séjour, constitue un moment capital dans F histoire de l exégèse latine, en particulier du point de vue de la méthode et du lien avec les disciplines du trivium. Ce qui nous intéresse ici est en effet la richesse de la terminologie grammaticale et rhétorique à laquelle recourt l auteur pour exposer le psautier. M. Agosto s est attelé à la lourde tâche d inventorier cette masse de vocabulaire (105 noms de figures au total), et d en examiner précisément chaque occurrence. Après une introduction (/. Inquadramento storico) qui vise à replacer le commentaire cassiodorien dans le contexte politique et culturel de l Occident du vie s. (p. 9-52) et à indiquer les sources techniques de cette terminologie (p ), M. Agosto donne dans une seconde partie (II. Tassonomia) un relevé exhaustif de toutes les occurrences de ce vocabulaire. On a donc ici la première étude détaillée, soutenue par une bibliographie abondante, des schemata cassiodoriens. Cette terminologie est présentée selon un ordre assez complexe, que l on peut reconstituer comme suit (le plan tel qu il est présenté dans la table de l ouvrage est en effet assez confus, la typographie, par son alternance de romains, de gras et d italiques, n aidant pas à s y retrouver mais compliquant plutôt la tâche du lecteur) : 1. Tropi 1.1. Tropi di spostamento a contiguità logicamente fondata (synecdoche, antonomasia, anteprosopon, brachylogia, emphasis, epidiorthosis, hyperbole, hyperthesis, metriasmos, tapinosis, cacozelon, periphrasis) 1.2. Tropi di spostamento a contiguità fenomenicamente fondata (metonymia, hypallage) 1.3. Tropi di dislocazione (metaphora, ironia, sardismos) 2. Figure 2.1. Figure grammaticali (exallage, antiptosis, protheseos parallage, hirmos) 2.2. Figure retoriche di parola Figurae per adiectionem (epizeuxis, anadiplosis, climax - epanalepsis, tautologia - anaphora, polysyntheton, intercalare - paronomasia, metabole - nomen aequivocum - synathroesmos, anacephaleosis, epembasis - auxesis - epitheton, pleonasmos) Figure per detractionem (eclipsis - a communi, zeugma, syllepsis) Figurae per ordinem (anastrophe, praeposterata verba [chiamos], hyperbaton - parison - antistathmisis - ison - homoeoteleuton, homoptoton - hypozeuxis) 2.3. Figure di pensiero Figure della similitudine Similitudine (homoeosis, icon, parabole - allegoria)

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte 6 «Je pense, donc je suis» est une grande découverte Cette affaire-là est assez claire. On lit dans le Discours de la méthode, Quatrième Partie : «[ ] Je me résolus de feindre que toutes les choses qui

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Rédiger pour le web Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Sommaire 1. Rédiger des contenus... 2 Lire à l écran : une lecture contraignante... 2 Ecrire des phrases

Plus en détail

Directives pour le travail de fin d études août 2009. b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES. (Mémoire)

Directives pour le travail de fin d études août 2009. b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES. (Mémoire) b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES (Mémoire) 17 I Définition L art 8.1 du Règlement d études (ci-après RE) précise que le travail de fin d études est composé du mémoire et de sa soutenance.

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPARATIN DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES SÉRIE ES bligatoire et Spécialité Décembre 0 Durée de l épreuve : heures Coefficient : ou L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

AIDE À L UTILISATION DE LA BASE DE DONNÉES PEB. à l attention des agents communaux

AIDE À L UTILISATION DE LA BASE DE DONNÉES PEB. à l attention des agents communaux PEB AIDE À L UTILISATION DE LA BASE DE DONNÉES PEB à l attention des agents communaux Table des matières Introduction 3 1. Quelles sont les exigences en vigueur en fonction des différents cas de figure?

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION Il est demandé aux étudiants qui souhaitent déposer un master à la chaire RHO de prendre connaissance

Plus en détail

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Exploitations pédagogiques du tableur en STG Académie de Créteil 2006 1 EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Commission inter-irem lycées techniques contact : dutarte@club-internet.fr La maquette

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

Mémoire en vue de l obtention du Certificat de Capacité d Orthophoniste. I - Processus/ étapes/ déroulement

Mémoire en vue de l obtention du Certificat de Capacité d Orthophoniste. I - Processus/ étapes/ déroulement Mémoire en vue de l obtention du Certificat de Capacité d Orthophoniste (Propositions de l Union Nationale pour le Développement de la Recherche et de l Evaluation en Orthophonie pour une harmonisation

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

ÉLÉMENTS PROVISOIRE S DE LINGUISTIQUE THOMIST E. Mots outils et ponctuation dans les écrits de saint Thoma s

ÉLÉMENTS PROVISOIRE S DE LINGUISTIQUE THOMIST E. Mots outils et ponctuation dans les écrits de saint Thoma s ÉLÉMENTS PROVISOIRE S DE LINGUISTIQUE THOMIST E Mots outils et ponctuation dans les écrits de saint Thoma s La ponctuation, au sens actuel de découpage logique de l a phrase, fut pratiquement inconnue

Plus en détail

Consignes rédactionnelles en Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Consignes rédactionnelles en Faculté des Lettres et Sciences Humaines Consignes rédactionnelles en Faculté des Lettres et Sciences Humaines TABLE DES MATIE RES PRÉSENTATION GÉNÉRALE... 1 ELÉMENTS TYPOGRAPHIQUES... 2 CITATIONS... 3 DEUX MODES DE RENVOI BIBLIOGRAPHIQUE...

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES...

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES... Diffusion de l information dans Internet Guide de création de documents Word accessibles 5 novembre 2009 OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT...

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

Formulaires et demandes d information les obligations

Formulaires et demandes d information les obligations Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Formulaires et demandes d information les obligations Michel Desrosiers AVEZ-VOUS DÉJÀ HÉSITÉ à remplir un formulaire médical que vous tendait un patient,

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

1 - Présentation générale

1 - Présentation générale Prise en main SOMMAIRE 1- Présentation générale....................................................... 3 2- La Correction.................................................................... 5 3- Les Dictionnaires..............................................................

Plus en détail

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!»

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» Corrigé Cours de Mr JULES v3.3 Classe de Quatrième Contrat 1 Page 1 sur 13 CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» «Correction en rouge et italique.» I. Les nombres décimaux relatifs.

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique D UN SYNTAXE MOT OU D UN GROUPE SYNTAXIQUE 1 Problèmes fréquents Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique Les erreurs d ordre syntaxique contenues dans cet exercice sont multiples

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 14 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66762 Cassation partielle sans renvoi Dans un arrêt

Plus en détail

Créer un mémento grammatical portatif et évolutif pour tablettes et smartphones

Créer un mémento grammatical portatif et évolutif pour tablettes et smartphones Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Créer un mémento grammatical

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Travail de Maturité. Guide de travail 2014-2015. 16/07/2014 Guide du travail de maturité (réf 1/09) 1/13

Travail de Maturité. Guide de travail 2014-2015. 16/07/2014 Guide du travail de maturité (réf 1/09) 1/13 Travail de Maturité Guide de travail 2014-2015 16/07/2014 Guide du travail de maturité (réf 1/09) 1/13 Tables des matières 1. Qu est-ce que le travail de maturité? 2. Planification générale du travail

Plus en détail

«Manuel Pratique» Gestion budgétaire

«Manuel Pratique» Gestion budgétaire 11/06/01 B50/v2.31/F/MP005.01 «Manuel Pratique» Gestion budgétaire Finance A l usage des utilisateurs de Sage BOB 50 Solution Sage BOB 50 2 L éditeur veille à la fiabilité des informations publiées, lesquelles

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

BSM 9.0 ESSENTIALS. Nouveaux utilisateurs de Business Service Management (BSM) 9.0, parmi lesquels :

BSM 9.0 ESSENTIALS. Nouveaux utilisateurs de Business Service Management (BSM) 9.0, parmi lesquels : BSM 9.0 ESSENTIALS PUBLIC CIBLE Nouveaux utilisateurs de Business Service Management (BSM) 9.0, parmi lesquels : Administrateurs de base de données Administrateurs système Administrateurs réseau Directeurs

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015 Département de la formation et de la sécurité Service de l enseignement ECCG Monthey Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen HFMS Monthey GUIDE METHODOLOGIQUE pour le travail

Plus en détail

Indications pour les références dans un mémoire

Indications pour les références dans un mémoire J.C. Bologne, Iconographie - Iconologie Indications pour les références dans un mémoire I. Comment référencer en bibliographie? Le nom de l auteur apparaît toujours en premier. La bibliographie est classée

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 5 ENTRE : A. D. N o d appel : GE-13-1152 Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes

Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes PRESENTATION Depuis de nombreuses années, le ministère des affaires étrangères et européennes souhaitait réaliser

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS

NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS Les Presses de l Université du Québec NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS Le manuscrit, en version complète et définitive, doit être présenté de la manière la plus simple et uniforme possible, afin de

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

0.232.112.21. Liste des règles 1. Texte original. (Etat le 1 er septembre 2008)

0.232.112.21. Liste des règles 1. Texte original. (Etat le 1 er septembre 2008) Texte original 0.232.112.21 Règlement d exécution commun à l arrangement de Madrid concernant l enregistrement international des marques et au protocole relatif à cet arrangement Adopté par l Assemblée

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

Activity Space: acrobatica a squadre

Activity Space: acrobatica a squadre Activity Space: acrobatica a squadre Nell activity show dell acrobatica a squadre potete costruire diverse forme. Provate a formare diverse figure. Potete anche creare delle nuove forme voi stessi. È importante

Plus en détail

Ouvrir ce texte avec Word ou open office- Enregistrez-le dans un format portable sous le nom DM_votreNom

Ouvrir ce texte avec Word ou open office- Enregistrez-le dans un format portable sous le nom DM_votreNom STAGE DOCTORAL INFORMATIQUE POUR LA RECHERCHE Objectif général : BUREAUTIQUE TRAITEMENT DE TEXTE Il s agit de mettre en forme un document libre de droit (le discours de la méthode), de procéder à un certain

Plus en détail

Les nouveaux programmes de l él. école primaire. Projet soumis à consultation

Les nouveaux programmes de l él. école primaire. Projet soumis à consultation Les nouveaux programmes de l él primaire Projet soumis à consultation primaire Les nouveaux programmes sont plus courts : environ 36 pages format BO contre 104. Ils sont écrits dans un langage clair sans

Plus en détail

Ecrire pour le web. Rédiger : simple, concis, structuré. Faire (plus) court. L essentiel d abord. Alléger le style. Varier les types de contenus

Ecrire pour le web. Rédiger : simple, concis, structuré. Faire (plus) court. L essentiel d abord. Alléger le style. Varier les types de contenus Ecrire pour le web Un texte web de lecture aisée pour l internaute, l est aussi pour les moteurs de recherche ; l écriture peut ainsi être mise au service du référencement naturel. De façon complémentaire,

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS ETUDE DE MOUVEMENTS I) OBSERVATION DU MOUVEMENT DE MARS Le mouvement de Mars dans le ciel a été observé depuis l Antiquité, notamment par les babyloniens. Les grecs avaient également observé le phénomène,

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

PRÉSENTATION DU MÉMOIRE PROFESSIONNEL

PRÉSENTATION DU MÉMOIRE PROFESSIONNEL Validation de la scolarité des professeurs et CPE stagiaires des premier et second degrés Année 2007-2008 PRÉSENTATION DU MÉMOIRE PROFESSIONNEL I. SUPPORT Chaque stagiaire devra rendre son mémoire sur

Plus en détail

30 minutes 10 ans+ de 2-4 joueurs

30 minutes 10 ans+ de 2-4 joueurs 30 minutes 10 ans+ de 2-4 joueurs But du Jeu : L Astrolabe, ce magnifique instrument astronomique et astrologique permet de représenter le mouvement des astres sur la voûte céleste. Les joueurs, en le

Plus en détail

NOTE FINALE : / 60 FRANÇAIS LIVRET DES TÂCHES. 9 e théorique 9 e PROCI niveau avancé EPREUVE COMMUNE 2013 / 2014 NOM ET PRÉNOM : LYCÉE ET CLASSE :

NOTE FINALE : / 60 FRANÇAIS LIVRET DES TÂCHES. 9 e théorique 9 e PROCI niveau avancé EPREUVE COMMUNE 2013 / 2014 NOM ET PRÉNOM : LYCÉE ET CLASSE : EPREUVE COMMUNE 2013 / 2014 NOTE FINALE : / 60 FRANÇAIS LIVRET DES TÂCHES 9 e théorique 9 e PROCI niveau avancé DATE : Mardi 3 juin 2014 DURÉE : 2 leçons NOM ET PRÉNOM : LYCÉE ET CLASSE : A. COMPRÉHENSION

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

La Santé de la Famille des Chemins de Fer Français GUIDE PRATIQUE POUR LES TRESORIERS DES COMITES TERRITORIAUX

La Santé de la Famille des Chemins de Fer Français GUIDE PRATIQUE POUR LES TRESORIERS DES COMITES TERRITORIAUX Avril 2013 La Santé de la Famille des Chemins de Fer Français GUIDE PRATIQUE POUR LES TRESORIERS DES COMITES TERRITORIAUX Ce guide a pour but d'aider les Trésoriers et Présidents de comité à assurer une

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie.

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. 4.0 Contrôles /4 4 e enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. RPPEL de 0. Wikipédia 2/2 Dans le chapitre : XX e siècle : ( 4.0 mythe paroxysme ) sous la photo d un

Plus en détail

EVELYNE FASNACHT. Les appareils de reconnaissance vocale sont-ils prometteurs pour le traducteur?

EVELYNE FASNACHT. Les appareils de reconnaissance vocale sont-ils prometteurs pour le traducteur? EVELYNE FASNACHT Les appareils de reconnaissance vocale sont-ils prometteurs pour le traducteur? Introduction - Il y a environ 5 mois, j ai reçu un coup de téléphone de M. Truffaut. Il m a demandé si j

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Recommandation AMF n 2014-15 Communication des sociétés cotées sur leur site internet et sur les médias sociaux DOC 2014-15

Recommandation AMF n 2014-15 Communication des sociétés cotées sur leur site internet et sur les médias sociaux DOC 2014-15 Recommandation AMF n 2014-15 Communication des sociétés cotées sur leur site internet et sur les médias sociaux DOC 2014-15 Texte de référence : articles 223-1 à 223-10-1 du règlement général de l AMF

Plus en détail

1 Introduction à la stratégie 1

1 Introduction à la stratégie 1 Table des matières Liste des illustrations Liste des controverses académiques Liste des schémas et tableaux Crédits photographiques Stratégique : mode d emploi Préface Les auteurs XVII XIX XX XXIII XXIV

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique ---- *** ---- Ecole Supérieure Privée de d Ingénierie, Sciences et Technologies de Sousse (SupTech Sousse) Projet

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Etat-major de la législation, janvier 2015

Etat-major de la législation, janvier 2015 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Etat-major de la législation,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

ACHETER, CRÉER, GÉRER SON ENTREPRISE EN ALLEMAGNE

ACHETER, CRÉER, GÉRER SON ENTREPRISE EN ALLEMAGNE ACHETER, CRÉER, GÉRER SON ENTREPRISE EN ALLEMAGNE 1 INTRODUCTION L Allemagne se caractérise tout d abord par un poids industriel conséquent. Le secteur industriel représente en effet 28,6 % du PIB allemand

Plus en détail

Concevoir et lancer un projet

Concevoir et lancer un projet Dr Raphaël Cohen Concevoir et lancer un projet De l idée au succès, 2006 ISBN : 2-7081-3704-2 Introduction «En fin de compte, la production d idées est plutôt abondante. C est leur mise en œuvre qui est

Plus en détail

du 12 août 2015 2015... 1

du 12 août 2015 2015... 1 Rapport explicatif concernant le projet destiné à la consultation relatif à la modification de la loi sur l harmonisation des impôts directs des cantons et des communes (mise en œuvre de la motion 13.3728,

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart

Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart Geographic Information Technology Training Alliance (GITTA) presents: Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart Table des matières 1. Les études de cas...2 1.1. Définitions et commentaires...

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S OBLIGATOIRE + SPÉCIALITÉ 1/9 Corrigé partie I - 8 points : étude d un caryotype Outil de détermination de note pour une question

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

2 joueurs dès 8 ans But: pour les chèvres: encercler les 4 tigres; pour les tigres: manger 12 chèvres.

2 joueurs dès 8 ans But: pour les chèvres: encercler les 4 tigres; pour les tigres: manger 12 chèvres. PLACE DE MILAN 1 - Bagh Chal Jeu de stratégie - Népal - ASIE Le Bagh Chal est le jeu national du Népal. Il fait partie d une famille de jeux appelée jeux de chasse dans laquelle les joueurs n ont pas le

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail