CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS 305

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS 305"

Transcription

1 CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS 305 pentamètre semble corrompu, et je serais tenté de le rectifier ainsi : «...ad quos, / discit qui doceat, dicere quisque uelit», avec un jeu sur discere/docere/dicere. Mais il se peut qu une future identification de la source condamne cette hypothèse de travail. t. 2, p. 12-3, : «Exultabit Spiritus tuus in deo salutari tuo, uescans {coni. G. Dinkova-Bruun, uacans uel uocans codices) et uidens quam suauis est dominus». L éditrice a cherché à renforcer le parallèle - indiscutable - avec Ps 33, 9 : «Gustate et uidete quoniam suauis est dominus». Mais uescans pour uescens est un barbarisme. La leçon correcte est uacans, qui, associé à uidens, fait écho à Ps 45, 11 : «Vacate et uidete quoniam ego sum deus». t. 2, p. 190 v. 853 : «Certat atrox canis (coni. G. D.-B., cane codd.), sed prolato pane canina / reprimit ora Petrus...». La correction viole la métrique. Cane est acceptable, avec valeur d ablatif de moyen. t. 2, p. 215 v : l adjectif signifiant de Nîmes est normalement Nemausensem, non Nemansensem. t. 2, p. 254 v : «Eius tristicia (leticia O) nil tristius esse uidet / leticiaque (coni. G. D.-B., tristiciaque BO) sua lecius esse nichil. / Iste loquendo silet loquiturque silente, nec eius / pes citus aut tardus, sed moderatus erat». Ce passage est fondé sur des commutationes (ou antimetabolai), reposant elles-mêmes sur des oxymores (loquendo silet, loquitur silente). Le premier distique doit donc être lu ainsi : «Eius leticia nil tristius esse uidet / tristiciaque sua lecius esse nichil». Le modèle en prose du poète, c est-à-dire la Vita Maurilii XXVIII 141 (BHL 5731, éd. B. Krusch, dans MGH, Auct. ant., IV/2, p. 100) s inspirait de Jérôme, Epist. 24, 5 : «Nihil illius seueritate iocundius, nihil iocunditate seuerius, nihil risu tristius, nihil tristitia suauius... Sermo silens et silentium loquens, nec citus nec tardus incessus...» Mais il serait injuste de terminer sur des critiques. La tâche de publication était particulièrement difficile: certains textes étaient transmis par un seul manuscrit ; d autres étaient remplis de petites macules. Les éditeurs ont dû intervenir des centaines de fois, avec compétence et, dans l immense majorité des cas, à bon escient. François D o lb e a u Isidoro di Siviglia, Etimologie libro XIII De mundo et partibus. Edizione, traduzione e commento a cura di G. G asparotto, Paris : Les Belles Lettres, 2004 (Auteurs latins du Moyen Age), x liii p. Le savoir ne se construit évidemment pas de façon cumulative ; il y a des modifications dans les questionnements et des changements dans les méthodes. Mais un autre phénomène intervient parfois de façon subreptice, qui peut aboutir à une diminution du stock des connaissances. Il arrive en effet qu une partie des acquis scientifiques d une époque se perde par incurie et, lorsque des travaux d édition sont construits sur de telles bases et qu ils présentent par ailleurs les signes extérieurs - rhétoriques - de la scientifiche, le risque est fort qu ils entraînent une régression définitive. C est le cas de l édition récente du livre XIII des Étymologies dans lequel Isidore de Séville, associant cosmographie et géographie, traite en 22 chapitres de l univers, des cieux et des météores, enfin des eaux terrestres.

2 306 PATRICK GAUTIER DACCHÉ Écartons d emblée quelques erreurs et interprétations abusives. Des présupposés anachroniques empêchent de comprendre les caractères spécifiques de la «géographie» isidorienne (les deux ouvrages généraux cités en passant sur cette question sont périmés). Ainsi, les notions connexes de «continent» (p. xx et passim) et de «globe terraqué» (n. 213, p. 97), élaborées au XVIe siècle, ne sauraient s appliquer durant l Antiquité et le haut Moyen Age où dominait sans partage la théorie des éléments emboîtés dans des sphères distinctes et contiguës. Contrairement à ce qui est affirmé, les climata ne se définissent pas comme les «inclinaisons du ciel-univers dans les quatre versants correspondant aux quatre points cardinaux» ; ils ne sont pas non plus devenus «par la suite chacune des sept zones du ciel et de terre ferme dans lesquelles, selon le système ptoléméen, était divisé notre hémisphère» (n. 10, p. 9) *. Enfin, interpréter «dextra celi altiora sunt, pressa austri» (XIII, 5, 5) comme un effet de la «simbologia cristiana», les lieux élevés étant le ciel, séjour des élus, et les lieux inférieurs l enfer, séjour des damnés (n. 59, p. 30), relève de la surinterprétation, alors même que le contexte est purement factuel et technique, sans aucun des commentaires allégoriques qui accompagnent les données physiques et astronomiques exposées dans le De natura rerum. Il y a là un écho déformé - sans doute par l école et ses procédés, manuels, gloses, etc. - des considérations exprimées par Aristote dans le De caelo II, 2, en critique des pythagoriciens. I. Du point de vue textuel, on note quelques problèmes plus ou moins graves. En 13, 3 in Chio, leçon du seul K, est choisi en face de Cio, alors que la source traite de l île de Cea (gr. Kéœç ; lat. Cea, Ceos, Cia), proche de l Eubée, et non pas de l île de Chio. En 13, 5, la leçon du seul Y Linus est de même choisie, sans doute parce que la source, Pline, offre linus (mais avec des leçons lemus, le//mus, le inus). En 13, 7, c est encore la leçon des éditions de Pline Marsyas qui est préférée, en dépit du marsidae de la plupart des témoins. En revanche, en 16, 3, peruium est préféré à breuius ou peruius (Lindsay) «pour la concordance avec mare peu avant» ; mais la source alléguée a breuis, en sorte que l on ne saisit pas la raison d un tel choix. En 17, 3 ob hoc de Lindsay devient ob hoc etiam sans qu il en soit donné de justification. Même observation pour 17, 4 duo sinus : duos sinus Lindsay et, semble-t-il, les mss ; 19, 2 quod : quos Lindsay. En 20, 3, la possibilité d accueillir motas au lieu de motus devrait être examinée. 20, 17 et 29 Orontem et uocauerunt sont discutables au vu de la source (non identifiée) de l un et l autre de ces passages (Hégésippe 3, 5 orientem ; Hier. Galat. 2, 1 locauerunt). Terminons par un étrange «fons... altera» (13, 5). II. Le défaut le plus grave de cette édition touche à l identification des sources. Dans un ouvrage publié il y a près d un siècle sous le titre on ne peut plus clair Die historischgeographischen Quellen in den Etymologiae des Isidorus von Sevilla, un valeureux philologue avait mené ce travail de façon détaillée et dans la plupart des cas convaincante pour Etym. IX, 2, XIII, 12-22, XIV, 1-9 et XV, 1. En deux volumes parus à Berlin en dans la collection «Quellen und Forschungen zur alten Geschichte und Geographie», H. Philipp procurait plus que ne l indiquait ce titre, sans sacrifier aucunement aux excès de la Quellenforschung. On y trouve en effet, en premier lieu, une étude précise de Y Arbeitweise d Isidore en ces matières, suivie d un long exposé sur les 1 Climata vient de kleino, et désigne l inclinaison de chaque lieu par rapport à la ligne équinoxiale, autrement dit la latitude (mais le concept est évidemment différent) ; les climata, zones parallèles à l équateur où la durée moyenne du jour le plus long est identique, ne s étendent pas sur tout l hémisphère. Il suffit de renvoyer à E. H onigm ann, Die sieben KÀijuaxa und die nôàeiç ênicrrjfioi, Eine Untersuchung zur Geschichte der Geographie und Astrologie im Altertum und Mittelalter, Heidelberg, non cité dans l édition.

3 CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS 307 sources : textes patristiques, recueils de gloses à Virgile, à Lucain et à S tace, prosateurs et poètes latins. Le contenu du deuxième volume est organisé en deux colonnes : à gauche, le texte ; à droite, les «Quellen und Parallelstellen». Cette présentation a l avantage de la clarté et de l économie : en ces matières techniques où les auteurs se répètent les uns les autres, on saisit d un seul coup d œil les éléments permettant d affirmer avec un degré raisonnable de certitude qu Isidore a bien utilisé tel texte plutôt que tel autre ; on mesure la nature et l ampleur de ses interventions ; en un mot, on a les moyens de percevoir dans le détail sa méthode de travail et ses intentions. Cet ouvrage, mentionné par J. Fontaine2 et dont, sur quelques points, j avais signalé l utilité dans une note à propos de l édition du livre IX parue dans la même collection en , est inconnu de l éditeur qui se borne à rappeler qu «une bonne partie des indications relatives à l œuvre tout entière, accumulées durant dix siècles, avait déjà été rassemblée dans l édition Grial» de 1599 (p. xxxvi). Cet oubli, associé à des choix méthodologiques contestables, a conduit à des erreurs en grand nombre. La façon dont la question des sources a été abordée ne laisse pas d étonner. Le décompte des «emprunts» est effectué dans l introduction d une façon peu rigoureuse, ce qui traduit sans doute une incertitude, compréhensible à l examen de la méthode qui a présidé à leur identification4. En effet, l apparat des sources est présenté d une façon inhabituelle, dans des notes généralement très longues. Un texte précis est rarement indiqué comme source directe, objet des réflexions et des interventions d Isidore. A la place, des énumérations de noms et des citations de plusieurs lignes, sur le modèle : «Ne parlano, oltre a Plinio, anche, per citare alcuni nomi [au nombre de dix]...» (n. 257, p. 122). Ces citations impertinentes sont fréquemment liées par des appréciations inutiles («illuminante», «notevole», etc. ; ainsi, à propos du fleuve Araxe : «Ne parlano i poeti... Di esso, S trab.... Plin.... Suggestivo il quadretto di Mela... Isidoro a come fonte diretta Serv.... La sua irruenza viene evidenziata bene da Curt....» (n. 287, p. 145). L éditeur apprécie ces centons, qui n auraient d intérêt que s ils étaient exhaustifs mais qui sont nécessairement incomplets, et que d ailleurs tout utilisateur de VOnomasticon de Porcellini peut rassembler aisément à sa guise, sans même parler des bases de données électroniques. Dans de nombreux cas, la source certaine n ayant pas été identifiée, cela aboutit à des conjectures et des rapprochements scurriles : par exemple, à propos du fleuve Hydaspe qui court vers l orient, l éditeur note : «Lucano osserva ciò, non per l Idaspe, ma per il Gange», n. 283, p. 143). Il arrive que la source réelle ne soit pas signalée, alors même qu elle gît inidentifiée comme telle dans ces parallèles complaisamment recopiés. 2 II relevait «les résultats difficilement améliorables» de ce «bel exemple de démontage minutieux des sources» (Isidore de Séville et la culture classique dans l'espagne wisigothique, t. I, Paris, 1953, p. 12, 17). Peut-être l oubli est-il dû au fait que l objet de cet ouvrage était défini par J. Fontaine comme les seuls livres XIV et XV. 3 «Isidorus Hispalensis de gentium uocabulis (Etym. IX, 2) : quelques sources non repérées», dans Revue des études augustiniennes, t. 31, 1985, p L éditeur compte : - pour Lucrèce, 13 «présences» dans le matériau compilatone d Isidore (p. xxvi); 5 «citations textuelles» (p. xxvn) et 6 «emprunts» (p. xxxiv) ; - pour Servius, 43 «présences» (p. xxvi), mais 39 «emprunts» (p. xxx) ; - pour Jérôme, «au moins» 10 «présences» (p. x x v ii), mais 11 «emprunts» (p. xxix) ; - pour Augustin, «au moins» 9 «présences» (p. x x v ii), mais 8 «emprunts» (p. xxix). Dans tous les cas, «présence», «citation», «emprunt» désignent les mêmes phénomènes et ne sont pas des catégories distinctes.

4 308 PATRICK GAUTIER DALCHÉ Certaines sont introduites par un verbe au futur pour annoncer une autorité chronologiquement postérieure («Si sofferma sul Danubio anzitutto Cesare... In particolare dice Plin.... In forma spedita, Mela... Già Herod.... E Strab.... Dirà più tardi Solino... Marziano Capella, poi... Ancora nei poeti...», 299, p ). Cet emploi du futur ne paraît pas sans signification quant à la problématique adoptée : au lieu de partir d Isidore de Séville étudié dans son œuvre, caractérisé dans ses intentions et ses méthodes en mesurant rigoureusement les transformations qu il fait subir à la littérature antérieure en fonction d intentions précises qu il s agit de mettre en lumière, l éditeur livre une accumulation partielle de données brutes choisies au hasard dans l ensemble de la littérature gréco-latine, mais organisées selon une chronologie inversement orientée qui part des origines pour atteindre le temps de l évêque de Séville. Il va même jusqu à relever les «erreurs» des auteurs tardifs qu il cite de cette façon indiscrète5. Dans cette accumulation, il arrive aussi très souvent que la source évidente de tel membre de phrase soit ignorée (voir par ex. 19, 3). Cette méthode et ce défaut empêchent surtout de saisir la spécificité du travail de marqueterie (pour reprendre l image de J. Fontaine) effectué par Isidore à partir de ses lectures. Cela est grave, car le lecteur non prévenu est ainsi subrepticement conduit à lire les Étymologies non pas comme une création originale orientée vers les exigences de son temps, mais comme l aboutissement de la littérature gréco-latine : c est un véritable contresens qui est ainsi induit dans l esprit du lecteur. Du fait de cette perspective que l on peut qualifier de classiciste, il est logique que des problèmes bien connus de l histoire des textes antiques durant le haut Moyen Age ne soient absolument pas évoqués, alors même qu ils mettent gravement en cause nombre d affirmations sur les textes maniés par Isidore. On sait que Pomponius Mela est inconnu entre le modèle corrigé à Ravenne au vie siècle et la copie qui en fut faite dans le cercle de Loup de Ferrière, peut-être par Heiric d Auxerre. Il est ici cité 15 fois en note, et Isidore lui aurait fait deux emprunts (p. xxxm) : mais ils sont introuvables 6. De même, la fortune de Martianus Capella paraît avoir été fort limitée jusqu à l époque carolingienne. L éditeur ne le mentionne pas, en introduction, parmi les sources ; il le cite toutefois très fréquemment, parfois d une façon qui implique qu il le tient pour la source d Isidore. Au moins dans deux cas, ce renvoi est erroné7. Le cas de Vitruve est similaire: 3 «emprunts» localisés selon l éditeur dans le chapitre sur les fleuves (p. xxxiv) - emprunts introuvables dans les 13 «citations» mentionnées en note8. Sans parler d Aratos, il est enfin hautement improbable qu Isidore ait emprunté quoi que ce soit directement aux Grecs (p. xxxm) : S trabón (cité 13 fois en note, dont 2 «emprunts» introuvables dans les notes), Plutarque (1 «emprunt» sur le sens de átomos, introu 5 Par exemple «non convince ed è errato Mart. Cap. 3, » (n. 276, p. 137). Sur une erreur que l éditeur attribue à une supposée source et à Isidore, alors qu il s agit de sa propre incurie, voir ci-dessous à propos de 21, Selon Philipp: «Comme des parties de la Chorographie de Mela sont dans un rapport de sources avec Solin, il s ensuit qu Isidore aussi rappelle Mela» (t. I, p. 83). 7 Quel est le sens concret de l affirmation selon laquelle 17, 1 «renvoie en partie (?) à la description étendue, chez Martianus Capella, de la masse des eaux terrestres, qu Isidore démontre avoir ici en arrière-plan, mais dont il présente seulement un écho faible et limité...» (n. 230, p. 106)? Comparez avec la conclusion de Philipp : «Les rapprochements entre Isidore et Martianus Capella, pour si nombreux qu ils soient, concernent seulement le livre VI de Capella qui, en cet endroit, dépend de Pline et de Solin, mais qui n est pas utilisé par Isidore» (ibid.). 8 «Vitruve n a pas été utilisé par Isidore. Les rapprochements entre Isidore XIII, 13 et Vitruve VIII, 3 trouvent leur explication dans le fait que la source de Vitruve, ici Posidonius, est transmise par Varron, lui-même source de Pline» (ibid.).

5 CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS 309 vable9), ou Ptolémée (1 «emprunt» sur les caractères de l Égypte, introuvable). Qu il s agisse d auteurs grecs ou latins, la faiblesse du nombre d «emprunts» aurait dû faire naître le doute, et entraîner la prudence dans les conclusions. Pour résumer méthodes et résultats de l auteur, il suffit de considérer une courte phrase définissant l Indus : «Indus fiuuius Orientis, qui Rubro mari accipitur» (21, 11). La note correspondante cite des passages de Cicéron, Pline (sa description est qualifiée de «notevole», sans que l on puisse comprendre en quoi elle est remarquable), Mela, Solin, Martianus Capella, Ovide; elle ajoute «ma la fonte testuale, con l errore sullo sbocco nel mar Rosso, è in Curt. 8,9,5: Indus qui Rubro mari accipitur», puis reprend l énumération des autorités : Mela et YAnabase d Arrien. Mais la mention du débouché dans la mer Rouge n est pas une erreur : comme on sait, mare Rubrum ( EpuGpaïa GáXaTia) désigne très normalement l océan Indien ; et la source est Orose (I, 2, 15) très largement mis à profit dans le livre XIV, non pas Quinte Curce inconnu d Isidore selon toute vraisemblance10. III. Venons-en aux identifications erronées ou insuffisantes. Ces remarques corrigeant ou complétant les identifications effectuées par l éditeur porteront sur les chapitres de contenu «géographique» (XIII, 12-22). Les sources et parallèles indiqués par Philipp sont affectés d un (P) ; ceux que je suggère, d un astérisque. 12, 1. Il est fort peu probable que Varron, dont le texte est très éloigné, soit la source directe (Varrò ling. 5, 26, 12) ; parallèle plus net: Serv. Aen. 2, 69 (P). 2. Plutôt que les renvois à César et Cicéron, un parallèle avec Serv., Aen. 12, 119 s impose (P). 13, 9. «Fons Siloa... ebullit» = Hier., Comm. in Es. 3, 8 (P). - «In Iudaea...» = Plin. 31, 24 (P). 10. «In Epiro... Apud Garamantes...» = Aug., C/v., 21, 5, 1 (P). 14, 1. «Omnis enim... nuncupantur». Plutôt qu Ambroise, éloigné textuellement, = *Hier., Hebr. quaest. 1, 10 ou *Aug., De gen. c. Man. 1, 12 (moins nettement). 2. «Aequor... est» : cf. Serv., Aen. 1, 69 (P). «et quamuis... erigantur» : *cf. Hier., Comm. in Ps «sedatis... aequalitas». 3. «deinde... consumât» cf. *Recogn. Clem. 8, 24 (et non pas Ambr., Hex. 2, 3, 142 [sic, pour 14d]. 15, 1. «altemisque... recedit» : *cf. Cic., De nat. d., 2, 53, «spirantibus... resorbet» < *Sol. 27, «Quique... sumpsit» < *Ambr., Hex. 3, 3, , 4 «dulcius quam cetera» = *Serv., Aen. 12, 143 (e Sali.). 5. «Sicut... nuncupatur» = Ambr., Hex. 3, 3, 13 (P). 6. «Nam Adria... edit» = Just. 20, 1, 9 (P). 7. «ut superum et inferum... Adriaticum» : *cf. Ampelius 7, 3 ; Sol. 2, «a casibus... Myrtoum» = Sol. 23, 16 + Serv., Georg. 3, 7 (P). - «Icarus... inposuit» = Serv., Aen. 6, 14 (P). - «Phrixus... dédit» : cf. Eus.-Hier. 2, 39; schol. Luc. 9, 956 (P). 9 En 2, 4, une note indique seulement : «Grial, come poi Aré v., rinvia a P s - P l u t. De placit. phil. 3...» (n. 30, p. 17). 10 Selon Philipp, «les correspondances entre Quinte Curce et Isidore sont d une nature tellement banale qu elles sont l effet d une utilisation indirecte» (t. I, p. 83). Les seules et rares traces de la connaissance de Quinte Curce avant l époque carolingienne se trouvent chez Hégésippe et dans le Liber monstrorum (K. Müller, Q. Curtius Rufus, Geschichte Alexanders des Grossen. Lateinisch und Deutsch, Munich, 1954).

6 310 PATRICK GAUTIER DACCHÉ 17, 1. Martianus Capella n est pas la source (pas de parallèle textuel). 4. «Gemmae rubrae... lapillus adtritus» [5/c] : aucun des passages cités n offre de parallèles bien nets ; cf. Sol. 33, 20; Pline 37, 136, 137 (P). - «Hoc mare in duo sinus scinditur... circa Arabiam» : la source n est pas Pline 6, , mais un unique passage de Sol. 54, 12 (P). 18, 2. Il semble que la source directe identifiée par l éditeur soit Varr., De ling. 7, 22 (n. 240, p. 110); mais ce passage n est pas indiqué dans la liste des «emprunts» à Varron (p. xxxv). Il s agit en réalité d un simple rapprochement (même si Isidore renvoie à Varron), auquel on doit associer Serv., Aen. 1, 607 et les autres échos relevés par (P). 3. «Et inde... nuncupatur» = Justin 4, 1, 7, fort, e Sail. Hist. (P) ; «fabulosis infame monstris» : cf. Florus 1, 18, 5, fort, e Sail. Hist. (P). 6. «quod omnia... haereant» = *Heges. 2,9, 1. 19, 1. Serv., Aen. 6, 59 n a évidemment rien à voir, non plus que Nonius ; Ambr., Hex. 3, n est pas la source (comme le note d ailleurs l éditeur, l ordre d énumération des lacs est différent!). En revanche, «receptaculum» : cf. Serv., Aen. 8, 74 (P). - «ut lacus Benacus... uocant» = Hier., Comm, in Dan. 6 (P.L. 5, 661) (P) ; *Comm. in Ezech. 10, «nihil gignit... uiuentium» : la source directe ne saurait être Pline, mais bien *Heges. 4, 18, cité par l éditeur seulement pour la suite du paragraphe. 4. «hoc et mare Salinarum... Zoaran» = Hier., De situ (P.L. 23, 910 D) (P). 5. Sol. 35, 3, ne peut être ici la source de l ensemble ; y ajouter Hier., De situ (p. 112, 29 Lagarde) (P). 20, 1. La source «textuelle» indiquée ne s applique qu à la première ligne. «Nam omnes aquae... reuertuntur» = *Hier., Hebr. quaest. in Gen. 8, 2. 21, 8. «Ganges... regiones» = *Comm. Palladii (Pfister p. 1, 16). 9. A la place d une longue série de «ne parla Plinio... Solino... ne accennano Verg...., Hör...., Lucan....», noter la source : Hier., De situ (P.L. 23, 898B) (P). 11. A la place d une longue série de citations, où l éditeur croit retrouver l origine de l erreur qu il attribue à Isidore, la source textuelle évidente est - sans «erreur» aucune - Orose, Hist. 1, 2, «Hystaspes... dicitur» = *Lact., Div. inst. 7, 15 (Isidore est déjà indiqué comme expilator dans l édition du CSEL). 14. «Araxes... oritur» = Orose, Hist. 6, 4, 7 (P). 17. Après une énumération d autorités : «Le particolarità di questo fiume sono anche in Hegesipp. 3,5». Ce passage d Hégésippe est évidemment la source directe d Isidore (P). 18. La source indiquée, Hier., De situ 207 (et non pas 204, sans rapport textuel), ne vaut que pour «et diuidit... influii». Pour le reste, Hier., Comm. in Matth. 3, 16; Hebr. quaest. in Gen. 14, 14 (P). 20. L emploi de «amnis» ne saurait à lui seul signer un emprunt à Pline. La source est Sol. 38, 4 et 5 (P) La succession Pactolus - Hermus semble impliquer l utilisation de Servius, Aen. 10, 142 «Pactolus et Hermus», etc. (P). 26. «Padus... digerii» = Serv., Aen. 11, 457 (P). 27. La source est continuellement Serv. : Aen. 3, 500, 332 ; 8, 332, 31 (P). 28. Contrairement à l affirmation selon laquelle la description de Pline «sembra condensata qui da Isidoro, che con pochi tratti la riprende...», deux sources sont identifiables : «oritur Germanicis iugis» = Sol. 13, 1 (P) ; «sexaginta... influii» = Ambr., Hex. 2, 3, 12 (P). 30. «inter tres... conputatus» = Sol. 2, 53 (P).

7 CHRONIQUES ET COMPTES RENDUS *Cf. Justin 44, 3, «ceteris fluuiis Hispaniarum praelatus» = Sol. 23, 6 (cité; non indiqué comme source textuelle) (P). Patrick G a u tie r D a lc h é M. A g o s t o, Impiego e definizione di tropi e schemi retorici «// Expositio psalmorum di Cassiodoro, Montella : Accademia Vivarium Novum, 2003 (Biblioteca Filologica CLE 1). Le commentaire sur le psautier, commencé par Cassiodore vers 538 avant son séjour à Constantinople, et achevé dans sa première version lors de ce séjour, constitue un moment capital dans F histoire de l exégèse latine, en particulier du point de vue de la méthode et du lien avec les disciplines du trivium. Ce qui nous intéresse ici est en effet la richesse de la terminologie grammaticale et rhétorique à laquelle recourt l auteur pour exposer le psautier. M. Agosto s est attelé à la lourde tâche d inventorier cette masse de vocabulaire (105 noms de figures au total), et d en examiner précisément chaque occurrence. Après une introduction (/. Inquadramento storico) qui vise à replacer le commentaire cassiodorien dans le contexte politique et culturel de l Occident du vie s. (p. 9-52) et à indiquer les sources techniques de cette terminologie (p ), M. Agosto donne dans une seconde partie (II. Tassonomia) un relevé exhaustif de toutes les occurrences de ce vocabulaire. On a donc ici la première étude détaillée, soutenue par une bibliographie abondante, des schemata cassiodoriens. Cette terminologie est présentée selon un ordre assez complexe, que l on peut reconstituer comme suit (le plan tel qu il est présenté dans la table de l ouvrage est en effet assez confus, la typographie, par son alternance de romains, de gras et d italiques, n aidant pas à s y retrouver mais compliquant plutôt la tâche du lecteur) : 1. Tropi 1.1. Tropi di spostamento a contiguità logicamente fondata (synecdoche, antonomasia, anteprosopon, brachylogia, emphasis, epidiorthosis, hyperbole, hyperthesis, metriasmos, tapinosis, cacozelon, periphrasis) 1.2. Tropi di spostamento a contiguità fenomenicamente fondata (metonymia, hypallage) 1.3. Tropi di dislocazione (metaphora, ironia, sardismos) 2. Figure 2.1. Figure grammaticali (exallage, antiptosis, protheseos parallage, hirmos) 2.2. Figure retoriche di parola Figurae per adiectionem (epizeuxis, anadiplosis, climax - epanalepsis, tautologia - anaphora, polysyntheton, intercalare - paronomasia, metabole - nomen aequivocum - synathroesmos, anacephaleosis, epembasis - auxesis - epitheton, pleonasmos) Figure per detractionem (eclipsis - a communi, zeugma, syllepsis) Figurae per ordinem (anastrophe, praeposterata verba [chiamos], hyperbaton - parison - antistathmisis - ison - homoeoteleuton, homoptoton - hypozeuxis) 2.3. Figure di pensiero Figure della similitudine Similitudine (homoeosis, icon, parabole - allegoria)

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Mémoire de recherche (M2 italien)

Mémoire de recherche (M2 italien) Université Nice-Sophia Antipolis Département d italien Mémoire de recherche (M2 italien) Le mémoire de recherche représente le terme d une formation spécialisée et, en même temps, le premier stade d une

Plus en détail

LIVRET D EVALUATION CYCLE 3

LIVRET D EVALUATION CYCLE 3 LIVRET D EVALUATION CYCLE 3 NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : INFORMATIONS OBJECTIFS GENERAUX DU CYCLE 3 L e cycle 3 est le cycles des approfondissements. Ce cycle présente une spécificité affirmée. Il

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION 2012/2013 PARTIE 1 : METHODOLOGIE DU RESUME Le résumé est la reformulation d un texte en un nombre de mots restreint, c est une épreuve

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique Delphine Regnard, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Lycée, terminale (latin) Autres niveaux et thèmes de programme

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

1. TITRE : SE REPERER AVEC LES GRANDES LIGNES DU GLOBE

1. TITRE : SE REPERER AVEC LES GRANDES LIGNES DU GLOBE NIVEAU ECOLE : fin cycle DISCIPLINE Géographie CAPACITÉ S INFORMER : Prélever l information COMPÉTENCE Se repérer dans l espace MOTS CLÉS Globe terrestre - Equateur - Tropique - Cercle polaire - Repère.

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Charte graphique. Logotype et charte d utilisation

Charte graphique. Logotype et charte d utilisation Charte graphique Logotype et charte d utilisation Sommaire Identité visuelle Programme d identité visuelle Rôle et étendue Charte des normes graphiques Logotype Logotype couleur Logotype niveau de gris

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Présentation de travaux menés à Caen Editer un texte et sa bibliothèque : le programme Ichtya. Ménestrel Caen, 28 septembre 2012

Présentation de travaux menés à Caen Editer un texte et sa bibliothèque : le programme Ichtya. Ménestrel Caen, 28 septembre 2012 Présentation de travaux menés à Caen Editer un texte et sa bibliothèque : le programme Ichtya Ménestrel Caen, 28 septembre 2012 Une édition de texte «est d abord et toujours un travail pleinement historique,

Plus en détail

METHODOLOGIE DE LA NOTE DE SYNTHESE MALAKOFF 2015

METHODOLOGIE DE LA NOTE DE SYNTHESE MALAKOFF 2015 1 METHODOLOGIE DE LA NOTE DE SYNTHESE MALAKOFF 2015 La note de synthèse est une épreuve qui se déroule en 5 heures et qui consiste à établir une synthèse écrite, en 4 ou 5 pages, à partir d une série de

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Guide de Développement d un Rapport de Stage

Guide de Développement d un Rapport de Stage Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Guide de Développement d un Rapport de Stage GUIDE DE DEVELOPPEMENT D UN RAPPORT DE STAGE Année universitaire : 2011 2O12 1 INTRODUCTION GENERALE

Plus en détail

Carnet de littérature

Carnet de littérature Carnet de littérature Instruction officielle 2002 «On peut aussi encourager les élèves à se doter d un carnet de littérature qu ils utilisent très librement pour conserver en mémoire les titres des œuvres

Plus en détail

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus Expression et communication en langue anglaise Objectifs L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de l'individu. Pour l'étudiant de

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Mathématiques Fiche pédagogique 1 / 5

Mathématiques Fiche pédagogique 1 / 5 Fiche pédagogique 1 / 5 Repères : Au Moyen Age, très peu de gens ont des notions de calcul, encore moins de géométrie ou d algèbre. Les mathématiciens grecs sont la référence ( Pythagore, Thalès ) pour

Plus en détail

Directives pour le travail de fin d études août 2009. b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES. (Mémoire)

Directives pour le travail de fin d études août 2009. b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES. (Mémoire) b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES (Mémoire) 17 I Définition L art 8.1 du Règlement d études (ci-après RE) précise que le travail de fin d études est composé du mémoire et de sa soutenance.

Plus en détail

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Isabel Urdapilleta Responsable Pédagogique du Master 1 psychologie sociale,

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire Français éduscol Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement dans le cadre

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

Ma solution de la 560 (MrMagoo)

Ma solution de la 560 (MrMagoo) Ma solution de la 560 (MrMagoo) Je ne donne ci-dessous que l essentiel de ma solution, parce qu il y a des éléments annexes que je ne tiens pas à révéler. En plus, je veux essayer de faire court, pour

Plus en détail

DU MANUSCRIT AU LIVRE

DU MANUSCRIT AU LIVRE DU MANUSCRIT AU LIVRE Les informations et recommandations ci-dessous s adressent aux auteurs qui désirent publier leurs travaux dans le cadre des Presses Sorbonne Nouvelle. Dans le cas d ouvrages collectifs

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1 MANAGEMENT ET ORGANISATIONS DU STAGE AU RAPPORT

M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1 MANAGEMENT ET ORGANISATIONS DU STAGE AU RAPPORT Place du Maréchal De Lattre de Tassigny 75775 PARIS CEDEX 16 DEPARTEMENT MSO Bureau des Stages M 1- Gestion- D 404 Tél. 01.44.05.46.09 Fax 01.44.05.46.61 M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE... VII AVANT-PROPOS...XI A INTRODUCTION

TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE... VII AVANT-PROPOS...XI A INTRODUCTION TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE............................................. VII AVANT-PROPOS........................................XI A INTRODUCTION Chapitre 1 Langage du droit et jurilinguistique..............3

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte 6 «Je pense, donc je suis» est une grande découverte Cette affaire-là est assez claire. On lit dans le Discours de la méthode, Quatrième Partie : «[ ] Je me résolus de feindre que toutes les choses qui

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Une lettre de motivation efficace en 10 points

Une lettre de motivation efficace en 10 points Une lettre de motivation efficace en 10 points Exercice de style aussi difficile qu indispensable, la lettre de motivation réclame des qualités que tout le monde ne peut maîtriser : esprit synthétique,

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Mon passeport de compétences

Mon passeport de compétences Mon passeport de compétences photo NOM : Prénom : Classe : Année : En cours de Latin, il y a des s de lecteur, de traducteur, d orateur, de grammairien, de chercheur, d encyclopédiste et d équipier. Pour

Plus en détail

La séquence proposée ici a été réalisée par Arlette MARCE et Jean Claude CHEMORIN (Tous les deux en poste au collège Saint Joseph, à Cusset)

La séquence proposée ici a été réalisée par Arlette MARCE et Jean Claude CHEMORIN (Tous les deux en poste au collège Saint Joseph, à Cusset) La séquence proposée ici a été réalisée par Arlette MARCE et Jean Claude CHEMORIN (Tous les deux en poste au collège Saint Joseph, à Cusset) Elle porte sur la II éme partie du programme, plus précisément

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Exploitations pédagogiques du tableur en STG Académie de Créteil 2006 1 EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Commission inter-irem lycées techniques contact : dutarte@club-internet.fr La maquette

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-12 DU 7 MAI 2008

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-12 DU 7 MAI 2008 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-12 DU 7 MAI 2008 Afférent à l établissement du compte d emploi annuel des ressources des associations et fondations modifiant le règlement n 99-01

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

CHAMP SOCIAL ÉDITIONS

CHAMP SOCIAL ÉDITIONS Les textes logiques de C. S. Peirce du Dictionnaire de J. M. Baldwin CHAMP SOCIAL ÉDITIONS Introduction générale Au cours des années quatre-vingt Gérard Deledalle a conçu l idée de mettre à la disposition

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

Réflexions sur l échec scolaire, et la remédiation en Cycle 3

Réflexions sur l échec scolaire, et la remédiation en Cycle 3 Réflexions sur l échec scolaire, et la remédiation en Cycle 3 par L.Pausanias Ce document, établi en Octobre 1998, concernait l Ile de La Réunion, dont les problèmes d échec scolaire semblent relativement

Plus en détail

LES COMPTEURS DE VITESSE. Pourquoi les compteurs sont-ils gradués en kilomètres par heure (1)?

LES COMPTEURS DE VITESSE. Pourquoi les compteurs sont-ils gradués en kilomètres par heure (1)? LES COMPTEURS DE VITESSE Les compteurs de vitesse (ou tachymètres) font partie des équipements obligatoires à bord des véhicules terrestres à moteur. Voici les questions que tout le monde se pose à leur

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Le latin, instrument pédagogique pour tous

Le latin, instrument pédagogique pour tous Le latin, instrument pédagogique pour tous Francis Tilman Introduction 2 Du point de vue cognitif 2 Enjeu symbolique 4 Du point de vue culturel 4 Conclusion 5 Texte paru initialement dans Palamède. Bulletin

Plus en détail

De l usage des datations C14 et de leur présentation

De l usage des datations C14 et de leur présentation De l usage des datations C14 et de leur présentation Lorsqu on travaille sur les derniers millénaires de la Préhistoire et la Protohistoire, les datations au radiocarbone sont généralement nombreuses et

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70 MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010 Epreuve conçue par HEC Voie Technologique NBRE CANDIDATS MOYENNES ECARTS-TYPE RESULTATS GLOBAUX 775 10,00 3,70 VOIES PREPARATOIRES Technologique

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 011 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Rédiger pour le web Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Sommaire 1. Rédiger des contenus... 2 Lire à l écran : une lecture contraignante... 2 Ecrire des phrases

Plus en détail

Programmation d activités

Programmation d activités Archéologie Notion d espace / temps à partir de vestiges archéologiques les tissus dans l Antiquité Fabienne NAVARRO ép. CIPOLLARO enseignante à l école française de A. Dumas de CM2 année scolaire 2008

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPARATIN DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES SÉRIE ES bligatoire et Spécialité Décembre 0 Durée de l épreuve : heures Coefficient : ou L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

Composition d Informatique (2 heures), Filière MP (XC)

Composition d Informatique (2 heures), Filière MP (XC) école polytechnique concours d admission 2014 ens : cachan Composition d Informatique (2 heures), Filière MP (XC) Rapport de M. Didier CASSEREAU, correcteur. 1. Bilan général A titre de rappel, cette épreuve

Plus en détail

LOI SUR L IMPOSITION FONCIÈRE DE LA PREMIÈRE NATION

LOI SUR L IMPOSITION FONCIÈRE DE LA PREMIÈRE NATION LOI SUR L IMPOSITION FONCIÈRE DE LA PREMIÈRE NATION (20 ) (ALBERTA) TABLE DES MATIÈRES Partie I Titre... Partie II Définitions et renvois... Partie III Administration... Partie IV Assujettissement à l

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1 Exemple de sujet n 1 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 1 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

Mémoire en vue de l obtention du Certificat de Capacité d Orthophoniste. I - Processus/ étapes/ déroulement

Mémoire en vue de l obtention du Certificat de Capacité d Orthophoniste. I - Processus/ étapes/ déroulement Mémoire en vue de l obtention du Certificat de Capacité d Orthophoniste (Propositions de l Union Nationale pour le Développement de la Recherche et de l Evaluation en Orthophonie pour une harmonisation

Plus en détail

Source : Petit Robert, Paris, Dictionnaires Robert, 1987

Source : Petit Robert, Paris, Dictionnaires Robert, 1987 Ressources unilingues La principale référence en matière de dictionnaire de français est incontestablement le Grand Robert de la langue française, qui n existe que sous forme imprimée ou sur cédérom. Edité

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION Il est demandé aux étudiants qui souhaitent déposer un master à la chaire RHO de prendre connaissance

Plus en détail

EPREUVE DE LANGUES VIVANTES A. Durée : 3 heures ALLEMAND

EPREUVE DE LANGUES VIVANTES A. Durée : 3 heures ALLEMAND EPREUVE DE LANGUES VIVANTES A Durée : 3 heures ALLEMAND PRÉSENTATION DU SUJET Le texte du concours 2009 abordait une problématique de la vie des candidats, à savoir l utilisation d Internet et plus particulièrement

Plus en détail

Conseils de Méthodologie

Conseils de Méthodologie Yann Bisiou Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles Conseils de Méthodologie Ces conseils de méthodologie doivent vous permettre de rendre compte clairement de vos connaissances. Ils

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre

Plus en détail

Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois

Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois «Réaliser un dépliant touristique des Enfers» Angélique Voisin (Lettres Modernes) Jean-Pierre Carrel (Histoire) I Caractéristiques de l'activité Disciplines

Plus en détail

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef)

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Programme du concours d accès au cycle de préparation à l Agrégation de français 1 1: Introduction générale Les épreuves du concours d

Plus en détail

La Rédaction Médicale. Pr Y. Bentata Faculté de médecine et de pharmacie d Oujda Janvier 2015

La Rédaction Médicale. Pr Y. Bentata Faculté de médecine et de pharmacie d Oujda Janvier 2015 La Rédaction Médicale Pr Y. Bentata Faculté de médecine et de pharmacie d Oujda Janvier 2015 Première partie Principes de la rédaction médicale Principes de la rédaction médicale I. Généralités Comment

Plus en détail

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme

Plus en détail

Contrôle de gestion et pilotage de la performance

Contrôle de gestion et pilotage de la performance CHAPITRE 1 Contrôle de gestion et pilotage de la performance Ce qu il faut retenir Un système de contrôle de gestion doit être adapté à la configuration spécifique de chaque entreprise (stratégie, structure,

Plus en détail

Règle absolue Ne jamais séparer le verbe de son sujet ou de son complément d objet direct par un signe de ponctuation.

Règle absolue Ne jamais séparer le verbe de son sujet ou de son complément d objet direct par un signe de ponctuation. 18. Ponctuation La ponctuation contribue grandement à la clarté et à la lisibilité. Elle obéit à des règles précises, qui doivent être respectées avec une grande vigilance. Règle absolue Ne jamais séparer

Plus en détail

FACULTE DE PHARMACIE DE MONASTIR

FACULTE DE PHARMACIE DE MONASTIR FPHM GUIDE DE THESE FACULTE DE PHARMACIE DE MONASTIR 2012-2013 1 SOMMAIRE ETAPE 1 : Préambule... 4 1. Choix du directeur de thèse et du sujet :... 4 2. Inscription en thèse :... 4 2.1. Le formulaire d

Plus en détail

Imposition des prestations en capital découlant d assurances de rente viagère (pilier 3b)

Imposition des prestations en capital découlant d assurances de rente viagère (pilier 3b) Schweizerische Steuerkonferenz SSK Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Conférence suisse des impôts CSI Union des autorités fiscales suisses Conferenza fiscale svizzera CFS Associazione delle autorità

Plus en détail

Grille de relecture et d évaluation d un mémoire de sciences de l éducation

Grille de relecture et d évaluation d un mémoire de sciences de l éducation Grille de relecture et d évaluation d un mémoire de sciences de l éducation N.B. La présente grille peut être utilisée avant, pendant et après la rédaction du mémoire : - avant pour se donner une représentation

Plus en détail

La reine des fourmis a disparu. Fred Bernard / François Roca

La reine des fourmis a disparu. Fred Bernard / François Roca La reine des fourmis a disparu. Fred Bernard / François Roca I- Découverte. Objectif : Créer un horizon d attente. 2 entrées sont proposées au choix : 1) Support : «Bizarre, mais vrai.» : découverte d

Plus en détail

PARTIE I (Géo.) : MON ESPACE PROCHE : PAYSAGES ET TERRITOIRES

PARTIE I (Géo.) : MON ESPACE PROCHE : PAYSAGES ET TERRITOIRES PARTIE I (Géo.) : MON ESPACE PROCHE : PAYSAGES ET TERRITOIRES Problématiques du chapitre : Quel est mon espace proche et comment se repérer dans mon territoire? Comment mon territoire se situe-t-il en

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

U N I D R O I T COMITE D EXPERTS GOUVERNEMENTAUX CHARGE D ELABORER UNE LOI MODELE SUR LA DIVULGATION DES INFORMATIONS EN MATIERE DE FRANCHISE

U N I D R O I T COMITE D EXPERTS GOUVERNEMENTAUX CHARGE D ELABORER UNE LOI MODELE SUR LA DIVULGATION DES INFORMATIONS EN MATIERE DE FRANCHISE UNIDROIT 2002 Etude LXVIII Doc. 39 (Original: français) U N I D R O I T INSTITUT INTERNATIONAL POUR L UNIFICATION DU DROIT PRIVE =========================================================== COMITE D EXPERTS

Plus en détail

Projet de loi concernant la réorganisation du Registre de Commerce et des Sociétés ainsi que la comptabilité et les comptes annuels des entreprises.

Projet de loi concernant la réorganisation du Registre de Commerce et des Sociétés ainsi que la comptabilité et les comptes annuels des entreprises. Monsieur le Ministre de la Justice Ministère de la Justice 16, boulevard Royal L-2934 Luxembourg Luxembourg, 28 avril 2000 Projet de loi concernant la réorganisation du Registre de Commerce et des Sociétés

Plus en détail

écriture RESPECTER LES PRINCIPES DE LA REDACTION SCIENTIFIQUE MEDICALE PERMET D ECRIRE DE FACON

écriture RESPECTER LES PRINCIPES DE LA REDACTION SCIENTIFIQUE MEDICALE PERMET D ECRIRE DE FACON 1/8 écriture ECRIRE POUR ETRE LU RESPECTER LES PRINCIPES DE LA REDACTION SCIENTIFIQUE MEDICALE PERMET D ECRIRE DE FACON RIGOUREUSE, CLAIRE, CONCISE Références: Hugier M and coll. La rédaction médicale

Plus en détail

Analyse de l ergonomie du site «adsl.free.fr» Selon les critères AFNOR (Scapin et Bastien)

Analyse de l ergonomie du site «adsl.free.fr» Selon les critères AFNOR (Scapin et Bastien) Analyse de l ergonomie du site «adsl.free.fr» Selon les critères AFNOR (Scapin et Bastien) Introduction Free est un des fournisseurs d'accès Internet leader dans son domaine. À travers son site Web, la

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Classe(s) : 3 ème 2 nde

Classe(s) : 3 ème 2 nde Le toit de René Classe(s) : 3 ème 2 nde Approche de la notion de fonction à l aide d une situation concrète 1) Objectifs Mathématiques : - Notion de variable et notion de fonction. - Réinvestissement de

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail