Accompagner des patients en déplacements - Infiressources rencontre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Accompagner des patients en déplacements - Infiressources rencontre"

Transcription

1 Accompagner des patients en déplacements - Infiressources rencontre Claire-Andrée Frenette-Leclerc, inf., Ph.D. Septembre 2012 Une infirmière accompagnatrice de patients en déplacements se raconte : Jacinthe Gagné, née le 13 mai 1953 à St-Rémi de Napierville au Québec, a obtenu son DEC en soins infirmiers au CÉGEP Saint-Jean-sur-Richelieu en Elle a travaillé à l Hôpital St-Luc de Montréal de Montréal (CHUM), notamment aux soins intensifs médicaux et chirurgicaux, à l unité coronarienne et en tout dernier à la salle de réveil. Elle a pris sa retraite en décembre Infiressources l a rencontrée pour qu elle nous parle de ses activités d accompagnement vers divers centres d examens ou de traitements pour des patients de l Hôpital du Haut-Richelieu de Saint-Jean-sur-Richelieu, sa ville de résidence située à 40 kilomètres de Montréal et à 125 kilomètres de Sherbrooke, là où se font la plupart des transports de patients. Infiressources : Comment en êtes-vous venue à occuper ce poste d infirmière d accompagnement? J.G. J ai pris ma retraite en décembre Comme j avais encore beaucoup d énergie en réserve, j étais allée rencontrer les gestionnaires des Soins infirmiers de l Hôpital du Haut-Richelieu en leur proposant mes services pour faire de l accompagnement de patients. Pendant mes années de travail à Montréal, j avais souvent rencontré de telles infirmières et cela m intéressait. Elles m avaient répondu : «Nous avons besoin de quelqu un. Il y a trois infirmières régulières à ce poste et, parmi elles, deux sont en préretraite.» En pratique, j ai commencé à travailler le 3 janvier 2010 et j ai presque toujours travaillé à temps plein depuis; je ne travaille jamais les fins de semaine. Mon contrat est très simple : si l hôpital n a plus besoin de moi, je pars et si je décide que je veux partir, je suis libre de le faire. J ai un poste de retraitée et je n accumule pas d ancienneté dans l hôpital. Infiressources : Est-ce que tous les patients sont transportés en ambulance ou s il existe d autres modes de transport? JG. À Saint-Jean, il y a quatre modes de transport pour l extérieur : 1. Si l état du patient l exige, le transport se fait par ambulance avec une infirmière et le personnel requis; 2. Il existe aussi un modèle de transport médical avec fauteuil gériatrique, d un, deux ou 3 1

2 patients accompagnés d une ou de deux infirmières, dans un minibus équipé d un défibrillateur et d oxygène; 3. Le taxi adapté ou la fourgonnette où l infirmière apporte le matériel : bonbonne d oxygène de l hôpital, si nécessaire, fauteuil gériatrique. Le conducteur n a pas de formation particulière pour aider l infirmière, contrairement au conducteur du minibus qui a une formation de style RCR. 4. Le taxi ordinaire est utilisé par des patients qui arrivent de la maison (exemple patients hémodialysés) et qui auront besoin de l accompagnement d une infirmière à leur retour de l examen. L hôpital qui fait l examen ne s occupe pas du suivi, c est l hôpital d origine qui est responsable du patient et qui fournit le transport et l accompagnement. Selon l état du patient, il y a des accompagnements par des infirmières, des infirmières-auxiliaires, des préposés et par des bénévoles. Infiressources : Quel est l intérêt de ce travail pour une infirmière? C est un travail qui est moins stressant que le travail hospitalier, du moins pour moi. Je n ai pas à côtoyer de nombreux intervenants, je suis seule avec mon patient. J en ai la totale responsabilité, c est moi qui évalue, qui juge et qui décide. Je dois lui assurer les mêmes soins, de la même qualité que s il était à l hôpital, que ce soit dans une unité régulière ou s il provient des soins intensifs, qu il soit sous moniteur, qu il reçoive sa médication par pompe, per os ou par voie intraveineuse. C est un service privilégié autant pour l infirmière que pour le patient. Je ne fais jamais d accompagnement pour les enfants ni pour les femmes enceintes. Ce sont des clientèles que je ne connais pas. Je n ai jamais travaillé ni en obstétrique ni en pédiatrie, encore moins en néonatalogie. Je ne connais pas les médicaments. Plusieurs infirmières sont mal à l aise avec ces patients et, souvent, c est une infirmière de l unité de soins qui va faire le transport. Infiressouces : Et pour le patient? Je pense que le patient est privilégié parce que je lui donne un soutien moral, un soutien empathique; c est un soutien privé, une aide contre le stress, je lui fais de l enseignement. J ai de nombreuses occasions d intervenir et j ai le temps de l écouter. Les patients aiment bien jaser en général, ils font facilement des confidences à l infirmière qui reste à ses côtés pendant quelques heures. Ils n ont pas tellement souvent l occasion de se raconter quand ils sont à l unité de soins, car les infirmières travaillent sous pression et n ont pas tellement le temps de s arrêter aux confidences même si elles veulent agir avec empathie. Parfois, je détecte des choses que je communique aux gens de l étage quand je reviens. Infiressources : Comment se fait votre premier contact sur l unité de soins? JG. C est moi qui vais chercher le patient sur l étage. Avant de le rencontrer, je dois suivre une certaine routine qui me permet d assurer sa sécurité pendant le transport. 2

3 Dans mon horaire, j ai 15 minutes allouées pour connaitre son historique d hospitalisation, ce qui est important pour être capable de réagir correctement à toute situation d urgence hors du contexte de l hôpital. J arrive habituellement à l hôpital beaucoup plus tôt que l heure fixée, car parfois les situations sont très complexes : sa médication actuelle et à la maison, ses antécédents médicaux, chirurgicaux et personnels, le pourquoi de cet examen, sa mobilité, ses résultats de laboratoire, son orientation dans l espace et le temps, son degré d anxiété face à cet examen, son degré de compréhension de l examen à venir, les traitements réalisables hors du milieu hospitalier, etc. J obtiens tous ses renseignements au dossier et auprès de l infirmière soignante du patient. Je dois vérifier si le patient risque d avoir besoin d analgésique pendant la journée et au besoin, je demande aux infirmières de me fournir ce qu il faut pour le temps de l absence de l hôpital. Je peux toujours en obtenir de l hôpital d examen, mais c est très compliqué; il faut avoir la prescription avec soi ce qui n est pas très réaliste et c est difficile de se pointer à l urgence... C est beaucoup mieux de prévoir. Je dois penser à la médication de la journée si le patient n est pas à jeun. S il est nauséeux, il faut apporter un antinauséeux. Il faut que je sois très vigilante selon la sorte d examen que le patient devra subir. Par exemple, pour un patient allergique à l iode, il faut prévoir une préparation particulière. En présence d insuffisance rénale, les produits de contrastes iodés peuvent augmenter le problème et selon le protocole, pour protéger les reins, il doit recevoir trois doses de Mucomyst per os avant le traitement et/ou une perfusion intraveineuse de bicarbonate. Si je me rends compte en vérifiant le dossier qu il ne l a pas reçu, je vais faire annuler l examen, car je sais que le médecin de l hôpital où se fera l examen va le refuser. Si j amène un patient à Sherbrooke pour une tomographie par émission de positrons (PET-scan ou TEP scan), je dois vérifier sa glycémie, car il peut être refusé. En effet, pour l examen, on injecte une certaine quantité de glucose et il ne faut pas que la glycémie soit trop élevée. Récemment, une nouvelle infirmière a dû revenir de Sherbrooke avec son patient pour cette raison. C est sûr qu on apprend, mais le coût pour le patient et pour le système de santé est pas mal élevé. Parfois, il faut juste retarder l examen et on peut garder le rendez-vous dans la même journée. Pour le transport, je me suis fabriqué une grosse valise sur roulettes avec un petit coffre où j ai des Jelco, des seringues, des aiguilles, des garrots, du diachylon, des compresses, un masque d oxygène, des gants, etc. Je fais le plein de matériel à l Hôpital du Haut- Richelieu. Je traîne aussi toute ma documentation sur la compatibilité des médicaments, documentation pour l enseignement aux patients, etc. 3

4 Les protocoles sont très bien structurés pour les examens à l extérieur. Quel que soit l hôpital où le patient doit se rendre 1, nous avons un protocole informatisé. Tout est là. La préparation physique, quel médicament donner ou ne pas donner avant l examen, la surveillance des résultats d analyse : par exemple, si on n a pas vérifié le temps de coagulation avant de partir, le patient risque de voir son examen annulé et repris un autre jour. Même si le protocole est mis au dossier à l annonce de l examen, il arrive que, sur l unité de soins, l on oublie de le vérifier en se fiant que l infirmière du transport le fera : il est parfois trop tard et le rendez-vous peut être manqué. Les protocoles sont mis à jour régulièrement. Contact avec les patients Quand j arrive le matin, les patients sont bien contents de me voir. C est souvent une source d anxiété pour eux de sortir de l hôpital pour passer un examen. Souvent, ils ont des questions et ils en profitent à mon arrivée. Même la manière de se vêtir pour aller dans un autre hôpital peut devenir une source de stress : jaquette d hôpital ou habits civils? Lunettes? Sous-vêtements? Ce n est pas toujours évident. Souvent le personnel ne sait pas trop quoi répondre et c est moi qui le fais, car je suis habituée à accompagner les patients. Il faut démystifier. Je dois faire de l enseignement, je dois renseigner les patients. Souvent, ils ne savent pas à quoi s attendre au sujet de l examen. Ou bien, ils n ont pas demandé la question ou bien l infirmière ou l auxiliaire ne savait pas trop quoi répondre. Encore là, mon expérience me permet de vraiment bien expliquer : quel transport allons-nous utiliser, où est-ce qu on va attendre avant l examen, comment se fait l examen, est-ce qu il faut attendre suite à l examen, est-ce que l examen sera douloureux? Beaucoup de questions auxquelles le patient est bien content que je puisse répondre. Je ne suis pas certaine que les malades enregistrent tout ce que je leur dis, car ils sont énervés mais c est facile de compléter sur place si d autres questions se posent. J insiste sur le fait qu on sait à quelle heure nous quittons l hôpital, mais qu on ne peut jamais préciser à quelle heure nous allons revenir. Dans les hôpitaux où nous allons, les malades proviennent de plusieurs centres et le statut de chacun est particulier, leur état plus ou moins urgent. Ce sont les spécialistes de l hôpital qui décident de l heure de l examen et de l ordre de passage des patients. Une seule chose est certaine, c est que le patient va passer son examen au cours de cette journée-là. Il faut aussi vérifier la préparation physique du malade, notamment le rasage de la zone d insertion d un cathéter par exemple. Il faut s assurer que le soluté est au bon endroit, au bon bras. Si j arrive à 6 heures du matin pour le transport et que le soluté est 1 Maisonneuve, Notre-Dame, Hôtel-Dieu (Montréal), Charles-Lemoyne, Pierre-Boucher, (Rive-Sud de Montréal), CHU de Sherbrooke 4

5 placé du mauvais côté, je dois parfois me résoudre à attendre de le replacer sur les lieux de l examen. Relations avec le patient pendant le transport pour examen ou traitement J ai une relation bien privilégiée avec le malade. Dans plusieurs hôpitaux, l attente avant l examen et le suivi après celui-ci se passe dans les corridors. Les temps d attente s avèrent parfois assez longs et je ne laisse jamais un patient seul; s il était nécessaire que je l accompagne pendant le transport, il s impose que je reste avec lui pendant l attente de l examen ou du traitement. Il y a des patients avec qui je développe un sentiment particulier. Pendant une journée complète avec un patient, il y a des liens qui se tissent. J ai eu une patiente toute jeune, dans la vingtaine qui souffrait d un cancer. Son conjoint était venu avec nous. Nous avions passé la journée ensemble, le couple et moi. Ils étaient très «symbiotiques». Je les ai accompagnés une autre fois pour d autres examens quelques mois plus tard. Ils m ont raconté plein de choses, des choses très intimes. Ils étaient comme à nu. Pendant l examen, j avais parlé avec le conjoint; il avait partagé ses inquiétudes et j avais le temps de lui offrir l occasion de s exprimer. C est par le journal que j avais ensuite appris le décès de la patiente et j en avais été très émue. Après l examen, je suis seule responsable de faire un suivi; selon la procédure, je dois vérifier sa tension artérielle, surveiller sa respiration, son état de conscience et les sites de ponctions pour détecter tout signe hémorragique, etc. En général, personne ne s occupe de moi ou de mon patient. L examen est un service «vendu» par un hôpital à une autre institution; il n est pas responsable de la préparation du malade, ni du suivi après l examen. C est moi qui décide du moment du retour, personne ne me donne de permission ou de consigne, sauf parfois le médecin. Je juge du moment du départ, du moyen de transport à utiliser en fonction de la sécurité du client. Si on demande l ambulance pour le retour, il faut attendre son arrivée. Quand un patient vient de St-Jean vers Montréal en ambulance, l ambulancier nous dépose à l hôpital et il s en va; pour des raisons de budget, c est Urgence santé qu il faut appeler pour le retour. Avec eux, nous ne sommes pas prioritaires et on peut attendre longtemps. Plus la journée passe, les patients deviennent parfois «impatients» et fatigués. C est aussi à ce niveau que mon rôle de soutien peut devenir important pour le bien-être du malade. Infiressources : En plus du transport pour examen ou traitement, avez-vous d autres expériences d accompagnement? J ai longtemps travaillé aux soins intensifs, je me sens à l aise avec ces patients. Je n ai aucun problème avec les cas d urgence par traumatismes, les accidentés par exemple qui vont en neurochirurgie, ou encore les patients cardiaques. J aurais aimé pouvoir faire 5

6 toutes les urgences, mais c est impossible, car il y a une contrainte de temps : quand un transport en ambulance est annoncé pour un cas d urgence, il faut être en route dans les quinze minutes qui suivent la demande et quand je suis à la maison, cela me prend entre 17 et 18 minutes pour me rendre à l hôpital et c est un minimum. Évidemment, quand je suis dans l hôpital et qu on annonce un transport d urgence, c est avec grand plaisir que je le fais. L organisation du transport se fait avec les ambulanciers : l un d eux conduit le véhicule et l autre reste à l arrière avec moi. C est moi qui suis responsable, mais on travaille en équipe. S il faut faire un massage, s il faut utiliser le défibrillateur, l ambulancier va le faire, car c est son équipement. Parfois si le patient n est pas stable, un médecin nous accompagne et gère l administration de la médication. C est surtout pour les patients cardiaques. J ai des protocoles qui sont précisés au départ si le médecin ne vient pas. Nous travaillons réellement en collaboration, la situation ne se prête généralement pas aux conflits. Il arrive qu un inhalothérapeute vienne aussi et nous nous partageons les tâches. Chacun a sa place et son rôle. Avec les accidentés, la famille est souvent en stress intense, les gens ne savent pas comment réagir et quoi faire. Nous ne laissons monter personne de la famille dans l ambulance, mais je m assure d avoir les numéros de téléphone, les coordonnées de téléphones cellulaires pour pouvoir communiquer avec eux rapidement. «On s en va à tel hôpital. Je vais vous appeler dès que nous serons sur place et je vais vous donner des nouvelles. Je vais aussi donner vos coordonnées aux gens de l hôpital pour que vous puissiez communiquer.» Plusieurs décident de nous suivre en auto, mais nous les avertissons que nous devrons rouler rapidement et que, légalement, ils ne peuvent pas suivre l ambulance. Évidemment, il arrive que certains nous suivent et on ne peut rien faire pour les empêcher. Il arrive même que sur la route, certains automobilistes se faufilent derrière l ambulance et profitent impunément du corridor ainsi créé. Là encore, on ne peut rien faire. Donc, mon rôle comme infirmière est de communiquer avec la famille et de leur donner de l information sur l état et la situation de leur malade. On peut faire des transferts sélectifs pour des chirurgies cardiaques dans des hôpitaux de Montréal quand le patient hospitalisé à St-Jean figure sur leur liste opératoire. Normalement, avec l Institut de cardiologie de Montréal, il s agit de patients qui y sont déjà suivis et qui veulent y retourner. Normalement, notre hôpital de référence en chirurgie cardiaque, c est l Hôtel-Dieu de Montréal, car les cardiologues viennent à St- Jean pour les consultations. Jusqu à récemment, pour la radio-oncologie, nous allions à Montréal, mais tout récemment, un service externe a ouvert à l Hôpital Charles-Lemoyne qui est beaucoup plus proche. Toutes les demandes de radiothérapie y sont donc dirigées et c est eux qui font les transferts de demandes à Maisonneuve le cas échéant. Ils acceptent de plus en 6

7 plus de patients et pour une variété de plus en plus grande de traitements. Les patients qui sont à la maison et qui doivent subir une radiothérapie ne bénéficient pas de l accompagnement, ils se rendent avec un membre de leur famille ou quelqu un d autre. Si le patient est hospitalisé, il doit être accompagné par quelqu un qui le prend en charge durant le transport vers l autre centre hospitalier, cela peut être un membre de sa famille, mais le transport est de la responsabilité de l hôpital. S il n a aucune médication à recevoir et qu il n a pas de traitement ou de soluté, il peut être accompagné d un préposé à défaut d un membre de sa famille. S il a un soluté, cela peut être une infirmièreauxiliaire, mais s il reçoit des médicaments intraveineux, alors ce sera l infirmière qui sera du voyage. La radiothérapie palliative a pour but de soulager la douleur et de diminuer le volume d une masse qui comprime un organe quelconque. Le service a un protocole de cinq traitements, un traitement par jour, qui apportent souvent du soulagement au malade en fin de vie. Pour ces patients en particulier, c est aidant que le voyage soit plus court parce qu il n a pas à se rendre à Montréal. Si le patient est très souffrant, le voyage se fait en ambulance, c est une question de jugement pour le confort du patient. Si je me rends compte que le choix du transport est inapproprié, ou bien je modifie la demande sur place si c est possible, ou bien je le fais pour la fois suivante. Les demandes sont quotidiennes et on peut toujours s ajuster aux circonstances. Malheureusement, c est rarement la même personne qui fait l accompagnement, car il y a beaucoup des demandes et le choix des accompagnateurs est fait selon les besoins des patients. Dans mon cas, par exemple, on me demande habituellement d accompagner les «cas de moniteur cardiaque» à cause de mon expérience aux soins intensifs; c est certain qu au choix, on ne m enverra pas accompagner quelqu un pour une radiothérapie. Avec les patients cardiaques, nous avons des protocoles à suivre pour le transport normal et en cas d urgence. Par exemple, chez un patient qui est transféré pour la mise en place d un pacemaker, je dois surveiller ses signes vitaux et donner la médication du protocole s il devient bradycarde. Je me souviens d un patient qui s était détérioré pendant le transport en minibus. J avais appelé le 911, le chauffeur avait donné ses coordonnées et l ambulance Cetam de Brossard était venue le chercher en route. Nous avions d ailleurs eu un petit problème technique de transport : on s en allait à l Hôtel- Dieu de Montréal; l ambulance Cetam de Brossard appartenait au secteur de Brossard et son hôpital de référence, l hôpital le plus proche, était Charles-Lemoyne sur la Rive-Sud de Montréal. Il avait appelé l Urgence de Charles-Lemoyne pour demander la permission d amener directement le patient à l Hôtel-Dieu, ce qui lui fut accordé par l urgentologue en charge. C était beaucoup plus logique. Une autre fois, je revenais d une coronarographie avec un patient et celui-ci avait fait un choc vagal à bord du transport médical avec fauteuil gériatrique. Il était sous moniteur. Il avait bien réagi aux manœuvres : baisser le dossier du fauteuil (donc la tête), augmenter 7

8 le débit du soluté, l asperger avec une bouteille d eau pour le rafraichir. On prend les moyens à notre disposition. En étant seule, on ne peut compter que sur nos connaissances, notre expérience, notre jugement et notre débrouillardise. Bien entendu, je m étais efforcée de le rassurer Finalement, tout était rentré dans l ordre, mais sinon, j aurais demandé l aide du 911. Il ne faut surtout pas paniquer. Normalement, nous avons le temps de faire un seul transport par jour. Il peut arriver qu un deuxième transport advienne, mais c est plutôt rare. Les tempêtes, le trafic routier, tout cela n a aucune importance pour moi, car les transporteurs connaissent leur travail et je n ai jamais à me préoccuper de la météo ou de l état des routes. C est génial! Infiressouces : Si je comprends bien, vous appréciez votre travail JG. Je fais de l accompagnement de malades depuis plus de deux ans maintenant et j aime vraiment ce travail. Toutefois, je pense que c est mieux d avoir de l expérience en milieu hospitalier avant de commencer une telle carrière. Sur les unités de soins, les nouvelles infirmières sont encadrées, elles prennent de l expérience à partir des situations qu elles rencontrent et elles sont davantage en sécurité (et les patients aussi); elles ont une équipe multidisciplinaire pour interagir avec elles et répondre à leurs questions. Par contre, en fin de carrière, pour une infirmière qui a de l expérience, notamment aux urgences ou aux soins critiques, c est un travail idéal. L expérience de travail fait que l infirmière expérimentée est moins tendue, moins stressée. Quand j accompagne les patients, je constate que les infirmières que je rencontre viennent de partout, et que plusieurs ont une bonne expérience des soins intensifs ou d urgence. L expérience de vie a aussi une grande importance : accompagner des gens âgés pendant toute une journée peut sembler inintéressant pour une très jeune infirmière. Malheureusement, j ai vu des jeunes accompagnatrices, pas nécessairement des infirmières, qui sont assises avec leur malade et qui «jouent» avec leur iphone. Cela me chamboule complètement. Ce n est pas cela accompagner un patient. Avec le téléphone cellulaire, le patient est exclu et il a pourtant besoin de soutien. Je vois très rarement des «vieilles» infirmières qui ont ce comportement. Si le patient veut se reposer et avoir la paix, je le laisse tranquille, mais le téléphone cellulaire me paraît un écran à la communication. Le plus que je m autorise est de toujours avoir un livre de lecture dans mon sac à main; je le sors si le patient dort, s il se repose ou quand il est en examen et que je dois rester à l extérieur de la salle. Accompagner un malade n est pas une assignation banale qu il s agisse d une sortie en vue d un examen, d un traitement ou encore pour le surveiller pendant le transport vers un hôpital spécialisé. Je suis seule avec lui et j en suis entièrement responsable pour la durée de l accompagnement. Comme je le dis au malade au moment du départ : «Je suis votre ange gardien pour la journée.» 8

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Guide d accueil aux soins intensifs. 2e étage, pavillon Maisonneuve

Guide d accueil aux soins intensifs. 2e étage, pavillon Maisonneuve Guide d accueil aux soins intensifs 2e étage, pavillon Maisonneuve Un membre de votre famille est hospitalisé aux soins intensifs, cette expérience peut être très stressante pour lui et pour vous. Ce guide

Plus en détail

L exploration électrophysiologique

L exploration électrophysiologique L exploration électrophysiologique CHR Namur - Edition 2011 Unité de cardiologie L EXPLORATION ELECTROPHYSIOLOGIQUE. Mettez votre cœur à l aise Sur une demande de votre médecin traitant ou de votre cardiologue,

Plus en détail

La collection des fiches est également disponible en version papier sur www.sparadrap.org > Catalogue > Par types de documents > Fiches pratiques

La collection des fiches est également disponible en version papier sur www.sparadrap.org > Catalogue > Par types de documents > Fiches pratiques Pour guider les enfants dans le monde de la santé Vous venez d apprendre que votre enfant doit avoir un examen ou un soin et vous manquez de temps pour commander la fiche SPARADRAP? Pour vous rendre service,

Plus en détail

ASAD. parce qu on est bien à la maison

ASAD. parce qu on est bien à la maison ASAD parce qu on est bien à la maison 01 L ASAD qui sommes-nous? Parce qu on est bien à la maison, l ASAD met tout en œuvre pour que chacune et chacun, selon sa propre histoire, puisse y rester le plus

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Bienvenue au Centre de santé et des services sociaux du Granit. Vous serez admise à l hôpital pour une césarienne. Votre séjour sera d environ trois à quatre

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins POLITIQUE Code : DSP-029 Instance responsable : Direction des services professionnels Approuvée par : Dr Michel Piraux Approuvée (ou adoptée) au comité de direction le : 5 juin 2013 Adoptée par le conseil

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP)

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) Réponses à vos inquiétudes Pour vous, pour la vie Quel est le principe de l ACP? La technique d analgésie contrôlée par le patient (ACP) que vous propose votre

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION

FORMULAIRE D INSCRIPTION FORMULAIRE D INSCRIPTION DESTINATION : Terre Sainte DEPART : Jeudi 13 Sep, 2012 RETOUR : Dim. 23 Sep, 2012 PRIX VOYAGE / pers. : 3 599 $ (3 499 $ réservez tôt) SUPPLEMENT CHAMBRE INDIVIDUELLE : 560 $ MR

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION

FORMULAIRE D INSCRIPTION détenteur d un permis du Québec FORMULAIRE D INSCRIPTION DESTINATION : COSTA RICA DEPART : 22 février 2014 RETOUR : 03 mars 2014 PRIX VOYAGE / pers. : 2.350 $ (taxes incluses) MR / MME / MLLE NOM : PRÉNOM

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE

POLITIQUE ET PROCÉDURE DIRECTION/PROGRAMME POLITIQUE ET PROCÉDURE Direction des services conseils à la qualité et des soins infirmiers DSCQSI-021 (E) SERVICE APPROUVÉ PAR : DATE : DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : Comité de régie 16

Plus en détail

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 Cette documentation est réservée à l usage du personnel et des médecins du Centre de santé et de services sociaux de Port-Cartier. Les autres lecteurs doivent évaluer

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

3. Aviser le Service de Médecine hyperbare de l Hôtel-Dieu de Lévis : Tél. : 418-835-7121, poste 3812. Cell. : 418-835-7214

3. Aviser le Service de Médecine hyperbare de l Hôtel-Dieu de Lévis : Tél. : 418-835-7121, poste 3812. Cell. : 418-835-7214 1/8 A. ORDRE DES ÉTAPES À SUIVRE 1. Évaluation de l état du sujet Évaluation primaire - Contrôler l environnement, enlever les sources de danger persistantes - Contrôler la température - État de conscience

Plus en détail

Bouton PANIQUE. Idéal pour : Personnes âgées Déficiences physiques Patients Femmes enceintes Médecins Travailleurs de nuit Gérance de logement

Bouton PANIQUE. Idéal pour : Personnes âgées Déficiences physiques Patients Femmes enceintes Médecins Travailleurs de nuit Gérance de logement Votre sécurité c est notre priorité! Bouton PANIQUE Idéal pour : Personnes âgées Déficiences physiques Patients Femmes enceintes Médecins Travailleurs de nuit Gérance de logement bipbippanique.ca Votre

Plus en détail

Couverture par RSA...6. Traitement des demandes de règlement comment fonctionne tripleaccès?...7

Couverture par RSA...6. Traitement des demandes de règlement comment fonctionne tripleaccès?...7 Guide du produit Table des matières L avantage de tripleaccès...3 Correspondance entre l information sur la santé, les soins et la couverture...3 Information...3 Soins...3 Couverture...3 Information par

Plus en détail

DEA, 3 lettres encore trop méconnues

DEA, 3 lettres encore trop méconnues DEA, 3 lettres encore trop méconnues Trois lettres de l alphabet peu connues des professionnels de la santé. Trois lettres qui peuvent sauver la vie. D.E.A: Défibrillateur externe automatisé. Malheureusement

Plus en détail

SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE

SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE Hélène Quevillon, inf. Maître-instructeure de soins avancés en réanimation cardiovasculaire

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT AUX PATIENTS TRAITEMENT DE RADIOCHIRURGIE PAR SCALPEL GAMMA GAMMA KNIFE BIEN COMPRENDRE MON TRAITEMENT POUR MIEUX LE VIVRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT AUX PATIENTS TRAITEMENT DE RADIOCHIRURGIE PAR SCALPEL GAMMA GAMMA KNIFE BIEN COMPRENDRE MON TRAITEMENT POUR MIEUX LE VIVRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT AUX PATIENTS TRAITEMENT DE RADIOCHIRURGIE PAR SCALPEL GAMMA GAMMA KNIFE BIEN COMPRENDRE MON TRAITEMENT POUR MIEUX LE VIVRE Votre médecin vous a recommandé un traitement de radiochirurgie

Plus en détail

POUR VOUS QUI SEREZ OPÉRÉ POUR UNE CHIRURGIE DE L OEIL

POUR VOUS QUI SEREZ OPÉRÉ POUR UNE CHIRURGIE DE L OEIL 23 POUR VOUS QUI SEREZ OPÉRÉ POUR UNE CHIRURGIE DE L OEIL Informations générales sur les étapes entourant votre séjour à l hôpital et votre chirurgie Pour vous, pour la vie En externe, chirurgie d un jour

Plus en détail

Exemple DE PLAN DE COURS UNIQUE (un seul cours)

Exemple DE PLAN DE COURS UNIQUE (un seul cours) Exemple DE PLAN DE COURS UNIQUE (un seul cours) Nom : Patrick Parent Titre du cours: La formule 1 Durée : 60 min École : Des-Grands-Rapides Cycle : 2e Niveau : 4 e année Groupe : 401, 402, 403 Date : 8

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE (FORMATION 14 HEURES)

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE (FORMATION 14 HEURES) HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE (FORMATION 14 HEURES) Unités de formation continue sont émises par la Faculté de l éducation permanente de l Université de Montréal Hélène

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LES DIFFÉRENTES SPÉCIALITÉS MÉDICALES

MIEUX COMPRENDRE LES DIFFÉRENTES SPÉCIALITÉS MÉDICALES MIEUX COMPRENDRE LES DIFFÉRENTES SPÉCIALITÉS MÉDICALES «La crise économique n a rien changé au régime des médecins. On est malade, on guérit et on meurt, que la monnaie soit légère ou lourde», rappelle

Plus en détail

DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants (PR) et répartiteurs médicaux d urgence (RMU)

DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants (PR) et répartiteurs médicaux d urgence (RMU) DATE : 20 mars 2014 EXPÉDITRICE : Docteure Colette D. Lachaîne Directrice médicale nationale des services préhospitaliers d urgence DESTINATAIRES : Techniciens ambulanciers-paramédics (TAP), premiers répondants

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

Formation de premier niveau

Formation de premier niveau Formation de premier niveau Accompagnement à la naissance Formation de base (60h/60 crédits) Formation offerte à toutes et tous ceux qui s intéressent à la périnatalité. Cette formation vous permettra,

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION. Syllabus APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE ANLS RÉANIMATION NÉONATALE

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION. Syllabus APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE ANLS RÉANIMATION NÉONATALE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus APLS SOINS AVANCÉS EN PÉDIATRIE ANLS RÉANIMATION NÉONATALE Hélène Quevillon, inf. Maître instructeur soins avancés en cardiologie (ACLS) Maître instructeur soins

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

PROGRAMME DE CONDUITE AUTOMOBILE FORMULAIRE D INSCRIPTION. Date de la demande : Dossier CRCL : Année Mois Jour INFORMATIONS RELATIVES AU REQUÉRANT

PROGRAMME DE CONDUITE AUTOMOBILE FORMULAIRE D INSCRIPTION. Date de la demande : Dossier CRCL : Année Mois Jour INFORMATIONS RELATIVES AU REQUÉRANT 7005, boul. de Maisonneuve Ouest Montréal (Québec) H4B 1T3 Téléphone : 514 487-1891 poste 347 Sans frais : 1-866-487-1891 Télécopieur : 514 487-2745 PROGRAMME DE CONDUITE AUTOMOBILE FORMULAIRE D INSCRIPTION

Plus en détail

Foire aux questions : Quelle sera la période d attente avant d obtenir une place?

Foire aux questions : Quelle sera la période d attente avant d obtenir une place? Renseignements de préadmission pour le sites Web de MDB octobre 2015 Maimonides Donald Berman dates de visites organizationelles Les visites prend place le premier jeudi de chaque mois à 14h. Les participants

Plus en détail

UNE CHIRURGIE D UN JOUR POUR VOTRE ENFANT

UNE CHIRURGIE D UN JOUR POUR VOTRE ENFANT 23 UNE CHIRURGIE D UN JOUR POUR VOTRE ENFANT Comment aider votre enfant à vivre cette expérience Pour vous, pour la vie Une chirurgie d un jour pour votre enfant Votre enfant aura bientôt une opération

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES)

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES) HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES) Unités de formation continue sont émises par la Faculté de l éducation permanente de l Université

Plus en détail

Un mort au casino. Rapport syndical sur le décès d un employé du Casino de Montréal, le 6 février 2009

Un mort au casino. Rapport syndical sur le décès d un employé du Casino de Montréal, le 6 février 2009 Un mort au casino Rapport syndical sur le décès d un employé du Casino de Montréal, le 6 février 2009 Le Syndicat des employées et employés de la Société des casinos du Québec Le 28 avril 2009 Introduction

Plus en détail

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Unité de Surveillance Continue Médicale (USCM) Madame, Monsieur, L un de vos proches est hospitalisé dans l Unité de Surveillance

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Rapport de mission santé juillet 2015 Au Burkina Faso Au dispensaire et à la maternité de Niou Urgence Afrique

Rapport de mission santé juillet 2015 Au Burkina Faso Au dispensaire et à la maternité de Niou Urgence Afrique Rapport de mission santé juillet 2015 Au Burkina Faso Au dispensaire et à la maternité de Niou Urgence Afrique Introduction Je m appelle Clotilde, j ai 21 ans. Je suis étudiante infirmière en 3 e année.

Plus en détail

Test à envoyer par e-mail à l adresse suivante pedagogie@lyon-bleu.fr

Test à envoyer par e-mail à l adresse suivante pedagogie@lyon-bleu.fr Voici les conditions idéales pour faire le test : 60 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûr(e). Ne devinez pas. pas de dictionnaire, ni de livre de grammaire, ni d'aide extérieure

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

L Hospitalisation domicile

L Hospitalisation domicile L Hospitalisation domicile à S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON SAVOIR SUR L HAD DE LANNION? p 5 QUI EST CONCERNé par l HAD? p 6

Plus en détail

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Joannie Gagné Printemps 2006. Il y a de cela environ un an, j étais assise chez moi à réfléchir à ma vie. J ai étudié pendant trois ans à Québec en Techniques d éducation

Plus en détail

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble!

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble! Direction générale Vous avez mal? Agissons ensemble! Vous avez mal? Vous redoutez de souffrir à cause d une intervention ou d un examen? Un de vos proches est concerné par ce problème? Cette brochure vous

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique

Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique Communiqué de presse Paris, le 2 décembre 2014 Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique MAAF lance «Grave Pas Grave?», le premier service mobile expert d analyse

Plus en détail

Face au risque sismique, chaque jour, je me prépare! Que faire? Avant, Pendant Après

Face au risque sismique, chaque jour, je me prépare! Que faire? Avant, Pendant Après Face au risque sismique, chaque jour, je me prépare! Que faire? Avant, Pendant Après Guide à conserver Que faire? AVA Le matin, je prends toujours un petit-déjeuner avant de partir. A la maison On réalise

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION. sur la coronarographie et la dilatation coronarienne

GUIDE D INFORMATION. sur la coronarographie et la dilatation coronarienne GUIDE D INFORMATION sur la coronarographie et la dilatation coronarienne Table des matières Maladie coronarienne athérosclérotique 1 Coronarographie 2 Dilatation coronarienne 2 Préparation avant l examen

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École primaire Laurentia Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de L ÉCOLE PRIMAIRE LAURENTIA Date : Le 16 novembre 2009 Objet : Expéditrice : Transport des élèves vers les centres

Plus en détail

être hôtesse de l air ou steward

être hôtesse de l air ou steward etre être hôtesse de l air ou steward Louis-Marie Barnier etre hôtesse de l air ou steward Après l embarquement, souhaiter la bienvenue à bord aux passagers. Avant tout rassurer. sommaire 8 Un métier mythique

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Opinion de la Société Parkinson du Québec Accessibilité du médicament «Le NEUPRO» Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013

Opinion de la Société Parkinson du Québec Accessibilité du médicament «Le NEUPRO» Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013 Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013 La mission de la Société Parkinson du Québec (SPQ) est d apporter un appui immédiat aux personnes atteintes de la maladie et à leurs proches

Plus en détail

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie Consultations générales - Cardiologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Michel Nguyen Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

Projet pilote avec M. Rudi Erz, Allemagne Durée : 4 mois

Projet pilote avec M. Rudi Erz, Allemagne Durée : 4 mois Projet pilote avec M. Rudi Erz, Allemagne Durée : 4 mois Thérapie d oxygène energétisé avec l appareil AIRNERGY+ Professional pour la maladie de Parkinson Monsieur Erz avec le chien Jacky 1 Listage des

Plus en détail

Questionnaire Auto-Administré répondants de moins de 65 ans

Questionnaire Auto-Administré répondants de moins de 65 ans B Questionnaire Auto-Administré répondants de moins de 65 ans ID- Ménage ID Indiv 2 3 0 4 2 0 0 Date de l entretien: ID-Enquêteur: Prénom du répondant: "50+ en Europe" Enquête sur la santé, le vieillissement

Plus en détail

«Je suis restée là, figée, à ne rien

«Je suis restée là, figée, à ne rien Prendre soin de soi À quoi s attendre Vous avez un cancer du sein. On n est jamais vraiment prête à recevoir pareille nouvelle. Aussi, l apprendre est-il toujours bouleversant. Le choc du diagnostic pourrait

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

Avantages collectifs. Guide des soins d urgence à l étranger

Avantages collectifs. Guide des soins d urgence à l étranger Avantages collectifs Guide des soins d urgence à l étranger MD MD Conservez la présente brochure et une copie de votre carte d assistance en cas d urgence médicale en voyage avec votre passeport. Ainsi,

Plus en détail

Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein

Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein Julie Guertin, Inf., BACC Scs. Inf., Infirmière clinicienne en don vivant rénale, Hôpital Notre-Dame, CHUM Collaboration de Isabelle

Plus en détail

nowbirds Escapade Migrateur L assurance voyage spécialement conçue pour les longs séjours à l étranger. www.april-international.ca

nowbirds Escapade Migrateur L assurance voyage spécialement conçue pour les longs séjours à l étranger. www.april-international.ca [LA MOBILITÉ] PARTICULIERS nowbirds L assurance voyage spécialement conçue pour les longs séjours à l étranger. www.april-international.ca Changer l image de l assurance. [SNOWBIRDS] L assurance voyage

Plus en détail

Le but de cette politique est d encadrer la gestion des espaces de stationnements au sein du Centre Hospitalier de l Université de Montréal (CHUM).

Le but de cette politique est d encadrer la gestion des espaces de stationnements au sein du Centre Hospitalier de l Université de Montréal (CHUM). DESTINATAIRE : ÉMISE PAR : Toutes les unités administratives Direction des services techniques Émise le : 8 décembre 2014 Révisée le : Approuvé par CA : 16 déc. 2014 (RCA 2014-12-2342) APPROUVÉE PAR :

Plus en détail

Réalisation d une enquête de mesure de satisfaction des patients hospitalisés. I-Satisfaction L'Hôpital du Gier Saint Chamond 59 répondants

Réalisation d une enquête de mesure de satisfaction des patients hospitalisés. I-Satisfaction L'Hôpital du Gier Saint Chamond 59 répondants Nos études et prospectives au service de votre qualité Réalisation d une enquête de mesure de satisfaction des patients hospitalisés I-Satisfaction L'Hôpital du Gier Saint Chamond 59 répondants Août 2014

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Contact presse : Ministère de la Santé et des Sports - 01 40 56 40 14 Sommaire I.

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Maintien des fonctions vitales : quels sont mes choix?

Maintien des fonctions vitales : quels sont mes choix? Q u e s t i o n s e t R é p o n s e s Maintien des fonctions vitales : quels sont mes choix? Lorsque vous devez prendre des décisions au sujet de formes spécifiques de maintien des fonctions vitales, recueillez

Plus en détail

la chirurgie de la cataracte

la chirurgie de la cataracte Guide de préparation à la chirurgie de la cataracte Un livret pour le patient: Guide de préparation à la chirurgie de la cataracte Ce livret vous aidera à comprendre votre chirurgie et à vous y préparer.

Plus en détail

La mort imminente à domicile

La mort imminente à domicile Renseignements pour les personnes soignantes La mort imminente à domicile À quoi s attendre? Que faire? Table des matières À quoi s attendre?... 1 Quand une personne est mourante... 2 Au moment de la mort...

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE

SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus ACLS SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE Hélène Quevillon, inf. Maître instructeur soins avancés en cardiologie (ACLS) Maître instructeur soins avancés en pédiatrie (APLS)

Plus en détail

Introduction. La Séquence

Introduction. La Séquence Recommandations du Conseil Belge de Réanimation (BRC) pour la Réanimation Cardio-Pulmonaire et la Défibrillation Externe Automatisée par les premiers intervenants formés aux techniques de l Aide Médicale

Plus en détail

French translation OAA leaflet. Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir

French translation OAA leaflet. Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir French translation OAA leaflet Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir Nous avons écrit ce fascicule pour vous donner des informations sur les maux de tête qui peuvent

Plus en détail

Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne

Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne FORMULAIRE D INSCRIPTION AU GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE CLIENTÈLE VULNÉRABLE ET ORPHELINE SANS MÉDECIN DE FAMILLE Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne Nom

Plus en détail

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool.

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool. Dossier : fatigue Introduction S endormir au volant peut être fatal. Pourtant, de nombreux conducteurs continuent à conduire alors qu ils se sentent fatigués. Ils pensent pouvoir chasser le sommeil qui

Plus en détail

VOYAGE ASSISTANCE LA GARANTIE QUI VOUS SUIT PARTOUT

VOYAGE ASSISTANCE LA GARANTIE QUI VOUS SUIT PARTOUT VOYAGE ASSISTANCE LA GARANTIE QUI VOUS SUIT PARTOUT Que vous voyagiez pour le travail ou pour le plaisir, votre Régime d assurance collective des chambres de commerce MC est toujours là pour vous. L assurance

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

un curetage Si vous devez subir CLINIQUE DE PLANIFICATION DES NAISSANCES Guide d accompagnement et d enseignement

un curetage Si vous devez subir CLINIQUE DE PLANIFICATION DES NAISSANCES Guide d accompagnement et d enseignement CLINIQUE DE PLANIFICATION DES NAISSANCES - 2705, boulevard Laurier, local 1185, 1er étage Québec (Québec) G1V 4G2 Téléphone : 418 654-2167 poste 1 Fax : 418 654-2172 Guide d accompagnement et d enseignement

Plus en détail

Mesures d urgence lors de cétonémie

Mesures d urgence lors de cétonémie Mesures d urgence lors de cétonémie Que sont les «cétones» - Qu est-ce que la cétoacidose? En cas de carence en insuline dans l organisme, les hydrates de carbone ou les sucres ne peuvent pas entrer dans

Plus en détail

AU VOLANT DE MA SANTÉ

AU VOLANT DE MA SANTÉ AU VOLANT DE MA SANTÉ AÎNÉS, êtes-vous à risque? La conduite automobile est une activité complexe. En fait, plusieurs exigences sont nécessaires pour l exercer, comme de : > bien connaître les règles

Plus en détail

Rapport de stage ANEMF

Rapport de stage ANEMF Rapport de stage ANEMF Introduction A l issue de ma 6ème année de médecine, j ai décidé de voir comment se passait la médecine ailleurs. Restait à choisir quelle destination, bien sur il était plus facile

Plus en détail

Assurance invalidité de courte durée. Déclaration du salarié

Assurance invalidité de courte durée. Déclaration du salarié Assurance invalidité de courte durée Déclaration du salarié Déclaration du salarié Assurance invalidité de courte durée Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander des prestations

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

P.M. Si on commençait cette rencontre par des souvenirs plus anciens que les souvenirs professionnels?

P.M. Si on commençait cette rencontre par des souvenirs plus anciens que les souvenirs professionnels? , vol. 26, no. 1, 2005 RENCONTRE AVEC Guy FOURNIER (1925-2005) Guy Fournier raconte d abord sa «rencontre» avec la psychologie en la personne du père Mailloux. Ses souvenirs portent ensuite sur son travail

Plus en détail

Du collectif à l individuel Avantage Retraite MC est là pour vous!

Du collectif à l individuel Avantage Retraite MC est là pour vous! Du collectif à l individuel Avantage Retraite MC est là pour vous! Vous prenez votre retraite? Souscrivez l assurance maladie et l assurance vie facultative d Avantage Retraite, sans preuves d assurabilité.

Plus en détail