Accompagner des patients en déplacements - Infiressources rencontre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Accompagner des patients en déplacements - Infiressources rencontre"

Transcription

1 Accompagner des patients en déplacements - Infiressources rencontre Claire-Andrée Frenette-Leclerc, inf., Ph.D. Septembre 2012 Une infirmière accompagnatrice de patients en déplacements se raconte : Jacinthe Gagné, née le 13 mai 1953 à St-Rémi de Napierville au Québec, a obtenu son DEC en soins infirmiers au CÉGEP Saint-Jean-sur-Richelieu en Elle a travaillé à l Hôpital St-Luc de Montréal de Montréal (CHUM), notamment aux soins intensifs médicaux et chirurgicaux, à l unité coronarienne et en tout dernier à la salle de réveil. Elle a pris sa retraite en décembre Infiressources l a rencontrée pour qu elle nous parle de ses activités d accompagnement vers divers centres d examens ou de traitements pour des patients de l Hôpital du Haut-Richelieu de Saint-Jean-sur-Richelieu, sa ville de résidence située à 40 kilomètres de Montréal et à 125 kilomètres de Sherbrooke, là où se font la plupart des transports de patients. Infiressources : Comment en êtes-vous venue à occuper ce poste d infirmière d accompagnement? J.G. J ai pris ma retraite en décembre Comme j avais encore beaucoup d énergie en réserve, j étais allée rencontrer les gestionnaires des Soins infirmiers de l Hôpital du Haut-Richelieu en leur proposant mes services pour faire de l accompagnement de patients. Pendant mes années de travail à Montréal, j avais souvent rencontré de telles infirmières et cela m intéressait. Elles m avaient répondu : «Nous avons besoin de quelqu un. Il y a trois infirmières régulières à ce poste et, parmi elles, deux sont en préretraite.» En pratique, j ai commencé à travailler le 3 janvier 2010 et j ai presque toujours travaillé à temps plein depuis; je ne travaille jamais les fins de semaine. Mon contrat est très simple : si l hôpital n a plus besoin de moi, je pars et si je décide que je veux partir, je suis libre de le faire. J ai un poste de retraitée et je n accumule pas d ancienneté dans l hôpital. Infiressources : Est-ce que tous les patients sont transportés en ambulance ou s il existe d autres modes de transport? JG. À Saint-Jean, il y a quatre modes de transport pour l extérieur : 1. Si l état du patient l exige, le transport se fait par ambulance avec une infirmière et le personnel requis; 2. Il existe aussi un modèle de transport médical avec fauteuil gériatrique, d un, deux ou 3 1

2 patients accompagnés d une ou de deux infirmières, dans un minibus équipé d un défibrillateur et d oxygène; 3. Le taxi adapté ou la fourgonnette où l infirmière apporte le matériel : bonbonne d oxygène de l hôpital, si nécessaire, fauteuil gériatrique. Le conducteur n a pas de formation particulière pour aider l infirmière, contrairement au conducteur du minibus qui a une formation de style RCR. 4. Le taxi ordinaire est utilisé par des patients qui arrivent de la maison (exemple patients hémodialysés) et qui auront besoin de l accompagnement d une infirmière à leur retour de l examen. L hôpital qui fait l examen ne s occupe pas du suivi, c est l hôpital d origine qui est responsable du patient et qui fournit le transport et l accompagnement. Selon l état du patient, il y a des accompagnements par des infirmières, des infirmières-auxiliaires, des préposés et par des bénévoles. Infiressources : Quel est l intérêt de ce travail pour une infirmière? C est un travail qui est moins stressant que le travail hospitalier, du moins pour moi. Je n ai pas à côtoyer de nombreux intervenants, je suis seule avec mon patient. J en ai la totale responsabilité, c est moi qui évalue, qui juge et qui décide. Je dois lui assurer les mêmes soins, de la même qualité que s il était à l hôpital, que ce soit dans une unité régulière ou s il provient des soins intensifs, qu il soit sous moniteur, qu il reçoive sa médication par pompe, per os ou par voie intraveineuse. C est un service privilégié autant pour l infirmière que pour le patient. Je ne fais jamais d accompagnement pour les enfants ni pour les femmes enceintes. Ce sont des clientèles que je ne connais pas. Je n ai jamais travaillé ni en obstétrique ni en pédiatrie, encore moins en néonatalogie. Je ne connais pas les médicaments. Plusieurs infirmières sont mal à l aise avec ces patients et, souvent, c est une infirmière de l unité de soins qui va faire le transport. Infiressouces : Et pour le patient? Je pense que le patient est privilégié parce que je lui donne un soutien moral, un soutien empathique; c est un soutien privé, une aide contre le stress, je lui fais de l enseignement. J ai de nombreuses occasions d intervenir et j ai le temps de l écouter. Les patients aiment bien jaser en général, ils font facilement des confidences à l infirmière qui reste à ses côtés pendant quelques heures. Ils n ont pas tellement souvent l occasion de se raconter quand ils sont à l unité de soins, car les infirmières travaillent sous pression et n ont pas tellement le temps de s arrêter aux confidences même si elles veulent agir avec empathie. Parfois, je détecte des choses que je communique aux gens de l étage quand je reviens. Infiressources : Comment se fait votre premier contact sur l unité de soins? JG. C est moi qui vais chercher le patient sur l étage. Avant de le rencontrer, je dois suivre une certaine routine qui me permet d assurer sa sécurité pendant le transport. 2

3 Dans mon horaire, j ai 15 minutes allouées pour connaitre son historique d hospitalisation, ce qui est important pour être capable de réagir correctement à toute situation d urgence hors du contexte de l hôpital. J arrive habituellement à l hôpital beaucoup plus tôt que l heure fixée, car parfois les situations sont très complexes : sa médication actuelle et à la maison, ses antécédents médicaux, chirurgicaux et personnels, le pourquoi de cet examen, sa mobilité, ses résultats de laboratoire, son orientation dans l espace et le temps, son degré d anxiété face à cet examen, son degré de compréhension de l examen à venir, les traitements réalisables hors du milieu hospitalier, etc. J obtiens tous ses renseignements au dossier et auprès de l infirmière soignante du patient. Je dois vérifier si le patient risque d avoir besoin d analgésique pendant la journée et au besoin, je demande aux infirmières de me fournir ce qu il faut pour le temps de l absence de l hôpital. Je peux toujours en obtenir de l hôpital d examen, mais c est très compliqué; il faut avoir la prescription avec soi ce qui n est pas très réaliste et c est difficile de se pointer à l urgence... C est beaucoup mieux de prévoir. Je dois penser à la médication de la journée si le patient n est pas à jeun. S il est nauséeux, il faut apporter un antinauséeux. Il faut que je sois très vigilante selon la sorte d examen que le patient devra subir. Par exemple, pour un patient allergique à l iode, il faut prévoir une préparation particulière. En présence d insuffisance rénale, les produits de contrastes iodés peuvent augmenter le problème et selon le protocole, pour protéger les reins, il doit recevoir trois doses de Mucomyst per os avant le traitement et/ou une perfusion intraveineuse de bicarbonate. Si je me rends compte en vérifiant le dossier qu il ne l a pas reçu, je vais faire annuler l examen, car je sais que le médecin de l hôpital où se fera l examen va le refuser. Si j amène un patient à Sherbrooke pour une tomographie par émission de positrons (PET-scan ou TEP scan), je dois vérifier sa glycémie, car il peut être refusé. En effet, pour l examen, on injecte une certaine quantité de glucose et il ne faut pas que la glycémie soit trop élevée. Récemment, une nouvelle infirmière a dû revenir de Sherbrooke avec son patient pour cette raison. C est sûr qu on apprend, mais le coût pour le patient et pour le système de santé est pas mal élevé. Parfois, il faut juste retarder l examen et on peut garder le rendez-vous dans la même journée. Pour le transport, je me suis fabriqué une grosse valise sur roulettes avec un petit coffre où j ai des Jelco, des seringues, des aiguilles, des garrots, du diachylon, des compresses, un masque d oxygène, des gants, etc. Je fais le plein de matériel à l Hôpital du Haut- Richelieu. Je traîne aussi toute ma documentation sur la compatibilité des médicaments, documentation pour l enseignement aux patients, etc. 3

4 Les protocoles sont très bien structurés pour les examens à l extérieur. Quel que soit l hôpital où le patient doit se rendre 1, nous avons un protocole informatisé. Tout est là. La préparation physique, quel médicament donner ou ne pas donner avant l examen, la surveillance des résultats d analyse : par exemple, si on n a pas vérifié le temps de coagulation avant de partir, le patient risque de voir son examen annulé et repris un autre jour. Même si le protocole est mis au dossier à l annonce de l examen, il arrive que, sur l unité de soins, l on oublie de le vérifier en se fiant que l infirmière du transport le fera : il est parfois trop tard et le rendez-vous peut être manqué. Les protocoles sont mis à jour régulièrement. Contact avec les patients Quand j arrive le matin, les patients sont bien contents de me voir. C est souvent une source d anxiété pour eux de sortir de l hôpital pour passer un examen. Souvent, ils ont des questions et ils en profitent à mon arrivée. Même la manière de se vêtir pour aller dans un autre hôpital peut devenir une source de stress : jaquette d hôpital ou habits civils? Lunettes? Sous-vêtements? Ce n est pas toujours évident. Souvent le personnel ne sait pas trop quoi répondre et c est moi qui le fais, car je suis habituée à accompagner les patients. Il faut démystifier. Je dois faire de l enseignement, je dois renseigner les patients. Souvent, ils ne savent pas à quoi s attendre au sujet de l examen. Ou bien, ils n ont pas demandé la question ou bien l infirmière ou l auxiliaire ne savait pas trop quoi répondre. Encore là, mon expérience me permet de vraiment bien expliquer : quel transport allons-nous utiliser, où est-ce qu on va attendre avant l examen, comment se fait l examen, est-ce qu il faut attendre suite à l examen, est-ce que l examen sera douloureux? Beaucoup de questions auxquelles le patient est bien content que je puisse répondre. Je ne suis pas certaine que les malades enregistrent tout ce que je leur dis, car ils sont énervés mais c est facile de compléter sur place si d autres questions se posent. J insiste sur le fait qu on sait à quelle heure nous quittons l hôpital, mais qu on ne peut jamais préciser à quelle heure nous allons revenir. Dans les hôpitaux où nous allons, les malades proviennent de plusieurs centres et le statut de chacun est particulier, leur état plus ou moins urgent. Ce sont les spécialistes de l hôpital qui décident de l heure de l examen et de l ordre de passage des patients. Une seule chose est certaine, c est que le patient va passer son examen au cours de cette journée-là. Il faut aussi vérifier la préparation physique du malade, notamment le rasage de la zone d insertion d un cathéter par exemple. Il faut s assurer que le soluté est au bon endroit, au bon bras. Si j arrive à 6 heures du matin pour le transport et que le soluté est 1 Maisonneuve, Notre-Dame, Hôtel-Dieu (Montréal), Charles-Lemoyne, Pierre-Boucher, (Rive-Sud de Montréal), CHU de Sherbrooke 4

5 placé du mauvais côté, je dois parfois me résoudre à attendre de le replacer sur les lieux de l examen. Relations avec le patient pendant le transport pour examen ou traitement J ai une relation bien privilégiée avec le malade. Dans plusieurs hôpitaux, l attente avant l examen et le suivi après celui-ci se passe dans les corridors. Les temps d attente s avèrent parfois assez longs et je ne laisse jamais un patient seul; s il était nécessaire que je l accompagne pendant le transport, il s impose que je reste avec lui pendant l attente de l examen ou du traitement. Il y a des patients avec qui je développe un sentiment particulier. Pendant une journée complète avec un patient, il y a des liens qui se tissent. J ai eu une patiente toute jeune, dans la vingtaine qui souffrait d un cancer. Son conjoint était venu avec nous. Nous avions passé la journée ensemble, le couple et moi. Ils étaient très «symbiotiques». Je les ai accompagnés une autre fois pour d autres examens quelques mois plus tard. Ils m ont raconté plein de choses, des choses très intimes. Ils étaient comme à nu. Pendant l examen, j avais parlé avec le conjoint; il avait partagé ses inquiétudes et j avais le temps de lui offrir l occasion de s exprimer. C est par le journal que j avais ensuite appris le décès de la patiente et j en avais été très émue. Après l examen, je suis seule responsable de faire un suivi; selon la procédure, je dois vérifier sa tension artérielle, surveiller sa respiration, son état de conscience et les sites de ponctions pour détecter tout signe hémorragique, etc. En général, personne ne s occupe de moi ou de mon patient. L examen est un service «vendu» par un hôpital à une autre institution; il n est pas responsable de la préparation du malade, ni du suivi après l examen. C est moi qui décide du moment du retour, personne ne me donne de permission ou de consigne, sauf parfois le médecin. Je juge du moment du départ, du moyen de transport à utiliser en fonction de la sécurité du client. Si on demande l ambulance pour le retour, il faut attendre son arrivée. Quand un patient vient de St-Jean vers Montréal en ambulance, l ambulancier nous dépose à l hôpital et il s en va; pour des raisons de budget, c est Urgence santé qu il faut appeler pour le retour. Avec eux, nous ne sommes pas prioritaires et on peut attendre longtemps. Plus la journée passe, les patients deviennent parfois «impatients» et fatigués. C est aussi à ce niveau que mon rôle de soutien peut devenir important pour le bien-être du malade. Infiressources : En plus du transport pour examen ou traitement, avez-vous d autres expériences d accompagnement? J ai longtemps travaillé aux soins intensifs, je me sens à l aise avec ces patients. Je n ai aucun problème avec les cas d urgence par traumatismes, les accidentés par exemple qui vont en neurochirurgie, ou encore les patients cardiaques. J aurais aimé pouvoir faire 5

6 toutes les urgences, mais c est impossible, car il y a une contrainte de temps : quand un transport en ambulance est annoncé pour un cas d urgence, il faut être en route dans les quinze minutes qui suivent la demande et quand je suis à la maison, cela me prend entre 17 et 18 minutes pour me rendre à l hôpital et c est un minimum. Évidemment, quand je suis dans l hôpital et qu on annonce un transport d urgence, c est avec grand plaisir que je le fais. L organisation du transport se fait avec les ambulanciers : l un d eux conduit le véhicule et l autre reste à l arrière avec moi. C est moi qui suis responsable, mais on travaille en équipe. S il faut faire un massage, s il faut utiliser le défibrillateur, l ambulancier va le faire, car c est son équipement. Parfois si le patient n est pas stable, un médecin nous accompagne et gère l administration de la médication. C est surtout pour les patients cardiaques. J ai des protocoles qui sont précisés au départ si le médecin ne vient pas. Nous travaillons réellement en collaboration, la situation ne se prête généralement pas aux conflits. Il arrive qu un inhalothérapeute vienne aussi et nous nous partageons les tâches. Chacun a sa place et son rôle. Avec les accidentés, la famille est souvent en stress intense, les gens ne savent pas comment réagir et quoi faire. Nous ne laissons monter personne de la famille dans l ambulance, mais je m assure d avoir les numéros de téléphone, les coordonnées de téléphones cellulaires pour pouvoir communiquer avec eux rapidement. «On s en va à tel hôpital. Je vais vous appeler dès que nous serons sur place et je vais vous donner des nouvelles. Je vais aussi donner vos coordonnées aux gens de l hôpital pour que vous puissiez communiquer.» Plusieurs décident de nous suivre en auto, mais nous les avertissons que nous devrons rouler rapidement et que, légalement, ils ne peuvent pas suivre l ambulance. Évidemment, il arrive que certains nous suivent et on ne peut rien faire pour les empêcher. Il arrive même que sur la route, certains automobilistes se faufilent derrière l ambulance et profitent impunément du corridor ainsi créé. Là encore, on ne peut rien faire. Donc, mon rôle comme infirmière est de communiquer avec la famille et de leur donner de l information sur l état et la situation de leur malade. On peut faire des transferts sélectifs pour des chirurgies cardiaques dans des hôpitaux de Montréal quand le patient hospitalisé à St-Jean figure sur leur liste opératoire. Normalement, avec l Institut de cardiologie de Montréal, il s agit de patients qui y sont déjà suivis et qui veulent y retourner. Normalement, notre hôpital de référence en chirurgie cardiaque, c est l Hôtel-Dieu de Montréal, car les cardiologues viennent à St- Jean pour les consultations. Jusqu à récemment, pour la radio-oncologie, nous allions à Montréal, mais tout récemment, un service externe a ouvert à l Hôpital Charles-Lemoyne qui est beaucoup plus proche. Toutes les demandes de radiothérapie y sont donc dirigées et c est eux qui font les transferts de demandes à Maisonneuve le cas échéant. Ils acceptent de plus en 6

7 plus de patients et pour une variété de plus en plus grande de traitements. Les patients qui sont à la maison et qui doivent subir une radiothérapie ne bénéficient pas de l accompagnement, ils se rendent avec un membre de leur famille ou quelqu un d autre. Si le patient est hospitalisé, il doit être accompagné par quelqu un qui le prend en charge durant le transport vers l autre centre hospitalier, cela peut être un membre de sa famille, mais le transport est de la responsabilité de l hôpital. S il n a aucune médication à recevoir et qu il n a pas de traitement ou de soluté, il peut être accompagné d un préposé à défaut d un membre de sa famille. S il a un soluté, cela peut être une infirmièreauxiliaire, mais s il reçoit des médicaments intraveineux, alors ce sera l infirmière qui sera du voyage. La radiothérapie palliative a pour but de soulager la douleur et de diminuer le volume d une masse qui comprime un organe quelconque. Le service a un protocole de cinq traitements, un traitement par jour, qui apportent souvent du soulagement au malade en fin de vie. Pour ces patients en particulier, c est aidant que le voyage soit plus court parce qu il n a pas à se rendre à Montréal. Si le patient est très souffrant, le voyage se fait en ambulance, c est une question de jugement pour le confort du patient. Si je me rends compte que le choix du transport est inapproprié, ou bien je modifie la demande sur place si c est possible, ou bien je le fais pour la fois suivante. Les demandes sont quotidiennes et on peut toujours s ajuster aux circonstances. Malheureusement, c est rarement la même personne qui fait l accompagnement, car il y a beaucoup des demandes et le choix des accompagnateurs est fait selon les besoins des patients. Dans mon cas, par exemple, on me demande habituellement d accompagner les «cas de moniteur cardiaque» à cause de mon expérience aux soins intensifs; c est certain qu au choix, on ne m enverra pas accompagner quelqu un pour une radiothérapie. Avec les patients cardiaques, nous avons des protocoles à suivre pour le transport normal et en cas d urgence. Par exemple, chez un patient qui est transféré pour la mise en place d un pacemaker, je dois surveiller ses signes vitaux et donner la médication du protocole s il devient bradycarde. Je me souviens d un patient qui s était détérioré pendant le transport en minibus. J avais appelé le 911, le chauffeur avait donné ses coordonnées et l ambulance Cetam de Brossard était venue le chercher en route. Nous avions d ailleurs eu un petit problème technique de transport : on s en allait à l Hôtel- Dieu de Montréal; l ambulance Cetam de Brossard appartenait au secteur de Brossard et son hôpital de référence, l hôpital le plus proche, était Charles-Lemoyne sur la Rive-Sud de Montréal. Il avait appelé l Urgence de Charles-Lemoyne pour demander la permission d amener directement le patient à l Hôtel-Dieu, ce qui lui fut accordé par l urgentologue en charge. C était beaucoup plus logique. Une autre fois, je revenais d une coronarographie avec un patient et celui-ci avait fait un choc vagal à bord du transport médical avec fauteuil gériatrique. Il était sous moniteur. Il avait bien réagi aux manœuvres : baisser le dossier du fauteuil (donc la tête), augmenter 7

8 le débit du soluté, l asperger avec une bouteille d eau pour le rafraichir. On prend les moyens à notre disposition. En étant seule, on ne peut compter que sur nos connaissances, notre expérience, notre jugement et notre débrouillardise. Bien entendu, je m étais efforcée de le rassurer Finalement, tout était rentré dans l ordre, mais sinon, j aurais demandé l aide du 911. Il ne faut surtout pas paniquer. Normalement, nous avons le temps de faire un seul transport par jour. Il peut arriver qu un deuxième transport advienne, mais c est plutôt rare. Les tempêtes, le trafic routier, tout cela n a aucune importance pour moi, car les transporteurs connaissent leur travail et je n ai jamais à me préoccuper de la météo ou de l état des routes. C est génial! Infiressouces : Si je comprends bien, vous appréciez votre travail JG. Je fais de l accompagnement de malades depuis plus de deux ans maintenant et j aime vraiment ce travail. Toutefois, je pense que c est mieux d avoir de l expérience en milieu hospitalier avant de commencer une telle carrière. Sur les unités de soins, les nouvelles infirmières sont encadrées, elles prennent de l expérience à partir des situations qu elles rencontrent et elles sont davantage en sécurité (et les patients aussi); elles ont une équipe multidisciplinaire pour interagir avec elles et répondre à leurs questions. Par contre, en fin de carrière, pour une infirmière qui a de l expérience, notamment aux urgences ou aux soins critiques, c est un travail idéal. L expérience de travail fait que l infirmière expérimentée est moins tendue, moins stressée. Quand j accompagne les patients, je constate que les infirmières que je rencontre viennent de partout, et que plusieurs ont une bonne expérience des soins intensifs ou d urgence. L expérience de vie a aussi une grande importance : accompagner des gens âgés pendant toute une journée peut sembler inintéressant pour une très jeune infirmière. Malheureusement, j ai vu des jeunes accompagnatrices, pas nécessairement des infirmières, qui sont assises avec leur malade et qui «jouent» avec leur iphone. Cela me chamboule complètement. Ce n est pas cela accompagner un patient. Avec le téléphone cellulaire, le patient est exclu et il a pourtant besoin de soutien. Je vois très rarement des «vieilles» infirmières qui ont ce comportement. Si le patient veut se reposer et avoir la paix, je le laisse tranquille, mais le téléphone cellulaire me paraît un écran à la communication. Le plus que je m autorise est de toujours avoir un livre de lecture dans mon sac à main; je le sors si le patient dort, s il se repose ou quand il est en examen et que je dois rester à l extérieur de la salle. Accompagner un malade n est pas une assignation banale qu il s agisse d une sortie en vue d un examen, d un traitement ou encore pour le surveiller pendant le transport vers un hôpital spécialisé. Je suis seule avec lui et j en suis entièrement responsable pour la durée de l accompagnement. Comme je le dis au malade au moment du départ : «Je suis votre ange gardien pour la journée.» 8

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP)

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) Réponses à vos inquiétudes Pour vous, pour la vie Quel est le principe de l ACP? La technique d analgésie contrôlée par le patient (ACP) que vous propose votre

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION

FORMULAIRE D INSCRIPTION détenteur d un permis du Québec FORMULAIRE D INSCRIPTION DESTINATION : COSTA RICA DEPART : 22 février 2014 RETOUR : 03 mars 2014 PRIX VOYAGE / pers. : 2.350 $ (taxes incluses) MR / MME / MLLE NOM : PRÉNOM

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 Cette documentation est réservée à l usage du personnel et des médecins du Centre de santé et de services sociaux de Port-Cartier. Les autres lecteurs doivent évaluer

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

P.M. Si on commençait cette rencontre par des souvenirs plus anciens que les souvenirs professionnels?

P.M. Si on commençait cette rencontre par des souvenirs plus anciens que les souvenirs professionnels? , vol. 26, no. 1, 2005 RENCONTRE AVEC Guy FOURNIER (1925-2005) Guy Fournier raconte d abord sa «rencontre» avec la psychologie en la personne du père Mailloux. Ses souvenirs portent ensuite sur son travail

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

D où viennent nos émotions

D où viennent nos émotions D où viennent nos émotions Il y a des émotions qui sont vraiment désagréables : l anxiété, la culpabilité, la colère, les grosses rages qui nous réveillent la nuit, la dépression, la tristesse, la peur,

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

Foire aux questions : Quelle sera la période d attente avant d obtenir une place?

Foire aux questions : Quelle sera la période d attente avant d obtenir une place? Renseignements de préadmission pour le sites Web de MDB octobre 2015 Maimonides Donald Berman dates de visites organizationelles Les visites prend place le premier jeudi de chaque mois à 14h. Les participants

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

UNE CHIRURGIE D UN JOUR POUR VOTRE ENFANT

UNE CHIRURGIE D UN JOUR POUR VOTRE ENFANT 23 UNE CHIRURGIE D UN JOUR POUR VOTRE ENFANT Comment aider votre enfant à vivre cette expérience Pour vous, pour la vie Une chirurgie d un jour pour votre enfant Votre enfant aura bientôt une opération

Plus en détail

POUR VOUS QUI SEREZ OPÉRÉ POUR UNE CHIRURGIE DE L OEIL

POUR VOUS QUI SEREZ OPÉRÉ POUR UNE CHIRURGIE DE L OEIL 23 POUR VOUS QUI SEREZ OPÉRÉ POUR UNE CHIRURGIE DE L OEIL Informations générales sur les étapes entourant votre séjour à l hôpital et votre chirurgie Pour vous, pour la vie En externe, chirurgie d un jour

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

VOYAGE ASSISTANCE LA GARANTIE QUI VOUS SUIT PARTOUT

VOYAGE ASSISTANCE LA GARANTIE QUI VOUS SUIT PARTOUT VOYAGE ASSISTANCE LA GARANTIE QUI VOUS SUIT PARTOUT Que vous voyagiez pour le travail ou pour le plaisir, votre Régime d assurance collective des chambres de commerce MC est toujours là pour vous. L assurance

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Rencontre avec Mylène, le 10.03.15

Rencontre avec Mylène, le 10.03.15 Rencontre avec Mylène, le 10.03.15 Mylène : Bonjour, j ai 24 ans. Je suis Asperger. Je l ai découvert il y a deux ans ; le cours «acquisition et dysfonctionnement» m a aidée à en savoir plus. J ai rencontré

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Assurance invalidité de courte durée. Déclaration du salarié

Assurance invalidité de courte durée. Déclaration du salarié Assurance invalidité de courte durée Déclaration du salarié Déclaration du salarié Assurance invalidité de courte durée Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander des prestations

Plus en détail

Semer, fertiliser et récolter vos objectifs

Semer, fertiliser et récolter vos objectifs Semer, fertiliser et récolter vos objectifs Psychologue du travail, coach et conférencière Tél: 819 849-9016 Courriel: pierretted@lincsat.com Site internet: www.pierrettedesrosiers.com Plan: Atteindre

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail

AU VOLANT DE MA SANTÉ

AU VOLANT DE MA SANTÉ AU VOLANT DE MA SANTÉ AÎNÉS, êtes-vous à risque? La conduite automobile est une activité complexe. En fait, plusieurs exigences sont nécessaires pour l exercer, comme de : > bien connaître les règles

Plus en détail

PRÉAMBULE CONSULTATION. Dans ce document, vous trouverez :

PRÉAMBULE CONSULTATION. Dans ce document, vous trouverez : CONSULTATION La structure des régimes couvrant les garanties d assurance médicaments, maladie complémentaire et soins dentaires dans le contrat d assurance collective Automne 2013 1 PRÉAMBULE La participation

Plus en détail

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Écrit par Jocelyn Théoret, directeur en gestion de l expérience client, Groupe-conseil en stratégie et performance de Raymond Chabot Grant Thornton, en collaboration avec

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Mon argent pour la vie

Mon argent pour la vie Mon argent pour la vie Bâtir son épargne. Protéger ses avoirs. Prendre sa retraite en toute confiance. QUESTIONNAIRE SUR LE STYLE DE VIE À LA RETRAITE NAME DATE CURRENT AGE AGE YOU HOPE TO RETIRE La vie

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

La mort imminente à domicile

La mort imminente à domicile Renseignements pour les personnes soignantes La mort imminente à domicile À quoi s attendre? Que faire? Table des matières À quoi s attendre?... 1 Quand une personne est mourante... 2 Au moment de la mort...

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

www.axa.be l assurance de votre appartement sur base du nombre de mètres carrés offre appartements SUPER AVANTAGEUX

www.axa.be l assurance de votre appartement sur base du nombre de mètres carrés offre appartements SUPER AVANTAGEUX votre courtier en assurances ou Agent bancaire AXA Cette brochure n est bien entendu pas exhaustive. N hésitez pas à faire appel à votre courtier en assurances ou à votre Agent bancaire AXA pour plus d

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

ASSURANCE COLLECTIVE RÉSUMÉ DES GARANTIES. Régime d assurance collective multi-employeur RAPNQ-RBA

ASSURANCE COLLECTIVE RÉSUMÉ DES GARANTIES. Régime d assurance collective multi-employeur RAPNQ-RBA ASSURANCE COLLECTIVE RÉSUMÉ DES GARANTIES Régime d assurance collective multi-employeur RAPNQ-RBA Mars 2014 des garanties d assurance Assurance vie de base Adhérent Option 1 : 1 fois le salaire annuel

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Contexte de SI - Les ambulances du Maurin

Contexte de SI - Les ambulances du Maurin Contexte de SI - Les ambulances du Maurin Description Propriétés Intitulé long Formation concernée Matière Présentation Notions Transversalité Outils Mots-clés Durée Auteur(es) Description Planifications

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

Qualité de vie des résidents en EMS: Perspectives croisées

Qualité de vie des résidents en EMS: Perspectives croisées PIHET Sandrine ETTER Stéphanie Qualité de vie des résidents en EMS: Perspectives croisées JOURNÉE DE RÉFLEXION DE L AFIPA 10.09.2014 UNE ENQUÊTE DE PLUS? 4 domaines couverts en 6 à 8 points: Autonomie

Plus en détail

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens!

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Daniel est un étudiant de quatrième année en génie minier à l Université de la Colombie-Britannique. Il aimerait travailler pour

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Les formulaires ci-après doivent être présentés dans les dix jours ouvrables suivant le début

Plus en détail

Questions et réponses concernant les assurances

Questions et réponses concernant les assurances ASSURANCES Questions et réponses concernant les assurances Partie I Assurance maladie médicaments voyage et annulation de voyage Assurance voyage 1. Mon assurance voyage couvre-t-elle les bagages? Non.

Plus en détail

Votre bébé a besoin de soins spéciaux

Votre bébé a besoin de soins spéciaux Votre bébé a besoin de soins spéciaux Ce guide se veut un document de référence afin de favoriser une meilleure compréhension de tous les aspects entourant la venue d un enfant prématuré ou malade. Il

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES ADOS ET JEUNES ADULTES LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES Sous le parrainage de : La 7 e Journée Française de l Allergie est organisée par : Avec le soutien de : En partenariat avec : Allergie, j agis!

Plus en détail

Service du secrétariat général Responsable du dossier des assurances

Service du secrétariat général Responsable du dossier des assurances GUIDE DE PLANIFICATION DES ACTIVITÉS ET DE PRÉVENTION DES ACCIDENTS Activités à l extérieur de l école Septembre 2006 Guide PRÉAMBULE Ce guide constitue un outil destiné au personnel de la Commission scolaire

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test INTRODUCTION Le travail de paramédic nécessite une capacité physique supérieure à celle de la population moyenne. En effet, ceux-ci

Plus en détail

MERCI. Pour plus de renseignements, appelez Sherbrooke Ville en Santé au 819 563-3774, poste 21

MERCI. Pour plus de renseignements, appelez Sherbrooke Ville en Santé au 819 563-3774, poste 21 MERCI Au Centre de recherche sur le vieillissement qui a contribué à l élaboration et à la mise en œuvre de ce projet. À la Société de transport de Sherbrooke pour ses jetons gratuits en période d apprentissage.

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

La douleur chronique : témoignage de patiente

La douleur chronique : témoignage de patiente La douleur chronique : témoignage de patiente A lire sur place Jocelyne PADERI Jocelyne PADERI La complexité de la douleur chronique 14èmes rencontres du Réseau Régional Douleur en Basse Normandie CAEN

Plus en détail

Le programme de soutien des soins primaires pour diabétiques de London : Des soins pour diabétiques différents

Le programme de soutien des soins primaires pour diabétiques de London : Des soins pour diabétiques différents Le programme de soutien des soins primaires pour diabétiques de London : Des soins pour diabétiques différents S U C C E S S S T O R Y 1 Diabetes Care with a Difference: The London Primary Care Diabetes

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

Assurance voyage BMO. Protection médicale en voyage unique et annuelle Protection voyage unique

Assurance voyage BMO. Protection médicale en voyage unique et annuelle Protection voyage unique Assurance voyage BMO Protection médicale en voyage unique et annuelle Protection voyage unique Vous pouvez voyager sans tracas Lorsque vous voyagez, vous ne vous attendez pas à perdre vos bagages, à ce

Plus en détail

Flex BleueMD L assurance santé des personnes sans assurance collective de 18 à 59 ans

Flex BleueMD L assurance santé des personnes sans assurance collective de 18 à 59 ans Flex BleueMD L assurance santé des personnes sans assurance collective de 18 à 59 ans Table des matières Introduction... 3 Couverture de base Hospitalisation et services diagnostiques... 4 Assurance santé

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Stratégies favorisant ma réussite au cégep

Stratégies favorisant ma réussite au cégep Source de l image :daphneestmagnifique.blogspot.ca Stratégies favorisant ma réussite au cégep par Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy Table des matières UN GUIDE POUR TOI!... 2 STRATÉGIES DE GESTION

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Séminaire du Pôle Santé

Séminaire du Pôle Santé 1 Séminaire du Pôle Santé Les télésoins à domicile au Québec représentent-ils une solution économiquement viable? Guy Paré, Ph.D., MSRC Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en technologies de

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central sans valve (irrigation avec héparine) Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Guide. Chirurgie d un jour. Enfant (moins de 14 ans) HÔPITAL DE MARIA RÉVISÉ NOVEMBRE 2006

Guide. Chirurgie d un jour. Enfant (moins de 14 ans) HÔPITAL DE MARIA RÉVISÉ NOVEMBRE 2006 Guide Chirurgie d un jour Enfant (moins de 14 ans) RÉVISÉ NOVEMBRE 2006 HÔPITAL DE MARIA Chirurgie d un jour Contenu Avant la chirurgie... 2 À l unité de soins... 4 Au départ pour la salle d opération...

Plus en détail

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL?

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? R. Le Centre de crise pour les victimes de viol est un groupe de femmes qui apporte son soutien aux femmes qui ont vécu une expérience

Plus en détail

La franchise médicale en pratique

La franchise médicale en pratique Information presse le 26 décembre 2007 La franchise médicale en pratique La franchise médicale s applique à partir du 1 er janvier 2008 sur les boîtes de médicaments, les actes paramédicaux et les transports

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

A/ Vie pratique : Logement :

A/ Vie pratique : Logement : A/ Vie pratique : Logement : Au cours de mon année universitaire à Wrexham, j ai logé en résidence universitaire. Wrexham village est l une des deux résidences universitaires situées au sein même du campus

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Certaines situations de trafic peuvent-elles provoquer un risque accru d hypoglycémie?

Certaines situations de trafic peuvent-elles provoquer un risque accru d hypoglycémie? P a g e 1 Comment savoir que vous présentez une hypoglycémie? La plupart des personnes diabétiques sentent rapidement lorsque leur taux de glycémie est trop bas (inférieur à 60 mg/dl). Les premiers symptômes

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail