Congres de Sylviculture, de Défrichement et de Pisciculture d'eau douce

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Congres de Sylviculture, de Défrichement et de Pisciculture d'eau douce"

Transcription

1 Congres de Sylviculture, de Défrichement et de Pisciculture d'eau douce Anvers 1930 Section de Sylviculture L'assurance des Bois contre Fincendie en France par V. HuLiN, conservateur des Eaux et Forêts, chargé de cours a lecole nationale des Eaux et Forêts de Nancy. BRUXELLES Imprimerie BREUER (Soc. An.), chaussée d'ixelles,

2

3 L'ASSURANCE DES BO IS CONTRE EN FRANCE L'INCENDIE par V. HuLIN, conservateur des Eaux et Forets, chargé de cours a lecole nationale des Eaux et Forêts de Nancy. La forêt constitue une entité tres spéciale dont l'existence et Ie développement exercent une influence considerable sur la prospénté des nations. EUe est indispensable au bien-être et a la sécurité des citoyens. On connait bien Taction des massifs boisés sur Ie climat, sur la stabilité des terrains en pente, sur les inondations. Le public en general est done intéresse a ce que Ie taux de boisement de chaque region soit suffisant, compte tenu des conditions locales de relief du sol, de culture, de population. Et, en même temps, la forêt étant de plus en plus, par suite des progrès de I'art forestier, une usine a fabriquer non seulement du bois en general, maïs des categories spécialisées de produits ligneux, son intérêt économique augmente énormément. A l'exemple de toutes les entreprises industrielles, elle constitue un placement financier; un capital dont les revenus sont realises a des échéances variables plus ou moins espacées, suivant les essences qui entrent dans sa composition, les modes de traitement auxquels on la soumet, etc. Par conséquent, l'etat comme le particulier doivent s'intéresser a la question forestièrc. De la part de l'etat, il doit done exister une politique forestière : c'est ce que les nations modernes ont compris depuis un temps plus ou moins long. Elles ont promulgué

4 - 2 des mesures de protection pour les massifs boisés, instauré des encouragements aux reboiseurs sous forme de plants, de sommes dargent, de recompenses varices. Les particuliers, de leur coté, se sont ingéniés a améliorer leurs forêts et a les défendre contre les nombreux ennemis qui menacent celles-ci. Et l'un de ces ennemis, qui se classe parmi les plus dangereux, surtout pour la forêt naissante, tout au moins dans certaines regions frangaises (les Landes de Gascogne, les Maures et l'estérel), c'est Ie feu. Les incendies de forêts ne sont pas un danger illusoire. Bien qu'il soit tres difficile d'obtenir une statistique precise, on peut avoir une idee des ravages du feu. Voici, pour la France, les chiffres des neuf dernières années tels qu'ils résultent d'un relevé fait a la Direction Générale des Eaux et Forêts : (1) Ha j I au total Ha / soit, en moyenne, par an i Ha I \ La contenance totale des forêts fran9aises étant de 10 millions Ha en 1926, cela fait une proportion moyenne de 0.34 pour 100 ou 3 ha 40 pour 1,000 hectares. L'estimation des dommages causes a été fixée a 36 millions de francs environ pour 1929 (2). Ces chiffres ne traduisent que les dégats matériels visibles, mais il y en a d'autres non négligeables qu'il est impossible d'évaluer exactement. Ce sont les degradations causées au sol forestier par Ie feu, les troubles apportés dans l'aménagement des forêts, dans les transactions commercials et dans la vie économique par 1'obligation de réaliser souvent en bloc et généralement (i) Rapport sur les statistiques et Ie classement des risques d'incendies forestiers par- M. Paul Razous (Congres pour l'etude de l'assurance des Bois et Forêts contre Ie feu, ma 1930), page 5. (2) Pau! Razous op. cit. p. 6.

5 ^3 - avant matunté les peuplements ravages, enfin Ie découragement qui peut atteindre les propriétaires pour qui les résultats d'efforts continus, prolongés pendant de nombreuses années pour constituer de belles forêts, souvent s'évanouissent en quelques instants avec la fumée de l'incendie de ces forêts. On a cherché a se prémunir contre Ie feu ou ses consequences. La prevention est obtenue par des mesures spécial es, des travaux, des organisations de defense qu'il n'y a pas lieu d'examiner ici. Le moyen a été étudié également de permettre au propriétaire sinistré de récupérer en tout ou partie la perte subie. C'est le but principal de l'assurance forestière contre l'incendie. L'assurance des bois et forêts a été étudiée de fagon tres complete par M. Max Hermant dans le rapport qu'il a présenté le 23 mai dernier au Congres tenu a Paris pour I'Etude de l'assurance des Bois et Forêts contre le Feu (1). Tout en exposant notre maniere de voir, nous ferons, dans ce qui va suivre, des emprunts importants aux idees développées par 1'eminent rapporteur. Quel est le but de l'assurance? L'assurance doit, dans la mesure du possible, donner la sécurité du lendemain en ce qui concerne les attaques du feu, a celui qui a assure sa propriété. L'existence de cette sécurité implique, pour les bois, la realisation de deux conditions. Le sinistré doit être : 1 Indemnisé de la perte subie; 2 Mis a même de reconstituer sa forêt le plus tot et le plus complètement possible. Comme cela, seulement, l'assurance sera vraiment effective. D'aucuns diront que l'assurance la plus efficace résultera des mesures preventives; sans doute, mais elle ne sera pas suffisante et si les travaux de defense doivent être encourages de toutes fanons, il ne faut pas que l'assurance, au sens courant du mot, soit moins bien traitée et considérée comme un accessoire. Cette dernière, cela est bien évident, trouvera des conditions d'autant plus favorables a son développement qu'elle s'appliquera a des propriétés mieux défendues contre l'éclosion ou l'assaut extérieur des incendies. (I) M. Max Hermant. L'assurance des bois et forêts contre l'incendie.

6 ^ 4 - Bref, la politique forestière fera bien de mettre sur Ie même pied, au point de vue encouragement et subventions, et les mesures preventives et les assurances. Ceci posé, l'assurance devra s'appuyer sur les deux principes essentiels suivants : 1 Ne pas favoriser par une sécurité plus ou moins coüteuse l'insouciance et 1'indifference vis-a-vis de la lutte contre Ie feu; 2 Favoriser et faciliter Ie reboisement et la constitution de forêts solides. A l'exemple de M. Hermant, nous diviserons en trois parties notre tres breve étude : 1 Classification des risques; 2^ Causes d'aggravation ou d'atténuation des risques; 3 Modalités de reglement des dommages. Nous terminerons par quelques mots sur la forme de l'assurance. 1 Classification des risques. Quels sont les facteurs qui interviennent pour favoriser l'éclosion et Ie développement du feu en forêt? Il faut d'abord que Ie climat soit favorable, c'est-a-dire que l'air et Ie sol soient secs, ou bien par suite de l'absence OU de la rareté des pluies, ou bien par Ie fait de l'existence de vents violents et desséchants, ou bien par la reunion de ces deux conditions. Le facteur a examiner d'abord sera done, a priori, la situation géographique de la forêt. Pour un pays de plaines, le partage en zones, basées sur la situation géographique, pourra être facile; mais l'existence de montagnes élevées viendra introduire un element perturbateur. On sait que les variations que présente la vegetation lorsqu'on s'élève en montagne sont analogues a celle que Ton observe lorsque la latitude augmente; autrement dit, quand on s'élève, le climat devient d'une fa9on générale plus froid et plus humide., j Done la classification par zones en planimetrie devrait se combiner, en altimétrie, avec un classenient par étages, ainsi que disent les phytogéographes. Mais interyient alors I'influence, souvent prépondérante, de I'exposition. Un versant

7 - 5 - en pente raide exposé au Sud pourra jouir dun climat sec et sera tres exposé aux incendies tandis que la pente qui lui fait face de l'autre co té du torrent sera humide et fraiche et ne craindra jamais les ravages du feu. Ces differences sont tres nettes dans les Alpes. L'introduction du facteur altitude a coté du facteur situation géographique bien que tres séduisante, nous parait ainsi un peu illusoire. Quelle valeur moyenne fixer d'ailleurs pour cette altitude susceptible d'amener une variation sutfisante du climat? Le classement «par paliers» présentera dans des difficultés et il est bon de ne pas s'engager dans les détails. Pour la France, il semble suffisant, dans une étude d'ensemble, de delimiter quatre zones géographiques qui, du Nord au Sud, présentent des risques croissants d'incendie (voir le rapport précité). (Ainsi apparaït déja la nécessité de poser des regies tres générales sauf, ensuite, lors de l'établissement des polices d'assurance, d'envisager les cas particuliers qui sont la réalité partout.) La division en zones géographiques est naturellement basée sur l'importance des risques telle qu'elle résulte des statistiques étudiées. Nous concluerons en disant qu'au lieu de parier de la situation géographique, il vaudrait mieux traduire celle-ci par Vinfluence du milieu. Pour que l'incendie se développe, il faut, en outre, qu'il trouve des matériaux combustibles et facilement inflammables. Alors interviendra : 2 L'influende des essences. Le classement universellement admis pour les essences est tres simple. D'une part, avec les risques relativement moindres, les feuillus; de l'autre, avec plus de risques, les résineux. Dans chaque zone, on tiendra done compte de la nature des essences qui constituent le peuplement. Remarquons qu'entre les résineux eux-mêmes, il existe de grosses differences au point de vue combustibilité. Ainsi, il y a, dans un même groupe, beaucoup plus de differences

8 entre Ie Sapin des Vosges et Ie Pin maritime, qu'entre Ie même Sapin et Ie Hêtre, pourtant de groupes différents. (Toujours l'influence prépondérante des cas particuliers!) Et dans les peuplements feuillus mêlés de résineux, il faudra, pour la classification, faire une cote mal taillée. Un bois contenant moins de 20 % de résineux sera feuillu; un bols renfermant plus de 50 % de résineux sera résineux et nous établlrcns même un tarlf spécial pour les peuplements renfermant de 20 a 50 % de résineux. Maintenant, pour une essence détermlnée, ou plutót un groupe d'essences, pulsque nous avons classé celles-ci en deux groupes, nous devrons considérer : 3 L'influence de Vage. Cet age peut être Ie même pour tout Ie peuplement (futaies équiennes); il peut être variable avec les divers individus englobés dans un même massif (futaies jardinées, taillis sousfutaie, etc). Enfin, on dolt faire une categorie spéciale pour les pépinières. Le Congres dont nous avons parlé a admis que : (1) a) Le danger d'incendie des bols sur pled va en décroissant a mesure que l'age de ces bols augmente (la décroissance étant tres rapide après ans);. ^ b) Qu'un tarlf dégressif d'année en année serait d'une application difficile; c) Qu'alors la mellleure solution a adopter est celle des paliers. Ceux-cl peuvent être établls comme 11 suit : Pour les résineux : 4 categories (primes décroissantes) : 0-10 ans; ans; ans; 40 ans et plus. Pour les feuillus : 3 categories (primes décroissantes) : 0-25 ans; ans; au-dessus de 50 ans. En regard de ces paliers, nous dirons que 1'Assurance Mutuelle du Plateau Central, qui fonctlonne depuis quelque temps déja, a établl 7 categories pour les résineux et 5 pour les feuillus. (1) Rapport de M. Max Hermant, p. 7.

9 - 7- II. Causes d'aggrayation ou d'attcnuatioii risques. dcs Les causes d'aggravation sont : 1 La presence de risques voisins plus graves que Ics risques assures, comme I'existence de bois plus jeunes ou d'essences plus dangereuses, dans un rayon de 40 metres; IP La presence ou le voisinage de yoies ter rees oü la traction est assurée par des locomotives a vapeur; y L'existence de sites classes, de voies tounstiques qui attirent et retiennent les promeneurs; 40 L'existence dans les bois de charbonnières ou d exploitations commerciales quelconques; 50 La negligence et I'incurie dans le nettoiement dcs coupes, I'entassement ou I'aneantissement des debris et remanents. Dans les causes d'atténuation, nous ferons rentrer tons les travaux de defense contre I'incendie (débroussaiuements, ouverture de tranchées, de pare-feux, de chemins compartimentant les peuplements, etc), ainsi que les dispositions prises pour assurer la surveillance des bois (surveillance active, existence de cloture) ou pour signaler les foyers d incendie dès leur apparition et organiser la lutte contre le teu (surveillance terrestre et aérienne). III. Reglement des dommages. Les peuplements seront estimes a leur valeur venale si, au moment de I'incendie, ils ayaient attcint ou dcpassc 1 age de leur exploitabilité commerciale. De cette valeur venale ainsi déterminée, on retranchera le sauvetage, c'est-a-dire le prix de vente des produits. La difference constituera le montant du dommage. On règlera suivant la valeur d'a.venir dans le cas contraire. Le calcul de cette valeur d'avenir se fait de diverses fanons. II est inutile de I'etudier ici. C'est une affaire d'expertise et, dans la généralité des cas, il est indiqué au corps de la police que les dommages seront éyalués par des experts sur les bases habituelles des estimations. Pour de toutes jeunes plantations résineuses ou feuillues, de moins de 10 ans, par exemple, la valeur d'avenir peut être

10 - 8 - remplacée par Tintérêt simple au taux habituel des placements financiers qu'aurait produit Ie capital engage, depuis Ie jour de la plantation jusqu'a la date de l'incendie. Les questions de destruction de la couverture morte, de trouble dans l'aménagement, etc, tres difficiles a traiter, seront souvent laissées de coté. Nous avons dit que l'assuré devait être mis a même de rétablir dans Ia mesure du possible sa forêt plus ou moins endommagée. Il faudra done prévoir : pour les taillis inccndiés, les frais de recépage; pour les plantations détruites, la refection plus ou moins complete de celles-ci. Sans doute, dans ce dernier cas, l'etat accordera gratuitement, sous forme de subvention, les plants nécessaires a la replantation, mais 1 assurance devra fournir la somme destinée a couvrir les dépenses de mam-d'oeuvre. Evidemment, Ie remploi de cette indemnité serait obligatoire. Et maintenant, voyons quelle est la forme a préférer pour 1 assurance. «Nous avons Ie choix entre la Société anonyme» et la Société mutuelle. La forme mutuelle crée entre les» adherents un lien de solidarité dont les effets peuvent se «faire sentir lorsque la propriété de l'un d'eux est menacéc,» soit pour porter secours, soit pour donner l'alarme et elle» permet de prendre toutes mesures collectives utiles contre» l'incendie comme Ie ferait un syndicat de propriétaires de» bois.» (M. Marcel Volmerange, fondateur de l'assurance mutuelle contre les incendies de forêts du Plateau Central.) Nous sommes du même avis, d'autant plus que les mutuelles, établies sur Ie modèle des mutuelles agricoles régies par la loi du 4 juillet 1900, jouissent de divers avantages (reduction d'impots et allocations de subventions de l'etat). Le peu de place dont nous disposons ne nous permet pas d'entrer dans le détail du fonctionnement de ces sociétés rnutuelles. Disons un mot seulement de la repartition des risques : Il est bon, a priori, den laisser une petite part au propriétaire lui-même (1/10^ par ex.) pour ne pas l'exposer a la tentation de rester inerte pour la defense contre l'incendie sous l'excellent prétexte que «l'assurance paiera». La caisse de la Mutuelle, Départementale ou Régionale, en prendra 2 ou 3 dixièmes a sa charge, suivant ses facultés.

11 _9 - et elle ckerchera a couvrir Ie surplus par des contrats de reassurances soit a une Caisse Nationale, soit a des Sociétés privées. La question étant assez nouvelle en France, il est nautrel que Ion éprouve quelque difficulté pour mettre sur pied une semblable entreprise, grosse d'inconnu et d'aléas. Il paraït néanmoins que la chose est possible, puisque la Mutuelle Forestière du Massif Central existe et fonctionne actuellement. Par ailleurs, l'exemple de la Norvège doit nous donner pleine confiance. L'avenir du reboisement dans maintes regions est, a notre avis, lie a la possibilité de la constitution et du bon fonctionnement de 1'Assurance Forestière telle que nous venons de l'esquisser. Il appartient a l'etat de favoriser cette Assurance par tous les moyens qu'il possède déja et ceux que 1'initiative parlementaire pourra facilement imaginer, si elle Ie desire vraiment. RESUME L'existence et Ie maintien en bon état d'une certaine étendue de forêts sont mdispensables aussi bien pour la sécurité et Ie bien-être de 1'ensemble du pays que pour la prosperité des particuliers. Un des principaux ennemis de la forêt, surtout de la forêt naissante, c'est Ie feu, qui, dans les neuf dernières années, aj"avagé en moyenne 3 ha 40 sur 1,000 ha chaque année. Une politique forestière bien comprise doit promouvoir et favoriser les moyens de prévenir les incendies, de lutter contre eux et de s'assurer contre les dégats et pertes qu'ils occasionnent. Nous examinons particulièrement la question de 1'assurance, divisant notre étude en trois parties : 1. Classification des risques : a) influence du milieu; on en tient compte en divisant Ie pays en un certain nombre de zones géographiques; b) influence de l'age. 2. Causes d'aggravation des nsques : a) presence de risques voisins plus graves; b) presence ou voisinage de voies ferrées; c) existence de sites classes; de voies touristiques; d) exis-

12 _ 10- tence de charbonnières, etc; e) negligence et incurie dans Ie nettoiement des coupes. Causes d'atténuation : travaux de protection et de defense, organisation complete de la surveillance, de la lutte contre Ie feu, etc. 3. Reglement des dommages. Les peuplements sont: a) ou bien exploitables commercialement : on les estime a leur valeur vénale, dont on déduit Ie «sauvetage» pour avoir 1'estimation du dommage; b) ou bien non exploitables parce que trop jeunes : on les estime a leur valeur d'avenir (cas particulier des jeunes plantations). Tout ceci est affaire d'expertises dont les bases sont bien connues et bien assises. La forme a préférer pour 1'Assurance est la Société Mutuelle régie par la loi du 4 juillet 1900, Association Régionale ou Départementale prenant a sa charge une part des risques et se couvrant, pour le surplus, par des reassurances a d'autres caisses ou d'autres sociétés. Conclusion. L'avenir du reboisement est lie a la possibilité de constitution et de bon fonctionnement de 1'Assurance forestière; l'etat doit favoriser celle-ci par tous les moyens dont il dispose.

13

14

15

16

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement...

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement... Sommaire La forêt en Europe... 2 La forêt en France métropolitaine... 4 L évolution de la surface forestière... 5 Le taux de boisement... 6 par département... 6 par sylvoécorégion... 7 À qui la forêt appartient-elle?...

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

L assurance des moules, gabarits, modèles, archives,

L assurance des moules, gabarits, modèles, archives, L assurance des moules, gabarits, modèles, archives, Notre expérience de formation et de consultant nous permet d affirmer que cette assurance est en général mal comprise par les entreprises et collectivités,

Plus en détail

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR.

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR. 1 2 Quelques données : Domaines & Patrimoine Membre de Adhérent à : l ASFFOR Membre de l ASFFOR Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise 10 11 salariés 7000 8 500 ha ha gérés 12 13 groupements

Plus en détail

La forêt française. Rhône-Alpes. Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009. Les résultats pour la région

La forêt française. Rhône-Alpes. Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009. Les résultats pour la région La forêt française Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009 Les résultats pour la région Rhône-Alpes 2 TOME Rhône-Alpes : les résultats régionaux Sommaire 1 La région Rhône-Alpes 1.1

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

Multirisque Entreprise

Multirisque Entreprise Multirisque Entreprise Une démarche fondée sur le savoir-faire et l expérience Nous étudions la spécificité de votre entreprise Parce que bien protéger votre entreprise, c est avant tout bien la connaître,

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

ÉVOLUTION DU BILAN MATIÈRE D'UNE INSPECTION (1946-1962)

ÉVOLUTION DU BILAN MATIÈRE D'UNE INSPECTION (1946-1962) REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE 523 ÉVOLUTION DU BILAN MATIÈRE D'UNE INSPECTION (1946-1962) PAR R. LEBRUN Ingénieur Principal des Eaux et Forêts à Guebwiller L'exploitation en régie, cette grande méconnue,

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE 672 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE Application au calcul des valeurs devenir et des dommages-intérêts Les problèmes d'évaluation des forêts ou d'estimation

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Exposé assurance : prime de risque

Exposé assurance : prime de risque Exposé assurance : prime de risque Introduction L'assurance est un mécanisme financier permettant de répondre aux exigences de protection des patrimoines contre les risques de perte de toute nature. Elle

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS Les résultats : Hautes-Alpes Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 Table des matières 1 Le territoire... 4 Surface par occupation du

Plus en détail

LE REBOISEMENT. H. de ROCHEBOUET

LE REBOISEMENT. H. de ROCHEBOUET LE REBOISEMENT H. de ROCHEBOUET Les aides au reboisement accordées par le Fonds forestier national sont destinées à financer la création et l'équipement de forêts de production, soit en étendant la surface

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Les Français et la Garantie Universelle pour les Loyers

Les Français et la Garantie Universelle pour les Loyers Les Français et la Garantie Universelle pour les Loyers Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle au Département Politique

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 L importance de l assurance pour l exploitation agricole Assurance agricole : assurer l'exploitation L'activité d'un agriculteur repose sur son exploitation agricole, il est

Plus en détail

L'ASSURANCE FORESTIÈRE EN FRANCE

L'ASSURANCE FORESTIÈRE EN FRANCE REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE I79 L'ASSURANCE FORESTIÈRE EN FRANCE L'assurance des bois sur pied contre le risque d'incendie est apparue tardivement et, à une époque où on assure les- risques les plus imprévus,

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 65

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 65 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 65 65 ASSURANCE Cette division comprend la souscription de contrats d'assurance de rente et d'autres formes de contrat d'assurance ainsi que

Plus en détail

Office National des Forêts (2011). Les forêts du monde.

Office National des Forêts (2011). Les forêts du monde. Les concepts généraux et les caractéristiques de la situation actuelle des forêts au monde Résumé introductoire préparé par Luisa Elena Molina, PhD. Universidad de Los Andes; Mérida Venezuela. Professeur

Plus en détail

AVIS DU CIUF. 21 octobre 2008

AVIS DU CIUF. 21 octobre 2008 AVIS DU CIUF 21 octobre 2008 Sur l avant-projet de loi modifiant la loi du 15 décembre 1980 sur l accès au territoire, le séjour, l établissement et l éloignement des étrangers AVIS DU CIUF sur l avant-projet

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

Innover pour protéger et investir

Innover pour protéger et investir Innover pour protéger et investir Syndicat des Sylviculteurs du Sud-Ouest L innovation au service de la forêt d Aquitaine Colloque du 25 novembre 2011 Trésorerie SODEF Prêts bonifiés Sylviculteur Epargne

Plus en détail

Être propriétaire forestier en Belledonne

Être propriétaire forestier en Belledonne Être propriétaire forestier en Belledonne Un guide pour vous accompagner Proprietaire Belledonne.indd 1 La forêt en Belledonne La chaîne de Belledonne est une zone montagneuse dont les massifs boisés occupent

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Assurance SYLVASSUR Présentation AUVERGNE

Assurance SYLVASSUR Présentation AUVERGNE Assurance SYLVASSUR Présentation AUVERGNE 15 janvier 2015 FORESTIERS PRIVES DE FRANCE SERVICES Antoine d AMECOURT - Président Eric TOPPAN Directeur Général Nicolas du BOULLAY Ingénieur développement Vincent

Plus en détail

Bienvenue auprès de l Assurance immobilière Berne (AIB) Entreprise

Bienvenue auprès de l Assurance immobilière Berne (AIB) Entreprise Bienvenue auprès de l Assurance immobilière Berne (AIB) Entreprise Nous assurons ce que vous avez construit sans pourquoi ni comment. Ainsi, l ensemble des propriétaires immobiliers des environ 400 000

Plus en détail

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels forestiers face aux risques Réflexion sur la dimension assurantielle Carrefours de l innovation agronomique. Sylviculture, Forêts et Tempêtes,

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Managed Funds Stability Fund 1

Managed Funds Stability Fund 1 Managed Funds Stability Fund 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE Type d'assurance vie Assurance vie dont le rendement est lié à des fonds de placement (branche 23). Des primes

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Taux Interne de Rentabilité. Tables financières. Influence de la gestion

Taux Interne de Rentabilité. Tables financières. Influence de la gestion Taux Interne de Rentabilité Tables financières Influence de la gestion Valéry Bemelmans SRFB -FNEF Taux Interne de Rentabilité (TIR) (R0-D0)+(R1-D1)+.. + (Rn-1-Dn-1)+ (Rn-Dn)= 0 (1+t) (1+t) 1 (1+t) n-1

Plus en détail

Le Nord du N.-B. Investissement au N.-B. $16.8 millions en investissement. Avril 2014. Scieries

Le Nord du N.-B. Investissement au N.-B. $16.8 millions en investissement. Avril 2014. Scieries Le Nord du N.-B. $16.8 millions en investissement Avril 2014 Scieries Scierie Grande Rivière (Saint Léonard) $2.5 millions en investissement Nouveau tamis et système de convoyeur pour copeaux Scierie Kedgwick

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE PRÉOCCUPATIONS ACTUELLES EN MATIÈRE DE RÉSEAUX DE TRANSPORT FORESTIERS

REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE PRÉOCCUPATIONS ACTUELLES EN MATIÈRE DE RÉSEAUX DE TRANSPORT FORESTIERS REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE 1964 MAI N 5 Dans ce numéro: J.-P. CHESNEAU: Préoccupations actuelles en matière de réseaux de transport forestiers. A. PONCET: Opinions diverses sur la meilleure desserte des

Plus en détail

La finance inclusive et mutualiste est un bien commun

La finance inclusive et mutualiste est un bien commun La finance inclusive et mutualiste est un bien commun En adoptant une démarche inclusive et mutualiste, les biens communs se distancient de la pensée économique dominante. Ils ont la capacité de répondre

Plus en détail

Rentabilité des sylvicultures destinées à la production de biomasse

Rentabilité des sylvicultures destinées à la production de biomasse Version du 01/08/2013 Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 4 Synthèse bibliographique Rentabilité des sylvicultures destinées à la production de biomasse Août 2013 2 Rentabilité des sylvicultures

Plus en détail

S adapte à votre besoin de protection.

S adapte à votre besoin de protection. S adapte à votre besoin de protection. ALLEGRA prend le relais là où vos assurances accidents de base (caisse maladie ou assurances professionnelles) s arrêtent, afin de vous offrir une protection complète

Plus en détail

TALENSIA. Pertes d exploitation Grêle sur récoltes. Dispositions spécifiques

TALENSIA. Pertes d exploitation Grêle sur récoltes. Dispositions spécifiques TALENSIA Pertes d exploitation Grêle sur récoltes Dispositions spécifiques L'introduction et la présentation du plan d assurances Entreprises Les dispositions communes Le lexique sont également d'application.

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales Le 29 juillet 2011 Madame Jane Pearse Direction de la politique du secteur financier Ministère des Finances L Esplanade Laurier 15 e étage, tour Est 140, rue O Connor Ottawa (Ontario) K1A 0G5 Objet : Cadre

Plus en détail

Nous protégeons l essentiel

Nous protégeons l essentiel Assurance des installations solaires dans le canton de Vaud Etablissement d'assurance contre l'incendie et les éléments naturels du canton de Vaud (ECA) 1 Plan 1. L ECA ECA en Suisse Missions Une institution

Plus en détail

CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE

CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE N 446 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1958. PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à inviter le Gouvernement à déposer un projet de loi

Plus en détail

Synergies et contradictions entre production de bois et services écosystémiques : cas de la forêt privée

Synergies et contradictions entre production de bois et services écosystémiques : cas de la forêt privée Synergies et contradictions entre production de bois et services écosystémiques : cas de la forêt privée Olivier PICARD, CNPF / IDF Regefor 2011 - Nancy 1 De la multifonctionnalité vers la société de services

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

Les études de ressources et de disponibilité Etat des lieux et perspectives

Les études de ressources et de disponibilité Etat des lieux et perspectives Les études de ressources et de disponibilité Etat des lieux et perspectives COLIN Antoine (IGN) & THIVOLLE-CAZAT Alain (FCBA) Journée Technique IGN-FCBA "Mieux connaître la ressource, mieux la mobiliser,

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Tech in One Machines et installations techniques. L assurance des objets techniques peut être si simple

Tech in One Machines et installations techniques. L assurance des objets techniques peut être si simple Tech in One Machines et installations techniques L assurance des objets techniques peut être si simple Assurer les machines et les installations techniques Tech in One, l assurance facile Pourquoi une

Plus en détail

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard La Prévoyance en France 2010 «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard 1. Histoire et Définition 2. Le Marché de la Prévoyance 3. Les différentes catégories

Plus en détail

Règlement d assurance

Règlement d assurance Règlement d assurance Étendue de l assurance Article 1 Objet assuré 1. Sont assurés, sous réserve de ce qui est stipulé ci-dessous, les forêts et autres peuplements forestiers, constitués de bois sur pied

Plus en détail

Le non-développement du marché des futures immobilier

Le non-développement du marché des futures immobilier Le non-développement du marché des futures immobilier Résumé - Depuis plus d'une vingtaine d'années au moins, plusieurs économistes, dont en particulier, Karl Case et Robert Shiller, prônent la mise en

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Cette expertise est surtout utilisée dans les bâtiments accueillants du public : école, local commercial, bureaux.

Cette expertise est surtout utilisée dans les bâtiments accueillants du public : école, local commercial, bureaux. Experts en environnement Certains experts sont sollicités pour effectuer des analyses de la qualité de l air et des surfaces des bâtiments. Pour ce faire, il cherche à identifier diverses substances telles

Plus en détail

Centre de gestion de la fonction publique de la Vienne

Centre de gestion de la fonction publique de la Vienne AMÉNAGEMENT D'UN LOCAL D'ARCHIVES NORMES ET CONSEILS RAPPEL RÈGLEMENTAIRE Code du Patrimoine,, art. R.212 212-54 : "Les collectivités territoriales informent le préfet [le directeur des Archives départementales]

Plus en détail

Si votre véhicule est déclaré perte totale

Si votre véhicule est déclaré perte totale Si votre véhicule est déclaré perte totale Juste valeur marchande Règles particulières pour les pertes totales Qu est-ce qu une perte totale? Une perte totale signifie qu un véhicule a fait l objet d un

Plus en détail

Multirisque Non Exploitant

Multirisque Non Exploitant Multirisque Non Exploitant Assurer les locaux à usage professionnels donnés en location, loués, en réfection ou inexploités. EN BREF La Multirisque Non Exploitant couvre les locaux professionnels dont

Plus en détail

Résultats de l enquête 2014

Résultats de l enquête 2014 Gestion des déchets de verre plat/châssis usagés Menuisiers, poseurs de châssis et couvreurs belges Résultats de l enquête 2014 En partenariat avec Table des matières 1. Contexte... 3 2. Synthèse des résultats...

Plus en détail

Fiscalité forestière. (Mise à jour janvier 2015, sous réserve des évolutions ultérieures) 1/6

Fiscalité forestière. (Mise à jour janvier 2015, sous réserve des évolutions ultérieures) 1/6 Fiscalité forestière (Mise à jour janvier 2015, sous réserve des évolutions ultérieures) 1/6 Rappel de la fiscalité forestière Présentation simplifiée ACQUISITION ET SOUSCRIPTION Forêt en direct Parts

Plus en détail

Radiance Humanis Vie

Radiance Humanis Vie ÉPARGNE Radiance Humanis Vie Et votre avenir prend des forces Taux du fonds en euros de Radiance Humanis Vie : 3,50 %* * Taux de rémunération 2013 du fonds en euros Apicil Euro Garanti. Taux net de frais

Plus en détail

Five in One Solutions ciblées pour les PME. Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs

Five in One Solutions ciblées pour les PME. Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs Five in One Solutions ciblées pour les PME Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs Five in One Vaudoise Prévoir l'essentiel pour protéger votre entreprise En Suisse,

Plus en détail

Régime d assurance pour les fraises

Régime d assurance pour les fraises Assurance-production Aperçu du régime Fraises Régime d assurance pour les fraises Établir un lien entre producteurs et programmes Ce que vous devez savoir sur la protection de vos cultures de fraises grâce

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

dossier de presse Sylvassur, l assurance des Forestiers Privés de France, La Fédération des Forestiers Privés de France lance

dossier de presse Sylvassur, l assurance des Forestiers Privés de France, La Fédération des Forestiers Privés de France lance dossier de presse La Fédération des Forestiers Privés de France lance Sylvassur, l assurance des Forestiers Privés de France, en partenariat avec Verspieren panorama de la forêt française 16 millions d

Plus en détail

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables.

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables. Sommaire Le 18 juin 2003, la Société d'assurance publique du Manitoba («la SAPM») a déposé auprès de la Régie des services publics («la Régie») une demande d'approbation des primes d'assurance-automobile

Plus en détail

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI?

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? Depuis deux décennies, la question des retraites occupe régulièrement le devant de la scène publique. Or, aujourd hui, face à l ampleur des

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

RISQUE INCENDIE. Du débroussaillement à l emploi du feu. pour qu il ne soit pas trop tard, Les bonnes pratiques. ensemble agissons!... www.gard.

RISQUE INCENDIE. Du débroussaillement à l emploi du feu. pour qu il ne soit pas trop tard, Les bonnes pratiques. ensemble agissons!... www.gard. RISQUE INCENDIE pour qu il ne soit pas trop tard, ensemble agissons!... Du débroussaillement à l emploi du feu Les bonnes pratiques www.gard.fr Ce document vous rappelle l essentiel des règles à respecter

Plus en détail

Faits saillants. Aperçu du deuxième trimestre Indications pour 2012

Faits saillants. Aperçu du deuxième trimestre Indications pour 2012 L Industrielle Alliance déclare ses résultats financiers pour le deuxième trimestre La rentabilité et le ratio de solvabilité atteignent les meilleures indications La croissance des affaires se maintient

Plus en détail

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Dans la section précédente, nous avons généralisé notre discussion de l'influence de divers facteurs sur le comportement des taux

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.15/2001/17/Add.3 6 juillet 2001 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX. C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu.

GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX. C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu. GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu. Vous êtes victime ou responsable d un dégât des eaux? Pas de panique. Dans la majorité des cas, ces

Plus en détail

La responsabilité des Etats pour les dommages consécutifs aux changements climatiques. Yann Kerbrat, Professeur à l Université Aix-Marseille

La responsabilité des Etats pour les dommages consécutifs aux changements climatiques. Yann Kerbrat, Professeur à l Université Aix-Marseille La responsabilité des Etats pour les dommages consécutifs aux changements climatiques Yann Kerbrat, Professeur à l Université Aix-Marseille o Dans un contexte où les troubles et dommages consécutifs aux

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts ANNEXE III Rapport de la commission au Parlement européen et au conseil sur le réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts (COM(2010)369/2) 1 FR FR FR COMMISSION EUROPÉENNE

Plus en détail

Etablissement Cantonal d Assurance. Division Prévention

Etablissement Cantonal d Assurance. Division Prévention Etablissement Cantonal d Assurance Division Prévention Projet de modification des titres IV à VI du règlement du 19 mai 1999 sur la participation aux frais de prévention et de défense contre l'incendie

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LES ASPECTS TECHNIQUES DES ARMES A SOUS-MUNITIONS

PROPOSITIONS SUR LES ASPECTS TECHNIQUES DES ARMES A SOUS-MUNITIONS GROUPE D EXPERTS GOUVERNEMENTAUX DES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION OU LA LIMITATION DE L EMPLOI DE CERTAINES ARMES CLASSIQUES QUI PEUVENT ÊTRE CONSIDÉRÉES COMME PRODUISANT

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES -

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - RMI(11)9833:8 Bruxelles, le 20 avril 2012 LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - Réaction des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives

Plus en détail

Variation des recettes provenant de toutes les primes d assurance automobile

Variation des recettes provenant de toutes les primes d assurance automobile Sommaire Le 11 juin 2002, la Société d'assurance publique du Manitoba (la «Société») a soumis une demande à la Régie des services publics (la «Régie») afin que soient approuvées ses primes d'assurance

Plus en détail

L Assurance en copropriété

L Assurance en copropriété L Assurance en copropriété Par Paul-André LeBouthillier et Richard Lavoie Avocats L assurance en copropriété Les obligations générales du Syndicat en matière d assurance? Comment réagir lors d un sinistre

Plus en détail

Concours d assurances (RC-TRC)

Concours d assurances (RC-TRC) Concours d assurances (RC-TRC) 21 avril 2015 Hugo Keulers 1. Concours d assurances: quel contexte? La personne qui a subi un dommage peut se retourner potentiellement contre plusieurs assureurs en vertu

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Votre assurance Autopac et votre permis de conduire

Votre assurance Autopac et votre permis de conduire Votre assurance Autopac et votre permis de conduire Économies. Commodité. Choix. 2013 Réductions de jusqu à 33 % pour les conducteurs les plus prudents. Assurer l équité des tarifs Autopac. Assurances

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

Panorama. de la forêt alsacienne. Taux de boisement. Volume sur pied. Principales essences. Diversité. Propriétaires publics. Propriétaires privés

Panorama. de la forêt alsacienne. Taux de boisement. Volume sur pied. Principales essences. Diversité. Propriétaires publics. Propriétaires privés Panorama de la forêt alsacienne Taux de boisement Volume sur pied Principales essences Diversité Propriétaires publics Propriétaires privés Tempête de 1999 Récolte Edition 2005 Bienvenue au cœur d une

Plus en détail

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Le 1 er décembre 2010 L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Les membres votants des comités de retraite sont solidairement responsables de l administration du régime de retraite.

Plus en détail