Congres de Sylviculture, de Défrichement et de Pisciculture d'eau douce

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Congres de Sylviculture, de Défrichement et de Pisciculture d'eau douce"

Transcription

1 Congres de Sylviculture, de Défrichement et de Pisciculture d'eau douce Anvers 1930 Section de Sylviculture L'assurance des Bois contre Fincendie en France par V. HuLiN, conservateur des Eaux et Forêts, chargé de cours a lecole nationale des Eaux et Forêts de Nancy. BRUXELLES Imprimerie BREUER (Soc. An.), chaussée d'ixelles,

2

3 L'ASSURANCE DES BO IS CONTRE EN FRANCE L'INCENDIE par V. HuLIN, conservateur des Eaux et Forets, chargé de cours a lecole nationale des Eaux et Forêts de Nancy. La forêt constitue une entité tres spéciale dont l'existence et Ie développement exercent une influence considerable sur la prospénté des nations. EUe est indispensable au bien-être et a la sécurité des citoyens. On connait bien Taction des massifs boisés sur Ie climat, sur la stabilité des terrains en pente, sur les inondations. Le public en general est done intéresse a ce que Ie taux de boisement de chaque region soit suffisant, compte tenu des conditions locales de relief du sol, de culture, de population. Et, en même temps, la forêt étant de plus en plus, par suite des progrès de I'art forestier, une usine a fabriquer non seulement du bois en general, maïs des categories spécialisées de produits ligneux, son intérêt économique augmente énormément. A l'exemple de toutes les entreprises industrielles, elle constitue un placement financier; un capital dont les revenus sont realises a des échéances variables plus ou moins espacées, suivant les essences qui entrent dans sa composition, les modes de traitement auxquels on la soumet, etc. Par conséquent, l'etat comme le particulier doivent s'intéresser a la question forestièrc. De la part de l'etat, il doit done exister une politique forestière : c'est ce que les nations modernes ont compris depuis un temps plus ou moins long. Elles ont promulgué

4 - 2 des mesures de protection pour les massifs boisés, instauré des encouragements aux reboiseurs sous forme de plants, de sommes dargent, de recompenses varices. Les particuliers, de leur coté, se sont ingéniés a améliorer leurs forêts et a les défendre contre les nombreux ennemis qui menacent celles-ci. Et l'un de ces ennemis, qui se classe parmi les plus dangereux, surtout pour la forêt naissante, tout au moins dans certaines regions frangaises (les Landes de Gascogne, les Maures et l'estérel), c'est Ie feu. Les incendies de forêts ne sont pas un danger illusoire. Bien qu'il soit tres difficile d'obtenir une statistique precise, on peut avoir une idee des ravages du feu. Voici, pour la France, les chiffres des neuf dernières années tels qu'ils résultent d'un relevé fait a la Direction Générale des Eaux et Forêts : (1) Ha j I au total Ha / soit, en moyenne, par an i Ha I \ La contenance totale des forêts fran9aises étant de 10 millions Ha en 1926, cela fait une proportion moyenne de 0.34 pour 100 ou 3 ha 40 pour 1,000 hectares. L'estimation des dommages causes a été fixée a 36 millions de francs environ pour 1929 (2). Ces chiffres ne traduisent que les dégats matériels visibles, mais il y en a d'autres non négligeables qu'il est impossible d'évaluer exactement. Ce sont les degradations causées au sol forestier par Ie feu, les troubles apportés dans l'aménagement des forêts, dans les transactions commercials et dans la vie économique par 1'obligation de réaliser souvent en bloc et généralement (i) Rapport sur les statistiques et Ie classement des risques d'incendies forestiers par- M. Paul Razous (Congres pour l'etude de l'assurance des Bois et Forêts contre Ie feu, ma 1930), page 5. (2) Pau! Razous op. cit. p. 6.

5 ^3 - avant matunté les peuplements ravages, enfin Ie découragement qui peut atteindre les propriétaires pour qui les résultats d'efforts continus, prolongés pendant de nombreuses années pour constituer de belles forêts, souvent s'évanouissent en quelques instants avec la fumée de l'incendie de ces forêts. On a cherché a se prémunir contre Ie feu ou ses consequences. La prevention est obtenue par des mesures spécial es, des travaux, des organisations de defense qu'il n'y a pas lieu d'examiner ici. Le moyen a été étudié également de permettre au propriétaire sinistré de récupérer en tout ou partie la perte subie. C'est le but principal de l'assurance forestière contre l'incendie. L'assurance des bois et forêts a été étudiée de fagon tres complete par M. Max Hermant dans le rapport qu'il a présenté le 23 mai dernier au Congres tenu a Paris pour I'Etude de l'assurance des Bois et Forêts contre le Feu (1). Tout en exposant notre maniere de voir, nous ferons, dans ce qui va suivre, des emprunts importants aux idees développées par 1'eminent rapporteur. Quel est le but de l'assurance? L'assurance doit, dans la mesure du possible, donner la sécurité du lendemain en ce qui concerne les attaques du feu, a celui qui a assure sa propriété. L'existence de cette sécurité implique, pour les bois, la realisation de deux conditions. Le sinistré doit être : 1 Indemnisé de la perte subie; 2 Mis a même de reconstituer sa forêt le plus tot et le plus complètement possible. Comme cela, seulement, l'assurance sera vraiment effective. D'aucuns diront que l'assurance la plus efficace résultera des mesures preventives; sans doute, mais elle ne sera pas suffisante et si les travaux de defense doivent être encourages de toutes fanons, il ne faut pas que l'assurance, au sens courant du mot, soit moins bien traitée et considérée comme un accessoire. Cette dernière, cela est bien évident, trouvera des conditions d'autant plus favorables a son développement qu'elle s'appliquera a des propriétés mieux défendues contre l'éclosion ou l'assaut extérieur des incendies. (I) M. Max Hermant. L'assurance des bois et forêts contre l'incendie.

6 ^ 4 - Bref, la politique forestière fera bien de mettre sur Ie même pied, au point de vue encouragement et subventions, et les mesures preventives et les assurances. Ceci posé, l'assurance devra s'appuyer sur les deux principes essentiels suivants : 1 Ne pas favoriser par une sécurité plus ou moins coüteuse l'insouciance et 1'indifference vis-a-vis de la lutte contre Ie feu; 2 Favoriser et faciliter Ie reboisement et la constitution de forêts solides. A l'exemple de M. Hermant, nous diviserons en trois parties notre tres breve étude : 1 Classification des risques; 2^ Causes d'aggravation ou d'atténuation des risques; 3 Modalités de reglement des dommages. Nous terminerons par quelques mots sur la forme de l'assurance. 1 Classification des risques. Quels sont les facteurs qui interviennent pour favoriser l'éclosion et Ie développement du feu en forêt? Il faut d'abord que Ie climat soit favorable, c'est-a-dire que l'air et Ie sol soient secs, ou bien par suite de l'absence OU de la rareté des pluies, ou bien par Ie fait de l'existence de vents violents et desséchants, ou bien par la reunion de ces deux conditions. Le facteur a examiner d'abord sera done, a priori, la situation géographique de la forêt. Pour un pays de plaines, le partage en zones, basées sur la situation géographique, pourra être facile; mais l'existence de montagnes élevées viendra introduire un element perturbateur. On sait que les variations que présente la vegetation lorsqu'on s'élève en montagne sont analogues a celle que Ton observe lorsque la latitude augmente; autrement dit, quand on s'élève, le climat devient d'une fa9on générale plus froid et plus humide., j Done la classification par zones en planimetrie devrait se combiner, en altimétrie, avec un classenient par étages, ainsi que disent les phytogéographes. Mais interyient alors I'influence, souvent prépondérante, de I'exposition. Un versant

7 - 5 - en pente raide exposé au Sud pourra jouir dun climat sec et sera tres exposé aux incendies tandis que la pente qui lui fait face de l'autre co té du torrent sera humide et fraiche et ne craindra jamais les ravages du feu. Ces differences sont tres nettes dans les Alpes. L'introduction du facteur altitude a coté du facteur situation géographique bien que tres séduisante, nous parait ainsi un peu illusoire. Quelle valeur moyenne fixer d'ailleurs pour cette altitude susceptible d'amener une variation sutfisante du climat? Le classement «par paliers» présentera dans des difficultés et il est bon de ne pas s'engager dans les détails. Pour la France, il semble suffisant, dans une étude d'ensemble, de delimiter quatre zones géographiques qui, du Nord au Sud, présentent des risques croissants d'incendie (voir le rapport précité). (Ainsi apparaït déja la nécessité de poser des regies tres générales sauf, ensuite, lors de l'établissement des polices d'assurance, d'envisager les cas particuliers qui sont la réalité partout.) La division en zones géographiques est naturellement basée sur l'importance des risques telle qu'elle résulte des statistiques étudiées. Nous concluerons en disant qu'au lieu de parier de la situation géographique, il vaudrait mieux traduire celle-ci par Vinfluence du milieu. Pour que l'incendie se développe, il faut, en outre, qu'il trouve des matériaux combustibles et facilement inflammables. Alors interviendra : 2 L'influende des essences. Le classement universellement admis pour les essences est tres simple. D'une part, avec les risques relativement moindres, les feuillus; de l'autre, avec plus de risques, les résineux. Dans chaque zone, on tiendra done compte de la nature des essences qui constituent le peuplement. Remarquons qu'entre les résineux eux-mêmes, il existe de grosses differences au point de vue combustibilité. Ainsi, il y a, dans un même groupe, beaucoup plus de differences

8 entre Ie Sapin des Vosges et Ie Pin maritime, qu'entre Ie même Sapin et Ie Hêtre, pourtant de groupes différents. (Toujours l'influence prépondérante des cas particuliers!) Et dans les peuplements feuillus mêlés de résineux, il faudra, pour la classification, faire une cote mal taillée. Un bois contenant moins de 20 % de résineux sera feuillu; un bols renfermant plus de 50 % de résineux sera résineux et nous établlrcns même un tarlf spécial pour les peuplements renfermant de 20 a 50 % de résineux. Maintenant, pour une essence détermlnée, ou plutót un groupe d'essences, pulsque nous avons classé celles-ci en deux groupes, nous devrons considérer : 3 L'influence de Vage. Cet age peut être Ie même pour tout Ie peuplement (futaies équiennes); il peut être variable avec les divers individus englobés dans un même massif (futaies jardinées, taillis sousfutaie, etc). Enfin, on dolt faire une categorie spéciale pour les pépinières. Le Congres dont nous avons parlé a admis que : (1) a) Le danger d'incendie des bols sur pled va en décroissant a mesure que l'age de ces bols augmente (la décroissance étant tres rapide après ans);. ^ b) Qu'un tarlf dégressif d'année en année serait d'une application difficile; c) Qu'alors la mellleure solution a adopter est celle des paliers. Ceux-cl peuvent être établls comme 11 suit : Pour les résineux : 4 categories (primes décroissantes) : 0-10 ans; ans; ans; 40 ans et plus. Pour les feuillus : 3 categories (primes décroissantes) : 0-25 ans; ans; au-dessus de 50 ans. En regard de ces paliers, nous dirons que 1'Assurance Mutuelle du Plateau Central, qui fonctlonne depuis quelque temps déja, a établl 7 categories pour les résineux et 5 pour les feuillus. (1) Rapport de M. Max Hermant, p. 7.

9 - 7- II. Causes d'aggrayation ou d'attcnuatioii risques. dcs Les causes d'aggravation sont : 1 La presence de risques voisins plus graves que Ics risques assures, comme I'existence de bois plus jeunes ou d'essences plus dangereuses, dans un rayon de 40 metres; IP La presence ou le voisinage de yoies ter rees oü la traction est assurée par des locomotives a vapeur; y L'existence de sites classes, de voies tounstiques qui attirent et retiennent les promeneurs; 40 L'existence dans les bois de charbonnières ou d exploitations commerciales quelconques; 50 La negligence et I'incurie dans le nettoiement dcs coupes, I'entassement ou I'aneantissement des debris et remanents. Dans les causes d'atténuation, nous ferons rentrer tons les travaux de defense contre I'incendie (débroussaiuements, ouverture de tranchées, de pare-feux, de chemins compartimentant les peuplements, etc), ainsi que les dispositions prises pour assurer la surveillance des bois (surveillance active, existence de cloture) ou pour signaler les foyers d incendie dès leur apparition et organiser la lutte contre le teu (surveillance terrestre et aérienne). III. Reglement des dommages. Les peuplements seront estimes a leur valeur venale si, au moment de I'incendie, ils ayaient attcint ou dcpassc 1 age de leur exploitabilité commerciale. De cette valeur venale ainsi déterminée, on retranchera le sauvetage, c'est-a-dire le prix de vente des produits. La difference constituera le montant du dommage. On règlera suivant la valeur d'a.venir dans le cas contraire. Le calcul de cette valeur d'avenir se fait de diverses fanons. II est inutile de I'etudier ici. C'est une affaire d'expertise et, dans la généralité des cas, il est indiqué au corps de la police que les dommages seront éyalués par des experts sur les bases habituelles des estimations. Pour de toutes jeunes plantations résineuses ou feuillues, de moins de 10 ans, par exemple, la valeur d'avenir peut être

10 - 8 - remplacée par Tintérêt simple au taux habituel des placements financiers qu'aurait produit Ie capital engage, depuis Ie jour de la plantation jusqu'a la date de l'incendie. Les questions de destruction de la couverture morte, de trouble dans l'aménagement, etc, tres difficiles a traiter, seront souvent laissées de coté. Nous avons dit que l'assuré devait être mis a même de rétablir dans Ia mesure du possible sa forêt plus ou moins endommagée. Il faudra done prévoir : pour les taillis inccndiés, les frais de recépage; pour les plantations détruites, la refection plus ou moins complete de celles-ci. Sans doute, dans ce dernier cas, l'etat accordera gratuitement, sous forme de subvention, les plants nécessaires a la replantation, mais 1 assurance devra fournir la somme destinée a couvrir les dépenses de mam-d'oeuvre. Evidemment, Ie remploi de cette indemnité serait obligatoire. Et maintenant, voyons quelle est la forme a préférer pour 1 assurance. «Nous avons Ie choix entre la Société anonyme» et la Société mutuelle. La forme mutuelle crée entre les» adherents un lien de solidarité dont les effets peuvent se «faire sentir lorsque la propriété de l'un d'eux est menacéc,» soit pour porter secours, soit pour donner l'alarme et elle» permet de prendre toutes mesures collectives utiles contre» l'incendie comme Ie ferait un syndicat de propriétaires de» bois.» (M. Marcel Volmerange, fondateur de l'assurance mutuelle contre les incendies de forêts du Plateau Central.) Nous sommes du même avis, d'autant plus que les mutuelles, établies sur Ie modèle des mutuelles agricoles régies par la loi du 4 juillet 1900, jouissent de divers avantages (reduction d'impots et allocations de subventions de l'etat). Le peu de place dont nous disposons ne nous permet pas d'entrer dans le détail du fonctionnement de ces sociétés rnutuelles. Disons un mot seulement de la repartition des risques : Il est bon, a priori, den laisser une petite part au propriétaire lui-même (1/10^ par ex.) pour ne pas l'exposer a la tentation de rester inerte pour la defense contre l'incendie sous l'excellent prétexte que «l'assurance paiera». La caisse de la Mutuelle, Départementale ou Régionale, en prendra 2 ou 3 dixièmes a sa charge, suivant ses facultés.

11 _9 - et elle ckerchera a couvrir Ie surplus par des contrats de reassurances soit a une Caisse Nationale, soit a des Sociétés privées. La question étant assez nouvelle en France, il est nautrel que Ion éprouve quelque difficulté pour mettre sur pied une semblable entreprise, grosse d'inconnu et d'aléas. Il paraït néanmoins que la chose est possible, puisque la Mutuelle Forestière du Massif Central existe et fonctionne actuellement. Par ailleurs, l'exemple de la Norvège doit nous donner pleine confiance. L'avenir du reboisement dans maintes regions est, a notre avis, lie a la possibilité de la constitution et du bon fonctionnement de 1'Assurance Forestière telle que nous venons de l'esquisser. Il appartient a l'etat de favoriser cette Assurance par tous les moyens qu'il possède déja et ceux que 1'initiative parlementaire pourra facilement imaginer, si elle Ie desire vraiment. RESUME L'existence et Ie maintien en bon état d'une certaine étendue de forêts sont mdispensables aussi bien pour la sécurité et Ie bien-être de 1'ensemble du pays que pour la prosperité des particuliers. Un des principaux ennemis de la forêt, surtout de la forêt naissante, c'est Ie feu, qui, dans les neuf dernières années, aj"avagé en moyenne 3 ha 40 sur 1,000 ha chaque année. Une politique forestière bien comprise doit promouvoir et favoriser les moyens de prévenir les incendies, de lutter contre eux et de s'assurer contre les dégats et pertes qu'ils occasionnent. Nous examinons particulièrement la question de 1'assurance, divisant notre étude en trois parties : 1. Classification des risques : a) influence du milieu; on en tient compte en divisant Ie pays en un certain nombre de zones géographiques; b) influence de l'age. 2. Causes d'aggravation des nsques : a) presence de risques voisins plus graves; b) presence ou voisinage de voies ferrées; c) existence de sites classes; de voies touristiques; d) exis-

12 _ 10- tence de charbonnières, etc; e) negligence et incurie dans Ie nettoiement des coupes. Causes d'atténuation : travaux de protection et de defense, organisation complete de la surveillance, de la lutte contre Ie feu, etc. 3. Reglement des dommages. Les peuplements sont: a) ou bien exploitables commercialement : on les estime a leur valeur vénale, dont on déduit Ie «sauvetage» pour avoir 1'estimation du dommage; b) ou bien non exploitables parce que trop jeunes : on les estime a leur valeur d'avenir (cas particulier des jeunes plantations). Tout ceci est affaire d'expertises dont les bases sont bien connues et bien assises. La forme a préférer pour 1'Assurance est la Société Mutuelle régie par la loi du 4 juillet 1900, Association Régionale ou Départementale prenant a sa charge une part des risques et se couvrant, pour le surplus, par des reassurances a d'autres caisses ou d'autres sociétés. Conclusion. L'avenir du reboisement est lie a la possibilité de constitution et de bon fonctionnement de 1'Assurance forestière; l'etat doit favoriser celle-ci par tous les moyens dont il dispose.

13

14

15

16

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

dossier de presse Sylvassur, l assurance des Forestiers Privés de France, La Fédération des Forestiers Privés de France lance

dossier de presse Sylvassur, l assurance des Forestiers Privés de France, La Fédération des Forestiers Privés de France lance dossier de presse La Fédération des Forestiers Privés de France lance Sylvassur, l assurance des Forestiers Privés de France, en partenariat avec Verspieren panorama de la forêt française 16 millions d

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR.

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR. 1 2 Quelques données : Domaines & Patrimoine Membre de Adhérent à : l ASFFOR Membre de l ASFFOR Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise 10 11 salariés 7000 8 500 ha ha gérés 12 13 groupements

Plus en détail

Mise à disposition d'un local

Mise à disposition d'un local Mise à disposition d'un local La mise à disposition des locaux obéit à un certain nombre de règles visant à assurer l égalité de traitement entre les citoyens. L'article L.2144-3 du Code général des collectivités

Plus en détail

GAREAT. Documents annexes

GAREAT. Documents annexes GAREAT Documents annexes Qu est ce que le GAREAT? Le GAREAT est un Groupement d Intérêt Economique dont l objet est la mise en place d un programme de réassurance au nom et pour le compte de ses adhérents

Plus en détail

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE 672 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE Application au calcul des valeurs devenir et des dommages-intérêts Les problèmes d'évaluation des forêts ou d'estimation

Plus en détail

Les grands principes du statut du fermage (bail rural)

Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Le statut du fermage est le corps de règles qui encadre les droits et obligations du bailleur (propriétaire) et du preneur (locataire), parties à

Plus en détail

LE PETIT PROPRIETAIRE

LE PETIT PROPRIETAIRE Prospectus concernant les prêts hypothécaires sociaux accordés par la s.a. LE PETIT PROPRIETAIRE agréée par la région Bruxelles-Capitale inscrite en vertu d'une décision de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

> Le régime légal. L assurance des catastrophes naturelles. Centre de documentation et d information de l assurance FP 139.

> Le régime légal. L assurance des catastrophes naturelles. Centre de documentation et d information de l assurance FP 139. FP 139 Centre de documentation et d information de l assurance Janvier 2008 L assurance des catastrophes naturelles Qu est-ce qu une catastrophe naturelle? Comment sont garantis les dommages qu elle provoque?

Plus en détail

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003 DEP 302 - JUIN 2003 Copropriété et assurances Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax DEP : 01 465

Plus en détail

Nous protégeons l essentiel

Nous protégeons l essentiel Assurance des installations solaires dans le canton de Vaud Etablissement d'assurance contre l'incendie et les éléments naturels du canton de Vaud (ECA) 1 Plan 1. L ECA ECA en Suisse Missions Une institution

Plus en détail

PREFECTURE DE LA LOZERE

PREFECTURE DE LA LOZERE SOUS-PREFECTURE DE FLORAC POLE DE DEFENSE DES FORETS CONTRE L INCENDIE PREFECTURE DE LA LOZERE Arrêté préfectoral n 2015071-0002 - du 12 mars 2015 relatif à la prévention des incendies de forêts dans les

Plus en détail

d Assurance Agricole du

d Assurance Agricole du Compagnie Nationale d Assurance Agricole du Sénégalé www.cnaas.sn cnaas@cnaas.sn NOTRE STATUT Fruit d un Partenariat Public Privé, la CNAAS est une société anonyme avec Conseil d Administration dadministration

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

Figure 21 : Zone d étude située dans les Bouches du Rhône

Figure 21 : Zone d étude située dans les Bouches du Rhône 4. Application de la méthode sur deux zones d étude La méthode a été appliquée sur deux zones d étude, l une située dans les Bouches-du-Rhône et l autre dans le Var. Les cartes d interfaces habitat-forêt

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 L importance de l assurance pour l exploitation agricole Assurance agricole : assurer l'exploitation L'activité d'un agriculteur repose sur son exploitation agricole, il est

Plus en détail

L assurance des moules, gabarits, modèles, archives,

L assurance des moules, gabarits, modèles, archives, L assurance des moules, gabarits, modèles, archives, Notre expérience de formation et de consultant nous permet d affirmer que cette assurance est en général mal comprise par les entreprises et collectivités,

Plus en détail

Vous voulez en savoir plus sur les garanties proposées et les différents champs d intervention, lisez attentivement ce dossier.

Vous voulez en savoir plus sur les garanties proposées et les différents champs d intervention, lisez attentivement ce dossier. Petit guide de la Responsabilité Civile Professionnelle appelée RC PRO Pour les Instituts, Les SPA, les Centres de Bronzage en Cabines et les Centres d Embellissement des Cils et des Ongles Pour exercer

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

Emprunt bancaire immobilier

Emprunt bancaire immobilier - 1 - Emprunt bancaire immobilier Résumé : Quels sont les éléments nécessaires pour contracter un emprunt immobilier auprès d'un organisme bancaire? Ce Chapitre insiste particulièrement sur les modes de

Plus en détail

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières Avec le soutien financier de : Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières http://boursefonciere.fr/metropole-savoie/coeur-de-savoie/ Afin de répondre

Plus en détail

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles OBJET : Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles Numéro de la politique : FMB 017 2006 Numéro du dossier : 836 00 0003 Date d entrée en vigueur : 1 er septembre 2006 Date de révision

Plus en détail

Marteloscope Gounamitz 2

Marteloscope Gounamitz 2 Marteloscope Gounamitz 2 Description du dispositif Michel Soucy et André Cyr Faculté de foresterie, Université de Moncton, Campus d Edmundston Jean-Martin Lussier Centre canadien sur la fibre de bois,

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 65

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 65 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 65 65 ASSURANCE Cette division comprend la souscription de contrats d'assurance de rente et d'autres formes de contrat d'assurance ainsi que

Plus en détail

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS Les incendies de forêts ou les inondations sont les principaux risques majeurs qui peuvent

Plus en détail

Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort

Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort Fiche technique 2011 / 01 Nouvelles dispositions prévues par le règlement de sécurité pour l évacuation des personnes en situation

Plus en détail

Fiscalité forestière. (Mise à jour janvier 2015, sous réserve des évolutions ultérieures) 1/6

Fiscalité forestière. (Mise à jour janvier 2015, sous réserve des évolutions ultérieures) 1/6 Fiscalité forestière (Mise à jour janvier 2015, sous réserve des évolutions ultérieures) 1/6 Rappel de la fiscalité forestière Présentation simplifiée ACQUISITION ET SOUSCRIPTION Forêt en direct Parts

Plus en détail

CNFR MOUVEMENT RURAL ASSUR OPTIONS. des garanties complémentaires

CNFR MOUVEMENT RURAL ASSUR OPTIONS. des garanties complémentaires CNFR MOUVEMENT RURAL ASSUR OPTIONS des garanties complémentaires Ça, c est du neuf! Biens Immobiliers Biens mobiliers Véhicules & bateaux Chapiteaux Tous risque Annulation de séjour Protection juridique

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES GENERALES TRAVAUX

CAHIER DES CLAUSES GENERALES TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES GENERALES TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES GÉNÉRALES POUR L EXÉCUTION DES TRAVAUX FORESTIERS DE REBOISEMENT ET D ENTRETIEN EN FORET PRIVÉE Établi contractuellement en 1989 par la Compagnie

Plus en détail

PROFESSIONS AGRICOLES

PROFESSIONS AGRICOLES PROFESSIONS AGRICOLES Parce qu il vous faut produire, gérer, élever, Aréas est à vos côtés pour Protéger votre exploitation Nous couvrons vos bâtiments d exploitation en cas d incendie, de tempête, de

Plus en détail

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants.

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants. Division 1 : assurance de la responsabilité civile Article 1 - description de l'assurance La présente assurance couvre la responsabilité civile des assurés pour les dommages causés par le fait de l'exercice

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

La desserte des bâtiments

La desserte des bâtiments F I C H E T E C H N I Q U E N 1 2 / 1 La Service PréveNTiON edition janvier 2012 Nota : cette fiche annule et remplace la fiche technique n 05/1 Outre les mesures fixées par les règlements relatifs à chaque

Plus en détail

Nous : Fidea sa, ayant son siège social en Belgique, Van Eycklei 14, 2018 ANTWERPEN, RCA 1479.

Nous : Fidea sa, ayant son siège social en Belgique, Van Eycklei 14, 2018 ANTWERPEN, RCA 1479. POLICE CHEVAUX AFHQ9 1 ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE Définitions Dans la présente assurance, nous entendons par : Vous : Le preneur d'assurance et toutes les personnes vivant à son foyer. Nous : Fidea

Plus en détail

L Assurance en copropriété

L Assurance en copropriété L Assurance en copropriété Par Paul-André LeBouthillier et Richard Lavoie Avocats L assurance en copropriété Les obligations générales du Syndicat en matière d assurance? Comment réagir lors d un sinistre

Plus en détail

Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1

Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1 Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1 221.112.742 du 28 mars 1905 (Etat le 3 octobre 2000) L'Assemblée fédérale de la

Plus en détail

1. Titre du contrat. (si les travaux de montage se font en plusieurs tranches, indiquer quelle est la tranche ou les tranches à assurer)

1. Titre du contrat. (si les travaux de montage se font en plusieurs tranches, indiquer quelle est la tranche ou les tranches à assurer) FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE TOUS RISQUES MONTAGE - ESSAI 1. Titre du contrat (si les travaux de montage se font en plusieurs tranches, indiquer quelle est la tranche ou les tranches à

Plus en détail

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Participants Membre du comité scientifique et technique Nicolas Drapier DP Jean-Luc

Plus en détail

TALENSIA. Pertes d exploitation Grêle sur récoltes. Dispositions spécifiques

TALENSIA. Pertes d exploitation Grêle sur récoltes. Dispositions spécifiques TALENSIA Pertes d exploitation Grêle sur récoltes Dispositions spécifiques L'introduction et la présentation du plan d assurances Entreprises Les dispositions communes Le lexique sont également d'application.

Plus en détail

Une forêt en extension

Une forêt en extension Une forêt en extension En 2005, la forêt (1) franc-comtoise s étend sur 713 300 hectares, soit 43,7% du territoire régional. La Franche-Comté se place au 2 e rang des régions les plus boisées de France

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES VILLE D YZEURE - Direction de l'administration Générale - Service Assurances Place Jules Ferry - 03400 YZEURE Tél : 0470485300 - Fax : 0470485301 Email

Plus en détail

Intitulé du lot : Assurance multirisque habitation, dommage aux biens

Intitulé du lot : Assurance multirisque habitation, dommage aux biens ACTE D ENGAGEMENT Date limite de réception des offres : 16 octobre 2015 à 12 h. MARCHE D ASSURANCE VILLE DE SEES Lot n 1 Intitulé du lot : Assurance multirisque habitation, dommage aux biens Maître d ouvrage

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

ASSURER VOS PROJETS PROFESSIONNELS

ASSURER VOS PROJETS PROFESSIONNELS ASSURER VOS PROJETS PROFESSIONNELS Le professionnel libéral, en qualité de chef d entreprise, se doit de couvrir sa responsabilité civile professionnelle ainsi que celle de ses collaborateurs ; il doit

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE

PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE DIRECTION REGIONALE DE L ALIMENTATION DE L AGRICULTURE & DE LA FORET Service Régional de la Forêt & du Bois Arrêté du 13 août 2009 conditions de financement par des aides

Plus en détail

Multirisque Entreprise

Multirisque Entreprise Multirisque Entreprise Une démarche fondée sur le savoir-faire et l expérience Nous étudions la spécificité de votre entreprise Parce que bien protéger votre entreprise, c est avant tout bien la connaître,

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

VIVIUM Business Solutions

VIVIUM Business Solutions VIVIUM Business Solutions VIVIUM Business Solutions Property Liability Accidents Auto VIVIUM Business Deal Faites tourner votre business à plein régime Nous nous occupons de le protéger Pour développer

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

Luxembourg, le 24 janvier 2006

Luxembourg, le 24 janvier 2006 Luxembourg, le 24 janvier 2006 Lettre circulaire 06/3 du Commissariat aux Assurances relative aux exigences de qualification professionnelle pour agents et sous-courtiers d assurances L'article 105 paragraphe

Plus en détail

Easy Series. Guide de l'utilisateur Centrale d'alarme intrusion

Easy Series. Guide de l'utilisateur Centrale d'alarme intrusion Easy Series FR Guide de l'utilisateur Centrale d'alarme intrusion Attestation n 1220000980 Centrale Easy Series Délivrée par: AFNOR Certification 93571 La Plaine St Denis CNPP Certification 27950 St Marcel

Plus en détail

Allianz Professionnels de l auto «Confort»

Allianz Professionnels de l auto «Confort» Multirisques Allianz Professionnels de l auto «Confort» Garanties et franchises Tableau récapitulatif Avec vous de A à Z L assurance des véhicules Article 1 - Responsabilité civile 3 Article 2 - Défense

Plus en détail

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux Protection sociale et assurance des personnels territoriaux R E S S O U R C La commune, employeur public, a des obligations à l'égard de ses agents en matière de protection sociale. Selon leur statut,

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

UNE PROTECTION OPTIMALE POUR VOTRE ENTREPRISE

UNE PROTECTION OPTIMALE POUR VOTRE ENTREPRISE Assurances pour entreprises UNE PROTECTION OPTIMALE POUR VOTRE ENTREPRISE 30.00.005/00 10/14 ASSURANCES POUR ENTREPRISES Une protection optimale pour votre entreprise Entreprendre, c est accepter d assumer

Plus en détail

La réglementation Incendie en Belgique

La réglementation Incendie en Belgique La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 1 La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 2 Cpt ing. F. HENRY 1 Les differents niveaux de pouvoir - Fédéral

Plus en détail

Les informations recueillies dans Prométhée

Les informations recueillies dans Prométhée Les informations recueillies dans Prométhée PROCESSUS DE RECUEIL DES DONNEES... 2 CREATION DU FEU... 2 DONNEES COMPLEMENTAIRES... 2 DONNEES CARTOGRAPHIQUES... 3 DONNEES SUPPLEMENTAIRES... 3 DONNEES METEOROLOGIQUES...

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

DISPOSITIONS SPECIALES ASSURANCE SCOLAIRE

DISPOSITIONS SPECIALES ASSURANCE SCOLAIRE DISPOSITIONS SPECIALES ASSURANCE SCOLAIRE I - Définitions Assuré : l'élève désigné comme assuré jusqu'à l'âge où cesse l'obligation d'assurance ou au-delà s'il poursuit un cycle d'enseignement secondaire.

Plus en détail

DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE

DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE 2 ÉDITO C R C - M C Daniel BEGUIN Jean-Marie HARAUX Jean-Pierre RENAUD Henri PLAUCHE GILLON 3 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 PARTIE 1 : DESCRIPTION DE L ESPÈCE

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION ADIL 17 n 01ter/10 TEMPÊTE XYNTHIA

LETTRE D INFORMATION ADIL 17 n 01ter/10 TEMPÊTE XYNTHIA ADIL 17 70 bis, avenue Guiton - 17000 LA ROCHELLE 05.46.34.41.36-05.46.34.13.27 LETTRE D INFORMATION ADIL 17 n 01ter/10 TEMPÊTE XYNTHIA COMPLEMENTS D INFORMATIONS (REDACTION ANIL) CATASTROPHE NATURELLE

Plus en détail

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Document 205103 OBJET : Élaboration des tables de mortalité de l industrie pour l assurance-vie individuelle grande branche

Plus en détail

Transmettre son patrimoine forestier

Transmettre son patrimoine forestier Transmettre son patrimoine forestier SOMMAIRE +,#+%-.+/(-. *,#$/$&/+$./,#$0-1$$./-$&/($ +,#2++//$$./,#$&%-(/&++4$,%(&-&(/(-.&&$((51$&+16($.&-$&/($& 3 7 Transmettre son patrimoine forestier Dans notre département,

Plus en détail

Exemple et réflexion sur l utilisation de données satellitaires

Exemple et réflexion sur l utilisation de données satellitaires Exemple et réflexion sur l utilisation de données satellitaires Données Global Forest Change Détection des coupes rases non reboisées Importance et répartition des coupes définitives Le renouvellement

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

«La Fiscalité Forestière» FOGEFOR 15 novembre 2014. Ph. LADEN C.R.P.F. de Lorraine Alsace Aurélien HAAZ Expert Forestier

«La Fiscalité Forestière» FOGEFOR 15 novembre 2014. Ph. LADEN C.R.P.F. de Lorraine Alsace Aurélien HAAZ Expert Forestier «La Fiscalité Forestière» FOGEFOR 15 novembre 2014 Ph. LADEN C.R.P.F. de Lorraine Alsace Aurélien HAAZ Expert Forestier Spécificités forestières : Phases d investissements lourdes et longues Risques (sanitaires,

Plus en détail

Tech in One Machines et installations techniques. L assurance des objets techniques peut être si simple

Tech in One Machines et installations techniques. L assurance des objets techniques peut être si simple Tech in One Machines et installations techniques L assurance des objets techniques peut être si simple Assurer les machines et les installations techniques Tech in One, l assurance facile Pourquoi une

Plus en détail

VIVIUM Assurance Auto

VIVIUM Assurance Auto VIVIUM Assurance Auto La sérénité 5 étoiles En cas d accident, VIVIUM Auto vous garantit la sérénité au volant, avec sa gamme étendue de solutions testées et approuvées. 1. Confiez votre voiture et votre

Plus en détail

Adopté le 13.11.1981, entrée en vigueur le 13.11.1981 - Etat au 01.10.2013 (en vigueur)

Adopté le 13.11.1981, entrée en vigueur le 13.11.1981 - Etat au 01.10.2013 (en vigueur) Adopté le 13.11.1981, entrée en vigueur le 13.11.1981 - Etat au 01.10.2013 (en vigueur) RÈGLEMENT 963.41.1 d'application de la loi du 17 novembre 1952 concernant l'assurance des bâtiments et du mobilier

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE Table des matières page Responsabilité Civile 2 Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 Responsabilité civile Entrée dans le système Bonus-Malus 3 Responsabilité

Plus en détail

L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Groupement prévention du SDIS 85 PREAMBULE La loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Patrimoines La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Il y a deux ans, David emménage dans une autre ville. Il meuble sa nouvelle maison et règle plusieurs

Plus en détail

3 Eléments d'appréciation du risque - incontestabilité

3 Eléments d'appréciation du risque - incontestabilité Conditions générales ALKI4 1 1 Description de l'assurance Dans le cadre des conditions décrites ci-après, l'assurance garantit le paiement au bénéficiaire des montants précisés dans les conditions particulières.

Plus en détail

Financer son propre logement

Financer son propre logement Financer son propre logement Plan de la présentation : fonds propres fonds propres Page 2 Comment devenir Quelles sont les étapes du d un logement? fonds propres 1. Etablissement d un budget (quel loyer

Plus en détail

Etat des lieux. Les chiffres incendie. En France, l'incendie c'est :

Etat des lieux. Les chiffres incendie. En France, l'incendie c'est : Etat des lieux Les chiffres incendie En France, l'incendie c'est : 1 incendie toutes les 2 minutes 10000 victimes chaque année qui causent 800 décès 250000 sinistres d'incendies d habitation déclarés aux

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES ASSURANCE ET REASSURANCE EL AURASSI le 10 juin 2007 Alger LA REASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES EN ALGÉRIE Expérience de la CCR Présentation de la CCR Historique de la

Plus en détail

Acceptabilité et gouvernance des risques naturels en Europe (France, Italie, Suisse) : convergence vers une gestion intégr

Acceptabilité et gouvernance des risques naturels en Europe (France, Italie, Suisse) : convergence vers une gestion intégr Journée e d information d échanges La gestion des risques naturels en territoire de montagne application aux risques de crues Acceptabilité et gouvernance des risques naturels en Europe (France, Italie,

Plus en détail

Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens

Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens Adam SENIO, Fabrice TAILLIEU Le montant des biens endommagés lors d un sinistre est généralement estimé par les experts mandatés par l assureur

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIABILITY ASSURANCE DE LA RESPONSABILITE OBJECTIVE INCENDIE/EXPLOSION

CONDITIONS GENERALES LIABILITY ASSURANCE DE LA RESPONSABILITE OBJECTIVE INCENDIE/EXPLOSION Page 1 de 14 RESPONSABILITE OBJECTIVE INCENDIE / EXPLOSION TABLES DES MATIÈRES CHAPITRE I: DEFINITIONS 3 ARTICLE 1 Qu entend-on par? 3 CHAPITRE II: OBJET ET ETENDUE DE LA GARANTIE 4 ARTICLE 2 Objet de

Plus en détail

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France?

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Fiche de synthèse dans le cadre de la Loi d Orientation Agricole Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture Fabien Liagre - Mars 2005 1 Sommaire

Plus en détail

Expertise immobilière

Expertise immobilière Bernard de Polignac Jean-Pierre Monceau Expertise immobilière Guide pratique Deuxième édition 2002 ISBN : 2-212-11158-4 SOMMAIRE Partie 1 1 L expert et la valeur 1 RÉFLEXIONS SUR LA VALEUR DES BIENS...

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

L ASSURANCE DU RECOURS DES TIERS LA CONVENTION D ABANDON DE RECOURS ASSURALIA QUI S Y RAPPORTE.

L ASSURANCE DU RECOURS DES TIERS LA CONVENTION D ABANDON DE RECOURS ASSURALIA QUI S Y RAPPORTE. L ASSURANCE DU RECOURS DES TIERS ET LA CONVENTION D ABANDON DE RECOURS ASSURALIA QUI S Y RAPPORTE. Conférence du 20.01.2010 par André Roels pour le ARSON PREVENTION CLUB INTRODUCTION Définition approximative

Plus en détail

Nous recensons ci-dessous, de la manière la plus exhaustive possible, l ensemble des éléments qui ont ou vont nécessiter une intervention :

Nous recensons ci-dessous, de la manière la plus exhaustive possible, l ensemble des éléments qui ont ou vont nécessiter une intervention : Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, L année 2013, pas encore terminée, nous a déjà réservé son lot de surprises : froid, humidité constante, pluies abondantes suivies, dans le

Plus en détail

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif Diane Patrimoine La forêt : un investissement long terme avec un rendement régulier qui permet également de régler son ISF et réduire sa base imposable. Il existe du fait de la loi en faveur du Travail,

Plus en détail

Conditions d assurance

Conditions d assurance Conditions d assurance 1. Evénements assurés AXA sert ses prestations lorsque le véhicule automobile assuré est défaillant à la suite d une panne, d'une collision ou d un vol. 2. Personnes assurées AXA

Plus en détail

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Le Plan d'indemnisation en assurances IARD (le «Plan») est le fruit de cinq ans de négociations avec les surintendants provinciaux et fédéral des assurances.

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement A l'attention de Septembre 2008 Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement Au sujet de la garantie prise par la banque : Voici les caractéristiques et le coût des différents

Plus en détail