COMPETENCE DE LA JURIDICTION ADMINISTRATIVE - REGIME EXORBITANT - CONTRATS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPETENCE DE LA JURIDICTION ADMINISTRATIVE - REGIME EXORBITANT - CONTRATS"

Transcription

1 Numéro du document : GAJA/16/2007/0026 Publication : Les grands arrêts de la jurisprudence administrative, 16e édition 2007, p. 155 Type de document : 26 Décision commentée : Conseil d'etat, n Indexation COMPETENCE 1.Répartition des compétences entre les deux ordres de juridiction 2.Contrat 3.Droit commun COMPETENCE DE LA JURIDICTION ADMINISTRATIVE - REGIME EXORBITANT - CONTRATS CE 31 juill. 1912, SOCIETE DES GRANITS PORPHYROIDES DES VOSGES, Lebon 909, concl. Blum (D , concl. Blum ; S , concl. Blum ; RD publ , note Jèze) Marceau Long, Vice-président honoraire du Conseil d'etat Prosper Weil, Membre de l'institut ; Professeur émérite à l'université Panthéon-Assas (Paris II) Guy Braibant, Président de section honoraire au Conseil d'état Pierre Delvolvé, Professeur à l'université Panthéon-Assas (Paris II) Bruno Genevois, Président de la section du contentieux du Conseil d'état Cons. que la réclamation de la Société des granits porphyroïdes des Vosges tend à obtenir le paiement d'une somme de fr 20, qui a été retenue à titre de pénalité par la ville de Lille, sur le montant du prix d'une fourniture de pavés, en raison des retards dans les livraisons ; Cons. que le marché passé entre la ville et la Société était exclusif de tous travaux à exécuter par la Société et avait pour objet unique des fournitures à livrer selon les règles et conditions des contrats intervenus entre particuliers ; qu'ainsi ladite demande soulève une contestation dont il n'appartient pas à la juridiction administrative de connaître ; que, par suite, la requête de la Société n'est pas recevable... (Rejet). Observations 1. Un litige s'étant élevé entre la ville de Lille et la Société des granits porphyroïdes des Vosges relativement à un marché portant sur la fourniture de pavés, le Conseil d'etat déclare que la juridiction administrative est incompétente pour connaître d'un contrat qui «avait pour objet unique des fournitures à livrer selon les règles et conditions des contrats intervenus entre particuliers». Le commissaire du gouvernement Léon Blum avait rappelé qu'en vertu des arrêts Blanco * (Trib. confl.8 févr. 1873) et Feutry (Trib. confl.29 févr. 1908, Lebon 208, concl. Teissier - v. n 12.2), toutes les actions fondées sur le quasi-délit administratif, c'est-à-dire sur l'inexécution ou la mauvaise exécution d'un service public, étaient de la compétence administrative ; mais il ajoutait que la jurisprudence est beaucoup moins extensive lorsqu'il s'agit d'un contrat, puisque, selon les termes employés par Romieu dans ses conclusions sur l'arrêt du 6 févr. 1903, Terrier *, l'administration

2 peut, tout en agissant dans l'intérêt d'un service public, contracter «dans les mêmes conditions qu'un simple particulier et se trouver soumise aux mêmes règles comme aux mêmes juridictions». Ainsi se trouvait posé le principe que les contrats conclus dans l'intérêt d'un service public pouvaient être soit des contrats de droit commun, soit des contrats administratifs. Dans ses conclusions, Léon Blum indiquait les éléments et le critère de la distinction : «Quand il s'agit de contrat, il faut rechercher, non pas en vue de quel objet ce contrat est passé, mais ce qu'est ce contrat de par sa nature même. Et, pour que le juge administratif soit compétent, il ne suffit pas que la fourniture qui est l'objet du contrat doive être ensuite utilisée pour un service public ; il faut que ce contrat par lui-même, et de par sa nature propre, soit de ceux qu'une personne publique peut seule passer, qu'il soit, par sa forme et sa contexture, un contrat administratif... Ce qu'il faut examiner, c'est la nature du contrat lui-même indépendamment de la personne qui l'a passé et de l'objet en vue duquel il a été conclu». Le commissaire du gouvernement considérait que le critère du contrat administratif était la présence de clauses exorbitantes du droit commun. Ainsi se trouve nuancée la portée de l'arrêt Thérond * du 4 mars 1910, qui pouvait conduire à voir un contrat administratif dans tout contrat conclu par une ville dans «le but d'assurer un service public». Depuis l'arrêt Société des granits porphyroïdes des Vosges, la jurisprudence a eu l'occasion de préciser le critère de la clause exorbitante (I) et sa portée (II). 2. I. - Le critère de la clause exorbitante n'est pas parfaitement clair. Certains arrêts y voient une clause qui n'est pas «usuelle» dans les rapports entre particuliers (Trib. confl.14 nov. 1960, Société agricole de stockage de la région d'ablis, Lebon 867 ; AJ , note A. de L.) ; d'autres la définissent comme la clause «ayant pour effet de conférer aux parties des droits ou de mettre à leur charge des obligations étrangères par leur nature à ceux qui sont susceptibles d'être librement consentis par quiconque dans le cadre des lois civiles et commerciales» (CE Sect. 20 octobre 1950, Stein, Lebon 505, et 26 févr. 1958, Compagnie des mines de Falimé-Gambie, Lebon 128) ; on a pu y voir également la clause fondée directement sur des motifs d'intérêt général (v. nos obs. sous CE 20 avr. 1956, Epoux Bertin *). Parmi les exemples courants de clauses exorbitantes, on trouve celles qui permettent à l'administration contractante de résilier elle-même le contrat (Trib. confl.16 janv. 1967, Société du vélodrome du parc des princes, Lebon 652 ; D , concl. Lindon ; JCP 1967.II.15246, note Charles ; - 17 nov. 1975, Leclert, Lebon 800 ; D , note Roche ; JCP 1976.II.18480, note Ourliac et de Juglart et 1977.II.18539, note Truchet), de diriger, surveiller ou contrôler son exécution (CE Sect. 10 mai 1963, Soc. coopérative agricole «La Prospérité fermière», Lebon 289 ; RD publ , concl. Braibant). En revanche, n'ont pas été considérées comme exorbitantes du droit commun une clause de résolution de plein droit en cas d'inexécution de certaines obligations (Trib. confl.15 juin 1970, Commune de Comblanchien, Lebon 889), ou la clause par laquelle une commune s'engage à lever les impôts nécessaires au remboursement d'un emprunt (CE 6 déc. 1989, SA de crédit à l'industrie française (CALIF), Lebon 542 ; AJ , obs. J.M., et Civ. 1 re 18 févr. 1992, Cie La Mondiale c/ Ville de Roubaix, Bull. civ. I, n 59, p. 40). Le cumul de clauses exorbitantes dans un même contrat est évidemment déterminant (par ex. CE Ass. 26 févr. 1965, Société du vélodrome du parc des princes, Lebon 133 ; RD publ , concl. Bertrand, et 1175, note M. Waline). Mais une seule clause exorbitante peut aussi bien suffire à imprimer un caractère administratif au contrat où elle se trouve (par ex. Trib. confl.16 janv. 1967, Société du vélodrome

3 du parc des princes, précité : clause de résiliation d'office par l'administration). 3. Le critère de la clause exorbitante s'est élargi avec celui du régime exorbitant selon lequel le contrat est conclu : ainsi ont été considérés comme administratifs, les contrats par lesquels EDF achetait aux producteurs autonomes d'électricité le courant produit par leurs installations, ces contrats étant conclus obligatoirement et leur contentieux donnant lieu à une intervention préalable du ministre (CE Sect. 19 janv. 1973, Société d'exploitation électrique de la rivière du Sant, Lebon 48 ; CJEG , concl. Rougevin-Baville, note Carron ; AJ , chr. Léger et Boyon ; JCP 1974.II.17629, note Pellet ; RA , note Amselek). 4. La question du critère de la clause ou du régime exorbitants du droit commun s'est posée particulièrement pour les marchés publics, contrats par lesquels les personnes publiques chargent une entreprise de prestations (fournitures, travaux, services) moyennant une rémunération consistant dans le prix qu'elles lui paient. Tel était le cas dans l'affaire Société des granits porphyroïdes des Vosges, où l'absence de clause exorbitante a conduit le Conseil d'etat à dénier au marché un caractère administratif. Depuis lors la question s'est posée pour les marchés, d'une part en ce qu'ils se bornaient à renvoyer à un cahier des charges, d'autre part en ce qu'ils étaient soumis seulement à la réglementation des marchés. Dans le premier cas, la jurisprudence a fini par considérer que le renvoi à un cahier des charges n'imprimait au contrat un caractère administratif que si ce document contenait lui-même une ou des clauses exorbitantes du droit commun (Trib. confl.5 juill. 1999, Union des groupements d'achats publics, Lebon 465 ; AJ , chr. Raynaud et Fombeur, et , note Fardet ; CJEG , note Béchillon et Terneyre). Dans le second, elle a considéré que le régime particulier de passation des marchés publics ne suffisait pas à en faire des contrats administratifs (Trib. confl.5 juill. 1999, Commune de Sauve, Lebon 465 ; BJCP et RFDA , concl. Schwartz ; AJ , chr. Raynaud et Fombeur ; CJEG , note Béchillon et Terneyre ; RD publ , note Llorens). La loi du 11 déc (dite loi «MURCEF») est revenue sur ces solutions, en disposant (art. 2) : «les marchés passés en application du Code des marchés publics ont le caractère de contrats administratifs». Il en est ainsi même s'ils sont conclus sans formalités préalables (CE Sect. av. 29 juill. 2002, Société MAJ Blanchisseries de Pantin, Lebon 297 ; BJCP , concl. Piveteau ; AJ , note J.-D. Dreyfus ; CJEG , note Gourdou et Bourrel ; CMP 2002, n 207, note Llorens). Un contrat de fourniture de pierres pour le revêtement d'une place publique, semblable au marché de fourniture de pavés de l'affaire Granits porphyroïdes a donc été reconnu administratif (CAA Bordeaux, 14 sept. 2004, Couderc, CMP mars 2005, p. 21). En revanche, les marchés que passent des personnes privées en appliquant spontanément le Code des marchés publics alors qu'il ne s'impose pas restent des contrats de droit privé (Trib. confl.17 déc. 2001, Société Rue Impériale de Lyon, Lebon 761 ; BJCP , concl. Bachelier ; CMP 2002, n 54, obs. Soler-Couteau ; DA mars 2002, p. 21, note Delacour). Le cas des personnes publiques non soumises au Code des marchés publics (tels les établissements publics industriels et commerciaux de l'etat) a été réglé par l'arrêt du Tribunal des conflits du 20 juin 2005, SNC Société hôtelière guyanaise c/ Centre national d'études spatiales (Lebon 664 ; BJCP , concl. Bachelier, note R.S. ; Rev. Trésor , note Pissaloux) : leurs marchés ne sont administratifs qu'en raison de la présence de clauses exorbitantes du droit commun - conformément à la jurisprudence Granits porphyroïdes des Vosges, qui en dehors des contrats couverts

4 par la loi «MURCEF» n'a pas perdu de son actualité. 5. II. - La portée du critère de la clause exorbitante et, plus généralement, du régime exorbitant n'est pourtant pas universelle. Pour qu'elle puisse jouer, il faut d'abord que le contrat soit conclu par une personne publique (A). Même si tel est le cas, la clause ou le régime exorbitants ne sont pas toujours déterminants (B). 6. A. - La présence d'une personne publique au contrat, est une condition en principe nécessaire pour qu'il soit administratif (v. nos obs. sous Trib. confl.8 juill. 1963, Société Entreprise Peyrot *). Les contrats conclus par des personnes privées, même s'ils contiennent des clauses qui peuvent être considérées comme exorbitantes du droit commun, même s'ils font référence à un cahier des clauses administratives générales applicable aux marchés publics (CE 14 nov. 1973, Société du canal de Provence, Lebon 1030 ; - Trib. confl.26 mars 1990, Association nationale pour la formation professionnelle des adultes c/ M me Vve Arend, Lebon 858 ; D SC.103, obs. Terneyre), même s'ils reproduisent les termes d'un accord conclu par une personne publique (Trib. confl.10 janv. 1983, Centre d'action pharmaceutique c/ Union des pharmaciens de la région parisienne, Lebon 535 ; JCP 1983.II.19938, concl. Gulphe ; AJ , note J. Moreau), même s'ils sont passés selon un régime exorbitant du droit commun (obligation de contracter par exemple), restent des contrats de droit privé, dont le contentieux appartient aux juridictions judiciaires - à moins d'être conclus pour le compte d'une personne publique (v. Trib. confl.8 juill. 1963, Société Entreprise Peyrot * et nos obs.). 7. B. - Lorsqu'un contrat est conclu par une personne publique, le critère de la clause ou du régime exorbitant du droit commun est pleinement déterminant pour les services publics à gestion publique, c'est-à-dire les services publics administratifs. Pour eux, la solution n'a jamais fait de doute : si, dès l'arrêt Terrier *, leur était réservée la possibilité de conclure des contrats de droit commun, qu'a confirmée l'arrêt Société des granits prophyroïdes des Vosges, le critère de la clause exorbitante du droit commun, lié à la notion même de gestion publique, a toujours déterminé le caractère administratif de leurs contrats. Mais la portée du critère de la clause ou du régime exorbitants peut se trouver doublement limitée : pour les services à gestion privée, elle n'est pas toujours déterminante (1 ) ; pour tous les services, elle n'est pas toujours nécessaire (2 ) ) Le principe même de la gestion privée de laquelle relèvent certains services peut s'opposer à ce que leurs contrats soient considérés comme administratifs. Tel a été le cas des contrats relatifs au domaine privé, longtemps considérés comme de droit privé par leur objet même, quelles que soient leurs clauses (CE Sect. 26 janv. 1951, Société anonyme minière, Lebon 49). Mais, désormais, ils sont reconnus administratifs s'ils comportent des clauses exorbitantes du droit commun (Trib. confl.17 nov. 1975, Leclert, précité ; - 17 oct. 1988, Ministre de l'économie et des finances c/ Melle Jean, Lebon 493 ; JCP 1990.II.21550, note Loy), à moins qu'une disposition législative particulière attribue compétence aux tribunaux judiciaires (par ex. les baux ruraux : Trib. confl.22 nov. 1965, Calmette, Lebon 819 ; JCP 1966.II.14483, concl. Lindon, note O.D. ; D , note Lenoir). 9. Quant aux services publics industriels et commerciaux, le principe de leur soumission au droit privé (Trib. confl.22 janv. 1921, Société commerciale de l'ouest africain *) n'empêche pas non plus que leurs contrats puissent être administratifs s'ils relèvent d'un régime exorbitant du droit commun par leurs clauses (CE Sect. 20 oct. 1950, Stein, précité ; Trib. confl.14 nov. 1960, Société agricole de stockage de la région d'ablis, précité) ou les dispositions qui leur sont applicables (CE Sect. 19 janv.

5 1973, Société d'exploitation électrique de la rivière du Sant, précité). Mais ni les contrats conclus avec leurs agents (sauf exception : cf. nos obs. sous CE 26 janv. 1923, Robert Lafrégeyre *) ni les contrats conclus avec leurs usagers ne peuvent être administratifs, même s'ils comportent des clauses exorbitantes du droit commun (CE Sect. 13 oct. 1961, Etablissements Campanon-Rey, Lebon 567 ; AJ , concl. Heumann, note de Laubadère ; CJEG , note A.C. ; D , note Vergnaud ; - Trib. confl.17 déc. 1962, Dame Bertrand, Lebon 831, concl. Chardeau ; AJ , chr. Gentot et Fourré ; CJEG , note A.C. ; - Civ. 1 re 18 nov. 1992, SA OTH International c/ Coface, Bull. civ. I, n 279, p. 182) ) Le critère de la clause exorbitante, qui a longtemps pu paraître exclusif à la suite de l'arrêt Société des granits porphyroïdes des Vosges, ne l'est pas : un contrat ne comportant pas une telle clause peut néanmoins être administratif en tant qu'il confie au contractant l'exécution du service public ou qu'il est lui-même une modalité d'exécution du service public, comme l'a reconnu la jurisprudence depuis l'arrêt Epoux Bertin * du 20 avr Cette alternative est clairement mise en évidence dans les deux arrêts précités du Tribunal des conflits du 5 juill. 1999, Commune de Sauve et Union des groupements d'achats publics. Ainsi le critère de la clause exorbitante n'est ni toujours suffisant ni toujours nécessaire. Sous ces réserves, les principes dégagés par l'arrêt Société des granits porphyroïdes des Vosges demeurent valables. - Fin du document -

L'identification des contrats administratifs (cours)

L'identification des contrats administratifs (cours) L'identification des contrats administratifs (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le critère organique : la présence d une personne publique au contrat... 4 Les contrats

Plus en détail

Aff 3906 Société d exploitation des énergies photovoltaïques c/ Société Electricité Réseau Distribution France

Aff 3906 Société d exploitation des énergies photovoltaïques c/ Société Electricité Réseau Distribution France 1 TC Aff 3906 Société d exploitation des énergies photovoltaïques c/ Société Electricité Réseau Distribution France Rapp. J.M. Béraud Séance du 8 juillet 2013 L obligation de rachat de l électricité produite

Plus en détail

COMPETENCE DE LA JURIDICTION ADMINISTRATIVE - SERVICE PUBLIC - CONTRATS - TRAVAUX PUBLICS

COMPETENCE DE LA JURIDICTION ADMINISTRATIVE - SERVICE PUBLIC - CONTRATS - TRAVAUX PUBLICS Numéro du document : GAJA/16/2007/0074 Publication : Les grands arrêts de la jurisprudence administrative, 16e édition 2007, p. 491 Type de document : 74 Décision commentée : Conseil d'etat, 20-04-1956

Plus en détail

La clause exorbitante et la réalisation de l'intérêt général : A propos de l'arrêt du Tribunal des conflits du 5 juillet 1999, «UGAP»

La clause exorbitante et la réalisation de l'intérêt général : A propos de l'arrêt du Tribunal des conflits du 5 juillet 1999, «UGAP» AJDA 2000 p. 115 La clause exorbitante et la réalisation de l'intérêt général : A propos de l'arrêt du Tribunal des conflits du 5 juillet 1999, «UGAP» Christophe Fardet, Maître de conférences à l'université

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 3984 Mme R. c/ Société des autoroutes du Sud de la France (Renvoi de la cour administrative d appel de Paris)

Tribunal des conflits. Affaire 3984 Mme R. c/ Société des autoroutes du Sud de la France (Renvoi de la cour administrative d appel de Paris) 1 Tribunal des conflits Affaire 3984 Mme R. c/ Société des autoroutes du Sud de la France (Renvoi de la cour administrative d appel de Paris) Rapporteur : Y. Maunand Séance du 9 février 2015 La question

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

Le cautionnement d un bail d'habitation

Le cautionnement d un bail d'habitation Le cautionnement d un bail d'habitation Article juridique publié le 02/10/2012, vu 20379 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Initialement, la loi du 6 juillet 1989 ne comportait aucune notion de garantie de

Plus en détail

AVIS DU COMITE JURIDIQUE 1 DE LA FEDERATION NATIONALE DES TRAVAUX PUBLICS

AVIS DU COMITE JURIDIQUE 1 DE LA FEDERATION NATIONALE DES TRAVAUX PUBLICS AVIS DU COMITE JURIDIQUE 1 DE LA FEDERATION NATIONALE DES TRAVAUX PUBLICS Objet : Conséquences de la modification du statut d EDF et de GDF sur la nature de leurs marchés de travaux, sur le statut des

Plus en détail

AJDA 2007 p. 915. La nature des contrats passés par une personne privée transparente. Arrêt rendu par Conseil d'etat. 21 mars 2007 n 281796

AJDA 2007 p. 915. La nature des contrats passés par une personne privée transparente. Arrêt rendu par Conseil d'etat. 21 mars 2007 n 281796 AJDA 2007 p. 915 La nature des contrats passés par une personne privée transparente Arrêt rendu par Conseil d'etat 21 mars 2007 n 281796 Sommaire : Lorsqu'une personne privée est créée à l'initiative d'une

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

Conclusions du commissaire du gouvernement

Conclusions du commissaire du gouvernement Tribunal des Conflits n 3803 1 Conflit négatif M. B. c/ Ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Séance du 4 juillet 2011 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire du gouvernement

Plus en détail

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon)

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) 1 TC Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) Rapp. Y. Maunand Séance du 7 juillet 2014 La question de compétence qui vous a été renvoyée par

Plus en détail

DROIT PUBLIC. Commission ouverte

DROIT PUBLIC. Commission ouverte Commission ouverte DROIT PUBLIC Responsables : Françoise SARTORIO et Gabriel BENESTY SOUS-COMMISSION OBSERVATOIRE Le risque de non allotissement des prestations juridiques avant l attribution des marchés

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs

Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs Article juridique publié le 30/06/2015, vu 973 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation réaffirme constamment que le préjudice, pour

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais)

c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais) Tribunal des Conflits n 3833 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Lille M. D c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais) Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur

Plus en détail

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6 Contrat D adhésion 1 sur 6 ENTRE LES SOUSSIGNES : 1. La société SARL, dont le siège est situé 35 Av. Pierre et Marie Curie 78360 MONTESSON représentée par Aurelien NKAM, ci-après dénommé ET 2 Mme, Mlle,

Plus en détail

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 Cette décision sera mentionnée dans les t~hl~::: dl ~0cuei! LEBON REPUBLIQUE FRANÇAISE SR SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES TRANSPORTS PUBLICS DE CANNES LE CANNET

Plus en détail

LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER

LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER Article juridique publié le 26/01/2015, vu 2672 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Dans le cadre d une procédure saisie- immobilière, il est possible de tirer un meilleur

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

FOURNITURE DE PRESTATIONS D UN VOYAGE SCOLAIRE POUR LE COLLEGE LE REVARD. Cahier des clauses administratives particulières (CCAP)

FOURNITURE DE PRESTATIONS D UN VOYAGE SCOLAIRE POUR LE COLLEGE LE REVARD. Cahier des clauses administratives particulières (CCAP) Collège Le Revard 139, rue de l Europe 73100 Grésy-sur-Aix TEL. 04 79 61 74 40 FAX. 04 79 54 55 24 Ce.0731521G@ac-grenoble.fr FOURNITURE DE PRESTATIONS D UN VOYAGE SCOLAIRE POUR LE COLLEGE LE REVARD Cahier

Plus en détail

LA PRATIQUE JUDICIAIRE

LA PRATIQUE JUDICIAIRE SC001078/competence CENTRE D E FORM ATION PROFESSIONNELLE des Barreaux d e Liège, Verviers, Eupen, Marche -en-famenne, Neufchâtea u et Arlon LA PRATIQUE JUDICIAIRE Schéma des questions à aborder dans le

Plus en détail

2 ) de prononcer la décharge de l imposition contestée ;

2 ) de prononcer la décharge de l imposition contestée ; sh COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 10LY01157 ------------------ M. J M. Duchon-Doris Président Mme Chevalier-Aubert Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative

Plus en détail

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés.

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés. les infos DAS - n 075 24 juin 2015 Le portage salarial A la suite de l ordonnance du 2 avril 2015 1 qui donne un nouveau fondement juridique au portage salarial, il nous a paru nécessaire de faire le point

Plus en détail

Association Nationale des Sociétés par Actions

Association Nationale des Sociétés par Actions Association Nationale des Sociétés par Actions 39 rue de Prony 75017 Paris Tél. 01 47 63 66 41 Fax 01 42 27 13 58 - http://www.ansa.fr - ansa@ansa.fr 2014 V Comité Juridique Réunion du 3 septembre 2014

Plus en détail

Questions d évaluation

Questions d évaluation TEMA 4 CARLOS MANUEL GONÇALVES DE MELO MARINHO Juge de la Cour l appel Questions d évaluation A. LE RÈGLEMENT DU CONSEIL (CE) Nº 4/2009 du 18 décembre 2008 relatif à la compétence, la loi applicable, la

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHES ET DE DIFFUSION JURIDIQUES JURISPRUDENCE DU TRIBUNAL DES CONFLITS JUILLET 2011

CENTRE DE RECHERCHES ET DE DIFFUSION JURIDIQUES JURISPRUDENCE DU TRIBUNAL DES CONFLITS JUILLET 2011 CENTRE DE RECHERCHES ET DE DIFFUSION JURIDIQUES JURISPRUDENCE DU TRIBUNAL DES CONFLITS JUILLET 2011 -I- SOMMAIRE 03 AGRICULTURE ET FORETS... V 03-02 Problèmes sociaux de l'agriculture...v 03-02-05 Indemnité

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D'AUTO-ÉVALUATION. THÈME 3

QUESTIONNAIRE D'AUTO-ÉVALUATION. THÈME 3 QUESTIONNAIRE D'AUTO-ÉVALUATION. THÈME 3 1.-La reconnaissance automatique : a) Implique que les sentences provenant d'un État membre de l'ue seront traitées dans les autres États membres comme s'il s'agissait

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

INSTRUCTION. N 01-127-M0 du 26 décembre 2001 NOR : BUD R 01 00127 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 01-127-M0 du 26 décembre 2001 NOR : BUD R 01 00127 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 01-127-M0 du 26 décembre 2001 NOR : BUD R 01 00127 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RECOUVREMENT DES PRODUITS DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX

Plus en détail

N 2015 Paris le 6 novembre 2006

N 2015 Paris le 6 novembre 2006 N 2015 Paris le 6 novembre 2006 Département Législatif & Réglementaire/VT I DROIT CIVIL 10 Droit coopératif agricole 1022 Contentieux 10220 Coopératives contre sociétaires OBJET : Compte courant d activité

Plus en détail

Conditions Générales de Vente «Site Internet»

Conditions Générales de Vente «Site Internet» Conditions Générales de Vente «Site Internet» 1 Article 1 : Contexte Les conditions générales de vente «Site Internet» ont pour objet de définir les droits et obligations de DIGEETAL SARL et de son client

Plus en détail

Tribunal des Conflits N 3861. Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Grenoble. M. A.-M. et autres

Tribunal des Conflits N 3861. Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Grenoble. M. A.-M. et autres Tribunal des Conflits N 3861 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Grenoble M. A.-M. et autres c/ Association communale de chasse agrée d Abondance Séance du 9 juillet 2012 Rapporteur : M. Honorat

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry. Rapp. D. Duval-Arnould. Séance du 14 mars 2016

TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry. Rapp. D. Duval-Arnould. Séance du 14 mars 2016 1 TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry Rapp. D. Duval-Arnould Séance du 14 mars 2016 La question que vous a renvoyée le Conseil d Etat porte sur l ordre de juridiction compétent pour connaître du

Plus en détail

Directive concernant les engagements de garantie (Directive Engagements de garantie, DEG)

Directive concernant les engagements de garantie (Directive Engagements de garantie, DEG) Directive Engagements de garantie Directive concernant les engagements de garantie (Directive Engagements de garantie, DEG) Du Fondement juridique mars 05 art. 9 Règlement complémentaire Emprunts, art.

Plus en détail

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance LE REGIME JURIDIQUE DE LA SOUS-TRAITANCE EN ITALIE Textes de référence :! Loi n 192 du 18 juin 1998 sur la sous-traitance dans les activités de production (en annexe) Table des matières A. Notion juridique

Plus en détail

PARTIE 2. LES SERVICES PUBLICS

PARTIE 2. LES SERVICES PUBLICS PARTIE 2. LES SERVICES PUBLICS Le service public est une activité assurée directement ou indirectement par une personne publique en vue de la satisfaction d un intérêt public. Si le service public a longtemps

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHES ET DE DIFFUSION JURIDIQUES JURISPRUDENCE DU TRIBUNAL DES CONFLITS NOVEMBRE 2013

CENTRE DE RECHERCHES ET DE DIFFUSION JURIDIQUES JURISPRUDENCE DU TRIBUNAL DES CONFLITS NOVEMBRE 2013 CENTRE DE RECHERCHES ET DE DIFFUSION JURIDIQUES JURISPRUDENCE DU TRIBUNAL DES CONFLITS NOVEMBRE 2013-1- SOMMAIRE 17 COMPETENCE... 5 17-03 Répartition des compétences entre les deux ordres de juridiction...

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE 1 REPUBLIQUE FRANCAISE COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.99.036 Président : M. PIVETEAU Rapporteur : Mme DESCOURS-GATIN Commissaire du gouvernement : M. RANQUET Séance

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON?

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? Certaines expertises conduites durant les procédures judiciaires peuvent donner lieu à la question prioritaire de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

Qu est-ce qu un marché public?

Qu est-ce qu un marché public? Qu est-ce qu un marché public? Fiche 1 Objectifs Définir le marché public. Différencier les marchés publics d autres montages contractuels. Appréhender la forme d un marché public. Prérequis Aucun. Mots

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS REPUBLIQUE FRANÇAISE N 4013. Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS REPUBLIQUE FRANÇAISE N 4013. Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS >> N 4013 Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg M. M. et Mme S. c/ Caisse d allocations familiales du Bas-Rhin M. Edmond Honorat Rapporteur REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles Fiche 1 La définition et les sources du droit commercial Les objectifs de la fiche Définir le champ d application du droit commercial Comprendre les particularités du droit commercial par rapport au droit

Plus en détail

Aff 3944 Société d exploitation de la Tour Eiffel c/ société Séchaud Bossuyt et autres Renvoi du tribunal administratif de Paris

Aff 3944 Société d exploitation de la Tour Eiffel c/ société Séchaud Bossuyt et autres Renvoi du tribunal administratif de Paris 1 TC Aff 3944 Société d exploitation de la Tour Eiffel c/ société Séchaud Bossuyt et autres Renvoi du tribunal administratif de Paris Rapp. Y. Maunand Séance du 19 mai 2014 La question qui vous a été renvoyée

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 PREAMBULE : 0.1 Le client déclare avoir pris connaissance des présentes conditions générales de vente avant la conclusion du contrat avec la Société

Plus en détail

Claire Landais, Maître des requêtes au Conseil d'etat, responsable du centre de documentation

Claire Landais, Maître des requêtes au Conseil d'etat, responsable du centre de documentation AJDA 2006 p. 2382 La nature juridique d'un contrat s'apprécie à la date de sa conclusion Claire Landais, Maître des requêtes au Conseil d'etat, responsable du centre de documentation Frédéric Lenica, Maître

Plus en détail

Questions de droit international. Sommaire :

Questions de droit international. Sommaire : Version 2 du 21/05/2013 Questions de droit international Sommaire : I- La juridiction compétente...2 A-La juridiction compétente pour connaitre d'un litige entièrement national...3 1-Les règles de compétence

Plus en détail

Institutions L'organisation de la Justice

Institutions L'organisation de la Justice Acteurs Procédures Vos droits Institutions L'organisation de la Justice F i c h e P r a t i q u e L'organisation des juridictions françaises La Justice a une mission fondamentale : celle de veiller au

Plus en détail

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Novembre 2011 La révision du loyer d'un bail commercial

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

FAQ n 10 : Curateurs et TVA

FAQ n 10 : Curateurs et TVA FAQ n 10 : Curateurs et TVA Cette FAQ n 10 vise à regrouper les règles spécifiques en matière de TVA qui concernent les curateurs de faillites telles qu elles ont été précisées dans la circulaire du 20

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail

REVUE DU DROIT DES AFFAIRES EN AFRIQUE (RDAA) Editée par

REVUE DU DROIT DES AFFAIRES EN AFRIQUE (RDAA) Editée par CONDITIONS DE VALIDITE DU CUMUL D UN MANDAT SOCIAL ET D UN CONTRAT DE TRAVAIL SELON L ACTE UNIFORME SUR LE DROIT DES SOCIETES Par Momoya SYLLA, Juriste Consultant 1 Sommaire Résumé en français et en anglais

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières Ville de Cysoing Hôtel de Ville 2, place de la République BP 67 59830 CYSOING Tél : 03.20.79.44.70. Fax : 03.20.79.57.59. 2012-08 VERIFICATION ET MAINTENANCE DES SYSTEMES DE SECURITE DES E.R.P. DE LA VILLE

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 MAI 2013 S.11.0060.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0060.F A. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

Les présentes conditions générales de vente priment sur toutes autres dispositions contraires.

Les présentes conditions générales de vente priment sur toutes autres dispositions contraires. Conditions générales de vente SAS SOCIETE D EXPLOITATION SB Château du Clos Lucé Parc Leonardo da Vinci, 37 400 AMBOISE SIRET 480 128 164 000 13 CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE CHAMP D'APPLICATION

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Préfecture de la région Centre Secrétariat Général pour les Affaires Régionales

Préfecture de la région Centre Secrétariat Général pour les Affaires Régionales Préfecture de la région Centre Secrétariat Général pour les Affaires Régionales CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN PLACE DES ACTIONS DE COMMUNICATION DES PROGRAMMES

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

LOCATION ENTRETIEN D'ARTICLES TEXTILES «LITERIE ET TENUES DE TRAVAIL DU PERSONNEL»

LOCATION ENTRETIEN D'ARTICLES TEXTILES «LITERIE ET TENUES DE TRAVAIL DU PERSONNEL» E H P A D FOYER BELLEVUE» SITE «FOYER BELLEVUE» SITE «LES VILLAS CHABRAND 16 BIS, BOULEVARD BELLEVUE RUE DE SAINT MENS 05000 GAP LOCATION ENTRETIEN D'ARTICLES TEXTILES «LITERIE ET TENUES DE TRAVAIL DU

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora Commentaire Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014 Société Sephora (Effet suspensif du recours contre les dérogations préfectorales au repos dominical) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 janvier

Plus en détail

CO-EMPLOI ET NULLITE DU PSE : COMMENT FAIRE FACE A CES NOUVEAUX RISQUES JUDICIAIRES?

CO-EMPLOI ET NULLITE DU PSE : COMMENT FAIRE FACE A CES NOUVEAUX RISQUES JUDICIAIRES? CO-EMPLOI ET NULLITE DU PSE : COMMENT FAIRE FACE A CES NOUVEAUX RISQUES JUDICIAIRES? Introduction I. NULLITE DU PSE: LA JURISPRUDENCE VIVEO OU LA TENDANCE DES JUGES DU FOND A S IMMISCER DANS LA GESTION

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

Le gestionnaire de transports reçoit d'importantes responsabilités, ce qui va conduire à en faire un acteur de premier plan au sein de l'entreprise.

Le gestionnaire de transports reçoit d'importantes responsabilités, ce qui va conduire à en faire un acteur de premier plan au sein de l'entreprise. Note relative au gestionnaire de transport 1/ La notion de gestionnaire de transport A) Définition du gestionnaire de transport Transposant la réglementation européenne (règlement n 1071/2009, 21 oct.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A. 2003-060 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : M. BONNET Commissaire du gouvernement : Mme CHEMLA Séance

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

Conditions générales de Ventes des Services DirectVox.

Conditions générales de Ventes des Services DirectVox. Conditions générales de Ventes des Services DirectVox. Les présentes conditions générales ont pour objet de définir les modalités de fourniture et d'utilisation des Services DirectVox, une marque de MKS-Direct

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit Les conditions de fond de l opération de crédit Article juridique publié le 08/12/2012, vu 1538 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Les conditions de fond de l opération de crédit La loi n 84-46 du 24 janvier

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00628 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président M. Patrick Minne, rapporteur M. Marjanovic, rapporteur public SELARL ALAIN SARRAZIN,

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008

La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008 Revue de droit immobilier 2009 p. 458 La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008 Patricia de Lescure, Docteur en droit

Plus en détail

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau).

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). PROMESSE D ACHAT La présente promesse d achat est conclue entre : l' «acheteur» (nom), (domicile actuel) (téléphone, domicile) (avec coacquéreur) (nom) domicile actuel) (téléphone, domicile) et le «vendeur»

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique LES CONSÉQUENCES D UN TRANSFERT D ENTREPRISE Lorsque les conditions d application de l article L. 1224-1 1 (anciennement) L.122-12 du Code du Travail sont remplies, le transfert des contrats

Plus en détail

La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail

La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail DIVERS La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail INTRODUCTION De multiples créations sont réalisées dans le cadre des entreprises par leurs salariés. Il

Plus en détail

Compétence civile et commerciale Article 5 1 du Règlement n 44/2001 TD DIP/L. PANHALEUX

Compétence civile et commerciale Article 5 1 du Règlement n 44/2001 TD DIP/L. PANHALEUX Compétence civile et commerciale Article 5 1 du Règlement n 44/2001 TD DIP/L. PANHALEUX M. X est agent commercial en France de la société Y, dont le siège est situé au Portugal. Son contrat est résilié.

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

La qualification du service extérieur des pompes funèbres (TC, 20/01/1986, SA Roblot ; CE, avis, 19/12/1995)

La qualification du service extérieur des pompes funèbres (TC, 20/01/1986, SA Roblot ; CE, avis, 19/12/1995) La qualification du service extérieur des pompes funèbres (TC, 20/01/1986, SA Roblot ; CE, avis, 19/12/1995) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I L incidence des dispositions

Plus en détail

Audience du 9 avril 2009

Audience du 9 avril 2009 Décision n 966-D La Section des assurances sociales du conseil régional de l'ordre des pharmaciens, CONSEIL RÉGIONAL BASSE-NORMANDIE CALVADOS, MANCHE, ORNE Audience du 9 avril 2009 1 Vu la plainte, enregistrée

Plus en détail

La détermination du domicile fiscal est une opération complexe qui donne lieu à de fréquentes contestations. D où une jurisprudence abondante.

La détermination du domicile fiscal est une opération complexe qui donne lieu à de fréquentes contestations. D où une jurisprudence abondante. Retraités établis hors de France: le Conseil d'état précise les critères de détermination de la résidence fis Le Conseil d État considère qu un contribuable établi à l étranger dont l unique source de

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 10 septembre 2013 N de pourvoi: 12-11701 SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

UFR Droit UNIVERSITÉ PARIS 8 VINCENNES-SAINT-DENIS. DROIT ADMINISTRATIF (2) Cours de Madame Sophie JEUSSEAUME

UFR Droit UNIVERSITÉ PARIS 8 VINCENNES-SAINT-DENIS. DROIT ADMINISTRATIF (2) Cours de Madame Sophie JEUSSEAUME UFR Droit UNIVERSITÉ PARIS 8 VINCENNES-SAINT-DENIS DROIT ADMINISTRATIF (2) Cours de Madame Sophie JEUSSEAUME Séances de travaux dirigés assurées par : MM. Michel JUHAN et Vincent TOMKIEWICZ Fiche de TD

Plus en détail

AJDA 2009 p. 148 Irrecevabilité de la requête d'une association de défense des intérêts professionnels des militaires

AJDA 2009 p. 148 Irrecevabilité de la requête d'une association de défense des intérêts professionnels des militaires AJDA AJDA 2009 p. 148 Irrecevabilité de la requête d'une association de défense des intérêts professionnels des militaires Sophie-Justine Liéber, Maître des requêtes au Conseil d'etat, responsable du centre

Plus en détail