REGARDS. Edit rial N 14. Enpage4, undossiersurla violence à l hôpital

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGARDS. Edit rial N 14. Enpage4, undossiersurla violence à l hôpital"

Transcription

1 REGARDS Lejournald informa ondespersonnelsduchduquesnoy-caudry etdesehpaddesolesmesetdelandrecies N 14 Edit rial C est avec grand plaisir que nous avonsreçudelahauteautoritéde Santé, le 12 juin dernier, notre rapportdecer fica on. Enjuin2010,laHASavaitassor son avis de recommanda ons sur les quatrecritèressuivants:ges ondes événements indésirables, prise en charge de la douleur, ges on du dossierpa entetiden fica ondu pa ent. Desac onsontétémisesenplace rapidement. Celles-ci ont été efficaces puisque la HAS vient de reconnaître l améliora on de nos pra ques. Grâce à l analyse du comité de ges ondesrisques,autravailac f duclud,delacelluledudossier Pa entinforma séetdelacellule d iden to-vigilance, ces quatre critèressesontvua ribuerunaou unbainsiqu untauxdesa sfac on allantde89%à100%. Merciàchacunpoursacontribu on. Laprochainecer fica onauralieu en2014.con nuonsensembledans ce edynamique! 2. Les allergies sont de retour 3.L'hôpitaldejour,lesaffec ons de l'appareil locomoteur 4. Les violences en milieu hospitalier 6. Retour sur la journée mondiale sans tabac Enpage4, undossiersurla violence à l hôpital SOMMAIRE 6 Guy DUSAUTOIR 7. Les assistants de soins en gérontologie 8. Magazine 7

2 2 FLASH INFO REGARDS- 02/12 Onenparle... Allergies: c estlemoment! Du1 er au7avril: la semaine du développement durable au centre hospitalier. Cela fait maintenant trois ans quenotreétablissementpar cipe à la semaine du développementdurable.ce e année, elle était axée sur le thème de l informa on aux citoyens pour souligner la nécessité d un changement de comportement dans notre manière de consommer. Parmilesmanifesta onsdela semaine, le personnel a été accueilli devant le self par Paule ecour netsonstandde produits bio locaux(cf.photo). Thomas Vitoux et son équipe ontensuiteprislerelaisavecun repasen èrementbioetlocal. 600 C est le nombre de personnes inscrites au repas bio, sur les cinq sites de l établissement. Ce nombre comprend 87 membres du personnel. Très présentes à l arrivée du printemps, les allergies, également appelées hypersensibilités, revêtent différentes formes. L allergieestuneréac ondusystèmeimmunitaire contre des éléments étrangers à l organisme(allergènes). Elle peut se manifester sur différentesrégionsducorps:lapeau,lesyeux, lesystèmediges fouencorelesvoiesrespiratoires.lesprincipalesmanifesta onsallergiques sont alimentaires, cutanées, respiratoires et professionnelles (produits chimiques). On dénombre aussi des allergies de contact et d autres liées aux médicaments. Bienqu ilexisteuneprédisposi ongéné que aux allergies, d autres facteurs sont impliqués, parmilesquels:lafuméedetabac,lemode devieetlapollu onatmosphérique.lestress et la grossesse peuvent faire apparaître des symptômes d allergies mais ils n en seraient pas directement responsables. Il est par contreétabliqueletabagismedelamère,durantlagrossesseetlape teenfance,augmente le risque d asthme chez les enfants. Les symptômes Les types de symptômes et leur intensité varient selon l endroit où l allergie se déclare et enfonc ondeplusieursautresfacteurspropres à chaque personne. Ils peuvent être bénins,commel appari onderougeurssurla peau,oupoten ellementmortels,commele chocanaphylac que.danslaplupartdescas, laréac onallergiquenécessitedeuxcontacts avec l allergène. Lors du premier contact, le système immunitaire iden fie l allergène comme dangereux, c est ce que l on appelle la sensibilisa on.lorsquel allergènepénètre une seconde fois dans l organisme, le système immunitairemetenplaceuneréac ondedéfense,ou réac onallergique. On parle de réac on anaphylac que lorsqu elle touche tout l organisme de façon subite. Si elle n'est pas traitée rapidement, elle peutévoluerverslechocanaphylac que, c'est-à-dire la chute de la tension artérielle, la perte de conscience et éventuellement le décès, en quelques minutes. Les traitements Destestscutanésperme entd iden fierles substancesquidéclenchentlaréac onallergique. Ainsi, le premier des traitements consiste à éviter au maximum tout contact avecl allergèneiden fié. Selon le type d allergie, le médecin proposera diversmédicamentsquivonta énuerles symptômes et améliorer la qualité de vie. Ladésensibilisa onconsisteàréhabituerprogressivement l'organisme à l'allergène mis en cause, en lui administrant des doses croissantes d'un vaccin allergénique, jusqu'à obtenir la dose efficace. Elle représente le seul traitementpréven fetcura fdecertainesallergiesetpermetd'éviterl'aggrava ondes manifesta ons. En cas d allergie alimentaire, le seul traitement possible consiste à cesser de consommer l alimentpourlerestantdesavie. Quelquesmesuresdepréven on: Lavez régulièrement la literie en cas d allergie aux acariens. Passez l aspirateur régulièrement. Aérez fréquemment les pièces en ouvrant les fenêtres, sauf en cas d allergies saisonnières à des pollens. Veillez à maintenir une humidité faible dans les pièces propices au développement des moisissures(salle de bain). Evitez d adopter des animaux domes- quesconnuspourcauserdesallergies: chat, oiseau, etc Idéereçue... Il n existe pas d allergie aux poils mais aux squamesouàlasalivedesanimaux,de même qu il n existe pas d allergie aux plumes d oreilleretdecoue e,maisauxdéjec ons des acariens.

3 Réflexions... 3 FLASH INFO REGARDS- 02/12 L hôpitaldejour:lesaffec onsdel appareillocomoteur Parce qu elle est une formule idéale pour lapriseenchargedenombreuxpa ents, l hospitalisa ondejourconnaîtdepuis quelques années un développement important. Depuis un an, elle est autorisée au Centre Hospitalier par l ARS, à hauteur decinqplaces,pourlesaffec onsdel appareil locomoteur. Rencontre avec Sophie LOCOGE, cadre de santé en thérapies physiques et EVC(Etats Végéta fs Chroniques) et l équipe de rééduca on. Qu est-ce qu un hôpital de jour? S.L.:D unpointdevuepra que,onpeut définir l hôpital de jour comme une structuredesoinsquirépondauxbesoinsdes pa entstoutenpréservantlemain enà domicile. Il permet notamment de préserver leur autonomie et les liens familiaux. Engénéral,lespa entssontadmisaprès uneinterven ondechirurgietouchantles ar cula onsdesmembresinférieursou supérieurs(hanche, genou, cheville, etc.), suiteàuntrauma sme(rachis,épaule, genou,etc.)ouuneaffec onneuromusculaire. Lespa entssontadressésparunmédecin hospitalier, un médecin de ville ou un spécialiste,àlasuited unehospitalisa onen courtséjourdepuisleschduquesnoy,de Valenciennes, de Maubeuge et la clinique duparcàsaint-saulve,ouviauneentrée directequifaitsuiteàuneconsulta onde médecinephysiqueetderéadapta on réalisée par le Docteur TIERTANT. Comment s organise la prise en charge? S.L.:Lepa entestadmisparledocteur TIERTANT qui réalise un bilan de rééduca- onetdéterminelesobjec fsdepriseen charge. Il est ensuite accueilli par une équipe pluridisciplinaire qui accompagne lespersonnesprésentantundysfonc onnement physique, psychique et/ou social en vue de se rééduquer, se ré-autonomiser,derécupérersescapacitésfonc onnelles. Elleestcomposéede: 1 médecin rééducateur 1 médecin en médecine générale 6 kinésithérapeutes 1 ergothérapeute 1éducateurmédico-spor f 1cadredesanté 9infirmières 2 aides kinésithérapeutes 12 aides soignantes 6 agents de service hospitaliers 1 secrétaire médicale. Les acteurs du plateau établissent un programmederééduca on(ac vitésphysiques, atelier de kinésithérapie et ergothérapie)enfonc ondesobjec fsdu médecin rééducateur en tenant compte descapacitésetdel étatgénéraldupa- ent. Les infirmières et aides-soignantes réalisentlessoins(bilansanguin,réfec on pansement,évalua onetsuivideladouleur )etassurentleconfortetlebienêtretoutaulongdelajournée. Cécile BAUDRIN, kinésithérapeute " Pendant toute la durée de l hospitalisa- on,lepa entestsuiviparlemêmekinésithérapeute et bénéficie du plateau technique. L équipement permet le recours à des techniques telles que l électrothérapie, la mécanothérapie, les arthromoteurs, etc. La structure offre aussi un espace d ergothérapie, une salle de renforcement musculaire et une balnéothérapie, ce qui allie technicité et confort matériel. Charlo erobiquet,ergothérapeute On constate souvent une synergie au sein du groupe des hospitalisés de jour, ce edynamiquedegroupelesfaitprogresser plus vite encore. AudeGASTOU,éducateurmédico-spor f Montravailapourobjec fd op miser lesperformancesindividuellesdupa ent, c'est-à-dire principalement d améliorer sa condi onphysique(renforcementmusculaire, assouplissement, travail cardio-respiratoire)àtraversdesac vitésphysiques adaptéesàsapathologie.chaquepa ent estpar culier,moinsparsapathologie queparletravail,letempspasséensemble et souvent, la complicité qui s est créée. Bilan depuis janvier 2012 Dejanvieràmai2012,ondénombre 442journéesd hospitalisa on.

4 REGARDS - 02/12 4 DOSSIER C est dans l air... Les violences en milieu hospitalier Suite à la récurrence de signalements de violences dans les fiches d événement indésirable, un groupe de travail sur cette thématique, composé de membres de la commission qualité et sécurité des soins, a été mis en place. Ses actions consistent à créer une procédure, faire de la prévention par la mise en place d outils d information, poursuivre les formations, mesurer les phénomènes de violence au sein de notre établissement par la réalisation d une enquête. La violence en milieu hospitalier a été qualifiée en 2009 par Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République, de sujet de préoccupa on. Le phénomène ne s est pas tari depuis ce:e constata on puisqu en 2011, faits de violence ont été rapportés par 337 établissements de santé, soit une hausse de 13% par rapport à 2010*. Préven+on et ges+on des situa+ons de violence Le groupe de travail a alors rédigé une procédure visant à informer le personnel de la préven on et la ges on des situa ons de violence au sein du centre hospitalier. Selon la loi, l hôpital, en tant que collec vité publique, est tenu de protéger les fonc onnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffama ons ou outrages dont Savez-vous que le directeur a un pouvoir de police? Le directeur du centre hospitalier peut interdire l accès à toute personne ne respectant pas le réglement ou causant des désordres persistants. ils pourraient être vic mes à l occasion de leurs fonc ons. Défini+on La procédure dis ngue différentes formes de violence : physique et psychologique, ainsi que trois acteurs : la violence du pa ent et de l accompagnant envers le personnel, celle du personnel envers le pa ent (on parle alors de maltraitance) et celle des personnels entre eux. Les vols sont également une forme de violence. L enquête En novembre 2011, le groupe de travail a lancé une enquête sur la confronta on du personnel à la violence au sein de l hôpital. L enquête a généré très peu de retours. Seuls 17,6% des personnes interrogées ont répondu. L analyse des ques onnaires a été faite La forma on sur «l agressivité dans la rela on triangulaire» Autre axe du programme d améliora on envisagé par le groupe de travail, ce:e forma on s adresse à l ensemble des personnels soignants et ASH de l établissement. Quatre sessions de forma on ont déjà eu lieu en 2011 et Celles-ci visent à améliorer la qualité de la rela on auprès des personnes soignées et/ou de leur famille présentant un comportement agressif. Elles perme:ent une meilleure connaissance, et donc une plus grande maîtrise, de son comportement. Elles facilitent la prise de conscience de sa propre agressivité et aident à la canaliser en énergie posi ve. Par ciper à ce:e forma on, c est s engager sur un projet d'ac on visant à repérer, prévenir ou faire face à l'agressivité entre les membres du personnel ou dans la rela on soignant/soigné.

5 Comment repérer les indices de violence? Ton de voix saccadé Tremblements, agita ons Posture menaçante C estdansl air... encomitédeges ondesrisquesetdesvigilances. Agression verbale et physique 78%desagentsquiontréponduauques- onnaireontdéjàétéconfrontésdirectementàlaviolence,quecesoitentantque vic meouentantqu agresseur.70%ont été témoins d un acte de violence. Les agressionsverbalesetphysiquesdé ennentletauxleplusélevédesviolencesvécues par le personnel. Les agressions verbales sont les plus importantes: 62% contre 48% pour les agressions physiques L ObservatoireNa onaldesviolencesenmilieudesanté Structure ministérielle créée en 2005, l ONVS a pour mission, comme son nom l indique, de recenser tous les actes de violence dans les établissements de santé. Composé de représentants du milieuhospitalieretduministèredel intérieur,ildis nguetrois acteursdanslephénomènedeviolence(lesoignant,lepa entet l accompagnantdepa ent)etdeuxrécepteurs(lespersonneset lesbiens).lephénomènedeviolenceestévaluéenfonc ond une classifica onparniveau.laviolenceexercéesurdespersonnesest échelonnée sur quatre niveaux, des injures aux crimes en passant parlesmenacesetlescoups.laviolenceexercéesurlesbiens con ent,quantàelle,troisniveaux:lesvolssanseffrac on,avec effrac onetladestruc ongravedematériel. Les études de l ONVS ont permis de constater l impact des phénomènesdeviolencesurlescondi onsdetravaildupersonneletsur laqualitédessoinsdes nésauxpa ents. et 13% pour les agressions psychologiques. L état pathologique: la première cause Lescausesiden fiéessont,dans66%des cas, l'état pathologique de l agresseur. Viennent ensuite principalement la douleur,dans42%descas,lestress(40%)etle manque de disponibilité du personnel (36%). Les conséquences sont nombreuses Parmilesprincipauxreten ssementssurla personne, on trouve en tête le stress(38%), ladémo va on(37%)etlapeur,l anxiété Regard fixe ou fuyant,ba ement des paupières Serrement des mâchoires Quel comportement avoir face à une situa ondeviolence? 5 DOSSIER REGARDS- 02/12 -amenezlapersonneviolentedansunlieuisolé - restez calme -adoptezunea tudebienveillante - invitez la personne à s asseoir -netournezpasledosàlapersonne - protégez-vous - appelez du renfort -enfonc ondudegrédedanger,prévenezlemédecinde l unitédesoinsoudegarde(dect8601),lecadredel unitéde soins, le directeur. Pour en savoir plus (25%). PeudeFEI Parmi les panélistes, seuls 18% des personnes confrontées à la violence ont signalé l incident dans une fiche d événement indésirable. La majorité d entre elles n ont pas communiqué, et ce, pour plusieursraisons:sen mentd inu lité, d impuissance de la hiérarchie, peur de ne pasêtrecruouquelasitua ons aggrave. *Source:Bilanna onaldesremontéesdessignalements d actes de violence en milieu hospitalier. Site internet du ministère du travail, de l emploietdelasanté. Une fois le calme revenu, remplissez une fiche d événement indésirable disponible sur l intranet. Celle-ci sera traitée par le groupe de travail etperme rad éviterlarépé ondesactessignalés. N hésitez pas à consulter la procédure à suivre sur l intranet. Le site de l ONVS répertorie des fiches réflexes disponibles sur h p://www.sante.gouv.fr/img/pdf/fiches_reflexes_onvs.pdf Transpira on Consomma onde drogue ou d alcool Les vols sont également une forme de violence. Soyez vigilantsquantàvoseffetspersonnelsetu lisezaumaximum lesves aires.

6 REGARDS - 02/12 6 DECOUVERTE Du nouveau... L industrie du tabac nous tue : une journée d informa+on au centre hospitalier Le 31 mai dernier, à l occasion de la journée mondiale sans tabac, l équipe de tabacologie a mis en place un stand d informa+on et proposé des ac+vités pour sensibiliser le public fumeur et non fumeur aux dangers du tabac. Ce>e année, l Organisaton Mondiale de la Santé a axé ce>e journée sur la dénoncia+on de l industrie du tabac. Bonjour, êtes-vous fumeur? Si vous êtes passés par le hall de l hôpital Léon Schwartzenberg le jeudi 31 mai 2012, vous n avez pas pu échapper à ce:e ques on. La journée mondiale sans tabac était une bonne occasion, pour le centre hospitalier, d informer et de sensibiliser le public. En tuant près de personnes en France chaque année, la consomma on de tabac est l une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé publique. L interférence de l industrie du tabac Agir est crucial mais l industrie du tabac freine le bon déroulement des mesures mises en place par l Organisa on Mondiale de la Santé (OMS). C est pourquoi ce:e année, à l occasion de la journée mondiale sans tabac, l OMS a choisi le thème de «l interférence de l industrie du tabac». Instantanés Ce:e campagne met l accent sur la nécessité de dénoncer les agissements de l industrie du tabac : dissimula on, mensonge, manipula on chimique, publicité illicite, marke ng envers le public adolescent, etc. L équipe de réhabilita+on respiratoire mobilisée Lors de ce:e journée de lu:e, des membres de l unité de réhabilita on respiratoire ont accueilli le public à un stand, dans le hall d entrée de l hôpital Léon-Schwartzenberg. Venues pour une simple consulta on, certaines personnes en ont profité pour prendre des renseignements. Médecins, infirmiers et psychologues étaient là pour les informer. Les visiteurs ont pu également visualiser plusieurs films de sensibilisa on, dont le court-métrage «Entre mes doigts», sur les méthodes u lisées par l'in- dustrie du tabac pour maintenir ses ventes. Des affiches étaient disposées autour du stand, illustrant par exemple la composi on de la fumée de tabac : plus de 4000 substances chimiques, dont au moins 250 nocives et plus de 50 cancérigènes. D autres faisaient état des différentes maladies provoquées par l usage du tabac comme les cancers, les maladies cardio-vasculaires, les maladies respiratoires, les troubles sexuels, etc. L objec f de ce:e journée a été de déculpabiliser et surtout, d informer qu arrêter de fumer est toujours profitable. L équipe de réhabilita on respiratoire s est également mobilisée pour proposer son aide avec une consulta on d'aide au sevrage tabagique sur rendez-vous ( ).

7 7 PORTRAITS REGARDS-02/12 Laforma ond assistantdesoinsengérontologie: soulagerlespa entsa eintsdelamaladied Alzheimer Nouvellesattributions Laforma ond assistant de soins en gérontologie s inscrit dans le cadre du «Plan Alzheimer »etcontribue,de manière spécifique, à la priseenchargedespersonnes âgées en situa- on de grande dépendance et/ou présentant des troubles cogni fs. Ce eforma on,accessible aux aides-soignants et aux aides médico-psychologiques(amp), a été suivieen2011parquatre aides-soignantes et deux AMPduCHduQuesnoy. Ce eannée,cinqagentsdel UCCetdesEHPAD LesChênesetLéonceBa- jart,suiventce eforma- on.d uneduréede140 heures, elle se déroule à l ins tutdeforma onde soins infirmiers et d aidessoignants de Maubeuge. Dans un souci d ouverture etd exper se,lescours dispensés par les membresdel ins tutontété Rencontres... complétés par l interven- ondeprofessionnelsdes différentes structures intra et extra hospitalières, notamment ceux duchduquesnoy.on noteralapar cipa onde Mme LEBEGUE, psychologue, Mme COLPAERT, diété cienne et Mme RIVAT, infirmière. Les assistantes de soins en gérontologie nouvellement diplômées travaillent actuellement dans les services de l ESA (équipe spécialisée Alzheimer), à l UCC (unité cogni vo-comportementale), au SSIAD(service de soins infirmiers à domicile) et aux Soins de longue durée aux Chênes. Quels que soient les services dans lesquels elles interviennent,ellespar cipentàl élabora onetla miseenoeuvreduprojet individualisé, et ce, dans le respect de la personne et avec l aide d une équipe pluri-professionnelle. Elles accompagnent et sou ennent les pa- entsdanslesactesdela viequo dienneentenant compte de leurs besoins et leur autonomie. Elles me entenplacedesac vitésdes mula onsocialeetcogni veenlien notamment avec les ergothérapeutes, les psychologues et les psychomotriciens. Pour cela, elles prennent en compte les principaux paramètres liés à l état de santé, en surveillant par exemple les prises alimentaires, en aidant à l observa onmédicamenteuse; puis elles réalisent les soins quo diens en u lisant les techniques appropriées. L assistant desoinsassureavecatten on,vigilance,ménagement, prévenance et sollicitude tous les actes qui peuvent concourir à soulager une souffrance, créer du confort, restaurer et maintenir une adapta ondupa entà son environnement. Caroline Blanchard infirmièreréférentedudossierpa ent Informa sé. Pascale Coleaux présidente de la CME. Jean Dauriac chef du pôle de médecine gériatrique. Roland Mafouta médecin DIM(département de l informa onmédicale). Sylvie Richard responsabledelacoordina ondes vigilances. L ESA:uneéquipepilotepourundisposi finnovant. L ESA fait partie des mesures du Plan Alzheimer qui prévoit le déploiement à terme de 500 équipes sur tout le territoire. Ce dispositif est donc susceptible d évoluer en fonction des évaluations et des retours d expériences à l instar de ceux du site du Quercitain. Anne-Sophie Zaanouni responsable du SSIAD et de l ESA.

8 8 PELE-MELE REGARDS- 02/12 Mouvements du personnel Arrivées: Saliha BELAYACHI(Responsable Technique du DIM), Bénédicte BLEUSE(Interne), Sébas enblomme(ide), Nicolas BRASSEUR(AS), Eleonore CANTEGRIT(Interne), Be yciupa(interne), Cécile DEBUS(ASHQ), Alain DELVAUX(Médecin), Arnaud DZEING ELLA(Médecin), Timothée FOUCART(AS), Lucille GOSSELIN(AS), Patricia-Anne GUELER(Cadre de Santé USLDetCadreSupérieurduPôlede Médecine Gériatrique), Floriane LAMBERT(Chargée de communica on), Alexandre MASSE(AS), Hélène NAVEAU(IDE), Axelle PARENT(Pilote MAYA), Ta anaquievreux(ide), Laurent RATTE(Responsable Service Informa que), Lydie THOMAS(IDE), Sonia SIEJAK(ASHQ), Gaetan SNEBERG(IDE), Départs: Laurent BAUDOUX, Jessica BECAR, Céline CARLIER, Angélique DAUMERIES, Orkia DENEUFGERMAIN, Marine DEVIENNE, Catherine DOURLET, Eliane DUEE, Jadwiga KOHLER, Virginie LEUSIERE, Dominique MORAGE, Mélanie PECQUEUX, Iulian SERB. Bonneretraiteà: Renée BEAUDIER, Pascale GUTIERREZ, Marie-Chris nelefranc, Claudine TONDEUR. Magazine... Leconseildelapharmacie: Leconseildelapharmaciepourun été chaud mais pas trop! Pour éviter le teint écrevisse, il est recommandédenepassedorerlapiluleentre 12het16h. -Pensezàappliquerunproduitsolaireà fortindicedeprotec on(nepasoublier leszonestrèsexposées:nez,pomme es, oreilles, dos des mains et des pieds), - renouvelez régulièrement les applica- ons(touteslesdeuxoutroisheures)en tenant compte de la baignade, la transpira on,lesséchagesrépétésavecuneservie e,lesac vitésspor ves,etc., -portezdeschapeauxàbordslargeset des chaussures pour éviter de marcher piedsnussurlesolbrûlant. Lameilleureprotec oncontrelesoleilest Disparition: Karine CONTANT Dès son arrivée au sein de la clinique gériatrique nous avons très vite apprécié sa personnalité: son humour, sa gentillesse, sa capacitéàréchaufferlesmomentsdepauseavecsescharlottesauchocolat. Ses qualités professionnelles étaient reconnues de tous. Sa chaleur humaine, ses sourires, sa présence vont nous manquer... Nos pensées se tournent également vers sa famille et particulièrement vers son mari, Damien et son fils, Noah. Ses collègues de la Clinique Gériatrique ves mentaire.me ezdansvosvalisesdes vêtements longs (chemises à manches longues, pantalons), amples et perméables àlatranspira on( ssusnonsynthé ques: coton,lin ). Onprotègelapeau,latête,lesyeux(lune esdesoleil!!!)etsurtoutons hydrate del eau,del eauetencoredel eau! Bonnes vacances! Lesinforma onsducgos Arbredenöel2012 Presta onde20eurosparenfant(pourles tulaires,stagiaires,contractuels,contrats de minimum 6 mois d'ancienneté). N'oubliez pas de valider votre dossier CGOS Lacuisinevouspropose:unequichechicons,lardonsetmimole e Ingrédients pour 4 personnes: 1pâtebrisée 400gr. d endives 100gr. delardons 10gr. debeurre 20gr. d emmentalrapé 60gr.demimole e1/2vieille 3oeufs 25cl. decrèmefraiche 20cl. delait sel, poivre, muscade Réalisez une pate brisée. Emincez les endives et suez-les avec le beurre. Mélangezlesingrédientssuivants: crème, lait, oeufs, sel, poivre,muscade.râpezlamimole e,faitesrevenirlégèrementleslardonsfumés.etalezlapâtedanslatour ère.surlesfondsdetarte, me ezlesendives,leslardons,lamimole eetl'emmental.puisversezlemélange(crème,lait...).faitescuireà180,20à25min. ServiravecunesaladeBonappé t! Journald informa ondespersonnelsduchduquesnoy-caudryetdesehpaddesolesmesetlandreciesn 14-Juin exemplaires Directeur de publication: Guy DUSAUTOIR- Rédacteur en chef: Dominique MORAGE/ Floriane LAMBERT- Comité de rédaction: Christelle CAUCHIES, Loraine BUTTIN, Joachim DELPLANCQ, Delphine DE VREESE, Martine FREHAUT, Françoise LERICHE, Laurence LETERTRE, Evelyne MAGNIN, Fabien PETIT, Karine RATTE, Valérie RICHET Ont également participé à ce numéro: Mélanie Deléarde, Geneviève LAINE, Laëtitia TAQUET, Thomas VITOUX Mise en page et photos: Dominique MORAGE/ Floriane LAMBERT Impression: Imprimerie LeLièvre-Dépôtlégal:AparutionCHLeQuesnoy,servicecommunication,90ruedu8mai1945,59530Le Quesnoy Imprimé sur du papier recyclé.

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES ADOS ET JEUNES ADULTES LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES Sous le parrainage de : La 7 e Journée Française de l Allergie est organisée par : Avec le soutien de : En partenariat avec : Allergie, j agis!

Plus en détail

Patrizia Tilly - Fotolia.com

Patrizia Tilly - Fotolia.com Patrizia Tilly - Fotolia.com Préserver sa santé Avec l âge, le manque d activité, votre santé peut se fragiliser. Des gestes simples, une bonne hygiène de vie peuvent permettre de se maintenir en forme.

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Les allergies des beaux jours Pollens Guêpes

Les allergies des beaux jours Pollens Guêpes Les allergies des beaux jours Pollens Guêpes Document non contractuel / Mod 3344/04.2012/ Imprimerie B.F.I - 03.28.52.69.42 Le partenaire santé qui vous change la vie Prévention Le printemps arrive et

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique ANNEXE XXIII Maladies en relation avec la pollution atmosphérique Maladies respiratoires 1. Asthme Cette maladie, à composante génétique, est influencée par l'environnement. Le terrain allergique, génétiquement

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL CRUQPEC 2014

RAPPORT ANNUEL CRUQPEC 2014 RAPPORT ANNUEL CRUQPEC 2014 Etablissement : Centre Hospitalier Le Quesnoy Adresse : 90 rue, du 8 mai 1945 59530 LE QUESNOY Nom de l auteur du rapport de la CRUQPEC : Françoise MOURA Qualité de l auteur

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Mon psoriasis, mes vacances et moi

Mon psoriasis, mes vacances et moi Mon psoriasis, mes vacances et moi Conseils et astuces du Dr François Maccari pour des vacances réussies www.aplcp.org Informations 01 42 39 02 55 Stelara_Leaflet_voyage.indd 1 Editorial Les vacances Une

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

Georges Thizon Consultant en sûreté privée et civile

Georges Thizon Consultant en sûreté privée et civile PRÉSENTATION: SERVICES RENDUS POUR ENTREPRISES En tant que consultant en sûreté et intervenant en préven on des risques professionnels [IPRP], il est de mon ressort de m assurer que la protec on des biens

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Prévenir... l asthme. de l enfant et ses complications

Prévenir... l asthme. de l enfant et ses complications Prévenir... l asthme de l enfant et ses complications 30 La fréquence de l asthme et des allergies respiratoires augmente a fréquence de l asthme et des allergies respiratoires a doublé L dans les pays

Plus en détail

Présenta on de notre offre de partenariats

Présenta on de notre offre de partenariats NOS ATOUTS: As Du Grand Lyon Votre grossiste en Assurance De Prêt Remboursement des cotisations* Comparateur Multi-Compagnies * Quelle que soit la compagnie: APRIL, Allianz, Generali... Présenta on de

Plus en détail

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour CENTRE HOSPITALIER de BOURG-EN-BRESSE CS 90401 900 route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE CEDEX 04 74 45 44 08 Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires

Plus en détail

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements 1 à 20 H 30 au Muséum Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements Sous l'égide du Comité orléanais de la Fondation pour la Recherche Médicale Avec : - Isabelle COUILLIN,

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Centre hospitalier Le Quesnoy

Centre hospitalier Le Quesnoy Centre hospitalier Le Quesnoy Livret d accueil Hôpital Léon Schwartzenberg Centre Les Chênes Clinique gériatrique Centre médico-social Résidence Léonce Bajart Résidence Vauban Edition 2014 Le Centre Hospitalier

Plus en détail

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM Comment pouvez-vous l aider? Pour vous, pour la vie L équipe de soins a identifié votre proche comme étant à risque de développer un delirium ou vous a

Plus en détail

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013.

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013. Plusieurs termes utilisés La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie Pr Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université UPMC Ivry sur Seine et Paris Perte d autonomie Autonomie : faculté d agir

Plus en détail

Fiche résumée : AIDE À DOMICILE

Fiche résumée : AIDE À DOMICILE Fiche résumée : AIDE À DOMICILE Aide ménagère Auxiliaire de vie Auxiliaire de vie sociale Auxiliaire familiale Employé familial Assistant de vie aux familles Assistant de vie dépendance Aide aux personnes

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Votre séjour à l hôpital

Votre séjour à l hôpital Votre séjour à l hôpital LE MOT DU DIRECTEUR Madame, Mademoiselle, Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue au CH Saint Jean de Dieu. Ce livret d accueil a été conçu pour répondre au mieux à vos questions

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Infirmière en pratique avancée option gérontologie

Infirmière en pratique avancée option gérontologie Infirmière en pratique avancée option gérontologie BARRIERE-ARNOUX CÉCILE INFIRMIÈRE-SOPHROLOGUE LIBÉRALE CANDIDATE AU MASTER 2 SCIENCES CLINIQUES INFIRMIÈRES OPTION GÉRONTOLOGIE ANFIIDE 11 ET 12 OCTOBRE

Plus en détail

Le Centre de Réadaptation Cardiaque du Centre Hospitalier de CORBIE

Le Centre de Réadaptation Cardiaque du Centre Hospitalier de CORBIE Le Centre de Réadaptation Cardiaque du Centre Hospitalier de CORBIE Centre de Réadaptation Cardiaque 33, Rue Gambetta CS 60809-80800 CORBIE Téléphone : 03.22.96.41.21 Télécopie : 03.22.96.41.26 Site internet

Plus en détail

L assurance collec ve. Sans compromis. Fier partenaire du

L assurance collec ve. Sans compromis. Fier partenaire du L assurance collec ve. Fier partenaire du Qui sommes-nous? 5 Notre indépendance 6 Des références impeccables 7 Nos conseillers 7 Bâ r sur du solide Un bilan ini al 9 Une vigie con nue 10 Un service annuel

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

et établissement de santé

et établissement de santé nutrition, dénutrition, alimentation de la personne âgée en EHPAD et établissement de santé Guide pédagogique pour l appropriation de l outil Mobiqual 2013 Contexte La dénutrition chez la personne âgée

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi Chaque année, près de 5.000 patients âgés de plus de 75 ans sont hospitalisés à Saint-Luc. Tous ne sont pas soignés par un gériatre. Mais alors, qui est concerné par la gériatrie? Et en quoi consiste cette

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

MA DIRECTIVE ANTICIPEE

MA DIRECTIVE ANTICIPEE MA DIRECTIVE ANTICIPEE Préambule Dans votre directive anticipée ( Patientenverfügung ), vous pouvez consigner vos volontés pour votre fin de vie. La loi du 16 mars 2009 relative aux soins palliatifs, à

Plus en détail

Programme informatique et multimédia De janvier à avril 2015

Programme informatique et multimédia De janvier à avril 2015 L O.I.P.A est une associa on de loi 1901, qui propose des ac vités de loisirs aux retraités Isséens ainsi qu un service de bénévolat à domicile. L un de ses objec fs est de sensibiliser et d ini er le

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Les objectifs des réseaux de santé Mettre le patient au centre et non la maladie Améliorer la qualité des soins Optimiser les moyens humains et financiers

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 350 h/an Access : 225 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Sous la responsabilité de l infirmier, l aide-soignant s occupe de l hygiène

Plus en détail

Un métier en évolution.

Un métier en évolution. Intégré à une équipe de soins, l'aide-soignant assiste l'infirmier dans les activités quotidiennes de soins. Il contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS SANTE ECOLE ENSEIGNANTS Formation des directeurs 13 mai 2014 Nadine Colin, déléguée MGEN SANTE ECOLE ENSEIGNANTS 1. La MGEN, acteur de santé? 2. Eléments de réflexion et de débats 3. Dispositifs et outils

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

LES HÔPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG. Livret d accueil. de l Hôpital de la Robertsau

LES HÔPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG. Livret d accueil. de l Hôpital de la Robertsau LES HÔPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG Livret d accueil de l Hôpital de la Robertsau Partie 1 Le fonctionnement de l établissement Sommaire Accueil des unités de soins du pôle de gériatrie... 2 Services

Plus en détail

ÉQUILIBRE ET PRÉVENTION DES CHUTES

ÉQUILIBRE ET PRÉVENTION DES CHUTES ÉQUILIBRE ET PRÉVENTION DES CHUTES Équilibre et prévention des chutes Les effets des chutes : un cercle vicieux pour les seniors La peur de la chute entraîne : Un refus de sortir, qui altère les «relations

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Services complémentaires en Outaouais

Services complémentaires en Outaouais Services complémentaires en Outaouais La réalisa4on et le succès d un main4en à domicile d une personne âgée en perte d autonomie est un travail d équipe. Les acteurs de ce=e équipe sont d abord la personne

Plus en détail

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile Quelques chiffres : 2010, création de la coordination pour le Maintien A Domicile (MAD) 2014, file active : 188patients Travail en coopération avec 35 cabinets MG, 27 cabinets IDEL, 15 kinés, 13 pharmacies.

Plus en détail

SITES DE LUTTE CONTRE LE TABAGISME

SITES DE LUTTE CONTRE LE TABAGISME I. Tabac-info-service.fr SITES DE LUTTE CONTRE LE TABAGISME I. TABAC-INFO-SERVICE.FR http://www.tabac-info-service.fr/ Site du Ministère de la Santé et de l Inpes (Institut national de prévention et d

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

STRATEGIES-ICMC. Ins tut de Communica on et Méthodologie du Changement

STRATEGIES-ICMC. Ins tut de Communica on et Méthodologie du Changement STRATEGIES-ICMC Ins tut de Communica on et Méthodologie du Changement L équipe STRATEGIES-ICMC vous accueille! Notre équipe d enseignants cer fié s et membres de fédéra on française NLPNL, vous emmène

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

1- LA CHARTE DU PATIENT HOSPITALISÉ...19 2- DROIT À L INFORMATION DU MALADE...20 3- PERSONNE DE CONFIANCE...20 4- RÉCLAMATIONS ET CONCILIATION...

1- LA CHARTE DU PATIENT HOSPITALISÉ...19 2- DROIT À L INFORMATION DU MALADE...20 3- PERSONNE DE CONFIANCE...20 4- RÉCLAMATIONS ET CONCILIATION... T U L L E I - PRÉSENTATION....2 II - PLAN....3 III - POUR NOUS JOINDRE....4 IV - PRÉSENTATION DU PERSONNEL.....5 V - PRÉSENTATION DUSERVICE... 10 VI - PRÉPARER SON HOSPITALISATION INFORMATIONS PRATIQUES....17

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

Les résidences du Centre Hospitalier

Les résidences du Centre Hospitalier Les résidences du Centre Hospitalier QUIMPER Résidence Ty Glazig Résidence Ty Creac h Résidence Ker Radeneg CONCARNEAU Résidence Avel Ar Mor Résidence Les Embruns Résidence Les Brisants POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Épreuves du concours

Épreuves du concours Épreuves du concours 1. Quelle est l épreuve écrite d admissibilité? 2. Quelle est l épreuve orale d admission? 3. Quel est le programme des épreuves? Les épreuves de sélection du concours d entrée en

Plus en détail

La borne prévention un outil de communication innovant en santé et sécurité au travail

La borne prévention un outil de communication innovant en santé et sécurité au travail La borne prévention un outil de communication La borne prévention, un outil de communication Edito Parce qu il est impor tant de sensibiliser régulièrement les salariés aux bonnes pratiques en santé et

Plus en détail

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2 Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Dans le bureau du docteur Lanquette Secrétaire: Secrétaire: Je voudrais un rendez-vous pour voir le docteur, s il vous plait. Vous avez une

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Quand le stress nous rend malade

Quand le stress nous rend malade Yuri Arcurs Quand le stress nous rend malade Tous concernés! De quoi s agit-il? Le stress stimule notre organisme pour qu'il s'adapte à une nouvelle situation, bonne ou mauvaise. Deux hormones sont alors

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

LE PREMIER ACHAT PUBLIC CONJOINT D INNOVATION À L ÉCHELLE EUROPÉENNE EN FAVEUR DU BIEN VIEILLIR

LE PREMIER ACHAT PUBLIC CONJOINT D INNOVATION À L ÉCHELLE EUROPÉENNE EN FAVEUR DU BIEN VIEILLIR LE PREMIER ACHAT PUBLIC CONJOINT D INNOVATION À L ÉCHELLE EUROPÉENNE EN FAVEUR DU BIEN VIEILLIR LE SYSTÈME DE DÉTECTION DES CHUTES VAC En associant un capteur optique à un software, le système breveté

Plus en détail

INFO SERUM. Journal du Syndicat des Employé(e)s de la Recherche de l Université de Montréal. Mot de la présidente

INFO SERUM. Journal du Syndicat des Employé(e)s de la Recherche de l Université de Montréal. Mot de la présidente Journal du Syndicat des Employé(e)s de la Recherche de l Université de Montréal INFO SERUM Info SERUM 2014 Vol. 4, no 1 Mot de la présidente Bien que le temps nous manque entre la vie professionnelle et

Plus en détail

Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de prévention en addictologie de l Aveyron

Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de prévention en addictologie de l Aveyron A.N.P.A.A. 12 8 avenue de Paris Immeuble «La Parisienne» 12000 RODEZ Tél. : 05 65 67 11 50 Fax : 05 65 42 24 96 E-mail : comite12@anpa.asso.fr Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS 1. L avis du psychologue La consommation de drogues, qu elles soient licites (alcool, tabac) ou illicites (cannabis, crack, etc.), fait partie des conduites à risques fréquemment

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

COMMENTAIRES DU Exercez-vous votre activité : Combien de temps vous faut-il par jour pour vous rendre à votre travail?...

COMMENTAIRES DU Exercez-vous votre activité : Combien de temps vous faut-il par jour pour vous rendre à votre travail?... COIFFEURS Cet AUTO-QUESTIONNAIRE a pour but d aider votre médecin traitant à identifier d éventuels risques ou problèmes de santé liés à votre activité professionnelle. Il est donc essentiel de le remplir

Plus en détail

EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE

EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE Une demande au syndicat de copropriété pour entreprendre les démarches nécessaires afin de réduire ou d'éliminer le problème d'infiltration de fumée de tabac secondaire. Cette

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée par la collectivité

Plus en détail

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon LIVRET D INFORMATIONS CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon 04.72.17.26.26 Accès bus : C6, 89, C14, 66, 19 RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE Accès

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail