Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1"

Transcription

1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

2 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite fille est en pleine forme, et était suivie par son pédiatre qui a réalisé toutes les vaccinations recommandées. 1. Décrivez quels vaccins ont été réalisés chez Lina, à quel âge? 2. Ils reviennent vous voir pour les 1 an de Lina, soulagés d avoir enfin trouvé une place en crèche. Quel(s) vaccin(s) allez vous recommander? Selon quelles modalités pratiques? 3. La maman est extrêmement rassurée car elle est terrorisée par les méningites, notamment le cas de cette petite fille dans une école de Nice. Que pensez-vous de l intérêt et de l efficacité des vaccinations anti-pneumococcique et anti-méningococcique que vous avez réalisés chez Lina? 4. La maman vous demande quel délai elle doit attendre entre chaque injection? 5. Elle aimerait savoir en combien de temps ces 3 vaccins vont être efficaces. Que lui répondez-vous? 6. Certains de ces vaccins sont vivants atténués, d autres inertes. Classez-les, et expliquez pourquoi cette différence est importante en pratique clinique. 7. Il existe un 2 ème vaccin pneumocoque, 23-valent. En quoi est-il différent du vaccin pneumocoque 13-valent? 8. Elle aimerait connaître les effets secondaires potentiels de chacun de ces 3 vaccins. Expliquez-lui.

3 VACCINATION NOURRISSON 2 mois : Vaccin hexavalent (DTPCaHiHb) + Pneumocoque 3 mois : Vaccin pentavalent (DTPCaHi) 4 mois : Vaccin hexavalent (DTPCaHiHb) + Pneumocoque. BCG : demander les facteurs de risque? enfant dont au moins l un des parents est originaire d un pays de forte endémie; enfant devant séjourner au moins un mois d affilée dans l un de ces pays ; enfant ayant des antécédents familiaux de tuberculose enfant résidant en Île-de-France ou en Guyane ; enfant dans toute situation jugée par le médecin à risque d exposition au bacille tuberculeux, notamment enfant vivant dans des conditions de logement défavorables (habitat précaire ou surpeuplé) ou socioéconomiques défavorables ou précaires (en particulier parmi les bénéficiaires de la CMU, CMUc,,AME ) ou en contact régulier avec des adultes originaires d un pays de forte endémie

4 2. Ils reviennent vous voir pour les 1 an de Lina, soulagés d avoir enfin trouvé une place en crèche. Quel(s) vaccin(s) allez vous recommander? Selon quelles modalités pratiques?

5 Liés à l âge : Primo-vaccination Rougeole-Oreillons-Rubéole + Méningocoque C. Rappel Pneumocoque ROR : La première dose est recommandée à l âge de 12 mois (9 mois si entrée en collectivité) et la seconde entre 13 et 24 mois. Méningocoque C : une seule dose de méningo C conjugué monovalent entre 12 et 24 mois. Pneumocoque : 3 ème et dernière injection.

6 MODALITÉS DE VACCINATION Acte médical à part entière qui engage la responsabilité du médecin Recherche de contre-indications temporaires ou définitives Nécessite des explications claires, en vue de recueillir un consentement éclairé Consignée sur le carnet de santé de l'enfant ou de l'adulte (établir un certificat à défaut) Cachet du médecin, date Marque du vaccin et numéro du lot de fabrication Surveillance du patient 30 min après l injection pour dépister une éventuelle anaphylaxie

7 VOIE D ADMINISTRATION Asepsie, éliminer l air, ne pas injecter en intra vasculaire Intradermique stricte: uniquement pour le BCG Sous-cutanée profonde (SC) au niveau du deltoïde: vaccins vivants atténués, troubles de la coagulation Intramusculaire (IM) dans le deltoïde après 2 ans ou face antérolatérale de la cuisse avant 2 ans. La fesse n'est pas recommandée +++

8 CONTRE-INDICATIONS VACCINALES (CF. AMM) CI définitive CI temporaire Pas de CI Allergie à un des constituants du vaccin Vaccins vivants atténués: - immunodéprimé - grossesse Infection aiguë sévère Crise d allergie BCG: prématuré < 3 kg, dermatose étendue Coqueluche: encéphalopathie évolutive, ATCD de réaction grave au vaccin Infection aiguë bénigne non fébrile, allaitement, asthme, eczéma, vaccins inertes chez l immunodéprimé

9 3. La maman est extrêmement rassurée car elle est terrorisée par les méningites, notamment le cas de cette petite fille dans une école de Nice. Que pensez-vous de l intérêt et de l efficacité des vaccinations antipneumococcique et anti-méningococcique que vous avez réalisé chez Lina?

10 PNEUMOCOQUE Diminution de l incidence des infections invasives à pneumocoque chez l enfant (réduction de > 90% pour bactériémies et méningites, 30-70% pour pneumonies) Réduction de la prévalence de la résistance aux antibiotiques Réduction de la transmission par diminution du portage naso-pharyngé

11

12 MÉNINGOCOQUE C Incidence méningites à méningocoque = 1 à 5 cas / habitants dans les pays industrialisés. En France, en 2009, 536 cas recensés : 70 % sérotype B 22 % sérotype C 4 % sérotype Y 4% sérotype W135

13 4. La maman vous demande quel délai elle doit attendre entre chaque injection?

14 On peut vacciner le même jour contre pneumocoque, ROR et méningocoque mais en des sites d injection différents Seule contre-indication à l administration simultanée: 2 vaccins viraux atténués (pas le BCG), car risque théorique de diminution de la réponse immune (ex: ROR et fièvre jaune). Intervalle minimum de 4 semaines.

15 5. Elle aimerait savoir en combien de temps ces 3 vaccins vont être efficaces. Que lui répondez-vous?

16 Rappel vaccin pneumocoque 13-valent: réponse secondaire donc quelques jours Primo-vaccination ROR et méningocoque: réponse primaire en jours

17 6. Certains de ces vaccins sont vivants atténués, d autres inertes. Classez-les, et expliquez pourquoi cette différence est importante en pratique clinique.

18 Vivant atténué ROR Inerte Pneumocoque, méningocoque Réponse immunitaire très proche de l infection naturelle: durable, cellulaire + humorale Immunité essentiellement humorale 1 ou 2 injections suffisent Nécessité de rappels Contre-indiqués chez les immunodéprimés Autorisés chez l immunodéprimé

19 7. Il existe un 2 ème vaccin pneumocoque, 23-valent. En quoi estil différent du vaccin pneumocoque 13-valent?

20 13-valent Polyosidique conjugué (à une protéine diphtérique) 23-valent 89 sérotypes capsulaires identifiés Polyosidique non conjugué Réponse thymo-dépendante chez > 2 mois Stimulation des T helpers qui activent les B pour une production d Ac Réponse secondaire lors des rappels car mémoire immunitaire Indiqué chez tous les enfants Efficacité > 90% pour les sérotypes vaccinaux Réduit le portage Réponse thymo-indépendante chez > 2 ans Réponse primaire: production d anticorps (activation des lymphocytes B sans coopération avec les T helpers) Pas de mémoire immunitaire, donc pas de réponse secondaire Adultes à risque 50 à 70% Pas d effet sur le portage

21

22 8. Elle aimerait connaître les effets secondaires potentiels de chacun de ces 3 vaccins. Expliquez-lui.

23 Comme tous les médicaments, les vaccins sont susceptibles d induire des réactions ou effets indésirables Réactions les plus communes et bénignes : - Locales : douleur, rougeur, œdème au point d injection - Générales : fièvre, éruption, céphalées, vomissements Délai de survenue après l injection le plus souvent prévisible : - Inflammation locale et fièvre précoces avec les vaccins inertes : 24 à 48 h après l injection - Eruption et fièvre plus tardives avec les vaccins vivants atténués (entre 5 et 10 j après l injection, fonction de la durée d incubation de la maladie). Effets fréquents et bénins : avertir et proposer des mesures de prévention (ex: antipyrétiques si fièvre, pendant 24 à 36 h après un vaccin DTCoqPolio-Hib ou entre J5 et J10 après un vaccin rougeole)

24 Plus rarement, effets secondaires plus sévères : convulsions fébriles, BCG-ite avec le vaccin tuberculeux Réactions de type allergique possibles (œdème de Quincke, choc anaphylactique ). Le plus souvent liés à certains constituants des vaccins (produits adjuvants, conservateurs, antibiotiques). Effets secondaires pour chaque vaccin répertoriés dans le Vidal. Effets parfois inconnus dont la relation avec la vaccination peut-être suspectée. Rapporter systématiquement aux centres de pharmacovigilance.

25 RÉFÉRENCES Calendrier vaccinal édité dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (22 mars 2011) Recommandations aux voyageurs éditées dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (17 mai 2011) Guide des vaccinations 2008 édité par l INPES

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2012-2013 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

LES VACCINATIONS. Contre indications et effets secondaires

LES VACCINATIONS. Contre indications et effets secondaires LES VACCINATIONS Contre indications et effets secondaires LES CONTRE INDICATIONS Antécédent de réaction allergique grave de type anaphylactique Allergie vrai à l œuf pour le vaccin de la grippe, de la

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

Pratique de la vaccination par le BCG intradermique en médecine libérale

Pratique de la vaccination par le BCG intradermique en médecine libérale Pratique de la vaccination par le BCG intradermique en médecine libérale Enquête auprès de médecins généralistes et pédiatres de l'agglomération de Caen ALMON Chloé, 26 juin 2013 La tuberculose 8,8 millions

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT

DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT Pour l accueil en crèche de votre enfant, vous trouverez ci-dessous la liste des pièces indispensables qui doivent être remises à la crèche au minimum un mois et demi

Plus en détail

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE LA VACCINATION UE 2.5 - Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE PLAN 1. Définition 2. Cadre législatif 3. Différents types

Plus en détail

143. Vaccinations RÉPONSES P. 225

143. Vaccinations RÉPONSES P. 225 143. Vaccinations Connaître les différents types de vaccins et les modalités d administration Connaître le calendrier vaccinal pour la population générale Savoir programmer un rattrapage vaccinal Adapter

Plus en détail

3) Comment organisez-vous le rattrapage?

3) Comment organisez-vous le rattrapage? CAS CLINIQUE N 1N Sandrine, jeune femme de 24 ans, vient de divorcer et se rapproche de son nouvel ami avec lequel elle souhaite avoir un enfant. Elle vient vous montrer le carnet de santé de son fils

Plus en détail

Nouveautés vaccinales

Nouveautés vaccinales Nouveautés vaccinales Yves HANSMANN Service des Maladies Infectieuses 2013 L année du pneumo 13? Depuis 30 décembre 2011 Recommandations FDA pour l utilisation du vaccin pneumo 23 chez l adulte avec facteurs

Plus en détail

Le nouveau calendrier vaccinal. Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1

Le nouveau calendrier vaccinal. Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1 Le nouveau calendrier vaccinal Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1 Forum Médical Lyonnais- 28 septembre 2013 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations/

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET CAS CLINIQUES 17 novembre 2010 DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Cas clinique 1 Mme P. 28 ans, jeune cadre dynamique d origine caucasienne,

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

I. Définitions : Suite définitions : 2. Objectifs de la vaccination. Vaccinations et calendrier vaccinal Objectifs du cours :

I. Définitions : Suite définitions : 2. Objectifs de la vaccination. Vaccinations et calendrier vaccinal Objectifs du cours : Vaccinations et calendrier vaccinal 2014 Objectifs du cours : - Situer la politique vaccinale dans une dimension de santé publique - Comprendre le principe vaccinal - Savoir lire et interpréter le calendrier

Plus en détail

L. Becquemont Faculté de médecine Paris Sud Université Paris Sud. Vaccins

L. Becquemont Faculté de médecine Paris Sud Université Paris Sud. Vaccins Vaccins Exemples d Apport de la Vaccination aux USA Maladie Morbidité Morbidité % Réduction avant vaccination 2003 cas/an cas/an Variole 48164 0 100% Diphtérie 175885 1 99,99% Coqueluche 147271 8067 94,52%

Plus en détail

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014 POURQUOI SE FAIRE VACCINER? Journée e défense d et citoyenneté 2014 Avant de commencer Combien d entre vous sont sûrs d être à jour de leurs vaccinations? Qui se sent concerné par la vaccination? Qui sait

Plus en détail

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Principes de la vaccination Protection active spécifique vis-à vis d un agent infectieux avant toute exposition.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 11 juillet 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 11 juillet 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 11 juillet 2001 TICOVAC 2,7 microgrammes pour 0,5 ml, suspension injectable en seringue préremplie vaccin de l encéphalite à tiques adsorbé B/1 et B/10

Plus en détail

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Section 10.3.4 10.3.4 : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Composition Un vaccin inactivé polysaccharidique 23-valent contre le pneumocoque (-23) est distribué au Canada : Pneumovax 23 (Merck).

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 93 Vaccination contre les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b Les infections à Haemophilus

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Questions-réponses sur le calendrier des vaccinations 2013 Le calendrier des vaccinations 2013 introduit des modifications importantes pour l ensemble de la population

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon

Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon PLAN Méningo C à 5 mois, rappel chez l adolescent? Coqueluche : quels vaccins pour quel âge? Et la Grossesse? Rougeole: penser au rattrapage

Plus en détail

Pr Didier Neau. Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin

Pr Didier Neau. Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Pr Didier Neau Service des Maladies infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Avril 2015 Introduction Prise en charge des maladies infectieuses Curatif: antibiotiques, antiviraux, antifongiques, antiparasitaires

Plus en détail

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Odile Launay Colloque Sécurité des vaccins Paris, 4 octobre 2016 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 76 version 01 du page 1 Copyright CMIT

Module 7 - Edition Item 76 version 01 du page 1 Copyright CMIT Module 7 - Edition 2004 - Item 76 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 76 : VACCINATIONS : BASES IMMUNOLOGIQUES, INDICATIONS, EFFICACITE, COMPLICATIONS OBJECTIFS TERMINAUX I Appliquer le calendrier des

Plus en détail

La vaccination en France en 2017

La vaccination en France en 2017 La vaccination en France en 2017-13 mars 2017 - Charles CAZANAVE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Introduction Prise en charge des maladies infectieuses Curatif : antibiotiques,

Plus en détail

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme:

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme: Le système immunitaire Epilepsies & Vaccins Journée des Associations JFE Toulouse 10 novembre 2016 Protège notre organisme: Contre tous les intrus Tout ce qui menace son intégrité Elimine tous les intrus

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

La vaccination contre les infections à pneumocoques

La vaccination contre les infections à pneumocoques La vaccination contre les infections à pneumocoques Importance pour la santé publique les formes invasives de l'infection: la méningite, endocardite -participation valvulaire, septicémie, l'arthrite, infections

Plus en détail

VACCINS ET VIH. Février 2014

VACCINS ET VIH. Février 2014 VACCINS ET VIH ADULTES Février 2014 COREVIH Centre et Poitou-Charentes CHRU de Tours 2 boulevard Tonnellé 37044 Tours cedex 9 Tél. : 02 34 37 89 94 Fax : 02 47 47 37 31 Email : corevih@chu-tours.fr I Généralités

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Tuberculose en Ile-de-France: couverture vaccinale et adaptation des recommandations vaccinales

Tuberculose en Ile-de-France: couverture vaccinale et adaptation des recommandations vaccinales Tuberculose en Ile-de-France: couverture vaccinale et adaptation des recommandations vaccinales Dr Ibrahim Mounchetrou Njoya 1, Dr Assa Niakate 2, Dr Catherine Vincelet 3 1 Santé publique France, Direction

Plus en détail

Les vaccinations. Les vaccinations

Les vaccinations. Les vaccinations Les vaccinations Généralités : Les vaccins font partie du domaine de la prévention. Ils permettent de protéger contre des maladies dites «historiques» qui ont fait beaucoup de ravages et qui maintenant,

Plus en détail

Quoi de neuf? Octobre 2014

Quoi de neuf? Octobre 2014 Vaccinations i chez les patients suivis en HGE Quoi de neuf? Octobre 2014 Rappel sur la vaccination Vaccin vivant atténué / Vaccin inactivé ou sous unitaire Immunité acquise : spécifique, mémoire immunologique

Plus en détail

Vaccination au CPMI. BISIAUX Frédérique Interne CPMI 11 Décembre 2013

Vaccination au CPMI. BISIAUX Frédérique Interne CPMI 11 Décembre 2013 Vaccination au CPMI BISIAUX Frédérique Interne CPMI 11 Décembre 2013 sommaire Missions du CPMI Rappel Recommandation vaccination BCG Vaccins Nos intervenants pour la vaccination Informations pratiques

Plus en détail

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION Dre.Carol Mcconnery Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION 1 OBJECTIFS Suite de cette rencontre, les médecins de

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Août 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCES Calendrier vaccinal 2005

Plus en détail

Maladies à prévention vaccinale : données épidémiologiques et couvertures vaccinales

Maladies à prévention vaccinale : données épidémiologiques et couvertures vaccinales Maladies à prévention vaccinale : données épidémiologiques et couvertures vaccinales T. EL MRINI ARS Alsace 1 ère Journée d infectiologie et de vaccinologie d Alsace 18 avril 2014 Introduction L abord

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 18 avril 2001 HEXAVAC, suspension injectable, vaccin diphtérique, tétanique,

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques Nota bene : les vaccins spécifiquement recommandés sont des vaccins nécessaires pour les patients

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 novembre 2002 MENJUGATE, poudre et solvant pour suspension injectable, vaccin méningococcique du groupe C oligosidique conjugué,

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 173 - Mai 2017 SOMMAIRE La vaccination en 2017 1. Les nouvelles recommandations du calendrier vaccinal p 2 2. Les adaptations face aux ruptures de stock p 6 3. Test de lecture

Plus en détail

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry)

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry) Ne seront pas traitées dans ce chapitre, car ne relevant pas de recommandations de vaccination large et/ou systématique les vaccinations contre les pathologies suivantes : - varicelle - rotavirus - zona

Plus en détail

Rota : vaccin contre le rotavirus

Rota : vaccin contre le rotavirus 10.1.5 : vaccin contre le rotavirus Composition Deux vaccins oraux à virus vivant atténué contre les gastroentérites causées par le rotavirus sont distribués au Canada : rix (GlaxoSmithKline) et Teq (Merck).

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 octobre 2009 NEISVAC, suspension injectable en seringue pré-remplie Vaccin méningococcique polyosidique du groupe C conjugué seringue pré-remplie 2 aiguilles, B/1

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 267 La vaccination contre le tétanos Le tétanos est une infection aiguë due aux exotoxines produites

Plus en détail

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 )

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) MONOGRAPHIE Prevnar * 13 Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) Suspension pour injection intramusculaire Agent d immunisation active * M.D. de Wyeth Pfizer

Plus en détail

Calendrier des vaccinations 2013

Calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. État des connaissances : mars 2013 Calendrier des vaccinations 2013 Poi int sur les pr rincipales nouvea autés Le calendrier des vaccinations ou calendrier vaccinal, élaboré

Plus en détail

QUOI DE NEUF EN VACCINOLOGIE HPV ROTAVIRUS VARICELLE TUBERCULOSE PNEUMOCOQUE ROR COQUELUCHE HEPATITE B

QUOI DE NEUF EN VACCINOLOGIE HPV ROTAVIRUS VARICELLE TUBERCULOSE PNEUMOCOQUE ROR COQUELUCHE HEPATITE B QUOI DE NEUF EN VACCINOLOGIE HPV ROTAVIRUS VARICELLE TUBERCULOSE PNEUMOCOQUE ROR COQUELUCHE HEPATITE B La politique vaccinale évolue rapidement Elle doit s adapter en permanence aux résultats des nouvelles

Plus en détail

VACCIN POLYSACCHARIDIQUE CONTRE LE PNEUMOCOQUE

VACCIN POLYSACCHARIDIQUE CONTRE LE PNEUMOCOQUE 10.3.4 VACCIN POLYSACCHARIDIQUE CONTRE LE PNEUMOCOQUE COMPOSITION Deux vaccins inactivés polysaccharidiques 23-valent contre le pneumocoque sont distribués au Canada : Pneumovax 23 (Merck Frosst) et Pneumo

Plus en détail

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Septembre 2016 DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Sommaire La vaccination, à quoi ça sert?...4 Un peu d histoire...5 Le vaccin, comment ça marche?...6 Le vaccin est-il compatible avec

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DU PRODUIT

FICHE DE PRESENTATION DU PRODUIT FICHE DE PRESENTATION DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT MENBVAC, suspension injectable, Vaccin méningococcique du groupe B (adsorbé) 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Une dose (0,5 ml)

Plus en détail

La vaccination contre la méningite à méningocoque

La vaccination contre la méningite à méningocoque La vaccination contre la méningite à méningocoque L infection a Neisseria meningitidis manifestations: infections des voies respiratoires, la méningite, septicémie ou syndrome de Waterhouse- Friderichsen

Plus en détail

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Immunité Vaccinale Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Bases empiriques de la vaccination Observation empirique Une infection guérie protège de la maladie Vacciner

Plus en détail

Unité Enseignement Mère-Enfant

Unité Enseignement Mère-Enfant Unité Enseignement Mère-Enfant N 143. Vaccinations - Connaître les différents types de vaccins et les modalités d administration. - Connaître le calendrier vaccinal pour la population générale. - Savoir

Plus en détail

ESPACE DE SANTE PUBLIQUE. Les vaccinations du voyage

ESPACE DE SANTE PUBLIQUE. Les vaccinations du voyage ESPACE DE SANTE PUBLIQUE Les vaccinations du voyage BEH 23-24 du 2 juin 2009 Docteur Antoine CAPRIOLI Vaccinations du voyage - Plan 2 PLAN Pour tous et quelle que soit la destination En fonction de la

Plus en détail

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Cancer et vaccins Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Epidémiologie de la grippe et des infections à pneumocoques en oncologie Données US 1999-2000 Incidence des infections

Plus en détail

Un vaccin inactivé conjugué 7-valent contre le pneumocoque est distribué au Canada : le vaccin Prevnar (Wyeth).

Un vaccin inactivé conjugué 7-valent contre le pneumocoque est distribué au Canada : le vaccin Prevnar (Wyeth). CHAPITRE 11 PNEUMOCOQUE CONJUGUÉ VACCIN CONJUGUÉ CONTRE LE PNEUMOCOQUE COMPOSITION Un vaccin inactivé conjugué 7-valent contre le pneumocoque est distribué au Canada : le vaccin Prevnar (Wyeth). Chaque

Plus en détail

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron Vaccinations du Nourrisson François-Marie Caron Impact d un programme de vaccinations RUBEOLE 1970 OREILLONS 1983 ROUGEOLE 1983 ASSOCIATION 1986 Acceptation vaccination garçon oreillons 1996 Rattrapage

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION Si vous trouvez ce carnet de vaccination, merci de contacter la personne aux coordonnées ci-après. CARNET DE VACCINATION www.carmiest.fr NOM... PRÉNOM.. DATE DE NAISSANCE... ADRESSE..... TÉLÉPHONE... DIPHTÉRIE

Plus en détail

vaccinations des voyageurs (1/5) 2009

vaccinations des voyageurs (1/5) 2009 vaccinations des voyageurs (1/5) 2009 pour tous, quelle que soit la destination > Enfants (jusqu à 18 ans) Mise à jour des vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français, certaines pouvant

Plus en détail

La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse

La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse Dossier établi à partir des données InVS au 5 octobre 2011 A actualiser pour toute utilisation postérieure à cette date La

Plus en détail

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Nom de l entreprise : Remedeo SAS Adresse : 3, rue Louis le Grand 7500 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : +33 (0)

Plus en détail

VACCINS BACTERIENS ET SEROTHERAPIE

VACCINS BACTERIENS ET SEROTHERAPIE VACCINS BACTERIENS ET SEROTHERAPIE I. INTRODUCTION - Maladies infectieuses : Gros problème de santé publique dans le monde. - Parmi les moyens de lutte contre ces maladies : antibiotiques (rôle curatif)

Plus en détail

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien Dr Frédéric BASTIDES Commission Régionale des anti-infectieux. Praticien Hospitalier. Service de Médecine Interne et de Maladies Infectieuses-

Plus en détail

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME Société de Franche Comté de Médecine: le 16/12/10 C. Laresche, Dr A.S. Dupond Faucher Jeune fille de 16 ans Pas d ATCD mis à part une allergie au paracétamol HDLM: Hyperthermie

Plus en détail

Les manifestations aigues post vaccinales indésirables (MAPI)

Les manifestations aigues post vaccinales indésirables (MAPI) RENCONTRE MÉDICALE "Organiser une campagne de vaccination en milieu de travail" ISST le 15 avril 2015 Les manifestations aigues post vaccinales indésirables (MAPI) Dr Essia Ben Farhat Hmida PNV/DSSB Définition

Plus en détail

PRÉ-POST/TEST. Profil du Participant : Code :

PRÉ-POST/TEST. Profil du Participant : Code : Page 1 sur 5 FORMATION DES FORMATEURS RÉGIONAUX EN MATIÈRE DE L AXE «MÉNINGITES» dans le cadre du Plan National de Formation Continue- 2012, DRH/DF/SFC du 3 au 5 décembre 2012, Rabat (INAS) PRÉ-POST/TEST

Plus en détail

J.P. DUBOIS (Lyon) P. HOFLIGER (Nice)

J.P. DUBOIS (Lyon) P. HOFLIGER (Nice) J.P. DUBOIS (Lyon) P. HOFLIGER (Nice) Voie sous-cutan cutanèe Recommandée pour les vaccins viraux vivants (rougeole, oreillons, rubéole, fièvre jaune, varicelle) et optionnelle pour certains vaccins polyosidiques

Plus en détail

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona...

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... Dr Emmanuel MORTIER, Médecine interne Louis-Mourier pas de lien d intérêt

Plus en détail

Les nouveaux vaccins conjugués contre le pneumocoque. Synflorix /Prevenar 13

Les nouveaux vaccins conjugués contre le pneumocoque. Synflorix /Prevenar 13 Les nouveaux vaccins conjugués contre le pneumocoque Synflorix /Prevenar 13 Préalables Bonne nouvelle : 2 fabricants de vaccin pneumococcique conjugué AMM Pas d étude d efficacité Etude d immunogénicité

Plus en détail

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional BIBLIOGRAPHIE Code de la santé publique: Article L.3111-1 et L.3111-4 Arrêté du 15 mars 1991 Arrêté du 6 mars 2007

Plus en détail

La prévention par la vaccination

La prévention par la vaccination La prévention par la vaccination Présentation aux partenaires sociaux. ARS Basse Normandie- Caen -24 octobre 2012- A. Bourges (interne Médecine générale) Dr SALAÜN Marie-Anne (chef de service CPMI- Caen)

Plus en détail

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques 11.1 : immunoglobulines non spécifiques Composition Les non spécifiques sont distribuées au Québec par Héma-Québec : amastan S/D (rifols Therapeutics Inc.). Elles contiennent : une solution stérile concentrée

Plus en détail

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 II - VACCINATIONS À CARACTÈRE OBLIGATOIRE DANS LE CADRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE...6 III - VACCINATIONS OBLIGATOIRES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE Commission Permanente Délibération n 45/CP du 20 avril 2011 modifiant la délibération n 168 du 5 août 1969 portant règlement d hygiène et de médecine scolaires et la délibération n

Plus en détail

Tableau comparatif concernant l immunoglobuline anti-hépatique B

Tableau comparatif concernant l immunoglobuline anti-hépatique B I. Conformité réglementaire Commercialisation Avis de conformité Avis de conformité conditionnelle autorisée par Santé Se reporter à la lettre aux clients Canada n o 2007-39 de la Société canadienne du

Plus en détail

ENFANT. Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant

ENFANT. Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant ENFANT Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant D après le calendrier vaccinal 2015 1 drier vaccinal ARRIVAC 200x100 Mai 2015 v1.indd

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

BOPTEZ POUR LA. VACCINATION Vaccination contre la méningococcie causée par les souches de Neisseria meningitidis du groupe B (MenB) avec BEXSERO.

BOPTEZ POUR LA. VACCINATION Vaccination contre la méningococcie causée par les souches de Neisseria meningitidis du groupe B (MenB) avec BEXSERO. BOPTEZ POUR LA VACCINATION Vaccination contre la méningococcie causée par les souches de Neisseria meningitidis du groupe B (MenB) avec BEXSERO. BEXSERO vaccin à constituants multiples contre le méningocoque

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mai 2006 TICOVAC 0,25 ml ENFANTS, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'encéphalite à tiques (inactivé) seringue préremplie en verre de 0,25 ml

Plus en détail

LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE. 1 - Historique et définition

LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE. 1 - Historique et définition LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE Un grand nombre de maladies infectieuses entraînent une protection plus ou moins longue. D où la recherche de moyens pour obtenir une immunité artificielle sans encourir

Plus en détail

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner 5 000 nouvelles contaminations par le virus de l hépatite B surviennent tous les ans en France, alors qu il existe un moyen sûr et efficace

Plus en détail

Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012

Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012 Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012 Généralités Les pages Sigles et acronymes ont été renommées Abréviations et sont maintenant divisées

Plus en détail

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Marie Reine Mallaret Grenoble 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Vaccinations Moyen de prévention de 1 ère importance Maladies infectieuses,

Plus en détail

Vaccination et Maladies Systémiques

Vaccination et Maladies Systémiques Vaccination et Maladies Systémiques Thomas Hanslik Service de médecine interne, Hôpital Ambroise Paré UFR Médicale Paris Île-de-France Ouest Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Réseau Sentinelles,

Plus en détail

Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil

Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil 1 2013 Refonte Profonde du Calendrier Vaccinal Diminution du nombre d injections suppression des injections de

Plus en détail

Vaccination contre les pneumocoques: nouvelles indications. Le point sur la coqueluche

Vaccination contre les pneumocoques: nouvelles indications. Le point sur la coqueluche Vaccination contre les pneumocoques: nouvelles indications Le point sur la coqueluche Klara Posfay Barbe Unité d infectiologie pédiatrique Hôpital des Enfants Maladies invasives à pneumocoques (MIP) en

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 13 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue,

Plus en détail

Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH. 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon

Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH. 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon Pneumocoque Données microbiologiques Portage naso-pharyngé

Plus en détail

Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS

Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS Pr. Jean Beytout Service des maladies infectieuses CHU de Clermont-Fd. Comité Technique des Vaccinations 1999-2005 Calendrier vaccinal DEFINITION Vaccinations

Plus en détail

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité SEV 2010 Dr Eric Schwartzentruber Responsable du pôle santé publique SCHS/Ville de Montpellier Mesures à prendre (par le médecin en charge

Plus en détail