Simulation des capteurs de flux thermique. Guillaume Dauster 7 mai 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Simulation des capteurs de flux thermique. Guillaume Dauster 7 mai 2014"

Transcription

1 Simulation des capteurs de flux thermique Guillaume Dauster 7 mai

2 Table des matières 1 Introduction Rappels de radiométrie Le rayonnement thermique Définition Spectre du rayonnement thermique Spectre utile du rayonnement thermique Représentation des corps et mesures Luminance énergétique d un corps noir Notion de corps gris Radiométrie Recherches de solutions logicielles Introduction Les attentes Les moteurs de rendu «physic-based» Le moteur de rendu Mitsuba Construction d une scène Modèle de diffusion Les matériaux dans Mitsuba Les modifications apportées à Mitsuba Prise en charge du rendu multi-spectral Modification de la méthode d intégration Validations et simulations Définition de la méthode de validation Validation de la représentation d un corps noir Notion de facteurs de formes Facteurs de formes C 11 et C Facteurs de forme et maximum d émittance monochromatique d un corps noir Comparaison en influence totale Comparaison avec les facteurs de forme Paramètres de la simulation Bornes maximales en configuration C Nombres d échantillons en configuration C Nombre de bandes en configuration C Approche par l expérimentation Définitions Estimation de l irradiance expérimentale en influence totale (h = 5cm) Estimation de l irradiance expérimentale à différentes distances Estimation de l irradiance expérimentale à différentes inclinaisons 27 5 Conclusion

3 5.1 Bilan Perspectives Amélioration possibles de Mitsuba Echantillonage non régulier du spectre Approximation du spectre en dehors des bornes

4 1 Introduction la version de TikZ est : 2.10Le travail présenté ici ce situe dans le contexte du projet OpenFoodSystem 1 qui vise à fournir aux personnes (professionnels et grand-public) de nouveaux appareils de cuisson qualifiés d intelligents, et notamment des fours. La souspartie du projet qui nous concerne est Opticook, programme qui vise au développement d instruments de mesure des variations temporelles de plusieurs propriétés des aliments et de contrôle des variables du four afin de garantir une cuisson optimale, et ce en autonomie complète, c est-à-dire sans intervention humaine dans le processus de cuisson. L IEMN et le LAGIS interviennent essentiellement sur la partie développement de capteurs de flux thermique qui seront placés dans la partie haute du four afin de déterminer la température de surface de l aliment en cours de cuisson. Cette information permettra par la suite de déterminer l état de cuisson de l aliment en exploitant une relation, établie par d autres partenaires du projet, entre température de surface et température interne. Malheureusement, les capteurs de flux thermique ne permettent pas de mesurer directement la température de surface de l aliment. En effet, puisque notre capteur n est pas associé à un système optique jouant le rôle de collimateur, le flux thermique qu il reçoit provient de toutes les surfaces visibles et non pas simplement de celle de l aliment. Pour compenser l absence de collimateur, nous proposons d utiliser plusieurs capteurs de flux et de combiner les mesures qu il fournissent afin d estimer l émittance de la surface de l aliment. Cette dernière sera obtenue en éliminant, par un calcul de décorrélation, l influence des émittances des autres objets visibles par les capteurs. Intuitivement, on comprend qu en utilisant de nombreux capteurs de flux répartis dans la partie haute de la cavité de cuisson, on ne peut qu améliorer la précision de cette estimation de l émittance. Cependant, il n est pas envisageable tant pour des raisons techniques qu économiques, d utiliser plus de capteurs que nécessaire. L objectif du LAGIS dans le projet est de concevoir et développer un outil de simulation qui permettra en définitive de sélectionner, selon un critère objectif, le nombre et la disposition des capteurs de flux thermique dans l enceinte de cuisson. Un critère quantitatif de sélection d une configuration optimale pourrait par exemple être le produit de la précision relative de la mesure de température par le nombre de capteurs, qu il s agirait de maximiser en incluant éventuellement des contraintes additionnelles. Quoi qu il en soit, le simulateur doit nous permettre, pour toutes les configurations envisageables (four, aliment, capteurs), de calculer les flux thermiques reçus par les capteurs. Ce rapport présente les résultats de notre recherche de solutions logicielles déjà existantes, de la modification du code du logiciel qui nous a semblé être le plus adapté au développement du simulateur, et enfin de la validation de cette base de simulation au travers de tests préliminaires dans lesquels nous avons comparé les résultats obtenus sur des configurations simples avec les valeurs théoriques calculées à partir de leurs facteurs de forme 2. Dans la première partie, nous rappelons les définitions des grandeurs radiométriques et présentons les concepts utilisés dans le simulateur (spectre de rayonnement thermique, ra- 1. http ://www.groupeseb.com/fr/content/investissements-d%e2%80%99avenir-91-millionsd%e2%80%99euros-pour-le-projet-open-food-system 2. Voir les références fournies en fin du document sur les notions de transfert thermique et de facteur de forme 4

5 diométrie, notion de corps noir et de corps gris). La seconde partie concerne les recherches qui nous ont permis de nous orienter vers un certain type de logiciel : les moteurs de rendus, et plus spécifiquement ceux qualifiés de «physic-based». Enfin, la dernière partie concerne le processus de validation de la simulation en combinant données théoriques et expérimentales (l ensemble des résultats est fourni en annexe). 2 Rappels de radiométrie 2.1 Le rayonnement thermique Définition Le rayonnement thermique [1] constitue l un des trois mécanismes (conduction, et convection pour les deux autres) par lesquels de l énergie calorifique peut s échanger entre des corps à températures différentes. On modélisera essentiellement l échange radiatif car un moteur de simulation, utilisant une technique qualifiée de «lancer de rayon», ne permet pas de prendre en compte directement les autres phénomènes d échange thermique. Lors d un échange thermique, tout corps joue à la fois le rôle de source (émission ininterrompue d ondes électromagnétiques) et de récepteur (absorption de rayonnement thermique des corps visibles). Le mécanisme d échange thermique implique essentiellement trois étapes, que l on retrouve d ailleurs dans la plupart des logiciels de simulation de type «physic-based». On a ainsi : Une transformation d énergie calorifique en rayonnement électromagnétique par le corps considéré (solide, liquide, gaz), qui se traduit par la définition des propriétés de surface du corps dans un moteur de rendu (propriétés d émissivité et absorptivité). Le rayonnement effectue un parcours dans le milieu séparant les objets ; Dans un moteur de rendu, on réalise un lancer de rayons dans la scène, en tenant compte éventuellement d une interaction entre le rayon et le milieu dans lequel il se propage. Le rayonnement interagit avec le (ou les) récepteur(s) qui en absorbent ou réfléchissent une partie ; Dans un moteur de rendu on effectue la somme des rayons reçus par les surfaces réceptrices Spectre du rayonnement thermique Les rayonnements qualifiés de «thermiques» sont un sous-ensemble du spectre électromagnétique (figure 1) qui comprend une partie des ultra-violets, l ensemble du spectre du visible ainsi que l ensemble du spectre infrarouge. Leurs longueurs d ondes sont comprises entre 0.3µm et 1000µm 3. Une de nos attentes dans un moteur de rendu est de pouvoir paramétrer les simulations dans une telle gamme de longueur d onde. En général, pour réaliser le calcul, le spectre thermique est discrétisé de façon uniforme, c est-à-dire découpé en bandes spectrales de largeurs toutes identiques. Ainsi une portion du spectre électromagnétique peut être définie par trois paramètres : borne inférieure du spectre, borne supérieure du spectre et largeur de bande de bande (ou ce qui est équivalent, nombre de bandes). 3. source : La transmission de la chaleur [1], page 63 5

6 Rayonnement thermique Rayon x, alpha U.V Visible Infrarouge Onde radio,... Figure 1 Le spectre du rayonnement thermique est un sous-ensemble du spectre électromagnétique Spectre utile du rayonnement thermique On retrouve souvent dans la littérature la notion de domaine usuel ou spectre utile du rayonnement thermique, considéré comme s étendant du visible à l infrarouge moyen (soit 0.3µm à 50µm). Une simulation réalisée sur la totalité du spectre thermique s avérant très coûteuse en temps de calcul pour une efficacité incertaine 4, nous avons décidé d utiliser cette notion de spectre utile. Par exemple, l énergie rayonnée par un corps noir diminue quand sa longueur d onde s éloigne du λ max pour atteindre moins de 1% pour les valeurs les plus éloignées. Pour ces longueurs d onde, l énergie peut alors être considérée comme négligeable. Ainsi, pour un corps noir, la notion de spectre utile [5] est définie comme l intervalle situé entre 0, 5λ max et 4, 5λ max (figure 2). rayounnement λ 4.5λ longueur d ondes Figure 2 Spectre utile d un corps noir Pour calculer les bornes de cet intervalle, on utilise de la loi de déplacement de Wien qui fournit la longueur d onde du maximum d émittance monochromatique du corps noir à une température T donnée : λ max = T 4. voir le chapitre consacré aux simulations et validations (1) 6

7 Ainsi, dans le cas qui nous intéresse, on pourra considérer une température minimum et maximum de l enceinte du four et déterminer l intervalle de longueur d ondes le plus pertinent. Par exemple, pour des températures comprises entre 300 et 700 Kelvin, on détermine les limites suivantes (cf. tableau 1) : Kelvin Wien x0.5λ x4.5λ 300 9, 66µm 4, 83µm 43, 47µm 700 4, 01µm 2, 00µm 18, 00µm Table 1 Bornes inférieures et supérieures des longueurs d onde utiles pour des températures de 300 et 700 Kelvin Néanmoins, il faut garder en tête qu il s agit d une approximation, et que par conséquent elle peut engendrer un manque de précision dans les résultats lors de l étape d intégration (étape importante lors du calcul d émittance totale par exemple). 2.2 Représentation des corps et mesures Luminance énergétique d un corps noir Un corps noir est un objet idéal dont le spectre d émission électromagnétique ne dépend que de sa température. On considère également qu un corps noir est capable d absorber toute l énergie électromagnétique qu il reçoit, donc qu à sa surface ne se produit aucun phénomène de réflexion ou de diffusion. L équation (2) donne l expression de la radiance spectrale L 0 T (λ) d un corps noir à une température T en Kelvin, où h désigne la constante de Planck, c la vitesse de la lumière, k la constante de Boltzmann et λ la longueur d onde. L 0 T (λ) = 2hc 2 λ 5 (e hc/λkt 1) (W.m 2.sr 1.µm 1 ) (2) On utilisera cette notion dans nos simulations afin de valider les expérimentations à partir du cadre théorique du corps noir Notion de corps gris Un corps gris est un matériau dont l émissivité ε est indépendante de la longueur d onde, pour une température donnée et une direction donnée du flux incident. L émissivité s exprime comme le rapport entre l énergie émise L T par un corps et celle qu émettrait un corps noir de même température. ε = L T L 0 T (3) Sachant que le corps noir est un corps idéal, on utilisera dans des travaux plus avancés la notion de corps gris, plus proche de la réalité. 7

8 2.2.3 Radiométrie Ce que l on appelle radiométrie est la caractérisation et la mesure des transferts d énergie par rayonnements électromagnétiques depuis une source, vers un capteur [2]. Il faut bien différencier la radiométrie et la photométrie, qui est son équivalent mais dans le cadre de la perception par l œil humain. Le plus souvent, ce sont les grandeurs photométriques et non les grandeurs radiométriques qui sont utilisées dans les moteurs de rendu, lesquels sont destinés à fournir des images synthétiques de scènes décrites par un modèle 3D. Grandeur Notation unité Flux φ W Irradiance E W.m 2 Intensité I W.sr 1 Radiance M W.m 2.sr 1 Table 2 Les grandeurs radiométriques Il y a quatre grandeurs radiométriques principales (table 2) que nous serons amenés à utiliser dans notre processus de simulation : le flux, l irradiance, l intensité et la radiance [6]. Le flux est la quantité totale d énergie qui arrive sur une surface par unité de temps. Le flux énergétique s exprime en joule par seconde (J.s 1 ), ou watts. L irradiance est le flux par unité de surface, dans le cas d un capteur, et l émittance le flux par unité de surface, dans le cas d une source. Ces grandeurs s expriment toutes deux en W.m 2. D après la loi de Lambert, le flux qui arrive sur un élément de surface est proportionnel au cosinus de l angle entre la direction du rayon (i.e. pour une surface A 1 ) et la normale à cette surface A 2 (figure 3). A 2 θ Figure 3 L irradiance incidente à une surface est proportionnelle au cosinus de l angle entre le rayon et la normale L intensité décrit la distribution directionnelle de la lumière issue d une source ponctuelle. L intensité dépend de la notion d angle solide, qui est l analogue tridimensionnel de l angle plan (voir la figure 4 5 ). L angle solide (souvent noté ω ) par lequel un objet est observé depuis un point est calculé par la surface de sa projection sur une sphère unité centrée sur le point A 1

9 Figure 4 Répartition de l énergie radiante dans l hémisphère entourant la surface da La radiance (ou luminance énergétique) est le flux qui parvient ou est émis par une surface dans un certain angle solide et dans une direction particulière. Si la radiance est connue pour chaque élément d une surface, toutes les autres grandeurs radiométriques peuvent être calculées comme une intégrale de la radiance selon des surfaces, directions ou distances spécifiques. 3 Recherches de solutions logicielles bla bla bla! 3.1 Introduction Les attentes On cherche une solution logicielle prenant en compte les capacités et contraintes suivantes : 1. La possibilité d effectuer un calcul en multi-spectral et «physic-based», c est-à-dire tenant compte de toutes les propriétés physiques d un objet en terme d interaction avec le rayonnement électromagnétique ; 2. De permettre d effectuer des mesures physiques sur les objets et les éléments de la scène au travers de grandeurs radiométriques et non pas photométriques ; 3. Dont le code est disponible et modifiable si les fonctionnalités nécessaires ne sont pas disponibles dans la version de base ; 4. Permettant l importation de modèles 3D issus d autres plate-formes de modélisation 3D (.obj, etc.) Il existe principalement deux méthodes de rendu 3D : la méthode dite de rastérisation (figure 5a 6 ), où le rendu est basé sur les polygones qui constituent l objet 3D à représenter et des transformations géométriques permettant de le projeter sur la surface du capteur d image virtuel. L autre méthode dite de lancer de rayon ou raytracing (figure 6. 9

10 5b 7 ), consiste à calculer la trajectoire des rayons lumineux pour tous les pixels du capteur d image virtuel. Cette méthode suit les règles de la physique, notamment en ce qui concerne les changements de direction des rayons lors d une interaction avec un dioptre. (a) Méthode de rastérisation : on part de la géométrie de l objet (ici triangle en rouge) que l on projette dans le plan du capteur d image virtuel (b) Méthode de raytracing : on projette des rayons dans la scène en suivant le parcours réel de la lumière, d où un plus grand réalisme. Figure 5 Les deux principales méthodes de rendu de scène en 3 dimensions Les moteurs de rendu «physic-based» Nous nous attarderons essentiellement sur les moteurs «physic-based» dont le code source est accessible afin de vérifier que ce dernier n intègre pas de pré ou post-traitements destinés à gérer les grandeurs photométriques. De ce fait, la licence du logiciel est de type opensource (GPL, BSD, MIT,...) 8. Il existe un certain nombre de moteurs de rendu «physic-base», notamment pour le jeu vidéo 9 et la production de contenu (Renderman, AppleSeed,...) 10. Ces moteurs sont principalement destinés à la création de contenus visuels générés à partir de modèles 3D, et donc très peu d entre eux permettent de réaliser des calculs radiométriques à des fins de simulation scientifique. Dans cette dernière catégorie, nous avons trouvé PBRT 11 et Mitsuba 12 [4] dont les algorithmes de rendu sont issus de l ouvrage Physically Based Rendering [6] (PBRT étant développé par les auteurs du livre). Nous avons essentiellement comparé ces deux solutions car ce sont les deux seules qui satisfaisaient tous les critères permettant d envisager une simulation. Les caractéristiques permettant une comparaison et donc un choix, recueillies dans leurs documentations respectives, sont résumées dans le tableau suivant. Les caractéristiques des deux logiciels sont similaires 13, néanmoins Mitsuba est intéressant car il intégre des outils de mesure physique qui vont être importants pour la suite Voir un descritif des licences existantes : 9. Approche encore peu utilisée, car coûteuse en temps de calcul 10. Autres moteurs de rendu : 11. http ://www.pbrt.org 12. http ://www.mitsuba-renderer.org 13. Voir la notice README-INSTALL pour un détail supplémentaire des bibliothèques nécessaires en plus de celle donner dans la documentation (tester sur une configuration Ubuntu LTS) 10

11 PBRT Mitsuba Import / Export 3DSMax, Blender, StructureSynth Blender, Rihoceros, Make- Humans Documentation Livre [6] et explication des En ligne et Manuel de l API formats d entrée Multithread oui oui Indices de réfraction scene/spds data/ior des matériaux Support du rendu Dans core/pbrt.h et Dans core/spectrum.h et spectral core/spectrum.h config.py Fichiers sources.txt.xml Table 3 Caractéristiques générales des deux API. du projet. C est pour cela que l on va se concentrer sur cette solution. 3.2 Le moteur de rendu Mitsuba Comme on peut le lire dans la documentation de Mitsuba, celui-ci est un moteur de rendu écrit en C++, orienté recherche et qui est conçu pour être modulaire dans la construction de la scène 3D. Il est composé d un noyau et d un ensemble de plugins qui peuvent être combinés en fonction des besoins 14. Une scène, dans Mitsuba, comporte en général les plugins décrits ci-dessous Construction d une scène Une scène est définie dans Mitsuba par un fichier xml, comme l illustre l exemple suivant. <?xml v e r s i o n=" 1. 0 " encoding=" utf 8"?> <scene v e r s i o n=" "> <i n t e g r a t o r type=" path "> [... ] <! Une camera > <s e n s o r type=" p e r s p e c t i v e "> <transform name="toworld"> <r o t a t e y="1" angle=" 180 "/> </transform> [... ] <f i l m type=" h d r f i l m "> [... ] </sensor > <! Un o b j e t > <shape type=" cube "> <bsdf type=" r o u g h d i e l e c t r i c " > [... ] <! On l u i d e f i n i t un bsdf > </shape> 14. voir la documentation pour l ensemble des plugins : partie voir le script que l on a réalisé mtsxml.py ; un générateur simplifié de scène pour Mitsuba 11

12 <! Un autre o b j e t avec un e m i t t e r > <shape type=" sphere "> [... ] <e m i t t e r type=" area "> <rgb name=" r a d i a n c e " value=" 100,400,100 "/> </emitter > </shape> [... ] </scene> Listing 1 Exemple de scène définie dans Mitsuba integrator correspond aux techniques de rendu, il se définit au début du fichier source. La documentation propose une démarche de sélection de la technique de rendu la plus adaptée pour la scène que l on souhaite traiter. sensor apparentés à une camera (perspective ou orthographique), il permet aussi d enregistrer des informations de radiance et d irradiance. Il s utilise en combinaison avec films et samplers. Le type de caméra qui nous sera indispensable est l irradiancemeter qui permet de capturer l irradiance reçue par un capteur de forme variable (associé à un shape, voir plus bas). films définit l enregistrement d images (dimensions, lissages,...) et d informations sur la scène. Les films de type mfilm sont utilisés pour l enregistrement des informations de spectre (une modification des sources a été faite pour enregistrer au format csv plus pratique à manipuler), RGB, XYZ et luminance. samplers définit le nombre d échantillons qui seront capturés de la scène par pixels. Le type le plus simple est independant. shape sert à définir la géométrie d un objet. Il existe un certain nombre de primitives au sein du logiciel et on peut utiliser des formats externes tels que les.obj. emitters correspond à l émission de radiation dans la scène : il existe des sources lumineuses et des environnements (soleil, ciel,...). Tous les types de sources prennent en compte un paramètre de type spectrum. On pourra définir notamment des corps noirs, que l on va utiliser dans nos tests. bsdf (pour bidirectional scattering distribution function) décrit la manière dont la lumière va interagir avec les surfaces de l objet dans la scène. On peut représenter des matériaux à partir d un bsdf. Les bsdf dans Mitsuba sont la conjonction de ce que l on retrouve dans la littérature : brdf (bidirectional reflectance distribution function) et btdf (bidirectional transmission distribution function). Il existe d autres plugins qui ne nous seront pas directement utiles pour le sujet qui nous concerne. Dans Mitsuba, l émissivité est simulée par le plugin emitter où l on définit le spectre de radiance pour l ensemble des longueurs d ondes. On doit donc résoudre les intégrales suivantes pour le corps gris et le corps noir. L T L 0 T = 0 L T (λ) dλ 0 L 0 T (λ) dλ (4) 12

13 3.2.2 Modèle de diffusion Comme nous le verrons par la suite, pour définir un corps opaque, on a besoin de pouvoir représenter sa réflectivité, son absorptivité et son émissivité. Les bsdf permettent de représenter le comportement de la lumière partant d une surface, S 2 dans l exemple (rayons réfléchi r, absorbé a). En association avec la définition du spectre d éclairement monochromatique (ou radiance) (les emitter area) d un autre objet S 1, on caractérisera le rayon incident i (figure 6). S 1 i r a S 2 Figure 6 Rayons incident i, réfléchi r et absorbé r d une surface S 1 vers une surface S 2 Dans le cas du rayonnement thermique, ne sont prises en compte que les transformations d énergie interne en énergie radiative (phénomène d émission) ou inversement (phénomène d absorption) Les matériaux dans Mitsuba Dans Mitsuba on peut représenter les comportements lumineux des matériaux par leur indice de réfraction à partir du plugin bsdf conductor (figure 7). Les fichiers spd fournis dans Mitsuba contiennent les informations des indices de réfraction dans le visible, il conviendra d élargir ceux-ci au spectre du thermique 16. <shape type="..."> <bsdf type="conductor"> <spectrum name="eta" filename="conductorior.eta.spd"/> <spectrum name="k" filename="conductorior.k.spd"/> </bsdf> <shape> Figure 7 Spécifier le spectre des indices de réfraction d un matériau, parties réelles et imaginaires dans deux fichiers distincts Pour représenter correctement le comportement des matériaux simulés à différentes températures il faudra probablement réaliser des mesures expérimentales, car nos premières recherches de données générales relatives à tout le spectre thermique se sont avérées infructueuses. 16. Notamment à partir du site http ://www.luxpop.com/ qui recueille, entre autre, les valeurs d indices de réfractions connu de très nombreux matériaux 13

14 3.3 Les modifications apportées à Mitsuba Comme évoqué précédemment, les capteurs simulés dans Mitsuba sont destinés à réaliser des calculs photométriques, c est-à-dire limités au domaine du spectre électromagnétique visible et intégrant les courbes de réponse perceptuelles définies par la CIE. Il a donc été nécessaire de modifier le code source de Mitsuba pour pouvoir simuler, au travers de grandeurs radiométriques, le comportement radiatif d objets en muti-spectral Prise en charge du rendu multi-spectral Pour ajouter le support du rendu multi-spectral (i.e. pour avoir une simulation valable dans tout le spectre thermique) nous avons modifié les sources de mitsuba/libcore et plus précément le fichier spectrum.cpp. Dans un premier temps, nous avons ajouté la possibilité de définir les bornes inférieure et supérieure du spectre 17. Initialement, les limites du spectre étaient fixées respectivement à 360 nm et 830 nm. Mitsuba nous fournit un capteur d irradiance prévu pour le visible (il utilise d ailleurs les courbes normalisées de la CIE pour le calcul de la luminance). Ce dernier ne fournit donc pas directement les valeurs radiométriques des flux échangés entre deux surfaces. Ainsi, dans un second temps, nous avons modifié la méthode d intégration 18 pour que le capteur d irradiance fournisse les valeurs d irradiance énergétique et non pas de luminance. Float Spectrum::getLuminance() const { Float luminance = 0.0f; for (size_t i=0; i<spectrum_samples; ++i) luminance += CIE_Y[i] * s[i]; return luminance * CIE_normalization; } Figure 8 Fonction de calcul de la luminance par défaut dans Mitsuba. SPEC- TRUM_SAMPLES désigne le nombre d échantillons considérés. Il faut souligner que les fonctions d intégration proposées ci-dessous sont simplement des calculs numériques approchés de l intégrale permettant d estimer l irradiance totale E à partir d un ensemble de valeurs de l irradiance monochromatique calculées sur chaque intervalle du spectre échantillonné. Le pas d intégration λ est défini par l équation (5), dans laquelle λ inf désigne la borne inférieure du spectre, λ sup sa borne supérieure et N le nombre de bandes spectrales considérées. f( ) désigne la fonction définie sur [λ inf, λ sup ] qui représente l irradiance monochromatique reçue par un élément de surface. λ i = λ inf + i.h désigne la longueur d onde minimale de la bande spectrale de numéro i. λ = λ sup λ inf N (5) 17. Voir les constantes SPECTRUM_MIN_WAVELENGTH et SPEC- TRUM_MAX_WAVELENGTH dans le fichier config.py et leur utilisation dans le fichier spectrum.cpp 18. méthode getluminance() dans spectrum.cpp 14

15 3.3.2 Modification de la méthode d intégration La méthode des rectangles où l intégrale approchée par E r, résulte d une approximation de f( ) par une fonction en escalier constante sur chaque bande de largeur λ. L irradiance totale est ainsi donnée par l équation (6). N 1 E r = λ f(x i ) (6) E r est calculée par le code suivant dans la version modifiée de Mitsuba. Float Spectrum::getLuminance() const { Float luminance = 0.0f; for (size_t i=0; i<spectrum_samples; ++i) luminance += s[i]; return luminance * SPECTRUM_RANGE / (SPECTRUM_SAMPLES - 1); } i=0 Figure 9 Fonction de calcul de l irradiance selon la méthode des rectangles. La méthode des trapèzes où E t est une approximation de l irradiance totale calculée en considérant que l irradiance monochromatique f( ) est approchée par un ensemble de fonctions linéaires par morceaux prenant les mêmes valeurs que cette dernière aux points de subdivision du spectre. le graphe de la fonction approchante est donc une succession de trapèzes. L irradiance totale est ainsi donnée par l équation (7). E t = λ [ ] N 1 f(λ inf ) + f(λ sup ) + f(x i ) 2 i=0 (7) E t est calculée par le code suivant dans la version modifiée de Mitsuba. Float Spectrum::getLuminance() const { Float luminance = 0.5 * (s[0] + s[spectrum_samples - 1]); for (size_t i=0; i<spectrum_samples - 1; ++i) luminance += s[i]; return luminance * SPECTRUM_RANGE / (SPECTRUM_SAMPLES - 1); } Figure 10 Fonction de calcul de l irradiance selon la méthode des trapèzes. La méthode de Simpson où E s est une approximation de l irradiance totale calculée en approchant l irradiance monochromatique f( ) par un ensemble de fonctions quadratiques prenant les mêmes valeurs que cette dernière aux points de subdivision du spectre. 15

16 Le graphe de la fonction approchante est donc une succession d arcs de paraboles. L irradiance totale est ainsi donnée par l équation (8) ou par l équation (9), supposant toutes deux que le nombre N de bandes spectrales est pair. E s = λ 3 E s = λ 48 f(λ inf ) + 2 N/2 1 i=1 N/2 f(x 2i ) + 4 f(x 2i 1 ) + f(λ sup ) (8) i=1 [ 17[f(x0 ) + f(x N )] + 59[f(x 1 ) + f(x N 1 )]+ 43[f(x 2 ) + f(x N 2 )] + 49[f(x 3 ) + f(x N 3 )] + 48 N 4 i=4 f(x i) E s se traduit par le code suivant dans la version modifiée de Mitsuba. Float Spectrum::getLuminance() const { Float luminance = * (s[0] + s[spectrum_samples - 1]) * (s[1] + s[spectrum_samples - 2]) * (s[2] + s[spectrum_samples - 3]) * (s[3] + s[spectrum_samples - 4]); for (size_t i=4; i<spectrum_samples - 4; ++i) luminance += s[i]; return luminance * SPECTRUM_RANGE / (SPECTRUM_SAMPLES - 1); } ] (9) Figure 11 Fonction de calcul de l irradiance selon la méthode de Simpson. L initialisation de luminance est obtenue par une factorisation où 17/48 = , 59/48 = , etc... 4 Validations et simulations 4.1 Définition de la méthode de validation Afin de valider les modifications apportées à Mitsuba, on veux évaluer les mesures d irradiances fournit par le capteur irradiancemeter. Pour cela on cherche à comparer les valeurs de flux reçu obtenus dans des configurations élémentaires (un capteur et un émetteur de type blackbody) : on veux les valeurs de flux reçu d une surface diffuse (avec capteur d irradiance) d un corps noirs à différentes températures Validation de la représentation d un corps noir Tout d abord, on veut être sur que les corps noirs sont représenté correctement au sein de Mitsuba. Mitsuba nous fournit ainsi le type de sensor capable de capturer les informations de radiance reçues par un corps (radiancemeter) sur toutes les longueurs d ondes considérées. On place donc ce capteur à une certaine distance d une sphère imitant un corps noir afin d en mesurer la radiance. <s e n s o r type=" radiancemeter "> <transform name="toworld"> 16

17 <l o o k a t o r i g i n=" 0,0,5 " t a r g e t=" 0,0,0 "/> </transform> <f i l m type=" mfilm "> <s t r i n g name=" f i l e F o r m a t " value=" csv "/> </film > <sampler type=" independent "> <i n t e g e r name="samplecount" value=" 1024 "/> </sampler> </sensor > Listing 2 Capteur de radiance dans Mitsuba Le spectre des corps noirs est calculé au sein de la classe BlackBodySpectrum définie dans spectrum.h et reprend la formule de la loi de Planck. On considère par la suite que les corps noirs serviront à définir la température de surface de nos objets. Figure 12 A droite : Courbes issues de la loi de Planck (planck.r). A gauche : Courbes issues de Mitsuba. On remarque que les courbes obtenues par simulation avec Mitsuba correspondent parfaitement aux courbes théoriques (voir les deux courbes de la figure 12) Notion de facteurs de formes On va évaluer les échanges radiatifs grâce à une expression analytique appelé facteur de forme. Le facteur de forme, noté F 12, est la fraction d énergie quittant la surface 1 (par emission ou reflection) opaques, isothermales et diffuse qui est reçu par la surface 2. Les facteurs de forment dépendent uniquement de la géométrie des surfaces et peuvent être exprimés à partir de l équation générale 10. Où da 1 et da 2 sont deux surfaces infiniment petites avec une position et une orientation arbitraire. df 12 d2 Φ 12 M 1 da 1 = L 1dΩ 12 da 1 cos(β 1 ) = cos(β 1) M 1 da 1 π dω 12 = cos(β 1) da 2 cos(β 2 ) π r12 2 (10) 17

18 da 2 β 2 β 1 da 1 Figure 13 La quantité de flux inpactant la surface da 2, vennant de la surface da 1, est le produit de sa radiance L 1 = M 1 par la surface perpandiculaire da π 1, par l angle solide dω 12 induit par da 2. On a d 2 Φ 12 = L 1 da 1 dω 12 = L 1 (da 1 cos(β 1 )da 2 cos(β 2 ))/r12 2 A partir de la figure 13 on peut déduire l expression suivante (équation 11) : df 12 = cos(β 1)cos(β 2 ) da πr = 1 ( ) cos(β 1 )cos(β 2 ) da A 1 A 1 A 2 πr da 1 (11) Facteurs de formes C 11 et C 14 Dans le cas qui nous concerne, à savoir l enceinte d un four on peut évaluer la densité de flux net à partir des facteurs de formes trouvable dans le Catalog of Radiation Heat Transfert Configuration Factors 19 [3]. Un four pouvant être simplifié en un parallélépipède (figure??), on utilise le facteur de forme C 11 (figure 15a, équation 12) pour deux surfaces opposées de même taille centrées l une en face de l autre et le facteur de forme C 14 (figure 15b, équation 13) pour deux rectangles ayant une arête en commun et formant un angle de 90. a b d e c f h g Figure 14 Four simplifié en parallélépipède. Pour comparer les valeurs d irradiances obtenues par simulation et les valeurs d irradiance obtenues théoriquement, on calcule, à partir des facteurs de formes, les échanges thermiques entre les surfaces A 14 [abfe] et B 14 [aehd] pour le facteur de forme C 14 et A 11 [abcd] et B 11 [efgh] pour le facteur de forme C 11 Les facteurs de formes s évaluent en fonction des dimensions des faces et de leurs distances avec les formules suivantes, où l on considère a = b = w = l et où x = 1 + w 2, y = tan 1 w x tan 1 w, h 1 = 1 + h 2 et h 2 = h4 1 h 2 (2+h 2 ) : 19. http ://www.engr.uky.edu/rtl/catalog/ et voir également Radiative View Factor de Isidoro Martinez d où sont tirer les formules présenter dans ce document 18

19 a h b h w l (a) Facteur de forme C 11 (b) Facteur de forme C 14 Figure 15 Facteurs de formes intervenant dans le calcul des échanges radiatifs dans l enceinte d un four idéalisé sous forme de parallélépipède. On suppose dans nos simulations que a = b = 1 pour la configuration C 11 et que w = l = 1 pour la configuration C 14. Seul les paramètres h dans les deux configurations seront des paramètres variables ; Dans c 11, h est la distance entre capteur et émetteur, dans C 14, h est la longueur de la surface émettrice. ( ) 1 x 4 c 11 = ln πw w + 4wy 2 c 14 = (h tan 1 1h ) π h 1tan 1 1h1 h2 4 ln h 2 (12) (13) Facteurs de forme et maximum d émittance monochromatique d un corps noir On peut combiner ces courbes, exprimant un pourcentage de flux absorbé, avec la loi de Stefan-Boltzmann qui donne l émittance maximum M d un corps noir (équation 14). Où σ = 5, K.m 2.K 4 est la constante de Stefan-Boltzmann. On obtient ainsi des courbes d absorptions de référence en fonction de la température T et de h (le paramètre de distance dans C 11 ou de longueur dans C 14 ). M = σ T 4 (W.m 2 ) (14) Ainsi pour les deux facteurs de forme on construit un fichier de comparaison 20 sur le même modèle que les simulations à savoir une matrice à deux dimensions température x distance qui fera intervenir à la fois la loi de Stefan-Boltzmann et les formules des facteurs de forme C 11 et C 14. La figure 17 présente les courbes correspondant aux évaluations des facteurs de formes associés à la loi de Stefen-Botzmann pour trois températures voir le script R factors.r 21. Les fichiers facteur-c11.csv et facteur-c14.csv contiennent les valeurs qui ont servit à construire ces courbes. 19

20 Pourcentage de flux perçu Pourcentage de flux perçu Distance Longueur Figure 16 Variation de l intensité d énergie perçu par les deux facteurs de formes. Le seul paramètre variable est h. Courbe du facteur de forme C 11 (à gauche) pour une distance à l émetteur variant de 0 à 2 mètres, le maximum est de Et courbe du facteur de forme C 14 (à droite) pour une longueur de l émetteur variant de 0 à 2 mètres, le maximum est de Flux perçu à différentes températures Flux perçu à différentes températures Distance Longueur 300 Kelvin 400 Kelvin 500 Kelvin Figure 17 Facteurs de formes intervenant dans le calcul des échanges radiatifs dans l enceinte d un four idéalisé sous forme de parallélépipède pour trois températures. A gauche, expression du facteur de forme C 11 ; à droite, expression du facteur de forme C

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Chapitre 5. Transfert chaleur par rayonnement

Chapitre 5. Transfert chaleur par rayonnement Chapitre 5 Transfert chaleur par rayonnement 1 Sommaire : 1 - Nature du rayonnement 2 - Caractéristiques ristiques Energétiques 3 - Corps noir 4 - Flux solaire intercepté par la planète Terre 5 - Equilibre

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

La Thermographie Infrarouge

La Thermographie Infrarouge Présentation La Thermographie Infrarouge Une composante essentielle de la maintenance prédictive 27/11/2009 Corporate Services International Slide 1 Définitions NOTIONS DE TEMPERATURE La température d

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Après les détecteurs de gaz ponctuels et linéaires, voici un procédé de détection qui donne enfin une image du nuage. 1 Introduction L actualité récente

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

Feuille d'exercices : optique géométrique

Feuille d'exercices : optique géométrique Feuille d'exercices : optique géométrique P Colin 2015/2016 Formulaire : Rappel des relations de conjugaison pour une lentille mince L de centre O, de foyer objet F, de foyer image F et de distance focale

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Énergie solaire et habitat

Énergie solaire et habitat 1 Énergie solaire et habitat LES MODES D EXPLOITATION DE L ÉNERGIE SOLAIRE DANS L HABITAT Énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque provient de la conversion de la lumière du soleil

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie,

Plus en détail

FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME

FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME OPTIQUE GEOMETRIQUE R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME «Qui voit la figure humaine correctement? Le photographe, le miroir ou le peintre?» Pablo Picasso I Les objets et

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES TC E-14 Norme approuvé le 10 octobre 2003 {R-14-2} TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

Electrothermie industrielle

Electrothermie industrielle Electrothermie industrielle K. Van Reusel 1/102 I. Chauffage par résistances 1. Des fours à résistances 2. Chauffage par conduction 3. Chauffage par rayonnement infrarouge II. Techniques électromagnétiques

Plus en détail

Couleur des objets. Voici les spectres de quelques lumières obtenues grâce à des spots rouge, vert et bleu : Spot bleu Spot vert

Couleur des objets. Voici les spectres de quelques lumières obtenues grâce à des spots rouge, vert et bleu : Spot bleu Spot vert Séance n 2 Couleur des objets Une couleur spectrale correspond à une lumière dont le spectre ne présente qu une seule couleur. Il existe 6 couleurs spectrales : rouge, orangé, jaune, vert, bleu, violet.

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

Un corps noir chauffé à une température T émet une puissance rayonnante P en W.m -2 telle que : C1 = 2c 2 h

Un corps noir chauffé à une température T émet une puissance rayonnante P en W.m -2 telle que : C1 = 2c 2 h 2 FORMATION de l'image 2.1 ENERGIE LUMINEUSE Une Image, au sens optique du terme, est une certaine quantité d'informations véhiculée par des ondes électromagnétiques caractérisées par leur longueur d'onde

Plus en détail

pour la Réalité Augmentée

pour la Réalité Augmentée Analyse d Image 3D pour la Réalité Augmentée Jean-Marc Vezien vezien@limsi.fr Master Recherche RV&A Janvier 2011 La 3D comment? Les capteurs et les techniques pour l acquisition de la 3D Capteurs actifs

Plus en détail

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION 1. Le but du travail 1.1. Mise en evidence du phénomène de dispersion de la lumière par l observation des spectres d émission et

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

I.U.T. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie Thermique et énergie COURS DE RAYONNEMENT. 3 ème Semestre

I.U.T. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie Thermique et énergie COURS DE RAYONNEMENT. 3 ème Semestre I.U.T. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie Thermique et énergie COURS DE RAYONNEMENT 3 ème Semestre Olivier PERROT 2010-2011 1 Avertissement : Historiquement, le cours de rayonnement s inscrit comme

Plus en détail

Modélisation des échanges radiatifs dans un système d éclairage automobile par la méthode de Monte- Carlo.

Modélisation des échanges radiatifs dans un système d éclairage automobile par la méthode de Monte- Carlo. Modélisation des échanges radiatifs dans un système d éclairage automobile par la méthode de Monte- Carlo. Myriam DAUPHIN 1,2,*, Stéphane ALBIN 1,Christine ROUCOULES 1,Yannick Le Maoult 2, Fabrice Schmidt²,

Plus en détail

/ Dossier Pédagogique / / exposition / Ô Soleil. / le Soleil et ses énergies / / une exposition de Science-Animation CCSTI de Midi-Pyrénées /

/ Dossier Pédagogique / / exposition / Ô Soleil. / le Soleil et ses énergies / / une exposition de Science-Animation CCSTI de Midi-Pyrénées / / Dossier Pédagogique / / exposition / / le Soleil et ses énergies / / Observation du Soleil / / Le solarscope / Utilisation Observation du soleil avec le solarscope (par temps beau!). Placez correctement

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux J.C. BATSALE*, JP LASSERRE**, A. DESCUNS*,**, G. LAMOTHE*,**

Plus en détail

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS Première Année Premier Cycle ANNALE 2005-2006 FILERE FAS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON Par M.Rey marie.rey@insa-lyon Physique 1 Filière FAS TABLE DES MATIERES PROPAGATION DE LA LUMIERE...

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Etude d un écran photothermique de grandes dimensions adapté à la caractérisation par thermographie IR de champs électromagnétiques ultra brefs.

Etude d un écran photothermique de grandes dimensions adapté à la caractérisation par thermographie IR de champs électromagnétiques ultra brefs. Etude d un écran photothermique de grandes dimensions adapté à la caractérisation par thermographie IR de champs électromagnétiques ultra brefs. Daniel BALAGEAS *, Patrick LEVESQUE ONERA, Département des

Plus en détail

Visibilité polygone à polygone :

Visibilité polygone à polygone : Introduction Visibilité polygone à polygone : calcul, représentation, applications Frédéric Mora Université de Poitiers - Laboratoire SIC 10 juillet 2006 1 La visibilité Introduction Contexte L espace

Plus en détail

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie Le mur, placé sur une façade exposée sud, accumule l énergie solaire sous forme thermique durant le jour

Plus en détail

NOTE SUR LA SPECTROSCOPIE INTERFERENTIELLE DES LAMPES HP ET BP DU MERCURE

NOTE SUR LA SPECTROSCOPIE INTERFERENTIELLE DES LAMPES HP ET BP DU MERCURE Préparation à l agrégation de Montrouge Note sur la spectroscopie interférentielle des lampes HP et BP du mercure Clément Sayrin clement.sayrin@ens.fr NOTE SUR LA SPECTROSCOPIE INTERFERENTIELLE DES LAMPES

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

Sommaire. I. Les objets qui composent le télescope : B. Les lentilles convergentes. C. Les miroirs paraboliques, la parabole.

Sommaire. I. Les objets qui composent le télescope : B. Les lentilles convergentes. C. Les miroirs paraboliques, la parabole. T.P.E. Le télescope de Newton Introduction. Sommaire I. Les objets qui composent le télescope : A. Les miroirs plans. B. Les lentilles convergentes. C. Les miroirs paraboliques, la parabole. II. Le télescope

Plus en détail

Description du module GENERATEUR rev.2 1. Rôle du module

Description du module GENERATEUR rev.2 1. Rôle du module Description du module GENERATEUR rev.2 1. Rôle du module Ce module doit implémenter un générateur de «points aléatoires» selon une répartition de densité donnée. Tout d abord, le générateur doit être initialisé

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

IFT3355: Infographie Sujet 6: shading 7 (illumination globale 4)

IFT3355: Infographie Sujet 6: shading 7 (illumination globale 4) IFT3355: Infographie Sujet 6: shading 7 (illumination globale 4) Derek Nowrouzezahrai Département d informatique et de recherche opérationelle Université de Montréal Ambient Occlusion expériment numérique

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs ROYAUME DU MAROC Ministère de l Éducation Nationale et de la Jeunesse Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Concours National Commun d Admission

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière I. Réfraction de la lumière A. Mise en évidence expérimentale 1. Expérience 2. Observation - Dans l air et dans l eau, la lumière se propage en ligne droite. C est le phénomène de propagation rectiligne

Plus en détail

La couleur des étoiles (La loi de Wien)

La couleur des étoiles (La loi de Wien) FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 6 La couleur des étoiles (La loi de Wien) Type d'activité Activité documentaire et utilisation de TIC Notions et contenus du programme de 1 ère S Largeur

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3 annexe B Piano Corner, (c) 2005 par Zsolt Stefan : http://deeppixel.uw.hu/gallery.html YafRay, le moteur de rendu photoréaliste Dès sa création, par une équipe

Plus en détail

Rayonnement thermique

Rayonnement thermique 1 Cours Sciences Physiques MP Rayonnement thermique Le rayonnement thermique est un transfert énergétique classé dans les transferts thermiques qui comptent aussi la conduction et la convection. Ce mécanisme

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

Les radiants IR KRELUS á faible inertie. ondes moyennes. efficaces. réactifs. modulaires. sur mesure. économiques. respectueux de l environnement

Les radiants IR KRELUS á faible inertie. ondes moyennes. efficaces. réactifs. modulaires. sur mesure. économiques. respectueux de l environnement Les radiants IR KRELUS á faible inertie ondes moyennes efficaces réactifs modulaires sur mesure économiques respectueux de l environnement KRELUS AG Im Wechsel 23 CH-5042 Hirschthal Tel. +41 (0)62 739

Plus en détail

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 TS Thème : Agir Activités Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 I. Transmission de l information 1. Procédés physique de transmission Une chaîne de transmission peut se schématiser

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php 3LESLENTILLESMINCES Cette fiche de cours porte sur les lentilles minces. L approche est essentiellement descriptive et repose sur la maîtrise de la construction des rayons lumineux. Ce chapitre est accessible

Plus en détail

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES 1. ANALOGIQUE OU NUMERIQUE? Un signal est la représentation physique d une information qui est transportée avec ou sans transformation, de la source jusqu au destinataire.

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Analyse d images introduction

Analyse d images introduction L3, option Image Analyse d images introduction http ://perception.inrialpes.fr/people/boyer/teaching/l3/ Elise Arnaud - Edmond Boyer Université Joseph Fourier / INRIA Rhône-Alpes elise.arnaud@inrialpes.fr

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal Hiver 2007

Plus en détail

Fiche 8 (Analyse): Unités

Fiche 8 (Analyse): Unités Fiche 8 (Analyse): Unités Le rayonnement lumineux visible est un rayonnement électromagnétique de longueur d'onde compris entre 400 et 760 nanomètres, entre l'ultraviolet (

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Optique géométrique. Compte rendu de TP

Optique géométrique. Compte rendu de TP Licence de Physique Optique géométrique Compte rendu de TP TP2 : Les lentilles minces et application : lunette astronomique B. F. D.S. P. G. M. Page 1/17 I. Rappel sur les lentilles Voir TP II. Manipulations

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs 17 POLYNÉSIE FRANÇAISE JUIN 2006 PARTIE I 13 POINTS Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs Document 1 Les tribulations d un sirop Trois phénomènes se combinent pour expliquer la couleur

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Travaux dirigés d analyse d image

Travaux dirigés d analyse d image Travaux dirigés d analyse d image A partir du cours de Claude Kergomard, ENS Paris. http://www.geographie.ens.fr/img/file/kergomard/teledetection/cteledetection.pdf Partie A. Etude d une image NOASS 14-AVHRR

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Repère : SESSION 2008 Durée : 3 H Page : 0/7 Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/7 Coefficient : 2

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014

Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014 DA 5 pour le 15 avril 2014 Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014 Problème : Essuie-vitre à détecteur de pluie Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail