Le marketing et le secteur du tourisme culturel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marketing et le secteur du tourisme culturel"

Transcription

1 Il est important de faire observer que le tourisme culturel s est beaucoup développé dans le monde entier, mais de façon progressive, au cours des vingt dernières années, surtout dans les pays européens et particulièrement en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. Richard (1994) cite de nombreux facteurs ayant contribué à cette croissance, au nombre desquels : 1. La tendance sociale actuelle à une plus grande sensibilisation aux valeurs patrimoniales et la démocratisation de la culture; 2. Le relèvement du niveau d éducation de la population en général; 3. Le vieillissement de la population (essentiellement dans les pays européens); 4. La modernisation et l impact accru des instruments de promotion utilisés dans les différents secteurs de l industrie du tourisme. Les profils du touriste culturel de demain ne sont pas les mêmes selon les études. Selon Mintel (1991)(cité par Richards, 1994), les touristes culturels ont en moyenne plus de 35 ans. En général, ils sont diplômés de l université et voyagent fréquemment. Leurs enfants sont grands et ont quitté le foyer familial (Berroll, 1981). Plus de 50% d entre eux sont des voyageurs internationaux davantage intéressés, lorsqu ils voyagent à l étranger, par la visite de sites historiques et patrimoniaux que par les autres types de lieux artistiques (Bonink et Richards, 1992; cité par Richards, 1994). Le marketing et le secteur du tourisme culturel Selon les publications existantes sur le sujet, le marketing est un ensemble d activités dont le but est d optimiser les échanges entre une entité qui fabrique et propose un produit et une autre entité qui l acquiert afin de satisfaire un ou plusieurs besoins, chacune de ces entités essayant de maximiser les avantages qu elle tire de cet échange. Bien que d un point de vue économique, le marketing soit une discipline issue de la nécessité d échanges réguliers entre producteurs et consommateurs de biens et de services afin de répondre aux nécessités de la vie quotidienne, les besoins humains associés aux différentes expressions de la culture n ont pas échappé à son champ d application. C est au début des années 1980 que l on a commencé à publier des ouvrages et des articles sur les stratégies de commercialisation de la culture et de l art (Mokwa et collaborateurs, 1980; Melillo, 1983; Diggles, 1986; cités par Colbert, 1993). Alors que dans le marketing traditionnel les producteurs de biens et services doivent orienter leur production vers les besoins spécifiques des consommateurs, le marketing des biens culturels doit être orienté différemment. Hirschman (1983) considère que la notion traditionnelle de marketing, basée sur la satisfaction des besoins du consommateur, ne s applique pas à la commercialisation de la culture. 8

2 Bien entendu, nous devons accepter le fait que dans les domaines culturel et artistique, les personnes et les organisations qui créent des produits culturels sont essentiellement motivées par les forces intrinsèques à la libre expression. Le rôle de la commercialisation, en l espèce, consiste donc davantage à identifier les consommateurs qui souhaitent satisfaire leurs besoins culturels tels qu ils sont «ciblés» par les créations en question (Colbert, 1993). Les modalités du tourisme culturel incluent naturellement la commercialisation des différents modes d expression de la culture, et plus particulièrement des sites historiques, artistiques et architecturaux que l on peut utiliser pour satisfaire les besoins de loisirs des touristes. Ces besoins correspondent à différents profils de consommateurs.. Il est évident que les produits touristiques ou culturels ne sauraient être commercialisés au moyen des dispositifs traditionnels de marketing et de distribution. En fait, étant donné que l offre ne peut pas être envoyée au client, c est le client qui doit voyager pour consommer le produit touristique, lequel est immobile et par définition lié à un seul et unique site (Krippendorf, 1971). Modèle de commercialisation du tourisme culturel Les publications consacrées au comportement des consommateurs de biens et de services sont extrêmement nombreuses. On peut utiliser un large éventail de modèles pour tenter d expliquer, ou à tout le moins de décrire, le processus de prise de décision du consommateur face au choix de marques et de produits qui lui est proposé.. Dans le cas particulier du produit touristique, il existe différents modèles pour décrire le comportement du touriste lorsqu il s agit pour lui de choisir une destination soumise à l influence de variables intrinsèques et extrinsèques. Mais pour les produits touristiques de nature culturelle, la configuration générale de ces modèles doit être adaptée aux spécificités d un marché manifestement différent des autres. En fait, dans le domaine des produits touristiques, et plus particulièrement dans celui du tourisme culturel, le marketing exige une orientation différente. De ce point de vue, l élaboration d un modèle de marketing pour un produit culturel doit avoir pour point de départ le produit lui-même; ce n est donc plus le consommateur qui doit être ciblé par le produit. Dès lors, le processus doit se dérouler comme suit : produit touristique système d information producteur/promoteur (du produit culturel) éléments complémentaires issus d une combinaison d éléments de marketing (prix, promotion et distribution) marché (Colbert, 1993). Toujours du point de vue de l auteur du présent rapport, une fois défini le produit de tourisme culturel, l entité chargée de sa promotion doit identifier la clientèle susceptible de s y intéresser. Elle devra ensuite ajuster les autres composantes de la combinaison d éléments de marketing afin d établir le contact avec le marché et de le desservir. Cette approche n est manifestement pas orthodoxe du point de vue du marketing traditionnel, puisque le point de départ est le produit et que l aboutissement du processus est le marché lui-même. On trouvera à la figure 1 une représentation simplifiée de ce point de vue. 9

3 Figure 1 Modèle de marketing pour le tourisme culturel Produit de tourisme culturel Système d information commerciale Entité de promotion production Prix Promotion Distribution Intermédiaire distribution Source : adaptation d après Colbert, F Le marketing des arts et de la culture. Boucherville, Québec, Canada : Gaëtan Morin éditeur, p. 18. Exemple d application du modèle de commercialisation du tourisme culturel : le cas de Puebla, au Mexique Nous utiliserons ici, comme support théorique, le modèle conceptuel «produit-marché» proposé par Colbert (1993) pour commercialiser les produits culturels, dont nous présenterons ci-après une proposition d application pratique. Pour définir une stratégie susceptible d être retenue en vue de la commercialisation du patrimoine culturel de la Ville de Puebla en tant que produit de tourisme culturel, nous commencerons par déterminer la position compétitive de cette ville en fonction des caractéristiques distinctives que lui attribuent les touristes qui l on déjà visitée. Aperçu général du patrimoine touristique culturel du Mexique Selon la législation mexicaine en vigueur, le patrimoine architectural du Mexique peut être réparti comme suit : 1. Le patrimoine historique-archéologique hérité du monde préhispanique; 2. Le patrimoine historique-archéologique de la période écoulée entre la conquête espagnole et le début de ce siècle. Dans ce vaste univers de ressources historiques et culturelles, il existe plus de sites archéologiques de dimensions, âges et importances très divers, recensés et protégés par la législation mexicaine. Près de d entre eux répondent aux critères nécessaires pour devenir des sites d intérêt touristique (Aceves et Delgado, 1996). On découvre encore aujourd hui des vestiges historiques de différentes cultures qui surprennent aussi bien par leurs dimensions physiques que par leur importance culturelle. Tel est le cas des ruines de Cantona dans l Etat de Puebla. On estime que ces ruines appartiennent à une agglomération urbaine qui était plus grande que le site archéologique de Teotihuacan, à côté et au nord de la ville de Mexico. 10

4 Les monuments historiques qui remontent à l époque qui a suivi la conquête espagnole constituent un site patrimonial officiellement recensé par le Collège national des monuments, qui tient une liste de bâtiments et installations construits entre les 16 ème et 20 ème siècles (Aceves et Delgado, 1996). Par opposition à la taille considérable de cet inventaire, seuls 10 complexes architecturaux mexicains ont été déclarés par l UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture) comme faisant partie du patrimoine culturel de l humanité. A ce très riche ensemble de monuments, il faut encore ajouter un large éventail d expressions artistiques : folklore, musique, peinture, sculpture et autres formes d art de moindre importance. Tous contribuent à la formation de cette vaste mosaïque culturelle qu est le Mexique d aujourd hui (Iturriaga de la Fuente, 1999). Il est donc possible d affirmer qu à part certaines régions du Nord du pays restées inhabitées depuis des temps ancestraux, le Mexique est un territoire extrêmement riche en centres d intérêt culturel hérités des civilisations préhispaniques, et que l on peut y voir un peu partout les traces qui témoignent de la fusion entre le monde hispanique et les cultures indigènes. Au Mexique, c est le Ministère du tourisme (SECTUR) qui est chargé de la planification et de la mise en œuvre de la politique nationale du tourisme. D autres organismes fédéraux interviennent également dans l élaboration et le développement de différents plans et programmes de promotion de la culture, eux-mêmes liés au tourisme. Les plus importants de ces organismes sont le Fonds national pour la promotion du tourisme (FONATUR), le Conseil national des arts et de la culture (CONACULTA), l Institut national d anthropologie et d histoire (INAH), le Fonds national pour la promotion des arts et de l artisanat (FONART), la Coordination nationale des monuments historiques et l Institut national des beaux-arts (INBA). SECTUR, en coopération avec d autres organismes, a mis en œuvre des programmes de promotion d un large éventail de produits de tourisme culturel, dont les plus importants sont entre autres le projet des villes coloniales et le projet des itinéraires du tourisme culturel. Il existe également des programmes complémentaires qui permettent de faciliter l organisation et le déroulement de foires régionales et d expositions d art et d artisanat d importances et de types très divers, aux niveaux local, régional et national, mais aussi au niveau international. Le projet des villes coloniales est inspiré de la «Carte de Venise» établie par l UNESCO en Ce projet a pour objectif d encourager et faciliter l acquisition par les touristes mexicains et étrangers, d une meilleure connaissance du patrimoine culturel d un groupe de villes considérées par leurs habitants eux-mêmes comme les meilleures représentantes de l architecture coloniale mexicaine à l époque du vice-roi, et de leur faire apprécier toute la valeur de ce patrimoine. L idée sous-jacente à ce projet est que le touriste acquiert une connaissance globale de la culture du Mexique colonial en se retrouvant plongé dans le contexte spatial et architectural de l époque au fur et à mesure qu il parcourt les itinéraires qui lui sont proposés, lesquels passent par des zones urbaines restaurées et protégées dont l environnement et les aspects originaux sont préservés au maximum. 11

5 Quant au projet des itinéraires du tourisme culturel, il a en revanche pour objectif d intégrer dans des itinéraires prédéfinis les déplacements des visiteurs qui souhaitent approfondir leur connaissance des coutumes et du folklore des différentes régions culturelles du Mexique. Ce concept permet à SECTUR de proposer des visites guidées qui ont un important impact socio-économique sur les communautés participantes et sur le cadre dans lequel elles vivent. Caractéristiques des composantes du modèle stratégique de commercialisation de l offre de tourisme culturel de la ville de Puebla L offre culturelle de la ville de Puebla L Etat de Puebla est l un des plus riches du Mexique du point de vue historique et culturel. Il est situé au centre du pays et occupe une superficie d environ kilomètres carrés. Sa capitale, la ville de Puebla, est la quatrième plus grande ville du Mexique. Elle compte environ habitants. Les principaux secteurs d activité économique de l Etat de Puebla sont la construction automobile, le textile, le commerce et les services. La ville de Puebla, également connue, au Mexique, sous le nom d Angelopolis, a été la première ville créée par les conquérants espagnols en tant que colonie urbaine permanente. Elle a été fondée le 16 avril 1531 par le Frère Julian Garces, évêque de Tlaxcala, le Frère Toribio de Benavente (Motolinia), Diego de Ordaz, Juan Perez de Arteaga, Luis de Fuensalida ainsi que d autres moines et colons dans une vallée fertile arrosée par deux rivières et dominée par quatre collines appelées le Cuetlaxcoapan («là où les serpents muent»). En 1538, par décrets royaux, les Rois Charles 1 er d Espagne et Charles V d Allemagne ont octroyé à la ville les armes qui sont encore les siennes aujourd hui. En 1558, Puebla a reçu le titre de Très noble et loyale Ville des Anges; en 1561, celui de Très noble et loyale Ville et enfin, en 1576, celui de Très noble et très loyale Ville des Anges. Au fil du temps, la situation géographique avantageuse de la ville (à mi-chemin entre le port de Vera Cruz et la ville de Mexico), l offre abondante de main-d œuvre qualifiée en provenance des agglomérations indigènes de Tlaxcala, Cholula, Huejotzingo et Calpan, ont alimenté une économie florissante, d où une véritable explosion culturelle et une importance commerciale accrue qui a permis à Puebla à la fois de se démarquer des itinéraires commerciaux vers l Est et du port d Acapulco, et d établir des liens très solides avec eux. La prospérité de Puebla de los Angeles à l époque du vice-roi et pendant la majeure partie de la période du Mexique indépendant, en a fait la deuxième ville la plus importante du pays, et à bien des égards la rivale de Mexico. Les principes fondamentaux d une politique d exploitation touristique de la ville de Puebla remontent à 1977, lorsque le gouvernement fédéral a décrété que le centre historique de cette ville faisait partie du patrimoine culturel du Mexique. En 12

6 décembre 1987, l UNESCO a déclaré qu il faisait partie du patrimoine culturel de l humanité. Aujourd hui, l Etat de Puebla dispose d un plan de promotion du tourisme culturel qui se compose des quatre programmes de base suivants : 1. le Programme des sites archéologiques; 2. le Programme du patrimoine architectural; 3. le Programme des villes touristiques; 4. le Programme des itinéraires touristiques. Dans le présent article, nous axerons surtout notre étude sur le Programme du patrimoine architectural et plus particulièrement sur la commercialisation de la ville de Puebla en tant que destination de tourisme culturel. Le programme du Patrimoine architectural a été mis au point dans le but de faire connaître et apprécier l architecture mexicaine de l époque coloniale. Il comprend la visite du complexe architectural du centre historique de Puebla et de 16 bâtiments avoisinants, au nombre desquels des églises, des couvents et d anciennes haciendas (domaines). Le centre historique de Puebla se compose de œuvres architecturales de grande valeur historique, parmi lesquelles la Basilique (le meilleur exemple, au Mexique, du style de l architecte Herrera), la Bibliothèque Palafoxienne, à l Université autonome de Puebla (antérieurement connue sous le nom de Collège Carolinien), l Eglise de Santo Domingo et la Chapelle du Rosaire (le meilleur exemple du style de l architecte Churriguera), l Eglise Saint Francis et le Grand Théâtre (le premier théâtre construit en Amérique). Il convient de mentionner tout particulièrement le Projet de tourisme culturel dénommé Projet Angelopolis, mis en œuvre conjointement par les autorités de l Etat et la municipalité de Puebla; ce projet a pour but de préserver la physiognomonie de la zone qui entoure le site original de la fondation de la ville. Plus généralement, il s agit de restaurer les bâtiments coloniaux, de construire un centre de congrès et d adapter les vieilles maisons de manière à ce qu elles puissent accueillir des galeries d art et d artisanat, des restaurants et des hôtels. Il est clair que le Projet Angelopolis est un programme de promotion du tourisme culturel qui a de nombreux objectifs communs avec le Programme du patrimoine architectural et le Programme des villes touristiques. Ce programme propose aux touristes un échantillon très complet de l atmosphère et des beautés de l architecture des bâtiments civils et religieux du Mexique de l époque des Vice-Rois. La richesse de la décoration et l architecture imposante des bâtiments permettent aux touristes de se faire une idée de la grandeur de l empire espagnol des 15 ème, 16 ème et 17 ème siècles en contemplant certaines de leurs réalisations les plus représentatives. Les producteurs et/ou promoteurs de l offre de tourisme culturel Hollige (1962) (cité par Krippendorf, 1971), considère que le domaine d influence de l Etat est si vaste que l ensemble de la structure de l appareil gouvernemental d un 13

7 pays peut être considéré comme le principal promoteur du tourisme grâce à des stratégies de marketing dûment planifiées et mises en œuvre. Ce rôle majeur trouve son origine dans la fonction même de l Etat qui est de créer et d administrer l infrastructure sur laquelle s appuie la vie sociale et économique des habitants de chaque pays. Mais la politique publique du tourisme ne peut et ne doit pas être gérée du seul point de vue de l économie de marché, même si celle-ci a des répercussions sur le mode de fonctionnement des entreprises privées qui fournissent des services dans les différents secteurs de l industrie touristique. Bien au contraire, l Etat doit agir. Quel que soit le moment, l'etat, en tant qu organisation, réglemente les différents intérêts des secteurs de l industrie du tourisme, en exerçant une fonction de surveillance sur cette industrie afin de s assurer qu elle permette d atteindre à la fois les objectifs de rendement financier qui sont les siens et les objectifs sociaux et de bien-être qui sont ceux de la population (Krippendorf, 1971). Comme nous l avons déjà indiqué, l organisation gouvernementale chargée de la politique de l'etat mexicain en matière de tourisme est le Ministère du tourisme (SECTUR). S agissant de Puebla, c est le bureau local de SECTUR (SECTUREP) et le Conseil d Etat pour le tourisme qui ont la responsabilité de la mise au point des plans stratégiques pour la promotion du tourisme culturel. De même existe-t-il d autres organisations qui contribuent elles aussi au développement de programmes de promotion du tourisme culturel à Puebla. Parmi les plus importantes de celles-ci, il convient de citer le Conseil du Centre historique de Puebla, le bureau local, pour Puebla, de l Institut national des Beaux-Arts, le bureau local, pour Puebla, du Conseil national des arts et de la culture, le bureau local, pour Puebla, de l Institut national d anthropologie et d histoire et l Office du tourisme de la municipalité de Puebla. Le marché-cible : Profil des visiteurs et position par rapport à la concurrence Le tourisme est en train de devenir un important facteur de développement pour l'etat de Puebla. Selon les statistiques de SECTUREP, le nombre des visites touristiques a triplé ces dix dernières années. En 1988, le tourisme représentait 1,86 pour cent du PIB de l'etat; en 1998, il en représentait 5 pour cent. La création d emplois et les rentrées de devises étrangères sont ses principaux impacts économiques et sociaux. Les statistiques officielles montrent que Puebla a accueilli environ 7,8 millions de visiteurs entre 1996 et 1998, dont 15 pour cent étaient des touristes étrangers et 85 pour cent des touristes locaux (Plan d Etat pour le développement de l'etat de Puebla, ). Parmi les visiteurs étrangers, 34 pour cent venaient des États-Unis d Amérique, 18 pour cent d Allemagne et 11 pour cent de France. La plupart des touristes mexicains venaient de la ville de Mexico et des Etats de Veracruz et Jalisco. S agissant des autres caractéristiques permettant de compléter le portrait démographique des touristes qui se rendent à Puebla, les statistiques montrent qu en moyenne 58 pour cent d entre eux sont des hommes, que près de 50 pour cent ont entre 31 et 45 ans, que plus de 45 pour cent sont diplômés de l Université et qu environ 53 pour cent visitent Puebla pour son intérêt culturel mais aussi pour les loisirs que leur offre l industrie touristique (Valdez, 2000). 14

8 Marketing et tourisme culturel : Proposition pour la commercialisation du patrimoine culturel de Puebla Raul Valdez M. Ph. D. Professeur associé Université des Amériques, Puebla St Catarina Martyr, San Andres Cholula Puebla, Mexique. Résumé : Le tourisme culturel trouve son origine dans le souhait des voyageurs de se déplacer pour admirer et mieux connaître les différents aspects du patrimoine naturel, historique, architectural et culturel de la planète. En fonction des aspects spécifiques de chaque produit culturel concerné, les opérations de marketing devraient identifier les consommateurs qui souhaitent satisfaire leur besoin d un tel produit. A partir de là, il devient possible de commercialiser le patrimoine culturel d une collectivité donnée en mettant en œuvre des stratégies de marketing. La ville de Puebla, située dans la partie centre-est du Mexique, est l une des principales zones urbaines du pays et l une des plus riches aussi en termes de références historiques et culturelles. Son centre historique, dont l UNESCO a déclaré en 1987 qu il appartient au patrimoine culturel de l humanité, peut être considéré comme un excellent produit de tourisme culturel. Nous proposons dans le présent article l application d un modèle de marketing stratégique ayant pour but de positionner et commercialiser le patrimoine culturel de la ville de Puebla en tant que produit ciblé sur les touristes qui cherchent à satisfaire leurs besoins éducatifs et culturels. Tourisme et culture Le tourisme est une expérience globale qui, selon Jafari (1985) (cité par Laplante, 1996), permet au voyageur de plonger dans une relation dialectique entre l ordinaire et l imaginaire. En tant que telle, une expérience touristique représente, pour le voyageur, l émancipation de la routine quotidienne et une occasion d apprécier et tirer profit d un monde coloré dans un espace géographique et un espace-temps qui sortent de l ordinaire. Cette expérience devient alors partie intégrante de sa propre vie culturelle (Laplante, 1996) (Is this what you mean?). Il est dès lors évident que le tourisme constitue l une des nombreuses facettes de la dimension culturelle de l homme, et que de ce fait, toute activité touristique est nécessairement culturelle d une manière ou d une autre. Cette notion est approchée de plus près par l Organisation mondiale du tourisme (OMT), par l intermédiaire de sa Charte du tourisme culturel. L OMT a montré que le tourisme culturel trouve son origine dans le souhait des voyageurs de se déplacer pour admirer et mieux connaître les différents aspects du patrimoine naturel, historique, architectural et culturel des différentes régions et des différents pays du monde. Cahiers de Marketing, numéro Organisation mondiale du tourisme 7

9 En 1998, l'etat de Puebla a accueilli 3 millions de visiteurs qui ont généré un revenu brut d environ 385 millions de dollars des États-Unis. Toutefois, les visiteurs ne restent en moyenne que 1,6 jours, ce qui montre que la région n a pas encore été beaucoup commercialisée en tant que destination de tourisme culturel, par des mesures incitant les visiteurs à mieux connaître Puebla et les encourageant à prolonger leur séjour (SECTUREP, 1998) (Source : Plan d Etat pour le développement de l Etat de Puebla, ). En ce qui concerne le profil caractéristique de Puebla en tant que destination touristique, les résultats d une étude réalisée par Valdez (2000) ont révélé que pour les touristes, les principaux sites à visiter étaient essentiellement la cathédrale, le Musée Amparo, la pyramide de Cholula, le Grand Théâtre, la Chapelle du Rosaire, le Musée Bello, les forts de Loreto et Guadalupe, le quartier d Artista et le zoo. En général, les touristes décrivent la ville du Puebla de la manière suivante : «le visiteur perçoit Puebla comme une destination touristique dont l atmosphère sociale lui permet de vivre des expériences hédonistes et culturelles. Il considère qu il y a passé un moment agréable, puisqu il a eu la possibilité de se reposer tout en enrichissant dans le même temps sa culture personnelle.» Cette étude permet en outre de distinguer deux dimensions dans lesquelles s inscrivent les principaux centres d intérêt touristiques de la ville. La première dimension perceptuelle est liée à l emplacement physique de ces centres d intérêt, en ce sens qu ils peuvent être vus aussi bien depuis l intérieur des bâtiments que depuis des espaces extérieurs. La deuxième dimension est liée à la nature fondamentale des centres d intérêt eux-mêmes, qui peuvent être classés en deux catégories : ceux de nature essentiellement historique, et ceux de nature essentiellement artistique ou culturelle (voir figure 2). 15

(1) Le conseil municipal privilégie :

(1) Le conseil municipal privilégie : 2.13 PATRIMOINE ET CULTURE Préambule Les attraits historiques et culturels de Fredericton au nombre desquels il faut compter son emplacement, ses bâtiments, ses lieux, ses établissements culturels et son

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE: ENAT

APPEL A CANDIDATURE: ENAT APPEL A CANDIDATURE: ENAT Congrès international sur le tourisme pour tous. Organisé par la fondation ONCE. Soutenu par la Commission Européenne. 21 23 Novembre, 2007 MARINA D OR Région de Valencia, Espagne

Plus en détail

Analyse socio-économique des sites archéologiques

Analyse socio-économique des sites archéologiques Analyse socio-économique des sites archéologiques Flux touristique Économie local Équipements para-touristiques Exploitation touristique du site Emplois Carthage Développement local Composantes sociales:

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Partez à la découverte de la Cité Phocéenne avec la Société des Amis de l IMA Au cours d un weekend de 3 jours à Marseille, nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER Responsables : Université de Nice Sophia Antipolis - Monsieur Ricardo Gonzalez, Professeur d'histoire et Archéologie antiques. Lycée Technique de l Hôtellerie

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable

à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable Le Plan Nord à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable définitif) 2 Territoire du Plan Nord Baie d Ungava Tracé de 19 27 du Conseil priv é (non Baie d Hudson Mer du Labrador

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

chos Tourisme Métiers d Art en Champagne-Ardenne La filière Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne N 138 - Janvier 2015

chos Tourisme Métiers d Art en Champagne-Ardenne La filière Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne N 138 - Janvier 2015 N 138 - Janvier 2015 chos Tourisme Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne La filière Métiers d Art en Champagne-Ardenne Photo : Calligraphie Crédit Photo : Sommaire La filière

Plus en détail

LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE

LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE Au Canada, plus de mille chercheurs en sciences humaines financés par le CRSH étudient des questions qui contribuent à la prospérité des entreprises. Ils s intéressent

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de

PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de développement de l industrie touristique, Tourisme Québec,

Plus en détail

L étude de marché. L étude de marché se fait en plusieurs étapes. ÉTAPE I

L étude de marché. L étude de marché se fait en plusieurs étapes. ÉTAPE I L étude de marché Le marché d une entreprise est composé de la clientèle, de la concurrence et de l environnement externe. Il est important de distinguer le marché potentiel (individus ou entreprises susceptibles

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

La politique culturelle Mexique

La politique culturelle Mexique La politique culturelle Mexique Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo (UMSNH) ETUDE TRAINMONHER 1 POLITIQUES NATIONALES SUR LE PATRIMOINE MONUMENTAL MEXIQUE (Universidad Michoacana de San Nicolás

Plus en détail

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY I) Le contexte II) Le programme I) Le contexte II) Le contexte La destination France 1 ère destination mondiale en nombre de touristes avec 84,7 millions de visiteurs étrangers (en 2013). 1 touriste sur

Plus en détail

FAVORISER L EXPRESSION DE LA CULTURE EN MILIEU RURAL. Conférence dans le cadre de l Université rurale québécoise 2003

FAVORISER L EXPRESSION DE LA CULTURE EN MILIEU RURAL. Conférence dans le cadre de l Université rurale québécoise 2003 FAVORISER L EXPRESSION DE LA CULTURE EN MILIEU RURAL Conférence dans le cadre de l Université rurale québécoise 2003 Patrick Bouillé, 18 août 2003 1 Description du territoire de la MRC de Portneuf : -

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années).

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années). Graffitis Cacher l histoire? Créé par Mélissa Duquette, chargée de projet à l animation au Musée de société des Deux-Rives, en lien avec le Programme du ministère de l Éducation du Québec. PRÉSENTATION

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE Politique d utilisation et de promotion du chrysotile L histoire de la ville de Thetford Mines tient ses origines de l exploitation minière, et continue

Plus en détail

Fiche marché. La clientèle néerlandaise en Champagne-Ardenne. Réalisé par l Observatoire Régional du Tourisme

Fiche marché. La clientèle néerlandaise en Champagne-Ardenne. Réalisé par l Observatoire Régional du Tourisme Fiche marché La clientèle néerlandaise en Champagne-Ardenne Réalisé par l Observatoire Régional du Tourisme Données de cadrage Données économiques PPopulation : 16,8 millions d habitants Taux de croissance

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE Plan de la présentation Élaboration du projet de politique Objet de la Politique Fondements de la Politique Définition de patrimoine Axes d intervention 1 Élaboration

Plus en détail

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget.

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget. Présentation de Magazines Canada Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget Août 2010 Sommaire Magazines Canada est l association nationale qui représente

Plus en détail

Une porte d entrée sûre, durable et compétitive

Une porte d entrée sûre, durable et compétitive LA PORTE LA PORTE CONTINENTALE ET ET LE LE CORRIDOR DE DE COMMERCE ONTARIO-QUÉBEC LA LA PORTE CONTINENTALE ONTARIO-QUÉBEC Une porte d entrée sûre, durable et compétitive Le 30 juillet 2007, les gouvernements

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?»

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» CONFERENCE-DEBAT «QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» MOT D INTRODUCTION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL

Plus en détail

Géographie. Chapitre n. L organisation du territoire français

Géographie. Chapitre n. L organisation du territoire français Géographie Chapitre n. L organisation du territoire français I) L agglomération parisienne Problématiques : Comment se manifestent le poids et le rayonnement de Paris? Quels sont les contrastes territoriaux

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012

Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012 Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012 Reprise économique et croissance Le Bureau canadien de l éducation internationale

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

AUBERGE DE JEUNESSE JUILLET 2013

AUBERGE DE JEUNESSE JUILLET 2013 COOPÉRATIVE D HÉBERGEMENT AUBERGE DE JEUNESSE DE G AT I N E A U JUILLET 2013 1 TABLE DES MATIÈRE 1. PRÉSENTATION DU PROJET 3 2. GROUPE DE PROMOTEURS 4 3. DESTINATION GATINEAU 5 4. APERÇU DU MARCHÉ 6 2

Plus en détail

Structure du dossier de candidature. Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015. Tourisme & Gastronomie locale

Structure du dossier de candidature. Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015. Tourisme & Gastronomie locale Structure du dossier de candidature Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015 Tourisme & Gastronomie locale 1. ÉLIGIBILITÉ DANS CE DOSSIER, JE Démontre en quelques lignes au jury que ma destination

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

MarchéS asiatiques Courte et humble présentation de Paul Arseneault, Réseau de veille en tourisme

MarchéS asiatiques Courte et humble présentation de Paul Arseneault, Réseau de veille en tourisme MarchéS asiatiques Courte et humble présentation de Paul Arseneault, Réseau de veille en tourisme Visiteurs au Québec en Agrément 2006 Visite parents et amis Affaires Total Japon 24 000 55 % 5 000 11 %

Plus en détail

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale Les nouvelles opportunités d Interreg III A Coopération transfrontalière Provinces, départements et cantons dans les zones de frontière contiguës Création de pôles socio-écomiques transfrontaliers Italie

Plus en détail

Documents de travail 1/5

Documents de travail 1/5 Documents de travail 1/5 La prospection des investissements directs étrangers (IDE) Préambule Les organismes de prospection d investissement étranger définissent différemment l investissement direct étranger

Plus en détail

L activité des casinos en Alsace

L activité des casinos en Alsace L activité des casinos en Novembre 2015 1 Les casinos en France Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes, le spectacle, la restauration et le jeu sous une même direction sans

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Mesures du plan pour la culture approuvé par le Conseil juillet 2014

Mesures du plan pour la culture approuvé par le Conseil juillet 2014 Mesures du plan pour la culture approuvé par le Conseil juillet 2014 Mesures de suivi Envisager l aspect culturel dans le processus décisionnel et les projets municipaux. (Exemples : lorsqu on remplacera

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION TOGO OCTOBRE 2006 / AVRIL 2007

PROGRAMME D ACTION TOGO OCTOBRE 2006 / AVRIL 2007 PROGRAMME D ACTION TOGO OCTOBRE 2006 / AVRIL 2007 1. Dossier diagnostique «Destination TOGO»: Recensement, identification et formalisation de l offre touristique de la région des plateaux puis du Togo.

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Conception, gestion, valorisation de l opération archéologique

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Conception, gestion, valorisation de l opération archéologique www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Conception, gestion, valorisation de l opération archéologique Former des archéologues aux compétences polyvalentes Ce master professionnel prépare les étudiants

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

UN SÉJOUR INSPIRÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES LA DESTINATION CANADIENNE N O 1 POUR LES ÉTUDIANTS

UN SÉJOUR INSPIRÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES LA DESTINATION CANADIENNE N O 1 POUR LES ÉTUDIANTS LA DESTINATION CANADIENNE N O 1 POUR LES ÉTUDIANTS Chaque année, plus de groupes d étudiants visitent Ottawa que n importe quelle autre ville canadienne. Ce n est guère étonnant. Aux enseignants, la capitale

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

L académie de Rennes. Présentation pour les candidats à un poste d assistant

L académie de Rennes. Présentation pour les candidats à un poste d assistant L académie de Rennes Présentation pour les candidats à un poste d assistant SOMMAIRE Présentation générale de l académie L environnement (rural et urbain) Les attraits touristiques et culturels La situation

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Gestion technique de l immobilier d entreprise

Gestion technique de l immobilier d entreprise Gestion technique de l immobilier d entreprise Pascal Hendrickx Jean Perret Groupe Eyrolles 2003 ISBN 2-212-11251-3 Introduction Le patrimoine bâti n est pas un produit éphémère et périssable. C est un

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

THESAURUS DU TOURISME ET DES LOISIRS

THESAURUS DU TOURISME ET DES LOISIRS THESAURUS DU TOURISME ET DES LOISIRS Liste structurée de descripteurs pour l indexation et la recherche de l information dans les domaines du tourisme et des loisirs 1 ére édition 1999. Les désignations

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ 7 COM CLT-/7.COM/CONF.0/5 Paris, le 7 novembre 0 Original anglais DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ COMITÉ POUR

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Module 5 - Transparents

Module 5 - Transparents Module 5 - Transparents Qu est-ce que le marketing? Les cinq principes de base du marketing 87 Activités de marketing (PRIX) 89 Concept de marketing 90 Le marketing mix (quatre principes). 91 Marketing

Plus en détail

Mode & tendances en matière de commerce en ligne. Un nouveau tremplin pour les marques de mode. tradedoubler.com

Mode & tendances en matière de commerce en ligne. Un nouveau tremplin pour les marques de mode. tradedoubler.com Mode & tendances en matière de commerce en ligne Un nouveau tremplin pour les marques de mode tradedoubler.com Les consommateurs réinventent leur façon de vivre la mode et d acheter des articles de mode

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

MÉMOIRE Chambre de commerce et de l industrie de Châteauguay (CCIC)

MÉMOIRE Chambre de commerce et de l industrie de Châteauguay (CCIC) MÉMOIRE Chambre de commerce et de l industrie de Châteauguay (CCIC) -2- Introduction Tout d'abord, la Chambre de commerce et de l industrie de Châteauguay (qui sera dénommée CCIC dans le présent texte

Plus en détail

QUI VISITE? POURQUOI EXPOSER AU SALON VOYAGES TOURISME & LOISIRS?

QUI VISITE? POURQUOI EXPOSER AU SALON VOYAGES TOURISME & LOISIRS? CONTEXTE Le secteur du tourisme mondial, après avoir connu un léger déclin en temps de crise connait ces quatre dernières années une reprise certaine. A titre indicatif, le secteur a connu une phase d

Plus en détail

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations Termes de Référence Recrutement d un volontaire de l OMT pour le projet «Augmenter l impact du développement touristique sur l économie locale dans la région de Jacmel, Haïti» dans le cadre du Programme

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

Management du tourisme et des loisirs

Management du tourisme et des loisirs ERICK LEROUX PIERRE-CHARLES PUPION Management du tourisme et des loisirs 2 e ÉDITION Introduction Le secteur du tourisme évolue dans un contexte très concurrentiel : les gains qu il représente attirent

Plus en détail

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012.

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. * Du CLD de L Érable Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. 2 *Pour le CLD de L Érable, le développement économique et social passe par la réalisation concrète de projets menés par

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

RESULTATS France Etude sur la clientèle des sites oenotouristiques

RESULTATS France Etude sur la clientèle des sites oenotouristiques RESULTATS France Etude sur la clientèle des sites oenotouristiques CHAMPS DE L ETUDE 8 régions partenaires de la démarche : Aquitaine Alsace Bourgogne Champagne Ardennes Languedoc Roussillon PACA Rhône

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

VISITE FOURVIERE VIEUX LYON

VISITE FOURVIERE VIEUX LYON VISITE FOURVIERE VIEUX LYON Nombres d élèves : Classe entière (environ 30 élèves) Durée : 2 heures ou 3 heures Circuit : Depuis Fourvière (esplanade, point de vue sur la ville) Basilique extérieure (intérieur

Plus en détail

Conseil exécutif Quatre-vingt-quatorzième session Campeche (Mexique), 23-25 octobre 2012 Point 5 a) de l ordre du jour provisoire

Conseil exécutif Quatre-vingt-quatorzième session Campeche (Mexique), 23-25 octobre 2012 Point 5 a) de l ordre du jour provisoire Conseil exécutif Quatre-vingt-quatorzième session Campeche (Mexique), 23-25 octobre 2012 Point 5 a) de l ordre du jour provisoire CE/94/5 a) Madrid, le 3 septembre 2012 Original : Espagnol Membres affiliés

Plus en détail

PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE

PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE ANALYSE DE SITUATION : Ce projet se situe dans le prolongement des actions menées l an dernier

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Titre de la communication : RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Par TUBLU Komi N kégbé Fogâ Gestionnaire de Patrimoine Culturel

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa 71 1. Contexte et objectif a. Contexte Il est largement reconnu que les aéroports commerciaux contribuent au développement économique de la région où ils sont situés, et ce, de plusieurs manières : ils

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

I) Le Quizz HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. III) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY

I) Le Quizz HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. III) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY II) Le contexte III) Le programme VRAI OU FAUX? Améliorer la fidélité de mes clients c est avant tout développer mon chiffre d affaires. Améliorer la fidélité de mes clients, c est avant tout développer

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise Tourisme en bref Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires www.canada.travel/entreprise Juin Volume 6, numéro 6 Points saillants Grâce à une croissance économique soutenue, le nombre de voyageurs

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail